AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1923
↳ Points : 457
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Jeu 7 Juil - 0:02


Flynn&Raiponce
 




Et si Perséphone n'avait pas seulement été Perséphone(... Et Diane) et si elle était né dans un passé parallèle. Bienvenue dans le monde fantastique de la réalité alternative.

Quelque part dans une autre réalité, Diane Perséphone Raiponce Blackwood Wilson aux cheveux d'or habite dans une haute tour sans aucune porte ni autre échappatoire qu'une fenêtre, seule ouverture vers le monde extérieur.




Ces pierres, ces poutres, ces fissures... Je connaissais chacun des recoins de cette drôle de cage à oiseau. J'avais même du mal à me souvenir depuis quand j'étais ici. Il me semblait que de toute ma vie je n'avais connu que ce mur arrondi aux pierres trop froides. Et en plein milieu, il y avait un lit. Et puis aussi une télé, mais sans le câble. Je veux dire le câble physique, il n'y avait rien pour la brancher quoi. C'était quasiment tout ce que j'avais. Alors pour m'occuper, je chantais. Je chantais encore et toujours tout en coiffant mes longs cheveux blonds et parfois je me penchais à la petite fenêtre pour avoir une douce vision sur la forêt dense qui entourait ma tour. Le cadre était assez grand pour me permettre de me pencher à l'extérieur, mais il n'y avait aucun moyen pour moi de descendre. Pas parce que j'avais peur, et pas que je n'ai jamais pensé à descendre en rappel en accrochant mes cheveux aux pieds de mon lit, mais j'étais très étroitement surveillée par un dragon. Un gigantesque dragon rose à paillettes avec des yeux jaunes et des griffes acérées. Je ne l'avais jamais vraiment vu en entier, que des parties énormes de son corps... On parle de ses pattes là hein... Mais en tout cas j'en avais assez vu pour imaginer l'horreur que devait représenter cette bête mythique. Alors j'étais sage et je chantais encore. Et je parlais aux oiseaux. Et ils me disaient que je chantais bien. Alors on composait un peu ensemble et on parlait mouches et papillons. Heureusement, ils n'avaient jamais compris que c'était moi qui gobait les œufs qu'ils pondaient dans le nid près de la fenêtre...
Mais les oiseaux n'étais pas mes seuls compagnons, non, il y avait aussi la sorcière. Cette maléfique sorcière au visage botoxé. La sorcière Seraphina, qui en réalité était ma terrible soeur ! Elle s'habillait toujours richement et portait un parfum si entêtant qu'il aurait pu tuer le dragon si elle s'en était trop approchée. Mais apparemment, quand elle était dans les parages, le dragon semblait disparaître...
Quoi qu'il en soit, régulièrement elle venait me voir, m'appelant pour que je lui jette ma longue chevelure à travers la fenêtre afin qu'elle puisse y monter et me rejoindre dans la tour. Ensuite, elle me coupait un mètre ou deux de mes cheveux. Parce que oui, j'avais moi aussi un pouvoir mystérieux : mes cheveux poussaient incroyablement vite. Ils étaient extrêmement longs et soyeux et me servaient souvent de couverture et parfois même d'habits.
Pour mes 18 ans, la sorcière ma soeur, m'avait autorisée à lui demander un cadeau, un seul. Alors je lui avais dit que je voulais seulement savoir pourquoi elle me gardait ici enfermée pour régulièrement récupérer de mes cheveux. Elle m'avait répondu que c'était une trafiquante capillaire et qu'elle en faisait des extensions et des perruques et que de toute façon elle avait vite été jalouse de moi et que je ne méritais que de vivre enfermée. En tout cas, apparemment elle s'était carrément rempli les poches avec son trafique et avait battit un vrai empire.
A partir de ce jour là, ma vie avait prit un sens. Je me sentais utile, nécessaire même. Je sentais que je pouvais faire le bonheur de certaines personnes rien qu'en restant ici. Et pourtant... Je ne pouvais m'empêcher de ressentir ce petit pincement au cœur à chaque fois que je regardais au dehors. Les arbres, l'herbe... les oiseaux m'en avaient parlé mais j'imaginais à peine ce que ça pouvait être de pouvoir les toucher, les sentir... Etait-ce aussi froid et rugueux que la pierre qui composait les murs de ma prison ? On m'avait dit que non, mais je n'osais le croire, je n'osais en rêver. De toute manière je ne devais pas le faire. C'était ici que je devais rester, c'était mon devoir d'apporter des cheveux à ceux qui n'en n'avaient pas !

Alors les jours passèrent, semblables et pourtant différents (pas d'explication, ça sonnait bien, voilà)... Jusqu'à ce jour là.
C'était un jour magnifique, un soleil de plomb faisait ressembler ma chambre/cuisine/salle de bain/toilettes/salon/coin bureau à un four à pizza. Pour un peu plus d'air, je m'étais installée sur le rebord de la fenêtre, rêvant de courir pieds nus à l'ombre des arbres accompagnée des libellules. Et puis accompagnée de mes amis oiseaux je chantais d'une voix aussi douce que le miel.

- L'herbe est si verte d'en haut. Le ciel est-il plus bleu d'en bas ? Les papillons sont-ils plus grand de près ? Si seulement je le savaiiiiiiiiiis.

Et puis soudain, un mouvement en bas attira mon attention. Je cru d'abord que c'était la sorcière Seraphina qui revenait déjà, mais quelque chose dans les mouvements me paraissaient bien anormal... Ma chanson se fit plus douce alors que les battements de mon cœur s'accéléraient. Je ne savais pas exactement pourquoi, mais je sentais que quelque chose d'inhabituel était entrain de se passer. Par réflexe, je saisis mes cheveux entre mes mains, comme pour les protéger. Puis mon cœur martelant ma poitrine, j'attendais.

