AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Patience is key |Eddy|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 273
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Patience is key |Eddy|   Ven 23 Déc - 0:28


Patience is key
All men command patience, although few are willing to practice it ••• Le corps tomba devant lui, inerte. Un soupir quitta ses lèvres. Tuer, il en avait pris l'habitude à Darkness Falls mais cela restait quand même compliqué dans son esprit. Voilà pourquoi, la plupart du temps, il se contentait de nettoyer les scènes de crime, d'éviter qu'on remonte jusqu'à Marie ou ses hommes. Une mission plutôt simple finalement, qui ne le dérangeait pas. Notamment parce que la plupart des personnes descendues étaient d'autres criminels. Qu'il ne supportait pas plus que le Gouvernement. Ce devait être le plus paradoxal finalement. Malgré la discussion avec son frère, et notamment le fait que l'ordre était nécessaire pour construire une société durable, il gardait ce besoin de s'opposer à cette forme d'autorité. C'était peut-être la raison qui l'avait poussé à accepter ce meurtre ce soir-là. Comme un moyen de se rassurer, un moyen d'assumer. Un moyen de passer ses nerfs aussi, mis à vif par la présence de son aîné. Cependant, il lui avait fallu rester prudent. Maintenant qu'il savait qu'il était suivi par les hommes de Rafael, il ne pouvait plus se permettre d'être si tête en l'air dans ses activités illégales. Et aussi... Des questions avaient commencé à germer dans son esprit, des prises de conscience peut-être plus profondes que ce à quoi il s'attendait. Son frère était-il réellement le monstre entre eux deux ?

La lame se rangea dans son fourreau alors que son regard se déposait sur le cadavre. New-York, la rencontre avec son aîné, tout cela avait fait remonter Darkness Falls dans sa mémoire. Comme un goût âcre dans la bouche. La peur avait fait son petit bout de chemin, et certaines visions le renvoyaient à ces éléments qu'il aurait préféré oublier. Si, dans l'ensemble, l'expérience n'avait pas été si traumatisante comparée à d'autres, puisque la religion de son époque avait fait qu'appréhender l'enfer avait été un peu plus simple, il n'en restait pas moins que certains moments l'avaient marqué, et pas forcément en bien. C'était ce qui ressortait, quand il tenait absolument à reprendre le contrôle, et montrer qu'il n'était pas un gentil garçon comme le monde semblait lui balancer dans la gueule. Etrangement, il s'était tellement caché depuis son retour qu'il était étonné de toujours parvenir à avoir des liens. Et aussi à redevenir l'altruiste qu'il était toujours. Une dualité assez prononcée, qui aurait tôt fait de le faire basculer dans la folie. Bien qu'il y soit déjà un peu selon certains.

Il essuya ses doigts sur son pantalon, et commença à s'attaquer à la scène de crime. Le coin était plutôt tranquille, à l'abri des regards. Bref, la perfection pour qu'il s'y attèle dans la discrétion. Les miliciens ne passaient pas par là non plus. Il y passa la majeure partie de la nuit, préférant la luminosité de la lune à l'éclairage du soleil. Et mieux valait traiter cela avant que les odeurs ne se développent de trop. C'était son métier de pompier qui lui avait appris tout cela. A supporter la vue de la mort et l'odeur carbonisée. Bref, des réjouissances. Le soleil commençait à percer quand il termina le ménage. Et c'est à cet instant qu'il repéra l'entaille courant sur son bras, et que la douleur se déclencha. Maintenant qu'il n'y avait plus d'adrénaline... Il pesta contre lui-même, tenta d'appliquer son pouvoir de guérison, sans que cela ne soit très efficace. Certes, le sang s'arrêta de couler mais la blessure resta là, à demi-ouverte. Il faudrait qu'il la désinfecte au plus vite. Et qu'il rentre chez lui. Avant que sa tenue ne puisse trop attirée l'attention. Soit qu'il traverse la ville dans la demi-heure qui suivait, alors que le soleil était encore trop bas pour éclaire correctement celle-ci.

