AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I’ve got an elastic heart (ft cordelia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: I’ve got an elastic heart (ft cordelia)   Sam 4 Mar - 19:56


« Would you bleed for me ? »

Cordienna
featuring

Elle compose le timbre de sa voix comme les notes d'une mélodie de musique. Douce berceuse au milieu de la nuit. Dernier espoir au creux de son esprit. Elle imagine l'odeur de ses cheveux comme le parfum des pétales de jasmin. Délicieux arôme au milieu du jardin. Ultime exutoire avant la fin. Elle lui invente une vie derrière les barreaux de sa prison pour échapper à l'inquisition. Narcissa. Son nom devient sa rédemption, griffonnant près de son coeur l'illusion d'un bonheur chimérique. Narcissa. Son existence l'empêche de sombrer dans la démence malgré les nuances qui se mélangent dans tous les sens. Narcissa. Son avenir incertain lui donne envie de croire en demain. En l'infime possibilité de parvenir à s'échapper. Peu importe le nombre de jours, de mois, d'années à croupir dans l'obscurité. « Comment est ton ancre ? » La nouvelle la ramène face contre terre, l'extirpe de ses pensées libertines, la prive d'un instant privilégié avec sa mère. Pourtant Sienna ne dit rien, ignorant la frustration au bord de ses lèvres. « Je l'ignore, très belle je suppose. » Elle ferme les yeux pour la visualiser une seconde, décortiquer les traits de son visage inconnu, détailler l'allure de sa silhouette méconnue. Petit à petit, l'image prend la forme d'un symbole. Un oiseau qui déploie ses ailes pour s'envoler jusqu'à l'aube. Pourvu qu'il échappe au démon immonde.

Aujourd'hui encore, elle est capable de l'apercevoir.
Aujourd'hui encore, il habite la lueur de son regard.
Comme si hier venait tout juste de s'achever.
Dans le souvenir de ce douloureux passé.

La métamorphe va et vient, déambulant dans le quartier telle une âme errante. Toute la nuit, l'hésitation la fait tourner en rond. Elle explore les ruelles de Treme sans parvenir à prendre une décision. Les questions se multiplient sous les étoiles qui planent et les réponses se désintègrent au creux de son âme. Pourtant, Sienna finit toujours par atterir au même endroit. Peu importe les détours empruntés, la destination demeure inchangée. L'immeuble érodé par le temps lui fait face. Il est venu le moment, de rencontrer son passé, son présent et son futur. Nerveuse, elle entend les battements de son coeur déferler à toute vitesse. Sa cage thoracique peine à supporter le poids de son angoisse. Une panique fébrile accapare son être entier. Lorsque soudain, un ange passe devant ses yeux. D'une beauté à couper le souffle, l'aurore le rend encore plus incroyable. Les rayons du soleil caressent sa peau qui semble scintiller comme par magie. « Narcissa ! » La jeune femme ne s'entend même pas l'appeler, bien trop hypnotisée par cette silhouette. C'est la première fois que ses prunelles l'aperçoivent de si près. D'ordinaire, elles l'examinent à une certaine distance afin de rester dans l'ombre et l'ignorance. Pourquoi avoir rompu cette habitude ? Le manque. Le manque de son essence. « Vous êtes bien Narcissa ? » Elle lui connaît d'autres prénoms mais ce sont des leurres. Des mensonges inventés. Des identités volées. Des fantômes déformés.

Tout à coup, les mots se logent au fond de sa gorge sans parvenir à remonter à la surface. Ils ont peur de révéler le secret, de confronter la réalité, d'anéantir le peu d'humanité qui survit en elle.

