AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 And then there were none ϟ Event (Groupe I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

Laugh like a jackal

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 2404
↳ Points : 939
↳ Arrivé depuis le : 11/12/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, Niveau 3 en sens développés
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks | System Of A Down - Chop Suey! | Nirvana - Smells Like Teen Spirit | Aerosmith - Pink | The Doors - Light My Fire | Bob Marley - Could you be loved | Bobby McFerrin - Don't Worry Be Happy | Carly Rae Jepsen - Call Me Maybe | Rihanna - Diamonds | Lady Gaga - Poker Face | Guesch Patti Etienne | Put The Lime In The Coconut - Harry Nilsson |
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



les petits papiers
↳ Copyright: Kamo
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Ven 15 Avr - 15:08


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none




Bien-sûr que j'étais chanceux ! Vaas avait beau se foutre de moi, j'en étais intimement convaincu. « Arrête, les gens vont être jaloux. » Dis-je d'un ton léger, en buvant sereinement une gorgée de ce si bon vin. Mon pote sembla néanmoins troublé par l'arrivée d'une meuf qui ne prit pas la peine de se présenter. Elle était ici pour affaire ? On pouvait difficilement mieux faire dans le style réponse floue. Je me contentai de hausser un sourcil pendant que Vaas répondait à son tour. Putain, il était venu pour bosser et il se retrouvait à la même table que moi ? Et depuis quand on recevait les ouvriers à la même table que les ministres ? En tant que gagnant d'un concours, je voulais bien comprendre mais en ce qui concernait Vaas, ça me paraissait chelou. La fille blonde en profita pour le charrier un peu, sans que je ne comprenne la raison de son ton un peu amer et pas si drôle que ça. Mais cela ne m'empêchait pas de manger. C'était quoi le projet, demandait Vaas et chacun y allait de ses suppositions. A son murmure, je lui renvoyai un regard entendu. « T'as vu ? P'tain attend, t'as pas goûté le caviar, tiens. » Moi, je m'en privais pas.

Je dévisageai à nouveau Liam avec la même attention. Okay, c'était une des têtes du gouvernement mais je savais que je le connaissais d'ailleurs. Oui, je l'avais connu plus intimement, c'était net. Un amant ? Euh non, j'avais encore jamais vu de ministre dans les boites glauques que je fréquentais. Je décidai de boire un peu plus de vin pour me rafraîchir la mémoire, je réfléchissais toujours mieux quand j'étais saoul, ça aiguisait mon esprit. Cela dit… « Je préfère cette vision optimiste de la chose, ça c'est mieux parlé. C'est peut-être des idéalistes qui rêvent d'un monde utopique où les ministres côtoient le peuple dans la joie et l'amour. » La blonde n'avait pas l'air de mieux comprendre les choses que nous, elle semblait être assez méfiante, elle aussi. Je haussai les épaules. « C'est clair que c'est inutile de se triturer l'esprit dans le vide avec des "peut-être que ci, peut-être que ça". Pour faire des suppositions pertinentes, il faudrait essayer de trouver quel est notre point commun... » Je réfléchissais, tout en savourant ce délicieux repas. La blonde m'avait fait sourire avec ses paroles suivantes. Alors là, si nos hôtes étaient parmi nous à faire semblant de rien, ce serait fort. « En tous cas, c'est pas moi. Promis. Et je ne les connais même pas. Et vous ?» Je regardais chacun des membres, m'attendant presque à ce que l'un d'eux se dévoile.





_________________
The Jackal comes, blood lust on his lips. He craves the dead, our lives in his grips. He's after our hearts, he'll chew and swallow. Blood pours from his mouth, our lives will soon follow. Death comes to those who wait, He feels this. Eyes wide. We try to run from our past, but the truth we cannot hide.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3157-mikkel-georg-iev http://www.mercy-in-darkness.org/t3758-we-find-ourselves-welcoming-the-jackal-and-his-plight

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Sam 16 Avr - 15:31


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none


L’atmosphère était particulièrement étrange. Pensant répondre à une banale invitation pour une soirée mondaine, Marcus n’avait pas prêté attention à de menus détails qui auraient pu éveiller sa curiosité. La traversée en bateau l’avait alors titillé et ses sourcils s’étaient froncés lorsqu’il était parvenu à destination. C’était un lieu qu’il ne connaissait pas. Pourtant, il était assez familier des différentes salles de réception qui pouvaient faire l’objet de lieux idéaux pour le gouvernement. Qu’allait promettre cette soirée ? Il commençait à se demander s’il avait bien fait de s’y présenter. Son arrivée dans la salle à manger ne distilla pas sa suspicion. Lui qui s’attendait à être confronté à une bonne centaine d’invités se retrouvait dans une pièce où seule une dizaine de personnes étaient déjà attablées. Un unique domestique semblait effectuer le service auprès de tous les invités. D’un rapide coup d’œil, Marcus scanna l’assemblée, pour distinguer des visages connus. A première vue, seul l’un d’entre eux lui était familier, celui d’un ministre pour lequel il ne se souvenait plus s’il avait travaillé.

De toute évidence, il était le dernier arrivé. Toutes les chaises étaient occupées, exceptée l’une d’entre elle, qu’il s’occupa à aller rejoindre d’un pas silencieux, le dos droit. Il continuait de scruter les autres invités, se demandant qui parmi eux pouvait être l’hôte. Mais, en captant des bribes de conversation, il comprit qu’aucun d’entre eux ne l’était et que tous semblaient l’attendre. L’arrivée tardive de Marcus attira l’attention de quelques personnes, et il prit soin de garder un visage de marbre en atteignant enfin sa place. A peine eut-il le temps de poser son séant sur le bois foncé que le domestique surgit à ses côtés. « Un peu de vin monsieur ? » Marcus acquiesça et laissa un « Oui, merci. » s’échapper de ses lèvres. Lorsqu’il goûta le breuvage, il le trouva exceptionnellement délicieux. Il s’en étonna. Comment était-ce possible de trouver encore un aussi bon vin par les temps qui couraient ?

Il reporta son attention sur ses camarades de soirée, qui échangeaient quelques propos dont l’intérêt lui semblait peu élevé. Il s’abstint de tout commentaire, ne cherchant même pas à s’insérer dans l’une d’entre elles. Certains se connaissaient, c’était évident. Il se demanda s’il était le seul à faire office de bouche-trou autour de cette table. Si tous les autres avaient un lien, pourquoi était-il ici ? Mais il s’aperçut vite que ce n’était pas le cas et que ce qu’il avait initialement pris pour un réseau de relations n’était réel que pour une minorité. Il se détendit et reprit une gorgée de vin alors que le domestique revenait vers lui pour remplir son assiette de mets délicats. Il haussa un sourcil et se demanda quel était exactement le statut et le rôle sociétal de leur hôte. Ce qu’il avait pris pour une invitation classique et habituelle allait peut-être révéler autre chose. En attendant, Marcus se contentait de prêter une oreille distraite aux conversations. Tant qu’on ne s’adresserait pas à lui, il ne voyait pas l’intérêt de s’y mêler. A vrai dire, il s’ennuyait déjà.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Dim 17 Avr - 16:48


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none




L’impatience des convives se fait grandissante alors que les hôtes demeurent aux abonnés absents. A l'extérieur, la tempête fait rage, déchaine les éléments. Les esprits s’échauffent, dissimulent leur nervosité latente en plaisantant sur le déroulement incongru des festivités.  La mine grave, les traits figés dans le marbre, le domestique se mêle sans vraiment le faire à l'effervescence. Réglé comme une petite horloge, il les abandonne l’espace d’un instant. Il pénètre dans l’une des innombrables pièces du manoir, enfouie dans les ténèbres, actionne le tourne-disque qui s’y trouve. Machine obsolète, issue tout droit d’un ancien temps. Il ne fait que suivre docilement les instructions du papier posé sur le meuble, à peine froissé par ses soins. « Sur mes ordres, veuillez écouter le disque à l’heure suivante… » Les lignes à l’écriture délicate se poursuivent. Mentionnent une surprise, un jeu de société palpitant. Des énigmes captivantes à déchiffrer. Il n'en sait pas plus.

