AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Dim 1 Jan - 22:49


I’ve been begging for blood on the wall...
I don’t care if I’m playing with fire, I’m aware that I’m frozen inside. I have known all along. ••• Ses yeux suivaient les lignes écrites sur la feuille blanche. Les instructions étaient... Etrangement vagues. Donc Ambre se méfiait. Depuis sa mésentente avec sa commanditaire principale, elle restait sur ses gardes. Même si elle n'avait pas particulièrement peur de la mort ou de se faire arrêter, elle préférait éviter pour le moment. Elle estimait qu'elle avait d'autres choses à faire que de passer devant une quelconque commission ou dans l'arène pour si peu. Néanmoins, la jeune fille ne devait pas non plus arrêter de vivre ou de faire ses métiers, aussi illégaux soient-ils.Alors, après une légère réflexion, elle avait décidé d'exécuter le contrat. L'homme qu'elle devait tuer était une personne de la classe ouvrière, au sujet duquel les shadowhunters n'avaient aucune information. Ce qui signifiait  qu'il n'avait jamais été arrêté et qu'on ne le pensait pas capable de quoi que ce soit. Bref, loin de tout soupçon. Et c'était ce qui l'avait intrigué en premier lieu. Qui pourrait demander l'élimination de ce mec ? Et si tout cela n'était un piège ? Etrangement, cela l'excitait autant que la méfiance grandissante dans son cœur. Et c'était avec ce mélange qu'elle décida de préparer le piège pour l'assassinat. Puisqu'elle avait envie de s'amuser un peu.

Elle aurait besoin d'une journée entière. Pour être parée dans la nuit. Il était toujours plus facile d'éliminer sa cible avec un minimum de préparation. Le papier avait été froissé et jeté dans la cheminée. La jeune fille observa la feuille se noircir et disparaître en de belles cendres. Ainsi, personne ne pourrait savoir ce qu'elle allait faire. Personne ne pourrait remonter jusqu'à elle. Ambre s'étira doucement avant de poser son regard sur le sol miroir de son appartement. Etrangement, elle ne les avait jamais aimés. Elle n'appréciait pas se voir. Parce qu'elle avait l'impression de voir un simple robot. Son reflet était... Juste un bloc de marbre. Et pourtant, même en sachant cela, la tueuse ne parvenait pas à s'en effrayer. Elle avait fini par trouver ça tellement... Naturel. Néanmoins, cela ne l'empêchait pas d'avoir envie d'exploser la glace de son poing. Pour la douleur physique que cela procurait. Et qu'elle préférait ne pas voir sa tête. Définitivement, elle était bizarre. Et elle commençait à comprendre pourquoi les gens évitaient de rester avec elle. Il avait fallu du temps. Et même ainsi, Ambre possédait encore une dimension d'incompréhension. Mais bon, elle n'avait pas besoin d'une quelconque relation sociale et positive.

La jeune fille sortit de l'appartement impersonnel et se glissa dans les rues saturées d'odeurs et de pollution. Les rues qu'elle connaissait sur le bout des doigts. Déjà parce que son cerveau était incapable d'oublier mais aussi parce qu'elle avait appris à apprécier la ville. Elle en connaissait chaque recoin, elle avait trouvé des lieux pour se reposer ou se ressourcer. Des lieux où elle n'avait pas besoin d'être sur ses gardes. Des lieux où elle pouvait simplement regarder le ciel, évacuer toutes les pensées que son esprit accumulait, qu'il traitait seconde après seconde. Et malgré tout, c'était épuisant à force. Elle ne dormait jamais sur ses deux oreilles. Elle ne s'arrêtait jamais de réfléchir, d’échafauder des plans, de rechercher l'adrénaline. Elle avait fini par juste vouloir ressentir le moindre sentiment. Même si elle ne le trouvait que dans les meurtres. Finalement, elle avait été entraînée à ça. A ça et à espionner. Et elle ne savait rien faire d'autres.

La journée était passée rapidement. Bien plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Se perdre dans ses pensées et dans ses préparatifs avait du bon. La jeune fille avait même fini par siffloter une chanson d'enfant. Comme pour détruire un peu plus sa crédibilité. Qu'elle ne possédait déjà pas. Oui, elle se détruisait le peu qu'il lui restait. Elle avait toujours été à côté de la plaque. Ambre épousa du regard sa préparation. Elle était parvenue à privatiser la petite impasse où elle allait commettre son méfait. Et surtout, pour une fois, elle allait attirer sa proie. En jouant de ses « atouts ». Encore un mot dont elle ignorait l'entière substance. Néanmoins, la tueuse savait qu'avec un petit décolleté et une jupe courte elle pouvait entraîner les hommes à sa suite sans le moindre souci. Pour la discrétion, c'était un bon point. Elle n'avait plus qu'à essayer.

Et, aussi étrange que cela puisse paraître, elle s'en était bien sortie. Les sourires de façade, les regards fiévreux, tout avait fonctionné. Au-delà de ses prévisions. Et la jeune fille avait pu refermer le piège autour de lui.

A présent, elle était face à sa cible. Qui l'observait avec une certain frayeur dans le regard. Le poignard tournait entre ses doigts. Lentement. La peur... Elle s'en délectait. Elle voudrait la voir plus souvent. Quelques bredouillages lui virent tendre l'oreille. Oh, il voulait un pari ? Et si elle perdait, il pouvait s'enfuir ? Ambre accepta, un sourire malsain sur les lèvres. Elle devait le tuer avec son poignard. En visant de 5 mètres. Bah, il se foutait de sa gueule ? La jeune fille le fit. Et, à sa grande surprise, son arme se pointa dans le bois de la chaise qu'elle avait installée. Sérieusement ? Un sourcil se arqua tandis que l'homme se libérait. Il passa à côté d'elle, moqueur. Sauf que... Ambre n'avait aucune parole pour les contrats. Et donc... Elle sortit son pistolet et tira. La balle se logea dans la cheville de sa proie, la faisant chuter. Elle se rapprocha en quelques enjambées, posa le canon de l'arme entre les deux yeux du connard et fit feu. Le silence retomba par la suite. Mission accomplie.


© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1111
↳ Points : 263
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Lun 2 Jan - 13:16

I've been begging for blood on the wall
Ambre&Violet
Un jour de repos. Repos. Un mot dont Violet en aurait presque oublié la signification ces derniers temps. Elle avait insisté pour venir travailler mais son supérieur lui avait interdit. En effet ces dernières semaines l’ergothérapeute passait plus de temps entre les murs de l’hôpital que chez elle. Les cernes sur son visage en étaient les témoins directs.  Mais la jeune femme avait besoin de se vider l’esprit et son travail était l’un de ses passe-temps favoris. La mexicaine avait réussi à passer le  temps en allant se balader puis en faisant du sport. Mais une fois rentrée chez elle, le soir venu, il fallut qu’elle trouve quelque chose à faire, de quoi s’occuper. Elle décida soudainement de se faire un bon repas, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas mangé de la nourriture digne de ce nom. Mais lorsque la brune ouvrit son frigo, elle constata avec désespoir que ce dernier était à moitié vide. A force de manger tous les jours à l’hôpital, Violet n’avait pas eut le temps ni même le besoin de faire les courses. Elle jeta un rapide coup d’œil à sa montre, il fallait qu’elle se dépêche, les magasins allaient bientôt fermer.