Ce qu'il fit sans plus attendre, slalommant entre les lève-tôts et les miliciens, tête baissée pour ne pas se faire remarquer. Ce qui fonctionna plutôt bien, à son grand étonnement. Heureusement d'ailleurs. A peine la porte franchie, il se jeta sous la douche, retirant les traces de sang ne lui appartenant pas et permettant une meilleure vue sur sa blessure. Rien de bien grave finalement mais il lui faudrait réellement du désinfectant. Qu'il n'avait pas après vérification. Hé bien, il était bon pour un détour à la pharmacie... Un coup d'oeil à l'horloge de son salon. Elle devrait être ouverte à présent... Même si cela l'emmerdait de dépenser de l'argent dans des médicaments alors qu'avec de l'entraînement, il pourrait se soigner entièrement seul. Mais bon, il n'avait pas encore réussi à pratiquer sa magie suffisamment pour cela, notamment lorsque les entailles étaient si profondes. Alors, le jeune homme attrapa une veste en cuir, qu'il enfila rapidement sur ses vêtements et se glissa dans la chaleur moîte de la matinée. Ses cheveux déjà humides ne risquaient rien. Puis, de toute façon, il s'en moquait un peu de ça. C'était surtout amusant de voir la réaction des autres.

Il entra dans le magasin en restant silencieux. A part la pharmacienne, il y avait un autre client, dans un coin, penché sur un médicament dont Orfeo ignorait le nom. Il ne lui accorda pas tant d'attention que cela, préférant quitter cet endroit le plus rapidement possible. Il s'approcha donc de la femme, demanda un désinfectant et une crème cicatrisante et attendit qu'elle aille le chercher. Quelques secondes, rien de plus. Il paya, récupéra les éléments et s'apprêtait à prendre la direction de la sortie lorsque son attention fut rattrapée par l'autre homme. Par sa posture. Par le fait qu'il semblait... Galérer dans son entreprise. Intrigué, poussé par cet élan qui le caractérisait tant, le sorcier bifurqua et s'arrêta près de lui. Sa voix brisa le silence installé :

"Excusez-moi, vous avez des soucis pour lire ?"

Le meilleur moyen d'aborder quelqu'un assurément...


© 2981 12289 0

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Patience is key |Eddy|   Lun 26 Déc - 14:05

Avec les fauves.  
Eddy & Orféo
Patience is key

« Couche toi. — Écoute-moi — couche toi tout de suite, » il réitère sèchement, coupant le lion dans son élan. Celui-ci se redresse, Eddy est furieux du peu de considération qu’il lui accorde depuis son arrivé. La badine s'agite et il claque la patte de l'animal qui le teste inlassablement dans cette arène de dressage. Le tigre en son sein feule dangereusement. Sa mine, un instant soucieuse, se renfrogne aussitôt quand il vrille sur le roi de la savane un regard partagé entre le dédain et le dépit. Il ne parvenait toujours pas à saisir quel véritable intérêt à lui tenir tête chaque jours. Ils se toisent comme deux animaux forcés de partager l’inconfort de leur cage étriquée, et il le sent prêt à sortir les crocs. Evenson aime cette décharge d'adrénaline qui parcours son être à chaque fois qu'il lui fait fasse. Il aime cette sensation de danger. Des exercices périlleux mais qu'il obtient à chaque fois. Toujours la même bête qui lui cause des soucis. Les autres obtempèrent plus facilement. Les autres sont soumis à lui. Chaque fauve fait confiance en Eddy. Mais le lion reste le plus complexe. Cependant il s’acharne, avec toute sa hargne, en devient sec dans ses mouvements, à mesure que l'animal s'approche. «Eddy arrête pour aujourd'hui, tu vas finir blessé, » les mots de son coéquipier raisonne dans sa caboche. Mais il n'écoute pas, déterminé dans ce qu'il fait. Le fauve reçoit un coup de fouet dans le flanc, un geste précis et net qui l'agite, couchant sa grosse carcasse au sol. Enfin, il lui balance un gros morceau de viande en guise de récompense. En dompteur chevronné, l'homme fait preuve à la fois d'attention et d'intuition, de force physique et de résistance nerveuse, de prudence et surtout de courage. Ses pas le guident jusqu'à lui. Ses phalanges glissent dans la fourrure de l'animal avec douceur. Extériorisant ses craintes. La respiration est lente. « Eddy tu es fou, » murmure le type qui s'approche doucement avec son lasso, ouvrant la cage afin de conclure cet exercice périlleux. Prêt à intervenir en cas de pépin. Une poignée de seconde et le lion s'agite en remarquant cette erreur. Relevant sa carcasse dangereusement, un coup de patte sur Eddy, le griffant au bras, le mettant en garde de réitérer ce qu'il vient de faire. Ses pattes foulent le sol et il regagne sa cage avec vitesse, laissant le dresseur blessé.

