AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Crystal Clear | Vioah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Crystal Clear | Vioah   Lun 16 Jan - 13:18

Crystal Clear
Noah&Violet
« Lafayette calmez-vous tout va bien je vous assure. » déclara Violet qui tentait de garder son calme malgré son patient agité. Lafayette Brown faisait une crise de panique depuis une dizaine de minutes maintenant. Il brandissait l’une de ces béquilles dans les airs en hurlant qu’ils arrivaient. Violet s’était écartée de l’afro-américain sexagénaire paniqué. La jeune femme ne savait plus quoi faire pour le calmer. Au bout d’un certain temps, et bien malgré elle, elle dût se résoudre à appeler le service de psychiatrie pour qu’on lui envoie une équipe. Ses collègues étaient rapidement arrivés dans sa salle de rééducation. Quelques regards curieux se posèrent sur Lafayette lorsqu’on lui injecta un calmant puissant. Violet se pinça les lèvres, elle était devenue toute rouge. Le pauvre homme s’était fait agresser sur le perron de sa maison deux semaines plus tôt. Les circonstances de son attaque restaient floues et depuis, il arrivait souvent au bon monsieur de piquer des crises de paranoïa. Tout ce qu’espérait Violet était qu’un jour Lafayette retrouve une vie sereine. Elle avait du mal à supporter ce genre de scène. Même si aujourd’hui était la première fois que Brown piquait une crise aussi forte.

Une heure plus tard Violet apprit que l’homme était en consultation dans sa chambre. L’ergothérapeute fut ravie d’apprendre que le psychologue en charge de Lafayette n’était autre que Noah Meadow. Un collègue qu’elle appréciait et duquel elle pourrait sûrement obtenir plus d’explications. La jeune femme s’investissait corps et âme lorsqu’il s’agissait de ses patients et l’histoire de cet homme la touchait particulièrement. Après s’être accordé une pause pour manger un morceau, Violet se rendit dans l’aile de psychiatrie de l’hôpital. Elle se perdit à deux reprises dans le dédale de couloirs blafards avant d'arriver devant la chambre 179, la chambre de son patient. La professionnelle toqua mais n’attendit aucune réponse pour entrer. Néanmoins pour éviter une nouvelle crise elle resta dans le couloir. L’homme était allongé dans son lit, une perfusion plantée dans le bras et semblait apaisé. Son visage serein eut le mérite de faire sourire Violet qui leva les yeux vers Noah déjà présent. Sans un mot elle lui fit comprendre qu’elle aurait aimé lui parler.

Bien que personne ne lui ai rien dit, au fond d’elle, Violet était persuadée que le Gouvernement avait quelque chose à voir avec l’agression du sexagénaire. Sûrement qu’il avait vu quelque chose qui ne le regardait pas, ou qu’il s’était retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Manque de peau l’homme avait survécu. C’était en particulier ça qui inquiétait Violet car si son intuition s’avérait bonne, Lafayette Brown courrait un grave danger. Pour l’instant elle ne dirait rien à Noah, elle espérait juste que le Dr Meadow lui en apprenne plus sur l’attaque de son client. La porte qui s’ouvrit derrière Violet eut le don de la faire sursauter. Elle se retourna pour tomber nez-à-nez avec une infirmière. La quarantaine, courte sur pattes et un peu rondelette. « Ah Docteur Forester…» dit-elle avec étonnement, en même temps Violet n’avait rien à faire là. « Bonjour Sonia, je venais voir le Docteur Meadow et prendre des nouvelles de Monsieur Brown, je m'occupe de sa rééducation vous savez. » répondit Violet avec un large sourire. L’infirmière se pencha légèrement pour voir un peu plus loin dans la chambre. « D’accord mais je vais devoir faire ses soins à Monsieur Brown alors vous devrez discuter dehors. » dit la petite dame en s’approchant du lit du patient qui ne semblait visiblement pas très heureux de la voir ici. Violet se retint de rire. Tenant le dossier de Brown dans sa main droite, la jeune femme resta dans le couloir de la chambre, attendant sagement que le psychologue prenne congé. De toute façon Violet doutait fort que Lafayette accepte qui que ce soit dans sa chambre pendant qu’on lui prodiguait ses soins. Car mine de rien, malgré son état, l’homme gardait un sacré caractère. Mais l’ergothérapeute en avait vu d’autres. Si elle avait pu gérer Rafael alors plus rien ne lui semblait impossible désormais. Parce qu’avant d’être l’homme qu’elle aimait, l’italien avait hérité du titre de « patient le plus têtu que la terre ait connu » et depuis ce titre n’avait jamais été remis en cause. Violet eut un léger sourire avant de se re-concentrer sur l’instant présent. Pour l’instant sa priorité était d’en apprendre sur ce patient.




_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1001
↳ Points : 72
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Dim 22 Jan - 22:11


Depuis son retour dans le service, suite à son arrêt, Noah ne cessait de s'émerveiller par le bourdonnement constant qui régnait dans l'aile Psychiatrique de l'Adventist Hospital. Un va et vient incessant qui ne s'arrêtait pas même aux heures les plus avancées de la journée. Une émulsion vivante, puissante, dans laquelle il se plongeait à présent plus qu'il ne l'avait jamais fait, se laissant porter par le ressac de toute cette vie sans poser pied à terre. C'était une nouvelle forme de drogue, celle que l'on utilise pour se désensibiliser à la première. Et si les dernières semaines avaient été pour le moins lugubres, tout ce brouhaha, toute cette émulsion lui permettaient de se vider entièrement la tête.
De ne penser ni à Rafael, ni à Enya, ni à Cassidy. Juste lui, grain de poussière perdu dans ce désert d'Humanité. Liam le lui avait bien dit. Reprendre du service lui permettrait de se sentir mieux. Et Liam avait eu foutrement raison.

-Le monde devient fou, Dr Meadow, heureusement que vous êtes revenu...

Noah avait acquiescé en silence, trempant ses lèvres dans le café brûlant, affreusement serré, que la machine venait de lui cracher. Une merveille de la technologie qui le marquait toujours autant. Même si le café immonde. Écoutant d'une oreille distraite les élucubrations de l'infirmière Sonia, une collègue qu'il n'estimait pas particulièrement sinon pour sa capacité à assommer les patients à coups de perfusions, le psychiatre ferma les yeux. Le breuvage, bien qu'infect, faisait des merveilles sur son organisme. Même alors qu'il n'avait une fois pas dormi, sa nuit constellée de cauchemars. Rafaele, Cassidy, leurs visages se mêlaient dans l'obscurité, mais l'issue restait toujours la même. Une lame luisante se plantait dans une partie de son corps, et le criminel se penchait au-dessus pour mieux le voir rendre son dernier souffle. Il se réveillait inéluctablement, en hurlant. Et, inéluctablement, était incapable de se rendormir.

Alors le café avait un effet salvateur sur son organisme. Aussi le savourait-il avec minutie, vérifiant l'heure sur l'horloge murale pour s'assurer qu'il profite bien de ses dix minutes de pause. L'infirmière à son côté continuait de tergiverser sur les nécessités du service psychiatrie par ces temps troubles, une conversation à laquelle il n'avait aucune intention de prendre part. Comme un bienheureux hasard, l'alerte avait été donnée pour un déplacement du service psychiatrie dans l'aile consacrée à l'ergothérapie. Une poignée de leurs patients étaient en traitement là-bas, à cette heure-ci. Avec un peu de chance, il s'agirait de l'un des siens, et il pourrait se soustraire aux piaillements incessants de la harpie qui lui tenait lieu de collègue.
La réponse à sa question ne se fit pas attendre. L'une des infirmières fraîchement recrutées, Kelly, arriva au petit trot à sa hauteur, un dossier épais dans les bras. Kelly était charmante, en plus d'être efficace. Elle ne parlait pas beaucoup, se concentrait sur son travail et une légère odeur de rose imprégnait constamment sa chevelure blonde. Prompt à lui accorder toute son attention, Noah se pencha vers elle, s'imprégnant de son parfum alors qu'elle lui glissait les informations de convenance. Lafayette Brown. Placé sous sédatifs. Parfait. Remerciant les deux infirmières, le psychiatre prit son gobelet ainsi que la relève et s'engouffra dans la chambre où l'attendait son patient.

Lafayette. Sans qu'il ne sache pourquoi, Noah avait toujours eu une certaine affection pour le sexagénaire. Son caractère certain était assorti d'une voix de velours, basse, et sa tête était bien vissée sur ses épaules malgré sa paranoïa. Mais une chose que les autres ne remarquaient pas, c'était que Lafayette était un homme très observateur. Et qu'il avait été une source d'informations précieuses au délateur, sans même en avoir été conscient. Des informations non seulement sur la Résistance, mais sur le monde moderne, des informations qui comblaient les années d'Histoire manquantes entre l'exécution de Valdès et 2017. Des informations qui permettaient à l'Italien de mieux comprendre l'Amérique, et comment ils en étaient tous arrivés là. Sauf qu'il ne lui avait jamais appris, au cours de leurs séances, ce qui lui était arrivé précisément.
Peu importait. Lafayette étant sous sédatifs, il n'allait probablement pas en tirer grand chose. Et si Brown sembla déjà rasséréné par sa seule présence dans la chambre, tous deux savaient pertinemment qu'ils n'allaient que parler de sujets légers ou de souvenirs heureux. Comme à chaque fois. C'était leur rituel d'après crise.
L'effet de la drogue qui lui avait été administrée détendait toujours plus ses traits, et ses pensées, à mesure que les minutes passaient. Assis sur un fauteuil à côté du lit, Noah s'était engagé dans un profond débat avec son patient sur l'influence de la littérature gothique dans la culture populaire. Lafayette, même drogué, était un homme cultivé avec du répondant. Ancien enseignant, il lui arrivait de reprendre l'Italien quand les mots peinaient à venir, mais ne minimisait jamais sa parole. Au contraire, il comprenait et relançait les idées. C'était peut-être pour ça que Noah l'appréciait. A cause de cette relation paradoxale, où le psychiatre redevenait l'élève et où le patient reprenait sa parole de maître, mais où tous les deux restaient profondément sur le même pied d'égalité. Une relation qui lui manquait cruellement depuis la prison New-Yorkaise.

