AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Survival Instinct {Tristan/Jackson}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 867
↳ Points : 287
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Ven 18 Mar - 20:53


« Loterie du RP »



Jackson & Tristan
featuring



« This is survival of the fittest
This is do or die
This is the winner takes it all
So take it all
! »

La nuit est tombée depuis bien longtemps sur la Nouvelle-Orléans et vous vous retrouvez bien malgré vous pris au piège d'une sombre machination. Vous vous réveillez sur le carrelage glacial de la morgue, sans le moindre souvenir de ce que vous faisiez encore quelques heures auparavant. Les muscles ankylosés et un terrible mal de crâne pour ne rien arranger. Complètement désert et verrouillé de l'extérieur, ce lieu sordide pourrait bien devenir votre tombeau. Les légistes ont tous déserté, et ne reviendront pas sur leur lieu de travail avant le petit matin. D'ici là, il vous faudra vous supporter. Et surtout survivre, puisque les cadavres se réveillent tous les uns après les autres. De féroces zombies, de surcroit affamés, qui n'ont plus qu'une seule idée en tête : vous déchiqueter en pièces. Affreusement nombreux, vous n'êtes dotés que d'un seul revolver avec, ironiquement, deux balles uniquement. Sans doute une trace d'humour noir de celui ou de ceux qui ont eu l'idée de vous enfermer dans le lugubre repère. Une mort plus douce que celle des plus violentes qui vous attend si les rôdeurs cannibales vous attrapent. Même si heureusement, les quelques scalpels et autres instruments chirurgicaux à portée devraient vous sauver la mise. A condition de savoir s'en servir. Mieux vaudrait donc ainsi vous entrainer, trouver des armes de fortune afin de se débarrasser au plus vite de la vermine. Mais de qui faut-il le plus se méfier ? Des vivants ou des morts à décapiter ?


Ordre de passage:
1 - Tristan K. Bellamy
2 - Jackson Montgomery



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1390
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller (©Kamo)
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Lun 21 Mar - 14:02


« Survival Instinct »



Jackson & Tristan
featuring

L'esprit de Tristan était vide de toute pensée. Son corps inerte gisait sur le sol, sa joue contre  l'un des carreaux froids, ses cheveux en barrière devant son visage. Ses yeux bougèrent sous ses paupières closes et il cilla légèrement. Il reprenait conscience peu à peu, émergeant de cette torpeur si profonde qu'elle alourdissait tous ses muscles, au point de lui donner la sensation de peser une tonne. Lentement, il redressa la tête, prenant appui sur ses mains pour ouvrir les yeux et offrir un regard évasif autour de lui. La sensation douloureuse d'avoir les tempes comprimées par un étau lui arracha un soupir. Au prix d'un gros effort, il se redressa sur ses genoux et écarta les mèches sombres qui lui barraient la figure. Où se trouvait-il ? Que lui était-il arrivé ? Autant de questions sans réponses. Il se sentait aussi déphasé qu'après un lendemain de cuite, ses souvenirs évaporés et remplacés par une affreuse gueule de bois. Pourtant, Tristan ne buvait presque jamais et surtout pas au point de perdre conscience de la sorte. Sa première pensée fut donc qu'on l'avait assommé et il se raidit, tous ses sens en alerte, les yeux agrandis et les poings serrés, prêt à en découdre.

Tournant la tête, la première chose qu'il aperçu fut la présence d'un homme à ses cotés, allongé lui aussi sur le sol. Son regard, dénué de toute compassion, écrasa un moment cette silhouette, dans un mélange de curiosité et de méfiance. Tristan remarqua les mouvements réguliers qui animaient le corps de cet inconnu et prouvaient qu'il respirait encore. Manifestement il n'était qu'endormi ou évanoui et n'était donc pas une menace. Sa première préoccupation ne serait donc pas cet homme, du moins pas dans l'immédiat car dans un premier temps, sa priorité était de savoir où il se trouvait et surtout, s'il était exposé à un danger quelconque. Il se releva donc avec précaution, regardant autour de lui. La salle était plongée dans la pénombre et n'était ouverte sur aucune fenêtre. Seule une lueur provenant du couloir adjacent éclairait les lieux un tant soit peu et cette lueur permit ainsi à Tristan de remarquer l'insalubrité de cette pièce avec son carrelage sale qui recouvrait le sol et les murs ainsi que ces tables d'opération sur lesquelles étaient posé du matériel médical et… une arme.

Impossible qu'il se trouve à l'intérieur de l’hôpital, il y aurait sûrement plus de bruits et de mouvement, or Tristan n'entendait rien, en dehors de la respiration régulière de l'inconnu sur le sol. Il s'approcha de la table et ramassa l'arme. Il la ramassa par l'un de ces réflexes irréfléchis, dictés par l'expérience de vivre au sein du danger, et sans avoir aucune idée de la raison pour laquelle elle se trouvait là. Lui-même avait les poches vides, il ne portait sur le dos que ses vêtements sombres habituels, assortis des gants qu'il portait en permanence. Une obligation depuis qu'il avait été frappé par cette étrange malédiction. L'odeur qui flottait dans l'air était désagréable, une vague pestilence comme celle qu'on perçevait dans les abattoirs ou encore dans les masures abandonnées, infestées de cadavres de rats. Oui, une odeur de charogne. Tristan fronça les sourcils. Se trouvait-il à l'intérieur de la morgue ? Il grimaça légèrement, agacé de se trouver incapable de réunir le moindre souvenir des heures précédentes. Il détestait perdre le contrôle, plus que tout autre chose au monde ! Il se souvenait de la soirée qu'il avait passée au Masquerade, comme tous les jeudi. Il avait exécuté sa prestation de danseur en compagnie des autres membres de la troupe, il y avait assez bien de monde, le public les avait acclamé. Mais ensuite ? Le trou noir. Il pesta entre ses dents, doucement.

L'arme qu'il venait de ramasser n'était pas l'une des siennes. Où étaient les siennes ? Il s'en savait fichtre rien. Il s'agissait d'un pistolet assez commun et Tristan l'ouvrit rapidement pour vérifier s'il était chargé, habitué qu'il était à manipuler les flingues, ce fut chose facile. C'est à ce moment qu'il perçu un léger bruit, un mouvement de la part de l'inconnu qu'il n'avait pas encore pris la peine de réellement observer. L'homme avait l'air de reprendre conscience et sans un mot, Tristan referma l'arme d'un mouvement sec avant de la pointer dans sa direction. Il avait eu le temps de constater qu'elle bénéficiait de deux balles dans son chargeur, c'était plus que suffisant pour tuer ce type. Ainsi, il se tenait debout devant cet inconnu, silencieux et immobile, sa silhouette mince et longiligne vêtue de noir se fondait dans la pénombre. Son bras levé tenait le pistolet d'une main assurée et il tira le chien en arrière dans un déclic, amorçant ainsi son arme. Il ne jugea pas opportun de prononcer le moindre mot, son attitude menaçante était suffisante pour dissuader cet homme de tout geste déplacé. Tristan l'observa ainsi en silence, essayant de se remémorer où il avait pu le voir auparavant. En effet, les traits de son visage ne lui étaient pas si inconnus, tout compte fait, et il pensait bien l'avoir aperçu parmi le public du Masquerade. Un humain, plus que probablement, plus vieux que lui d'apparence, solide d'aspect. Il laissa le temps à cet homme d'émerger et de se redresser, restant attentif à tous les autres bruits et présences éventuelles dans cet endroit lugubre. Pour l'instant, il ne percevait rien.

« Donne moi ton nom. Dis moi aussi ce que tu fais là et qui t'a emmené ici. Dépêche-toi. »

Sa voix était calme et basse, il n'avait pas besoin de crier, bien que son timbre était froid. Il fixait l'homme droit dans les yeux.



