AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 And then there were none ϟ Event (Groupe II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 867
↳ Points : 287
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Lun 04 Avr 2016, 08:18


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none




Vous avez tous été conviés à venir passer quelques jours dans la demeure d’un hôte commun, U.N.Owen. Par une lettre d’un papier hors de prix à l’écriture fine et soignée. En des termes distingués ne laissant aucun doute sur la qualité de votre hôte. Par voie de mer, vous êtes arrivés sur une île isolée du reste du monde, avec l’océan pour seul rempart. L’îlot au milieu du néant et une imposante bâtisse dominant flots et falaises. Le pied posé sur le marbre étincelant, c’est un majordome qui vous accueille en grande pompe, vous traitant comme des invités de marque, à la hauteur de l’opulence de la demeure dans laquelle vous allez être logés durant votre séjour. Exécutant les ordres, le majordome vous montre vos chambres et vous offre le temps de prendre possession de vos quartiers avant le dîner. Vaste pièce au luxe aussi débordant que le reste de la demeure, vous trouverez chacun, trônant au-dessus de votre lit un cadre dans lequel est précieusement conservé une petite comptine :

Dix petits soldats s'en allèrent dîner. L'un d'eux étouffa et il n'en resta plus que Neuf. Neuf petits soldats veillèrent très tard. L'un d'eux oublia de se réveiller et il n'en resta plus que Huit. Huit petits soldats voyagèrent dans le Devon. L'un d'eux voulut y demeurer et il n'en resta plus que Sept. Sept petits soldats coupèrent du bois avec une hachette. L'un d'eux se coupa en deux et il n'en resta plus que Six. Six petits soldats jouèrent avec une ruche. Une abeille a piqué l'un d'eux et il n'en resta plus que Cinq. Cinq petits soldats étudièrent le droit. L'un d'eux devint avocat il n'en resta plus que Quatre. Quatre petits soldats s'en allèrent en mer. Un hareng saur avala l'un d'eux et il n'en resta plus que Trois. Trois petits soldats se promenèrent au zoo. Un gros ours en étouffa un et il n'en resta plus que Deux. Deux petits soldats s'assirent au soleil. L'un d'eux fut grillé et il n'en resta donc plus qu'Un. Un petit soldat se trouva tout seul. Il alla se pendre et il n'en resta plus Aucun.

Aussi intrigante qu’amusante, c’est le cœur léger que vous quittez vos chambres pour vous rendre au dîner dans l’imposante salle à manger. Trônant sur la table bien garnie, dix petites statuettes de jade. Mais de votre hôte et son épouse, nulle trace. Et cette cruelle absence se fait étrange, occupe vos pensées et bride votre appétit tant elle semble suspecte. Et au fond de vous, vous commencez à vous dire que ce séjour sera long. Bien long.




informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600 pour l'instant, vous pouvez faire moins, c'est même conseillé pour faire bien avancer l'action.
Pour ce premier tour, votre personnage vient d'arriver à la salle du diner en présence des autres convives, dont un domestique (cf gif ci-dessus : Thomas Rogers, très professionnel et courtois, bien qu'assez austère). L'occasion de faire tous plus ample connaissance. Vous pouvez cependant décrire rapidement son arrivée sur l'île plus tôt dans l'après-midi et son installation dans la chambre, puis faire une ellipse.
↠ Dans cette réalité alternative, tous les personnages ont perdu leurs capacités surnaturelles, sont de simples humains. Les daybreakers auront donc faim de nourriture normale, leur sang sera rouge et non noir. Personne ne pourra se reposer sur ses pouvoirs pour espérer survivre.
Le tueur peut être un PNJ comme l'un des convives, le suspense sera maintenu jusqu'à la fin. Tout le monde va mourir (un mp vous sera envoyé lorsque cela sera le tour de votre personnage), et se rappellera des évènements sous la forme d'une sorte de cauchemar collectif.
↠ Chaque personnage a reçu une invitation individuelle, comportant une raison personnelle de venir sur l'île.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici deux semaines (le 17/04) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ).



groupe II - liste de participants

↠ Axl N. Hartley
↠ Dorian C. Mown
↠ Emilia R. Conoly
↠ Enya Rivers
↠ Jackson Montgomery
↠ Maisy A. Weaver
↠ Melvyn B. Queensberry
↠ Noah D. Meadow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 508
↳ Points : 1077
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins
↳ Couleur RP : #cc9966



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; which witch & Vanessa White.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Lun 04 Avr 2016, 15:52

AND THEN THERE WERE NONE


Fatigué, j'ouvre l'enveloppe. Un instant, je passe mon doigt sur l'écriture bien trop jolie pour m'être adressée. Et pourtant. Je soupire un instant, ne réfléchis pas plus que ça. De toutes façons, je n'ai plus rien à perdre, alors pourquoi pas. J'enfile un sweat-shirt, un jean, quelque chose de plutôt propre. Je pose mes lunettes sur mes yeux, me recoiffe, une fois, deux fois.

Et c'est parti pour l'aventure d'une vie, pas vrai ? Au pire, ce ne sera qu'une déception de plus. Mais vu la classe de l'invitation, ce sera une déception qui aura sans doute fait plaisir à mes jolis yeux. Je me perds un instant à me demander qui sera là. J'espère voir Marie. J'espère toujours voir Marie. Mais peu importe. Mes pensées sont bien vite effacées lorsqu'on nous laisse sur une île. Je ne réagis pas plus que ça à l'environnement, pas plus que ça à mes voisins non plus. Blasé, comme depuis quelques temps. Il me semble apercevoir au loin le docteur Meadow. Me disant que je rêve, qu'on a pas pu être convié au même endroit, je chasse la pensée de mon esprit et me retrouve en un rien de temps dans une chambre, rien qu'à moi.

Je prends un instant pour admirer l'endroit. Je n'ai jamais été spécialement malheureux. Mais je n'ai jamais eu une chambre comme celle-ci pour moi. Je m'installe un peu sur le matelas, ferme les yeux. Qu'est-ce que c'est confortable. Depuis combien de temps n'ai-je pas dormi ? Je souffle et passe les mains sur mon visage avant de me relever. C'est à ce moment qu'un petit reflet attire mon regard. Je me retourne au dessus du lit et aperçois ce petit cadre que je lis. Les mots, lentement, prennent place dans ma tête. C'est affreusement glauque comme histoire. Je hausse un sourcil. Ils ont voulu nous la jouer maison de l'horreur ou quoi ? Peut-être que nos hôtes ont simplement des goûts douteux. Ou alors, peut-être que c'est Vixen. Peut-être que c'est un message. Une comptine bien noire, que seul moi pourrait comprendre.