Ce fut à toute vitesse que Violet se rendit dans un supermarché. Elle y fit ses courses rapidement, se réjouissant d’avance du diner qu’elle allait préparer. Mais son sac pesait une tonne et Violet dû s’engager dans des rues peu fréquentables à cette heure. Ce chemin était un raccourci que la brune empruntait souvent lorsqu’elle était pressée de rentrer chez elle. Elle n’avait jamais eu de soucis particuliers. Elle avait croisé quelques personnes étranges mais s’était souvent contentée de passer son chemin. Sauf que ce soir là, quelque chose allait attirer son attention, et pour cause. Des voix lui parvinrent tandis que Violet longeait une rue peu éclairée. On aurait dit un homme et une femme. Rien de passionnant ou pas assez du moins pour que l’ergothérapeute stoppe sa marche. Puis après les voix il y eut un coup de feu. La brune s’arrêta net. Cette fois ci elle ne put ignorer quoique ce soit. Pétrifiée, la brune hésita puis se dirigea finalement vers la source du bruit. Tenant son sac de courses d’une main tremblante, la jeune femme arriva à l’intersection d’une ruelle. Elle se pencha légèrement, ne laissant dépasser qu’une partie de son visage pour observer la scène. Un homme venait de tomber. Le pauvre fut bien vite rattraper par son assaillante. Une femme blonde munie d’un pistolet. Violet cacha sa bouche de sa main libre. La jeune femme venait de poser le canon de son arme sur le front de l’inconnu. Et sans aucune émotion fit feu, explosant la boîte crânienne de sa victime dont la cervelle recouvra le bitume. Violet lâcha un gémissement de stupeur.

Il n’y avait plus rien à faire pour l’homme. L’ergotherapeute n’aurait rien pu faire sans risquer sa vie. D’ailleurs sans réfléchir, elle lâcha hâtivement  son sac de courses et se mit à détaler aussi vite qu’elle put. Elle était persuadée que la blonde l’avait vue. Et elle était persuadée aussi qu’elle n’hésiterait pas à lui réserver le même sort qu’à ce pauvre homme. Ce fut donc une course contre la montre qui débuta. Courant sans savoir où aller, Violet avait l’impression d’avoir un orchestre à la place du cœur. Elle ne voulait pas mourir, c’était certain. Pas alors qu’elle était en froid avec Rafael, pas sans avoir revu Eamon… Malheureusement pour elle les rues s’avérèrent être totalement vides. Elle n’avait décidément pas de chance. A bout de souffle, Violet tourna dans une autre rue, se disant que peut-être, elle n’avait pas été vue par la meurtrière. Alors la brune s’accorda un petit moment de répit. Penchée en avant, les mains sur ses cuisses, la jeune femme reprit doucement sa respiration. Tout ce qu’elle avait voulu était de vouloir cuisiner un bon repas. Résultat des courses elle se retrouvait sans rien, essoufflée au milieu de nulle part et la vision horrible de cet homme sans vie. En revoyant l’image, Violet alla prendre appuie sur un mur pour vomir. C’en était trop pour elle. Non seulement elle n’avait pas l’habitude de courir aussi vite sur d’aussi longues distances, mais en plus, elle avait rarement eut l’occasion de voir de la cervelle humaine exploser contre les murs. Bien qu’elle lui en veuille à mort, tout ce qu’aurait voulu Violet était d’être avec Rafael. Parce que même s’il lui faisait peur parfois, elle se savait en sécurité avec lui. Mais tandis que la jeune femme se relevait, tentant de savoir où elle se trouvait pour se rendre chez son amant, des bruits de pas résonnèrent derrière elle. Violet se pétrifia en priant de toutes ses forces pour que ce ne soit pas la blonde qui l’ait suivie.


_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand


Dernière édition par Violet C. Forester le Mer 11 Jan - 9:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Mer 11 Jan - 1:24


I’ve been begging for blood on the wall...
I don’t care if I’m playing with fire, I’m aware that I’m frozen inside. I have known all along. ••• Ambre détailla le visage de celui qu'elle avait froidement abattu. Dire qu'il avait failli s'enfuir. Et dire qu'elle avait dû utiliser un pistolet alors qu'elle avait prévu de ne pas le faire. Le crime devait être discret et silencieux. Certes, elle était dans une ruelle, dans un des quartiers les plus mal famés de la ville, mais ce n'était pas une raison pour se permettre de telles fantasies. Un petit bruit lui parvint. La jeune fille jeta un regard aiguisé autour d'elle. Ses yeux vairons entrèrent en contact avec ceux d'un visage entouré de cheveux blonds. Bordel de merde. Ca, en revanche, ce n'était pas prévu dans ses plans. Et c'était dangereux. Elle n'avait aucune idée de à qui appartenait les traits et la chevelure. Cependant, elle savait qu'il lui faudrait l'éliminer. Mais elle avait le temps. Qu'importait si l'inconnue cherchait à s'enfuir, l'italienne savait qu'elle pourrait la rattraper. Ce ne serait qu'une simple course-poursuite, et elle avait l'entraînement pour. Après tout, elle faisait partie de l'élite milicienne. Ce qui impliquait une condition physique parfaite. Pour échapper et combattre des zombies et des terroristes, il fallait au moins ça... Même si beaucoup faisaient l'erreur de la sous-estimer. Comme celui qu'elle venait d'abattre. A croire qu'elle se laissait si facilement avoir. Elle était une tueuse. Une tueuse dont le taux de réussite était totale...

La milicienne se rapprocha du corps, le retourna du bout du pied et attrapa une enveloppe dans l'une des poches intérieures de la veste. Voilà, elle avait ce pourquoi on l'avait engagé, en plus de descendre l'homme. Récupérer certaines preuves. Le papier blanc fut rangé sous son chemisier, coincé entre sa jupe et sa peau, juste à côté de son pistolet. Puis ses yeux se posèrent de nouveau sur sa prochaine cible. Le témoin. Qui venait de partir en courant après avoir lâché un sac qui semblait être rempli de courses. Ambre n'y prêta pas beaucoup attention. De toute façon, personne de sensée ne passait dans le coin. Les miliciens évitaient les ruelles, car il s'agissait d'endroits où ils pouvaient facilement se faire prendre au piège, et tuer. La jeune fille faisait aussi partie du monde de l'ombre, elle était particulièrement au courant. Après, elle n'avait jamais tué ses collègues dans le cadre de ses contrats. Pas encore. D'après sa dernière discussion avec Niklas – pas celle où ils ont fini morts bourrés tous les deux, celle d'avant – il se pouvait qu'elle récupère les missions d'intimidation pour son compte. Même s'il lui faudrait particulièrement bien ruser pour éviter que les liens ne soient faits rapidement...

L'italienne se réveilla alors, se lançant à la poursuite de la tête blonde. Ses yeux apercevaient la silhouette au bout de la rue, tournant sur la gauche. Un vague sourire se dessina sur ses lèvres, tandis qu'une lueur taquine se glissa dans son regard. Bordel, si Dante la voyait à ce moment-là, il pèterait complètement un câble. Bon, il devait se douter qu'elle n'avait pas arrêté ses activités illégales, mais ils n'avaient pas trop abordé le sujet la dernière fois. De toute façon, Ambre n'aurait pas été en état de le faire, pas en état de se défendre. Elle secoua ses cheveux, cherchant à oublier les souvenirs de cette soirée. Peut-être parce que se rappeler ses propres pleurs était bien trop douloureux, bien trop... Etrange. Elle se reconcentra sur la piste de son témoin, suivant les bruits de pas, la respiration haletante. Les ruelles étaient silencieuses mis à part leur course-poursuite. Et heureusement, sinon la milicienne l'aurait perdue depuis belle lurette. Elle n'avait aucun don, aucun animal pour l'aider elle. Ses sens restaient ceux d'humain, bien qu'elle les ait entraînés pour pouvoir s'en servir plus facilement. Les limites étaient présentes, lui rappelant qu'elle n'était pas encore complètement un monstre... L'enveloppe corporelle était celle d'une humaine. Juste une humaine.