Le début de la fin l'effraie. Et si l'ancre se met à couler dans les profondeurs de l'océan... que lui reste-t-il alors ? Un souvenir fictif d'une mère symbolique ? Sienna refuse de s'en contenter après toutes ces années à la traquer comme une vulgaire proie. Obsession quand tu nous tiens. « Je connais quelqu'un qui vous cherche... depuis longtemps, très longtemps. » L'aveu lui échappe malencontreusement, ne pouvant retenir plus longtemps, ce besoin inexorable de tout lui dire, tout lui avouer. Néanmoins, sa langue ne fourche pas et se contente de divulguer le minimum pour taire le maximum. La survivante connaît des bribes de son histoire. Enfant arraché à sa mère, paria d'une famille entière, la malheureuse disparaît. Abandonnant le fruit de ses entrailles par la même occasion. Pourquoi ne pas être revenue ? Pourquoi ne pas avoir fait demi-tour ? Elle voudrait lui demander, briser le mystère, trouver la force de supporter le poids de la vérité. Elle voudrait l'appeler maman sans craindre d'être rejetée, apprendre à la connaître, récupérer la place qui lui revient de droit. « Je suis là pour elle. » Pour moi, ta fille. Une lutte incessante perfore le thorax de la jeune femme, coupable d'omettre des informations, consciente de cette obligation. Sa révélation risque de réanimer des souvenirs douloureux. Ce qui l'incite à se morfondre dans le plus froid des silences qui existent. Pourtant, derrière son expression glaciale, se cache une enfant. Qui attend depuis la nuit des temps. Qui attend, ce moment.



Citation :
Ce message est destiné à toutes personnes susceptibles de vouloir plagier ne serait-ce qu’une phrase de ce rp m’appartenant. Sachez que cette action est un crime punissable par la loi et que je n’aurai aucun problème à la faire intervenir si vous décidez de ne pas respecter le droit à la propriété intellectuelle comme le disposent les articles L122-1, L122-4, L335-2, L335-3, L335-9.


Dernière édition par Sienna Griffins le Lun 22 Mai - 14:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5346
↳ Points : 6902
↳ Arrivé depuis le : 24/10/2013
↳ Age : 28
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 27 yo - 744 yo.
↳ Métier : + fauche ces hommes de classe moyenne qui ont le malheur de fouler le même sol qu'elle.
↳ Opinion Politique : + sert ses propres intérêts avant de servir ceux des autres. qui plus est, elle n'a que très peu de considération pour les gens, hommes politiques comme résistants.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : BRYCE FOX, horns + FRIENDS IN TOKYO, call me the devil + ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + SET IT OFF, wolf in sheep's clothing + THE NAKED AND FAMOUS, girl like you + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + PANIC! AT THE DISCO, miss jackson + BAND OF SKULLS, i know what i am
↳ Citation : + « You would turn the wolves on the one you love if they needed blood and you couldn't run fast enough »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



les petits papiers
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve got an elastic heart (ft cordelia)   Ven 17 Mar - 3:00



Le corps déambule dans les rues, mais l’âme, elle, n’y erre pas. Car elle n’existe pas, n’existe plus – depuis des siècles maintenant. Anéantie, ou peut-être seulement engloutie sous cette façade qu’est Cordelia Hopkins – qui sait? Une illusion de plus ou de moins, voilà ce que c’est. Un mensonge qui lui en fait oublier la vérité. Elle ne sait plus qui elle est - qui elle a été, plutôt - mais elle connait, mieux que tout, cette façade, ce personnage. Alors le masque se fond sur son portrait, et elle se transforme en cette tromperie, à défaut de pouvoir être quoique ce soit d’autre. Le mythe et la légende qu’est Cordelia Hopkins. Mais c’est exactement ce que c’est ; un mythe, une légende, un sombre et vulgaire artifice. Mais elle n’a pas le choix de la revêtir, de laisser la démone lui coller à la peau, car si elle ne le fait pas, alors elle perd. Et elle ne peut pas se permettre de perdre – pas après avoir déjà tout perdu par le passé.

Les jambes rasent le terrain, transporte sa carcasse et traine avec cette dernière tout le chaos et les ténèbres qui viennent de paire avec la démone. Les rues du Trème tremblent sous les talons de la sorcière qui annoncent à eux-seuls la couleur, avisent la terreur aussi. Même dans les ténèbres de la nuit, elle revendique les rues de la Nouvelle-Orléans comme les siennes, l’assurance plaquée au visage. Pourtant celle-ci se dissipe aussitôt lorsque les sonorités d’un fantôme du passé chuintent dans les rues, atterrissent jusqu'à ses oreilles. « Narcissa ! » Détresse s’empare de son visage alors que ce nom lui déchire les tympans, lui rappellent les maux les plus douloureux de son passé. Sa confiance s’effrite quelques secondes, laisse place à sa paranoïa qui lui murmure qu’un ennemi à elle est là. Que quelqu’un est là pour la tuer, pour mettre fin à ses jours – comme elle l’a fait probablement fait elle-même avec un de leurs proches. Œil pour œil, comme on dit.

