AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let me share your pain - Shae & Laura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 302
↳ Points : 410
↳ Arrivé depuis le : 21/05/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Kate Winslet
↳ Age du Personnage : 44 ans
↳ Métier : Travaille dans une association qui s'occupe des adolescents à la rue
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement, Résistante
↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
Oltremare - Ludovico Einaudi
When We Were Young - Adèle
↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
↳ Couleur RP : #eccef5



les petits papiers
↳ Copyright: Cornel & TUMBLR
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Let me share your pain - Shae & Laura   Dim 5 Fév - 23:31


Elle ouvre les yeux. Son souffle erratique résonne dans l’appartement douloureusement silencieux. Son sang bat à ses oreilles, rappelant douloureusement le bruit de ce vent mortellement froid. Elle ne bouge pas, son corps trempé d’une sueur froide, la cicatrice sur son bras pulsant avec violence. Elle tente de reprendre son souffle, le corps encore tremblant et grimace en ramenant ses bras autour d’elle. Les larmes lui montent aux yeux, débordent et roulent le long de ses tempes avant de s’écraser dans un petit bruit sourd sur son oreiller. Ses larmes silencieuses ne lui apportent aucun réconfort. Il y a déjà trois jours qu’elle est enfermée dans cet appartement, le corps et l’esprit brisés. Elle a croisé Lazlo, en rentrant chez elle, accompagné de Tristan et n’a pas eu la force de s’approcher des deux jeunes hommes, simplement rassurée de savoir son ami entouré. Elle s’est contenté de rentrer chez elle et de se cloitré dans son appartement. Elle n’a parlé à personne. N’a pas cherché à voir Ange, ni aucun des membres de son arène. Son temps s’est partagé entre les larmes, les cauchemars, les crises de paniques et les larmes à nouveau. Elle n’a pas même pas pris le temps de regarder sa plaie.

Elle est si fatiguée de ce monde. Si fatiguée de ne pas se souvenir d’elle-même, de ne pas être capable de ressentir autre chose que de la peur, de la culpabilité ou de la pitié pour elle-même. Si fatiguée d’être seule. La faim la tiraille douloureusement et elle tremble quand elle se redresse. Elle sert son bras gauche contre son ventre, le berçant comme un enfant. Elle sait que quand l’état de choc commence à s’éloigner. Elle le sent dans ses os, dans ses muscles, dans son cœur. Elle sent que la peur et que la tristesse, laisse peu à peu la place à une colère froide et à une rage sombre qui si elle ne fait rien pour les contenir finiront par la dévorer tout entière. Alors, aujourd’hui, elle se lève. Elle se lève et s’enferme dans sa salle de bains. Elle croise son reflet et retient une grimace. Elle fait peur à voir. Elle a certainement perdu du poids pendant ces arènes et les cernes d’un violet profond qui s’étendent sous ses yeux lui donne dix ans de plus, sans compter ses cheveux qui sont dans un état de crasse effrayant. Elle soupire. Glisse une main fatiguée sur son visage et s’assoit sur le bord de la baignoire. Avec des gestes lents et soigneux, elle défait le bandage qui entoure son bras, juste en dessous du coude. La cicatrice est là, bourrelet d’un rouge soutenu, d’une largeur de deux centimètres et qui entoure tout son bras. Les mages soigneurs lui ont dit qu’il ne pouvait rien faire de plus, que la marque resterait probablement et que ses tendons et son muscle avaient été abîmés. Oh, elle le sait. Elle sait aussi que son cerveau a été abîmé. Les douleurs fantômes qui l’empêchent de s’endormir ou qui la réveillent en pleine nuit sont là pour lui rappeler qu’elle était censée l’avoir perdue. La marque sur son flanc, quant à elle, les deux demi-lunes d’une mâchoire s’enfonçant profondément dans la chair, disparaîtront probablement avec un peu de temps. Elle se décide finalement à prendre sa douche.

L’eau chaude, lui a fait du bien et quand elle sort de l’appartement quelques minutes plus tard, elle se sent un peu plus elle-même. La rage quant à elle, ne l’a pas lâché. Elle la sent sourdre, lourde et amère dans sa bouche. Elle avance, ne s’attarde pas sur le batifolage du jeune couple qui habite l’appartement d’à côté. En temps normal, elle aurait souri devant cet amour si frais, jeune, plein d’une passion qu’elle ne peut que trouve belle, mais sa faim commence à se faire impérieuse et elle ne souhaite pas prendre le risque de se nourrir sur eux. Elle sort de son immeuble et hésite sur le pas de la porte. La voilà. La voilà, la peur qu’elle appréhendait tant. Le voilà, le carburant de cette colère qui menace de la submerger tout entière. Elle hésite, le cœur battant, jette des coups d’œil à droit, à gauche. Laura tord ses doigts, tremble un peu, le souffle court avant de sortir. Le soleil effleure son visage et elle se mord la lèvre inférieure. Pour la première fois depuis qu’elle est sortie, elle a envie de sourire, mais elle n’en a pas la force. Elle baisse la tête et avance lentement. Elle sait où elle doit aller. Elle rentre dans le premier bordel qu’elle croise et attend. Elle attend une personne en particulier. Le mac sort de son bureau et s’avance dans l’entrée comme un roi déambulerait dans son château. Le sourire de Laura se fait carnassier et elle s’approche de lui. Elle n’a toujours pas compris comment il peut ne pas avoir compris ce qu’elle fait. Elle se nourrit sur lui depuis plusieurs mois maintenant. Depuis qu’elle a compris qu’il engageait des mineures et que plusieurs Peacekeeper venaient passer des soirées dans son établissement. Elle laisse sa main droite glisser le long du bras de l’homme et commence à se nourrir. Instantanément, elle est envahie par le désir qu’il a pour elle et retient un haut-le-cœur. « Bonjour, Greg… » Elle lui adresse un grand sourire. « Comment vont tes filles ? » Elle a décidé d’aider les gamines qui travaillaient pour lui pour essayer de se faire pardonner de ne pas les libérer de son emprise. Depuis qu’elle a commencé, les filles n’ont plus de maladies et ont de quoi se protéger, et même si c’est peu, c’est déjà tellement plus que ce qu’elles avaient avant qu’elle n’arrive. Elle écoute attentivement ce qu’il lui dit tout en se gorgeant de son énergie. Quand elle voit que la sueur commence à perler sur son front, elle s’arrête. Elle est presque rassasiée et le soulagement lui tombe dessus, accompagné d’une vague de fatigue. Le fonctionnement est toujours le même, éternel recommencement : elle se nourrit, culpabilise et se retrouve épuisée après avoir mangé. « Très bien… Je viendrais demain avec le nécessaire. » Elle retire sa main de son bras.

Elle sort en chancelant du bordel et s’en éloigne rejoignant une artère plus animée. Elle regrette presque instantanément son choix. Trop de monde, trop de bruit, trop d’odeur. Elle se plaque contre un mur et respire lentement pour tenter d’apaiser la crise d’angoisse qu’elle sent monter. Elle ferme les yeux pour les rouvrir aussitôt. Ses yeux dérivent cherche un point d’ancrage et se pose sur une chevelure qu’elle connaît. Shae. Elle ne réfléchit pas et le cœur gonflé d’un sentiment qu’elle n’est pas certaine de vraiment comprendre, s’avance le visage de Shae est tout aussi marqué que celui de Laura, mais au lieu de la vieillir, il lui rajoute un charme mélancolique. Ce mélange de joie, de colère et d’une sorte de tristesse douce-amère, lui met les larmes aux yeux quand elle pose doucement sa main sur le bras de la jeune femme. « Shae ? » Elle essuie ses joues de ses paumes, se retenant de serrer la jeune femme dans ses bras. Bizarrement gênée, alors qu’elles ont partagé tant dans cette arène. Les images du visage inquiet, en larmes de Shae lui tenant la main et la forçant à rester consciente pendant que Callum tranchait son bras lui reviennent en mémoire. « Je… Je suis tellement contente de t’avoir retrouvé… » Elle glisse un doigt sur la joue de la jeune et repousse une mèche derrière son oreille. Elle ne lui demande pas comment elle va, consciente qu’elle doit être dans le même état ou presque qu’elle. La présence de Shae, la repousse dans ce rôle maternel qui lui sied si bien. Elle se redresse respire un grand coup et sourit tendrement à la jeune femme. « Tu as l’air épuisé. » Elle soupire. « Je ne dois pas être mieux, tu me diras. » Elle frotte doucement le bras de la jeune femme, luttant encore contre son envie de la serrer contre son cœur. « Tu veux aller boire quelque chose ? Ça te fera du bien et… On pourra discuter… Enfin, si tu en as envie bien sûr. » Sa voix, adoucie par l’inquiétude, n’est pas pressante. Elle pourrait tout à fait comprendre que la jeune femme n’ait pas envie de passer du temps avec qui que ce soit lui rappelant cet évènement traumatisant.