Il venait d'apprendre la version anglaise du mot "dichotomie" quand il entendit un bruit derrière lui. En se retournant, son regard se posa sur un sourire. Celui si doux de Violet Forrester, l'ergothérapeute de Lafayette, qui lui intimait d'un mouvement de tête qu'elle voulait lui parler. Sonia la suivait avec son chariot médical, la preuve que de toutes façons leur moment de liberté touchait à sa fin. Dans un mouvement souple, le psychiatre se redressa et salua son patient.

-Je crains devoir vous laisser aux bons soins de l'infirmière Sonia, Lafayette. Nous aurons l'occasion de reprendre notre débat dans quelques heures, après que vous vous soyez reposé.

Empalmant le dossier de son patient, Noah finit par laisser tout l'espace à l'infirmière, emboitant le pas de Violet jusque dans le couloir, un sourire évanescent aux lèvres. Cela lui semblait une éternité qu'il n'avait pas vu la jeune femme, et la discussion venait de le mettre dans une excellente humeur.

-Dr Forester, votre présence est comme toujours un privilège. Veuillez me suivre, nous serons plus à l'aise pour discuter qu'au milieu du passage.

D'un mouvement courtois de sa main libre, il invita la jeune femme à ouvrir la voie vers son bureau avant de lui emboiter le pas. Quelque chose semblait changé, dans les traits de sa collègue. Quelque chose de plus clair, de plus lumineux, de plus...

-La dernière fois que nous nous sommes vus, vous étiez brune, non ? Le blond vous va bien. Il fait ressortir votre sourire.

Le compliment aurait pu passer pour de la flatterie, mais ce n'était pas le cas, en témoignait la sincérité dans la voix de Meadow. Si la rumeur qu'il ait eu une relation avec quelques unes de ses collègues féminines courait dans les couloirs, sans jamais avoir été justifiée, il espérait que ce type de bruits n'entachent pas Forester. Sa collègue était une des rares personnes efficaces dont il valorisait l'avis professionnel, plus que son évidente beauté.
Rapidement, il déverrouilla la porte de son bureau et l'ouvrit, laissant Violet passer avant de s'y engouffrer à son tour. L'invitant à s'installer, il louvoya vers une des étagères pour ranger le dossier Brown, avant de s'arrêter à mi-chemin. La jeune femme ne venait jamais sans raisons au service psychiatrie. D'autant que Lafayette suivait une séance d'ergothérapie avec elle avant d'avoir sa crise. Autant garder ledit dossier sous le coude.

-Ne vous faites pas de souci pour Mr Brown. La dose de sédatifs que nous lui avons administrée est moins conséquente que les fois précédentes, et il se remet nettement plus facilement de ses crises qu'il ne l'a fait par le passé.

Si sa collègue ne semblait pas particulièrement soucieuse, il avait la sensation qu'elle n'était pas venue lui parler teinture de cheveux, quand bien même le sorcier trouvait cette technologie toute aussi fascinante que la machine à café. S'installant confortablement dans son fauteuil, Noah rouvrit le dossier à plat sur le bureau. Distraitement, il tourna quelques pages pour retrouver l'historique de ses soins. Une colonne à l'extrémité de chaque page était remplie de nombres décroissants. Attrapant un stylo, il jeta un coup d'oeil au réveil sur son bureau, et griffonna un "25" sur la ligne consacrée à cette journée.
Ce qui était nettement mieux que les fois précédentes.

-Il n'a mis que 25 minutes à se calmer, intervention, séance et sédatifs pris en comptes. Son état s'améliore, mais je serais curieux de savoir à quel stimuli il a réagi, cette fois-ci. Vous souvenez-vous de ce qui a provoqué la crise ? Un mouvement ? Un mot, peut-être ?

Lafayette avait été admis suite à un traumatisme, ayant été agressé sur le perron de son domicile. Compte tenu de son âge et de son intelligence, sans parler des preuves physiques de la violence des faits, Noah n'était pas surpris que le traumatisme ait été particulièrement marquant chez lui. En revanche, s'il avait fini par obtenir quelques informations sur les évènements, il sentait que l'homme cachait quelque chose. Que si son traumatisme était aussi intense, c'était pour une raison qu'il se refusait à dévoiler à qui que ce soit.
Refermant le dossier, Noah reporta son attention sur le visage doux de sa collègue. Décidément, le blond lui allait à ravir.

-J'en tenté de stimuler sa mémoire en utilisant plusieurs mots clés, en rapport avec son agression, en vain. Et la dernière crise n'a été provoquée qu'à cause d'un mouvement bref et inattendu vers son visage. Tout ce dont vous pourrez vous souvenir peut nous aider à mieux... l'aider, justement.




_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Jeu 26 Jan - 8:58

Crystal Clear
Noah&Violet
L’entretien entre le psychiatre et son patient terminé, Violet fut accueillie par un sourire. Elle ne s’était pas attendue à moins de la part de Noah, qu’elle considérait comme un des médecins les plus courtois de l’hôpital. Bien que l’ergothérapeute soit douce comme une fleur, il lui arrivait de se faire vivement congédier par des collègues pressés qui sous-estimaient son activité. Mais cela restait plutôt rare et avec le temps, la jeune femme avait appris à les éviter. Mais pour l’instant elle se contenterait de suivre Noah jusque dans son bureau. Tandis qu’elle s’apprêtait déjà à annoncer le but de sa visite –bien qu’il soit plutôt explicite- Violet fut coupée dans son élan. Noah releva son changement de couleur de cheveux. Il n’en fallut pas plus à la jeune femme pour que ses joues ne deviennent encore plus roses que d’habitude. De nature timide, l’ergothérapeute ne savait que faire des compliments, elle releva les yeux vers son collègue à qui elle accorda un sourire radieux. Elle coinça une de ses mèches blondes entre son index et son pouce. « Oui, vous êtes observateur Docteur Meadow. Et merci du compliment. » dit-elle en relâchant sa mèche. Violet avait eu envie de changement, quoi de mieux que de passer d’un extrême à un autre ? C’était un risque qu’elle avait pris mais qui visiblement portait ses fruits. L’épreuve ultime serait lorsqu’elle croiserait de nouveau la route de Rafael qui, elle en était persuadée, ne tarirait pas de commentaires concernant cette nouveauté.

La porte du bureau du psychiatre se profila rapidement au détour d’un couloir. Une fois à l’intérieur Violet ne se fit pas prier pour aller s’asseoir. A vrai dire elle n’avait cessé de courir partout depuis ce matin. Elle ne s’était assise qu’une quinzaine de minutes pour avaler son repas en vitesse avant de venir se perdre dans l’aile psychiatrique. Fort heureusement pour l’instant son planning s’annonçait plutôt léger. Tandis que son collègue sortait son propre dossier concernant leur patient commun, Violet posa le sien –beaucoup moins épais- sur le bureau du brun. Elle était venue ici en quête d’informations. Et les premières remarques du Dr Meadow eurent le dont de soulager Violet. Elle n’avait posé aucune question pourtant Noah avait su déchiffrer la source de  l’inquiétude qui animait sa collègue. « Je suis contente de l’apprendre. Je ne suis pas persuadée que ces sédatifs à répétition soit une bonne chose. Il va bientôt avoir 70 ans et puis son agression l’a rendu fragile. Enfin je ne vous apprends rien. » finit-elle par dire en souriant. Noah venait de rouvrir le dossier qu’il regardait l’air discret jusqu’à s’arrêter sur une page précise. Il confirma que Lafayette s’était remis plus rapidement que d’habitude. Une information encourageante qui ne rassurait que peu la jeune femme. Car elle ne doutait pas que l’homme s’en remette. Il était robuste et têtu comme tout. C’était un battant. Ce qui l’angoissait était plus profond. Mais d’abord elle devrait répondre à la question de son collègue. Violet dût réfléchir, repasser les images de sa séance en boucle avant de trouver l’élément déclencheur de la crise. Soudain un éclair traversa son regard. Elle se mit à hocher la tête.

« Un patient a sifflé ! Vous savez c’est un patient à qui on réapprend à utiliser les muscles du visage elle porta sa main droite près de sa mâchoire pour illustrer ses propos et de là, Mr Brow est devenu fou ! J’ai failli me prendre une béquille en pleine tête. » assura-t-elle en gardant un ton calme.

Noah semblait sincèrement s’intéresser à Lafayette. En même temps il fallait bien avouer que le sexagénaire était plutôt attachant dans le genre et loin, très loin d’être idiot. Violet voulait mettre les choses au clair mais elle hésitait. Tandis que le psychiatre refermait le dossier du patient et qu’il partageait les détails de ses consultations, Violet se pinça les lèvres. Elle hésita à partager son avis avec le Dr Meadow. Non pas qu’elle ne lui faisait pas confiance, loin de là, c’était juste qu’elle ne voulait pas passer pour une folle. Alors après quelques secondes de réflexion, Violet posa ses deux mains sur le bureau face à elle.

« Ecoutez Docteur, si je suis venue vous voir c’est parce que j’ai déjà ma petite idée. Mais promettez-moi de ne rien dire. Je pense que Lafayette Brown court un grand danger. Je pense que le Gouvernement est mêlé à cette affaire. Après tout, rien n’a été volé chez Lafayette, c’était de la violence gratuite. Vous ne trouvez pas ça étrange ? S’ils l’ont laissé c’est sûrement parce qu’ils ont entendu son fils arriver. Puisque c’est lui qui a prévenu les secours. Voilà ma théorie elle se recula pour caler son dos contre le dossier du fauteuil et si elle s’avère exact alors il est loin d’être sorti d’affaire. Et d’après ce que j’ai entendu aujourd’hui, les agresseurs étaient plusieurs. Lafayette a dit « qu’ils arrivaient. » qu’en pensez-vous ? » demanda Violet avec curiosité.

