AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Mar 27 Déc - 23:32

Moins d’un mois. Cela faisait moins d’un mois que Neal s’était découvert une passion pour les jeux d’argents et il avait déjà perdu gros... Pourtant cela ne l’arrêtait pas. Le sang qu’il pensait avoir sur les mains à cause d’un excès de bibine avait fait voler en éclat son amour pour la vodka, du moins pour le moment. Il tentait donc de compenser ce vide par autre chose, sans grand succès pourtant. En effet, ce dont il avait envie, il ne pouvait plus l’obtenir à cause de l’exil de son sorcier. Et Neal ne se serait jamais avoué qu’il aimait la douleur au point d’aller sciemment dans un endroit exprès, car ça devait exister, il en était sûr, quelque part et bien caché. Mais niant en bloc son penchant –très penchant- masochiste, il ne lui était pas concevable de chercher, ni de trouver, tel genre d’établissements.

Alors après la drogue et l’alcool, c’était l’adrénaline des jeux qui faisait battre son cœur. Pourtant il n’était pas facile de trouver des gens avec qui jouer, à cause de la prohibition. Foutu prohibition ! Il s’était bien dégoté une table de joueurs dans un bâtiment désaffecté dans le nord de la Nouvelle-Orléans, mais ces types ne représentaient pas un réel défi, tout imbibés de produits illicites qu’ils étaient... Malheureusement, il n’avait pas trouvé d’autres endroits pour assouvir ses pulsions. Alors il revenait régulièrement dans ce taudis, pour gagner des clous et de vieux paquets de clopes écrasés qui ne contenaient plus que des filtres usagés... Une fois pourtant, il avait gagné un fond de bouteille de whisky, mais ne voulant plus toucher à cela, il l’avait offert au reste de la table. Son assiduité à cette table mitée avait pourtant apportée quelque chose de beaucoup plus intéressant à Neal.
Il se racontait, d’après un type chauve comme un œuf dur qui l’avait entendu de son ami Diego le toxico dont le dealer trainait dans les quartiers est –toute une histoire, il fallait l’avouer- qu’un établissement clandestin permettait de jouer dans le dos du gouvernement. Sans montrer son intérêt plus que démesuré, Neal profita de la partie de Black Jack de cette après-midi venteuse pour tenter d’obtenir le plus de renseignements possible quant à la localisation du-dit établissement. Il se voyait déjà assis à une table luxueuse en présence de gens influents, prêt à les dépouiller. Si l’on devait en croire les dires de ces types, l’établissement se trouvait à l’arrière d’une librairie, dans les quartiers est de la ville. Précision, quand tu nous tiens... La déception et la frustration de Neal grimpèrent tout au long de l’après-midi, se rendant bien vite compte qu’il ne tirerait rien de plus de ces hommes.  Il ne comprenait pas comment on pouvait oublier la localisation d’un tel palais des plaisirs !

« Sérieux, vous avez pas plus d’infos ? Nan mais ça sert à quoi de raconter des histoires d’existence de lieu interdit si vous savez pas où les trouver ! Je rêve ! Quelle bande de nazes vous faites, sérieux ! »

Soupirant de dépit, Neal dépouilla ces pauvres bougres avant de partir comme une flèche de ce taudis, les mains enfoncées dans les poches, la mine renfrognée et le regard sombre. Les types de la table le regardèrent sortir avec un regard teinté d’incompréhension mais ne posèrent pas de questions. Vaille que vaille, Neal décida de tenter sa chance le soir même. Il repassa en coup de vent chez lui pour se doucher et mettre des vêtements décents, du moins des vêtements qu’il pensait convenables pour le genre de lieu qu’il espérait trouver ce soir. L’après-midi tirait sur la fin quand il sorti de chez lui et se dirigea, les poches pleines d’argents, vers l’est de la ville.

Il chercha longtemps dans les petites rues et les impasses, où il semblait logique de cacher un établissement interdit. Pourtant ne trouvant rien de concluant, il se décida à chercher dans les plus grandes avenues, commençant par Bourbon Street. Cependant la foule était vraiment dense par endroit à cause des spectacles de rues qui commençaient à s’établir pour la soirée. il fallait vraiment se coller au gens pour pouvoir passer. Et alors qu’il se dégageait d’un attroupement de gens qui attendait devant un bar –en ayant au passage lancé un clin d’œil à une jolie fille dont le regard avait croisé le sien- Neal rentra malencontreusement en collision avec quelqu’un. Les mots d’excuses sortirent de sa bouche avant d’avoir vu la personne en question, prêt à continuer ses investigations sans beaucoup plus de ménagement.
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Mar 3 Jan - 23:59


Rencontre avec le passé
Because the past is suposed to stay in the past. ••• Il y avait ces jours où se lever relevait de l'impossible. Même pour elle, qui pourtant ne rechignait jamais à aller bosser. Sauf qu'elle avait d'autres soucis à penser. D'autres soucis dans le crâne, qui bloquaient certaines réflexions. Et pour la jeune fille, cela pouvait l'empêchait de percevoir des détails. Et donc la mener à la mort. Ou à la morsure. Ce qui, venant d'un zombie ou d'un daybreaker, serait pire que de périr. L'italienne ne serait plus en mesure de travailler pour le Gouvernement qui était pour elle tout à ses yeux. Et aussi... Que penseraient les rares personnes à la supporter et à s'inquiéter pour elle ? Elle était déjà un monstre parmi l'élite. Elle n'était rien d'autre qu'un monstre, seule son enveloppe corporelle lui permettait encore de passer pour une humaine lambda. Si elle devenait à son tour un daybreaker... Finalement, il n'y aurait plus grand-chose qui l'empêcherait de se faire traquer et éliminer par ceux qu'elle avait accompagné et aidé durant des années. Peut-être que Dante avait raison. Peut-être que les dirigeants n'en avaient rien à faire d'elle, qu'elle n'était qu'un pion remplaçable. Sauf qu'elle le savait, qu'elle en avait l'habitude, puisqu'on l'avait éduquée ainsi. Elle n'était rien, et pourtant, elle restait envers et contre tout. Et n'imaginait pas pouvoir se séparer de ce qui fait d'elle une personne à part entière.

La shadowhunter finit par sortir de ce lit, se glissa jusque dans sa salle de bain, les sens déjà en alerte. Les cauchemars l'empêchaient encore plus de se reposer, créant une activité dans son esprit bien plus forte et alerte qu'habituellement. Elle ne gérait plus, ne dissociait plus le rêve de la réalité. Et donc son cerveau réagissait à des stimili... Qui n'existaient pas. Seulement un cauchemar, une pensée qui prenait une place plus importante que celle initialement prévue. Ambre utilisa l'eau brûlante pour chasser les derniers morceaux de cette nuit, s'autorisant quelques secondes de détente. Perdre pied, lâcher le contrôle, voilà une chose qu'elle n'avait jamais faite. Il fallait que tout aille dans son sens, selon ses plans. Sans quoi, la jeune fille avait tendance à tout supprimer sur son passage. Sauf quand elle n'en avait pas l'occasion. Comme l'arrivée impromptue de Dante en plein milieu de la nuit, quelque temps après avoir quitté l'arène. Finalement, il était son putain de talon d'Achille, l'une des rares personnes pour laquelle elle serait capable de chuter, de se sacrifier. Lui et Niklas. Mais pour ce second, c'en était presque normal, vu son statut au sein du Gouvernement... Le premier était un rebelle, fervent opposant à ceux qu'elle était supposée servir, ceux auxquels elle était supposée obéir.