_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.               (c) little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 657
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Assistante officieuse de Mackenzie
↳ Opinion Politique : Le Gouvernement est son ennemi numéro 1
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, niveau 2 en potions et guérison
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Mer 23 Mar - 13:20

Survival Instinct

Tristan & Jackson

Le néant total. J’ai beau lutter je n’arrive pas à ouvrir les yeux. Je sens mon esprit embrumé. Si je crois d’abord être dans mon lit, je me rends vite compte que ce n’est pas le cas. Après le carrelage qui me glace la joue, c’est l’odeur nauséabonde qui m’interpelle.  Ça sent la mort. Ma respiration reste parfaitement calme. Ce n’est pas la première fois que je me réveille avec une migraine pareille. Le seul problème est que je ne me souviens de rien. Je me demande si ce n’est pas encore une de mes absences dû à mon coma. Il faut que je me réveille. A trois. Un, deux, trois. Mes paupières restent closes. Je me sens faible. J’entends du bruit. Je comprends que je ne suis pas seul. Un vent de panique me gagne et me force à ouvrir les yeux. Je remue légèrement et me concentre pour aviser la pièce dans laquelle je suis. C’est sombre, je n’y vois presque rien. J’aperçois de longues jambes. Mon regard les longe pour finalement s’attarder sur un jeune homme. Je ne prends pas vraiment le temps de détailler son visage puisqu’il me pointe une arme dessus. Super. Pourquoi s’être fait chier à m’amener ici si c’est pour m’exploser la cervelle ? Je ris jaune. C’est sérieux ? Sans me presser, je prends appuie sur mes avant-bras. « Je m’appelle Jackson et franchement… Ne joue pas à ça avec moi mon pote. Si tu veux m’tuer vas-y qu’on en parle plus. » Reprenant consistance je m’assois en soupirant.

« C’est pas toi qui m’a amené dans ce trou ? »

Je l’interroge du regard. Je me relève en levant les mains en signe de paix. « Calmos maintenant, baisse ton arme. Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? » rien. Je ne peux absolument rien faire. En espérant qu’il ne me bute pas, je tourne la tête pour tenter d’y voir quelque chose. L’endroit ressemble à une salle d’hôpital abandonnée. Pourtant le silence ambiant et l’odeur m’indique tout autre chose. La morgue. Honnêtement j’aurais voulu avoir plus de temps avant de m’y retrouver. Le bon point dans cette histoire c’est que je suis toujours vivant. Pour l’instant. L’autre type a l’air plutôt sûr de lui. D’ailleurs en y regardant de plus près, son visage ne m’est pas inconnu. J’aurais bien mis mes méninges en route si seulement il ne me menaçait pas avec son arme. Qu’est-ce que c’est que cette histoire encore ? Ces derniers temps j’arrivais à éviter les emmerdes, il fallait bien que ça m’arrive. «  Ecoute je sais pas ce que je fous là. Je viens de me réveiller t’as bien vu non.. Et si j’avais voulu te faire une super blague tu crois vraiment que je t’aurais laissé accéder à cette arme ? » je montre le pistolet de mon menton. Pour peu qu’il soit psychopathe je ne veux pas m’en prendre une en pleine tête. Quoique ça arrangerait sûrement quelques uns de mes soucis. Mais pour le moment, ma seule préoccupation est de sortir d'ici en vie. Parce que j’ai déjà faillis mourir une fois et que je connais assez la valeur de mon existence.

Gardant mes mains levées, je tourne la tête vers la porte. Une lueur faiblarde traverse la petite fenêtre. Même si j’aurais préféré ne pas m’aventurer dans un dédale de couloirs, je crois que notre seule chance de sortir d’ici est dans cette direction. Ce gars n’a pas l’air très dangereux. Juste méfiant. J’aurais sûrement réagi pareil, il a juste eu la chance de se réveiller avant moi. Je retourne la tête vers lui. J’ouvre la bouche mais la referme aussi tôt en fronçant les sourcils. Il y a soudain moins de lumière. Comme si quelque chose dans le couloir bouchait la vue. Immédiatement j’y lance un coup d’œil. Il y a bien quelque chose, enfin quelqu’un. Une silhouette branlante en tenue d’hôpital zone. Sa démarche bancale me dit qu’il vaudrait mieux qu’elle n’arrive pas jusqu’ici. Depuis 2012 je me dis que tout est possible. J’ai vu assez de choses glauques pour savoir que ça, c’est loin d’être normal. Je baisse les mains précipitamment. « Ok écoute, j’ai envie de sortir d’ici. J’pense que toi aussi. Alors faisons équipe ok ? Je pense que ces trucs pourraient nous être utiles. » je pointe les objets médicaux posés sur la table. Ça a l’air tranchant, ça pourrait faire de bonnes armes. Je prie pour que l’inconnu coopère auquel cas la situation risque de vraiment tourner en bordel monstre. Je tâte mes poches, j’ai toujours un couteau suisse qui traîne. Je râle en constatant que, bien évidement, je n’ai plus rien. Je soupire bruyamment. Il a fallut que j’échappe à la mort pour me retrouver là. Décidément le destin a parfois de drôles d’idées.

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1390
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller (©Kamo)
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Ven 25 Mar - 19:38


« Survival Instinct »



Jackson & Tristan
featuring

Le visage de Tristan demeurait lisse et impénétrable pendant qu'il fixait l'homme, sans un mot. Son prénom ne lui disait absolument rien et n’éveillait en lui aucun soupçon particulier. Il sonda un moment son regard, à la recherche d'éventuelles traces de mensonge qui auraient pu s'allumer dans les prunelles de ce type. Un pouvoir appréciable qu'il ne négligeait pas à utiliser le plus possible et en toutes circonstance, pour en faire un réflexe et ainsi développer ses dons. Tristan ne prit pas la peine de répondre immédiatement, se plaisant à laisser l'homme dans le doute pendant que lui-même réfléchissait à cette situation mystérieuse dans laquelle ils se trouvaient. Les réactions du bonhomme prouvaient à elles seules qu'il ne savait rien, il avait l'air tout aussi déphasé et désorienté que lui. A vrai dire, ses justifications lui paraissaient tout à fait logiques et il ne lui inspirait pas de méfiance. Cependant, Tristan conserva encore un moment son attitude menaçante, le flingue pointé dans sa direction, appréciant les nuances d'inquiétude qui se dessinaient sur le visage de sa cible. Un voile de cruauté passa rapidement dans ses yeux puis disparu.

L'ombre qui passa devant la porte attira l'attention de Tristan au même instant que l'autre. Il fronça les sourcils avant de poser son doigt contre ses lèvres pour inciter l'homme à baisser la voix pour plus de discrétion. S'écartant avec prudence de la porte du couloir afin d'éviter qu'on puisse l'apercevoir au travers de cette petite fenêtre, il se posta dans un angle mort de la pièce pour mieux observer le corridor éclairé. Cette silhouette fantomatique ne lui disait rien qui vaille, pas plus que cette odeur tenace de mort qui flottait dans son sillage. Bien que cette personne portait un uniforme hospitalier, Tristan doutait qu'il s'agisse d'un membre du personnel. Il avait côtoyé suffisamment de zombies pour reconnaître rapidement leur démarche et surtout leur pestilence. La possibilité que ces lieux en soient infestés n'était pas mince et, bien qu'il ne se souvenait de rien, tout portait à croire qu'on l'avait piégé.

En deux pas, il rejoignit le dénommé Jackson, s'adressant à lui d'une voix basse. « J'ignore tout comme toi ce que nous faisons ici dans cette… morgue, apparemment.  En tous cas, l'auteur de cette "blague" nous a bel et bien fait cadeau de cette arme, ce n'est pas la mienne. Elle ne comporte que deux balles. Qu'est ce que ça t'évoque comme style de jeu ?» Tristan lui offrit ces quelques informations d'un ton neutre, surveillant l'entrée de la porte d'un œil attentif. L'ombre avait disparu dans les méandres du couloir mais on pouvait toujours entendre le bruit lourd et traînant de ses pas. Déportant son regard sur la table, il considéra les instruments et retrouva ensuite les yeux de ce type qui venait de lui proposer de faire équipe. Un mot que Tristan ne semblait pas comprendre, son visage demeurant de marbre. Une ombre passa dans son regard insensible qui s'adoucit soudainement alors que des pensées éparses le traversaient. Il referma aussi sec la sécurité de l'arme d'un geste leste du pouce. Ses lèvres pleines s'étirèrent dans un mince sourire et il dévisagea Jackson un moment, baissant enfin son arme. « C'est peut-être une bonne idée, pourquoi pas. Je suis Tristan. Enchanté, équipier… » Une note de cynisme flottait dans sa voix alors que Tristan glissait l'arme dans sa propre ceinture, se l'appropriant avec naturel, pour mieux s’intéresser aux instruments délaissés sur la table. Il remarqua le mouvement de l'homme qui palpait ses poches et secoua doucement la tête.