Sa cible était à présent arrêtée. Dans une ruelle qui ne mènerait qu'à un dédale, un labyrinthe mortel pour ceux ne le connaissant pas. Enfin, façon de parler. Il y avait toujours moyen de s'en sortir, mais Ambre savait qu'il était difficile de s'y retrouver si on n'y avait pas été habitué. Elle se glissa dans la ruelle, laissa ses pas résonner entre les bâtiments tremblants. Imposer sa présence, montrer qu'elle était là. Pour laisser la peur s'installer. Un moyen de les ressentir par procuration. Même si, bien qu'elle ne l'avouerait jamais, c'était ce qu'elle avait ressenti quelques jours auparavant. Mais bon, reconnaître qu'elle avait des sentiments était encore bien trop complexe pour son cerveau, qui continuait de garder la barrière, de filtrer les informations. Il n'y avait qu'avec une seule personne qu'il acceptait de les abaisser. Et encore, c'était très compliqué... Bref, ce n'était pas le moment d'y penser. Son témoin était là, incapable d'aller plus loin. C'était triste si peu d'endurance et de résistance.

La jeune fille engloutit la distance qui les séparait, attrapa le bras de l'inconnue et la poussa avec une force qu'on ne lui soupçonnerait pas. Ses doigts se posèrent sur la garde de son épée pendue à ses hanches et, d'un geste, la dégagèrent du fourreau. La lame trouva sa place contre la gorge de la femme. Maintenant qu'elles étaient face à face, Ambre pouvait la jauger. Elle était à peine plus grande qu'elle, ne semblait pas bien dangereuse. Mais elle était le putain de grain de sable dans son plan parfait. Et elle savait bien qu'elle ne pouvait pas l'éliminer. Ce serait une erreur qui pourrait lui coûter sa liberté, si ce n'était sa vie. Sauf que la laisser dans la nature.... Ce n'était pas une bonne idée non plus, puisqu'elle pourrait révéler le meurtre. Quoique, entre la parole d'une shadowhunter et celle d'une citoyenne lambda... Il y avait moyen de la faire descendre. Merde. Son regard glacial s'enfonça dans celui de l'inconnue. La lame se pressa un peu plus contre sa chair. Une pression suffisante pour faire peur, mais pas pour tuer.

"C'est fort dommage pour vous, vous étiez au mauvais endroit au mauvais moment..."


Un murmure. Vu la distance à laquelle elles se trouvaient, c'était comme si Ambre avait parlé d'une voix normale. Le plus facile aurait été d'appuyer un peu plus, de trancher une des carotides et de la laisser se vider de son sang. Sauf que l'épée était trop repérable. Et, d'un autre côté, un coup de feu attirerait trop l'attention. Une seule erreur était suffisante pour ce soir, il lui faudrait bien réfléchir avant de passer à un quelconque acte...

"Je serai magnanime ce soir, comment préférez-vous mourir ?"


Oui, magnanime, tout à fait...


© 2981 12289 0


HJ:
 

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1111
↳ Points : 263
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Mer 11 Jan - 20:21

I've been begging for blood on the wall
Ambre&Violet
Les pas derrière Violet se firent de plus en plus entendre. Visiblement sa poursuivante ne voulait en aucun cas paraître discrète et ce fut ce qui inquiéta un peu plus la jeune femme qui ne se voyait pas reprendre sa course. Sans qu’elle ne puisse faire quoique ce soit, Violet fut violemment attrapée par le bras puis pousser par la femme aux yeux verrons qui l’avait poursuivie jusque là. L’ergothérapeute regarda la meurtrière avec la terreur incrustée dans son regard clair. Qu’allait-elle lui faire ? Est-ce qu’elle aussi finirait la cervelle explosée contre les murs d’une ruelle poisseuse ? La mexicaine ne bougea pas bien qu’elle aurait voulu hurler et s’enfuir. Ce fut pire encore lorsque son assaillante sortie l’épée qui lui servait d’arme. Violet fut à deux doigts de tourner de l’œil lorsque la lame de l’arme vint se loger contre la peau de son cou. La blonde releva le menton tout en déglutissant avec peine. Elle ferma un instant les yeux. Elle allait mourir, c’était certain maintenant. Elle avait vu cette fille tuer l’homme de sang froid. Finalement la voix de la meurtrière s’éleva comme un écho funeste. Violet approuvait largement ses dires. Elle n’avait jamais vraiment eu de chance de toute façon. Tout ça parce qu’elle avait voulu se faire un bon repas. Non seulement elle ne dînerait sûrement pas ce soir mais en plus de ça, elle n’avalerait sûrement plus rien de toute sa vie si cette fille lui tranchait la gorge.

« Je ne sais pas de quoi vous parlez. Je n’ai rien vu… Rien du tout. J’ai juste entendu un coup de feu alors je suis partie. De toute façon même si j’avais vu quelque chose je ne dirais rien Violet grimaça, la lame contre sa gorge commençait à l’irriter je suis ergothérapeute, j’aide les gens s’il-vous-plait. »

Elle ne savait pas quoi dire pour sauver sa peau. Elle ne savait pas à qui elle avait à faire. Tout ce qu’elle put constater était que la jeune fille était munie d’armes en tout genre et qu’elle n’hésiterait sûrement pas à s’en servir. Mais que ferait-elle avec deux cadavres sur les bras ? L’homicide de l’homme devait être prémédité mais sûrement pas celui de Violet. Cette pauvre Violet qui n’était qu’un témoin gênant. La femme à abattre. Femme qui ne voulait en aucun cas mourir. Elle qui priait pour que quelqu'un arrive et la sorte de là. Et si ce quelqu’un avait pu être Rafael cela aurait été merveilleux. Mais rien de tout ceci n’arriva, personne n’arriva d’ailleurs. Alors Violet leva les yeux au ciel, tremblant et larmoyant. Son teint était devenu blafard. « Je ferais ce que vous voudrez mais s’il-vous-plait ne faites pas ça. » continua-t-elle de supplier. Violet avait bien trop de choses à mettre au clair avant de rendre l’âme. Elle avait encore beaucoup trop de gens à aider pour mourir ici. Mais elle ne voyait pas comment échapper à cette situation pour le moins inquiétante. Jusqu’à ce qu’au loin, une sirène se fasse entendre. C’était rare, voir très rare surtout dans un quartier tel que celui-ci. On ne savait pas trop si c’était une ambulance où une patrouille de peacekeeper. Vu les parages la première option s’avérait être la meilleure. Quoiqu’il en soit le véhicule s’approchait et bien que les deux femmes soient dans une ruelle, Violet espérait que cela suffirait quelque peu à faire changer d’avis l’assassin qui brandissait son épée contre sa gorge. D’ailleurs la pression exercée commençait à laisser une vive trace rouge contre l’épiderme de l’ergothérapeute.