Indifférent, le majordome vérifie que le vinyle ne s’enraille pas, avant de quitter le bureau étriqué. Il referme à clef derrière lui sans s'éterniser, comme on le lui a imposé. Regagne de sa démarche austère la salle à manger, afin de s’assurer poliment du bien-être des invités. Des plus courtois, il remplit les verres vides avec un professionnalisme exemplaire, s’apprête à ramener certains plats en cuisine pour mieux les garnir. Quand soudain, toute l’assemblée se fige violemment. Un grésillement strident brise les conversations et les rires. Une voix semblant venir d’outre-tombe s’élève avec force. Puissante et autoritaire, elle ne ressemble à celle d’aucun convive. Se pare de notes affreusement sinistres et solennelles. Tonitruante, elle est apte à faire courir des frissons de crainte sur la chair des plus téméraires.  

« Mesdames et messieurs ! Silence s’il vous plait ! Vous êtes accusés des actes suivants :

Aleksi Shannon Lenaïk d’avoir tué par jalousie une vingtaine de femmes en reproduisant un rituel barbare scandinave, l’Aigle de sang
Alistair Jeremiah Jenkins d’avoir tué gratuitement la petite-amie d’un résistant qu’il était venu arrêter
Camillia Winona Reyes d’avoir tué avec préméditation sa propre sœur, Valentina Reyes
Liam Philipp Wiggins d’avoir assassiné de sang-froid un homme avec une arme à feu avant de faire accuser son frère jumeau Nolan de son crime et de le condamner ainsi à mort
Marcus Kostas d’avoir tué en réunion un adolescent sans défenses, en le martelant longuement de coups de pieds et de coups de poings
Mikkel Georg Ievseï d’avoir collaboré activement aux homicides de son grand-père mafieux, Andreï Ievseï, meurtrier d’une centaine de victimes
Rachael Miller d’avoir tué plus d’une centaine de personnes dans l’exercice de ses fonctions de milicienne
Seraphina Noelys Wilson d’avoir tué sa jumelle Perséphone Wilson avant de se faire passer pour elle et d’accuser leur père du crime
Thomas Rogers d’avoir tué Jennyfer Brady, la personnage âgée qui l’employait, afin de récupérer son héritage
Vaas Milligan d’avoir tué après l’avoir séquestré et torturé un gouverneur américain, Heath Dolan, avec un groupe d’activistes politiques

Accusés, que plaidez-vous ?
»




informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600 pour l'instant, vous pouvez faire moins, c'est même conseillé pour faire bien avancer l'action.
Pour ce second tour, vous devez décrire la réaction de votre personnage à l'enregistrement audio. Il peut nier, se taire, tenter de se justifier ou encore reconnaitre son crime, comme bon vous semble. Les personnages peuvent aussi tenter de parler pendant que le tourne-disque fonctionne, le son est de toute manière trop assourdissant pour que leurs voix puissent en masquer le contenu.
↠ Dans cette réalité alternative, il est important de rappeler que tous les personnages ont perdu leurs capacités surnaturelles, sont de simples humains.
↠ Vous pouvez faire intervenir le domestique Thomas Rogers, comme bon vous semble. Autant en actes qu'en paroles. Cependant, celui-ci n'en sait pas plus que vous sur cette sombre mascarade. Il a même perdu sans s'en apercevoir la clef du bureau où se trouve le tourne-disque.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici une semaine (le 24/04) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ). Un premier mort sera alors désigné.



groupe I - liste de participants

↠ Aleksi S. Lenaïk
↠ Alistair J. Jenkins
↠ Camillia W. Reyes
↠ Liam P. Wiggins
↠ Marcus Kostas
↠ Mikkel G. Ievseï
↠ Rachael Miller
↠ Seraphina N. Wilson
↠ Vaas Milligan


Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 738
↳ Points : 1035
↳ Arrivé depuis le : 25/12/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 33
↳ Métier : Ministre
↳ Opinion Politique : Quand on a le pouvoir, l'argent, et les passe-droits, on ne peut pas vraiment reprocher quoique ce soit au gouvernement en place.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 ( Niveau 4 en Guérison & Prémonition.) Niveau 84 en Serviettophilie
↳ Playlist : WOODKID - Iron ◐ METALLICA - One ◐ JOE HISAISHI - Princess Mononoke ◐ COLDPLAY - Fix you ◐ DAFT PUNK - Harder, Better, Faster, Stronger ◐ PINK FLOYD - Wish you were here ◐ BANKS - Waiting game ◐ CAT STEVENS - Wild World (skins version) ◐ MT. EDEN - Escape ◐ HALSEY - Gasoline ◐ BRITNEY SPEARS - Toxic ◐ METALLICA - Master of Puppets
↳ Citation : ‘When life gives you lemons, don't make lemonade - make life take the lemons back! Get mad! I don't want your damn lemons, what am I supposed to do with these? Demand to see life's manager. [..]’ C. J
↳ Multicomptes : Adrian N. Hoffman
↳ Couleur RP : (#336666) #6699CC



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose ♥ ; Anna Nalick ; blue comet
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Lun 18 Avr - 4:39

Je préférai clairement la compagnie de la demoiselle nommée Seraphina à celle de Mikkel. Non pas parce qu'elle approuvait mes idées mais parce que l'arrogance du dernier me faisait rouler des yeux. Il avait beau me dire quelque chose, sa simple présence me fatiguait.

Peut-être était-ce pour cette simple raison que mon esprit l'avait occulté. Et puis il posa la question, jouant toujours au malin. Je ne prenais pas la peine de répondre et observais mes camarades, buvant et savourant le vin et touchant encore un peu le repas. Des regards en douce lancés à Alistair. Si l'invitation était belle, sincèrement, ce truc commençait à prendre une tournure qui me déplaisait. Et ce, peu importe ce qui se cachait derrière tout ça. Mais ma curiosité et ma méfiance me poussant à tout vérifier, je remarquai le majordome sortir de la pièce. D'un haussement de sourcil, j'assumais qu'il allait nous chercher à manger, ou mieux, nos hôtes. Mais pourtant, il ne revint ni avec de la nourriture, ni avec nos hôtes.

J'appose mon regard sur Seraphina, la demoiselle aussi méfiante que moi et lui montre d'un coup d’œil le majordome contre la porte, espérant qu'elle ait remarqué son petit tour de passe-passe comme moi. Mais avant d'aller plus loin dans un quelconque échange, un bruit sinistre se fit entendre. Tellement sinistre qu'il me fit lâcher un juron, et, réflexe de sorcier, me fit tenter de lancer une quelconque illusion. Total échec. Je me frustre, me disant que mon propre stress interfère avec mes capacités avant que le bruit s'arrête, laissant place à une voix inconnue.