Une beauté ténébreuses s’immisce devant elle, lui coupe le souffle – par sa simple présence, mais par sa beauté également. Ces yeux émeraudes semblent vouloir lui murmurer un secret, une énigme, que la sorcière n’arrive tout simplement pas à discerner et résoudre. Pour l’instant. « Vous êtes bien Narcissa ? » L’inconnue enfonce la lame dans la plaie, remue et rouvre une blessure du passé – les plus douloureuses, celles causées par le temps qui passe, qui vous rappelle ce que vous avez perdu. La démone se mord la joue, feint un sourire pas le moins carnassier qu’elle arrive à peine à sustenter, avant qu’elle pince les lèvres, passant ensuite sur ses dents blafardes sa langue, un tant soit peu anxieuse. Une couleur qui ne lui va décidément pas au teint. La brunette comprend cependant qu’il est vain de concéder le moindre souffle à un mensonge quelconque. Dire qu'elle n'est pas celle que l'on recherche. Elle sait que ça ne vaut la peine de prétendre le contraire, alors que peu de gens connaissent son vrai prénom. Cordelia ne sait peut-être rien de ce visage devant elle, mais l’opposé n’est pas aussi véridique à priori. « Je connais quelqu'un qui vous cherche... depuis longtemps, très longtemps. » Son souffle se saccade quelques secondes, alors que des visages défilent dans sa tête, lui reviennent en mémoire, mais s’embrouillent malgré tout. Ils sont tellement nombreux – ceux qui veulent sa mort. Ça peut être n’importe qui ; elle a blessé tellement de gens dans sa lutte pour survivre. « Je suis là pour elle. »

« Oui, et bien, ce n’est pas la seule. » moque-t-elle d’abord, ne prenant pas la requête de l’inconnue le moindrement au sérieux. Elle roule les yeux, revêtant sa présomption comme nulle autre. L’idée d’en rester là, celle de prendre ses pieds à son cou, de courir, de fuir – comme elle sait si bien le faire, lui passe par la tête, brièvement – avant qu’elle ne chasse cette réflexion, et réalise qu’elle ne peut pas se permettre de laisser filer une personne qui prétend connaître Narcissa.
Les rues sont curieuses, comme le sont les quelques gens qui y traînent encore à cette heure-ci. La sorcière, quant à elle, sait que des peacekeepers ne tarderont à pas faire les rondes, alors elle ne voit qu’une seule solution. « Suis-moi. » soupire-t-elle, agacée. Immédiatement, les ruelles s’ouvrent à elle, invitent la sorcière et son invité à s’y perdre - peut-être éternellement pour l'une d'entre elles. D’un mouvement brusque, la brunette se retourne immédiatement et placarde la brunette contre un mur de brique, avec une violence sévère. « Je ne sais pas qui tu es, ni ce que tu veux, mais, crois-moi, tu viens probablement de commettre la plus grosse erreur de ta vie. » Elle raffermit la tension qu’elle expose avec son avant-bras sur la gorge de la métamorphe, et se rapproche de sa proie. Son souffle, coupé court à cause du geste de la succube, se mélange malgré tout au sien, alors que cette dernière pense presque y reconnaître une odeur familière, mais ses réflexions sont rapidement chassées par l’exacerbation qui fulmine en elle. « Tu vois, ma jolie, le souci c’est que... Narcissa ne veut être pas trouvée. » C’est le cas de le dire. Mais la démone ne peut pas s’arrêter là, laisser les choses comme elles le sont. Car on a réussi à la retrouver, malgré ses efforts pour cacher ses pistes, malgré ses efforts pour fuir son passé. Et si elle est furieuse, elle est également curieuse. Car elle ne connait rien de cette inconnue, ne sait rien d’elle, encore moins ses intentions. La démone revendique aussitôt des réponses, pour apaiser les méandres de son esprit. « Alors donne-moi une seule bonne raison de ne pas te tuer ici et maintenant. » La vérité? Elle compte la tuer peu importe la réponse.


