AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (F) Jaimie Alexander ~ No one can hate you more than someone who used to love you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

rirat bien qui rirat le dernier

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1095
↳ Points : 938
↳ Arrivé depuis le : 29/12/2013
↳ Age : 25
↳ Avatar : Luke Mitchell
↳ Age du Personnage : 32 ans (72 ans) / 8 mai 1945
↳ Métier : tueur, assassin, homme à tout faire ; cible ; père, grand-père ; tricoteur à ses heures perdues
↳ Opinion Politique : l'argent n'a pas d'allégeance, l'argent n'a pas de provenance ; il n'y a que l'argent qu'il reçoit, ceux qu'il tue et ceux qui veulent le tuer
↳ Niveau de Compétences : Nv. 1 - 2 en occultation des sens, guérison et en manipulation des ombres - Max en exhibitionnisme
↳ Playlist : Feel Invincible - Skillet || I believe - Ron Pope || Jovial - Freddy Kalas
↳ Citation : « Difficile de trouver quoi que ce soit d'ordonné dans la mort. »
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Nolan A. Wiggins
↳ Couleur RP : #ff8c00



les petits papiers
↳ Copyright: (avatar) marelle
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: (F) Jaimie Alexander ~ No one can hate you more than someone who used to love you.   Mar 31 Jan - 23:07



« Chacun rêve de changer l'humanité, mais personne ne pense à se changer lui-même. »


pris ; • libre ; réservé

Anastasia Natacha Bolkonsky

© crédits
72 ans & 32 ans ━ skinchanger
ft jaimie alexander ━ négociable


↳ Lieu de naissance :
au choix, en Europe de l'Est, ex-URSS (Moscou, si tu veux aller au plus simple, une autre ville quelconque sinon;)
↳ Forme animale :
une hyène (négociable pour un animal agressif/dangereux/prédateur en cohérence avec l’histoire)
↳ Métier:
c'est une informatrice, pour le compte de tous ceux qui auraient les moyens de payer. Elle récolte des informations, lance des rumeurs, laisse traîner ses oreilles...
↳ Particularité :
Anya a un très fort accent russe que rien n'a jamais réussi à gommer chez elle, ce qui faisait d'elle une piètre espionne pour le KGB. En revanche, elle a toujours été extrêmement adroite, avec un équilibre hors norme et une habileté sans pareille pour se faufiler dans les moindres espaces : c'est une contorsionniste.
↳ Avis sur le Gouvernement :
elle ne lui prête pas vraiment d'attention mais n'hésitera jamais à travailler avec ses membres pour trahir les mafias ou la résistance si l'occasion, et le contrat, se présente. Son allégeance est celle de Georg
© atomic-squirrel

impulsive ☦ déloyale ☦ menteuse ☦ tacticienne ☦ manipulatrice ☦ extravertie ☦ joviale ☦ violente ☦ vulgaire ☦ jalouse ☦ rancunière ☦ perturbée ☦ radine ☦ sarcastique ☦ susceptible ☦ directe ☦ franche ☦ malhonnête ☦ joueuse ☦ déteste la solitude



la vie c'est comme une boite de chocolat


Petite silhouette perdue dans le noir, petite silhouette éphémère, petite silhouette discrète et invisible, Anastasia n'est qu'une ombre parmi les ombres, une ombre qui ne se remarque pas, une ombre qui traque, enjôle, tente et séduit, une ombre qui extirpe des lèvres des malheureux les informations qu'ils ont en sommeil dans leur esprit, une ombre qui se volatilise sitôt son forfait commis, ne laissant qu'une trace carmin en travers d'une gorge ou un esprit embrumé par l'alcool et la drogue.