_________________

Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 423
↳ Points : 394
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Avocate
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: DarkShines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Sam 11 Fév - 16:59

Shae rase les murs de Bourbon Street et évite les passants autant qu’elle le peut. Elle ne supporte plus le bruit, les éclats de voix, le moindre tintement la fait sursauter. Elle n’est plus sûre que c’est une bonne idée. Elle veut rentrer. Pourtant quelque chose en elle la pousse à continuer à avancer.
Sortir de chez elle est encore douloureux. Parfois, elle n’y arrive pas. Parfois elle reste encore cloîtrée dans son appartement. Mais doucement, pas à pas, elle a appris à retrouver le monde extérieur, à retourner travailler, à réapprendre à vivre. Elle se souvient quand l’exaltation de Bourbon Street était son oxygène. Elle adorait l’excitation qui animait ce quartier constamment, surtout une fois la nuit tombée. Aujourd’hui, cette excitation équivaut à du danger pour elle. Elle ignore combien de temps encore il lui faudra pour que la blessure dans son âme cicatrise. Celle sur son flanc lui rappelle, tous les jours, ce qu’elle a traversé. Peut-être qu’au fond, elle ne sera jamais plus la Shae qu’elle était. Une deuxième mort, une deuxième transformation. Et pourtant elle se battait, déterminée à ne pas laisser le Gouvernement prendre qui elle était. Certains jours, comme aujourd’hui, c’était juste plus difficile que d’autre.
Certains passants la regardaient avec insistance. Elle était connue, désormais. Elle était passée à la télé. Le début de la gloire. Il y avait presque de quoi être jaloux, pas vrai ? Quelle connerie. S’ils savaient. Elle aurait tout donné pour échanger sa place, pour ne pas se retrouver dans cette arène. Et ce qu’elle voyait dans la plupart des regards qui la suivaient, c’était de la pitié. Elle ne voulait pas de leur pitié. Elle voulait qu’ils l’oublient. Continuez votre chemin, messieurs dames, y’a rien à voir. Juste une jeune femme un peu plus cassée qu’avant, mais ça va s’arranger, pas d’inquiétude. L’alcool aidant, ça finit toujours par s’arranger, pas vrai ?

Soudain, une main se pose sur la jeune femme qui sursaute en se retournant, prête à se battre pour sa vie. Mais la peur se transforme vite en une vague d’émotions. Au premier rang desquelles, la joie. Shae se fige devant Laura. Les souvenirs affluent en masse, la submergent. Laura, qui dans l’arène a pris son rôle de maman dès les premières minutes. Laura, qui avec un dévouement sans failles, les a soutenus, tous, pendant qu’ils essayaient de survivre. Laura, dont Shae a tenu la main et épongé le front pendant que Callum lui coupait le bras. La jeune avocate baisse instinctivement les yeux vers le bras en question. Heureuse de voir qu’il est là. Heureuse de voir Laura en vie et avec tous ses membres. Elle voudrait lui sauter au cou, mais n’ose pas. C’est la femme de Roman. Elle l’a cherchée pendant des mois et des mois. Elle lui doit énormément, dans cette arène.
« Je… Je suis tellement contente de t’avoir retrouvé… »
Shae sourit au geste tendre de Laura et acquiesce d’un signe de tête. Oh, elle aussi, elle est contente de l’avoir retrouvée. Elle n’a pas cherché à retrouver les autres membres de l’arène, ses compagnons d’infortune, trop occupée à panser ses propres plaies. Mais voir Laura lui rappelle quel point elle a tissé des liens avec ces inconnus. Ils comptent pour elle, maintenant.
« Tu as l’air épuisé. Je ne dois pas être mieux, tu me diras. »
Effectivement, elles ont l’air dans le même état pitoyable l’une que l’autre. Epuisée, apeurée. Mais vivantes. Battantes. Laura propose un verre et Shae acquiesce vivement.

« Oui, bien sûr, j’en ai envie ! Viens, je connais un café sympathique et tranquille pas loin. »
Et les deux femmes entament leur trajet, côte à côte. Shae a du mal à détacher ses yeux de Laura. Elle sourit doucement.
« Je suis contente de voir que ton bras est à sa place », lâche-t-elle, peut-être un peu maladroitement. « Je n’ai vu personne depuis que je suis sortie. Je ne savais pas ce que vous étiez devenus. Il faut dire, j’étais une sacrée loque, pendant un moment. Mais je…j’ai pensé à toi, tous les jours. »
C’était vrai. Elle n’avait pas arrêté de penser à eux. A Tristan et Eamon. A Laura. A Callum. Elle se demandait s’ils allaient bien. S’ils étaient comme elle, perdus, en colère, effrayés. Elle se demandait si Laura avait retrouvé Roman, si Roman avait retrouvé Laura. Elle l’espérait, au fond d’elle-même. Elle espérait ce happy ending dans ce monde de merde.
« Ils n’avaient pas le droit de faire ce qu’ils nous ont fait. J’arrête pas de revenir en arrière et…tu sais, tout ça pour quoi ? Pour l’expiation de je ne sais quelle connerie. C’est…j’essaie d’aller de l’avant. Comment tu vas, toi ? Tu as pu…retrouver ta famille ? »
Elles arrivèrent devant le café en question et Shae invita Laura à entrer. L’endroit était calme, peu de clients à l’intérieur, et le patron était réglo. Elles s’installèrent à une table un peu à l’écart.

_________________


We won't abandon this ship, We are unsinkable
Bring on the storm, We are unsinkable
Between the devil And the deep blue
Soul search and rescue
We are, we are
Unsinkable



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 302
↳ Points : 410
↳ Arrivé depuis le : 21/05/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Kate Winslet
↳ Age du Personnage : 44 ans
↳ Métier : Travaille dans une association qui s'occupe des adolescents à la rue
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement, Résistante
↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
Oltremare - Ludovico Einaudi
When We Were Young - Adèle
↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
↳ Couleur RP : #eccef5



les petits papiers
↳ Copyright: Cornel & TUMBLR
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Sam 4 Mar - 3:04


Les réactions attendries de Shae face à ses gestes de tendresse rassurent Laura, ce qu’elles ont traversé est tellement plus gros, plus grand qu’elles deux que si la jeune femme avait repoussé son ainée, Laura n’aurait pas su quoi faire. Le coup d’œil rapide de Shae sur son bras lui tire une grimace. Bien sûr, qu’elle allait s’inquiéter du membre manquant de la blonde. La plupart des gens qu’elle croisait dans la rue regardaient son bras avec insistance, surpris de voir la quadragénaire avec tous ses membres. Surpris aussi de la voir dehors, probablement. Elle suivit le mouvement lancé par Shae, marchant au rythme de la jeune femme. Simplement heureuse de la voir debout, en bonne santé et en un seul morceau. Elle avait cru les perdre tous. Elle avait cru, qu’elle ne se remettrait pas de la morte de tous ces gens qu’elle avait appris à aimer durant ces quelques jours. De la mort de ceux qu’elle aimait déjà avant. Son cœur se serra à la pensée de Lazlo et Ange, tous les deux profondément marqué par l’évènement aussi. Elle laisse échapper un rire quand Shae fait une remarque sur son bras. « Je suis toute aussi contente que toi de le voir là où il est censé se trouver ! Après tout… Pas de bras, pas de chocolat ! » Elle baisse la tête, honteuse de cette petite blague, parfaitement stupide qu’elle vient de faire. Son état psychologique doit être plus grave que ce qu’elle pense pour avoir été capable de sortir une telle idiotie. Le fait que Shae ait pensé à elle, à chacun d’entre eux, lui réchauffe le cœur plus qu’elle ne saurait le dire. « J’ai beaucoup pensé à vous, moi aussi. Je ne suis pas beaucoup sortie non plus, ne t’inquiète pas. Je pense qu’après ce genre d’expérience, nous avons tous eu besoin d’un peu de temps pour panser nos blessures… Au propre comme au figuré. » Elle laisse ses lèvres esquisser un sourire triste, ils avaient tous été si violemment projetés dans la réalité de la folie de leur gouvernement. Ils avaient tous pris de plein fouet la violence avec laquelle les dirigeants de ce qu’il restait du monde, était capable de traiter les derniers survivants d’un monde dévasté. La voix de Shae, comme un écho tangible de ses pensées, la sort de ses pensées et la ramène à la réalité.

Le café dans lequel la plus jeune l’emmène est peu fréquenté, assez calme et les serveurs s’empressent de prendre leur commande. Comme à son habitude Laura demande un thé, qu’elle boira lentement, forçant le liquide au gout de cendre dans son estomac. Elle refuse de laisser tomber ce dernier rituel qui semble la maintenir illusoirement dans sa condition d’être humain. « Non, vraiment, ils n’avaient pas le droit… » Elle secoue la tête, la colère suintant dans chacun de ses mots. « Pour quoi ? Mais pour la même raison qu’il y avait les Hunter Seasons avant, ma chérie. » Le petit mot tendre est sorti tout seul et elle pince les lèvres, espérant que Shae ne sent offusquera pas. « Pour faire peur au petit peuple, amuser les puissants et appuyer une fois de plus le pouvoir d’un gouvernement malade sur un peuple terrorisé ! » Elle baisse d’un ton, ne souhaitant pas se faire embarquer par la police pour avoir tenu des propos révolutionnaires en pleine rue. La question de Shae lui brise le cœur.