Les noms des convives défilent les uns après les autres et mes yeux s'apposent sur chacun d'entre eux. Le si mignon Aleksi ne l'était peut-être pas tant que ça, nous ne l'étions peut-être tous, pas tant que ça. Le bruit s'éteint sur la question à un million. Question qui me rappelle le procès de mon frère, me rappelle ce fameux meurtre. Je me retourne vers Alistair et lui dis, rien qu'à lui. « Surtout, on ne s'éloigne pas l'un de l'autre. » Rien à foutre de ce qu'on pouvait lui reprocher, c'était mon ami. Vrai ou non, on sortirait de là ensemble. Point final.

Mon regard se reporte sur Rogers et d'un coup de menton je le regarde intensément, enfonçant mes pupilles presque noires dans les siennes. « Rogers, si vous avez tué votre employeur, vous avez tué nos hôtes. Et vu qu'on se retrouve tous ici accusés à tort et à travers, par une simple invitation, d'un hôte paraît-il, mort, vous comprendrez bien qu'il va falloir nous donner quelques explications. »

Gagner du temps. Du blabla. Attirer l'attention sur quelqu'un d'autre pendant que je glisse un couteau dans ma poche de pantalon. Il est fort probable que je sois entouré de divers psychopathes, tous plus glauques les uns que les autres. Et mon anecdote s'avérant plutôt vraie, je n'avais pas vraiment envie d'entendre les plaidoiries des autres convives. Alors le regard sur Rogers, je me faisais insistant. L'homme, lui, plus mal à l'aise que jamais ne semble pas décider à me répondre.

C'était trop beau pour être vrai, je le savais bien. « Quel est ce jeu tordu Rogers ? ». Mon regard ne pouvait pas s'arrêter sur un convive en particulier et pourtant, lorsqu'il croisait celui de Seraphina, la seule qui ne s'était pas foutu de ma gueule, je me voyais déglutir. Des histoires de jumeau, des histoires qui font mal et moi, c'est la seule qui m'a inspiré confiance dans cette assemblée.

_________________

Breathe, just breathe
« If I get it all down on paper, its no longer inside of me, threatening the life it belongs to and I feel like I'm naked in front of the crowd cause these words are my diary, screaming out loud and I know that you'll use them, however you want to. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3207-liam-bad-reflect

WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5319
↳ Points : 196
↳ Arrivé depuis le : 03/09/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : Toby Stephens
↳ Age du Personnage : Quarante-huit ans
↳ Métier : Bras-droit de Maria Velasquez ; Ancien directeur de la Parish Prison
↳ Opinion Politique : Il crache sur le Gouvernement, et emmerde la résistance. La Communauté en unique camp, au-dessus et avant tout le reste.
↳ Niveau de Compétences : Trois
↳ Playlist :
STARSET - Demons ♭ KORN - Evolution ♭ SLIPKNOT - Disasterpiece ♭ SIA - Free me ♭ WOODKID - Iron ♭ BEAR McCREARY - A nation of thieves ♭ NICK CAVE - Avalanche ♭ KODA - New blood ♭ HIDDEN CITIZENS - Paint It Black ♭ SABATON - Out of control ♭ RAG'N' BONE MAN - Hard came the rain ♭ POP EVIL - Monster You Made

↳ Citation : « Everyone is a monster to someone. Since you are so convinced that I am yours, I will be it. »
↳ Multicomptes : Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #448a74



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame ; tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Lun 18 Avr - 13:01


Le trop plein de questions et de doutes qui se glissent autour de la table donne à la soirée un tournant étrange. Déjà mal à l’aise dans un univers à l’opposé de celui dans lequel j’ai l’habitude de graviter, de me retrouver en présence d’être aussi différents les uns des autres, avec un mystère entourant toute cette histoire ne fait qu’ajouter une couche supplémentaire à mon inconfort. L’invitation à l’écriture admirablement délicate laissé miroiter la promesse d’une soirée comme il ne s’en fait plus depuis longtemps. L’éclatement de sens et l’oubli de ces règles ridicules. Rien que pour quelques heures, vivre un autre temps, être quelqu’un d’autre. Le verre à nouveau rempli par les soins du domestique, il se vide d’une nouvelle traite qui me brûle la langue. Quitte à devoir rester en compagnie d’un politicien un peu trop imbu de sa personne, et de toute une flopée de parfaits inconnus, autant le faire avec un peu d’alcool dans le système. Les choses n’en seront que plus simples. Le temps de réfléchir à une quelconque réponse pour justifier ma présence ici et les discussions se figent.

Le grésillement résonne dans la pièce, lugubre. Je n’avais pas remarqué l’absence du majordome. Aussi discret et silencieux qu’une ombre, le voilà qui reprend son rôle alors qu’une voix s’élève dans le silence. Des frissons me lacèrent l’échine et mon souffle se fige dans ma poitrine lorsque mon nom vient s’érafler contre mes oreilles. L’accusation me prend à la gorge, de la glace se distille alors dans mes veines. Les autres noms défilent, et je m’oblige à poser mon regard sur chacun d’entre eux à mesure que les crimes s’étalent. Il est là, le critique commun à notre présence ici. Des prétendus crimes. Mes doigts autour du verre se resserrent, crispés par l’angoisse qui vient de se ruer sur ma langue. Liam reprend la parole. Pour accuser le majordome. Pour la première fois depuis mon arrivée ici, je me surprends à le considérer comme un ennemi. Le scrute alors qu’il semble ne pas savoir quoi faire non plus. Il conserve son flegme admirable, s’efforce à rester courtois face aux doutes qui viennent l’accabler. « - Monsieur, je ne fais qu’exécuter les ordres qui m’ont été donnés. J’ignore le sens de tout ceci. Vos hôtes sont absents pour le moment, la tempête au-dehors les empêche de nous rejoindre, mais ils seront présents demain matin. » Il s’incline respectueusement face à son accusateur, mais n’ajoute pas un mot concernant l’accusation dont il a été victime. « - Vous émettez des conclusions bien hâtives, Liam. Il est clair que le but de cet enregistrement est de semer le doute. Peut-être qu’en retrouvant la source, nous aurions quelques informations supplémentaires sur tout ceci. Rogers vous devez savoir d’où a été émis le message ? » Loin d’être le mieux placé pour parler, je m’oblige à garder le silence après ma brève intervention. Incapable de trouver un sens à l’accusation qui pèse sur mes épaules. Incapable de me considérer un seul instant comme l’ignoble assassin dépeint dans ce message.

_________________

† madness is sanity
a world of burning flames, white wings scorched to black, and a heart consumed by rage, oh darling,
you were just born to be a devil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4594-disasterpiece-le http://www.mercy-in-darkness.org/t4681-leslie-pray-for-the-storm-of-your-life

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Lun 18 Avr - 15:13


Le début de soirée tout à fait étrange se poursuit sur le même ton. Le dernier siège vide autour de la table se trouve bientôt occupé et Alistair suppose qu’ils sont à présent au complet. La tension est palpable autour de la table malgré les verres qui se vident et que le majordome remplit à nouveau consciencieusement. Alistair semble être le seul à boire du jus de fruit mais il s’y tient. Ce sont ces petites victoires quotidiennes qui lui font tenir la route et il aime se coucher le soir en se disant qu’aujourd’hui, il n’a pas touché une goutte d’alcool. Ce soir encore, il comptait bien là-dessus. Le majordome, quand il n’était pas occupé à remplir les verres, remplissait les assiettes et le blondinet regarda son entrée avec un œil sceptique. Il n’aimait pas les champignons. Il le signala au majordome qui lui apporta autre chose de bien plus appétissant et qu’il goûta avec plaisir.