Agent du KGB pendant la guerre froide, Anastasia est une orpheline recrutée par des sorciers pour ses talents en manipulation et en comédie. Actrice jusqu'au bout des ongles, contorsionniste, d'une souplesse enfantine préservée par la danse, cette danse dans laquelle elle s'est bien souvent immergée pour oublier, pour extirper de ses pensées des crimes et des meurtres dont elle avait été victime et principale investigatrice, elle s'est faite remarquer par son excellence. C'est une assassin, Anastasia, c'est l'une des nombreuses armes forgées par la Russie pour faire tomber leurs ennemis, jusqu'à ceux qui osaient infiltrer son territoire.

A dix-huit ans, on lui a présenté Andreï, partenaire d'entraînement, partenaire tout simplement, compagnon de souffrance et de meurtre. Ils ont vite découvert chez l'autre une violence et une souffrance dont ils se pensaient égoïstement les uniques possesseurs et il a été son premier véritable appui, son premier véritable ami, son premier véritable amant. Leur rivalité bonne enfant est devenue une rivalité vitale au fur et à mesure que les années s'écoulaient, une rivalité dans tous les domaines. Là où Andreï brillait, Anastasia ne cherchait qu'à progresser. Là où elle-même brillait, Anastasia cherchait à écraser son rival. Anastasia n’a longtemps su se définir qu’en contraste avec son meilleur ami, ne connaissant personne d’autre que lui, au final. Danse amusée entre les deux, danse qui gagnait sans cesse en intensité. Danse des corps la nuit, danse des corps le jour, danses des rires et des sourires dans un monde obscur de l'illégalité et de l'assassinat. Jusqu'au jour où elle s'est fait trahir, Anastasia, lorsqu'Andreï lui a confié qu'il allait être père, qu'il allait être époux, et qu'il n'allait en rien partager cela avec elle. Elle ne se définissait qu’en contraste avec lui, lui avait choisi de se définir seul. Trahison brutale, trahison amère, rancoeur insoutenable : la rivalité s'est transformée en guerre et il n'y a plus eu la moindre complicité, sans qu’Andreï ne le comprenne vraiment.

Trahie, Anastasia a voulu éclipser son partenaire. Trahie, elle a insisté pour être transformée un an plus tôt que prévu, pour s'éloigner de lui et de son bonheur de père. Trahie, elle est partie sans un mot, sans un regard pour lui, trahie, elle s'est pliée sans sourciller à tout ce qu'il exigeait de lui. On s'attendait à un félin, on s'attendait à de la souplesse, c'est dans la chair et l'esprit d'une hyène qu'elle s'est incarnée au terme d'une transformation aussi douloureuse que volontairement traumatisante. Victime d'un sorcier sans scrupule, ne voyant en elle que l'animal qu'elle était devenue, Anya n'a brandi sa nouvelle nature que pour mieux voir dans les yeux d'Andreï le regard envieux de celui qui n'allait bientôt plus avoir le choix entre se transformer et mourir. Conditionnée par la douleur à obéir, elle s'est retrouvée marquée d'un tatouage, d'un entrelacs complexe de courbes, de plein et de vides, un tatouage rappelant l'obéissance absolue qu'elle allait devoir avoir pour son maître et sorcier, pour celui qui portait en médaillon une réplique exacte de ce tatouage imprimé au fer rouge dans sa peau.

Désillusion à nouveau, lorsqu'à vingt-deux ans, soit un an après sa transformation, Andreï a été choisi par son sorcier pour devenir un métamorphe à son tour. Et là où la hyène ne pouvait être utilisée pour de la discrétion, pour de l'infiltration dans des villes et des campagnes européennes, le blond s'est vu gracié d'une forme passe-partout, bien moins menaçante et agressive mais bien plus adéquate pour un espion. Transformé en rat, il est devenu le favori de leur créateur commun. Soumis aux mêmes tortures qu'Anya cependant, ils ont été obligés de partager à nouveau la douleur et le traumatisme d'un conditionnement mental similaire, sans aucune complicité cette fois pour les maintenir à flots. Et une jalousie hurlante du côté d'Anya, une jalousie grandissante lorsqu'Andreï s'octroyait des soirées dans les bras de sa femme tandis qu'elle était contrainte à une solitude qui la rongeait.