_________________

cordelia narcissa hopkins
they called her volatile, for she was erratic, turburlent and chaotic. they called her destroyer, for she was angry, vulgar and vain. they called her animalistic, for she was blunt, brutal and senseless. but they called her queen, for she was porcelain, perfect and eternal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t994-better-you-die-th

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: I’ve got an elastic heart (ft cordelia)   Dim 2 Avr - 23:08


« Would you bleed for me ? »

Cordienna
featuring

Les retrouvailles sont aussi violentes qu’émouvantes. Le souffle court, Sienna peine à trouver la force de respirer quand ses poumons se bloquent systématiquement sous le poids de l’émotion. Est-ce réel ? Est-ce onirique ? Il lui semble rêver à cet instant précis, comme toutes ces années, répétant inlassablement ce songe. Source d’espoir et de souffrance. D’un idéal inatteignable qui pourtant fait battre son cœur. Il s’agite si fort dans sa cage thoracique que le sang grimpe à toute allure jusqu’à ses tempes. Ça lui donne presque la migraine. Ça lui donne presque la nausée. Elle ne sait plus quoi faire, quoi penser, quoi dire. Les images se mélangent, le tourbillon des sentiments plane au-dessus de sa tête et les mots se font absents. Quand sa voix traverse finalement l’océan qui les sépare, d’une simple tonalité, d’une simple familiarité. Le monde devient subitement si calme que s’en est à peine croyable. Même les coups dans sa poitrine perdent de leur cadence. Son être est profondément chamboulé. Ainsi, bien trop ébranlée par cette collision, la jeune femme baisse sa garde. Elle suit ses pas sans broncher, s’engouffrant dans une ruelle particulièrement sombre. Un moment d’égarement qui lui vaut un rappel des plus douloureux. Avant même de comprendre l’intention de sa mère, cette dernière l’immobilise brusquement. Il n’en faut guère plus à la métamorphe pour retrouver ses esprits. La brutalité a le don de réveiller ses pires démons.

Pourtant, elle ne cherche pas à se défendre, faisant preuve d’un sang-froid caractéristique de sa personne. Aucune trace de colère ne trahit son visage. Rien. Si ce n’est une indifférence glaciale. Malgré la tension exercée par son assaillante, Sienna démontre une capacité d’écoute exceptionnelle. Presque trop humaine pour sonner juste. C’est qu’elle s’y attend, à ses réponses, sans même avoir besoin de poser les questions. Narcissa est une survivante en fuite, cherchant par tous les moyens à se préserver de ses nombreux ennemis. Nul doute que les siècles ont renforcé les vieilles querelles. La paranoïa est au goût du jour. Il suffit d’observer la lueur au fond de son regard. Elle est tellement agitée. Je suis ta fille. Si l’envie de cracher le morceau lui effleure l’esprit, son cerveau ne le permet pas. Conscient de la valeur de cette information, il préfère la garder précieusement. Pour le moment venu. Pourtant, l’anglaise meurt d’impatience de se jeter dans ses bras. Est-ce au moins possible ? Face à cette mère de chair et de sang, tout paraît si différent. « Elle a survécu… » Les syllabes roulent sur sa langue avant de frapper son palais. Ensemble, elles forment un aveu aussi brutal que viral. Une part du mystère est dévoilée mais le suspense maintient le secret. Il le faut. « Vous savez de qui je parle… »

Elle plonge son regard dans le sien, désireuse d’y déceler l’émotion présente à cet instant ; comme une enfant cherchant l’affection de sa mère. Joie ? Peine ? Regret ? Peur ? Que peut-il se passer dans son esprit désormais ? Si seulement la métamorphe pouvait savoir. Si seulement. Hélas, tout ce qu’il lui reste ce sont des mots, sciemment choisis. « Parce que si vous n’aviez pas, ne serait-ce qu’une petite idée, je serai déjà morte à l’heure qu’il est. » Sienna profite de l’effet provoqué pour la repousser d’un coup brutal dans le thorax. Bien que son geste soit violent, il ne trahit pas un quelconque désir de l’affronter, loin de là. L’anglaise souhaite simplement parler sans se retrouver dans une posture inconfortable. Cette conversation est déjà suffisamment pénible pour l’une comme pour l’autre. « Alors allez-y, tuez-moi si vous ne me croyez pas, mais je suis la seule personne qui sache ce qu’elle est devenue… » Au plus profond de son cœur, brûle un brasier qui se nourrit de son espoir. Il est si ardent que parfois, il lui semble sentir sa chaleur irradier tout son corps. Et à cet instant, la petite fille qui vit toujours dans les recoins de son être, peut le sentir parcourir son squelette. Réchauffer ce qui est gelé. Réanimer ce qui est mort. Restaurer ce qui est égaré.



