AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Thriller Night {Orfeo/Cameron}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 872
↳ Points : 291
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Jeu 20 Oct - 19:38


« Loterie du RP »


   
   
Orfeo & Cameron
featuring



   
«  It's close to midnight
   And something evil's lurking in the dark
   Under the moonlight you see
   A sight that almost stops your heart
   You try to scream but terror takes the sound
   Before you make it, You start to freeze
   As horror looks you right between the eyes »

   Vous avez eu le malheur de vous trouver au mauvais endroit, au mouvais moment, et risquez fort de rapidement regretter votre virée imprudente à New York. Prisonniers d’une dangereuse machination, vous voilà à présent enfermés dans les dédales d’un cimetière lugubre et enneigé, qui risque de devenir votre tombeau. Les portes de fer du cimetière se sont refermées sur vous, scellées par un enchantement mystérieux. Pour vous en sortir, il vous faudra faire preuve de bonne foi et surtout coopérer jusqu'à ce que le sort n'agisse plus. Il semblerait que vous ne soyez pas les seuls à avoir fait de ce lieu votre dernier refuge. Vous allez avoir de la compagnie. Quelques Daybreakers se seraient-ils amusés à réveiller les morts ci et là ? J'en ai bien peur... Leurs zombies aux corps recouverts de gel n'en sont pas moins redoutables. Là où le danger guette, la solidarité parviendra-t-elle à se frayer un chemin ?

   Ordre de passage:
   1 - Orfeo
   2 - Cameron

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 233
↳ Points : 79
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Dim 23 Oct - 0:36


Thriller Night
It's close to midnight and something evil's lurking in the dark, under the moonlight you see ••• Ses doigts retirèrent la cigarette qui était coincée entre ses lèvres. Il observa l'homme face à lui, un sourcil arqué. Etait-il sérieux ? Un instant, il eut envie de le tuer. Orfeo se doutait que Marie ne serait pas contre, vu le bordel que cet informateur causait. Cependant, ce n’était pas à lui d’en décider. Alors, il se contenta de serrer les dents et supporter la voix nasillarde. Il finit par jeter la cigarette sur le bitume. Alors, l’échange se fit plus nerveux, le jeune homme jouant son rôle de connard à la perfection. Même si l’arme sortie par son interlocuteur le calma directement. Evidemment, s’il jouait comme ça… Orfeo ne pourrait pas y faire grand-chose, si ce n’était se taire et supporter. Celui qui lui faisait face connaissait son identité, il serait donc plus logique de ne pas l’énerver maintenant. Pas tant que le sorcier ne saurait pas exactement ce qu’il devait en faire. Evidemment qu’il aurait aimé lui montrer qu’il fallait respecter un peu plus ses camarades et ses alliés. Néanmoins, ce n’était pas à lui de le faire. Pas maintenant. Marie s’en chargerait, il n’en avait aucun doute…. Après, il espérait que le retour de karma serait assez violent pour le faire réfléchir. Sinon, la deuxième option serait de le dénoncer, en faisant attention à se construire une bonne défense. Cependant, cette pensée se heurta à autre chose. A sa morale, son éthique. Son besoin de penser que tout irait bien malgré tout, que personne n’était entièrement mauvais. Enfin, il verrait bien pour l’avenir. Pour l’instant, la mission à effectuer…  

Une feuille de papier lui fut donnée, en même temps qu'un ou deux conseils pour sa survie. Oh, c'était tellement sympathique. Le jeune homme réagit avec un simple sourire, quitte à l’énerver un peu plus, attrapa le bout de papier griffonné et se détourna sans demander son reste. Son regard était glacial. Il aurait bien aimé aller prendre un verre, se détendre, oublier cette conversation des plus tendues. Sauf qu'il avait littéralement deux jours pour trouver ce que ce commanditaire voulait. Et, qu'évidemment, plutôt que ce soit à la Nouvelle-Orléans, il devait aller se pointer à New-York. Ce qui impliquait une certaine préparation qu'il n'aurait pas... Enfin, survivre, il connaissait malgré tout, maintenant qu’il avait récupéré ses esprits. Darkness Falls avait été son baptême du feu pour ça. Et vu qu'il s'en était sorti... On pouvait dire qu'il avait eu de la chance. Parce que personne ne survivait sans un peu de chance en Enfer… Ce souvenir lui serra le cœur et la gorge un peu plus.

Bref, qu'importait. Le jeune homme avait pris la direction de cette contrée glacière. Et il ne serait même pas capable de se souvenir du temps qu'il avait mis ou de comment il avait fait. Tout ce qu'il savait c'était qu'il était galère de s'y rendre. Et qu'il faisait froid. Et ce point-là le dérangeait farouchement. Il venait d’Italie, pays plus connu pour la chaleur de son temps que pour la neige qui y tombait. Alors cela faisait naître des sentiments contraires en lui. D’un côté, il y avait ce manteau blanc, doux, qui attirait son attention. De l’autre, les souvenirs de Rome avant qu’il ne la quitte. A l’époque, il ne savait pas la chance qu’il avait de vivre dans une telle ville. Aujourd’hui, il s’en rendait compte. La chaleur lui manquait. Mais pas son grand-père, ou ses conseillers. Oui, finalement, quitter l’Italie était une bonne chose pour son équilibre mental. Peut-être qu’il aurait voulu y retourner maintenant que son esprit était de retour. Peut-être qu’il aurait voulu voir la magnificience de ce pays de ses propres yeux, avant la destruction. Mais le destin en avait décidé ainsi. Ou Dieu diront certains, bien que le sorcier n’y croit pas plus que ça. C’était l’une des rares choses qui avait disparu de son éducation. Ou plutôt, le point qu’il n’avait jamais eu. On ne s’était jamais embarrassé à lui expliquer la religion. Il était considéré comme trop retardé pour cela. Aujourd’hui, il se disait que ce n’était pas une si mauvaise chose…

Orfeo finit par s'arrêter et sortit le papier lui indiquant sa mission. Un simple nom. Et l'objet à récupérer. Dans un putain de cimetière. Absolument pas glauque voyons... Il grimaça, referma le manteau autour de li et s'enfonça dans le temps neigeux de New-York. Ses yeux s'attardaient sur les décors décharnés, détruits. Eh bien, il aurait presque l'impression de retourner en enfer... Pourtant, il y avait de nombreuses choses qui avaient changé. Ses pouvoirs d’abord, dont il avait pris toute la mesure, bien que les entraînements ne soient pas suffisamment réguliers pour qu’ils soient puissants. Au moins, il pourrait gagner du temps. Oui, ce ne serait utile que pour cela. Mais c’était suffisant. Pour que quelqu’un lui vienne en aide, bien qu’il soit seul au milieu de New-York, ville fantôme

Il aperçut les barrières si caractéristiques au loin et accéléra légèrement le pas. S’il pouvait ne pas y rester trop longtemps, ça l'arrangerait quand même bien. Sans chercher à comprendre, il passa les grilles et alla fouiller le nom des tombes. Rangée après rangée. Son œil valide ne s'attarda que quelques secondes sur chaque. Il n'avait pas de temps à perdre. Et surtout, il n'était pas à l'aise à l'idée de profaner des tombes. Oui, il gardait quand même quelques valeurs il fallait croire... Le jeune homme se mordit la langue et continua sa recherche. Il finit par tomber sur ce qu'il cherchait et sans attendre, fit basculer le pilier de pierre déjà bien entamé. Dans le creux, il trouva ce qu'il cherchait. Un petit écrin. Ses doigts s'en emparèrent et il enfonça l'écrin et le papier dans le fond de sa poche. A cette seconde précise, un grincement lui parvint. Et il se retourna juste à temps pour voir les grilles se fermer d'elles-mêmes. Parfait. Exactement ce dont il avait besoin...

« Qui est là ? »

Oui, parce que les portes ne se fermées jamais seules… Non ?



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Dim 13 Nov - 6:43



21 Août 2016. Non mais parfait, juste parfait. L'ambiance morbide, en soi, ça plantait déjà le décor. Mais le vent glacial qui frôle sa nuque découverte, le bruissement dans les arbres morts, l'impression d'entendre des pas entre les allées vides... ça donnait suffisamment de matière à son imagination pour qu'une envie de pisser se fasse ressentir. Pas de celles qui se manifestent après avoir descendu plusieurs pintes de bières lors d'un pari un peu débile, non, plutôt de celles qui apparaissent lorsque ton ventre se met à danser la samba durant une date avec un clown – littéralement un clown, hein – un soir d'Halloween. Oui parce que Cameron a déjà eu le droit à ce genre de plans foireux. Ne pas chercher, le Karma est une bite.