Elle enfila son uniforme, jeta un nouveau coup d'oeil à l'horloge qui ornait son salon. Elle ne serait même pas en retard. Comme quoi... Son téléphone de fonction fut glissé dans une des poches du pantalon, alors que l'épée rejoignait son fourreau, battant sur l'arrière de ses cuisses. Une tenue effrayante pour la population, et en décalé par rapport à celle de ses collègues. De toute façon, elle était l'une des seules femmes à occuper un poste de shadowhunter, cela lui permettait de faire un peu ce qu'elle voulait. Et surtout de multiplier les armes et la violence pour se faire accepter. Elle n'avait rien pour elle. Sa jeunesse, son humanité – aussi relative soit-elle – et son sexe étaient autant de paramètres qui rebutaient ceux l'entourant. Et pourtant, elle était bien plus douée que eux tous réunis. La joie d'avoir eu une éducation approfondie sur les sujets utilisés dans la Milice. Sur cette dernière pensée, l'italienne se glissa hors de l'appartement.

La journée passa à une vitesse folle. Les arènes avaient eu l'effet inverse sur certaines tranches de la population, empirant les sentiments de haine et de rébellion. Elle avait eu à gérer un nombre incalculable de tentatives d'attentats. Le sang était revenu sur ses mains, encore plus présent que d'habitude. Tuer pour survivre, littéralement. Sauf que la jeune fille n'avait à faire qu'à de simples citoyens, loin d'être des tueurs entraînés. Et ils périssaient avant d'avoir mis leur pathétique attentat en oeuvre. Un jour, quelqu'un de véritablement intelligent arriverait et apporterait un véritable challenge à l'italienne. En espérant que ce ne sera pas quelqu'un qui la connaîtra et pourra anticiper ses actions. Bordel, ce serait vraiment un manque de chance hallucinant..

Vint le moment de rentrer, alors que le soleil déclinait progressivement. Un soupir quitta les lèvres tandis que ses pieds prenaient la direction de son appartement. L'est de la ville regorgeait de population, notamment lorsque les spectacles de rue commençaient. Cependant, Ambre n'avait jamais énormément de soucis dans ces moments-là. Son uniforme noir, symbole des shadowhunters, inspirant la haine à tous ceux la croisant, suffisait à écarter les citoyens. Un seul affront et elle pourrait se décider à se débarrasser d'eux. Selon leurs croyances. Ce n'était pas son genre en réalité. Tuer en plein jour, sans réfléchir... Non, ce n'était définitivement pas ce qu'elle aimait. Mais... Quelqu'un eut envie de tester. On la percurta. Pas suffisamment violemment pour qu'elle chute. Néanmoins, la jeune fille posa un regard glacial sur l'inconnu. Qui n'en était pas un. Une lueur d'étonnement transparut dans ses yeux vairons à l'instant du contact. Suivie de quelques mots :

"Neal ?!"

Bordel, elle n'avait plus eu de nouvelles depuis un bout de temps. Bon, disons quelques années. Et étrangement, retomber sur lui n'avait rien d'agréable. Parce qu'elle avait fait exprès de supprimer tout ce passé si encombrant. Et Neal en faisait partie. Il était le fils d'un couple très proche de ses géniteurs. D'ailleurs, elle avait eu à effectuer quelques contrats pour eux. Et elle était restée en contact avec leur enfant sous ordre de son père tout d'abord, puis simplement pour avoir son propre réseau ensuite. Puisqu'elle n'avait pas prévu de changer de boulot entre temps. Et qu'être tueuse à gages impliquait d'avoir son réseau de clients, pour ne jamais tomber à court d'argent. Bien que finalement, Ambre n'ait plus besoin de tout ça. L'héritage qu'elle avait reçu était si conséquent qu'elle pourrait ne plus travailler et vivre comme une reine jusqu'à sa mort. Enfin, si elle le souhaitait.

"Cela fait quelques... Années que je ne t'ai pas vu, que je n'ai pas entendu parler de toi. Tu devrais regarder où tu marches, pour éviter de bousculer d'autres personnes."

Le ton calme, froid, comme son attitude. Elle n'y avait aucun agacement, aucun énervement. C'était ce qui effrayait ceux l'entourant, co-habitant avec elle en temps normal. Ce manque d'émotions flagrant en société. D'ailleurs, elle pouvait sentir les regards s'accrocher à sa peau, sa tenue, en même temps que les respirations se retenir, les murmures traverser certains corps de la foule.

"Tu cherches quelque chose ici... ?"

Les questions, comme un moyen de prendre l'ascendant suite au choc. Comme un moyen de prouver qu'elle appartenait à ce Gouvernement si controversé...


© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Jeu 5 Jan - 16:39

Neal ne comprit pas tout de suite qu’il reconnaissait cette voie, ne s’attendant pas à croiser quelqu’un de connu. La curiosité le poussa à relever la tête et à mettre temporairement sa recherche en pause. Lorsqu’il leva la tête pour faire face à son vis à vis, il la reconnut. Ambre. Et quelques souvenirs refirent surface. Certains positifs, d’autres –plus nombreux- beaucoup moins. Comme le fait que ces parents avaient parfois eu recours aux services de la jeune femmes, une tueuse à gages notoire. Avec le recul qu’il avait maintenant, Neal se demanda qui d’autres ils avaient pu engager d’autres et surtout pourquoi. Mais il préféra ne pas penser à cela.
Quand son regard croisa celui de la jeune femme, un sourire chaleureux apparut sur le visage du Musicien. Il était, malgré ce qu’elle représentait, content de la voir. Il en avait toujours été ainsi. Les rares fois où ils s’étaient croisés Neal n’avait pas pu s’empêcher de vouloir apporter un peu de joie à Ambre. Ne serait-ce que la faire sourire et la voir se départir de ce froid ambiant qui la suivait partout. Ce n’est qu’alors qu’il remarqua son uniforme. Ainsi elle avait rejoint la milice, et pas n’importe quelle section. Les ShadowsHunters.

« Salut Ambre ! Désolé, effectivement, mais bon, parfois on fait de chouette rencontre par inadvertance. »

La détaillant du regard, il remarqua l’épée qu’elle portait à la taille et sourit. C’était quand même vachement badass ça ! Une fois de plus, les souvenirs remontèrent. Mais cette fois, ce fut des souvenirs de lui-même en ShadowHunter qui s’imposèrent à lui. Un souvenir notamment, ou Cameron, une collègue de l’époque avait manquée de se prendre une balle à cause de son inattention. Il se souvenait encore du savon qu’elle lui avait passé après être rentrés à la base et ce souvenir le fit sourire de nouveau.

