AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Volens Nolens || Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1013
↳ Points : 72
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Volens Nolens || Liam   Ven 9 Déc - 4:05


« Ab amicis honesta petamus »


 
 
Liam & Noah
VOLENS NOLENS

  Le charbon s'effritait entre ses doigts, trop fermement serrés autour du bâtonnet. Les particules sombres, poussières sur papier, marquaient ses crevasses de traits disparates. Une main se dessina, suivie d'un bras, d'une épaule. Maintenue par l'illusion que le sorcier projetait directement sur sa toile, l'image ne vacilla qu'à peine alors que le bâtonnet crissait une nouvelle fois sur le papier, esquissant les plis délicats du lin écru qui glissait avec nonchalance le long de cette épaule. Le rire un peu grave, onctueux, d'Aida, gorgea l'illusion de lumière alors que Noah poursuivait son geste. Remontant l'épaule de son fusain, il attaqua sa nuque. Les quelques cheveux naissants dans le creux de sa nuque, quand elle les attachait d'un ruban. La courbe de son oreille, le bombé de son front, la profondeur de son regard... Non. Non ce n'était pas ça. L'illusion se teintait d'ocre alors qu'il tendait le bras pour attraper la mie de pain, la frottant sur son ouvrage pour effacer les traits disgracieux. Pour ne pas s'arrêter sur un échec, il se concentra de nouveau, reprit position sur son tabouret et entreprit de retracer une autre partie de son souvenir. L'épi de blé qu'elle tenait entre son pouce et son index, distraitement, alors qu'elle lui faisait part de ce qu'elle désirait pour leur enfant. L'arrondi délicat de son ventre, à peine voilé par sa robe, le drapé du tissu autour de leur enfant à venir. Si c'était une fille, elle l'appellerait Magdalena. Si c'était un garçon, il s'appellerait Lorenzo. Magda et Lorenzaccio. Peut-être seraient-ce des jumeaux ? Le chant des cigales s'accentua aux oreilles de Noah, alors qu'il remontait à nouveau l'image du bout de son fusain, suivant le souvenir, plissant les yeux pour mieux les gorger d'une lumière illusoire. L'accent Napolitain de sa compagne se chargeait d'un nouveau rire. "Noah, pourquoi me regardes-tu comme ça ?" Pour rien. Pour toi. Pour me souvenir de toi, encore, autant que je le peux. Ses joues s'étaient arrondies avec sa grossesse, rendant son menton légèrement moins marqué. Ses lèvres prononcées plus rieuses, son nez à peine moins droit. Les yeux étrécis au point de ne plus distinguer que le souvenir, il laissa sa main porter le fusain sans plus réfléchir. Aida n'était plus un visage. Aida était un ensemble de souvenirs, de fractions mémorielles, de sensations diffuses, depuis bien longtemps. Et pourtant il avait l'impression que cette fois, il y arriverait. Insufflant toutes les capacités de sa mémoire à son mouvement, il traça. Traça ses yeux, ses sourcils sombres, traça son nez, traça ses pommettes, son menton, ses joues. Il rouvrit les yeux, le cœur battant.
Ce n'était pas Aida. Ce n'était toujours pas Aida. Et la femme qui l'interrogeait de ses yeux ronds, là, sur le papier, ressemblait affreusement à Enya. Le bâtonnet de fusain tomba sur le plancher, au milieu des dizaines d'autres tentatives, raturées, déchirées. Au milieu d'un océan de visages, toujours celui de la Mauvaise, jamais celui de la Seule. Dans un juron frustré, le sorcier délogea rageusement le papier du chevalet pour le jeter au seul, avec les autres. Ses mains tremblantes se glissèrent dans ses cheveux, empalmèrent son visage. Et s'il ignorait combien de temps il avait passé, enfermé dans sa chambre, avec ses souvenirs pour seule compagnie, il savait que cela faisait déjà trop. Écrasant des larmes de rage du revers de la main, il finit par se pencher pour rassembler toutes les erreurs qui jonchaient le sol. Parmi elles, le portrait d'un homme. Cassidy. Il l'avait vue, Aida. Il savait à quoi elle ressemblait, il était le seul à détenir la clé pour reconstituer tous les fragments de sa mémoire. Le seul à pouvoir non seulement la lui raconter, mais aussi la lui montrer. Attrapant le papier entre ses doigts, Noah poussa un soupir, croisant le regard perçant du bagnard. Il l'avait abandonné, lui aussi. Et pourtant, pourtant, le croquis fut déposé sur le chevalet. Il remplacerait le précédent dans sa galerie de souvenirs, dans le couloir ouvert, une fois qu'il serait terminé. Son visage lui était revenu en rêve, dernièrement, lors de ses nuits cauchemardeuses. Le souvenir lointain d'une époque où la vie filait plus doucement, avant de sombrer elle aussi dans le néant. Dans la trahison.
Pour autant la pensée était rassurante. D'une certaine manière. Celle que malgré tout, dans ce brouillard permanent, il reste encore des souvenirs heureux.