Il écoutait les convives avec attention chaque fois que l’un d’entre eux prenait la parole. La question sur l’absence de leur hôte planait comme une étrangeté menaçante au-dessus de la table et Alistair n’était pas le dernier à se la poser et à trouver ça bizarre. Le majordome, lui, agissait comme si de rien n’était. Imperturbable. Encore plus lorsqu’il refit son apparition après une courte absence. Liam lui avait fait un signe et Alistair l’avait bien remarqué.

Soudain, le brouhaha des conversations s’arrêta net alors qu’un grésillement typique des vieux tourne-disques se faisait entendre. Alistair posa son regard sur chacun des invités alors qu’une voix s’élevait pour énumérer un crime relatif à chacun d’entre eux. Il tiqua à la mention de son nom et de son accusation, un cuisant souvenir que la voix sur l’enregistrement déformait complètement. Où avait-il eu ces renseignements déjà ? Seul le chef de service et ses collègues présents ce jour-là était au courant. Le peacekeeper fronça les sourcils un instant. Tout le monde y était passé, le majordome aussi. Lorsque la question tomba, comme le couperet d’une guillotine, le silence s’abattit durant quelques secondes. Le temps pour Liam de le rompre et murmurant à Al qu’ils ne devaient pas s’éloigner. « Je crois que c’est plus sage. » répondit-il sans prêter cas au crime du ministre annoncé par la voix. Après tout, si la voix avait déformé la vérité pour son propre crime, il avait dû le faire avec tout le monde et Alistair supposait donc que s’il y avait eu meurtre, il y avait sans doute eu raison. En plus de ça, le cadre n’était pas vraiment légal pour juger des criminels. Le tribunal était fait pour ça.

Une chose était sûre, c’était que maintenant, ils savaient pourquoi chacun d’eux se trouvaient dans cette pièce et qu’ils étaient tous dans le même bateau. Peu importait le crime. Au final, ils avaient tous un passé peu glorieux et Alistair était loin d’être le mieux placé pour leur jeter la pierre.

Les questions fusèrent à l’encontre du pauvre majordome. Et Alistair soupira. « Arrêtez de vous en prendre à cet homme, je crois bien qu’on est tous dans la même galère. » Si tout le monde voulait détourner l’attention de son cas, au moins là c’était clair. Le majordome lui adressa un léger signe de reconnaissance et Alistair finit son verre de jus d’abricot cul-sec et se leva de table pour rejoindre une des immenses portes-fenêtres de la salle à manger. Le vent faisait rage et un éclair violent illumina les visages d’une lueur étrange tandis que le tonnerre grondait à son tour.
Revenir en haut Aller en bas

Laugh like a jackal

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 2404
↳ Points : 939
↳ Arrivé depuis le : 11/12/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, Niveau 3 en sens développés
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks | System Of A Down - Chop Suey! | Nirvana - Smells Like Teen Spirit | Aerosmith - Pink | The Doors - Light My Fire | Bob Marley - Could you be loved | Bobby McFerrin - Don't Worry Be Happy | Carly Rae Jepsen - Call Me Maybe | Rihanna - Diamonds | Lady Gaga - Poker Face | Guesch Patti Etienne | Put The Lime In The Coconut - Harry Nilsson |
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



les petits papiers
↳ Copyright: Kamo
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Lun 18 Avr - 20:40


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none




Certaines personnes dans cette salle semblaient bien étranges. Trop silencieuses ou discrètes, elles paraissaient bien trop méfiantes pour être honnêtes. De mon coté, je ne baissais pas les yeux, me contentant de hausser les épaules face à un certain ministre qui m'ignorait avec grossièreté. Mon sourire envers lui n'en fut que plus radieux et insistant. Le repas était bon mais au niveau de l'ambiance, on aurait quand même pu mieux faire. En gros, la plupart tiraient la gueule en regardant leur assiette, génial quoi. « Je sens qu'on va passer un week-end fantastique... » En plus, le temps s'y mettait pour ajouter au coté sinistre de l'atmosphère. Malgré moi, je me sentais gagner peu à peu par une certaine nervosité que j'évacuai en discutant de la bouffe avec Vaas. J'acceptais que le domestique remplisse à nouveau mon verre quand tout à coup, une voix sépulcrale s'éleva dans la pièce, surpassant le bruit des conversations.

L'aigle de sang ? Je dévisageai le charmant Aleksi avec un sourire incrédule. Mais si j'avais cru tout d'abord à une blague, la suite me fit perdre mon expression joviale. Pourquoi toutes ces histoires de meurtres ? Je ne connaissais pas les premières personnes citées mais je commençais peu à peu à craindre que vienne mon tour. A ce moment précis, je laissai soudainement échapper un rire, semblable à un jappement de chacal. « Ha !Non mais c'est déconner… Qui parle là ? Où êtes vous ? Montrez-vous au moins !!» Mais la voix était plus forte que la mienne et j'eus beau me relever et regarder autour de moi, je ne voyais pas d'où elle provenait. Le dernier accusé n'était autre que Vaas et je tournais les yeux vers lui, le fixant dans un mélange de malaise et d'incompréhension. Me penchant vers lui, je lui murmurai quelques mots. «  Ça craint ce truc, viens on se tire... »

Mais Liam avait déjà prit la parole, agressant le serviteur qui paraissait tout aussi surpris et ignorant que les autres. Aleksi et un autre mec prirent la défense du majordome, lequel secoua doucement la tête, toujours aussi impassible d'apparence, bien que blanc comme un linge. « Il vient de la pièce d'à coté, monsieur. Un tourne disque... » C'est alors que Rogers chercha la clefs dans la poche de sa veste mais il eut beau les palper toutes, il ne parvint pas à remettre la main dessus. Le tonnerre gronda et je ne pus réprimer un frisson, tant l'ambiance prenait un tour effrayant.

« Bon, Rogers, dites moi comment on se tire d'ici, le bateau, où il est ? Non, parce que moi, je sais juste que j'ai buté personne. Et je ne suis coupable de rien, pas plus que mon pauvre vieux grand-père qui n'aurait pas la force de souffler sur une patate et qui dort depuis longtemps à l'heure qu'il est, merci pour lui. Cette histoire ne me fait plus rire, sérieusement. »

Rejoignant la fenêtre d'un pas énergique, aux coté d'un homme qui s'y était déjà posté, j’espérais voir s'il y aurait un moyen de prendre la mer mais l'intensité de la tempête me fit serrer les poings. Ce n'était pas la peine que Rogers me réponde, ce que je voyais était assez éloquent. Les vagues étaient gigantesques... Un murmure m'échappa. « Putain… on est coincé ici..» Coincé avec une bande de meurtriers...


_________________
The Jackal comes, blood lust on his lips. He craves the dead, our lives in his grips. He's after our hearts, he'll chew and swallow. Blood pours from his mouth, our lives will soon follow. Death comes to those who wait, He feels this. Eyes wide. We try to run from our past, but the truth we cannot hide.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3157-mikkel-georg-iev http://www.mercy-in-darkness.org/t3758-we-find-ourselves-welcoming-the-jackal-and-his-plight

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 955
↳ Points : 240
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: Rivendell
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mar 19 Avr - 13:14

And then they were none

Event

Bien qu’elle se soit résignée à attendre comme tout le monde, Seraphina n’en restait pas moins méfiante. Ses yeux clairs scrutaient la pièce de temps à autre. Elle avait finit par remplir son assiette et avait goûté à quelques plats sans grand appétit. Ben oui, on lui avait fait miroiter une fête grandiose et voilà qu’elle se retrouvait coincée autour d’une table à devoir faire la discussion à des inconnus impatients. Elle ne les blâmait pas puisque sa patience venait d’atteindre sa limite. La jeune femme posa sa fourchette avec délicatesse en adressant un regard au dernier venu qui n’avait pas pris la peine de se présenter. Seraphina haussa les épaules et se saisit de son verre. Ses yeux s’attardèrent sur le Majordome qui venait de revenir. Mais où était-il allé ? La jeune femme croisa le regard de Liam tandis que ses sourcils se fronçaient. Lui aussi avait vu. Et tandis que Mikkel faisait par de ses préoccupations concernant la suite du week-end, un bruit insupportable interrompit les birbes de conversation. Le son strident arracha une grimace à Seraphina qui reposa son verre au risque de le lâcher. Une voix macabre s’éleva. Seraphina soupira. « Ah ben voilà, le spectacle commence. » murmura-t-elle.