« Tu as déjà eu l'occasion d'affronter des rôdeurs ? Il faut les attaquer au cerveau. Ces instruments sont courts et donc peu maniables parce qu'ils exposent ton bras à leurs morsures. Et s'ils réussissent… tu sais ce qui se passe ensuite. » Tout en parlant, il se choisit tout de même un scalpel long et bien aiguisé, dans une moue dubitative avant de s'avancer vers la porte. Il l'ouvrit grand pour sortir enfin dans ce large corridor éclairé. Au sein de celui-ci, des fenêtres offraient une vue sur l'extérieur et Tristan s’aperçut ainsi qu'il faisait nuit. Il ignorait complètement combien de temps il avait été inconscient, sa tête le faisait toujours autant souffrir et il fit rouler ses épaules, aux muscles endoloris. Avant que Jackson ne le rejoigne, il eu le temps de voir disparaître la silhouette à l'angle du couloir. « Rien en vue. » Une pulsion. Elle faisait frémir ses muscles douloureux et un frisson d'envie glissa le long de sa colonne. Il ne connaissait pas cet endroit où il n'avait jamais mis les pieds, il n'avait donc aucune idée de la direction de la sortie mais en regardant au travers des fenêtres, il put se rendre compte qu'ils se trouvaient à l'étage de l'immeuble. Sans doute trouveraient-ils des escaliers au bout du couloir. Il se tourna pour jeter un œil dans la direction de Jackson. « Allons-y... » Il emprunta la même direction que celle où il avait vu disparaître la silhouette suspecte, longeant le couloir.

« Les escaliers sont sûrement par là. » Tristan encouragea d'un geste son équipier à presser le pas. Lorsqu'ils bifurquèrent après l'angle, une seule voie s'offrait à eux. Une ouverture sur une large salle où l'on pouvait apercevoir des tables d'opération. Sur celles-ci étaient disposés des corps inertes, recouverts de draps blancs dont seuls les pieds nus dépassaient. L'étrange silhouette en tenue d'hôpital qu'ils avaient aperçue était penchée vers l'une de ces couchettes, dos à eux. L'instinct de Tristan lui commandait bien-sûr de rebrousser chemin, toutefois, il s'interrompit et plongea son regard dans celui de l'homme à ses cotés. « On fait équipe, n'est ce pas ? Cela veut dire qu'on veille l'un sur l'autre. J'espère que je peux compter sur toi et que tu ne me décevras pas. » Pendant qu'il parlait, d'une voix pourtant douce, la créature retourna le visage vers eux. Un visage blême et décharné. Sur les tables, certains corps se redressèrent lentement, les uns après les autres.



_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.               (c) little wolf


Dernière édition par Tristan K. Bellamy le Mer 30 Mar - 13:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 657
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Assistante officieuse de Mackenzie
↳ Opinion Politique : Le Gouvernement est son ennemi numéro 1
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, niveau 2 en potions et guérison
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Mar 29 Mar - 12:44

Survival Instinct

Tristan & Jackson

Mes explications semblent payer pourtant le type d’en face n’a pas l’air de vouloir baisser son arme pour l’instant. Bien que j’essaie de paraître serein, mes sourcils se froncent. Il y a quelque chose d’étrange chez lui. Pourtant je suis sûr que s’il avait voulu me tuer, il l’aurait fait depuis un bail. Par mimétisme je m’écarte légèrement de la porte. Pour l’instant je ne sais pas de qui je dois me méfier le plus. Le canon du revolver pointé sur moi ou la silhouette bancale qui s’éloigne dans le corridor ? Si l’inconnu regarde le couloir, mes yeux ne quittent pas son arme. Même si mon instinct me dit que je n’ai rien à craindre, mon expérience me dit que la méfiance est toujours de mise. Lorsqu’il s’approche, je ne bouge pas. Il finit enfin par parler. L’arme est donc un « cadeau » et les deux balles livrées avec nous sont clairement destinées. Je ne peux m’empêcher de ricaner. Un rire jaune dénué de joie et rempli d’ironie. Ben voyons. Quel humour.

La silhouette finit par disparaître. Je frôle l’impatience fasse au silence de l’homme en face de moi. S’il ne veut pas faire équipe, ça sera chacun pour soi. Tout ce que j’espère c’est qu’il ne viendra pas se mettre en travers de ma route. Alors que mon esprit commence déjà à élaborer des stratagèmes, l’inconnu reprend la parole et baisse son arme. Tristan et moi feront donc équipe. Un jeu de piste aux allures bien trop réelles s’en suivrait. Je me sens épuisé, mes muscles me tirent et mes idées se brouillent pourtant je sais que ce n’est pas le moment de lâcher prise. La concentration est de mise. Alors que Tristan me questionne sur les rôdeurs, je m’attarde un instant sur la table. Je m’empare d’un bistouri à grosse lame ainsi qu’une paire de ciseaux. Je sens mon cœur accélérer. Je suis loin d’être une tapette dans le genre, mais qui aurait pu se dire rassuré dans une situation pareille ? Qui sait ce qui nous attend derrière cette porte. Je prends une grande inspiration et me tourne vers Tristan. « Je n’ai jamais eu cette chance mais je sais comment ça fonctionne. Si je me fais mordre t’auras qu’à m’tirer une balle. » J’acquiesce d’un signe de tête et glisse les ciseaux dans la poche arrière de mon jean. Je garde le bistouri dans ma main droite et le serre de toutes mes forces. Comme pour me rassurer.  Hors de question de devenir un Daybreaker. Mes plans au Gouvernement partiraient en fumée et ma vie n’en serait que plus triste. Un frisson me parcours à l’idée de ne plus être moi-même. Je prends une grande inspiration. Tristan vient d’ouvrir la porte, il est temps de quitter la case départ.

Dans le couloir, la même odeur de putréfaction me parvient aux narines. Une moue dégoûtée déforme les traits de mon visage. Mon regard brun s’attarde un instant sur le dehors plongé dans l’obscurité. Je me plais un instant à imaginer respirer l’air frais et humide de l’extérieur. Sans vraiment réfléchir, je suis Tristan. Je reste sur mes gardes malgré la migraine qui m’attaque les neurones. Lorsque nous arrivons devant les cadavres, un drôle de sentiment me prend aux tripes. Tout ça ne me dit vraiment rien qui vaille. Je constate qu’on a rattrapé la silhouette. Alors que je m’apprête à dire à Tristan de faire demi-tour, l’homme se retourne et me prend de court. Nos regards se croisent. Je hoche la tête à la positive. « Compte sur moi ! De toute façon on sera toujours mieux à deux. Par contre j’pense qu’il faudrait sincèrement se barrer maintenant. » ouais parce que ça commence à remuer sous les draps et que la silhouette s’avance désormais vers nous. J’avise le visage pourri du cadavre. Je retiens un haut-le-cœur. Qui aurait envie de finir comme ça ? Personne. Putain… ils sont déjà tous entrain de se lever. Un bourdonnement aux airs de requiem s’élève. Une dizaine de corps semblent avoir retrouvé la vie. Heureusement pour nous, ils ne semblaient pas très vifs. Est-ce que je dirais la même chose lorsqu’ils dévoreront ma cervelle ? Pas si sûr. En tout cas je suis déterminé à ne pas rester là. Je prends une grande inspiration. Pour l’instant les draps qui recouvrent les corps leur obstruent la vue. Mais je ne suis pas assez bête pour croire qu’ils n’ont pas deviné notre présence. Resserrant le bistouri que j’ai entre les mains, je vais à la rencontre de la silhouette qui grogne et qui tend un bras vers nous. Je me penche sur le côté opposé et vient vivement lui transpercer le crâne à l’aide de ma lame. C’est mou et ça craque. Ça me dégoutte. Je grimace en retirant mon bistouri ensanglanté. Je me retourne vers Tristan en faisant signe du menton. Quelques zombis sont désormais debout et semblent déterminés à faire de nous leur prochain repas. « Retournons dans le couloir, on aura qu’à essayer de l’autre côté mais ne restons pas là. » j’espère au fond de moi que la route n’est pas déjà jonchée de cadavres dévoreurs de chair. Dans d’autres circonstances j’aurais sûrement pris le temps d’halluciner, pour l’instant mon instinct de survie me pousse à m’activer. Je reviens sur nos pas. Le couloir semble libre au loin. Je me retourne vers Tristan. Je me contente de lever le pouce pour ne pas faire plus de bruit. Inutile d’attirer d’autres cadavres. L’odeur me tourne la tête. J’essuie mon arme sur mon tee-shirt. Près à attaquer dans le cas où mon équipier déciderait d’aller à la confrontation.

