AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  If you die... {part two} (ft.Armstrong²)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Lun 24 Oct - 18:02


Je me redresse soudain, en sursaut, incapable d’entièrement me souvenir des dernières heures. C’est mon lit, ma chambre, mon hôtel. Et j’ignore totalement comment je suis arrivée ici. Des fragments de souvenir envahissent mon esprit à peine éveillé et c’est la douleur, qui se rappelle à moi en premier. Par réflexe, j’amène mes mains sur mon ventre, là où la plaie n’est pas entièrement refermée. L’argent a été extrait, mais est resté suffisamment longtemps dans ma chair pour laisser quelques séquelles, qui mettront plusieurs heures voire jours à disparaître. Néanmoins je ne souffre plus autant… Physiquement. A chaque seconde qui passe, mon esprit s’affute, retrouve pied et se remémore les évènements passés dans le bureau de Luke… Non de Windsor. L’horreur de son acte me choque, moi qui fait pourtant pire chaque jour. Ce n’est pas tant le meurtre qui me pose souci, mais bien son réalisateur. Ce n’est pas lui. L’homme que j’aimais, que… j’aime, n’est pas un tueur et surtout pas avide de vengeance sanglante. C’est mon rayon. Je suis le bras armé du roi des mots. Ce n’est pas son rôle ni sa nature que de se mouiller les mains. Ses attaques sont psychologiques, bien plus dévastatrices. Mon Luke est ce type d’homme, qui n’a pas besoin de bouger un cil pour faire souffrir. L’homme que j’ai vu à l’œuvre plus tôt, n’est pas mon Luke. Ce n’est pas celui que je connais. Luke est mort.

C’est cette pensée qui tourne en boucle dans mon esprit, qui embrouille ma tête et fait palpiter mon cœur trop ardemment. Mes souvenirs de la journée passée semblent s’arrêter après cette scène qui a dévasté mon âme sans lui laisser le moindre répit. Le reste s’est écoulé dans un flou duquel je ne parviens pas à démêler le vrai du faux. La voiture de luxe, ma tête sur ses genoux, sa main contre ma peau fiévreuse ou bien ses mots, si incertains. Tout cela ressemble bien plus à un rêve que la réalité, je dois néanmoins en avoir le cœur net. Peu pudique, j’enfile une nuisette rouge que je recouvre d’un fin déshabillé noir avant de quitter ma chambre, à la recherche de ceux qui se sont occupés de moi. Je ne tarde pas à tomber sur mon acolyte, Zeke, qui m’impose sa face inquiète, que je trouve attendrissante malgré le côté niais de la situation. « Raconte moi ce qu’il s’est passé. Mon attention était défectueuse et je veux être certaine d’être au courant de tout. » Il hésite. Je le sens dans son regard ainsi que dans son attitude. Probablement sait il que quelque chose ne va pas me plaire alors il n’ose pas, mais je le force, d’un regard noir, à tout déballer. S’il s’impressionne peu, habituellement, de mes crises de colère, cette fois il soupire et finit par tout me dire. « T’étais dans les bras d’ce type. Windsor. T’étais blessée, j’ai demandé à Mick de prendre soin d’toi. Et… Je savais pas quoi faire du ministre. Je savais pas s’il était responsable ou pas. Je savais pas si tu voudrais lui parler ou pas. Alors je l’ai fait enfermer au sous sol. Il est attaché. Mick l’a soigné après avoir extrait l’argent de ton organisme. Enfin… Plus ou moins. Disons qu’il saigne plus quoi. »

Chaque mot alimente une fureur qui ne tarde pas à devenir visible sur mon faciès fatigué par la blessure. Que la confiance n’ait pas été accordé à mon époux, je peux le concevoir. Que personne n’ait daigné lui offrir une chambre, quitte à l’enfermer dedans, ça me met hors de moi. C’est pourtant d’un ton calme que je finis par reprendre. « Windsor Armstrong, doit, systématiquement bénéficier d’un traitement de luxe. La prochaine fois je ne serais pas aussi clémente. » Je le traite comme le moindre de mes subalternes. Ca l’énerve, je l’infantilise et je compte bien jouer sur ça pour le punir, plutôt que d’utiliser mes techniques habituelles. Sans rien ajouter, je finis par lui tourner le dos et ne lui accorde plus aucune attention. Je suis de toute façon, entièrement concentrée sur ce qui m’attend en bas. Sur qui m’attend en bas.

Bientôt devant la porte de ce qui me sert de cachot, je pose le front sur le bois humide et prend une grande respiration pour m’imposer un visage neutre de toute émotion. Il me faut plus de temps qu’estimé, je n’ouvre la porte qu’au bout de quelques minutes. Mes pieds nus foulent les pierres froides du sous sol de mon hôtel, alors que mes yeux se posent finalement sur lui. Mon cœur loupe un battement, deux battements, avant de reprendre une course affolée qui énerve mes sens et réveille la douleur physique, qui fini par s’associer à celle de mon esprit qui gamberge. Plusieurs secondes, je l’observe, me remémore la scène dans le bureau, qui m’a empli d’horreur alors et qui continue à me blesser durement. « Que tu as changé mon amour… Je ne l’ai jamais cru jusqu’ici… Force est pourtant de constater que je suis plus mariée à l’homme de ma vie. » Le murmure m’échappe et ne parvient probablement pas à son oreille. Je suis trop loin et parle trop faiblement, néanmoins le dire à haute voix me permet de mieux constater la réalité. Ce n’est plus qu’une chimère, enfin éloignée. Luke n’existe plus. Il m’est donc plus facile de m’approcher pour passer mes doigts fins dans ses cheveux, en une caresse douce, qui se transforme néanmoins en poigne lorsque je tire pour le forcer à me regarder. « Le jeu est terminé Armstrong. Tu as perdu ! » Mon ton se veut dur, mon corps se veut coriace, quand mon regard s’impose avec cruauté. Seul mon cœur dément tout cela, en battant la chamade, néanmoins accompagné de ma main, qui se brûle de ce contact pourtant anodin…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Mar 25 Oct - 0:11

Tel le corps qui comble chaque vide laissé par un organe manquant, la personnalité de Windsor se façonne. A moins que ce ne soit celle de Luke. Peut être les deux. Le brouillard navigue dans son esprit, prend possession de ses incertitudes, de ses doutes et, inévitablement de ses craintes. Nombreuses sont elles à vibrer en lui au son d’une mélodie brisée, celle de ce prénom énoncé par sa bouche. Elle qui se devait d’être la gardienne de l’homme qu’il était sans vouloir totalement se l’avouer. Il voulait la briser. La briser comme l’aurait fait Luke bien que celui-ci n’aurait jamais pu s’atteler à cette tache. C’est bien ici que se trouble le risible de l’histoire, à vouloir se convaincre d’être devenu un ordre pour la détruire, ce n’est que lui qui s’est éveillé pour blanchir la noirceur de cette ambition. Pourtant ça ne lui suffit pas. Rien ne suffit à cet homme qui s’est toujours empressé d’obtenir tout ce qu’il désirait. Savoirs, pouvoirs, contrôles, terres, femmes. Alors qu’au final, la seule capable de le sauver et de le détruire est justement celle qu’il convoite et désir depuis des siècles à présent. De l’étrangeté de ses nuits aux vives et chaudes couleurs de DF aux journées sans odeur, sans couleur de son errance décadente, elle était là. Nappée sous une ombrelle de velours, attisant ses pensées dans un sens comme dans l’ombre. Elle a su s’arguer de le faire vibrer de 1000 façons sans qu’il n’y puisse rien. Marionnettiste d’une étincelle brillante, farouche et chatoyante, a quel moment est-il devenu la marionnette de l’étincelle ? Etincelle devenue flamme. Flamme devenu foyer que le chasseur a voulu détruire puis retrouver. Inlassablement oscillant rêve, illusion et dégout. Que la lame perce son corps encore et encore. Que les jours sans fins de DF nourrissent ses excès, ses nuits, ses craintes, ses désirs inavoués. Et la femme allongée contre lui ne semble en rien affaibli par l’attaque mais davantage par la découverte de ce qu’il est devenu. Si l’inquiétude ne palpitait pas dans son cœur, il jubilerait d’une telle situation mais rien de tout cela ne fait sens pour le Ministre. Cette situation ne l’enchante pas mais le brûle comme ce contact avec l’épiderme de sa femme alors que celle-ci vient d’imposer une forme de divorce qui n’avait jamais autant pris place entre eux. Même la mort n’aurait rien pu y faire.

Les deux pièces sont pourtant là, collées l’une à l’autre. Elles ont été polies et façonnées par chacun d’eux pour ne pouvoir se vendre que par paire. Indiscutablement, l’attraction se nappe d’une ferveur dérangeante alors que Windsor lutte pour reprendre pied là où il a clairement chuté. Encore une fois. Il s’est brisé de ses propres croyances. Il s’est leurré en se sentant apte à détruire sa vie alors que son emprunte était encore clairement apposé sur son être. Et c’est certainement pour cela, que ni Luke ni Windsor ne peuvent se résoudre à l’abandonner. Qu’importe son désir à elle de le faire alors qu’elle a su à plusieurs reprises se perdre dans leur jeu. Les notes de leur mélodie sont hésitantes, brusques, parfois manquantes à mesure que le débat s’installe dans un corps blessé. Le ministre passe une main contre son flanc puis sa cuisse et en trouve déjà trop de sang. Sa vue se brouille pour s’accorder à son esprit. Les images valsent autour de lui avec ardeurs, se rappellent à ses prunelles comme des promesses avortées, celles-ci disparaissent dans une pluie de cendre écarlate. Cette même couleur qui enfonçait l’enfer dans sa pire robe. Un instant il lui semble que son être procède à un effacement massif de donnée, un lâcher prise qu’une part de lui se refuse de faire. Ses yeux s’agitent dans le confort de ses prunelles, il tousse, crache du sang et s’éveille lorsque la voiture s’arrête. Difficilement le chasseur tire sa femme, la porte de nouveau. D’une voix faible mais autoritaire, il ordonne à son chauffeur de l’attendre et de faire le nécessaire s’il ne revenait pas d’ici 36h.

