AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (nolietta) no pain this life will put me through will ever ever hurt like you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 333
↳ Points : 461
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2015
↳ Age : 28
↳ Avatar : Tuppence Middleton
↳ Age du Personnage : 28 ans en apparence, 538 en réalité
↳ Métier : Riche veuve, rédactrice au blackbird, peintre à la Menrva
↳ Opinion Politique : Révolutionnaire, elle est totalement contre ce gouvernement, même si en apparence elle semble le soutenir.
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : ☞ HURTS - the crow ☞ MUMFORD AND SONS - ghosts that we knew ☞ JON MCLAUGHLIN - fire away ☞ LABRINTH - beneath your beautiful ☞ SAM SMITH - stay with me ☞ WE THE KINGS & DEMI LOVATO - we the dream ☞ OLLY MURS & DEMI LOVATO - up ☞ MR. BIG - to be with you ☞ AMBER RUN - i found ☞ LAURA PAUSINI -la solitudine
↳ Citation : Where my heart goes, i'll go!
↳ Multicomptes : Eamon Grimes
↳ Couleur RP : #tan



les petits papiers
↳ Copyright: Lady Azrael
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (nolietta) no pain this life will put me through will ever ever hurt like you   Dim 14 Jan - 19:22


L’agacement se bat avec la lassitude. Autant dans mon esprit que sur mon visage que je tente pourtant de dissimuler aux yeux de Nolan. Je ne veux pas me montrer désobligeante en lui montrant mes états d’âme. J’apprends près de lui. A me taire. A conserver mes remarques acerbes pour moi. Au moins en sa présence. Je ne veux plus lui blesser, ni lui montrer que moi je le suis. Je ne veux pas vivre cachée dans l’ombre de son frère maléfique. Je refuse d’être l’amante qui se contente de miettes disséminées au gré du vent. Pourtant je le lui propose. De moi-même. Le visage probablement un peu fermé et du bout des lèvres. Seulement je retiens le soupir qui traîne sur mes lèvres. Pour lui offrir un fin sourire un peu triste. Ses excuses résonnent comme étrangement vides à mes oreilles mais je conserve mon faciès à l’identique, incapable de forcer un réel sourire encourageant. Parce que je perds foi à chaque seconde de plus.

Mon cœur s’emballe pourtant. L’inquiétude vient remplacer le simulacre de sourire qui traînait jusque là sur mes lèvres, alors qu’il se lève en se débarrassant de tout son matériel médical. J’esquisse un pas vers lui, tends mes doigts vers lui, comme pour l’empêcher de venir me rejoindre. Seulement je ne termine pas mon geste et le laisse faire, alors que sa voix résonne de nouveau entre nous. Je l’écoute avec attention, mon palpitant battant toujours aussi fort alors que chaque mot s’imprime contre mon tympan. Et finalement les derniers sons s’écrasent contre les murs. Le silence vient reprendre ses droits entre nous, alors que j’analyse ce que je viens d’entendre. Je ne veux pas parler trop vite. Je ne veux pas dire des choses que je regretterais ensuite. Alors en attendant, je prends ma première décision et romps la distance entre nous pour attraper le bout de ses doigts des miens. Je serre doucement avant de m’approcher encore un peu plus et déposer ma main sur sa joue. Je me rends compte à cet instant que mes yeux sont humides alors que je ne veux absolument pas pleurer. Cette situation est impossible, autant pour lui que pour moi. Mais si j’en viens à pleurer… Je sais que je lui ferais de la peine et c’est une chose que je me refuse. Alors je ferme les paupières une seconde, prends une grande respiration… avant de fixer mon regard dans le sien de nouveau.

Finalement mes mains quittent son contact, avant de glisser sur sa taille alors que je le serre contre moi d’autorité. J’enfouis mon visage contre son épaule, donnant toute la force que je peux à ce corps malade contre lequel je me blottis le plus possible.