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1390
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller (©Kamo)
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Mer 30 Mar - 17:53


« Survival Instinct »



Jackson & Tristan
featuring



Jackson n'avait pas tardé à comprendre le message morbide laissé par leurs ennemis inconnus. Ces deux balles leur étaient destinées, comme si leur seul espoir ne résidait désormais que dans la perspective d'un suicide. Tout valait mieux que le risque de devenir l'une de ces créatures, n'est-ce pas ? La demande de l'homme avait provoqué une lueur étrange dans les yeux de Tristan. Il s'était contenté d'acquiescer en hochant doucement la tête, un vague sourire effleurant ses lèvres. « Je te le promets... » Ainsi, une fois armés, ils s'élancèrent vers l'inquiétant couloir jusqu'à parvenir à cette vision, aussi macabre qu'effrayante. Figés dans leur élan, ils se tenaient côte à côte, armes aux poings, voyant venir vers eux la silhouette pâle et décharnée qui puait la mort.

Tristan savait qu'il aurait dû éprouver un sentiment de peur. Cela n'aurait rien eu à voir avec de la lâcheté mais dans cette situation, l'effroi aurait été une réaction normale, motivée par l'instinct de survie le plus élémentaire. Le genre d'instinct qui poussait à se défendre ou même à fuir un danger trop important. Ressentait-il cela ? Il n'en savait rien. Il se contentait de rester là, dévisageant Jackson qui lui répondait avec un accent de franchise. Tristan hocha la tête. « D'accord, je te fais confiance. » Sa voix douce paraissait décalée dans cette ambiance. Mais l'homme s'était déjà élancé à la rencontre du zombie pour lui perforer le crâne sans hésitation, avec un aplomb assez saisissant. Tristan apprécia le mouvement de son équipier pour le simple plaisir artistique du spectacle, avec un détachement surprenant. Oui, il se surprenait lui-même parfois. Des émotions parasites écrasaient celles qui auraient été plus normales ou sans doute plus saines. En lieu de peur, il éprouvait une joie qui l’électrisait insensiblement, une envie de mort et de destruction. Il observa le corps flasque s'écraser sur le sol avant de retrouver le regard de Jackson.

« Tu as sûrement raison. Oui, partons vite.» Le ton de sa voix laissait presque croire qu'il pensait le contraire. Tristan n'ajouta pourtant rien de plus, s'arrachant à la scène avec une lueur de déception dans le regard. Ils s'en furent ainsi, rebroussant chemin pendant que derrière eux, les silhouettes fantomatiques se redressaient une à une, encore empêtrées par les draps qui leur tenaient lieu de linceuls. Sans doute valait-il mieux se dépêcher de se sauver en silence avant d'être repéré, comme le lui signifiait le geste de Jackson. Tristan s'avança donc d'un pas feutré, sans rien dire. Les gestes des morts-vivants étaient maladroits et lents mais dès que le premier se fut débarrassé de son drap, il poussa une plainte gutturale, rameutant ses compagnons qui lui répondirent dans un concert de grognements.

Cette fois, ils allaient être pris en chasse et Tristan se mit à courir aux cotés de Jackson, jusqu'à l'autre bout du couloir qui se séparait en deux voies opposées, à gauche et à droite. Rien en vue ni d'un coté ni de l'autre. Par contre, on apercevait la cage d'escaliers au bout du corridor de gauche. « Par ici la sortie.» Un chariot roulant métallique recouvert de récipients leur barrait le passage et Tristan l'empoigna dans le but de le pousser légèrement pour poursuivre son chemin. Cela semblait presque trop simple de se sortir de là. « Oups. »

Peut-être avait-il poussé un peu trop fort sans le vouloir. Peut-être avait-il trébuché. Peut-être était-il devenu maladroit soudainement. Tristan avait-il déjà été maladroit dans sa vie ? Il ne s'en souvenait pas. Mais le chariot se renversa sous son mouvement dans un vacarme assourdissant, faisant choir sur le carrelage les récipients de métal et leur contenu sanglant : des organes, probablement extraits de cadavres lors d'une quelconque autopsie, et qui répandaient un sang encore frais et odorant. Les zombies se débarrassaient enfin complètements de leurs draps, dévoilant leurs yeux exorbités qui semblaient encore plus effrayants, excités qu'ils étaient par le bruit et les odeurs. Tristan avait chancelé sur le sol, un genoux à terre. Peut-être avait-il reçu le chariot sur le pied, peut-être était-il troublé par la vue de ces cadavres ambulants qui trottaient vers eux, les bras tendus. «Je crois que… je me suis tordu la cheville. » Tristan tourna son regard vers Jackson. A cet instant précis, il avait l'air frêle et jeune. Cet homme allait-il fuir vers les escaliers et sauver ainsi sa vie ou bien allait-il respecter sa parole et aider son nouvel allié ? « Aide-moi, partenaire... nous n'avons pas peur puisque nous sommes ensemble. J'ai confiance.»

Le cœur de Tristan se mit à battre plus vite. L'impatience du combat le rendait extatique. Lorsque le premier zombie fondit sur lui, il l'attrapa par les épaules et roula souplement en arrière dans une culbute sportive, profitant de l'élan du monstre pour le balancer contre un mur où il s'écrasa la tête. Expert en combat au corps à corps, ses mouvements étaient agiles et vifs. Il ne tarda pas à planter son scalpel dans l’œil d'un deuxième assaillant avant de fracasser le crâne d'un autre avec le bord d'un récipient, précipitamment ramassé. Tristan glissa vivement sur ses genoux pour récupérer son arme, toujours plantée dans l'orbite du zombie, et l'en arracha. Il restait encore pas moins de six créatures qui s'avançaient vers eux en grognant. Tristan se redressa doucement, jetant un regard empli de curiosité dans la direction de Jackson, attentif à ses réactions. Pris par une nouvelle impulsion, il éleva la voix dans un appel puissant. « HÉ ! A L'AIDE, QUELQU'UN ! Il n'y a personne de vivant par ici ? VENEZ NOUS AIDER ! »

Tristan était presque entièrement persuadé que Jackson et lui-même étaient bel et bien les seules personnes en vie dans tout cet immeuble. Pourquoi les y avoir abandonné en pleine nuit en compagnie de ces créatures, si c'était pour y laisser du personnel à même de les sauver ? Ils devraient s'aider eux-même ou bien alors, mourir en essayant. Mourir. Il ressentait une étrange envie de rire mais son expression restait sobre.