Pour les avoir grimpés à de nombreuses reprises, le ministre n’avait jamais remarqué à quel point il y en avait, des marches. Un grognement fait écho à l’ouverture de la porte. Dans un ultime effort, il s’approche d’un des hommes de sécurité. Celui-ci s’empresse de récupérer sa patronne, non sans donner un coup de pied à Windsor qui jure tout en s’échouant sur le sol. Le ralentie fait peine à voir. Au sol, le voila à terre. Son sang s’écoule encore un peu. Le flux n’est pas exceptionnel mais les minutes rendent cela plus dangereux. Mais lui, il constate le plafond. L’ouvrage le fascine un instant. Ce bâtiment leur ressemble tellement. Les Armstrong aimaient la beauté quitte à l’acquérir de manière bien moins appréciable visuellement. L’architecture de cette pièce, les ornements, les peintures… tout ressemblait à cette époque révolue. Un bref instant, avant que des hommes ne l’attrapent pour le trainer tel un vulgaire ivrogne, le ministre voit au travers des yeux de sa femme. A cette époque où elle n’était rien pour le monde et où le plafond était le seul décor qu’elle pouvait toucher. L’époque où elle devait rêver de toucher le ciel sans l’apercevoir de sa plus grande majestueuse. L’époque où c’était elle qu’on trainait au sol tel l’immondice qu’elle représentait pour le monde. Cette erreur de la nature. Loin de lui accorder le réconfort d’un instant de paix ou une lueur de compassion cela l’anime d’une douleur rageuse. Douleur d’être de nouveau destitué de sa place. Une place qu’il a toujours considéré de droit. Et encore une fois son visage s’impose comme la cause de ce tourment, de cette situation, de ce sentiment. Elle est une nouvelle fois l’arme et semble se destituer du remède. Sa conscience disparait alors sous un nuage de coups apporté par une lame bien plus tranchante que 1000 couteaux. Cette lame gravée de son prénom. Marie.

Sa femme brise chaque recoin de l’univers qu’il s’était de nouveau façonné. A présent ligoté sur une chaise, son souffle a du mal à s’extirper de sa bouche. Une grimace s’applique sur ses traits en sentant ses blessures. Amer rappel des heures passées et des heures à venir. Le voici dans une cage. Une cage. Lui. Windsor. Lui. Un ministre. Lui. Son époux. La colère n’a pas le temps de s’immiscer que déjà la rage récupère le trône. L’inquiétude pour sa femme disparait alors derrière un brouillard de doléances auquel il s’agrippe avec force. La haine. Il a besoin de la haine et non de l’amour qui dessine chaque courbe de sa femme dans son esprit. Elle est sa vie. Elle est la deuxième face de sa pièce, l’aimant si nécessaire à sa survie mais elle est surtout son poison. Corrosif malgré son gout succulent. Elle est leurre d’un souffle de vie. Une résurgence de ce qui devrait plus exister, ni dans ce monde, ni en enfer, ni dans ses fibres. Marie n’est rien. Une pierre. Un maudit caillou sur lequel il est dangereux de marcher. Un caillou brulant, incandescent. Il le sait mais son âme s’étire vers la confirmation de sa jumelle, vers les battements de son cœur. Cet organe qui n’a de cesse de faire vibrer ses entrailles depuis des siècles. Le temps ne veut pas éradiquer ce qu’il a façonné de ses doigts aguerris. Et pour cela Windsor la haine d’autant plus. Le contrôle. Il ne cherche que cela. Le contrôle. Sur sa vie. Sur ses rêves. Sur ses nuits. Sur ses points. Sur ses sentiments. Sur Marie. Pourtant il sait n’avoir jamais réellement eu d’emprise sur elle, pas totalement puisqu’il se laissait lui-même polir sous ses doigts délicats et aguerris. Pendant qu’il en faisait son arme, elle en faisait un roi. Un roi jusqu’à ce qu’elle s’autorise à brûler son trône. Puis une fois encore, lorsqu’elle foule le sol de sa geôle, Windsor rate un battement tout en sentant la lame percer son cœur. Une douloureuse contracte lors d’un sursaut vibrant d’un amour sincère. Une plaie à l’âme. Et le vide disparait, l’esprit trouve refuge en un personnage sûr de lui. Le maitre du jeu. Celui sûr ne s’extirpe de son inconscience qu’en ressentant l’électricité du touché de sa femme.

Tel des poignards dansant, jouant avec l’adverse, ses prunelles se posent dans ses jumelles. Le ministre se persuade. Investie l’illusion du contrôle pendant que ses poings se resserrent derrière son dos. La balance n’est plus équilibrée. L’ensemble ne tient qu’à un fil qu’il tente d’entretenir pour la briser. Oui. La briser comme elle le brise depuis ce premier coup de couteau. Luke. Rede. Windsor. Tous le savent, tous le sentent, tous le lisent dans chaque fibre de ce corps usé et frénétique : ils ne peuvent exister qu’ensemble. L’électricité à chaque souffle de l’autre. La chaleur à chaque présence. Les souvenirs au détour d’un regard. Le besoin de fuir la proximité pour s’octroyer le luxe d’un semblant de contrôle. Tout ceci n’est que la chorégraphie allant de paire avec une mélodie bien plus ancienne que ce monde. Et s’ils l’ont tous compris malgré eu, l’être face à elle ne peut se permettre de perdre le contrôle une énième fois. Pas pour elle. Pas avec elle. Elle est sa vie. Il est sa vie. Elle est sa mort. Il est son fardeau puisque la mort ne pourra lui être donnée de ses mains.

Marie ne comprend pas. Elle ne voit pas. Ne sent pas. Et en cela, malgré elle, Marie perdra. A vouloir détruire ce qui ne peut être détruit, elle ne peut qu’attiser l’obscurité naissante de leur relation, cette part d’ombre qui pollue une réalité, un amour, un cœur, un être humain. « Tes yeux sont obscurcies Mon Amour. A bien des égards, cette situation réveille une toute autre continuité à notre jeu… » Et son sourire s’étend avec une intensité retrouvée bien que sur des minutes comptées. Il s’approche, enfonce son regard dans celui de sa femme, mélange son souffle au sien. « Luke est mort par tes soins… n’es-tu pas curieuse de faire l’amour avec le monstre que tu as façonné de tes mains souillées ? » Flottement. Le silence règle puis il recule le visage avec ce même sourire rajoutant une étincelle dans un regard qui n’a appartenu qu’à Rede. Un rire narquois s’échappe. « La pierre est devenu joyau. Le joyau a brisé le saphir. Le saphir est passé pierre. Le jeu ne sera jamais fini. Nous sommes la même pièce. Tu es mienne. Je suis tien. Le feu brûle et nous brûlera encore. Toujours. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Dim 6 Nov - 23:16


Mes doigts tremblent soudain dans sa chevelure, perdent un peu leur prise, que je m’empresse de raffermir, de peur de perdre le peu d’ascendant que je possède sur lui à cette seconde. Je n’aurais pas du le toucher, je n’aurais pas du m’approcher autant. Sa présence si proche réveille des instincts toujours plus vifs après les derniers évènements. Cet homme n’est plus mon époux, cela est une certitude, mais il reste néanmoins cet homme qui a partagé tant de ma vie. Celui qui m’a éveillée et transformé en sa meilleure arme. Je suis la face cachée de son être. C’est ce qui me chagrine tant finalement. S’il est devenu le monstre que j’ai cru apercevoir, quelle utilité peut-il y avoir pour moi maintenant. Si lui, seul, peut utiliser les deux faces de sa personne, je ne suis plus qu’un rien dans son existence. Un trophée pour orner son bras, sans plus d’importance que n’importe quelle greluche avec laquelle il a pu coucher. Mes yeux esquissent une once de peine, qui se transforme rapidement en ouragan. Ce n’est pourtant pas moi. Je ne deviens pas paranoïaque. Je ne minimise pas mon importance. Ce n’est pas moi. Et pourtant, à cette seconde, je me sens plus démunie que jamais, alors que je m’imagine une seconde dans une vie sans lui. Pas encore. Je ne veux ni ne peux me défaire de ce besoin de l’avoir à mes côtés. D’une façon ou d’une autre. Ses propos viennent balayer cet état de fait en une seconde, remplaçant la douleur de l’avoir perdu par l’agacement d’abord, puis la rage, qui vient envahir mes prunelles de son acidité. Mes dents se serrent et ma mâchoire fini par durcir un peu plus mon visage, qui se ferme à chaque seconde de ses mots de plus. Le Luke que je connais n’est pas entièrement mort. Il réside là, quelque part, dans l’âcreté de ses paroles que je voudrais lui faire avaler d’un coup bien placé.