Ma voix se fait entendre bientôt, étouffée alors que je suis incapable de quitter son contact désormais. « Nolan… » Nouvelle lassitude, son nom résonne comme un soupir lorsqu’il quitte mes lèvres. « Je ne me cacherai pas éternellement. Je vais étouffer, je vais dépérir. J’ai bien des difficultés déjà à ne pas me laisser déborder par mes sautes d’humeur. Si je ne dois te voir qu’entre quatre murs, je vais m’éteindre… » Je me connais, je suis un esprit libre qui va se sentir incroyablement enfermé dans une relation dissimulée au monde. Peu importe le cocon que nous allons créer. « Je nous donne une chance. J’ai besoin de cette chance. Et je veux te l’offrir parce que tu le mérites, parce que tu es incroyable. Je vais essayer. Nous allons essayer. Mais… » Je soupire de nouveau, incapable de ne pas me sentir oppressée par les mots que je viens de prononcer. Lentement je me décale, laisse une main remonter sur son torse pour revenir contre sa joue et mes yeux retrouvent les siens dans un petit sourire un peu plus convaincant. « Tu n’as pas besoin de me protéger de lui. » Et enfin, je me mets sur la pointe des pieds, pour atteindre ses lèvres des miennes, en un baiser doux. « Je ne pourrais pas prétendre être la petite amie de Liam de toute façon. Tout son être me débecte et être associée à lui m’empli d’horreur. Je préfère être dans le secret, même si c’est contre ma nature. »

_________________
    your love has powers over me
    WHO SAID WE HAD IT ALL? OUR HEARTS NO LONGER LIE WHO KNEW THE VEIL WOULD FALL, WHO'D GUESS THAT WE WOULD CRY?
    roller coaster


      Spoiler:
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Twins : two people who are joined and can't escape each other.

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1421
↳ Points : 675
↳ Arrivé depuis le : 01/04/2014
↳ Age : 25
↳ Avatar : Brett Dalton
↳ Age du Personnage : 34 ans (13 mai 1983)
↳ Métier : Expert en sécurité informatique au Blackbird; résistant inconscient
↳ Opinion Politique : anti-Gouvernement depuis les premières heures ; et pourtant, il l'a servi pendant plusieurs mois
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 - Niveau 84 en blague à Toto et Choupiniaiserie
↳ Playlist : Underground || Parting Glass || The Hanging Tree || Some Nights || United we stand tall
↳ Citation : Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue.
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Andreï C. Ievseï
↳ Couleur RP : goldenrod



les petits papiers
↳ Copyright: (avatar) dulce
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (nolietta) no pain this life will put me through will ever ever hurt like you   Dim 28 Jan - 0:21

No pain this life will put me through will ever ever hurt like you
Giulietta & Nolan



Injuste. Je ne suis pas seulement injuste, je suis également égoïste. Egoïste de cet attachement que je lui porte, égoïste de ce regard que je pose sur elle, injuste de ce que je lui demande. Son sourire me réchauffe le cœur, douloureux toucher de douceur, de tristesse et d’amertume. Elle a l’aura d’un soleil d’hiver : rassurant, mais à l’impact bien moindre que ce que l’on pourrait croire. Elle a l’aura d’un soleil d’hiver, qui réchauffe l’âme mais se réverbère sur la neige et brûle les rétines de ce qu’il ne fait pas, de ce qu’il ne dit pas. Mais de ce qu’il pense, malgré tout. Ce qu’elle pense, lorsqu’elle enfouit son visage dans mon épaule, quand elle me sert contre elle, quand je la serre contre moi. Je suis désolé, Giu’, tellement désolé de ne pas réussir à être à la hauteur, de ne pas réussir à t’offrir ce que tu veux, ce que je veux t’offrir dans un monde qui n’a plus aucun sens. Mes syllabes se sont légèrement allongées, mon ton s’est légèrement asséché, mes voyelles sont devenues plus souples, les consonnes plus claquantes. Je suis désolé de me fondre dans mon frère alors qu’au fond, lui ne l’aime pas, clairement pas. Je suis désolé, tellement désolé, ma Juliette, de ne pas réussir à être à la hauteur d’un Roméo. Liam, encore Liam, toujours Liam, c’est lui qui s’interpose entre elle et moi pour nous séparer, même quand il n’est pas là, je l’invoque comme on peut invoquer le mauvais sort. Pas de signe de croix rapidement esquissé, pas de tour sur moi-même et de crachat lancé par terre pour le contrer : l’ombre de mon frère est là, je la croise dans ma voix, dans ma posture. Il sera toujours là entre nous, qu’elle vient de dire, Giulietta ; il sera toujours là, je le lui confirme. Soupir, profond soupir. Il sera toujours là, et je suis incapable de faire en sorte qu’il en aille autrement. Je ne peux pas l’abandonner. Je suis incapable de l’abandonner. Mon jumeau, c’est plus que mon apparence, c’est la moitié de ce que je suis. Quand Giulietta en est le complément. Elle enfouit son visage contre mon épaule, je la serre contre moi. Je veux la garder contre moi. Tout, tout contre moi. Longtemps.

