AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 And then there were none ϟ Event (Groupe II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 494
↳ Points : 1077
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; which witch & Vanessa White.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Jeu 21 Avr - 23:19

Jackson est le premier à parler. Avouer ou je ne sais quoi. Mes yeux, eux, sont toujours rivés sur le psychiatre et peu importe ce que la demoiselle à ses côtés pouvait dire, ma gorge se serrait. Tout cela devenait trop, trop à penser et trop à faire. Je me concentre à nouveau sur les mots de Jackson alors qu'il s'adresse au majordome. Il faut que je me puisse me distraire de Noah et pour ça, quoi de mieux que la tempête qui fait de plus en plus rage. Le majordome et sa femme semblent aussi à l'aise que nous, et je vois l'homme chercher quelque chose dans ses poches quand je lui lance, froidement. « Vous cherchez quoi exactement ? » « La... la clef ! » dit-il simplement. « De quoi ? » « Pour vous montrer, je ne sais rien de plus que vous, je n'ai fait qu'écouter. »

Je roule des yeux et me lève brusquement après avoir vidé mon verre une fois de plus. Réflexe d'angoissé, je dois bouger, je fais les cent pas, observe la tempête et y cherche un calme certain pour m'apaiser. Mais alors que mon cœur se calme à peine, que je me trouve prêt à me tourner vers les autres, et surtout Rogers pour bien vouloir le croire et surtout l'aider un bruit sourd se fait entendre et me fait sursauter. Je me retourne vivement vers la table et vois, une des convives, jusque là silencieuse, à laquelle une autre demoiselle s'était adressée. Je déglutis et tourne la tête autour de moi. Il a suffi d'un instant, un seul. Je m'avance par réflexe vers elle, tentant de chercher un pouls. Rien à faire de passer pour celui qui a commis tous ces meurtres et qui sait comment reconnaître un mort d'un vivant. Mon palpitant s'accélère alors que je cherche en vain, bien contraint de constater que la demoiselle ne vit plus.

Cherchant à m'éloigner de ça, m'éloigner des accusations, je m'éloigne aussi d'elle, doucement, et je murmure, suffisamment fort pour que ce soit entendu au travers du vent. « Elle... elle est morte. » Les larmes me montent aux yeux et je me tourne une fois de plus vers le psychiatre. Le psychiatre qui pousse les patients au suicide, qui me pousse moi à je ne sais quoi. Je me regarde moi, dans les reflets flous, apeuré par les accusations qui me sont adressées. Mais pourtant, rien de tout ça ne nous fait avancer, et moi, je suis incapable de penser clairement, perdu dans mes propres pensées qui se cognent encore et toujours.

Je me tourne vers Rogers et sa femme et dis, très sérieusement, cachant tant bien que mal les tremblements dans ma voix. « Bon. Cette clef, c'est quand la dernière fois que vous l'avez vue ? Parce que, que vous ayez tué notre hôte ou je ne sais qui, votre femme elle, semble aussi assurée que nous. Et si on pouvait comprendre ce serait un début qui nous serait à tous préférable, non ? »

Je me retourne et passe une main sur mon visage. Mes TOCs reviennent au galop et je me vois replacer ma montre, une fois, deux fois, trois fois. Je me vois regarder le corps inerte de la demoiselle, une fois, deux fois, trois fois. Des centaines de morts oui, mais pas comme ça. Je perds contenance et me concentre sur l'orage. J'utilise les conseils d'un docteur accusé de morts. Mais il ne me reste plus que ça, puisqu'on est tous coincés là.

_________________

You're mine, control me
hard to resist falling in love don't wanna commit i'm taking the chance i'm taking the risk they say that you're toxic that's just why i want it every time you touch me i can't breathe they say you're no good for me they don't know what's good for me every time you love me i can't breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4126-adrian-i-m-going

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Ven 22 Avr - 21:25


La révélation glaça  Emilia dans un mutisme sans fin. La femme ne comptait pas admettre ou plaider coupable. Elle savait bien tout ce qui était arrivé et tout ce qu’elle avait fait. Le silence  lui paraissait la meilleure réponse car elle était tout autant une explication que si elle avait proféré à autre voix ce qu’elle pensait. Emilia était bien coupable mais manifestement n’était pas la seule dans le lot si tout ceci était vrai. Pour elle en tous les cas, c’était la stricte vérité.  Emilia regarda toutes les personnes qui se trouvaient  en face d’elle. Pour Dorian, elle savait que c’était vrai puisque c’était ainsi qu’elle l’avait rencontré mais pouvait-on dire que c’était sa faute étant donné qu’elle ne savait pas contrôler sa transformation ? Emilia trouvait que c’était injuste. Les accusations proférées sur Noah ne semblaient pas impossibles. Comme la jeune femme ne le supportait qu’assez mal, elle n’avait aucun doute sur le fait qu’il ait pu être un tel connard aujourd’hui. Il trainait dans des affaires louches c’était écrit sur son visage. Machinalement, elle porte son verre à ses lèvres pour se donner une contenance qui n’existe pas. Déjà, elle constatait la cohésion du groupe qui s’étiolait. Fatalement tout se tournait vers ceux qui semblaient les auteurs de cette mascarade pourtant si Rogers restait impassible, la femme à ses côtés semblait commencer à se sentir mal.

« Comment peux-tu en être si sûre ? » Lâcha Emilia à la jeune femme qui venait de prendre parole pour défendre Noah. « Cet homme-là admet avoir causé un accident. Je ne dis pas que les choses ne sont pas exagérées mais je crois qu’il faut se rendre à l’évidence et que des meurtriers sont parmi nous ce soir. »Emilia ne pouvait pas non plus dire que Melvyn avait très probablement tué plusieurs de ses cobayes. Toutefois, avant de continuer à discuter, la fille aux cheveux noirs ne manqua pas de constater que la femme  aux côtés du majordome semblait se trouver très mal. Ses membres tremblaient de manière incontrôlable alors qu’elle peinait à respirer. L’âme d’infirmière d’Emilia la poussa à s’approcher d’elle pour l’aider à se calmer. Elle demanda au majordome un sac en papier pour l’aider à respirer. Sobrement l’homme se tourna pour aller vers la cuisine et revenir. A partir de là, elle l’encouragea à respirer pour se calmer lentement. Ses bras entouraient la femme. Pour l’instant, une crise de plus n’était pas envisageable surtout que l’on ne savait pas ce que l’avenir nous réservait. Elle suit un peu la conversation alors que la femme se remet plus ou moins abandonnant le sac après de longues minutes. Elle respire de nouveau normalement. Elle sursaute en entendant le bruit. Son attention s’était détournée de Dorian pendant un bref instant. Elle est sur le sol. Emilia sent ses jambes flancher alors qu’elle entend le verdict sans appel de ce garçon qu’elle ne connait pas. Elle flagelle et finalement cours vers Dorian pour prendre à son tour un peu nous inexistant. Elle a lâché un cri aigüe à cette découverte mais à présente elle murmure en boucle.