« Ça fait un bail, c’est vrai. Je ne savais pas que tu avais aussi rejoint la milice. Ça fait longtemps ? Faut dire qu’on ne s’est pas parlé des masses, récemment. »

Le musicien se rendit compte que les gens autour d’eux avaient formé un cercle. Instinctivement, par réflexe ou volontairement, il n’aurait su le dire. Mais il était clair que tout le monde présent dans un rayon de dix ou quinze mètres se demandait ce qu’il allait se passer. Neal se souvint que cela avait quelques choses de grisant d’être craint de la sorte. Dangereux, oui, mais grisant. Combien de fois lui et son escouade s’étaient retrouvés en mauvaise posture quand une foule s’était refermée sur eux, attentant à leur santé et leur vie... Les yeux des badauds allaient de la jeune femme à lui, comme s’ils regardaient un match de tennis. Haussant les épaules, il lui répondit.

« Pas vraiment, j’aime bien cette rue et son agitation. C’est sympa de regarder les shows en déambulant dans la foule. Enfin, même si avec toi juste à côté, on ne peut plus vraiment parler de foule. Finit-il avec un sourire entendu. Cela dit, ça doit être pratique pour faire les soldes. »

Tant pis pour le Bones et ses tables de jeux d’argents. Neal réprima un soupir mais il aurait tout le temps de chercher encore après cet établissement mystérieux. Un jour, il y serait accoudé à une table, entouré de gens excités qui le regarderait braquer la banque en sirotant une vodka black. De toute façon, il commençait à en avoir marre et cela le frustrait de ne pas avoir trouvé après avoir cherché plusieurs heures. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas eu de nouvelle de la jeune femme alors il préférait tout autant discuter avec elle.

Combien de temps d’ailleurs depuis leur dernier échange ? Il fallut à Neal quelques secondes avant de mettre le doigt sur la réponse. De ce qu’il se souvenait cela remontait à une petite année. Peu de temps avant qu’il... qu’il ne tue se pauvre type dans une rue. Trop imbibé d’alcool, il ne s’en souvenait pas, mais il s’était bien gardé dans parler à qui que ce soit. Tout le monde avait des cadavres dans son placard, c’était au sens littéral pour le jeune homme. Un jour, il chercherait surement le fin mot de cette histoire, voire pourquoi pas rechercher la famille du pauvre homme pour les mettre au fait de ce qu’il s’était passé. Enfin, pas pour leur dire qu’il avait tué leur fils –enfin qui sait- mais au moins pour leur confirmer son décès, s’ils n’étaient pas encore au courant... Mais ce temps n’était pas près d’arriver.

« Et toi ? En service ? Si tu as le temps, on peut peut-être aller boire un café, y’en a un pas mal à une centaine de mètres plus bas. On peut pas vraiment discuter tranquillement ici –continuant plus bas- et puis faut peut-être mieux éviter que la foule voit une shadowhunter tailler le bout de gras avec un badaud qui l’a bousculer, non ? »

Finit Neal, légèrement cynique, avec un clin d’oeil.
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Dim 8 Jan - 1:49


Rencontre avec le passé
Because the past is suposed to stay in the past. ••• La foule qui les encerclait. Un cauchemar pour bon nombre de miliciens. Encore une fois, Ambre était de ceux qui s'en moquaient. Puisque son épée pouvait lui permettre de se sortir de ce genre de situations périlleuses, bien plus qu'une simple arme à feu à munitions limitées. Et aussi... Peu savaient et étaient capables de réagir contre une lame. Plus personne n'utilisait cela de nos jours, avec toutes les technologies qui ont éclos... Ce qui lui donnait une longueur d'avance. En tout cas, Neal avait l'air... Heureux de la voir. Bon, il l'avait toujours plus ou moins été, même lorsqu'elle n'était qu'une tueuse à gages employée par ses parents. Pas forcément un métier glorieux. Pas forcément une bonne chose pour sa famille à lui. Engager un tueur signifiait que des soucis étaient à régler. Sans passer par la justice ou la légalité. Ce qui offrait à Ambre un moyen de pression et de chantage certain. D'ailleurs, il lui était déjà arrivé de s'en servir avec certains de ses clients. Un moyen d'obtenir plus, et surtout d'obtenir quelque chose pour elle plutôt que pour son père. Une dissidence dans son esprit parfaitement conditionné. Et ça n'avait jamais été plus loin, malgré les années et les répétitions.

Une chouette rencontre... Le choix des mots était particulier. Après tout, ils exprimaient un sentiment. Chose qu'elle ne connaissait pas, se contentant d'énoncer des faits. Et aussi, Ambre savait qu'elle avait tenté de l'éliminer à quelques reprises, comme pour supprimer les derniers vestiges de son passé de tueuse... Elle n'y était jamais parvenue. Il était l'un des rares à avoir échappé à ses griffes. Peut-être parce que jusqu'ici, la jeune fille avait évité de s'en mêler par elle-même. Elle avait choisi des mafieux, d'autres professionnels pour régler le souci à sa place. En vain. Il allait falloir qu'elle s'y confronte un jour. Sous peu certainement, vu qu'elle repoussait l'échéance depuis des années à présent. Il ne savait pas qu'elle avait rejoint la Milice ? Il est vrai qu'elle restait plutôt discrète dans son unité. Elle remplissait les missions imposées mais la plupart concernaient les daybreakers et les zombies. Une traque qu'elle avait appris à apprécier, pour sentir la mort sous ses doigts. Donc, elle n'avait que peu l'occasion de croiser des connaissances en étant en uniforme. Même si récemment, elle avait commencé à faire quelques changements. Sans pouvoir prétendre à un rang plus élevé de par son sexe, sa nature et sa jeunesse, elle avait juste décidé de prendre et faire d'autres missions. Aussi dangereux cela soit-il pour sa carrière et ses ambitions – inexistantes –.

Elle ne rebondit pas de suite sur les remarques. Ses yeux restaient alertes sur la population alentour, prêts à envoyer les signaux d'alarme à son cerveau. Prêts à décider quand le carnage démarerait. Une rue sympathique. L'italienne y habitait, et pourtant, elle ne l'avait perçu ainsi. Peut-être parce qu'elle s'en moquait pas mal. Elle n'était pas là pour se promener dans les rues, ni même pour aller faire les magasins, ce qu'elle lui fit comprendre d'un regard froid. Ambre n'aurait pas du s'arrêter. Il aurait mieux fallu pour elle qu'elle hâte le pas. Car là, la situation pouvait dégénérer rapidement, au moindre faux pas de sa part. Et, malheureusement, la jeune fille était loin d'être dans son meilleur état. La dernière discussion avec Niklas, bien arrosée, et la venue de Dante il y a quelques jours restaient ancrées dans le fond de son esprit, menaçant de la faire basculer à tout instant. Ils n'étaient que deux réellement capables de la bousculer sur elle-même. Et il fallait que ça arrive peu avant ses "retrouvailles" avec Neal. Alors qu'elle avait essayé de le tuer l'année précédente. Putain, quelle merde.

