AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Where are the clowns ? » Ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: « Where are the clowns ? » Ambre   Jeu 17 Nov - 12:15

Where are the clowns ?
ft. Ambre & Ava
C’était une fin d’après-midi typique. Ava avait passé tout l’après-midi enfermée dans ce qu’elle considérait comme sa deuxième maison. Pour une acharnée de travail comme elle, les locaux et les moyens du Gouvernement étaient une véritable aubaine. Elle était presque mieux lotie qu’à New-York. Mais pour affirmer cela, il aurait encore aurait-il fallut qu’elle ne soit pas surveillée pratiquement 24h sur 24. Car Ava était loin d’être idiote, peut-être était-elle schizophrène mais ses troubles n’enlevaient rien à son génie. Elle avait compris que, bien qu’on lui miroite une liberté presque totale, les dirigeants gardaient un œil sur ses faits et gestes. Lorsqu’elle était dans son observatoire, l’astrophysicienne ne voyait généralement pas le temps passer.

Aujourd’hui était une journée particulière. Sans réellement savoir pourquoi, Ava se sentait épiée. Au début elle avait mis ça sur le compte de la fatigue. Elle ne dormait pas beaucoup ces derniers temps. Mais lorsqu’elle revint dans son observatoire, il y avait quelqu’un. De dos Ava devina qu’il s’agissait d’un homme. Premier bon point car elle pouvait écartée la piste de son double maléfique qui annonçait souvent l'une de ses crises. Sauf que la forme du crâne de l’intrus était bizarre. « Je peux savoir ce que vous faites ici ? Je n’ai pas été prévenue d’une quelconque visite. » fit remarquer la scientifique, visiblement irritée. Elle s’avança vers l’inconnu qui gardait le silence puis se rendit compte qu’il s’agissait d’un clown. Sa tenue était particulièrement ridicule, déchirée en lambeaux. Ava parut incrédule. Était-il bien là ? En se tournant face à elle, l’étranger répondit à sa question. Il avait un masque de clown particulièrement glauque, avec une bouche qui tombait d’un air triste. Ce qui choqua la jeune femme fut le cou de l’intrus. On aurait dit que le masque était cousu à sa peau. La scientifique plaqua sa main droite contre sa bouche, horrifiée et recula de trois pas.

Jusque là l'homme s’était contenté de lancer quelques regards mauvais à la scientifique, mais soudainement il commença à envoyer valser toutes les affaires de la jeune femme, brisant son télescope. « Arrêtez ! Mais qu’est-ce que vous faites ? » s’écria-t-elle, paniquée. Elle regretta son intervention lorsque l’homme se tourna sèchement vers elle. Serrant les poings, il s’approcha d’Ava à grandes enjambées. Sans perdre une seconde, la brunette fit demi-tour et quitta les lieux à la hâte. Malheureusement pour elle, l’observatoire se trouvait dans les plus hauts étages de la tour 2 du Gouvernment Building. Par chance –et sans prendre garde à qui elle pouvait bien croiser- Ava réussit à attraper un ascenseur. Appuyée contre l’une des parois de la cabine, la scientifique reprit son souffle. Elle n’avait pas pris la peine de se retourner pour voir si le fou l’avait poursuivie. Une fois arrivée au rez-de-chaussée, la jeune femme pressa le pas pour sortir de la tour. Dans la rue, les lampadaires éclairaient le trottoir d’une lumière orange. Une drôle de brume serpentait au dessus du bitume. L’astrophysicienne se mit à regarder tout autour d’elle. Elle posa une main sur son front pour voir si elle n’avait pas de la fièvre mais sa température paraissait totalement normale. Lorsqu’elle se retourna vers l’entrée de l’immense tour, elle constata avec horreur que le clown était lui aussi parvenu jusqu’au rez-de-chaussée. Ava ferma les yeux en se murmurant pour elle-même. « Ce n’est qu’une illusion, ça va passer, ce clown n’est pas vraiment là. » lorsqu'elle rouvrit les yeux tout ce qu’elle put voir fut le clown s’approcher à toute vitesse. Et cette fois l’assaillant était muni d’un maillet.

« Ok bon finalement, c’est peut-être réel. » chuchota Ava qui commençait sérieusement à paniquer. La jeune femme ne demanda pas son reste et se mit à courir dans une direction aléatoire. Elle ne savait pas ce qui n’allait pas chez elle, et si tout ceci était bel et bien réel, qui était ce type ? Depuis 2012, les convictions scientifiques de la jeune femme avaient sérieusement été remises en question, néanmoins la trentenaire continuait de mettre un point d’honneur à trouver une explication logique à chaque chose. Enfin, quand elle n’était pas poursuivi par un clown déchaîné.