« Non….Non….Non…ce  n’est…non » Sa voix se perd alors qu’un sanglot étouffé se perd dans l’agitation. Elle entend parler d’une clé sans réagir. Ce n’est qu’une clé et pas celle qui fera repasser Dorian de l’autre côté de la barrière.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Ven 22 Avr - 22:18

event

AND THEN THERE WERE NONE


Bien sûr, il avait fallu que l’enregistrement audio se déclenche juste après la fin de son intervention, comme pour tourner en dérision les propos qu’il avait assenés avec assurance à l’un des autres convives. L’un après l’autre, ils y passèrent tous, forcés d’écouter cette collection macabres de faits dans lesquels chacun avait sa part de responsabilité, plus ou moins importante selon l’individu. Son regard se tourna machinalement vers ceux qu’il connaissait lorsque leurs noms étaient énoncés, notant dans sa mémoire ce qui leur était reproché : véridique ou non, ce genre d’information pourrait toujours s’avérer utile dans le futur. Et il ne doutait pas du fait que les accusations ne pouvaient pas être complètement erronée car la sienne était on ne peut plus vrai. Or, si l’individu mystère qui se cachait derrière cette voix sinistre avait eu les moyens de mettre la main sur des informations datant de plus de cent ans, c’est qu’il devait parfaitement savoir comment s’y prendre lorsqu’il s’agissait de creuser dans la vie des gens jusqu’à déterrer ce qu’ils avaient tendance à vouloir cacher à tout prix.
Melvyn ne fit aucun commentaire quant aux crimes qui lui étaient imputés, et n’avait pas l’intention d’ouvrir la bouche à ce sujet tant qu’on ne l’interrogerait pas ouvertement dessus. S’il n’avait pas l’intention de nier les faits, il estimait que ceux-là relevaient de l’histoire ancienne et n’avaient nullement besoin d’être remis à l’ordre du jour. Pour autant, il en avait perdu son appétit. Face à lui, l’assiette richement garnie à laquelle il avait commencé à faire honneur avant que la bande sonore ne se déclenche refroidissait, les aliments appétissants commençant à se figer dans leur sauce. Son verre avait été de nouveau rempli après qu’il l’ait vidé une première fois mais le vin, à l’image du reste de sa nourriture, n’avait plus qu’à prendre son mal en patience.
Tout autour, les discussions avaient repris de plus belle après la fin de l’enregistrement. Le sorcier, très attentif, ne perdait pas une miette de ce qu’il se disait, tout en se gardant pour le moment de venir ajouter son grain de sel. Evidemment, la chute soudaine de Dorian le prit de cours à l’instar de tous les autres. Le bruit sourd le fit d’instinct se tourner immédiatement dans la direction du bruit et il se releva dans le mouvement en apercevant le corps effondré de la jeune femme. Axl fut le premier à réagir en s’avançant vers elle, constatant et annonçant à haute voix sa mort avant de se tourner à nouveau vers Rogers. Voilà que les choses prenaient une tournure tout à fait inattendue… et pas réellement rassurante.
Melvyn s’approcha du corps, le bruit du bout ferré de la canne rythmant ses pas sur le sol de la salle, ses habitudes professionnelles de légiste prenant le relais sur le reste. Bien sûr, il ne disposait d’aucun de ses outils de travail, mais peut-être la cause de la mort était-elle tout de même décelable. La nourriture avait-elle, après-tout, été contaminée ? Certains poisons agissaient à retardement, leur vitesse différant en fonction des organismes touchés. Si la mort de Dorian avait été causée volontairement, comment savoir s’ils n’étaient pas les prochains sur la liste ?  

 
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 936
↳ Points : 70
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Ven 22 Avr - 23:31

Il tenait encore le bras de Maisy entre ses doigts quand la voix d'Enya avait retenti. Une voix qui l'avait ébranlé, coupé dans son élan alors qu'il avait ouvert la bouche pour lancer une réplique cinglante à la brune, ne croyant évidemment pas un traitre mot de ce qu'elle racontait.
Puis, sans même qu'il n'ait eu le temps de réagir, le temps s'était accéléré. Une voix sinistre avait résonné dans la salle de réception, interrompant aussi sec chacune des discussions qui avait cours. Une voix dont les paroles lui glacèrent l'échine encore plus efficacement que la perspective de devoir louvoyer entre amante et maîtresse. Une voix qui énumérait chacune des frasques que tous les êtres présents dans cette fichue pièce avaient pu faire. Il relâcha le bras de Maisy, les yeux écarquillés par l'effroi. Pas qu'il soit inquiété par les crimes potentiels de tous, non. Mais il était profondément atteint par les accusations, bien réelles, qui passaient dans l'enregistrement.

Le temps filait trop vite. En un quart de seconde, Axl avait pris les accusations au pied de la lettre et faisait peser leur poids sur ses épaules. Dans une assemblée majoritairement constituée de ces pigeons qui l'engraissaient, il ne devait pas avoir l'air coupable. Il lança un regard reconnaissant à Enya, après qu'elle eut pris sa défense, en manque de mots pour le faire lui-même. Aussi remercia-t-il Dorian de faire diversion en s'effondrant à même le sol.
Vous voyez ? Celle-là, c'est pas moi qui l'ai tuée. Autant garder cette remarque de mauvais goût pour lui-même. Surtout alors que l'heure devenait bien plus grave, dorénavant. Suivant du regard l'homme à la canne, le seul qui n'avait pas prononcé un mot depuis leur entrée dans la pièce, il caressa distraitement l'une des figurines présentes sur la table du bout des doigts. Un petit soldat.

-Nous avons plus urgent à régler que de savoir si ces accusations sont vraies ou fausses...

Pourquoi un soldat ? Pourquoi dix soldats ? La situation lui semblait affreusement familière, bien trop, et il n'arrivait toutefois pas à comprendre pour quelle raison. Peut-être parce qu'il avait bien trop envie de passer sa frustration sur cette empotée en noir qui faisait une crise de panique, là, dans un coin de la pièce. Lui enfoncer une des figurine au fond de la gorge serait probablement bénéfique pour tout le monde. Ca leur éviterait d'entendre ses vagissements. Ses doigts repoussèrent la statuette pour la laisser choir sur la table, le temps de rassembler ses propres pensées.
Il ferma les paupières pour rouler des yeux intérieurement et se dirigea d'un pas vif vers le cadavre, posant une main paternaliste sur l'épaule d'Axl afin de calmer ses tics nerveux. Ils ne pouvaient pas assumer une crise de la part du jeune homme, personne. Après un bref coup d'oeil à la place où se trouvait Dorian, considérant son assiette entamée comme la nourriture qui l'avait suivie à terre, il finit par déclarer d'une voix sonore :

-Que personne ne touche à la nourriture, ou ne boive quoi que ce soit.

Une évidence, certes. Mais la panique risquait de prendre possession de tous les convives si personne ne se portait volontaire pour l'énoncer à voix haute. Et si un meneur devait s'élever du groupe, et s'il aurait nettement préféré que ce soit l'Homme de Jane -puisqu'il n'avait que ce prénom à la bouche- ou le Boiteux qui s'imposent naturellement, il finirait par endosser ce rôle si nécessaire.
Suivant la discussion entre le nerveux pleurnicheur et le majordome, il fronça les sourcils. Quelque chose dans le comportement de la femme lui hérissait le poil. Son mari était juste effrayé. Elle... Elle, la culpabilité semblait la ronger au point qu'elle semblait au bord de l'hystérie.

-Essayez de vous souvenir. Cette fameuse clé, se trouvait-elle dans cette pièce ou ailleurs dans la demeure ? Si elle est aussi essentielle, nous devons savoir, afin de la retrouver.