Il y en avait eu des gens attirés par sa toute nouvelle célébrité. Ils étaient venus lui parler, c’était fait passer pour ses proches. Elle avait croisé plus de jeunes filles blondes d’environ vingt ans en deux semaines que durant toute son existence et, si les premiers temps, elle avait été pleine d’un espoir fou que peut-être ses enfants ou son mari, l’avait vu à la télé, elle avait finalement perdu espoir, la déception menaçant de l’engloutir. Alors, elle avait appris à baisser la tête, à ne pas répondre quand on l’appelait dans la rue, à fermer son cœur et ses yeux, aux adolescentes, à ne plus se laisser avoir par des yeux bleus et des cheveux bruns. Elle avait même commencé à abandonner l’espoir de les retrouver un jour. Les arènes avaient été un programme obligatoire, diffusé sur toutes les chaines, en direct d’abord puis en rediffusion par la suite. Elle était heureuse de ne pas disposer d’un poste dans son appartement dépouillé. Elle n’aurait pas supporté de revoir les morts de Lazlo, Callum, Shae, Eamon, Tristan ou Ange, mais si ses enfants n’étaient pas venus la chercher, quand tant de gens l’avait fait, ça voulait probablement dire qu’il n’en avait plus rien à faire. Peut-être avaient-ils refait leur vie tous autant qu’ils étaient ? Peut-être avaient-ils oublié la femme qui avait été leur femme, leur mère... Elle se secoue hors de ses pensées, ravivant la flamme de sa colère, peut-être qu’on les avait empêchés de venir aussi. Peut-être que le gouvernement, si malade qu’il enfermait des gens dans des rêves où ils se faisaient tuer par toutes sortes d’illusion horrible, avait empêché sa famille de venir à sa rencontre. « Je… Je ne sais pas, je suis juste tellement fatigué par tout ça. Tellement en colère aussi. J’ai envie de briser quelque chose, de leur faire mal aussi fort qu’ils nous ont blessés. J’ai envie de faire exploser un truc, de hurler sur le monde pour nous avoir forcé à vivre ce genre de chose. J’ai envie de… Tellement de choses qui ne sont pas moi… » Elle soupire et se prend la tête entre les mains. « Pour ma famille… Non, toujours pas… Je… Beaucoup de gens sont venu, m’ont dit être mes proches pour qu’ensuite, il s’avère que non. J’ai arrêté d’accepter les visites, il n’y a qu’une certaine dose de souffrance qu’un cœur peu supporter. »

Elle détourne pudiquement les yeux, et accueil le serveur avec un sourire forcé. « Merci. » Elle laisse le sachet infuser l’eau brulante, observe le brun de la théine envahir la pureté de l’eau et ne peut s’empêcher de faire le lien avec sa nouvelle nature qui pervertit tout autour d’elle. « Je veux dire… Je ne suis pas prête à revivre la déception de prendre une nouvelle gamine de 15 ans pour ma fille… Pour qu’après je me rende compte qu’il ne s’agit que d’une inconnue venue voir à quoi ressemble une survivante de l’arène. » Elle retire le sachet et avale une gorgée, trop chaude, de thé. « Tu as revu Callum quand même ? J’avais cru comprendre que vous étiez plutôt proche tous les deux. » Elle laisse un sourire tendre étirer sa bouche, tout est bon pour éloigner ses pensées de ses enfants perdus. « Tes proches ont été là pour te soutenir après cette épreuve ? Tu n’étais pas seule rassure moi ? » Son inquiétude est réelle, l’idée de Shae, seule chez elle, avec pour toute compagnie sa peine, sa douleur et sa peur, lui brise le cœur.

_________________

Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 423
↳ Points : 394
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Avocate
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: DarkShines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Sam 18 Mar - 21:01

Laura avait eu un retour à la vie normale difficile elle aussi. Cela rassurait Shae, d’une certaine manière. Savoir qu’elle n’était pas la seule à être restée cloîtrée dans son appartement pendant des jours. Savoir qu’elle n’était pas la seule à ne pas trouver le sommeil certaines nuits.
Leurs commandent partirent et Laura parlait, et chacun de ces mots pansait un peu plus le cœur de l’avocate. Oui, ça n’avait été qu’une autre saison des Hunter’s Seasons. Sauf que les morts avaient été fictives cette fois. Mais la douleur, la déchirure, la cassure dans leur cœur et dans leur âme, elle était bien là. On leur avait pris quelque chose dans cette arène, et ils n’avaient pas le droit. C’était cette injustice qui tuait Shae à petit feu. Elle avait déjà été confrontée à l’injustice. Bordel, elle était confrontée à l’injustice tous les jours dans son métier. Et c’était précisément pour cela qu’elle avait choisi d’être avocate, pour réparer l’injustice. Et puis elle avait été touchée de plein fouet, avec le meurtre de Rebecca. Avec Darkness Falls, qu’elle ne méritait pas. Et maintenant, ça. Encore une injustice, encore douloureuse. Shae était en colère. Elle était apeurée comme une gamine, attendant en tremblant la prochaine injustice, la prochaine déchirure. Cela ne s’arrêterait donc jamais.

Laura semble partager cette colère, ça se sent dans ses mots, dans sa voix, dans cette tension qui semble habiter son corps quand elle en parle. Shae a un pincement au cœur en la voyant comme ça. Elle s’est vraiment attachée à Laura. Même avant de savoir qu’elle était la femme de Roman. Il y avait tellement de douceur chez elle que Shae s’était sentie en sécurité. Laura les avait portés, tous, jusqu’au bout, même alors qu’elle venait de perdre son bras et qu’elle souffrait le martyre. Elle avait été un exemple et Shae lui en serait éternellement reconnaissante. Laura, d’entre eux tous, ne méritait pas ce qui lui était arrivé dans cette arène.
« Pour ma famille… Non, toujours pas… Je… Beaucoup de gens sont venu, m’ont dit être mes proches pour qu’ensuite, il s’avère que non. J’ai arrêté d’accepter les visites, il n’y a qu’une certaine dose de souffrance qu’un cœur peu supporter. »
La colère rafflua, plus forte. Evidemment, c’était à prévoir, les gens feraient n’importe quoi pour leur quart d’heure de célébrité. Mais c’était dégueulasse. C’était irrespectueux. Et Laura avait du en souffrir énormément. C’était rageant, en fait. Et la jeune avocate se sentit coupable. Parce qu’elle les connaissait, elle, les vrais proches de Laura. Sa vraie famille. Son mari et ses enfants, elle les connaissait. Elle aurait pu, elle aurait du amener Laura vers eux. Mais pourquoi Roman n’était-il pas venu voir sa femme ? Il la cherchait depuis des années. Qu’est-ce qu’il foutait, putain ?

« Tu as revu Callum quand même ? J’avais cru comprendre que vous étiez plutôt proche tous les deux. Tes proches ont été là pour te soutenir après cette épreuve ? Tu n’étais pas seule rassure moi ? »
Deux questions auxquelles Shae ne sait pas trop que répondre, alors elle se contente de sourire et de hausser les épaules dans un premier temps.
« J’ai pas revu Callum non. On est…c’est compliqué. Je sais pas où il est et de toute évidence, il ne veut pas me voir, donc. Tant pis. Mais il y a des gens qui m’ont soutenue oui. Heureusement. Je me serais brisée en mille morceaux sinon. Il y a…il y a quelqu’un à qui je tiens beaucoup, et on s’est disputés juste avant l’arène. Il était dans une autre arène. On…il est venu me voir. »
Elle sourit timidement. Garret comptait énormément pour elle. Elle l’avait vu tard, presque trop tard. Elle soupira ; c’était toujours compliqué avec Garret. Ou c’était elle qui était compliquée. Elle ne savait pas trop. Mais au moins, elle avait quelqu’un. Elle baissa les yeux et les releva vers Laura, avant d’inspirer un coup.
« Laura, je….ça fait des années que je te cherche, en fait. Je connais ton mari. Ta famille. Je les connais, on est amis, et je…quand tu as disparu, on t’a cherché partout, et…et je t’ai pas trouvée. Je suis désolée. J’ai pas réussi. Je te dois des excuses et je dois des excuses à Roman. »
Elle baissa de nouveau les yeux et but une gorgée de sa boisson, espérant faire passer la boule qui se formait dans ses tripes et dans sa gorge.

_________________


We won't abandon this ship, We are unsinkable
Bring on the storm, We are unsinkable
Between the devil And the deep blue
Soul search and rescue
We are, we are
Unsinkable



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 302
↳ Points : 410
↳ Arrivé depuis le : 21/05/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Kate Winslet
↳ Age du Personnage : 44 ans
↳ Métier : Travaille dans une association qui s'occupe des adolescents à la rue
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement, Résistante
↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
Oltremare - Ludovico Einaudi
When We Were Young - Adèle
↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
↳ Couleur RP : #eccef5



les petits papiers
↳ Copyright: Cornel & TUMBLR
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Ven 5 Mai - 1:21


Laura garde les yeux fixés sur la rousse et son cœur se serre quand elle voit l’effet qu’ont ses mots sur Shae. La colère qui suinte dans ses paroles, la rage qui bout dans son ventre, la haine qui monte et monte et monte, ces émotions ne sont pas elle. Elle le sait. Quelque part au fond d’elle, elle sait que la femme qu’elle était avant n’était pas une femme de haine, ni de rage. Elle était en colère contre ce gouvernement et ce qu’il faisait aux gens qui vivent sous son joug, puisqu’elle avait rejoint un groupe de résistant, mais jamais, jamais, elle n’avait ressenti une haine si forte et une rage si violente. Elle penche la tête en arrière, s’aveugle quelques secondes avec la lumière du soleil néo-orléanais avant de reporter son regard sur sa jeune compagne.