_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.               (c) little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 657
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Assistante officieuse de Mackenzie
↳ Opinion Politique : Le Gouvernement est son ennemi numéro 1
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, niveau 2 en potions et guérison
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Mer 6 Avr - 12:27

Survival Instinct

Tristan & Jackson

Une promesse et un aveu de confiance plus tard, Tristan semble enfin se décider à bouger. Sauf que son expression et le ton de sa voix me laissent perplexe. Quelque chose ne va pas chez lui, je le sens. Je n’ai beau être un simple humain parmi tous ces gens, mon instinct existe bel et bien et ne me trompe que rarement. D’un autre côté je lui fais confiance. C’est d’ailleurs ce qui me pousse à le suivre dans le couloir de gauche qui mène aux escaliers. Malheureusement pour nous il fallait qu’un chariot traîne en plein milieu du chemin… La catastrophe est inévitable. Je ne remarque pas que Tristan pousse l’encombrant en revanche je remarque le brouhaha métallique  qui suit notre passage. Mon visage se tord en une grimace. Lancé dans mon élan je ne m’arrête pas tout de suite. Et finalement la voix de Tristan m’interpelle. L’homme s’est blessé. Je me retourne pour constater sa chute. J’avise les organes trônant au sol puis les créatures chancelantes qui arrivent les bras tendus. Je m’approche mais me stoppe lorsque Tristan engage le combat. Sa cheville est peut-être tordue mais sa souplesse m’épate. Je le regarde enchaîner avec le deuxième mort-vivant. Mes doigts souillés de sang séché se resserrent autour de mon arme improvisée. D’autres créatures grognantes s’approchent. Je m’élance et dans un geste rapide pousse le chariot de mon pied. J’y mets toute ma force. L’objet traîne dans un bruit grinçant et s’en va butter contre les zombis qui tombent dans un bruit sourd. Je sais qu’ils vont se relever mais avant il faut que je m’occupe de Tristan qui se met à appeler au secours. Je glisse mon arme dans la poche arrière de mon jean avant de me pencher au dessus de mon camarade. Mon index vient devant mes lèvres.

« Chut… Inutile de les exciter, tu sais bien qu’on est seuls. Allez debout, dépêche toi avant qu’ils rappliquent. »

Mon ton est ferme mais se veut rassurant à la fois. Sûrement mes restes de paternité.  Je prends son bras gauche et le passe par-dessus mon épaule afin qu’il prenne appuie sur moi pour se relever. Je me redresse et l’aide à se mettre debout. Tristan ne pourra certainement plus courir. Je lance un nouveau regard vers les escaliers. Je soupire. J’espère que d’autres cadavres ne se terrent pas à l’intérieur autrement nous serons bloqués. Pour l’instant les grognements des zombis me rappellent à l’ordre. Ils se relèvent et ne vont pas tarder à reprendre leur route.

« Grouillons nous. Tu peux marcher seul ? »  

Je m’éloigne légèrement de lui pour voir si sa cheville blessée supporte le poids de son corps. Je reste attentif et me tiens près à le rattraper au cas où il flancherait. Ma concentration est mise à mal lorsque les grognements doublent de volume. Je redresse la tête et aperçoit une nouvelle horde au bout du couloir. D’où sortent-ils ? Je me demande si la voix de Tristan et le vacarme ne les a pas attirés. Je sens mon cœur taper avec force dans ma cage thoracique, je l’entends, mes tempes palpites. Il faut se tirer d’ici et vite.

Alors que je compte me diriger vers les escaliers, j’aperçois une autre silhouette sortir de la cage d’escaliers. Une silhouette minuscule. Une petite fille. Je déglutis péniblement et me ressaisit de mon arme. Il faut que je m’en débarrasse comme ça plus rien n’entravera notre avancée. Je m’approche de l’enfant, déterminé mais lorsque je suis face à elle, malgré sa peau décharnée, j’hésite. Cette petite me renvoie à la mienne. Emma. Une vague de mélancolie me bloque et pourtant le cadavre approche en faisant claquer sa mâchoire. Il s’en faut de peu pour que j’écarte mon bras à temps. Par réflexe je lui envoie mon talon dans le ventre. Les os de la petite se brisent, ma lame s’enfonce dans son crâne et le corps s’immobilise. C’est la respiration rapide que je reviens vers Tristan. «  On peut y aller. Alors tu peux marcher ? » L’avancée de la horde est freinée par le chariot et les quelques corps au sol mais leur arrivée est imminente. Il faut absolument qu’on s’active autrement un combat sanglant risquerait d’éclater. Et mon cœur avec tellement mon rythme cardiaque s’accélère. Je ne sais pas ce que je crains le plus : que Tristan me questionne à propos de l'enfant ou les cadavres affamés de notre chaire.

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1390
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller (©Kamo)
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Lun 18 Avr - 18:24


« Survival Instinct »



Jackson & Tristan
featuring



Une lueur brillait dans les yeux de Tristan pendant qu'il se battait, elle était très fugace mais néanmoins intense. Ce n'était que de la joie pure, à la limite de la frénésie ou même de la folie. Le bruit que provoqua le chariot, adroitement utilisé par Jackson, s'associa à ses propres cris, quand Tristan se laissa aller à cet appel insensé. Que les monstres s'éveillent, qu'ils accourent, qu'ils se redressent de tous les coins d'ombre ! Lorsque l'homme se pencha vers lui, Tristan ne put réprimer un léger frisson qui aurait pu passer pour un signe de douleur ou de peur… mais il ne s'agissait que d'une excitation malsaine. Il dévisagea Jackson avec gravité, s'accrochant à son épaule pour se remettre enfin debout et s'appuyer contre sa stature bien solide. « Seuls… on est complètement seul, tu crois vraiment ? Livrés à nous-même, prisonniers dans cet endroit maudit, sans personne pour nous aider. » Sur ses murmures, il ne put empêcher ses épaules de se secouer dans un rire contenu, qui ressembla à un sanglot étouffé. Son visage ploya quelques secondes contre l'épaule de son partenaire, comme pour mieux reprendre contenance. Jackson lui parlait comme un homme d'expérience s'adresse à un plus jeune, avec une autorité mêlée de compassion. Et il y avait bien longtemps que plus personne ne s'était adressé à lui de cette manière... aussi paternelle.

Lorsqu'il le relâcha, Tristan se mordit doucement les lèvres. Il était persuadé d'être capable de marcher seul et pourtant, sa démarche était incertaine et il boita ainsi jusqu'à s'appuyer contre le mur du corridor. Jetant un regard en arrière, il aperçu un groupe de créatures moribondes qui émergeaient d'un autre couloir. Il en venait de toute part et la seule issue libre n'était plus que cette cage d'escalier. Tristan ne bougeait plus, appuyé contre le mur, il semblait prostré. Une seule silhouette bloquait l'accès des escaliers, celle d'une toute petite fille qui semblait bien facile à abattre. Pourtant, Jackson hésita bien trop longtemps, ce qui n'échappa pas au regard attentif de Tristan. Dans ces cas là, chaque seconde était précieuse parce que les zombies, eux, n'hésiteraient pas le moins du monde. Enfin, avec un temps de retard impardonnable, l'homme se résolu à éliminer la créature maudite qui tomba au sol, comme une pauvre poupée de chiffon. Tristan ne prononça pas le moindre mot, seul son regard, planté dans celui de Jackson, se voulait inquisiteur. C'était un regard dénué de toute empathie, un regard froid, vorace, incisif. C'était un regard maléfique, celui d'un démon qui vrillait l'âme de Jackson et qui par son pouvoir ténébreux, venait corrompre ses émotions. Tristan possédait cette magie, celle d'exacerber les douleurs morales, celle qui corrompait les humeurs et vidait les autres de tout espoir… L'effet ne durerait pas plus d'une poignée de minutes mais il n'en serait pas moins rude.  Et ensuite il cilla, dans un sourire plus doux mais non moins malsain.