Il joignit l'acte à la parole, balayant la salle du regard, avant de murmurer d'un ton lugubre, tant pour lui-même que pour les autres.

-Nous nous occuperons de nos morts une fois tirés d'affaire...




_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky x


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 902
↳ Points : 931
↳ Arrivé depuis le : 27/04/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: K12
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Sam 23 Avr - 0:47

« Comment peux-tu en être si sûre ? »
Parce que j’en étais sûre. Parce que j’aimais Noah et que je ne pouvais pas croire, je n’étais pas capable de croire qu’il était capable de ce dont cette voix l’accusait. Mais la jeune femme ne semblait pas me croire. Noah, lui, me lança un de ces regards qui étaient si rares et qui me remplissaient le cœur de joie. Pourtant je n’eus pas le temps d’en profiter. Quelqu’un était mort. Et en regardant qui c’était, je faillis hurler de douleur, mais seul un gémissement pitoyable sortit de ma bouche. Je n’avais même pas vu qu’elle était là, et maintenant elle était morte. Dorian était morte. La jeune femme brune près de moi eut une réaction similaire à la mienne, et pendant un instant la douleur fut partagée, insupportable mais partagée. J’avais envie de m’effondrer au sol et de me laisser là, à mourir de douleur. Pourtant je restai debout et regardai, hébétée, le quinqua trop honnête examiner le corps sans vie de Dorian, et Noah s’approcher d’elle. J’étais médecin, moi aussi, je devrais faire quelque chose, non ? Non. Moi, je soignais les vivants. Et il n’y avait plus rien à soigner chez Dorian.

« -Que personne ne touche à la nourriture, ou ne boive quoi que ce soit. »
Je réagis enfin à cette injonction de Noah, sortant de ma torpeur, transformant l’hébétude en panique montante. J’avais bu. Est-ce que ça voulait dire que j’allais mourir moi aussi ? Est-ce que j’allais subir le même sort que Dorian ? Laissant les autres parler d’une clé dont je me fichais éperdument, s’en prendre au majordome et à sa femme, je me précipitai vers le verre que j’avais pris et dont j’avais bu plusieurs gorgées. Le liquide ne semblait pas bizarre, le goût n’avait rien eu de particulier. Mais peut-être était-ce un poison incolore, inodore, sans goût. La parfaite arme, on ne se rend compte d’avoir été empoisonné que lorsqu’on meurt. Combien de temps me restait-il ? Je me tournai vers l’assistance et lâchai d’une voix à peine audible, plus pour moi-même que pour les autres, brisée par la peur :
« J’ai déjà bu. »

M’entendre dire ces mots lâcha un peu plus la sensation de peur panique dans mon système sanguin. Je regardai le corps inanimé de Dorian, que personne n’avait vu tomber, que personne n’avait entendu mourir. Elle était morte au milieu de tous, et pourtant seule. Je ne voulais pas subir le même sort. Je ne voulais pas être seule. Je ne pouvais pas être seule. Ne me laissez pas mourir seule. Je m’approchai de Noah, évitant du regard le cadavre de Dorian pour ne pas laisser la douleur m’envahir totalement. Je pris le bras de mon homme, cherchant son contact, cherchant quelqu’un, effrayée, comme une gamine.
« Noah, j’ai bu en arrivant. Je ne sens rien, je n’ai pas…mais…mais j’ai bu. »
Alors c’était comme ça que je finissais. Dans une salle inconnue, avec des gens bizarres, enfermée par un majordome tueur et sa femme. Au moins j’avais Noah avec moi. C’était bien, ça, de pouvoir avoir Noah. Ca rendait les choses plus simples. Je pouvais lui dire au revoir, si le poison dans mes veines m’en laissait le temps.

_________________


All my love is yours forever
Take it with you, say you'll never go...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2422-enya-i-don-t-rea

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 936
↳ Points : 70
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Dim 24 Avr - 16:35

L'heure était bien plus grave que tous l'auraient imaginé. Et même s'il s'était rapidement repris, la peur étreignait doucement le psychiatre. Allaient-ils tous connaître le même sort que la malheureuse Dorian ou pouvaient-ils trouver une parade pour s'enfuir de ce maudit manoir mortifère ? Ses propres paroles, lugubres, avaient légèrement tremblé alors qu'il les avait prononcées. Le vieil homme à la canne, à côté de Dorian, n'avait rien dit de plus, observant toujours attentivement la scène de crime. Personne n'avait rien dit de plus.
Jusqu'à ce que la voix d'Enya s'élève à côté de lui, brisant le silence. Le déchirant faiblement, plutôt.

Non, ce n'était pas possible. A l'aveu, il s'était retourné vers elle, incapable cette fois-ci de cacher sa surprise. Non, ce n'était pas possible. Elle n'avait pas fait ça, si ? Son cœur manqua un battement devant la perspective qu'elle aussi subisse le même sort. Non, pas Aida. Non, pas comme ça. Il ne le tolèrerait pas.
Comme pour l'intimer au silence, il jeta aussitôt un regard assassin à Maisy. Il connaissait leurs querelles intestines, et pire, il savait qu'il était lui-même dans une situation qui n'était pas enviable vu leurs... antécédents à tous les deux. Mais c'était d'Enya qu'on parlait. De sa sécurité. De sa vie. Et s'il avait pu lui causer suffisamment de torts comme ça, il ne voulait pas qu'elle meure aussi bêtement, à côté d'une maîtresse inavouable. Pire, il refusait qu'elle meure en sachant le secret que lui et Maisy partageaient.
Il ne pouvait pas lui faire ça, à son Aida. Il ne se le pardonnerait jamais.

Frissonnant à son contact, tant de répulsion que de la peur qu'elle ne s'effondre sans crier gare à son tour, il se mordit l'intérieur de la joue et chercha ses doigts pour les entremêler aux siens. Sa main libre se glissa sur ses cheveux, les caressant doucement, un geste vain pour tenter de la rassurer et se consoler lui-même.

-Tu... Elle n'a pas fait que boire, son assiette était entamée... Peut-être que tu ne risques rien si tu n'as pas touché à la nourriture...

C'était banal. Creux. L'aveu bien trop réel que même s'il s'était comporté comme celui qui savait, au fond, il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il se passait ou ce qui était réellement arrivé à Dorian. Dorian sur lequel son regard se posa malgré lui, avant qu'il ne le détourne obstinément. Non, le même sort ne pouvait pas arriver à Enya. Il ne devait pas lui arriver.
Ses lèvres se posèrent sur le front de sa compagne avant de s'ouvrir à nouveau, accusatrices, en direction du majordome paniqué.

-Bon elle est où cette fichue clé, cazzo ?

La frustration, la rage, la peur le faisaient trembler. Laissaient rouler son accent sur sa langue alors qu'il tentait de se modérer, sans se détacher d'Enya. La situation était bien plus grave qu'il ne le croyait. Et ces foutus soldats. Dix petits soldats, qui étaient bien trop familiers. Comme une ritournelle lancinante qui ne cessait de lui revenir en tête, encore et encore.