Le Docteur Meadow était la première personne à qui elle exposait son point de vue. Peut-être que lui penserait à une autre explication. L’ergothérapeute était tellement persuadée de tenir une piste qu’elle n’avait pas réfléchi à d’autres théories. D’un autre côté, si Noah rejoignait son point de vue, que pourraient-ils faire ? Violet savait pertinemment que contre la botte qu’était le Gouvernement, elle n’avait l’allure que d’une fourmi. Elle soupira en passant une main dans sa chevelure blonde. « Sinon, j’ai aussi une bonne nouvelle. Un de mes patients a retrouvé la vue ! » dit-elle dans le but de détendre un peu l’atmosphère alourdie par son raisonnement. Et puis dans un sens, évoquer Rafael sans vraiment le faire la détendait plus qu’elle ne l’aurait pensé. D’ailleurs elle se mit à sourire sans même s’en rendre compte. Pourtant la situation la préoccupait réellement. Il ne restait plus qu’à espérer que Noah se sente lui aussi concerné.


_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1001
↳ Points : 72
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Lun 13 Fév - 0:28


Le cas de Mr Brown était loin d'être un cas isolé, surtout en ces périodes chaotiques. Mais la condition du vieil homme, malgré sa tête sur ses épaules, malgré son intelligence fine et toujours aussi vive, était surprenante. Ses crises étaient si fortes, ancrées dans son système, presque primitives. Des réactions violentes à des années de l'homme intellectuel qu'il était en temps normal. Et s'il ne s'était jamais ouvert sur les détails de son agression, des réactions aussi entières, aussi brutales, n'étaient que l'indication d'un traumatisme profond. Un cas clinique intéressant qu'était Lafayette Brown. Mais surtout un homme dans une détresse qui, si elle était partagée avec un grand nombre de patients dans ce maudit hôpital, touchait toutefois d'avantage Noah qu'elle ne l'aurait dû.
Parce que les monuments comme Lafayette Brown n'étaient tenus de s'effondrer selon les lois logiques de la Nature, et non pas celles des Hommes. Si quelque chose devait ébranler ses fondations, cela ne pouvait qu'être l'érosion. Pas la violence. C'était inadmissible.

Si d'ordinaire il ne s'étalait que peu sur ses patients, celui-ci lui tenait suffisamment à cœur pour qu'ils en parlent Violet et lui. Une éminente confrère, qui, rouvrant la bouche pour abonder dans son sens, raviva cette bouffée d'affection professionnelle qu'il éprouvait à son égard. Cette jeune femme avait l'esprit alerte, elle irait loin, si jamais la vie le lui permettait. Quel dommage qu'elle ne soit qu'humaine. Tant de potentiel gâché dans une condition aussi simple.
Ses sourcils se froncèrent à l'évocation du nouvel élément déclencheur, celui qui avait provoqué cette énième crise chez le grabataire. Un sifflement, cette fois-ci. Tout en écoutant attentivement les explications de sa collègue, Noah éplucha rapidement le dossier qu'il avait sous le nez. Ses yeux bondirent de ligne en ligne, répertoriant chacune des différentes situations de crise, compilant les informations, les ajoutant pour tenter de peindre un tableau grossier de ce qui avait bien pu lui arriver. Mais il leur manquait toujours des éléments. Des pièces qui manquaient à ce puzzle complexe que Lafayette refusait de leur donner. Un soupir résigné lui échappa alors qu'il notait les nouvelles raisons dans son dossier, dans la case correspondante. D'ordinaire Lafayette avait majoritairement réagi à des stimuli visuels. Le sifflement, c'était une nouveauté. S'attaquer à ses soigneurs, Violet comprise, en revanche, ne l'était pas.

-L'incident est fâcheux, en effet. C'est une bonne chose qu'il n'ait pas réussi à vous atteindre, je n'ose pas même imaginer l'effet qu'un tel geste aurait pu avoir tant sur vous que sur Mr Brown.

Le dossier toujours ouvert devant ses yeux, il en avait tout de même arraché son attention pour la reporter sur Violet elle-même. Son expression n'était pas habituelle. Pas plus que ces mains qu'elle aplatit sur le bureau, aiguisant la curiosité du psychiatre. Ainsi, ainsi elle avait une théorie. Ainsi elle croyait à une forme de machination qui aurait précipité cette agression sur le vieil homme. S'enfonçant dans son bureau tout en considérant chacune de ses paroles, Noah passa distraitement ses doigts dans sa barbe. Vu sous un certain angle, l'hypothèse se tenait. Pire, elle avait du sens, au vu du chaos ambiant, de la cervelle bien faite de leur patient, ainsi que les faits eux mêmes. Une théorie solide, oui, mais une théorie extrêmement dangereuse.
D'un coup d'oeil par dessus l'épaule de l'ergothérapeute, le sorcier s'assura que la porte de son bureau soit bien fermée, et qu'aucune silhouette ne se dessine derrière la vitre fumée. Les murs avaient des oreilles, ici. Tout se savait, que ce soit parce que chacun allait et venait à sa guise, mais aussi parce que l'Infirmière Sonia avait le malheur d'être une fouine qui glissait régulièrement son nez porcin là où elle ne devait pas. Et, à parler ainsi, Violet risquait tant son poste que sa propre vie. Pas que Noah la trahisse lui-même. Il l'aurait certes fait pour moins que ça. Mais pas avec elle. Il avait des principes.
Une fois sûr que personne ne les entende, il avait joint ses mains sur son bureau, au-dessus du dossier, se penchant légèrement dans sa direction pour qu'elle seule puisse l'entendre. Une forme de mimétisme naturel, puisqu'ils en étaient aux confidences.

-Rien de ce qui se dit dans ce bureau n'en sortira, vous pouvez en être assurée. D'autant que je partage votre conviction, au vu des nombreux éléments déclencheurs auxquels nous avons tous deux assisté. Mr Brown n'est pas seulement traumatisé, il est terrifié. Ce qui laisserait à penser qu'il en sait bien plus qu'il n'osera jamais l'avouer. Peut-être même connaissait-il personnellement un ou plusieurs de ses agresseurs. En revanche, si le Gouvernement est effectivement concerné, il n'y a que très peu de choses que nous pouvons faire pour ce pauvre homme, sinon le maintenir à l'Hôpital le plus longtemps possible. Un état de faits qu'il refusera catégoriquement, vous le savez aussi bien que moi.

L'homme était bien trop têtu, bien trop fier, pour accepter d'être gardé plus longtemps en soins. Surtout si cette captivité n'était justifiée que par une "inquiétude médicale". Ils n'avaient aucun moyen à proprement parler, aucun moyens justifiables, pour le garder contre sa volonté. Se pinçant l'arrête du nez entre le pouce et l'index, Noah esquissa une grimace en poursuivant sa pensée, la voix basse :

-D'autant qu'il s'agit là d'une théorie très dangereuse, quand bien même nous pensons la même chose. Avec le monde tel qu'il est, nous ne pouvons nous permettre de crier au loup, et encore moins d'accuser ce cher Gouvernement. Cela serait risquer nos propres vies dans le processus.

"Ça ne devrait pas être comme ça, on est des hommes libres..." La voix de Cassidy claqua contre ses tympans, ce ton contrit, sa violence contenue. Depuis quand était-il devenu aussi lâche ? Il l'avait toujours été, mais jamais à ce point. Cassidy avait raison sur ce point, toutefois. Il y avait quelque chose d'écoeurant à accepter cette défaite constante, imposée, face au Gouvernement. Et c'était des cas comme celui de Lafayette Brown qui lui donnaient envie de se libérer de ses propres chaînes pour faire quelque chose. Mais qu'avait-il à gagner à accuser, sinon les Arènes ? Il avait trop à perdre, et si peu à gagner, dans toute cette histoire. Même si son propre sang bouillait de l'envie de faire quelque chose. N'importe quoi. Cela ne resterait toutefois qu'au stade de l'envie. Il ne devait pas en être autrement.  

Un silence pesant, embarrassant, venait de s'installer entre eux alors que les pensées contraires fusaient sous les boucles brunes du sorcier. Finalement, Violet le brisa d'elle-même, son ton joyeux tranchant avec les informations lugubres qu'ils avaient partagées quelques instants plus tôt. Pourtant ses paroles coupèrent net Noah dans son élan. Et firent dévaler un frisson le long de son échine.
De mémoire, il ne lui connaissait que deux patients souffrant de cécité. Le premier était aveugle de naissance, ce qui rendait sa soudaine rémission comme un miracle. Quant au second... Rafael Morienval. Rafael qui était venu quelques mois plus tôt dans ce même bureau, s'était assis dans le même fauteuil que celui où se trouvait à présent la jeune femme. Rafael, l'une des raisons pour lesquelles Noah s'était rapproché de Violet, une fois qu'il eut vent de son admission à l'Hôpital.
Un sourire naquit sur ses lèvres, un sourire chaleureux, quand bien même il sentait une vague d'indignation et de crainte gronder au creux de sa poitrine. Si le loup avait retrouvé la vue, il avait donc repris des forces. Et compte tenu de ce qu'il lui avait déjà fait vis à vis de sa relation avec Enya, il frapperait avec encore plus de précision, cette fois-ci. L'extrémité de ses doigts tremblait, il le savait. Aussi attrapa-t-il son stylo pour jouer distraitement avec, occupant ses mains pour mieux canaliser ses pensées.

-Quelle heureuse nouvelle ! Un patient aveugle qui voit de nouveau, c'est inouï ! A-t-il recouvert l'intégralité de sa vision, ou est-ce plus progressif ?

S'il était chaleureux, à présent, ce n'était pas sans raison. Il avait vu les yeux de Rafael, il avait vu les cicatrices grossières qui striaient sa peau, qui enlaidissaient ses traits fins. Qui donnaient aux saphirs si froids, si perçants un voile laiteux, lointain. Qui lui faisaient perdre sa force, et le poussaient à se recroqueviller dans un auto-apitoiement exécrable. Mais terriblement dangereux. Son esprit au quart de tour, il planta ses yeux dans ceux de sa collègues. Gagner du temps. Obtenir le plus d'informations que possible. Plus que le Gouvernement, c'était de Rafael qu'il se méfiait. Son talon d'Achille.

-Comment un tel exploit médical a-t-il été possible ? Cet homme a une chance rare, j'imagine qu'il doit en être plus que conscient. Et surtout qu'il doit être ravi, non ?