Mes mains ont arraché ces câbles et électrodes qui me surveillaient, mais je me sens toujours enchaîné. A ma propre connerie. A ces contraintes que Liam m’a obligé à porter. Sans me laisser le choix, sans se soucier de moi, sans me demander mon avis. Et que je veux imposer à Giu’, maintenant. Quel con, putain ! Quel con. « Nolan… » Sa lassitude est accusatrice. « Je ne me cacherai pas éternellement. Je vais étouffer, je vais dépérir. J’ai bien des difficultés déjà à ne pas me laisser déborder par mes sautes d’humeur. Si je ne dois te voir qu’entre quatre murs, je vais m’éteindre… » J’ouvre la bouche. Mais tout ce que j’arrive à souffler, c’est un « Je sais. » aussi las qu’elle. « Je m’en doute bien. » Je m’en doute, oui. « Je nous donne une chance. J’ai besoin de cette chance. Et je veux te l’offrir parce que tu le mérites, parce que tu es incroyable. Je vais essayer. Nous allons essayer. Mais… » « Mais ? » Mes doigts se posent sur sa main, suivent son mouvement, cherchent à s’entrelacer dans les siens. Mes yeux, eux, se noient dans son sourire. « Tu n’as pas besoin de me protéger de lui. » Elle m’empêche de rétorquer que si, j’en ai besoin, en m’embrassant, tout en douceur. La douceur, c’est ce qui la caractérise si bien. Si douce, si belle, si paisible par bien des aspects… Ses sautes d’humeur, je ne les vois pas, je n’arrive pas à les voir, quand elle m’embrasse, je ne comprends pas ce qu’elle veut me dire. Sa malédiction, je ne la vois pas, quand je ferme les yeux. « Je ne pourrais pas prétendre être la petite amie de Liam de toute façon. Tout son être me débecte et être associée à lui m’emplit d’horreur. Je préfère être dans le secret, même si c’est contre ma nature. » Une grimace déforme mes lèvres, l’écarte de moi, devant ce dégoût réciproque qui éloigne les deux personnes au cœur de ma vie. Ces deux personnes qui m’écartèlent. Quand l’un me veut, il doit éloigner l’autre. Quand l’autre m’exige, c’est au détriment du premier. Elle préfère être dans le secret que d’être associée à Liam ? D’une certaine manière, c’est ce que je souhaite. D’une certaine façon, c’est ce que je lui demandais, pour ne pas avoir à devoir à nouveau la partager avec mon jumeau. Mais… ça laisse sur mes traits un arrière-goût de mise en garde.