Peut-être que c'est elle, pas vrai ? Mon cœur s'accélère alors que je rejoins la table du dîner, avide de voir mes hôtes. Avide de voir le visage de ma sœur qui me retrouve enfin. Meadow était peut-être dans le coup. Pourtant, lorsque la table se remplit autour de moi, tous les visages me sont inconnus, tous sauf celui du docteur. Je ne paye pas attention au domestique qui se déplace autour de nous et je regarde le docteur, non loin de moi, les larmes aux yeux, le cœur demandant. « C'est elle pas vrai ? C'est ça Noah ? C'est elle, et tous ces gens sont ses amis. Ceux que je ne connais pas, mais on s'en fout. C'est elle. C'est elle qui fait tout ça ? »

Sans avoir spécialement réalisé, j'ai appelé le docteur par son nom, mais on s'en fout. Je me foutais de tout. Des autres. Je voulais juste qu'il affirme. Je voulais juste avoir raison. Parce qu'il ne pouvait pas y avoir d'autres explications et que le stress m'envahissait en attendant une réponse. Mes mains se mettaient à trembler et je retenais difficilement mes TOCs. Dix petits soldats s'en allèrent dîner. Ca ne pouvait être qu'elle. Je ne voyais que ça, je ne voulais voir que ça.

_________________

You're mine, control me
hard to resist falling in love don't wanna commit i'm taking the chance i'm taking the risk they say that you're toxic that's just why i want it every time you touch me i can't breathe they say you're no good for me they don't know what's good for me every time you love me i can't breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4126-adrian-i-m-going

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 657
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Assistante officieuse de Mackenzie
↳ Opinion Politique : Le Gouvernement est son ennemi numéro 1
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, niveau 2 en potions et guérison
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mer 06 Avr 2016, 08:44

And then they were none

event

Une île. La seule raison qui me pousse à me trouver là est cette foutue invitation. De l’eau à perte de vue. Je me tétanise à chaque fois que je regarde à travers la fenêtre. Je ne tarde pas à tirer les rideaux et me retrouve dans une semi-obscurité rassurante. Depuis que je suis arrivé je tente de garder le contrôle mais pas facile quand on frôle la syncope toutes les secondes. Au début j’ai cru à une mauvaise blague. Et puis en voyant l’écriture raffinée et le papier hors de prix j’ai vite compris que c’était sérieux. Mon cœur s’était emballé et l’espoir m’avait envahi. Une occasion parfaite de revoir "une personne que j'aime" Jane. Alors j’avais pris sur moi et bravé ma phobie maladive. En arrivant j’avais à peine prêté attention aux autres, j’avais cherché mon ex-femme vainement et puis on m’avait emmené dans cette chambre bien trop grande pour un homme comme moi.

Après quelques minutes assis sur le bord du lit, je me lève, calme. Je marche un peu pour me détendre et vais admirer mon reflet dans la pénombre. Le miroir est bordé de feuilles d’or. Mon teint est blafard j’ai l’air aussi en forme que le sbire qui m’a montré le chemin. Je souris en coin. Je me demande ce qui m’a pris d’accepter une telle invitation. Je rêve d’un verre de scotch. J’en salive. Je dois m’occuper. Mon attention se porte un instant sur un petit cadre. Je le prends et m’approche de la fenêtre pour y lire les quelques lignes écrites. Dans le genre « accueil chaleureux » j’aurais largement préféré des chocolats sur mon oreiller et une bouteille de champagne. Septique je pose le cadre sur mon lit. C’est l’heure de descendre.

Je ne remarque presque pas la salle. Je ne remarque presque pas les convives qui me sont pratiquement tous inconnus. Mon regard s’attarde un peu plus longuement sur Dorian mais je cherche autre chose. Quelqu’un d’autre. Mon cœur se serre. Aucune trace de Jane. Je commence à légèrement paniquer. Je ne peux même pas fuir avec toute cette eau qui m’entoure. Mon souffle s’accélère. Ma phobie reprend le dessus jusqu’à ce que le majordome m’indique ma place autour de la table. J’acquiesce et vais m’assoir sans me faire prier. Je tente de faire bonne impression histoire que les autres ne se posent pas trop de questions. Quoiqu’à voir les têtes qu’ils tirent, ils ont l’air de s’en poser déjà pas mal. Normal. Les hôtes ne sont toujours pas arrivés. Je me calme et jette un coup d’œil aux statuettes posées sur la table. Mh, niveau déco on repassera. Maintenant si quelqu’un pouvait me dire à quoi rime cette mascarade et ce mystère à deux balles, ça serait sympa. Je tourne ma tête vers un brun qui semble à deux doigts de pleurer. Mais qu’est-ce qu’il raconte celui-là ? Je fronce les sourcils et semble étonné par ses propos. « Oh mais de quoi tu parles ? Les amis de qui d’abord ? On m’a dit que Jane serait là, ou est-elle maintenant ? Je savais que j’aurais jamais du foutre les pieds ici. Ou sont nos hôtes ? » Exaspéré je lance un regard assassin au majordome qui ignore ma dernière question avec son impassibilité effarante. Je pourrais faire preuve de patience. Je tente de me calmer et regarde partout autour de moi. Peut-être que Jane va finir par arriver. Je l’espère en tout cas autrement je n’ai rien à faire ici. Je n’ai pas besoin de faire la causette à des inconnus pleurnichards.

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 508
↳ Points : 1077
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins
↳ Couleur RP : #cc9966



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; which witch & Vanessa White.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mer 06 Avr 2016, 14:27

L'ambiance est glauque. Tout est glauque. Mon cœur bat jusque dans mes tempes et mon regard se porte intensément sur le docteur Meadow. Je veux une réponse. Je veux savoir. Je veux avoir raison. Mes yeux gigotent, trop rapidement, mes mains tremblent. Je regarde les visages inconnus et je me mords les lèvres. La comptine se balade dans ma tête un peu trop, mais ça ne peut être qu'elle, pas vrai.

L'un d'eux étouffa et il n'en resta plus que Neuf. Les hôtes n'arrivent toujours pas, il faut dire qu'il ne doit y avoir qu'une seule seconde de passée. Mon stress fait tout passer en éternité. Le regard sans réponse. Et puis je sens un regard sur moi, un regard trop lourd pour mon état actuel. Je sursaute légèrement alors que sa voix s'élève. Je ne connais rien de lui. Je ne connais rien de personne. Il s'adresse directement à moi, je déglutis. Est-ce que je me suis trompé ? Est-ce que tout ça n'est rien qu'une mauvaise blague ? Le majordome ne réagit pas et moi, je reste là, tremblant, je n'attends plus de réponse. Je regarde l'homme et me répète ses phrases dans la tête avant de finir par me décider à ouvrir la bouche, toujours aussi mal à l'aise et instable.

« Je... je parle de ma sœur. Ma sœur, Vixen. Elle, elle est bien là, non ? L'un d'entre vous l'a croisée ? C'est une brune et... et ça lui ressemblerait bien... » je marque une pause. « … enfin je crois. » Bin oui, parce qu'au fond, Vixen, je ne suis vraiment pas sûr de la connaître, mais alors, vraiment pas. Et puis je me risque à regarder l'homme qui vient de parler sans réussir à maintenir mes yeux dans les siens.

« Mais vous avez... parlé d'une Jane ? Qui-qui est-elle ? Elle ressemble à quoi ? » Ma question est sincère. De celle qui a perdu quelqu'un. Je tente de calmer mon angoisse en me sortant mes propres idées de la tête et puis finalement, quelque chose d'évident, reste de thérapie. Quelque chose qui fait que tout le monde se calme, et qu'on arrête de se voir avec des yeux assassins alors je dis, de ma voix toujours aussi tremblante.

