AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 420
↳ Points : 48
↳ Arrivé depuis le : 14/02/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Zoe Kravitz – sign ©Frimelda
↳ Age du Personnage : 24/222
↳ Métier : Réceptionniste à l'hôtel Overlook
↳ Opinion Politique : Rebelle
↳ Niveau de Compétences : Niv. 2 (niv. 3 en nécromancie et potions, niv. 4 en perception des fantômes)
↳ Playlist : Ibeyi – River
The Handsome Family – Far From Any Road
Princess Nokia – Brujas
The Orwells – They Put a Body in the Bayou
Laura Mvula – Green Garden
Nina Simone – I Put a Spell on You
Charles Bradley - The World (Is Going Up In Flames)
Ibeyi – Oya
Ibeyi – Ghosts
Laura Mvula – Can’t Live with the World
Little Simz ft. The Hics – Gratitude
↳ Citation : A Witch is born out of the true hungers of her time. [...] The things that are most wrong here summoned me.
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : #ffcc99



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Jeu 2 Mar - 23:59


« The path to paradise begins in hell. »

Kayiman & Helix
featuring

Helix avait attendu la nuit. Celle-ci en particulier, parce que trois membres du groupe étaient absents, partis en mission de reconnaissance à une journée de marche. Le clan était donc restreint, privée d’une de ses plus bruyantes recrues, Alice, partie accompagnée d’Antòni et Elijah. Le camp était calme et les tours de garde plus longs. Suffisamment pour émousser leur attention. Mais la beauté de la chose était qu’ils ne s’attendaient pas à une attaque venue de l’intérieur. Si elle n’était pas restée assez longtemps pour gagner la confiance de l’ensemble du clan, Helix avait au moins la sympathie de la majorité. C’était suffisant pour ses plans. Suffisant pour traverser le camp assoupi sans éveiller le moindre soupçon.

Elle avait salué Ash en passant, remarquant avec satisfaction que la jeune femme commençait à dodeliner de la tête. Galahad ne devait prendre son tour de garde que dans une heure, ce qui lui laissait amplement le temps d’accomplir son méfait. Et quel méfait. L’objet de convoitise était une lame forgée par les jumeaux, une machette rustique et terne, mais solide et aiguisée. Une arme autant qu’un outil, la compagne idéale des nuits glaciales de Darkness Falls. Privées des pouvoirs sur lesquels elles avaient appris à compter, les âmes damnées cherchaient désormais le réconfort d’artefacts plus triviaux. Helix ne faisait pas exception. Comme beaucoup de sorciers déchus, elle avait développé dans cette géhenne une fascination frisant le culte pour les armes de toutes natures. Un poignard bien affuté éloignait la peur aussi bien que sa source principale, les hordes de non-morts qui grouillaient à la surface de ce monde.

Celle-ci, spécifiquement, lui semblait capable de trancher toutes les ténèbres. Sûrement parce qu’elle ne lui appartenait pas. Pas encore. Helix avait toujours tendance à désirer ce qui lui était inaccessible, puis à déployer des trésors d’ingéniosité pour s’en emparer. Dans le cas présent, elle aurait pu envisager de s’intégrer à la bande et  de conquérir leur amitié, jusqu’à convaincre les forgerons de lui créer sa propre lame. Mais elle était impatiente, et il semblait tellement plus exaltant de voler celle d’un autre. Autre qui n’était rien de moins que le chef dudit clan. Un jeune homme étrange, charismatique mais réservé, au point de n’arborer en guise de nom qu’une initiale.

Quelque chose chez lui la dérangeait. Non, la démangeait. Comme une petite bête qui lui grattait parfois l’arrière de la conscience. La sensation était là, mais elle n’avait pas encore pris le temps de l’interroger. Des affaires plus pressantes occupaient toujours son esprit. Comme son ultime larcin. Si tout se déroulait selon ses plans, dans moins d’une heure, elle aurait disparu dans la nuit. Elle avait ensuite l’intention de rejoindre une bande rivale stationnée plus à l’ouest. L’information venait des éclaireurs, et elle avait toute volonté de s’en servir.

Ainsi Helix survivait, bondissant de groupe en clan, de trahison en trahison, comme sur les galets d’une rivière. Elle se doutait bien qu’elle aurait un jour à répondre de ses crimes. Mais elle partait du principe qu’il n’y a pas meilleur endroit que l’Enfer pour pécher. En outre, elle avait confiance en son fin parler et son habileté à retourner les situations les plus épineuses. Que pouvait-on faire ? La tuer ? Il était un peu tard pour cela.

Le sac contenant ses maigres possessions négligemment balancé sur l’épaule — rien de tel pour se placer au dessus de tout soupçon que de sembler toujours dans son bon droit —, elle rejoignit donc la tente de sa mystérieuse victime. Bien sûr, il gardait l’objet avec lui jusque dans son sommeil, on ne devenait pas chef de gang sans une bonne dose de prudence. Et ce détail ne rendait-il pas toute l’aventure encore plus stimulante ? Furtive comme un chat, elle s’engouffra entre les pans de tissu soutenus par la structure de bois. Quelques secondes de pause permirent à ses yeux de s’habituer à l’obscurité de l’abri. Elle put bientôt distinguer la masse sombre et inerte de K, emmitouflé sous des lambeaux de couvertures.

Helix retint son souffle, le cœur battant. Le jeune homme aurait pu être mort, tant son immobilité était parfaite. Mais il ne l’était pas. En le scrutant bien, elle apercevait le soulèvement infime mais régulier d’une respiration. Relâchant un soupir, elle s’approcha à pas de velours jusqu’à surplomber la silhouette étendue. De l’autre côté, près de son flanc, reposait la machette, luisant d’un éclat grisâtre. Il allait falloir l’enjamber, ou le contourner, mais dans tous les cas, elle n'avait pas droit à l'erreur. Pourtant, Helix n’avait pas peur. Et si son corps trahissait une certaine anxiété, elle appréciait ce frisson. Avançant encore au delà de la limite autorisée par son audace, elle décida qu’elle pouvait atteindre l’arme en se penchant au dessus de l’endormi, à condition de ne pas perdre son équilibre.

Reculant le pied gauche pour faire contrepoids, elle se courba prudemment et allongea le bras en direction de l’objet. Son pied droit reposait sur un tapis et vacilla un instant avant de se stabiliser. Elle étira un peu plus la cuisse, périlleusement, jusqu’à ce que ses doigts effleurent le manche de bois. Elle ne pourrait maintenir cette position beaucoup plus longtemps sans tomber. Soufflant doucement entre ses dents, elle choisit de jouer le tout pour le tout. Helix s’empara avec fluidité de l’artefact et se redressa dans un mouvement ample.

L’air de la pièce avait été légèrement déplacé, elle pouvait presque sentir ses molécules tourbillonner autour de sa silhouette. Elle resta un instant en suspens, l’arme bien plantée dans sa paume, prête à en faire usage. K. ne bougea pas d’un millimètre, à croire qu’il était réellement pétrifié. Il ne lui restait plus qu’à repartir d’où elle était venue, ce qu’elle fit après une dernière seconde d’hésitation. Elle quitta le camp par l’arrière, évitant de recroiser Ash.

La nuit absorba Helix.

Elle avait réussi. Pourtant, alors qu’elle progressait dans le champ de ruines, son butin à la main, un désagréable sentiment d’inachevé venait entacher ses réjouissances. Tout cela n’avait-il pas été juste un peu trop facile ?


_________________


Everything is poison in the right dose.


Dernière édition par Helix Dulac le Mar 18 Avr - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1423
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Mer 8 Mar - 18:01


« For the Night is Dark and Full of Terrors »



Helix & Kayiman
featuring

Une onde de choc qui traverse le corps de part en part dans un grand chambardement. Déchire-moi, dévore-moi, morcelle-moi.

Au cœur de ces terres dévastées le soleil ne brillait jamais. C'était plutôt des nuances différentes dans les teintes de ce ciel obscur qui les aidaient à délimiter le cours du temps. Les damnés de Darkness Fall vivaient sans doute les choses différemment, selon leurs sensibilités. Mais le clan de Kayiman avait choisi ces heures d'accalmie où les tempêtes s'apaisaient pour prendre un peu de repos. Les nuits de ce monde étaient recouvertes d'un manteau de ténèbres opaques mais s'il dissimulait les dangers, il ne les faisait pas disparaître pour autant. Le clan s'était donc organisé en tours de garde, à la lueur vigilante de flambeaux de fortune, afin de pallier aux attaques éventuelles de monstres qui détruisaient régulièrement leur campement. Kayiman ne dormait pourtant jamais que d'un œil, son sommeil toujours extrêmement léger. Il s'éveillait ainsi au moindre bruit, au moindre déplacement d'air, ses sens toujours aux aguets. Et cette présence, cette présence… il n'aurait pu l'ignorer, même au plus profond de sa torpeur. Kayiman l'avait reconnue presque immédiatement, son cœur s'arrêtant de battre sous l'afflux d'émotions. Il n'avait rien dit, il n'avait rien laissé filtrer, il s'était contenté d'observer l'intégration d'Hélix dans le clan, en silence. Et à présent qu'elle s'échappait sans le couvert des ténèbres, il lui offrit le bénéfice de quelques minutes de réserve avant de lancer l'alerte.

Il l'avait déjà ressentie autrefois cette proximité unique, cette sensation grisante de plaisir. Celui qu'il ressentait lorsque leurs âmes dansaient en silence. Autrefois quand il n'était que cet enfant chétif et muet et qu'elle avait enveloppé dans son étreinte chaleureuse. Elle était bien plus grande que lui, à l'époque mais elle possédait déjà cette coiffure formée de longues tresses fines. Il la revoyait courir à pieds nus dans les jardins de l'orphelinat pour chasser les poules qui effrayaient l'enfant sale. Celui qui refusait obstinément de se défaire de sa vieille tunique, mordant et griffant les bonnes sœurs qui tentaient de la lui ôter pour la nettoyer. Cet orphelin refusait tout contact en vérité, il ne communiquait pas, il refusait de répondre au prénom tiré de la bible qu'on lui avait attribué. Mais ce jour là, alors qu'il tremblait, recroquevillé dans un coin avec sa récolte d’œufs brisés à ses pieds, il avait levé les yeux vers Helix et il l'avait regardée. La grande fille avait chassé les poules, elle était venue vers lui et elle l'avait appelé par ce prénom dans un sourire rassurant : Kayiman. L'enfant avait sourit. Plus jamais personne n'avait pu l’appeler autrement depuis ce jour.

Ash et Galahad avaient été dépêchés sur les traces de la voleuse. La sorcière se penchait presque au raz du sol pour inspirer les relents de sa piste et compenser le manque de lumière par une attention affûtée. Les membres de leur horde se comportaient tantôt comme des enfants, tantôt comme des animaux sans conscience. Cette chasse au beau milieu de la nuit ressemblait à un jeu en dépit des dangers tapis dans chaque recoin d'ombre. Ils se faufilèrent entre les rochers, l'un à gauche, l'autre à droite, pour la prendre en embuscade et lui tomber dessus avec violence. Les yeux immenses de Galahad semblaient posséder le monde quand il sourit à sa proie de toutes ses dents, heureux de sa capture. Il l'escorta avec une politesse déphasée jusqu'au campement, sa maladresse sociale n'empêchant nullement sa poigne d'être impitoyable. Ainsi, Hélix fut menée à K alors que l'aube colorait à peine le ciel de nuances rougeâtres, on la jeta à ses pieds alors qu'il se tenait debout face à sa tente, le regard fixe et impassible. A ses côtés, les jumeaux collés l'un à l'autre par leur lien de chair portaient une lance qu'ils maintenaient de leurs quatre mains et pointaient vers la traîtresse, menaçants.

