AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 And then there were none ϟ Event (Groupe I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 762
↳ Points : 1035
↳ Arrivé depuis le : 25/12/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 33
↳ Métier : Ministre
↳ Opinion Politique : Quand on a le pouvoir, l'argent, et les passe-droits, on ne peut pas vraiment reprocher quoique ce soit au gouvernement en place.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 ( Niveau 4 en Guérison & Prémonition.) Niveau 84 en Serviettophilie
↳ Playlist : WOODKID - Iron ◐ METALLICA - One ◐ JOE HISAISHI - Princess Mononoke ◐ COLDPLAY - Fix you ◐ DAFT PUNK - Harder, Better, Faster, Stronger ◐ PINK FLOYD - Wish you were here ◐ BANKS - Waiting game ◐ CAT STEVENS - Wild World (skins version) ◐ MT. EDEN - Escape ◐ HALSEY - Gasoline ◐ BRITNEY SPEARS - Toxic ◐ METALLICA - Master of Puppets
↳ Citation : ‘When life gives you lemons, don't make lemonade - make life take the lemons back! Get mad! I don't want your damn lemons, what am I supposed to do with these? Demand to see life's manager. [..]’ C. J
↳ Multicomptes : Adrian N. Hoffman
↳ Couleur RP : (#336666) #6699CC



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose ♥ ; Anna Nalick ; blue comet
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mer 11 Mai - 22:13

Tout est en train de s'accélérer autour de moi. Et même si je reste concentré sur Vaas, il est difficile de faire abstraction du monde extérieur. Je me mords la lèvre alors qu'il parle et s'accuse seul. Impuissant, incapable de réconforter correctement un inconnu, je reste près de lui et j'attends simplement que le temps passe. Bouge. Que les choses se fassent et que ce cauchemar se termine.
La panique grandit et Vaas s'énerve, jurant qu'il ne veut pas partir. Mikkel, le petit sauvage à la gueule bien trop grande, rentre dans l'équation. Il pose les questions qu'on ne devrait pas poser, mon regard se noircit alors qu'il se plante dans le sien. Sérieusement, c'était pas le moment. Préférant me taire, je soupire simplement alors que Mikkel rentre dans la chambre. Toujours près de Vaas, je le regarde et lui dis simplement, avec une douceur maladroite, bien loin du Ministre à l'aise dans son costume.

« On ne partira pas d'ici tant qu'on en saura pas plus, mais il faut qu'on aille faire un tour avant qu'on finisse par s'entre-tuer. Faut qu'on arrive à se détendre. »

Je relève le regard vers les autres convives et m'arrête sur Aleksi et Alistair. Le premier n'avait rien de quelqu'un en qui j'avais confiance, le second tout l'inverse. J'hésite une seconde et reporte mon attention sur le premier. C'était impossible de rester seul avec Vaas, je risquai d'avoir besoin d'un autre soutien, mais c'était impensable de laisser des possibles meurtriers dont je ne savais rien entre eux. Je pose ma main sur l'épaule de Vaas une fois de plus et lui demande d'attendre une seconde. Tirant Aleksi et Alistair à part du groupe je les regarde à tour de rôle pour finalement me décider à parler, tout en surveillant Vaas du coin de l’œil.
« Écoutez... je pense qu'il est plus judicieux d'aller faire un tour dehors avec Vaas. Si la porte s'ouvre pas on passera par la fenêtre, pour ce que j'en ai à foutre. Mais il faut sortir de ce manoir. Aleksi vous voulez bien m'accompagner ? Ali... c'est peut-être mieux que tu restes là, tenter d'en savoir plus. Histoire qu'on revienne pas sans rien à dire à Vaas. »

Je m'éloigne des deux pour rejoindre Vaas et lui proposer de juste faire ce fameux tour dehors, d'un coup d’œil à Aleksi quand je commence à avancer, et me diriger vers l'extérieur.

Je rêve d'un putain d'air frais. Je rêve de sortir de ce faux luxe, de ce bordel monstrueux et de ces événements tragiques qui n'ont rien à foutre là. Alors que l'on arrive près de Séraphina et du majordome, qui n'arrive visiblement pas à ouvrir la porte, je le regarde d'un air grave en lui disant, le plus froidement du monde. « Sans vouloir vous vexer, Rogers, que vous ouvriez la porte ou non, je vais aller dehors. Et vu qu'on ne va pas se barrer à la nage, si vous hésitez à l'ouvrir, c'est le moment de me tourner cette clé correctement. » L'homme se confond en excuse et finit par réussir à ouvrir la porte dans un bruit sourd. On aurait cru que cette dernière n'avait pas été ouverte depuis des lustres alors que hier encore elle nous accueillait. Je soupire et passe cette dernière.

Une bonne bouffée d'air frais et je me retourne vers mes camarades. « Vous connaissez quelque chose de cet endroit ? Ou on part en exploration de notre côté aussi ? Qui sait, peut-être qu'on en apprendra plus... » Mon regard se fait instantanément plus doux lorsqu'il croise celui de Vaas. Peu importe ce qu'il veut faire, lancer des pierres dans l'eau, casser des arbres à main nues, je ne me vois pas le retenir.

Pas dans ces circonstances.

_________________

Breathe, just breathe
« If I get it all down on paper, its no longer inside of me, threatening the life it belongs to and I feel like I'm naked in front of the crowd cause these words are my diary, screaming out loud and I know that you'll use them, however you want to. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3207-liam-bad-reflect

WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5424
↳ Points : 205
↳ Arrivé depuis le : 03/09/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : Toby Stephens
↳ Age du Personnage : Quarante-huit ans
↳ Métier : Bras-droit de Maria Velasquez ; Ancien directeur de la Parish Prison
↳ Opinion Politique : Il crache sur le Gouvernement, et emmerde la résistance. La Communauté en unique camp, au-dessus et avant tout le reste.
↳ Niveau de Compétences : Trois
↳ Playlist :
STARSET - Demons ♭ KORN - Evolution ♭ SLIPKNOT - Disasterpiece ♭ SIA - Free me ♭ WOODKID - Iron ♭ BEAR McCREARY - A nation of thieves ♭ NICK CAVE - Avalanche ♭ KODA - New blood ♭ HIDDEN CITIZENS - Paint It Black ♭ SABATON - Out of control ♭ RAG'N' BONE MAN - Hard came the rain ♭ POP EVIL - Monster You Made

↳ Citation : « Everyone is a monster to someone. Since you are so convinced that I am yours, I will be it. »
↳ Multicomptes : Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #448a74



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame ; tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Jeu 12 Mai - 20:45


Ne rien voir, ne rien entendre. Les réponses de l’un me font frissonner quand les découvertes d’une autre laissent penser que nous sommes coincés à l’intérieur. Pris au piège dans les délires d’une paranoïa qui s’efforce à devenir contagieuse. Tous condamnés à voir des similitudes entre ces morts et celles inscrites sur le papier. Dans le cadre qui contient cet étrange poème, affreusement ancré dans tous esprits. La peine de Vaas me broie le cœur. Son ignorance qui se peint sur tous les visages, les regards qui se portent sur la chambre restées ouverte et le corps qui se devine sur le lit. Mon courage se délie, je le rattrape dans une inspiration, prêt à ouvrir la bouche pour annoncer que je suis légiste, et qu’il me serait peut être possible de déterminer les causes de la mort en examinant la dépouille. Coupé en vol par le ministre, mon élan de bravoure se coupe et je me plonge dans le silence. Ecoutant d’une pauvre oreille les échos qui nous parviennent du rez-de-chaussée. Rogers aux prises avec deux des convives et le besoin pressant de prendre l’air. La chaleur du soleil et les relents des embruns pour oublier l’horreur étouffante qui règne dans la maison. La claustrophobie latente qui commence à gratter joyeusement mes veines à la seule pensées d’être enfermé entre ces murs. Aussi luxueux soient-ils. On ne partira pas. D’une certaine manière, c’est une réalité. Bloqués sur l’île, sans bateau pour nous ramener à terre, il est impossible de partir. Sans hôtes pour nous offrir un billet de retour, il est certain que nous sommes tous contraints de nous plier à leur volonté. Aussi absents soient-ils. Le regard du ministre sur les épaules, et le corps qui bouge pour le suivre à l’écart. Je ne comprends pas pourquoi il me prend à partit. Quand tout ce à quoi j’aspire, c’est de rester le plus invisible possible. Me fondre dans le décor et suivre le mouvement. Je me mords la langue, vaine tentative poussée par le désespoir. La réponse à la question reste accrochée à ma langue. Le temps de plusieurs battements de cœur erratiques. Sortir, au fond, j’en ai cruellement besoin pour endiguer la crise qui se profile.