_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1235
↳ Points : 1199
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Where are the clowns ? » Ambre   Dim 20 Nov - 2:26


Where are the clowns ?
Il faut remarquer que la fiction, quand elle a de l'efficace, est comme une hallucination naissante: elle peut contrecarrer le jugement et le raisonnement, qui sont les facultés proprement intellectuelles. ••• Ses yeux s’accrochèrent à son reflet dans le miroir. Les cernes s’étaient creusées depuis sa sortie de l’arène. Non pas que la peur l’empêchait de dormir, bien au contraire, elle n’avait aucun souci de ce point de vue-là mais d’autres soucis se sont greffés à ça. Déjà, son bras gauche limitait ses mouvements, enserré comme il l’était dans les bandages. Et aussi, elle avait recroisé Tristan, qui lui avait fait comprendre qu’elle leur devait toujours les logiciels et les informations demandés. Bordel, il aurait pu l’oublier avec le choc… Mais non. Et elle était toujours bloquée, incapable de se débarrasser d'eux. Vaas aurait été seul, il n'y aurait eu aucun problème. Mais son cher ami était parvenu à fouiller suffisamment pour la faire chanter. Elle ne savait pas ce qu'il était. Elle ne savait pas qui il était réellement. Mais il était doué. Très doué. Et ça Ambre le reconnaissait sans aucun souci. D'ailleurs, elle aurait même pu trouver ça drôlement amusant et jouer avec. Sauf qu'elle en était la cible. Et qu'elle devait faire attention. Peut-être qu'il n'avait pas seulement des talents d'espion et de manipulateur. La shadowhunter pensait à un tueur. Un assassin. Il en avait le sang-froid après tout. En tout cas, il avait une place toute particulière dans sa mémoire. Elle ne se ferait pas avoir.

Elle se passa un peu d'eau froide sur le visage pour se réveiller. Il fallait qu'elle arrête de se prendre la tête avec tous ces détails. Un petit rire monta dans sa gorge. Si seulement c'était possible... Son cerveau était incapable de ralentir, incapable de ne pas s'accrocher à chaque détail du monde qui s'étendait sous ses yeux. Parfois, Ambre se demandait combien de temps elle le supporterait. Combien de temps elle pourrait continuer à fonctionner au maximum de ses capacités sans s'auto-détruire. Ce n'était même plus humain à ce stade-là. Nouveau regard dans le miroir. Toujours aussi vide. Elle aurait bien aimé qu'il y ait autre chose que deux iris différentes. Puisque cette "particularité" obligeait les gens à la regarder droit dans les yeux. Et à finir complètement liquéfier par la froideur et l'inexpression qu'ils y voyaient. Bon, tant mieux d'un côté, elle n'avait pas à faire semblant et à discuter avec les autres. De l'autre, cela l'obligeait à n'avoir pour seule compagnie qu'elle-même. Et creusait un peu plus le gouffre avec les sentiments. Un léger soupir quitta ses lèvres tandis qu'une cloche sonnait dans le couloir.

La jeune fille sortit de la pièce pour se retrouver dans l'un des couloirs des bâtiments gouvernementaux. Elle était de garde ici pendant quelques jours. Depuis qu'un homme avait agressé un peacekeeper il y a peu. Alors, les dirigeants avaient décidé d'ajouter des shadowhunters aux effectifs. Et c'était sur elle que c'était tombé. Bon, en réalité, elle avait aussi appris qu'il fallait empêcher à certaines personnes de sortir des bâtiments. Dossiers classés secrets sur lesquels elle n'avait pas plus d'informations. Qu'importait, elle suivait simplement les ordres. Une silhouette lui passa devant au pas de course, l'obligeant à se plaquer contre le mur. Ambre haussa un sourcil, la suivit du regard quelques secondes avant de reprendre son chemin. Jusqu'à ce que ses collègues lui rentrent dedans. Ou plutôt se retrouvent avec son poing dans la gueule puisqu'elle n'appréciait pas torp qu'on veuille la bousculer. Et.... Leur supérieur débarqua à cet instant. En quelques mots, la shadowhunter se retrouva avec une nouvelle mission. Poursuivre la scientifique qui s'était enfuie. Super. Comme si elle n'avait que ça à foutre. Cependant, elle se contenta de serrer les dents et de faire demi-tour. Pour s'élancer à la poursuite de la femme. Pourquoi était-elle partie si soudainement ? C'était un mystère qu'Ambre voulait aussi éclaircir maintenant qu'on lui en avait fait part. Comme quoi, elle changeait d'avis et de pensées plus rapidement que de chemises.

