AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The moon falls from the sky || A M B R E

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: The moon falls from the sky || A M B R E   Ven 10 Mar - 9:22

We come from a world of oblivion, bad dreams.
But this game I'm in don't take no prisoners, Just casualties.
Åage ✧ Ambre
L’air s’extirpe de tes poumons pendant que tu lèves les yeux en direction du ciel grisonnant. Tu l’avais sentie cette nuit, humidité bien trop présente pour laisser croire à un ciel bien bleu. Qu’importe, tu n’avais pas prévu de sortir aujourd’hui et de toute manière la chaleur bien trop régulière à Darkness Falls t’avait suffisamment bien vacciné pour ne pas que tu puisses être en manque avant un demi-siècle.
Alors qu’il commence à pleuvoir tu inspires profondément et mènes ton regard au-dessus d’une rangée de champignons. Ce temps est bien meilleur pour eux, sans cela, leur entretien te serait impossible. Frottant tes mains l’une contre l’autre sur te retournes sur l’horloge accrochée dans ta cuisine, cuisine qui t’es absolument inutile si l’on écarte l’importance qu’ont les réfrigérateurs pour toi. Une petite merveille d’invention, n’est-ce pas Åage ? Le stockage s’en retrouve effectivement bien plus facilité contrairement à avant. Mais soit.

Un bruit attire ton attention, métal grinçant sous des ongles contrariés. Est-ce Hroarr ou bien serait-ce l’homme qui est en train de s’éveiller ? Tu ne te laisses pas le temps de répondre à cette interrogation, jambes te menant sans plus attendre en direction de la même salle ou sommeil mort et vivant. D’un jeu de main tu libères Hroarr qui se tourne vers l’inconnu au ventre ouvert, peau tendue par des piquets et viscères apparentes pour une plus grande simplicité de travail. Tu secoues ton doigt et oblige le zombie à t’observer. Non, il n’est pas à manger. Pas immédiatement dans tous les cas, cadavre partant déambuler ailleurs. Toi, tu te retournes en direction de la table, iris voguant d’un ustensile à un autre. Mais par où commencer aujourd’hui mon Åage ? Tu soupires, inaudible et t’empares de la seringue, ajuste l’aiguille qu’il te faut et tu viens observer le corps meurtri, ses prunelles affolées te fixant. C’est incroyable ce que le sérum que tu lui as injecté est capable de le maintenir en vie malgré les différents sévices que tu lui as fait subir, t’amusant également à voir les différentes réactions qu’un banal être humain pouvait avoir face au sang des créatures. Par ailleurs, la pourriture qui a formé des caillots noirs de sang rance de Hroarr, il semblait l’avoir difficilement surmonté. Un coup d’œil sur ses organes et tu constates malgré tout qu’ils se foncent au contact de l’air. Il ne saura éternellement résister… C’est donc là-dessus qu’il faudrait se pencher la prochaine fois Åage.

Tu notes sur une feuille dans ta langue natale, tout ce que tu peux retenir de cette semaine passée en sa compagnie. Une semaine quand même… Il mériterait presque que tu le laisses vivre ne penses-tu pas ? Mais le libérer Åage, cela serait prendre le risque de dénoncer ta nature à ceux qui n’en n’ont pas encore connaissance car même si en face à face rien ne laisse croire que tu penches du côté des Daybreakers, la présence d’un marcheur chez toi qui te laisses en vie et t’obéît… Tout cela serait bien trop flagrant pour un humain averti. Pour un autre, tu ne serais peut-être qu’un être surnaturel. Peut-être… Le dilemme est présent en toi Norvégien. Pour autant il ne durera pas longtemps dès lors que tes pensées ordonnent au mort de revenir auprès de vous.

Vær så god Hroarr.