Gagner du temps. Obtenir des informations. L'état d'esprit de Rafael lui donnerait une idée de sa psyché générale. Le plus Violet s'étalerait sur le sujet, volontairement, le mieux il pourrait définir son propre angle d'attaque. Voire de défense. Dieu seul savait ce dont Morienval serait capable, avec les capacités qu'il avait à sa disposition. Sans se départir de son expression chaleureuse, Noah se hasarda à lancer une autre perche. Curiosité professionnelle, bien entendu.

-Vous a-t-il parlé de ses projets maintenant qu'il a recouvré la vue ? Une telle nouvelle apporte de nouvelles perspectives pour lui, après tout. Quand bien même cela risquerait de demander un nouveau temps d'adaptation, d'ici à ce qu'il y voit entièrement.

Gagner du temps. Gagner du temps.


_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Lun 20 Fév - 10:37

Crystal Clear
Noah&Violet
Ce fut un regard curieux que Violet posa sur son confrère. Qu’allait-il penser de ce sifflement ? De la réaction de Mr Brown ? La jeune femme avait du mal à ne pas se sentir impliquée. Le pauvre homme avait une famille, il était sûrement un citoyen exemplaire, un homme d’esprit. Un homme qui, dans d’autres circonstances n’aurait jamais eu à se retrouver en psychiatrie. L’ergothérapeute hocha la tête en réponse aux propos de Noah. Le psychiatre n’avait pas tort. Si leur patient commun en était venu à blesser Violet, il s’en serait voulu et n’aurait fait que se morfondre un peu plus. Et ceci n’aurait été qu’une excuse de plus pour le traiter de fou. Les déments n’avaient pas leur place dans la société actuelle, ils n’étaient considérés que comme des parasites, des gens faibles à éliminer. Mais Lafayette Brown n’était pas fou, et visiblement, les deux professionnels le savaient. Ce fut ce qui poussa Violet à exposer sa théorie à son collègue. Collègue qui releva les yeux vers elle en signe d’attention. La jeune femme était ravie de voir que son histoire l’intéressait. Elle portait Noah en estime et son avis comptait réellement. De plus elle prenait des risques en mettant –potentiellement- le Gouvernement en cause. Un léger sourire courba les lèvres de Violet. Sourire que la réflexion balaya aussitôt. La jeune femme se mura dans un court silence. Son confrère avait raison. D’un côté ils s’avéraient totalement impuissants. De l’autre garder Lafayette à l’hôpital indéfiniment n’était pas une solution non plus. Les places étaient précieuses en ces temps apocalyptiques et une fois sa rééducation terminée, troubles ou non, Brown serait renvoyé cher lui. Un éclair de génie traversa les iris de l’ergothérapeute.

« Et si on faisait croire que Monsieur Brown ne se souvient de rien ? Après tout, s’il a tout oublié plus de raisons de le persécuter. Si on lui fait comprendre subtilement ce plan, si jamais la piste est la bonne, le souci est réglé. Si vous avez peur de prendre ce risque, j’en assumerais l’entière responsabilité. Mais d’abord je dois m’assurer que je ne fais pas fausse route… Comme vous le dîtes cette théorie pourrait s’avérer dangereuse. Mais je crois avoir trouvé un moyen d’éclaircir les choses. » termina-t-elle, songeuse.

L’ergothérapeute était du genre téméraire. De ceux qui prennent des risques pour les autres qu’ils ne prendraient pas pour sauver leur propre existence. Si le Gouvernement était à la base de l’agression de Brown, Violet n’avait qu’un seul moyen d’en avoir la confirmation : Rafael. Jamais elle n’avait compté sur lui, jamais elle n’avait voulu se mêler de sa vie professionnelle. Mais ce cas là lui tenait à cœur. Assez pour tâter le terrain du moins. Après s’être perdue dans ses pensées, la jeune femme se rendit compte à quel point elle pouvait paraître préoccupée. Alors elle lança le sujet de son fameux patient aveugle ayant retrouvé la vue. Noah lui rendit un sourire chaleureux, ce qui fit plaisir à Violet. Naïvement l’ergothérapeute crut en la sincérité de son confrère, après tout elle n’avait aucune raison d’en douter. Pas encore du moins. Radieuse, rougissant légèrement, la blonde pinça ses lèvres en signe de réflexion.

« Mh, il a encore quelques séquelles. Il a du mal à supporter les lumières vives par exemple.»

Les lèvres de Violet s’étirèrent de nouveau. Puis la jeune femme s’efforça de canaliser sa joie. Ce n’était pas sa faute, elle était tellement heureuse pour Rafael. Mais il ne fallait pas trop en montrer, ne pas trop en laisser paraître, sinon cela serait devenu suspect. La jeune femme tenait à son métier, et elle ne voulait pas qu’on sache qu’elle fréquentait un de ses patients. C’était d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Violet avait tenté de mettre un terme aux rendez-vous d’avec Rafael en vain.  Pour dissimuler sa gêne, la jeune femme passa une main dans ses cheveux blonds en acquiesçant les propos de Noah qui lui tripotait son stylo. L’avalanche de questions du psychiatre ne mit pas vraiment la puce à l’oreille de Violet. Elle était bien trop contente pour imaginer que ces interrogations étaient purement intéressées. Une légère grimace déforma les traits de l’ergothérapeute. Rafael se rendre compte qu’il était chanceux ? Violet aurait presque éclaté de rire. S’il était ravi ? Sûrement mais ça, il ne l’avouerait jamais non plus.

« Je pense qu’on peut parler de miracle. Mais c’est un homme robuste qui en a vu d’autres… Vous savez dans son état d’esprit je pense plus qu’il voit ça comme un dû. Mais je suis sûre qu’il doit être ravi. » dit-elle avec un haussement d’épaules.

La dernière question de Noah demanda un peu plus de réflexion à la jeune femme. C’était une drôle d’interrogation. Avait-il des projets ? Violet n’en avait aucune idée. Rafael ne lui faisait pas part de ses intentions. L’homme-loup restait plutôt secret. Perdre la vue pour lui avait été une dure épreuve qui ne l’avait pourtant pas empêché de régler certains soucis. Sûrement qu’il continuerait ainsi, plus efficacement maintenant que sa vue était revenue. Violet regarda son confrère d’un air confus avant de finalement reprendre la parole.

« J’en sais rien pour tout vous dire. Vous savez sa vue est presque rétablie entièrement. Mais même sans ça, ce patient est plutôt du genre réfractaire, têtu. La perte de sa vue ne l’a pas empêché de faire son boulot par exemple. Ils sont rares à ne pas se laisser abattre. Mais je suppose que maintenant il va pouvoir régler les choses qu’il a à régler de manière plus précise. »

Violet n’avait pas d’idées particulières en tête. C’était juste que Rafael était un homme occupé qui avait les yeux partout. Et sûrement que maintenant qu’il était de nouveau voyant, il pourrait régler les affaires laissées sur le côté durant sa convalescence. La jeune femme était à mille lieux de se douter de l’impact que pourraient avoir ses propos. Elle posa ses bras sur les accoudoirs de son fauteuil, l’air soudainement fatiguée. « Nos métiers ne sont pas faciles, on rencontre parfois des gens surprenants. Mais ce genre de nouvelles me fait vraiment plaisir vous savez docteur Meadow. Parce qu’en arrivant ce patient était très mal en point quand j’y pense. » termina-t-elle avec l’air pensif. Mal en point et buté en plus de ça.





_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1001
↳ Points : 72
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Lun 6 Mar - 2:00


L'idée de Violet n'était pas si mauvaise, à défaut de compter la seule ombre potentielle au tableau : le Gouvernement. S'il avait été l'instigateur de l'attaque, alors ça signifiait que ses accusations étaient passible d'être taxées de trahison. Une perspective qui n'enchantait pas particulièrement Noah. Pour peu que Brown subisse suffisamment de pression, il y avait toujours le risque à prévoir qu'il finisse par craquer. Et s'il craquait, ce ne serait pas lui qui serait dans la ligne de visée, mais bien ses soigneurs. Ceux de qui serait venue l'idée. Non, ce n'était pas une bonne idée, à bien y réfléchir. Si elle pouvait potentiellement soulager, même temporairement, Lafayette Brown, les répercussions risquaient d'être trop importantes tant pour l'ergothérapeute que le psychiatre. Et il ne souhaitait pas risquer bêtement sa position sur une théorie qui, si elle faisait du sens, manquait cruellement de preuves tangibles.

Il allait se rétracter quand Violet l'interrompit, reprenant le cours de ses pensées. Son air affable, la douceur qui émanait de ses traits, étaient tout juste transpercé de cette volonté indéniable, au fond de ses prunelles claires. Une détermination d'amener son projet à terme coûte que coûte, une aptitude à aller droit au danger qui réveilla une moue contrariée sur le visage du psychiatre. Qu'elle le fasse, peu lui importait. Tant qu'il n'était pas mouillé. Mais là, les enjeux étaient trop importants en ce qui le concernait. Jouant toujours distraitement avec son stylo, il rétorqua, pesant comme plus pour le contre :

-Si j'approuve votre théorie, je crains que tout ne soit pas aussi simple que ça, en application. Monsieur Brown a beau être quelqu'un de très intelligent, nul n'est à l'abri d'une erreur. C'est ce qui fait le genre humain, ce genre d'infime détail, qui pourtant peut s'avérer fatal. Je propose que nous continuions surtout à creuser, à chercher la raison profonde de son traumatisme. C'est seulement lorsque nous aurons toutes les clés en mains que nous pourrons déterminer un plan d'action efficace qui puisse le mettre en sûreté.

Et mettre ses soigneurs en sécurité par la même occasion. Car il avait plus de sept siècles d'expérience, à présent. Plus de sept siècles à comprendre que sauter directement dans la gueule du loup n'était pas une solution tangible à ce genre de problèmes, qu'il valait mieux pouvoir apercevoir l'intégralité du tableau avant de se concentrer sur un détail. Et le cas Brown était épineux. Ils s'y cassaient les dents depuis des mois sans succès. Ce n'était pas le moment de se hasarder sur un terrain parfaitement inconnu. Pas sans préparation.
Pourtant, la fougue, la détermination de Violet, étaient rafraîchissants. La jeune femme montrait clairement son inexpérience, une inexpérience charmante dans les faits de la vie, qui lui arracha un sourire presque paternel. La fougue de la jeunesse. Il la sentait dans tout son vieux corps, émanant directement de la jeune femme dans une aura plus que rayonnante, un brasier qui semblait s'alimenter tout seul. Sa collègue étaient de ces rares personnes dont la passion ne s'était pas éteinte mais renforcée, avec l'Apocalypse. Une source d'énergie qui profitait à son entourage, sans même qu'elle ne soit au courant.