**

« Je l'avais, pourquoi tu interviens, tu es un imbécile! Dorénavant j'aimerai faire mon travail, et seul. » Éructe le dresseur à l'adresse de son binôme. Irrité par cette faute irréprochable. « Tu dois te protéger avant tout, c'est un dominant,» l'autre cherche à lui faire comprendre que ce n'est pas un jeu. Mais Eddy n'écoute pas. Il soigne cette blessure avec les outils nécessaires avec nervosité. Les mandibules tremblent, il ne s'applique pas. Il manque le désinfectant. Il manque des choses dans cette trousse de soin. Fatigué de se disputer avec son comparse, Eddy fini par claquer la porte. L'abandonne. Au fond, une colère sourde gronde dans ses tripes. Il déteste partir sur sur une erreur. Son monde se morcèle, et il va donc à la pharmacie avec ses erreurs en tête. Il n'y a pas grand monde sur le chemin et heureusement. L'homme n'aime pas la foule, sa veste couvre sa blessure plus où moins profonde. Il pénètre dans le lieu et le voilà qu'il cherche ce qu'il désire. Ne sachant pas lire, la tâche est bien plus compliquée .. Prenant une plusieurs bande de soin. Il récupère également une boîte et pose ses billes sur l'étiquette. Il ne sait pas ce que c'est. Tout se ressemble mais rien n'est pareil. Une voix masculine le sort cependant de sa léthargie. « Je ne sais pas ce que c'est, » qu'il lui répond finalement, une poignée de secondes plus tard. La gueule se tord et il pose ses orbes sur l'homme qui lui tend une main. De l'aide plutôt. C'est peut-être un conseiller, où un vendeur, où peut-être pas puisqu'il a un sachet plastique dans sa main. « Je cherche du désinfectant, et des compresses, » il hausse les épaules. N'ose dire qu'il ne sait pas lire. Peut-être que cet homme va partir. Finalement sa mandibule repose l'objet non désirable à sa place initial. Aucune pression, vraiment.  



.
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 273
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Patience is key |Eddy|   Dim 1 Jan - 22:02


Patience is key
All men command patience, although few are willing to practice it ••• Le silence pour seule réponse. Quelques secondes défilèrent, durant lesquelles sa respiration semblait de trop. Le temps qui se dissociait de l'instant présent, lentement, rappelant à son esprit la blessure douloureuse qui ornait son avant-bras. Rappelant aussi l'acte d'horreur qu'il avait perpétré, sans en ressentir le moindre dégoût. Trop de parallèles s'offraient à lui en ce début de journée. Darkness Falls qui reprenait ses droits sur ses souvenirs, sur sa réalité, brouillant par instant ses pensées. Un visage qui en supplantait un autre. Et cet obscur inconnu qui devenait une image plus connue. Une image plus marquante. Une image qu'il aurait dû oublier. Ses doigts se resserrèrent légèrement autour du sac en plastique contenant le précieux désinfectant. Il allait finir par détruire la bouteille durement payée. Même s'il n'espérait pas. Certes, il avait suffisamment d'argent pour se permettre une telle chose mais ce n'était pas le but. D'autant plus que ce genre d'achats pourrait attirer l'attention des autorités. Aujourd'hui, le moindre écart était sujet à observation. Orfeo le savait. Il le savait tellement qu'il faisait attention à chaque geste et à chaque parole. Comme si c'était naturel tout ça...

La réalité se réimposa à lui lorsqu'il sentit un regard se poser sur lui. Il était temps d'arrêter de se perdre dans des pensées plus noires les unes que les autres. Un tel comportement ne lui ressemblait pourtant pas. Il fallait croire qu'il avait été plus affecté par sa rencontre avec son frère, puis avec Callum qu'il ne le montrait. Tout avait été remué au fond de lui, créant un gouffre qu'il avait réussi à masquer jusque-là. Il ne fallait pas grand-chose pour ébranler certaines convictions. Il s'obligea à se détendre, se décrisper. Ce n'était pas le moment d'apparaître comme désagréable aux yeux d'un inconnu qu'il avait lui-même abordé. Pourquoi une telle chose d'ailleurs ? Lui qui se promettait sans cesse d'être un connard, d'être plus semblable à son aîné, il retombait dans ses travers et dans sa réelle personnalité, plus altruiste que celle qu'il se créait. En fait, il se rendait compte du pourquoi en posant de nouveau ses yeux bleus avec plus d'attention sur la carrure de son interlocuteur. Parce qu'il y avait cette lueur dans son regard, ce fait qu'il avait l'air de ne pas réussir à lire. Un miroir sur son propre passé. Peut-être que le sorcier se trompait farouchement. Certainement même qu'il se trompait, puisqu'aujourd'hui tout le monde était lettré normalement, mais une petite voix dans sa tête lui indiquait de quand même y aller.