Qu’il essaie seulement de manger proprement, c’est la seule chose que tu espères. Tu ne détaches pas l’homme pour lui laisser une chance de s’en sortir et bouche pleine, il ne peut même pas hurler, l'abandonnant à son sort sans t'en soucier plus longtemps. À vrai dire, tu n’es pas trop d’humeur aujourd’hui Åage, ne voulant même pas rester pour admirer ce qui t’a toujours plu en ce bas monde. Non quelque chose arrive à te tracasser aujourd’hui sans que tu ne saches expliquer pourquoi. Cependant, moi je le sais Åage, souhaiterais-tu en avoir conscience ? Bien évidemment que tu le désires alors que tes index massent tes tempes afin de trouver une raison à ce cuisant échec. Encore un…
Tu avais tout calculé, le moindre déraillement ne pouvait se présenter à toi mais tu avais négligé ce qui pourtant n'aurait pas dû être omis. C’était ce qui te permet de respirer qui t’as trahis et pourtant ce n’est pas aujourd’hui que tu découvres le fait que la chair s’oxyde aisément. Il avait néanmoins si bien tenu, ta concoction aurait-elle pu fonctionner si tu n’avais pas mis de côté cette évidence ? Sortant de la pièce, tu fermes la porte et t’adosse contre elle. Est-ce que l’injection de ce qui circulait autrefois dans les veines de Hroarr pourrait être responsable de cette si longue survie ? Une main court sur ton visage et finissant par secouer la tête, tu enfermes proie et prédateur ensemble. D’ici quelques minutes il ne te resterait plus qu’à nettoyer. Voilà bien une activité que tu n’aimais pas et plus le temps passe et plus tu penses à te rapprocher d’une mafia pour exécuter cela à ta place si cela est dans leur corde.
Probablement du moment qu’il y a une rentrée d’argent en retour…

Tu remontes au rez-de-chaussée, fermant la porte de la cave et glissant les clefs dans la poche de ton jean, allant t’installer devant la télévision afin d’y découvrir les nouvelles lubies du gouvernement s’ils en ont. Ce que les jeux peuvent te manquer mon pauvre Åage, toi qui trouvait cela si divertissant… Tu aurais même pu en venir à te payer une place dans les gradins pour assister aux mises à morts des premiers tours, le présentateur ironique de l’émission, te volant la plupart du temps des rires d’amusement. Mais ils ne mourraient plus, la tromperie était là, te laissant un arrière-gout délicieusement sucré dans la bouche, l’horreur était plus grande encore, plus machiavélique.  
Tu aurais tout donné pour voir l’état des participants à leur sortie alors qu’ils réalisent que le gouvernement s’est une nouvelle fois joué d’eux. Et dire qu'il y a encore des imbéciles capables de les soutenir. Toi aussi tu aurais pu voir ton nom se faire tirer au sort et partager leur enfer ou agrémenter le leur, mais voilà quelque chose dont nous ne connaitrons jamais le fin mot Åage. Quoi que… Peut-être lors de la prochaine édition s’il y en a une nouvelle.
Terrible Åage, y aurait-il autant d’amusement à y participer qu’à les regarder ? Un sourire s’étire sur ton visage jusqu’à ce qu’un bruit lointain courre jusque dans tes tympans.

Ton visage se fronce, à quelle distance se situe la personne. Un peu moins d’un kilomètre ? Que vient-elle faire dans ces contrées ? Ne peut-elle donc pas rester aux abords de Garden District plutôt que de vouloir participer à une balade champêtre ? Ainsi donc, si tôt le matin il n’est pas possible d’être tranquille ? Tu râles silencieusement Åage pendant que tu sors de chez toi, t’asseyant à ta terrasse, regard se posant sur le chemin de terre qui passe à plusieurs mètres de chez toi. Une risette étire les traits de ton visage, un humain, encore un. Etait-il autant résistant que celui qui vient de finir en pâture sous la mâchoire de Hroarr ? L’idée de retenter l’expérience te paraît exquise mais pourtant tellement répétitive qu’une envie de nouveauté émane de ton cerveau. Enfin cette odeur de rosée, devrait-elle te rappeler quelqu’un ? Oui, non ? Tu ne saurais dire et ne tarderais pas à obtenir la réponse que tu pourrais supposément attendre…
© Starseed

Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1127
↳ Points : 1172
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Electric Soul ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The moon falls from the sky || A M B R E   Dim 26 Mar - 2:52