« Voleuse de machette ! » Dirent-ils d'une même voix, alors que Galahad brandissait déjà l'arme blanche, un sourire ravi accroché à ses lèvres. Son air enfantin tranchait avec la lueur de sadisme qui brillait dans ses yeux et augurait déjà des idées qui se formaient dans son crâne quant aux multiples possibilités de punition. Mais K. secoua la tête, mettant ainsi une fin directe aux projets de tortures d'un simple mot. « Non. » Doucement, il rompit son immobilité pour tendre la main vers elle, l'encourageant à la saisir et se relever. « Elle l'a juste empruntée. » Le ton de sa voix n'était pas particulièrement sec mais aucune douceur ne s'y posait pour autant. Il semblait réfléchir en l'observant, détaillant son visage comme s'il la regardait pour la première fois. Jusqu'ici, il s'était montré lointain, presque inaccessible, parlant peu avec cette nouvelle recrue, à la différence de certains membres du clan qui s'étaient assez vite rapprochés d'elle. Antòni, sans doute le plus chaleureux de la bande, avait tout fait pour rendre son séjour confortable et si Ash avait manifesté certains signes de méfiance, elle s'était malgré tout prise de sympathie pour elle, partageant des rires assez décalés au sein de cet enfer.

« Empruntée ? Elle l'a juste empruntée sans même dire au-revoir ? » La question de Luke ne traduisait qu'une curiosité naïve tandis que son frère ricanait contre son cou. Il l'emporta soudain dans une cabriole à laquelle Luke réagit avec une souplesse instinctive. Se servant de la lance comme d'une perche pour exécuter un salto, ils s'éloignèrent ainsi du groupe dans une pirouette assez théâtrale. Kayiman profita de la distraction provoquée par les jumeaux pour attirer Hélix vers lui tout en reculant pour pénétrer dans sa tente, laissant l'étoffe qui servait de porte se refermer dans un bruissement. A l'intérieur, une maigre chandelle éclairait les lieux de sa lueur vacillante, formant sur les tissus des parois des figures orangées. Il l'interrogea du regard avant de lui désigner un siège – un tabouret à pieds courts, grossièrement taillé -  et prendre place lui même sur un tas de vieilles couvertures. « Si je t'avais laissé entre les mains de Galahad, il t'aurait taillé en pièces avec l'objet de ton larcin, avant d'offrir les morceaux de ton corps aux monstres. » Qu'était-il en train de faire, voulait-il l'amadouer en prétendant l'avoir sauvée ? Kayiman inclina la tête de coté. Le mensonge ne faisait pas partie de ses habitudes et pourtant… « Si Gal ne t'avait pas entendue partir en prenant son tour de garde, tu aurais pu te sauver facilement, j'imagine. » C'était faux bien-sûr, le pauvre Galahad dormait du sommeil du juste et Kay avait du le tirer de son sommeil en lui grattant l'arrière de la tête. Il cilla légèrement. C'était sans doute le plus long discours qu'il lui avait offert depuis qu'Helix avait rejoint leur campement. Il reprit dans un murmure. « Pourquoi préférer la solitude ? Pourquoi nous quitter ? »

_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA


Dernière édition par Tristan K. Bellamy le Mer 5 Avr - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 420
↳ Points : 48
↳ Arrivé depuis le : 14/02/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Zoe Kravitz – sign ©Frimelda
↳ Age du Personnage : 24/222
↳ Métier : Réceptionniste à l'hôtel Overlook
↳ Opinion Politique : Rebelle
↳ Niveau de Compétences : Niv. 2 (niv. 3 en nécromancie et potions, niv. 4 en perception des fantômes)
↳ Playlist : Ibeyi – River
The Handsome Family – Far From Any Road
Princess Nokia – Brujas
The Orwells – They Put a Body in the Bayou
Laura Mvula – Green Garden
Nina Simone – I Put a Spell on You
Charles Bradley - The World (Is Going Up In Flames)
Ibeyi – Oya
Ibeyi – Ghosts
Laura Mvula – Can’t Live with the World
Little Simz ft. The Hics – Gratitude
↳ Citation : A Witch is born out of the true hungers of her time. [...] The things that are most wrong here summoned me.
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : #ffcc99



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Mar 14 Mar - 1:29


« The path to paradise begins in hell. »

Kayiman & Helix
featuring

Quand la chance vous sourit un peu trop longtemps, que les étoiles semblent soudain s’aligner pour vous faciliter la tâche, c’est souvent qu’un dieu facétieux s’apprête à vous tomber sur le râble de toute la puissance de son courroux… Helix connaissait parfaitement le concept. Seulement, elle n’avait pas pris la peine de se méfier, pour la simple raison que cet enchaînement suspect de bonne fortune n’était pas reconnu comme tel. En fait, l’aisance avec laquelle elle avait accompli son mauvais coup contrariait ses désirs. Elle ternissait la valeur du forfait. À quelques centaines de mètres à peine du camp qu’elle fuyait, elle était déjà profondément insatisfaite. C’était un sentiment trouble, une frustration mêlée d’un vague dégoût, la nostalgie d’un moment pas même encore révolu. Pour se réconforter, elle s’arrêta un instant, sortit la machette de la ceinture où elle était glissée, et caressa la lame du bout des doigts. L’objet lui paraissait déjà plus lourd, moins maniable qu’elle l’avait rêvé. Le tranchant était parfaitement aiguisé, mais son éclat semblait quelque peu affadi.

C'est à ce moment que l'ire divine s'abattit sur elle, sous la forme trapue du redoutable Galahad. L'élément de surprise jouait en sa faveur, mais Helix n’aurait de toute façon pas fait le poids face à cet adversaire. Elle n'était pas une combattante, du moins pas à mains nues. Privée de ses pouvoirs, elle se trouvait d'autant plus vulnérable. Elle avait bien d'autres méthodes, mais Galahad posait un problème de taille: il était presque impossible à embobiner. Non pas qu'il fut particulièrement soupçonneux ou retors, c'était surtout que son cerveau semblait toujours branché sur un autre canal. Elle avait pourtant tenté d'amadouer son gardien en lui servant diverses salades. Mais celui-ci se montrait désespérément hermétique à ses subtiles tentatives de manipulation et répondit systématiquement à côté. Ash, qui l'accompagnait et tenait également Helix sous bonne garde, était plus fine que son compère, mais l'air de profonde trahison qu'elle arborait dissuada sa prisonnière de tenter quoi que ce soit. Elle ne se sentait pas exactement coupable, mais l'expression de la fille était embarrassante.

Le chemin du retour au camp s'effectua donc dans un silence pesant, que la voleuse mit à profit pour commencer à réfléchir à une stratégie. Il lui faudrait attendrir ceux qu'elle pourrait... ou peut-être les monter les uns contre les autres ? Quoi qu’il en soit, celui qu’elle devrait obligatoirement prendre en compte, et dont l’opinion serait décisive, était évidemment le chef de troupe et principale victime du larcin, le mystérieux K. C’était un problème. Le jeune homme s’était montré trop élusif, elle n’avait réussi à nouer aucun contact avec lui, et ignorait par conséquent à qui elle aurait vraiment affaire. Il faudrait improviser. Helix se retrouva bientôt devant la tente du meneur, aux pieds duquel elle fut jetée sans ménagement. Galahad avait confisqué l'arme dérobée, qui retrouvait instantanément tout son attrait aux yeux de la sorcière, et la retournait maintenant contre elle sous les regards attentifs des autres membres du clan, tous rameutés pour l’occasion. Tout le monde la dévisageait avec hostilité, et elle commençait enfin à en concevoir un certain malaise.

— Gal, attends !

Une fois n’est pas coutume, l’étendue de son argumentaire s’achevait là. Elle allait poursuivre sur un « je peux tout expliquer », mais n’était-ce pas la saillie ordinaire des fautifs ? Elle ne voulait pas se placer tout de suite dans cette position. Plus tard, oui, il faudrait sûrement avouer. D’ici là, elle aurait une histoire en tête. Mais pour l’instant, la priorité était simplement de ne pas se laisser dépecer. Helix leva les yeux vers K au moment où il interrompait les vicieux projets de son compère. Elle saisit sa main sans la moindre hésitation et se redressa. Il était peu probable qu’il pense vraiment qu’elle n’aie fait qu’emprunter sa machette, elle se doutait donc bien que ce n’était pas la fin de l’histoire. Peut-être voulait-il d’abord l’interroger, pour connaître ses plans, savoir si elle comptait trahir leur position ou travaillait déjà pour une autre bande ? C’est ce qu’elle aurait fait, à sa place.

Il la scrutait avec calme, et elle lui rendit son regard. On aurait dit qu’il décidait tranquillement à quelle sauce elle serait dévorée, ce qui ne la rassurait pas. Elle avait gagné un répit, mais c’était bien tout. Fouillant ses traits ciselés, elle cherchait à deviner ses intentions, ou n’importe quel indice sur le genre de personne qu’il était. Il semblait très jeune, mais ne l’étaient-ils pas tous ? Elle savait pertinemment qu’ici, ça ne voulait plus rien dire. Ash était par exemple née quelque part au milieu du 13e siècle, et Galahad au 17e. Pour K, elle l’ignorait. Pourtant, n’y avait-il pas quelque chose… quelque chose d’indistinctement familier chez lui ? Peut-être était-ce ses expressions, ou sa façon de se mouvoir, ou encore le léger accent du sud qui ressortait dans certains de ses mots ?

La réaction des jumeaux aux propos de leur chef l’arracha à ses spéculations. En s’y prenant bien, elle pourrait sûrement convaincre Luke, mais Harry… ce serait une autre paire de manches. Ce dernier ne semblait toutefois pas vouloir prendre part à un procès public, à en juger par leur spectaculaire échappée. Elle ouvrit tout de même la bouche pour rétorquer — il était temps de lancer sa défense — mais fut soudain interrompue par son propre rapt. Elle disparut  dans les ombres mouvantes de la tente avant même de comprendre ce qui lui arrivait. Le calme revint, à l’exception de son cœur qui tambourinait dans sa poitrine. Que voulait-il ? Helix considéra un instant le siège qu’il lui désignait avant de se décider à s’y poser avec prudence. K s’assit également, ce qui la détendit quelque peu : il avait l’intention de parler, pas d’agir, du moins pour le moment. Elle le considéra avec circonspection jusqu’à ce qu’il prenne la parole.

Sa diction était claire et précise, et elle fut une nouvelle fois rattrapée par cette dérangeante impression de déjà-vu. Elle ne put s’empêcher de frissonner. Le tableau qu’il lui peignait était peu enviable. Mais la question fondamentale demeurait en suspend dans ses déclarations… Pourquoi avait-il arrêté Galahad ? Helix savait qu’elle devait le comprendre, et vite, pour pouvoir s’en servir à son avantage. Les motivations du jeune homme lui restaient pourtant obscures… Son ton n’était pas menaçant, mais les mots qu’il employait laissaient planer le danger.

Bien plus muette qu’à l’ordinaire, elle le laissa terminer, jusqu’au dernier souffle de sa question, et garda encore un instant le silence. S’il était homme à répondre à la flatterie, c’était sa chance de mentir, mais dans le cas contraire… Les conséquences seraient certainement terribles. Elle l’avait déjà vu faire, quelques semaines plus tôt, quand trois vagabonds avaient tenté un raid sur le camp. Il n’avait pas eu pitié. À ce stade, la meilleure stratégie était probablement une forme de sincérité. Les lèvres d’Helix s’entrouvrirent finalement dans un sourire léger.

— Parce que le monde est trop vaste pour ne pas continuer de l’explorer…

C’était en partie vrai. Mais pas exactement. Elle baissa les yeux et secoua la tête. Quelques nattes glissèrent devant ses yeux, qu’elle ramena en arrière d’un geste machinal.

— Je ne préfère pas la solitude… Mais je n’avais pas de raison de rester.

Elle avait conscience que sa réponse pouvait être offensante. Après tout, le groupe, sous la houlette de K, l’avait accueillie, hébergée et plus ou moins intégrée. Certains lui avaient même offert leur amitié. Et elle crachait dessus en s’enfuyant avec un de leurs biens. Malgré tout, elle ne parvenait pas à ressentir de culpabilité. Pas vraiment. L’ordre des choses était ainsi, et s’il y avait des Bons et des Méchants, sans doute faisait-elle partie des seconds. N’était-ce pas la raison même de sa présence en ces terres désolées ? Helix releva le menton pour effleurer du regard les contours de son interlocuteur.

— J’ai volé ton arme parce que j’en avais besoin. Mensonge. Je ne sais pas encore exactement ce que je cherche… Je crois que je le saurai quand je le trouverai. Mais c’est quelque chose de plus… Elle écarta les bras, embrassant de son mouvement la tente et le reste du camp. De plus grand que tout ça, que la sécurité d’un clan.