Sans plus s'attarder sur la question, le sorcier rassembla tous les papiers froissés, noircis par les ratures, entre ses bras, avant de parcourir le couloir ouvert d'un pas rapide. Le froissement des feuilles entre ses bras couvrit un autre bruit, qui provenait de son salon. Pourtant il ne manqua pas de sentir l'odeur du bois brûlé, dans la cheminée. Une odeur particulière, apaisante, surprenante car il n'avait pas le souvenir d'avoir lancé les flammes lui-même. Par curiosité, il jeta un coup d'oeil par-dessus la rambarde vers son bureau. Il y avait quelqu'un dans son salon. Quelqu'un d'engoncé dans un des fauteuils confortables, et quelqu'un qui avait la clé de son appartement. Et ce quelqu'un ne pouvait pas être Enya, puisqu'elle ne l'avait jamais obtenue. Noah adressa un sourire amusé à son élève. Plongé dans la lecture d'un des innombrables ouvrages qui jonchaient ses imposantes bibliothèques, son élève n'avait pas l'air de se soucier de sa présence. Une qualité qu'il appréciait chez Liam Wiggins. D'une il allait et venait à sa guise, depuis qu'il avait repris un peu plus sa vie en main. De deux, il apportait un soupçon de vie à ces vieux murs, et le poussait à sortir de sa propre turpitude.
Les bras toujours chargés, le sorcier descendit les escaliers d'un pas déjà plus léger. Poussa la porte de son bureau pour rejoindre Liam, et lui adresser un sourire fantomatique. Ses traits étaient aussi tirés que ceux de son maître. La vie ne les avait pas gâtés, ni l'un, ni l'autre, dernièrement.

-Déjà en train d'étudier, Liam ? Ou alors tu as eu besoin de t'enfuir de ton bureau plus rapidement que prévu ?

Dire qu'il appréciait grandement la présence de Wiggins était un euphémisme. Pour peu qu'il ait eu un peu moins d'égo, il aurait pu clamer haut et fort que le jeune homme l'avait sauvé de son propre chagrin. Un ami, un vrai, de ceux qui ne mâchent pas leurs mots. Quand bien même le jeune homme était extrêmement respectueux de son statut et de maître et d'aîné, il ne manquait jamais une opportunité de le considérer comme son égal. Et ça, c'était rafraîchissant. Si rare que Noah l'estimait au moins tout autant. D'autant qu'il était peut-être un des rares membres de son entourage à l'avoir connu réellement relâché, comme il l'était à présent, les doigts noircis par le fusain, des tâches plein le visage.
D'un pas leste, il se dirigea vers la cheminée allumée, vers les flammes vigoureuses qui diffusaient une agréable chaleur dans toute la pièce. Déposant toute sa cargaison devant l'âtre, il s'y assit en tailleur, triant distraitement les feuilles. Il y en avait une sacrée quantité. Un nombre bien trop important d'essais ratés, non seulement d'Aida, mais d'Enya, et de tant d'autres visages qu'il avait tentés de retracer. Il savait que son état d'esprit n'était pas propice à l'expression. Qu'il avait beau tenter, encore et encore, aucune de ses tentative n'aurait de grâce à ses yeux. L'oeil mal avisé reconnaîtrait pourtant chacun de ces visages. Mais il leur manquait la magie habituelle, cet éclat dans l'oeil, dans les expressions, après lesquelles le sorcier courait sans relâche.
Repoussant quelques feuillets de la main, il reporta son visage sur Liam. Il avait capté son attention, ce faisant, il le savait pertinemment. Le jeune homme avait beau être extrêmement bien placé au Gouvernement, il le connaissait suffisamment pour savoir qu'il était curieux comme un chat. Avec toujours cette même ombre de sourire, il désigna les feuilles d'un geste emphatique de la main.