Ainsi, il se détacha du mur pour rejoindre Jackson le plus vite possible, même s'il boitait. « Je peux marcher mais courir… enfin, je vais essayer. » Les zombies étaient des créatures maladroites et lentes mais ils avaient déjà réussi à se redresser, les uns escaladant les corps mutilés de leurs compagnons au sol. Tristan dépassa Jackson et se dépêcha de rejoindre la cage d'escaliers. Celle-ci était séparée du couloir par une porte et dès qu'il l'eut franchie, Tristan se retourna pour la refermer. Lorsqu'il croisa le regard de Jackson, son visage portait un masque trop serein, presque maléfique. Il paru hésiter à lui claquer la porte au nez et à le laisser ainsi seul en compagnie de leurs poursuivants. Pourtant, il laissa échapper quelques mots, de sa voix trop douce et trop calme. « Viens vite...partenaire. Mets toi à l'abri. » Dès que Jackson fut auprès de lui, il referma la porte. Cette réaction semblait la plus logique en l'état actuel des choses et sans doute qu'une part de lui-même le savait. « Ça devrait les retenir un moment... » Mais pas éternellement car on les entendait frapper et tempêter de l'autre coté de la cloison. Les zombies n'étaient peut-être pas assez idiots pour oublier comment on ouvrait une porte, qui n'était pas même fermée à clef. Tristan tenait toujours en main sa lame, poisseuse d'un sang noir et visqueux. De l'autre, il s'appuya contre la rampe et descendit les escaliers, prenant garde à porter son poids sur son pied droit et épargner sa cheville abîmée.

Parvenus au rez de chaussée, Tristan tourna la tête pour apercevoir une autre salle, plongée dans la pénombre. Les banquettes qui s'y trouvaient étaient bien plus petites, ce n'étaient plus de grandes couchettes comme pour les adultes, elles semblaient de taille à accueillir des corps d'enfants. Elles étaient toutes vides mais la présence de la fillette zombie qui était venue de cette direction était assez interpellante. Cette partie de la morgue était apparemment réservée aux cadavres de jeunes enfants. Tristan se retourna vers son équipier, sondant l'expression de son visage. « Je t'ai vu hésiter, pourquoi ? J'ai vu ton bras trembler au moment de frapper cet enfant. Aurais-tu pitié de ces créatures ? Elles sont mortes… » Il prononça ce dernier mot avec une intonation qui était chargée de regret. Lui-même n'éprouvait pas la moindre pitié cependant. Mais tuer des zombies n'avait pas assouvi sa pulsion meurtrière, celle qui vibrait encore dans son cœur. Parce que rien ne remplaçait la jouissance d'arracher une vie encore chaude et palpitante. Il relâcha un soupir, l'esprit troublé par des émotions contradictoires. Enfin, il s'avança plus avant dans le hall, jusqu'à parvenir à une nouvelle salle. Parvenu à l'intérieur, il s'arrêta tout net. Assis sur le sol, une multitude de petite créatures les fixaient de leurs yeux sans vie. Un enfant zombie se mit à gronder et bientôt les autres l'imitèrent, dans un ensemble sinistre. Tristan se retourna vers Jackson et l'interrogea du regard. « Que vas-tu faire, Jackson ? Vois ces enfants… ces pauvres enfants... »




_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.               (c) little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 657
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Assistante officieuse de Mackenzie
↳ Opinion Politique : Le Gouvernement est son ennemi numéro 1
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, niveau 2 en potions et guérison
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Mer 20 Avr - 9:53

Survival Instinct

Tristan & Jackson

J’avais hoché la tête pour confirmer mes dires. Oui à mon avis nous étions bien seuls au monde dans cet enfer. Quelque chose ne va pas chez lui, je le sens. Je n’ai beau être un simple humain parmi tous ces gens, mon instinct existe bel et bien et ne me trompe que rarement. ces pensées me reviennent en tête lorsque je reviens vers Tristan après avoir tué cette petite fille. Le regard qu’il m’adresse me gêne et me glace le sang. Mes sourcils se froncent d’ailleurs. Je me sens soudainement triste, comme si jamais je n’allais revoir la lumière du jour. Je me sens vide, vide de tout espoir comme si mes émotions avaient totalement disparues. Je me sens soudainement incapable d’aimer à nouveau. Mon intuition me dit, me hurle que Tristan n’y est pas pour rien et que le regard démoniaque qu’il me lance en est la cause. Pourtant le temps presse, je ne peux me permettre de le gaspiller avec mes interrogations. Je sais qu’il a vu mon hésitation. Mon père m’a toujours dit de ne pas montrer mes faiblesses aux autres, je l’entends encore me dire «  Ah Jacks, ne montre jamais tes faiblesses aux autres où ils s’en serviront contre toi fiston. » A cette pensée ma tristesse s’accentue, les regrets m’envahissent. Mon père me manque, ma fille me manque… Ma fille, et si ça avait été elle ?

La suite des évènements me pousse à m’activer et à ne pas me morfondre. Tristan est blessé. S’il peut marcher il ne pourra définitivement plus courir. Heureusement pour nous, la cage d’escalier se fait de plus en plus proche. Encore une fois le comportement de mon compagnon d’infortune m’interpelle. Pendant une fraction de seconde j’ai l’impression qu’il va me laisser pourrir avec ces créatures de l’au-delà. Mon monde s’effondre, l’angoisse m’envahit lorsque j’imagine leurs dents pourries me déchirer la chair. Mon visage semble porter toute la misère du monde à ce moment là. Finalement Tristan me laisse passer. Mais putain, c’est quoi son problème à celui là ? Une soudaine colère m’envahit pourtant je rassemble toutes mes forces pour ne pas la laisser éclater. Car je ne suis pas de ce genre là. J’ai du mal à comprendre tout ce qui m’arrive. Je secoue doucement la tête tandis que nous descendons les escaliers. Les zombis qui tambourinent contre la porte en haut me font frissonner. Ils sont beaucoup, énormément… Je suis persuadé qu’on ne s’en sortira pas. En bas des escaliers des lettres collées au mur indiquent « RDC ». A ce niveau là la sortie sera plus facile à trouver… C’est ce que je pense en suivant Tristan dans une nouvelle salle. Et le spectacle en est encore plus désolant. Les couchettes sont minuscules, sûrement pour des enfants. Des pauvres enfants qui n’ont sûrement rien demandé. Et si Emma s’était retrouvée là hein ? Mes yeux s’humidifient. Je ne comprends décidément pas ce qui m’arrive. La voix de Tristan m’arrache à mes pensées morbides.

Pourquoi j’ai hésité ? Je soupire en me saisissant de mon bistouri souillé de sang séché. « Justement elles sont mortes, et cet enfant n’avait sûrement rien demandé. As-tu des enfants Tristan ? Sais-tu ce que c’est que de perdre un enfant ? Ils sont morts et nous devons les tuer une deuxième fois… » mon ton est grave. Pourtant je semble reprendre le dessus. Ma mélancolie s’estompe doucement je le sens. Nous traversons le hall jusqu’à arriver face à d’autres créatures. D’autres enfants dont la vie a été arrachée. Ils arrivent, grognent et claquent des dents. Tristan me questionne de nouveau. Ses questions sont malsaines. Je ne m’attarde pas là-dessus, l’urgence est là.  « Hé, faut faire ce qu’on a à faire. J’vais faire ce qu’il faut pour vivre. Comme tu l’as dit, ces créatures sont déjà mortes, nous on a l’choix. »le choix de vivre. Je tente de me persuader de ça pourtant je sais que ça ne sera pas facile. Pourtant quand la première créature miniature m’approche, je n’hésite pas. D’un geste vif je viens planter la lame dans son crâne. Avec force, tellement fort que sa boite crânienne explose littéralement. Une poussée de colère m’envahit. Je repense à Emma, je m’énerve, j’enrage. Un deuxième enfant y passe, c’est un tout petit garçon. Je dois me baisser pour l’atteindre. Des gouttes de sang viennent souiller mon visage et me font ressembler à un meurtrier sanguinaire. Mon souffle se fait court. Soudain je sens ma colère disparaître. Je reste immobile un instant en essayant de comprendre ce qui m’est arrivé. D’habitude je contrôle mais là… En même temps une telle situation pourrait faire perdre l’esprit à l’homme d’église le plus pieu. Dans mon inattention je manque de me faire mordre. Heureusement j’ai la présence d’esprit de me décaler à ce moment précis. Je devrais peut-être y retourner à l’église finalement…

J’achève mon assaillant et lance des regards autour de nous. En plissant les yeux je crois apercevoir un panneau désignant la sortie de secours. Un grognement sonore me fait néanmoins réagir. C’était comme si soudain, une centaine de zombis arrivait. Et là je comprends : ils ont passé la porte. « Bordel de merde ils arrivent. Tristan vient faut qu’on s’tire d’ici maintenant ! » la panique me pousse à agir. Pendant un instant je me dis qu’on courra toujours plus vite que ces enfants et puis je me rappelle que le brun ne peut plus courir. Quelle merde. « Bon débarrassons nous des enfants et filons, avec un peu de chance ils n’auront pas le temps de nous rattraper. » je parle doucement histoire que ma voix n’attire pas les autres. Rapidement je me saisis d’un bocal laissé à l’abandon et le lance de toutes mes forces dans la direction opposée. En heurtant le sol l’objet créé un vacarme qui résonne dans tout le rez-de-chaussée. Ça brouillera sûrement les pistes je l’espère en tout cas.