Son visage s’était animé en parlant, mais elle se rendit compte que cela ne devait pas plus jouer en sa faveur, et retrouva aussitôt une expression plus grave. Dans le silence qui suivit, elle commença à mesurer ses chances. Elles étaient maigres. Tout à coup, cela devenait un peu trop réel. Ce n’était plus aussi excitant. Elle se mordit la lèvre et posa sa question à voix basse, les yeux prudemment posés dans les siens.

— Qu’est-ce que tu vas faire ?


_________________


Everything is poison in the right dose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1423
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Jeu 16 Mar - 15:55


« For the Night is Dark and Full of Terrors »


 
Helix & Kayiman
featuring

Ces heures étaient bénies, celles qu'on situaient entre chien et loup, un temps extrêmement bref, comme posé en équilibre sur la ligne d'horizon. Le calme ne durait jamais longtemps. Habituellement, Kayiman consacrait ces instants de répit à la méditation en solitaire, profitant de ces moments d'accalmie pour s'isoler et faire ainsi le plein d'énergie. Aucun des membres du groupe n'aurait osé le déranger en ces instants et il n'avait jamais eu besoin de leur dispenser la moindre menace pour cela, car ils le respectaient tous à leur manière. Il faisait figure de père pour les plus immatures d'entre eux, de conseiller, de protecteur, de figure rassurante et inébranlable. Un roc sur lequel s'appuyer. Le crocodile avait endossé son statut de leader avec une prétendue indifférence, comme une chose si naturelle qu'elle ne méritait pas d'être relevée. Et il observait Helix de la même manière, avec une neutralité presque inhumaine, la regardant s'asseoir enfin à ses cotés.

Kay remarqua l'extrême méfiance qui émanait d'elle, dans sa manière de se poser à peine sur le bord du tabouret, les muscles raides, prête à prendre son envol à tout instant. L'attitude de Kay n'était pas plus détendue, contrairement à ce que ce tas de couvertures aurait pu inspirer à qui que ce soit, il ne s'y prélassait pas, il ne s'offrait pas la posture du pacha. Son dos était droit, ses jambes croisées en tailleur, ses mains posées contre ses cuisses. Ses yeux en forme d'amandes la fixaient alors qu'il l'écoutait, cessant presque de respirer. Les bourrasques de vent faisaient parfois grincer l'armature de cette tente d'aspect grossier mais Kay savait que la chandelle ne s'éteindrait pas dans cette alcôve. Ses yeux se posèrent sur le sourire léger puis sur les nattes. Tout à coup, une étrange sensation lui serra le cœur et il mit un moment à identifier l'origine de cette douleur lourde qui le troubla quelques secondes. Elle n'avait pas de raison de rester. 

Kay fronça légèrement les sourcils sans répondre alors qu'elle retrouvait son regard. Le visage d'Helix paraissait soudain plus lumineux que la flamme de la bougie et à mesure qu'elle s'exprimait et qu'elle semblait habitée par une lumière qui jaillissait de ses yeux, Kayiman se sentit désespérément vide en comparaison. Il comprit alors que s'il laissait Helix s'en aller, ce serait comme s'il permettait au vent d'éteindre la flamme de la chandelle, d'emporter la lumière et qu'il se retrouverait démuni dans les ténèbres. Kayiman n'était pas homme à commettre des erreurs aussi stupides. Il laissa les minutes s'écouler, sans la lâcher du regard, le visage inexpressif, méditant sur ses projets. Puis il répondit enfin, d'une voix trop sobre qui tranchait avec le contenu de ses paroles. Une personne attentive qui l'analyserait aurait été frappée par le paradoxe qui émanait de lui, peut-être l'aurait-on taxé de drogué ou de fou. Car en dépit de son expression presque froide, ses mots étaient choisis et dotés d'une sensibilité que sa voix n'exprimait pas.

« Je ne vais pas te punir, si c'est ce que tu crains. Et je ne compte pas non plus te garder captive. Nous sommes déjà tous prisonniers de ces enfers, nous sommes déjà tous en train de purger notre peine… Aussi, je vais simplement te rendre cette liberté illusoire et te permettre de trouver cette chose que tu cherches avec tant de passion. »

Il s'était exprimé posément, conservant toujours sa posture si droite sans que son regard ne perde le sien. Une ombre de sourire effleura ses lèvres pleines alors qu'il restait attentif aux moindres des réactions de la voleuse, laissant le silence s'imposer durant quelques instants. 

« Toutefois… tu nous laisseras l'intégralité de tes possessions, aussi maigres soient-elles. Provisions, armes, vêtements et tresses. Tu comprendras que nous n'éprouverons aucun scrupule à dépouiller une voleuse. Ou qui que ce soit, du reste. Et puis, l'objet de ta quête paraît assez grandiose pour t'y précipiter, nue et dépourvue de protection.»

Son ton était toujours aussi calme et il la laissa réagir à tout cela, l'observant toujours de la même manière. Qu'elle se révolte ou qu'elle se plie à ses décisions, Kayiman conserva une indifférence de marbre, se contentant de la fixer de ses yeux sombres et inexpressifs. Il poursuivit alors, sans se soucier d'interrompre Helix, poursuivant simplement son discours sur le même timbre. 

« Pourtant, puisque la solitude n'a pas ta préférence, j'aimerais t'offrir des raisons de rester auprès de moi. »

De nous, avait-il voulu dire. Kayiman avait trop parlé et sa bouche lui paraissait sèche. Les damnés de Darkness Fall n'avaient pourtant plus besoin de s'abreuver ni de se nourrir mais ces sensations lui revenaient comme des mirages. Les plaisirs qu'offraient la vie en terme de saveurs et de goûts n'étaient plus que des leurres. Il était pourtant appréciable de feindre d'être encore vivant, parfois. Kay se redressa légèrement pour mieux tendre la main vers une grosse gourde en cuir à ses cotés. Elle contenait un liquide tiède de couleur rouge dont le goût était comparable à du miel liquide, en moins sucré. Même dans ce monde effrayant, les choses les plus horribles pouvaient dissimuler une surprenante douceur, dans une poésie cynique et morbide.  "L'amour n'est rien d'autre que la suprême poésie de la nature". A bord de la frégate, le précépteur de Kayiman lui avait fait lire bon nombre d'oeuvres de son siècle. Il n'était pas sûr de comprendre grand chose aux pensées des auteurs romantiques et pourtant... Il en bu une gorgée avant de tendre la gourde dans la direction de la voleuse, dans une proposition muette. Et reprit dans un murmure.

« Le camp n'offre qu'une sécurité provisoire. Nous ne sommes pas sédentaires. Nous pouvons t'aider dans ta quête.»

Kay s'avança vers elle un peu plus, lui remettant la lourde gourde à deux mains. Il avait décidé de prendre un risque important en offrant à Helix le choix de la liberté, celui de la voir disparaître. Cependant, il avait mûrement réfléchi, soupesant différentes possibilités dont celle de l'enfermer en cage et de la forcer ainsi à demeurer dans le camp. Une lueur de cruauté brilla dans son regard avant de disparaître dans la mer d'encre. S'il était possible d'obtenir son accord et qu'elle reste ainsi par envie, il devait tout de même essayer. Mais le crocodile n'offrait à sa proie qu'une illusion de liberté car même si elle choisissait de partir, il continuerait à la traquer. Il ne perdrait plus sa chère lumière. Plus jamais.



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 420
↳ Points : 48
↳ Arrivé depuis le : 14/02/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Zoe Kravitz – sign ©Frimelda
↳ Age du Personnage : 24/222
↳ Métier : Réceptionniste à l'hôtel Overlook
↳ Opinion Politique : Rebelle
↳ Niveau de Compétences : Niv. 2 (niv. 3 en nécromancie et potions, niv. 4 en perception des fantômes)
↳ Playlist : Ibeyi – River
The Handsome Family – Far From Any Road
Princess Nokia – Brujas
The Orwells – They Put a Body in the Bayou
Laura Mvula – Green Garden
Nina Simone – I Put a Spell on You
Charles Bradley - The World (Is Going Up In Flames)
Ibeyi – Oya
Ibeyi – Ghosts
Laura Mvula – Can’t Live with the World
Little Simz ft. The Hics – Gratitude
↳ Citation : A Witch is born out of the true hungers of her time. [...] The things that are most wrong here summoned me.
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : #ffcc99



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Ven 24 Mar - 5:14


« The path to paradise begins in hell. »

Kayiman & Helix
featuring

Les voix basses des autres lui parvenaient par bribes, portées par le vent et les ondulations de la tente. Sûrement devaient-ils se demander ce que fabriquait leur chef avec cette voleuse. Elle se posait tout autant la question. Les intentions de K. étaient on ne peut plus obscures, enfermées à double tour derrière la vitre ternie de son regard. En s’efforçant de le scruter pour briser ce miroir insondable, Helix ressentit soudain une sorte de vertige, comme un écho dans son crâne qui altéra soudain son équilibre. Un écho qu’elle ne parvenait pas à localiser, une surimpression brouillée dont la silhouette échappait à sa conscience. C’était terriblement frustrant. Face à elle, K. demeurait d’une redoutable fixité. Lorsqu’il ouvrit finalement la bouche, les mots s’écoulèrent comme du mercure, fluides et glacés. Helix frissonna, en dépit du sens plutôt rassurant de ses paroles. Une ombre planait au dessus d’eux, menace muette et invisible… Il n’allait pas la punir, il n’allait pas la garder captive… Mais.

La sorcière déchue se doutait bien qu’une ou plusieurs conditions suivraient. Elle sentit son courage se contracter au creux de son ventre. Que pouvait-il exiger d’elle ? Il l’avait isolée à l’abri des regards… Son corps ? Non. Elle repoussa cette idée, autant par crainte que par intuition. Il ne la regardait pas ainsi. C’était autre chose… Une sorte de curiosité, mêlée à une impression différente qu’elle n’était pas certaine de reconnaître. De l’attente ? Une forme d’impatience ? C’était difficile à déterminer, sous ces traits durs et impassibles. Helix s’efforça de rester aussi immobile que lui, aussi stoïque. Sans grand succès : elle ne pouvait s’empêcher de laisser son regard dériver autour d’elle, sur les coussins, les tapis, les objets disparates de ce refuge étrange qu’elle avait visité un peu plus tôt, dans une toute autre atmosphère, avec d’autres intentions. L’endroit lui paraissait désormais plus petit, presque étouffant, quoique confortable. Un environnement chaleureux qui tranchait vivement avec son propriétaire. La bulle volatile du silence éclata soudain. Toutefois... Le voilà, le mot qu’elle redoutait.

Les exigences s’égrenaient, sévères mais relativement inoffensives pour les habitudes de ce monde. La damnée cilla à peine. Elle était arrivée ainsi dans l’au-delà, nue et vulnérable, et ne doutait pas de ses capacités à rebâtir, à se réapproprier tout ce dont elle allait devoir se départir. Tout… à l’exception du dernier point. C’était stupide, mais le seul élément dont elle n’avait pas réellement besoin pour survivre lui semblait pourtant le plus irremplaçable. Ses cheveux faisaient partie de son identité, d’une manière si viscérale qu’elle-même n’aurait su exactement la définir. Perdre ses armes et ses vêtements ne la changeaient en rien. Perdre ses tresses touchait à quelque chose de profond qu’elle ne voulait pas voir disparaître. Elle avait bien conscience du ridicule de cette réticence, mais ne put s’empêcher de secouer la tête avec horreur. Sûrement penserait-il que l’idée d’être dépouillée de ses biens l’effrayait. Impossible de deviner ce qui se cachait sous le marbre de ses traits. En tout cas, la réaction de sa prisonnière ne l’émut guère. Il poursuivit, imperturbable, sur une proposition qui ne manqua pas d’attirer l’attention d’Helix. Elle lui offrit un regard intrigué. Pourquoi ? La question la démangeait, mais elle n’osait pas encore la formuler à voix haute. Peut-être craignait-elle d’être déçue par la réponse. D’autres conditions viendraient, d’autres contraintes. Cependant, elle sentait qu’elle était prête à faire de sérieuses concessions pour échapper aux représailles du brun.

