AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Beneath the dark |Anastasia|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1235
↳ Points : 1199
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Beneath the dark |Anastasia|   Lun 27 Fév - 1:14


Beneath the dark
Follow your common sense, you cannot hide yourself, behind a fairytale forever and ever ••• Un regard vers ses bras, pour s'assurer une dernière fois que les cicatrices s'étaient bien résorbées. Il en avait fallu du temps depuis les arènes pour qu'elles s'effacent. Après, il lui arrive encore d'avoir des nausées, des maux de tête suffisamment importants pour qu'elle ne puisse plus bouger pendant quelques heures. Agaçant puisque cela ne lui arrivait qu'au milieu des missions pour le Gouvernement. Et Ambre ne pouvait se permettre d'échouer, alors même que son protecteur était enfermé entre quatre murs pour possible détention de drogues. La jeune fille n'y croyait pas, et elle ne se doutait pas du coup monté. D'ailleurs, il devrait être libéré sous peu, une fois que les analyses sanguines auront confirmé qu'il ne consommait rien. Quelques jours tout au plus, mais il fallait qu'elle se tienne à carreaux en attendant. Voilà pourquoi manquer de s'évanouir en mission n'était pas agréable pour sa réputation déjà inexistante. Cependant, il fallait voir le bon côté des choses. Les cauchemars avaient cessé depuis la venue de Dante, ce qui lui avait permis de récupérer bien plus rapidement ses forces et surtout de reconstruire sa barrière émotionnelle, pour ne pas se faire détruire en reprenant le travail. Il était resté plusieurs jours, avec son satané chat auquel Ambre, à son grand désespoir, avait fini par s'attacher. Il lui avait apporté une présence bien plus que bienfaitrice, et elle s'en voulait un peu parce qu'elle allait infiltrer un réseau de proxénétisme sous peu. Et elle savait que s'il l'apprenait, il allait lui passer un savon. Enfin, il n'y avait aucune chance qu'il ne se retrouve au Little Darlings... Ou qu'il la reconnaisse. On va partir sur ça...

En tout cas, pour le moment, la jeune fille avait d'autres préoccupations à l'esprit. Au cours de sa dernière enquête, elle était tombée sur un meurtre qui lui était étrangement familier. Une jeune femme, le visage strié par un objet tranchant, le corps pourfendu à trois reprises, repêchée dans le lac de la Nouvelle-Orléans. Celle qu'elle avait rendue méconnaissable, mais qu'elle n'avait pas tué, puisqu'un autre tueur était sur le coup. Et qu'il l'avait descendue devant ses yeux. Bref, Anatoly revenait dans ses pensées. Après leur rencontre, elle avait cherché à en savoir plus. Sauf que... C'était un assassin, et il n'y avait aucune information qui traînait sur lui. Il était doué, cela avait sans dire, et Ambre avait fini par suspecter un faux nom, comme elle l'avait fait. De fausses identités respectives. Un échange entre deux assassins après tout, Ambre n'aurait pas dû s'attendre à de la vérité. En revanche, elle doutait qu'il ait menti sur ses origines. Puisqu'elle n'avait que peu de chances de trouver des informations sur un pays aujourd'hui rayé de la carte. Enfin, ça, c'était sans compter son réseau.

La jeune fille avait laissé un message à sa plus "fidèle" informatrice, qui le resterait tant qu'Ambre paierait. Et parfois, elle se disait que la fortune de son père lui était bien utile. Sans qu'elle ne se doute que celui-ci soit en train d'essayer de la récupérer, et de récupérer le contrôle de sa fille. Hé oui, quand on passait des années à créer une machine de guerre, on n'appréciait que peu qu'elle cherche à s'envoler de ses propres ailes... Et qu'elle nous croit mort par la même occasion. Enfin, là n'était pas la question. En fait, cette informatrice était intéressante parce qu'elle venait d'Europe de l'Est. Et donc, qu'elle était la plus susceptible de la renseigner à ce sujet. Bon, en restant sérieuse, Ambre ne lui faisait pas totalement confiance. Mais c'était dans sa nature, puisqu'ils n'étaient que deux à avoir sa confiance, sa loyauté. Et c'était déjà suffisant comme ça. Mais cela n'empêchait pas l'italienne de lui offrir quelques informations aussi, histoire d'entretenir leur relation à un point optimal.

Le rendez-vous avait été fixé dans une usine désaffectée dans le sud de la ville. Un lieu à l'abri des oreilles indiscrètes, bien qu'ici, tous les murs aient des oreilles. Ambre préférait limiter la diffusion des informations. Pour la shadowhunter qu'elle était, mieux valait que certaines discussions restent secrètes. Et ce serait le cas en cette soirée. Puisque oui, l'italienne avait aussi foutu le rendez-vous au milieu de la nuit. Pour éviter d'être suivie. Des précautions, encore des précautions... Lorsque ta vie pouvait basculer à la moindre erreur, il le fallait.

Le moment était venu pour délaisser son chez soi. Elle enfila une tenue noire, glissa ses poignards et autres armes dans leurs fourreaux. Après quelques secondes de réflexion, elle se décida à abandonner l'épée. Rester discrète avant tout. Et donc, cela signifiait se séparer d'Ira, à son grand désespoir. Enfin, elle survivrait. Ce n'était qu'une arme, certes une arme à laquelle elle était attachée, mais qu'une arme. Elle pénétra dans l'usine, se souvint de sa dernière venue par ici. Une grimace brisa ses traits si froids durant une seconde. Avant qu'elle ne se reprenne, aille s'installer sur une chaise, en attendant son informatrice. Qui ne tarda pas à arriver, aux bruits des pas qu'Ambre entendait. En une fraction de seconde, elle fut debout, puis se dirigea vers la source du bruit. La silhouette féminine dans son champ de vision elle lança :

"Bonsoir, je suis désolée d'avoir demandé un rendez-vous en si peu de temps.."