Des questions, une proposition. Il aurait fallu la décliner. Sauf que ce n'était pas le moment. Déjà qu'ils avaient commencé à discuter, autant paraître civilisé et continuer. Et puis, Ambre devait l'avouer, il y avait une certaine curiosité pour savoir comment il s'en était sorti ces derniers mois. Peut-être parce qu'elle le considérait comme une connaissance plutôt proche, tout en se le refusant. De toute façon, il lui fallait se rendre à l'évidence que les relations sociales, quelles qu'elles soient, n'étaient pas faites pour elle. Cependant, elle était obligée d'en avoir un minimum parce que c'était bien vu. Il y avait que peu de personnes qu'elle côtoyait parce qu'elle en avait réellement envie. Sauf que Neal se glissait plutôt dans cette catégorie. Une autre personne se serait fait remballer sans ménagement. Lui, il n'a même pas eu de savon pour la bousculade et ça, c'était déjà beaucoup pour la tueuse. Elle hocha vaguement la tête, et prit la parole :

"Tu as raison, il faudrait mieux que l'on aille dans un endroit clos, je te suis."

Et elle lui emboîta le pas sans attendre. La marée humaine se reserra légèrement, les suivant. Si ce n'était que ça... L'ombre d'un sourire se glissa sur ses lèvres alors que ses doigts effleurèrent la garde de son épée. Mouvement de recul. Sa main enveloppa la poignée. Et la foule se dispersa. Un moyen comme un autre pour faire pression. Personne n'allait prendre le risque de s'attaquer à une milicienne, surtout s'ils ne savaient pas si elle était accompagnée ou non. Quelques badauds continuaient de leur prêter une attention particulière, tout en restant à distance.

"J'espère que ton café a une place où on pourra être tranquille. Il serait dommage que je doive avoir du sang sur les mains pour protéger une conversation privée."


Oui, Ambre, ou la seule personne capable d'évoquer un meurtre en public en pleine journée. Un moyen de faire peur. D'ailleurs, elle avait parlé assez fort pour que les derniers suiveurs l'entendent. Peut-être que ça leur couperait l'envie de continuer. Pour les moins téméraires. L'italienne baissa de nouveau le ton, reprit un timbre de conversation :

"J'ai terminé mon service, je m'apprêtais à rentrer chez moi, donc j'ai tout le temps de discuter. Je vais bientôt entamer ma quatrième année chez les shadow. Après je n'ai pas de poste très important, les femmes dans la Milice ne sont pas les mieux perçues..."


Une réalité comme une autre, qu'elle percevait jour après jour, tout en ayant appris à vivre avec. Et cela lui importait peu, elle n'ambitionnait pas de monter. Même si Niklas souhaitait cette ascension pour elle. Il se heurterait bien vite aux réalités du métier.

Ils arrivèrent au café. Un pas à l'intérieur du bâtiment et une vague de fraîcheur l'enveloppa. C'était un bon contraste par rapport à la moiteur de l'extérieur. Ambre laissa à Neal le soin de choisir les places et de discuter avec avec le propriétaire. Son uniforme n'attirait que le dégoût, le mépris et la haine. Même auprès de commerçants lambdas. Et en plus, sa froideur et son manque d'émotions avaient tendance à faire fuir – et à faire flipper – les autres. Ils finirent par s'installer, sans qu'elle ne se départisse de son visage de marbre.

"Et toi, tu deviens quoi ? La dernière fois que j'ai réellement entendu parler de toi, tu avais choisi de composer des musiques pour les opposants."

Elle n'approuvait pas. La pro-gouvernement qu'elle était n'approuvait pas, même si cela ne se sentait pas dans sa voix. Après, elle n'avait pas dit qu'elle l'avait "revu" quand elle avait demandé à un mafia de le supprimer. Autant que ça reste secret tout ça...


© 2981 12289 0


HJ:
 

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Mer 11 Jan - 19:49

Hj : Bah non c'est nickel ! J'adore. Pourquoi tu te serais plantée. En rp, on avance par rapport au jeu de l'autre, c'est cool d'apporter du grain à moudre ! :D


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Il n’y avait pas à dire, c’était quand même troublant –dans le bon sens- de retomber sur quelqu’un de connu, de façon impromptue, comme ça dans la rue. Surtout quand ça faisait longtemps. Il était marrant de voir comment les gens pouvaient évoluées avec le temps. Ces évolutions étaient d’ailleurs parfois assez... spectaculaires, notamment depuis les évènements de ces dernières années. Ambre, elle, avait certes murit, grandit, c’était devenue une belle femme mais elle arborait toujours cette même façade froide – car Neal était sûr que c’était une façade – qui lui donnait parfois un petit air hautain, avec lequel le musicien l’avait toujours connu. Il essaierait encore de la faire sourire, comme à chaque fois qu’il la croisait. Il n’avait pourtant que rarement réussit.
En même temps, avec l’enfance qu’elle avait dû avoir, Neal pouvait comprendre que sourire et rire ne soit pas devenue une seconde nature chez elle. Ça aurait peut-être été mal perçut de tuer un type avant d’exploser de rire. Enfin, pensa –t-il avec un sourire pour lui-même.
Alors qu’il pensa à cela, elle lui lança un de ces regards froids alors qu’il venait d’évoquer son plaisir à se balader ici, et à profiter du spectacle. Elle pouvait bien le regarder de la façon qu’elle le souhaitait, cela ne changerait pas son regard sur l’ambiance alentours pour autant.  Neal songea simplement que c’était dommage de ne pas savoir apprécier et se réjouir des choses simples de la vie ; ce qui devait rentre la sienne encore plus morne et terne, pensa-t-il avec un pincement au cœur.

Elle ne réagit pas tout de suite à ses propos. Le musicien constata qu’elle jetait des coups d’œil aux alentours, surveillant probablement les gens proches d’elle. Neal se souvenait de cette tension au creux de son ventre quand il sortait dans la rue. On ne savait jamais ce qui pouvait vous arriver dessus, que ce soit par devant mais aussi par derrière. L’uniforme, qu’il soit gris ou noir, du gouvernement n’attirait pas la sympathie, loin de là. On voyait aisément dans le regard de la populace qui les entourait différents sentiments à l’encontre de la jeune femme. Colère, peur, dédain, mépris... La plus part de ces sentiments étant évidemment dirigés contre le gouvernement et pas contre la shadowhunter, qu’ils ne connaissaient pas. Mais elle représentait ce qu’ils avaient du mal à accepter et du coup, les reproches devenaient personnels. Le musicien se souvenait clairement de comment, lui aussi, la quasi-totalité des gens qu’ils croisaient quand il était en uniforme le regardait. Bon après en tant que shadowhunter, la plupart des missions qui leur étaient confié à lui et à son unité, étaient des missions de suppression de daybreakers, aussi la plupart des personnes qu’ils croisaient n’avait pas l’occasion de le regarder bien longtemps... Et il était encore plus aisé de comprendre pourquoi eux leur en voulaient. Son unité ne venait clairement pas pour leur faire des massages aux huiles...