Heureusement que sa cible n'avait que quelques secondes d'avance sur elle. Sinon, Ambre n'aurait jamais pu la suivre ou même la retrouver. Puisqu'elle était une simple humaine, pas un putain d'animal avec des sens développés ou un sorcier doté de pouvoirs. Elle était incapable de suivre une trace qu'elle ne voyait pas, à son grand désespoir. Bref, aujourd'hui, il n'y avait aucun souci. La silhouette féminine était dans son champ de vision, elle n'avait qu'à lui courir après. Et avec son uniforme noir, personne ne venait la faire chier. De toute façon, elle aurait tranché des têtes si une seule personne avait osé se mettre en travers de sa route. Sauf que sa cible courrait vite. Dans des sens totalement aléatoires. Essayait-elle de la semer ? Ou était-ce lié au hasard ? C'était étrange en tout cas. Mais il ne fallut pas plus de dix minutes à Ambre pour la rejoindre, lui attraper le bras et l'obliger à s'arrêter sans le moindre ménagement. Heureusement qu'elle était entraînée et que son corps n'avait pas trop subi de contrecoups de l'arène.

"Maintenant on se calme et on reste là. Vous êtes sortie de votre laboratoire sans autorisation, vous êtes priée d'y retourner dès maintenant sous peine de représailles."


Bon, là, elle inventait peut-être un peu trop. Le dossier concernant son interlocutrice, elle ne l'avait pas lu. La partie qu'elle pouvait tout du moins. Elle ne s'appuyait que sur les bruits de couloir et les explications de son supérieur. En somme, assez peu pour son cerveau maniaque des informations. Enfin, ce n'était pas la question du jour. Elle gardait la main fermement serrer autour du poignet de sa cible tandis qu'elle capta son regard effrayé. Ambre jeta un coup d'oeil derrière elle. Personne. Peut-être que c'était elle qui lui faisait autant peur. Ce qui serait cocasse vu son gabarit. Donc... Elle n'avait pas trop d'autres options qui lui venaient à l'esprit.

"Pourquoi être partie si rapidement ? Une de vos expériences a mal tourné ?"


Autant essayer de comprendre un minimum en la ramenant dans les bâtiments du Gouvernement...

© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Where are the clowns ? » Ambre   Jeu 1 Déc - 11:23

Where are the clowns ?
ft. Ambre & Ava
Sa course fut brutalement stoppée. A l’instant même où Ava pensait avoir trouvé son salut dans la fuite, on entravait son rêve en la retenant par le poignet. La scientifique s’arrêta pour faire face à la personne qui la retenait. Une jeune fille blonde avec un bras visiblement blessé. L’astrophysicienne n’eut pas vraiment le temps de se poser de questions puisque celle qui la retenait annonça la couleur. Elle lui fit part de faits qu’elle connaissait déjà. Ava la regardait, l’écoutait la menacer. C’était vrai qu’avec tous ces évènements, la scientifique n’avait pas pensé un seul instant qu’elle était surveillée, surtout lorsqu’elle était dans son labo. Mais qui aurait pu lui en vouloir quand un clown en voulait à sa vie ? D’ailleurs cette jeune femme ne comprenait pas l’urgence. Ava tenta de se calmer, elle prit une grande inspiration en jetant quelques regards dans le dos de la blonde.

« Ecoutez, je ne vois pas de quelles représailles je pourrais être victime si on me tue d’abord. Un clown a fait irruption dans mon bureau et a tout cassé. J’étais censée attendre bien sagement que quelqu’un daigne venir m’aider ? » dit-elle très sérieusement.

Car dans les faits, il n’y avait que très peu de chances qu’un homme déguisé en clown puisse s’introduire dans l’un des bâtiments gouvernementaux. Mais pour Ava il n’y avait aucun doute. D’ailleurs elle était persuadée que lorsqu’elle retournerait dans son bureau, elle retrouverait tous ses instruments par terre. D’ailleurs cela la désespérait car en ces temps difficiles, le matériel scientifique n’était pas facile à obtenir. Même avec l’apport du Gouvernement, les matériaux se faisaient plutôt rares. La brune ne pensait pas que la femme en face d’elle comprenne ce qui lui arrivait. Puisque quand elle avait ses crises, personne ne la croyait. Sauf que là il ne s’agissait pas de ça. Cette fois ce clown était bien réel. Et puis il n’y avait qu’à voir la brume épaisse qui les entourait et les lumières de la ville qui avaient tournées à l’orange. Il se passait quelque chose. Mais Ava savait que si elle paraissait trop perturbée, on la ramènerait à son poste sans aucun ménagement. D’ailleurs derrière les deux jeunes femmes, d’autres agents arrivèrent, ils n’étaient que deux mais provoquèrent une panique dans l’esprit de la scientifique. Si les deux hommes vêtus de noir n’étaient en soit, pas si menaçants que ça, pour la scientifique c’était autre chose. En effet, dans son esprit, elle ne voyait pas deux hommes mais deux monstres aux écailles brillantes et à la gueule acérée.