Il est vrai qu'elle ne lui avait pas réellement laissé plus d'une demi-journée de préparation. Cependant, le sujet lui était suffisamment important pour qu'elle passe outre. Et puis, la jeune fille payait bien, qui allait se plaindre ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 680
↳ Points : 127
↳ Arrivé depuis le : 02/02/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jaimie Alexander
↳ Age du Personnage : 32 ans (72 ans réels)
↳ Métier : Journaliste / Informatrice, ancienne agent et assassin au service du KGB
↳ Opinion Politique : L'argent fait le bonheur et mon opinion
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Dance of Fate - Epica | Take the Day - Turisas | Scaretale - Nightwish | The Parting Glass - Peter Hollens | 5th Symphony (mvt 1) - Beethoven | Yma O Hyd - Dafydd Iwan | Piano Concerto n°2 - Shostakovich | Nuages - Debussy
↳ Citation : " When darkness will reign and blind us all Allegiance will bind us if we do not fall. "
↳ Multicomptes : Aimée G. Townsend
↳ Couleur RP : #0066ff



les petits papiers
↳ Copyright: MiniBouh ; Crackle Bones
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Beneath the dark |Anastasia|   Mer 8 Mar - 17:00


Beneath the dark
Follow your common sense, you cannot hide yourself, behind a fairytale forever and ever ••• Je n'aime pas attendre. Je n'aime pas non plus qu'on me tire du lit en pleine nuit, et je déteste qu'on me balade dans toute la ville par pure excès de paranoïa. En fait, je n'aime pas grand-chose, mais ce soir c'est pire, parce que je suis de mauvaise humeur, parce que ça me gonfle prodigieusement d'y aller, et que si je ne suivais pas l'odeur des billets verts à la trace, je lui aurais dit d'aller se faire foutre et serais retournée me coucher. C'est qu'elle sait m'appâter, la demoiselle ! Bien mieux que la plupart des gens, puisqu'elle paye mieux qu'eux. Actuellement, si je devais absolument dire à qui va mon allégeance, ça serait à elle – Georg étant un peu hors course étant donné que j'n'ai pas le choix – à Ambre. Pas parce que j'embrasse ses idéaux et ou qu'en secret je rêve de me la faire – oh ça va, qui n'y a pas pensé, hin ? Bon... – mais uniquement parce que de tous, c'est la seule à pouvoir s'offrir mes services jusqu'au bout. L'ennui, c'est qu'elle en profite. Allègrement. Et ça, ça a le don de me mettre hors de moi, mais pas suffisamment pour que je fasse le mort.

Alors j'ai veillé une partie de la soirée devant un film, et quand les dialogues pompeux et insipides ont menacé de m'endormir, j'ai tout éteins et suis sortie faire un tour. Dehors, ça ne change pas, il fait froid, l'air sent un mélange de pourriture et de pollution fermentées, y a pas un chat dans les rues et c'est franchement la zone. Mais malgré tout, elle a tenu à ce que nous nous retrouvions dans un coin encore plus glauque ! J'arpente les rues, observe les rares crétins que j'y croise et m'amuse à imaginer pourquoi ils sont là à une heure aussi avancée de la soirée. J'en mettrais ma main à couper, mais j'suis persuadée que certains viennent chercher leur came, d'autres une plaisante compagnie dans les bras de laquelle oublier leur morne existence le temps d'une nuit. Puis y a juste ceux qui, comme moi, n'ont rien d'autre à faire. J'suis seule, si c'est pas triste. Me retrouver face à Andreï n'était pas prévu au programme, pas si tôt... Il était prévu qu'il ne me revoie pas avant que je lui ai planté un couteau dans le dos et surtout, je n'avais pas prévu qu'il serait si... Gentil avec moi. J'avais plutôt prévu que les 40 années passées loin l'un de l'autre n'auraient fait qu'agrandir le gouffre nous séparant. Au final c'est un peu le cas mais nous sommes plus deux étrangers dépourvus d'animosité l'un pour l'autre que deux ennemis. Ca rend les choses tellement plus compliquées, tellement plus... Bref. Ca m'agace, je me repasse en boucle l'étrangeté de cette soirée passée ensemble, me demande toutes les deux minutes si je n'aurais pas dû dire ça, ou ça, avant de me mettre des claques pour imposer le silence à mon cerveau.

Finalement, mes pas me mènent à l'entrepôt où Ambre m'a donné rendez-vous avant même que je ne m'en rende compte, et j'esquisse un petit sourire. Hè bin... Glauque à souhait, le coin ! J'entre sans même tenter de me faire discrète, les mains enfoncées dans mes poches. Quand je vois Ambre se lever et venir à ma rencontre, je ne peux pas m'empêcher de faire claquer ma langue de mécontentement, sans faire le moindre effort pour rendre mon effroyable accent compréhensible.

« J'espère bien qu't'es désolée, ouais... J'suis pas à ton service, Del Nero, et encore moins ton chien. La prochaine fois qu't'as b'soin d'moi, tu appelles plus tôt, et on s'donne rendez-vous en journée, pas au milieu d'la nuit, ok ? »

Je suis énervée ? Je suis énervée. Et elle a bien besoin de le savoir. Je croise les bras devant moi, soupire et la fixe.

« Bon... Pendant qu'je suis là, qu'est-ce qui est si urgent ? »

Je n'ai pas l'intention de m'éterniser, ça c'est une certitude.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________


We are going to die, and that makes us the lucky ones. Most people are never going to die because they are never going to be born.
The potential people who could have been here in my place but who will in fact never see the light of day outnumber the sand grains of Sahara.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1235
↳ Points : 1199
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Beneath the dark |Anastasia|   Ven 24 Mar - 1:49


Beneath the dark
Follow your common sense, you cannot hide yourself, behind a fairytale forever and ever ••• Ambre détaillait du regard la brune qui se rapprochait à grands pas. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Depuis son... Pétage de câble avec Dante, elle parvenait plus à laisser les émotions la traverser, à exister en elle, notamment la perception de l'amusement. Bon, ce n'était pas une bonne chose pour ceux l'entourant, parce que sa diplomatie n'était pas une de ses qualités, mais pour elle, c'était un pas en avant. L'amusement et la colère en fait. C'étaient les deux sentiments qu'elle parvenait à ressentir en quelque sorte. En tout cas, ils étaient là par moment, sous les couches de son cœur de pierre. Ils étaient là et elle s'en rendait compte, ce qui était une grande avancée. Cependant, ses yeux restaient toujours aussi froids, comme si rien ne filtrait vers l'extérieur. L'italienne n'était pas encore capable de s'ouvrir aux autres, de les laisser voir derrière le masque. Pourtant, Anastasia n'était pas quelqu'un qu'elle pouvait considérer comme une ennemie. Au contraire, elle lui avait transmis des informations capitales à plusieurs reprises ces dernières années, et Ambre se savait à l'abri car ses chèques étaient certainement les plus élevés. En fait, son héritage lui servait principalement à cela : payer cette femme. Et même en y mettant le prix, elle était à l'abri du besoin pendant quelques décennies encore. Pour une fois qu'elle pouvait remercier son géniteur... Mais il était mort. Et elle espérait bien qu'il le resterait...