N'empêche que j'suis contente qu'on ne soit pas le 31 Octobre. Sa pensée lui tira un léger rictus sardonique, alors qu'elle creusait dans le sol rigide – comme un cadavre, ah ah – à la recherche de son trésor personnel. En général, dans les séries, personne n'enterre ses effets dans un cimetière, ou tout du moins, ils le font directement dans la tombe d'un proche. Mais non, Cameron s'était dit à l'époque que ça pourrait être sympa de planquer quelques babioles dans un coin tranquille où aucun service funéraire n'irait livrer de corps. Sur ce point au moins, elle avait eu raison. Qu'elle n'aurait pas été sa réaction si elle avait dû passer par une tombe pour retrouver son butin. Excusez-moi, je ne fais que passer. Je vais à l'étage en dessous.

Bref, tout cela pour dire qu'actuellement, son style vestimentaire laissait à désirer. De la terre mêlée à la glace fondue parsemait son jeans, ses gants et son visage, lui conférant un petit côté sauvage. Ou SDF. Au choix. Son nez était rouge, gelé par le froid. Sa veste en cuir la protégeait un minimum du vent, mais le pull était en train de devenir son meilleur ami. Quelques mèches rebelles s'échappaient de son bonnet pour se coller sur ses joues, se planter dans ses yeux, ou glisser dans sa bouche pour la faire grogner et tirer la langue sans aucune grâce. Parce que oui, bouffer des cheveux, c'est dégueulasse.

Au bout d'un moment, la jeune femme parvint à extraire le petit coffret en métal de son tombeau improvisé et le glissa dans son sac à dos, avant de vérifier ses armes. Réflexe né de l'habitude, elle checkait les munitions sans réellement s'en rendre compte. Son Beretta au mollet droit, à l'intérieur de sa botte d'hiver. Un Browning dans son dos et l'autre dans son holster d'épaule, à dégainer de la main gauche. Quelques lames par ci, par là, parce qu'on est jamais trop prudente. Et bien entendu, son dernier joujou, le M16A4, en bandoulière sur son épaule droite. Ah, Cameron avait des étoiles dans les yeux quand elle regardait le dernier arrivé dans sa collection. Une partie d'elle espérait presque faire une mauvaise rencontre dans le coin, histoire de pouvoir jouer un peu. Avant qu'elle ne revienne sur terre, et se rappelle combien dégommer des zombies pouvait être chiant.

Un grincement métallique résonna dans le cimetière, et elle fronça les sourcils en reconnaissant le portail à l'entrée.
« Qui est là ? »

… What ? Cameron se figea, tendant l'oreille au maximum alors qu'elle avait déjà une arme à la main. Aucun zombie de sa connaissance ne faisait usage de la parole, si ce n'est pour te grogner à la tronche, bien évidemment. En plus, la voix lui disait vaguement quelque chose. Se déplaçant furtivement, la jeune femme se rapprocha de l'inconnu pour jeter un coup d'oeil avant d'écarquiller légèrement les yeux. Bordel, qu'est-ce qu'il foutait là celui-ci ? Se plaquant contre une tombe, elle inspira profondément et rangea son arme dans son dos avant de se mettre à découvert.

« Hum, Orfeo ? Vous êtes bien loin de votre quartier habituel. » Et hop, un petit rire léger, histoire de parfaire la comédie qui la faisait vomir intérieurement. Sérieusement, Vaas allait lui en devoir une. Essayer de draguer ce gars dans ces conditions ? Non mais... Putain de Karma, j'vous dis.

Elle avança un peu, mais garda une distance raisonnable entre eux, ne lui faisant absolument pas confiance. Comment le pourrait-elle ? Il se trouvait à New-York, dans un cimetière. Non mais allo. Sur leurs tronches à eux deux, devait être inscrit en gros : LOUCHE. Alors non, elle n'allait pas s'approcher davantage. Et quelque chose lui disait que vu l'armada qu'elle se trimballait, il n'allait pas non plus lui accorder le bénéfice du doute. Merde, pour le pari, c'était mal barré. Et si elle souriait en se tortillant un doigt dans les cheveux, est-ce que ça aiderait ?
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 233
↳ Points : 79
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Mar 15 Nov - 1:51


Thriller Night
It's close to midnight and something evil's lurking in the dark, under the moonlight you see ••• Orfeo enfouit un peu plus ses mains dans les poches de son manteau. Le temps le glaçait un peu plus au fur et à mesure que les minutes passées, surtout qu'il préférait rester immobile. Des grilles qui se ferment alors qu'aucun courant d'air n'était ressenti et que personne n'était supposée se promener dans les environs, voilà qui était étrange et poussait à la prudence, même chez lui, sans qu'il ne soit méfiant de nature. Cependant, sa mission était secrète et il préférait que personne ne le voit dans ce cimetière. Même si c'était loupé. Il passa une main sur son visage, cherchant, préparant une quelconque excuse. Mentir. Ce serait son seul moyen de survie, alors qu'il détestait cela. Et qu'il était loin d'être doué. A part lorsqu'il calquait son attitude sur celle de son frère. Là, étrangement, il devenait un expert. Tant que son mental le supportait. Tant que son esprit acceptait d'être un autre. Ce qui, une fois de plus, était quelque peu complexe pour l'homme qu'il était. Après, personne n'avait répondu à sa demande. Peut-être que le vent jouait réellement un rôle dans cette histoire. Il se mordilla la lèvre inférieure, prêt à parier sur ça. Ou alors juste les grilles qui avaient mal ataché. Jusqu'à ce qu'un léger bruit lui parvienne. Rapidement suivi d'une voix.

Ses yeux se tournèrent automatiquement vers la nouvelle venue. Qui n'était pas une inconnue. Et c'est peut-être ce qui le fit buguer quelques secondes. Que faisait Cameron ici ? Dans son esprit, il l'avait plutôt rattachée à cette catégorie de femmes sympathiques mais qui cherchaient un peu trop d'attention. Depuis qu'elle était arrivée à la caserne avec son plat de pâtes bolognaises, venant de son pays mais d'une histoire plus récente, et qu'elle l'avait collé malgré ses refus plus que clairs, il l'avait mis dans cette case. Oh, il était certain qu'elle était adorable et agréable en réalité. Mais se faire traîter comme un roi ou quelqu'un de parfait ne lui plaisait pas. Cela le mettait plus mal à l'aise qu'autre chose. Et aussi, Cameron avait tendance à toujours débarquer au pire moment. Celui où il devait s'entraîner, celui où il devait partir ou celui où une mission se présentait. Evidemment, un jour, il allait falloir qu'il lui explique ça. Sans pour autant être pressé de prendre le temps de le faire. Ou alors il lui offrait un dîner pour se faire pardonner des remarques glaciales qu'elle se prenait. Au moins, il entraînait son attitude de connard fini grâce à ça.

Ses mots et son rire lui firent hausser un sourcil. Il croisa calmement les bras sur son torse et entreprit de la détailler. Elle était... Etrangement apprêtée. En fait, les armes qu'elle avait sur elle étaient plutôt du genre... Militaire. Bien loin de l'image qu'il avait de la jeune femme. Bon, autant dire que l'armada avait éclipsé le reste. Ses yeux décelèrent deux armes minimum. Tout en se doutant qu'il y avait plus. Cameron s'avança de quelques pas, et il attendit de voir qu'elle restait à distance pour se décrisper. Soudainement, il ne put s'empêcher de penser qu'elle lui avait joué un rôle auparavant. Le sourire qu'elle lui offrit, en se tortillant les cheveux, n'y changea rien. Au contraire, son propre visage se ferma un peu plus tandis que le temps se refroidit de quelques degrés. Ou était-ce seulemet une sensation personnelle ?

" Vous êtes aussi bien loin de votre quartier Cameron. Et de votre accoutrement habituel. "


La question posée était sous-jacente. Qui était-elle réellement ? L'interrogation grandissait dans son esprit à chaque inspiration qu'il prenait. Il ne parvenait pas à avoir peur de la jeune femme, cependant, il avait perdu le peu de confiance qu'il lui accordait. Si confiance il y avait eu. A l'avenir, il l'évitera autant que possible. Parce que prendre le numéro d'adoration et de séduction au sérieux après ça, ce serait nettement plus compliqué. Après, si elle était réellement fan des pompiers, ses collègues seraient ravis de la renseigner. Lui passerait son tour, malgré les formes tout à fait admirables de Cameron. Oui, il restait un homme, avec ses instincts, et il avait déjà jaugé la jeune femme à plus d'une reprise. D'ailleurs, à y penser, il le faisait aussi avec d'autres hommes, malgré l'interdiction et la pénalisation de l'homosexualité.

