AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 In the middle of the night. |Semiel|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 199
↳ Points : 74
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 29 ans en apparence & 784 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier; nettoyeur pour la Sakpata
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Babine ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: In the middle of the night. |Semiel|   Dim 5 Fév - 22:10


In the middle of the night.
In the middle of the night, I don’t understand what’s going on, it’s a world gone astray. ••• De nombreux événements avaient été à même de le bouleverser ces derniers jours. Des rencontres, des connaissances qu'il avait découvertes. Il pensait notamment à cette rousse, dans cette petite librairie qui ne payait pas de mine. Elle lui avait offert la possibilité de trouver des livres qui, normalement, n'étaient pas bien vu du Gouvernement. Qui étaient censurés en soit! Il ne connaissait toujours pas toutes les motivations de cette femme. Pourquoi avoir accepté de lui offrir ça ? Il restait plutôt interdit. Enfin, ce n'était pas vraiment le moment d'y penser. Il y avait autre chose que bien plus important. Ses pouvoirs. Il s'était rendu compte que les seuls acquis qu'il possédait aujourd'hui ne suffisaient plus. Certes, il était capable d'un minimum de guérison, de quelques illusions, d'une perception à peu près normale. Mais ce n'était plus assez. Le monde changeait à une vitesse folle, s'enfonçait dans des tourments de plus en plus violents. Même Darkness Falls et tout ce qu'il y avait vécu lui semblaient si... Doux. Et pourtant, il en avait vécu des horreurs en sept cent cinquante ans. Il en avait vécu bien plus qu'on ne pourrait l'imaginer, lui qui reprenait littéralement ses esprits dans cet Enfet, qui s'éveillait de vingt-cinq ans de sommeil. Réveil quelque peu brutal.

Il allait falloir qu'il s'entraîne. Et c'était quand même là que ça bloquait. Parce que certains pouvoirs étaient faits pour tuer. Et que lui, il avait quand même du mal avec cela dans la majorité des cas. A moins qu'on ne l'agresse, il y a très peu de probabilités qu'il cherche à tuer une personne. Sauf si c'est lié à la Sakpata. Mais là encore, c'était différent puisque souvent il avait à faire à des criminels. Donc, c'était aider la population que de s'en débarrasser. Bon, là, il essayait seulement de ne pas prendre toute la dimension de ce qu'il faisait. Même si, la plupart du temps, les mecs étaient déjà morts. Oui, le boulot de nettoyeur revenait à... Nettoyer. Pas forcément le plus glorieux mais au moins, il n'avait trop à se mouiller et pouvait très bien trouver des solutions pour s'en sortir. Il n'était plus stupide aujourd'hui et il comprenait comment fonctionner le monde. Et puis, au pire, son frère le démembrerait. Ce devait être douloureux n'empêche. Est-ce que ça l'était plus que d'être brûlé vif ? C'était une question importante, pour savoir s'il serait capable d'endurer ou non.

Enfin, tout cela pour expliquer pourquoi il était dans l'un des quartiers les plus mal-famés de la Nouvelle-Orléans. Les quartiers nords... Il les évitait. Et d'ailleurs, en tant que pompier, il y allait peu. Parce que le Gouvernement en avait marre de devoir réparer les véhicules à chaque sortie dans ces coins-là. Certes, cela n'arrivait que peu mais c'était déjà trop. Et aussi, avec les agressions par des personnes droguées ou bourrées... Pas franchement le coin le plus sympa quand on n'y était pas habitué. Vêtu de couleurs sombres, Orfeo s'engouffrait dans les ruelles, à la recherche de... D'il ne savait pas trop quoi en réalité. Il attendait le déclic, le moment où il saurait qu'il doit bouger. Pour le moment, il errait juste, laissant ses pensées vaguer à droite et à gauche. D'ailleurs, il se fit interpeller à plusieurs reprises, sans jamais s'en rendre compte ou en n'y prêtant aucune attention. Tout ça lui importait peu en cette soirée déjà bien entamée.