« Regardez là en voilà d’autres ! » cria-t-elle.

Elle profita des perturbateurs pour tirer vivement sur le bras que tenait la blonde. Elle reprit sa course ne sachant vraiment pas où aller pour fuir ces monstres. Même si rien n’étonnait plus vraiment l’astrophysicienne, elle se demandait d’où sortait tout ça. Comme si on s’acharnait sur elle, une fois de plus. Elle avait déjà son double maléfique pour lui pourrir l’existence mais là, de ce qu’elle en déduisait, aucune trace de son autre. Elle ne pouvait donc pas dire que sa schizophrénie entrait en jeu. Et puis elle avait pris son traitement. L’aurait-on drogué où est-ce que ces monstres étaient bien réels ? Ava préférait s’assurer de ça une fois qu’elle estimerait être à l’abri. En espérant que le clown qu’elle avait vu un peu plus tôt ne vienne pas se mêler à la fête.

Continuant de courir, Ava se retrouva dans un cul de sac. Une de ces ruelles poisseuses bordées de bennes à ordure et grouillantes de rats énormes. Les cheveux en pagaille, à bout de souffle la jeune femme s’autorisa une pause. Pourtant elle savait son répit de courte durée. Surtout lorsqu’elle entendit un grognement sourd émanant de derrière une benne. Inutile d’aller voir, cela ne promettait rien de bon et l’astrophysicienne commença d’ores et déjà à reculer.



_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1235
↳ Points : 1199
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Where are the clowns ? » Ambre   Ven 9 Déc - 1:03


Where are the clowns ?
Il faut remarquer que la fiction, quand elle a de l'efficace, est comme une hallucination naissante: elle peut contrecarrer le jugement et le raisonnement, qui sont les facultés proprement intellectuelles. ••• Pourquoi toujours courir ? Les poursuites avaient fini par lasser la jeune fille, surtout lorsqu'il s'agissait simplement d'aller récupérer une scientifique réfractaire. Certains feront remarquer qu'il s'agissait là d'un enfermement, d'un acte inhumain. Cependant, Ambre ne faisait pas partie des fervents défenseurs des droits humains. Peut-être parce qu'elle avait vécu dans ce genre de prison dorée, où elle ne manquait de rien de matériel. Pouvait-on se plaindre alors ? Non. Et puis bon, la tueuse avait une définition du bien et du mal bien différente de la majorité de la population. A force de tremper dans des affaires illégales, elle avait fini par considérer tout cela comme normal. Comme la violence, la destruction. Une part d'elle-même bien trop importante pour qu'elle l'ignore. Ou plutôt, elle était entièrement composée de ces éléments-là. Ils s'étaient infiltrés dans les blessures, dans les fissures qu'elle avait laissées, remplissant les vides qui menaçaient de la faire exploser de l'intérieur. Une protection ultime. La dernière qu'elle était capable de faire. Sans savoir combien de temps elle tiendrait. Ni ce qui se passerait si quelqu'un parvenait à la briser. Même si cette personne existait déjà et que d'un côté, c'était effrayant. Notamment parce qu'il pouvait détruire à la fois cette protection mais aussi la place qu'elle avait dans la société actuelle. Qu'était-elle prête à sacrifier dans cette histoire ?

Le regard empli d'effroi de la scientifique lui passa par-dessus la tête. Sa mission était plutôt simple : la ramener auprès de son laboratoire. Et de ses supérieurs. Et Ambre ne se posait pas de questions. Les raisons de la garder sous surveillance étaient plutôt évidentes. Si son interlocutrice était douée dans son domaine, le Gouvernement avait besoin de ses compétences. Et puis, elle avait l'air un peu folle aussi. Un spécimen à garder sous la main pour éviter qu'il n'effraie ou ne s'en prenne au reste de la population. Voilà comment les dirigeants devaient avoir rédigé son histoire. La jeune fille n'était pas dupe, c'était un moyen comme un autre de justifier leur comportement aux yeux des citoyens lambdas. Chose qu'elle n'était pas, de par son métier mais aussi de par ses liens. Et sa fortune, bien qu'elle avait tendance à l'oublier. D'ailleurs, son interlocutrice prit enfin la parole. Si on la tuait d'abord ? Un clown ? Ambre haussa un sourcil, sceptique. Il lui manquait une partie de cerveau, ce n'était pas possible autrement. Déjà parce que dans l'esprit très cartésien d'Ambre, il était impossible qu'un clown débarque dans les bâtiments gouvernementaux sans que personne ne le voit. Et puis un clown tueur, c'est digne d'un roman de Stephen King, pas de la réalité.