Citation :
Ce message est destiné à toutes personnes susceptibles de vouloir plagier ne serait-ce qu’une phrase de ce rp m’appartenant. Sachez que cette action est un crime punissable par la loi et que je n’aurai aucun problème à la faire intervenir si vous décidez de ne pas respecter le droit à la propriété intellectuelle comme le disposent les articles L122-1, L122-4, L335-2, L335-3, L335-9.


Dernière édition par Sienna Griffins le Lun 22 Mai - 14:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5346
↳ Points : 6902
↳ Arrivé depuis le : 24/10/2013
↳ Age : 28
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 27 yo - 744 yo.
↳ Métier : + fauche ces hommes de classe moyenne qui ont le malheur de fouler le même sol qu'elle.
↳ Opinion Politique : + sert ses propres intérêts avant de servir ceux des autres. qui plus est, elle n'a que très peu de considération pour les gens, hommes politiques comme résistants.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : BRYCE FOX, horns + FRIENDS IN TOKYO, call me the devil + ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + SET IT OFF, wolf in sheep's clothing + THE NAKED AND FAMOUS, girl like you + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + PANIC! AT THE DISCO, miss jackson + BAND OF SKULLS, i know what i am
↳ Citation : + « You would turn the wolves on the one you love if they needed blood and you couldn't run fast enough »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



les petits papiers
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: I’ve got an elastic heart (ft cordelia)   Sam 6 Mai - 1:05


Sa dextre trouve refuge contre la gorge de sa proie, l’enlace dans une étreinte belliqueuse. Qu’un vulgaire combat de chairs irrévérencieux entre deux femmes qui n’appréhendent rien, pas même l’hargne de l’une et de l’autre, peut-être naïvement. La métamorphe ne cligne pas des yeux, ne lui octroie pas le moindrement cillement. Sur son portrait, le froid est roi – glace presque même la sorcière qui n’a pas l’habitude de laisser ses victimes aussi indifférentes. Mais Cordelia ne se fait pas le moindre souci ; les défenses de sa proie s’écrouleraient, au même titre que ce sang froid qui la caractérise. Et pourtant lorsque l’anglaise fait chanter sa voix, c’est la succube qui fléchit, le temps d’une pauvre seconde, suffisamment longue pour disposer d’une faiblesse momentanée. « Elle a survécu… » Elle. La brunette pourrait se berner elle-même, chercher à trouver de qui il est question, mais ça serait se voiler la face. Qu’un maigre leurre pour celer une vérité qui heurte. Cordelia valait mieux que ça. Et, elle sait précisément de qui il est question. Qui d’autre après tout? À qui d’autre qu’elle-même la démone s’était-elle déjà attachée? Certes, quelques amants – un artifice subtile pour combler une solitude inavouée, rien de plus. « Vous savez de qui je parle… » Mais une femme? Il n’y en avait qu’une. Elle.
Sa fille.

Irritée, son emprise se resserre sur cette gorge à la peau de pêche. Ses ongles se nichent dans cette chair qui a en réalité tellement plus en commun avec la sienne que la sorcière ne peut l’imaginer. Le contraste entre les deux vipères se manifeste, devient de plus en plus patent. Cordelia perd patience, perd son sang froid. Sa proie, elle, ne semble même pas avoir fléchit l’instant d’une seule seconde. « Parce que si vous n’aviez pas, ne serait-ce qu’une petite idée, je serai déjà morte à l’heure qu’il est. »  Immédiatement, la charmeuse de serpents se défait de la poigne de la démone, faisant preuve d’une force brutale qui élève quelques soupçons quant à sa nature. Et pourtant, elle n’est pas pour autant déstabilisée. Pas cette fois-ci. Les mots de la jeune femme lui restituent le semblant d’une sérénité intérieure. Comme si on lui tendait l’opportunité de reprendre l’ascendant, et Dieu sait que Cordelia ne manque jamais d’attraper une perche lorsqu’on lui en tend une. La succube glousse, revigore l’air de ces chants prétentieux. « Ça peut toujours s’arranger, ne te fais pas d’illusions. » Son gloussement fait rapidement place à une moue plus dédaigneuse et vicieuse. La nécromancienne envisage déjà les combines à employer pour soutirer la vérité des lèvres de sa proie ; une chose est claire, elle n’a pas spécialement besoin de la garder en vie pour y arriver. Le fil de sa pensée est rapidement interrompu, cela dit. « Alors allez-y, tuez-moi si vous ne me croyez pas, mais je suis la seule personne qui sache ce qu’elle est devenue… » Quelle arrogance. C’est à se demander de qui elle pouvait tenir ça.  