" Pourquoi être venue à New-York ? Vous vouliez chasser du gibier ? "


C'était une explication comme une autre. Quant à lui, il sentit presque inconsciemment le poids de l'écrin dans la poche de son manteau. Ou le poids de sa culpabilité. Il se mordit l'intérieur de la joue.  Pour s'aider à garder cet air complètement neutre, collant à son état d'esprit du moment, le rôle qu'il jouait. Un léger craquement attira son attention. Il détourna le regard quelques secondes dans la direction concernée. Un craquellement se dessinait sur le sol. Et il crut percevoir des doigts sur la surface de la glace. Comme si quelqu'un sortait de la tombe. Il secoua sa tête. Sérieusement, le froid ne lui réussait pas... Et il enfonça de nouveau ses yeux bleus dans les iris de Cameron, attendant ses réponses.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Mar 13 Déc - 3:33



« Vous êtes aussi bien loin de votre quartier Cameron. Et de votre accoutrement habituel. »

Tu l'as dit bouffi.
Avec la tronche qu'elle se payait, armée jusqu'aux dents qui plus est, elle ressemblait davantage à Rambo après un bain de boue qu'à autre chose. Enfin, elle restait plus sexy que Rambo, on s'entend.

Distraitement, elle passa son M16A4 en arrière, sentant ainsi le métal froid heurter le bas de son dos. Elle était certaine que le geste, aussi furtif fut-il, n'avait pas échappé à son interlocuteur. Cela se sentait dans sa posture, dans son regard. Comment avait-elle pu ne pas remarquer qu'il possédait ce genre d'habilités ? Curieuse, tout en restant sur ses gardes, Cameron ressentir le besoin de le tester. Après tout, elle n'était pas stupide, elle se savait grillée. Le masque de petite bourgeoise en manque de sexe torride fonctionnait bien moins, une fois couverte de boue et l'arme en bandoulière. Alors, ce ne serait qu'un juste retour des choses qu'il avance également à visage découvert.

« Visiblement, vous avez aussi laissé tomber le costume de Super Pompier. » Le ton était vif, malicieux et il ne faisait aucun doute qu'elle jouait sur les mots. Un pompier dans un cimetière new-yorkais ? Aussi crédible que ses biscuits de fausse bourgeoise dans un congrès de boulimiques.

« Pas que ça me gène de vous voir en civil. » Pour le coup, elle ne jouait pas un rôle. Au vu du pari qu'elle avait accepté, on pouvait croire qu'elle cherchait à se raccrocher aux branches, mais ce n'était pas le cas. Et le coup d'oeil qu'elle lui jeta, quoique toujours méfiant, montrait aisément son tempérament réel. A savoir, provocateur et sans gène.

Malheureusement, même si tout pouvait se prêter à amusement, Cameron préférait rester en vie ce soir et jouer davantage la carte de la prudence. Question de principe : elle avait prévu d'arriver déjà morte au cimetière et non, d'y passer l'arme à gauche.

A la question qu'il lui posa, elle haussa simplement un sourcil alors qu'un sourire sardonique glissait sur ses lèvres pleines. « J'ai comme l'impression que la viande est déjà morte dans le coin. » Son sourire se fit davantage moqueur à mesure que ses pensées se succédaient sous son crâne. « Et vous, hum ? Un feu à éteindre par ici ? » Voyons chéri, ne me prends pas pour plus bête que je ne suis.

Attendant de connaître la véritable raison de sa présence en ces lieux, Cameron laissa ses prunelles s'égarer au loin. Du côté du large portail en fer qui barricadait actuellement l'entrée. Aviser cet état de fait attisa ses instincts primaires et elle fut aussitôt sur le qui vive. En entrant elle l'avait laissé entrouvert. Est-ce qu'Orféo était arrivé après elle ? Il est vrai qu'elle avait mis du temps à retrouver l'endroit de la cachette. Néanmoins, son esprit avait encore en mémoire le bruit grinçant du métal qui bouge avant de se sceller fermement. Et elle n'aimait pas ça.

Merde, après tout, elle avait ce pour quoi elle était venue jusqu'ici, alors autant se casser fissa. Quel intérêt y avait-il à taper la causette avec ce gars ? D'accord, il était sexy dans son genre un peu coincé et il y avait ce pari à la con qui était en jeu, mais soyons honnête, ses chances de gagner avoisinaient zéro et rester dans le coin ne lui disait rien qui vaille. Du coup, ce fut sans remords qu'elle lui coupa la parole – ou l'ignora – pour lancer un « Ce n'est pas que je m'ennuie mais j'ai poney. ». Elle ne le regardait même pas, son attention focalisé sur le sol. Venait-il de bouger ? Les légers frémissements qu'elle avait l'impression de percevoir sous ses pieds mettaient ses sens en alerte. De vieilles habitudes militaires ancrées en elle s'éveillèrent et son visage perdit tout expression. « Nous devrions y aller. » Mortellement sérieuse, cela sonnait plus comme un ordre qu'une proposition innocente. Et pour cause : peu importe qu'ils soient méfiants l'un envers l'autre, elle n'avait pas dans l'objectif de le l laisser en arrière si les ennuis venaient à survenir.

Ainsi, quand le haut d'un crâne surgit de la terre glacée entre eux deux, Cameron se fit nettement plus autoritaire. « On y va. » Aucune place à la discussion. D'ailleurs, elle ne lui en laissa pas le temps et passa près de lui d'un pas rapide. Le portail devait se trouver à une centaine de mètres environ. Suffisamment pour se retrouver dans la merde en un instant.
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 233
↳ Points : 79
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Ven 16 Déc - 23:45


Thriller Night
It's close to midnight and something evil's lurking in the dark, under the moonlight you see ••• Le froid s'infiltra contre sa peau, malgré les couches de vêtements qu'il avait enfilées. Cependant, même ça ne l'empêchait pas de rester sur ses gardes et de garder ses yeux poser sur Cameron. Pouvait-il lui faire encore confiance ? Jusqu'ici, elle n'était qu'une femme réclamant un peu trop d'attention mais là... Oui, étrangement, ça avait bien changé. Certes, elle n'en restait pas moins séduisante mais la vue des armes refroidissaient très clairement Orfeo. Il n'était pas à même de se défendre contre cela, lui qui n'avait jamais réussi à s'en servir d'une. Bon, il était parvenu à manier des poignards ou des épées mais pas d'armes à feu. D'ailleurs, il ne reconnaissait même pas celle que la jeune femme avait glissé dans son dos. Dans son esprit, ce n'était qu'un danger qu'il ne pourrait pas esquiver. Parce que oui, soyons sérieux deux minutes, ce n'était pas parce qu'il avait une femme face à lui qu'il serait capable de la mettre à terre et de la contrôler. Elle avait l'air bien trop sûre d'elle, et si elle pratiquait de quelconques arts martiaux, il était dans la merde. Autant éviter de l'énerver peut-être, sans se départir de son image de connard qu'il avait construit avec elle.

Un vague sourire se dessina sur les lèvres à la réplique de Cameron. En effet, lui-même était bien loin de son costume habituel. Déjà, un pompier à New-York, ville ensevelie sous la neige tout au long de la neige... Personne ne croirait à une excuse basique. Certainement qu'il lui dirait la vérité. En partie. Il taierait ses liens mafieux, comme il le faisait toujours. Il pourrait toujours faire basculer ça sur une partie de son passé. Qu'il devait venir chercher un souvenir ayant appartenu à son père enterré ici. Qui pourrait contredire cette histoire ? Bon, après, personne n'était assez fou pour se pointer dans cette ville pour des raisons si futiles. Sauf lui. Puis le sorcier pensait que sa formation de pompier devait l'aider. Il côtoyait le danger en permanence, un peu plus ou un peu moins... Mais putain, c'était chiant ça. Pourquoi devait-il tomber sur quelqu'un le connaissant ? Et avec la chance qu'il avait, son frère finirait au courant de cette expédition aussi. Et là, il serait encore plus dans la merde. Il aurait peut-être dû y penser avant. En fait, il y avait pensé mais son cerveau avait éludé cette possibilité. Celle que Rafael finisse par le tuer pour se mettre dans des situations si... Opposées ? Par l'éliminer quand il sera devenu trop dangereux pour sa place.