« - Je… Oui, pourquoi pas. » Piteuse réponse qui se voit suivit par une piteuse mise en avant. Les pieds qui frôlent le sol sans vraiment le vouloir. Je suis, docilement. Rogers me fait de la peine lui aussi. Pauvre homme qui devient la cible de nerfs irrités et prompts à craquer. Ses excuses restent contrites, professionnelles à souhait et le visage de l’homme reste aussi impassible qu’une statue. L’air qui s’engouffre dans mes poumons froissés, apaise les tensions. Le bruit des vagues qui s’écrasent contre les récifs, la légère brise soufflant sur l’étendue devant nous. L’éclat du soleil parviendrait presque à faire oublier la tempête de la veille, dont la présence reste marquer par le sol détrempé. « - Pas le moins du monde, je n’avais jamais entendu parler d’une telle île. L’endroit m’a l’air désert, je n’ai rien vu en arrivant, hormis la maison. » Parcourir l’étendue du regard à la recherche d’une quelconque différence avec la veille. Pour ne se heurter qu’à une surface plane, des falaises surplombant la mer, et des étendues de sable. « - Il y a peut-être des grottes dissimulées dans les falaises. Mais il est peu probable que l’on puisse y accéder aussi facilement. » En apprendre plus semble être le but de chacun. Je pensais venir ici pour oublier, profiter d’instants volés loin du tumulte oppressant de mon existence. Je me retrouve en plein milieu d’une étrange partie de Cluedo. J’ai toujours été affreusement mauvais à ce jeu…

_________________

† madness is sanity
a world of burning flames, white wings scorched to black, and a heart consumed by rage, oh darling,
you were just born to be a devil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4594-disasterpiece-le http://www.mercy-in-darkness.org/t4681-leslie-pray-for-the-storm-of-your-life

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Sam 14 Mai - 22:22


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none


La chambre de la défunte s’était muée en une pièce morbide en une fraction de secondes. D’un œil distant, Marcus avait regardé l’un d’entre eux poser une fleur sur son buste qui ne manifestait plus aucun signe de vie. Mal à l’aise, il avait glissé ses mains dans ses poches, tentant de se rendre invisible au reste du groupe dans un coin de la pièce. Il n’avait jamais réussi à gérer l’aspect social d’un décès. La mort restait à ses yeux une inconnue qu’il craignait de côtoyer de trop près, comme si elle risquait de l’atteindre s’il y accordait trop d’importance. Dans son entourage proche, il n’avait jamais eu réellement l’occasion de s’y confronter, et cette absence d’expérience le rendait constamment incertain dans ces circonstances. L’ajout mystérieux de ces lieux ne faisait rien pour atténuer son inconfort. Il se mordit les lèvres sans s’en rendre compte, signe de son mal-être, lorsqu’il rejoignit la salle à manger avec ses compagnons. Son regard fut attiré par les statuettes de jade sur la table. Étaient-elles déjà là quand ils avaient quitté la pièce ? Il ne pouvait en être sûr. Le carillon sonna et faillit le faire sursauter. Toute cette situation lui faisait perdre son sang-froid habituel. Il fut ravi de rejoindre sa chambre pour se ressourcer loin de toute cette agitation. Il prit bien garde de verrouiller la porte, ne désirant pas être dérangé.

Le soleil perçait déjà les nuages lorsqu’un bruit sonore et profond le tira du demi-sommeil dans lequel il se trouvait. Il repoussa les couvertures et prit quelques minutes, le temps de se rendre présentable, avant d’aller voir d’où perçaient ces exclamations de voix. L’effroi avait saisi l’entièreté des invités restant. Car l’une d’entre eux venait à son tour de perdre la vie. Il assista impuissant à l’agitation qui laissait s’exprimer les cœurs meurtris, surtout celui de l’homme qui avait visiblement partagé la nuit de la morte. L’incompréhension et la colère s’affichaient sur son visage et il semblait sincère. Mais, dans ce contexte de meurtres en série, qui ne faisait certainement que commencer, qui pouvait affirmer avec certitude qu’il était innocent ? Ce Vaas en question faisait peut-être semblant. Après tout, il était celui qui avait la meilleure occasion de tuer la brune, puisqu’il avait dormi à ses côtés. Facile de l’étouffer dans son sommeil… Gardant à nouveau ses distances, Marcus se faisait spectateur de cette hécatombe, espérant ne pas être le prochain sur la liste. Une chose était sûre à présent : il y avait bien un criminel parmi eux, qui avait décidé de les tuer l’un après l’autre. Et chaque mort ne faisait que renforcer le sentiment d’insécurité et de méfiance les uns envers les autres. Et où étaient ces fameux hôtes qui avaient organisé cette réception ? Quel rôle jouaient-ils ? Existaient-ils seulement ? Perdu dans ses pensées, Marcus suivit le mouvement qui menait hors de la bâtisse. L’air marin fouetta son visage tandis que le soleil lui fit plisser les paupières. Son esprit, quant à lui, analysait la situation pour prendre la meilleure décision.

Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mar 17 Mai - 12:22



Vaas fixa Mikkel sans cligner des yeux face à sa question. Si elle avait été empoisonnée, ça ne pouvait être que par la nourriture qu’elle avait mangé la veille. Or, tout le monde ici présent avait goûté à cette même nourriture. La mort tragique de Rachael en plein repas était peut-être, sans doute, probablement une piste. Ce n’était que maintenant que Vaas admettait en lui-même qu’il pouvait y avoir un lien. « J’en sais rien… Si elle avait été empoisonnée, nous aussi, non ? ‘fin j’en sais rien. » finit-il par conclure d'un ton las. Il se passa les mains sur son visage, fatigué de cette situation qui lui échappait totalement mais à la fois habité par une force qui s’apparentait à de la colère, au vue de l'incompréhension totale des évènements. Vaas acquiesça face à la demande de son ami de pénétrer dans sa chambre. Sans doute qu’il allait chercher des indices. Une part de lui-même avait envie de le rejoindre mais une autre était encore hanté par le corps sans vie de Camillia qui gisait encore sur les draps. La voix de Liam le fit détourner le regard de la porte de la chambre de la jeune femme. Prendre l’air n’était pas une mauvaise idée. Or Vaas avait envie de tout sauf de ça. Il avait envie… Il ne savait pas. Il voulait connaître la vérité. Pour lui, une mort par cause naturelle était inconcevable. Il aurait senti quelque chose autrement, il l’aurait senti bouger, étouffer, agoniser, gesticuler pour s’accrocher à la vie. Rien. Il n’avait rien senti. Ses oreilles également étaient demeurées sourdes à un quelconque bruit ou même un grincement qui aurait pu titiller son attention.

Il ne savait pas vraiment comment, mais il s’était retrouvé au rez-de-chaussée en compagnie de la plupart des convives. Il ne prêta pas attention aux jérémiades des autres, accablant Rogers de reproche quant à la porte qui restait imperturbablement fermée. Jusqu’à ce qu’elle s’ouvrit. L’air frais qui fouettait brutalement son visage le fit reculer d’un pas. Il n’était pas prêt. Et paradoxalement, il en crevait d’envie. De sortir et de courir jusqu’à épuisement. Pour se vider l’esprit. Pour y voir plus clairement. Vaas s’y risqua. De sortir. De poser un pied sur le sol encore mouillé de la tempête qu’il y avait eu cette nuit. Puis un deuxième pied.
Comme s’il s’agissait d’un effort incommensurable, il s’assit sur les marches de l’entrée. Un soupir tremblotant trahissait son anxiété et il ne put que passer ses mains de son front à l’arrière de sa nuque avant de reposer son regard droit devant lui. Admirant le sable et la mer sans vraiment les voir. Ses yeux étaient dorénavant embrumés par une foison d’images qui le hanteront pendant longtemps. Il entendit d'une oreille les dires d'Aleski sur d'éventuelles grottes dans les falaises.  « Y'aurait autre chose que c'manoir ici ? Puis ils sont où nos putains d'hôtes, hein ? » Vaas tourna son regard vers Rogers qui avait une expression plus démunie que jamais « Je vous assure qu'ils ont promis de se montrer à vous dans les meilleures délais. Ils seront là bientôt pour répondre à toutes vos questions. » L'ouvrier se contenta d'une moue indifférente à cette réponse. Vaas chatouilla les poches de son pantalon avant de se rendre compte qu’il n’avait pas de cigarette sur lui. Soupirant une nouvelle fois de sa bêtise quant à avoir oublié ce qui était devenu vital pour lui au fil des années, il se repositionna dans sa contemplation du vide, les coudes sur les cuisses et les doigts liés devant lui. Rassemblant ses idées du mieux qu’il le pouvait, il réfléchit aux derniers instants passés avec Camillia. Aux circonstances qu’ils l’avaient emmené dans sa chambre, à trouver du réconfort auprès de bras consolants. Vaas pensa à voix haute. Surtout pour lui-même plus que pour les autres. « C’est lié à hier soir ? A la mort de… Rachael. » Ça lui avait pris une seconde de trop pour se souvenir de son prénom mais son visage blême lui, était bel et bien présent dans son esprit. Ce fut une mort trop brutale, trop inattendue. Camillia avait rendu la vie dans son sommeil, sans un bruit, sans un geste. Sauf si on avait fait en sorte que Vaas ne réagisse pas. Il rapprocha son front de ses paumes, l’accueillant comme pour apaiser cette peine qui alourdissait son cerveau endolori un peu plus chaque seconde qui passait.