Anastasia prit la parole, et le cerveau d'Ambre mit une seconde avant de s'adapter à l'accent. Faire un effort n'avait jamais été dans les habitudes de son interlocutrice... Heureusement qu'elle y était habituée finalement. Et qu'elle comblait les mots incompréhensibles par celui s'en rapprochant le plus. Des déductions qui pourraient bien la mener un jour à mal comprendre certains discours, et ainsi la mettre un peu au fond. Mais ce n'était pas le cas aujourd'hui, et la jeune fille n'aimait pas s'attarder sur cette possibilité, bien qu'elle soit plus que présente... L'énervement d'Anastasia la laissa entièrement de marbre. Cela lui importait peu, elle était venue, elle devait donc être un minimum intriguée par la demande qu'avait Ambre. Les humains étaient si faciles à manipuler finalement... Un soupir quitta les lèvres de l'italienne alors que ses mains s'enfonçaient dans ses poches. Ses yeux se posèrent sur les lieux, sa mémoire se souvint de sa dernière visite dans le coin... Cette fois-là où elle avait bien cru mourir, sans savoir que cette sensation la suivrait de façon de plus en plus rapprochée, comme si le karma avait décidé de lui faire payer les nombreux crimes qu'on pouvait lui mettre sur le dos. Elle secoua sa chevelure brune, revint dans le présent. Ce n'était pas la peine de s'attarder sur ça... Et la curiosité d'Anastasia reprit le dessus. Elle voulait savoir... Ambre devait l'avouer, elle fut tentée pendant un instant de faire planer un peu de suspens. Avant de sa rappeler qu'elle devait aussi faire un tour au Little Darlings pour aller y bouger son cul – et plus si affinités –. A l'occasion, elle supprimerait un autre de ses hommes. Douce vengeance au nom de Niklas...

« Et malgré tout cela, tu es quand même présente, devant moi, alors même que ça a l'air de t'emmerder. Je ne t'ai pas obligée à venir, j'aurais très bien pu payer quelqu'un d'autre pour des informations. »

Une vérité, ou plutôt demi-vérité, puisqu'Ambre n'aurait jamais eu des informations aussi fiables que celles d'Anastasia en allant autre part. Et surtout... En cette fraîche nuit, elle avait aussi besoin du passé de son interlocutrice. La question allait porter sur un homme supposé venir des contrées de l'Est de l'Europe. Des villes et des pays qu'elle n'avait jamais eus l'occasion de visiter, s'étant envolée pour les Etats-Unis bien trop tôt. La jeune fille finit par s'appuyer sur une table à moitié détruite, croisant les bras sur sa poitrine. Ses yeux vairons se perdirent dans le vide quelques secondes, avant qu'elle reprenne la parole :

« Je suis tombée sur un tueur à gages il y a quelque temps, et j'aurai besoin de précision à son sujet. »
Silence, le temps de rassembler ce dont elle se souvenait à son sujet. « Il a dit s'appeler Anatoly, il est né en Ukraine et y a certainement été éduqué pour tuer. Son premier meurtre remonte à ses quinze ou seize ans, et il paraît en avoir entre... Trente et trente-cinq aujourd'hui. Après, ce qui m'a le plus marqué doit être son attitude nonchalante au possible et peut-être une certaine... Sociopathie. »

Une description des plus succinctes, elle pouvait le concevoir mais c'était pour cela qu'elle avait besoin d'Anastasia. Certains réseaux lui étaient inaccessibles de par sa condition de Shadowhunter, et surtout, elle n'en avait pas connaissance de leur existence... Voilà pourquoi elle s'en remettait à son interlocutrice. Peut-être même que celle-ci aurait déjà des pistes sur lesquelles Ambre pouvait se lancer. Après, de nombreux points étaient en doute dans son raisonnement. Déjà, le prénom. Elle-même avait menti sur son identité lors de leur rencontre. Après, l'âge. Celui-ci, il était plus lié avec tous les sorciers sortis lors de la Catastrophe et parfois vieux de plusieurs siècles. La jeune fille savait qu'il ne fallait jamais se fier à l'enveloppe corporelle d'une personne.

« Ca peut paraître flou ainsi mais j'ai juste besoin d'une identité complète pour parvenir à lui remettre la main dessus. C'est bien la première fois que je rencontre une personne si similaire à moi. »

Finalement, elle ne s'était toujours pas rendue compte que cet homme était l'un des tueurs qu'elle était supposé traquer depuis quelques mois. Si elle avait eu son nom, peut-être que tout aurait été bien plus simple...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 680
↳ Points : 127
↳ Arrivé depuis le : 02/02/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jaimie Alexander
↳ Age du Personnage : 32 ans (72 ans réels)
↳ Métier : Journaliste / Informatrice, ancienne agent et assassin au service du KGB
↳ Opinion Politique : L'argent fait le bonheur et mon opinion
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Dance of Fate - Epica | Take the Day - Turisas | Scaretale - Nightwish | The Parting Glass - Peter Hollens | 5th Symphony (mvt 1) - Beethoven | Yma O Hyd - Dafydd Iwan | Piano Concerto n°2 - Shostakovich | Nuages - Debussy
↳ Citation : " When darkness will reign and blind us all Allegiance will bind us if we do not fall. "
↳ Multicomptes : Aimée G. Townsend
↳ Couleur RP : #0066ff



les petits papiers
↳ Copyright: MiniBouh ; Crackle Bones
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Beneath the dark |Anastasia|   Mer 5 Avr - 11:36


Beneath the dark
Follow your common sense, you cannot hide yourself, behind a fairytale forever and ever ••• La patience et l'amabilité n'ont jamais fait partie de mes qualités. Je ne suis capable de faire preuve de l'une qu'en mission, et de l'autre pour amadouer. Autant dire qu'avec Ambre, je n'ai besoin ni de l'une, ni de l'autre. Il y a des gens avec qui je prends des pincettes, des gens comme Georg qui me font suffisamment peur pour que je ravale mes mauvaises manières. Il y a ceux dont je me moque royalement, que je raille et envoie balader sans le moindre scrupule. Et puis il y a les relations d'affaire, ceux avec qui j'évite les blagues vaseuses mais qui du coup se sentent en droit de me faire venir à n'importe quelle heure. Et elle commence à me connaître, l'italienne ! Elle a très bien su comment me faire venir : l'argent. Ma propension à être un sosie de Picsou aura ma peau un jour. Je n'ai pas envie d'être là, mais je suis là, et je compte bien repartir rapidement pour tenter de finir ma nuit au fond de mon pieu.