La culpabilité qu’elle lit sur les traits de Shae, quand elle évoque les gens venus de partout pour la voir, la surprend. Elle fronce les sourcils quelques secondes, mais son visage se déride quand Shae commence à parler. «  Oui, j’avais cru comprendre que ce n’était pas si simple que ça… Je n’ai pas encore essayé de le contacter et comme je n’ai pas encore repris le travail, je n’ai pas encore eu l’occasion de tomber sur lui. Tu es la première que je croise de toute façon. Peut-être qu’il s’est enfermé et qu’il fait l’ours jusqu’à être assez costaud pour ressortir au grand jour. » Elle hausse les épaules, inquiète pour le jeune homme, mais consciente qu’il est plus costaud qu’il n’y parait. Elle sourit amusée devant le sourire timide de Shae et ses joues rosies. L’Apocalypse avait détruit beaucoup de choses, mais elle n’avait pas encore réussi à prendre l’amour au peuple et c’était la plus belle chose que Laura avait pu voir depuis son retour en ville. Malgré l’horreur de la situation, les gens tombaient amoureux et continuaient à vivre. Elle se penche légèrement en avant. «  Je suis contente de savoir que tu as quelqu’un dans ta vie Shae et qui qu’il soit, j’espère qu’il a conscience de la chance qu’il a. Dans une situation comme celle que l’on vit, les gens comme toi sont d’une rareté extrême, ma chérie. J’espère que le monde n’arrivera jamais à détruire ce qu’il y a en toi. »

La phrase suivante arrête son cœur en plein vol, elle fixe Shae, un peu perdue. «  Tu me cherches ? » Le prénom de Roman arrête son esprit quelques secondes, rappelant à sa mémoire ce sourire tendre, cette dent manquante et la paire d’yeux bleus qui la suivent partout depuis qu’elle a commencé à retrouver ses souvenirs. « Attends, attends. Reprends depuis le début. » Elle pose une main sur celle de Shae. «  Mais avant, tu n’as pas à t’excuser, tu n’aurais pas pu me trouver, chérie, tu n’aurais pas pu. » Elle chochotte. «  J’étais dehors, en dehors des murs de la ville. Personne n’aurait pu me trouver. » Elle secoue la tête. « Et si tu t’excuses pour maintenant, tu n’as pas non plus à le faire. Ni toi, ni moi n’étions prêtes à avoir cette conversation d’accord ? Nous avions toute les deux besoins de nous réparer avant de pouvoir parler de quoique ce soit. »

Sa voix est fébrile, elle tient quelqu’un qui va pouvoir lui donner des informations, quelqu’un qui connait sa famille de première main. Son cœur s’emballe, l’espoir lui coupe le souffle et elle plonge son regard dans celui de Shae. «  Maintenant, raconte-moi, parle-moi d’eux, d’eux tous, de mes enfants, de mon mari, de ma vie. Raconte-moi ce que tu sais… » Elle a tellement besoin d’en savoir plus, d’avoir des choses à donner à sa mémoire vide. Elle ferme les yeux quelques secondes et se calme, consciente qu’elle doit avoir l’air d’une folle furieuse. Elle inspire profondément par le nez et expire par la bouche, avant d’avaler une gorgée de son thé dégoûtant, comme tout ce qu’elle ingère, mais la chaleur lui rappelle qu’elle est toujours en vie. Elle réalise également, que si Shae connait réellement les siens, elle va vouloir la ramener dans son foyer, mais elle n’est pas prête, elle ne peut pas faire ça. Si elle s’attaquait à son mari ou à ses enfants, comme elle l’a fait avec Lazlo, elle ne sait pas comment elle pourrait y survivre. La simple idée de blesser un de ses proches avec sa faim, son ombre ou juste de dégoûter ses enfants à cause de sa nature, suffisait à briser son cœur.

_________________

Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 423
↳ Points : 394
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Avocate
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: DarkShines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Mar 23 Mai - 20:42

« Je suis contente de savoir que tu as quelqu’un dans ta vie Shae et qui qu’il soit, j’espère qu’il a conscience de la chance qu’il a. Dans une situation comme celle que l’on vit, les gens comme toi sont d’une rareté extrême, ma chérie. J’espère que le monde n’arrivera jamais à détruire ce qu’il y a en toi. »
Shae se prit presque à rougir devant les paroles de Laura. Sa compagne d’infortune agissait et parlait avec tellement de douceur. Comme une mère contre laquelle on avait envie de se blottir en attendant que les plaies cicatrisent, que le cœur guérisse, que l’esprit se remette. Shae se mit à penser à sa propre mère. Elle lui manquait. Dieu ce qu’elle lui manquait. Elle lui avait rarement manqué, sa mère, elle était rarement là pour elle de toute façon. Mais à voir Laura, là, Shae aurait voulu parler à sa propre mère.

Puis le visage de Laura changea quand l’avocate parla de ses recherches, de Roman, de sa famille. Shae ignorait si Laura les avait cherchés. Probablement, oui. C’était une mère, elle avait forcément du chercher ses enfants. Et Shae l’avait cherchée aussi. En vain. Elle aurait dû chercher plus loin, plus longtemps encore. Elle aurait dû la retrouver. Toutes ces années Roman avait été séparé de sa femme…
« Attends, attends. Reprends depuis le début. Mais avant, tu n’as pas à t’excuser, tu n’aurais pas pu me trouver, chérie, tu n’aurais pas pu. »
La jeune avocate serre la main de Laura très fort pendant une seconde, déglutissant péniblement. Elle aurait pu. Elle aurait du. Laura lui dit qu’elle était dehors, et Shae releva la tête à cette idée. Dehors, hors des murs, au milieu du danger, des zombies ? Bordel. Cela fit un peu redescendre la culpabilité de la rousse. Mais pas totalement.

«  Maintenant, raconte-moi, parle-moi d’eux, d’eux tous, de mes enfants, de mon mari, de ma vie. Raconte-moi ce que tu sais… »
Shae plonge ses yeux dans ceux de Laura. Elle avait espéré ce moment tellement longtemps. Retrouver la femme de Roman. Le russe comptait beaucoup pour elle. Il l’avait aidée. Elle voulait lui rendre la pareille depuis des années, lui rendre sa femme. Elle sourit malgré elle en pensant à Roman.
« Ton mari, Roman, il…il est adorable. Il est kinésithérapeute, il aide les gens. Et il t’aime énormément. Quand tu as disparu, il a remué ciel et terre pour te retrouver. Il est venu me voir, pour que je l’aide. Il t’attend depuis tout ce temps. Bon, par contre je t’avoue, c’est pas le physique le plus facile de la planète… »
Elle rit et lança un clin d’œil à Laura, essayant de détendre une atmosphère qui était faite de tant d’attente et de tension.
« Tu as trois enfants aussi. Enfin, enfants, ils sont bien grands. Mikkel travaille à l’hôpital aussi. Il est…caractériel, comme son père, il trouve toujours un moyen de se débrouiller. Colin et Lizzie, ils sont plus comme toi. Tu as trois enfants magnifiques, Laura. Ta famille est formidable. Ils ont toujours été formidables avec moi. Je… »
Elle inspira un coup, soupira.
« Je n’ai plus de famille. Je ne sais pas si j’en ai eu vraiment une un jour. Quand je vois la tienne, je réalise l’importance de ce qui m’a manqué. Et vous avez l’occasion d’être réunis, maintenant. »
La jeune femme sourit, un sourire sincère, éclatant. SOn débit de parole s'était accéléré, était plus enjoué. L'enthousiasme se saisissait de Shae à une vitesse qui la surprenait elle-même. Elle était tellement heureuse de pouvoir parler des Ievsei à Laura.
« Tu vas tellement les aimer ! Roman est intelligent en plus, il fait de l’esprit, il me disait qu’il te faisait souvent rire. Et il y a Andrei, c’est le père de Roman. Enfin, il est plus jeune, mais…enfin tu vois, avec les trucs surnaturels, c’est un peu le bordel. Mais il y a toute une famille qui t’attend. Tu ne seras plus jamais seule, tu comprend ? Et moi je…je vais pouvoir arrêter de te chercher. Je t’ai cherché sans arrêt pendant des mois. Je voulais que cette famille puisse être de nouveau ensemble. Je sais ce que c’est que de perdre ceux qu’on aime. Je voulais empêcher ça. Je n’ai pas pu l’empêcher à l’époque, mais maintenant je peux aider. Tu devrais aller à l’hôpital, voir Roman. Je pourrais venir avec toi, si tu veux. »
Elle serra la main de Laura quelques secondes, pensive.
« Tu m’as sauvée dans l’Arène. J’ai cru que j’allais y passer, mais tu étais là et tu m’as donné la force d’avancer. Tout ce que Roman m’avait dit sur toi…il disait vrai. Tu es exceptionnelle. Tu mérites d’être heureuse. »

_________________


We won't abandon this ship, We are unsinkable
Bring on the storm, We are unsinkable
Between the devil And the deep blue
Soul search and rescue
We are, we are
Unsinkable



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 302
↳ Points : 410
↳ Arrivé depuis le : 21/05/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Kate Winslet
↳ Age du Personnage : 44 ans
↳ Métier : Travaille dans une association qui s'occupe des adolescents à la rue
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement, Résistante
↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
Oltremare - Ludovico Einaudi
When We Were Young - Adèle
↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
↳ Couleur RP : #eccef5



les petits papiers
↳ Copyright: Cornel & TUMBLR
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Mer 14 Juin - 21:10