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1390
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller (©Kamo)
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Lun 9 Mai - 19:56


« Survival Instinct »



Jackson & Tristan
featuring



Un sadisme étrange envahissait l'esprit de Tristan, jusqu'à prendre toute la place, jusqu'à écraser toutes ses autres pensées ou les moindres émotions qu'il aurait été capable de ressentir. Il s'était toujours senti anormal, différent, décalé, inadapté. Il avait toujours eu la sensation de ne pas appartenir au clan de ce que l'on nomme "l'espèce humaine". Mais depuis que son âme s'était altérée, depuis que son esprit était habité, corrompu par une entité étrangère, tout était devenu plus chaotique. Au diable la logique, au diable la raison. Les pulsions mortifères le faisaient vibrer comme jamais et il n'éprouvait pas le moindre scrupule à y céder. Il écouta les réponses que lui offrit Jackson sans cesser de le dévisager de son regard éteint, un regard fixe, psychotique, sans nuance. Un regard privé de vie.  « Bien-sur que non, je n'ai jamais eu d'enfant. Mais toi oui, n'est ce pas ? Si je lis bien entre les lignes, cela signifie que tu as déjà connu la douleur de perdre un fils ou une fille. » Mais l'homme s'était déjà éloigné, s'avançant dans le hall pour s'arrêter face au macabre comité d’accueil : une masse d'enfants zombies.

Le visage de Jackson était imprégné de sa rage, il se donnait des raisons, il s'offrait une logique, celle de la survie, et il la clamait bien fort face aux insinuations culpabilisantes de Tristan. Les petits corps tombèrent sous ses coups tandis que son visage se marquait des gouttes de sang, symboles de ses actes aussi impitoyables que violents. Tristan le suivait d'un pas aérien, profitant du passage que Jackson-la-brute lui ouvrait. Il aurait pu danser tant il se sentait léger, dans cette atmosphère horrible, au beau milieu de cette vision atroce de tous ces petits visages défigurés à l'innocence bafouée. Ses épaules tremblaient sous son envie de rire aux éclats, à chaque fois que la lame de son compagnon s'enfonçait dans les chairs putrides. Pendant un instant, il eut l'impression d'être proche d'eux, d'appartenir à cette horde de gamins maudits, aux membres mutilés, aux figures monstrueuses. Pourtant, il n'hésita pas à défoncer le crâne de l'un d'eux d'un puissant coup de pied avant de percer l’œil d'une fillette, la lame de son scalpel lui perforant le cerveau. Cette danse aurait pu se poursuivre indéfiniment…

Ce fut alors qu'un nouveau concert de grognements se fit entendre derrière eux et le regard des deux hommes se croisèrent à nouveau. En toute logique, il leur fallait se débrouiller pour fuir au plus vite car le nombre de leurs assaillants serait bientôt trop élevé pour espérer y résister. Ce que Jackson imposa bien-sûr immédiatement à Tristan, l'exhortant à le suivre ! Mais Tristan restait sur place, sans répondre immédiatement, envisageant la fuite de son partenaire et sa possible solitude avec une indifférence troublante. Pourtant, déjà, l'homme revenait auprès de lui, lui parlant d'une voix plus douce, avec une précaution accrue. Tristan se contenta de hocher la tête avant de regarder son équiper balancer un bocal dans le couloir opposé à eux, sans doute pour créer une diversion. Cela suffirait-il ? Peut-être…

Tristan s'avança vers Jackson en boitant, il se sentait fébrile, il ne savait même pas s'il avait réellement mal à la cheville ou pas. En vérité, il était persuadé d'être capable de décimer tous ces zombies sans problème et de briser l'une des fenêtres du couloir pour s'échapper. Une image s'imposa dans son esprit tourmenté : celle de Jackson en sacrifié, offert à l'avidité de ces prédateurs cruels. Le regard de Tristan dévia sur la carotide de l'homme durant une fraction de seconde où il imagina la percer au moyen d'un rapide coup de scalpel. Le sang versé attirerait plus effacement les prédateurs vers lui que ce pauvre bocal, les zombies étaient si sensibles à l'odeur du sang humain…

« Ton visage a quelque chose d'effrayant, en ce moment. Tueur d'enfants impitoyable que tu es.... » Tristan s'approcha de lui et s'accrocha à son bras comme pour éviter de trébucher. Il se sentait pourtant toujours si stable et assuré, capable de bondir avec un entrain manifeste. Il ne savait plus ce qu'il ressentait, il se sentait sombrer dans un état de folie destructrice, même ces mots étaient en désaccord avec ce qui se lisait sur son visage : non pas du dégoût ou de la peur mais bien de l'appréciation, un certain plaisir. Sa voix demeurait néanmoins tout aussi basse que son équipier alors qu'il s'avançait avec lui, le relâchant soudain pour fondre sur deux de leurs petits adversaires, attraper leurs  nuques et fracasser leurs crânes l'un contre l'autre sans hésitation, fragiles créatures si petites et faibles. Oubliant sa cheville sois disant blessée, il bondit en avant, ouvrant le chemin. S'il ne le faisait pas, la tentation d'égorger Jackson serait trop forte pour qu'il puisse y résister. Et pourquoi ne pas y résister ? Pourquoi ? Pourquoi ne pas sacrifier cet homme qui ne lui était rien ? Pour une parole donnée, pour l'honneur, pour la loyauté ! Foutaise. « FOUTAISE ! »

Tristan s'élança pour se frayer un chemin, usant de ses compétences en arts martial pour se débarrasser de ses trop lents et trop chétifs rivaux. Jackson n'avait qu'à le suivre et se battre tout comme il le faisait ! A moins qu'il ne reste en arrière et si tel était le cas, tant pis pour lui.  « Je n'aurai jamais d'enfant, compagnon, jamais. Parce que ces êtres n'apportent que faiblesse et fragilité, ils ne servent à rien qu'à t'apporter plus de douleur. Regarde toi, toi qui souffres, toi qui regrettes, je le sens dans ton âme. Moi, je suis seul et je demeurerai seul, sans descendance, jusqu'à la fin. Sans faiblesse. »




_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.               (c) little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 657
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Assistante officieuse de Mackenzie
↳ Opinion Politique : Le Gouvernement est son ennemi numéro 1
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, niveau 2 en potions et guérison
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Lun 30 Mai - 13:01

Survival Instinct

Tristan & Jackson

J’ai bien entendu Tristan évoquer ma perte. Mais sur le moment je n’ai simplement pas réagi. J’aurais peut-être dû me concentrer sur son visage, sur le timbre étrange de sa voix. Mais la rage m’avait poussé à m’occuper en arrachant une bonne fois pour toute la vie à ces âmes en perdition. Lorsque je termine avec les enfants et reprend mon calme, je constate que mon compagnon d’infortune m’a suivi. Je n’ai pas vu son hésitation, pourtant en regardant dans ses yeux, j’ai l’impression que quelque chose ne va pas. La situation me presse, et même si je commence à avoir de sérieux doutes, je ne peux prendre le luxe de me tourmenter maintenant. Tout ce qui compte est de sortir de cet enfer vivant. La fin est proche. On peut y arriver j’en suis persuadé. Je viens de lancer le bocal lorsque Tristan ouvre de nouveau la bouche. Face à lui, je le regarde en fronçant les sourcils. Il m’accuse, s’avance et agrippe mon poignet. Mes yeux s’égarent un instant sur sa main puis reviennent se planter dans les siens. A ce moment là je n’ai qu’une envie, c’est de le repousser en arrière avec violence. Quelque chose me dit que Tristan représente lui aussi un danger. Son discours n’a aucun sens. Son esprit a l’air complètement malade. Pourtant son expression reste lisse, c'en est presque vicieux. « Mais c’est quoi ton problème ? Ecoute je t’ai dit que tu pouvais compter sur moi pour t’aider à sortir d’ici, mais tu peux aussi compter sur moi pour tout faire pour sortir d’ici vivant. » mon ton est à la limite du menaçant. Mon regard se durcit. J’ai la rage oui c’est sûr. La rage de vivre.