Il ne tiqua pas sur la remarque de son interlocutrice. Elle pouvait bien penser ce qu'elle voulait pour lui, ce n'était pas pour autant qu'il allait ramper à ses pieds. La provocation n'avait que peu d'effet sur lui. Non pas que les jeunes femmes ne l'intéressaient pas, mais surtout que là maintenant, il y avait autre chose à faire. Comme sortir de ce lieu, et en un seul morceau si possible. Ses épaules se haussèrent au discours sur la viande. En effet, par ici, tout devait déjà être mort. Ou mourant. Alors elle chassait du zombie. Ce qui la rendait encore plus effrayante. Et bien loin de l'image de bourgeoise qu'elle lui avait offert jusque-là. Un bon exemple qu'il ne fallait jamais se fier aux apparences. Orfeo grava le tout dans son esprit. Il ne s'était pas fait avoir parce qu'il tenait à avoir cette image détachée, froide, mais s'il avait été lui-même... Un nouveau piège dans lequel il aurait plongé la tête la première. Son sourire amusé s'accentua à la question de la jeune femme. Evidemment, il ne pouvait pas passer outre.

"Il est vrai que le costume de pompier doit être nettement plus avantageux pour attirer les jeunes femmes que de se promener au milieu d'un cimetière à New-York."


C'était amusant de savoir à quel point il avait vérifié cela lors de ses interventions avec Callum. Peut-être que c'était le fait de sauver des vies qui entraînait ces réactions. Ou juste les stéréotypes liés à l'entraînement des pompiers ou ce genre de choses. En fait, il ne savait pas trop. Cette époque lui était tellement étrangère par bien des aspects... Enfin, tout lui était étranger de toute façon. Il avait vécu enfermé pendant une bonne partie de sa vie, retardé qu'il était, et n'avait eu que peu de contacts avec le monde extérieur. Peut-être que c'était déjà ainsi. Que certains métiers, certaines caractéristiques, attiraient le regard.

"Pas de feu malheureusement. J'avais juste quelque chose à récupérer pour ma soeur. Et vous alors ? Puisque vous ne chassez pas..."

Il avait légèrement modifié la raison de sa venue. Sinon, il disait la vérité. Il était effectivement venu récupérer quelque chose. Mais il attendait toujours les faits venant de Cameron. Comprendre aussi pourquoi elle jouait ce putain de rôle avec lui. Avait-il l'air si niais que cela pour qu'elle se focalise sur lui alors qu'un nombre incalculable de ses collègues lui auraient sauté dessus si elle le demandait ? Tout cela l'intriguait fortement, il fallait l'avouer. L'italien s'apprêtait à poser la question directement lorsque la voix de son interlocutrice s'éleva. Ils devraient y aller ? Un sourcil se arqua, mais il ne la questionna pas puisque le sommet d'un crâne sorta du sol entre eux deux à ce moment-là. Ok, pas de problème... Quelques insultes en italien quittèrent ses lèvres tandis qu'il emboîtait le pas à Cameron. Ils prenaient la direction des grilles. Pas forcément la meilleure des idées. Un frisson se glissa le long de son échine. Il percevait autre chose. Quelque chose de plus... Diffus. Son instinct lui hurlait la présence d'êtres immatériels. Quand bien même. Son bras finit par se poser sur l'épaule de la jeune femme, la stopper et la faire reculer. Juste à temps pour éviter un corps désarticulé qui surgissait devant eux.

"Prendre le chemin le plus direct n'était pas forcément la meilleure des idées."


Il était railleur. Et quelque peu agacé aussi par la situation. Il n'appréciait que peu d'être enfermé ici, entouré de... Zombies gelés. Bordel, il n'était pas fait pour l'action. A part lorsqu'il s'agissait de sauver des êtres humains du feu. Mais là... Il jeta un regard aux armes de la jeune femme. Puis derrière lui, pour voir la silhouette qu'ils avait fuie juste avant.

"Il serait peut-être temps de faire une démonstration de vos aptitutes. Et aussi d'expliquer pourquoi vous avez fermé les grilles..."


Parce qu'elles étaient ouvertes quand il avait pénétré dans le cimetière. Et donc, il partait du principe que Cameron s'était chargée de les enfermer à l'intérieur. Ou une personne tierce mais cette pensée était nettement plus effrayante...


© 2981 12289 0

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Dim 18 Déc - 5:35



Dans d'autres circonstances, l'entendre balancer des mots dans cette langue latine l'aurait probablement émoustillée, quand bien même il s'agissait là d'insultes. Ne nous leurrons pas : au vu de la situation et accessoirement de l'apparition d'un crâne sortant du sol, Cameron doutait fortement qu'il soit question de douces paroles romantiques. Tant pis. En rentrant, elle se mâterait un bon vieux film de gonzesses et cela suffirait à contenter ses hormones féminines. Enfin si elle rentrait, bien entendu. Ce début de scénario de film d'horreur ne laissait présager rien de bon. Le mieux serait encore que le portail soit effectivement scellé et le tableau serait absolument parfait. Au moins, elle n'était pas seule dans cette galère, c'était toujours ça de pris.

Oui, enfin, pas seule mais ce n'était pas une raison pour la toucher sans la prévenir. Un peu plus, et Cameron se tournait pour lui tirer une balle dans le ventre, tiens. Quelle idée de poser la main sur son épaule sans faire une seule annonce. Etait-il suicidaire ? Ah... Ben non. Juste prudent, apparemment. Songea-t-elle en fixant le macchabée qui venait d’apparaître devant eux. Rapide, elle dégaina une de ses lames de poignets, préférant le silence des armes blanches au baroufle des armes à feu. Manquerait plus que les détonations et leurs échos viennent à attirer d'autres morts-qui-marchent.

Tous deux reculèrent avec prudence, Cameron n'étant clairement pas à l'aise avec l'idée de laisser Orfeo gérer la caméra de recul. Cela se sentait dans la raideur de ses muscles et ses coups d’œil rapides en arrière. Finalement, elle grogna tout bas à ses propos, se gardant bien de lui répondre parce que ce n'était pas vraiment le bon moment. Pourquoi n'avait elle pas d'épée quand elle en avait besoin ? Oh, peut-être parce que tu ne sais pas les manier? Ce n'est pas faux, mais ici, en l’occurrence elle aurait été réellement ravie de pouvoir découper du zombie sans s'approcher davantage. Un peu de folie, un peu de témérité, mais encore et toujours cette envie de vivre.

Le manche était fin entre ses mains, et le poids léger. Elle savait l'utiliser depuis des années, et même si elle était bien plus à l'aise dans l'utilisation des flingues, elle était à même de se débarrasser d'un ou deux cadavres ambulants s'il le fallait.

« Merde, y en a pas un ou deux là... » Son murmure s'éleva dans l'air frigorifique de New-York, marquant l'apparition de deux autres silhouettes tremblantes derrière la première. Ainsi, trois obstacles se dressaient entre la grille et eux. Rien de bien méchant... Selon si on est protagonistes de l'histoire ou non.

Cameron serra un peu plus son arme, respirant normalement pour garder la pleine maîtrise de son corps. Derrière eux, le crâne avait du s'élever avec ce à quoi il était normalement accroché. Peut-être même qu'il y avait un oncle ou un vieux poto qui lui tenait compagnie dans sa tombe. Allez, plus on est de fous, plus on rit. Cameron elle, ne riait pas du tout. Ce n'était pas son premier raid anti-zombies puisqu'elle avait fait partie de la milice durant le choc thermique qui avait cloué New York dans un état permanent de congélateur, mais ce n'était pas pour autant qu'elle affectionnait cette activité.

Soupirant à la question sous-jacente de son camarade du moment, elle chuchota :  Qui serait assez débile pour fermer les grilles derrière lui, franchement ? » Avant d'esquisser un rictus sans joie, voire carrément moqueur. « A dire vrai, je pensais que c'était vous qui l'aviez fait. » Elle croisa son regard un instant, pour qu'il sente que même si elle faisait du sarcasme, le sérieux marbrait ses prunelles. Pas le temps de plaisanter, ça sentait mauvais là.

Quand un premier zombie osa s'attaquer à eux, Cameron s'en chargea. Elle planta son poignard dans un œil, faisant fi du bruit, de l'odeur et de la vision que cela entraînait. La lame perça le cerveau, et l'être non mort – enfin pas tout à fait – s'écroula au sol sans plus bouger. Distraitement, l'ex-soldat tendit un deuxième poignard au pompier et lui expliqua ce qu'il avait besoin de savoir si jamais il n'avait pas bien fait ses devoirs : « Ils voient, ils entendent, mais sont particulièrement débiles. Et lents. Ne vous faites pas coincer dans un coin. Et attaquez-vous au cerveau. » Voilà les règles pour survivre en zone hostile. Encore que le mieux reste de ne pas aller en zone hostile justement.