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Mer 20 Juil - 0:29


« The party lasted an entire week, and honestly, I don't remember most of it.  »

Diane & James
featuring

Il y avait certaines choses que l'on ne pouvait pas expliquer. Certaines choses qui étaient faites pour rester comme elles étaient. Des choses qui passent et que l'on ne peut pas contrôler. Des choses qui font les meilleurs rires, les meilleures gaffes et les meilleurs souvenirs. Disons que ma personne.... Elle était très doué à ce genre de chose.  Au fait, moi c'est Flynn, Flynn Ryder, mais ça, c'est pas important. *insérez ici un sourire charmeur comme le gif*


Donc quoi dire pour commencer.? Une histoire de vol? Ça commence toujours bien une histoire pas vrai?  C'est toujours amusant de faire ressortir le côté disons, euhm, que l'on pouvait mourir à tout instant si on se faisait chopper. Ah oui, l'adrénaline, voilà comment ça se nommait réellement. J'avais légèrement de la difficulté avec les mots. Déjà, c'est difficile de tout se souvenir, alors que je faisais la course contre un cheval. Une drôle d'histoire à dire vrai. Mais si on commençait avec le début, ça irait bien mieux.

Donc voilà. J'étais cassé. Broke comme on dit. Et j'avais terriblement besoin d'argent. Le seul truc, c'était que.... bah le seul moyen de s'en faire rapidement sans trop forcer pour ne pas devenir un objet de laideur ultime dans la société était de voler. Alors voler était ma solution passe-partout. Parce que bon, je n'avais jamais, mais alors jamais d'argent. Soit je le volais, soit je le perdais après l'avoir voler. La vie étant ce qu'elle était, nous ne pouvions pas nous fier à nos sens. Au moins, pour ce coup, j'étais avec deux acolytes. Et ma maladresse pourrait passer sous le silence. En même temps, je ne pouvais pas faire le coup seul, il s'agissait de voler la couronne d'une jeune femme, héritière du royaume je crois, qui avait totalement disparue de la carte. Comme si elle allait en avoir besoin. Pff. Qui part à la chasse perd sa place.


Donc pour faire histoire courte, j'allais donc en détalant comme une gazelle vers un lieu de sûreté parce que bon, avec cette couronne dans mon sac en bandoulière, je ne pensais pas que je pouvais aller me permettre d'Aller prendre un café tranquillement à la boulangerie du coin. Donc, je me devais de courir. Est-ce que je vous ai dit comment j'étais en forme? C'était surprenant comment la gazelle en moi pouvait ressortir. Donc voilà. Je tombais sur un truc vraiment étrange, en réalité, je m'étais fait laissé tomber par mes compères parce bien sincèrement, j'étais seul sur le coup et que pour ne pas se faire retrouver, se séparer, c'était le mieux, du moins, à ce que l'on disait. Et donc, cliché, je tombai dans un trou. Non mais pas n'importe quel trou hein. Celui qui était debout et non dans le sol et trou qui était recouvert par des plantes et non des feuilles mortes. Tombant dans ça, je roulai lentement, enfin avec vitesse et à grand renforts de " Ouilles" et de " Bobo" mais bon, on se garde un peu d'honneur n'est-ce pas?

Donc. Me voici. À la base d'un tour. Et tout ce que je trouve à faire, c'est de foncer dedans à grande vitesse. Du moins, C'était ce que je pensais, jusqu'à ce que je vois le dragon. J'ouvris grand les yeux alors que je roulai toujours et tentai de mettre les freins sur l'engin, mais il s'avérait que ce n'était pas aussi cible que ça en avait l'Air. Mais bon, ça arrive parfois que la fortune soit de notre côté et que j'arrivais à ne pas foncer dans ce gros tas rose dégoûtant. Me relevant, je bottai un caillou, qui était en fait un rocher, par erreur et commençai à sautiller en hurlant de douleur. « Non mais sérieusement? Je ne peux pas avoir la paix? J'ai dit que je n'étais plus James et que j'étais Flynn. Pitié destin, te fous pas de ma gueule.»   Ouais bon, ça c'était un autre truc. Je pensais que si je changeais de nom, je pourrais être plus, disons, meilleur à ces histoires de vol. Il fallait penser que ce n'était pas le cas.

Dans tous les cas, je relevai la tête vers la tour, cherchant une entrée pour m'y cacher et la seule solution qui vint à mon esprit ce fut d'y grimper parce que bon, C'était soit la guimauve rose, soit le truc qui se cachait dans cette tour. Retirant deux flèches qui s'étaient fichues dans mes vêtements, sérieusement les gars, merci pour le cadeau, c'était très apprécié, je commençais mon ascension. Longue, difficile. Je tombai trois fois alors que je n'étais qu'à deux flèches du sol, mais ça encore, c'était juste du manque d'expérience.