« Je... je n'ai pas croisé nos hôtes mais, je... Je m'appelle Axl. Je ne sais pas si c'est très utile de se présenter maintenant mais... peut-être que... peut-être que nos hôtes attendent qu'on fasse connaissance ? » T'es bien con Axl. T'es bien naïf. Mais bon, tu les occuperas au moins une seconde avec tes conneries, et tu t'occuperas toi-même, c'est déjà ça. N'est-ce pas ?

Parce que plus va, plus tout semble cacher quelque chose, et si il y a bien une chose que la vie m'a apprise, c'est que rien de ce que l'on trouvait sous un caillou n'était positif. C'était toujours un serpent, jamais une pierre. Je serre mes mains sous la table et je maintiens comme je peux mon angoisse, le regard porté sur les inconnus. Qui sont-ils ? Et surtout, que font nos putains d'hôtes ?

_________________

You're mine, control me
hard to resist falling in love don't wanna commit i'm taking the chance i'm taking the risk they say that you're toxic that's just why i want it every time you touch me i can't breathe they say you're no good for me they don't know what's good for me every time you love me i can't breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4126-adrian-i-m-going

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Ven 08 Avr 2016, 10:29


A peine arrivé Emilia se sentit happée par la force mystérieuse de cette île. L’endroit était perdu en plein milieu de l’océan. L’endroit semblait de  ces places qui cachent des secrets dans la verdure luxuriante qui l’entourait. Une belle place paradisiaque pour profiter du bon temps. Cela  dit la jeune femme venait pour travailler. Nulle trace du staff pour l’accueillir. Qu’était-elle supposée faire ? Un long soupir glissa le long de ses lèvres alors qu’elle posait ses quartiers dans la chambre qui lui était attribuée. L’endroit lui parut accueillant et sobre. Discret comme elle mais chaleureux. Tout ce dont elle avait besoin. Sans doute lui donnerait-on des consignes plus tard. Elle savait simple que c’était l’heure du souper. Etrangement, la jeune femme avait une faim de loup. Ses pas silencieux la menèrent jusque dans la pièce où elle découvrit avec surprise une personne qu’elle connaissait bien. A bien y regarder trois personnes qu’elle connaissait. Toutefois, elle ne se sentait pas d’aller taper la discute avec son psy versatile ou Melvyn dont leur rapport avait malgré tout un fond de quelque chose de conflictuel.  Heureusement Dorian était là. Elle se glissa près d’elle avant de murmurer à son intention.

« Dorian, quelle surprise ! Que fais-tu ici ? »

Ses oreilles n’étaient pourtant pas complètement disciplinées et trainaient pour écouter la conversation.  Bien que réservée, la jeune brune était terriblement curieuse. Tous ces noms lancés à la cantonade par des gens qui semblaient réellement désespérés intriguèrent sa nature salvatrice. Aucune trace des hôtes et c’est cela qui reste le plus troublant. A part le majordome personne ne semble avoir une fonction particulière ici. Devait-elle lui demander ce qu’il en était pour son travail ?

Visiblement la question de savoir qui était les hôtes et où ils se trouvaient était déjà sans réponse. La situation devenait de plus en plus énigmatique et sincèrement plaisait de moins en moins à Emilia qui fronça un peu les sourcils. Un jeune homme brun décida alors de prendre la parole  pour s’exprimer cette fois auprès de tout le monde. Sa supposition pouvait se révéler exacte. Les riches avaient parfois de drôles de manière de tuer le temps, Emilia en savait quelque chose avec Oscar.

« Je n’ai pas vu nos hôtes non plus mais peut-être qu’on pourrait commencer par dire comment on s’appelle et  pourquoi nous sommes venus ici, non ? Cela ne me semble pas forcément trop privé. Après, il n’y a aucune obligation évidemment. Seuls ceux qui sont d’accord le feront. » Sa voix était douce teinté de diplomatie car elle n’aurait pas voulu froisser des sensibilités à peine arrivée dans l’arène. Elle s’éclaircit la voix, elle avait un peu de mal à parler en public trop longtemps alors elle avait besoin de se donner un peu contenance. Ses yeux se tournèrent vers l’homme brun qui avait parlé. « Je m’appelle Emilia et on m’a offert de travailler en tant que serveuse ici pour vous servir vous. Toutefois je n’ai croisé et vu personne d’autre que tous ceux qui sont dans cette pièce. Et vous ? » La pièce paraitrait moins étrange avec le silence de tous ces gens qui pour certains apparemment se connaissaient. L’ambiance néanmoins ne  pouvait pas être rassurante. Emilia fut convaincue d’être au beau milieu d’un panier de crabes et que sa paie ne pointerait pas le bout de son nez de sitôt. Pour se consoler de cette réflexion, la femme se dirigea vers le buffet et prit un verre de champagne. Autant commencer la soirée en beauté.


Dernière édition par Emilia R. Conoly le Sam 16 Avr 2016, 19:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 980
↳ Points : 72
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Ven 08 Avr 2016, 21:04


L'invitation avait semblé être envoyée par la Providence même. Une soirée organisée par de riches et éminents, bien que secrets, mécènes, avec la garantie d'être logé, nourri, blanchi, et grassement entretenu par la suite, alors que ses finances s'amoindrissaient et que l'atmosphère de la Nouvelle Orléans devenait étouffante ? Bien sûr qu'il serait présent. Bien sûr qu'il avait répondu à ladite invitation, jugeant qu'il pourrait rencontrer par là-même des âmes oisives qui seraient prêtes à lui offrir quelques millions de centimes pour de menus services. L'aubaine avait été si belle que sa valise avait été préparée rapidement, et qu'il avait tout aussi vite embarqué pour cette île isolée où personne ne croyait qu'âme puisse vivre, encore, à cause de l'Apocalypse.

L'installation avait été expédiée en deux temps trois mouvements, et il s'était hâté de se préparer pour rejoindre le reste des convives pour le dîner. Son regard s'était naturellement posé sur le lit épais et confortable, puis avait dérivé sur le cadre qui le surplombait. Une petite ritournelle enfantine qui lui arracha un sourire mesquin alors qu'il achevait de nouer sa cravate. Leurs hôtes avaient de l'humour, c'était quelque chose qu'il appréciait. Ca, et le luxe apparent de sa propre chambre. Surtout le luxe apparent de sa chambre. Ravi, le psychiatre avait passé sa veste de costume, boutonné ses manchettes et était sorti pour faire ce qu'il connaissait le mieux : baguenauder parmi des convives, se montrer charmant, et s'attirer quelques alliés aussi riches que nécessiteux de conclure... Un contrat juteux, cela va sans dire.

Habitué à ce type d'évènements, il avait fini par trouver la salle de réception. Puis froncé les sourcils. S'il y avait bien des personnes qu'il ne connaissait pas, la grosse majorité était loin d'être des inconnues. Et la plupart comptaient parmi ses patients réguliers. Frustré, il avait grincé des dents, et lissé nerveusement sa veste une nouvelle fois en rejoignant un coin de la pièce en espérant que personne ne viendrait lui parler de ses petits bobos. C'était sans compter la voix larmoyante qu'il entendit presque instantanément à son côté. Il pivota aussitôt, un sourire affable bien que froid vissé sur son visage.

-Axl, quelle agréable surprise.