Et il y avait cet autre sujet. Cet autre patient. Un patient qui faisait rougir ses joues, qui réveillait un sourire bien plus grand qu'elle n'aurait voulu le montrer. Il n'y avait pas vraiment à chercher. Parler de cet homme la rendait radieuse, profondément heureuse. Une affection qui n'avait rien d'orthodoxe. Une radiance qui semblait sous-entendre un autre type de relation entre eux, poussant Noah à hausser un sourcil circonspect.
Parce que ce patient, lui, ne l'aimait pas à ce point. Parce que la nouvelle de sa rémission était tout sauf agréable. Parce que pour lui, ce n'était pas normal qu'il se soit remis des stries d'argent coulées dans ses plaies, ou qu'il ait recouvré la vue. Ce n'était pas une bonne nouvelle pour le sorcier, loin, très loin de là. C'était l'annonce de nouveaux périls à venir, et le sourire béat de sa collègue n'arrangeait rien à la situation.
Jouant toujours nerveusement avec son stylo, il s'efforça de n'en rien montrer. Les réponses arrivaient au compte-gouttes, entraînant avec elles de nouvelles questions qu'il se devait de retenir au risque de trahir sa connexion avec le patient. Et c'était dur. Affreusement dur.

Ainsi il avait encore du mal avec les lumières vives. Une faiblesse qu'il serait sûr d'exploiter pour peu que leurs routes se croisent à nouveau. La réflexion de Violet lui arracha un ricanement. Oui, c'était évident. Rafael ne pourrait pas prendre sa guérison autrement que comme un dû, ce prétentieux.

-Oh il doit sûrement l'être, ravi, vu ce que j'ai cru comprendre de l'ampleur de ses blessures !

Le sarcasme lui avait échappé. Un dû. Si seulement il était resté aveugle, histoire de faire plaisir à tout le monde ! Mais non, il fallait qu'en plus d'être puissant, qu'en plus d'être dans les petits papiers du Président, il ait aussi recouvré la vue. Un malaise se creusa dans l'estomac du sorcier alors qu'il ruminait les paroles de Violet. Rafael la rendait résolument heureuse. Si seulement elle savait ce que lui avait fait, vis à vis d'Enya. De Noah. D'eux, de leur couple. Si seulement elle savait tout ce que le sorcier savait de cet homme abject qui était autrefois son frère. Mais autant qu'elle reste dans l'ignorance béate des inconscients. Ca lui allait mieux au teint.

-Régler les choses qu'il a à régler ?

Dans quelle mesure est-ce que Rafael s'était confié à son ergothérapeute ? Avait-il mentionné quoi que ce soit de ses projets pour détruire le sorcier ? Noah reposa son stylo, son attention entièrement happée par Violet. Se rendait-elle seulement compte que le plus d'informations elle lui offrait, le mieux il serait à même de se protéger ? Voire d'attaquer.
Par souci de mimétisme, il lui rendit son sourire, s'accoudant sur son bureau. Ses doigts en pyramide, l'air pensif, il acquiesça doucement. Ah ça. Ils avaient pas un métier pensif, non, c'était peu de le dire. Ils n'avaient pas non plus une vie facile, mais l'un comme l'autre restaient très secrets de ce côté-là. Tout se savait beaucoup trop vite dans ce maudit hôpital. Une boîte de pétri bourrée jusqu'à la moelle de parasites suceurs de rumeurs juteuses. Et lesdites rumeurs se propageaient ensuite comme un virus.
Rumeurs. Il n'avait su de l'état de Rafael que des bribes, avant de constater de lui-même les traces restantes de ses blessures. Avant que Rafael ne soit assis précisément à la même place que la jeune femme, avant qu'il n'ait ôté ses lunettes pour révéler ses plaies. Une image choquante. Déroutante. D'une cruauté sans pareille. Mais jamais le sorcier n'avait su les circonstances de cet acte de barbarie sur sa créature. Son ami.

-Un cas très spécial, de ce que j'ai entendu. Mais on ne m'a jamais expliqué précisément ce qui lui était arrivé, à ce pauvre homme...

Il avait laissé sa phrase en suspension, tendant une perche qu'il espérait que Violet attrape en plein vol avec cette innocence dont elle avait toujours été graciée. Comme pour la pousser un peu plus sur le chemin de la confession, il ajouta doucement, l'air perdu dans ses pensées.

-Des bruits de couloirs, il aurait été "attaqué" lui aussi. Mais je n'ai jamais eu l'occasion de le voir dans mon bureau, ou proche du service psychiatrie, pour être honnête. Et cette rumeur m'a toujours semblé tirée par les cheveux.

Parle, Violet. Parle, parle. Donne-moi tous les détails. Donne-moi toutes les faiblesses de l'homme qui a détruit ma vie.


_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Mar 14 Mar - 11:10

Crystal Clear
Noah&Violet
Dans l’attente, Violet fut tellement sûre d’elle, sûre qu’une solution pouvait être trouvée qu’elle sembla totalement déçue lorsque Noah prit de nouveau la parole. Une déception qu’elle ne put définitivement pas masquer. Ce fut une moue enfantine qui s’empara de ses traits. Dans un sens, le psychiatre n’avait pas tort. Bien sûr que l’hypothèse Forester n’était pas infaillible.Tout comme leur patient. Ce cher Monsieur Brown auquel Violet tenait tant. Peut-être parce qu’il était attachant malgré ses airs grognons et ses sauts d’humeur. Lasse, la jeune femme lâcha un petit soupire. Son collègue avait raison. Il fallait qu’ils trouvent plus d’éléments avant de se lancer dans quoique ce soit. Ses iris clairs s’égarèrent quelques secondes sur le fameux stylo avec lequel Noah s’occupait les mains. Et puis elle capta de nouveau le regard de son collègue en lui accordant un sourire résigné.

« Vous avez raison. Si jamais tout ceci s’avère vrai de toute façon, je crois que Lafayette est condamné. Les autres sont plus forts. »

Violet sembla soudainement abattue. Bien sûr elle était toujours déterminée, ça se sentait malgré sa déception.  Mais il faudrait du temps avant que cette situation ne s’arrange. Il faudrait être patient. Le bon point dans l’histoire, celui qui la rassurait était la motivation apparente de Noah Meadow. Ce collègue pour lequel elle n’avait finalement jamais pris le temps afin d'apprendre à le connaitre parfaitement. Aujourd’hui elle se rendait compte que cela avait été une erreur. Le psychiatre était un homme qu’elle appréciait et qui semblait la considérer. Ce qui faisait toujours plaisir, même pour quelqu’un de modeste comme Violet.

La conversation bifurqua sur leur second sujet. Un sujet qui rendait l’ergothérapeute beaucoup plus radieuse, beaucoup plus niaise. Un sujet qui semblait lui aussi attirer l’attention de Noah. Contente que son histoire l’interpelle, la jeune femme continua d’en dévoiler un peu plus. Après tout il n’y avait rien de mal à cela tant que ça restait dans les limites du raisonnable. Le psychiatre confirma que le patient devait être ravi. Violet s’était contentée de hocher la tête. Après tout n’importe qui, même Rafael le seigneur, aurait été ravi d’avoir recouvré la vue. Même le plus idiots des sots. C’était logique. L’ergothérapeute ne prêta pas attention au fait que Noah posa son stylo. Comme s’il se concentrait un peu plus sur ses dires. Sûrement parce que Violet était à mille lieux de ce douter que cette attention n’était pas dénuée d’intérêt. Concernant les choses que Rafael avait effectivement à régler, elle-même n’en savait pas vraiment plus. Alors elle haussa les épaules.

« Je n’en sais pas plus. Il aurait certaines histoires à régler avec des gens. Rien de bien méchant je suppose. »

Elle supposait mal. Mais Violet était douce, Violet voyait le bien en chacun et ne pensait pas que son cher et tendre portait autant de rancœur envers l’homme qui lui faisait face actuellement. Elle n’aurait pu deviner le lien si fort qu’ils avaient partagé des siècles avant qu’elle ne voit le jour. Personne n’aurait pu se vanter d’une telle prouesse. Au fur et à mesure de la conversation, Violet comprit soudain que son patient n’était pas inconnu du psychiatre. Elle eut un sourire malicieux tandis que son dos retourna se caler contre le dossier du fauteuil. Personne n’était venu poser de question à la mexicaine sur son patient. Pourtant elle constatait aujourd’hui que cela n’avait pas empêché les gens de parler. Elle sembla de nouveau contrariée. Et si, des rumeurs sur sa relation avec l’homme-loup circulaient aussi ? Après tout, dans cet hôpital, les êtres les plus vicieux exerçaient. Des êtres que la curiosité pervertissait.

« Alors vous avez entendu parler de Rafael. » une grimace déforma ses traits.

Violet devint rouge écarlate. Elle avait prononcé son nom. Mais lorsqu’elle y pensait peut-être que le psychiatre le connaissait déjà s’il avait entendu parler de lui ? Fort heureusement, l’ergothérapeute avait tu son nom de famille. Ce qui rendait déjà l’homme moins identifiable. Surtout que l’italien avait pris ses précautions en entrant à l’hôpital. La jeune femme se redressa à la hâte. Finalement cette conversation commençait à la mettre mal à l’aise. Et cela commençait à se voir. Nerveuse, Violet passa une main dans ses cheveux blonds et pinça ses lèvres. S’il s’agissait d’un autre patient, bien sûr que cette gêne n’aurait pas existé, mais là on parlait de l’homme qu’elle aimait. Et que des rumeurs circulent sur lui laissait un goût amer à la belle. Surtout que lorsqu’on ne le connaissait pas, d’un point de vue extérieur, Rafael s’avérait être l’un des pires cas, aussi bien physique que caractériel que cet hôpital ait connu.