La sirène qui n’était qu’un écho quelques secondes plus tôt devint de plus en plus distincte. Le véhicule approchait Violet en était sûre maintenant. Alors bien sûr, il ne tournerait sûrement pas dans la rue dans laquelle elle se trouvait, chanceuse comme était la pauvre ergothérapeute. Néanmoins des lumières rouges parvenaient jusque dans la rue perpendiculaire. Alors Violet tenta le tout pour le tout. Elle était à deux doigts de s’évanouir mais luttait pour que ça n’arrive pas, de peur de ne plus jamais rouvrir les yeux. « Vous entendez ? Soyez raisonnable vous n’allez quand même pas tuer une innocente.»  tenta la blonde sans grande conviction.

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Ven 20 Jan - 0:20


I’ve been begging for blood on the wall...
I don’t care if I’m playing with fire, I’m aware that I’m frozen inside. I have known all along. ••• Aucune émotion, aucune question ne transperçait dans son regard. Elle était une poupée totalement vide, qui tuerait puisque tel était son métier. Son interlocutrice s'en rendait-elle compte ? D'ici quelques minutes, elle serait certainement morte, méconnaissable, gisant dans une de ces ruelles sombres du nord de la ville. Là où personne, si ce n'était des criminels ou des parias de la société, ne la retrouverait. Quelle tristesse. Aucune funéraille, son nom sera simplement supprimé des registres. Comme Ambre l'avait fait plusieurs fois au cours de ses trois dernières années. Elle s'arrangeait pour que le dossier de la disparition lui retombe dans les mains, d'une façon ou d'une autre, et au bout de quelques mois de recherche infructueuse, elle le classait. Tout dans la légalité, vous voyez ? Enfin, ça, c'était quand elle s'y attendait. Et la blonde était une putain d'anomalie dans son plan. Elle ne connaissait pas son identité, intercepter un quelconque dossier deviendrait compliqué. Et aussi... Les liens avec des membres du Gouvernement et des mafias n'étaient pas à négliger. L'italienne était certes douée pour masquer ses traces, mais se retrouver avec des pointures à ses trousses... C'était toujours dérangeant pour l'ombre qu'elle était. Voilà pourquoi elle n'avait toujours pas tranché la gorge de sa cible. Une raison bien pathétique...

Rien vu, elle n'y était pour rien, elle ne dirait rien. Bien sûr. La tueuse avait entendu ce refrain à chaque meurtre qu'elle commettait, chaque contrat qu'elle appliquait. Ce n'était qu'une chanson, que des paroles en l'air. La première chose que la blonde ferait en étant libérée, ce serait d'aller porter plainte. Non pas qu'Ambre craignait cela, se défendre était tellement aisé lorsqu'on connaissait les bonnes personnes et qu'on savait créer de fausses preuves d'innocence. Cependant, c'était une perte de temps qui agaçait l'esprit carré de la jeune fille. Et il lui faudrait se tenir à carreaux d'autant plus par la suite, malgré toute sa prudence. De plus, il y avait une possibilité que son passé soit fouillé. Certes, elle avait fait en sorte de modifier son dossier mais il suffisait de peu pour qu'on tombe sur son père ou même Dante. Et si ce dernier avait des soucis à cause d'elle, elle s'en voudrait réellement. Oh, une personne qui aidait des gens... Son regard se refroidit. Ce besoin de souligner ses bonnes actions et ses côtés positifs avant de mourir... L'humanité était pathétique. Ce n'était pas ce qui les sauverait d'un tueur dans tous les cas.

La lame s'appuya un peu plus contre la chair à nu. La respiration de son interlocutrice devait devenir de plus en plus difficile. D'ailleurs, à la moindre déglutition, cette dernière pouvait s'entailler un peu plus. Et d'elle-même. En réalité, Ambre espérait qu'elle se tranche la gorge toute seule, en tournant la tête par exemple, ou en se penchant très légèrement. Ca réglerait ses soucis finalement. A trop réfléchir, elle allait finir par se faire avoir. Un jour. Tout ce qu'elle voudrait... Un sourire malsain se dessina sur son visage. Le genre utilisé dans les bas-fonds, celui qui signifiait que la situation allait mal tourner. Très mal tourner... Mais une sirène l'empêcha de continuer son jeu. Ambre détourna le regard, sans relâcher la pression exercée avec la lame. Elle essayait d'estimer s'il s'agissait de miliciens ou autre. Après quelques secondes de silence, seulement brisées par les mots de l'inconnue, Ambre reposa ses iris dans celles de l'autre. Les peacekeepers ne passaient pas en ces lieux de façon aussi... Bruyante. Donc, certainement des secours. A l'oreille, l'italienne tablerait sur les pompiers. Enfin, elle n'allait pas tenter le Diable non plus...

"Personne n'est innocent dans cette ville. On a tous quelque chose à se reprocher, quoi qu'on en dise..."


Une manière totalement subtile de lui souligner qu'elle la prenait pour une menteuse. Et qu'on ne vienne pas la bassiner avec une pseudo-morale religieuse, Ambre avait les religions en horreur. Pour elle, ce n'était qu'un moyen de justifier ses actions – et ses inactions –. Parce que assumer était si complexe dans l'esprit d'un être humain... Autant se trouver des excuses tant qu'on le pouvait. La jeune fille recula d'un pas, attrapa le bras de sa cible et l'obligea à avancer vers les ténèbres d'un geste violent. Elles allaient à l'opposé de la sirène. La pointe de l'épée tâtait le creux des reins de la blonde, histoire de l'empêcher de ralentir.

"Ne vous arrêtez pas."

Un ordre froid, sans qu'elle ne ralentisse le pas. Ses doigts se glissèrent jusqu'à son pistolet, qu'elle sortit de son holster. Au cas où quelqu'un ne se dresse en travers de leur route. Ambre indiquait les directions à emprunter dans des murmures, sans relâcher son attention une seule seconde. Le moindre bruit, la moindre lueur était sujet à une analyse de son cerveau, et à une adaptation de la route à prendre. Jusqu'à l'arrivée dans une ruelle réellement à l'écart de tout, plongée dans une obscurité dérangeante. Ambre y avait déjà commis de nombreux meurtres, voilà pourquoi elle savait qu'elle serait plutôt en sécurité pour en commettre un nouveau. Qui mettait son temps à arriver quand même. L'italienne poussa la blonde contre le mur et posa la pointe de sa lame contre sa gorge. Pour lui passer l'envie d'essayer de s'enfuir.

"En quoi aider d'autres personnes vous empêcherait-il de mourir ? Je suis curieuse là. Est-ce que ça fait de vous quelqu'un de mieux, supérieur face à la mort qu'une personne lambda ne se préoccupant que d'elle ?"


Encore et toujours gagner du temps...


© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1111
↳ Points : 263
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Lun 23 Jan - 12:13

I've been begging for blood on the wall
Ambre&Violet
La situation devint de plus en plus critique. Cette lame contre sa gorge la faisait atrocement souffrir. Violet osait à peine respirer. Une brûlure désagréable commença à lui mordre la peau. La jeune femme mit un point d’honneur à rester immobile. En attendant elle ne se gêna pas pour dévisager sa tortionnaire. Le visage de cette dernière ne dégageait aucune émotion. Elle lui faisait froid dans le dos cette fille. Violet la plaignait d’ailleurs. Elle qui s’obstinait à vouloir croire que chaque être avait du bon en lui… Elle fut persuadée que cette inconnue, cette meurtrière, était pourrie jusqu’à la moelle. Après tout, quelqu’un qui voulait tuer un innocent de sang-froid ne pouvait pas être bon. Mais au moins cette fille ne s’adonnait pas à quelconque hypocrisie. Est-ce que cela rassurait Violet ? Pas du tout.