Il aurait préféré qu'on le pende, à vrai dire. Ou qu'on lui coupe une nouvelle fois la tête, devant une foule en délire. Cela aurait rendu la pilule moins difficile à avaler, et lui aurait permis d'en finir rapidement avec les gémissements de Hartley. Sa sœur ? Sans déconner, il s'attendait à ce qu'elle soit présente dans un gala de bienfaisance, la Vixen, avec son SMIC d'infirmière ?
Par chance, il n'eut pas à faire la conversation bien longtemps, un des rares hommes qu'il ne connaissait pas dans la pièce ayant répondu du tac au tac à son patient. Lui lançant un regard empli de reconnaissance, il marqua quelques pas de recul pour esquiver la conversation, se dirigeant aussitôt vers Maisy Weaver qu'il avait repérée un peu plus loin. La mâchoire serrée, il se pencha au-dessus de son épaule.

-D'abord tous mes clients sont au milieu de nulle part, et je suis invité par magie avec eux. Maintenant, toi aussi tu es là. C'est toi qui as organisé cette supercherie, avoue.

C'était plus fort que lui. De tous les convives présents, il ne voyait personne de plus à même de le rendre chèvre que la jeune femme, qu'il aurait brutalement tenue par le poignet si sa clientèle n'était pas présente. Par chance, la protégée de son vieil ami Oscar alimentait la conversation de son côté, occupant l'inconnu et Hartley. Autant les laisser faire, même s'il laissait toutefois une oreille traîner, au cas où ils diraient quelque chose digne d'intérêt. Mais, surtout, il voulait des explications.
Manquait plus qu'Enya débarque, suivie de près par Rafael, et la petite sauterie risquait de tourner au cauchemar.


_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky x


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 929
↳ Points : 938
↳ Arrivé depuis le : 27/04/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 26
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: K12
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Lun 11 Avr 2016, 19:45

Quand l’invitation était arrivée, j’avais accepté. Après tout, tout dans ce papier était alléchant. Un beau papier, déjà, que peu de gens pouvaient s’offrir. Et puis, une île exotique, une soirée tous frais payés. J’en aurais bien besoin en ce moment. Mais c’était surtout le petit mot écrit à la main qui attira mon attention au bas de l’invitation. Notre hôte potentiel offrait des informations sur la Secte et sur la Peste. Un moyen de la vaincre ? Un moyen de faire justice ? De soulager les patients ? Mon instinct médical l’emporta sur ma prudence, comme souvent, et j’arrivai sur cette île. Tout commença bien, un accueil par un majordome charmant, une belle chambre, et puis l’heure du repas.

Ca dérapa plus ou moins à ce moment-là. Quand j’arrivai dans la grande salle de repas, il y avait d’autres personnes, mais pas notre hôte. Un domestique dans un coin, qui se tenait bien trop droit pour être honnête. Et puis, surtout, en plein milieu, Noah. Mon cœur manqua un battement. Il ne m’avait pas parlé de cette invitation. Moi non plus, ceci dit. On ne s’était pas vu cette semaine. Je n’avais pas jugé utile de lui en parler. J’avais surtout peur qu’il me montre l’évidence : ce n’était pas sage d’y aller. Mais il était là, à côté d’un jeune homme qui semblait paniqué. Il ne me vit pas de suite, mais mon regard était bloqué sur lui. Il semblait…soucieux. Enfin, plus soucieux que d’habitude, puisque Noah semblait quasiment tout le temps soucieux. Je n’avais même pas fait attention aux autres personnes, il y avait une jeune femme brune, un homme qui venait de capter l’attention du jeune paniqué. Je ne voyais que Noah, qui se leva sans me voir, et s’approcha d’une grande brune. Mon cœur se serra malgré moi parce que je la connaissais, elle. Maisy Weaver. L’animatrice radio. Cette petite snob qui diffusait la propagande du gouvernement sur les ondes. Cela faisait un moment que l’on s’attaquait par radios interposées. Elle ignorait mon identité, mais je connaissais très bien la sienne. Et voilà que Noah allait lui parler. La connaissait-elle ? Il connaissait mes activités à la radio, il savait l’aversion que j’avais pour elle. Il ne m’avait jamais laissé entendre qu’il la connaissait. Encore une preuve de la montagne de secrets qu’il avait pour moi.

Je pris un verre sur la table, but une gorgée et le gardai en mains en regardant toujours Noah et l’autre présomptueuse. Doucement, je m’approchais, et arrivée près d’eux, je me permis d’interrompre Noah par un petit raclement de gorge. Quand nos regards se croisèrent, je souris mais mon cœur se brisait en morceaux. Je me rendais compte que je commençais moi-même à garder des secrets envers lui. J’avais toujours été celle qui s’ouvrait, qui se livrait, qui parlait. Mais il déteignait sur moi, subtilement. Je ne lui disais plus tout. Ni ma nuit sur le toit avec Timothée, ni la mort de Nathan qui me hantait, ni mes recherches récentes sur les mages qui me glaçaient le sang. On en était là. Prête à lui mentir pour ne pas risquer notre couple une fois de plus.

« Hey. », lançai-je, peu sûre de moi. « Je ne pensais pas te voir ici. Tu, euh…j’ai oublié de te dire que j’avais reçu cette invitation. »
Je baissai les yeux. Un semi-mensonge. Un mensonge tout court.
« Ils disaient qu’ils allaient parler de la Peste, sur l’invitation. C’est pour ça que tu es là aussi ? »
Mes yeux s’illuminèrent d’une lueur d’espoir. Il était peut-être venu pour glaner des informations aussi, peut-être même dans le but de m’aider ?

_________________


All my love is yours forever
Take it with you, say you'll never go...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2422-enya-i-don-t-rea

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 586
↳ Points : 174
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Zooey Deschanel
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Animatrice radio / Illusionniste au Colosseum
↳ Opinion Politique : Travaille pour le gouvernement sans forcément en partager les opinions
↳ Niveau de Compétences : Niveau général - 3. Nécro - 1. Illusion - 4. Maladresse - 84
↳ Playlist : Thinking out Loud - Ed Sheeran
Chop Suey - System of a Down
Kané - Fauve
Crazy Youngster - Ester Dean
↳ Citation : "Je me fous de la morale, mais j'ai mon propre sens de l'intégrité."
↳ Multicomptes : Laura E. Ievseï
↳ Couleur RP : #ff9999



les petits papiers
↳ Copyright: AcidGirl - Hay-Gurl & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mar 12 Avr 2016, 18:57

L’invitation était arrivée dans ma boite aux lettres environ une semaine avant la date de la soirée. J’avais d’abord été surprise, je recevais rarement autre chose que les quelques factures que j’avais à payer et vu la qualité du papier c’était clairement pas une facture. Le papier crème me promettait une grande soirée dans une villa luxueuse sur une ile de rêve, ce qui en soit aurait déjà suffi à me motiver pour y aller. Mais c’était avant que je trouve le post-scriptum qui me promettait d’obtenir des informations sur le passé de Sigrid. Je n’avais pas eu de nouvelle d’elle depuis au moins une semaine, notre dernière dispute ayant laissé quelques traces dans nos égos. Même s’il était fort peu probable que la personne qui m’invite possède réellement des informations sur ma protégée, la possibilité que l’inverse soit vrai était suffisamment alléchante pour me faire bouger.