Elle émit alors son accord de le suivre, sans pour autant vraiment accepter de prendre un café avec lui. C’était plutôt « pour être dans un espace clos ». Neal sourit –après tout, du moment qu’elle acceptait...-  et plongea dans la foule en direction du café.

« Parfait, ce n’est pas très loin. On mettra peut-être juste un peu plus de temps pour y arriver que quand la rue est vide. »

Il n’avait pas fini sa phrase que la foule qui justement aurait un peu ralenti leur progression s’écarta brusquement. Neal regarda autour de lui et vis rapidement la raison de ce mouvement général, la jeune femme avait la main sur le pommeau de son épée. Un grand sourire sur les lèvres Neal haussa les épaules.

« Ou pas. Vu que la rue est vide, maintenant. »

Son sourire s’élargit quand le regard du musicien croisa celui, outré, d’une vieille dame. Franchement, il fallait vraiment qu’un jour il s’en trouve une aussi. Pas sûr qu’il aurait le droit de se trimballer avec une épée sans être revenu sous les ordres du gouvernement, mais bon. Il était bien décidé à revenir dans les petits papiers des hauts placés, alors un jour surement ! Il s’amusa à imaginer venir demander des cours de maniement à Ambre tout en continuant sa progression pendant que la jeune femme et lui continuaient de parler.

« Quatre ans déjà ? C’est pas mal ça ! Moi je n’y suis resté que deux ans et demi, mais ça valait le coup. Je m’y suis bien amusé. Un peu trop aux yeux de certains mais bon, rien à foutre des rabats-joie. Neal contourna un couple avant de continuer. C’est vrai que vous n’êtes pas nombreuses, je n’ai vaguement côtoyé que quelques femmes au cours de ces deux ans. Et je n’ai vraiment travaillé qu’avec une seul. Cameron Falls, je ne sais pas si ça te parle. Ça serait pas étonnant que non, les shadows sont nombreux.»

Ils arrivèrent vite au café dans lequel Neal s’engagea sans hésitation. Connaissant le patron, il alla le saluer.

Salut Billy, comment ça va depuis la dernière fois ?
Bof, tu sais, des hauts et des bas, comme tout le monde je suppose. Le patron s’étrangla en avalant sa salive de travers en voyant Ambre entrer dans son établissement.
Bah alors va pas t’étouffer et clamser devant moi hein, je ne tiens pas à avoir de la paperasse... Se moqua Neal. T’en fait pas, elle est avec moi, on vient juste boire un café. Finit-il avec un sourire amical. Je te prends ça.

Annonça le jeune homme en se penchant par-dessus le bar pour attraper une carte des boissons avant de retourner vers Ambre pour qu’ils s’installent à une table un peu excentrée de la pièce. La table où le musicien s’asseyait à chaque fois.

Ce qu’elle lui demanda le fit rire de toute ses dents.

« Ah tu as entendu parler de ça. J’ai toujours beaucoup aimé la musique, trop par moment, comme cette fois-là. Ça ne m’as pas valu une bonne pub, du moins au gouvernement, du coup ils ont probablement voulut arrêter les frais avec moi. Ils m’ont alors gentiment demandé d’arrêter la musique et de passer chez les Shadows. C’était en ...2014. Et depuis un peu plus d’un an, je suis passé gardien de prison. »

Neal préféra passer sous silence son état de métamorphe, sa relation avec son sorcier ainsi que le fait qu’il pensait être le meurtrier d’un inconnu. C’était peut-être un peu trop banal pour entamer la conversation, songea-t-il ironiquement.

« Et toi alors, tu bosses encore pour tes parents malgré que tu sois une shadow maintenant ?

Demanda-t-il en lui tendant la carte des boissons.


Dernière édition par Neal C. Draper le Jeu 9 Fév - 10:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Dim 15 Jan - 3:12


Rencontre avec le passé
Because the past is supposed to stay in the past. ••• Ambre avait cessé de jeter des regards autour d'elle. Déjà parce que le lieu fermé empêchait les personnes de passer dans son dos, maintenant que le mur s'y trouvait. Pour autant, son cerveau ne se relâchait pas. Ses sens restaient aux aguets, au cas où un résistant se déciderait de venir mettre fin à ses jours. Un pauvre suicidaire selon la jeune fille, puisque personne ne pouvait l'éliminer si facilement. Ainsi, Neal était resté deux ans et demi chez les miliciens. Ils ne s'y étaient pourtant jamais croisés, puisque l'italienne avait fait en sorte que ça n'arrive jamais. Elle ne voulait pas que son interlocuteur ne lui montre la moindre amitié au milieu de leurs collègues. Déjà qu'elle n'avait pas de crébilité, si son passé venait à être dévoilé ou qu'une tierce personne s'amusait à la considérer comme son ami... Ce serait clairement supprimer les rares avantages qu'elle était parvenue à créer. Enfin, normalement, il n'y avait aucune chance pour que Neal ne revienne. Ce qu'il avait fait en tant que shadowhunter ou en tant que compositeur était suffisamment "grave" pour que des réflexions profondes soient menées. Il était toujours compliqué d'accorder de nouveau sa confiance à quelqu'un qui nous a trahi, notamment lorsqu'on est un Gouvernement, non ?

La jeune fille avait suivi Neal jusqu'à cette table, un peu à l'écart. Elle s'était installée en détachant le fourreau de ses cuisses et en le posant contre ses jambes. Histoire de pouvoir en retirer rapidement l'épée si quelqu'un avait soudainement envie de l'attaquer. Elle n'espérait pas pour cette personne. Ambre n'était pas connue pour faire dans la douceur. Si quelqu'un était menaçant, elle le tuait. Sans attendre d'excuses ou d'explications. Qu'importait l'âge ou la nature de son agresseur. Enfin, cela mettrait juste du sang partout. Le pauvre propriétaire qui avait déjà peur d'elle parce qu'elle avait foutu un pied dans son établissement. Elle n'était pourtant pas une sauvage, elle savait se tenir tant qu'on ne venait pas l'emmerder. Un vague sourire se dessina sur ses lèvres. La jeune fille n'était toujours pas sortable finalement. Cette pensée la renvoya à sa discussion avec Niklas. Celle où elle avait fini complètement bourrée. Et où elle lui avait avoué que, de toute manière, personne ne voudrait l'approcher puisqu'elle n'était qu'un monstre. Une réalité dans son esprit depuis des décennies déjà mais il était toujours étrange de le dire à haute voix.