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

Laugh like a jackal

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 2476
↳ Points : 940
↳ Arrivé depuis le : 11/12/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans (11/12/1988)
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, Niveau 3 en sens développés
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks | System Of A Down - Chop Suey! | Nirvana - Smells Like Teen Spirit | Aerosmith - Pink | The Doors - Light My Fire | Bob Marley - Could you be loved | Bobby McFerrin - Don't Worry Be Happy | Carly Rae Jepsen - Call Me Maybe | Rihanna - Diamonds | Lady Gaga - Poker Face | Guesch Patti Etienne | Put The Lime In The Coconut - Harry Nilsson |
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mar 17 Mai - 21:40


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none




J'avais bien saisit le regard noir que me lançait le ministre, me démontrant si nettement son mépris. Je ne savais pas pourquoi il me prenait de haut à ce point ce mec là mais en tous cas, l'antipathie était bien réciproque. Vaas n'avait pas paru contrarié que je décide de rentrer dans la chambre, en tous les cas. Les autres s'étaient tous tirés en me laissant tout seul, comme s'ils s'étaient entendus entre eux sans que je sois au courant. J'étais là devant le corps de la morte que je n'osais pas toucher, seul comme un con. A croire que j'étais toujours systématiquement à l'opposé des idées communes, sans même le faire exprès…

Je soupirai, relisant encore une fois cet étrange poème : "Dix petits soldats s'en allèrent dîner. L'un d'eux étouffa et il n'en resta plus que Neuf. Neuf petits soldats veillèrent très tard. L'un d'eux oublia de se réveiller et il n'en resta plus que Huit. Huit petits soldats voyagèrent dans le Devon. L'un d'eux voulut y demeurer et il n'en resta plus que Sept.

En relisant le début j'écarquillais un peu les yeux. On aurait dit que ce foutu poème décrivait ce qui s'était réellement produit depuis le dîner. On avait tous mangé et cette femme était morte en ayant l'air d'étouffer, probablement empoisonnée par un quelconque ingrédient qui n'avait pas touché les autres, ni moi. Ensuite, ce matin, Camilla ne s'était pas réveillée, sans que je sois capable d'en deviner la raison. Et à présent, il y avait cette histoire de voyage. Je n'avais sans doute pas assez de culture générale pour savoir où se trouvait le Devon mais un drôle de pressentiment me prenait aux tripes. Est ce que le poème décrivait de manière succincte les circonstances de morts prévisibles ? Est ce qu'on était tous censé crever à un moment donné ? Dans ma précipitation, je ne songeai même pas à relire la suite.

Sans réfléchir, je couru comme un dératé pour dévaler les escaliers et sortir dehors, me prenant l'air vivifiant en pleine face. Vaas était là, assis sur les marches de l'entrée et c'est vers mon pote que je me penchai en priorité. « Mec, le poème ! Je l'ai relu bordel, j'pense que tout est écrit dessus… Quelque chose me dit qu'il faut pas sortir, une merde va se passer si on reste dehors, j'en suis quasi sûr, y'a ce voyage là et tout... » Ce fut avec méfiance que je lançai un regard sur le paysage de l'île, tout semblait si calme pourtant, si tranquille... la tempête avait laissé le sol détrempé mais à présent le soleil rendait à l'ambiance un semblant d'espoir après ces événements si atroces. Au point que mes propres paroles résonnaient stupidement à mes oreilles. Je me mordis les lèvres.



_________________
teenage wasteland



©️ proserpina


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3157-mikkel-georg-iev http://www.mercy-in-darkness.org/t3758-we-find-ourselves-welcoming-the-jackal-and-his-plight

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 762
↳ Points : 1035
↳ Arrivé depuis le : 25/12/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 33
↳ Métier : Ministre
↳ Opinion Politique : Quand on a le pouvoir, l'argent, et les passe-droits, on ne peut pas vraiment reprocher quoique ce soit au gouvernement en place.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 ( Niveau 4 en Guérison & Prémonition.) Niveau 84 en Serviettophilie
↳ Playlist : WOODKID - Iron ◐ METALLICA - One ◐ JOE HISAISHI - Princess Mononoke ◐ COLDPLAY - Fix you ◐ DAFT PUNK - Harder, Better, Faster, Stronger ◐ PINK FLOYD - Wish you were here ◐ BANKS - Waiting game ◐ CAT STEVENS - Wild World (skins version) ◐ MT. EDEN - Escape ◐ HALSEY - Gasoline ◐ BRITNEY SPEARS - Toxic ◐ METALLICA - Master of Puppets
↳ Citation : ‘When life gives you lemons, don't make lemonade - make life take the lemons back! Get mad! I don't want your damn lemons, what am I supposed to do with these? Demand to see life's manager. [..]’ C. J
↳ Multicomptes : Adrian N. Hoffman
↳ Couleur RP : (#336666) #6699CC



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose ♥ ; Anna Nalick ; blue comet
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Jeu 19 Mai - 21:05

L'air frais dans la figure je souffle une seconde. Je ferme les yeux et rêve qu'il ne s'est rien passé. Que nous n'en sommes pas là, qu'il n'y a rien de tout ça. Le monde est étonnamment calme là dehors, alors que nous sommes prisonniers de ces lieux dont nous ne savons rien. Aleksi ouvre la bouche et sans me retourner vers lui, j'acquiesce. Peu importe ce qu'il y avait sur cette île, il serait bien difficile de le trouver à l'aveugle.

Je passe une main dans mes cheveux, à la recherche de la solution que personne n'a encore eu. Je fais les cents pas, sans marcher vraiment, d'une oreille distraite j'écoute les dires autour de moi et le poème, le foutu poème me reste en tête. Nous n'étions plus que huit. Et si nous devions le prendre à la lettre ? C'était impossible. C'était impensable. Trop surréaliste et stupide. Je me frotte les yeux, fatigué, frappé par l'air extérieur.

Vaas ouvre la bouche à son tour, et mes pupilles cherchent les siennes. Je ne suis pas seul à réfléchir, et tout cela n'amène rien de bon. Une moue désolée s'affiche sur mon visage. Il avait peut-être raison, il avait peut-être tort. Mais c'était encore dur de savoir les liens entre les morts alors que les liens entre nous n'étaient déjà pas évidents. Je cherche quoi lui répondre, lui dire quelque chose d'utile, qui si possible ne mènera pas à un massacre entre les convives pour trouver un responsable.

Rien ne vient. Les minutes que je passe à le regarder semblent être de longues heures. Le silence qui prend place devient pesant. Je serre les dents, me mords les lèvres et Mikkel fait irruption avec sa grâce déjà légendaire. Je roule des yeux. Mais ce qu'il dit, nous rappelant le poème m'arrache la langue à me dire qu'il a sans doute raison. Peut-être que c'est du prochain vers qu'il fallait nous méfier.

Je regarde les gens autour de moi, et malgré moi, reconnais que Mikkel a sans doute la parole la plus juste. Mes yeux se posent sur un peu tout le monde et machinalement je viens m'approcher de Marcus. Il n'a pas dit un mot mais nous a suivi ici. Je le regarde, sans mon regard professionnel et la distance qui nous lie d'ordinaire. L'air fatigué, usé, et surtout dans une incompréhension la plus totale, je lui demande d'une voix cassée.