Après un voyage en bateau, somme toute assez bref, et un accueil poli mais froid de la part du majordome le plus guindé de l’univers (l’expression « avoir un balais dans le cul » prenait tout son sens avec ce mec), je posais finalement ma petite valise sur la moquette de ma chambre. L’endroit respirait le luxe et le confort et c’est en enfilant la petite robe noire que je comptais porter que je découvris une petite comptine dans un cadre au-dessus de mon lit. « Okaaaay… Sacrément glauque c’t’histoire… ». La salle de réception était plus ou moins pleine quand j’y entrais et je ne croisais personne de ma connaissance. Je m’empressais de prendre un verre de vin et avalait une gorgée avec un petit grognement de plaisir. Si je me tenais plus où moins à carreau quand j’étais à la Nouvelle-Orléans, j’allais pas me privé pour autant quand tout était gratuit ici.

J’étais occupée à siroter mon verre, les yeux fixés sur les statuettes de jade posées sur la table, quand la voix de Noah résonna désagréablement dans mes oreilles. Je me tournais avec un soupir rageur vers lui « T’es sérieux ?! Tu penses réellement que j’ai, petit un : les pouvoirs d’organiser un truc comme ça et petit deux : que je m’intéresse suffisamment à toi pour faire une soirée « torturons Noah » ? » J’allais en rajouter une couche en le traitant de bâtard débile quand un raclement de gorge me parvins de derrière lui. Je penchais la tête sur le côté dans l’espoir de voir un ou une sauveur/euse potentielle, avant de me rendre compte que je ne connaissais pas la jeune femme timide qui regardait Noah avec des yeux plein d’excuse. C’est quand elle parla que je la reconnue et mes yeux s’écarquillèrent.

Premièrement, je n’aurais jamais pensé que la nana à laquelle j’envoyais des piques par radio interposée depuis des mois ressemblerait à ça. Une petite créature douce et fragile. Et deuxièmement je n’aurais jamais pu penser qu’une personne à l’air aussi innocent puisse avoir un quelconque rapport avec Noah. Quand elle évoqua la Peste sur son invitation, je décidais de jouer l’ingénue et de faire comme si je ne l’avais pas reconnue. Je me rapprochais d’elle et lui demandais : « Ils parlaient de la Peste sur la vôtre ? Sur la mienne, ils parlaient seulement d’une soirée et potentiellement d’informations sur un sujet qui m’intéresse mais pas de La Peste… C’est bizarre, non ? ». Je prenais mon air le plus innocent en essayant de ne pas regarder Noah qui avait tendance à m’énerver rien qu’avec ses attitudes.

_________________

'Cause maybe you're lovable and maybe you're my snowflake. And your eyes turn from green to gray and in the winter, I'll hold you in a cold place.


Spoiler:
 


Dernière édition par Maisy A. Weaver le Mar 17 Mai 2016, 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3466-maisy-annabel-we

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 508
↳ Points : 1077
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins
↳ Couleur RP : #cc9966



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; which witch & Vanessa White.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mar 12 Avr 2016, 23:59

J'observe les gens se mettre en place et se présenter. Des petits groupes, des gens qui se connaissent. La répartie du docteur m'a à peine touchée les oreilles. Il faut que je m'occupe. Après avoir posé toutes mes questions à l'homme qui attend une certaine Jane, les présentations commencent à se faire. Je ne reconnais pas forcément les visages. Je ne suis pas non plus très attentif. Parce que j'attends qu'elle passe la porte, elle, Vixen.

Devant moi, un verre de vin fraîchement servi. Je n'hésite pas une seconde et l'avale d'une traite. Rien à foutre du goût. Le gentil serviteur m'en sert un second avec son balais toujours dans le cul et puis finalement, les conversations qui continuent au loin entre Noah et deux femmes ne m'intéressent plus. L'homme à qui j'ai parlé non plus. Tout ce qui m'intéresse c'est d'en savoir plus, d'en apprendre plus. J'ai le souvenir du papier dans la main et alors que mon verre se remplit une fois de plus, je regarde le liquide rougeâtre et attrape lentement le bras du domestique. Le seul qui puisse mettre de l'ordre dans ce bordel monstrueux.

« Excusez-moi, monsieur... ? » « Rogers, Thomas. » ; il me répond simplement avec ce sourire trop poli qu'on les gens qu'on a formaté encore et encore, complètement mal à l'aise, loin d'être dans mon élément, incapable de savoir comment me comporter en ces lieux j'ai un ton bien plus désolé que je ne le voudrais.

« Est-ce que vous savez si nos hôtes arrivent bientôt ? Il semblerait qu'il y ait des malentendus... »

Tout le monde qui écoute peut entendre, mais chacun est un peu préoccupé par sa propre personne, moi le premier. Je déglutis et bois mon second verre plus poliment. Plus noblement. L'homme, me répond calmement « Ils vont arriver ne vous inquiétez pas. Profitez, c'est fait pour cela. », avant de s'éloigner de moi avec cet air tout fait et les questions remuent et remuent dans ma tête.

C'est fait pour ça. Mec. Comme si un jour j'aurais pu profiter d'un truc pareil. Mais il fallait que je m'occupe les mains, alors je sirote le vin, et me sers mon assiette discrètement. Je n'ai pas faim, non. Je n'ai pas soif non plus, mais l'alcool a toujours été ma solution facile. Et mes yeux sur cette porte, qui attendent que quelque chose se passe. Qu'elle se passe.

Je reprends mon souffle et me dit que si c'est bien elle, que si l'invitation dit vrai, que si j'ai raison, je dois me maintenir, un minimum. Alors j'avale la première bouchée et continue de boire. Un regard adressé au majordome. « C'est délicieux Mr. Rogers. », sourire poli en retour.

Tout est faux. Encore plus faux que ma présence ici. Un éléphant dans la pièce ferait moins tâche que moi, mais bon, j'essaie au moins. Non ? Et puis, elle m'en voudra pas. Elle m'en voudra pas parce qu'elle me connaît, elle saura que mon anxiété, mon impatience m'auront poussé à être un peu couillon, un peu buveur, un peu je ne sais quoi. Un regard vers mon psychiatre. Mais non. Non. Pas de mots, on y croit. Simplement. On y croit, et ça finit par arriver, pas vrai ?

_________________

You're mine, control me
hard to resist falling in love don't wanna commit i'm taking the chance i'm taking the risk they say that you're toxic that's just why i want it every time you touch me i can't breathe they say you're no good for me they don't know what's good for me every time you love me i can't breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4126-adrian-i-m-going

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 657
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Assistante officieuse de Mackenzie
↳ Opinion Politique : Le Gouvernement est son ennemi numéro 1
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, niveau 2 en potions et guérison
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mer 13 Avr 2016, 09:13

And then they were none

event

Parmi tous ces gens j’ai l’impression de faire tâche. Je ne comprends pas vraiment le regard que me lance l’homme brun à qui s’adressait l’inconnu que j’ai interrompu. Je ne comprends pas pourquoi il parle de patients et de supercherie. Mes poings se serrent. Je n’aime pas vraiment être pris pour un imbécile. Pourtant je canalise mon énervement et réponds poliment à Axl, puisque d’après ce que j’ai compris, c’est comme ça qu’il se nomme.  « Désolé je connais pas de Vixen. Jane est ma femme. Cheveux châtains, yeux bleus à vous faire tomber par terre. Une bouche à vous empêcher de dormir et un charisme à vous coupez l’souffle. Si vous l’aviez croisé vous vous en serez souvenu. Visiblement ce n’est pas l’cas. » mon ton s’éteint à mesure que je réalise qu’il n’y a aucune trace de celle que je cherche depuis des mois. Ben voyons, j’ai été bien con de croire que je la trouverais aussi facilement. Ils semblent tous se connaitre pourtant de mon côté, seul le visage de Dorian m’est familier.