Dans le silence qui suivit, elle l’observa se désaltérer, puis lui tendre la gourde. Elle se raidit légèrement. Si elle avait voulu l’empoisonner, elle aurait procédé exactement de cette manière. Boire d’abord, pour endormir tout soupçon, s’administrer un contre-poison plus tard. Mais ce monde était différent, les potions ne fonctionnaient plus. Et il aurait été absurde de lui servir tout ce discours pour l’intoxiquer ensuite. Avec prudence, elle saisit donc l’objet et le porta d’abord à ses narines, en un réflexe incontrôlé. Il n’y avait vraiment pas de raison. Sans quitter l’homme des yeux, elle consentit finalement à laper quelques gorgées du liquide sirupeux. C’était agréable. Alcoolisé ? On aurait dit un fortifiant. K. conclut son discours dans un souffle qui acheva de semer la confusion chez son interlocutrice. Il n’y avait pas d’autres conditions. C’était une main tendue.

Elle laissa passer quelques respirations avant de s’incliner à son tour pour lui rendre l’objet. Elle tentait encore de l’englober du regard, de disséquer les arêtes abruptes de son visage et l’eau sombre de ses yeux, à la recherche d’un sens caché. Un éclat vif passa dans cette mer morte, qui lui souleva le cœur en un tourbillon presque familier. Il y avait de la vie dans ces yeux, des remous profonds qu’il suffisait de faire jaillir. Cette perspective réveillait une sensation enfouie de fierté qui n’avait pourtant aucune raison d’être en cet instant.  

— Pourquoi ?

Elle l’avait enfin posée, cette maudite question. Mais sa voix s’était également radoucie, délaissant quelque peu l’attitude tendue et – avouons-le – coupable qu’elle renvoyait jusqu’à présent.

— Pourquoi m’aider, pourquoi me demander de rester, après… après tout ça ? Qu’attends-tu de moi ? Je ne crois pas à ta grandeur d’âme, K. Nous sommes tous ici parce que nous en avons manqué, n’est-ce pas ?

Elle poussait sa chance. Il pouvait encore retirer son offre et la relâcher dans la nature comme il le menaçait. Mais Helix voulait comprendre. Elle avait toujours ressenti ce besoin primaire de décortiquer le monde autour d’elle… La sorcière baissa le regard.

— Ne prends pas mes interrogations pour de l’ingratitude.

Elle n’éprouvait pas de reconnaissance pour autant. Il l’épargnait, certes. Mais il la faisait chanter. De bien étrange façon, et sa motivation lui était toujours aussi obscure, mais le procédé restait le même. Pour la première fois, cependant, elle considéra les implications d’un éventuel accord. Rester avec eux, mais partir tous ensemble en quête du sens profond de ces Enfers, d’une véritable conclusion ou d’un autre au-delà. Ils ne pourraient pas rester éternellement coincés ici. Elle refusait de s’y résoudre. Parce qu’alors… Alors il n’y aurait plus rien à chercher. Plus rien à attendre. Plus rien à désirer. Elle se mordit la lèvre, relevant deux yeux incertains vers son vis-à-vis, dans une attitude presque enfantine. Sa voix avait baissé d’un ton.

— Ash va me détester. Et tous les autres… Je ne me sentirais pas en sécurité parmi vous.

Sans prévenir, un sourire brutalement radieux s’épanouit sur ses lèvres, tandis qu’elle se penchait à nouveau vers lui, toute insouciance retrouvée.

— À moins que tu ne me donnes ta machette.

Helix n’avait qu’à demi conscience des risques qu’elle prenait à taquiner ainsi cet inconnu. Elle testait, elle sondait, dans un mépris profond pour les conséquences de toutes sortes. Car n’était-ce pas la seule manière de vivre ?




Spoiler:
 

_________________


Everything is poison in the right dose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1423
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Sam 6 Mai - 21:35


« For the Night is Dark and Full of Terrors »


 
Helix & Kayiman
featuring

Les mains de Kayiman effleurèrent à peine celles de la voleuse lorsqu'il lui délaissa la gourde de vieux cuir. Il attendit qu'elle accepte l'offrande, retenant son souffle dans un regard dévorant jusqu'à ce qu'enfin elle la porte à ses lèvres. Cette acceptation était symbolique et les yeux du maître des lieux s'illuminèrent de contentement lorsqu'il la vit déglutir. Ainsi, il resta silencieux, la laissant soupeser ses propositions qui paraissaient lui déplaire. A dire vrai, Kayiman ignorait comment interpréter les expressions d'Helix et il ne cessait de l'observer, le regard fixe et intrusif, pendant qu'elle lui rendait la gourde qu'il reposa sur le sol, entre eux. Elle ne répondit que par des interrogations qui le laissèrent muet sans qu'il ne cesse de la contempler fixement, la voyant ployer des yeux. Avait-elle peur ? Son attitude et le ton de sa voix, plus faible, le laissaient suspecter mais Kayiman ne parvenait pas vraiment à y croire. Dans ses souvenirs, Helix était grande et forte et n'avait jamais peur de rien ni de personne. Il inclina la tête avec incrédulité en retrouvant son regard, ses sourcils se fronçant légèrement. Comment Ash pourrait bien la détester ? Cette possibilité était si inconcevable qu'elle en paraissait grotesque. Méditatif, il n'eut pourtant pas l'opportunité de la rassurer. Un large sourire s'offrit soudain à sa vision, le surprenant comme si un rai de lumière chaleureuse inondait tout à coup la tente. Le visage d'Helix penché vers lui était si proche... il s'acharna à ne pas bouger, opposant une réserve impavide à cet élan de spontanéité. Pourtant, des fourmillements aussi agréables que déconcertants parcouraient son corps et il sentit son cœur battre un peu plus rapidement, sans qu'il n'en comprenne la raison. L'ombre d'un sourire ourla ses lèvres avant qu'il ne lui réponde posément.

« Non. »

Il arqua un sourcil avant de rapprocher son visage du sien, presque suffisamment pour que sa joue effleure la sienne, dans un murmure. « C'est non, pour toutes tes questions.» Quand à la première, il n'avait simplement pas envie d'y répondre. Le visage près du sien, il en profita pour inspirer discrètement le parfum d'Helix qui ramenait avec lui une vague de souvenirs lointains. Puis, il s'échappa dans un mouvement fluide. Kay se redressa, drapé dans les hardes poussiéreuses qui lui servaient de vêtements, et son visage échappa au halo de la chandelle. Sa taille haute l'élançait jusqu'au sommet de la tente et le contraignait à ployer légèrement le front pour ne pas heurter la toile. «Tu as aimé cette boisson ? Viens avec moi. » Kayiman tendit sa longue main pour saisir celle de la voyageuse et l'attirer à lui, sans lui laisser le temps de lui répondre.

Ainsi il l’entraîna hors de la tente, s'arrachant enfin à ses yeux pour mieux pousser l'étoffe qui servait de porte. Une fois au dehors, il l'encouragea à gravir lestement la petite côte pierreuse qui jouxtait le campement. Scrutant le lointain, il la maintenait fermement en escaladant les roches rougeâtres pour atteindre le point de vue. Le voile de toxines qui flottaient dans l'air le rendaient lourd et brumeux. Bien que le ciel soit dépourvu d'astre, une propagation anormale de lumière créait des turbulences dans l'atmosphère, des parties sombres et d'autres très lumineuses donnaient une impression de brouillard brillant. L'on apercevait cependant dans le lointain les découpes des montagnes aux couleurs désaturées au dessus desquelles planaient des créatures reptiliennes aux cous immenses. Plus proche d'eux, par delà le monticule de pierres où ils s'étaient juchés, se trouvait une étendue d'eau croupie dans laquelle nageaient les formes lugubres et anguleuses de monstres blafards aux longues pattes tordues et munies de griffes. Le vent qui sifflait dans le désert sublimait l'ambiance maladive de ces lieux et Kayiman admira un moment ce paysage infernal, sa main toujours accrochée à celle d'Helix, la serrant insensiblement.

« Si nous sommes damnés et que nos âmes appartiennent à Satan, nous devrions aller à sa rencontre. Peut-être vit-il dans ces montagnes là bas. »

Après sa mort, Kay n'avait reçu aucune explication, catapulté dans cet univers cauchemardesque qui ressemblait tant aux descriptions bibliques de l'enfer. Il s'était interrogé mais les suppositions d'Helix lui paraissaient justifiées. Ils étaient tous ici parce qu'ils avaient manqué de grandeur d'âme, de morale, de conscience. Kayiman ne pleurerait jamais sur ses péchés, ce qui était fait était fait et il l'assumerait sans fléchir ni se mortifier. Il se tourna elle, cherchant dans son regard l'intérêt qu'elle pourrait porter à cette quête avant d'y porter lui-même un quelconque jugement. Si cette aventure éveillait de l'attrait pour la fille aux mille nattes, ils lèveraient le camps pour démarrer l'expédition le jour même. Pour le reste, ses décisions étaient déjà prises et il les lui confia d'une voix à la douceur impartiale.

« Je serai le porteur de machette. Tu seras en sécurité auprès de moi, que les autres te détestent ou non. Le jour tu marcheras à mes cotés, la nuit, tu dormiras dans ma tente. » Elle serait bien assez grande pour deux, songea-t-il, se souvenant de ces nuits à l'orphelinat où l'enfant qu'il était se glissait dans l'étroite couche d'Helix pour fuir les cauchemars. Sans transition, il reprit d'un ton toujours neutre, relâchant soudain sa main pour désigner les monstres pâles dont les gueules affamées émergeaient parfois des flots malodorants. « La boisson que tu as goûtée provient de ces créatures. Ils sont si laids et pourtant, lorsqu'on leur presse la tête, le jus obtenu est délicieux et réchauffe les corps. Est-ce... poétique... ? » La question lui paraissait cruciale, à cet instant précis, et il la regarda avec une attention accrue.




_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 420
↳ Points : 48
↳ Arrivé depuis le : 14/02/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Zoe Kravitz – sign ©Frimelda
↳ Age du Personnage : 24/222
↳ Métier : Réceptionniste à l'hôtel Overlook
↳ Opinion Politique : Rebelle
↳ Niveau de Compétences : Niv. 2 (niv. 3 en nécromancie et potions, niv. 4 en perception des fantômes)
↳ Playlist : Ibeyi – River
The Handsome Family – Far From Any Road
Princess Nokia – Brujas
The Orwells – They Put a Body in the Bayou
Laura Mvula – Green Garden
Nina Simone – I Put a Spell on You
Charles Bradley - The World (Is Going Up In Flames)
Ibeyi – Oya
Ibeyi – Ghosts
Laura Mvula – Can’t Live with the World
Little Simz ft. The Hics – Gratitude
↳ Citation : A Witch is born out of the true hungers of her time. [...] The things that are most wrong here summoned me.
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : #ffcc99



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Mar 15 Aoû - 23:56


« The path to paradise begins in hell. »

Kayiman & Helix
featuring

Était-ce la première fois qu’elle le voyait sourire ? Ce n’en était même pas un, juste le présage d’une telle expression, un avant-goût. Curieuse et attentive, Helix guetta l’éclosion du rictus, qui demeura pourtant au stade de bourgeon. Une sensation désagréable lui irritait l’estomac. Une injuste privation. Un échec. Elle aurait voulu voir ce sourire, sans parvenir à déterminer pour quelle raison. Comme si ce fendillement du visage promettait de laisser échapper quelque chose.

Un secret.

Sa réponse, aussi simple que définitive, ne la surprit pas. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il accepte, elle cherchait juste à le faire réagir. Et en ce sens, la victoire lui semblait un peu maigre. Les sondes qu’elle lançait lui revenaient vides, la réduisant à en tamiser le fond pour gratter trois bribes d’information. Les traits froissés, elle le laissa approcher, immobile à l’exception de ses yeux, dont l’attention dévia sur sa joue si proche que ses cils, en baissant le regard, la caressèrent. Non à tout, souffla-t-il. Non à tout, dans un refus catégorique de ses tentatives d’amadouement. Sa voix comme ses gestes n’exprimaient pourtant pas le rejet.

Helix commençait à se dire qu’elle avait peut-être réussi, qu’il allait lui donner quelque chose, quelque chose de plus, une explication ou la réponse manquante à cette brûlure invisible qui lui écorchait le fond du cerveau… lorsqu'il se déroba soudain, ne laissant à sa place qu’un dérangement d’air et l’empreinte de sa silhouette frôlant la sienne. Désorientée, la voleuse leva la tête. Il paraissait grand comme une ombre, ainsi étiré dans l’espace exigu de la tente. Comme la première fois, elle saisit sa main aussitôt qu’il la lui tendit, sans se perdre en doutes et hésitations. L’intérêt l’emportait sur la méfiance, et comme en tout, Helix vivait les choses au présent, saisissant l’existence telle qu’elle lui parvenait. Pour toute confirmation, elle hocha la tête, avant de se laisser entraîner par le chef de bande hors de son antre.