Et les premiers mots que son interlocuteur prononça semblèrent appuyer cette thèse. Il ne savait pas de quoi il s'agissait. Pourtant, c'était écrit noir sur blanc sur la boîte. Des anti-douleurs. Orfeo resta cependant silencieux. Il n'était pas malin de signaler que c'était pourtant simple de lire cela, puisqu'il avait été à une époque incapable de lire la moindre lettre. Si Rafael n'avait pas pris de son temps pour le lui expliquer et pour lui apprendre, il n'aurait jamais su. De même avec Lucrezia. Si elle n'avait pas fait le parallèle entre l'italien et l'anglais, il aurait eu bien plus de mal à s'intégrer dans la société actuelle. Donc... Si la personne en face d'elle était aussi âgée et n'avait pas eu la chance de trouver de tels percepteurs... Oui, c'était possible. Il fallait envisager toutes les possibilités de toute manière. Puis il lui donna ce qu'il recherchait. La pharmacienne, non loin, s'affairait déjà à trouver les compresses et un autre désinfectant. Pendant ce temps-là, le sorcier continuait de fixer l'inconnu. Quelques secondes de silence, avant que son anglais teinté d'un accent italien ne refasse surface :

"Si vous ne parvenez pas à lire, vous devriez consulter un médecin. Des opérations peuvent être tentées pour améliorer la vue."


Partir sur des problèmes médicaux plutôt que d'éducation. Histoire de ne pas le mettre mal à l'aise. Même si ça devait déjà être le cas. Un inconnu qui t'aborde comme ça au milieu d'une pharmacie pour... Rien, ce devait être flippant. Orfeo aurait été le premier à rembarrer un possible interlocuteur. La peur qu'il soit lié à Rafael. Et là, il avait mis sa prudence au placard. Pour quelques heures. La pharmacienne revint à leurs côtés, tendant un sac à l'autre. En quelques mots, Orfeo demanda à la femme de mettre le tout sur le compte de son frère. Un nom qui la tendit suffisamment pour qu'elle fuit. Personne ne prononçait le nom de Morienval, bras droit du président, à la légère. Sauf le sorcier. Parce que son lien avec l'homme le lui permettait. Autant en profiter, non ?

"Pourquoi avez-vous besoin de ça ? Vous vous êtes blessé ? L'hôpital n'est pas très loin si vous avez besoin d'y faire un tour..."

Un ton calme, maîtrisé. Des propositions somme toute logiques, faisant fi de sa propre douleur. Son pouvoir était déjà à l'oeuvre, tentant tant bien que mal de résorber la blessure. Sans réellement y parvenir, la guérison étant trop faible par rapport à la gravité. Les regards effrayés de la pharmacienne poussèrent l'italien à quitter le lieu, non sans avoir fait signe à l'autre de le suivre. Quelque chose le dérangeait aussi. Il percevait des détails sous la peau de l'inconnu. Une fois dehors, il tendit la main à son interlocuteur, un vague sourire sur les lèvres.

"Je m'appelle Orfeo sinon, j'espère que toutes les questions ne vous dérangent pas..."

Puis elles sont déjà posées, donc bon... Ce n'était pas comme s'il allait les effacer de la mémoire de l'homme. Même si ce serait intéressant.

©️ 2981 12289 0


HJ:
 

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Patience is key |Eddy|   Ven 6 Jan - 22:43