_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky x


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 557
↳ Points : 165
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Zooey Deschanel
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Animatrice radio / Illusionniste au Colosseum
↳ Opinion Politique : Travaille pour le gouvernement sans forcément en partager les opinions
↳ Niveau de Compétences : Niveau général - 3. Nécro - 1. Illusion - 4. Maladresse - 84
↳ Playlist : Thinking out Loud - Ed Sheeran
Chop Suey - System of a Down
Kané - Fauve
Crazy Youngster - Ester Dean
↳ Citation : "Je me fous de la morale, mais j'ai mon propre sens de l'intégrité."
↳ Multicomptes : Laura E. Ievseï
↳ Couleur RP : #ff9999



les petits papiers
↳ Copyright: AcidGirl - Hay-Gurl & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Dim 24 Avr - 23:21

J’étais en train d’avaler un petit four quand la voix résonna. Je cherchais encore à comprendre si oui ou non, Noah se tapait la petite présentatrice des résistants, et si c’était le cas à quel point elle croyait que c’était sérieux. Quand la voix désincarnée prononça mon nom, j’avalais cul-sec le contenu de mon verre et fourrait deux petit-four dans mon gosier pour m’empêcher de pousser un cri de surprise. Merde, comment les gens qui m’avaient invité ici pouvaient savoir ? J’veux dire n’importe qui, ayant eu accès à un téléviseur connaissait mon rôle durant les Hunter’s Season, mais le meurtre de ce crétin, personne ne savait. Littéralement personne à part moi. Les révélations qui sortaient sur chacun des invités étaient on ne peut plus intéressantes et le meurtre du frère d’Enya par cette dernière me fit hausser un sourcil. Mais c’est les accusations envers Noah qui m’intriguèrent le plus. Quand on connaissait le personnage, elles devenaient totalement plausibles. Et si mes crimes étaient réels, pourquoi les siens ne le seraient pas.


Et j’écoute Enya qui tente de se défendre et de défendre Noah, elle me fait un peu pitié. Pour elle c’est du sérieux leur relation, si elle savait à quel point le mec en face d’elle est puant, et je la vois s’accrocher à lui et je me retiens de rire avant d’avoir une vision de moi avec Alistair quand il était revenu en Alaska. Oui, bon, j’ai pas été mieux ok. J’étais profondément plongé dans mes réflexions, mes yeux sautillant d’invités en invités quand un bruit sourd me fait sursauter. Un jeune homme, un des patients de Noah si j’ai bien compris, s’éloigne a pas lent d’une jeune femme qui vient de s’effondrer au sol. Il tremble et regarde Noah, l’air profondément perdu en nous annonçant la mort de la jeune femme.


Contrairement à de nombreuses personnes qui se rapprochent de la défunte, je me contente d’enrouler mes bras autour de moi et de rester dans le fond de la salle. Je m’appuie contre une commode ancienne, et pose mon verre à l’instant ou Noah dit qu’il faut arrêter de manger. Et j’observe, comme d’habitude, j’observe Noah qui semble plus touché que ce que j’aurais cru a l’idée que la petite n’ai mangé. J’observe la salle pleine des gens. Et je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je me décide à avancer et je me penche vers la jeune fille qui tremble, clairement en état de choc, au-dessus du corps de la défunte. J’attrape distraitement la veste d’un des hommes présent avant de la poser sur son dos et de l’aider à se relever. Je ne regarde pas le cadavre, j’en ai vu trop, et je passe en mode machine de guerre. Celui ou je ne ressens pas grand-chose, mais où je me contente de donner l’air d’être un être humain quand même. Je baisse les yeux vers la jeune fille dans mes bras et lui essuie les joues avec un mouchoir en tentant vainement de la rassurer. Je relève la tête quand il engueule le majordome, son accent italien teintant lourdement sa voix. J’ai envie de parler sans savoir quoi dire alors je me contente de me taire en fixant le couple qui nous a servi, en regrettant que ce soit probablement la bouffe qui ai tué la nana. J’ai faim putain.

_________________

'Cause maybe you're lovable and maybe you're my snowflake. And your eyes turn from green to gray and in the winter, I'll hold you in a cold place.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3466-maisy-annabel-we

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mar 26 Avr - 2:45


« In the midst of life, we are in death. »



and then there were none




Dix petits soldats s'en furent dîner,
L'un d'eux but à s'en étrangler
N'en resta plus que neuf.


Les paroles de la comptine macabre tournent dans l'esprit détraqué d'Ethel, accentuent ses claquements de dents. Profondément choquée par la vision du cadavre qui git à leurs pieds. La révélation de son crime la bouleverse. L'image atroce de mademoiselle Brady, la vieille dame étouffée sous son oreiller par Thomas, la hante. Comment quelqu'un a t'il pu être au courant ? « - Bon elle est où cette fichue clé, cazzo ? » La voix vibrante de rage de l'italien la fait frémir, et elle lance une œillade paniquée à son mari. « - Si je le savais, vous ne croyez pas que je l'aurais déjà sortie ? Je l'avais dans ma poche il y a un instant, quelqu'un dans cette pièce l'a forcément prise, je ne vois pas d'autre explication ! » Sans perdre son sang-froid, le majordome tente de se dédouaner comme il le peut. D'empêcher sa voix de gronder d'une de ces colères sourdes qu'il ne réserve d'ordinaire qu'à son épouse. Ses prunelles d'ébène passent du psychiatre à Axl. Avant de se reposer sur elle, qui tremble comme une feuille. Elle a de plus en plus de mal à respirer. « - Qu'est ce qui t'arrive ? » Il mime à merveille l'anxiété et la compassion en public. Mais elle connait la vérité, elle connait l'homme froid qu'elle a épousé. Toute tendresse est absente, elle ne perçoit qu'un profond agacement. Ses nerfs lâchent, exactement comme les siens. « - Je... Je ne... » Balbutie t'elle, sans parvenir à aligner ne serait-ce que deux mots. Et soudain, c'est le flou. La tête lui tourne, elle est prise d'un effroyable vertige et se rattrape de justesse à la table. Thomas la rattrape, accroche ses phalanges à sa taille pour la soutenir. Sa paume vient masser son front pour dompter la migraine, mais elle se sent perdre pied. « - Il faut qu'elle s'allonge ! Elle est en train de faire un malaise. Je vais l'amener dans notre chambre. » Ses jambes se font soulever du sol, le domestique la porte vaillamment dans ses bras pour l'amener jusqu'à son lit, à deux pas de là. Il surélève légèrement ses guiboles faméliques avec un coussin, avant de la recouvrir d'un drap. « - Calme-toi espèce de petite sotte ou je te force à le faire. » Siffle t'il perfidement dans son oreille, dans un murmure cruel qu'elle seule peut entendre. La misérable se recroqueville, étouffe un sanglot. La menace à peine voilée aggrave son angoisse. En cet instant, elle le croit presque suffisamment tordu pour être l'instigateur de cette ignoble mascarade. « - Tiens, prends ton calmant. » Ordonne t'il froidement, en lui tendant un verre d'eau et son somnifère quotidien. Soumise, elle s'exécute sans broncher en dépit de la peur qui lui ronge les viscères. Sombre doucement dans les bras de Morphée alors qu'il regagne la salle à manger pour se confronter à nouveau au dur jugement des convives.