Disparaître derrière ces pans avait été ressenti tout à l’heure comme un enlèvement. Quitter leur douce obscurité semblait maintenant prématuré. Rejoindre l’extérieur, les autres. La menait-il vers son procès et une sentence publique, en dépit de ses promesses ? Peut-être avait-il changé d’avis… Elle s’était montrée trop irrévérencieuse. Il la guida finalement au sommet de la butte naturelle qui protégeait leur campement des vents violents dont ce monde était accablé. La désolation chaotique des Enfers s’étendait à leurs pieds, aussi loin que portait le regard. Ce monde tourmenté était désormais le sien, songea-t-elle, peut-être pour la première fois. Elle ne l’avait jamais observé ainsi, comme on admire un paysage.

La main de K. comprima plus fermement la sienne, l’arrachant à sa contemplation pour baisser les yeux vers leurs doigts, avant de remonter le long du bras jusqu’à son visage. Il ne la regardait pas, semblait s’adresser au marécage. La sorcière sourit pourtant en détournant la tête vers ces montagnes qu’il lui désignait.

— Et le tuer.

Les mots étaient sortis tous seuls, éjectés de son système telle une volée de mitraille. Elle ne les avait pas prémédités, ni même consciemment formulés avant d’en perdre le contrôle. Mais ils étaient vrais, plus vrais que tout ce qu’elle avait pu soutenir jusqu’ici. L’haïtienne les considéra avec surprise, puis fut tentée de les répéter, préférant plutôt glisser un regard à son compagnon pour guetter sa réaction. Tuer Satan. Voler son royaume. Si les sœurs de l’orphelinat l’entendaient… Machinalement, elle exécuta un rapide signe de croix. Une habitude si ancienne qu’elle ne cherchait plus à s’en départir. Peut-être cherchait-elle dans ce geste le pardon de Dieu — ou son approbation. Mais aucun des deux ne lui était essentiel. Avec ou sans Sa protection, il n’existait pas de quête plus passionnante que celle-ci.

Plongée dans sa réflexion, elle se mordait la lèvre en plissant les yeux sur l’horizon. L’intervention de K. la ramena à la réalité et à ses premières questions, inscrites dans l’arche perplexe de ses sourcils. Marcher à ses côtés était une chose. Dormir dans sa tente une toute autre affaire. Avait-elle mal lu la situation ? Helix hésita une seconde de trop sur l’attitude à adopter. L’homme retira sa main. Elle avait pourtant l’impression de la sentir encore contre sa paume, qu’elle frotta distraitement contre son vêtement pour chasser cette perception spectrale. Il reprit la parole, chassant du même coup la confusion qui s’était installée. Cette fois, la sorcière céda sans retenue à un éclat de rire spontané qui dévala le tertre jusqu’au campement.

— Non, c’est répugnant ! Mais c’est ainsi que naissent les meilleurs poisons…  Elle dressa les paumes au niveau de son visage, agita les doigts. Lorsqu’on ne craint pas de se salir les mains !

Qui donc était allé traire les monstres pour remplir sa gourde de cuir ? C’était une question intéressante. Avait-il conduit cette entreprise lui-même ou envoyé l’un de ses émissaires ? Elijah, peut-être. Ou Ash. Elle soupesait les possibilités comme on jongle avec une distraction, mais sa première question ne cessait de revenir à l’assaut de ses pensées.

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

À bout de patience, Helix décida d’explorer l’hypothèse apparue plus tôt. Dans une translation fluide, elle se rapprocha du garçon jusqu’à le toucher de l’épaule, puis se hissa sur la pointe des pieds pour semer quelques mots à son oreille.

— Es-tu sûr de ne vouloir partager que ta tente, Porteur de machette?

Elle envisageait cette possibilité avec espièglerie, sans toutefois s’y soustraire, et ne pensait pas y voir d’objection jusqu’à ce que la question fût posée. Soudain, elle aurait voulu rattraper ses paroles, qui venaient d’éveiller un sentiment de honte inédit, une interdiction diffuse. Quelle mouche la piquait ? Son sourire vacilla. Ses prunelles se voilèrent.

Il y avait décidément quelque chose d’incongrument familier chez cet homme.

Cet accent qui l’avait déjà frappée, mais aussi ses intonations, la façon dont il se déplaçait, comme s’il ne posait jamais tout à fait le pied au sol, et puis ses traits figés, son regard trop noir… Voilà ce qui la troublait. Et ce qui expliquerait son attitude étrange, son aide inespérée.

Elle l’avait déjà croisé.

Quelque part, ailleurs.

Presque accusatrice, Helix recula d’un pas, étudiant son vis-à-vis d’un œil incertain.

— Qui es-tu ?


_________________


Everything is poison in the right dose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1423
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Mar 29 Aoû - 12:31


« For the Night is Dark and Full of Terrors »


 
Helix & Kayiman
featuring

Les rires de la damnée s'envolèrent au dessus d'elle, roulant comme des gravillons colorés que poussait le vent. Dans ses yeux sombres brillaient toujours les mêmes étincelles de joie spontanée et si ses traits avait gagné en maturité, ils conservaient ses formes, ses couleurs et ses expressions d'autrefois. Son visage n'avait pas changé même s'il avait perdu les rondeurs de l'enfance, c'était toujours Elle. Regardant les doigts voltiger avec espièglerie, Kayiman acquiesça d'un sobre ploiement de paupières. Certes, il n'avait jamais craint de se salir les mains pour parvenir à ses objectifs. Néanmoins, ce n'était pas à cela qu'il voulait en venir et il demeura silencieux, se perdant songeusement dans l'observation de la voleuse. Ses yeux glissèrent sur sa gorge puis sur son corps élancé ainsi que sur ses formes féminines. Peut-être avait-elle un peu changé malgré tout. Les nuances rougeâtres du ciel rompaient à peine l'obscurité sinistre qui régnait alentour. Si ce monde était dépourvu d'astre, les torsions de lumière laissaient deviner qu'un nouveau jour se levait. Cette situation était-elle poétique ? De leur promontoire, ils dominaient le paysage austère et effrayant qui s'offraient à eux, chargé de cruelles promesses. A vrai dire, Kayiman n'était pas sûr de la direction de sa question. « Les poisons sont inefficaces en enfer.» Souffla-t-il avec une pointe de regret. Sans être sensible à la poésie de cette boisson particulière, Helix s'en était au moins amusée, ce n'était donc pas un véritable échec, songea-t-il.

Lorsque la sorcière s'approcha de lui, il resta droit, sans se pencher vers elle et la laissa monter à sa hauteur jusqu'à entendre ces mots. Il inclina légèrement la tête, les soupesant quelques secondes avant de saisir le sous-entendu qui planait dans le sourire malicieux. Ses yeux se plissèrent en retour, amusé autant que troublé par cette soudaine prise de conscience. Il allait répondre mais le mouvement de recul subit de la sorcière l'en empêcha et il se contenta de sonder son regard inquisiteur. Celui-ci semblait tout à coup rempli d'incertitudes. Confusément, il se sentit partagé entre l'espoir qu'elle l'ait reconnu et un malaise indéfinissable. Son regard sur lui changerait-il ? Peut-être préférait-il qu'elle continue à le regarder comme un homme avec qui elle pourrait partager sa couche. Comme un guerrier inconnu, sans passé ni faiblesse. Le silence remplit l'espace entre eux pendant quelques instants. Bien loin de là, dans les tréfonds inexplorés du royaume des enfers, se trouvait un vaste palais entouré de rivières de lave. Kayiman se le représentait distraitement, dissimulé dans le cratère d'un volcan et protégé par une horde de démons sanguinaires.

« J'ai porté différents noms... » Il prit une inspiration, son regard se détourna vers les montagnes qui se découpaient à l'horizon. « Peut-être en adopterais-je d'autres. » L'ennemi, le père du mensonge, le porteur de lumière, le serpent ancien, le meurtrier, le malin. Le diable. « Je prendrai sa place après l'avoir tué. » Son regard d'une noirceur arrogante revint se planter dans les yeux d'Helix. La répartie pleine de fougue de la sorcière ne l'avait pas laissé indifférent et il l'avait scellée dans son esprit, comme un pacte solennel. Qu'elle se soit empressée de se signer prouvait assez qu'il ne s'agissait pas pour elle d'une simple boutade et il savait qu'elle irait jusqu'au bout. « Tu m'accompagneras. » Parce qu'elle devait découvrir ce qu'elle cherchait. Parce qu'elle le saurait quand elle le trouverait. Parce que c'était quelque chose de plus grand que tout cela, que la sécurité d'un camps. « A moins que tu ne préfères suivre ta propre route de ton coté, bien évidemment. La décision t'appartient. » Nue et sans tresses.

Le ton neutre et presque nonchalant de sa voix fut trahi par la lueur sardonique au fond de ses rétines. Kayiman retrouva le silence en dévisageant Helix. Tant d'années s'étaient écoulées depuis leur séparation. Non seulement durant leur vie terrestre mais également après leur mort. Dans cet univers cauchemardesque où le temps s'étirait sans qu'il soit réellement possible de le mesurer. Mais après un espace si long, après qu'ils aient vieilli et vécu tant de choses, se connaissaient-ils encore ? Le changement d'attitude d'Helix laissait croire qu'elle avait pu le reconnaître bien qu'il ne pouvait pas en être certain. Peut-être l'avait-elle oublié, peut-être pas. Mais Kayiman ne pouvait prendre le risque d'exposer ainsi ses souvenirs à une âme inconnue. L'orgueil prit le dessus sur ses pensées troublées et il décida que la sagesse était l'unique raison de son silence.

Il s'approcha d'elle à nouveau. Au sommet du monticule pierreux, ils étaient la proie des bourrasques glacées qui les fouettaient par vagues plus ou moins intenses. Les nattes d'Helix voltigeaient autour de son visage. Kayiman leva la main pour les effleurer avec précaution. Il les lui trancherait sans pitié si elle fuyait à nouveau. Ses doigts s'avancèrent encore un peu et frôlèrent la joue de la sorcière. Il ignorait qu'elle en était une, autrefois. Mais peut-être était-ce cela qui les avait rapprochés à l'époque, inconsciemment.

« Si tu joues ton rôle dans cette quête, je t'offrirai l'honneur de m'attribuer mon nouveau nom. Prince des ténèbres serait une identité intéressante. En attendant, je serai K., le porteur de machette.» En dépit de son outrecuidance assumée, sa voix n'était qu'un murmure, écrasé par les hurlements des vents, de plus en plus puissants, dont la violence faisait presque vaciller leurs silhouettes. Sous ses doigts, la peau d'Helix était douce et tiède et quand il l'enlaça dans un mouvement ample, la recouvrant de sa propre pelisse, il perçu la finesse de sa taille. Ses yeux se posèrent sur ses lèvres et l'envie de les goûter le happa.

« Nous avons bien des choses à partager, emprunteuse. J'ai grande envie d'en découvrir plus à ton sujet.» A ces mots, il céda à son appétit sans plus attendre et sa bouche rejoignit celle d'Helix dans un baiser ardent, perdu au cœur des rafales hostiles qui les secouaient. Il n'aurait pas imaginé éprouver ce genre de désir pour elle. Il songeait qu'il pourrait le feindre afin de donner une justification à sa bienveillance. Quel damné prendrait soin d'une voleuse en réponse à sa trahison ? Elle ne se satisferait pas éternellement de ses silences. Pourtant, tandis qu'il prolongeait le baiser, le trouble s'effaçait sous le plaisir de l'interdit franchi. Et de l'envie d'en savourer plus encore.