-La leçon d'aujourd'hui, mon cher. "Faire table rase du passé". Si tu veux bien te donner la peine de m'aider, bien entendu. A moins que lire un livre de contes soit plus intéressant.

Son sourire s'élargit, railleur, alors qu'il attrapait une des feuilles pour la rouler en boule. Reportant son regard sur l'âtre et ses flammes crépitantes, il déchira la tentative avortée en petits morceaux, qu'il lança progressivement dans le feu. La matière, noircie à la mine de plomb, s'embrasa dans un crépitement distinct. L'odeur âcre recouvrit temporairement celle du bois, tandis que Noah se perdait dans sa contemplation. Le visage d'Enya se creusait, se raccornissait, pour ne plus que se consumer en entier. Chacun sa catharsis. Pour lui, c'était d'enflammer ses erreurs, aujourd'hui.
Il entendit le froissement de vêtements se rapprocher de lui, et, sans se retourner, attrapa une feuille pour la tendre à son élève. La voix un peu lointaine, il poursuivit.

-Je ne t'ai pas entendu arriver, ni même déplacer les bûches. Je dois me faire vieux. A ce rythme, je vais finir par te donner raison.

Un léger rire franchit ses lèvres alors qu'il jetait un nouveau visage au feu. Le regard de Rafael agrippa le sien, sombre, agressif, alors que les flammes déformaient son visage dans une expression grotesque. Un frisson secoua les épaules du sorcier, une sorte de victoire contenue. Capricieuse. Une sensation si agréable qu'il se rasséréna juste un peu. Juste ce qu'il fallait. S'offrant le caprice d'une illusion, il fit sortir le visage du papier, avec un peu de concentration. Un visage de fumée, noir, qui se tordit de douleur avant de s'évaporer pour rejoindre le conduit de la cheminée.

-Que souhaites-tu étudier, aujourd'hui ? Je suis encore arrêté, nous avons tout notre temps devant nous.

Il avait tiré, négocié son arrêt aussi longtemps que possible. Et s'il se rendait bien compte qu'il risquait de devoir rejoindre un jour les murs de l'Adventist Hospital, de retrouver les couloirs aseptisés et courir à nouveau le risque de retomber, éventuellement, sur l'interne Rivers, il n'en était pas prêt. Pas pour le moment. Son avis changerait si on le suppliait de revenir. Mais ce n'était pas à l'ordre du jour.
Un portrait de Mikkel Ievseï glissa sous sa main, un portrait qu'il tendit à Liam, l'air de rien. Un énième test, silencieux, pour voir si son élève suivait toujours. Car si la thématique était de faire Table Rase du Passé, il y avait des choses que Liam ne devait jamais oublier. Des actes qui devaient rester gravés dans sa mémoire. Levant son regard vert sur le Ministre, il lui adressa un sourire fatigué.

-A moins que d'autres sujets plus pressants ne te soient venus en tête pour justifier ta présence ici ? Si tel est le cas, je peux ouvrir une bouteille. Ou faire chauffer de l'eau.
 



_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky x


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og
 

Volens Nolens || Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Liam L. Gibbs [ Terminé ! ]
» Liam comme dans...Liam !
» (M/LIBRE) LIAM PAYNE.
» Ultimatum [PV Noëliam ; Nessa]
» LIAM SHARP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: French Quarter :: Appartement de Noah-