AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir les messages sans réponses

Hôtel Overlook

La terrasse

Perron royal conduisant à une étroite terrasse où règne l’intégralité du rez de chaussée. Rampe chargée d’or, trahissant le caractère fortuné du propriétaire de cet hôtel. Canapés classieux disposés dans le seul but de vous faire profiter paisiblement du paysage. Endroit le plus proche de l’extérieur. Ne vous y prenez pas : un brouillard à l’intensité renversante foudroie votre vue. Aucun regard porté sur la réalité. Ce lieu vous fera perdre tous vos espoirs. Alors que vous penserez être arrivé à destination, pouvoir quitter le royaume des enfers, vous aurez la surprise de constater qu’il n’en est rien : vos talons resteront projetés au sol, vos membres seront immobilisés. Vous êtes condamnés, il n’y a pas de moyens de rejoindre vos demeures respectives. Pour avoir osé tenter l’expérience, vous serez puni par les esprits à l’origine de ce chaos. Effondrements de la terrasse imprévisibles, paralysie aléatoire vous empêchant de lutter alors que des charognes s’emparent violemment de vous, aveuglement soudain. Symptômes physiques renforçant ce sentiment d’impuissance éprouvé. Odeur de peur et de mort. Rires machiavéliques retentissant –ils se moquent de votre sort-.

Pas de nouveaux messages
✉ 0 messages ✎ 0 sujets
Le hall d'entrée

Impressionnante. C’est le premier mot qui vous viendra à l’esprit pour décrire ces dalles marbrées aux couleurs d’un funeste échiquier. Un petit comptoir en bois de chêne, visiblement particulièrement ancien et couteux, se tient face à un immense escalier sombre et tortueux. A intervalles réguliers, la petite sonnette servant à appeler un domestique se met en marche d’elle-même : son strident qui saura vous retourner les tympans avec horreur. L’apparence parfaitement conservée du bois n’est de plus qu’un leurre : sous vos yeux ébahis des morceaux de celui-ci partent régulièrement en poussière, trahissant la présence d’insectes répugnants qui le rongent jusqu’à la moelle. Bestioles particulièrement voraces et pugnaces, si nombreuses qu’elles pourront rapidement vous pousser dans vos retranchements. Fuir vers les étages supérieurs ? Vaste folie qu’est celle-ci : les marches sont grignotées par l’usure, et semblent prête à s’effondrer sous votre poids à tout moment, noires comme la suie. D’un claquement de doigts, la pièce retrouve sa splendeur d’antan. D’un autre, elle devient sordide et cauchemardesque.

Pas de nouveaux messages
✉ 0 messages ✎ 0 sujets
L'ascenseur

Surnommée tour de la terreur, l’immense cage de cet ascenseur est particulièrement angoissante. Son aspect lugubre ne met pas en confiance, les dorures anciennes qui y sont gravées ne font que renforcer son aspect macabre. Comme une sorte de vieille horloge au dessus, qui indique les différents paliers, dont les aiguilles cuivrées s’immobilisent parfois sur un numéro. A l’époque où l’hôtel accueillait encore les vivants, plusieurs passagers ont péri en son sein : chute vertigineuse d’une douzaine d’étages avant qu’ils ne soient pulvérisés contre l’asphalte putride. Depuis cet appareil vacillant a été mis hors d’usage, et ceux qui osent s’y risquer envers et contre les avertissements, ne sont souvent plus là par la suite pour parler du voyage. Il se bloque régulièrement en plein périple, s’effondrant comme autrefois après vous avoir plongé dans une torpeur assassine devant les parois ruisselantes d’hémoglobine. Les cris d’effroi résonnent, et si vous tendez l’oreille, vous pourrez partager les craquements de leurs os écrasés et les hurlements de panique qui ont accompagné leur descente aux Enfers. Tous les soirs, à la même heure où ils sont décédés, l’accident se produit : veillez à ne pas vous trouver à l’intérieur à ce moment-là. Ensuite, comme si l’ascenseur était lui-même un fantôme il réapparait exactement à sa place d’origine : intact.

Pas de nouveaux messages
✉ 0 messages ✎ 0 sujets
Le bureau du propriétaire

Petite pièce dont le charme diabolique vous enivre jusqu’à vous donner la sensation d’étouffer. Ancien bureau du directeur de l’hôtel aux meubles couteux, suintant le luxe et l’avarice. Les feuilles parfaitement rangées situées sur le pupitre central perdent de leur ordre par moments, s’envolant dans les airs avant de filer vers les inopportuns : tranchantes juste avant de chuter sur le plancher. Une cheminée d’époque parfait le tableau, attention à ne pas vous prendre les pieds dans le tapis vermeille qui lui fait face où vous pourriez bien terminé calciné vif lorsque les flammes vengeresses s’allument comme par enchantement. Feu ardent dont les braises esquissent la silhouette déformée et horrifiante de défunts, alors que les crépitements font penser au crissement de la chair affable qui se désintègre.