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 420
↳ Points : 48
↳ Arrivé depuis le : 14/02/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Zoe Kravitz – sign ©Frimelda
↳ Age du Personnage : 24/222
↳ Métier : Réceptionniste à l'hôtel Overlook
↳ Opinion Politique : Rebelle
↳ Niveau de Compétences : Niv. 2 (niv. 3 en nécromancie et potions, niv. 4 en perception des fantômes)
↳ Playlist : Ibeyi – River
The Handsome Family – Far From Any Road
Princess Nokia – Brujas
The Orwells – They Put a Body in the Bayou
Laura Mvula – Green Garden
Nina Simone – I Put a Spell on You
Charles Bradley - The World (Is Going Up In Flames)
Ibeyi – Oya
Ibeyi – Ghosts
Laura Mvula – Can’t Live with the World
Little Simz ft. The Hics – Gratitude
↳ Citation : A Witch is born out of the true hungers of her time. [...] The things that are most wrong here summoned me.
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : #ffcc99



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Mar 19 Sep - 3:42


« The path to paradise begins in hell. »

Kayiman & Helix
featuring

Les Enfers possédaient assurément une beauté spectrale. Peut-être Helix ne s’en était-elle jamais aperçue avant de songer à y régner. Ou peut-être qu’elle n’avait tout simplement pas pris le temps de les contempler jusqu’à ce que K. l’amène ici. Une chose était sûre, elle posait sur ces terrifiantes contrées un regard nouveau. L’horreur et la crainte étaient toujours présentes, la damnée ne se laissait pas aller à une vision naïve de leur environnement. Mais un poids semblait soudain avoir quitté ses épaules. Celui d’un désespoir obstinément refoulé.

Si leur vaste bagne était sans issue, il valait mieux se concentrer sur la première partie du problème. À savoir détruire ce qui en faisait une prison. Traquer le geôlier primordial était la procédure la plus simple et logique à suivre. À vrai dire, elle se demandait même comment elle n’y avait pas pensé plus tôt.

L’Haïtienne avait été élevée dans un couvent, nourrie aux versets de la Bible, modelée dans un univers dichotomique dominé par l’éternel combat de Dieu et du Diable. Si elle avait su prendre ses distances vis-à-vis de la morale figée de son éducation, elle croyait toujours dur comme fer à ses premiers enseignements. Pourtant, le regard égaré sur les monts nus et venteux dressés à l’horizon, elle fut frappée d’une certitude. Elle n’aurait jamais eu cette idée toute seule.

La damnée coula une œillade vers son compagnon. Les poisons sont inefficaces, venait-il de rappeler, et elle gonfla les joues dans une expression contrite. Ce n’était pas faute d’avoir essayé. Mais encore une fois… Peut-être les règles étaient-elles différentes en ce monde. Si l’on pouvait extraire un fortifiant de la gueule monstrueuse de ces créatures, et puisque la morsure de quelques démons provoquait de la fièvre et une métamorphose irréversible… Cela n’impliquait-il pas que certaines substances conservaient toujours des propriétés particulières ? Leur magie intrinsèque s’était évaporée, mais cela ne voulait pas dire qu’il ne restait plus rien à apprendre, aucun pouvoir à amasser…

Une ambition dévastatrice l’avait saisie et refusait de lâcher prise. C’étaient l’audace et la pure insanité de ce nouveau projet qui la faisaient vibrer. Elle aurait voulu s’en enthousiasmer bruyamment, partager avec la silhouette silencieuse à sa gauche cet élan homérique… Elle se retint. Par crainte, sans doute, de le voir rire de ses aspirations. Helix n’était pas susceptible, mais elle refusait de voir ses espoirs piétinés avant même d’avoir pu tenter de leur donner corps.

Elle préféra donc céder aux sirènes d’un instant de frivolité, bientôt remplacé par la soudaine vague de doute qui la chavirait à présent. K. ne répondit pas immédiatement à sa question, et son regard lointain donnait presque l’impression qu’il ne l’avait pas entendue, ajoutant à sa frustration. Elle le dévisageait avec obstination, cherchant peut-être plus à attirer son attention qu’à remonter le cours de ses souvenirs.

Où avait-elle bien pu le rencontrer, d’ailleurs ? Dans cette vie ou la précédente ? Autre préoccupation d’importance, l’avait-elle floué d’une manière ou d’une autre ? L’avait elle détroussé, escroqué, empoisonné, rejeté, injurié, sanctionné d’un maléfice ? Il lui semblait qu’elle s’en serait souvenue. Il était vrai que son apprentissage auprès de la Manbo Fatiman avait fait un certain nombre de victimes collatérales. On ne faisait pas d’omelette sans casser des œufs, se plaisait-elle à répéter. Helix approuvait. Toutefois, si elle avait maltraité cet homme, il aurait semblé plus logique de la tuer aussitôt qu’il en avait eu l’occasion. Non, c’était autre chose.

Il se décida finalement à prendre la parole, et la sorcière déchue recentra toute son attention sur l’intriguant. Avec déception. Il ne révélait rien, pas même un indice, pratiquant l’esquive avec brio. Elle s’apprêtait à insister, lorsque ses derniers mots la coupèrent dans son inspiration. Prendre sa place, quand il l’aurait tué ? Soufflée par son toupet, elle ne sut que rétorquer. Pas plus en l’entendant requérir sa compagnie avec une assurance tout juste tempérée d’une ultime précision. Pour un peu, elle l’aurait pris au mot. La voleuse se rappelait pourtant douloureusement de ce qu’il lui en coûterait.

Ses traits arboraient la dureté boudeuse des désirs contrariés. Leurs regards se croisèrent et elle prit soudain une mine absorbée, exprimant ostensiblement le dilemme qui se jouait dans son esprit. Le vent s’était levé, annonciateur de tempête. Quand il approcha, elle conserva l’immobilité et son air songeur. La façon dont il toucha ses cheveux avait quelque chose de menaçant. C’est ainsi en tout cas qu’elle le ressentait, préoccupée par le choix qui s’offrait à elle. Helix était pourtant décidée à ne pas se laisser intimider.

Le rire qui menaçait de cascader hors de sa gorge fut étranglé par le geste du meneur. Il y avait quelque chose de chevaleresque dans son attitude, dans l’autorité avec laquelle il l’entourait de sa grossière pèlerine. D’aussi loin qu’elle se souvienne, l’orpheline n’avait jamais ressenti le besoin d’être protégée. Il y avait bien eu une époque, profonde et floue, où les bras de sa mère formaient un refuge bienfaiteur… Elle s’en souvenait par fragments, nimbés d’une aura irréelle. Le couvent, ensuite, endurcissait les âmes les plus douces.

Elle s’était adaptée. Sans réelle difficulté, sans séquelles apparentes. Simple changement d’environnement, d’habitudes et de mœurs. L’enfant avait grandi, c’était mué en femme indépendante et assurée, qui ne recherchait la protection des groupes qu’elle infiltrait qu’en parasite. En voleuse. Recevoir ainsi la simple prévenance d’un bouclier contre les vents était à la fois surprenant et étrangement bienvenu. Elle profita du couvert de la pelisse, de la chaleur dégagée par le flanc étranger pour frissonner à son aise, silencieuse derrière ses sourcils froncés.

C’était agréable, oui, et le mystérieux K. était indéniablement attirant, mais elle ne se laisserait pas amadouer aussi facilement. Il s’était montré trop hardi, trop prompt à la doubler dans ses ambitions. Elle ne lui faisait pas confiance. Helix ne tenta pas pour autant de se dérober à son baiser. Elle l’accueillit avec chaleur et le lui rendit sans embarras, enroulant naturellement ses bras autour de ses côtes. C’était agréable, le genre de plaisir rare qu’il aurait été stupide de se refuser.

Les lèvres de l’homme se faisaient pressantes contre les siennes, le manteau de peau qui les emprisonnait incitait au rapprochement, tandis que l’orage galopait vers eux en rugissements furieux. Ils ne le craignaient pas. La sorcière destituée songea pourtant qu’elle ne rechignerait pas à retrouver le couvert de la tente, et plus encore. Ne serait-ce que pour une heure. Elle ne doutait pas qu’il serait aisé d’y entraîner son compagnon. Mais n’était-ce pas un nouveau subterfuge ? Une manière de clore la discussion ? D’obtenir d’elle une approbation implicite ?

Certains mots méritaient d’être prononcés, certaines idées éclaircies. Presque à regret, elle mit un terme à leur étreinte et se dégagea quelque peu. Tête inclinée, elle le détailla d’un regard pénétrant, le temps de retrouver contenance et détermination, avant de céder à la tentation d’un sourire enjôleur.

— Tes arguments possèdent une certaine force de conviction, mais je ne saurais m’en contenter… Dis-moi, quel est donc ce rôle dont tu voudrais m’affubler ? Tu es peut-être le porteur de machette, mais ne compte pas sur moi pour te suivre docilement. Cette quête m’appartient autant qu’à toi, et s’il y a un trône à conquérir j’en aurai ma part.

Il n’était pas question qu’elle soit en reste, ou se contente d’un second rôle de loyal sujet. Peu lui importait de n’être pas seule à régner, la sorcière était partageuse, mais elle ne foulerait pas aux pieds la carcasse de Lucifer pour se plier ensuite aux exigences d’un nouveau tyran. À plus forte raison lorsqu’elle ignorait tout de ses véritables intentions, et jusqu’à son identité même.

— Tu tiens à tes secrets… Soit. Je n’ai pas besoin de ton autorisation pour t’attribuer toutes sortes de noms.

Les yeux plissés de mutinerie, elle fit glisser un doigt sur son torse, suggérant la possibilité de sobriquets plus intimes. Elle suspendit soudain son geste, ramena la main sur sa hanche dans une posture arrogante.

— J’accepte. J’accepte, si je ne suis pas ta prisonnière. Je veux ma propre tente. Ma place autour du feu, ma mission. Je pourrais faire une bonne éclaireuse, comme Alice, Elijah et Antòni. Je suis endurante et je sais me montrer discrète.

Les raisons de son choix étaient en réalité plus complexes qu’une simple affaire de métabolisme. Elle ne tenait pas à s’occuper du camp : ce n’était pas assez excitant, et surtout, elle serait contrainte de côtoyer Galahad, qu’elle redoutait depuis l’empressement démontré à la tuer. C’était aussi une suggestion tactique : en tant qu’éclaireuse, elle pourrait s’éclipser à sa guise. Ils le savaient tous deux. En l’y autorisant malgré tout, K. lui prouverait qu’elle n’était pas sa captive. Elle-même serait plus encline à lui accorder un certain degré de confiance.

— Qu’en dis-tu, Étoile du matin ?

La flatterie était gratuite et gentiment moqueuse. La tempête hurlait maintenant à leurs oreilles, il leur restait peu de temps pour dévaler la butte en sens inverse et se mettre à l'abri. Helix était néanmoins résolue à ne pas bouger d’un centimètre avant d’avoir obtenu une réponse claire. S’il refusait, peut-être devrait-elle commencer à accepter l’idée de se départir de sa chevelure…


_________________


Everything is poison in the right dose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1423
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Jeu 12 Oct - 16:48


« For the Night is Dark and Full of Terrors »


 
Helix & Kayiman
featuring

Le corps menu de la sorcière s'était lové contre lui sans résistance, répondant à son étreinte par la même chaleur. Kayiman n'aurait guère imaginé que le goût de ses lèvres lui soit aussi inspirant. Les créatures qu'il avait embrassées autrefois n'était pour lui que des images sans âme, prostituées pour la plupart, dont il n'avait gardé aucun souvenir. Mais alors qu'il retrouvait le regard aiguisé d'Helix, le sien s'ornait d'une lueur nouvelle. Elle s'était dégagée de lui mais toute trace de contrariété avait disparu de ses yeux. L’orage tonnait déjà au dessus des montagnes rouges et on l'entendait rouler dans la plaine. Kayiman mit un temps avant de distinguer le fracas du tonnerre avec les battements trop sourds de son cœur. Avec prudence, il s'attacha à conserver l'impassibilité de son expression et soutint le regard de la belle au sourire indéchiffrable. Loin de se soumettre, dans la position de captive qui était la sienne, elle s'offrait le luxe de se montrer exigeante.