« Tu vas bien ? Je crois qu'on ferait mieux de rentrer. Ça me fait bien mal aux dents de donner raison au petit merdeux mais, si on se base sur la comptine. »

Je hausse les épaules, me retourne vers Aleksi, pour m'adresser finalement aux deux, plus discrètement pour ne pas inquiéter Vaas. « Je ne sais pas si c'est la solution mais, à moins qu'on ait une meilleure théorie... Je soupire, je suis vraiment perdu. Rogers est suspect. Le monde est suspect et nous, on est enfermé sur une île dont on ne voit pas le bout. Dans un manoir sans hôte, que des morts. Me retournant à nouveau sur le visage de Marcus, j'ajoute. Toi qui es toujours plus observateur que la moyenne, tu n'as pas vu quelque chose qui nous a échappé ? »

La question est stupide, mais au point où on en est. Il n'y a plus vraiment d'alternative. Un regard sur l'horizon, cette plage qui nous a accueilli avec le sourire et qu'on ne rêve plus que de quitter. Un sacré cadeau empoisonné.

_________________

Breathe, just breathe
« If I get it all down on paper, its no longer inside of me, threatening the life it belongs to and I feel like I'm naked in front of the crowd cause these words are my diary, screaming out loud and I know that you'll use them, however you want to. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3207-liam-bad-reflect

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Ven 20 Mai - 20:22


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none



Le groupe resté au-dehors se rapproche de la demeure. Assis sur les marches, ou debouts, les regards se perdent à l’horizon. Nulle trace de bateau, seulement les flots qui s’agitent et se brisent contre les falaises. Le silence se fait de plomb, soudain brisé par l’arrivée de Mikkel. « Mec, le poème ! Je l'ai relu bordel, j'pense que tout est écrit dessus… Quelque chose me dit qu'il faut pas sortir, une merde va se passer si on reste dehors, j'en suis quasi sûr, y'a ce voyage là et tout... » L’annonce sonne comme une étrange réalité. Les regards se croisent, s’interrogent les uns les autres mais personne ne formule vraiment les doutes qui les tiraillent. Ces questions qui restent sans réponses, et cette terrible certitude qui est en train de s’incruster dans tous les cœurs. « Tu vas bien ? Je crois qu'on ferait mieux de rentrer. Ça me fait bien mal aux dents de donner raison au petit merdeux mais, si on se base sur la comptine. » Le ministre se penche vers ses compagnons d’exploration. L’attention politique revient se poser sur Marcus, le silencieux du groupe. « Toi qui es toujours plus observateur que la moyenne, tu n'as pas vu quelque chose qui nous a échappé ? » En guise de seule réponse, Rogers apparaît sur le pas de la porte. « - Je suis navré de vous interrompre, mais il serait préférable de rentrer. Je comprends que vous ayez des questions, les hôtes n’étant toujours pas arrivés. » Et ce retard le dérange. Parce qu’il doute de pouvoir maintenir les invités à flot aussi longtemps. Les ordres étaient clairs, il devait les faire rester jusqu’au retour des propriétaires. Tout faire pour éviter qu’ils ne se mettent pas en tête de quitter l’île. « - Je vais m’atteler à préparer le petit-déjeuner. Allez-vous changer. La salle à manger sera bientôt prête. » Il esquisse son plus beau sourire. Une ébauche grimaçante qui n’inspire rien de bon. Au moins il essaie d’être aimable. Même si au fond, il ne supporte pas la situation. Comme tous les autres. Planté dans l’encadrement de la porte, Rogers reste là. Attend que tous les invités soient passés devant lui et à nouveau à l’intérieur pour refermer la lourde porte. Il traverse l’imposant hall d’entrée et descend les escaliers menant au niveau inférieur afin de préparer le petit-déjeuner.

Dans les chambres à l’étage, l’humeur n’est pas à déjeuner. On quitte les vêtements de la veille, extirpant à contrecœur une tenue propre des valises. Le poème ancré dans tous les esprits, les regards glissent jusqu’au petit cadre. C’est un frisson commun qui se répercute sur toutes les peaux. Les valises se bouclent et viennent se poster devant les portes. Ils ont tous la ferme intention de quitter cette maison, et l’excuse de retrouvailles pour un petit déjeuner amorce la discussion sur un possible départ. Des bruits de pas dans le couloir qui poussent à sortir de sa chambre pour se rendre au rez-de-chaussée dans l’imposante salle à manger. Les statuettes trônent toujours au milieu de l’énorme table, vide de victuailles, seulement garnie d’une vaisselle hors-de-prix. Lentement, les invités se regroupent et viennent se poster derrière la chaise qu’ils ont occupé la veille. Se restaurer est accessoire, quitter l’île est plus important. Rogers fait alors son entrée, les bras chargés d’un plateau contenu théière et cafetière. Par habitude, il pose son regard éteint sur chaque convive. Fronce les sourcils et recommence. Quelqu’un manque à l’appel, il en est certain.

Huit petits soldats voyagèrent dans le Devon. L'un d'eux voulut y demeurer et il n'en resta plus que Sept.



informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600 pour l'instant, vous pouvez faire moins, c'est même conseillé pour faire bien avancer l'action.
Alistair Jenkins vient de mourir. Il gît dans la pièce du tourne-disque, le visage dans une flaque de sang. Le crâne vraisemblablement fracassé.
Pour ce cinquième tour, vous devez décrire la réaction de votre personnage suite à ce second décès. Le fait que les hôtes ne soient toujours pas arrivés et ces morts qui s'enchaînent sont propices à l'optique de quitter l'île. Les valises ont été bouclées, reste à voir si partir est désormais la meilleure chose à faire.  
↠ Vous pouvez faire intervenir le domestique Thomas Rogers, comme bon vous semble. Autant en actes qu'en paroles.  
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins de deux semaines (le vendredi 03/06 inclus) une à deux fois au minimum. Le prochain mort sera cependant probablement désigné parmi ceux qui n'auront posté qu'une fois (et comme aux précédents tours, ceux qui n'ont posté aucune fois seront retirés automatiquement de l'Event).





groupe II - liste de participants

↠ Aleksi S. Lenaïk
↠ Alistair J. Jenkins
↠ Liam P. Wiggins
↠ Marcus Kostas
↠ Mikkel G. Ievseï
↠ Seraphina N. Wilson
↠ Vaas Milligan


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Ven 20 Mai - 21:18


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none


L’ombre de la bâtisse immense pesait dans son dos alors que son regard se portait sur l’horizon qui peinait à s’établir en ligne distincte malgré le soleil qui brillait. L’air marin, emportant dans son sillage des restes de sel, cherchait à s’incruster dans l’épiderme de ceux présents sur l’île isolée. Il grattait leur peau, et semblait vouloir titiller leur attention, comme si leur présence en ces lieux n’était pas désirée. Comme pour leur faire comprendre qu’ils auraient mieux fait de fuir, tant qu’il était encore temps. Deux d’entre eux avaient déjà péri, et nul ne savait ce que l’avenir allait leur réserver. Nul sauf peut-être celui qui se cachait dans les ombres pour frapper quand on ne l’attendait pas. Ses moyens paraissaient multiples et il avait peu à peu insinué la peur au cœur de ces pauvres âmes, cloîtrées dans un cloaque dont elles ne connaissaient rien. Chacun était en droit de douter de son voisin, surtout en sachant que tous avaient été accusés en début de soirée de crimes tous plus horribles les uns que les autres. Marcus tenta de se rappeler de ce qui avait été imputé aux deux femmes à présent décédées, mais il ne put s’en souvenir. Cela l’aurait-il aidé à comprendre la logique de ces morts en série ? Cela aurait-il permis de déduire qui serait le prochain mort sur la liste ? Il en doutait mais il avait plus que jamais besoin d’une logique à laquelle se raccrocher. Ce jeu d’échecs dans lequel il s’était retrouvé malgré lui ne lui plaisait absolument pas. Il avait cette impression désagréable de n’être qu’un pion dans un échiquier géant dont il ne comprenait pas les règles.