Pharmacie.  
Eddy & Orféo
Patience is key

L'homme n'aime décidément faire les boutiques. Il est un sauvage en manque de culture. Et de civilisation. Un peu tout à la fois, mais il est bien ainsi, personne ne le gène dans ses occupations. Déteste encore plus que les badauds le lorgnent avec curiosité alors qu'il cherche à lire. Et à comprendre ce que c'est. Masque ses problèmes en cherchant autre chose, mais cet homme lui pose des questions. Sait qu'il a du mal. Alors il lui tend inconsciemment une main. Maintenant qu'il a répondu, celui-ci semble ailleurs. Où plutôt silencieux, il cherche probablement les bons mots pour ne pas être blessant, probablement. Consulter un médecin qu'il cite. Serrant soudainement la mâchoire, il récupère une boîte quelconque, jetant celle-ci, la seconde suivante sur la caboche de l'inconnu. Sans aucune douceur pour toute réponse. Il n'aura pas mal, c'est juste un avertissement. Une mise en garde.«Je n'ai aucun soucis de vision. J'ai simplement des..», il ne termine pas sa phrase, bloquée dans sa trachée. Ne pas savoir lire, et alors. Relevant les pupilles froides, dures sur lui alors qu'une pharmacienne débarque près d'eux. Perturbant cet échange, et heureusement d'ailleurs. Récupérant le sac bien rempli alors qu'il s'apprête à rendre la monnaie mais l'homme paie l'addition à sa place. C'est assez perturbant, troublant. « Pourquoi payez-vous ? On ce connaît ? Je n'ai pas envie d'aller là-bas, perdre mon temps, voir des gens habillés en blanc.. non merci, et vous alors ? Un problème ? », demande t-il à son tour alors qu'il hume inconsciemment l'air à la recherche d'une blessure récente, quelconque, s'aidant de son odorat assez sensible, plus que la normale. L'homme est trop serviable,ça cache quelque chose de suspect. Doit-il lui rendre un service ? La maîtresse du lieu incite à l'homme de prendre la porte et rapidement. Emboîtant alors silencieusement ses pas, ses orbes contemplent attentivement le corps masculin. Analyse l'inconnu. «Le bras, c'est ça, je retourne donc vos phrases, il y a un hôpital pas loin. », dit-il alors qu'un demi sourire fend sa trogne. L'autre tend sa pogne, dévoile naturellement son identité à un inconnu comme lui. Premièrement, il ne fait aucun geste, puisqu'il est assez méfiant. Quelqu'un qui l'aborde comme ça, sans raison à part entière. Pourquoi être si altruisme envers lui. Oubliant son appréhension, il agit. Attrapant la mandibule de l'interlocuteur dans la sienne. Une poigne ferme, presque trop rude. L'animal ressent une aura particulière émanant de l'inconnu. Relâchant le contact physique, il commence une marche à ses côtés. « Eddy Evenson. Je suis dresseur de fauves, l'un d'eux était particulièrement de mauvaise humeur aujourd'hui. Une simple griffure, et vous, alors ? », demande t-il, lui retournant finalement la question. Curieux, il n'a pas l'habitude qu'on l'aborde dans une pharmacie, et encore moins d'être agréable avec un homme qu'il ne connaît pas, il est assez rustre et sauvage, à l'image de ses bêtes et de son animal dormant dans son sein. Heureusement, il y a un changement d'environnement, un changement de sujet, ils ne discutent donc pas de son problème de lecture.



.
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 273
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Patience is key |Eddy|   Jeu 19 Jan - 2:05


Patience is key
All men command patience, although few are willing to practice it ••• Orfeo avait laissé son instinct prendre le dessus pour cette rencontre. Il n'était en rien normal de payer des médicaments pour un inconnu, et encore moins de mettre le tout à crédit pour son aîné. Une façon de lui faire payer la violente claque qu'il s'était prise lors de leur rencontre. Certes, la façon la plus rapide de se « venger » aurait été de lui en offrir une en retour, mais le sorcier n'était pas ce type de personnes. Avoir recours à la violence envers son frère... Etait une pensée qui suffisait à le dégoûter. C'était donner des raisons à ce dernier de le haïr encore plus et de le tuer. Comme s'il n'en avait pas déjà assez. Alors l'italien se contentait de petites piques, de lui dire que s'il souhaitait le suivre et contrôler sa vie, il faudrait qu'il en assumme tout, En tout cas, l'homme face à lui lui avait avoué qu'il n'avait pas de soucis de vue. Ce qui ne laissait guère d'alternatives sur ses problèmes. Il ne devait pas savoir lire. Et c'était tout de même étonnant dans le monde d'aujourd'hui. Avec l'accès à l'éducation plus que facile d'après ce que lui avait dit Lucrezia... Ou alors l'homme venait d'un autre temps, mais il semblait bien trop ancré et à l'aise pour cela. Donc, Orfeo ne parvenait pas trop à le cerner. Un mystère sur jambes. De nouvelles questions, qui ne lui avaient arraché que de légers sourires.

Jusqu'à ce que l'inconnu souligne sa blessure. Comment l'avait-il deviné ? Celle-ci était caché sous son blouson, elle était donc invisible à la vue de tous. Ses iris bleutés se détournèrent du paysage grisâtre pour venir s'enfoncer dans ceux de son interlocuteur. Il cherchait à comprendre de quoi il en retournait. Et il eut sa réponse en serrant la main de son interlocuteur. Un être surnaturel. Il n'était malheureusement toujours incapable d'être plus précis que cela mais c'était suffisant dans son esprit. Des capacités ou des sens surdeveloppés devaient lui permettre de voir au-delà des apparences et des vêtements. Orfeo aurait penché pour un skinchanger, mais seulement parce qu'il s'agissait là des créatures sur lesquelles il avait le plus d'informations, qu'il avait le plus côtoyé par sa nature de sorcier et parce que son aîné lui-même en était un. Les autres créatures lui étaient assez peu connues. Après, il était entièrement possible que celles-ci possèdent des pouvoirs permettant de connaître les blessures ou points faibles de leurs adversaires. Ce serait extrêmement intéressant en fait...