- Veuillez l'excuser. Elle a toujours été un brin émotive, mieux vaut qu'elle se repose pour le moment. Peut être que nous devrions tous en faire de même ? Je crois qu'il serait bon ne pas céder inutilement à la panique collective. Nos hôtes devraient arriver demain matin, un bateau vient sur l'île deux fois par jour. La tempête a dû les en empêcher. Il doit y avoir une explication. » Assure t'il, décidé à se montrer persuasif et rassurant. « - Si j'avais su ce qu'il y avait sur ce disque, je ne me serais jamais prêté à cela. » Ajoute t'il pour se donner bonne contenance, les traits tirés par la contrariété de s'être fait berner. Il se sent lui aussi comme le dindon de la farce et le regrette amèrement. « - Et peut être que nous devrions déplacer la dépouille de la malheureuse. Nous ne pouvons décemment pas l'abandonner ainsi sur le plancher. » Le respect des morts. Maniaque et professionnel jusqu'au bout, la simple idée de laisser son cadavre trainer dans la pièce à vivre le répugne. « - Quelqu'un est médecin ici ? La cause de sa mort n'est peut être pas celle qu'on croit. Personne ne s'est encore senti mal à cause de la nourriture après tout... C'est un cas isolé. »



informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600 pour l'instant, vous pouvez faire moins, c'est même conseillé pour faire bien avancer l'action.
Pour ce troisième tour, les descriptions sont libres.
↠ Vous pouvez faire intervenir le domestique Thomas Rogers, comme bon vous semble. Autant en actes qu'en paroles. Ethel Rogers est en revanche actuellement inconsciente.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins de deux semaines (le vendredi 06/05 inclus) une à deux fois au minimum.




groupe I - liste de participants

↠ Axl N. Hartley
↠ Emilia R. Conoly
↠ Enya Rivers
↠ Jackson Montgomery
↠ Maisy A. Weaver
↠ Melvyn B. Queensberry
↠ Noah D. Meadow
Dorian C. Mown


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 575
↳ Points : 375
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Hayden Christensen
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : DISPARU
↳ Opinion Politique : Il fait ce qu'il faut pour la survie de la Communauté, l'Gouvernement il s'en tape à vrai dire
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2, niveau 3 sens-surdeveloppés
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Eden Memories
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mar 26 Avr - 10:25

And then they were none

event

Les conversations autour de moi ne deviennent qu’un brouhaha incompréhensible. Je ne m’y intéresse vraiment plus et observe les alentours. Rogers a perdu la clef, c’est tout ce que je parviens à comprendre. Les autres s’indignent et finalement un bruit sourd attire mon attention. Dorian vient de s’écrouler. Par réflexe je me lève de ma chaise. C’est la seule personne autour de cette table qui m’est familière. Qui me l’était en tout cas. Axl est plus rapide que moi et va confirmer la mort de la dame. Un autre homme boiteux s’approche du cadavre lorsque le brun s’en éloigne. Pour ma part, les histoires de macchabés n’ont jamais été ma tasse de thé. Je garde mes distances en continuant de regarder autour de moi. La tempête dehors fait rage. Je tente de faire preuve de sang-froid. Je chasse mon aquaphobie –j‘essaie du moins- durant un instant histoire de pouvoir mettre mes idées au clair. Bordel elle est morte. Qu’est-ce que c’est que ce plan ?

Thomas se défend en répétant qu’il a perdu la clef et que c’est sûrement l’un des convives qui lui a soutiré. Ben voyons. C’est la meilleure celle-là. Je reste debout et observe les époux, pendu à ce que le majordome a à dire. Malheureusement c’est au tour de son épouse de tourner de l’œil. Manquait plus que ça. Je soupire, agacé. Mes poings se serrent. Les domestiques disparaissent quelques minutes.

« La situation devient incontrôlable… »

Jamais je n’aurais pensé me retrouver dans un merdier pareil. Lorsque Rogers revient il nous conseil de nous reposer. La blague. Ce n’était pas comme ci quelqu’un venait de mourir. Qu’a-t-il dans la tête celui là ? « Sauf votre respect Thomas, je doute fort qu’il soit facile de se reposer après la mort de quelqu’un. Surtout qu’effectivement, on ne sait pas ce qui l’a tuée. » Je m’approche finalement de la dépouille et regarde Dorian d’un air triste et horrifié. « Mais vous avez raison, il ne faut pas la laisser ici. Il y aurait-il un endroit décent pour déplacer son corps ?» toucher un cadavre ne me dit rien. Mais il faut bien que quelqu’un agisse. Si elle avait été un membre de ma famille je n’aurais pas supporté que son corps jonche le sol près de la table à manger. D’ailleurs en parlant de ça, je repense au vin et à la nourriture que j’ai goûtée. Je déglutis péniblement. Et si cela venait véritablement de là ? Je serais foutu et mon cadavre irait bientôt rejoindre celui de Dorian. Je souris. Mon sourire est plein d’ironie. Comment ai-je pu être aussi bête et croire que Jane me serait servie sur un plateau ? La voix du Majordome me sort de mes pensées. « Il y a un petit salon derrière cette porte, je pense que l’endroit conviendrait. » dit-il en me désignant la porte en question de son index. J’acquiesce et me penche pour prendre Dorian contre moi. Je la porte telle une mariée, une main dans son dos et l’autre sous ses genoux. Sa tête tombe vers l’arrière et bouge doucement au rythme de mes pas. « Mais qu’est-ce qui vous ai arrivé ? » je murmure tandis que j’arrive devant la porte du petit salon. « Quelqu’un aurait-il la décence de venir m’ouvrir la porte s’il-vous-plait ? Vous avec la canne, vous avez l'air de vous y connaitre, vous nous serez utile. » un peu d'aide ne serait effectivement pas de refus. Et puis si cet homme s'avère capable de déceler ce qui a tué Dorian, ça serait un véritable avantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 494
↳ Points : 1077
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; which witch & Vanessa White.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Mer 27 Avr - 8:26

Je passe un temps considérable à me concentrer sur mes propres angoisses afin de ne pas paniquer la salle, comme le gentil docteur Meadow me l'a appris. Je déglutis avec l'enregistrement toujours en tête. Et le monde vit autour de moi sans que je ne réagisse et que je n'en fasse réellement partie. Il me faut une pause. Pour reprendre conscience, pour rester moi, pour rester calme.

Surtout rester calme. Lorsque le majordome revient d'avoir allongé sa femme, en s'excusant à sa place je l'observe une seconde. Cet homme ne m'inspire pas confiance, sans savoir pourquoi, il a quelque chose dans ses yeux qui me rappelle Dixon, et autant dire que ce n'est pas dans mes meilleurs souvenirs. Et puis finalement, Jackson prend la parole et je me concentre sur lui. Décidément. Il n'y a que lui au final qui semble rationnel. Peut-être était-ce parce que c'était le premier avec qui j'avais parlé, peut-être était-ce parce qu'il cherchait de base aussi quelqu'un. Mais si j'avais été encore gamin, je lui aurais bien pris la main. Je m'en garde, évidemment, et l'écoute remettre le majordome gentiment à sa place. Je regarde d'abord l'homme agir, plutôt distant, encore un peu perdu. Et finalement sa dernière remarque, qui ne m'est pas adressée me fait regarder Melvyn d'un œil incertain.