« Je suis surprise de voir à quel point les gens parlent ici… C’est incroyable. Ce n’est même pas leur patient elle soupira je ne pourrais pas en dire plus sur ce qui lui est arrivé, par professionnalisme. Mais son cas était vraiment désespéré. C’est vraiment un miracle qu’il s’en soit sorti. La rage de vaincre sûrement. » dit-elle en hochant doucement la tête.

Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas en dire plus. Mais Violet se devait de garder les détails secrets. Rafael n’était pas n’importe qui, c’était un homme haut placé avec les fonctions qui allaient avec son statut. Et si le Docteur Meadow n’avait pas été en charge du dossier alors la jeune femme resterait muette en plus d’être indignée. Sa curiosité reprit le dessus, la poussant à se pencher légèrement au dessus de la table.

« Dites moi Docteur… Est-ce qu’il y aurait d’autres rumeurs qui circulent à son propos ? »

Ce qu’elle voulait savoir et ce qui la terrorisait était réellement ce qu’on avait pu dire d’elle. Car Violet avait cherché à tout prix à rester professionnelle. A stopper tous les rendez-vous avec son patient auquel elle s’était trop attachée. Elle ne regrettait néanmoins pas que Rafael soit aussi têtu qu’elle. Mais elle n’aurait pas voulu perdre son travail à cause de commères qui semblaient avoir la langue bien trop pendue.





_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1001
↳ Points : 72
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Lun 17 Avr - 1:45

D'une certaine manière, c'était triste de voir la belle combativité de Violet s'envoler aussi facilement. De voir cette belle lueur convaincue s'éteindre dans son regard, alors que Noah avait prononcé les paroles qu'invoquait le Bon Sens. C'était triste de devoir jouer le rôle du médiateur alors que la situation lui tenait tout autant à coeur qu'à la jeune femme, quand on abordait le sujet de Lafayette Brown. Mais c'était nécessaire. Le vieil homme n'avait pas encore fait le trait sur son propre traumatisme, et acculer le Gouvernement la fleur au canon n'était pas une option envisageable ou viable sur le long terme. C'était trop risqué, sur le moment, pour lui. D'autant qu'une telle décision reviendrait certainement sur le tapis, et retomberait tout aussi certainement sur le dos de ses thérapeutes. Il y avait trop gros à jouer pour aussi peu. Trop gros à sacrifier pour une seule personne, quand bien même c'était malheureux. Parce que, même pour Noah, Lafayette Brown méritait bien mieux que ça.
Constatant la moue boudeuse, enfantine de sa collègue, le psychiatre s'était fendu d'un sourire amusé. Un sourire qui compatissait à sa déception, tout en l'encourageant à ne pas perdre espoir. Quelque part au fond, il avait l'impression d'être quelques fois un mentor indirect pour la jeune femme. Une jeune femme dont il aurait aimé que sa propre fille ait les mêmes qualités, et la même combativité, pour peu qu'elle ait pu grandir.

-Ce n'est que partie remise, Violet. Nous trouverons bien une solution pour Mr Brown, une fois que nous aurons tous les éléments en main. Je sens que vous n'abandonnerez pas avant d'avoir réussi à garantir sa sécurité. Et si cela peut vous rassurer, je n'abandonnerai pas non plus.

Pourtant ils savaient tous les deux que la cause était déjà perdue, en ce qui concernait le vieil homme. Que son seul îlot salvateur résidait dans son incapacité à se souvenir précisément de ses agresseurs, ou même des conditions qui auraient poussé à ce qu'ils s'attaquent à lui. Le Bonheur réside dans l'Ignorance. Il avait entendu ce dicton en arrivant en Amérique, et il n'avait jamais été aussi vrai que pour le cas de Lafayette Brown.
Ce qui n'empêchait pas le psychiatre de couver la blonde d'un regard bienveillant. Le dicton s'appliquait aussi à la jeune femme, d'une certaine manière. Tant qu'elle restait sagement à sa place, elle ne courait pas le risque de se jeter dans le danger à corps perdu. Tant qu'elle résidait dans son ignorance, dans son innocence, elle ne risquait strictement rien. Un état de faits que Noah ne connaissait que trop bien, pour s'y être brulé les plumes plus d'une fois. Alors autant la préserver de ce genre de désagréments, non ?

Puis un sourire évanescent était revenu flotter sur le visage juvénile de Violet. Un sourire léger comme l'amour, avec ce petit substrat, cette petite étincelle qui illuminait ses prunelles alors qu'elle revenait sur le sujet de Rafael. Un sujet qui ne donnait pas matière à sourire, pour le psychiatre. Qui lui donnait surtout matière à se tendre, se crisper, guettant la moindre information comme une âme en peine. Que faisait-il ? Quel était son état d'esprit ? Quelle était sa relation avec l'ergothérapeute ? Elle semblait profondément affectée par sa convalescence, profondément heureuse de le voir aller mieux. Quelle était la raison d'autant de plaisir à le voir guéri ? Il savait la jeune femme naturellement empreinte d'une profonde empathie. Mais l'attitude qu'elle avait alors qu'ils abordaient le thème du métamorphe était pour le moins déroutante, empathie ou non. A croire qu'elle avait un béguin monstrueux pour le Loup. Noah avait froncé subrepticement les sourcils, l'écoutant alors qu'elle avouait ignorer les projets de Morienval.
Ce qui en soit lui faisait ainsi une belle jambe. Sans cette information, le sorcier allait être obligé d'errer à tâtons pour savoir comment placer ses prochains pions dans cet échiquier malsain qu'ils avaient tous les deux dressé entre eux. Distraitement, il acquiesça, reprenant les paroles de sa collègue :

-Rien de bien méchant, certainement.

Ou le parfait contraire. Une raison de plus pour rester sagement à sa place, se fondre avec sa couverture de délateur, pour préparer ses propres projets de son côté. Car la confrontation finirait par arriver, entre les deux hommes. Et compte tenu de ce que Rafael avait fait à son Créateur, force était de constater qu'elle serait tout sauf bonne enfant.
Son nom, dans la bouche de Violet, avait toutefois des allures de miel. Surpris par l'intonation de la jeune femme, le psychiatre avait relevé les yeux vers elle, pour constater que ses joues s'étaient empourprées. Elle ne l'avait pas appelé M. Morienval. Elle ne l'avait pas appelé "mon patient". Elle l'avait appelé par son prénom, la version américanisée, bâtarde, de son prénom, et c'était ce roulis de syllabes sur sa langue qui avait provoqué le rosissement de ses joues. Alors ainsi ils en étaient à une base nominative ? L'appelait-il Violet, lui aussi ? Ou la qualifiait-il d'autres petits noms qu'on ne se donne que sous le couvert de l'intimité ? Sans le savoir, elle avait dévoilé bien plus qu'elle ne l'aurait voulu à Noah. Un énième os à mâchonner qu'il acceptait avec le plus grand plaisir.
Plaisir que ne fut qu'à peine voilé par le refus de la jeune femme à entrer dans les détails quant aux blessures de Rafael. Peut-être s'était-il montré trop insistant, dans ses questions. Peut-être était-il allé trop loin, n'avait-il pas encore suffisamment endormi sa méfiance pour qu'elle baisse sa garde à ce point. Elle invoquait un professionnalisme endormi, latent, dans cet Hôpital. Parce que le personnel avait très vite fait de bavasser sur tout et n'importe quoi. Patients, médecins, internes, ergothérapeutes compris.

-Je comprends bien votre choix, il est entièrement légitime, surtout par les temps qui courent. Les gens ont trop de facilités pour s'exprimer sur des sujets qui ne les concerne pas. A croire que la Fin du Monde n'a pas suffi à apprendre au monde que les ragots sont la lie de l'Humanité.

Une nouvelle perche. Le psychiatre joignit ses mains sur son bureau, posément, se penchant légèrement vers elle comme sur le point de lui faire une confidence. Les rumeurs allaient bon train, oui. Et elle voulait savoir à quel point. Autant lui en donner pour son argent.

-Il y en a effectivement d'autres, je le crains. Et je crains qu'elles ne soient peu agréables à entendre, malheureusement.

Si poser des questions n'avait pas porté ses fruits, il avait toujours d'autres méthodes pour obtenir les réponses à ses propres questions. Et quoi de mieux qu'une rumeur ? Certes, ce n'était pas un bruit qu'il avait entendu personnellement, mais dans un univers aussi fermé que l'Adventist, il était fort possible qu'il soit effectivement vrai. Quand bien même il émanait à présent de la bouche même du psychiatre.

-Certains prétendent que sa guérison miraculée n'est pas naturelle. Apparemment ils croient que votre patient serait un de ces non-humains dont on entend parler depuis quelques années. Un métamorphe, de ce que j'ai cru comprendre, bien que je n'accorde que peu de crédit à ce type de balivernes.

Il avait secoué doucement la tête en signe de dénégation pour appuyer ses propos, alors qu'il n'en pensait rien, au fond. Alors qu'il connaissait l'exacte vérité quant à la nature profonde de Rafael, pour l'avoir créé lui-même. Mais est-ce que Violet le savait, elle ? Elle ne lui avait jamais donné cet électrochoc qu'il ressentait à chaque fois qu'il entrait en contact avec un être surnaturel, le poussant à la ranger dans la case des humains lambdas. Une révélation qui aurait dû être d'autant plus choquante si elle n'était effectivement que "peu" proche de lui.
Toujours penché en avant, il baissa les yeux vers ses mains, ses pouces caressant doucement le dos de ses mains. Distraitement. Lentement. L'air d'un homme gêné de devoir faire ce type de confidences grossières, alors qu'il enchaînait sur une rumeur qu'il n'avait résolument jamais entendue, mais dont il était certain qu'elle circulât :

-Certains vous attribuent également une liaison avec votre patient. Une rumeur que je réprouve grandement, mais dont j'espère qu'elle est sans fondement. Je trouve toutefois important que vous le sachiez, pour ne pas être gênée par cette calomnie, qu'elle soit vraie ou fausse.

Parce qu'il éprouvait une certaine estime pour la jeune femme, qu'il lui avait prouvée à plusieurs reprises. Qui justifiait ce regard peiné qu'il lui adressa, alors qu'il n'en pensait rien, une fois de plus. Parce que son estime, sincère, justifiait qu'il lui mente rien que pour voir sa réaction.
Et savoir. Savoir ce qu'elle n'osait pas traduire par le biais des mots.