Alors que Marcus s’abîmait dans une réflexion sans solution, il vit du coin de l’œil Liam s’avancer vers lui. Ses traits avaient l’air tirés et il se demanda si la nuit avait été agitée pour le ministre. Pour sa part, il avait soigneusement rangé dans son esprit les événements de la veille avant de s’endormir. Son sommeil sans rêves n’avait pas été réparateur, mais au moins n’avait-il connu d’insomnie à force de ressasser. Marcus tourna un instant son regard vers Liam et les trois hommes qui se trouvaient un peu en retrait puis le fixa à nouveau sur l’horizon. « Cette comptine n’est qu’une façon de nous effrayer encore plus. » Il n’était pas sûr d’appeler cela une coïncidence, mais il était clair que tout cela faisait partie du jeu. Et il n’était pas prêt à se plier au peu de règles qu’ils pouvaient deviner. Puisqu’on le traitait comme un pion, il allait tout faire pour résister. « Il est hors de question que je me laisse manipuler par un fou. »

Il haussa les épaules face à la question du ministre. À vrai dire, il se sentait impuissant face à cette situation et le manque d’emprise sur celle-ci l’énervait autant qu’il l’effrayait. Il se remémora les différents éléments de la veille, analysant le moindre détail comme s’il le voyait apparaître devant ses yeux, tentant d’en percer les mystères. Mais rien ne lui vint à l’esprit, tout ce à quoi il pouvait penser avait été énoncé par les autres. Empoisonnement. Comptine. Meurtre. Les mots et les images tournaient dans sa tête sans fin. « Je ne pense à rien qui… » Il s’interrompit en entendant la voix du majordome qui leur demandait de rentrer à nouveau dans la bâtisse. Marcus n’était encore une fois pas sûr que cela les aide en quoi que ce soit, mais il obéit, après avoir lancé à Liam : « Puisque vous semblez tous penser la même chose… ». Marchant d’un pas silencieux devant Rogers, il rejoignit la chambre qu’il avait à peine quittée. Il franchit le seuil de la pièce, avisa d’un regard ses affaires qu’il avait peu étalées et qu’il serait donc facile de ranger dans la valise. Il la ferma, la saisit à une main et sortit sans un seul regard pour la comptine qui trônait toujours dans un cadre vernis. Marcus n’avait nulle envie de prendre un petit-déjeuner mais ce serait l’occasion de discuter avec les autres convives de la façon de quitter cet endroit, puisqu’aucun bateau n’était accosté au ponton à l’extérieur, comme ils avaient pu le constater quelques minutes plus tôt. Il pénétra dans la salle à manger. Il était le premier arrivé, les autres n’allaient sûrement pas tarder à descendre et à le rejoindre. Quant à Rogers, il devait être en train de préparer le repas. Marcus n’était pas sûr qu’il avalerait quoi que ce soit cette fois-ci, quand bien même les mets aient l’air appétissant.

Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 762
↳ Points : 1035
↳ Arrivé depuis le : 25/12/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 33
↳ Métier : Ministre
↳ Opinion Politique : Quand on a le pouvoir, l'argent, et les passe-droits, on ne peut pas vraiment reprocher quoique ce soit au gouvernement en place.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 ( Niveau 4 en Guérison & Prémonition.) Niveau 84 en Serviettophilie
↳ Playlist : WOODKID - Iron ◐ METALLICA - One ◐ JOE HISAISHI - Princess Mononoke ◐ COLDPLAY - Fix you ◐ DAFT PUNK - Harder, Better, Faster, Stronger ◐ PINK FLOYD - Wish you were here ◐ BANKS - Waiting game ◐ CAT STEVENS - Wild World (skins version) ◐ MT. EDEN - Escape ◐ HALSEY - Gasoline ◐ BRITNEY SPEARS - Toxic ◐ METALLICA - Master of Puppets
↳ Citation : ‘When life gives you lemons, don't make lemonade - make life take the lemons back! Get mad! I don't want your damn lemons, what am I supposed to do with these? Demand to see life's manager. [..]’ C. J
↳ Multicomptes : Adrian N. Hoffman
↳ Couleur RP : (#336666) #6699CC



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose ♥ ; Anna Nalick ; blue comet
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Dim 22 Mai - 0:45

Les paroles de Marcus n'étaient pas plus rassurantes que celles des autres. L'intervention de Rogers qui nous suggère de rentrer me fait soupirer. Je ne sais pas quoi faire, quoi penser. Vaas n'est pas soulagé, et nous, pas plus avancé. Dans un espoir complètement stupide je me dis qu'Alistair en a peut-être plus appris de son côté. Alors je monte dans ma chambre, me changer, me rafraîchir, et souffler. Une seconde. Une toute petite seconde, pressé de ne plus être seul et trouver un moyen pour partir d'ici. Me disant qu'Alistair est probablement dans sa propre chambre, je viens y frapper pour la trouver vide. Pas spécialement surpris, j'assume immédiatement qu'il est déjà descendu.

Dans un pas lent, usé, fatigué, la comptine se faisant un plaisir à s'immiscer dans toutes mes pensées. Me retrouvant non loin de la salle à manger, une pensée me vient à l'esprit. La salle du tourne-disque, que Mikkel avait défoncé, je ne l'avais pas encore visitée. Je passe une main sur mon visage et me demande si cette dernière renferme quoique ce soit qui pourrait nous aider. Les idées sont stupides, vaines à peine imaginées, mais pourtant, il n'y a plus qu'elles auxquelles se raccrocher. Je passe la porte, une main appuyée sur cette dernière pour faire un pas et me retrouver face à spectacle que je ne comprends pas.

Mon cœur s'arrête de battre et ma main tombe brutalement le long de mon corps. Mes yeux se perdent à fixer les détails, cherchant à les comprendre, les étudier. Ma vision se trouble alors que je peine à réaliser. Non. C'est pas possible. C'est une blague. Incapable de faire un pas, je reste à l'entrée, regardant le corps sans vie de mon ami. Celui avec qui j'étais quelques minutes auparavant. Celui que j'avais laissé pour des inconnus.

La vision de son crâne déchiqueté me donne la nausée, et ma respiration se met à trembler alors que les sentiments, entre dégoût, haine et peine, se bousculent trop violemment dans mon cerveau. Dans un murmure, un murmure presque inaudible j'appelle doucement. « Ali... ? » Parce que c'est impossible. Qu'il va me répondre. Qu'il va se réveiller. Parce que ça ne peut pas être vrai. Pas lui. Il n'a jamais rien fait de mal, il n'est pas quelqu'un de mauvais.

Personne ne pouvait le voir mort. Encore moins d'une mort si cruelle.

Mort.

Le mot tape violemment mes tempes alors que la scène devient vraie. Je me jette à ses pieds pour attraper ses épaules, sans pour autant oser le toucher. Il est tellement abîmé, tellement dénaturé. Et si j'aggravais les choses. Mes genoux baignent dans le sang et une larme brûle ma joue alors que ma voix se casse dans un hurlement que je ne maîtrise pas. « NON ! NON ! NON ! PUTAIN DE MERDE ! NON ! ALI ! REVEILLE-TOI ! ALI ! PAS TOI PUTAIN ! NON ! Non... » les sanglots prennent toute la place, cassent tous mes mots, toutes mes pensées. Mes forces s'échappent et je m'écroule à ses côtés, la tête baissée, j'attrape sa main déjà trop froide dans la mienne pour la serrer. « … pas toi putain... »

C'était faux. C'était impossible. Pas lui. Pas comme ça. Pas ici. Sur un mauvais hasard. Je déglutis, les yeux fermés. J'espère du plus profond de mon être qu'à l'instant où je les ouvrirai à nouveau, plus rien de tout cela ne sera devant moi. Alistair sera simplement assis à côté de moi, avec sa grâce habituelle, me demandant où j'avais la tête.

_________________

Breathe, just breathe
« If I get it all down on paper, its no longer inside of me, threatening the life it belongs to and I feel like I'm naked in front of the crowd cause these words are my diary, screaming out loud and I know that you'll use them, however you want to. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3207-liam-bad-reflect

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Dim 22 Mai - 14:37



La voix de Mikkel fut si empressée et intrigante qu’elle arriva à faire détourna le regard de Vaas du rivage. Quelques invités semblaient être d’accord avec ses propos. Le mot poème résonnait en eux comme un lointain écho. Il lui semblait que quelqu’un d’autre avait déjà mentionné le lien entre les deux derniers morts et cet accumulation de vers et de rimes, sans que Vaas n’y voyait un quelconque rapport. « Quoi ? » fut tout ce que sa force intérieure eut le courage de sortir face à cette soudaine excitation. Il essaya de se souvenir de ce qu’il avait lu d’un œil à son arrivée. Mais il n’était même plus capable de se souvenir de quoi il s’agissait. Rogers interrompit ses pensées, invitant tout le monde à rentrer. Se lever semblait relever d’un immense effort lorsque Vaas prit appui sur le sol afin de tenir sur ses jambes. Il regarda une dernière fois le rivage, une main passa une énième fois derrière son crâne jusqu’à gratter nerveusement sa nuque. Manger ? Prendre un petit-déjeuner ? Se changer ?! Son estomac n’avait pour le moins du monde envie de se restaurer. Cependant, c’est en suivant de loin les autres qu’il remonta les escaliers. Non pas pour se changer. C’était vers la chambre de Camillia que l’ouvrier avançait.