Donc finalement, cette situation l'agaçait quelque peu. On lui avait demandé de la ramener pas de gérer une folle en crise ! D'ailleurs, elle perçut dans son dos les pas de ses possibles collègues. Puisque son supérieur ne lui faisait définitivement pas confiance. Cependant, cela eut un effet pour le moins... Etrange sur la scientifique. Certes, les shadowhunters et miliciens étaient, la plupart du temps, effrayants avec leurs tenues et leurs réactions mais là, ça dépassait l'ententement. Car la femme hurla, pointa son doigt dans leur direction. Ambre détourna le regard une fraction de seconde vers les deux hommes, soupirant, lorsque l'autre s'échappa à sa prise. Bordel, ils lui avaient fait peur à ce point... La colère envahit son regard une seconde, et elle pesta en italien à leur encontre. Ils étaient agaçants à venir alors qu'elle n'avait pas besoin d'eux. D'ailleurs, elle leur fit comprendre d'un geste qu'il fallait mieux pour eux qu'ils dégagent de son chemin. Puis ne leur accorda plus la moindre attention, bien trop occupée à poursuivre sa cible. Les minutes s'égrainaient et finalement, elle n'avait pas envie de passer des heures sur cette sale histoire.

Quelques secondes et la jeune fille retrouva la scientifique. Qui s'était stoppée peu après l'entrée d'un cul-de-sac. Et qui reculait désormais, le regard fixé sur un point imaginaire. Ambre suivit ce regard, cherchant à voir ce que le cerveau malade de son interlocutrice voyait. En vain. Puisqu'il n'y avait rien d'autre que du vide, ou plutôt une masse de rats grouillante. Bref, quelque chose de dégueulasse mais c'était tout. Cependant, la tueuse se décida à sortir son arme à feu et tirer à trois reprises sur la poubelle. Si ça pouvait rassurer l'autre sur le fait qu'il n'y avait absolument aucun danger ici, et donc la faire rentrer plus rapidement, ce serait une bonne chose. Elle se rapprocha, le canon de son arme encore chaud, posa sa main sur l'épaule de la scientifique. Cela aurait pu être un geste réconfortant, si ce n'avait pas été un contact de sa part. Et quand bien même elle aurait essayé, la froideur de son ton sur les mots suivants aurait fait comprendre que ce n'était pas vrai.

"Personne ne vous tuera. Des caméras ont été placées dans les bâtiments pour empêcher cela. Et personne n'a vu un quelconque clown entrer dans vos locaux. Vous êtes folle, il faudrait penser à consulter un psychiatre si vous commencez à voir des êtres imaginaires."

La gentillesse et la douceur ne faisaient pas partie de son vocabulaire non plus. Et la jeune fille avait toujours été très franche lorsqu'elle s'autorisait à parler. Elle le pensait, pourquoi donc utiliser des chemins détournés pour le dire ? Personne ne lui passerait un savon pour l'avoir fait, et il n'y avait aucun besoin de manipulation dans le cas présent. Certes, autrement, elle y aurait peut-être un peu plus réfléchi, un peu plus fait attention à comment dire la chose pour faire glisser son interlocutrice dans le bon état d'esprit. Aujourd'hui, elle voulait juste que l'autre la suive, qu'elle puisse rentrer chez elle, prendre une douche et tenter de dormir malgré les cauchemars qui emplissaient son sommeil depuis la fin des arènes. Ce satané poison qui l'avait tuée avait laissé ces traces-là. Qu'elle était incapable de gérer. Peut-être parce qu'il y avait des émotions, des sentiments qu'elle n'était pas capable de remarquer, de contrôler. Comme toute nouvelle chose, il était impossible d'y faire face si facilement.

"S'il y avait eu un réel danger, vu le dispositif déployé pour vous ramener, on aurait accouru pour vous aider. Voilà pourquoi oui, vous étiez supposée attendre, puisqu'il n'y avait personne à vos côtés dans le laboratoire."