Kayiman haussa un sourcil et conserva un silence songeur en l'écoutant. Il n'avait pas l'intention d'enfermer la voleuse dans un rôle de subalterne, l'idée ne l'avait pas effleuré en vérité. Son but n'était pas de la soumettre ni de l'humilier, il désirait au contraire l'amener à apprécier sa place au sein du groupe. Elle ne pouvait pas l'avoir deviné, bien-sûr... Sans la détromper sur son erreur, il fit mine de réfléchir, surveillant la progression de son doigt folâtre. Puis, le coin de ses lèvres s'étira légèrement dans une ébauche de sourire. Elle lui avait déjà attribué un nom et c'était celui qu'il lui dissimulait aujourd'hui. Il serait amusant de découvrir comment l'inspiration la guiderait en ce moment précis mais Kay doutait que son choix soit objectif, au vu de la relation de force qui les opposait. Lui-même ignorait s'il jouait un rôle auprès d'elle, en lui laissant croire à des intentions licencieuses. Mais dans l'immédiat, il délaissa toute introspection pour se centrer sur les réponses de l'aventurière qui lui inspirèrent un pétillement de plaisir. Une étincelle de joie qui apparu dans ses yeux quand elle lui offrit son accord. Kayiman apprécia l'audace dont elle témoignait en négociant si farouchement dans sa position. Néanmoins, son expression était redevenue neutre, si bien que rien ne laissait deviner la nature de ses pensées. Il inclina légèrement la tête pour saluer son trait d'esprit. Elle ne manquait pas de connaissances concernant les surnoms du diable...

« Charmant. » Souffla-t-il d'un ton pince-sans rire, alors que l'orage dévalait vers eux, se rapprochant à grand bruit. « J'entends tes demandes. Une tente pour toi seule... rien ne t'empêche de la construire. Mais tu ne crains donc plus la haine des autres, celle de Ash ? Il me semble que ton courage revient bien précipitamment. A moins que tu n'aies jamais été apeurée, en réalité. » Kayiman n'oubliait pas le regard ingénu et effrayé qu'elle lui avait lancé, dans la tente. Non pas qu'il en fut contrarié mais il appréciait de la mettre face à ses propres incohérences et de lui rappeler ainsi qu'il n'était pas si naïf. « Soit. » Concéda-t-il, son regard rivé au sien. « Mais il nous faut l'accord de tous. Nous déciderons ensemble au feu de ce soir. Tu y auras une place de choix... à mes cotés. » Les vents les frappaient avec tant de force qu'il devenait de plus en plus difficile de les affronter, la tempête menaçait de les pousser au bas de la colline de roches. Kayiman avait du mal à conserver son équilibre mais il restait néanmoins campé sur ses pieds, disposé à offrir un rempart protecteur à la fine silhouette d'Helix. Et alors que les hurlements des vents devenaient assourdissants, il ne prit pas la peine d'élever la voix pour poursuivre, la laissant deviner les mots sur ses lèvres qui s'ornaient d'un trop rare sourire. « Je voudrais faire de toi ma reine. »

La tempête redoutable avaient fini par avoir raison de leur pugnacité et les avait envoyés rouler au bas du monticule, comme des fétus de paille. Par chance, ils n'avaient pas chuté du coté des marais lugubres et leur souplesse leur avait permis à tout deux d'échouer en douceur sur la terre rouge du campement. Kayiman s'était redressé avec aisance et s'en était allé, sur un dernier regard sibyllin. Il était temps d’œuvrer à la reconstruction du camp, régulièrement démoli par les intempéries et les attaques. Ainsi, il vaqua avec les autres à leurs différentes tâches et la journée se déroula ainsi, sans incident majeur. Un incendie provoqué par la foudre fut maîtrisé en dépit du manque d'eau et ils essuyèrent une invasion de sauterelles carnivores qui tomba en pluie à la fin de la tempête. Les damnés ne souffrirent que de quelques brûlures et morsures superficielles et le soir tomba enfin. Ce fut alors que des cris de joie résonnèrent de l'autre coté du campement, annonçant le retour d'Alice, Antòni et Elijah. Le son de la voix de la première réjouissait le cœur de Kayiman. Les retrouvailles furent chaleureuses et pendant que les explorateurs fourbus se reposaient, on prépara le feu qui réchaufferaient leurs os douloureux.

Le chef de clan n'avait plus adressé le moindre regard à Helix, l'ignorant comme si elle n'avait pas été là. Néanmoins, il avait pris soin de parler en sa faveur auprès de Galahad, alors qu'il l'aidait à panser ses plaies dues aux morsures de sauterelles.
- « Ne la blesse pas, mon ami, j'aime son regard. » lui avait-il confié.
- « Je serais d'avis de trancher la main de cette voleuse, au moins la main. »
- « Je lui pardonne. Et j'ai besoin de ses mains. »
- « Pour quoi faire ? »
- « Pour la glisser dans la mienne. Je veux lui offrir une chance de rester parmi nous, elle le mérite, je le sais.»
- « Ah... mais si elle vole encore ? »
- « Alors tu trancheras ses nattes, ses deux mains et ses deux pieds. »

Les siamois avaient pris soin de ramener de quoi faire une belle flambée et les hautes flammes s'élevaient à présent au centre du campement. D'épaisses couvertures avaient été disposées autour de l'âtre et les membres du clan s'y étaient installés, en cercle. Assis en tailleur, K. était assis entre Antòni et Alice, sa machette placée face à lui, à portée de main. Ni les monstres ni aucune des créatures démoniaques qui peuplaient les enfers n'avaient d'heure pour une attaque, ils pouvaient surgir à n'importe quel moment, en tout temps.

Tel que le voulait la tradition, le conseil débutait par une chanson clamée à deux voix par les siamois aux corps liés par la taille. Hommes de spectacle dans le cirque qui les abritait autrefois, ils saluèrent majestueusement l'assemblée avant de laisser la parole au responsable du clan. Les yeux de K. fixaient les flammes et il débuta le conseil par la question du jour, sans détours inutiles. « J'aimerais qu'on lève le camp, que nous allions découvrir les montagnes au delà des plaines. Si un seigneur règne sur ces enfers, je veux le surprendre, le détruire et lui ravir son trône. Voilà mon vœu de ce soir. » Il prit une pincée de sable et le jeta sur les flammes, comme un enchanteur ajouterait un ingrédient magique à sa potion de chance. Puis il redressa son regard pour le fixer enfin sur la voleuse et lui fit signe d'approcher. Antòni s'empressa de reculer pour lui faire de la place pendant que K. reprenait. « Helix souhaite nous accompagner. Tu peux parler. » Ainsi l'invita-t-il, de sa voix insensible au timbre léger.



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 420
↳ Points : 48
↳ Arrivé depuis le : 14/02/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Zoe Kravitz – sign ©Frimelda
↳ Age du Personnage : 24/222
↳ Métier : Réceptionniste à l'hôtel Overlook
↳ Opinion Politique : Rebelle
↳ Niveau de Compétences : Niv. 2 (niv. 3 en nécromancie et potions, niv. 4 en perception des fantômes)
↳ Playlist : Ibeyi – River
The Handsome Family – Far From Any Road
Princess Nokia – Brujas
The Orwells – They Put a Body in the Bayou
Laura Mvula – Green Garden
Nina Simone – I Put a Spell on You
Charles Bradley - The World (Is Going Up In Flames)
Ibeyi – Oya
Ibeyi – Ghosts
Laura Mvula – Can’t Live with the World
Little Simz ft. The Hics – Gratitude
↳ Citation : A Witch is born out of the true hungers of her time. [...] The things that are most wrong here summoned me.
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : #ffcc99



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Ven 10 Nov - 4:06


« The path to paradise begins in hell. »

Kayiman & Helix
featuring

Dans une frustration grandissante, Helix découvrait que K. lui résistait. Elle avait cru le tenir, un instant, pensant saisir dans ses pupilles l’éclat de quelque intention aussi commune que triviale… Mais il lui avait échappé. En un instant, un froissement de paupières et un rictus évanoui. Ce baiser n’était qu’un leurre auquel elle-même s’était laissée prendre. Voilà qui infligeait à son ego une cuisante abrasion.

La sorcière se trouvait agacée de l’incorruptible hermétisme de son vis-à-vis, et tout à la fois, elle ne pouvait nier l’attrait que cette obstruction exerçait sur son esprit. Elle qui ne rechignait jamais devant un bon casse-tête. Avec obstination, elle croisa les bras, esquivant ses accusations d’une pirouette qui n’avait pas même la prétention d’être sincère, comme en témoignait l’éclat mutin de son sourire.

— Ne dit-on pas qu’il faut savoir affronter ses peurs ? Et ce n’est pas parce que je les énonce que je suis une couarde.

Inconsciente, elle ne craignait pas la bravade de trop, celle qui aurait pu mettre à mal ces quelques pouces de terrain durement gagnés. Malgré tout, le meneur sembla accepter sans sourciller ses conditions. Un détail d’importance se dessinait pourtant. Il accédait à ses requêtes, certes. Mais elle serait seule à les défendre, seule à les revendiquer face au jugement des autres. Une sensation désagréable reflua sous ses côtes. Une place de choix… L’expression évoquait plus une sorte d’amuse-bouche qu’un quelconque honneur.

Une pensée s’expulsa soudain des méandres de son esprit : et si tout ceci n’était qu’un jeu pour lui ? S’il ne l’avait pas épargnée par compassion, bonté, ou toute autre vertu ? Après tout, ils étaient bel et bien aux Enfers, où évoluaient les âmes les plus sombres et retorses… Ses intentions, qu’elle n’était jamais parvenue à cerner, étaient peut-être bien plus vicieuses qu’elle ne l’imaginait ? À la manière des chats, qui pouvaient passer des heures à torturer leur proie, lui laissant entrevoir une possible salvation pour mieux la rattraper… Le conseil du soir serait alors le piège ultime qui la verrait tomber.

Cette réflexion lui tira un frisson d’horreur, qu’elle fit passer pour une réaction à la tempête qui les assaillait. Orage qui emporta la nouvelle réplique du damné, dont elle ne capta que l’essence dans ses deux derniers mots. « Ma reine. » Voilà qui aurait pu être flatteur, si elle n’était pas si ébranlée par ses dernières réflexions.

Le Sort décida alors de mettre un terme à leur petite joute de volontés. Si aucun des deux n’acceptait de céder, les éléments s’en chargèrent pour eux dans une rafale particulièrement violente qui leur fit perdre l’équilibre. Endolorie par sa chute, Helix assista au souple départ de K. sur son séant, dans un profond sentiment de perdition.



Le reste de la journée se déroula comme les marches d’un échafaud, dans un lent effroi. L’Haïtienne s’était pourtant raisonnée : les autres membres du groupe appréciaient K., qui avait bâti avec eux des liens solides de cohésion et d’amitié. Il lui semblait qu’un monstre de cruauté ne serait pas capable de perpétuer une telle réalisation sur le long terme. Une sourde angoisse s’acharnait pourtant à la tenailler. Elle participa mollement à la reconstruction du camp, évitant Galahad autant que possible pour coller au train d’Ash, qui paraissait résolue à l’ignorer royalement. Tout comme K., dont la silhouette toujours en mouvement n’apparaissait jamais qu’à l’orée de sa vision. Il l’évitait.

Son peu d’entrain ne jouait certainement pas en sa faveur, mais la voleuse ne parvenait pas à se départir de cette lourdeur qui l’accablait. Feu et nuées furent combattus dans un brouillard collectif. Les autres étaient là, autour d’elle, mais s’ils s’entraidaient dans cette épreuve, on lui fit bien sentir par ailleurs qu’elle n’était plus vraiment la bienvenue. K. et Ash rivalisaient d’esquive. Galahad à l’inverse la couvait d’un regard trop attentif, comme s’il s’attendait à tout instant à la voir détaler et ne rêvait que de se mettre en chasse. Quant à Luke et Hary, le premier enchaînait les moqueries, tandis que son frère conservait une attitude prudente et soupçonneuse.

Au retour des autres, elle prit soin de rester en retrait : ils n’allaient pas tarder à apprendre ce qui s’était passé, de la bouche de leurs amis. La situation était nouvelle pour l’orpheline, qui avait toujours su se faire apprécier des groupes dans lesquels elle évoluait. Et lorsque ses actions étaient répréhensibles, elle n’était généralement plus là pour en affronter les conséquences. Cette position inédite lui semblait particulièrement inconfortable. Aussi garda-t-elle ses distances lorsque la troupe finit par se rassembler autour du feu. Elle se tenait dans l’ombre, près de la tente d’Alice, alors que le timbre chaud des jumeaux vibrait à l’unisson. C’était une belle chanson. Une belle tradition.