Je constate ensuite que personne n’a vu nos hôtes et que tout le monde semble être là pour une raison différente. Je ris jaune. Un rire sans joie qui résonne de colère. Je réalise que je suis coincé au milieu de ce qui me terrorise le plus avec de parfaits inconnus et que si jamais les choses tournaient mal, j’aurais quelques difficultés à m’échapper. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour ? Ou par désespoir à ce stade. En observant les autres convives je me dis qu’ils ont l’air tout aussi perdus que moi, c’est un bon signe. Je regarde le festin avec scepticisme. Je ne suis pas venu là pour manger mais pour voir ma femme. Je soupire. Je vais finir par crever de faim mais je m’en fiche. Je. veux. voir. Jane. Point à la ligne. Et ce bon vieux Thomas a beau dire que nos hôtes vont arriver, tant que je ne les aurais pas vu je ne changerais pas d’avis.

« Arrêtez de vous chamailler. Qu’est-ce que c’est que ces manières de mentir à des gens pour les attirer sur une île. Ca ressemble à un guet-apens si vous voulez mon avis. Et Rogers peut bien nous dire ce qu’on veut cette femme a raison, c’est bizarre. » je pointe la brune aux yeux bleus de mon menton.

Axl lui semble copiner avec le majordome qui personnellement ne m’inspire aucune confiance. Je pense que travailler pour le Gouvernement m’a rendu légèrement paranoïaque mais c’est plus fort que moi. Lorsqu’il s’agit de Jane et de mes sentiments je ne peux garder mon calme. Surtout lorsque le mensonge s’avère évident. De plus mon temps est précieux. Je calme ma respiration et louche sur le verre de vin. Une petite gorgée ne fera pas de mal. L’alcoolique qui sommeil en moi me somme de goûter, juste un peu, histoire d’avoir le gout en bouche. Je déglutis et regarde les autres discrètement, comme si j’avais soudainement peur qu’ils me jugent. Je m’empare du verre et me délecte de quelques gorgées d’alcool. En voilà une bonne raison de patienter. Sur ça j’accorde volontiers le point à nos mystérieux hôtes.

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Ven 15 Avr 2016, 14:31

event

AND THEN THERE WERE NONE


La chambre spacieuse qui était la sienne produisait une impression de richesse confortable qui n'était pas sans rappeler à lui des réminiscences d'un temps autrement plus faste où son titre de comte lui offrait un luxe du même acabit que celui dont il était actuellement le bénéficiaire. Le bruit du ressac en contrebas avait sur lui un effet apaisant et idéal afin de profiter des derniers instants de solitude paisible auxquels il avait droit avant le dîner de ce soir. Bien sûr, le petit encadré juché au-dessus de la tête du lit n'avait pas échappé à son attention et c'était avec un certain amusement qu'il en avait décortiqué une à une les phrases à l'inspiration évidente.
L'heure avançant, Melvyn s'était tranquillement préparé avant d'aller rejoindre les autres convives dans la salle à manger. Il avait hâte, il ne s'en cachait pas, de découvrir ce qui se cachait derrière l'invitation ainsi que l'identité des hôtes qui avaient si généreusement offert le gîte et le couvert. Depuis la réception de la lettre qui le conviait à se rendre en ces lieux, les questions avaient été nombreuses à fourmiller dans son esprit, créant nombre d'affabulations qui s'enchevêtraient dans l'attente d'être clarifiées voire même satisfaites. Ce soir, il l'espérait, apporterait quelques réponses et justifierait au moins la raison de sa présence.

Plusieurs personnes étaient déjà présentes lorsqu'il se joignit à la réception. A sa grande surprise, certaines d'entre elles lui étaient même familières, mais il ne s'était certainement pas attendu à les trouver ici. Quelques conversations fusaient déjà de part et d'autre et il eut tôt fait de remarquer que certains semblaient perdus, confus. Ses oreilles se baladèrent sans vergogne d'une réplique à une autre, notant au passage qu'il n'était à priori pas le seul à se retrouver face à des figures connues. Le mystère, quant à lui, s'épaississait :  visiblement, chacun avait un motif particulier pour se trouver sur l'île en compagnie des autres et l'absence des hôtes ne faisait que souligner davantage les interrogations. Voilà qui portait sa curiosité à son comble. « Bizarre, certainement, mais de là à songer au guet-apens dans la foulée… il est un peu tôt pour crier au loup, ne pensez-vous pas ? De plus, si ce qu'affirme le majordome est vrai, nous ne devrions pas tarder à faire la connaissance de nos intrigants hôtes. » En ce qui le concernait, Melvyn n'avait nullement l'air inquiet, impatient à la rigueur mais guère plus. Et le mince sourire poli qu'il affichait, toute son attitude décontractée et à l'aise, dénonçaient l'habitude qu'il avait – ou avait eu, car cela n'était plus réellement d'actualité – de ce genre de réceptions opulentes. Il se sentait parfaitement à sa place ici, si l'on omettait les quelques contrariétés relatives à toute l'ignorance qui planait autour de cette réunion incongrue.

 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Dim 17 Avr 2016, 22:38


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none




L’impatience des convives se fait grandissante alors que les hôtes demeurent aux abonnés absents. A l'extérieur, la tempête fait rage, déchaine les éléments. Les esprits s’échauffent, dissimulent leur nervosité latente en plaisantant sur le déroulement incongru des festivités. Le visage fermé, les traits figés dans le marbre, le domestique se mêle sans vraiment le faire à l'effervescence. Réglé comme une petite horloge, il les abandonne l’espace d’un instant. Il pénètre dans l’une des innombrables pièces du manoir, enfouie dans les ténèbres, actionne le tourne-disque qui s’y trouve. Machine obsolète, issue tout droit d’un ancien temps. Il ne fait que suivre docilement les instructions du papier posé sur le meuble, à peine froissé par ses soins. « Sur mes ordres, veuillez écouter le disque à l’heure suivante… » Les lignes à l’écriture délicate se poursuivent. Mentionnent une surprise, un jeu de société palpitant. Des énigmes captivantes à déchiffrer. Il n'en sait pas plus.

Indifférent, le majordome vérifie que le vinyle ne s’enraille pas, avant de quitter le bureau étriqué. Il referme à clef derrière lui sans s'éterniser, comme on le lui a imposé. Regagne de sa démarche austère la salle à manger, afin de s’assurer poliment du bien-être des invités. Des plus courtois, il remplit les verres vides avec un professionnalisme exemplaire. Son épouse cuisinière, Ethel Rogers, sort de la cuisine pour venir garnir les plats. Quand soudain, toute l’assemblée se fige violemment. Un grésillement strident brise les conversations et les rires. Une voix semblant venir d’outre-tombe s’élève avec force. Puissante et autoritaire, elle ne ressemble à celle d’aucun convive. Se pare de notes affreusement sinistres et solennelles. Tonitruante, elle est apte à faire courir des frissons de crainte sur la chair des plus téméraires.  