Prudemment, les sens aux aguets, ils reculèrent pour emprunter une autre allée dans laquelle aucun monstre de cauchemar ne semblait les attendre. Dans leur dos, les rôdeurs les suivaient d'un pas clairement moins vif que le leur, ce qui arrangeait grandement Cameron. Cette dernière regardait partout, gênée par les ombres et l'obscurité ambiante. Heureusement que la glace fragile craquait au moindre pas, les prévenant d'une quelconque approche. D'un geste, elle essuya sa lame sur sa cuisse, à peine dégoûtée par les dépôts qu'elle y faisait. « On va contourner. Si possible, il vaudrait mieux ne pas utiliser d'armes à feu. Si j'en fais usage, courez jusqu'au portail et escaladez le. » Qu'on se le dise, ce n'était pas une proposition mais bien un ordre. Parce que si elle venait à tirer – et donc à ameuter tous les zombies du coin – les secondes seront décisives. Et il faudra courir.
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 233
↳ Points : 79
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Mer 21 Déc - 1:20


Thriller Night
It's close to midnight and something evil's lurking in the dark, under the moonlight you see ••• Il n'avait pas prévenu en tirant Cameron en arrière. L'instinct de survie, celui qu'il avait développé à Darkness Falls, était bien ancré dans ses entrailles, quand bien même il le combattait. Et en cette journée sordide, cela lui permettrait certainement de s'en sortir en un seul morceau. Parce que oui, malgré la situation quelque peu bancale, le jeune homme restait plutôt pessimiste. Ce n'était pas l'enfer, seulement New-York. Son interlocutrice le prendrait pour un fou si elle avait accès à ses pensées. Les probabilités qu'ils s'en sortent étaient si... Minimes finalement. Mais elles étaient toujours positives dans son esprit, c'était déjà un bon point. Ses doigts restèrent accrochés à l'épaule alors qu'ils reculaient sans le moindre bruit. La neige sous leurs pieds atténuait les pas, leur offrant une discrétion bienvenue. Bien que les zombies ne semblaient pas être les êtres les plus intelligents de l'univers. Sauf qu'Orfeo avait appris à ne jamais sous-estimer un adversaire, même s'il ressemblait à un amas de chair des plus dégueulasses. Il préférait ne pas être surpris par des capacités surnaturelles, notamment parce qu'il en possédait lui-même. Ce qui n'avait été qu'un crâne jusque-là était devenu un magnifique corps avec un fonctionnement parfait. Juste un bras en moins. C'était au moins ça. Etrangement, les visions actuelles se modifièrent, intégrant des éléments de Darkness Falls le faisant frémir. Une peur toujours présente, ce qui était plutôt normal après tout. Cela le poussa à ralentir, voire s'arrêter, et reposer le regard sur Cameron, attendant une réponse de celle qui semblait plus à même de gérer la situation.

Et le murmure qui sortit des lèvres de la femme le fit grimacer. En effet, deux nouveaux... Squelettes venaient de se joindre à la fête. Ses dents se serrèrent un peu plus, alors que l'horreur remplaçait le paysage dans ses yeux. Il se tendit. Bodel, il n'était pas venu ici pour ça. Il n'était pas venu pour ressasser ce passé, cet enfer qui le bouffait encore de l'intérieur. A ce sujet, il se rendit compte qu'il n'en avait jamais réellement parlé à quelqu'un. A part peut-être à Lucrezia, puisqu'il était la première personne sur laquelle il était tombé et avec qui il avait pu discuter. Ses doigts se détachèrent de Cameron alors qu'il tentait d'analyser la situation au mieux. Sauf qu'il n'avait rien d'un stratège pour combattre des zombies. Il sauvait des gens lors d'incendies ou nettoyer les corps pour la Sakpata, rien à voir avec un assaut de créatures à peine vivantes ! Et aussi, il n'avait rien d'un tueur. Il ne savait même pas manier une arme à feu, donc... Il ne serait pas vraiment utile pour son interlocutrice, à part pour se servir de son instinct et de ses pouvoirs, si peu développés soient-ils.

Elle n'avait pas tort, personne ne serait suffisamment stupide pour fermer les grilles d'un cimetière à  New-York. Et elle pensait que c'était lui qui avait fait ça. Le rictus moqueur qu'elle lui renvoya le fit légèrement sourire. A vrai dire, il la préférait ainsi que dans le rôle de l'écervelée qu'elle jouait en venant à la caserne. Les femmes de caractère l'attiraient plus que les autres. Même si certaines étaient clairement effrayantes. Et Cameron entrait dans cette catégorie. Certes, ce n'était pas le meilleur moment pour se faire cette réflexion mais, d'un côté, s'il ne le pensait pas maintenant, il ne le ferait jamais. Peut-être que la jeune femme reprendrait son masque d'ici quelques jours en se pointant à la caserne. Quoi qu'il en soit, elle avait maintenant attiré son attention à cause de son comportement. Et une fois qu'ils se seraient sortis d'affaire, il aurait plus d'une question à lui poser. Et espérait des réponses aussi, bien que cela lui semble compliqué d'obliger la femme à lui dire la vérité...

Bref, il se recentra bien rapidement lorsqu'un zombie s'approcha un peu trop prêt et fut accueilli par le poignard de Cameron. Elle était douée avec les armes, c'était indéniable. Un dangereux petit bout de femme... Puis une lame fut tendue dans sa direction. Le pompier l'attrapa sans se poser trop de questions, en testa l'équilibre plus par habitude des années passées en enfer que par réelle connaissance et écouta les quelques conseils de Cameron. Elle savait de quoi elle parlait. Elle le savait bien trop. Avait-elle aussi eu l'occasion de découvrir Darkness Falls et ses joies ? Ou juste faire partir de l'armée. Ses réactions le laissaient sous-entendre en tout cas. Puisqu'elle ressemblait à ceux qu'il avait croisés, morts à la guerre en tant que militaires. Des personnes entraînées, capable de survivre et de se sortir de n'importe quelle situation. Lui avait seulement eu de la chance au début. Puis pour la suite, il fallait remercier son instinct de survie et sa capacité d'adaptation qui lui avait permis de se dégoter de bons alliés et d'éviter ceux cherchant simplement à se servir de lui comme bouclier humain.

La jeune femme changea d'allée, silencieusement, et Orfeo la suivit avec un calme qui contrastait avec ce qui lui tordait les entrailles. Cependant, il gardait une formation de pompier, et donc une certaine maîtrise de ses émotions et de son corps même dans des situations aussi désespérées que celle-ci. Au moins, Cameron ne lui reprochera pas d'être un boulet incapable de se mouvoir, paralysé par la peur. Même s'il fallait avouer qu'il n'était pas le plus à l'aise dans cet exercice. Ses doigts se resseraient autour du poignard tandis qu'il écoutait les murmures qui lui parvenaient. Bah oui, entendre des fantômes dans un cimetière, quoi de moins stéréotypé ? Ses yeux se posèrent sur Cameron en train d'essuyer sa lame sur son pantalon, sans prêter attention aux dépôts. Oui, définitivement, elle faisait partie de cette catégorie de femmes effrayantes. Et un nouvel ordre. Particulièrement sensé. Sauf qu'Orfeo n'avait pas réellement envie de l'abandonner là. Donc, il s'assurerait qu'elle passe par-dessus le portail avant lui. Pas une question de gentleman ou autre. Juste une déformation professionnelle et le fait qu'il ne voulait pas que quelqu'un meurt pour lui.

"Heureusement que nous sommes parvenus à éviter un quiproquo au sujet des grilles..."

Un peu d'ironie pour éviter que la peur ne s'installe trop dans ses veines. Après, cela pouvait polluer le champ sonore, et donc de possibles indices sur l'avancée des zombies. Même si Orfeo s'en moquait un peu. Il avait l'impression de vivre en direct ce qui se passait avec ces putains de voix, bien que certaines soient complètement vagues et qu'il ne puisse pas leur répondre. C'était un concerto dans sa tête, une cacophonie qui donnait l'impression que tout cela allait exploser sous peu. Bordel c'était désespérant. Il lui faudrait réellement apprendre à contrôler ses pouvoirs. Une bonne résolution pour son retour à la Nouvelle-Orléans.

"Il ne doit pas en avoir suffisamment pour nous coincer. On reste sur terre, bien que dans un lieu inhospitalier. Sinon on risque d'avoir des soucis pour s'en sortir s'ils arrivent en trop grand nombre..."