Lorsque leurs voix moururent, le meneur prit la parole pour exposer leur projet. Il énonçait les faits avec efficacité et concision, une qualité que l’escamoteuse aurait appréciée si elle n’appréhendait pas autant la suite. Les flammes crépitèrent sous la pluie de sable, envoyant des étincelles tourbillonner dans la nuit tandis que K. introduisait la dernière venue. Le brasier jetait des lueurs fauves sur ses joues brunes lorsqu’elle consentit à approcher, d’une démarche lente mais solide. Elle sentait le poids des regards sur elle, huit paires d’yeux tantôt curieux, tantôt méfiants, tantôts irrités, tantôt dédaigneux, tantôt placides. Huit paires d’yeux qui la fixaient, attendant son plaidoyer.

« Helix souhaite nous accompagner », avait annoncé K. La formule était litigieuse. À l’origine, elle ne souhaitait rien de plus que la dérobade. Mais elle n’était pas une couarde, voilà ce qu’elle avait clamé. Le jeune homme lui avait promis « une place de choix, à ses côtés », et dans un élan de courage, elle décida de le prendre au mot. Avec un naturel tout étudié, elle vint s’agenouiller à sa droite, près d’Alice. Un silence, paupières baissées dans une attitude humble, avant de les rouvrir sur des pupilles animées d’une vie nouvelle, d’une brillante détermination. Elle se lança d’une voix claire.

— Oui, j’ai fui. J’ai fui avec une lame de métal, piètre défense contre les monstres de ces enfers. J’ai fui en espérant trouver ailleurs ce qui me manquait auprès de vous. Comprenez-vous de quoi je parle ? La liberté. La dignité. L’espoir… La poussière dans laquelle vous plantez vos tentes en est tragiquement dépourvue. Ne voyez-vous donc pas ? Nous sommes une horde de damnés, parmi les plus dangereux sorciers qui aient peuplé le monde… Illusionnistes, nécromanciens, empoisonneurs, voyants, marionnettistes, réduits à des chiens galeux contraints de se terrer dans les recoins sombres. Qui ici estime avoir péché au point de mériter ce Sort ? Et quand bien même… Nous n’avons pas gâché des années à cultiver nos dons pour subir cet asservissement. Votre chef l’a bien dit : si le Diable, ou tout autre démon règne dans ce cauchemar, il nous faut le trouver. Nous avons l’avantage du nombre, de la hargne et du désespoir. Qu’avons-nous donc à perdre, nous qui sommes déjà morts ? Je le reconnais volontiers, K. m’a ouvert les yeux. J’ai eu tort de vous abandonner et je m’en repens, si cela peut avoir une quelconque importance. Mais de grâce, entendez-le : plutôt périr en loups que survivre en brebis. Nous conquerrons ce monde, si vous voulez de moi.

Sa diatribe achevée, elle posa volontairement un regard appuyé sur son voisin, dans l’attente d’un signe de soutien. Il l’avait invitée à rester, plus ou moins cordialement, plus ou moins librement, et elle espérait, malgré les doutes qui l’avaient assaillie plus tôt, qu’il ne l’abandonnerait pas à présent. Des murmures s’étaient élevés autour du feu. Certains semblaient réfléchir à ces nouvelles propositions, quand d’autres affichaient une moue ouvertement sceptique. Helix n’aurait su dire quel camp formait la majorité. Alice, à côté d’elle, lui renvoyait une expression où couvait le doute, sous une façade pleine de bonne volonté.

Par réflexe, elle se décala légèrement sur sa gauche, rencontrant la silhouette de l’énigmatique déchu. Distraitement, elle se questionna sur le genre de sorcier qu’il avait pu être, de son vivant. Un maître des apparences et des illusions, voilà qui semblait bien lui seoir. Saisissant son bras, elle se pencha vers lui pour glisser quelques mots à son intention. Cette comédie d’ignorance avait assez duré.

— Qu’en penses-tu ? Ai-je été convaincante ?

— Blasphème ! l’interrompit Galahad. Quelle arrogance te pousse à croire pouvoir terrasser le Malin en personne ?
— Attendez, elle n’a pas tort… On ne mérite pas cela,
répliqua Antòni, songeur.
— Je ne crois ni à Dieu ni à Diable, reprit Alice, mais j’ai confiance en K. S’il existe un maître à nos tourments, il faut lui faire payer.
— C’est à cette détrousseuse qu’on ne peut faire confiance,
conclut Ash. Elle nous a déjà trahi une fois.

Seuls Elijah et les deux frères gardaient encore le silence. Helix pesa un peu plus lourdement contre l’épaule de K.


_________________


Everything is poison in the right dose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1423
↳ Points : 379
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   Mer 15 Nov - 15:35


« For the Night is Dark and Full of Terrors »


 
Helix & Kayiman
featuring

Lorsqu'elle s'aprocha, émergeant des ténèbres pour rejoindre le halo orangé de leur cercle, les yeux du crocodile ne s'attardèrent pas sur Hélix. Le dos droit, il demeura silencieux, son regard réservé aux flammes tandis qu'elle prenait place. Il lui avait donné la parole en priorité, lui offrant ainsi la possibilité de défendre son point de vue, avant que qui que ce soit n'ait encore donné son avis. De plus, la place honorable qu'il la laissait prendre auprès de lui était symbolique, ce n'était pas celle de la coupable qu'on devait juger mais celle d'une proche de confiance.

Il l'écouta alors avec attention, cherchant dans ses paroles les accents de celle qu'elle était autrefois. La sincérité et l'élégance. La force. Le courage. Dans sa mémoire, le spectre d'un souvenir ne cessait de danser. Un souvenir si ancien qu'il lui semblait se dessiner en noir en blanc. Un souvenir si chaleureux et troublant qu'il ignorait quelle émotion lui associer. Et tandis qu'il essayait de superposer ce souvenir au présent, il sentit le regard d’Hélix s'appuyer contre sa tempe, voyant ses yeux briller dans sa vision périphérique. La nuque de K. lui semblait néanmoins trop rigide pour consentir à se tourner vers elle. Les couleurs rougeâtres du feu l'attiraient davantage, le captivant assez pour ne pas en détacher ses yeux.

Pourtant, quand le corps tiède de la brune se lova contre lui, accrochant son bras, il s'en trouva étonnement réjoui. Non seulement son contact ne le répugnait pas mais il lui inspirait des sensations diffuses qui, bien qu'agréables, le décontenançaient passablement. Il ne bougea pourtant pas d'un cil. Des murmures chatouillèrent son oreille, lui faisant plisser les yeux sur un sourire invisible.

« Très. » Se contenta-t-il de répondre, dans un murmure.

En vérité, il se serait lui-même laissé convaincre par un tel discours, il en était persuadé, sans pour autant qu'il ne s'agisse d'une quelconque subjectivité. Un certain enthousiasme brilla dans ses prunelles, toujours dirigées vers les flammes. Pourtant, il sembla que tous ne ressentaient pas les choses de la même manière. Kayiman redressa les yeux vers Galahad qui s'offusquait de l'audace sacrilège de cette quête, sans qu'il soit possible de déterminer si c'était sa piété qui motivait sa véhémence ou son appétit de représailles envers la voleuse. Son opposition contraria le meneur mais il demeura silencieux dans l'immédiat. Ainsi, K. continua d'écraser du regard son ami, tandis que les autres intervenaient. Les opinions étaient mitigées mais certains réservaient encore leurs jugements. A sa droite, le corps d’Hélix devint plus pesant et dans un geste fluide, il entoura sa taille de son bras. Sa voix était neutre quand il l'éleva par dessus la flambée, à l'adresse de tous.

« La lame empruntée n'a pas servi à nous trahir. Avons-nous été égorgé durant notre sommeil ? Avons-nous souffert de dégâts corporels ou matériels, au sein du camp ? Non. Cette machette m'appartient. En ce qui concerne son emprunt, je suis le seul à même de décider si je pardonne ou pas. »

Et il assumait ce choix à la vue de tous, dans la manière dont il conservait la voleuse dans son étreinte, la nichant au creux de son bras dans une protection symbolique, sans même que son regard se porte sur elle. Les prunelles d'encre se posèrent sur l'égyptienne qu'il considéra un instant. Il ne songeait pas à remettre en question la légitimité de sa rancune. Ash séjournait dans le monde des ténèbres depuis des siècles, c'était la doyenne de leur groupe et Kayiman respectait son expérience. Bien qu'elle soit très rêveuse, sa présence éthérée au sein du groupe apportait stabilité et réconfort à chacun d'entre eux, tandis qu'elle mettait un soin particulier à veiller à la propreté et à l'ordre de leur campement.

« Si la fuite d'Helix t'a lésée, elle te restituera ce que tu as perdu, avec le temps. »

Dit-il doucement, avant de reporter son regard sur Alice, puis sur Antòni. La vengeance, la justice, l'esprit d'aventure. Chacun pouvait s'armer d'une motivation personnelle pour accepter cette quête. Bien qu'il soit lui-même en demande de passion pour maintenir son esprit éveillé, le mobile principal de Kay se tenait à sa droite, au creux de son bras. L'égyptienne n'insista pas, n'étant pas de nature contradictoire, bien que sa moue sceptique en dise long sur ses pensées. Néanmoins, son regard attentif gagna en intérêt à la suite des paroles du meneur.

« Nous avons tous été lésé en échouant dans ces enfers. Galahad, ne m'as-tu pas confié qu'un démon t'avait dérobé une chose précieuse autrefois ? » - Ton âme, mon frère. - «Je désire la chercher et te la restituer. Nous restituer à tous notre dignité. »

Les yeux clairs du gallois s'agrandirent dans son visage expressif, manifestement troublé par l'allusion. Flegmatique et déconcertant, Galahad affichait une personnalité insaisissable. Imprévisible et très intuitif, il restait un mystère pour ses proches. Ces derniers ne savaient pas toujours comment l’apprivoiser. Lorsqu'il se redressa, il chercha aussitôt le regard d'Elijah, puis celui des jumeaux.

- « Etes-vous d'accord avec cette hérésie ? Nous ne pourrons affronter des légions de démons, nous serons taillés en pièces et maudits jusqu'à la fin des temps ! »
Luke se mordit les doigts, visiblement effrayé par le regard alarmé du gallois et son frère secoua la tête, indécis. Ce fut Elijah qui parla, de sa voix basse au timbre décalé.
- « On est déjà maudits. Et on se fait déjà attaquer, ici. Peut-être que le roi de ce monde en connait la sortie ? Je n'ai pas peur. Je viendrai avec vous. » Se tournant vers Ash, il lui offrit un sourire réservé auquel l'égyptienne répondit avant de trouver le regard de K.
- « Je t'ai toujours suivi, K. J'aimerais pourtant savoir pourquoi tu as décidé de pardonner à la voleuse... La machette est une très belle arme. »
- « Elle est partie sans même dire au revoir ! » Renchérit Luke d'une voix un peu tremblante alors que son frère collait sa tempe à la sienne.
- « Elle nous prend pour des chiens galeux, pour des brebis poltronnes qu'il faut abandonner. Est-ce qu'elle nous méprise ? » Dit Harry. Leurs deux paires d'yeux obliquèrent vers Hélix pour la fusiller du regard.

Le meneur du clan resta silencieux un bref moment. Il n'était pas connu pour son laxisme ni pas un excès de bienveillance en règle générale et son attitude attirait l'étonnement à juste titre. Son intention n'était pas de mentir à ses compagnons, néanmoins, il ne désirait pas que la vérité soit dévoilée trop tôt. Mesurant ses paroles, il répondit à Ash après un léger instant de réflexion, d'une voix assurée. « Parce qu'elle s'est repentie et que je souhaite lui offrir une deuxième chance. Parce que ses compétences de voleuse et de guerrière nous serviront. Parce que j'aime la passion qui se dégage de ses mots et l'espoir qui vibre dans sa voix. » Son regard se tourna alors vers les siamois au passé de monstre de foire, pour ajouter d'une voix plus chaude. « Parce qu'elle est comme nous. » Rejetée, méprisée, calomniée pour ses différences. Persécutée. Souffrante.



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]   

Revenir en haut Aller en bas
 

For the Night is Dark and Full of Terrors [Kay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» IVAN ☩ night is dark and full of terrors
» The night is dark and full of terrors ~ Eliana & Calista
» [#6] Cause the night is dark and full of... Fantominus [Terminé]
» SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fourth Chapter: Around The World :: Around The World :: Flashback-