Donc, me voici, en haut. L'ascension complète en un bon vingt minutes je dirais. M'étirant et souriant, je regardai autour de moi et fronçai légèrement les sourcils avant d'entrer sans aucun droit dans cette place... cet endroit qui comportait tout en une seule pièce. Je... j'haussai tout simplement les épaules et allai utiliser les toilettes, me foutant totalement du reste autour de moi. Et prit de l'eau également.  Comme quoi quand on reste sur une seule chose, on ne voit pas ce qui se passe autour.   « Au fait, y'a quelqu'un? J'arrive pas à faire fonctionner la toilette. C'est étrange... Au fait, l'Eau est délicieuse?... Euhm... Il se passe quoi ici?» Et comme je me tournai pour tenter d'apercevoir quelqu'un, bim. Un coup de porte dans la gueule. Quand je disais que je n'étais pas doué. Et voilà, le mec au sol, sonné, inconscient, mais toujours aussi sexy * retour du sourire*

Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1923
↳ Points : 457
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Ven 22 Juil - 10:39


Flynn&Raiponce




La vérité n'est jamais celle qui paraît. L'histoire que Diane Perséphone Raiponce Blackwood Wilson aux cheveux d'or ne connaissait pas, c'était celle de son enfance. Dans ce monde là, la famille Wilson, comme nombreuses autres familles, était pauvre, très pauvre, tellement pauvre et endettée qu'après maintes menaces et manigances les parents Wilson avaient accepté de vendre leurs deux magnifiques petites filles à l'entreprise du cinéma. Elles étaient très jeunes quand on les avait enfermées sur le plateau fermé du conte de fée en leur faisant croire que tout ça appartenait à la vraie vie. On leur avait donné un rôle – comme on l'avait fait pour un tas d'autres enfants de ce plateau gigantesque - on les avait encadrées discrètement -en faisant par exemple passé les caméras et la radio pour des oiseaux- et le Truman Show avait commencé...
Vous trouvez ça tiré par les cheveux ? Parlez en à Raiponce ! Raiponce, cheveux... Haha... Ok. J'arrête.


Recroquevillée dans un coin de ma pièce ronde, mes cheveux entièrement ramenés contre moi, je craignais le pire. C'était un fort beau jeune homme que j'avais vu en bas de la tour. D'un autre côté, je ne me souvenais pas avoir un jour vu un autre homme que lui... Mais les oiseaux m'en avaient parlé des garçons. Tant et si bien que j'avais immédiatement reconnu que s'en était un, même s'il était tout petit vu d'ici...
J'avais été attirée, fascinée par cet étrange personnage qui faisait de drôles de choses au bas de ma tour... Maintenant, j'en avais peur, parce que je l'avais vu : il était entrain d'escalader la tour ! Il montait vers moi et le Grand Dragon Rose à Paillettes ne semblait pas disposé à l'en empêcher ! Etait-ce donc le dernier jour de ma vie ? Etait-ce donc ainsi qu'il allait s'achever ? Par les douces (comme l'herbe) mains du premier et dernier homme que j'aurais jamais vu ? Un frisson m'avait parcouru toute entière alors que je m'étais reculée loin de la fenêtre, comme piquée à vif. Il fallait que je trouve quelque chose pour me protéger ! Mon regard avait rapidement fait le tour de la pièce. Juste la télé et le lit... Le lit ! Loin de moi l'idée de me cacher dedans, bien évidemment ! Mais il avait des pieds qui pourraient facilement me servir de petites massues. J'avais donc entrepris d'en démonter un et à peine l'avais-je touché qu'il était déjà tombé comme un domino. D'un côté ce n'était pas un lit IKEA... Bon le lit était peut-être un peu bancale comme ça, mais au moins j'avais mon arme.

Et maintenant j'étais là, tapie dans l'ombre, prête à la défense... Ou à l'attaque. D'abord je ne vis qu'une main, puis un bras et bientôt toute la silhouette de l'homme joliment encadrée par le rebord de la fenêtre. Il était encore plus charmant de près... Bien qu'avec le contre jour je ne voyais clairement pas son visage...
Enfin soit. Tandis qu'il entrait totalement dans la pièce, je resserrais mon arme contre moi... Mais il ne sembla même pas m'apercevoir en poursuivi son chemin vers ma salle de bain. NON MAIS QUEL TOUPET ! Ce serait l'attaque donc ! Discrètement, je me redressai tout en envoyant ma chevelure aller voler derrière moi pour ne pas gêner mes mouvements. Je devais être rapide et frapper la tête ! J'armai mon pied de lit tandis que je m'approchai de plus en plus du bel intrus quand soudain sa voix retentis.

« Au fait, y'a quelqu'un? J'arrive pas à faire fonctionner la toilette. C'est étrange... Au fait, l'Eau est délicieuse?... Euhm... Il se passe quoi ici?»

Je m'étais figée. Il m'avait totalement coupée dans mon élan et maintenant, j'allais complètement manquer mon coup !
Enfin ça, c'était sans compter qu'il s'assomme tout seul...
Intriguée, j'abaissai mon arme de fortune et m'approchai un peu plus pour regarder l'homme étalé par terre, l'air hébété mais heureux après s'être prit une porte en pleine face... Hum. Il n'avait clairement pas l'air mort. Il fallait que je fasse quelque chose.

L'idée m'avait prise assez rapidement. En réalité je m'étais dit : ‹‹ Et si je pendais cet homme par les pieds avec mes cheveux en me servant d'une poutre du toit de la tour ? ›› et j'avais pendu cet homme par les pieds avec mes cheveux en me servant d'une poutre du toit de la tour...
Et maintenant il se balançait à des mètres au dessus du sol et je l'observais, assise sur le rebord de ma fenêtre. Au moins s'il tombait, il pourrait tester pour moi si l'herbe était aussi moelleuse qu'un oreiller.
Maintenant que j'avais le temps de l'observer, je me disais qu'il était vraiment très charmant. Un beau visage, de beaux cheveux... C'était juste peut-être cet air crétin qu'il portait constamment qui me dérangeait un peu.
Soudain, il sembla s'éveiller. Sautant sur mes deux pieds, mon pied de lit toujours en main (au cas où), je le poussai un peu avec mon bout de bois pour voir s'il était vraiment réveillé, puis je ramenai rapidement mon arme tout contre moi.

- Vous ! Qui êtes vous et que me voulez vous ?

Mon ton était bien moins menaçant que ce que j'aurais voulu. Je me grattai donc un peu la gorge avant de reprendre :

- Ne vous jouez pas de moi ou je jure que je vous laisserais tomber ! Et vous ferez une énorme chute de... Plusieurs mètres.