Laissée de côté, vendue à des missions de moindre échelle, consistant davantage à vendre son corps pour appâter les agents étrangers ou soudoyer quelques contacts, Anya n'a pu que considérer d'un regard sombre un Andreï qui récoltait tous les honneurs et qui, malgré tout, se bornait à provoquer leur créateur pour s'en libérer. Entre Anya et Andreï, leur amitié n’était plus qu’un champ de ruines, qu’un cimetière et une guerre ouverte. Elle s’est persuadée, elle l’a persuadé, qu’ils se détestaient.

Mais lorsqu'il est parti en mission contre son gré aux Etats-Unis, lorsqu'il a dû laisser Lara et Roman, son fils, derrière lui, lorsqu'enfin Anya s'est retrouvée pour la première fois séparée durablement d'un Andreï qui l'avait vu grandir, lorsqu'elle a compris qu'il n'était parti que pour une mission suicide, au cœur du principal ennemi de l'URSS, lorsqu'en 1972 elle s'est retrouvée véritablement seule, sans Andreï, sans son sorcier, Anastasia n'a plus su que faire. Elle obéissait, parce que c'est ce qu'elle savait faire. Ce n'est qu'au milieu d'année 1973, lorsqu'elle a surpris une discussion concernant une potentielle compromission de la mission d'Andreï, qu'Anastasia a cédé à la tentation. Elle s'est enfuie, luttant contre son conditionnement et une douleur psychologique imposée par un traumatisme inculqué à l'animal, elle s'est définitivement fondue dans l'illégalité pour disparaître, traverser l'Europe, traverser l'Atlantique, rejoindre les Etats-Unis avec juste l'intuition d'un destin lié au russe, d'un destin lié à leur sorcier commun, d'un destin lié à l'abandon du KGB de cette équipe envoyée tuer le Président des Etats-Unis. C'est Anastasia qui aura laissé à Lara (la femme d'Andreï) de quoi trahir les employeurs d'Andreï, c'est Anastasia aussi qui lui aura laissé de quoi s'enfuir à son tour, lorsqu'Andreï tombera.

Parce qu'il est tombé, parce que leur sorcier est tombé, parce que lorsqu'Anya s'est réveillée en hyène, figée dans une forme animale qu'elle maîtrisait pourtant à merveille, elle a compris que ses deux seuls points de repère s'étaient évaporés et qu'elle était désormais perdue sur une terre inconnue, à la recherche d'un rat parmi tant d'autres.

Trente-neuf ans, trente-neuf longues années ont vu se dissoudre en elle toute humanité, toute pensée et réflexion. Trente-neuf années de déliquescence, trente-neuf années à être hyène, à penser comme une hyène, à se nourrir comme une hyène, charognard, solitaire et seule, horriblement seule, effroyablement seule. Libre, mais seule, libre mais prisonnière.

Elle n'a repris forme humaine qu'en février 2013, à la deuxième ouverture des portes de Darkness Falls, lorsque son sorcier s'est glissé hors de cet univers pour fouler à nouveau la Terre et la vie. Perdue, toujours perdue, elle n'a eu de cesse que de vouloir le fuir et surtout de retrouver Andreï, elle a fui comme elle a pu, suivant les hordes de réfugiés, évitant les hordes de zombies, jusqu'en Nouvelle-Orléans. Sa malchance l'a fait tomber en premier lieu sur Georg, son instinct l'ayant poussé jusque dans les bras du sorcier. Anya a retrouvé Georg dès son arrivée en Nouvelle-Orléans. Contrairement à bien de ses pairs, le sorcier n’était pas au Gouvernement, loin de là. Membre d’une des mafias, il s’était creusé un nid sans faire de vagues, sans prétention, un nid d’informateur pour ne vendre que des rumeurs, lancées ou entendues. Détestant sa solitude, Anya n’a même pas essayé d’échapper à Georg, trop heureuse de retrouver un visage connu. Elle sait que l’objectif de son sorcier est de retrouver Andreï, elle se doute bien qu’Andreï n’a en rien envie de retomber dans les pattes de Georg et elle sait enfin qu’elle n’a aucune idée de l’attitude qu’elle aura si elle se retrouve à nouveau face à son ancien compagnon. Elle n’aura d’ailleurs pas tardé à débusquer la trace d’Andreï, la Nouvelle-Orléans n’est pas si grande, Andreï n’a rien de discret lorsqu’on y pense et lorsqu’on le connaît. En revanche, elle garde pour le moment cette information pour elle.