Si elle avait d’abord parut blasée, la daybreaker parut soudainement inquiète. La voix accusa les convives de choses affreuses. Ce que craignait Seraphina arriva : son propre crime fut révélé. Son sang se glaça instantanément. Tandis qu’elle se saisissait de nouveau de sa fourchette, son regard s’attarda sur Mikkel. Andreï Ievseï, son Andreï, grand-père ? Durant quelques secondes ce fut la seule chose qui perturba la jeune femme mais bien vite l’agitation provoqué par l’accusation la ramena sur terre. Seraphina avait recommencé à manger d’un air détendu, pourtant elle serrait sa fourchette si fort que les jointures de ses doigts en étaient devenues blanches.  Silencieuse la jeune femme observait chacun des convives. Les faits dont on l’accusait étaient bien réels, elle se demanda si c’était le cas pour tous autour de la table. Elle écoutait les autres s’indigner et questionner le majordome sans moufeter. Elle réfléchissait. Elle finit tout de même par s’arrêter de manger. Elle se mit à applaudir tout en riant jaune. « Bravo ! Quelle imagination. Je vois que nos hôtes ont beaucoup d’humour. Inclure le majordome dans la blague est très bien pensé. Ne vous en faites pas, je suis sûre que c’est une blague de très mauvais goût. » Malgré son apparence détendue, le niveau de panique de Seraphina avait atteint son maximum. Ses joues commençaient à rougir d’angoisse.

Le grondement du tonnerre fit trembler les murs et la jeune femme sursauta. Mikkel avait raison, ils étaient coincés ici. Comme des rats. Seraphina jeta un rapide coup d’œil à la nourriture apportée par l’épouse de Thomas. Elle n’avait décidément plus faim maintenant. « C’est malin maintenant je n’ai plus très faim. » la jeune femme avait le teint livide pourtant elle rassemblait ses efforts pour ne rien laisser paraître. Julian était mort, Perséphone était morte, qui d’autre avait pu révéler son secret ? Andrew ? Non… Son esprit s’embruma de milles interrogations. « Bon Aleksi a raison il faudrait savoir d’où vient cet enregistrement. Il n’a pas été déposé là par le saint-esprit. Peut-être que c’est la suite logique de ce petit jeu d’énigmes glauque. » il fallait rester prudent car la voix qui s’était élevée faisait réellement froid dans le dos. Le blond près de la fenêtre avait bien raison : ils étaient tous dans la même galère.

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mar 19 Avr - 23:45



event

AND THEN THERE WERE NONE

Geste machinal, Rachael attrape le verre que le majordome vient juste de remplir pour le porter à ses lèvres. Les effluves du vin grimpent à l'assaut de son odorat tandis qu'elle se demande depuis combien de temps n'a-t-elle pas eu l'occasion de goûter de l'alcool d'aussi bonne qualité. Une première gorgée, puis une seconde, et le grésillement du haut parleur interrompt soudainement toute activité. Lorsque la voix lugubre s'élève dans l'assemblée hétéroclite, la milicienne sent sa méfiance grimper de quelques crans. Un par un, les noms des convives sont énoncés et accompagnés d'un charmant petit énoncé et lorsque son tour arrive, c'est sans grande surprise qu'elle écoute l'accusation parfaitement véridique et les morts qu'on lui impute. A quoi bon chercher à nier ce qu'un quart de siècle en tant que soldat l'a poussé à faire ?
Toutefois, Rachael est loin d'apprécier cette mauvaise plaisanterie alors qu'il apparaît évident que la raison de son invitation, soigneusement présentée noir sur blanc dans la lettre qu'elle a reçue, n'est rien de plus qu'un prétexte pour justifier sa présence dans l'île. Autour d'elle les voix s'élèvent déjà, certaines pour réfuter les paroles de l'enregistrement audio, d'autres pour simplement évaluer la situation pour le moins contrariante dans laquelle ils se trouvent tous bon gré mal gré. Son attention s'accroche plus à ce deuxième groupe alors que, toujours silencieuse, elle a finalement attaqué le contenu de son assiette. Quitte à devoir se retrouver en sale posture, autant profiter un tant soit peu de ces plats fumants et à l'air appétissant. « Vous appelez ça un jeu d'énigme ? » Elle laisse échapper un petit rire sardonique. « Simplement parce que ça vous dérange et que vous n'assumez pas que quelqu'un ait fouiné dans votre passé et révélé à l'assemblée votre petit secret honteux ? » La lame de son couteau tranche dans le morceau de viande saignant. « Enfin vous avez raison, trouver d'où vient cet enregistrement pourrait s'avérer utile, je doute qu'on nous ait réuni ici simplement pour comparer gaiement nos crimes autour d'un repas. » Mais ça ne l'empêche pas de continuer à manger, mieux vaut prendre des forces quand on ignore ce qui va suivre. Ne sont-ils que les jouets d'un détraqué s'amusant à collectionner les individus au passé entaché ? Malgré la qualité du service, Rachael regrette déjà d'avoir accepté de quitter le sol de sa ville natale pour se rendre ici, et le cynisme qu'elle place dans ses paroles est surtout présent pour masquer son agacement face à l'incompréhension de cette mascarade. Car si la curiosité de savoir ce qui se cache derrière cette scène absurde est manifeste, l'inquiétude n'est pas loin derrière : nul besoin d'être pourvu d'un bon instinct de survie pour comprendre que cette réunion n'augure rien de bon.  

 


Dernière édition par Rachael Miller le Dim 24 Avr - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 738
↳ Points : 1035
↳ Arrivé depuis le : 25/12/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 33
↳ Métier : Ministre
↳ Opinion Politique : Quand on a le pouvoir, l'argent, et les passe-droits, on ne peut pas vraiment reprocher quoique ce soit au gouvernement en place.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 ( Niveau 4 en Guérison & Prémonition.) Niveau 84 en Serviettophilie
↳ Playlist : WOODKID - Iron ◐ METALLICA - One ◐ JOE HISAISHI - Princess Mononoke ◐ COLDPLAY - Fix you ◐ DAFT PUNK - Harder, Better, Faster, Stronger ◐ PINK FLOYD - Wish you were here ◐ BANKS - Waiting game ◐ CAT STEVENS - Wild World (skins version) ◐ MT. EDEN - Escape ◐ HALSEY - Gasoline ◐ BRITNEY SPEARS - Toxic ◐ METALLICA - Master of Puppets
↳ Citation : ‘When life gives you lemons, don't make lemonade - make life take the lemons back! Get mad! I don't want your damn lemons, what am I supposed to do with these? Demand to see life's manager. [..]’ C. J
↳ Multicomptes : Adrian N. Hoffman
↳ Couleur RP : (#336666) #6699CC



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose ♥ ; Anna Nalick ; blue comet
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Ven 22 Avr - 2:01

Je déglutis à la remarque du merveilleux Aleksi et me retient de rouler des yeux. L'espace d'une seconde, je réfléchis, laisse le monde tourner autour de moi. J'observe, les gestes, les gens. J'observe les réactions, j'analyse. Peut-être un peu trop, peut-être pas assez.