(Je ne connaissais pas la hauteur de ma tour.)
En réalité, à présent, je comptais sur l'herbe pour n'être pas si moelleuse que ça après une descente pareille. Mais bon, s'il faisait le malin, je le saurais bien vite.

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Sam 30 Juil - 22:58


« The party lasted an entire week, and honestly, I don't remember most of it.  »

Diane & James
featuring

Est-ce que c'était une décision qui faisait du sens? Je ne pensais pas. Mais parfois, il faut avancer dans la vie. Et c'était une chose que je comptais bien faire. Alors, j'avais pris la décision entre me faire canarder et me cacher. Bon ok, plus brillant que moi, ça existe bien sûr, mais pour le moment, je ne pensais qu’à une seule chose. Il fallait que je bouge parce que sinon j’allais finir au cachot. Et qui dit cahot dit que j’allais abimer la belle beauté. Alors…. Attendez une seconde. J’avais dit belle beauté. Comment est-ce que je pouvais avoir dit ça? Sérieusement?  Fallait revoir les priorités ne serait-ce qu’un petit peu. Bon d’accord, parfois le dialogue tout ça, ça pouvait réellement partir en couilles, mais après, on ne fait pas exprès non plus, n’est-ce pas?  Bon la réalité est que je n’ai réellement aucune idée où je vais. Ni d’où je viens. Est-ce que le destin est encore au mode de se foutre de ma gueule? Je n’en sais rien. Tout ce que je savais à l’instant, c’était qu’il s’agissait réellement d’une belle tour.

Je n’avais pas vraiment le profil d’un voleur. Pourquoi? M’enfin, fallait me regarder un peu plus. Ce n’était pas dans le genre que l’on fait, je dis ça comme ça. Je ne suis pas un voleur qui aimait voler. Je le faisais pour rester envie parce que bon, parfois, la vie est méchante et nous ne donne pas réellement d’espoir sur ce qui allait se passer ensuite. Donc suite de prendre des décisions, il fallait que je me retrouve dans une tour. Et pas n’importe laquelle. Une tour cosy qui offrait également une salle de bain. Bon, je l’avouais alors, je n’avais pas réellement porté attention à ce qui se passait autour de moi à ce moment-là, mais, comme toujours, il y avait un mais, j’aurai dû. Pourquoi? Parce que ça m’aurait évité de me retrouver au sol tel un nigaud.

Parce que oui, j’étais un nigaud, un très gros nigaud même. Mais on ne peut pas se refaire non? Me voilà au sol alors que je n’avais rien de plus.  Enfin au sol avec un mal de crâne horrible et des questions plein la tête. Où est-ce que j’étais? Qu’est-ce qui se passait ? Qui était cette jeune femme qui était là? Attendez…. Jeune femme? Mais j’étais seul quand j’étais arrivé… Mais bien sûr, je pensais que je pourrais peut-être rencontrer le dit locataire de cet endroit, mais en même temps, je n’y croyais pas trop, il n’y avait pas de porte, nah? C’était tellement étrange également. Je ne comprenais rien à ce qui se passait. Et puis merde alors. Qu’est-ce qu’il fallait faire maintenant? Je n’en savais rien. Bon…. Tentative numéro un : À l’abordage.

Du moins, C’était ce que je tentais avant que je ne vois que j’étais suspendu par les pieds dans le vide. Parfois quand on est sonnés, on ne se rend pas tellement compte de ce qui  peut se passer et de ce qui se produit autour de soi. Alors oui, j’Ai peut-être légèrement laissé entendre un cri de mort voulant dire que je n’aimais pas la position précaire dans laquelle j’étais. Peut-être. Avant que je ne tente de gigoter dans tous les sens. « Je demande à ce que l’on me pose. D’accord? Je ne suis pas un jambon! »  Et puis en entendant la voix de mon assaillant, j’éclatais de rire et roulai les yeux, légèrement amusé. Du moins, c’était ce que je tentais de démontrer. Parce que j’avais nullement envie d’atterrir au sol. « Au fait, je suis Flynn, C’est un plaisir. Maintenant euhm, ça t’embêterais pas de me laisser reposer au sol? J’Ai eu une dure journée, je veux simplement un chocolat chaud et je repars d’accord? »

Et je commençais à me balancer doucement, lentement pour passer le temps. J’avais mal à la tête, j’avais marre de tout ça. Et voilà ma vie quoi. « Pitié… Allez, je vais te faire des yeux de merlan frits sinon.»




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1923
↳ Points : 457
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Mer 3 Aoû - 22:52


Flynn&Raiponce
 




Comme un vermisseau au bout d'un hameçon, l'homme s'était soudain mit à se tordre sous mes yeux. Parce que oui, évidemment, je savais à quoi ressemblait un vermisseau au bout d'un hameçon tout de même !

« Je demande à ce que l’on me pose. D’accord? Je ne suis pas un jambon! »


Bon, le jambon en revanche je ne savais pas ce que c'était. Peut-être une espèce de verre. En tout cas, son rire m'avait fort vexé. On aurait dit qu'il se moquait de moi, et qu'il ne me prenait pas au sérieux !

- Je peux vous poser si vous voulez, le sol est juste en dessous de vous ! Mais je ne promet rien pour l’atterrissage.

Peut-être que si je lâchais un peu de leste, il me prendrait davantage au sérieux... Mais je n'avais même pas eu le temps de le menacer plus encore que déjà il reprenait la parole.