Elle avale sa salive, la gorge sèche malgré le thé qu’elle boit. Elle sent la chaleur, d’ordinaire apaisante, se répandre dans son corps, mais l’angoisse continue à l’étreindre. Sous sa masse de cheveux blonds, le combat fait rage. L’envie d’en savoir plus, celle de ne rien entendre. Celle de retrouver ses souvenirs, tous, et de retrouver sa vie. Celle de fuir pour ne pas leur imposer une nature horrible qu’elle n’a pas encore acceptée complètement. Son cœur se serre, l’idée de voir les visages de ses enfants, celui de Roman, de reprendre pied dans une vie qu’elle ne connait plus, la terrifie. Et si, elle n’y arrivait pas ? Si ce qu’elle était devenue l’avait tant changé qu’elle n’était pas capable de reprendre son rôle ? Pire, si ses enfants n’avaient plus besoin de leur mère ? Si son mari n’avait plus besoin d’épouse ? Si, elle n’était plus capable d’être la femme qu’elle avait été ? Tous ceux qui l’avaient connu avant, lui avaient rappelé à quel point elle était une bonne personne. Mais ils ne savaient pas. Ils n’étaient pas là quand elle était devenue un monstre, quand les premiers jours, la faim était si forte qu’elle avait failli décimer l’intégralité du camp. Quand Richard avait dû l’entrainer loin. Quand ils avaient dû, avec l’aide d’un mage, l’enfermée dans une illusion d’une puissante dévastatrice. Quand elle s’était réveillée, rongée par la culpabilité. Quand elle avait repris espoir, avait commencé à apprendre à juguler la faim, à l’apprivoiser. Quand elle avait craqué une nuit, qu’elle s’était nourrie, sans s’en rendre compte. Qu’elle avait ôté la vie. Elle la sorcière blanche, celle qui avait guéri tant de plaies au côté de ses proches, qui avait sauvé tant de vie. Perdue dans ses souvenirs d’une époque ancienne, les seuls qui lui restent, peut-être aussi les plus douloureux. Si elle n’avait pas su ce qu’elle était, aurait-elle autant haï sa nature de bête ? Aurait-elle éprouvé tant de dégout pour ce besoin de se nourrir de vie ? Instinctivement, sa main vient effleurer ses lèvres et elle cligne des yeux pour en apaiser les picotements. Ceux qui l’ont connu ne savent rien de cela, ils ne connaissent pas sa colère, qui fait faire des choses horribles à son ombre, ils ne connaissent pas l’étendue de son immondice. Ils ne connaissent pas la violence qui l’habite, qui fait vibrer ses os, quand la rage s’empare d’elle, quand elle pense à ce gouvernement qui lui a tout pris et qui a fini de la détruire dans une arène. Elle déglutit difficilement, la gorge serrée par l’émotion et se secoue intérieurement.

Les jolis yeux de Shae, son visage si doux, presque enfantin, la ramène à la réalité. Elle sent que la rouquine n’est toujours pas persuadée qu’elle n’aurait rien pu faire pour la sauver. Mais personne n’aurait pu. Sortir de la ville est simple, des gens en sortent tous les jours. Des exilés, des malfrats, des gens comme elle, qui croyait pouvoir trouver mieux. Mais, peu nombreux sont ceux qui y rentrent. Malgré le nom qu’on lui avait donné et l’argent qu’elle avait pu amener, elle avait dû batailler sec pour passer les portes sans se faire tester. Le sourire qui étire les lèvres de la jeune femme réchauffe le cœur de Laura. Shae semble vraiment tenir à sa famille. L’idée qu’ils n’aient pas été seuls face à sa disparition apaise un peu sa colère et sa peine. Ils avaient des gens sur qui compter, des gens qui pouvaient leur apporter un peu d’espoir et de soutien. Quand la sorcière commence à parler son ainée se retrouve happé par ses paroles. Mon Mari… Roman… Les mots ont encore un peu de mal à se frayer un chemin dans son esprit. Elle a un mari, il est réel, il a un nom, un emploi, un âge, il a même, apparemment, un physique pas facile. Elle laisse échapper un rire. « Je veux bien croire qu’il ne te plaît pas, mais j’ai quelques brides de souvenir de lui et… » Elle se tait quelques secondes, les joues un peu roses. « Je sais qu’il est beau. Je sais qu’il est comme un soleil et qu’il tient chaud. » Ses yeux se perdent dans le vague, ramenant à la surface de sa mémoire les quelques images de lui qu’elle a réussi à conserver. « Il est… Il est comme la pluie après une journée trop chaude, comme des draps propres après une douche et une longue journée. Il est rassurant. » Le sourire de Roman apparait sous ses paupières mi-closes. « Il est la meilleure chose qui ne me soit jamais arrivée et il est la liberté. » Sortie de nulle part, une certitude attrape son cœur. « C’est le meilleur père que la terre ait porté… » Elle rouvre les yeux, un peu gênée de s’être laissé aller de la sorte. Elle se racle la gorge et offre un sourire un peu tordu à Shae. « Ahah, pardon, je me suis un peu laissé aller. » Elle glisse une mèche de cheveux derrière son oreille. « Reprends, vas-y. » Elle pose ses coudes sur la table, appuie son menton dans ses paumes et fixe son attention sur la jeune femme.

L’évocation de ses enfants amène son lot d’émotion contradictoire. L’envie, un instinct de protection virulent et une peur glaçante. L’impression qu’on vient de vider un bac à glaçons sur sa tête. Elle a si peur de les blesser. Le prénom de Mikkel appel des images, celle de la nuit ou sa mémoire a disparu, celle de la nuit ou Lazlo a préféré l’assommer plutôt que de prendre le risque de les perdre tous les deux. Le souvenir lui serre le cœur, la peur intense qu’elle a ressenti en voyant son petit en danger. Cet amour violent qu’elle ressent pour le jeune homme lui broie les tripes, et avec lui viennent la tristesse et une forme de ressentiment. Ils ne sont pas venus, ni Mikkel, ni son frère et sa sœur, ni même Roman. Son nom et son adresse, si simple à trouver pour de parfait inconnu n’ont pas semblé suffisants à ses propres enfants pour venir la voir. L’envie de les voir, l’envie de savoir qu’ils ont toujours besoin d’elle, se mêle à ce refus violent qu’elle a de les mettre en danger. Elle préfèrerait les savoir à des millions de kilomètres, là où elle ne serait pas tentée de leur en vouloir de ne pas venir alors que c’est ce qu’elle souhaite. Elle peut comprendre que Mikkel ne vienne pas, après tout, qui est-elle pour lui ? Peut-être que le sentiment d’attachement n’est pas partagé, peut-être qu’après tout, Mikkel n’en a rien à faire d’elle. Mais Colin et Lizzie… Les prénoms résonnent dans son esprit et ne font remonter que des bribes discrètes, un parfum floral, des chaussettes multicolores, une tignasse blonde, une voix en train de muer, des petites mains pleines de sucre qui s’accroche à ses vêtements, des bouches pleines de chocolat. Les visages ne reviennent pas. Les voix non plus. Elle n’a rien de tangible à quoi s’accrocher. Le compliment de Shae la touche en plein cœur. « Je… Je veux bien te croire sur parole, je ne me rappelle pas d’eux… Ou si peu… Mais je suis heureuse de savoir qu’ils ont été présents pour toi quand tu en avais besoin. J’aurais aimé te rencontrer autrement. » Elle écarte les bras en signe de défaite avant de reprendre sa position. « Je t’aurais offert une tasse de thé dans ma cuisine plutôt qu’à la terrasse de ce café et je me serais fait un plaisir de t’inviter à manger une Pizza. » Le mot réveil un souvenir dans son esprit. « Roman les fait divinement bien. » Elle ne sait pas d’où lui vient la certitude, mais elle sait profondément que c’est vrai. « Ma famille sera la tienne. » Elle tend la main, attrape celle de la rouquine. « Tu auras toujours ta place chez moi. » Elle n’évoque pas la possibilité que ce "chez elle" ne soit pas celui de sa famille. La jeune femme à l’air si heureuse a l’idée de la voir retrouver les siens, qu’elle n’a pas la force de lui parler de ça tout de suite.