Je ne pourrai jamais avoir les deux. Et même si le choix, s’il y en avait un, serait vite fait sur le papier, je me sais incapable de trancher. Je ne pourrai jamais avoir les deux. Je m’en rends compte, plus que jamais. Elle nous donne une chance, mais les risques que je la gâche me paraissent si élevés que j’ai dû mal à oser la saisir. Alors je commence par murmurer : « Merci ». Alors je commence par chuchoter : « Je t’aime » Alors je commence par me noyer, un peu plus, dans son regard. L’embrasser, encore, et encore. Glisser sur ses lèvres, sur sa joue, sur ses tempes, sur son front. Par petites touches. Par petits bonds. « Liam a une influence néfaste sur tout ce qu’il touche. Sur tout ce qu’il fait. Quoiqu’il fasse, il dénature. Quoiqu’il dise, il pervertit. J’ai besoin de te protéger de lui, de nous protéger de lui, je t’assure, il faut que… » Une douleur dans la cage thoracique, une vague de fatigue chancèle mes genoux. Je m’assois sur le bord du lit, forcé par un vertige. « Attends deux secondes, ça va aller. » Je ne sais pas si ça va aller, ce que je sais, c’est que me lever, ce n’était pas une bonne idée. J’ai un sourire qui se force sur mes lèvres. « Trop d’émotions d’un coup, tu vois… » Trop d’émotions, qui me ramènent surtout à la réalité de ce qui nous entoure. Je prends ma respiration, cherchant à camoufler dans un poing serré les tremblements légers qui l’agitent. « Je disais donc, qu’il faut que tu sois prudente. Que je te promets que je mettrai fin le plus vite possible à cette mascarade. Et qu’on n’aura plus à se cacher rapidement. Je te le promets, Giu’. Il faut juste que je fasse sortir Liam de prison, et on sera libre. Ce sera l’affaire de quelques jours. » Quelques semaines. Quelques mois. Quelques temps, en somme, d’un temps que je ne peux pas compresser et que j’ai beaucoup de mal à me représenter. Combien de temps, exactement, vais-je devoir encore jouer ce rôle ? Trop, certainement, aux yeux de Giulietta. Trop, beaucoup trop. « Tu m’attendras ? »




_________________
He says save me, save me; She says maybe, maybe… She starts to turn away when he says… Promise me you’ll never let us go Push me, Crush me, Then save me, save me She stops walking, walking; He stops falling, falling He looks her in the eyes and he says… - ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3068-nolan-je-me-surm http://www.mercy-in-darkness.org/t5158-nolan-lying-in-my-bed-i-hear-the-clock-tick#209592

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 333
↳ Points : 461
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2015
↳ Age : 28
↳ Avatar : Tuppence Middleton
↳ Age du Personnage : 28 ans en apparence, 538 en réalité
↳ Métier : Riche veuve, rédactrice au blackbird, peintre à la Menrva
↳ Opinion Politique : Révolutionnaire, elle est totalement contre ce gouvernement, même si en apparence elle semble le soutenir.
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : ☞ HURTS - the crow ☞ MUMFORD AND SONS - ghosts that we knew ☞ JON MCLAUGHLIN - fire away ☞ LABRINTH - beneath your beautiful ☞ SAM SMITH - stay with me ☞ WE THE KINGS & DEMI LOVATO - we the dream ☞ OLLY MURS & DEMI LOVATO - up ☞ MR. BIG - to be with you ☞ AMBER RUN - i found ☞ LAURA PAUSINI -la solitudine
↳ Citation : Where my heart goes, i'll go!
↳ Multicomptes : Eamon Grimes
↳ Couleur RP : #tan



les petits papiers
↳ Copyright: Lady Azrael
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (nolietta) no pain this life will put me through will ever ever hurt like you   Sam 10 Fév - 17:09