Avouons-le, s'ils débarquaient par dizaine, ce serait quand même étrange. Et pourtant, Orfeo avait quand même préféré murmurer, histoire de ne pas tenter le Diable. Peut-être que certains êtres n'attendaient qu'un mot plus haut que les autres pour venir les submerger. Ce qui serait fichtrement intelligent de leur part. Chose que l'italien savait faux. Mais... Les zombies avaient peut-être évolué depuis quelques années. Ou ils pouvaient très bien être différents de ceux qu'il avait croisés, bien que Cameron lui ait assuré le contraire. La peur restait présente.

"Dans tous les cas, j'attendrai que vous ayez passé le portail avant de le franchir moi-même. Vous avez certes l'air bien entraîné mais je refuse que vous risquiez votre vie pendant que je fuis."

Il n'était pas quelqu'un de foncièrement lâche. Et il voulait un peu trop aider les gens de manière générale, tout en passant pour un sombre connard. Son oeil gauche fut attiré par un léger mouvement de ce côté-ci, et un nouveau zombie lui barra le chemin, sortant de l'ombre d'un arbre résistant au froid polaire. Le poignard trouva son chemin jusqu'au cerveau de l'être, bien que cela soit moins propre que Cameron. Il n'avait pas réellement tué de zombies depuis quatre ans... Et un peu de substance se colla sur sa main alors que le corps s'avachissait sur le sol. Il essuya le tout sur son jean et pesta une nouvelle fois.

"Bordel, ils arrivent encore plus sournoisement que ceux de DF..."

Un murmure plus pour lui-même qu'autre chose, tandis que quelques grognements – et dérapages – se firent entendre dans leur dos. Orfeo ne jeta même pas un regard en arrière, préférant enjamber le corps et continuer son chemin. En espérant que tout ne s'accélère pas maintenant.


© 2981 12289 0

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Jeu 19 Jan - 2:09



Instinctivement, elle gardait la silhouette d'Orfeo dans sa vision périphérique. Il n'était pas un allié, mais visiblement, n'était pas non plus un ennemi. Au vu de son expression faciale et ses réactions, la jeune femme avait l'impression que leur présence simultanée dans ce décor relevait davantage du hasard que d'un véritable complot. D'ailleurs, à bien y réfléchir, qui cela servirait-il de les envoyer tous deux dans un cimetière new-yorkais ? Personne ne savait qu'elle avait décidé de venir. Sur ce point, elle s'en était assurée. Et concernant le pompier, elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'il pouvait foutre dans le coin. Okay, il n'était pas des plus inutiles, semblait posséder quelques réflexes de survie, mais soyons honnêtes... La lueur dans son regard indiquait clairement que les zombies et lui, c'était pas une partie de plaisir. Oh, je vous entends d'ici répondre ironiquement que côté activités extrascolaires, la chasse aux zombies ne se trouvait pas non plus dans le top 10 des plus recommandées. Cameron elle-même n'appréciait que très moyennement de se trouver dans ce genre de situations. Néanmoins, elle gardait le sang-froid de ceux qui ont eu à faire à ces bestioles plus d'une fois.

Après... Elle devait bien reconnaître que le self-contrôle d'Orfeo l'intriguait un peu. Les membres vifs, l'oeil aux aguets, cet homme n'avait pas du en voir que des belles dans sa vie. Cela ne la concernait pas, bien entendu, mais ce genre de détails s'inscrivaient malgré elle dans son esprit. Il faut dire que puisqu'elle le mettait d'office dans la catégorie des civils à protéger – foutue déformation professionnelle – il était logique qu'elle vérifie s'il en avait dans le pantalon.

Enfin, on s'comprend.

« Avec notre chance, l'un d'entre eux s'est cogné contre la grille et l'a fermée. » Ce serait con, quand même. Un gugus décérébré qui s'prend les pieds dans le métal et en poussant – ou tirant, au choix – il aurait fini par faire claquer le portail. Cameron visualisait la scène d'ici, tiens. Un vrai sketch avec sons et images, bien que les sons se résumeraient probablement à quelques borborygmes sans autre champ lexical que celui du « grrr ».

L'avancée se faisait plus lentement qu'elle aurait aimé. Cependant, faire preuve d'un excès de prudence a tendance à faire moins de morts qu'un excès de zèle. Question d'expérience. Alors, oui, ils progressaient à l'allure d'un raton laveur sous codéine, mais ils le faisaient en vie. C'était déjà ça.

"Dans tous les cas, j'attendrai que vous ayez passé le portail avant de le franchir moi-même. Vous avez certes l'air bien entraîné mais je refuse que vous risquiez votre vie pendant que je fuis."

Ben voyons. Il en avait d'autres en stock le gentleman du dimanche ? Cameron ne put se retenir de lever les yeux au ciel et lui lança un coup d'oeil peu amène. « La fille armée, c'est moi. Si je suis devant et vous derrière, je fais comment pour viser les macchabées ? J'vous tire dessus et j'attends que les balles traversent votre corps ? » Le ton mordant et les sarcasmes à foison étaient suffisamment explicite pour qu'il comprenne combien elle trouvait son idée débile. Et clairement inutile. Peu importe qu'il soit pompier, ou même un homme, Cameron n'en était pas à son premier rodéo. Bien sûr qu'elle voulait toujours sauver sa peau et qu'elle n'était pas la plus honnête des femmes – et c'était le cas de le dire – mais les habitudes ont la vie dure. Dans ce genre de scénarios, ses instincts reprenaient le dessus et il était proprement hors de question que ce gars crève alors qu'il se trouvait en sa présence.

Un murmure à sa gauche s'éleva doucement, mais elle n'y répondit pas. Quelque chose lui soufflait que ce qu'il venait de prononcer ne la regardait pas. Et l'idée de le déconcentrer maintenant ne lui venait pas à l'esprit. Plus tard, peut-être, qui sait. Pour le moment, ils avançaient et c'était tout ce qui comptait. La manière dont il s'y était pris avec son propre zombie attisait de nouveau sa curiosité mais encore une fois, elle ne pipa mot. Quand ils eurent longé suffisamment l'allée perpendiculaire, elle opta pour s'engager de nouveau sur la droite et ainsi, se rapprocher du portail.

Bien vite, cependant, un mouvement la fit grimacer. Une main encerclait sa cheville, par dessus son jeans. D'un geste souple, la brunette se pencha, tira sur le bras visible pour sortir le haut du corps de la terre et plongea sa lame dans le crâne à moitié dégarni du zombie. L'action ne prit que deux secondes mais elle savait pourtant que c'était toujours deux secondes de retard les concernant. Agacée, les lèvres pincées, et le regard sombre, Cameron reprit sa route, en vérifiant toujours que rien n'allait attaquer les flancs d'Orfeo. Peut-être était-ce sa foutue fierté mais se faire avoir par un truc sorti du sol, ça la faisait chier. Et qu'il pense qu'elle devait sortir avant lui, aussi. En gros, son humeur se dégradait peu à peu, et une Cameron mécontente, en général, c'est pas jouasse.

D'un geste du menton, elle lui fit comprendre de presser un peu le pas en direction de la grille. Cette dernière se trouvait à environ une trentaine de mètres un peu en diagonale sur leur droite. En gros, soit ils continuaient dans leur allée puis prenait à droite, soit ils coupaient à travers les tombes. L'un dans l'autre, ils étaient dans la merde. Ce constat lui tira un petite moue désabusée, presque blasée. La seconde suivante, elle se chargeait d'un nouveau machin grognon, en parant son bras avant d'enfoncer sa lame dans l'oreille du zombie. Beurk. « Charmant. » Elle ne put s'empêcher de murmurer alors que quelques éclats de sang venaient à repeindre son visage. Puis, elle tourna son regard en direction d'Orfeo et haussa les épaules. « Ça aurait pu être pire. » Ouais, le macchabée aurait pu lui vomir dessus aussi. Tsss, n'allons pas tenter le diable, il a l'air d'être déjà venu dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 233
↳ Points : 79
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Sam 4 Fév - 1:22


Thriller Night
It's close to midnight and something evil's lurking in the dark, under the moonlight you see ••• Se cogner et fermer la grille ? Ce serait cocasse quand même... Enfin, c'était des zombies. En vivant à Darknes Falls pendant plus de sept cents ans, il avait vu tous les types de comportement. Et comme ils n'avaient pas vraiment de cerveau... C'était une possibilité à prendre en compte, Cameron était loin d'avoir tort. Et Orfeo l'avouait sans aucun souci, ce n'était pas lié à une quelconque gentillesse par rapport au fait qu'elle soit une femme. Malgré ce qu'elle semblait croire à la suite de ses mots. Le coup d'oeil lui fit comprendre qu'il aurait mieux fait de se la fermer une fois de plus. Alors que ce qu'il avait dit avait été naturel, et non conditionné par la vision de la femme. Enfin, il n'avait peut-être pas à s'attarder sur tout cela. Ce qu'elle avait pensé, il ne pouvait pas le changer. Donc... Il se contenta de hausser les épaules pour le moment, concentré sur les environs. Après, ses explications étaient logiques. Elle était armée, lui avait seulement un poignard. A moins qu'il ait envie de le balancer au travers du cimetière mais ses talents dans ce domaine étaient... Absolument minables. Donc, il allait éviter de faire ça devant Cameron hein. Déjà qu'il était quelque peu un poids...