« Justement. T'aurais pu payer quelqu'un d'autre, et je crois que ça me ferait encore plus chier que de m'être levée en pleine nuit. Abrège. »

C'est dommage parce que je l'aime bien, la petite Del Nero. Un joli brin de jeune fille qui sait vous servir un regard innocent et un sourire charmeur, avec ses jolies lèvres pulpeuses... Le tout avant de vous glisser un poignard entre les côtes. Faut admettre qu'elle sait mener sa barque et pourtant, elle ne dois pas avoir plus de 25 ans. La seule chose qui m'inquiète avec elle, c'est qu'un jour je puisse passer dans l'autre camp par rapport à elle. S'il lui vient l'idée de mettre ma tête à prix ou de faire le sale travail elle-même, je suis assez observatrice pour savoir que le combat sera serré. Une chance pour moi, j'ai les années et l'expérience en plus mais bon... Autant continuer à me lever en pleine nuit et rester dans ses bonnes grâces. Je la contourne sans un regard et m'installe sur le tas de caisses qu'elle vient de quitter. Je penche la tête sur le côté, l'invite à parler et l'écoute simplement. Un tueur à gages, bien, ce n'est pas comme s'il y en avait à la pelle depuis l'Apocalypse et le retour de la loi du plus fort, mais bon. Anatoly... Quel prénom d'merde ! Je rajoute « ses parents devaient déjà le haïr à la naissance » à son pedigree. Né en Ukraine ? Pour peu que le type ait le même accent que le mien, il doit être facile à traquer. Toutes les informations font leur chemin dans mon esprit, et mes sourcils se froncent de mécontentement. A mesure que les pièces du puzzle se mettent en place, c'est à Andreï que je songe. Andreï a grandit en Europe de l'est, Andreï a été élevé pour tuer, Andreï a la trentaine... Et surtout, Andreï est une putain de sociopathe doublé d'un sacré bon amant au pieu mais bon. La dernière partie, c'est vraiment du détail. Quoi que... ?

« Tu sais, des sociopathes on en croise pas mal, de nos jours. Rien qu'toi et moi, on ferait sûrement de beaux spécimens. Tu peux m'le décrire physiquement ? Sa taille, sa stature, ses yeux, sa couleur de cheveux ? Peut-être que ça me dira quelque chose ? »

Des tueurs j'en connais pas mal, et je doute fortement que ça soit Andreï. Ça serait tout de même un comble qu'Ambre et moi nous utilisions depuis des mois pour chercher deux personnes... Alors qu'il s'agit en réalité de la même. Je commence à me faire mentalement une liste, éliminant les trop jeunes, les trop vieux, ceux qui n'ont rien de sociopathique en eux, les femmes... La liste se réduit, mais il me reste quelques noms. Et surtout, il me reste celui d'Andreï. A croire qu'il est partout, ce con !

« Rien qu'avec ce que tu me donnes, j'ai déjà quelques noms en tête. Tu dois l'savoir, dans ce milieu-là, on s'connaît tous. Qu'est-ce que tu lui veux, en fait ? L'engager ? Ou au contraire l'écarter de ta route ? »

Je n'ai pas envie de devoir composer avec un autre tueur, ni de leur faire de la pub. Si c'est un parfait crétin et qu'elle cherche juste à lui faire la peau, et bien... Tant pis pour lui, c'n'est pas mon problème.

« Elles sont minces, tes infos, Ambre. On dirait que la seule chose dont tu doutes, c'est de son identité. T'as des raisons de croire qu'il t'a mentit là-dessus ? Honnêtement, je ne connais aucun Anatoly en ville, les quelques noms qui me viennent à l'esprit correspondent en tout point, sauf pour l'identité. »

Un nom d'emprunt, voilà c'que c'est. Il n'est pas le premier et ne sera pas le dernier à en user. Moi-même, je me présentais rarement sous mon vrai nom. En général c'était Anya, ou Natasha, ou même n'importe quel nom un tantinet russe.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________


We are going to die, and that makes us the lucky ones. Most people are never going to die because they are never going to be born.
The potential people who could have been here in my place but who will in fact never see the light of day outnumber the sand grains of Sahara.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1235
↳ Points : 1199
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Beneath the dark |Anastasia|   Ven 21 Avr - 2:04


Beneath the dark
Follow your common sense, you cannot hide yourself, behind a fairytale forever and ever ••• Ambre n'avait jamais pris en compte le fait que les gens pouvaient ne pas apprécier être levés à des heures pareilles. Et pourtant, même face à Anastasia, elle s'en moquait pas mal. Après tout, elle avait l'argent. Et elle était celle qui serait le plus dans la merde si ses relations venaient à être découvertes. La petite shadowhunter qui payait des informateurs pour son propre compte. Et tuer. Sauver parfois des opposants notables de l'arène, comme Dante. Le nombre de fois qu'elle était intervenue, l'empêchant de se retrouver en prison, et certainement dans l'arène pour ses prises de position osées. Elle jouait son poste. Elle jouait sa vie. Et pourtant... Elle n'avait pas pris de précaution avec Anastasia. Elle avait dévoilé son identité et son poste. Et que connaissait-elle de l'autre finalement ? Pas grand-chose, si ce n'était ses origines et certainement l'entraînement qu'elle avait reçu pour être si douée. Sinon, l'italienne ne savait rien. Et ne rien savoir était si dangereux dans ce monde où les relations de confiance pouvaient se détruire en l'espace d'une seconde... Combien de temps Ambre survivrait-elle ? L'autre était-elle plus puissante qu'elle ? Certainement. Ca en ferait un défi d'autant plus intéressant.

Des sociopathes. Selon les dires d'Anastasia, il y en avait beaucoup en ville, à commencer par elles deux. La milicienne se contenta de hausser les épaules, preuve qu'elle se moquait pas mal de l'étiquette qu'on lui collait. Le regard des autres lui avait toujours peu importé, seul avantage à avoir mis les sentiments sous clef depuis des décennies. Offrir une description physique. C'était dans ses cordes, avec sa mémoire, mais trouverait-elle les bons mots pour décrire la physionomie la plus parfaite ? D'ailleurs, un instant durant, Ambre fut tentée de basculer au russe, langue qu'elle avait apprise auprès de Dante et qui permettrait peut-être une discussion plus facile avec son interlocutrice. Elle ne fit pas le pas, surtout que l'autre reprit la parole avant. Evidemment qu'ils se connaissaient tous dans ce milieu, c'était bien pour cela que l'italienne lui avait demandé à elle et pas à un autre. Anastasia connaissait bien cette partie-là de la population, et avait certainement plus leur confiance qu'Ambre ne l'aura jamais. Elle avait toujours du mal à entrer dans les bonnes grâces des gens. Peut-être sa jeunesse qui dérangeait, ses yeux si vides, son comportement si détaché de tout, la manière dont elle s'utilisait pour arriver à ses fins. Quelque chose de dérangeant dans l'esprit des humains.