Le conditionnement qu’ils ont subi, Andreï et elle, et qui les oblige à obéir à toute personne portant un médaillon représentant le tatouage qu’ils ont tous les deux à l’épaule, sur l’omoplate, les enferme plus sûrement que n’importe quelles chaînes et il y a une certain inéluctabilité dans leur avenir: Georg est et restera leur maître, quoiqu’il arrive; Anastasia n’imagine même plus qu’il puisse en être autrement.





les copains d'abord

↳ Ievseï Andreï ;
ft luke mitchell
Andreï n’a jamais su qualifier la relation qui l’unissait à Anya, lorsqu’ils étaient tous les deux jeunes et amants. S’il l’aimait ? Pas vraiment; c’était sa meilleure amie, sa partenaire en de nombreux domaines mais clairement, ça s’arrêtait là. Lara, sa femme, était l’unique femme de sa vie, même si ça ne l’empêchait pas d’aller voir ailleurs. Il n’a donc pas vraiment compris la réaction d’Anya lorsqu’il lui a annoncé son mariage, il n’a même pas compris le revirement de leur relation, cette escalade de l’agressivité et de la compétition entre eux. En revanche, ce qu’il a bien compris, c’est qu’Anya lui en voulait; énormément. D’elle, il n’a que des bons souvenirs, des souvenirs d’amant, de meilleur ami, de complicité et surtout de compréhension. Il n’y a qu’elle qui puisse le comprendre, et il n’y a toujours eu qu’elle qui pouvait le comprendre. Il ne se doute pas le moins du monde qu’elle est en vie; libéré du lien créateur/créature qui le liait à Georg, il n’a jamais songé à le chercher, il n’a toujours voulu que le fuir.

De son côté, Anastasia s’est vue confier par Georg la mission de retrouver Andreï. Ce qu’elle a fait. Elle l’observe, elle les observe, lui et les autres Ievseï. Elle ne sait pas comment le considérer, elle ne sait même pas si elle doit le haïr ou l’aimer, elle ne sait pas si elle veut le faire retomber sous la coupe de Georg ou savourer un peu plus sa liberté. Alors qu’elle s’amuse à mettre les mafias sur sa piste, en glissant ça et là des rumeurs sur les Ievseï, alors elle choisit de forcer un peu le destin en lui rendant pour le moment la vie impossible et en l’observant se dépatouiller. Un jour où l’autre, il coulera, Andreï, un jour où l’autre, il chutera, et lorsqu’elle reviendra dans sa vie, elle pourra lui tourner le dos et le trahir afin de remettre les scores à égalité.
↳Tchekov Georg (pré-lien à venir - peut être fait en scénar);
ft ralph fiennes
Un sorcier, celui qui l’a forgée, qui a fait d’elle un animal, qui a conditionné son esprit à l’obéissance aveugle, celui qui lui a préféré Andreï, qui l’a laissée sur le côté, celui qui l’a torturée puis abandonnée mais aussi celui vers qui elle est revenue d’elle-même, parce qu’elle se retrouvait seule dans un monde peuplé d’inconnus et qu’elle ne supportait plus cette solitude. Anastasia déteste Georg, mais c’est aussi l’un de ses seuls repères, avec Andreï. Elle le déteste, mais elle est ficelée à son autorité par le double lien d’obéissance, celui naturel de créature et créateur, et celui issu du conditionnement.
↳ Ievseï Roman ;
ft Damon Albarn
Le fils. La matérialisation de la trahison d’Andreï. Celui dont elle a sauvé la vie, malgré tout, lorsqu’elle a offert à Lara des preuves et des documents confidentiels à remettre à la CIA pour se voir octroyer la protection du programme de protection des témoins. Roman. Elle le déteste, si fort, celui qui n’a longtemps été pour elle, stérile, qu’une infâme progéniture qu’elle n’aura jamais. Andreï a été chanceux de pouvoir être père avant sa transformation, Lara a été chanceuse d’être celle dont Andreï est tombé amoureux, Roman est celui qui est chanceux d’exister, tout simplement. Si Anastasia reste profondément attachée à Andreï, si elle a toujours jalousée Lara tout en la respectant, Roman… elle sera ravie de recevoir un faire-part de décès.