Les gens bougent sans bouger, comme si on avait pas tous été accusés de crimes absolument horribles. Alistair se lève et mon regard le suit avant de se retourner sur les autres qui parlent. Savoir d'où vient l'enregistrement, c'était pas une idée de merde. Mais elle venait d'Aleksi, et lui, par contre, il me plaisait pas vraiment. Je retenais mes remarques, c'était pas le moment de se mettre du monde à dos. Vrai ou non, la situation était telle qu'on était coincés ici. Et même si tout ce que le tourne-disque avait pu annoncer était faux, déformé ou je-ne-sais-quoi, on ne vivait pas vraiment dans un monde où faire confiance à son prochain était la devise du siècle.

J'observe Seraphina parler, avec cette drôle de sensation tout au fond, à cause des mots jumeaux. Et puis la blonde prend le relais, et parle tout en continuant son repas. Quant à moi, je vide mon verre, reste à table, pose ma chaise sur deux pieds pour regarder Alistair un peu trop près du jeune homme qui me rappelle quelque chose et observe la nature se déchaîner. Je soupire une seconde et repose mes coudes sur la table avant de me tourner vers le majordome, qui, même s'il faisait un sacré divertissement n'avait pas l'air de comprendre plus que nous ce qu'il se passait par ici. Je tournai donc mon regard vers lui, croisant mes mains et les posant sous mon menton, lui accordant ma voix parfaitement travaillée du politicien parfait et reprenant ses propos. « Bon, vous avez dit tout à l'heure que ce tourne-disque se trouvait dans une des pièces adjacentes. Est-ce que l'on peut, s'il vous plaît, y avoir accès ? » Mon regard se veut neutre, cachant mon impatience et tout le reste. Rogers acquiesce mes propos et semble chercher dans sa poche quelque chose, l'idée germe dans ma tête et rien qu'à la pensée de ce qu'il s'apprête à dire alors que ses lèvres s'entre-ouvrent je roule des yeux. « Je... je suis navré monsieur mais je n'ai plus la clef. », je soupire, me sers comme un grand un nouveau verre de vin que je savoure lentement, incapable de réfléchir correctement avec cette tempête qui prend de plus en plus de place.

« Bon, peut-être qu'on peut la chercher cette clef, à moins que l'un de vous n'ait des talents de crocheteur. » Je souris à Aleksi, et ajoute, rien que pour lui. « Tous dans le même camp, pas vrai ? » Je lève mon verre et en boit une nouvelle gorgée avant de rejoindre Alistair et observer les éléments se déchaîner face à nous dans un soupire alors que le liquide pourpre se balade dans ma paume, reflétant les éclairs.

« C'était une bien belle invitation, mais je commence à croire que c'était pas forcément l'idée du siècle de se laisser amadouer par la beauté. », je marque une pause et me retourne sur l'assemblée avant d'ajouter. « Au moins on crève ni de faim ni de soif, on peut toujours leur accorder ça, aux hôtes absents. »

_________________

Breathe, just breathe
« If I get it all down on paper, its no longer inside of me, threatening the life it belongs to and I feel like I'm naked in front of the crowd cause these words are my diary, screaming out loud and I know that you'll use them, however you want to. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3207-liam-bad-reflect

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1525
↳ Points : 734
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Ven 22 Avr - 10:56



C’était une ambiance à l’image des soirées mondaines avec des plats à foison. Vaas observa tour à tour les convives, chacun ajoutant son grain de sable sur les raisons de l’absence de leurs hôtes. L’ouvrier se contentant d’acquiescer de la tête ou de hausser les sourcils de temps à autre. Il était trop occupé à déguster les mets qu’on leur offrait pour répondre à chaque réponse des convives.
Puis cette voix. Si une voix d’outre-tombe existerait, ça aurait été celle-ci. La nourriture encore en pleine mastication, Vaas déglutit difficilement à la première annonce qu’il entendit. Que toute la tablée entendit. Ça ne s’arrêtait pas. Ça ne voulait pas sembler s’arrêter. Vaas regarda un à un chaque convive qui se faisait nommer. Un sourcil interrogateur se leva à l’accusation de Camillia. Il ne mit bien longtemps à comprendre qu’il n’allait pas y passer. Pourtant, aussi morbide qu’étaient ces accusations, Vaas n’y croyait pas pour un sou. Puis arriva son nom retentit dans l’immense salle. A l’annonce de son nom et de son « crime », des souvenirs sous forme d’image et de flash lui apparaissaient dans son esprit. Il était difficile d’essayer de deviner quels étaient les sentiments de l’ouvrier à ce moment-là. Car Vaas faisait preuve d’un sang-froid irréprochable face à ce retournement d’estomac et d’un haut-le-cœur si vivace que ses cheveux auraient pu virer au blanc. Personne ne pouvait être au courant. Ça c’était passé il y a des années, lorsqu’il était encore hacker, lorsqu’il pouvait se cacher derrière le confort et la sécurité de son écran et de son clavier. « Ça serait une bonne idée ouais… » répondit-il à Mikkel d’une voix grave.

Vaas observa les premières accusations se faire à l’encontre du fameux Thomas Rogers. Malgré les questions qui fusèrent pour savoir le pourquoi du comment de cet enregistrement glaçant, la majordome ne semblait pas être plus au courant que les convives autour de cette table. Mikkel énonça son envie de partir de cet endroit, ce qui n’était dans le fond pas une si mauvaise idée. Il le suivit du regard lorsqu’il se leva vers la fenêtre, et ce n’était qu’à cet instant que Vaas se rendit compte de la météo dégradante qui semblait s’être mis en symbiose avec l’ambiance sinistre de ce manoir. A l’annonce de Seraphina comme étant une blague de mauvais goût, Vaas ne put réprimer un haussement de sourcil avant de rajouter « Vous pouvez jouer sans moi. » tout en finissant son élocution par une gorgée de vin dont le goût semblait être devenu particulièrement amer. L’intervention de la dénommée Rachael fit légèrement plisser les yeux de l’ouvrier. Son attitude glaciale perturba Vaas. Et elle n’avait pas l’air plus dérangé que le côté peu glorieux de son passé soit révélé aux yeux de tous. « Y’en a qui semble prendre leur pied en tout cas. » laissa-t-il échapper en montrant du nez la grande blonde qui coupa sa viande d’un air nonchalant.

La discussion ne semblait plus que tourner autour de la clé qui à entendre tout le monde, était l’objet divin de la soirée. Cependant, Vaas acquiesça vivement de la tête face à l’idée de Liam qui semblait pourtant l’avoir dite de façon spontanée. Il rajouta non sans une pointe ironique mixée avec son cousin l'amertume « Ou alors on part à la recherche de nos bienveillants hôtes. ‘Sont bien quelque part dans c’te baraque non ? » Milligan engloutit d’un coup le fond de verre de vin qui lui restait et n’attendit pas qu’on lui demande de se resservir pour prendre la bouteille la plus proche de lui et remplir de nouveau son verre. Ça allait être un longue soirée, autant être prêt à riposter.