Je n’en trouve cependant pas la force alors il continue à s’exprimer dans une provocation qui devrait être mienne. Il est pourtant à ma merci, assis et attaché sur une chaise, dans mon propre sous sol. Dame de ces lieux, je suis celle qui devrait mener la danse et lui faire subir dix mille outrages, pour tous ses discours qui n’ont qu’une seule motivation, me blesser. Mon corps se tend un peu plus et alors qu’il termine sa proposition salace, je finis par lâcher ses cheveux, dans un mouvement trop agressif pour pouvoir ensuite prétendre que je ne ressens rien. Dans mon mouvement, je lance sa tête vers l’avant et lâche un grognement de frustration à son encontre. A pas prudents, je m’éloigne de lui, de l’attraction qu’il exerce sur moi, mais me retourne d’un coup sec lorsqu’il reprend ses propos, m’offre de nouveau cette métaphore. La douleur de ce mouvement m’arrache une légère grimace, que je dissimule rapidement derrière un masque d’impassibilité J’avais l’habitude de sourire tendrement lorsqu’il me comparait à cette pierre dure, qui cachait un joyau. Seulement à cette seconde, je ne ressens plus qu’une douloureuse pique dans le cœur. Une seconde, mon regard s’éteint de nouveau, avant que je ne détourne les yeux vers un mur poisseux d’une humidité désagréable. La vue n’est pas idéale, mais tout est préférable à cet azur, qui me rend folle à chaque seconde.

Dos à lui, mains désormais posées sur le mur dégoûtant, je pousse un profond soupir, avant de me retourner vers lui de nouveau, un brin calmée par cette profonde respiration prise. « Dire que j’étais furieuse quand j’ai appris qu’il t’avait mis dans ce cachot. Pourtant, je me dis maintenant que tu as du y croiser quelques uns de tes semblables. Petit rat insignifiant. » L’insulte fuse entre mes lèvres serrées, le ton crache ces trois mots dans un mépris évident, en réponse à son sourire narquois qui me rend folle. Malgré moi, j’entre dans sa danse, répond selon ses attentes à toutes les attaques qu’il lance à mon égard. Je le connais par cœur, je sais ce qu’il cherche à faire. Pourtant attentive à chaque piège posé, j’y saute à pied joint à chaque fois, car incapable de lui offrir l’indifférence qu’il mérite pourtant. Dans un sourire, je décide donc de nouvelles règles et relègue la colère au fond d’une facétie dont je suis coutumière. « Tout n’est qu’un jeu pour toi mon amour ? Tu n’avais pourtant pas l’air amusé, lorsque je l’ai remporté une première fois. Tout comme tu n’avais pas l’air amusé à mon arrivée dans cette pièce. Ce n’est pas un jeu Windsor. Parce que tu ne t’amuses pas. Tu souffres. N’est ce pas contradictoire ? » Paupières closes une seconde, je ramène inlassablement mon regard dans le sien, avant de répondre à son défi, dans un sourire carnassier. Lentement, j’ouvre mon déshabillé, pour le laisser glisser de mes épaules. La caresse du tissu fin réveille ma peau abimée de quelques tremblements, qui amènent une chair de poule sur mes bras. Dans un chuintement, le vêtement termine à mes pieds, que je finis par bouger, dans une lenteur toujours calculée. La douleur physique est là, dans tout mon être, mais je la tais, pour m’avancer, féline, vers ma proie. Une cheville enjambe ses genoux, sur lesquels je viens m’assoir finalement. Si proche de lui… et pourtant si lointaine.

« Je ne suis plus tienne depuis des années Armstrong. Je ne suis plus tienne depuis que tu as fait d’autres femmes tiennes après moi. Je ne suis plus tienne. Je le refuse. Je t’offre mon image. Je t’offre des souvenirs. Mais je ne suis plus tienne. » Mes mains viennent enlacer sa nuque avec une justesse qui m’amène un sourire encore un peu plus moquer. « Quand à goûter la chair de ce nouveau toi… Ca ne m’intéresse pas mon cher. Tu n’es pas l’homme qui me hante et me manque. Tu n’es pas l’homme qui a subi mon courroux. Tu l’as fait disparaître dans ta quête insensée de vengeance. Si tu n’es pas capable de le faire revenir, alors tu n’es qu’inutilité. » Mon regard dur contraste avec mon sourire si doux, si moqueur et sa froideur dénote réellement avec la chaleur de mes membres sur lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Lun 7 Nov - 21:52

Les flammes dansent alors autour d’eux. Il peut aisément les imaginer, sentir leur chaleur et leur brulure qui marque ses prunelles dans une synchronisation qui les dévore. Autrefois, ces flammes embrasés leur esprit, embrasés leur corps, embrasés leur âme. Le résultat n’en était que plus flamboyant. Aujourd’hui c’est la destruction que cela appelle. Un besoin irrépressible de se sauver en abandonnant ce qui était pourtant son souffle. Ce besoin de ressentir de nouveau une expiration qui est la sienne et non celle que créait la présence de Marie. Ce besoin d’éradiquer l’apnée vécue à une situation qui le brule depuis sa mort et ne cesse de l’incendier depuis sa survie. Il veut vivre. Vivre pour lui, loin d’elle et de son emprise. Pourtant il sait, comme ses comparses, que la réalité n’est pas celle-ci. Qu’elle soit déplaisante à leurs yeux, elle irradie par cette simple vérité : ils se sont créés. Ils sont une pièce. Un joyau. Destructeur. Explosive. Nocif. Windsor le lit dans ses yeux autant qu’il y découvre la réciproque dans son reflet. Ils sont mordus. Elle est touchée. Les mots gardent encore ce pouvoir sur elle, sur autrui. Elle qui devrait pourtant le connaitre assez bien pour évacuer tous les effets qu’il tente d’amener. Pourtant, elle s’enfonce dans sa perdition, offrant au ministre toute la satisfaction de son emprunte sur elle. La colère agrippe alors ses gestes et c’est avec violence que sa femme fait retomber la tête de Windsor. Sa réponse se fait dans un sourire vainqueur. Ses yeux se perdent rien du spectacle qu’elle lui offre. Il en profite même pour se redresser davantage. Oubliant la douleur physique. Oubliant la douleur qui nait de ce combat vain. La frustration ne parvient pas à faire sa place sur le trône de ses priorités. La rage l’assène de coup, se veut plus dominatrice, plus ascendante sur le message qui tente de se frayer un chemin. La douleur ne fait qu’attiser la haine. La douleur se mêle et ne fait aucune différence de ses causes. Comment faire la différence entre les blessures physiques, les atteintes de leur jeu, la souffrance de voir leurs souvenirs communs brûler à chaque parole, la crainte stupide de l’achever par ses mots et de perdre son fil de vie.. ? Comment ?

« Dire que j’étais furieuse quand j’ai appris qu’il t’avait mis dans ce cachot. Pourtant, je me dis maintenant que tu as du y croiser quelques uns de tes semblables. Petit rat insignifiant. » Furieux. Furieux c’est ce qu’il est derrière ce masque d’indifférence, derrière ce masque de mesquinerie, de violence verbale, de contrôle. Furieux c’est ce qu’il est depuis 300 ans. Furieux c’est ce qu’il est à chaque fois qu’il la voit. Furieux c’est ce qu’il ressent à chaque pensée pour elle. Furieux. Furieux d’aimer. Furieux de détester. Furieux de ne pouvoir la tuer. Furieux de ne pouvoir la briser. Furieux de l’aimer. Furieux d’être incapable d’avouer. Furieux de ne pas savoir haïr l’amour. « Je vois que toutes ces années n’ont rien arrangé à ton élocution… » Le pique se veut tranchant puisqu’elle a toujours voulu s’exprimer avec autant précisions que lui. Avec autant de tranchant que lui. Pourtant, elle n’a cessé d’utiliser des lames. « Tout n’est qu’un jeu pour toi mon amour ? Tu n’avais pourtant pas l’air amusé, lorsque je l’ai remporté une première fois. Tout comme tu n’avais pas l’air amusé à mon arrivée dans cette pièce. Ce n’est pas un jeu Windsor. Parce que tu ne t’amuses pas. Tu souffres. N’est ce pas contradictoire ? » Sa langue est pourtant bien affutée. Parfaitement ajustée à l’épaisseur de sa propre peau, c’est surement pour cela que ses mots l’attaquent directement au corps. La seule lueur nait de son absolu certitude que la réciproque est vraie. Qui s’amuse de ce jeu ? Quel sourire est vrai ? Quel sensation est la plus réelle ? Le désir de briser ou l’électricité qui palpite à chaque regard, ce cœur qui s’emballe, ses veines qui explosent ? L’homme a toujours su trouver ses limites et si aujourd’hui, il a conscience d’avoir outrepassé celles si sans garde fou, il n’en est pas moins assez stupide pour croire qu’elle n’est plus à ses yeux. Qu’elle ne pourrait pas, en cet instant faire ce qu’elle veut de leur corps, de leur âme. Elle est un poison autant qu’une nymphe.