« Mesdames et messieurs ! Silence s’il vous plait ! Vous êtes accusés des actes suivants :

Axl Nataniel Hartley, d'avoir tué une centaine de personnes
Dorian Circé Mown, d'avoir dévoré plusieurs humains sous sa forme de puma
Emilia Ruth Conoly, d'avoir participé au meurtre de plusieurs sorciers et crevé les yeux de l'un d'eux
Enya Rivers, d'avoir sciemment poussé son frère dans les escaliers pour le tuer, ce qui le rendit paraplégique
Jackson Montgomery, d'avoir provoqué un accident de voiture sous l'emprise de l'alcool, tuant presque son épouse
Maisy Annabel Weaver, d'avoir indirectement tué des dizaines de personnes dans les arènes et assassiné directement un homme de sang-froid
Melvyn Balthazar Queensberry, d'avoir tué plusieurs cobayes humains en cherchant à les transformer en métamorphes
Noah Dalmazio Meadow, d'avoir tué plusieurs patients en les poussant au suicide
Thomas Rogers et Ethel Rogers, d’avoir tué Jennyfer Brady, la personnage âgée qui les employait, afin de récupérer son héritage

Accusés, que plaidez-vous ? »




informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600 pour l'instant, vous pouvez faire moins, c'est même conseillé pour faire bien avancer l'action.
Pour ce second tour, vous devez décrire la réaction de votre personnage à l'enregistrement audio. Il peut nier, se taire, tenter de se justifier ou encore reconnaitre son crime, comme vous préférez. Les personnages peuvent aussi tenter de parler pendant que le tourne-disque fonctionne, le son est de toute manière trop assourdissant pour que leurs voix puissent en masquer le contenu.
↠ Dans cette réalité alternative, il est important de rappeler que tous les personnages ont perdu leurs capacités surnaturelles, sont de simples humains.
↠ Vous pouvez faire intervenir le domestique Thomas Rogers comme vous le voulez. Autant en actes qu'en paroles. Cependant, celui-ci n'en sait pas plus que vous sur cette sombre mascarade. Il a même perdu sans s'en apercevoir la clef du bureau où se trouve le tourne-disque.
Un autre PNJ vient de faire son apparition, il s'agit d'Ethel Rogers (cf image au dessus), gouvernante. Vêtue d'habits aussi austères que ceux de son mari, elle semble craintive, assez soumise à celui-ci. Étrange, la mine grave, elle ne décroche jamais un sourire. Vous pouvez également la faire agir comme bon vous semble, contrairement à son époux relativement impassible, l'enregistrement audio lui provoque une crise d'angoisse.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici une semaine (le 24/04) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ).
L'un des personnages (Dorian C. Mown) décèdera au cours de ce tour, l'un des participants (Axl N. Hartley) a été chargé de décrire sa mort au cours d'un de ses messages.




groupe I - liste de participants

↠ Axl N. Hartley
↠ Emilia R. Conoly
↠ Enya Rivers
↠ Jackson Montgomery
↠ Maisy A. Weaver
↠ Melvyn B. Queensberry
↠ Noah D. Meadow
Dorian C. Mown


Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 508
↳ Points : 1077
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins
↳ Couleur RP : #cc9966



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; which witch & Vanessa White.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Lun 18 Avr 2016, 02:13

Jackson m'avait répondu, mais l'information était sortie de ma tête aussi vite qu'elle était rentrée. Parce que tout était trop compliqué, trop foutoir pour que je m'y retrouve. Cependant, je lui accordai un sourire sincère de temps à autres. L'inconnu n'avait pas l'air bien méchant. Lorsqu'il élève la voix en direction de mon psychiatre, un sourire de gamin s'affiche sur mes lèvres. Non parce que, je dois avouer que c'est rare de voir une de nos figures d'autorité se faire remettre en place, même gentiment.

Je continue à manger, et boire, gentiment, tandis que je ressens de la sympathie pour ce pauvre domestique qui n'a rien demandé. C'est bizarre, sans doute stupide, mais n'ayant jamais ma place nulle part, le voir accusé de la sorte me pince un peu le cœur. Et puis une voix s'éleva, que je n'avais pas remarqué jusqu'ici. Melvyn. Sérieusement ? C'était la réunion des gens pour faire chier, elle avait vraiment fait ça ? . Trop occupé à ignorer mes propres pensées, tentant de me concentrer uniquement sur le repas, je ne remarque pas Thomas quitter la pièce.

Je ne le remarque pas revenir non plus, encore moins accompagné. Le bruit qui vient bousiller mes tympans me fait poser mes couverts et me recouvrir les oreilles, même si ça ne change pas grand chose. Et puis de toutes façons, il s'arrête, pour laisser place à une voix. Un battement de cœur, un regard sur l'assemblée, connue non connue, peu importe. « Qu'est-ce que c'est que ce bordel ? » Ma voix se couvre par la voix qui a pris la place de l'horrible bruit et mon nom survient. D'un regard vif, je tourne les yeux vers Melvyn. Les larmes me montent aux yeux et je déglutis, retenant comme je peux mes tremblements. Mais ce n'est pas que mon nom, non. C'est celui de tous ceux présents autour de la table qui y passe. Et lorsque les noms connus se font accusés, mon regard se porte sur eux.

Particulièrement sur mon psychiatre. Et puis le disque se termine par le majordome et mon regard se porte sur lui, je me serai bien levé brutalement, mais je suis paralysé à ma chaise, incapable de savoir quoi croire. Alors je regarde l'homme en costume et serre les mâchoires. « Vous avez tué nos hôtes ? C'est quoi cette histoire ? Qu'est-ce qu'on fout là ? ». La crise que semble avoir sa femme, d'après l'enregistrement en tous cas, ne m'atteint absolument pas, bien trop préoccupé par ce qu'on a pu entendre et mes propres tourments.

Mes prunelles bleues embuées se tournent rapidement sur Melvyn avant de se poser sur Meadow. « C'est vrai ? Votre baratin pour nous aider à aller mieux c'est que des conneries ? » Ma main se serre sur ma fourchette.

Putain. Qu'est-ce que je fous là ? Qu'est-ce qu'on fout tous là ? Mon palpitant s'excite et je ne sais plus quoi dire, penser, je ne sais même pas si je dois rester là, et pourtant, quelque chose m'empêche de bouger. J'attrape le vin de ma main libre et le descends d'un coup sec. Était-ce vraiment malin d'avouer un quelconque crime devant une assemblée, aussi justifié puisse-t-il être sur l'instant ?