Malgré mon agacement et mon incompréhension passagère, je continue d’avancer. Jusqu’à ce que Tristan me lâche pour fondre sur nos petits assaillants. Il semble déborder d’une énergie nouvelle, une énergie malsaine, une énergie efficace. Les corps sans vie s’effondrent les uns après les autres.  Je ne prends pas le temps de m’étonner et m’active, éliminant ceux qui pourraient échapper à la vigilance de mon camarade. La sortie de secours approche. L’important grognement reste lointain. Le bocal a dû les occuper pendant quelques secondes. Pourtant je ne suis pas dupe, je sais que si on reste là, ils finiront bien par nous sentir. Surtout avec Tristan qui se met à hurler. Je le regarde avec un nouveau froncement de sourcil. Non seulement il hurle mais en plus il saute. Sa cheville n’était donc que du cinéma ? Depuis tout ce temps on aurait pu courir et être sortis d’ici… L’odeur de mort des lieux commence à me donner la nausée et je me languis de pouvoir à nouveau respirer de l’air frais.

Alors qu’il vient à bout des derniers enfants qui barrent notre route, Tristan ouvre de nouveau la bouche. J’en conclus que pour lui, avoir des enfants n’est qu’une faiblesse, une fragilité. Les conneries qu’ils débitent me font rouler les yeux. J’en suis persuadé, ce gars ne va vraiment pas bien. Encore un de ses tarés qui change de personnalité comme de chemise. Ça m’aurait fait marrer dans d’autres circonstances mais là, ça me tape sur le système. « C’est triste c’que tu dis. J’ai perdu un enfant mais tu te trompes. L’amour qu’ils t’apportent est plus fort que tout. Il vaut mieux avoir connu l’amour et l’avoir perdu que de ne jamais l’avoir connu. Ton existence sera bien triste, je te plains. Sincèrement. » d’ailleurs ma sincérité résonne dans le timbre de ma voix. Je regarde Tristan en me demandant ce qui peut bien pousser un jeune homme comme lui a avoir une vision aussi fade et aussi triste de la vie. Ce qui le pousse à croire que sa solitude fera son bonheur et lui évitera la tristesse. Mais bien vite, la puanteur et les grésillements des néons me font rappeler l’environnement. La morgue, la sortie de secours. Je jette un coup d’œil derrière nous, par reflex. Mon estomac se tord. La horde, elle arrive, elle obstrue le couloir. Faire demi-tour est totalement impossible maintenant. Il faut fuir. Vite.

« C’est maintenant ou jamais.» j’avance d’un pas décidé et tombe face à une double-porte noire. Au dessus un panneau lumineux annonce une sortie de secours. Mes mains sont couvertes de sang séché. Mes vêtements sont souillés de tripes, de chair pourrie, j’ai envie de vomir. Je pousse la porte, priant de toutes mes forces pour qu’elle s’ouvre. Et enfin, l’extérieur. L’air moite de la Nouvelle-Orléans vient s’infiltrer dans mes poumons. Je prends une large respiration en sortant de ce cauchemar. Aux alentours il n’y a rien si ce n’est un silence de plomb. J’espère juste ne pas m’être évanouie et ne pas être entrain de rêver cette délivrance bienfaitrice.

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1390
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller (©Kamo)
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Survival Instinct {Tristan/Jackson}   Mer 8 Juin - 15:27


« Survival Instinct »



Jackson & Tristan
featuring



La lutte entre les valeurs de Tristan et les pulsions que lui inspiraient sa malédiction devenait de plus en plus troublantes à gérer. Il avait toujours été un homme d'honneur, en dépit de tous ses vices, et il respectait la loyauté tout comme la parole donnée. Néanmoins, si jusque là, il se contentait de profiter du plaisir sadique qui ruisselait dans ses veines, la situation lui échappait malgré lui. Soudainement, le mépris manifeste qu'il lisait dans l'expression et les mots de Jackson le heurtèrent. Bien qu'il se moquait totalement de l'opinion d'autrui, cette rafale de jugements que cet homme lui balançait à la tête, assortie de sa fausse compassion misérable, lui paraissaient la pire des insultes qu'on lui ai jamais faite. A cet instant précis, il savait qu'il aurait dû planter sa lame dans la carotide de l'homme. Pourquoi ne le fit-il pas ? Il ne répondit rien, restant de marbre.

Mais déjà, la horde arrivait et ils durent se mettre à courir pour rejoindre la sortie de secours dont le panneau à la lueur si crue détonnait dans la pénombre de la morgue. Les grondements des zombies rythmaient leur course jusqu'à ce qu'enfin, Jackson parvienne à pousser la porte et rejoindre la sortie. Se croyait-il tiré d'affaire ? Tristan sortit à son tour. Au dessus d'eux, le ciel d'un noir d'encre laissait apercevoir une myriade d'étoiles et l'air, bien que très humide et lourd, n'empestait plus la charogne, une légère brise venant caresser leurs visages constellés de taches sanglantes. Mais la horde monstrueuse, elle, ne s'arrêterait pas aux portes de la morgue.

Tristan sortit l'arme de sa poche et la pointa vers l'homme. « Ne me plains pas. Garde ta misérable pitié pour toi, Jackson le vertueux. » Derrière eux, les zombies avançaient bien plus lentement mais ils s'approchaient déjà de la sortie, sans que Tristan ne fasse mine de bouger, menaçant toujours son compagnon de son arme. Il avait défait la sécurité dans un déclic évocateur.  La conclusion de leur aventure approchait de sa fin mais elle possédait pour Tristan un goût d'inachevé. Les choses s'étaient finies trop vite, sur cette note méprisante de la part de cet inconnu. Sa mort aurait du logiquement sceller la fin de l'histoire pour qu'elle soit valable. Une balle se logerait dans sa chair mais ne le tuerait pas. Il viserait ses deux genoux de manière à le faire ployer au sol, contraint de se traîner misérablement. Et ensuite, la horde de zombie se jetterait sur lui pour le dévorer vivant, lui arracher la peau du visage sous ses cris inhumains, l'éborgner, lui dévorer la langue sans que Jackson ne puisse rien faire d'autre que hurler et hurler encore pendant de longues minutes d'agonie, horrifié de sentir ses membres arrachés et se faire goulûment manger par les morts-vivants affamés. Ah quelle belle fin serait-ce là...

« Devrais-je avoir pitié de toi, moi aussi ? »

Tristan tira. La détonation résonna dans le silence qui entourait la morgue. Les balles s'étaient logées dans le sol, à dix bons centimètres des pieds de l'homme, délogeant quelques mottes de terre grise. Lorsque Jackson relèverait la tête, il ne verrait plus personne parce que Tristan avait disparu sans un bruit, s'évanouissant dans la nuit noire. Ne restaient plus que le chaos et la mort, ceux que portaient les cadavres en marche, le groupe grognant et hurlant qui s'en irait à présent rôder en ville et semer l'angoisse sur leur passage. Mais cela, c'était une autre histoire.

Nous ne nous sommes jamais vu. Adieu, Jackson. Adieu.






_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. the ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.               (c) little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles
 

Survival Instinct {Tristan/Jackson}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Michael Jackson est mort...
» Jesse Jackson Says U.S. Should Help Haiti
» Percy Jackson RPG (Réponse au partenariat)
» M. Eddy-Jackson Alexis proteste contre le partenariat entre l’AJH et la MINUSTAH
» Michael Jackson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-