Et finalement, il aurait peut-être dû faire plus attention. Parce que ses pieds l'avaient mené dans des coins qu'il ne connaissait pas trop. Et il finit par se retrouver dans une impasse. Et... Ce qui devait arriver arriva. Un homme débarqua. Armé. Et il n'avait pas l'air d'être là pour enfiler des perles. L'italien le remarqua, tenta de passer outre. Sauf que l'autre n'avait pas l'air d'humeur à le laisser passer. Un poignard entra dans le champ de vision d'Orfeo. Et vu la carrure de l'arrivant... Il n'avait que peu de chances de s'en sortir avec seulement sa force physique, soyons réalistes... Et la poigne lui confirma cela. Les os de son poignet manquèrent de se briser sous l'impulsion. Et l'instinct de survie prit le dessus sur le reste, comme à chaque fois. C'était ce qui lui permettait la plupart du temps de ne pas mourir, d'aller au-delà de ses réticences. Laisser les illusions faire leur boulot. L'homme se détacha de quelques pas, l'air effrayé. Les coups de poignard furent donnés dans le vide alors qu'il se dirigeait vers d'autres rues. Sauf que... quelqu'un arriva à ce moment-là, se trouvant dans la ligne de mir du fou. Qui... S'en prit à lui. Quelques secondes, le temps qu'Orfeo réagisse et mette fin à l'illusion, mais cela fut suffisant pour que l'inconnu se fasse arracher ses vêtements. Et peut-être même blesser. Il parcourut les quelques mètres qui les séparait alors que son agresseur disparaissait :

"Je... Je suis navré de ce qui s'est passé. Je ne pensais pas que ça aurait une telle réaction..."

L'instinct de survie l'avait une fois de plus perdu. Bordel.


© 2981 12289 0

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: In the middle of the night. |Semiel|   Lun 6 Fév - 18:23


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT
FT Orfeo

"Mais vous pouvez faire quelque chose pour elle mon père n'est-ce pas?" L'inquiétude. La peur. La douleur dans le regard de cet homme, qui voyait sa petite sœur à peine adulte, à l'épaule ouverte et le torse tuméfié. Des blessures... pas moindres, qui avaient du mal à cicatriser et qui pourtant le faisaient. Il ne voulait pas savoir dans l'état qu'elle était quand son frêre l'a retrouvé...  Semiel a compris quand il a approché sa main baguée d'argent. Sa peau a commencé à nécroser et la gosse a serré les dents puis couiné. Peu importe de qui elle avait été victime, elle n'était plus humaine, et il ne pouvait plus rien pour elle..A part la tuer, il ne connaissait pas le remède pour cette espèce là... L'homme était perdu , désemparé, comme ayant appelé un homme de Dieu comme dernière solution, après avoir testé tout ce qu'il connaissait. Semiel la regarde, le cœur contrit, il avale sa salive et soupire. Ils ne veulent jamais comprendre. Il n'est pas Dieu. La gosse souffre et il ne peut rien y faire. C'est comme ça. La nature est cruelle, Dieu essaie parfois de la temporiser mais il n'a pas le droit d'influer sur le libre arbitre de chaque créature, les laissant aussi faire les choix et évoluer, sans quoi la vie serait inintéressante et dénué d'excitation et de beauté. Nous ne serions que des robots. On reproche à Dieu de ne pas soigner les maux du monde, mais on lui reprocherez aussi de nous diriger de A à Z. N'est-ce pas hypocrite, orgueilleux et injuste de ne lui demander que le bonheur. Avez-vous déjà prier pour Dieu pour des choses positifs, pour juste le remercier ou savoir si il va bien? Il devrait vous apporter la lune, mais vous ne lui apporter pas même un peu d'affection. Les enfers ne sont peut-être que sa conscience tuméfiée au final... dont vous êtes responsables, mais ça aussi , l'humain s'en défausse... Et pourtant Semiel continue de servir Dieu parce qu'il est bien plus humain que ces mêmes humains ou autres êtres le pensent. Du moins le croit-il et c'est tout ce qui compte. Avoir le foi. Une foi bien inutile dans ce cas.