_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Mer 26 Avr - 11:36

Crystal Clear
Noah&Violet
Malgré le ton rassurant de Noah, Violet ne pouvait masquer sa déception. On y décelait également de la frustration, une frustration totale contre laquelle la jeune femme ne pouvait lutter. Elle savait qu’il serait difficile de sauver son patient si sa mémoire lui revenait. Mais dans un sens il était cruel de laisser ce pauvre homme souffrir. C’était cela qui agaçait le plus l’ergothérapeute. Mais depuis l’apocalypse, depuis que ces tyrans avaient pris le pouvoir elle savait que l’injustice était monnaie courante. Un ennemi bien trop grand pour qu’elle ne puisse l’affronter. Et même si elle accorda un sourire au psychiatre lorsque celui-ci lui réaffirma son soutien, Violet restait triste. Au moins elle n’était pas seule à se soucier de Lafayette et dans un sens cela la rassurait. Elle se contenta de hocher la tête pour manifester son accord. Il n’y avait pas plus à dire concernant le vieux monsieur. Pas pour l’instant du moins. Ce qui n’empêcherait pas à terme à la jeune femme de garder un œil sur Monsieur Brown.

Le fil de la conversation heureusement éveilla de nouveau le sourire radieux de Violet. En plus par chance le sujet sembla captiver le psychiatre. L’ergothérapeute en était ravie. Elle ne parlait pas souvent de Rafael car elle-même n’aurait su comment l’évoquer. Car leur situation était compliquée, car l’homme était loup, l’homme était haut placé au Gouvernement, entre autres choses. Des choses que Violet préféra garder pour elle lorsque les questions se faisaient trop précises. Mais cela n’avait pas suffit à faire s’évanouir le sourire de la jeune femme non. La seule chose qui continuait de la tracasser était le fait qu’on parle d’elle et de son patient. Ses joues continuèrent de rosirent. Elle avait tout fait pour qu’on ne remarque pas que sa relation avec Morienval ne soit découverte.

« Rien n’arrêtera de faire parler ces vipères. » soupira Violet suite à la remarque de son collègue.

Elle avait un air boudeur peint sur le visage. Elle avait légèrement secoué la tête, désespérée par toutes ces pipelettes qui l’entouraient. Comme si avec tout ce qui se passait en ce monde, sa vie était un sujet de prédilection. Pire encore lorsque Noah se pencha et prit le ton de la confidence pour répondre à l’interrogation de Violet. Y’avait-il d’autres bruits de couloirs ? Le psychiatre sembla en savoir plus à ce sujet. Le cœur de la mexicaine se mit à battre plus fort. Pour masquer son
appréhension, Violet servit à son vis-à-vis un sourire crispé.

« Ah bon ? » demanda-t-elle avant que Noah ne commence à cracher le morceau.

Plus il parlait, plus Violet se sentait mal. Rafael était bel et bien un de ces non-humains. Mais elle ne voulait pas que toute la terre soit au courant. Elle paraissait outrée sans même y prêter attention, elle avait froncé les sourcils. Pour la première fois de sa vie Violet aurait voulu tordre des cous et couper des langues. Le pire dans cette histoire était que ces gens avaient raison. L’ergothérapeute ne sut comment réagir. Noah ne semblait pas accorder de crédit à ces dires alors qu’il aurait dû. Violet tenta de paraître surprise même si cela n’avait pas l’air très convaincant lorsqu’on la connaissait un minimum.

« Un métamorphe ? Vous voulez dire ces hommes qui se changeraient en animal ? elle se força à rire en agitant sa main c’est ridicule ! Les gens ont beaucoup d’imagination par ici. Heureusement qu’il reste des gens censés comme vous et moi pour ne pas prêter attention à ce genre de chose. » dit-elle dans un sourire qui voulait paraître serein.

Malgré ça Violet ne l’était pas du tout, sereine. Ses muscles s’étaient crispés et elle commençait à avoir chaud. Heureusement ces bruits de couloir pouvaient aisément être démentis et cela ne la concernait pas directement. La suite lui réserva néanmoins une mauvaise surprise. Alors qu’elle avait le regard rivé sur Noah, ce dernier sembla tout d’un coup gêné. Il n’avait visiblement pas fini de se livrer. Violet craignit le pire et le pire arriva. La rumeur de liaison circulait belle et bien dans l’hôpital. Cette fois la jeune femme parut choquée et laissa aller son dos contre le dossier de son fauteuil. Elle ne savait quoi dire. Elle-même n’aurait su comment qualifier ce qu’elle vivait avec l’homme-loup. Ces rumeurs étaient tout ce qu’elle avait voulu éviter. Elle ne voulait pas perdre son job car il était toute sa vie. N’oubliant pas qu’elle faisait face au psychiatre, Violet hésita un instant sur l’attitude à adopter. Elle était sonnée c’était normal mais que dire de plus ? Nier ? Alors que quelques temps plus tôt Rafael débarquait pour venir la chercher à l’hôpital ? Et si des gens l’avaient vu ? Elle se pinça les lèvres.

« Je… Je ne sais pas quoi vous dire Noah. L’histoire de ce patient m’a touchée, je ne vais pas dire le contraire. Étonnement nous nous sommes bien entendus mais je ne comprends pas pourquoi les gens se mêlent de ce qui ne les regarde pas. » râla-t-elle.

Elle n’avait pas confirmé ni démenti les dires du psychiatre. Elle se méfiait un peu mais cela n’avait rien à voir avec Noah. C’était une méfiance générale car lorsqu’il s’agissait de Rafael Violet avait tendance à ne pas agir de manière très rationnelle. Elle porta une main à son front en marmonnant un « je savais qu’on aurait du arrêter ces rendez-vous mais c’est ma faute s’il est venu me chercher ? » Et puis finalement la jeune femme reprit consistance. Il ne fallait pas se laisser abattre, tout et n’importe quoi ce disait entre les murs, il ne fallait pas qu’elle paraisse trop atteinte.

« En tout cas je suis contente que vous ne prêtiez pas attention à ces dires. Vous êtes un homme bien. » assura-t-elle. En dépit du fait qu’elle pensait réellement ce qu’elle venait de dire, l’ergothérapeute ne semblait pas entièrement rassurée. D’ailleurs elle se pencha légèrement au dessus du bureau du psychiatre et demanda, l’air gêné. « Si jamais on vient vous dire autre chose, vous pourriez me le faire savoir ? Je ne voudrais pas qu’on croit que je ne suis pas sérieuse et professionnelle vous comprenez… »



_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1001
↳ Points : 72
↳ Arrivé depuis le : 25/11/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



les petits papiers
↳ Copyright: Cordy
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Sam 6 Mai - 1:22

Le sujet Lafayette Brown avait fini par s'essouffler, naturellement, au grand soulagement de Noah. Non seulement parce qu'ils n'avaient pas de moyens immédiats pour sauver le pauvre homme, mais aussi parce que voir la désillusion se dessiner sur le sourire attristé de Violet lui étreignait légèrement le cœur. Oh, il la connaissait, maintenant. Il savait qu'elle n'allait pas baisser les bras aussi facilement, pas alors qu'elle était si motivée en arrivant dans ce bureau. Mais il avait réussi à lui acheter un peu de répit, avant de se plonger tête la première dans un océan d'emmerdes. Et il s'en congratulait, un peu, au fond. Juste un peu. Juste ce qu'il fallait pour flatter son ego.

D'autant qu'il y avait un autre sujet, une autre affaire, bien plus pressante. Un sujet nettement plus intéressant pour le psychiatre, alors que son regard embrassait la jeune femme, guettant chacune de ses réactions. Les bruits de couloir étaient un vrai problème dans un bocal aussi étroit que l'Adventist Hospital. Les rumeurs allaient et venaient au gré des courants d'air, aussi vivaces que des mauvaises herbes. Aussi faciles à semer qu'à récolter, quand bien même on n'en aurait pas eu l'envie.
Alors quand il avait énoncé la première rumeur, celle qui courait effectivement dans les couloirs quant à la guérison miraculeuse de Rafael Morienval, il avait posé un regard électrique, scrutateur, sur sa collègue. Elle était la mieux placée pour savoir ce qu'il en était, si encore il l'avait mise dans la confidence. Et ses sourcils se froncèrent subrepticement alors qu'elle encaissait ses dires, alors qu'il la voyait clairement s'agacer avec ses paroles. Une expression brève, fugace, mais bel et bien présente. Une expression qui cassait entièrement avec l'étonnement qu'elle afficha quelques secondes plus tard. Quelques secondes trop tard pour qu'elle fut sincère.
Ainsi, elle savait déjà quelle était la nature profonde du Loup. Cela pouvait signifier une bonne quantité de choses, mais il connaissait suffisamment Rafael pour être certain qu'il n'aurait jamais révélé sa nature aussi facilement à la première demoiselle au joli minois venue. Il n'était pas aussi engageant, de manière générale. L'homme était un secret sur pattes, qui évoluait dans les ombres, de ce que Noah avait saisi. Ils devaient donc être suffisamment proches pour qu'il se soit confié à la jeune femme. A moins qu'elle ne l'ait surpris en pleine transformation, ce qui lui semblait peu probable.
L'air toujours aussi dérangé par ses propres aveux, il n'avait pas trahi une seule fois toutes ces réflexions, bien engoncé dans son rôle de collègue prévenant.

-Heureusement, en effet. Une telle possibilité n'est pas envisageable. Illogique, si vous voulez mon avis.