Windsor. Windsor. Luke. Rede. Rede. Luke. Windsor. Les profils s’interposent. Les pensées s’entrechoquent. Les espoirs deviennent craintes. Les craintes s’approprient la place d’espoir. Puis inversement. Les croyances roulent dans ses yeux, parcourent son âme mais ne peuvent en aucun cas, contredire cette vérité. La souffrance marque ses fibres et plus encore lorsqu’il craint que la réciproque n’existe peut être pas. Peut être plus. Puisque Luke est décédé à ses yeux, qu’est-il à présent pour elle ? Quelle place ? Quelle existence ? Il était son roi, son sauveur, son amant, son prescripteur, son centre, son univers. Il aimait cette place. Il aimait le fait d’être celui qui avait fait d’elle, ce splendide joyau. Il aimait la manière qu’elle avait eu de le façonner également, d’orienter sa vie, de jouer avec lui. Il aimait et craint de ne plus savoir qu’aimer ses souvenirs dans une mélancolie qu’il réfute pourtant. Son contraste le rend fou. Son contraste l’extirpe de son assurance, de ce contrôle. C’est là qu’elle choisit de le catapulter plus de 300 ans en arrière alors qu’une promesse sonnait entre eux mais qu’elle voulait briser. Une volonté qu’il n’avait pas pu entraver tant la réciproque était violente en lui. Luke la voit. Luke voit Marie. Luke voit Marie pour la première fois. La situation est pourtant bien différente et le parallèle pique son âme avec force. Pourquoi est-il si peu capable de se sauver lui-même ?

Son corps s’installe sur Windsor dans une justesse qui l’enflamme sans qu’il ne daigne montrer quoique ce soit. Le contrôle, il l’a retrouvé par anticipation. Pas reflexe. Par nécessité. Se sauver. Survivre. Non, Vivre. Vivre sans elle. L’écraser. C’est ça que la rage clame. C’est ça que son être clame. C’est ça que son âme… « Je ne suis plus tienne depuis des années Armstrong. Je ne suis plus tienne depuis que tu as fait d’autres femmes tiennes après moi. Je ne suis plus tienne. Je le refuse. Je t’offre mon image. Je t’offre des souvenirs. Mais je ne suis plus tienne. » La tension s’installe dans ses prunelles, elle alimente la rage, comme la douleur jusque là. Veut-elle réellement tuer Luke ? « Quand à goûter la chair de ce nouveau toi… Ca ne m’intéresse pas mon cher. Tu n’es pas l’homme qui me hante et me manque. Tu n’es pas l’homme qui a subi mon courroux. Tu l’as fait disparaître dans ta quête insensée de vengeance. Si tu n’es pas capable de le faire revenir, alors tu n’es qu’inutilité. » Quête insensée de vengeance ? N’est-ce pas la vengeance qui a fait de la jalousie une parfaite excuse pour l’achever ? Briser ses promesses ? Eradiquer ce qu’ils étaient ? N’est-ce pas ce besoin de se venger qui l’a entrainé à tuer Luke ? N’est-ce pas elle qui a brisé Luke ? Y croit-elle vraiment ? Puisse-t-elle être aussi stupide ? Et cet fin. Et cette fin lui arrache le cœur. Lui arrache un peu de contrôle. Lui arrache un peu de Luke. Lui arrache un peu d’amour. Va-t-il finir par haïr l’amour ? Celui-ci. Le Ministre détourne alors le regard pour laisser naitre un léger rire prenant progressivement en octave. Un rire bien souvent partagé en sa compagnie. Un rire bien souvent étalé face à un être médiocre sans que celui-ci ne le comprenne. Un rire que Marie connait. Puis ses yeux se plongent dans ceux de sa femme. « Merci » Sourire. « Merci de m’offrir cette douce vérité, il semblerait que mon esprit était obscurcie par le plaisir du corps durant toutes ces années. Quel joyau peut-il exister de la stupidité même d’un être tel que toi ? Pourquoi avoir voulu t’offrir l’égalité et la liberté alors qu’en réalité seule ta beauté ne semble avoir un souffle de vie ? » Il secoue la tête, rit avec légereté. « Croire que la vengeance n’est que mon domaine. Croire que j’ai tué Luke. Croire qu’il est mort par ma faute, par ma volonté. Croire que 300 ans au monde des morts est de mon fait. Croire que Luke aurait pu revenir sans s’être sacrifié. Croire qu’il pourrait se tenir devant toi. Croire que ce corps pourrait encore exister, revenir. » La colère chatouille la rage. La rage se nourrit de la douleur. La douleur s’intensifie à chaque mot, chaque souvenir, chaque rappel, chaque sensation refoulée. « Tu t’es vengée. Tu m’as tué. Tu m’as enfoncé ton couteau dans ma peau. Tu as brisé définitivement notre mariage. Tu as frappé encore et encore pour t’assurer de ma mort. Tu as choisi pour nous. Tu as choisi pour moi. Tu m’as envoyé en enfer. Tu m’as forcé à tuer à mon tour. Encore et encore. Tu m’as forcé à y prendre gout. Tu m’as contraint à me nourrir de la peur des autres, de ma haine contre toi, de mon amour pour toi. Tu m’as donné la raison de ma survie. Tu m’as abandonné. » Le ton se veut plus dur. Sans appelle. Ses traits se durcirent, ses muscles se tendent. Chaque mot appelle un souvenir. Une sensation. Un désir. Une peur. »[/color] [color=#30A494] « TU m’as tué ! » Et Luke se dresse d’un bon, propulse sa femme en l’air qui s’échoue sur le sol. Continuant de parler, il s’approche et explose la chaise contre le mur à côté d’elle. « Encore et encore. Avec tes lames. Avec ton souffle. Avec tes mots. N’as-tu rien compris ? Tu es la seule à pouvoir me tuer et c’est précisément ce que tu as fait aujourd’hui… » Il s’approche, se baisse légèrement. « Ma pauvre… tu es si stupide… Ta misère reste graver en toi, dans chacun de tes organes, dans chacune de tes respirations. Tu n’es qu’une erreur. » Une erreur qui le brise et l’échauffe. Le soigne et le détruit.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Jeu 26 Jan - 12:36


La rencontre avec le sol est rude, elle brise mon cœur de même que mon corps, alors que ses mots retentissent et m’assaillent cruellement. Je sais qu’il ne fait que tenter de me faire du mal, qu’il acère le tranchant de ses paroles pour me blesser un peu plus, mais malgré ce savoir, je tombe rapidement dans le panneaux alors que mon palpitant s’agite désespérément sous l’assaut. Il sait où frapper et chaque discours ressemble à un uppercut qui attaque ma mâchoire cruellement. Pourtant, je parviens à faire fi, pour relever un regard de défi vers lui. Je dois me forcer et réussir à ignorer ses piques, pour enfin mettre un mot sur ce combat qui nous agite et nous détruis à chaque seconde de plus.

« … enfin… » Le murmure échappe mes lèvres alors que je relève le visage vers lui. Sa tirade s’est tûe alors qu’il se dresse au dessus de moi. S’il semble avoir repris le contrôle de l’échange, je sais qu’il n’en est rien, alors que je pose mes paumes au sol, que je plie les coudes pour me redresser et qu’enfin, je reprends ma position debout. Ma blessure s’est très légèrement ouverte de nouveau, mais je sens les chairs se refermer aussitôt alors que je termine de me redresser, pour lui asséner une seule petite réplique. « Enfin tu laisses la vérité décorer tes lèvres, sans te dissimuler derrière une pathétique barrière. » Mon regard darde le sien alors que mon ton remonte suffisamment pour se montrer incisif. « Tu te caches derrière un venin détestable et des mots qui le sont tout autant, mais enfin la vérité s’impose. Tu crois que mes mots la mettent en lumière, mais ce n’est pas le cas. Ce sont les tiens qui la dévoilent entièrement. Ton ressentiment envers moi est légitime, mais totalement inutile. » Et finalement, alors que mes épaules se sont remontées, pour lui offrir ma plus belle assurance, elles finissent par s’affaisser et mes bras croisés retombent le long de mon corps. J’abandonne une seconde mon masque d’assurance, pour lui offrir une facette dont il n’a plus l’habitude. « J’étais furieuse Luke… pardon Winsdor. Ce jour là. Le jour où j’ai enfoncé ce couteau dans tes chairs. J’ai été aveuglée par ma rage et cette promesse que tu as bafoué. Tu as probablement oublié depuis mais… je t’avais demandé de me rester fidèle, je t’avais fait promettre et… tu as promis. Cette promesse que tu n’as pas tenu… Savoir ses mains sur toi, ses lèvres sur toi. Je n’ai pu réprimer cette impulsion de douleur si intense, qu’elle a pris possession de moi. Tu m’as rendu folle, dans tous les sens du terme. » Une larme, fourbe, s’échappe de mon œil, pour finalement rouler sur ma joue alors que mon discours s’enfonce dans des explications qui ont pris deux cent ans de retard. « Notre mariage… Il ne s’est pas éteint lors du coup de couteau. Il s’est éteint lorsque mes yeux se sont posés sur vos silhouettes enlacées. Mon cœur s’est fissuré à cet instant et je n’ai jamais été capable de le réparer depuis. Tu as creusé un trou si profond que je suis incapable de le combler, peu importe à quel point j’essaye. »