Mais Shae reprend la parole et Laura reprend son écoute attentive, un sourire aux lèvres, l’enthousiasme et l’affection qu’elle porte à sa famille est contagieuse. Ses sourcils se froncent, quand elle évoque le prénom d’Andreï. Elle n’écoute plus qu’à moitié, triant les informations dans sa tête. Son cœur se serre, la colère monte en elle, la coïncidence est trop grosse pour en être une. Andreï, russe, un fils qui s’appelle Roman…. Elle déglutit, enferme l’information dans un coin de sa tête au prix d’un effort monstrueux. Elle n’a pas le temps de penser à ça, mais la tristesse remplace déjà un peu la colère, mêlée à une forme de dégout d’elle-même. Shae la rappelle cependant à la réalité. « NON ! » Sa voix à résonner, plus forte que prévue. Elle se reprend. « Pardon… Je… Ce n’est rien, excuse-moi. » L’idée de retrouver son mari la terrifie presque plus que celle de retrouver ses enfants. Tant qu’elle ne le voit pas, tant qu’elle ne sait pas… Tant que tout ceci appartient à une sorte de rêve éveillé, elle peut encore y survivre. Mais… Si en le retrouvant il la rejetait ? S’il n’avait plus besoin d’elle, ne l’aimait plus ? Si lui aussi pensait qu’elle était un monstre ? S’il l’empêchait d’approcher ses enfants ? S’il l’empêchait de s’approcher de lui ? L’idée lui broie le cœur, le réduit en une fine poussière et rempli ses yeux de larmes. « Je… Merci pour tes paroles, ma douce, elle me touche profondément. » Elle serre la main de Shae dans la sienne, une dernière fois, avant d’inspirer profondément et d’essuyer du bout des doigts, digne malgré la peur, elle se tient droite, le port de tête haut. « Je… Je sais que tu as très envie de me ramener près de ma famille, mais… » Elle se rabougrit sur elle-même, oubliant cette fausse fierté. « Je ne peux pas… » Elle parle d’une toute petite voix. « Je ne peux pas rentrer maintenant… J’en ai envie, mais ça me terrifie. » Pour la première, elle avoue à voix haute la vérité. Elle a peur. Le type de peur qui vous empêche d’avancer. Elle a peur de les blesser tout autant qu’elle a peur qu’ils la blessent. Elle ne sait pas si elle survivrait à l’une ou l’autre des possibilités. Elle encore trop fragile pour ça, que ce soit dans la maitrise de ses pouvoirs ou dans celle de ses émotions. Elle n’est pas prête. « J’adorais te faire plaisir Shae… Vraiment. Mais, je ne peux pas. Je… » Elle cherche à faire comprendre à la jeune femme ses raisons, sans pour autant lui expliquer sa nature. « Ce serait risquer pour eux, avec tout le battage autour de nous et puis aussi… J’ai beaucoup changé durant mon passage hors des murs… » Elle grimace, ça pour avoir changé, elle a changé, c’est peu de le dire. « Je ne voudrais pas... Les blesser ou quoique ce soit… Tu comprends ? Tu serais prête à me laisser un peu de temps ? »

_________________

Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 423
↳ Points : 394
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Avocate
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: DarkShines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Mar 27 Juin - 19:10

Shae sourit en entendant Laura. Il y a tellement d’amour dans sa voix lorsqu’elle parle de Roman. Il y en a autant dans celle de Roman, chaque fois qu’il lui parle de sa femme disparue. Ces deux-là s’aiment si fort. Au-delà de la présence. Au-delà de la logique. Trouverait-elle un jour quelqu’un qui l’aime comme ça ? Elle a une pensée, furtive, pour Garret, qu’elle chasse rapidement. Elle n’est pas si idéaliste.
« Ma famille sera la tienne. Tu auras toujours ta place chez moi. »
La jeune avocate serre la main de Laura, fort. Les mots la touchent au plus profond d’elle-même. Elle, l’orpheline, sans famille. Laura l’accueille dans la sienne, sans même demander son reste. A une femme qu’elle a à peine connu dans une arène qui n’existait pas. La vie est faite de choses étranges. Quelle probabilité pour que ces deux jeunes femmes vivent le même cauchemar éveillé ? Pourquoi maintenant, après toutes ces années ? Quelles étaient les chances que Laura ait été le roc qui avait tenu Shae en vie dans l’arène jusqu’au bout ? Shae avait été brisée par l’Arène. Mais elle avait retrouvé Laura, et ça aidait à refermer la blessure, un peu. Juste un peu. Suffisamment pour qu’elle continue à se battre, suffisamment pour qu’elle aille mieux, chaque jour.

Mais le sourire sur les lèvres de la jeune femme s’efface soudainement au cri de Laura. Elle ne veut pas rentrer chez elle. Shae fronce les sourcils. Elle avait imaginé amener Laura jusque chez Roman. Elle s’était imaginée les retrouvailles, elle à côté. La famille reconstituée. Elle avait cru pouvoir tenir sa promesse faite plusieurs années auparavant, là, maintenant. Mais Laura n’était pas prête. Le premier sentiment qui anima Shae fut la déception, une déception terrible. Elle n’attendait que cela depuis sa sortie de l’Arène. De voir les Ievsei au complet, enfin. D’y avoir été pour quelque chose. Puis la colère s’amena, douce amère. Pourquoi est-ce que Laura refusait ? C’était sa famille. On ne tournait pas le dos à sa famille. Pas après toutes ces années. Pas après tout ce qu’elle avait dit sur son mari, sur ses enfants. Pas après tout son discours. Pas comme ça. Elle n’avait pas le droit de faire attendre Roman encore.
« Je ne peux pas rentrer maintenant… J’en ai envie, mais ça me terrifie. »
La colère disparut. Laura était réellement inquiète, la peur se lisait sur son visage. Elle avait peur de rentrer chez elle. Et l’avocate se maudit de n’y avoir pas pensé. Evidemment, après toutes ces années, qu’est-ce qu’elle s’imaginait ? Que les choses seraient simples ? Les choses n’étaient jamais simples. Elles l’étaient encore moins maintenant qu’il y avait eu l’Arène. Shae savait pertinemment ce que cette expérience pouvait avoir comme impact sur une personne.
« Tu comprends ? Tu serais prête à me laisser un peu de temps ? »
Shae acquiesca avec un sourire. Elle s’excusa silencieusement de n’avoir pas compris plus tôt.
« Ce n’est pas mon choix, Laura, c’est le tien. On ne fera rien tant que tu ne seras prête. Sache juste que…que ta famille t’aime, et qu’elle t’attend. Elle t’attendra. Je suis avec toi. »
Elle serra un peu la main de Laura, avant de regarder autour d’elle. Et de sourire un peu plus. Le monde était merdique. Mais elles s’en sortiraient, toutes les deux.

« Je ne te pousserai à rien. Tu peux me compter comme une alliée. Comme une amie. Je….je te dois beaucoup. Mais, dis-moi, où étais-tu passée toutes ces années ? Je veux dire, tu étais dehors, mais qu’est-ce que tu as fait ? Comment tu as survécu ? »
Elle se mordit la lèvre au moment où les derniers mots franchissaient ses lèvres. Merde.
« Je, enfin, je, tu, désolée, tu n’es pas obligée de m’en parler si tu n’en as pas envie. Ca ne devait pas être joyeux. Je suis terriblement indiscrète. J’ai juste…entendu tellement parler de toi ces dernières années, et j’ai l’impression de te connaitre alors qu’on s’est vues deux fois. J’aimerais…rattraper le temps perdu, en quelque sorte. »

_________________


We won't abandon this ship, We are unsinkable
Bring on the storm, We are unsinkable
Between the devil And the deep blue
Soul search and rescue
We are, we are
Unsinkable



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 302
↳ Points : 410
↳ Arrivé depuis le : 21/05/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Kate Winslet
↳ Age du Personnage : 44 ans
↳ Métier : Travaille dans une association qui s'occupe des adolescents à la rue
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement, Résistante
↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
Oltremare - Ludovico Einaudi
When We Were Young - Adèle
↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
↳ Couleur RP : #eccef5



les petits papiers
↳ Copyright: Cornel & TUMBLR
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Mar 18 Juil - 22:36


La main de Shae dans la sienne, d’apparence délicate enlace ses doigts avec une force qui la surprend. Pourtant, la douceur qui éclairait ses traits disparaît et fait place à une expression plus dure. Instinctivement, Laura baisse la tête, elle sait qu’elle vient de décevoir Shae, elle sait qu’elle ne comprend pas. Après tout, qui pourrait comprendre ? Elle a disparu depuis cinq ans, cherche à retrouver sa famille depuis son retour, mais quand l’opportunité se présente, refuse de la prendre ? Elle prend le temps d’avaler sa salive et d’inspirer profondément avant de croiser à nouveau le regard de sa jeune amie. Un soulagement sans nom s’abat sur elle quand elle voit que les traits de Shae se sont apaisés. Elle n’aurait pas eu la force de se prendre la colère de la jeune femme de plein fouet. Elle n’avait pas la force de grand-chose de toute façon. Elle se détend un peu dans sa chaise en fer, joue avec la hanse de sa tasse et hoche la tête aux paroles de Shae. « Merci… Je… Tu sais, pendant longtemps, avant de revenir en ville, j’avais l’impression de les avoir inventés. » Elle repousse une mèche de son visage. « Je n’avais pas de visage précis, pas de voix, rien de tangible pour me prouver leur réalité. Rien d’autre que les sourires de Roman et les cheveux noirs de Mikkel, un parfum floral et des chaussettes multicolores, la sensation d’une main minuscule dans la mienne. J’avais l’impression que mon cerveau les avait inventés parce que c’était trop dur de n’avoir personne. » Elle frotte son pouce contre le dos de la main de Shae. « Alors quand j’ai commencé à apprendre qu’ils étaient vrais, mon monde s'est retourné. Ange, m’a expliqué pour ma cicatrice de césarienne, on m’a donné des noms, des preuves tangibles qu’ils existaient, mais personne ne les avait jamais rencontrés. C’est toi, qui m’as prouvé qu’ils existaient. Tu les connaissais, tu les avais vraiment vus ! » Elle serre une fois de plus la main de son amie dans la sienne, un sourire triste aux lèvres.