Son ton était en accord avec le vide dans ses iris vairons. Glacial. En désaccord avec la chaleur moite de la Nouvelle-Orléans. Heureusement qu'elle y était habituée finalement. Ambre obligea la femme à s'éloigner de la ruelle, elle fit en sorte de revenir dans une artère un peu plus large. Pour lui permettre de respirer peut-être. Pour offrir à son cerveau malade un répit, qu'il remarque qu'il n'y avait aucun souci. Histoire que cette situation se règle au plus vite. C'était comme ça que ça se réglait d'ailleurs, non ? Ou elle était à côté de la plaque. La jeune fille ne s'était jamais intéressée aux maladies mentales, outre celles dont elle était elle-même atteint. Certainement qu'elle ne voulait pas se rendre compte qu'elle avait bien plus de symptômes que ce qu'elle pensait. Une conscience en deux temps, pour lui éviter une destruction massive.

"Et je ne vois pas les êtres dont vous parlez. Peut-être que vous pourriez m'indiquer où ils se trouvent s'il en revient que je puisse les descendre ? Vous seriez plus tranquilles comme cela, et on pourra tranquillement reprendre notre chemin."

Un peu de sarcasme, emprunté à une situation similaire dans ses souvenirs et ses apprentissages. Elle ne savait pas pourquoi l'utiliser maintenant, mais elle savait qu'elle devait le faire. Et elle remettait rarement en cause ce que son cerveau lui soufflait. Ses connaissances étaient ce qu'elle avait de plus important. Elles étaient là, ancrées en elle. Comme pour combler le manque d'émotions de son coeur.

© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Where are the clowns ? » Ambre   Ven 16 Déc - 12:51

Where are the clowns ?
ft. Ambre & Ava
La réalité se faisait de plus en plus lointaine, difficile à percevoir pour Ava. Coincée dans sa ruelle, imaginant des monstres sanguinaires pris au piège entre les ordures, la scientifique sentait son cœur battre à toute vitesse. Elle savait parfaitement l’impression que cela pouvait donner. Mais était-ce sa faute à elle si elle voyait ces choses quand les autres ne les voyaient pas ? Sûrement pas. Et malgré sa schizophrénie avérée, elle savait de part l’absence de son « double maléfique » qu’il s’agissait d’autre chose. Mais la shadowhunter à ses trousses ne semblait pas vouloir comprendre. Pire elle la prenait bonnement et simplement pour une tarée. D’ailleurs la jeune fille blonde venait de rejoindre Ava. Cette dernière sortit une arme et se mit à tirer sur la benne.  L’écho des tirs glissa contre les murs de briques et firent sursauter la scientifique. Elle regarda l’employée du Gouvernement avec des yeux ronds. Ava aurait voulu voir, s’approcher de la benne, mais un amas d’araignées vénéneuses s’en échappa. En réalité il s’agissait des quelques rats qui vivaient là, mais à cause de sa folie passagère, Ava ne s’en rendit pas compte. Elle se contenta de faire une grimace dégoutée. Et puis le ton glacial qu’employa la jeune femme blonde eut le mérite de ramener Ava sur Terre, enfin, en parti du moins. La scientifique se tourna vers son interlocutrice en fronçant légèrement les sourcils.

« En fait vous ne savez pas qui je suis, je me trompe ? l’astrophysicienne soupira qu’est-ce qui me prouve que vous n’êtes pas entrain de mentir ? Peut-être que vous êtes avec ces monstres après tout. »

Ava était déconcertée par le manque de tact de cette fille. Certes l’israélienne avait quelques troubles du comportement, oui elle avait fini par devenir schizophrène, mais cela n’empêchait qu’elle était brillante, et qu’on la traite comme une folle sortie d’un asile avait tendance à l’agacer. Surtout qu’elle en voyait un de psychiatre, un médecin que le Gouvernement lui avait imposé : Noah Meadow. Mais puisque la shadowhunter ne semblait pas avoir connaissances de ces informations, Ava ne dit rien de plus. Après tout, peut-être que cette employée n’en était pas une. Et puis avec tout le sarcasme du monde, la jeune femme demanda à Ava de lui montrer les indésirables. La scientifique roula des yeux. Elle n’était pas folle ! Elle avait bien vu ce clown foutre en l’air son matériel quand même… Ses yeux bruns s’illuminèrent soudain.

«  Je ne peux pas vous les montrer puisqu’ils ont disparu… Mais allons-y, retournons au Gouvernement  Building. Je vais vous montrer l’état de mon laboratoire comme ça vous arrêterez peut-être de me regarder comme ça. » dit Ava en haussant les épaules.