Il m'est difficile de comprendre ce qu'il se passe réellement dans la tête de Nolan. Je sais qu'il cherche à bien faire. Et c'est probablement ça le plus douloureux dans l'histoire. Parce qu'il veut bien faire. Et parce qu'il va souffrir de la situation, à un moment donné. Je vois immédiatement que mes propos sur son frère le blessent. Et si je pense chaque mot du plus profond de mon âme, je regrette aussitôt de les avoir prononcé. Ses excuses me frappent en plein coeur. Parce qu'il veut bien faire. Et qu'il en souffre chaque fois un peu plus. Chaque fois que j'ouvre la bouche, je semble être capable de lui faire du mal. Une seconde, je me questionne sur notre futur si effectivement c'est le cas. Me censurer ne me ressemble pas, m'empêcher d'être moi non plus.. et je prends conscience soudainement que ce n'est pas grave. Le brun m'apprécie pour ce que je suis, pour qui je suis... Et me changer ne pourra que le blesser davantange. L'évidence me frappe en plein coeur et je lui lâche un sourire cette fois plus sincère, plus chaleureux aussi, alors qu'il reprend la parole.

Ses contacts me font frissonner légèrement, je me rends compte qu'il m'a manqué. Chaque toucher me rend un peu plus sensible, un peu plus nostalgique aussi. Cela semble une éternité depuis que nous n'avons pas partagé un contact tel que celui ci. Doux, agréable... parfait somme toute. Mon sourire s'élargit un peu plus mes mains viennent dériver dans son cou, jusqu'à ce qu'il semble chanceler. Une pointe d'inquiétude vrille mon palpitant et je viens me mettre à genou, les mains posées sur les siens, lorsqu'il finit par s'assoir sur le lit. Une ombre traverse mon visage et il semble la voir. Ses mots sont vides tant ils ont été répétés. Je vais bien ne t'en fais pas. Cela sonne faux à mon oreille et pourtant je ne fais aucun commentaire. Seules mes lèvres se pincent en une expression réelle d'un sentiment qui ne veut pas me quitter. « Ne fais pas de promesses que tu ne peux tenir veux tu? Tu peux me promettre que tu feras ton possible... mais ne me dis pas que ça ne va durer que quelques jours si tu sais que ce n'est pas vrai. » Dans un long soupir, je laisse mes doigts quitter ses genoux pour entrelacer les siens et les serrer doucement. « Je t'attendrais Nolan. Mais je te demande une chose. Plus de secrets entre nous. Tu me dis tout sur ton état. Je te dis tout sur mon... je sais pas ce c'est mais je te dis tout. On se dit tout ce qui nous concerne. » Je veux avoir l'air sûre de moi. Je veux savoir ce qu'il se passe chez Nolan, je veux savoir quand il souffre et quand il a besoin de souffler un peu. Je veux savoir... tout simplement afin de pouvoir l'aider quand il en aura besoin.

Lentement, je finis par me relever et appuyer sur ses épaules, comme pour le forcer à se recoucher. Je ne veux pas l'infantiliser. Je veux juste pouvoir me lover contre lui et profiter de sa chaleur, de son odeur, de lui tout simplement. Rattraper le temps perdu et entendre son coeur résonner. Je le pousse à se coucher, pour me coucher à son tour et prendre pleinement possession de ce que je possède. A savoir un homme formidable, que je ne mérite pas et qui souffre de beaucoup trop de choses. « Je t'aime Nolan. » Ce n'est qu'un souffle. Trois mots qui résonnent entre nous. Pas comme une menace. Pas comme une supplique non plus. Comme un simple sentiment qui brûle dans mon âme et me permet de fermer les yeux, dans une plénitude rarement ressentie en ces temps désastreux. Cela ne durera pas longtemps. J'en suis consciente et profite simplement de ce moment, qu'il m'offre sans le savoir...

_________________
    your love has powers over me
    WHO SAID WE HAD IT ALL? OUR HEARTS NO LONGER LIE WHO KNEW THE VEIL WOULD FALL, WHO'D GUESS THAT WE WOULD CRY?
    roller coaster


      Spoiler:
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: (nolietta) no pain this life will put me through will ever ever hurt like you   

Revenir en haut Aller en bas
 

(nolietta) no pain this life will put me through will ever ever hurt like you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Elena || Life is about pain and suffering
» Leave the pain behind and let your life be your own again ♥ THYBALT & HEIDI
» — bring me to life
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» Life in UCLA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-