Ma respiration s’effile à chaque mot qui m’échappe, mais maintenant que je suis lancée, je me sais incapable de revenir en arrière. « Et alors que je me croyais déjà à terre par ta faute, j’ai découvert aujourd’hui qu’il ne reste en définitive plus rien de l’homme que j’ai épousé et aimé. Que ça soit ma faute ou la tienne n’y change rien… » Je lâche les armes, les dépose à ses pieds, à sa disposition pour qu’il assène un coup fatal. « Je suis miséreuse en effet… et une erreur, c’est certain. Pour notre bien à tous les deux, nous n’aurions jamais du nous rencontrer, ni nous laisser aller à la passion, ni tomber amoureux. Ma misère n’est pas dans mes gênes, mais dans la tristesse que tu m’as apportée. Mon erreur n’est pas de croire que tu es responsable de notre déchéance, mais d’être tombée pour toi. » Cruels, ils deviennent, mais je ne m’interromps pourtant pas maintenant. D’un pas, puis de deux, je comble la distance entre nous, avant d’attraper ses doigts des miens, dans un geste qui se veut d’une douceur intense. « Je la referais pourtant. Mille fois. Cette erreur… Je la ferais éternellement. Pour simplement revivre tous ces bons moments que l’on a partagés. Notre histoire a été tellement plus belle qu’horrible. C’est bien pour cela que ceci est si difficile. Pour toi comme pour moi. Parce que nous sommes uns. Parce que nous ne pouvons qu’être ensemble. Même séparés, nous faisons partis l’un de l’autre. Et peu importe la douleur, nous appartenons l’un à l’autre. Pour toujours. Et ce ne sont pas quelques lignes sur un papier qui obligent cela. C’est simplement la destinée qui l’impose. » Lentement, je passe mon autre main contre sa hanche et me hisse sur la pointe des pieds, pour lui offrir un très chaste, très éphémère baiser, mais qui signifie beaucoup plus que le reste de mes mots, qui s’en vienne pourtant alors que je détache mes lippes. « Je suis désolée… Je n’ai jamais voulu faire disparaître Luke. Je l’aime… » Les derniers mots se fondent dans un soupir alors que je finis par m’éloigner de lui pour accrocher mon dos à la porte derrière moi et enrouler mes bras autour de moi, dans une tentative stupide de me protéger de l’afflux de sentiments contradictoires qui m’assaillent.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Dim 26 Fév - 23:15

Une erreur qui construit son tombeau. Il le voit dans ses prunelles comme d’un reflet de ce qu’il dégage en cet instant. De cette peur de disparaitre à nouveau en enfer. De ne plus exister, une fois de plus. De risquer d’être ce qu’un homme ne peut s’autoriser à devenir sauf, sauf si celui-ci n’a aucune considération de ce que peut être l’évolution, le pouvoir, l’humain. N’est-ce pas la rage de Luke qui s’extirpe de ses lippes, de ses veines, de sa rage ? N’est-ce pas lui qui se dresse pourtant et l’abjecte de tout son venin afin de la détruire comme elle le détruit par ce tombeau ? Veut-elle encore le pousser dans celui-ci ? Il semblerait que ce soit une activité dans laquelle elle excelle. Il semblerai qu’elle soit le parfait instrument pour cette dure besogne aussi détestable que ce soit pour lui, elle, elle semble aimer ce constat. La mort de Luke lui est-elle si douce qu’elle se prend au jeu une seconde fois ? Le Ministre sent cette haine se muer et prendre progressivement plus le pas dans sa cage thoracique. C’est une aubaine, bientôt pourra-t-il dessiner les plans de son tombeau à elle ? Sans Luke, rien ne lui fera plus plaisir que de la briser. Profiter de cette rage qui bouillonne pour s’armer et détruire l’objet de tant de souffrance. L’objet de tant d’amour, de passion et d’horreur. Windsor le sait, Luke n’est pas une entité à part entière. Il est un tout. Il est une partie de lui. Windsor est autant Luke que Rede. Ils sont un tout. Une évolution. Une évolution que Luke aurait répugnée. Qu’il répugne. Et ces jumelles, ces yeux, ne font que lui offrir l’intime conviction que la mort ne serait pas le repos escompter. Il aimerait lui dire mais il en est incapable. Sa rage broie ses prunelles et ses veines, emportant son cœur et sa respiration dans une autre conviction, plus mortelle, plus salvatrice du moins dans l’immédiate. La tuer. Ici. Maintenant. « Enfin tu laisses la vérité décorer tes lèvres, sans te dissimuler derrière une pathétique barrière. » Son souffle s’extirpe de ses narines dans une volonté de retenir la rage qui pourrait la briser. N’est-ce pas tout ce qu’il veut pourtant ? « Tu te caches derrière un venin détestable et des mots qui le sont tout autant, mais enfin la vérité s’impose. Tu crois que mes mots la mettent en lumière, mais ce n’est pas le cas. Ce sont les tiens qui la dévoilent entièrement. Ton ressentiment envers moi est légitime, mais totalement inutile. » Pourquoi parle-t-elle ? Pourquoi tente-t-elle de se mesurer au pire de ce qu’il est, elle qui vient de sceller Luke dans un caveau ? Il devrait la museler. Fracasser sa mâchoire contre le mur lui semble tout à fait respectable comme réaction. Il semble que Rede s’extirpe de son dortoir pour exprimer toute sa gratitude à Marie. Lui faire découvrir ce que la mort réserve aux individus comme elle. Comme lui. Qu’elle sente que sa définition de la noirceur n’est en rien égale à la puissante vérité. L’absolue nécessité de survie peut tout transformer. Tout engendrer. Et seulement après, après ça. Après avoir vécu la mort. Après avoir vécu l’enfer. Après être devenu pire que sa propre définition du pire, elle saura. Elle comprendra. Elle aimera. Et seulement à ce moment là, elle reviendra. Elle le verra, Luke. Son Luke. Elle le verra vivre dans ces prunelles bleutées et sanglantes. Elle le trouvera. « J’étais furieuse Luke… pardon Winsdor. » La claque tombe. Encore. Comment peut-il continuer de croire, d’espérer qu’elle puisse l’appeler encore Luke ? Elle veut l’abattre. Non. Elle l’a tué. Si elle ne voit plus en lui ce que Windsor tente de faire revivre, alors pourquoi combattre ? Qui être aujourd’hui ? Qui être demain ? « Ce jour là. Le jour où j’ai enfoncé ce couteau dans tes chairs […]Tu as probablement oublié depuis mais… je t’avais demandé de me rester fidèle, je t’avais fait promettre et… […]Savoir ses mains sur toi, ses lèvres sur toi. […]Tu m’as rendu folle, dans tous les sens du terme. […] Mon cœur s’est fissuré à cet instant et je n’ai jamais été capable de le réparer depuis. Tu as creusé un trou si profond que je suis incapable de le combler, peu importe à quel point j’essaye. » La larme glisse sur sa joue. Windsor/Luke/Rede, tout le monde, le voit. Il la voit. Glisser, créer un sillon sur ce visage tant aimé, tant parcouru. Où est passée sa hargne ? Où est passé sa volonté de destruction ? Où est passé le jeu ? N’y a-t-il plus d’intérêt à cette guerre ? Personne n’est prêt à se laisser chuter dans cette réalité. Cette réalité qu’il lit aisément dans son regard alors qu’elle s’approche. Pour la première fois, son reflexe se veut de reculer et s’il ne le fait pas, l’intention est gravée dans ses prunelles.

Elle a tort. S’ils existent c’est pour ce jeu, aujourd’hui plus encore qu’hier. Elle a tort. Elle ne peut avoir raison. Elle ne peut que s’empourprer dans la mélasse que lui offre son ignoble existence. Elle ne peut que suivre ce jeu. Que suivre les règles. Elle le lui doit. Elle en est la cause. Il n’a en rien jeté les armes comme elle ne peut se laisser le plaisir d’oublier ce qui fait d’eux, une erreur de la nature. Eux, pas elle. Juste eux. Ensemble. L’erreur de l’univers qui a programmé l’amour dans une destruction massive. C’est d’ailleurs ce que Marie s’applique à faire. Dans ses yeux, dans sa voix, dans ses gestes. Elle abat les armes avec encore plus de férocité. Se soustraire à l’incendie qu’il venait de déployer n’est qu’une tricherie de sa part. Violente et dévastatrice tant le Ministre est incapable d’opter pour une stratégie de réponse. Il ne sait que lâcher à son tour. Il ne sait qu’hurler de nouveau. Il ne sait que frapper, quoi respirer. L’air lui semble plein de souffre. Ne serait-ce pas son cœur qui se consume lui-même ? N’est-ce pas la sensation, acre, d’une histoire de vengeance qui brûle intensément ? Une historie de vengeance qui a formé son souffle pour compenser son absence à elle. Son choix à elle. Sa vie à elle. Leur pièce est si douloureuse dans sa poitrine. Marie a tort. Elle ne peut exprimer ces vérités. « Et alors que je me croyais déjà à terre par ta faute, j’ai découvert aujourd’hui qu’il ne reste en définitive plus rien de l’homme que j’ai épousé et aimé. » « Silence… »Il s’exprime d’abord pour lui, presque inaudible. Que ça soit ma faute ou la tienne n’y change rien… » « Silence » Plus fort cette fois. « Je suis miséreuse en effet… et une erreur, c’est certain. Pour notre bien à tous les deux, nous n’aurions jamais du nous rencontrer, ni nous laisser aller à la passion, ni tomber amoureux. « Silence. SILENCE ! » Il crie. « Ma misère n’est pas dans mes gênes, mais dans la tristesse que tu m’as apportée. Mon erreur n’est pas de croire que tu es responsable de notre déchéance, mais d’être tombée pour toi. » « SUFFIT ! » Alors, c’est ainsi qu’on perd la vie ? Quand l’autre nous efface de son âme, de ses prunelles, de son monde ? Alors, c’est ainsi qu’on meurt à cause d’une passion trop grande ? D’un rêve illusoire ? D’une rencontre ? C’est ainsi que ce qu’on croyait inhérent à notre simple subsistance explose pour disparaitre ? La haine l’a mené à survivre, à la confronter, à la détester, à vouloir la détruire. L’amour l’a poussé à l’haïr. Dans chacun de ses choix, pourtant, un seul dénominateur commun : l’absolue certitude d’une mélodie constante. D’une mélodie éternelle. Une pièce, deux côtés. Une pièce, deux amours similaires. Une pièce, deux avenirs intrinsèquement liés.