Il rit à sa question. Comme s'il y avait de quoi rire. Ambre le détailla sans dire un mot. Notamment parce que le barman arrivait à ce moment-là pour déposer un café gratuit devant elle. L'odeur de l'Italie. Un bon bout de temps qu'elle n'en avait pas bu. Et si la boisson n'était pas empoisonnée, elle pourrait en profiter. Neal évoqua le fait que le Gouvernement n'avait pas apprécié ce coup de pub. Evidemment, il avait bossé pour les ennemis, ceux qui voulaient descendre les dirigeants. N'importe qui d'un peu près sensé n'aurait pas aimé ce... Coup en douce. Donc, la jeune fille comprenait parfaitement le choix de le bannir de la musique. Sauf que le reléguer au rang de shadowhunter n'avait pas été une bonne idée d'après les échos qu'elle en avait eus. Et puis, il fallait un certain entraînement normalement pour prétendre à ce rôle. Les uniformes noirs étaient gage d'une qualité irréprochable, menant à bien n'importe quelle mission, même la plus périlleuse. Il fallait autant de mental que de physique dans cette histoire finalement. Pas sûr que son interlocuteur avait le premier. Il suffisait d'observer le comportement qu'il avait avec Ambre. Bien trop gentil, bien trop agréable pour ce qu'elle était.

Ses doigts s'enroulèrent autour de la tasse blanche, ses pensées s'envolèrent quelques secondes, profitant du silence de Neal. Celui-ci fut cependant rapidement brisé, par des mots qui... Bousculèrent Ambre. Bon, depuis quelques jours, elle n'était pas complètement elle-même, pas aussi froide qu'elle l'avait été et cela se ressentit dans sa réaction. Ses parents. Rien qu'entendre quelqu'un en parler la tendait au maximum. Si bien que sa main serra bien trop fort la pauvre tasse, qui n'était pas fabriquée dans un matériau très résistant, austérité et apocalyse obligent. Quelques morceaux s'enfoncèrent dans sa paume, que l'italienne entreprit de retirer un par un, sans se préoccuper du sang qui s'écoulait des entailles. Bon, elle qui pensait que ce serait une fin de journée tranquille... Elle se laissa quelques secondes pour prendre de profondes inspirations, calmer ses nerfs et reprendre depuis le début.

"Oui, je suis entrée chez les shadow à la création de la division. Après, ce n'est pas forcément le meilleur endroit pour s'amuser, puisque le moindre faux-pas peut conduire à la mort ou à une morsure." Oui, elle était un peu rabat-joie. C'était son caractère, privilégier la réussite d'une mission sur tout le reste. "J'ai vaguement entendu parler d'elle, mais ce n'était que des rumeurs, comme sur la plupart des femmes que travaillent dans ce service."

Et ce n'était jamais très drôle. Les femmes subissaient une pression monstre, sous prétexte que physiquement, elles ne pouvaient égaler les hommes. Bien qu'Ambre leur avait démontré à de nombreuses reprises le contraire, tout comme d'autres aussi. L'intelligence était bien plus intéressante que la force dans la majorité des cas. En tout cas, pour l'italienne. Sauf qu'elle était une personne très particulière. Ses yeux se posèrent sur la carte des boissons. Finalement, elle n'avait plus réellement envie de boire. Elle prendrait la même chose que Neal, histoire d'avoir l'air un minimum normal. Si c'était possible.

"Ce n'était pas forcément des plus intelligents après, de vouloir composer pour d'autres alors qu'on est le musicien fétiche du Gouvernement. C'est stupide tout court. Gardien de prison... Ca doit être ennuyant."

Ca le serait pour elle en tout cas. La jeune fille aurait juste envie de tuer les criminels enfermés. Une balle entre les deux yeux et le problème serait réglé. Sauf que ce serait mal vu, et qu'elle n'avait pas le droit de faire une telle chose. Bref, l'italienne avait besoin d'action pour ne pas s'enfermer dans sa folie. Donc, pour elle, ce serait d'un ennui complet comme boulot. Et maintenant, il fallait s'attaquer à la question qui fâchait...

"Hé bien non. Ils sont morts au moment de la Catastrophe et du rapatriement de la population sur New-York. Je suis donc passée à mon compte depuis presque cinq ans. Et je ne pense pas qu'il y ait besoin de revenir sur ça..."

Un murmure glacial, presque menaçant. Elle prouvait que parler de son passé, se souvenir de ses géniteurs n'était pas agréable pour elle. Même s'ils étaient morts. Certes, Niklas avait laissé échapper lors de leur soirée de Noël bien alcoolisée que son père était encore en vie, en lien avec lui et qu'il s'appelait Desmond mais Ambre avait mis ça sur le fait de la boisson. Il devait confondre avec quelqu'un d'autre. C'était la seule possibilité finalement. Parce que l'italienne n'était pas prête à accepter un retour de celui qui avait fait d'elle le monstre qu'elle était aujourd'hui. Enfin, ça, Neal n'était pas obligé de le savoir. Lui, il aurait la version officielle, celle en laquelle la jeune fille croyait dure comme fer. Ils étaient morts. Maintenant, elle n'avait plus besoin de suivre leurs ordres. Même si le conditionnement perdurait sans qu'elle ne s'en rende compte... Se débarrasser de ces années d'existence


© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Ven 10 Fév - 21:16

La jeune femme semblait avoir cessée de jeter des coups d’œil de façon intempestive autour d’eux. Le fait d’être dans un endroit clos semblait rassurer la jeune femme qui devait moins craindre une attaque surprise. Neal lui n’avait jamais aimé les endroits clos quand il portait l’uniforme, il était trop facile pour quelqu’un de poser un explosif derrière un mur, sans être repérer, pour tenter de faire écrouler le bâtiment sur lui et son unité. C’était d’ailleurs arrivé une fois et c’était probablement depuis cet évènement que Neal préférait les espaces dégagé où il pouvait tirer à vue.

La jeune femme attendit en silence que le Billy reparte vers son bar après lui avoir amené un café. D’ailleurs Neal lui n’y avait pas eu le droit, il se demanda en souriant si c’était parce qu’il n’avait pas d’ovaires ou si c’était parce qu’il n’avait pas d’épée... Quoiqu’il en soit, Ambre venait d’attraper la tasse quand Neal posa sa question sur les parents de la jeune femme. Mal lui en avait pris, la jeune femme ne semblait pas voir apprécié la question ou bien des souvenirs qu’elle préférait oublier devaient être remontés des profondeurs de son inconscient car la tasse ne fit pas long feu. Neal aimait mettre les pieds dans le plat. Cela l’amusait toujours et apparemment, il tenait là une corde sensible.
Elle tenta vraisemblablement de se calmer avant de lui répondre.
Le jeune homme ne pouvait qu’être d’accord quant aux dangers d’être un shadows. Continuant de lui répondre, Neal perçut son regard vers la carte mais ne la vit pas faire semblant de s’en saisir. Peut-être savait-elle déjà qu’elle voulait.