Melvyn est médecin. Noah aussi. Mais le prenant de court, par besoin de faire quelque chose de mes dix doigts j'arrive près de Jackson et lui ouvre la porte. Un petit salon s'ouvre face à nous alors qu'il passe avec le corps de la défunte dans les mains. Le canapé semble parfait pour la reposer là, et je le regarde lui, alors que personne encore ne nous a rejoint pour dire simplement. « Il y a plusieurs médecins parmi nous, j'en connais deux. Mais bon, je ne sais plus vraiment qui est fiable ou non. » Je sens des présences arriver derrière moi, alors que je me tiens toujours près de la porte que j'ai ouverte et regarde toujours l'homme, avec une voix honnête et plutôt inquiète. « Vous... vous avez mangé et bu vous aussi n'est-ce pas ? »

Je me retourne sur les nouveaux arrivants avec un sourire poli et me décale vers la fenêtre alors que la tempête fait rage dehors. Je regarde les éléments se déchaîner et me rappelle de la remarque de Rogers quant à l'arrivée de nos hôtes qui ne se fera que le lendemain du coup. Sans me retourner, mes doigts sur le rideau qui me montre l'extérieur, étonnamment apaisant, peut-être parce qu'il rappelle un temps d'avant, je lance à l'égard du Majordome. « Dîtes, Mr. Rogers, vous avez dit que vous ne saviez pas ce qu'il y avait sur le tourne-disque, que sinon vous ne l'auriez jamais joué. J'en déduis que l'idée de le jouer en première place n'était pas de vous. Vous en avez d'autres des instructions du genre ? », je ne peux croiser le regard de personne si je dois rester concentrer. Laisser mes TOCs et mes angoisses au loin. Seul les reflets dans la vitre m'accompagnent pour le moment et je me concentre sur le temps.

Je n'ai aucune envie d'être entouré de ces gens, et d'un mort qui n'est pas un nom sur une liste. Mais je n'ai pas envie d'être seul dans ma chambre. Alors je reste là, dos à eux. Et j'attends. J'attends que quelqu'un, quelque chose se passe. Un peu comme tous les jours de ma vie au final. Comment j'avais pu être si naïf, après tout ce qu'il s'était passé, et croire que Vixen me faisait une douce surprise ?

_________________

You're mine, control me
hard to resist falling in love don't wanna commit i'm taking the chance i'm taking the risk they say that you're toxic that's just why i want it every time you touch me i can't breathe they say you're no good for me they don't know what's good for me every time you love me i can't breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4126-adrian-i-m-going

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 902
↳ Points : 931
↳ Arrivé depuis le : 27/04/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ellen Page
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en médecine aux urgences, animatrice d'une radio pirate
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Playlist : Ellie Goulding - Anything Could Happen
Damien Rice - Prague
Avril Lavigne - Take me Away
Nirvana - Litihum
Skunk Anansie - Hedonism
Damien Rice - The Box
AaRON - Blouson Noir

↳ Citation : L'échec est une formidable force de vie
↳ Multicomptes : Shae Thackery & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: K12
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Ven 29 Avr - 22:03

Les choses se passaient sans que j’y fasse réellement attention. J’avais juste peur, et seule la présence de Noah à mes côtés me rassuraient. Il essaya de me rassurer en me disant que Dorian avait aussi mangé. Effectivement, je n’avais pas mangé. Mais je savais aussi bien que lui que cela ne voulait rien dire. Personne ne savait pourquoi ni comment elle était morte. Nous pouvions tous être le prochain, en réalité. Et cela semblait avoir frappé l’intégralité des personnes dans la pièce. Même cette pimbêche de Weaver s’était isolée dans un coin. Seul le quinqua à la canne semblait très calme, de même que l’homme qui devait être Jackson au vu de l’enregistrement audio.

Les secondes s’écoulèrent, pendant lesquelles je guettais avec appréhension la prochaine mort subite. Mais personne ne s’écroula, à part la femme du majordome qui, semblait-il, ne faisait qu’un malaise. Tout du moins c’est ce qu’il affirma pendant qu’il revenait. Mon instinct de médecin reprit le dessus. Une vivante, c’était mon domaine.
« Je suis interne, je pourrais rester avec elle ? Vérifier qu’elle va bien ? »
Mais le majordome fit non de la tête. Elle allait bien, affirma-t-il. Juste un malaise, la pression. Elle était sous calmant, elle s’était endormie. Je faillis demander quel genre d’homme laissait sa femme seule alors qu’une personne venait de s’effondrer de manière mystérieuse, mais je me retins. Ce majordome ne m’inspirait pas confiance, et s’il était capable de laisser sa femme mourir seule, alors il n’était pas le genre d’homme auquel on se frottait. Ma situation était déjà assez désespérée pour que je n’en rajoute pas. Alors je restai là, jusqu’à ce que le majordome propose de déplacer la dépouille de Dorian et que Jackson lui réponde de la façon dont, je pense, tout le monde pensait. Ce dernier prit néanmoins Dorian dans ses bras, doucement, et je le vis porter son cadavre jusqu’à une pièce adjacente, aidé par le petit paniqué. Je ne les suis pas ; je ne tiens pas à la voir une fois de plus. Elle est déjà partie loin, comme beaucoup de ceux que j’aime.

Alors je me concentre sur les vivants. Noah à côté de moi. Maisy la pimbêche qui étonnamment, est partie réconforter la petite brune qui semble réellement affectée par la mort de Dorian. Je me secoue et vais les voir, lâchant la main de mon homme. Après tout, si je dois mourir, autant me rendre utile. Les autres s’occuperont de ces histoires de clé et de majordome.
« Salut. Je suis Enya. Je suppose que tu es Emilia, du coup ? »
J’adresse un regard à Maisy, ni hargneux ni amical, mais quelque part reconnaissant d’avoir fait attention à cette jeune femme alors que j’étais trop occupée à me soucier de moi-même.
« Je connaissais bien Dorian. Elle comptait beaucoup pour moi. Je…je suis sincèrement désolée si elle comptait pour toi aussi. Viens, on va aller s’asseoir, tu veux bien ? »
J’avais un peu plus l’impression d’être dans mon élément. Rassurer les gens, les mettre à l’aise, leur parler, les soigner au cœur comme au corps. C’était ce que je faisais. Pas me battre contre des démons invisibles et un majordome que l’on ne savait s’il était coupable ou innocent.

_________________


All my love is yours forever
Take it with you, say you'll never go...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2422-enya-i-don-t-rea

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 557
↳ Points : 165
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Zooey Deschanel
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Animatrice radio / Illusionniste au Colosseum
↳ Opinion Politique : Travaille pour le gouvernement sans forcément en partager les opinions
↳ Niveau de Compétences : Niveau général - 3. Nécro - 1. Illusion - 4. Maladresse - 84
↳ Playlist : Thinking out Loud - Ed Sheeran
Chop Suey - System of a Down
Kané - Fauve
Crazy Youngster - Ester Dean
↳ Citation : "Je me fous de la morale, mais j'ai mon propre sens de l'intégrité."
↳ Multicomptes : Laura E. Ievseï
↳ Couleur RP : #ff9999



les petits papiers
↳ Copyright: AcidGirl - Hay-Gurl & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Sam 30 Avr - 1:16

De ce que j'avais suivi de loin, on avait emmené la femme du majordome dans sa chambre et le corps de la jeune femme décédée dans un salon. Quand Jackson et le jeune patient de Noah étaient passés près de moi en transportant son corps, j'avais détourné la tête. Bien que je sois habituée à côtoyer la mort, j'étais plutôt secouée. Je ne m'étais pas préparée à quelque chose de semblable et je ne savais pas trop quoi faire de moi. C'était plus simple de s'occuper de la pauvre jeune femme dans mes bras, qui semblait profondément ébranlé par le mort de la jeune fille, elle. La petite Enya, c'était proposé pour rester au chevet de la femme de majordome, mais il avait rapidement et assez sèchement repoussé la proposition de la jeune fille. Elle était donc retournée se blottir près de Noah.