Alors elle glousse de nouveau, subtilement. Elle se rapproche, lentement, le visage baissé vers le sol, mais malgré tout à l'apparence d'une prédatrice. Elle relève le menton, lui accorde un regard aux lueurs condescendantes. « Je ne sais pas à quel petit jeu sordide tu joues, mais tu peux cesser de dépenser ta salive pour me faire avaler tes pauvres foutaises. » Le dédain revête davantage sa figure, trace des traits hargneux qui exhibent la couleur. Elle roule alors des yeux, feint une indifférence de taille qui lui sied le portait à merveille. « Il n’y a absolument aucun moyen qu’elle ait survécu tout ce temps. » Crois-moi, je le sais… Elle croise les bras. Elle ne la croit pas, elle n’est pas dupe. Si seulement… Au fond, une part d’elle cherche désespérément à y croire, à se subjuguer de cette douce vérité. Probablement Narcissa
Mais Cordelia, cette façade, le miroir de cette survivante, s’imagine déjà les multiples manigances de la femme qui siège devant elle, et pour cette même raison, peine à ne voir plus loin que là où sa paranoïa ne veuille bien poser ses yeux. «  Alors dis-moi… Qui es-tu exactement, hein? » Ses réflexions transgressent la parole, alors elle lui pose la question, mais elle ne sait pas réellement si la réponse l’intéresse. Du moins, si celle-ci l’intéresse plus que la réponse à sa prochaine question. « Et surtout…qu’est-ce tu veux? » La brunette plisse les yeux, penche légèrement la tête également, et contemple le portait en face d’elle. Jamais quelqu’un n’a-t-il eu de quoi réellement exploiter l’une des faiblesses de la sorcière, alors la succube peine à imaginer que cette inconnue ne cherche pas à obtenir quelque chose en échange de ce qu’elle sait.

_________________

cordelia narcissa hopkins
they called her volatile, for she was erratic, turburlent and chaotic. they called her destroyer, for she was angry, vulgar and vain. they called her animalistic, for she was blunt, brutal and senseless. but they called her queen, for she was porcelain, perfect and eternal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t994-better-you-die-th

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: I’ve got an elastic heart (ft cordelia)   Lun 5 Juin - 0:40


« Would you bleed for me ? »

Cordienna
featuring

Dans la pénombre de sa cellule, elle l'imagine de toutes les couleurs, de toutes les origines. Son esprit lui décerne des traits familiers, un sourire narquois et cet air malicieux au bord des yeux. Un visage rieur, joueur, qui empeste le bonheur. Est-ce la réalité ? Probablement pas mais cela n'a pas d'importance. Dans sa tête tout est possible, aucune limite n'existe, aucun horizon ne peut venir à bout de son imagination. Ainsi, elle divague ici et là, pour échapper au fléau omniprésent qui dévore sa conscience. Ce mal putride qui souille son âme comme un corps dépouillé de son squelette. Narcissa. Il glisse sur ses lèvres tel un murmure au milieu du chaos, lui rappelant qu'une once de lumière demeure parmi les ténèbres environnants. C'est tout ce qu'il reste de l'espoir. Un prénom. Quelques lettres juxtaposées. Et le refus d'abandonner cette mère symbolique qui appartient d'ores et déjà au passé. Parce qu'à cet instant précis, elle ignore que son existence ne prendra pas fin derrière ses barreaux. Elle ignore que la femme à l'origine de sa naissance respire encore quelque part.