Pas de nouveaux messages
✉ 0 messages ✎ 0 sujets
La cuisine

Vaste et spacieuse, elle a pour but de satisfaire les clients les plus gourmands de cet hôtel. Fourneaux anciens, fonctionnant à l’aide du bois disposé dans l’un des coins de cette pièce. Casseroles dont le contenu ne vous laissera pas indifférent et glacial. Grande table à l’allure victorienne sur laquelle des chandeliers étrangement dysfonctionnels sont disposés. Éléments de cuisine contenant une centaine d’outils de modèles différents, dont des couteaux de collection ensanglantés. Ensemble teinté d’une vulgaire poussière témoignant de plusieurs décennies d’existence désarmante, à vous faire pâlir d’effroi ! L’ambiance est particulièrement glauque.

Pas de nouveaux messages
✉ 0 messages ✎ 0 sujets
La laverie

Pièce restreinte intégrant les premières machines à laver ayant révolutionné le début du 19ème siècle. Moteur électrique peu fiable, s’actionnant de manière automatique, ce qui peut vous mettre dans une situation dangereuse. Bruit strident retentissant. Eau glaciale possédant une couleur rougeâtre se répandant en ces lieux, longeant chaque recoin, grimpant jusqu’à atteindre le plafond grisâtre, risquant de provoquer votre noyade. Cadavres remontant à la surface, charognes pleines de vie enfonçant votre crâne dans cette fontaine de sang lorsque l’envie s’y prête, désireuses de vous voir suffoquer. Phénomènes ténébreux apparaissant et disparaissant sous vos yeux, vous laissant percevoir une pièce sans histoires lorsque les minutes de torture ont fini de s’écouler. Hallucinations, fantômes qui se jouent de vous ? Marques indélébiles ravageant vos membres.

Pas de nouveaux messages
✉ 0 messages ✎ 0 sujets
Un couloir

Long passage où se situent de part et d’autre des chambres toutes aussi singulières qu’inquiétantes, une substance écarlate glissant parfois hors de la serrure, souillant les immaculés et somptueux tapis brodés. Les murs semblent parfois dangereusement se rapprocher, comme s’ils entendaient davantage vous oppresser et vous écraser. Claustrophobes s’abstenir de s’égarer trop longtemps entre ces mystérieux murs. Des cendres paraissent glisser vers le sol, sinuer le long de la façade au fin fond du couloir. Des rires d’enfants résonnent, joyeux puis hystériques jusqu’à vous en donner des sueurs froides. Des roulettes invisibles qui vous écrasent les pieds, des frôlements intempestifs qui vous glacent le sang. Et toutes les entrées verrouillées d’un battement de cils, vous emprisonnant dans cette geôle de fortune.

Pas de nouveaux messages
✉ 0 messages ✎ 0 sujets
La suite nuptiale

Suite nuptiale possédant une allure à la fois noble, dépassée et macabre. Lit double intégrant des draps de soi froissés et tâchés par le liquide rougeâtre, celui dont jouissent les habitants des ténèbres : le sang. Vase posé sur la table de nuit, contenant des roses épineuses fanées cueillies par une main inconnue. Cigarette entamée écrasée soudainement dans le cendrier longeant la commode poussiéreuse située au fin fond de cette pièce. Buanderie verrouillée, cachant les secrets les plus vicieux et les plus abominables, ayant le pouvoir de vous terrasser. Bruit lourd s’y dégageant. Endroit rattaché à une seconde pièce : une salle de bain délabrée, montrant au grand jour un passé terrorisant. Sang se répandant dans le lavabo ainsi que dans la baignoire. Vous respirerez l’odeur du mal dans son état pur.

Pas de nouveaux messages
✉ 0 messages ✎ 0 sujets
La salle de bal

Immensité. Salle s’exposant sous vos yeux. Les murs sont dépourvus de fenêtres, agrémentés par des spacieux miroirs poussiéreux. Miroirs dans lesquels vous croirez voir apparaître des silhouettes au visage masqué, des charognes causant les tremblements de vos membres. Divers instruments de musiques sont installés au centre de la pièce tels qu’un piano surprenant et paralysant –il joue tout seul-, des violons blancs, une trompette. A l’extrémité de la pièce, de grandes tables aux nappes blanches majestueusement brodées sont disposées dans l’attente d’y greffer le buffet, des chandeliers les ornant. Magnifique estrade mettant en évidence un vieux poste de radio passant en boucle une musique de jazz associée à son époque. L’impression d’être heurté par des danseurs prédomine, leur image floue vous donnant la sensation que votre esprit est en train de vous jouer de vilains tours.

Pas de nouveaux messages
✉ 10 messages ✎ 2 sujets
Approved by the government

 Sujets  Réponses  Auteur  Vues  Derniers Messages 
Pas de nouveaux messages 1MR BRIGHTSIDE138le Sam 29 Juil - 14:35
MR BRIGHTSIDE Voir le dernier message
Pas de nouveaux messages 0Lewis Kingsley17le Mar 22 Aoû - 23:43
Lewis Kingsley Voir le dernier message
 Revenir en haut 
Utilisateurs parcourant actuellement ce forum: Aucun
Modérateurs:Aucun
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers:  
Nouveaux messages
Nouveaux messages
Pas de nouveaux messages
Pas de nouveaux messages
Pas de nouveaux messages [ Verrouillé ]
Topic Verrouillé
Note
Note
Annonce
Annonce