La curiosité était un vilain défaut mais Ambre était disposée à satisfaire celle de la brune. Et oui, les informations étaient minces, elle était au courant. Mais Anastasia était toujours parvenue à dégoter des précisions auxquelles l'italienne n'aurait jamais eu accès, et inversement. Leur réseau d'informations se complétait bien finalement. C'était l'une des raisons pour laquelle elles ne s'étaient pas encore trahies certainement. Enfin, du côté de la milicienne, c'était surtout que les bénéfices étaient meilleurs en restant dans une relation positives avec son interlocutrice. Elle raisonnait ainsi, avec des nombres à la place des gens. Elle passa un doigt sur ses lèvres, reposa son regard dans celui de la femme. Yeux vairons, vides d'émotions qui se heurtaient à l'impatience de l'autre.

« Je sais bien qu'il y a peu d'informations, mais je n'ai rien trouvé de plus. Il est une ombre et il m'échappe sans cesse. Et comme son nom ne m'a menée à rien... C'en est un faux. Puis, personne ne semble assez fou pour donner sa véritable identité à une tueuse se trimbalant avec une épée, j'ai quand même fini par le comprendre ça ! »

Sa chaussure tapa légèrement contre le sol, prouvant un certain mécontentement quant au fait de ne pas parvenir à ses fins. La jeune fille n'avait pas particulièrement l'habitude de se heurter à ce genre de murs, il fallait bien qu'elle l'avoue. Certes, c'était un défi d'un côté, mais elle ne pouvait pas trop se mouiller dans ce genre d'affaires. Et donc, elle ne trouvait pas ce qu'elle recherchait. Voilà pourquoi son informatrice était là. Fouiller là où Ambre ne pouvait pas mettre le pied.

« Si j'avais voulu le descendre, je n'aurais pas été boire un coup avec lui une fois le contrat exécuté. Je m'en serais occupée directement. En fait... J'ai juste besoin d'en savoir plus. Pour moi. Parce qu'il me ressemble bien trop pour que je ne sois pas intriguée. »

Pour elle. Pour son carnet personnel. Parce qu'elle n'avait jamais rencontré quelqu'un d'aussi proche d'elle mais aussi bien plus... Alerté sur ce qu'il était réellement. Il avait intégré bien plus de notions qu'elle, était plus intégré dans cette société si humaine et si empreinte de sentiments. Et ça intriguait la jeune fille. Au fond d'elle, elle voulait savoir comment c'était possible. Peut-être qu'elle se trompait et qu'il jouait juste à la perfection. Mais elle avait besoin de savoir. D'un soupir, elle entreprit de lancer la description :

« A vue d'oeil, je dirai un peu plus d'un mètre quatre-vingt, pas forcément très musclé, châtain clair, presque blond, peau blanche... Je n'ai pas forcément vu de détails, c'était de nuit, et je ne suis pas nyctalope malheureusement. » Hé oui, elle n'était qu'une petite humaine finalement... « Donne-moi tous les noms auxquels tu penses sinon, je m'occuperai de faire le tri par moi-même. »

Evidemment, si l'autre pouvait lui donner une seule identité, Ambre ne cracherait pas dessus. Néanmoins, cela ne la dérangeait pas de s'occuper de fouiller les rues à la recherche des personnes concernées par la description jusqu'à tomber sur son très cher monsieur...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 680
↳ Points : 127
↳ Arrivé depuis le : 02/02/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jaimie Alexander
↳ Age du Personnage : 32 ans (72 ans réels)
↳ Métier : Journaliste / Informatrice, ancienne agent et assassin au service du KGB
↳ Opinion Politique : L'argent fait le bonheur et mon opinion
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Dance of Fate - Epica | Take the Day - Turisas | Scaretale - Nightwish | The Parting Glass - Peter Hollens | 5th Symphony (mvt 1) - Beethoven | Yma O Hyd - Dafydd Iwan | Piano Concerto n°2 - Shostakovich | Nuages - Debussy
↳ Citation : " When darkness will reign and blind us all Allegiance will bind us if we do not fall. "
↳ Multicomptes : Aimée G. Townsend
↳ Couleur RP : #0066ff



les petits papiers
↳ Copyright: MiniBouh ; Crackle Bones
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Beneath the dark |Anastasia|   Lun 8 Mai - 11:21


Beneath the dark
Follow your common sense, you cannot hide yourself, behind a fairytale forever and ever ••• Je n'ai aucun envie de me trouver là à une heure pareille, mais je ne serais pas plus ravie de voir quelqu'un d'autre empocher l'argent qui me revient de droit. Au final, je suis prise au piège avec ma propre cupidité et c'est une gamine qui dicte les règles. Charmant, vraiment. Tout ce qui me rassure, c'est qu'Ambre sait bien peu de choses à mon sujet. Elle ne sait que ce que j'ai bien voulu lui révéler. Rien de plus, rien de moins, c'est suffisant. Il n'y a vraiment qu'en cas de nécessité que je révèle mes anciennes activités d'assassin et d'espionne, parce que malgré l'Apocalypse et les années qui se sont écoulées, on est jamais à l'abri d'un malade pro Amérique qui voudrait m'écarteler pour avoir eu le malheur de bosser pour le KGB. Comme si le monde n'était pas déjà assez pourrit comme ça... M'enfin pour le moment, je n'ai pas vraiment envie de causer de la pourriture qui gangrène notre monde mais plutôt d'empocher l'argent qu'Ambre me doit et rentrer me coucher. Je croise les bras, la fixe, et attends avec impatience qu'elle daigne faire autre chose que de me regarder avec ses yeux de veau mort sans prononcer un mot. Des regards creux comme le sien, j'en ai affronté plus d'un, et s'il y a des gens que ça dérange, moi ça ne fait que m'agacer. Ça m'agace parce qu'on ne sait jamais ce que pensent ces gens-là, ni ce qu'ils ressentent. C'est le genre de vide émotionnel opaque, terne et sans saveur. Difficile de réprimer un ricanement quand elle se décide enfin à parler.

« En même temps... Tu crois impressionner qui, avec ton cure-dent modèle géant ? On est plus au Moyen-Âge, Ambre, les gens ne se battent plus avec des épées. Aujourd'hui on utilise des flingues, des poignards ou même des cordes de violon pour étrangler les gens. Un conseil : garde l'épée pour les duels si ça t'amuse mais pour le reste, vise plus discret. »

La première fois que j'ai vu Ambre, je n'ai pas pu m'empêcher de rire en voyant l'épée qu'elle trimbale avec elle. Ça fait noble, quelque part, mais c'est tout sauf pratique et discret. Je me passe une main dans les cheveux, l'écoute parler et sourit à nouveau. Allons bon... C'est son coup de cœur du moment, ce type ? J'ai beau réfléchir, je ne me souviens pas d'un russe qui se fait appeler Anatoly ou une connerie du genre.