« Au fait, je suis Flynn, C’est un plaisir. Maintenant euhm, ça t’embêterais pas de me laisser reposer au sol? J’ai eu une dure journée, je veux simplement un chocolat chaud et je repars d’accord? »

Décidément il était insistant ! C'est que le sol devait surement être doux comme je le pensais. Mais il venait de se présenter. Et ma politesse m'obligeait à en faire de même.

- Raiponce, enchantée.

Ah donc il voulait seulement un chocolat chaud ! Bon. Je pris la direction de la cuisine puis à mi-chemin, je me stoppai net. Non mais je n'allais certainement pas servir du chocolat à cet intrus ! Surtout que déjà, je n'avais pas de cuisine...

- Écoutez monsieur Flynn, je ne sais pas ce que vous cherchez ici, mais si c'est du chocolat chaud, eh bien il n'y en a pas !

Du haut de son perchoir il s'était mit à se balancer, accroissant un tant soit peu mon stresse.

« Pitié… Allez, je vais te faire des yeux de merlan frits sinon.»


Prenant une expression fâchée, les mains sur les hanches je lâchais :

- Peu importe le regard que vous ferez, vous ne vous en sortirez pas comme ça ! Je veux savoir pourquoi vous êtes venu ici !

Soudain, je me rendis compte que mes cheveux étaient beaucoup trop près de lui et que s'il avait dans sa poche une paire de ciseaux... Oh ma parole !

- Vous êtes venu pour les cheveux ? C'est ça ? N'est-ce pas ?

Pied de lit en avant, je menaçai l'homme comme si, si sa réponse ne me plaisait pas, j'allais le frapper comme une pinata.

- Voleur ! Vous allez payer votre intrusion ! Et si ce n'est pas moi qui aura votre peau, ni le Grand Dragon Rose à Paillettes ce sera la sorcière quand elle rentrera ! Vous allez payer cher d'avoir essayé d'interrompre cette si bonne cause qu'est celle de ma sœur !

Dans mon énervement, je n'avais même pas vu mes amis les oiseaux s'approcher. Mais soudain quand je les aperçu enfin, un large sourire fendit mon visage.

- Ah mes amis oiseaux ! Pile quand j'ai besoin de vous !

Les volatiles prirent place autour de moi, comme prêts à juger l'homme qui pendait toujours la tête à l'envers au dessus du vide.

- Alors, qu'avez vous à proposer pour votre défense ?


Spoiler:
 

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Sam 17 Sep - 2:17


« The party lasted an entire week, and honestly, I don't remember most of it.  »

Diane & James
featuring

Elle était farouche cette petite quand même. Plus farouche que moi à dire vrai. Bon, je n'étais très malin et ce dans les deux sens du terme, mais ça n'empêchait pas que.... Ça n'empêchait pas que je ne pouvais plus faire autre chose de ça à dire vrai. Je pensais et je pensais, mais en réalité, je ne faisais rien de bien. La preuve, sinon je ne serais pas là à me regarde aller et me demander ce qui se passait avec moi. Ce qui allait se passer si la corde lâchait. Je n'avais réellement pas envie de devenir un jambon, de devenir un con qui serait une crêpe sur le sol. J'avais des projets d'avenir. J'avais des projets qui allaient faire de moi un grand homme, bien que je sois à ce moment-ci déjà grand, si on parle de taille. Bref, je m'éloignais du sujet principal, ce n'était que pour dire. Maintenant, où nous en étions? Ah oui, nous étions à ce moment où je tentais d'acheter ma..... est-ce que je pouvais l'Appeler ma gardienne? Elle faisait pas du tout sérieux, je devais le dire. Bon ok, pas trop haut et fort, parce que je tenais quand même un peu à la vie, mais je pouvais quand même le penser. Personne n'allait m'empêcher de penser, je pouvais dire ça, au moins. « Non mais quand je dis de me poser, c'est de me poser réellement hein? De me ramener sur le joli sol de votre demeure et non pas l'herbe verte qui est au pied de la terre. Y'a une nuance heiiiin.»


Un sourire encore plus grand s'éclaira sur mes lèvres alors qu'elle déclinait son nom. Comme quoi, ce n'était pas difficile de les faire tomber dans le panneau. Je pouvais faire ce que je voulais. Bon mis à part me balancer comme je pouvais le faire auparavant. Mais je ne voulais pas tester la solidité de cette corde. Déjà que je disais n'importe quoi, ce n'était pas le temps de faire l'idiot. Donc bon, voilà, tout était dit. Et maintenant, il était temps de se plier à ses exigences parce que sinon, ça ne finirait plus jamais.  Je ne pus retenir un petit rire en la voyant aller vers la cuisine pour me faire un chocolat chaud, sérieusement cette fille était légèrement naïve, enfin plus que légèrement... et lorsqu'elle revint, je ne pus m'empêcher que de lui faire un clin d'oeil.

« Ma chère Raiponce, je ne cherchais qu'un petit toit pour prendre du repos l'espace de quelques.... années.... non je veux dire minutes... Pardon, le français n'est pas ma force parfois.»

J'avais tenter de faire la petite blague où on tousse quelque chose en plein milieu de la phrase pour glisser une connerie, mais je ne maîtrisais pas autant bien les blagues de ce genre que je l'aurai voulu. Mais ça arrive à tout le monde pas vrai? C'était triste, mais c'était la réalité. Je fermais les yeux sur bien de choses me concernant, mais en même temps, je ne voulais pas dire que j'étais pourri. Voyons, j'avais de l'estime pour moi-même.


Et je ne la prenais pas au sérieux avec ses mains sur les hanches, la façon dont elle agissait et tout ça. Donc, je me retenais de répondre pour ne pas exploser de rire et juste regarder. Gardant un sourire qui serait un peu plus neutre que l'éclat de rire qui menaçait de me prendre à l'instant même. Il fallait que je me contrôle parce que sinon, ça n'allait pas le faire. Donc ça allait bien, tout allait bien. Même la petite crise concernant les cheveux et puis vint les oiseaux. Et là j'éclatai de rire comme un dingue.