« Effectivement, ce n’est pas forcément le plus sage quand on tiens plus à sa position qu’à son art. Je regrette ce temps mais sur le moment cela m’a semblé être un défi de taille... Et je ne peux pas résister à la musique. Mais qui n’a pas de pêché mignon hein ? Lui sourit Neal. Par contre c’est vrai qu’être gardien s’avère assez chiant la plus part du temps mais on y trouve certains avantages quand même. Conclut-il sans s’étendre plus sur le sujet. »

Quand la jeune femme aborda le sujet de ses géniteurs, elle ne sembla clairement pas emballée, c’était le moins que l’on puisse dire. Mais bon Neal s’en fichait. Après tout ils s’étaient connus jeunes et il se disait que c’était une question plus ou moins légitime de sa part. Pourtant quand elle lui annonça qu’ils étaient morts, Neal décida de laisser couler cette fois. Ce n’était pas très joyeux comme conversation et quels que soient les sentiments de la jeune femme par rapport à ses parents, les avoir perdu ne devaient pas être facile. A son compte, hein ? Cela signifiait que malgré son contrat de shadow, Ambre faisait encore des extras. Apprendre cela désolé Neal, il avait espéré que le jour où elle serait libérée de toute influence parentale, elle apprendra à vivre. Réellement. Mais il fallait croire que c’était plus facile à dire qu’à faire, et la jeune femme ne semblait pas avoir réussi. A moins qu’elle ne l’ai pas voulu. Ce qui était encore plus triste, en fait.

«  Ah ok, bin désolé alors. Et tu arrives à concilier ton boulot pour le gouvernement et tes missions personnelles ? Il n’y a pas de conflits d’intérêts parfois ? »

Neal allait continuer à parler quand deux couples entrèrent dans le bar, faisant tinter la cloche de l’établissement. Jetant un œil aux nouveaux venus, le regard de Neal croisa celui de Billy, à qui il fit comprendre qu’il aimerait bien qu’il passe à leur table. Le barman indiqua d’un signe de tête qu’il arrivait, avant de se tourner vers les arrivants.
Neal prit alors la carte et y jeta un œil.

« Tu sais déjà ce que tu vas prendre ? Moi j’évite l’alcool depuis que... depuis un petit temps –se rattrapa Neal de justesse- mais je me souviens que leur Irish coffee était vraiment pas mal. »

Il avait failli, par inadvertance, parler de la soirée à partir de laquelle il avait arrêté de boire. Mais ce n’était pas une bonne idée. Et pour cause, il avait buté un mec et ne s’en souvenait même pas... Après peut-être que Ambre, trempant parfois dans ce genre d’affaires, aurait pu l’aider à démêler la vérité... Mais ça faisait un bail qu’ils ne s’étaient pas vus et il ne voulait pas l’emmerder à parler boulot

Peut-être la prochaine fois.

Billy arriva sur cette pensée, il nettoya rapidement la table et les morceaux de tasses avant d’attendre patiemment qu’on lui passe commande.

« Pour moi ça sera un cappuccino Billy, s’il te plait. »

Déclara Neal tandis qu’il jetait un coup d’œil aux nouveaux pendant qu’Ambre commandait à son tour. Les deux couples s’étaient assis aussi loin que possible d’eux, ce qui fit sourire Neal.
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Lun 27 Fév - 0:09


Rencontre avec le passé
Because the past is supposed to stay in the past. ••• Avoir le droit à un café gratuit, voilà le privilège de l'uniforme. Ou juste d'être une femme. Oui, Ambre avait compris à plusieurs reprises que son corps pouvait être un sérieux avantage maintenant qu'elle faisait un peu plus... Femme. Elle avait déjà eu à utiliser ses atouts auparavant, mais c'était plutôt sur ordre de son géniteur. Séduire à quatorze ans était loin d'être l'activité la plus agréable qui soit, même pour quelqu'un entraînait pour n'être que de la chair à canons. La tasse n'avait pas fait long feu entre ses doigts. Les objets, de nos jours, manquaient véritablement de solidité pour qu'elle, petit corps de poupée, parviennent à les briser si facilement. Enfin, quoi qu'il en soit, la tasse ne pourrait pas être plus détruite qu'elle ne l'était. Toujours voir le côté positif des choses. Comme si elle était une optimiste. Ca, c'était l'apanage de Dante, pas le sien. Elle, elle était une pessimiste de première, toujours à voir le mauvais côté pour ne pas être déçue du voyage. Et avec son passé, c'était mieux ainsi. Accorder sa confiance reviendrait à mourir.

Ne pas résister à la musique... Il avait sacrifié un métier de choix pour un vulgaire passe-temps. Ambre étant une pro-gouvernementale pure et dure, évidemment qu'elle trouvait son envie de "défi" absolument stupide et irrationnelle. Pourquoi choisir les résistants à des dirigeants qui maintenaient un semblant d'ordre ? Enfin, si Ambre écoutait tous les arguments que son esprit avait, elle ne serait pas si stricte et si fermée. Sauf qu'elle avait toujours vécu avec un carcan de règles, et elle ne parvenait pas à s'en défaire. La jeune fille préférait donc rester dans le Gouvernement, quitte à ignorer une partie des faits, qui n'étaient pas si roses objectivement. Malheureusement, l'italienne n'arriverait jamais à ne pas être subjective. La violence, c'était son monde, c'était dans ses veines, dans ses organes. Comment pouvait-elle condamner les tortures alors que pour elle, il s'agissait de la chose la plus normale et banale au monde ? Comme quoi, finalement, une dictature pour les uns n'était qu'une bénédiction pour les autres.

Une excuse... Comme si elle en avait quelque chose à faire de la mort de ses géniteurs. Comme si cela l'avait impacté plus que juste une perte d'organisateur. Ils n'étaient rien dans sa vie. Il n'y avait pas d'attaches, pas de sentiments envers eux. La jeune fille pouvait maintenant faire le lien avec Dante. Ce qu'il y avait avec le jeune homme était nettement différent que ce qu'elle n'avait jamais ressenti envers sa famille. Des émotions, des sentiments qui n'avaient jamais eu de place jusqu'ici. Donc, que Neal se sente désolé par rapport à leur mort la laissait de marbre, comme le prouvait ses traits figés. Quant à concilier le tout... Ses épaules se haussèrent alors qu'elle s'appuyait contre le dossier de la chaise. Tout cela était bien compliqué pour elle. Parce qu'elle ne connaissait pas le terme "conflit d'intérêt". Si un ordre était donné par le Gouvernement, il prévalait sur le reste, point. Et surtout, elle faisait attention à ce que ça n'arrive pas. Quand même, pour être une génie, il fallait au moins qu'elle sache faire ce genre de choses. Sinon, elle serait une surdouée de pacotilles. Pas sûr que cela lui plaise.

Ce qu'elle allait prendre... De l'alcool, c'était interdit, et elle savait bien qu'elle ne le tenait pas. Perdre le contrôle n'était pas dans son optique du jour, encore moins en plein milieu de la journée et en uniforme. La jeune fille écouta donc la suggestion de son interlocuteur, et quand le barman arriva près d'eux pour prendre le commande, elle laissa Neal répondre avant d'ajouter :

"Un expresso pour moi."
Un regard en direction de son interlocuteur. "Je ne bois jamais d'alcool, encore moins lorsque je suis en service. Il ne faut pas donner une mauvaise image du Gouvernement, ne penses-tu pas ?" Question purement rhétorique, soulignant à quel point elle s'attardait, elle, à donner leurs lettres de noblesse à ses supérieurs.