Un zombie apparut par-dessous, du côté de Cameron, qui s'en occupa dans la seconde qui suivit. Un bras l'avait aggripé, mais la bête fut éliminiée d'un geste précis. Elle était entraînée pour cela. Et les questions se bousculaient dans l'esprit d'Orfeo. Pourquoi avoir caché tout cela ? Pourquoi ne pas lui avoir évoqué qu'elle était plus qu'une simplette, là seulement pour décrocher un plan cul ? Ou quelque chose du genre. Enfin, il ne jugeait pas celles qui agissaient ainsi mais clairement, ce n'était pas ce qu'il appréciait. Bon, aller, il fallait qu'il se concentre. Les derniers mètres seraient les plus intenses. Les plus dangereux. Il s'en doutait, il était dans un état de... concentration totale. Ses gestes étaient même plus précis qu'ils n'auraient dû l'être. Et oui, il se trahissait d'un côté. Pour un pompier, il avait quand même des réactions trop rapides, un comportement trop habitué aux zombies. Pourtant, cela lui importait peu de le montrer aujourd'hui. Sa survie, leur survie, était bien plus importante que ces cachotteries, même si ça l'emmerdait de devoir se dévoiler. Finalement, ce pan de son existence était bien plus douloureux qu'il ne l'avait jamais avoué.

Trente mètres. Trente putains de mètres qui lui semblaient inatteignables. Pourtant, il leur faudrait se décider un jour, ils ne pouvaient pas rester indéfiniment ici, surtout que les zombies allaient continuer d'affluer. D'ailleurs, Cameron dut en supprimer un nouveau. Des éclaboussures de sang vinrent s'écraser sur son visage, telles des peintures de guerre. Définitivement, elle était bien mieux dans ce costume de guerrière que dans celui de... Il n'avait pas le mot dans cette langue. Enfin, ce n'était pas un qualificatif très sympathique pour une femme, et Lucrezia ne lui avait pas enseigné à penser de telle sorte. Une profonde inspiration le raccrocha à la réalité. Il ne devait pas laisser son attention se disperser. D'ailleurs, ce fut lui qui prit les commandes de la suite, les réflexes exacerbés. Il suivait les petites voix, ces êtres qu'il ne pouvait dicerner mais qui, étrangement, lui donnèrent la bonne direction pour éviter de tomber sur des zombies. Des mots lointains, qu'il interprétait plus qu'il ne comprenait. Certainement à voir avec ces pouvoirs qu'il ne maîtrisait pas tant que cela. Certains restaient obscurs à ses yeux tout de même.

La grille se dévoila devant leurs yeux. Et évidemment, elle était fermée. Mais bien trop fermée pour que ce soit l'oeuvre du hasard. En fait, il y avait de grandes chances que quelqu'un soit passé derrière eux et se soit chargé de fermer l'entrée avec un cadenas et une chaîne. A moins que les zombies ne soient capables de faire une activité si complexe.

"Finalement, c'était moins complexe que ça n'y paraissait..."


Des gargouillis se firent entendre dans leur dos dès la fin de ses mots. Il se retourna, resta interdit devant la horde qui n'était qu'à quelques mètres. Il avait parlé trop vite. Surtout que les zombies semblaient avoir pris quelques motivants. Ils allaient nettement plus vite que leur rythme habituel. Orfeo ne réfléchit pas plus longtemps, traversa les derniers mètres qui le séparaient de la sortie et entreprit d'escalader la grille, non sans s'assurer que Cameron était derrière lui. Non pas une question de galanterie mais elle était sa camarade de galère, et il n'était pas du genre à abandonner quelqu'un. Cela lui avait porté préjudice, à de nombreuses reprises. Sauf qu'il avait toujours du mal à toujours avoir son visage de connard, surtout quand cela allait à l'encontre de toutes les valeurs qu'il s'était créé. Les bruits étaient totalement assourdis, de même que sa vision était floue. Cameron aurait pu ouvrir le feu qu'il ne l'aurait même pas remarqué. Un soldat en carton vous dis-je ! Il attendit néanmoins qu'elle atteigne le haut de la grille avant de lui-même sauter de l'autre côté, atterrissant dans la neige qui amordit la chute. Les zombies seront retenus à l'intérieur pendant un bon moment. Enfin, cela ne l'empêcha de s'éloigner tout de même, cherchant à reprendre ses repères. Tout en interrogeant la jeune femme :

"Bon, maintenant que nous ne sommes plus en danger de mort immédiat... Pourquoi avoir caché tout cela ? Pourquoi avoir joué ce rôle ?"

Bon, il repartait sur un sujet autre que les zombies. Parce qu'il n'était absolument pas à l'aise avec ça donc autant éviter de le montrer. Il rendit le poignard à Cameron d'ailleurs avant d'enfoncer ses mains dans ses poches. Son coeur reprenait un rythme normal maintenant qu'il n'entendait plus les gargouillis incessants. Parce qu'il restait malgré tout un être humain, composé de ses peurs et de ses incertitudes, même si depuis la nuit des temps, les hommes se devaient d'être forts et de taire ces émotions. Heureusement que son éducation avait été quelque peu différente. Enfin, un peu. Avant Darkness Falls tout du moins.

"D'ailleurs, il me semble que vous n'avez pas répondu à ma question concernant votre venue ici..."

Oui, il était curieux. Surtout que le voyage pour venir jusqu'ici coûtait un bras. Lui, il y était pour un contrat mais elle... C'était toujours un mystère. Après, il n'était pas con, elle allait très certaine lui mentir. Mais, au moins, cela lui offrirait de quoi réfléchir, un os à ronger en quelque sorte, pour occuper son cerveau...


© 2981 12289 0

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Sam 18 Fév - 5:46



On ne peut pas dire que leur sortie nocturne ait été une partie de plaisir. Déjà qu'à la base, ça n'avait rien de la petite balade romantique sous les étoiles, lorsqu'on y rajoute quelques macchabées qui vous prennent pour le dessert, c'est le level up. Tous les deux concentrés, ils tentaient de rejoindre le portail bon gré mal gré, bien que les zombies fassent preuve d'une incontestable négativité. Elle en entendait encore un lui grogner à l'oreille d'un air très peu engageant. Franchement, ils pourraient revoir les chants d'encouragements. Là, ça craignait légèrement.

Oui, quand Cameron commence à divaguer, ce n'est pas très clair dans sa tête. Au moins, elle gardait le moral, c'était toujours ça de pris. Et comme elle devait se fier au pompier pour l'avancée de leur duo, les choses étaient presque légères en fin de compte. Taillader un corps mort ou deux, et voilà, sa part du boulot était faite. Alors qu'elle déraille sous sa caboche, ça n'avait pas grande importance.

Quand ils parvinrent à l'entrée, il s'avéra que la grille était effectivement close. Et ce de manière définitive. Ce constat la fit serrer les dents un instant, puisque cela signifiait qu'il y avait probablement agissements humains là-dessous. Mais le temps n'était pas à la réflexion, et le fait qu'Orfeo le lui rappelle à demi-mots la tira de ses pensées. En effet, le garçon s'élançait déjà à l'assaut du portail, et elle ne put que grimper à son tour après avoir repoussé quelques bestioles mal lunées. Pas envie de crever dans le coin non plus, hein.

Tous deux passèrent l'épreuve de métal et Cameron aurait presque pu se sentir soulagée si ce n'est que le pompier en profita pour commencer son semblant d'interrogatoire. Etait-ce réellement le bon moment ? Surprise qu'il choisisse cet instant en particulier pour lui poser des questions, elle afficha ses sentiments sur son visage tout en l'observant curiosement. « Sérieux ? Genre... Maintenant? » Lui faisant bien comprendre qu'elle ne trouvait pas le timing très approprié. D'ailleurs, elle ne s'attarda pas à lui expliquer sa pensée, préférant nettement prendre la poudre d'escampette. Rester proches de cet endroit ne leur vaudrait que des ennuis. Remarquez, rien que le fait d'avoir quitté la Nouvelle Orléans était déjà en soi, source d'emmerdes. Et comme ils se trouvaient toujours à New-York, mieux valait éviter de trainer dans le coin.