Puis Shae pose quelques questions. Laura détourne le regard, mais elle ne peut pas effacer la grimace qui déforme ses traits l’espace de quelques secondes. Elle savait que les questions viendraient. C’était naturel. Son visage se ferme tandis que l’anxiété prend place sous ses boucles blondes. Ses yeux sautent d’un endroit à l’autre, tandis qu’elle réfléchit. Elle n’est pas obligée de tout dire à Shae. La jeune femme ne lui a pas posé de question directe sur sa nature, ce ne serait pas un mensonge, juste une omission. Elle inspire et le tremblement de ses mains se calme doucement. Shae n’est pas un ennemi. Shae ne cherche pas à la faire assassiner ou enfermer à nouveau dans l’arène. Shae ne cherche qu’à l’aider à retrouver sa famille. Elle inspire profondément et commence à raconter. « Hum… Je ne me souviens pas encore très bien de tout, mais… J’étais avec un ami, dehors le soir quand j’ai perdu la mémoire. » Elle n’évoquera pas Mikkel et les Peacekeeper, elle n’évoquera pas le coup de crosse de Lazlo à l’arrière de son crâne, raison de son amnésie, elle n’évoquera pas la résistance non plus. Elle se redresse un peu dans son siège et joue avec le bord de son haut. « Hum, puis quand je me suis réveillée, j’étais seule dans New-York, je ne me souvenais de rien. Heureusement, pour moi, un couple adorable m’a récupéré et puis, j’ai vivoté quelque temps dans la ville. » Elle se perd dans ses souvenirs, c’est facile de raconter quelque chose dont elle se souvient parfaitement. « J’ai fini par quitter la ville avec la deuxième vague de migrant, mais je me suis perdue en cours de route. J’ai erré dans le bayou pendant une bonne semaine… » Elle déglutit, repousse dans un coin de sa mémoire, la morsure, la fièvre, la peur. « Puis un homme a fini par me trouver, j’étais déshydraté, j’avais de la fièvre, c’est là, d’ailleurs, que j’ai eu ma première vision de Roman. » Un sourire attendri étire ses lèvres quand elle revoit le sourire lumineux de son mari. Elle pensait qu’elle allait y rester, crever comme une bête dans le désert, seule et sans souvenir puis le sourire de Roman était apparu. « Enfin bref ! » Elle fait un petit geste de la main. « Donc, Richard, m’a retrouvé et il m’a emmené dans un petit campement où il vivait avec une quinzaine de gens. Ils m’ont accueillie, nourrie et soignée. J’y suis resté jusqu’à mon retour à le Nouvelle-Orléans… »

Ses yeux se remplissent de larmes et elle essuie du bout des doigts les gouttes qui manquent de déborder. Savoir qu’elle avait tué Richard, qu’elle avait privé le groupe de son leader et de son dirigeant, de son pilier central lui brisait presque qu’autant le cœur que le meurtre en lui-même. « Je n’ai pas fait grand-chose au final, mais j’ai quand même dû faire quelques trucs dont je ne suis pas forcément fière, certains dont je ne suis pas fière du tout même. » Elle offre un sourire d’excuse à la jeune femme. « Ça m’a changée, je suppose. Je ne dois plus être la femme que Roman a perdue, ni la mère que Mikkel, Lizzie et Colin avait l’habitude de voir au petit-déjeuner… » Elle grimace, l’euphémisme est énorme, elle n’est même plus sûre de pouvoir s’attribuer le qualificatif d’humaine. « Mais, ne t’en fais pas, je comprends, si je devais rencontrer quelqu’un qui à passer du temps dans un endroit que je ne connais pas du tout, je suppose que je le harcèlerais de question de façon bien moins poli que toi ! » Elle laisse échapper un petit rire. « Mais toi, je ne t’ai posé aucune question ! Tu fais quoi de ta vie ? Qu’est-ce que tu aimes faire de ton temps libre ? Parle-moi de toi ! Je suppose que si je n’avais pas disparu, j’aurais pu facilement devenir amie avec toi, alors faisons comme si c’était déjà le cas. » Elle sourit à Shae et reprend sa main dans la sienne pour la serrer.

_________________

Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 423
↳ Points : 394
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Avocate
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: DarkShines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Mer 26 Juil - 23:21

Voir l’émotion chez Laura lorsqu’elle évoque sa famille, les doutes qu’elle a pu avoir au sujet de leur existence même, puis son soulagement en sachant qu’elle n’avait rien inventé, c’est beau à voir. Shae se prend à ravaler difficilement sa salive, une boule dans la gorge. Elle savait à peu près ce que ça faisait que de retrouver quelqu’un après des années, après que l’on ait cru l’avoir perdu. Elle avait retrouvé Liam quelques mois auparavant, et son cœur avait failli exploser. Retrouver un bout de son ancienne vie. Un bout de son ancien soi. Elle savait à peu près ce que Laura ressentait, et en même temps elle était bien contente qu’elle était très loin de la réalité, qu’elle ne captait qu’une infime partie de ce que Laura pouvait vivre. Et c’était d’autant plus beau.
Son amie –pouvait-elle l’appeler comme cela maintenant ? Elle en avait envie – lui expliqua comment elle avait perdu la mémoire, son réveil à New York. Son sauvetage, son errance, et un certain Richard. Des souvenirs qu’elle évoque rapidement, de façon très factuelle. Et Shae comprend assez vite que ces souvenirs sont douloureux. Impression confirmée lorsque Laura s’essuie rapidement quelques larmes. L’avocate n’insiste donc pas. Pas besoin de remuer le couteau dans la plaie. Les souvenirs douloureux, trop douloureux pour en parler, trop douloureux pour en parler vraiment, elle ne connait que trop bien. Alors, par respect pour la douleur et la pudeur de Laura, elle se contente de hocher la tête. Elle en parlera quand elle sera prête, avec quelqu’un de plus proche qu’elle que Shae. Cela ne regarde pas l’avocate.
 « Ça m’a changée, je suppose. Je ne dois plus être la femme que Roman a perdue, ni la mère que Mikkel, Lizzie et Colin avait l’habitude de voir au petit-déjeuner… »
Shae sourit, compatissante. Ces dernières années avaient changé tous les habitants de la ville. Bien heureux ceux qui y avaient échappé. L’homme survivait, s’adaptait. Parfois, souvent, cela avait un prix.
« Tu restes la femme de Roman et la mère de Mikkel, Colin et Lizzie. Le reste, crois-moi, peu importe. Ils ne sont plus les mêmes non plus. Ca ira. »
Il fallait que ça aille. Il fallait que ça se passe bien, qu’ils redeviennent une famille. Que tout ce merdier n’ait pas été pour rien.

« Mais toi, je ne t’ai posé aucune question ! Tu fais quoi de ta vie ? Qu’est-ce que tu aimes faire de ton temps libre ? Parle-moi de toi ! Je suppose que si je n’avais pas disparu, j’aurais pu facilement devenir amie avec toi, alors faisons comme si c’était déjà le cas. »
Shae sourit, sincèrement touchée par ces mots. Oui, elles auraient pu être amies, probablement. Shae appréciait énormément Laura. Bien sûr, l’épreuve de l’arène avait créé d’office un lien assez fort. Mais même sans cela, les femmes auraient formé un beau duo. La jeune femme haussa les épaules.
« Boh, j’étais curieuse de toi, faut dire, je t’ai pas laissé poser de questions. Alors, par où je commence… je suis avocate. Et y’a de quoi faire ici, comme je suis pas très regardante sur les cas qu’on me présente. C’est bien, j’essaie d’aider les gens. Et quand je ne bosse pas, et bien….je sors pas mal ici. Je sors, je m’imprègne de la vie de la ville. Je rencontre des gens. Des fois ils ne font que passer et repartir aussi sec, d’autres fois on se revoit. Mais je passe des bons moments, c’est ce qui compte. Je fais un peu de sport, aussi. Et euh…c’est principalement ça. Faut dire que je bosses beaucoup », ajoute-t-elle avec un sourire amusé. « Je n’ai pas une vie passionnante, j’essaie juste de trouver ma place ici, c’est pas toujours évident. J’aime pas être seule, alors je passe mon temps libre avec des gens. Parce que je sais que tout peut s'arrêter en une seconde, et qu'on regrette beaucoup de choses après. »

_________________


We won't abandon this ship, We are unsinkable
Bring on the storm, We are unsinkable
Between the devil And the deep blue
Soul search and rescue
We are, we are
Unsinkable



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 302
↳ Points : 410
↳ Arrivé depuis le : 21/05/2016
↳ Age : 25
↳ Avatar : Kate Winslet
↳ Age du Personnage : 44 ans
↳ Métier : Travaille dans une association qui s'occupe des adolescents à la rue
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement, Résistante
↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
Oltremare - Ludovico Einaudi
When We Were Young - Adèle
↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
↳ Couleur RP : #eccef5



les petits papiers
↳ Copyright: Cornel & TUMBLR
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Jeu 28 Sep - 18:59

Son pèlerinage au sein de ses souvenirs lui laisse un goût amer sur la langue, une sensation de malaise profond qu’elle n’arrive pas à évacuer. Elle déteste ça. N’avoir que des souvenirs tristes, n’être rien d’autre qu’un monstre. Elle pensait qu’en retournant en ville, qu’en retrouvant des connaissances d’avant, les choses changeraient. Elle pensait pouvoir se forger des souvenirs heureux, retrouver ceux qu’elle avait perdus aussi. Malheureusement, elle n’emmagasine que des horreurs depuis son retour. Les arènes, la mort d’Ambre, la quantité toujours plus impressionnante de jeune à la rue, de prostitué à peine majeure, la violence de sa nature, l’horreur de la vie dans une ville comme la Nouvelle-Orléans. Sa gorge se serre, les seules choses positives qui lui sont arrivé sont Lazlo, Shae et Andreï. Un rictus étire ses lèvres. Andreï. Le traître. Elle inspire profondément par le nez, tente de se calmer, laisse la pression redescendre. Non, elle ne peut pas se laisser aller à sa colère ici et maintenant. Ses yeux s’égarent sur Shae et le calme retombe sur elle. Elle ne peut pas savoir que celui qu’elle prenait pour son ami, celui pour qui son cœur à presque flanché, celui-là même est un traître. Elle n’en sait rien et ce n’est pas sa faute. Elle soupire, laisse sa colère s’éloigner un peu, la garde en réserve, tout contre son cœur. Elle n’oubliera pas. Elle se secoue intérieurement et prête une oreille attentive à sa jeune amie. La voix délicate de la jeune femme la sort de sa torpeur et ses mots résonnent dans le crâne de la blonde.