« Moi? Voler des cheveux? Non mais qu'est-ce que tu as pu fumer pour me raconter des âneries pareilles? Ça ne va pas du tout ma pauvre fille. Déjà, un dragon rose.... Il faut avoir salement abusé de l'alcool pour osé l'appeler le dragon rose.»

Et puis, d'un simple petit clic, les oiseaux se mirent à chanter.... Chanter une chanson que les deux protagonistes ne connaissaient pas, mais que leur cerveau connaissait. Et le décor changeait. Maintenant dans la Grande Salle de Poudlard, celui qui se nommait Flynn se tenait suspendu tête en bas, baguette à la main et uniforme de Serdaigle sur le corps. Un duel de sorciers. Pourquoi pas après-tout, nous sommes dans un univers alternatif.

« Hey, c'est pas cool le coup du Levicorpus! On avait dit tout sauf ce sort! Tu triches! Tricheuuuuuuuuuuse!»



Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1923
↳ Points : 457
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Mer 21 Sep - 22:14


Flynn&Raiponce
 




L'homme était toujours là, se balançant dans le vide seulement attaché par mes cheveux et l'idée commençait à se frayer un chemin dans ma tête qu'on ne pourrait pas tous les deux rester indéfiniment dans cette position. Il fallait que je prenne une décision et vite.

« Non mais quand je dis de me poser, c'est de me poser réellement hein? De me ramener sur le joli sol de votre demeure et non pas l'herbe verte qui est au pied de la tour. Y'a une nuance heiiiin.»


Le joli sol de ma demeure... Je lançai un vague regard un carrelage un peu moche et très abimé qui habillait le sol. Mouais. Il allait peut-être falloir que j'arrête de prendre chacune des phrases de l'homme au mot près. Ceci dit, à l'écouter, je me confortais de plus en plus dans l'idée que le sol n'était décidément pas aussi doux qu'un polochon...
Quoi qu'il en soit, malgré l'air décidément inconfortable du jeune homme, je ne pouvais pour l'instant décemment pas accéder à sa requête. Je ne le connaissais pas encore assez, il était pour l'instant encore trop menaçant.

« Ma chère Raiponce, je ne cherchais qu'un petit toit pour prendre du repos l'espace de quelques.... années.... non je veux dire minutes... Pardon, le français n'est pas ma force parfois.»

Fronçant les sourcils je me penchai encore davantage vers le jeune homme. Etrangement, il ne me paraissait pas de façon évidente d'une autre nationalité... M'enfin, qu'est-ce que moi pauvre prisonnière de métier j'en savais ?
Et si sa réponse me semblait un tant soit peu honnête, elle amenait cependant à d'autres questions encore.

- Un toit ? Vous n'avez pas de chez vous ? Ou bien vous venez de loin peut-être ?

Mes yeux s’éclairèrent un instant à la pensée de lointaines contrées fantastiques dont les oiseaux m'avaient sifflé quelques mélodies... Peut-être venait-il d'un de ces merveilleux pays, surement même ! Et la curiosité me piquait de lui en demander plus et plus encore pourtant, là n'était pas la priorité. Il fallait d'abord régler notre situation. Situation qui d'ailleurs, allait de mal en pis.

« Moi? Voler des cheveux? Non mais qu'est-ce que tu as pu fumer pour me raconter des âneries pareilles? Ça ne va pas du tout ma pauvre fille. Déjà, un dragon rose.... Il faut avoir salement abusé de l'alcool pour osé l'appeler le dragon rose.»


Il se moquait de moi. Encore une fois il se moquait de moi ! J'allais juste ouvrir mes cheveux et le laisser s'écraser comme une pauvre pâte à crêpe au fond de sa casserole !

- Écoutes moi... Flynn. Faisons un marché. Je te donne euhm... Ce que tu veux... Disons, je te rends ta liberté si tu m'aide à m'échapper d'ici.

La colère raisonnait dans ma voix et comme dans un échos, les oiseaux qui se mirent à s'énerver frénétiquement, je les repoussais d'un revers de main.

- Je ne plaisante pas, il y a un dragon qui protège cette tour. Tu... Tu ne l'as pas vu ?

Puis la mélodie raisonna, enclenchant dans mon esprit un mécanisme dont je n'avais même pas conscience. Le décor autour des deux protagonistes que nous étions changea sans même qu'on s'en aperçoive, emprisonné par les mots mélodieux qui résonnaient dans nos oreilles.
De longues tables s'étendaient maintenant autour de nous, la musique c'était arrêtée, nous avions changé de rôle.

« Hey, c'est pas cool le coup du Levicorpus! On avait dit tout sauf ce sort! Tu triches! Tricheuuuuuuuuuuse!»

Un rire s'échappa d'entre mes lèvres. Nous étions seuls dans la Grande Salle de Poudlard. Moi, debout sur une des tables, baguette en avant tandis que mon ami lui, volait bien au dessus des tables.

- Oh allez, c'était trop tentant... Tu ne m'en veux pas n'est-ce pas ?

Abaissant ma baguette je le fis lentement redescendre, le faisant en même temps tourner pour que ses pieds touchent le sol avant sa tête de préférence, puisque c'était ainsi que les humains se tenaient debout normalement... Je lissai machinalement le pan de ma robe bordé d'une couture verte. Un Serdaigle et une Serpentard... Si on nous voyait là...
Nous avions l'habitude de nous retrouver, le soir, quand tout le monde dormait. On s'entrainait, peu importe où du temps que nous nous retrouvions. Pourtant, moi plus que lui encore je n'aurais pas du être là. Ca aurait pu me coûter cher, si cher...
Je réduisis la distance entre lui et moi pour remettre le col de son chemiser droit et quelques mèches à leur place, un sourire aux lèvres.