« Vous vous ressemblez... Tu veux dire que lui aussi se promène avec une épée sur le dos ? Non sérieusement... J'ai du mal à comprendre pourquoi tu mets autant de moyens et d'énergie en œuvre juste pour un type qui te ressemble. »

Pas que ça me dérange, je ne sais pas qui est ce type. Pour peu qu'on se soit juste croisés une fois dans nos vies, ça ne me fera ni chaud ni froid si Ambre en fait son toutou de compagnie ou se contente de l'inviter à boire un verre. En général, la bonne santé mentale et physique des gens que je dénonce me laisse profondément indifférente et il paraît que c'est assez mal vu. Quelque part, j'ai envie de lui filer le nom de Georg, juste pour les voir se foutre sur la gueule tous les deux, mais je sais que derrière, il me le fera regretter. J'ai bien plus peur de lui que je ne le hais, et je me sais pieds et poings liés, enchaînée à lui, alors inutile de jouer les casse-cou. Je me contente de froncer les sourcils et écoute la description de Ambre. Si la taille ne me fait pas tiquer au premier abord, le « châtain clair, presque blond », en revanche... Je ne peux m'empêcher de penser à Andreï, parce qu'il est le premier russe auquel je pense quand on me fait une description de ce genre. Mais non, hin ? Ce n'est pas lui, ça serait vraiment trop con ! Comme s'il ne se foutait pas déjà dans la merde h24 !

« Tu m'aides pas des masses, là... », grogné-je en croisant les bras, « Il a un accent, quand il cause ? Avec un nom pareil, qu'il soit faux ou non, ça peut t'orienter vers l'Europe de l'Est. S'il t'a causé russe ou ukrainien, ça pourrait m'aider à t'en dire plus. Tu as remarqué un détail particulier ? Il était barbu, imberbe ? »

Toutes mes questions semblent simplement être là pour m'aider à réduire la liste des noms que j'ai en tête mais en réalité, c'est surtout pour m'assurer qu'elle n'est pas en train de me parler d'Andreï. Parce que si c'est le cas, nous courons mutuellement après le même con sans le savoir.

« Là, comme ça, je pense pas à grand monde. Y a bien un type qui bosse dans un bar clandestin pas loin de chez moi, Youri, il me semble... Il colle à ta description, mais à part être un pro de la sangria, je l'ai jamais vu tenter de tuer qui que ce soit. »

Et puis merde... On verra bien c'que ça donnera si je l'envoie à Georg, tiens... Au pire ils se foutront sur la tronche et j'inventerai un bobard pour me tirer d'affaire !

« En revanche... Un russe un brin sociopathe qui fait cette taille et a déjà tué pas mal de gens, j'en connais un. Il est plutôt brun, mais si tu dis que c'était de nuit, t'as p'tet confondu ? Il s'appelle Georg Tchekov... Et c'est pas franchement un enfant de chœur. »

Ça, j'en sais quelque chose. Je l'ai expérimentée, son éducation à grands renforts de mandales dans la gueule et de terreur par la menace ! Je joue gros en faisant ça, mais mon instinct me hurle d'éloigner Ambre d'Andreï si c'est vraiment de lui qu'il s'agit. C'est ma vengeance, mon plan, mon but. Je ne laisserai rien ni personne me mettre des bâtons dans les roues alors que je touche au but.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________


We are going to die, and that makes us the lucky ones. Most people are never going to die because they are never going to be born.
The potential people who could have been here in my place but who will in fact never see the light of day outnumber the sand grains of Sahara.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1235
↳ Points : 1199
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Beneath the dark |Anastasia|   Ven 16 Juin - 0:40


Beneath the dark
Follow your common sense, you cannot hide yourself, behind a fairytale forever and ever ••• Les gens ne se battaient plus avec une épée ? Bonne nouvelle, elle était au courant, voilà pourquoi elle maniait aussi bien les armes à feu de toutes sortes que son cure-dent géant comme le disait si bien Anastasia. Néanmoins, la jeune fille se contenta de l'ombre d'un sourire en réponse à la remarque. Elle préférait largement apparaître comme faible aux yeux du monde, capable seulement de manipuler une lame d'un ancien temps, pour mieux poignarder dans le dos les silhouettes. Mais il s'agissait de détails qu'elle gardait pour elle, même face à son informatrice. Le moins celle-ci en savait sur elle, mieux elle se portait, puisqu'Ambre n'avait pas l'habitude de laisser en vie ceux qui en savaient trop à son goût. La russe était donc au courant... De certains passages, et pas de la totalité, comme l'inverse était vrai. Que savait l'italienne de son interlocutrice ? Qu'elle venait de Russie, qu'elle était informatrice aux plus offrants, et diablement douée. Sur le reste, rien n'avait filtré, et cela restait quelque peu... Frustrant. Pourtant, elle s'en était accommodée avec les mois, les années qui avaient passé. Désormais, elle parvenait presque à ne plus avoir d'interrogations lors des rencontres, à faire taire cette curiosité maladive qui s'apparaîtait presque à son instinct de survie.

La question d'Anastasia aurait pu la faire rire, très clairement. Si elle avait été comme tous les autres tueurs, ironiques, sarcastiques, elle aurait ri et aurait tourné le tout à son avantage. Avant d'appuyer le fait que oui, c'était la principale raison de toute l'énergie qu'elle y plaçait. Sauf que non. Anatoly avait utilisé un pistolet pour renvoyer sa cible six pieds sous terre. Tout ce qu'il y avait de plus banal aujourd'hui. Non, c'était bien plus complexe que cela, et même Ambre n'était pas certaine d'en capter toutes les nuances. C'était plus un... ressenti profond que son esprit avait trahi en besoin d'informations qu'autre chose. Et les ressentis et la milicienne, ça devait faire quelques milliards. Sauf que là, elle ne parvenait pas à déccrocher. C'était viscéral, si bien qu'elle s'était décidée à écouter cette envie et appeler Anastasia. Au milieu de la nuit. Pour un sujet aussi futile oui. Ce devait être la première fois qu'elle faisait cela, et certainement la dernière fois. Puisqu'elle ne recroiserait pas deux personnes comme Anatoly. Et une fois qu'elle aurait son véritable nom, elle pourrait fouiller son passé, le déterrer autant que possible. Puis aller le voir, discuter. Le tuer ou le laisser en vie, le choix n'était pas encore définitivement fait. Pour une fois, l'hésitation était palpable dans son esprit. La tueuse avançait, reculait, revenait sur sa décision dès que l'une d'entre elles était prise. Chaque pas en avant se négociait par deux en arrière. Cela ne lui correspondait pas.