Oui, peut-être qu’elle a raison. Peut-être que ce monde les a changés, eux aussi. Ils ne sont pas pour autant devenu des monstres et elle reste intimement persuadé qu’aucun d’entre eux n’a jamais ôté la vie à qui que ce soit. Elle ne peut se résoudre à envisager que les siens, Roman ou Mikkel, ceux qu’elle ne fait qu’apercevoir dans des souvenirs flous, aient pu devenir des tueurs. Mais peut-être que la situation les aidera à l’accepter. L’idée est réjouissante, mais toujours teinté d’une peur panique de les blesser. Elle se sort de son mutisme en soupirant. « Tu as peut-être raison… » Elle hausse les épaules sans grande conviction, plus pour faire plaisir à Shae que parce qu’elle y croit réellement. Elle a soudain besoin de parler d’autre chose, de s’éloigner d’eux un instant, de respirer un peu plus librement. Alors elle détourne la conversation, la dirige sur Shae, sa curiosité bien réelle envers la jeune femme la poussant à lui poser quelques questions. Après tout, elles semblent toutes les deux si seules, ont vécues une expérience difficile à partager avec ceux qui ne comprennent pas. Laura a désespérément besoin d’une amie, de quelqu’un qui saurait être une épaule stable contre laquelle elle pourrait s’appuyer, quand le besoin se fait sentir. Elle écoute avec attention Shae parler d’elle.

Une avocate ? L’idée n’est pas si choquante, elle imagine sans difficulté la jeune femme en plein plaidoyer, le regard fier, tentant de défendre coûte que coûte un cas, peut-être perdu d’avance. Il y a un courage immense à effectuer un métier de loi au sein d’un gouvernement bouffé par la corruption. « Tu t’en sors comment ? Ce n’est pas trop compliqué de plaider avec… » Elle fait un geste vague de sa main, en direction du quartier où se trouve le bâtiment gigantesque et en parfait état du gouvernement. Son regard se fait brillant quand Shae parle de ses frasques et elle laisse un léger rire lui échapper. « Tu as bien raison ! À ton âge... Je ne me souviens pas de ce que je faisais, mais vu les âges qu’ont mes enfants, je devais déjà être mère, j’aurais probablement apprécié de pouvoir aller faire la fête ! » Elle sourit doucement. « Un jour, je te demanderais peut-être de m’emmener avec toi, j’aurais bien besoin de me détendre parfois, je ne sais plus vraiment comment faire. » Elle lève le nez, regarde le ciel et tapote sa lèvre inférieure de l’index. « Vraiment, depuis que j’ai refait surface, je crois que je n’ai pas passé qu’une soirée à m’amuser. » Et dieu, qu’elle s’était terminée en eau de boudin, cette soirée. Ange lui avait annoncer que la cicatrice qui barrait le bas de son ventre était celle d’une césarienne et elle avait appris qu’elle avait pour de bons été mère. L’idée de passer à nouveau une soirée entre filles, en dehors de son appartement et avec Shae, fait pétiller son regard. Une soirée à écumer les bars et à danser ne pourrait pas lui faire de mal de toute façon. « Nous sommes toutes les deux bien placées pour le savoir, n’est-ce pas ? » Elle lève sa tasse et frape le bord de la porcelaine contre le verre de Shae avant d’avaler une gorgée de son thé. « Tu as bien raison, une fois de plus, la vie… Même si, souvent, elle craint, vaut la peine d’être vécue. J’espère juste qu’un jour, tu trouveras une personne qui te donnera envie de rester près d’elle. » Elle esquisse un sourire attendri avant de pouffer dans sa tasse. « Mon dieu, je sonne vraiment comme une maman, parfois. »


Spoiler:
 

_________________

Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 423
↳ Points : 394
↳ Arrivé depuis le : 08/11/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Zoe Kazan
↳ Age du Personnage : 34 & 30
↳ Métier : Avocate
↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
Iris - Goo goo Dolls
Howl - Florence & the Machine
Lifeline - Imogen Heap
Grey Room - Damien Rice
↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
↳ Couleur RP : #99ccff



les petits papiers
↳ Copyright: DarkShines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   Dim 15 Oct - 20:09

« Tu t’en sors comment ? Ce n’est pas trop compliqué de plaider avec… »
Shae sourit. Laura a l’air d’aimer autant les dirigeants de la ville que l’avocate. C’est assez rassurant, au fond. La jeune femme n’aura donc pas à cacher ses pensées trop profondément en présence de la blonde. Elle hausse les épaules.
« On se débrouille. On fait avec. »
En vérité, elle fait avec plus qu’elle ne le voudrait. Elle voit parfois un représentant du Gouvernement, ou alors cette petite blonde désagréable de la Milice, passer la porte de son bureau. Le manège est toujours le même. Soit Shae foire son procès de manière consciente et envoie son client au Colosseum ou fait acquitter l’accusé, soit elle met sa propre sécurité en danger. Et l’avocate sait que les menaces ne sont pas proférées dans le vent. Elle a été envoyée dans l’Arène une fois. Elle ne tient pas à se retrouver au Colosseum, à devoir se faire bouffer par des prédateurs tous plus affamés les uns que les autres, sur la base d’accusations faussées et d’un procès bidon à son encontre. Elle sait sans peine que le Gouvernement a le bras bien plus long qu’elle, et que s’il veut sa mort, il l’aura. D’une façon ou d’une autre. Alors elle cède, elle courbe l’échine et s’exécute. Se dégoûte un peu d’elle-même au passage. Mais mieux vaut écorner son honneur que de mourir, pas vrai ?

« Un jour, je te demanderais peut-être de m’emmener avec toi, j’aurais bien besoin de me détendre parfois, je ne sais plus vraiment comment faire. »
La jeune femme répondit au sourire de Laura.
« Avec plaisir ! Il y a plein de coins sympas dans la ville. Et pour peu que tu connaisses les bonnes personnes, la soirée peut être encore meilleure. »
Avec la Prohibition, certains bars de la ville ne vendaient l’alcool que sous le manteau et à des gens qu’ils estimaient de confiance. Certains avaient fait de la dénonciation un sport national, espérant avoir droit à une petite rétribution en échange de la délation de leurs congénères. Shae ignorait si rétribution il y avait, en tout cas, elle avait du montrer patte blanche et montrer qu’elle comptait effectivement consommer l’alcool qu’elle demandait. Mais Laura, de ses propres dires, n’avait pas fait une soirée digne de ce nom depuis longtemps. Et Shae s’y connaissait dans ce domaine. Elle se voyait déjà au petit bar de la ruelle, refaire le monde en descendant des whiskies. Ce serait drôle. Et puis, cela ferait un peu de compagnie digne de ce nom pour Shae. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas partagé une soirée avec quelqu’un de respectable. Avant, il y avait Garret. Mais depuis l’Arène, elle n’avait pas revu Garret. Personne ne l’avait vu. Il s’était volatilisé, apparemment. Et elle n’avait plus eu le goût de sortir accompagnée, voire de sortir tout court. Mais l’idée de sortir avec Laura lui plaisait. Elle appréciait beaucoup la maman Ievsei. Elle sentait sa présence réconfortante.

« Mon dieu, je sonne vraiment comme une maman, parfois. »
Shae rit, amusée. C’était vrai. Mais c’était tellement beau.
« Tu es une maman, c’est normal. Et ça fait du bien d’entendre ce genre de mots. J’ai jamais…. »
Elle soupira. Allait-elle encore la jouer pauvre gamine à qui il n’arrive que des malheurs ?
« Disons que ma mère ne se comportait pas trop en maman. Mais c’est de l’histoire ancienne. Je te raconterai ça quand on se fera une soirée entre filles dans les bars, à boire de l’alcool interdit », ajouta-t-elle avec un clin d’œil. « Je suis contente d’être tombée sur toi en tout cas. Ca fait du bien de voir que….que la vie reprend son cours malgré tout. Il faudra que je te montres où j’habite et où je bosse. Si tu as besoin d’une avocate. Gratos, en souvenir des épreuves. Et si tu as besoin d’un endroit où crécher un de ces jours. Enfin, si t’as besoin de quoi que ce soit. Il faudra qu’on essaie de contacter les autres, tu crois pas ? »

_________________


We won't abandon this ship, We are unsinkable
Bring on the storm, We are unsinkable
Between the devil And the deep blue
Soul search and rescue
We are, we are
Unsinkable



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Let me share your pain - Shae & Laura   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let me share your pain - Shae & Laura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Let me share your pain - Shae & Laura
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» la fiche de Méline Laura
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: Bourbon Street-