Eddy Evenson donc... Un nom qui sonnait plutôt américain à ses oreilles, comme 90% des noms de la population de la Nouvelle-Orléans finalement. Un dresseur de fauves... Ce n'était pas un métier commun ça. En tout cas, c'était un métier qu'Orfeo n'aurait jamais fait. Non pas par peur du danger, puisqu'il était pompier alors qu'il était mort une première fois en étant brûlé vif mais juste parce que les bêtes sauvages... Hé bien, ce n'était pas son truc, comme les animaux de manière générale. Il avait déjà du mal avec certains êtres humanoïdes... Comme Rafael. Enfin, Eddy avait donc été blessé par un de ses fauves. Une légère grimace se dessina sur son visage. Décidément...

« Pas grand-chose non plus. Je me suis ouvert avec un morceau de bois en enfonçant une porte pour aller chercher une gamine piégée par un incendie. J'ai l'impression que nos métiers respectifs sont plutôt propices aux blessures... »

Il avait menti, sans le moindre souci. Il se voyait mal raconter la vérité à cet homme quand même. D'ailleurs, dresseur de fauves, c'était certainement en lien avec le Colosseum et donc le Gouvernement. Il fallait donc rester prudent sur les mots utilisés. Réduire légèrement son altruisme pour éviter de tomber dans des tourments bien plus graves que ce qu'il avait vécu jusqu'ici.

« Je vous remercie mais la blessure aura disparu d'ici quelques jours, pas besoin d'aller à l'hôpital pour cela... »

Et autant avouer qu'il avait un peu la trouille de cet endroit. Il était incapable de savoir qui disait la vérité de qui jouer un rôle pour le Gouvernement. Et puis, il y passait suffisamment de temps, en ramenant les blessés. C'était suffisant comme ça. Surtout que sa blessure se soignerait d'elle-même, cela ne nécessitait que quelques jours, le temps que son don puisse agir. Evidemment, s'il s'était entraîné et s'il n'avait pas été retardé, tout se serait passé bien plus vite. Mais bon, on ne pouvait pas tout avoir. D'ailleurs, il venait d'évoquer sa condition plus ou moins. Sa nature de sorcier. Bon, pas grave, l'autre n'avait peut-être pas compris l'utilisation du terme « disparaître ». Après tout, le sorcier avait toujours un accent italien assez prononcé, il serait possible de mettre son choix de mot maladroit sur ce compte-là. Une non-maîtrise de la langue anglaise.

« D'ailleurs, ne vous inquiètez pas pour ce qui est du paiement. Et non, on ne se connait pas. Parce qu'il y a absolument besoin de connaître une personne pour se permettre ça ? Etrange... »


Un ton légèrement sarcastique. Les mœurs de ce pays l'étonneraient toujours. Ou alors c'était l'Apocalypse qui avait modifié les mentalités. Ce qui était d'autant plus triste. L'italien glissa sa main gauche dans ses cheveux, les ébouriffant au passage. Exactement l'inverse de son aîné. Il était la honte de la famille là où l'autre en était l'héritier le plus parfait. Ses yeux bleus se voilèrent d'une lueur interrogative et curieuse.

« Sinon, j'aurai une autre question... Il me semble que vous n'êtes pas entièrement humain. Qu'êtes-vous ? » Ou comment mettre les deux pieds dans le plat. Mais Orfeo avait appris qu'avec des sous-entendus, on n'arrivait à rien. Donc.... « Et il n'y a aucun souci à avoir des soucis de lecture, ça peut s'arranger très vite. »

Un peu plus sérieux, parce qu'il savait ce que c'était. Et il sait aussi qu'on peut toujours apprendre à lire, ce n'était pas un état forcément définitif. Après, il fallait avoir l'envie et la motivation.