Sur ces mots d’ailleurs, elle tourna les talons, rompant le contact entre sa poursuivante et elle. En regardant aux alentours, Ava s’assura qu’elles n’étaient pas poursuivies. Les monstres semblaient leur laisser un peu de répits pour le moment. Dans la rue, l’astrophysicienne percevait toujours cette brume épaisse, comme si la ville était engloutie sous un vaste nuage de brouillard. Au loin pourtant se dessinait les deux immenses tours du Gouvernement. Etrangement, les employés chargés du contrôle d’accès avaient repris forme humaine, un leurre sûrement pensa Ava. S’assurant que la shadowhunter la suivait bien, elle appela l’ascenseur qui menait tout droit à son laboratoire. Mais lorsque les jeunes femmes arrivèrent à l’étage, une masse d’agents bloquait l’accès. Ava fronça les sourcils en s’approchant mais un homme à la carrure semblable à celle d’un gorille s’approcha d’elle.

« Désolée mais personne ne passe. On est entrain d’essayer de comprendre dit l’homme à l’air imbécile
- C’est mon laboratoire sombre idiot. Je suis le professeur Cohen ! » s’exclama Ava, exaspérée.

A l’entente de son nom, les autres agents se retournèrent. Mais aux yeux de la scientifique, ils avaient tous l’allure de monstres dont les yeux blancs faisaient froid dans le dos. Leur bouche ressemblait à des fentes et ils n’avaient pas de nez. Lorsque l’un des monstres, vêtu d’un costume s’approcha, Ava alla presque se cacher derrière la shadowhunter qui l’avait rattrapée. Le monstre en question se mit à parler d’une voix macabre.

« Professeur que s’est-il passé dans votre laboratoire ? Et qu’est-ce que vous étiez entrain de préparer ? On a relevé la présence de gaz toxiques. Vous allez bien ? » demanda la créature qui était en fait un superviseur en charge de l’étage et de la sécurité du bâtiment. L'homme se tourna vers la jeune fille blonde et se mit à murmurer « Est-ce qu'elle va bien ? Vous l'avez trouvée où ? »




_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1235
↳ Points : 1199
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « Where are the clowns ? » Ambre   Dim 18 Déc - 0:30


Where are the clowns ?
Il faut remarquer que la fiction, quand elle a de l'efficace, est comme une hallucination naissante: elle peut contrecarrer le jugement et le raisonnement, qui sont les facultés proprement intellectuelles. ••• Les quelques tirs avaient au moins eu le mérite de ramener la scientifique à demi dans la réalité. Ce n'était peut-être pas grand-chose mais Ambre n'aimait pas discuter avec... Une folle. Peut-être parce qu'elle ne pouvait pas calquer son comportement sur le sien. Niklas lui avait soufflé l'idée de mimer. Mais que pouvait-elle miner là ?! Et s'il fallait la rassurer... Ce n'était pas le boulot de la jeune fille ! Elle n'était pas devenue shadowhunter pour faire attention à ses mots, pour gérer une folle sans lui faire de mal. En temps normal, elle l'aurait tout simplement assommée. Cependant, les ordres donnés avaient été clairs et le cerveau de la femme était bien trop important pour que l'italienne prenne le risque de le détruire. La politique était quand même pas mal compliquée. Peut-être que c'était l'une des raisons pour laquelle elle ne monterait jamais en grade par elle-même. Certaines subtilités lui échappaient encore, bien qu'elle reste brillante en termes de stratégie. Juste... Elle disait la vérité, sans le moindre filtre, sans la moindre diplomatie. Et pourtant cela ne l'empêchait pas d'être une fine manipulatrice. Quand elle le voulait ou en avait besoin. Alors qu'il faudrait que ce soit toutes les secondes de sa foutue vie.

Et l'autre qui se prenait pour une déesse. Si, elle savait très bien qui elle était, de réputation tout du moins. Ca aurait été stupide de sa part de ne pas se tenir au courant de l'actualité scientifique avant la Catastrophe. Et même maintenant. Le Gouvernement, c'était son employeur et aussi l'entité au sujet de laquelle elle s'efforçait de garder le plus d'informations possibles. Au cas où. Parce que oui, les arènes lui avaient fait prendre conscience qu'elle n'était qu'un pion remplaçable pour le moment. Qu'elle pouvait sauter n'importe quand. Alors, autant avoir de quoi faire tomber certaines personnes avec elle, non ? C'était comme ça que ça avait fonctionné chez elle dans tous les cas. Le meilleur moyen de rester, c'était d'avoir de quoi détruire. Et savoir s'en servir. Chose qu'elle avait pu expérimenter à de nombreuses reprises déjà. Quant à la suite des mots de la jeune femme... Bordel, pourquoi réagissaient-ils tous ainsi ? Quand est-ce qu'ils comprendraient que si elle avait voulu les tuer, elle l'aurait fait depuis belles lurettes ? Qu'elle n'attendrait jamais deux heures pour cela ?! Bon, après, la plupart des gens qu'elle croisait n'avaient peut-être pas l'habitude des meurtres ou autres. C'était une explication sensée mais que son cerveau n'avait pas envie d'admettre.