Ses yeux se détournèrent quelques secondes, suivant le barman qui s'éloignait jusqu'au comptoir. Quatre nouvelles personnes étaient entrées, et la jeune fille les dévisagea du coin de l'oeil. Il fallait qu'elle s'assurer qu'elles n'étaient en rien des menaces pour sa sécurité. Une déformation professionnelle, mais surtout une réalité : ses alliés se comptaient sur les doigts d'une main, mais l'infini serait un terme plus adéquate pour parler de ses ennemis. Chaque être pouvait être un tueur envoyé pour la mettre hors d'état de nuire, peut-être même venant de la part du Gouvernement. Elle était lucide sur sa condition, sur le fil sur lequel elle marchait. Et c'était aussi ce que les rares personnes proches d'elle lui reprochaient. Se moquer d'être une paria au sein-même de son environnement.

"On peut avoir des pêchés mignon sans forcément se retourner contre le Gouvernement. Ou alors, un bon moyen est de ne pas se faire attraper. Enfin, on ne peut pas demander à tout le monde de parvenir à cacher leurs agissements..."
Et lui n'avait rien d'un soldat, il se contentait de suivre ses passions. Sans réfléchir. "En fait, c'est être milicien mais sans avoir tous les avantages de la position, puisque ça doit avoir nettement moins de rayonnement."

Des faits, qu'elle énonçait tellement froidement qu'elle donnait l'impression de vouloir le descendre absolument. Ce n'était pas son optique à la base, mais après... Cela lui importait peu qu'on pense cela d'elle.

"Il n'y en a jamais, je fais en sorte de bien choisir les missions. Et, dans tous les cas, les ordres du Gouvernement sont au-dessus du reste. Aucune interrogation n'est à avoir..."


Les deux tasses furent posées sur leur table quelques secondes plus tard, et Ambre remercia le barman à demi-mots. Comme si cela lui en coûtait


© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   Jeu 13 Avr - 12:50

Les condoléances du jeune homme ne semblèrent ne faire ni chaud ni froid à Ambre qui se contenta de le fixer avant d’hausser les épaules en s’enfonçant dans son fauteuil.
Clairement il ne savait pas ce qu’elle avait pu endurer à cause de ses géniteurs –bien qu’il en ai une idée- et il comprenait du coup que cela ne la touche pas.
Pourtant d’un autre côté, la famille peut-être un pilier puissant dans la vie de quelqu’un. Quand on ne sait pas ce que c’est, ça ne nous manque pas, mais ça pourrait rendre tellement de gens meilleurs d’avoir quelqu’un sur qui compter et de savoir qu’ils ne sont pas seul.

La jeune femme ne décocha pas un mot avant que Billy ne vienne prendre leur commande. Neal commanda rapidement avant de laisser la parole à la jeune femme qui commanda un café. Elle enchaina ensuite sur le fait que boire de l’alcool, c’était aller contre le gouvernement. Enfin, elle ne le dit pas comme ça, mais c’était clairement ce qu’elle pensait. Il était vrai que l’alcool était maintenant interdit et à vrai dire, Neal avait parlé de l’Irish coffee –et donc d’alcool- sans même sans rendre compte. Rien que cette phrase aurait pu lui valoir probablement quelques ennuis. Il se demanda d’ailleurs si la jeune femme éluda la chose volontaire ou bien si elle ne tilta pas non plus.
Prendre de l’alcool devant un représentant du gouvernement, une shadow en plus... Neal sourit de sa connerie, avant de se dire que les Shadows avaient mieux à faire que de poursuivre des gens qui mettait trois gouttes d’alcool dans leur café. Ils étaient plus... spécialisés que cela. Aussi, la jeune femme n’avait-elle probablement pas percuté.

« Non bien sûr, ça serait tellement dommage... »

Répondit-il Neal, sarcastique tandis qu’il voyait du coup de l’oeil que Billy retenait un sourire en s’éloignant.

Quand les nouveaux arrivants, Neal remarqua qu’Ambre se tendit brièvement et imperceptiblement. Probablement formatée qu’elle était, elle jaugeait la nouvelle situation. Ces nouveaux pions pouvant faire basculer son état de relative sérénité à un état tendu, sur le qui-vive.

« Le concept même de la musique et plus particulièrement d’un hymne est d’être entendue. Alors effectivement, pas facile de cacher cela... Pourtant, comment ils ont su que c’était moi, je me le demande encore. Après tout, ça aurait pu être n’importe qui d’autre. A moins d’avoir un talent unique reconnaissable entre tous. Neal sourit. Ce qui est peut-être le cas en fait. Raya t-il. »

Neal ne se prenait pas au sérieux, mais il fallait reconnaitre quand même, objectivement, qu’il était doué et peut-être quelqu’un avait suivi ses travaux et l’avait reconnu puis dénoncé...

Sa remarque suivante le fit exploser de rire, ce qui fit converger les cinq autres têtes dans le bar vers eux. Il lui fallut bien trente secondes pour se calmer.

« Effectivement, on peut dire ça comme ça ! C’est être milicien mais attaché à un bureau et avec pour seule zone de juridiction un espace restreint rempli de criminels déjà tous écroués. Donc pas vraiment de challenge en soit, c’est clair. C’est pour ça que j’espère y rester le moins longtemps possible... Mais en attendant, je m’en contente et je me satisfais de ce ça m’apporte. C’est à dire déjà bien plus que beaucoup de monde ici... »

Ce qu’elle lâcha ensuite fit comprendre à quel point la jeune femme était loyale au gouvernement. Et Neal ne sut dire si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Vouloir faire partie du gouvernement pouvait se comprendre, ça apportait pas mal d’avantages, comme il venait de le souligner. Mais à ce point-là... C’était limite du fanatisme et ça pouvait aller loin.
D’un autre côté, peut-être que du coup elle pouvait avoir des contacts qui, le moment venu, pourrait aider Neal à remonter la pente. On ne devait pas être si investit sans se faire des amis dans la structure. A moins qu’au contraire, s’investir autant être un moyen pour elle de faire taire les choses négatives qui pouvait circuler sur elle au sein même du gouvernement.
Billy apporta alors les deux boissons pendant qu’au même moment, l’une des quatre personnes arrivées depuis peu activait un vieux jukebox duquel s’éleva un air de jazz.

« Ça facilite la vie de voir les choses comme ça, j’imagine. C’est sûr que quand on ne réfléchis pas par soi-même, il n’y a pas vraiment de cas de conscience... Enfin j’imagine. J’en serais presque envieux, comme situation. »

Pas de contrainte, pas de réflexion... Être un robot n'apportait pas de bonheur mais n'apportait pas de malheur non plus après tout.

Neal prit sa tasse et souffla un peu sur le liquide bouillant afin de ne pas se cramer la bouche, puis sirota quelques millilitres de son cappuccino.

« Et alors sinon, la vie sociale comment ça va ? Tu as un ... ami proche ? Un copain peut-être ? »

Neal sourit dans sa tasse car il se doutait que ce n’était pas non plus le genre de sujet qui ravissait la jeune femme mais bon... En quatre an, il pouvait s’en passer des choses !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre avec le passé. [Ambre Del Nero]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-