La sirène permit à l’ergothérapeute de gagner du temps. Chaque seconde devint précieuse. La remarque de la jeune tueuse eut le dont de faire froncer les sourcils de Violet. Avait-elle à faire à une justicière qui se pensait laver de toute culpabilité en partant du principe que, de toute façon, tout le monde était coupable de quelque chose ? « Vous vous trompez. Mais si c’est votre excuse pour tuer des innocents. » Violet avait murmuré. Elle aurait pu se taire mais la blonde était têtue. Et elle trouvait cette vision tellement radicale qu’elle n’avait pu s’empêcher de faire une remarque. De toute façon elle allait mourir non ?

La jeune femme put de nouveau respirer normalement lorsque la lame quitta sa gorge pour venir se lotir dans le creux de ses reins. La pointe dans le dos, Violet n’avait d’autre choix que celui d’obéir à la meurtrière qui ne voulait décidément pas la lâcher. Après avoir déambulé dans un dédale de ruelles sombres, la course s’arrêta à l’écart de tout. Les lampadaires dans cette rue là semblaient arriver en fin de vie si bien qu’on y voyait presque rien. La pointe de l’épée vint de nouveau épouser la peau de Violet qui commençait à être à bout de nerfs. Et puis la tortionnaire se remit à parler. Violet fut surprise par ses propos. « Personne n’est supérieur face à la mort, ne dites pas de bêtises. J’aime aider les gens, me rendre utile. Qu’est-ce que vous aimez vous dans le fait de tuer ?  » demanda Violet avec une sincérité déconcertante. Elle se demandait réellement ce qui poussait cette fille à tuer. Est-ce qu’elle prenait du plaisir à ôter la vie d’autrui ? Si l’enfer existait bien alors aucun doute que cette meurtrière y avait d’ores et déjà une place réservée. Pour le moment l’ergothérapeute souffrait. Et elle sut en repensant à tous les patients qu’elle avait pu aider qu’elle ne voulait pas mourir. Pas aujourd’hui, pas comme ça, pas dans une ruelle crasseuse où son cadavre serait sûrement dévoré par les rats. Alors il fallait qu’elle gagne du temps. Cette fois aucune sirène ne détournerait l’attention de la jeune femme à l’épée.

« Ecoutez, je sais que vous n’êtes sûrement pas du genre à marchander mais… Je m’appelle Violet Forester, je travaille à l’Adventist Hospital. Je suis ergothérapeute. Laissez moi un peu de temps, s’il-vous-plait. Je n’ai rien à cacher mais j’aimerais pouvoir profiter encore un peu de quelques personnes. Je vous en prie.» supplia-t-elle en fermant les yeux un court instant.

Une larme coula le long de sa joue. Violet ne pensait pas mériter la mort, elle ne pensait pas être un ange non plus. Si le destin avait décidé que sa route s’arrêterait là alors elle accepterait son sort. Mais cela lui brisait le cœur. Il y avait encore tellement de gens à aider. Et même si sa supplication ne lui permettait en théorie que de gagner du temps, c’était toujours mieux que de périr maintenant sans avoir revu ses patients une dernière fois, ses amis, Rafael… Elle espérait que la meurtrière accepte sa requête après tout Violet avait dit la vérité. Et elle n’avait pas vraiment d’endroits pour fuir. La Nouvelle-Orléans était une prison de laquelle on ne pouvait s’échapper si facilement.

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Sam 28 Jan - 2:26


I’ve been begging for blood on the wall...
I don’t care if I’m playing with fire, I’m aware that I’m frozen inside. I have known all along. ••• Ambre se trompait donc. Un vague vaguement amusé se dessina sur ses lèvres. Si c'était ce que son interlocutrice pensait... Hé bien qu'il en soit ainsi. Sauf que l'italienne camperait sur ses positions. Oui, en plus d'être froide et effrayante, elle était aussi bornée. Pas le meilleur des cocktails. Personne ne pourrait la faire changer d'avis. Presque personne puisque finalement, elle n'irait jamais à l'encontre d'un ordre donné par Niklas. Et elle aurait du mal à faire face à Dante. Deux faiblesses que personne ne connaissait, pas même les concernés. Comme quoi, la jeune fille était aussi une excellente manipulatrice. Même si ne rien ressentir permettait pas mal d'aider pour cacher. Quant à être une excuse... Absolument pas. C'était une réalité. Et Ambre pouvait le prouver pour la majorité des êtres peuplant la Nouvelle-Orléans. Ils auraient tous quelque chose à se reprocher si on cherchait assez. Et ça, c'était son boulot. Trouver de quoi faire tomber ceux voulant s'en prendre à ses géniteurs et leur organisation. Ca faisait partie de ses fonctions. Détail que ne pouvait pas savoir son interlocutrice. Encore heureux.

La sirène avait définitivement cessé, et Ambre était certaine que personne ne viendrait les déranger à présent. A part quelques camés que la jeune fille descendrait sans le moindre remords. Et sans la moindre hésitation, contrairement à ce qui se passait avec cette inconnue. Elle, elle était bien trop propre sur elle. Elle devait être du genre à avoir des liens, des contacts dans le Gouvernement, une famille qui s'inquièterait pour elle. En fait, l'italienne n'en savait rien, et c'est ce qui l'avait retenue de presser réellement la lame contre la gorge. La question alors posée la laissa de marbre. Ce qui lui plaisait dans le fait de tuer ? Être libre de faire ce qu'elle souhaitait. Ne pas avoir à cacher le monstre qu'elle était. Ne pas avoir à vivre au travers de ce qui est sociablement acceptable. En fait, elle pouvait s'en foutre de ces conventions qui, à ses yeux, n'avaient rien à faire là. Parce qu'elle voyait tout au travers du prisme de sa propre existence. Et tout ce qu'elle y voyait était... Anormal. Les gens se comportaient, pour la plupart, à l'inverse de ce qu'elle considérait comme logique et normal. Donc... Elle tuait juste pour tuer. Elle tuait parce qu'elle ne savait faire que cela.

Un petit discours, très mignon. Au moins, Ambre avait l'identité de la femme sans avoir à demander. Tellement de chance. Violet Forester, ergothérapeute. Intérieusement, cela était agaçant. Parce que cela confirmait ses pensées sur le fait que la tuer allait avoir de nombreuses répercussions pas forcément agréables. Mais au moins, il y avait une possibilité d'issue. En la tuant à l'hôpital, mettant cela sur le compte d'un patient un peu trop énervé... Seulement, il fallait être sûr qu'elle ne parlerait pas d'ici là... L'italienne la libéra quelques secondes de l'entrave de l'épée, en profita pour sortir son révolver, en retirer cinq balles, en laisser seulement une et faire tourner le barillet. Une roulette russe dont cette Violet serait la cible. Ambre ne s'exprima d'ailleurs pas, se contentant de pointer entre les deux yeux de la femme et de tirer. Enfin, tout était calculé et aucune balle ne traversa la matirèe grise de son interlocutrice. C'était simplement un moyen de l'effrayer un peu plus.