« Je la referais pourtant. Mille fois. Cette erreur… » L’électricité picore soudainement son épiderme, enflamme son corps, ses veines, dans un étrange tourbillon. L’ascension le secoue tant la chute a été forte. Comment est-il parti si bas dans son estimation de vie ? Rede, Windsor, que faites vous ? « Je la ferais éternellement. Pour simplement revivre tous ces bons moments que l’on a partagés. Notre histoire a été tellement plus belle qu’horrible. C’est bien pour cela que ceci est si difficile. Pour toi comme pour moi. Parce que nous sommes uns. Parce que nous ne pouvons qu’être ensemble. Même séparés, nous faisons partis l’un de l’autre. Et peu importe la douleur, nous appartenons l’un à l’autre. Pour toujours. Et ce ne sont pas quelques lignes sur un papier qui obligent cela. C’est simplement la destinée qui l’impose. » Ses doigts se resserrent autour de ceux de sa femme. Celle qui ne pourra être une inconnue, même dans d’autres vies. Son visage est durci mais ses yeux comptent milles étapes dans ce comte qu’elle délite avec douceur et précision. Elle reste une lame à elle toute seule et ne touche que du bout des doigts une autre vérité. Une vérité qu’elle n’est pas prête à entrevoir tant l’égoïsme lui obstrue la vue. Tant la vérité est douloureuse pour l’homme en face d’elle. Elle se joue de lui alors que l’amour qui le berce est bien plus fort que ce qu’elle lui montre aujourd’hui. Contrairement à sa vie, lui se souvient de tout. Lui se souvient de ce qu’elle lui a fait subir. Lui se souvient de ce qu’il a dû faire. Encore. Encore. Encore. Lui seul sait ce que sa présence ici implique. Et lui seul ressent cette rage de ne pouvoir se soustraire de son amour pour elle. Son pouvoir le broie autant que ce flot de paroles incessant qui le fait naviguer d’un bout à l’autre de l’océan. C’est ce constat qui rend le baiser si amer. Si dur. Il avait tort. « Je suis désolée… Je n’ai jamais voulu faire disparaître Luke. Je l’aime… » Il avait tort de croire en elle. Il avait tort d’espérer qu’elle puisse un jour comprendre. Seule la mort pourrait le lui faire toucher des doigts, lui faire éprouver ce qui les lie réellement. « Le plus bel amour est celui qui éveil l’âme, et nous fait nous surpasser. Celui qui enflamme notre cœur et apaise nos esprits », c’est ça. C’est ça le mensonge de leur vie et la vérité de leur mort. La flamme s’était emportée, désireuse de scintiller de 1000 éclats, elle en avait brûlé leurs esprits, leurs âmes détruisant le plus bel amour.

« Je vois. Je comprends mieux à présent… » Un sourire apparait, presque soulagé bien que son regard exprime une tendresse à l’orée d’une infinie tristesse. Il avait tort. Il avait tort de croire qu’il fallait composer habillement entre les phases de son passé. Il avait tort de se laisser berner par le leurre de ses identités. « En réalité, tu sauras jamais ce qui est magnifique dans notre histoire. Tu ne connaitras jamais ce que nous sommes, ce que je suis, ce que tu es pour moi. Tu l’effleures, en croyant tout comprendre mais l’ignorance te fera restée dans cette incapacité de vivre de nouveau. Comme moi. » L’homme s’approche de sa femme. « Tu parles de notre passé comme d’un idéal, pourtant c’est celui-ci qui nous a tué. Tu parles de notre lien indéfectible en l’associant à Luke, pourtant tu me dissocie de lui. Tu parles d’amour inconditionnel pourtant tu ne vois pas qui se trouve face à toi. Tu ne m’as pas écouté tout comme je ne me suis pas écouté. » Oui, il a lutté. Il s’est battu pour reprendre une vie disparue et, paradoxalement, s’est battu contre une évidence. Dans les deux cas, une peur indicible marquait son cheminement. S’il le comprend aujourd’hui, il sait pourtant que ce ne sera pas aisé d’appliquer ce changement de fond en lui. Etre lui-même alors qu’il ne sait où chercher ses propres fragments trop habitués à agir par souvenirs de ce qu’il fut un jour. « Tu as commis l’acte le plus barbare qui soit, celui qu’aucun homme n’aurait su te pardonner, celui que Luke n’aurait jamais sû te pardonner. Celui qui aurait dû briser ce lien. Pourtant, la haine s’est nourrie de cette trahison sans jamais abattre l’amour qui a vogué durant deux siècles en enfer. Ton acte m’a transformé, a créé une autre version de ce que tu connaissais de moi mais si j’ai pris les traits d’un homme de violence ne penses-tu pas que c’était pour vivre de nouveau ? » Ils sont à présent assez proches échanger leur souffle. Cette sensation l’envahit d’un nouvel attrait. Un baume guérisseur qui ne l’avait jusque là, jamais effleuré. Il murmure alors. « Marie.. tu me dissocie par ma violence alors que c’est elle qui m’a précisément pousser à survivre pour sentir de nouveau ton souffle contre moi. C’est cet étrange amour qui a nourri la violence. C’est elle qui prouve ce que nous avons. Ce que je suis. » Il ferme à moitié les yeux. « Marie… mon amour pour toi broie chaque organe alors que tu as fait de moi l’être le plus abjecte qui soit, celui que j’aurai délesté de tout attrait pour la vie tant son existence m’aurait mi hors de moi. » Il rouvre les yeux, se glissent dans ceux de sa femme. « Je ne suis ni Windsor, ni Rede, ni Luke. Je ne suis aucun d’eux. Je suis seulement l’homme que je devais être pour pouvoir te retrouver, pour vivre de nouveau. » Son absolue certitude le rassure même sans savoir si elle pourra un jour comprendre. « Ce qui est magnifique c’est précisément, ça. » Ca. Accepter. Accepter par amour. Accepter son « devenu » autant que son « devenir ». Accepter la haine. Accepter la souffrance. Accepter l’autre. Accepter que deux cents ans aient balayés chaque croyance pour en fonder de nouvelle. Accepter le changement. Le ministre recule de sorte à se retrouver dans le couloir menant à l’escalier. « Tu ne te souviens de rien, tu ne peux pas car tu devrais mourir par mes mains et parcourir 200 ans d’enfer et je ne suis pas assez fou pour t’offrir ce luxe. Il te faudra comprendre sans ça. » Il souffre de sa blessure et de chaque mot prononcé dans cette cellule pourtant, un soupire s’échappe de ses lèvres. Parce que pour une fois, peut-être, va-t-il accepter d’abandonner.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Lun 27 Mar - 19:07


Je suis emportée dans mon élan de sincérité et ignore sciemment ses propos pour ne pas cesser de parler et perdre le fil de ce que je dévoile enfin. J’ai tant gardé en moi, mes sentiments, mes rancœurs et mes colères, puisqu’elles ne concernaient personne d’autre que Luke. Même à lui, je n’ai réellement exprimé la vérité, pour ne pas le laisser prendre l’ascendant sur moi, pour ne pas dissimuler ma fierté dans la sienne. C’est pour ça que je suis entrée dans la danse, mais à cet instant, la musique s’est arrêtée. Je baisse les armes et lui offre le discours le plus honnête possible et pour ce faire, je ne peux le laisser me couper. S’il parvient à me faire perdre le peu de volonté que j’ai, à enfin lui offrir la vérité sur mes sentiments, je ne pourrais jamais reprendre ensuite. Je l’ignore donc et poursuis sur ma lancée malgré ses injonctions toujours plus intenses. Enfin il se calme, me laisse continuer mes explications, mon monologue, jusqu’à même serrer mes doigts. Cette forme d’intimité est plus intense que ce que nous avons pu partager depuis nos retrouvailles et ce n’est pourtant qu’un petit contact. Ce n’est pas tant le geste qui est important, mais surtout le long regard, que nous échangeons sans parvenir à se détourner l’un de l’autre. Je ne sais pas réellement déchiffrer le sien, qui me semble beaucoup trop humain. Ca ne lui ressemble plus. Pourtant c’est bel et bien de la tendresse que j’y lis, couplée à une tristesse sans nom. Je ne parviens pas à comprendre ce qu’il se passe dans son esprit et c’est bien mon problème. Dans le passé, nous n’avions plus besoin de communiquer pour s’entendre et se comprendre. Maintenant, je pourrais utiliser un manuel que je ne comprendrais pas plus ce qu’il cherche, ce qu’il veut ou ce qu’il veut dire.