Son corps n’avait pas bougé. Pendant un millième de seconde, c’était comme si Vaas pensait qu’elle dormait. La paume de sa main se colla contre sa joue refroidie. « J’suis désolé, j’suis désolé… » Son timbre de voix était plus silencieux qu’un chuchotement, et malgré ça plus bruyant que le hurlement intérieur qui criait en lui. Il rapprocha son front contre le sien. Il sentit une larme chaude s’échapper de ces cils, qui finit par tomber sur ce visage glacé. Il la reposa doucement, tel un objet d’art en porcelaine que l’on craignait de briser. Sans la quitter du regard, il empoigna la couverture qu’il recouvra jusqu’à ses cheveux ténébreux. A peine l’avait-il reposé que Vaas entendit un cri de désespoir qui semblait émaner du rez-de-chaussée. Non, non, non, pas ça non. Il jeta un dernier regard au corps de Camillia recouverte avant de foncer en dehors de sa chambre et de dévaler les escaliers vers l’endroit où le cri avait retenti. Il arriva à la salle du tourne-disque, la porte mal en point dû à la prise en main de Mikkel pour l'ouvrir de la manière forte.

Le spectacle sous ses yeux le fit glacer d’effroi. Liam était à terre, gisant dans une mare de sang aux côtés d’un corps dont le crâne était fracassé. Les yeux encore humides d’avoir rendu hommage une dernière fois à Camillia, il se sentit baigné par un torrent dévastateur de colère, de peur et de rage dont ses paupières formaient un barrage impossible à franchir. Liam serra la main du mort. Vaas aperçut pendant quelques secondes qui paraissaient des heures une partie de son visage. Il l’avait vu il y a à peine quelques minutes. Sans s’y être attardé, il se souvient que lui et Liam discutait. Ils étaient proche à ne pas douter. La vision de ce corps et ce crâne fracassé fit accélérer la respiration de Vaas d’une manière incontrôlable.

« Eh, Liam, viens par-là, viens. » Cela lui prit plus de force qu’il ne l’avait pensé pour défaire la main de Liam à celle du corps sans vie. Liam fermait les yeux, probablement trop submergé par la situation, ou cette scène insoutenable. Il l'amena à l'extérieur de la salle du tourne-disque, le plaqua le plus doucement possible contre le mur proche de la porte. Il n’avait pas à subir ce spectacle macabre, encore moins s’ils étaient proche. « On trouvera cet enfoiré. On le trouvera tous ensemble. » Sa voix se voulait la plus réconfortante possible malgré ce cauchemar qu'il subissait. Il était pourtant encore tremblotant par le sort de son ancienne amante. Ce n’était qu’en prononçant cette phrase qu’il se rendit compte que c’était peut-être là, leur erreur : se séparer. Cependant, être dans le même lit de Camillia n’avait pas empêché cette dernière de rendre l’âme. Il fallait comprendre. Mais comment rassembler ses idées lorsque tous, étaient peut-être le prochain jouet d'un tueur sans visage, dont l'ombre semblait se trouver à chaque recoin de cette île et ce manoir maudit.

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5424
↳ Points : 205
↳ Arrivé depuis le : 03/09/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : Toby Stephens
↳ Age du Personnage : Quarante-huit ans
↳ Métier : Bras-droit de Maria Velasquez ; Ancien directeur de la Parish Prison
↳ Opinion Politique : Il crache sur le Gouvernement, et emmerde la résistance. La Communauté en unique camp, au-dessus et avant tout le reste.
↳ Niveau de Compétences : Trois
↳ Playlist :
STARSET - Demons ♭ KORN - Evolution ♭ SLIPKNOT - Disasterpiece ♭ SIA - Free me ♭ WOODKID - Iron ♭ BEAR McCREARY - A nation of thieves ♭ NICK CAVE - Avalanche ♭ KODA - New blood ♭ HIDDEN CITIZENS - Paint It Black ♭ SABATON - Out of control ♭ RAG'N' BONE MAN - Hard came the rain ♭ POP EVIL - Monster You Made

↳ Citation : « Everyone is a monster to someone. Since you are so convinced that I am yours, I will be it. »
↳ Multicomptes : Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #448a74



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame ; tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mar 24 Mai - 21:32


Les spéculations vont bon train. Un rythme effréné qui me donne la migraine et appose un arrière-goût amer sur ma langue. Si l’intérieur de la demeure me donne l’impression d’être oppressé, l’extérieur n’arrange rien. Claustrophobie maladive qui se voit renforcée par l’isolement total de ce vulgaire caillou. Je sursaute bêtement lorsque Rogers réapparait dans l’encadrement de la porte, nous invitant à le suivre. A rentrer pour nous restaurer. Je cille un moment, la seule pensée d’avaler quoi que ce soit me retournant l’estomac. En silence, je me faufile à la suite de l’assemblée et remonte à contrecœur dans ma chambre. Rien n’a été défait, le lit à peine froisser par une nuit de sommeil troublé.  L’hésitation dans le geste, la valise qui se referme dans un claquement sec. Prête à quitter la pièce. Rester à l’intérieur n’est pas un gage de sécurité. A l’extérieur non plus. Mais les hôtes étant censés revenir dans la matinée, la possibilité de pouvoir prendre le bateau les ayant amenés pour retrouver la terre ferme et la sécurité est certainement la meilleure option que nous ayons. Brisées par l’appréhension, mes mains trembles alors que je m’échine à allumer une cigarette. Tirer sur le filtre et emplir les poumons de cendres avant de s’approcher de la porte afin de rejoindre les autres invités dans la salle à manger.

Il n’y a qu’une seule personne dans la salle à manger lorsque j’y pénètre. Marcus, une connaissance du ministre visiblement et dont l’aura me dérange. Timidement, je m’apprêter à me poster derrière la place que j’ai pu occuper la veille quand un cri me fait à nouveau sursauter. Incrédule, je tourne la tête dans la direction du bruit. Jette un coup d’œil à l’homme qui m’accompagne avant de quitter la pièce pour me diriger vers l’origine du cri. La salle du tourne-disque est devenue une scène de crime affreusement ignoble. Le sang sur le sol, s’échappant de la plaie béante barrant le crâne du malheureux. Et les genoux de Liam baignant dans le liquide rougeoyant. Le théâtre de la crise de nerf qui agite le ministre devant le cadavre de son ami. Vaas déjà en renfort pour tenter d’apaiser la douleur. On le trouvera ensemble. Rester groupé était peut être une bonne option aussi. Un bon moyen de garder un œil sur tout le monde si le tueur se trouvait être parmi nous. Habitué à la vue du sang et des corps en piteux état, le spectacle me retourne l’estomac, vide mes jambes de leur force et m’oblige alors à m’appuyer contre le mur pour ne pas flancher. La vision s’est ancrée à mes rétines, et plus je cille plus elle s’agite devant moi. La comptine assassine continue son bout de chemin, et à moins de trouver un moyen de quitter cet endroit, il est peu certain que nous retrouvions la terre ferme vivant. Cette seule pensée me fait frissonner d’angoisse, appose le froid d’une panique sourde. L’air qui se fait rare dans les poumons, je soupire pour tenter d’alléger le poids qui pèse sur les piteux organes en perdition. « - Les propriétaires devaient revenir dans la matinée. Si nous allions attendre tous ensembles au ponton, peut-être que nous pourrions prendre le bateau dès leur arrivée. Pour quitter cet endroit. » C’est une piteuse explication qui s’échappe de ma gorge nouée. A peine un murmure qui tremble dans l’air saturé de fer et de sel.