"Je n'ai pas besoin d'excuse pour être un monstre. Et encore une fois, croire en l'innocence d'un être humain est bien naïf..."


Aucune émotion ne vint troubler ses traits. C'était la réalité. Elle n'avait pas besoin d'excuses, puisqu'elle savait très bien qu'elle était un monstre, et rien d'autre. Elle vivait dans le sang, dans les meurtres. Ce serait stupide de sa part de dire autre chose.

"Rien. Je tue parce que c'est mon métier. Qu'aimez-vous dans le fait d'aider les gens ?"

Retourner la question. Violet avait gagné quelques secondes de répit avec l'échec – voulue – de la roulette russe. Donc, autant lui laisser de quoi s'exprimer. Puisqu'elle avait l'air d'avoir tant de choses à raconter... Autant qu'elle prenne cette dernière volonté avant que l'épée ne vienne l'empêcher à jamais de parler. Sceller les mots finaux.

"Oh, votre conscience va donc bien avec toutes ces bonnes actions ? Et vous allez prier tous les dimanches, histoire d'être vierge de tout péché lorsque viendra votre jugement ? J'espère pour vous, car votre temps est désormais compté."

Parler de religion... En sachant qu'Ambre ne la supportait pas. Cette notion de bien et de mal, de paradis et d'enfer, ce n'était que de grosses conneries à ses yeux. Elle n'y croyait pas, mais elle aimait railler à ce sujet, notamment parce qu'elle avait eu à tuer des prêtres. Et vu ce qu'elle avait déniché sur eux.... Parce que oui, tuer, c'était mal, sauf si on se confessait. Le viol et la pédophilie, ça passait si vous faisiez partie de l'Eglise. Comme quoi, il suffisait de peu de choses pour qu'un crime n'en soit plus un. Un léger bruit sur sa droite attira son attention. Puis un chat passa dans son champ de vision. Certainement la rappelait-il à l'ordre parce qu'elle divaguait...


© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1111
↳ Points : 263
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Lun 30 Jan - 13:13

I've been begging for blood on the wall
Ambre&Violet
Cette fille, elle jouait avec ses nerfs. Violet n’en pouvait plus, elle sentit toutes ses forces la quitter. Ses jambes semblaient sur le point de flancher. Le poids de son corps devint insupportable à retenir.  La jeune femme avait peur, sa gorge la faisait atrocement souffrir. Des larmes cristallines continuaient de border ses yeux clairs. Comment pouvait-on cumuler autant de malchance ? Certes la Nouvelle-Orléans n’était pas un oasis, un endroit idyllique dans lequel la criminalité avait été bannie. Mais quand même. La possibilité pour que Violet devienne témoin d’un meurtre étaient infimes et pourtant… Soudain la lame quitta la chair. L’ergothérapeute en profita pour inspirer une grande bouffée d’air. Par réflexe elle vint effleurer sa plaie. Ce fut stupide car ce geste lui arracha une grimace. Sa peau était rouge écarlate. Si elle n’avait pas la gorge tranchée ce soir, il était certain qu’elle garderait des traces de sa mésaventure. Tandis que Violet se pensait libérée pendant au moins quelques secondes, sa consolation fut bien décevante lorsqu’un revolver se profila entre les mains de la meurtrière. Elle n’allait donc pas lui trancher la gorge mais lui exploser le crâne contre se mur presque noir de crasse ? Drôle de méthode lorsqu’on voulait être discrète. Mais la discrétion n’était certainement pas au goût de cette fille pour qui tuer n’éveillait pas le soupçon d’un sentiment. Bientôt le canon de l’arme vint se loger contre le front de Violet. Ses sourcils se froncèrent, elle recommença à trembler. Son cœur battait à toute allure si bien que la blonde fut à deux doigts de la crise cardiaque. Elle ferma les yeux, grimaçant. Elle était persuadée que son heure avait sonné. De grosses larmes dégoulinèrent le long de ses joues roses. Et puis lorsqu’enfin l’assassin appuya sur la détente, rien ne se passa. Violet rouvrit les yeux, le souffle court. A quoi jouait-elle ?

Malgré sa terreur, la mexicaine lança un regard déconcerté à son bourreau. Elle tuait parce que c’était son métier. C’était assez hallucinant d’entendre des choses pareilles. Surtout qu’elle semblait encore si jeune. Mais visiblement elle avait vécu des choses ou bien avait été conditionnée dans l’optique de penser ainsi. Ce qui était dommage mais Violet n’était pas psychiatre et tout ce qui comptait à ce moment précis était de sauver sa peau.

« Donc si quelqu’un tuait un de vos proches parce que c’était son métier, vous ne lui en voudrait pas, c’est ça ? Violet avait la voix tremblante, elle ne voulait pas jouer les rebelles mais mettre en évidence ce qui n’allait pas dans la réponse de l’inconnue je pense que chaque personne a du bon en elle, et si je peux aider ces personnes alors ça me rend heureuse. Chacun a le droit à une seconde chance, les gens peuvent changer. » conclut-elle en hochant doucement la tête.

C’était peut-être bête, utopique comme vision des choses mais telle était celle de Violet. Elle était l’optimiste sous sa forme la plus pure et la plus sincère. D’ailleurs on ne doutait pas qu’elle pensait ce qu’elle venait de dire. Est-ce que cela ferait changer d’avis la jeune femme en face d’elle ? Sûrement que non. Elle semblait buttée et camper sur ses positions. Ce n’était pas Violet, tremblante et à deux doigts de flancher qui allait lui faire voir les choses d’un angle différent. D’ailleurs la suite confirma bien à Violet que discuter avec cette fille était une peine perdue.

« Non je ne vais pas prier tous les dimanches. Je ne dirais pas que j’ai la conscience tranquille mais j’ai le mérite d’en avoir une. » le côté têtu de Violet commençait à prendre le dessus. Quitte à mourir alors autant le faire dignement. Elle restait tremblante, sa gorge la faisait toujours autant souffrir, ses yeux étaient toujours larmoyants mais elle avait légèrement relevé le menton. « Alors est-ce que vous me laissez un peu de répit ou est-ce que vous comptez appuyer sur votre machin jusqu’à m’exploser la cervelle ? Si vous comptez me tuer ce soir faites le vite je vous en supplie. » les nerfs de la jeune femme lâchaient. Sa voix était suppliante. Dans l’esprit de Violet cette mascarade durait depuis des heures et elle atteignait ses limites.


_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Ven 10 Fév - 17:42


I’ve been begging for blood on the wall...
I don’t care if I’m playing with fire, I’m aware that I’m frozen inside. I have known all along. ••• Ambre ne savait pas trop dans quelle direction elle voulait aller. Plus elle pesait le pour et le contre, plus elle s’enfonçait dans l’incertitude. Il y avait de bons arguments de chaque côté. Et surtout, la tuer revenait à possiblement se mettre des personnes puissantes sur le dos mais ne pas la tuer revenait à risquer qu’elle parle, qu’elle la décrive. Et l’italienne était loin d’être stupide, elle savait bien qu’elle était l’une des rares personnes à se promener dans la rue avec une épée, d’autant plus qu’elle travaille pour le Gouvernement et possède donc un visage connu des forces de l’ordre. Après… Il y avait la troisième possibilité, celle de créer des preuves tout en effrayant régulièrement la femme. Une manière de lui rappeler qu’elle ne l’oubliait pas. Qu’elle ne l’oublierait jamais. Foutu cerveau. Foutus neurones. La tueuse avait bien envie de s’assommer, de ne plus se souvenir parfois. De supprimer tous ces détails qui s’ancraient dans son esprit, tous ces détails qui la bousculaient quand les barrières émotionnelles prenaient les jambes à leur cou. Elle en avait l’expérience avec Dante il y a quelques jours. D’ailleurs, en à peine plus d’une semaine, elle était parvenue à tout reconstruire. Illusion de protection. Illusion de force, elle qui n’était qu’une gamine perdue dans un monde trop grand pour elle.