Et c'est dans le silence qu'il quitte l'appartement fétide, après avoir laisser le nom d'une femme qui serait plus à même de trouver une solution à son problème. Une vieille métamorphe... elle pourrait au moins apprendre la théorie à la môme. Perplexe, habillé en civil comme 90% du temps, mais dont le justificatif de prêtrise était bien garder dans son blouson au cas où, Semiel réfléchit à une solution pour aider la petite, se demandant quand est la prochaine pleine lune. D'ordinaire, il le sait mais trop de choses se sont passées dernièrement et ne font que le perturber davantage dans sa prise de repères temporelles. Il n'a pour aussi dire aussi aucune heure de sommeil, ni de repas, il est devenu prêtre H24 depuis quelques temps. Et quelque chose l'observe. Autre que ce fichu fantôme psychotique qui le poursuit depuis qu'il a foiré son exorcisme. Comme s'il n'avait pas pu exorciser un gentil paysan qui s'est pendu par amour pour sa femme et qui ne demande que le repos, non lui, il a exorciser un mec enfermé dans un asile et qu'une gamine a trouvé bon de piétiner les os en se baladant pour le frisson dans ce lieu. Résultat, il l'a privé de la môme et l'a suivi , refusant de le posséder lui , trop occupé à lui pourrir la vie. Et vu que Semiel ne sait pas mettre sur Off ses dons de perceptions de fantômes, il voit une fois sur deux sa tronche aplatie et mutilée quand il prend un virage dans les rues. Tu parles d'un glamour....

Sauf que là, ce n'est pas Bawdy qu'il va croiser mais un type qui s'enfuit, un type au couteau fou. Pas le temps de comprendre ce qui se passe, il observait une vitrine fraichement explosée de la veille, continuant son chemin, que ce cinglé a débarqué de nulle part comme pris de folie, et vas y donc que je te mitraille l'air de ma lame, sauf ... oh ! Bah c'est plus l'air!? Le souffle du jeune prêtre se coupe et il serre les dents, plaqué courtement contre le mur effrité. La lame repart, après avoir fait subir à ses fringues, mais c'est pas franchement ce qui le préoccupe dans l'immédiat. Ni ça, ni la gueule de son agresseur, ou la raison de sa folie passagère ou non... La main appuyée sur son épaule gauche, il compresse fortement le sang qui coule. En plein dans le mile, droit, sec , mais pas profondément. Cela n'a pas traversé mais sa saigne quand même... Ah putain de Dieu. Pardon mon père. Il blasphème mais ça fait foutrement mal aussi! Il a un peu perdu l'équilibre sur le coup, et quand il se relève, il entend cette voix... Le visage aux traits tirés, témoignant d'une douleur, le sang s'écoulant un peu entre ses doigts, il le regarde de biais et s'appuie finalement contre le mur en question.

"C'est rien... c'est ... rien. Tout... va bien." En fait non , mais on ne change pas la nature d'un homme n'est-ce pas? Il grimace un peu plus et souffle. Ok. Il en a vu de pire. De bien pire. Il a juste l'impression que son bras s'effiloche sous la douleur qui remonte dans sa nuque et qui semble vouloir lui liquéfier le cortex, mais hormis ce détail futile, ce n'est rien! Un regard sur ses vêtements et il expire comme si une seconde nature blasée mais positive s'allumait instinctivement en lui. Son relativisme de prêtre. "J'avais besoin de chiffons pour mes poussières, j'attendais juste que quelqu'un m'agresse..." Il sourit un peu en coin, le regard tout sauf rancunier, et cligne plusieurs fois des yeux, se sentant pris d'un léger vertige, posant sa main tachée de sang sur le mur. "Un peu d'aide serait pas de refus en revanche... Je suppose que je suis ... un dégât collatéral? La question est ... de quoi...?" Il remonte un regard sur l'inconnu qui semble vraiment désolé. Est-ce qu'il a essayé de tué ce type qui a paniqué et s'est enfui? Qui est la victime entre lui et le furieux au couteau? Pourquoi est-ce qu'il paraissait affolé comme ça? Son bras se colore lentement de rouge, un rouge sombre. Il a vu pire comme blessure, mais Dieu que ça pique. Heureusement qu'il n'a fait que l'érafler pour le reste. Sa chemise tire la gueule mais il dirait que c'est ... un hamster enragé... genre gros mutant de la pleine lune... sans... la pleine lune. Il n'en parlera juste pas en fait. Toutes les excuses qu'il trouvera seront pourries.

✝yzua
Revenir en haut Aller en bas
 

In the middle of the night. |Semiel|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-