_________________

† madness is sanity
a world of burning flames, white wings scorched to black, and a heart consumed by rage, oh darling,
you were just born to be a devil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4594-disasterpiece-le http://www.mercy-in-darkness.org/t4681-leslie-pray-for-the-storm-of-your-life

Laugh like a jackal

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 2476
↳ Points : 940
↳ Arrivé depuis le : 11/12/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans (11/12/1988)
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, Niveau 3 en sens développés
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks | System Of A Down - Chop Suey! | Nirvana - Smells Like Teen Spirit | Aerosmith - Pink | The Doors - Light My Fire | Bob Marley - Could you be loved | Bobby McFerrin - Don't Worry Be Happy | Carly Rae Jepsen - Call Me Maybe | Rihanna - Diamonds | Lady Gaga - Poker Face | Guesch Patti Etienne | Put The Lime In The Coconut - Harry Nilsson |
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Mar 24 Mai - 22:14

"Ça me fait bien mal aux dents de donner raison au petit merdeux" Pourquoi il avait dit ça, ce sale péteux de ministre ? Je pigeais pas pourquoi il me prenait de haut alors qu'il se montrait si chaleureux avec tous les autres, un peu comme s'il y avait un couac entre nous. A la base, je me foutais bien de ce qu'un inconnu pouvait bien penser de moi mais peut-être bien qu'il ne m'était pas si inconnu que ça finalement... Je m'étais donc contenté de lui montrer sobrement mon majeur sans plus de commentaire. Peu après, Rogers nous invita à rentrer et je relâchai un soupir. Je n'osai pas emmerder Vaas qui avait l'air assez bouleversé, peut-être préférait-il être seul… Ainsi, je me retrouvais dans ma chambre pour prendre une douche rapide et me rafraîchir un peu les idées. Endossant des fringues propres et confortables, je rassemblai mes affaires, espérant de toutes mes forces que les hôtes se ramènent enfin et qu'on puisse quitter l'île.

J'allais sortir de ma chambre quand j'entendis un cri terrible venant du bas. Ouvrant la porte, j'écarquillai les yeux en voyant Vaas courir, passant devant le seuil de ma chambre pour se précipiter en bas. Sans doute que je n'avais pas autant de courage mais il me fallu une bonne minute pour me résoudre à descendre les escaliers à mon tour. En pénétrant dans la salle à manger, j’aperçus mon pote en train de soutenir le ministre dont le visage était mouillé de larmes. M'avançant avec précaution, je les interrogeai d'un regard marqué d’anxiété pour jeter ensuite un œil dans la pièce voisine, celle que j'avais ouvert de manière si brutale la veille. Ce que j’aperçus me glaça d'effroi. Cette fois, il ne s'agissait plus d'empoisonnement, la mort avait été extrêmement violente comme en témoignait le sang versé. J'avais l'habitude de contempler des corps suppliciés à cause de mon job mais c'était tout de même très choquant... Le ministre semblait particulièrement perturbé par la mort de ce qui semblait être un de ses proches amis. J'imaginais que Vaas serait bien plus légitime que moi pour lui offrir un soutien et je restai un peu en retrait, ne sachant que faire sur le moment. « C'est horrible… merde. »

La peur commençait à me tordre les entrailles et je regardais autour de moi, jusqu'à apercevoir le majordome, toujours aussi raide dans son costume impeccable mais dont le teint cadavérique laissait filtrer une bonne part de trouille. A moins qu'il ne soit dans le coup depuis le début et qu'il stressait à l'idée d'être obligé de couvrir ses timbrés de patrons ? Je n'arrivais plus à savoir, rien n'avait de sens. Serait-il possible de lui faire cracher la vérité ? Je n'avais pas le cœur à lui gueuler dessus de toute façon, d'autant plus qu'il n'avait cessé de clamer son innocence, je n'imaginais donc pas qu'il change soudainement sa version. Me retournant vers Aleksi qui semblait particulièrement choqué, lui aussi, je lui offris un regard incertain avant de me rapprocher un peu de lui, au cas où. J'avais l'impression qu'il était prêt à tomber dans les pommes et je lui répondis d'une voix que j’espérais rassurante. « On devrait juste… recouvrir ce pauvre gars avant de partir. Mais oui, j'pense que vous avez raison, on devrait attendre là bas… Et on reste groupé, on ne se sépare plus, ça vaut mieux. »

_________________
teenage wasteland



©️ proserpina


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3157-mikkel-georg-iev http://www.mercy-in-darkness.org/t3758-we-find-ourselves-welcoming-the-jackal-and-his-plight

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 762
↳ Points : 1035
↳ Arrivé depuis le : 25/12/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 33
↳ Métier : Ministre
↳ Opinion Politique : Quand on a le pouvoir, l'argent, et les passe-droits, on ne peut pas vraiment reprocher quoique ce soit au gouvernement en place.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 ( Niveau 4 en Guérison & Prémonition.) Niveau 84 en Serviettophilie
↳ Playlist : WOODKID - Iron ◐ METALLICA - One ◐ JOE HISAISHI - Princess Mononoke ◐ COLDPLAY - Fix you ◐ DAFT PUNK - Harder, Better, Faster, Stronger ◐ PINK FLOYD - Wish you were here ◐ BANKS - Waiting game ◐ CAT STEVENS - Wild World (skins version) ◐ MT. EDEN - Escape ◐ HALSEY - Gasoline ◐ BRITNEY SPEARS - Toxic ◐ METALLICA - Master of Puppets
↳ Citation : ‘When life gives you lemons, don't make lemonade - make life take the lemons back! Get mad! I don't want your damn lemons, what am I supposed to do with these? Demand to see life's manager. [..]’ C. J
↳ Multicomptes : Adrian N. Hoffman
↳ Couleur RP : (#336666) #6699CC



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose ♥ ; Anna Nalick ; blue comet
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Jeu 26 Mai - 7:11

Le monde s'arrête autour de moi. Parce que c'est impossible. Mes oreilles bourdonnent et mon esprit s'isole du monde pour ne pas reconnaître ce qu'il a devant les yeux. Je n'existe plus dans cette réalité, qu'on me bouge, qu'on me parle, qu'on me touche, tout semble extrêmement lointain. Ce n'est pas en train de se produire. Je crois entendre mon nom, mais c'est presque imperceptible. Je n'y prête pas attention. La texture du sang sur moi, la main glacée de mon ami entre mes doigts.

Tout ça est trop gros. Trop important. Je ne sens pas mon corps se lever, je ne sens pas non plus ma main s'échapper de celle d'Alistair. Entre mes doigts, la chaleur ne revient pas. La mort est présente et s'immisce dans mes vaisseaux. Elle se love dans mon corps et se fond jusque dans mon cerveau. Je ne suis pas dans la réalité. Mes yeux ont beau s'ouvrir, le monde autour de moi semble inatteignable. Si je voulais parler, les mots n'atteindraient pas le bord de mes lèvres. Alors je reste silencieux. Le bourdonnement se faisant de plus en plus oppressant à mesure que les gens s'accumulent autour de moi.

Sentiment d'oppression de plus en plus fort, bruit strident qui retentit dans mes oreilles, comme si une bombe avait explosé à mes pieds. Le temps de retrouver une ouïe correcte se faisant lent, douloureux, et d'un coup brusque et violent. Mon regard se porte sur Aleksi qui ouvre la bouche, plus assassin que je ne le voudrais. Parce qu'il veut partir. Et moi, non.

Pourquoi faire de toutes façons ? Retrouver un bonheur parfait alors que le sang de mon meilleur ami est encore en train de goutter à mes pieds ? Que les cadavres encore frais sont trop à supporter ? Pour quoi au juste, retrouver une vie comme si de rien n'était alors qu'un assassin court parmi nous, dans cette petite communauté qui reste ?

Non.

Je ne pars pas sans Alistair. Mikkel parle à son tour et mon cœur explose. Je ne supportais pas ce gamin, et il ne faisait rien de mal, il était particulièrement respectueux et gentil. Mais j'en avais rien à foutre de la gentillesse, rien à foutre de ces conneries. Je me détache brusquement de Vaas pour m'éloigner du petit groupe, faisant tout pour que l'oppression cesse. Et ma voix, froide, tranchante, d'un rire glacé perce l'air. Mon regard se plantant dans chacun des êtres vivants restants.

« Vous êtes sérieux ? On se tire et puis quoi ? Vous vous rendez compte que c'est fini les suppositions d'accidents malheureux qui s'accumulent ? Il a le crâne fracassé. Explosé. Vous l'avez vu ? Je montre mes propres mains, son sang qui se noircit déjà sur mes vêtements. On se tire, c'est merveilleux ! Et le connard qui a fait tout ça, qui a versé le sang de trois d'entre nous il rentre tranquille chez lui et il sirote un bon verre en jouissant d'avoir détruit des vies et de rester impuni ? Vous vous foutez de ma gueule ! »

Mon regard se brise, ma voix explose et une larme coule dans ma gorge. C'est vers Vaas que je me tourne, lentement, ajoutant suppliant. « Vaas... tu peux pas les laisser faire ça. On peut pas les laisser faire ça. »

J'ai besoin d'un appui, d'un soutien. J'ai besoin qu'on abandonne pas le corps sans vie d'Alistair, de ne pas revivre un passé que je regrette. J'ai besoin qu'on fasse justice, pour eux, pour lui. Pour nous.