Et si quelqu’un tuait ses proches… Un sourire carnassier se glissa sur son visage. Quelle douce utopie. Personne ne parviendrait à les toucher. La jeune fille ferait en sorte de les protéger jusqu’à son dernier souffle. La loyauté d’une tueuse, d’un monstre, ne valait peut-être pas grand-chose mais au moins, elle en gardait une. Elle n’avait jamais dit qu’elle n’en voudrait pas à quelqu’un tuant ses proches. Et elle n’avait en aucun cas tué un proche de cette Violet. Bon, peut-être que les proches de celle-ci lui en voudraient, mais c’était la vie. On naissait, on vivait, puis on mourrait. Même si, parfois, la Faucheuse arrivait plus tôt que prévu… Les gens peuvent changer… C’était une idiotie dans son esprit. Enfin, vu le monde dans lequel elle vivait, vu ses expériences, d’un côté, c’était normal. Elle était incapable de changer personnellement, en tout cas, elle le ressentait ainsi. On l’avait façonné pendant presque deux décennies. Et l’enfance était le moment où on était le plus malléable. Il n’y a eu personne pour stopper le processus, pour apporter… Autre chose. Pour contrebalancer l’apprentissage. Donc bon, penser que toute personne a du bon en elle… Ambre n’y était pas prête. Elle n’y serait jamais prête.

Son arme n’avait pas été baissée. Elle aurait pu la tuer comme ça, se basant sur une roulette russe, donnant cela comme explications. A l’évocation de la conscience, la jeune fille eut un nouveau sourire vide. Elle n’en avait pas elle. Enfin, elle en avait une, juste, les émotions ne lui faisaient pas remettre en cause ce qu’elle faisait. Et c’était tant mieux. Elle n’aurait pas tenu longtemps sinon. Ambre ne ressentait aucun plaisir à torturer la femme ainsi, surtout parce que cela lui renvoyait ses propres hésitations en pleine face. Finalement, il y avait de grandes chances qu’elle ne meurt pas. Sauf que la milicienne ne voulait pas juste partir comme une fleur. Il allait falloir qu’elle trouve une bonne raison. Elle s’approcha, lentement, calmement. Elle se pencha, glissa ses lèvres jusqu’à l’oreille gauche de la femme, susurra d’une froideur contrôlée :

« Si quelqu’un tuait un de mes proches, j’espère qu’il profitera bien des dernières secondes de vie qui se profilent devant lui… »

Il mourrait. Elle le tuerait de la manière la plus horrible qui soit. Le torturerait des heures durant. Personne ne s’en prendrait aux rares qui avaient une importance à ses yeux. A son cœur aussi. Ses iris s’étaient emplis d’une rage sourde. Une fraction de seconde, avant qu’elles ne retrouvent le calme d’un lagon. Illusion cachant la tempête prête à se déclencher alors qu’elle reculait, retrouvant sa place de supériorité. Sa main libre se plaça sur sa hanche tandis qu’elle réfléchissait de nouveau, le regard perdu dans le vide.

« J’ai toujours eu du mal avec cette notion de seconde chance. Votre éducation devait être bien différente de la mienne. »

Une affirmation, une remarque qui ne la dérangeait pas. Elle n’y croirait jamais personnellement, même pas pour elle-même. Au moins, elle n’était pas comme ces personnes qui disaient que la seconde chance n’existait pas sauf lorsqu’il s’agissait de leur personne. Eux avaient le droit à une seconde chance. Se sentir si supérieur… Ambre ne se voilait pas la face elle. Si l’Enfer devait exister, elle se retrouverait certainement dans la pire partie de celui-ci. Mais comme il n’existait pas… Autant prendre ça comme une métaphore.

« Psychologiquement parlant, tout être humain a une conscience. Tout dépend après de si on l’écoute ou pas. »

Et elle, la petite voix douce et gentille dans sa tête avait disparu depuis bien longtemps. Il n’y avait plus que le démon qui lui susurrait dans le creux de l’oreille, l’ange s’était fait la malle. Un soupir quitta ses fines lèvres, tandis qu’elle poursuivait :

« Vous ne trouvez pas cela amusant la roulette russe ? J’imagine que je pourrais m’en sortir sans souci avec une telle explication… »


Il suffirait simplement de lui tirer la balle dans la tempe, d’effacer les empreintes digitales sur l’arme et de la lui mettre entre les mains. Si simple et si tentant…


©️ 2981 12289 0


HJ:
 

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1111
↳ Points : 263
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Lun 13 Fév - 12:23

I've been begging for blood on the wall
Ambre&Violet
Au final, Violet n’aurait pu dire si elle préférait l’épée contre sa gorge ou le canon contre son front. La seule chose dont elle était sûre était qu’elle n’aurait jamais dû mettre les pieds ici. Visiblement la jeune femme en face d’elle n’avait aucun scrupule. Commettre un meurtre avait l’air d’être un acte anodin, une routine macabre. Violet doutait rarement de ses convictions. Pour elle c’était sûr, chaque être avait du bon en lui. Bien qu’elle ait été déçue plusieurs fois, elle gardait cette certitude dans un  coin de son esprit. Mais le regard inexpressif et froid de la tueuse mettait à mal la certitude de l’ergothérapeute. Aussi lorsque cette dernière lui murmura sa réponse à l’oreille, Violet ne put se retenir de paraitre choquée. Pour elle tuer un être vivant était un acte abominable, quelque chose de terrible dont on ne pouvait réellement se remettre. Aucune excuse n’avait de grâce à ses yeux. Car elle n’était pas quelqu’un de rancunier qui se laissait facilement envahir par un besoin de vengeance quel qu’il soit. « Tuer cette personne ne vous rendrait pas vos proches. » murmura doucement Violet. Cette fille était bornée. La blonde savait que quoi qu’elle puisse dire, la jeune femme en face d’elle trouverait de quoi lui répondre. Car elle pensait sûrement que sa philosophie était la bonne. Se remettre en question était sûrement quelque chose qui lui paraîtrait totalement dérisoire.