© 2981 12289 0

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Patience is key |Eddy|   Lun 6 Fév - 16:59

Patience.
Cet individu est vraiment généreux, il n'a guère l'habitude de le voir de son côté. Ça lui prodigue du baume au cœur, même s'il reste méfiant de nature. Jamais très serein lorsqu'il s'agit de gentillesse. Il observe silencieusement l'individu qui lui fait face. Aussi blessé physiquement que lui en sauvant une personne du feu. « Remarquable travail. Vous devez être fier. J'espère que ce n'est pas trop grave cette plaie. Je sais que ce n'est pas de tout repos, protéger et servir.. hum.. Ce n'est pas quelque chose de difficile à long terme ? » souffle t-il en entendant la raison de cette blessure superficielle. Le tigre peut sentir la blessure, elle est encore récente, fraîche.  Etant tout aussi curieux que lui. Après tout, pourquoi ne pas apprendre d'avantage de cette personne qui semble avoir le cœur sur la main. « Je préfère la compagnie de gros chats pour ma part, ça ne juge pas. », soupire t-il, ne pouvant cacher un sourire amusé. C'est pour ça qu'il aime les fauves. Les félins sont sincères, dépourvus de mystères. Indépendant, ils glissent doucement et tranquillement entre les doigts, n'en ayant rien à faire de quiconque. Ils poursuivent le cycle de leur vie sans lui en vouloir de ne pas rentrer, sans lui en vouloir de ne pas être à eux. Ils sont élégants et puissants à la fois. Un brin feignant pour les les lions. L'autre est curieux, il peut le ressentir. Il cherche à savoir d'avantage de son identité, de sa véritable nature. Faisant mine d'être surpris. « Vous semblez curieux. Et la curiosité est un vilain défaut, le saviez-vous ? », grogne t-il alors qu'il cesse sa marche en posant ses iris sur lui. Changeant volontairement de sujet. Il ne sait pas s'il doit répondre sincèrement, au risque d'avoir des représailles, il ne connaît rien de lui après tout.  L'individu rebondit sur son soucis de lecture avec plus de sérieux une seconde fois. Il insiste le bougre, c'est assez agaçant. Haussement nonchalant d'épaules. « Je ne sais pas lire tout simplement. », voici une réponse irritée, une voix sèche. D'un pas d'éléphant, il se dirige vers un petit bar pour lui rendre la monnaie de sa pièce. « Un verre en guise de remerciement ? Où bien pour une prochaine fois ? », il l'observe alors à ses mots. Ses pas le guidant jusqu'à la terrasse d'un petit bar. Tournant les yeux dans sa direction ; Alors ? Un sourire s'arrache à son expression d'invitation, fleurissant dans une mer d'espoirs et des tendresses qu'il essai encore un peu de fuir. Il n'aime pas particulièrement la gentillesse. Devoir quelque chose. Posant son sac plastique sur une chaise, il s'installe en suite à ses aises. Posant son séant, décidant de boire un coup avec où sans lui. Les soins attendront un peu. Il songe à ses gros chats, le plus dominant plus précisément, celui qui lui cause beaucoup de problèmes. Mais à chaque problème, une solution, il est est persuadé. Ses billes glissent sur l'homme qui s'assoit en face de lui. Le questionne en attendant le serveur. « Depuis quand fais-tu ce métier ? C'est un choix où une obligation ? Je te tutoie..je pense que c'est mieux. »

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 273
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Patience is key |Eddy|   Sam 18 Fév - 22:30


Patience is key
All men command patience, although few are willing to practice it ••• Orfeo n'eut qu'un léger sourire à la remarque de l'homme. Il n'y avait pas vraiment de fierté dans le fait de faire son métier. En tout cas, l'italienne ne l'avait pas choisi dans cette optique-là. D'ailleurs, pourquoi avait-il choisi d'être pompier ? Pour lui qui était mort brûlé vif, c'était tout de même cocasse... Difficile... Il se contenta d'hausser les épaules. Il ne s'était jamais réellement posé la question à vrai dire. Il faisait seulement ce pourquoi il s'était fait engager. Être un héros, protéger, servir, voilà qui était secondaire. Certes, il savait que beaucoup le faisaient dans cette optique-là. S'offrir une nouvelle conscience, attirer les jolies jeunes, obtenir les grâces d'un gouvernement corrompu jusqu'à la moëlle. De bien belles conneries. Des raisons, des excuses qui lui donnaient envie de vomir. Et pourtant... C'était ce qu'il était censé faire lui aussi. Pour se comporter comme un connard. Au lieu d'être gentil et serviable envers cet inconnu. Finalement, il était incapable de tenir ses propres volontés...

Evidemment, préférer des animaux à des êtres humains devait avoir des avantages... Il n'y avait pas plus vicieux qu'un humain. Certes, un fauve pouvait vous arracher le bras en une demi-seconde mais il répondait à des instincts qui pouvaient être anticipés. Un être humain... Etait nettement plus complexe. Il jouait, il avait des sentiments. Il modifiait son comportement, passait de victime à prédateur, et inversement. Donc, Orfeo pouvait comprendre, bien que lui-même soit incapable de s'approcher d'une bête sauvage. Oui, il restait un peu flippé sur les bords. Même s'il était du genre à aller méditer dans les lieux abandonnés, là où les zombies avaient tendance à s'entasser... Il lui manquait très clairement une case mais mieux valait ne pas mettre son interlocuteur au courant de ça...