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole En ligne

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Dim 24 Avr - 21:08


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none


Sa langue goûta avec délice les divers aliments dont on avait garni son assiette sans qu’il ne dise un seul mot. Le ravissement succéda à l’étonnement et ses traits se détendirent quelque peu alors qu’il avala plusieurs bouchées successives. Marcus avait toujours aimé bien mangé. De plus, une bonne nourriture était tellement rare en ces jours qu’il se régalait. Néanmoins, son regard restait vigilant concernant l’environnement dans lequel il se trouvait. Ce cadre parfait n’était pas sécurisant. Tout était fait pour endormir l’attention des convives, pour les mettre à l’aise. Et, s’il n’y prêtait pas plus attention, Marcus risquait, lui aussi, de tomber dans le piège. La sécurité n’était qu’un voile léger que l’on posait sur les yeux des plus faibles, espérant leur faire croire que la route sur laquelle ils marchaient était sans danger.

Le vent soufflait ardemment à l’extérieur. On pouvait l’entendre se heurter à la grande bâtisse, essayant de s’insérer à travers le moindre espace entre les pierres, en-dessous des volets, par chaque interstice que présentait le vieil édifice. Mais, bientôt, ce bruit fut couvert par un autre, bien plus inquiétant. Lorsque la voix forte s’éleva dans la pièce, chacun se figea un instant, une infime seconde où le temps s’arrêta, et où les cœurs émirent un court battement, différent des autres, marquant l’effroi. Et celui-ci grandit à l’énumération des noms. Si Marcus n’en connaissait pas la moitié, il crispa légèrement sa mâchoire quand son propre prénom retentit. Elle ne se desserra pas au moment où la voix inconnue cita des faits si anciens qu’il peinait à se souvenir du Marcus qu’il était à cette époque. Mi-vérité, mi-mensonge, seul son rythme cardiaque marquait le choc qu’il venait de recevoir. Son regard fouilla celui des autres invités, tentant de percer la farce. Mais aucun ne riait. Tous venaient de se faire accuser de crimes odieux. Et, en analysant son propre cas, le chargé de communication se demandait si tous étaient déclarés coupables de faits qu’ils n’avaient pas commis. Si oui, il ne voyait pas en quoi cela était un jeu. Ni quelles en étaient les règles.

Les premiers à oser parler s’en prirent directement au majordome, qui fit ce qu’il put pour garder la tête haute malgré les circonstances. Quelques minutes plus tard, une jeune femme exprima tout haut ce qu’il pensait. Ce ne pouvait être qu’une blague. De très mauvais goût, certes, mais une blague tout de même. Une autre femme parla juste après. L’air très détendu, celle-ci n’avait visiblement aucun problème avec la situation. Pire, elle semblait penser que tous les propos qu’ils avaient entendus étaient véridiques. En osant parler de la sorte, elle avouait que ce qu’on lui reprochait était réel. Marcus remit donc en question son propre jugement. Certaines personnes dans cette pièce étaient-elles réellement des criminels ? Et, encore une fois, que venait-il faire parmi eux ?

Les dernières paroles qu’il entendit lui parurent les plus sensées. Il se leva, jeta sur la table sa serviette qu’il avait posée sur ses genoux en début de repas et parla d’une voix posée. « Cela me semble plus pertinent. Aller dans la pièce du tourne-disque ne nous amènera à rien. Trouver les propriétaires de ce lieu est la seule alternative qui nous apportera des réponses. Je suis d’avis qu’on se disperse et qu’on fouille toutes les pièces accessibles. » La patience en ces circonstances n’était pas son fort. Il voulait des réponses, et il allait les obtenir. Comment diable quelqu'un avait-il fait pour connaître cette histoire sordide à laquelle il était relié ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Dim 24 Avr - 22:21

Nos gentils hôtes avaient décidés de faire une réunion des psychopathes anonymes visiblement.

Je tiquai à peine lorsque la voix mécanique me dénonça à mon tour. Je n'avais pas honte de ce que j'avais fait. Je n'en aurai même jamais honte.  Lorsqu'un crime se présente comme une nécessité, il ne faut pas en rougir. Regretter est un acte qui montre un cruel manque de courage. Et ce n'est pas le souvenir de les dernières paroles de ma très chère soeur qui me donnera ce sentiment. « Tu es la pire de nous toutes. Tu l'as toujours été ! Démon ! ». Elle avait murmuré ces paroles dans un glougloutement infâme, de sang et de mots mêlés.

J'avais eu raison de la tuer. Quelle femme ne tuerai pas pour protéger l'homme qu'elle aime ? Et surtout qu'elle sœur méritait de vivre après ce qu'elle m'avait infligé ? Oui j'étais un assassin. Quelqu'un d'ignoble. Mais les personnes autour de moi n'étaient visiblement à même d'avoir le droit de me juger. Ni le coq de basse-cour qui lâchement, tentait de détourner l'attention sur le personnel, ni le serial killer scandinave et encore moins Mikkel-John le malade.

Sans parler de la moitié des invités.

Néanmoins personne ne savait ce que j'avais fait. A part Aedan et moi-même. Ma sœur avait emporté ce secret avec elle dans la mort. Comment quelqu'un avait-il pu en prendre connaissance ?

Nous étions dans un tribunal fait de luxe et de secrets. Une bande poupées grandeurs natures prêtes à l'utilisation. Et nos hôtes qui n'étaient pas là pour en profiter ! Quelle dommage alors ! Regarder ce cher petit John paniquer misérablement en essayant de trouver une porte de sortie était tout bonnement hilarant et me tira même un petit sourire en coin. On aurait dit un singe hurleur enfermé dans un cage.

Il fallait être bête pour ne pas se dire que si nos hôtes ne pouvaient pas nous rejoindre. Nous ne pouvions pas partir non plus. Nous étions donc coincés tous ensemble ici avec un tourne-disque trop bavard et dîner froid. Autant faire avec. L'espèce de pintade blonde était presque aussi drôle que son congénère politicien, personne ici n'était donc capable d'assumer ses tords.

Le molosse parla, au moins une était prête à assumer tout cela. Pour soutenir ses dires je décida de prendre la parole à mon tour.

« Arrêtez tous de nier vos actes, madre de dios ! Moi ce crime, je l'ai commis. Et si ces paroles s'avèrent être vraies pour moi. Elles le sont pour vous aussi. »

Pour alimenter l'agacement qui montait depuis un bon quart d'heure en moi. Les convives se mirent en guerre contre le tourne-disque. De quoi avaient-ils peur enfin ?

« J'aimerai savoir à quoi cela pourra-t-il bien nous servir d'arrêter ce maudit appareil ? Ne croyez-vous pas que tout à été dis ? Ou alors toute la vérité ne nous a pas encore été dévoilée et certaines personnes ici cherchent à préserver quelques secrets ?

Je haussai un sourcil inquisiteur à l'attention de Vaas.

« Quant aux propriétaires si certains n'ont pas entendus notre cher ami Rogers. Ils ne sont pas sur l'île. »

Je jetai un regard à la tempête qui se déchaînait dehors.

« Et ils ne seront sûrement pas là avant longtemps. Si tout ceci est une farce, ce ne sont certainement pas eux qui l'orchestre aujourd'hui.