J'étais en train de me pencher à nouveau vers la jeune fille contre moi quand elle s'approcha de nous. Elle se pencha et parla a Emilia, puisque c'était son nom, d'une voix douce. En me jetant un regard... reconnaissant ? Oh, ooooh... Elle pensait que j'avais fait ça par bonté d'âme ? Certes une part de moi l'avait fait parce qu'elle m'avait fait pitié et que personne ne semblait s'intéresser à elle, mais je l'avais plus fait pour me tenir occupé et ne pas avoir l'air d'un monstre sans émotion, coincé dans un coin à regarder la scène d'un air froid et distant. D'ici j'avais l'air d'une jeune femme perdue, qui s'occupait avec attention d'une autre jeune femme encore plus perdue, ce qui m'attirerait probablement de la sympathie et la sympathie, c'était pratique. Je laissais Enya expliquer que Dorian, c'était donc ça, le nom de la défunte, avait beaucoup compté pour elle et m'étonnait vaguement du fait qu'elle semblait au final aller bien pour quelqu'un qui venait de perdre un être cher. Elle proposa d'aller s'asseoir ce qui me semblait être une bonne idée, mes escarpins commençant à me ruiner les pieds. Ils étaient fais pour rester assise, pas pour se tenir debout comme une potiche.

« Oui, Emilia, Enya a raison, on va aller s'asseoir, on sera mieux une fois assise. » Je déplace doucement la jeune femme dans les bras d'Enya pour tirer un banc d'un coin de la salle et le calé contre un mur. Je pose mes fesses dessus et fait sauter mes escarpins de mes pieds avec un soupir de plaisir avant de gigoter rapidement mes orteils. Je tapote le banc près de moi, incitant les deux filles à s'y asseoir et repasse mon bras autour des épaules d'Emilia pour lui caresser les cheveux, ce qui semblait la calmer un peu plus tôt. Je jette un regard à Enya par-dessus la tête de la jeune fille et lui adresse un sourire compatissant. « J'avais tellement mal au pied, ça fait du bien de s'asseoir, hein ? Tu connaissais Dorian depuis longtemps ? Et j'ai vu que tu étais venue avec Noah. Tu es une de ses patientes ?» Je savais que la réponse à ma question ne serait probablement pas oui, mais j'avais envie de voir quel type de relation elle entretenait/pensait entretenir avec le psychologue psychopathe.

_________________

'Cause maybe you're lovable and maybe you're my snowflake. And your eyes turn from green to gray and in the winter, I'll hold you in a cold place.


Spoiler:
 


Dernière édition par Maisy A. Weaver le Mer 18 Mai - 1:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3466-maisy-annabel-we

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 936
↳ Points : 70
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Dim 1 Mai - 17:20

Axl était parti s'occuper du cadavre de Dorian sans attendre la réponse du majordome, alors que l'autre venait de lui communiquer une information plutôt important. L'air grave, Thomas avait avoué que non, il n'en savait pas plus. Un non d'une simplicité désarmante qui gela le sang du psychiatre alors qu'Enya l'abandonnait elle aussi pour s'occuper des vivants. Alors comme ça le majordome n'avait pas d'autres directives. En d'autres termes, ils étaient tous rendus au point de départ, sans aucune idée de qui pouvait leur en vouloir suffisamment pour les rassembler dans la même pièce puis leur faire la peau.

S'occuper. Ils devaient tous s'occuper à quelque chose pour ne pas céder à la peur, et il ne dérogeait pas à la règle. Laissant les femmes à leurs conversations et prenant grand soin de ne pas interférer, de peur de se frotter à un potentiel buisson d'orties, il rejoignit Axl et le dénommé Jackson dans le petit salon pour inspecter d'avantage Dorian. Touchant la peau encore tiède de la suppliciée, il attrapa son menton pour mieux inspecter son visage et poussa un grognement réprobateur en voyant les tâches bleuâtres sur ses lèvres.

-Du cyanure...

Son ton était assez bas pour n'être entendu que par les deux hommes à proximité du corps, suffisamment retenu pour ne pas laisser transparaître son propre trouble quant à la découverte. Enya, Maisy, Emilia, dans la salle à manger, étaient en train de doucement se remettre de leurs émotions. Il ne voyait pas l'intérêt de les choquer outre mesure avec la cause d'un décès que personne n'avait souhaité, ni vu venir.
Se redressant, il adressa un regard grave, étonnamment sérieux, à ses comparses d'infortune.

-Nous devons la sortir d'ici. La ramener à sa chambre...

Le psychiatre n'avait aucune confiance en Thomas, et, contre toute attente, préférait croire que l'inconnu au regard broussailleux du nom de Jackson serait plus à même de lui donner un coup de main. Jetant un coup d'oeil à ce dernier, il se positionna pour soulever la défunte et l'invita silencieusement à attraper ses pieds. La transporter dans sa chambre serait un bon début, non seulement pour éviter de la voir rester ad vitam aeternam dans le petit salon mais aussi pour jeter un coup d'oeil aux chambres, en quête d'indices supplémentaires. Son instinct, tout du moins, lui dictait qu'ils pourraient trouver quelque chose là bas. Voire même questionner Ethel Rogers, si nécessaire, malgré que Thomas l'ait amenée loin des regards indiscrets.

-Axl, pourriez-vous nous guider jusqu'à sa chambre, je vous prie ?

Dorian n'avait jamais été quelqu'un de léger, tant de son vivant que dans sa mort. Aussi Noah redoubla-t-il d'efforts pour la porter le long des corridors, suivant Axl et surveillant Jackson du coin de l'oeil. Tant pis s'ils laissaient les autres derrière. Il n'avait pas envie de passer une minute de plus dans cette maudite salle à manger.

_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky x


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 494
↳ Points : 1077
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 24
↳ Avatar : Liam Hemsworth
↳ Age du Personnage : 29 physiquement ▲ 82 réellement
↳ Métier : Pompier
↳ Opinion Politique : Il ne supporte ni la politique actuelle, ni la résistance
↳ Niveau de Compétences : Niv 2 ▲ 3 en nécrose
↳ Playlist : Clocks, Coldplay ▲ Ghost, Halsey ▲ Under your spell, Desire ▲ Animus Vox, The Glitch Mob ▲ Back to you, Mollie King ▲ Beautiful Scar, AaRON ▲ The great escape, Woodkid ▲ Missing you, The Saturdays ▲ Divenire, Ludovico Einaudi ▲ Into you, Ariana Grande ▲
↳ Citation : « It's good. So good, it scratched that part of my mind. The part that doesn't allow good to exist without a condition. »
↳ Multicomptes : Liam P. Wiggins & Garret Ferguson
↳ Couleur RP : #cc9966



les petits papiers
↳ Copyright: © Poupée Morose. ; which witch & Vanessa White.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Dim 1 Mai - 17:45

Je me rongeais les ongles, observant Noah rentrer dans la pièce. Rogers ayant esquivé ma question, ou n'ayant pas entendu la réponse mais ça m'importait peu au final. Parce que de toutes façons, maintenant que le médecin que je connaissais était dans la pièce, tout ce que je voulais, c'était un diagnostique. On pouvait l'accuser de tous les maux, il n'en rester pas moins capable de poser un diagnostique. Je m'approchais de lui, et voyais l'espoir sortir de ma tête lorsque ses lèvres s'ouvraient.