Pourtant je l’écoute. D’une oreille avide, avec une curiosité insatiable. Suite à mon ouverture, probablement en fera-t-il de même. Peut être m’offrira t’il des bribes de réponses qui me permettront enfin de comprendre ce dont il s’agit. Je me trouve aussitôt déçue alors qu’il ajoute plus d’énigmes encore. Mon visage se tend, perd toute trace de chaleur pour rapidement devenir de marbre face aux mots blessants qu’il ne cesse d’utiliser. Mon cœur, déposé comme offrande entre nous, se voit cribler de trous à chaque point de ses phrases. Sans honte, il le piétine même et s’approche de moi, sans considération pour le mal qu’il fait toujours un peu plus. Son corps est si proche maintenant, que je sens sa chaleur autant que son souffle qui vient se mêler au mien. Il est trop proche, mais je ne recule pas. Je me contente de croiser les bras lorsqu’il remet le sujet du meurtre sur le tapis. Il ne veut pas comprendre. Peu importe le nombre de mots que je vais utiliser, peu importe le nombre de fois où je vais les prononcer. Ca ne changera rien. Il ne veut pas comprendre et ne comprendra donc pas. Il se contentera de me blâmer, pour toujours. Parce qu’il est incapable de voir sa propre faute dans ce geste. Bien sûr qu’il était abusif et impardonnable. Seulement sa motivation n’a jamais été plus enviable. Il est responsable de ma folie, même s’il continue de se dédouaner, malgré ma franche explication.

A la colère fini par s’ajouter la curiosité, une seconde, alors qu’il fini par me poser une question qui mérite longue réflexion. Seulement il ne me permet pas d’y penser, m’abreuvant immédiatement de non sens qui me font lever les yeux au ciel. De nouveau la froideur prend mes traits, mes doigts se crispent sur mes bras et je claque la langue, en un geste agacé évident. Lui s’enfonce dans une grandiloquence que je ne veux pas stopper. Je veux savoir jusqu’où s’enfonce sa folie, je veux savoir pourquoi il semble si disposé à vouloir gagner ce jeu qui n’a d’amusant que son appellation. Ma curiosité ne se voit pas déçue et je salue finalement son discours d’un franc et massif éclat de rire. Je finis par me reculer d’un pas et détourne mon regard en roulant des yeux d’un air sarcastique. « Tu es devenu l’homme que tu devais pour survivre. Là je suis d’accord. Mais ne prétend pas que tu vis. Tu ne vis pas. Tu es mort. Je t’ai tué. Et tu as eu une seconde chance, mais tu ne fais que survivre. Tu ne vis pas. Si tu vivais, tu me pardonnerais, tu cesserais de te tourmenter pour un acte vieux de 200 ans et surtout, surtout, tu n’utiliserais pas l’amour que tu éprouves pour moi, comme une excuse à ta faiblesse. » Mes mots sont à l’image de mon ton, secs et plein d’amertume. Je ne sais plus comment lui parler, je ne sais plus quoi faire pour le faire oublier sa rancœur et mettre les armes en retrait. Je ne sais plus quoi faire pour lui donner satisfaction, d’une façon autre que celle qu’il attend. Alors je tente, j’essaye de m’immiscer dans sa tête, pour le comprendre et être plus précise. « De ce que je comprends mon amour, tu as été envoyé en enfer pour tes pêchés. Là bas, pour survivre, tu as imité l’atrocité, tu as cherché à survivre pour me revoir, pour te venger ? Et te revoilà parmi les vivants. Et que fais-tu ? Tu te pourris la vie à essayer de pourrir la mienne ? Redescends sur Terre. Je n’ai rien à perdre. Puisque j’ai tout perdu lorsque tu es décédé. »

Cette fois ma voix se brise juste assez sous la force de l’aveu prononcé. Je n’ai jamais osé dire ces mots à voix haute, mais en vérité, ils sont bien plus honnêtes que le moindre de mes propos. « Tu ne peux plus me faire plus de mal. Tout simplement parce que je suis morte en même temps que toi. Mon enfer a été bien différent je l’admets. Seulement ne va pas croire que je suis sortie saine de ce meurtre sur ta personne. » Je me suis punis tout autant que lui lorsque j’ai décidé d’abattre ce couteau entre nous. Et pourtant je ne le regrette pas une seconde. « Je ne veux pas de Windsor. Je ne veux pas de ce Rede non plus. Je veux que Luke revienne. Si tu n’es pas capable de me le donner, je n’ai plus rien à te dire et tu ferais mieux de retourner dans ton enfer. Parce que si tu n’es pas capable de me le donner, c’est que ta place t’y est réservée… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Dim 30 Avr - 15:23

Abandonner. Abandonner cette lutte. Abandonner ces identités qui s’accrochent et se délitent. Abandonner ses anciennes croyances. Abandonner ce jeu. Abandonner ce jeu qui n’en est plus un depuis que le premier cri s’est extirpé de ses lippes. Abandonner ce qu’il espérait pouvoir redevenir. Abandonner ce qu’il espérait faire à Marie. Abandonner…. S’abandonner. L’abandonner. Le peut-il seulement sans effacer ce qui le lie à elle ? Peut-il avancer sans elle dans ses traces ? Sans elle à ses côtés ? Il devrait. Il devrait y parvenir puisqu’il a passé 230 ans sans elle. Sans son souffle juste ses cicatrices. Et ça… n’est-ce pas un mensonge ? Elle était là, fourbe et insidieuse. Elle marquait ses nuits et elle alimentait ses jours. D’amour puis de haine. Il serait tant préférable qu’elle comprenne cette vérité. Qu’elle lui accorde la vie de son identité présente et ne le pousse pas à se battre encore pour être ce qu’il ne sera plus. Il a perdu. Elle a perdu. En observant la cage d’escalier, il le sait déjà, sortir d’ici mettra un mur entre eux. Il s’arrête donc stoppé par le rire, stoppé par la peur. Même ses 230 années n’ont pas permis à l’extirper de ses songes, alors comment exister au XXIe siècle sans elle ? Le peut-il ? Son regard se pose sur elle, sans pourtant se retourner. Il hésite toujours à grimper ces marches, arrêter ce qui ne fonctionne pas. Arrêter cette scène qui semble satisfaire aucun d’eux. Arrêter cette débâcle que personne n’écoute. Son rire trahit que rien n’a pris sens pour elle et ce constat fait disparaitre l’espoir. Il aurait tant aimé qu’elle comprenne. « Tu es devenu l’homme que tu devais pour survivre. Là je suis d’accord. Mais ne prétend pas que tu vis. Tu ne vis pas. Tu es mort. Je t’ai tué. Et tu as eu une seconde chance, mais tu ne fais que survivre. Tu ne vis pas. Si tu vivais, tu me pardonnerais, tu cesserais de te tourmenter pour un acte vieux de 200 ans et surtout, surtout, tu n’utiliserais pas l’amour que tu éprouves pour moi, comme une excuse à ta faiblesse. » Un soupire s’échappe alors qu’il ferme ses paupières. Pourquoi ne l’entend-t-elle pas ? Et si elle a raison sur le décès de Luke, il n’y a aucun doute qu’elle ne semble pas vivre davantage. Qu’est-ce cette vie qu’elle s’est choisie ? Qu’est-ce cette manière de ternir ce qu’elle était pourtant devenue en sa présence ? Elle reste imprégnée de lui mais tâche à ne pas le montrer, ni même le voir. Rien ne semble réellement sortir d’une pure vérité, le mensonge est tant présent dans leurs actes respectifs que cette conversation n’en est que plus stupide. Comment lui faire comprendre ? Comment se faire entendre ? Doit-il grimper ces marches sans un regard en arrière, la laisser croire que le pardon ne sonnera jamais ? Lui faire croire qu’il est enfermé dans ce jeu ? Dans sa propre peur de ne pas savoir conjuguer le présent et le futur sans elle ? Sa voix s’extirpe de nouveau du silence, moins froide, moins rude. « […] Redescends sur Terre. Je n’ai rien à perdre. Puisque j’ai tout perdu lorsque tu es décédé. » Sa voix se brise et énonce une première vérité. Ou plutôt, une autre vérité puisque plusieurs ont été prononcé en cette journée. Ce n’était pas prévu ainsi. Rien ne devait se passer ainsi mais il avait su ce jour là au royal que ses plans si minutieusement préparés ne fonctionneraient pas. Elle était trop… en lui. Indivisible.

Luke se tourne lorsque sa femme reprend la parole. Dire qu’il ne parvient pas à se satisfaire de ce qu’il entend. En vérité, l’époux le savait déjà quelque part sous la couche de rancœur uniquement façonné pour ne plus mourir de nouveau par ses mains, pour ne plus revivre ce qui les a détruit et pourtant… et pourtant le voici ici, face à elle, à lui exprimer ce qu’elle ne veut pas comprendre. A entendre ce qu’il n’était pas près à entendre. A voir ce qu’il n’est pas près de voir. Parce qu’elle enchaine et de la douceur d’une vérité, elle le perfore de nouveau. Pourquoi s’acharne-t-elle a lui parler comme elle parlerait à l’homme du passé pour ensuite le retirer ce droit ? Pire, l’enterrer de nouveau. Abandonner. Abandonner n’est pas dans ses habitudes. Abandonner n’est pas facile pour le Ministre mais il le sent en lui, il ne peut plus rien faire d’autres. Elle n’entend pas. Elle ne veut pas ou n’est pas encore prête. Elle n’est plus ce qu’elle était et ne semble même pas le reconnaitre. Elle. Lui. Ils sont un tout qui aurait dû passer les âges, évolué ensemble pour continuer d’exister ensemble mais les enfers ont brisé leur ligne. Ca doit être ça, oui. Oui, précisément. Il doit vivre sans ses yeux pour lui rappeler qu’en effet, le monde est de nouveau sous ses pieds. Il doit vivre sans son regard contre lui. Pourtant… pourtant, il laisse ses propres yeux s’enfoncer dans ses jumeaux. Peut-il seulement se détourner ? Abandonner. Toujours cet acte. Marie a raison sa faiblesse n’est pas l’amour qu’il lui porte mais le peur de parvenir à vivre sans. Il juge cela impossible mais est-ce vraiment le cas ? Un soupire pourrait s’échapper tant la réponse a cette question lui est férocement admise : c’est impossible. Une conviction qui ne devrait pas l’ébranler bien qu’il ait passé tant de temps à vouloir se venger. Ne lui fallait-il justement pas ça pour se croire capable de vivre sans elle ? La haïr au point de ne plus faire battre ce qui reste de leur amour.