Leurs pieds s'étaient mis en route. Oh que oui la curiosité était un vilain défaut. Et pourtant... Orfeo n'arrêterait pas. Il n'avait pas arrêté pour les beaux yeux de son aîné, pour son caractère de merde. Et il n'arrêterait pas pour cet homme. C'était un fait, sa curiosité était presque maladive. Et il s'en amusait. D'ailleurs, c'était pour cette raison qu'il revint sur le sujet de la lecture. Insister, quitte à mettre l'autre mal à l'aise. Cela lui importait peu. Et au moins, il avait obtenu une raison. Il n'y avait aucune moquerie dans son regard, dans son comportement, et même son sourire avait disparu de ses traits. Ne pas savoir lire... Il connaissait bien. Il connaissait trop. Il avait eu cette douloureuse sensation d'incompréhension devant les lettres à deux reprises. La première fois, il y avait moins d'impact, puisque son esprit était embrouillé. La seconde, c'était remarquer à quel point tout avait changé qui l'avait perturbé. Comme si tout son apprentissage n'avait servi à rien. Heureusement que Lucrezia avait eu la gentillesse de l'aider à tout réapprendre. Donc... Il ne se foutrait pas de son interlocuteur.

Un bar, une proposition. Orfeo hocha doucement la tête. Autant accepter et puis... Cela lui permettrait certainement d'en apprendre plus sur cet homme, qui préférait la compagnie des bêtes à celle des humains. Il s'installa face à Eddy, attrapa l'une des cartes posées sur la table et y jetta un rapide coup d'oeil. Tout en sachant déjà ce qu'il allait choisir. Un café, puisque c'était la seule boisson qu'il était capable d'avaler. La dernière question de son interlocuteur le fit rire franchement. Choix ou obligation... Il se laissa aller contre le dossier, leva les yeux vers le ciel dégagé.

"Pas de problème pour le tutoiement, en effet, ça me semble être le plus pratique... Hé bien, ça doit faire quatre ou cinq ans à présent. Et c'est par choix que j'ai fait ce métier. Pas forcément pour être un héros, juste parce qu'il était celui qui me parlait le plus."

A quoi bon être un héros ? A quoi bon être un homme bon ? Ca n'avait pas réellement d'intérêt. Ca n'en avait pas et pourtant, au fond de lui, voilà ce qu'était Orfeo. Un homme foncièrement bon, qui se glissait avec aisance derrière un masque. Celui de son frère, qu'il avait recréé, qu'il avait adopté. Parce qu'il était plus facile d'être un connard. Il était si facile de faire comme si rien ne nous intéressait...

"Et toi, ça fait longtemps que tu vis entouré d'animaux ? Ce n'est pas commun."

Il n'y avait pas de jugements, juste une réelle interrogation. Puisque les fauves avaient tendance à éveiller en lui un sentiment de peur et de fuite assez important. Certainement que l'homme avait l'habitude de tout cela. Ce devait être ça.

"La curiosité est un vilain défaut, en effet, mais il est toujours plus sympathique de poser des questions et d'apprendre à connaître les autres, non ? Même si je conçois que les humains sont quelque peu... Agaçants par moment."


Lui appréciait tout de même une discussion de temps à autre. Un moment un peu plus calme, où il n'avait pas à subir les agressions de zombies ou autres créatures. Se ressourcer au passage. Oublier la blessure sur son bras aussi. Il avait toujours été doué pour faire abstraction de la douleur. Il le fallait bien lorsqu'on avait traversé l'enfer qu'est Darkness Falls.

"Et aussi... Ne pas savoir lire n'est pas un problème. J'ai moi-même mis des années, peut-être une ou deux décennies avant d'apprendre. Rien n'est perdu si tu veux t'y mettre maintenant..."

Une proposition en demi-teinte. Dans tous les cas, il ne fallait pas que l'homme se sente mal par rapport à cela. Orfeo venait d'une époque où ne pas savoir lire ou écrire était la norme, puisque réservé à une élite. Si lui faisait partie de celle-ci, la majorité de la population non. Donc, dans son esprit, il était plus naturel de ne pas savoir que de savoir. Etrange non, comment les mentalités pouvaient changer... Le serveur arriva à leur table, et l'italien en profita pour demander son café. Une pause bien mérité...


© 2981 12289 0

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Patience is key |Eddy|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Patience is key |Eddy|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-