Elle avait été empoisonnée, merde. Je soupire et mords un peu plus le doigt sous mes dents avant de me retrouver à ma place de base : patient. J'écoute Noah comme si il savait tout mieux que moi, et j'acquiesce lorsqu'il propose de la ramener dans sa chambre. Instinctivement je réponds. « Je sais où elle est, je l'ai vue en sortir si vous voulez. »

La réponse ne se fait pas vraiment attendre et mon psychiatre en vient à me demander de les guider. J'avais beau être fossoyeur, c'était moi qui ne touchait pas le cadavre. L'homme me connaissait assez bien pour savoir que je n'étais pas capable de gérer les imprévus correctement. Alors je marchais, dans les couloirs, précédant les hommes et le cadavre. Mes yeux se baladaient sur les murs et je me concentrais pour ne pas nous perdre. Porter un corps n'était pas une tâche aisée ni vraiment appréciable, alors autant ne pas leur compliquer la tâche en les perdant par mon inattention. Il ne nous faut que quelques minutes, du moins j'espère, pour arriver à la chambre. D'un geste incertain je tourne la poignée et ouvre la porte sur une chambre comme toutes les autres sans doute. Une chambre que l'on a pas encore eu le temps d'occuper vraiment. Et pourtant, on y pose un corps.

Je me décale pour les laisser passer et passe du regard la chambre pour m'arrêter une fois de plus sur la comptine. Celle qui m'était sortie de la tête. Celle que j'avais oubliée et qui pourtant devient tellement ironique maintenant. Je soupire, et observe la fille morte devant mes yeux. Elle n'était qu'un mort parmi les autres pour moi, mais celle-ci, elle avait été empoisonnée. Et vu le brouhaha qui faisait rage dehors, on était pas prêt de sortir. Alors que je me décide, une fois de plus, à me concentrer sur quelque chose, n'importe quoi, je me dis que la question à un million c'est bien celle de qui a bien pu faire ça. Et pourtant, personne ne la posera soyons honnêtes.

Alors je regarde le docteur, croisant mes bras sur mon torse pour me forcer à ne pas abîmer plus mon doigt et finis par dire. « Vous pensez vraiment qu'elle a été assassinée... ?, je marque une pause et regarde la comptine au dessus du lit d'un air insistant, On peut peut-être trouver quelque chose ici... qui puisse nous aider ? À trouver une raison pour que ce ne soit qu'elle»

Je secoue la tête, blasé de ma propre pensée égoïste pour espérer sagement que ma peau soit sauve et cette putain de comptine. Dix petits soldats s'en furent dîner, L'un d'eux but à s'en étrangler, N'en resta plus que neuf. Putain de merde.

Ce week-end s'annonçait encore plus tordu que mon propre esprit, c'était dire.

_________________

You're mine, control me
hard to resist falling in love don't wanna commit i'm taking the chance i'm taking the risk they say that you're toxic that's just why i want it every time you touch me i can't breathe they say you're no good for me they don't know what's good for me every time you love me i can't breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4126-adrian-i-m-going
avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 575
↳ Points : 375
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Hayden Christensen
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : DISPARU
↳ Opinion Politique : Il fait ce qu'il faut pour la survie de la Communauté, l'Gouvernement il s'en tape à vrai dire
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2, niveau 3 sens-surdeveloppés
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : white ; FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Eden Memories
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: And then there were none ϟ Event (Groupe II)   Lun 2 Mai - 9:05

And then they were none

event

Tandis que je demande de l’aide, c’est Axl qui vient m’ouvrir la porte. En mettant les pieds sur cette île j’étais loin de me douter que je me retrouverais à porter un cadavre. Pourtant la situation ne nous avait pas laissé le choix. La porte donne sur un petit salon. Immédiatement mon regard se pose sur le canapé qui trône dans la pièce. J’y dépose délicatement la dépouille de Dorian et me redresse pour me tourner face au jeune brun. Il m’annonce que plusieurs médecins se trouvent parmi nous. J’acquiesce. C’est déjà une bonne nouvelle. Malheureusement la question qu’il me pose m’inquiète. Mes sourcils se froncent légèrement, je hoche la tête l’air dépité. « Oui j’ai bu et j’ai mangé, si la nourriture est empoisonnée je suis foutu.» une main passe dans mes cheveux. J’ai échappé à un accident de voiture par miracle, le fait de mourir d’une manière aussi simple et futile me tord l’estomac. Pourtant je sais que je dois garder mon sang-froid. Le deuxième homme qui nous rejoint est Noah, étrangement je suis soulagé. Enfin jusqu’à ce qu’il annonce que c’est sûrement du cyanure qui a tué Dorian. Elle a donc été empoisonnée. « Mais pourquoi l’aurait-on empoisonnée ? Vous pensez qu’on va tous y passer ? Toujours le chic pour me foutre dans des situations pas possibles.» je murmure la dernière phrase.

Le docteur propose de la ramener dans sa chambre. Je hausse les épaules et vient attraper la défunte par les pieds. Tout ceci devient de plus de en plus macabre. La tempête qui fait rage ne parvient pas à me déconcentrer. Il faut que je garde mon sang-froid. Il ne faut surtout pas que je pense à l’océan qui doit sûrement s’agiter, ni aux vagues géantes qui doivent, en ce moment même, s’écraser contre les rochers de l’île. Nous suivons Axl dans la bâtisse, cette maison me fait froid dans le dos. En arrivant dans la chambre, je semble pressé de déposer Dorian sur son lit. Une fois chose faite je me relève en soupirant. Le plus jeune d’entre nous nous questionne. Si l’idée d’un assassinat m’aurait parut abusive, désormais plus rien ne m’étonne. Je hausse les épaules en regardant le corps du coin de l’œil.

« Pourquoi pas. Après tout on ne sait rien de nos hôtes, et puis Rogers est bizarre. Pourquoi ne pas avoir directement prévenu que nos hôtes n’arriveraient pas avant demain ? Et puis il y a ce truc… je pointe la comptine de mon menton. Je me souviens m’être dit que tout ceci était glauque au possible. Vous pensez que ça aurait un lien avec les statuettes posées sur la table ? »

Je prononce la dernière phrase non sans hésitation. J’ai peur de leur réponse. Car si tout ceci est lié, ça n’annonce rien de bon. Déjà la comptine parle de soldats mais surtout de soldats qui meurent les uns après les autres. Au départ j’avais simplement trouvé ça morbide, c’était avant que Dorian ne rende l’âme et que tout ceci devienne bizarrement possible. Je prends une grande inspiration, après tout, peut-être qu’on fait fausse route et que tout ceci n’est qu’un triste accident. Au cas où je demande quand même à l’adresse du docteur. « Par sécurité, connaîtrez vous un remède contre le cyanure ? » ma question parait bête mais elle me démangeait les lèvres alors…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

And then there were none ϟ Event (Groupe II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Event] Groupe Mitsu
» [EVENT] Groupe Dernier étage 1
» [EVENT] Groupe Noburo
» [EVENT] groupe Rituel - Morgan, Albin, Elisa, Aly
» [EVENT - Groupe 5] Sang chaud dans les Docks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-