Violet put légèrement se détendre lorsque son vis-à-vis recula. C’était un véritable numéro d’équilibriste. A tout moment la jeune femme pouvait perdre la vie. Il n’y avait aucun filet, aucun échappatoire, la mexicaine était faite comme un rat. Pourtant la fille en face semblait prendre un malin plaisir à faire durer la scène macabre. Violet quant à elle était en nage.  Ce n’était pas évident d’être au milieu de cette mascarade. Lorsque la meurtrière évoqua son éducation, Violet se contenta de hausser les épaules. Qu’aurait-elle put répondre ? Cette fille n’avait visiblement pas reçu une éducation normale et avait dû avoir des parents particulièrement déséquilibrés pour être aussi dénuée de sentiments. La seule chose qui rassura l’ergothérapeute fut lorsque la tueuse admit que chaque être humain avait une conscience. C’était déjà un pas en avant. Mais la suite ne l’étonna guère. « Vous avez sûrement raison. » dit Violet sans aucune conviction. Elle abandonnait. Cette fille avait effectivement réponse à tout et se croyait dans son bon droit. Alors qu’aurait-elle eut à faire de l’avis de Violet ? Surtout si c’était pour lui exploser le crâne la minute d’après. Bizarrement la blonde ne trouvait pas la roulette russe particulièrement ludique. Bien au contraire d’ailleurs. Elle ferma les yeux en soupirant. Elle ne trouva rien à dire. Une bonne excuse ? Une excuse pour qui ? Personne ne trouverait le corps de Violet avant des mois. Elle repensa soudain à ce que lui avait dit Rafael la dernière fois qu’ils s’étaient vu « Je ne laisserais rien vous arrivez Violet. » l’ironie faisait mal. Si elle survivait à ça, la jeune femme n’irait sûrement rien dire à l’homme-loup auquel cas ce dernier se rendrait malade et s’avérerait sûrement capable de fouiller toute la ville, jour et nuit, histoire de retrouver cette fille. Après tout, si elle avait été élevée par des tyrans, on ne pouvait pas trop lui en vouloir d’être devenue comme eux, non ? Violet se dit qu’elle allait sûrement trop loin dans sa compassion.

Les deux mains plaquées contre les murs de briques, la jeune femme s’apprêta à défendre sa cause une nouvelle fois mais des bruits arrivèrent jusqu’à elles. Plusieurs personnes courraient visiblement. On aurait dit qu’un troupeau de bêtes sauvages s’apprêtaient à débarquer dans la discrète ruelle. Violet ne put retenir un sourire. Des gens arrivaient. Ils arrivaient à toute vitesse. Le bitume tremblait sous ses pieds. Peut-être son salut ? « PAR ICI, VENEZ JE VOUS EN SUPPLIE. » hurla Violet de toutes les forces qu’il lui restait. Aussitôt elle se baissa, échappant au canon de l’arme durant quelques secondes. Secondes qui suffirent à marquer l’apparition d’un groupe de miliciens visiblement à la recherche un suspect. Ils étaient encore loin mais pourraient sûrement apercevoir ce qui se tramait ici. Encore faudrait-il que dans leur vacarme ils aient perçu la voix de Violet. De toute façon, la jeune femme ne voyait pas d’autres issues. Soit les shadowhunters l’avaient entendue ou du moins, se dirigeraient par ici. Soit ils passeraient leur chemin et la tueuse lui trancherait la gorge avant de déguerpir aussi vite qu’elle était venue.



HJ:
 

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1403
↳ Points : 1222
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   Ven 3 Mar - 1:15


I’ve been begging for blood on the wall...
I don’t care if I’m playing with fire, I’m aware that I’m frozen inside. I have known all along. ••• La femme n'avait pas tort. Tuer ne ramènera personne. Pourtant, Ambre savait très bien qu'elle n'y réfléchirait pas à deux fois. Quelqu'un s'en prendrait à un de ses proches et elle le trouverait, le torturerait et le tuerait lentement. Enfin, l'autre n'avait pas besoin de ce genre de détails, l'tialienne se mura donc dans le silence, se contentant de jouer avec ses armes pour maintenir une pression nerveuse sur son interlocutrice. C'était un jeu, un moyen de s'assurer qu'elle ne parlerait pas une fois qu'elle l'aurait laissée. Ce ne sera que quelques jours de repos pour Violet, qui devrait en profiter au maximum... Bon, évidemment, elle n'évoquera pas son sort. La faire trop paniquer aurait l'effet inverse de ce que désirait la jeune fille. En fait, tout était une question d'équilibre, d'ajustements, puisque pour Ambre, chaque personne était assemblée à un objet, un outil qui pouvait être bougé à sa guise, qui avait des fonctions prédéfinies et des réactions contrôlables. Tous n'étaient que des chiffres, des statistiques dans sa tête. Des calculs qu'elle faisait, puis qu'elle appliquait ou manipulait pour obtenir le résultat qu'elle attendait. Ils n'étaient rien d'autre.

Contre le mur de brique, l'autre était bloquée. Ambre n'aurait eu qu'à lever son arme et tirer, puisque le prochain coup était celui avec la balle. Une simple roulette russe ayant mal tourné. Un léger soupir quitta ses lèvres alors que l'autre sortait un « vous avez certainement raison » des plus désespérés. Dante n'aurait pas aimé ce qu'Ambre avait dit. Lui qui s'évertuait à montrer le contraire, à lui prouver qu'elle n'était pas ce qu'on avait fait d'elle. Elle pourrait presque le croire d'ailleurs. Cependant, toutes ces années passées à être formatée avaient laissé des séquelles bien plus profondes que celles qui étaient visibles. L'absence de sentiments n'était que la surface émergée de l'iceberg. Pourtant, l'italienne ne parvenait pas à dire qu'elle avait été maltraitée, que son éducation n'était pas normale, que quelque chose clochait dans sa vie. Finalement, à ses yeux, tout avait été banal. D'une banalité qu'elle n'était pas prête de balayer. Elle ne voulait pas faire face au chaos de la réalité inconsciemment...

Un bruit lui parvint, très léger. Cependant, elle n'était pas surhumaine, il ne devait pas avoir traversé tant de mètres que cela. Elle tiqua, sans pour autant quitter son masque. Il allait falloir faire vite. Très vite. Le sol trembla, marquant l'arrivée d'un groupe au pas de course. Un léger calcul lui fit comprendre qu'ils seraient bien trop nombreux pour qu'elle y fasse face d'une quelconque manière. Dans ces cas-là... Le hurlement de Violet la prit de court. Merde. Changement de direction, accélération vers eux. Un coup d'oeil par-dessus l'épaule pour voir les ombres se dessiner non loin. Ambre se rapprocha pour que l'autre l'entende par-dessus le brouhaha :

« Evidemment, un mot sur ce qui s'est passé et je vous retrouverai dans la seconde... »


Dernière menace avant que les ombres ne l'engloutissent, qu'elle ne se glisse dans les ruelles ténébreuses du nord de la Nouvelle-Orléans. Juste à temps pour éviter d'être vue par les miliciens en patrouille. Bordel. Elle s'était trompée. Eux qui ne venaient jamais par ici avaient décidé de se pointer ce jour-là. Enfin, cela lui avait permis de partir, sans tuer la femme. Une décision un peu poussée et cela ne faisait pas de mal. Ambre n'avait à présent plus qu'à récolter les informations nécessaires au sujet de sa prochaine victime. Un nom : Violet Forester et un métier : ergothérapeute et son lieu de travail. D'un côté, il lui faudrait éviter l'hôpital pendant quelque temps. De l'autre, en tant que shadowhunter, elle parviendrait sans trop de soucis à fouiller dans les dossiers du personnel. Un moyen de trouver de possibles liens familiaux, son adresse, d'en savoir plus sur ses horaires ou sa vie en général. Avant que l'épée de Damoclès ne s'abatte définitivement.


© 2981 12289 0


||RP TERMINE

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|   

Revenir en haut Aller en bas
 

I’ve been begging for blood on the wall... |Violet|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-