Illogique, mais bien sûr. Surtout avec ce qu'il savait du personnage. Mais Violet ne devait se douter de rien, et il devait faire en sorte que tel reste le cas. C'est pour ça que la discussion avait naturellement dévié sur le reste des rumeurs, qu'il lançait lui-même. C'était pour ça qu'il avait besoin de tâter une autre forme de terrain tout en se montrant comme un collègue allié, un soutien contre les horreurs que pouvait déverser l'Humanité.
C'était pour ça qu'il fut d'autant plus surpris qu'elle prenne aussi fort une telle rumeur, alors qu'elle aurait dû s'en offusquer, pour peu qu'elle fusse effectivement si lointaine de la réalité. Mais ce ne fut pas la réaction qu'eut Violet, bien au contraire.
Un abattement qui était bien plus éloquent que de vaines paroles. Une confirmation à toutes ces théories qui s'étaient établies, variantes, dans l'esprit du sorcier. Ainsi il avait eu raison de creuser de ce côté : il se passait effectivement quelque chose entre Violet et Rafael. Quelque chose qui dépassait l'entendement, tout en révélant un tout nouveau tableau de possibilités pour le sorcier. De nouveaux points de pressions, beaux et créatifs, sur lesquels appuyer en cas de danger. Violet avait beau ne pas s'étaler sur le sujet, elle en avait déjà suffisamment dit. Le petit aparté qu'elle murmura avec elle-même ajouta à la satisfaction grandissante du psychiatre. Elle pensait peut-être qu'il n'avait pas saisi ses propos, qu'elle n'en avait rien dit, mais les paroles n'avaient pas échappées à son collègue. Pas une seule. Pas une seule seconde.
Douce satisfaction. Naïve jeune femme. Si seulement elle savait.

Mais il ne devait pas se réjouir trop vite. Pas devant elle, en tous cas. Se mordant l'intérieur de la joue, clairement gêné de la voir prendre aussi mal une rumeur aussi absurde, il était resté silencieux. Un respect d'apparat, le temps qu'elle se remette de ses émotions. Quel intérêt avait-il d'insister, maintenant qu'il avait ce qu'il désirait ? Autant ne pas forcer d'avantage sa chance.
Vous êtes un homme bien. Dans d'autres circonstances, cette remarque l'aurait giflé en pleine figure, après ce qu'il venait de faire. Mais pas cette fois-ci. C'était de Rafael qu'il s'agissait, au fond. Et quand on en venait à lui, tous les coups étaient permis. Même si cela signifiait de piétiner l'âme d'une pauvre femme sur son chemin vers la destruction.
Son regard contrit toujours levé vers sa collègue, il secoua doucement la tête, en signe de dénégation. Répondit d'une voix douce, compatissante :  

-Aucune considération de ma part, je ne comprends pas l'intérêt de ce type de ragots, sinon celui de blesser directement les personnes qu'ils touchent. Vous êtes quelqu'un d'aussi agréable que compétent, à mon sens. C'est tout ce que j'ai besoin de savoir.

La rassurer. La radoucir, pour qu'elle continue de lui faire confiance. D'autant qu'il pensait sincèrement ce qu'il venait de lui dire. Elle était une de ces rares collègues qui étaient tout aussi compétents dans leur travail qu'ils étaient de conversation agréable. Une jeune femme passionnée qu'il tenait en haute estime. Peu importait qu'il lui ait brisé les ailes, son affection restait la même.
Les ailes suffisamment brisées pour qu'elle ait besoin de son soutien. De lui faire confiance. Sans même l'avoir poussée dans ses retranchements, il l'avait suffisamment atteinte pour qu'elle veuille être mise au courant ? A la bonne heure. Un léger sourire creusa ses lèvres ourlées, un sourire sincèrement compatissant. Cette proposition servait leurs intérêts communs. Et lui permettrait d'alimenter le feu, de lui-même, sans avoir à passer par des intermédiaires.

-Vous pouvez compter sur moi pour vous en inofrmer, Violet. Tout comme vous pouvez compter sur moi pour tenter au mieux d'étouffer les rumeurs dans le berceau. Je ne voudrais pas que vous vous retrouviez en difficulté à cause de commères insatisfaites.

Tout était si simple. Si paradoxalement simple. Comme si invoquer une nuée de connasses mal baisées était la solution à tous les problèmes. La meilleure manière de se mettre une collègue dans la poche. Oh, il l'avait compris, en intégrant le personnel de cet Hôpital. Il l'avait compris depuis le Monastère, où, déjà, les uns jalousaient les autres. Mais il n'aurait jamais cru que la sauce prenne aussi bien.
Quelqu'un frappa doucement à la porte, alors que le psychiatre se redressait. Quelques petits coups discrets, qu'il connaissait pertinemment mais dont il avait absolument oublié l'existence, cette discussion ayant happé toute son attention. Son prochain rendez-vous était à la porte, et, d'un bref coup d'oeil sur l'horloge murale, il se rendit compte qu'elle attendait probablement depuis une bonne poignée de minutes. Mais elle attendrait encore un peu.
Tendant une main gracieuse à Violet pour l'inviter à se relever à son tour, il lui adressa un léger sourire. Celui d'un homme en qui on peut confier une confiance sans bornes. Le Bon Dieu sans confession.

-Je crains que nos responsabilités ne nous rattrapent, ma chère. Toutefois j'espère que vous aurez pu trouver un peu de réconfort dans mon soutien. Et que vous saurez venir me voir si jamais vous vous sentez incommodée par quelque rumeur que ce soit. Souhaitez-vous que je vous raccompagne ?

La patiente qui l'attendait était une habituée des retards inopinés, en ce qui la concernait. Qu'elle soit arrivée relativement en avance était une grande première. Qu'il soit lui-même en retard sur un de ses rendez-vous était la seconde. Mais il n'allait pas congédier Violet aussi rapidement. Sa patiente pouvait bien attendre qu'il la raccompagne jusqu'à la porte, ce qu'il fit sans même une once d'hésitation.


_________________


"In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3127-noah-lasciate-og En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 987
↳ Points : 247
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell & Priya Gadhavi
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: SWAN
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   Ven 21 Juil - 10:47

Crystal Clear
Noah&Violet
La conversation dévia si bien que Violet en oublia presque le désarroi qui s’était emparé d’elle. Lafayette Brown devint un murmure lointain. La seule possibilité qui put amener Violet à en oublier son patient fut un autre de ses patients. Seulement celui-ci était bien plus que ça. Alors même si la jeune femme fit tous les efforts du monde pour ne rien laisser paraître, ce qu’elle venait d’apprendre eut le don de la déstabiliser en même temps que ça l’agaça. Elle se sentit soudainement mal à l’aise. Jamais elle n’avait réellement su gérer la relation qui l’unissait à Rafael. Alors que d’autres se permettent de spéculer ne la ravissait pas. Heureusement pour elle, son collègue semblait tout aussi indigné. D’ailleurs elle fut soulagée qu'il croit à son étonnement. Elle acquiesça d’un léger signe de tête.

« Oui illogique, c’est sûr. » renchérit-elle

Ce qui était illogique dans le fond c’était cette relation qui ne menait pas très loin. Violet n’était pas tranquille, elle aurait voulu poser mille questions. Ses supérieurs étaient-ils au courant ? Un nuage de questions embruma son esprit si bien qu’elle entendit à peine ce que lui disait le psychiatre. Pourtant il rejoignait sa cause, ce qui la rassurait. Les gens comme Noah ne se laisseraient sûrement pas aussi facilement embrouiller par des bruits de couloirs. Le seul souci dans cette histoire était que cette rumeur était belle et bien vraie. Violet prit sur elle pour se détendre, après tout l’affaire était prise à temps et avec l’aide du Dr Meadow, peut-être qu’on pourrait faire taire ces ragots. La jeune femme prit un petit temps d’arrêt, elle était rongée par la curiosité mais aussi par l’anxiété. Que pourrait-on dire de plus ? Et si la rumeur d’une guérison miraculeuse se répandait et qu’on traitait Rafael de monstre ? L’ergothérapeute ne pourrait plus se taire. Heureusement se profilait devant elle un allié de poids. Un allié dont les compliments la firent presque rougir.

« Vous êtes adorable Noah. Je vous remercie de votre compassion. Moi qui pensais être assez discrète pour être épargnée par les ragots, j’ai été trop naïve. Je me demande quand même d’où sortent ces rumeurs, bientôt on va dire que je couche avec tous mes patients. » elle leva les yeux au ciel, agacée.

L’hypothèse d’une telle rumeur la faisait sourire car cela était totalement à l’encontre de sa personnalité. Mais au fond, Violet se demanda s’il n’était pas mieux qu’on parte dans l’extrême histoire d’en oublier sa supposer relation avec Rafael. Dans le doute elle précisa une dernière chose.

« Le pire dans tout ça c’est que j’ai effectivement quelqu’un dans ma vie, mais que ça ne regarde personne. » assura-t-elle en hochant légèrement la tête.

Finalement on toqua à la porte. Un retour à la réalité qui laissait Violet dans le flou. Elle allait désormais devoir retourner auprès de ses patients. Elle n’avait pas trouvé grands remèdes pour le cas Brown mais avait appris bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé. Et surtout elle avait trouvé en Noah une oreille bienveillante et digne de confiance. Elle attrapa la main tendue en souriant. Dans un sens elle était rassurée d’avoir trouvé un allié. Dans un autre, elle espérait ne plus entendre d’autres bruits de couloir à son sujet.

« Non ça ira merci Docteur. Vous en avez déjà fait beaucoup pour moi aujourd’hui, bien plus que ce que vous croyez. J’ai des patients qui m’attendent mais je n’hésiterais pas à revenir vous voir. Je suis contrariée vous savez. Même si au fond ce n’est que des ragots, ça ne fait jamais plaisir. Je vous tiendrais au courant des progrès de Mr Brown. » dit-elle alors qu’elle ouvrait la porte pour tomber nez-à-nez avec la patiente du psychiatre.

Elle la salua d’une voix distraite avant de reprendre le chemin de son service des pensées plein la tête. Il allait lui falloir de la concentration pour ne pas s’en faire d’avantage maintenant qu’elle savait que sa relation avec Rafael n’était plus à l’abri des autres.




RPAY TERMINE AVEC MILLE ANS DE RETARD DÉSOLÉE MON PETIT QUI'NOAH D'AMOUR

_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Crystal Clear | Vioah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Crystal Clear | Vioah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Veux tu de moi ? [Crystal Noir & Pépite d'Or]
» Fusil contre Poésie [ Pv ; Crystal Or Lune ]
» Waterslide Clear Decal Paper
» Méthadone Crystal [Shikaku-♂]
» Crystal Ertz [Pouffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: Adventist Hospital-