Dommage aussi qu’il soit le seul des Ievseï à avoir remarqué le manège d’Anastasia autour d’eux. Elle l’observe, se dévoile même peut être un peu trop face au petit garçon devenu grand, surtout depuis qu’elle a compris que sa relation avec son père était… conflictuelle. Elle ne se gênera pas pour envenimer la situation, détacher complètement Andreï du reste des Ievseï.


_________________
Persona non grata, C'est quand on ne veut pas de toi Persona non grata Pour qui donc sonne ce glas ? Persona non grata Page blanche du trépas ►tété©️ by anaëlle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2620-andrei-constant-

rirat bien qui rirat le dernier

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1095
↳ Points : 938
↳ Arrivé depuis le : 29/12/2013
↳ Age : 25
↳ Avatar : Luke Mitchell
↳ Age du Personnage : 32 ans (72 ans) / 8 mai 1945
↳ Métier : tueur, assassin, homme à tout faire ; cible ; père, grand-père ; tricoteur à ses heures perdues
↳ Opinion Politique : l'argent n'a pas d'allégeance, l'argent n'a pas de provenance ; il n'y a que l'argent qu'il reçoit, ceux qu'il tue et ceux qui veulent le tuer
↳ Niveau de Compétences : Nv. 1 - 2 en occultation des sens, guérison et en manipulation des ombres - Max en exhibitionnisme
↳ Playlist : Feel Invincible - Skillet || I believe - Ron Pope || Jovial - Freddy Kalas
↳ Citation : « Difficile de trouver quoi que ce soit d'ordonné dans la mort. »
↳ Multicomptes : Rafael A. Morienval | Nolan A. Wiggins
↳ Couleur RP : #ff8c00



les petits papiers
↳ Copyright: (avatar) marelle
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (F) Jaimie Alexander ~ No one can hate you more than someone who used to love you.   Jeu 2 Fév - 11:10


les souhaits et exigences


tout est négociable, à condition que les changements soient justifiés il n'y a guère que les nom et prénoms qui soient totalement libres


(non mais regarde ce sourire de psychopathe puppy )
(oui, tu peux le dire, on saigne du nez et on se pâme )

© andreï c. ievseï


_________________
Persona non grata, C'est quand on ne veut pas de toi Persona non grata Pour qui donc sonne ce glas ? Persona non grata Page blanche du trépas ►tété©️ by anaëlle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2620-andrei-constant-

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: (F) Jaimie Alexander ~ No one can hate you more than someone who used to love you.   Ven 3 Fév - 0:05

SCENARIO PRIS, je déplace
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: (F) Jaimie Alexander ~ No one can hate you more than someone who used to love you.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(F) Jaimie Alexander ~ No one can hate you more than someone who used to love you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F) Jaimie Alexander ~ No one can hate you more than someone who used to love you.
» JAIMIE ALEXANDER - TESSAH CERSEÌD [HUMAINE]
» (f) Jaimie Alexander ♆ Meilleure amie (ex)
» JAIMIE ALEXANDER — Sometimes I wish for falling, wish for the release...
» Rachel Wallas - Feat. Jaimie Alexander

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Second Chapter :: The Reaping :: Scénarios :: Scénarios Pris-