Puis la discussion continua, avec une demande de détails supplémentaires. L'autre semblait se refermer, montrant son profond désaccord à se retrouver ici pour une telle raison. Ambre aurait presque pu trouver ça jouissif, de se retrouver dans cette position de force où elle pourrait faire poireauter l'autre pendant des heures si elle le souhaitait. Néanmoins, la jeune fille se plongea dans sa mémoire, laissa les traits et le corps de l'homme réapparaître devant elle, quand elle avait eu tout le loisir de l'observer torse-nu après le meurtre de leur cible. Puis sa voix qui résonnait dans ses oreilles, un anglais plutôt maitrisé, mais une naissance en Ukraine qu'il lui avait avouée sans souci. Des informations dont elle n'avait pas parlé à Anastasia, plus parce qu'elle ne les estimait pas nécessaires sur le coup qu'autre chose. Maintenant, elle révisait son jugement, s'asseyant au passage plus confortablement sur les machines usées. Même si un nom lui fut offert. Nom qui s'inscrivit dans son esprit, pour ne jamais en repartir. Certes, il était brun, mais c'était mieux que rien, elle en avait parfaitement conscience. Et ce serait un point de départ pour la suite de ses recherches. Georg Tchekov donc... Inconnu au bataillon, mais cela ne l'étonnait guère. Qu'aurait-il à lui raconter ?

« Merci pour le nom, je le retiens précieusement. Je peux très bien avoir confondu oui, et dans tous les cas, ça fera un bon début. Et je ne m'attendais pas à faire face à un enfant de cœur, je l'ai bien remarqué lors de ma discussion avec lui... » Elle ne souriait pas, semblait détacher d'une possible mort. Ce n'était pas un homme seul qui l'effraierait à vrai dire. « Je préfère quand même mon épée, c'est utile, les gens ont tendance à sous-estimer son utilisation... Et puis, ça permet de joyeuses mises en scène aussi. »

De joyeuses mises en scène oui... Peut-être qu'elle était folle de penser une telle chose, de l'exprimer. Mais les meurtres n'avaient jamais été que l'équivalent-même de sa vie. Elle en avait tellement commis au fil des années, qu'il fallait bien un moyen de retrouver un tant soit peu d'amusement dans cette situation. Et c'était son épée qui lui permettait donc de rajouter du challenge à chaque contrat. Enfin, ce n'était pas quelque chose qu'elle devait expliquer à Anastasia. Pas maintenant.

« Il ne se promène pas avec une épée sur le dos non, je crois que ça m'est réservé ça... C'est plutôt en termes de caractère qu'on se rapproche. C'est toujours étrange de se retrouver face à soi-même, tout en ayant une certaine distorsion dans ce même reflet... Alors je suis intriguée. Et même si ça n'en vaut certainement pas la peine, de dépenser autant de moyens et de temps dedans, j'en ai besoin pour éviter que mon esprit ne se pose trop de questions. »

Quel petit chenapan celui-là... Toujours à lui faire faire le contraire de ce qu'elle devrait faire. Léger soupir. Elle croisa ses jambes et ses bras, laissant son talon taper à intervalles réguliers contre le sol. Histoire de faire métronome, taper sur le système de l'autre par habitude. Avant de reprendre la parole, de sa voix toujours aussi monocorde.

« Il maîtrise l'anglais, il n'a pas forcément d'accent perceptible contrairement au tien mais il m'a dit être né en Ukraine, à l'époque où le pays faisait encore partie de l'URSS. Il comprend le russe oui, ce qui est plutôt logique au vu du régime soviétique. Quant à donner plus d'informations... Il était imberbe quand je l'ai croisé, mais rien n'indique qu'il le reste. Aussi, pour l'avoir vu torse-nu, il est musclé mais pas trop non plus. Cela se remarque qu'il a dû suivre un entraînement quelconque dans le passé, ou s'adonne régulièrement à celui-ci aujourd'hui. »

Si Ambre s'en moquait du physique de l'autre, cela ne l'avait pas empêchée de regarder non plus. En même temps, c'était une mine d'informations le corps d'une personne...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 680
↳ Points : 127
↳ Arrivé depuis le : 02/02/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jaimie Alexander
↳ Age du Personnage : 32 ans (72 ans réels)
↳ Métier : Journaliste / Informatrice, ancienne agent et assassin au service du KGB
↳ Opinion Politique : L'argent fait le bonheur et mon opinion
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Dance of Fate - Epica | Take the Day - Turisas | Scaretale - Nightwish | The Parting Glass - Peter Hollens | 5th Symphony (mvt 1) - Beethoven | Yma O Hyd - Dafydd Iwan | Piano Concerto n°2 - Shostakovich | Nuages - Debussy
↳ Citation : " When darkness will reign and blind us all Allegiance will bind us if we do not fall. "
↳ Multicomptes : Aimée G. Townsend
↳ Couleur RP : #0066ff



les petits papiers
↳ Copyright: MiniBouh ; Crackle Bones
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Beneath the dark |Anastasia|   Dim 1 Oct - 11:38


Beneath the dark
Follow your common sense, you cannot hide yourself, behind a fairytale forever and ever ••• Je n'ai jamais été réputée pour ma patience ou mon pacifisme. C'est comme ça, c'est dans mes gènes : je suis impulsive, caractérielle, agressive et merci bien, je m’accommode très bien de tout ça ! Faut voir ce que ça donnait dans la cour de récré ! Suffisait qu'on me dise un mot de travers et j'envoyais valser tous les crétins d'un coup de pied dans les parties. À six ans, j'étais la gamine qui revenait à la maison avec la lèvre enflée, la joue tuméfiée ou un œil au beurre noir. L'enfant que sa mère désespérait de la voir un jour faire preuve d'élégance, de finesse et d'un raffinement que l'on attendait d'une jeune fille. Sauf que je n'ai jamais voulu être ce genre de petite poupée enfermée dans un écrin de velours, je n'ai jamais voulu papillonner des yeux pour obtenir ce que je veux et par-dessus tout, je n'ai jamais voulu correspondre à l'idée archaïque que l'on se fait du sexe faible. Y a qu'à voir ce terme, tiens ! Y a pas plus réducteur ! Alors non, j'étais plutôt le garçon manqué, la gamine turbulente qui cherchait la merde et ça, faut bien admettre que ça n'a pas changé. Y a jamais eu qu'avec une paire de chaussons de danse aux pieds que j'ai pu faire preuve de bien plus d'élégance que la plupart des empotées qui peuplaient les salles de danse classique. 70 ans plus tard, c'est toujours avec la même agressivité et la même impatience que je m'adresse à Ambre. C'est simple : je ne comprends pas cette fille. C'est comme si nous appartenions à deux mondes ou deux réalités différentes et parfois, quand je tente de capter son regard, j'ai l'impression qu'elle est complètement ailleurs. D'un autre côté, elle non plus ne doit pas bien piger ce que je cherche et ce n'est pas si étonnant, puisque moi non plus je ne sais pas trop c'que j'fous là.