_________________

You're mine, control me
hard to resist falling in love don't wanna commit i'm taking the chance i'm taking the risk they say that you're toxic that's just why i want it every time you touch me i can't breathe they say you're no good for me they don't know what's good for me every time you love me i can't breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4126-adrian-i-m-going

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 657
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Natalie Portman
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Assistante officieuse de Mackenzie
↳ Opinion Politique : Le Gouvernement est son ennemi numéro 1
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1, niveau 2 en potions et guérison
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Lun 18 Avr 2016, 09:33

And then they were none

event

Le dernier arrivé me fait comprendre que mon idée de guet-apens est peut-être abusive. Je hausse les épaules et me laisse aller contre le dossier de ma chaise. Très bien, puisque personne ne semble s’inquiéter plus que ça autant accepter notre sort. Le vent souffle de toutes ses forces à l’extérieur. Encore une chose qui ne me rassure guère. Et si l’océan se déchaînait à son tour et qu’on se retrouvait engloutis sous des vagues géantes ? Sans même m’en rendre compte mes pensées me font vider mon verre à grande vitesse. Je ne prête plus attention aux autres convives, dépité je finis par me servir en nourriture. S’il faut rester coincé à attendre des hôtes fantômes encore longtemps, autant le faire le ventre plein. Je tends mon verre à Thomas que je n’ai pas vu sortir. Ce vin est un véritable délice. Peu à peu je semble me détendre. Je m’en fais peut-être pour rien. Je n’ai cependant plus espoir de voir surgir Jane à ce stade de la soirée. A mon grand désespoir d’ailleurs la seule personne qui rejoint l’assemblée n’est ni nos hôtes ni ma femme mais la cuisinière qui revient garnir la table. Mon regard noisette la détaille mais bien vite, un bruit insupportable me fait froncer les sourcils. Ahhh, mais qu’est-ce que c’est que ça encore ? une voix fantomatique nous parvient et nous ordonne de nous taire. Ben voyons. Depuis quand sommes-nous censés obéir à un enregistrement ? J’aurais bien protesté mais les propos tenus me glacent le sang. Je pose mon verre et regarde chaque convive avec effroi. Jusqu’à ce que mon nom soit prononcé. Je déglutis péniblement.

Mon regard se pose sur Axl qui s’agite. Il s’adresse de nouveau au brun. J’en conclus donc qu’il est médecin, sûrement psychiatre. La façon dont il tient sa fourchette ne me rassure pas. On dirait qu’il est prêt à lui planter dans les yeux. Par réflexe je me saisis de nouveau de mon verre et viens en boire plusieurs gorgées. Mais l’angoisse m’envahit, des flashs me reviennent. Mon souffle se raccourcit. C’est de là que vient ma phobie et je la sens prendre le dessus. « Je crois qu’on peut songer à un guet-apens maintenant. Hein Rogers, Axl a raison qu’est-ce que c’est que cette histoire ? » je finis mon verre de vin d’une traite mais l’alcool me noie la trachée. Ça recommence, j’ai l’impression de me noyer. Comme si un torrent obstruait mes poumons. Je pose ma main droite contre ma gorge et fait mine de tousser pour ne pas attirer l’attention. Je respire bruyamment comme si je manquais d’air. Les accusations à mon égard sont vraies. Je me demande si c’est le cas de tout le monde. Si c’est vrai, les autres convives s’avèrent bien moins sages qu’ils veulent bien le faire croire. C’est de meurtre qu’on parle là. Je tente de me calmer.

«Ecoutez je ne sais pas ce que vous nous voulez. Vous voulez qu’on avoue nos pêchés c’est ça mh ? Oui j’ai provoqué un accident et j’en ai payé les conséquences. Qu’est-ce que ça peut vous foutre je n’ai tué personne au final. »

Je cris histoire d'être entendu. Je m’en fiche que les autres soient au courant car comparé à eux, je suis sûrement celui qui en a le moins sur la conscience. Enfin du moins si tout ceci s’avère vrai bien évidement. Je me réinstalle sur le dossier de ma chaise. « Quand est-ce qu’on va nous laisser sortir d’ici Rogers ? Est-ce que vous allez nous tuer aussi toi et ta femme ? La vieille ne vous a pas suffit ? »

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 929
↳ Points : 938
↳ Arrivé depuis le : 27/04/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 26
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: K12
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mar 19 Avr 2016, 10:15

« C’est bizarre, non ? »
Rien qu’entendre sa voix s’étonner et se poser des questions m’énervait. J’avais bien envie de lui balancer une remarque bien sentie, comme je le faisais par radio, mais je me retins et me contentai d’un haussement d’épaules à l’intention de Maisy Weaver. Mon regard se porta rapidement vers Noah. J’ignorais ce qu’il faisait là, et pire encore, j’ignorais comment il connaissait cette pimbêche prétentieuse. Mon regard se reporta vers ladite pimbêche, à qui j’adressai un sourire pincé.
« Oui c’est bizarre…et puis tous ces gens inconnus dans cette pièce, je me demande bien ce qui se passe ».
J’en profitai pour faire le tour de la pièce du regard. Il y avait une jeune femme toute frêle qui tentait de se présenter mais personne n’y faisait vraiment attention. Un homme brun avait capté l’attention du jeune paniqué. Un quinquagénaire semblait beaucoup trop détendu pour être honnête.

J’allais reprendre la parole quand la voix retentit. Une voix horrible venant de l’appareil mis en place par le majordome. Mon sang se glaça. On parlait de moi. On parlait de Casey. Je ne l’avais pas poussé sciemment, je n’avais pas voulu le tuer. C’était un accident. Mon esprit se brouilla, j’avais envie de hurler, de dire que ce n’était pas moi. Je n’avais pas voulu. C’était un accident. J’étais gamine. Ecoutez-moi, ce n’était qu’un accident.
Et puis, la seconde claque arriva. Je levai brusquement les yeux vers Noah. On l’accusait d’avoir tué des dizaines de patients. Ce n’était pas possible. Ca ne pouvait pas l’être, pas vrai ? Noah n’aurait jamais fait ça. Je guettai une réaction, n’importe quoi, qui me dise que cette accusation était fausse. Il ne pouvait pas être comme ça. Un homme prit la parole. Il confirmait son accusation. Mais alors, s’il confirmait la sienne, et que la mienne n’était pas totalement fausse, alors celle de Noah…Je baissai les yeux et portai mon regard sur les autres convives, hébétée. Tout le monde semblait dans le même état que moi : choqué. Ils commençaient à s’énerver contre le majordome, qui avait d’après la voix tué nos hôtes.

« C'est vrai ? Votre baratin pour nous aider à aller mieux c'est que des conneries ? »
C’était le jeune paniqué qui avait parlé, et il dirigeait sa colère contre Noah. Je le regardai, le regard froid. Comment osait-il ?
« Bien sur que c’est faux, enfin ! Toutes ces accusations sont fausses ou exagérées. Tout ça est faux. C’est quoi ton nom ? Moi c’est Enya. Et j’ai pas tué mon frère. Donc Noah n’a pas tué ses patients. »
Je me tournai vers Noah une nouvelle fois, cherchant son approbation une nouvelle fois. Il fallait qu’il me le dise. J’avais besoin de savoir que c’était faux.

_________________


All my love is yours forever
Take it with you, say you'll never go...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2422-enya-i-don-t-rea
 

And then there were none ϟ Event (Groupe II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Event] Groupe Mitsu
» [EVENT] Groupe Dernier étage 1
» [EVENT] Groupe Noburo
» [EVENT] groupe Rituel - Morgan, Albin, Elisa, Aly
» [EVENT - Groupe 5] Sang chaud dans les Docks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-