Attentive, elle restait sur ses gardes, tout en marchant vers l'extérieur de la ville. « Est-ce que je vous en pose des questions moi ? » Ouais, elle avait fini par craquer, le silence devait probablement la rendre nerveuse. Un coup d'oeil dans la direction d'Orféo lui indiqua l'expression que le visage masculin revêtait alors. « J'avais un truc à faire. Vous savez, se recueillir, tout ça, tout ça. » La moquerie était clairement audible, et elle savait qu'il comprendrait le mensonge. D'ailleurs, elle n'attendit pas pour esquisser un léger rictus au coin de ses lèvres. Les mots qui suivirent furent dits d'une voix mièvre, un peu naïve, et aux accentuations qui lui étaient insupportables. « Mais vous, mon cher Orfeo, comment êtes-vous parvenus jusqu'ici ? Je sais combien vous êtes fort et courageux, mais... Ne serait-ce pas que folie de rejoindre cette ville ? » Mon dieu, ce qu'il ne fallait pas faire pour gagner un pari. Ou détourner l'attention.

Distraitement, elle caressa la lame du couteau qu'il lui avait rendu, se rassurant par habitude en milieu hostile. Ses sens étaient déployés, et le moindre frémissement attirait son attention. Marcher ainsi prenait du temps et présentait de nombreux risques mais n'importe quel moyen de transport bruyant aurait été autrement plus dangereux. Ainsi, lorsqu'ils traversèrent une zone un peu trop découverte, elle préféra murmurer. « J'ai laissé une moto en dehors de la ville. Comment êtes vous venu ? » Pour le coup, elle avait besoin de savoir s'il serait en sécurité ou non dans les heures à venir. Foutu conscience à la con.
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 233
↳ Points : 79
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Dim 12 Mar - 2:50


Thriller Night
It's close to midnight and something evil's lurking in the dark, under the moonlight you see ••• Ils s'en étaient sortis. Enfin, tout était relatif, ils étaient juste parvenus à quitter le cimetière. Les rues-mêmes n'étaient plus sûres à New-York. D'ailleurs, Orfeo restait tendu, sur ses gardes, par rapport à ce qui se passait autour de lui mais aussi par rapport à Cameron. Dans un tel lieu, il était compliqué de faire confiance, même avec quelqu'un que l'on connaissait. Supposément puisque le pompier s'était rendu compte qu'elle n'était pas tout à fait celle qu'elle prétendait être. Comme quoi, parfois, il fallait toujours s'attendre à tout. D'ailleurs, l'italien se demandait s'il n'aurait pas mieux valu pour lui qu'il conserve le poignard. Histoire de pouvoir se défendre. Bon, dans le pire des cas, il pourrait toujours tenter les illusions, il ne pouvait les maintenir que quelques minutes mais c'était toujours ça de pris. Juste le temps qu'il fallait pour fuir loin. Pour retrouver la voiture qui l'avait mené jusqu'ici. Et dont le chauffeur lui avait couté une blinde. Heureusement qu'il ne le paierait qu'une fois dans la voiture et sur le chemin du retour. Sinon, l'uatre aurait certainement déjà fui. Vite et loin. Une lâcheté à laquelle Orfeo n'en voulait pas. C'était humain après tout, et une réaction logique pour survivre.

Cameron semblait étonnée par les questions. Bon, elle n'avait pas tort d'un côté, ce n'était pas le bon moment vu que des zombies pouvaient arriver de partout, malgré l'escalade du portail en fer, ils n'étaient pas cantonnés au cimetière. Ils pouvaient sortir de n'importe où. Sauf qu'Orfeo avait besoin de réponses. Et que la situation... Il s'en foutait pas mal. Il n'était pas certain de la recroiser une fois de retour à la Nouvelle-Orléans. Aussi, la question concernant le rôle joué lui semblait primordiale. Parce que ça l'embêtait de ne pas savoir, ça l'emmerdait d'avoir été pris pour un con, un mec que seules les "femmes fatales" un peu bêtes intéressaient. Après, peut-être qu'elle devait lui soupirer des informations, sauf que dans un tel cas, elle s'était trompée de frère. Son aîné était bien mieux placé que lui pour en donner, après, on ne pouvait pas l'approcher. Et il n'était pas du genre à faire dans les sentiments, sa froideur était plus que reconnue. Enfin, il ne comprenait pas et là était tout le problème. Orfeo pensait trop, faisait trop attention à ce genre de détails, ne lâchait rien une fois qu'il avait une interrogation. Mais merde, il avait récupéré une conscience et un cerveau en tombant à Darkness Falls, autant s'en servir au maximum et s'interroger sur tout...

La jeune femme commença à se mouvoir, se dirigeant vers l'extérieur de la ville. Un regard en arrière puis le sorcier la suivit. Il resta neutre à l'attaque verbale de Cameron. Les nerfs craquaient, c'en était normal. Elle avait beau l'air expérimenté en termes de combat, la situation restait critique. Et lui n'en avait plus rien à foutre. Darkness Falls vous dis-je, ça vous change un homme... Et, évidemment, elle ne lui répondit pas. Enfin, pas concrètement. L'ironie lui fit lui jeter un regard déprimé. Bordel... Et puis, il n'aurait toujours pas sa réponse. Alors il lui faudrait se faire à cette idée. Définitivement. La suite, dégoulinant d'un ton mièvre qui l'agaçait plus qu'autre chose, ne lui arracha qu'un mince sourire.

"Il est toujours mieux de poser les questions tant que je vous ai encore sous la main, même si le cadre ne semble pas des plus chaleureux."

En apparence, il semblait s'être détendu. Comme si le danger était passé. Rien ne pouvait être plus faux. Il continuait de vérifier du coin de l'oeil à droite et à gauche, histoire de ne pas se faire prendre par surprise dans un guet-apens. Personne ne savait ce qui se cachait à New-York. Personne.

"Vous recueillir ? Pourquoi pas après tout..."
Un léger silence, histoire de signaler qu'il ne la croyait pas mais qu'il ne reviendrait pas dessus. Pour le moment. "Et abandonnez ce ton, plus sérieusement. Je ne comprends pas ce que vous essayez absolument de faire, mais ça en devient franchement agaçant."

Finalement, lui aussi attaquait, à cause de toutes les pressions qui émanaient de ses lieux. C'était normal. C'était logique. Et pourtant, réagir ainsi face à une femme l'emmerdait. Parce que Lucrezia lui avait toujours appris à respecter les femmes dans cette nouvelle époque. Et qu'il avait l'impression d'être le pire homme de l'univers avec son comportement en cette fin de journée. Evidemment, c'était à mettre sur le compte du stress, mais ce n'était pas une raison non plus pour continuer dans cette direction. Il murmura un vague "désolé" alors qu'ils entraient à découvert. Super. Il ne manquait plus que ça. Ses muscles se tendirent légèrement, prêts à parer le moindre assaut. Comme s'il était suffisamment réactif, suffisamment intelligent pour faire une telle chose. Il n'avait aucune notion en combat, si ce n'était celle qu'il avait apprise sur le tas en Enfer. Encore et toujours l'Enfer. Il revenait souvent ces derniers temps. Un souvenir ancré, accroché au fond de sa mémoire, dont il ne parvenait pas à se débarrasser et qui le bouffait de l'intérieur. C'était là. Et quoi qu'il fasse, ça ne partirait pas.

"Quelqu'un m'a emmené. C'est étonnant, seriez-vous en train de vous inquiéter ?"


Un murmure, doublé d'un sarcasme bien présent. Un moyen de défense face à la situation pour le moins tendue. D'ailleurs, il venait de remarquer qu'il n'avait pas vraiment répondu à Cameron concernant sa présence ici. Et il ne rectifia pas le tir. De toute façon, elle non plus ne lui avait pas répondu. Elle était passée outre, offrant un mensonge même pas caché... Donc, il pouvait se permettre de passer le tout sous silence. Seules leurs respirations brisaient le silence. Ils parviendraient peut-être à traverser le lieu sans problème... Ah, il s'agissait bien de mots qu'il ne fallait pas avoir. Quelques bruits attirèrent son attention. C'était léger. Et ça ne ressemblait en rien à des zombies ou autres créatures. Peut-être que c'était son esprit qui les créait, trop perturbé par le nouveau silence installé après tant d'action. Oui, ce devait être ça...


© 2981 12289 0

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Thriller Night {Orfeo/Cameron}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Thriller Night - Soirée d'Halloween
» GROUPE 1 : thriller night
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-