Qu'attendaient-ils tous que nous fassions, alors que nos crimes les plus secrets étaient balancés sur la table comme un gigot bien cuit ? A table tout le monde et bon appétit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mar 26 Avr - 1:27


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none




Le festin tourne au sordide règlement de comptes. Les cadavres dans le placard de chacun étalés sur la place publique. Les traits déjà tirés du majordome se durcissent davantage face aux accusations d'une partie des convives. Avoir perdu la clef l'irrite, s'apparente pour lui à une détestable perte de contrôle. Sa mâchoire se serre de contrariété. Quelqu'un dans l'assemblée l'a lui a volé, il ne peut en avoir été autrement, même s'il se garde pour l'instant de le dire à voix haute. « Arrêtez tous de nier vos actes, madre de dios ! Moi ce crime, je l'ai commis. Et si ces paroles s'avèrent être vraies pour moi. Elles le sont pour vous aussi. » Un frisson intempestif lacère l'échine du domestique, accentué par les éclairs qui zèbrent les vitres. Piégés comme des rats, tous se toisent, se regardent en chiens de faïence. Les paroles de la brune incendiaire viennent clore le débat. Même si elles abondent dans son sens, Rogers ne peut se contenir plus longtemps face à ces accusations qui le révoltent. « - Parlez pour vous. Si j'avais su ce qu'il y avait sur ce disque, je ne me serais jamais prêté à cette grossière mascarade. » Crache t'il finalement sur un ton glacial, raide comme un piquet. « - Ce ne sont que des absurdités malveillantes me concernant. Mademoiselle Brady était comme un membre de ma famille. La malheureuse souffrait d'une santé fragile, rien n'a pu être fait pour la sauver. Sous prétexte qu'elle m'a laissé une part de son héritage, certains sont prêts à répandre les pires rumeurs par jalousie. » L'homme se justifie avec un aplomb désarmant, et l'assurance de celui qui ment suffisamment souvent pour quasiment finir par avaler ses propres sornettes. L'image atroce de la vieille dame étouffée sous son oreiller traverse furtivement ses iris, aussitôt chassée par sa froide détermination à l'éclipser.

« - Vous n'avez qu'à défoncer la porte si vous tenez à récupérer ce maudit disque. Je me répète mais la tempête devrait durer jusqu'à demain, un bateau passe normalement tous les jours. Vous pourrez confronter nos hôtes et rentrer à bon port. Si je puis me permettre, il serait peut être judicieux que chacun regagne ses quartiers en attendant de pouvoir tirer les choses au cl... » Un gargouillis immonde le coupe dans sa lancée. La milicienne vient de se lever brusquement, les traits déformés. Elle semble suffoquer, porte ses mains graciles à son cou en mimant l'asphyxie. Croyant qu'elle a avalé de la nourriture de travers, l'homme à tout faire se précipite vers elle, se positionne dans son dos pour reproduire un geste de premier secours. Mais c'est avec son propre sang que la malheureuse s'étouffe. Il dégouline de sa bouche. Prise de violentes convulsions, elle s'effondre sur lui et rend son dernier souffle dans un brusque soubresaut. Entrainé dans sa chute, il se dégage de sous le cadavre encore chaud, en proie à une panique viscérale. Rachael Miller vient de rendre l'âme. Et dans sa cervelle détraquée, résonne la comptine cruelle.

Dix petits soldats s'en furent dîner,
L'un d'eux but à s'en étrangler
N'en resta plus que neuf.




informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600 pour l'instant, vous pouvez faire moins, c'est même conseillé pour faire bien avancer l'action.
Rachael Miller vient de mourir, vraisemblablement empoisonnée.
Pour ce troisième tour, vous devez décrire la réaction de votre personnage suite à ce premier décès. Le cadavre devra être déplacé dans une autre pièce. Certains peuvent partir en quête d'indices dans le manoir.  
↠ Vous pouvez faire intervenir le domestique Thomas Rogers, comme bon vous semble. Autant en actes qu'en paroles.  
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins de deux semaines (le vendredi 06/05 inclus) une à deux fois au minimum.



groupe I - liste de participants

↠ Aleksi S. Lenaïk
↠ Alistair J. Jenkins
↠ Camillia W. Reyes
↠ Liam P. Wiggins
↠ Marcus Kostas
↠ Mikkel G. Ievseï
↠ Seraphina N. Wilson
↠ Vaas Milligan
Rachael Miller


Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 955
↳ Points : 240
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: Rivendell
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mar 26 Avr - 9:12

And then they were none

Event

Plus un seul mot n'était sorti de la bouche de Seraphina. Elle avait tenté de jouer la transparence, de faire comme si tout cela ne l'atteignait pas mais la réalité la rattrapait. Elle revoyait sa soeur inerte après qu'elle l'ait poussée et que Perséphone se cogne la tête. Elle se revoyait s'accroupir pour prendre son pouls. Elle se revoyait établir son plan machiavélique pour prendre sa place et avoir la vie qu’elle avait toujours rêvé. Son égoïsme lui nouait l’estomac. La jeune femme s’était contentée de lancer un regard sombre à l’autre blonde qui lui avait rétorqué une remarque cinglante. En tant normal Seraphina aurait répondu mais elle n’était pas vraiment en état. Ses iris bleus observaient l’assemblée. Les convives réagissaient tous différemment, seule une femme avoua son crime. Seraphina ne se sentait définitivement pas de la suivre sur ce chemin glissant. Et s’ils étaient tous de mèche ? Au début la daybreaker y avait pensé mais lorsqu’elle avait vu les visages déconfis des invités, cette option lui était sortie de la tête.

La langue du majordome se délia enfin. Seraphina avait posé ses couverts, il lui était impossible d’ingurgiter quoique ce soit de plus dans son état. Thomas nia les faits qui lui étaient reprochés. Il se défendit comme il put des accusations qui pesaient au dessus de sa tête. Visiblement tout ceci n’était pas une blague de mauvais goût. Mais qu’était-ce alors ? Le discours de Rogers fut interrompu par un gargouillis étrange. Seraphina tourna la tête vers l’autre blonde qui lui avait lancé un pique un peu plus tôt. Elle était visiblement entrain de suffoquer. Pour seule réaction la jeune femme haussa un sourcil. On récoltait ce que l’on semait. Ce fut ce qu’elle pensa. Jusqu’à ce que Thomas vienne en secours à la convive en détresse. Mais quand Seraphina s’aperçut que la femme crachait du sang, elle ne put qu’être traversée d’une vague de panique. Le liquide rougeâtre souillait sa mâchoire et sembla être la cause de son asphyxie. La daybreaker regarda son assiette et son verre avec horreur. Elle redevint complètement livide et se leva d’un bond. « Il ne faut pas rester ici où on va tous y passer ! » assura-t-elle en pointant le cadavre encore chaud du doigt. Ce n’était pas la mort de l’inconnue qui lui faisait peur mais la suite des événements. Et si la nourriture avait été empoisonnée ?

La comptine sordide qu’elle avait lu à son arrivée revint à l’esprit de Seraphina. Dans un réflexe idiot, la jeune femme alla s’approcher du cadavre. Son sang commençait déjà à sécher. La mort était plus qu’évidente. Pourtant la jeune femme s’accroupit et lui saisit le poignet comme pour constater d’elle-même que le pouls était inexistant. « Elle est belle est bien morte. Quelle genre de chose provoque une telle horreur. Du poison ? » Suspicieuse comme jamais Seraphina lança un regard suspect à la nourriture posée sur la table. La jeune femme se releva en posant ses mains sur ses hanches. Le regard rivé sur le cadavre. Elle l’avait maudite certes, mais de là à l’imaginer morte. « Les donneurs de leçon ont-ils de superbes idées maintenant ? » les propos de Seraphina claquèrent d’ironie. La situation la dépassait complètement. Si on les avait amenés là pour les tuer, alors la jeune femme ne voyait aucune raison valable d’avouer son crime. Et puis peut-être que ce décès n'était qu'un tragique accident après tout...

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

And then there were none ϟ Event (Groupe I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Event] Groupe Mitsu
» [EVENT] Groupe Dernier étage 1
» [EVENT] Groupe Noburo
» [EVENT] groupe Rituel - Morgan, Albin, Elisa, Aly
» [EVENT - Groupe 5] Sang chaud dans les Docks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-