« Les gens sous estiment son utilisation ? Et ils croient quoi ? Que tu t'promènes avec Excalibur pour faire joli ? »

En réalité, j'ai aussi du mal à piger comment on peut considérer une épée comme une arme de choix face à un flingue ou un poignard. L'épée, c'est l'arme d'un autre temps, d'une époque où on se battait à la loyale et où on respectait son adversaire. Mais ça c'est fini, aujourd'hui on tire à l'abri des regards et on poignarde dans le dos. Ça va plus vite et il y a beaucoup moins de risques d'être vu. C'est juste un peu plus déloyal ! Mais pour l'heure, ces histoires d'épée et de loyauté dans le combat sont bien le cadet de mes soucis. Plus elle me décrit le type qu'elle a rencontré, moins je reconnais Georg. Ambre est une grande malade, mon fou furieux de créateur aussi mais c'est... différent. Lui est un mégalomane qui rêve d'écraser le monde et de vaincre la mort, Ambre... je n'arrive pas à la voir comme ça. En fait c'est bien simple : je ne sais pas vraiment ce qu'elle cherche, mais elle tient davantage de l'assassin et du mercenaire comme moi ou Andreï que du grand vilain toujours prompt à dispenser des « mouhahaha je suis vilain » au monde entier. Je plisse les yeux, croise à nouveau les bras et la fixe sans un mot. Pour quelqu'un qui a simplement besoin de satisfaire sa curiosité, je la trouve bien généreuse. C'est peut-être moins qui suis pingre, mais jamais je ne paierais aussi cher pour obtenir le nom d'un type et ne rien en faire derrière. Y a autre chose. Et ce claquement de talon contre le sol me donne déjà envie de lui arracher ses pompes pour les lui faire bouffer. Sa remarque sur mon accent me fait tiquer mais une fois de plus, je reste silencieuse, comme si l'odeur des billets pouvait me convaincre de rester calme. Ça a toujours fait partie de mes grosses frustrations, ce putain d'accent dont je ne peux me débarrasser. Je saisis la grammaire anglaise, en maîtrise le vocabulaire et surtout les injures, mais pas moyen de prononcer ces foutus « -th » et « r » à la con comme le voudrait la langue de Shakespeare. Au lieu de ça, je pourrais me promener déguisée en bouteille de vodka que mes origines ne seraient pas plus flagrante. Andreï, lui, c'est autre chose. Ce con-là a toujours été doué pour se fondre dans le décor et la peau de n'importe qui, adoptant aussi bien la posture et l'accent d'un gentleman britannique que celle d'un paysan du Poitou profond. Je me souviens encore de nos missions, à base de « laisse Andreï parler, Anastasia, contente-toi d'être jolie et de la boucler ». Toujours bonne à porter les belles robes, à sourire et faire semblant de rougir quand j'aurais voulu hurler et tous les égorger.

Je chasse alors mes sombres souvenirs et me concentre sur ce que me dit Ambre. Il maîtrise l'anglais, pas d'accent perceptible... Ce peut être Andreï comme Georg, du moins s'il s'agit de quelqu'un que je connais. Ça ne risque pas d'être le type dont j'ai parlé plus tôt, il n'a jamais trop compris comment on mettait les mots dans le bon ordre, en anglais. Né en Ukraine ? Ce n'est donc pas Georg, à moins qu'il ait menti. C'con-là est né avec une petite cuillère en argent dans la bouche en plein Léningrad, je doute même qu'il ait un jour foutu les pieds en Ukraine. Merde... plus elle en parle, plus c'est le visage d'Andreï qui s'impose à mon esprit. J'l'ai connu imberbe même s'il a décidé de quitter l'adolescence en se laissant pousser trois poils de cul sous le menton depuis peu, il est... oui. Foutrement bien foutu sans avoir l'allure d'un catcheur bodybuildé. Et merde... réfléchis, Anya, réfléchis...

« J'y crois pas, à ton histoire. Tu m'dis que tu veux juste connaître son nom parce que cette histoire t'intrigue, mais t'es prête à mettre un sacré paquet d'pognon là-dedans. Alors il se pourrait que j'ai une idée, mais va falloir que tu sois honnête avec moi. Qu'est-ce que tu lui veux vraiment ? »

Mes bras croisés, je glisse doucement mes doigts sous ma veste et effleure le manche de mon poignard. Je suis prise au piège. Je pourrais lui dire que je ne sais rien, que je m'en fous, repartir sans le fric même si ça me tue, mais je sais que Ambre trouvera preneur et qu'un autre mercenaire se chargera le nom que je refuse de cracher. Hors de question que je reparte d'ici sans une vraie réponse.

« En parlant de fric, montre-moi l'argent. C'est bien beau de me l'avoir promis, mais encore faudrait-il que tu ne me mènes pas en bateau, ok ? »

Gagner du temps pour trouver une idée, c'est ça mon plan ? Vachement évolué. Alors je m'approche, déterminée à obtenir ce que je veux, tandis que mes doigts se referment sur le poignard, sans pour autant que l'on puisse deviner quoi que ce soit tant le geste est discret.

« J'ai bossé avec un type, y a longtemps. Un mec sorti de nul part, ni russe, ni américain, ni vraiment ukrainien, mais il correspond plutôt bien à ta description. Et un conseil : te frotte pas à lui. Tu peux m'rire au nez si tu veux, mais si c'est la merde que tu cherches avec lui, fais gaffe. »

Je m'appuie sur une colonne de béton à côté des caisses sur lesquelles Ambre est assise et me décide enfin à poser la question qui me turlupine. Celle qui fait que, depuis que j'ai revu Andreï, le doute s'installe en moi.

« Tu l'aurais pas vu se changer en animal, par hasard ? Tu sais, comme ces types qui peuvent passer de l'humain au chat ou à l'oiseau... ou pourquoi pas au rat... ? »

Me suffirait d'une confirmation, une seule, pour que mon esprit soit un peu plus serein.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Spoiler:
 

_________________


We are going to die, and that makes us the lucky ones. Most people are never going to die because they are never going to be born.
The potential people who could have been here in my place but who will in fact never see the light of day outnumber the sand grains of Sahara.

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Beneath the dark |Anastasia|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Beneath the dark |Anastasia|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Southern New Orleans :: Factory Disused-