Et Ambre avait énervé la scientifique. Parfait. Surtout que celle-ci lui proposait de retourner dans les bâtiments gouvernementaux. Après, la jeune fille pourrait la laisser aux mains de ses supérieurs et juste aller se reposer. Oui, c'était une bonne chose à faire. Se prendre la tête avec des histoires de clowns invisibles... Très peu pour elle.

"Je sais très bien qui vous êtes et ce que vous êtes mais rien ne m'empêche d'avoir mon opinion sur votre comportement, aussi brillante que vous soyez. Et pour vous répondre, si j'étais vraiment avec ces monstres et donc là pour vous détruire, vous seriez déjà morte."

La voix avait claqué alors que la shadowhunter lui emboîtait le pas. Et pour le côté "je te rassure", il faudrait repasser. Elle n'avait pas envie de faire semblant aujourd'hui. C'était bien trop complexe dans son esprit en ce moment pour cela. Alors elle gardait son masque de marbre en toutes circonstances. Cette froideur qui en effraierait plus d'un. Parce que c'était ce qui la définissait le mieux en y repensant. Elle n'était rien de plus qu'un bloc de pierre. Mais bon, ce n'était pas forcément important.

"Allez-y. Il faudra bien plus pour me faire revenir sur mes pensées."


Oui, l'empathie, tout ça, ça pouvait être intéressant. Pas pour Ambre. L'autre avait cru bon de rappeler qu'elle était supérieure. Et la jeune fille avait décidé d'entrer dans le tas. Non pas parce que cela lui provoquait un quelconque sentiment d'infériorité ou autre. Juste parce qu'elle savait où était leur place respective. Et qu'aucune des deux n'était meilleure que l'autre. Sauf qu'elle y était par choix. Alors que l'autre avait été quelque forcée d'après ce que la tueuse avait lu. Mais ce n'était que des rumeurs et des possibilités. Elle osait croire que la scientifique avait fait le choix de venir du côté de l'ordre. Sinon, Ambre aurait nettement moins d'hésitation à l'assommer. Oui, les réactions les plus naturelles comme toujours...

Elles se glissèrent dans l'ascenseur tandis que l'italienne se murait dans le silence. Pour se retrouver face à un amas d'agents en arrivant à l'étage. Elle haussa un sourcil, enfonça son regard dans le garde qui s'approchait d'elles et les stoppa. Sérieusement... Elle avait un putain d'uniforme de shadowhunter, elle était à même d'entendre quasiment tous les dossiers du Gouvernement. Donc là, il se foutait d'elle. Ah oui, et comme venait de l'énoncer son accompagnatrice, elle était celle qui s'occupait du laboratoire, lui en refuser était tout bonnement stupide. Mais bon, il ne fallait pas trop en demander. De toute évidence, il avait été embauché pour ses muscles plus que pour son cerveau.... Sinon, l'intervention de la scientifique eut pour effet de recentrer l'attention sur elles. Bien... Le superviseur se rapprocha, et la femme se retrouva dans son dos. Hé bien... Ambre soupira doucement, jusqu'à ce que les murmures lui parviennent. Sa tête se pencha sur le côté alors qu'elle enchaînait :

"Tout dépend de ce que vous appelez aller bien. Je l'ai retrouvée à quelques rues de là, rien de bien important."
Une pause, un regard pour toutes les personnes présentes. Et de nouveles paroles, bien plus glaciales cette fois-ci. "Demandez à vos hommes de partir maintenant. Je n'ai pas envie de recommencer une nouvelle course-poursuite."

Elle vit qu'il fut tenté de répliquer, de montrer qu'il était le plus puissant mais le visage de la jeune fille dut le dissuader d'oser. Elle n'avait pas envie de discuter, et elle n'aurait aucune hésitation à lui foutre un poignard sous la gorge pour qu'il obéisse à l'ordre. Les agents commencèrent à bouger et Ambre se retourna vers la scientifique.

"Que voyez-vous donc ? Et peut-être que vos hallucinations sont dues à ces substances chimiques. Ce serait logique en tout cas."

Une situation qu'acceptait bien mieux son cerveau cartésien.

© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

« Where are the clowns ? » Ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Please, forgive me ♣ Ambre
» ~ Avouer ses fautes, poser une question ~ # Pv : Etoile d'Ambre #
» Ambre Nocis(Serdaigle)
» [bureau d'Ambre] Découvertes fâcheuses (pv Ange et Carna)
» Arthur Ambre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-