_________________

Breathe, just breathe
« If I get it all down on paper, its no longer inside of me, threatening the life it belongs to and I feel like I'm naked in front of the crowd cause these words are my diary, screaming out loud and I know that you'll use them, however you want to. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3207-liam-bad-reflect

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 995
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Jeu 26 Mai - 12:56

And then they were none

Event

Seraphina n’avait plus dit un mot depuis qu’elle avait essayé d’ouvrir la porte. Ce fut comme si son esprit s’était mis en pause. Comme si son corps avait suivi le petit groupe sans qu’elle n’ait à réfléchir. Elle n’avait pas vraiment écouté ce qui avait été dit. Tout ce qu’elle s’appliquait à faire était de se répéter qu’elle n’allait pas tarder à se réveiller et qu’elle serait bientôt libérée de ce cauchemar infâme et particulièrement long. Mais ses efforts n’avaient rien donné. Et lorsque Rogers était de nouveau apparu, la jeune femme ne put s’empêcher de se dire que c’était reparti pour un tour. Lassée, désespérée, la blonde d’habitude si bavarde avait perdu de sa superbe. Cernée, le teint blafard, elle n’avait pas moufté et était montée se changer en gardant le silence. Elle n’avait pas faim, son envie de fuir était toujours là mais… Elle commençait à se dire qu’il n’y avait aucun moyen de quitter ces lieux. Pas tant que la personne responsable de tout ceci ne l’avait pas décidé du moins.

Ses cheveux blonds descendant en cascade sur ses épaules, Seraphina apparut au rez-de-chaussée le visage encore plus marqué par la fatigue et l’angoisse. L’absence de maquillage rendait ces sentiments encore plus visibles désormais. Mais tandis qu’elle s’apprêtait à entrer dans la pièce commune pour y rejoindre les autres, elle croisa Aleksi sur sa route. Et en y réfléchissant, elle avait bel et bien entendu des hurlements. Elle avait pensé à des hallucinations mais elle fut forcée de constater que non. Alors Seraphina fit tous les efforts de monde pour se réveiller. Non elle n’était pas entrain de rêver, et oui, les autres étaient bel et bien réels, et ces choses étaient bel et bien entrain de se passer. Il fallait agir. Suivant de près le jeune homme, elle tomba sur la scène horrible. Les autres étaient déjà presque tous là. Liam était recouvert de sang. Seraphina fixa un long moment le cadavre sans pouvoir dire quoique ce soit. Des corps elle en avait vu, du sang aussi, mais les circonstances lui faisaient froid dans le dos. Elle se contenta de porter une main contre ses lèvres. Un tueur se cachait parmi eux c’était évident.

Les avis commencèrent à diverger. Aleksi suggéra d’aller attendre les hôtes près du ponton. La remarque de Mikkel fut pertinente. Seraphina acquiesça. Il était plus qu’évident que se séparer était tendre une perche au meurtrier présumé. Mais devaient-ils pour autant s’aventurer dehors ? Alors qu’ils n’étaient même pas certains qu’un bateau finisse par arriver. Seraphina ne savait plus trop quoi faire. Elle sursauta en regardant Liam s’énerver. Personne n’avait tord, personne n’avait raison. Aucune des solutions n’était bonne ou mauvaises. Chacun était maître de son destin maintenant, c’était plutôt ça. Finalement, la jeune femme se risqua à parler.

« Nous ne sommes même pas sûrs que nos hôtes arriverons un jour. Combien de temps allons-nous attendre près de ce ponton ? Il faut rester unis et se débarrasser du monstre qui a fait ça… Si on se sépare, on finira tous par mourir, même si on se sépare pas d’ailleurs…»

Seraphina avait murmuré les derniers mots pour que personne ne puisse les entendre.  Il avait fallut que quelques minutes pour qu’un massacre se produise. Les hôtes s’étaient à peine séparés qu’on tuait l’un d’eux. Pour sûr, Seraphina ne quitterait plus ses camarades.

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   Lun 30 Mai - 13:07


La vision du camarade de Liam était insoutenable. Vaas ne prêta pas attention aux premiers invités qui commençaient à arriver les uns après les autres. Ce ne fut qu’à leurs premières paroles que Vaas détourna le regard de Liam vers Aleksi suivit de près par les autres convives. Les propriétaires oui, ils ne devraient pas tarder. Sauf s’ils étaient les auteurs de cette infamie sans nom, chose dont Vaas soupçonnait de plus en plus. A l’arrivée de Mikkel, Vaas répondit à son air énigmatique par un simple regard vers la salle du tourne-disque. Ils avaient peur. Chacun d’entre eux étaient effrayés par la situation, Vaas y compris. Autant d’incompréhension, de mort à la chaîne sans queue ni tête, qui ne semblait avoir aucun lien entre eux… Face aux dires de Mikkel qui appuyaient ceux d’Aleksi, l’ouvrier sentit que le politicien se dégageait de lui. Ne voulant pas le forcer à se calmer face à cette situation qui de toute manière n’imposait aucun calme, il le laissa déambuler. Pour Vaas, s’en aller était hors de question. Il ne partirait pas de cet endroit sans avoir un indice ne serait-ce plus petite qu’une miette de pain afin d’avoir un minimum de piste quant à l’origine de ces meurtres. Il en était certain maintenant. De Rachael à ce pauvre Alistair, en passant par Camillia, tous étaient des meurtres. Vaas s’approcha d’Aleksi et Mikkel. Ses yeux étaient blêmes d’incompréhension mêlés à de la frayeur et sa voix pas plus élevé qu’un murmure que la colère n’attendait qu’à faire exploser.

« Vous voulez qu’on parte ? Qu’on laisse ce malade continuer ces crimes ? Qu’on… »

Vaas s’arrêta brusquement face au rire glacé de Liam qui eut le don de lui provoquer de légers frissons. L’horreur de la situation semblait l’habiter. Ses mains encore ensanglantées qu’il afficha sous leurs yeux montraient la situation telle qu’elle était : monstrueuse. Lorsqu’il s’approcha de lui, il remarque qu’une larme séparait sa joue en deux. Les paroles d’un ton froid et colérique prononcées quelques secondes auparavant avait laissé place à un ton presque suppliant, qui ne demandait qu’un soutien qui semblait inespérée. « Eh… on partira pas, on partira pas. » lui affirmait-il en posant un main réconfortante sur son épaule. Il était impensable pour le moment de partir avec le corps de Camillia encore sur ce lit, dont la douce mort allait le hanter longtemps. Puis, pour la première fois depuis des temps immémoriaux, Seraphina prononça des paroles loin d’être dénuées de sens. Vaas acquiesça la tête à mesure qu’elle parla.

« Ouais… on trouvera qui a fait ça, ensemble. » Vaas insista bien sur ce dernier mot en cherchant des yeux Liam, voulant être certain qu’il n’allait pas partir le dos tourné de cette scène de crimes. Que personne ne devrait le faire. Il enleva sa main de l’épaule du politicien pour se prendre le crâne entre ses paumes afin d’essayer de rassembler ses idées bien que cela lui semblait impossible. Comme frappé par une illumination qui n’avait pas eu lieu, il se tourna vers son ami Mikkel qui lui avait parlé un peu plus tôt alors qu’ils étaient encore sur les marches de l’entrée. « T’avais pas dit un truc sur le fait qu’il fallait pas qu’on sorte ? C’est quoi que t’avais relu ? » Le mot poème résonnait terriblement faux en lui. Cependant, il résonnait atrocement fort. Il fallait partir d’un point de départ, quitte à ce que ça soit un ensemble de vers décomposé. Ou peut-être que le coupable était sous leurs yeux ? Mais Vaas n’arrivait pas à émettre des doutes sur l’un des invités. A dire vrai, il avait envie de prendre Rogers par le col et lui faire cracher tout ce qu’il savait sur les hôtes et ce job de majordome, mais son air faiblard et sa conviction de faire partie lui aussi des victimes l’en dissuadait. Il ne savait rien. Et ça le foutait en rogne. Qui étaient les victimes ? Qui étaient les suspects ?

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe I)   

Revenir en haut Aller en bas
 

And then there were none ϟ Event (Groupe I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Event] Groupe Mitsu
» [EVENT] Groupe Dernier étage 1
» [EVENT] Groupe Noburo
» [EVENT] groupe Rituel - Morgan, Albin, Elisa, Aly
» [EVENT - Groupe 5] Sang chaud dans les Docks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-