- On devrait partir d'ici, si on nous trouve on va passer un sale quart d'heure...

Et encore, j'étais bien gentille en disant ça. Mais je ne voulais pas dramatiser, il n'y avait pas lieu de le faire. Pas encore.
Du bruit raisonna soudain, comme si quelqu'un approchait de la grande porte. Il fallait qu'on se cache, il fallait qu'on sorte, vite !
Je lançai un regard paniqué à mon vis-à-vis, bien qu'une lueur de malice brillait toujours au fond de mon regard, quel que soit la situation. Puis je sautai du haut de la table et me mis à courir vers le fond de la pièce. Là bas il y avait une porte, je le savais, mais alors où elle menait, ça, mystère et boule de gomme.

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 



Dernière édition par Persephone D. Wilson le Dim 22 Jan - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Mar 27 Déc - 16:33


« The party lasted an entire week, and honestly, I don't remember most of it.  »

Diane & James
featuring

Je savais que je n'aurai pas dû être là. Un voleur n'aurait pas dû être la tout simplement, mais le hasard fait en sorte que les choses ne se passent jamais comme on le veut.  Je n'avais pas prévu d'être poursuivi de cette manière, je n'avais pas prévu d'être de retour dans un environnement hostile et d'être une victime. Parce que oui, que l'on se le dise, j'étais bel et bien une victime. Je n'avais rien demandé, je tenais à le dire et ce n'était pas parce que certain pensaient que je méritais ce traitement que je devais absolument l'avoir hein. Je tiens à le dire comme ça, ce n'est rien de rien et que l'on fait ce que l'on veut. Je sais aussi parfois que mes phrases ne font pas de sens, mais je tiens à dire que parfois, on ne fait pas de sens non plus. Est-ce que l'on va à gauche, est-ce que l'on va à droite? Qui sait réellement. Moi, je me laisse porter par le vent.  «Si.... enfin non, non je n'ai pas de chez moi. Ma maison ne voulait plus de moi donc je suis un orphelin de maison. Pitié! Et pour ce qui est loin.... bah je dirais simplement que c'est vachement loin à pieds. C'est au moins 2 jours de marche! »

Les yeux clairement comme ceux d'un chat qui cherchait de l'amour, j'attendais son verdict. À l'annonce de son supposé marché, je fis la moue. Les marchés c'est jamais bon. C'est jamais cool non plus. Je devais dire que je n'étais pas très heureux de comment ça pouvait se passer également. L'air ennuyé, je tentais de ne pas trop me balancer, mais en même temps la tentation était trop forte. J'en avais tellement besoin. J'avais besoin de me changer les idées. donc bon, un petit coup par-ci, un petit coup par-là et ça ferait le truc.


Oui je passais mon temps à me moquer d'elle, mais elle était tellement naïve, tellement facile à manipuler que je n'avais aucun mal. Alors, je faisais ce qui était le mieux pour moi et je tentai de m'en tirer sans trop de mal. Maintenant je me disais aussi que cette fille voyait un peu où je voulais aller et ça me coupait un peu les chemins... enfin je voulais dire, je ne pouvais pas faire ce que je voulais parce que bon, voilà quoi. Un marché... Non mais ma petite dame, ça ne fonctionne pas comme ça avec Flynn Ryder, ça j'peux le dire! «Je veux simplement retourner au soleuuuuuuuuuuuuh! Et pour t'échapper, t'a juste à faire comme moi, princesse, tu fais de l'escalade, c'est pas sorcier... Mais j'peux t'apprendre si tu veux» et on rajoute avec ça des yeux piteux et ça le devrait le faire. J'en avais rien à faire de ses cheveux sérieusement, je ne les voulais pas, les miens étaient déjà plus beau que les siens . Pfff, des cheveux blonds et puis quoi encore?

«Ouuuu les pit pit s'énervent? Calme-toi, c'est rien. Mais dit-toi que si j'ai réussi à grimper sans trop de problème, ton dragon doit pas être bien à l'affût, ça je peux te le dire!»

Et puis, il y a eut le changement dont on ne se rendit pas compte et j'étais maintenant étudiant de Poudlard qui faisait la tête. Pourquoi pas. Je regardais partout autour de moi de ma position, affichant clairement une moue boudeuse et je tentai d'attraper une table pour me ramener au sol.

«Si je t'en veux? On avait dit tout mais sauf ça... Allez, c'est pas cool là!»

Et je redescendis, me retrouvant de nouveau sur mes pieds. Grimaçant, je lui donnai un petit coup sur l'épaule, rien de bien méchant et essayant de me préparer pour un autre tour, mais rien ne me venait pour le moment parce que je dois avouer que bien que j'étais doué, je voulais faire unique et étant étudiant, je n'avais pas toutes les connaissances. Je lui tirai donc la langue et me figeai alors qu'elle s'approchait pour replacer tout en ordre sur moi. Ah ouais vraiment? Je fronçais les sourcils, peu à l'aise avec le contact, même s'il s'agissait d'une de mes très bonnes amies et je me raclai la gorge pour répondre. «On risque rien, tu le sais aussi bien que moi, on connait les rondes par coeur et y'a aucune raison pour que ça change et puis....» Le bruit coupa court à mes paroles et je sentis mon coeur accélérer. Merde. La voyant foncer vers l'arrière, je grognai en roulant les yeux, mais la suivi, étant certain qu'il s'agissait d'un cul de sac et fermai la porte derrière nous. «Sérieux, une partie de cachette à cette heure? C'est comique....» Je pestai avant de continuer à descendre, la doublant par la même occasion et tombai.... devant la salle des Trophées. ô douche joie. Me tournant vers elle, je secouai la tête, l'air découragé et allai me poser dans le coin le plus reculé de la porte. «Je pense qu'il nous reste qu'à espérer parce que là, on est mal. Très mal.»


Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1923
↳ Points : 457
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   Dim 22 Jan - 22:49


Flynn&Raiponce




Le jeune homme éveillait en moi un étrange sentiment de peine... De la compassion certainement. J'en avais déjà entendu parler. Alors il n'avait plus de maison ? Comme c'était triste... J'étais à deux doigts de lui gonfler un matelas pneumatique pour qu'il vienne vivre avec moi... Si seulement j'avais eu un matelas pneumatique... Si seulement j'avais su ce que c'était qu'un matelas pneumatique...

«Je veux simplement retourner au soleuuuuuuuuuuuuh! Et pour t'échapper, t'a juste à faire comme moi, princesse, tu fais de l'escalade, c'est pas sorcier... Mais j'peux t'apprendre si tu veux»

Mes sourcils étaient froncés. Toute tristesse avait disparu de mon cœur.

- Je ne connais pas le monde extérieur. J'aurais besoin d'un guide. Soit vous jurez maintenant de m'aider, soit je vous laisse accroché là jusqu'à ce que vous soyez aussi sec qu'un salami.

Qu'il était dur à convaincre, qu'il était borné. Les animaux étaient décidément bien plus simple que les humains. Un jour j'épouserai un oiseau, voilà tout.

«Ouuuu les pit pit s'énervent? Calme-toi, c'est rien. Mais dit-toi que si j'ai réussi à grimper sans trop de problème, ton dragon doit pas être bien à l'affût, ça je peux te le dire!»


Une bouffée de colère me saisit soudain.

- Oh et puis vous savez quoi ? En fait je n'ai pas besoin de vous, vous avez raison. Vous êtes inutiles et en plus vous êtes méchant. Je partirais d'ici par mes propres moyens.

J'allais le jeter sur le sol juste derrière moi, grâce à un mouvement de balancier, avant de descendre de cette tour maudite pour fouler le sol pour la première fois. Mais tout s'échappa soudain, tout changea. Je n'étais plus la même...




«Si je t'en veux? On avait dit tout mais sauf ça... Allez, c'est pas cool là!»


Le sourire sur mes lèvres ne me quittait plus. Ce qu'il pouvait être drôle... Comme si on pouvait vraiment faire tout sauf ça... Je connaissais au moins une dizaine d'autres sorts que nous n'aurions pas pu faire, pas sans blesser l'autre... Ou pire... Mais peut-être ne parlait-on de ce genre de sorts que dans les dortoirs des Serpentards... J'en doutais cependant quelque peu.
Je m'étais rapprochée de lui.

«On risque rien, tu le sais aussi bien que moi, on connait les rondes par coeur et y'a aucune raison pour que ça change et puis....»


Il avait raison, je n'aurais pas du m'inquiéter, nous savions ce que nous faisions et pourtant, un bruit inattendu vint rompre le silence. Nous devions fuir, nous le savions tous deux. Personne ne devait jamais nous trouver. Personne.
Courant à en perdre haleine, je fus cependant rapidement rattrapé par mon ami. Même là, mon esprit joueur ne me lâchait pas et je redoublai de vitesse pour être au moins à sa hauteur. Il poussa cependant la porte juste avant moi et nous nous glissâmes dans l'ombre avant que je referme la lourde porte derrière nous.

«Je pense qu'il nous reste qu'à espérer parce que là, on est mal. Très mal.»


De grandes armoires sombres se dressaient devant nous, remplies de coupes d'or de toutes les tailles, certaines était hors des armoires, mises à l'écart, sous verre. Mais chaque coupe portant sur son socle une inscription. Cependant il faisait bien trop sombre pour pouvoir lire quoi que ce soit. Et de toute manière, nous n'avions pas le temps. A la gauche de la salle, un grand couloir illuminé par de hautes fenêtres entre lesquelles des armures se tenaient comme dans l'expectation se développait. Nous n'avions pas le choix, nous devions continuer par là.
Je me rapprochai de mon ami qui s'était éloigné de la porte au possible.

- Tout va bien se passer. Je te le promet. Mais il faut continuer.

J'essayai d'avoir l'air rassurante, mais je n'avais pas l'habitude de faire ce genre de choses.

- Il y a un couloir par là droite. Nous devons essayer. Je ne sais pas ce qu'il y a au bout mais nous ne pouvons pas rester ici. Viens, s'il te plait.

J'attendais de voir quelque chose changer dans son regard. De la détermination, quelque chose dans le genre. En tout cas dans mes yeux à moi, régnait la résignation. Nous nous en sortirions coute que coute.

- Moi j'y vais en tout cas.

Mais j'étais certaine qu'il allait me suivre. Nous étions trop semblables. Nous ne pouvions pas risquer d'être séparés. Me redressant pour ne plus être à la hauteur des yeux du jeune homme, je me détournai et pris le chemin du couloir. Il était lugubre, trop sombre, trop froid aussi. Mais ça m'étais égal, cas au bout il y avait une porte. Je finis pas l'atteindre, descendis la poignée.
Une armée d'arbres frêles et noueux se dressait devant moi.
C'était la forêt interdite, là juste à quelques dizaine de mètres devant moi, mais qui me semblait soudain si proche. Comme si elle m'avait déjà engloutie.
Mais nous n'avions pas le choix. Nous devions passer par là. Toutes les morts ne se valent pas. Les peurs non plus.

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Prince, la Princesse et le Dragon rose à paillettes • James&Perséphone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» How train your dragon
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-