Le ministre inspire profondément et expire en se détournant de sa femme. Que peut-il faire d’autre ? Si elle n’est pas capable de voir qu’il est là, d’entendre qu’il est là, que peut-il faire de plus ? Si elle aime Luke, elle est restée 230 ans en arrière, dans un passé révolu dans lequel elle ne saurait vivre à présent. Ni lui ni elle ne pourrait. Son amour ne semble pas capable de le sentir. De le…. L’homme se tourne de nouveau vers elle et met fin à la distance qui les sépare. Sans un mot, il s’immisce dans ses prunelles, s’immisce dans ses courbes, contre sa peau. Ses doigts se glissent sous ce voile qui l’invite simplement à outrepasser sa présence. L’électricité est immédiate, la décharge ranime ses blessures autant physiques et que psychiques. Il sait. Il sait que cela est a ses risques et périls. Il penche sa tête, quitte l’incandescence de son regard pour poser un baiser dans sa nuque et s’approprier son ouïe. « Fermes les yeux » L’injonction se veut douce mais nécessaire. Ne prenant pas le temps de vérifier, il continue la démonstration. Parce que c’est précisément, une démonstration, une preuve. Si elle n’est ni capable de le voir, ni capable de l’entendre peut être le sentira-t-elle ? Peut-être comprendra-t-elle que Luke est ici bien qu’en effet, il ait du changer. Luke, Rede, Windsor, tout ce qui forme l’homme en face d’elle, n’ont aucun doute sur les gestes à effectuer, les baiser à déposer, les respirations à donner. C’est une habitude qui fait vivre son corps, les barrières s’abaissent, la douleur s’infilte autant que la passion qui découle de chaque sensation. Une main se place dans son dos et glisse sur celui-ci de sorte à remonter vers son épaule, décocher son bras et l’étendre au dessus d’eux. Ses doigts chatouillent la peau de son avant bras avant d’encercler ceux de son épouse, plaqués sur le mur peu confortable mais qui rappelle une autre époque. Son autre main s’est appropriée le contour de son sein droit. Ses lippes jouent, quant à elles, avec l’épiderme de son cou pour suivre ensuite une ligne droite s’échouant à son nombril. Leurs mains se sont ainsi séparées pour qu’il soit presque à terre devant elle. Son index tire alors sur la dentelle qui le prive de cette zone de plaisir. Il tire juste assez pour y déposer un baiser entre la cuisse et le bas-ventre puis se redresse doucement sans quitter son épiderme. L’une de ses mains agrippe sa cuisse et la caresse tout en la montant contre lui. Son corps se presse, son souffle devient rauque et ses envies plus imaginatives. Il pourrait la prendre ici, l’emporter dans leur passé pour lui indiquer leur avenir. Il pourrait l’aimer ici, la haïr de sa mort en l’aimant plus ardemment encore. Il s’enflamme plus encore qu’auparavant. Elle est sa femme. Il est son époux. Elle est tout. Il veut qu’elle le retrouve, qu’elle le sente, l’entende. Il veut qu’elle l’entende hurler son nom, hurler sa présence, sa survie, Sa VIE.

Alors, lorsque ses lippes s’approchent de son visage, il bifurque de nouveau vers son oreille. « Je suis là mon amour… Le jeu est fini depuis qu’on s’en est pris à toi. Le jeu est fini depuis le premier cri. Le jeu est fini mon amour… je ne fais que t’aimer. Encore et depuis toujours. T’aimer. » Sa langue s’extirpe pour gouter de cette saveur tant rêvé, tant aimé. « Vivons mon amour. Vivons dans ce présent. Vivons ensemble. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: If you die... {part two} (ft.Armstrong²)   Mar 23 Mai - 0:11


Je ne m’attends pas à cette réaction de sa part. C’est étrange comme il peut encore me surprendre, après tant d’années. Je pensais le connaître par cœur, mais cette impulsion m’est étrangère. Prise au dépourvue, je me laisse faire sans velléité. Pire, j’obéis à son injonction et ferme les yeux, prête à me laisser aller au désir qui veut reprendre ses droits. Au fond de moi, je cherche à retrouver les sensations qu’il veut me faire passer. Sa démarche est louable, agréable et je me perds dans ce début d’étreinte. Etrangement passive, je m’évade lentement dans un passé révolu, qu’il sait réveiller avec une facilité déconcertante. Chacun de ses gestes est acté. Il sait parfaitement quoi faire pour me rendre folle, pour me faire défaillir facilement. Et je me perds. C’est éphémère. Un désir qui se mourra dans quelques temps, qui s’évanouira et partira dans les limbes. Sauf si j’en décide autrement. Sauf si l’on en décide autrement. Nous pourrions nous retrouver. Redevenir les époux que tant maudissaient dans les temps passés. Cette malédiction que nous imposions sur notre passage. Nous pourrions redevenir entiers. La décision est nôtre. Mes mains viennent agripper sa chemise lorsqu’il remonte vers mon, lorsqu’il s’aventure dans mon cou.

Et soudain la réalité revient, alors que ses mots viennent s’échouer contre mon tympan. Mon cœur vrille en l’entendant si sincère, si touché par les évènements récents. Je n’étais pourtant pas la cible, ça j’en suis certaine. Lui l’était. Au sein de ce gouvernement il n’a, à mon goût, pas sa place. Et il semblerait que d’autres soient d’accord avec moi. Pourtant ce n’est pas le sujet actuel. C’est sa douleur qui me touche, qui me pousse à le considérer de nouveau. J’effleure l’idée une seconde, avant de me refrogner sèchement. Rien ne changera. Le temps a passé, l’homme s’est effacé au profit de la bête mais ses travers sont probablement toujours présents. Il saura me faire du mal de nouveau. Juste un geste déplacé envers une femme pourrait me plonger encore une fois dans cet abîme dont je ne suis jamais réellement sortie. Ma gorge se serre soudain, alors que je lâche ces mots dans un souffle. « Je ne… Je ne peux pas… » Mes mains, sur son torse, glissent soudain alors que mes jambes se dérobent. Je fuis son étreinte sans le chercher lorsque mes forces m’abandonnent. Ce n’est pas ma blessure qui m’affaibli ainsi, mais mon palpitant, qui s’affole et se déchire sous les assauts terrifiants de son amour. Il m’enveloppe, me prend aux tripes et me fait perdre contenance à mesure des secondes. Un sanglot enserre mon âme, m’empêche d’en dire plus alors que je finis au sol. Le froid du pavé m’arrache un frisson douloureux, mais ce n’est rien à côté de celui qui m’a pris précédemment. Cette peur intense, qui me prend et m’empêche de profiter de cette paix qu’il m’offre. Mes doigts s’accrochent à son pantalon, tirent désespérément pour l’amener à ma hauteur.

La panique me prend soudain, me force à respirer plus fort, plus vite, plus douloureusement. Je ne connais pas cet aspect de moi et cette constatation me pousse à m’alarmer encore plus. Mon souffle se fait sifflant, chaque inspiration brûle ma trachée, calcine mes poumons. Je ne peux accepter cette reddition. Cela signifierait le pardon, l’acceptation, le retour aux sources. Trois choses que je ne suis pas certaine de supporter à cet instant. Je ne suis pas prête. « Je ne… » Mes mots s’étranglent, ne veulent pas sortir et il m’est toujours difficile de respirer. Seulement je lève la tête. Je croise ses prunelles claires, que j’ai tant observée. Un frémissement se répand de nouveau, seulement cette fois je ne ressens plus cette frayeur. Le sentiment s’en est allé alors que je me rends compte simplement qu’il est injustifié. Je ne veux pas être abandonnée de nouveau. « Je ne peux pas laisser Luke revenir. Je sais, c’est contraire à ce que je viens de dire mais… S’il revient, ses habitudes le feront aussi. Windsor… Windsor est différent n’est ce pas ? Luke me trompera encore. C’est dans sa nature… Le ministre le fera t’il ? » Je dois sembler folle. Et à vrai dire je sens mon esprit délirer tendrement face à ce désarroi trop intense. Je veux retrouver l’homme de mon passé, l’homme que j’aime. Seulement il vient de me prouver par ces actes, que je ressens les mêmes choses entre ses bras. Peu importe que l’homme que j’ai tué ne soit plus. Ce sont ces sentiments qui importent. Cette profondeur qui me terrasse. Aussi je me redresse finalement, pour fondre sur ses lèvres et l’embrasser à perdre haleine. Aujourd’hui nous rendons tous les deux les armes. Peut être les reprendront nous demain. Peut être pas… Mais aujourd’hui c’est simplement l’amour qui triomphe.
Revenir en haut Aller en bas
 

If you die... {part two} (ft.Armstrong²)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-