Pourtant, aujourd’hui, Sienna lui fait face comme un fantôme surgissant des méandres de sa mémoire. Un fantasme. Un désir. Un besoin enfantin de retrouver non pas une personne mais un objet perdu. Une idée capable de la maintenir en vie au-delà des siècles. Sauf que cette fois, elle est confrontée à la personne, la vraie. A ce cœur qui bat, à ce regard qui la transperce, à cette voix qui la caresse. La réalité prend une tournure aussi inattendue que prévisible. « Comme il n’y avait supposément aucun moyen que vous ayez survécu tout ce temps ? » Elle marque une courte pause alors que son regard balaie le visage méfiant de son interlocutrice. « C’est assez… affligeant, de constater votre étroitesse d’esprit considérant votre aptitude à défier la mort. » En effet, sa réputation la précède. Les histoires jasent à son sujet à l’image d’un conte raconté pour effrayer les enfants qui refusent de dormir. Depuis le temps que la métamorphe suit ses traces, elle connaît toutes les versions qui circulent sur la faucheuse des hommes. Peu importe les pseudonymes utilisés pour dissimuler son identité, la vérité finit toujours par éclater. Opportuniste, manipulatrice, égoïste, autant de termes usés et abusés pour la définir.

« Comme si cela vous intéressait » qu’elle répond de sa franchise déroutante. Sienna n’est pas dupe sur les intentions de sa mère, ayant parfaitement conscience que les rumeurs la concernant ne sont pas de pures fables. La plupart proviennent d’éléments véridiques, sans nul doute. « Nous y voilà. » Par moment, la jeune femme en oublie presque l’enjeu de cette rencontre, projetée malgré elle, dans cette confrontation hargneuse. Pourtant, ce n’est pas faute de faire preuve d’un calme inhumain pour ne pas dire d’une indifférence glaciale à l’égard des gestes et remarques de son interlocutrice. Evidemment, ces derniers la touchent profondément mais sa capacité de contrôle est sans pareil. Les années de séquestration lui ont appris la patience et la persévérance nécessaires à l’exécution d’un plan. Se jeter dans les bras de sa mère ? Jamais ô grand jamais cela ne viendrait lui effleurer l’esprit. Son instinct animal l’empêche de faillir, privilégiant toujours la sécurité au risque, l’évasion à la capture, la fuite à l’attaque. En d’autres termes, la survie au reste du monde, incluant les membres de sa famille.

Néanmoins, il lui est difficile de rester de marbre quand l’appel maternel se fait aussi oppressant. En effet, désormais tout est différent, Narcissa vient d'entrer dans sa vie. Concrètement. Ce n'est plus un mirage, c'est un visage qui se mue. Des expressions, des regards, des paroles. Sa voix l'enivre presque, sirène des eaux déchues, ange tombée du ciel, succube des enfers sur terre.« Je dois déterminer la menace potentielle que vous représentez pour elle dans l'optique d'une éventuelle rencontre officielle. » Si la jeune femme se pose des milliers de questions à cet instant, aucune ne franchit ses lèvres. De la même façon, elle prend soin de ne pas dévoiler son identité, refusant de divulguer cette information à l'heure actuelle. « C'est pourquoi j'ai pris soin d'interroger vos deux amants au préalable... » Intrusive, Sienna ? A peine. Après tout, c'est le minimum requis pour établir un profil psychologique : commencer par les fréquentations. Toujours. Elles en disent souvent beaucoup. Deux frères qui cherchent les faveurs d'une femme, cela est forcément l'oeuvre d'une dramaqueen...


Citation :
Ce message est destiné à toutes personnes susceptibles de vouloir plagier ne serait-ce qu’une phrase de ce rp m’appartenant. Sachez que cette action est un crime punissable par la loi et que je n’aurai aucun problème à la faire intervenir si vous décidez de ne pas respecter le droit à la propriété intellectuelle comme le disposent les articles L122-1, L122-4, L335-2, L335-3, L335-9.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: I’ve got an elastic heart (ft cordelia)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I’ve got an elastic heart (ft cordelia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» elastic heart (k)
» (✿) elastic heart
» But you won't see me fall apart, cause I've got an elastic heart ▬ Marlone
» Talya H. Rosebury ♥ I have an elastic heart [Terminé]
» Robin ✘ I've got a thick skin & an elastic heart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-