We come from a world of oblivion, bad dreams.
But this game I'm in don't take no prisoners, Just casualties.
Åage ✧ Ambre
Elle observait la situation aux alentours. Une vague de froid avait pris possession de la ville à l'instant où elle avait pu sortir de l'hôpital, et s'était attachée au bitume depuis plusieurs jours. Cette fraîcheur si soudaine n'avait pourtant pas perturbée la jeune fille. Elle avait toujours été ainsi, s'en moquant des changements de température ou même de gouvernement. Elle s'adaptait, s'habituait. Au grand dam de Dante. Elle était là, résistante et malléable. Elle était la parfaite petite guerrière, la soldate par excellence, faisant passer sa mission avant tout, même d'autres vies humaines. Et d'un côté, c'était un problème. Certes, jusqu'ici, on le lui avait rarement fait remarquer mais... Il y avait un début à tout, surtout si ses collègues commençaient à se plaindre un peu trop. Ambre se savait à l'abri grâce à son lien avec Niklas, mais aussi son dossier vierge de tout souci. Pas une seule fois elle n'avait dérogé aux lois et aux réglements. Sauf il y a peu, en s'infiltrant dans une mafia sans ordre direct. Cependant, l'italienne avait découvert quelque chose : la loyauté envers une personne qu'elle appréciait était au-dessus de tout. Elle voulait venger celui qui s'apparentait à un père pour elle. Ce père qu'elle n'avait jamais réellement eu. Son passage en prison, orchestré par Isak, l'avait mis dans cet état. Celui où elle se décide à contourner les règles. Evidemment, d'autres lui en voudraient, ne comprendraient pas. Dante en première position. Elle ne lui avait jamais parlé de Niklas, et à raison. Il était le porte-parole du Gouvernement, et elle savait bien que le caractère de l'italien le faisait aller contre celui-ci... De même, elle n'avait pas encore donné l'identité de Dante à Niklas. Pour les raisons inverses...

Au froid s'ajouta la pluie et Ambre s'obligea alors à se mouvoir. Le reste de sa journée était libre, autant ne pas la passer sous les averses de la Nouvelle-Orléans. Son pas s'accéléra jusqu'à ce que son immeuble entre dans son champ de vision. Dire qu'elle aurait pu habiter dans l'un des quartiers les plus huppés de la ville mais qu'elle avait choisi l'est. Certes, c'était un quartier plutôt vivant et pas trop mal famé... Enfin, elle ne pouvait pas étaler une richesse qui avait été obtenue illégalement du vivant de son géniteur. Et cet argent lui servait à payer des informateurs, et mieux valait ne pas le gâcher dans des achats aussi futiles qu'une villa dans laquelle elle ne passerait que quelques heures par semaine, et surtout qui serait bien trop grande pour elle. Elle grimpa les marches menant jusqu'à l'étage de son appartement, glissa la clef dans la serrure et retrouva enfin un environnement familier. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle s'enfermait et en profitait pour retirer les vêtements trempés. Ses yeux se posèrent au passage sur la table de son salon, sur laquelle étaient éparpillées les feuilles de ses dernières recherches. Elle avait fini par retomber sur un journal tenu par sa génitrice. Celle-là même qui avait fini par disparaître de sa vie quelque temps avant la catastrophe. Ambre ne s'était jamais posée de questions. Comme pour son géniteur, elle avait accepté leur acte de décès et avait tourné la page. Finalement, ça avait presque été une aubaine pour elle.

Cependant, retomber sur ces rapports, ces articles, lui avait fait prendre conscience qu'elle avait passé une partie de sa vie à essayer de manipuler des substances illicites, de quoi créer poisons et autres amuse-bouches. Et finalement, il n'en fallut pas plus pour que la curiosité de l'italienne ne reprenne le dessus et ne se décide à aller trouver une personnage plongeant dans les recherches les plus... Glauques. Et elle avait fini par trouver, puisque ne relâchant jamais l'affaire. Un homme, planqué dans les hauteurs du Garden District. Un homme, ou plutôt un monstre d'après les échos qu'elle en avait eu. Sauf qu'Ambre n'était pas du genre à avoir peur pour si peu. Ou à avoir peur tout court. Voilà pourquoi elle s'était mise en tête d'aller trouver cette fameuse personne, aujourd'hui même. Elle se changea rapidement, récupéra ses armes soit deux poignards, deux armes de poing, et son épée autour de la taille, battant contre l'arrière de ses cuisses. Une tenue noire venait compléter le tout. Sur cette dernière vision, elle quitta l'appartement et s'enfonça dans les ruelles, le temps redevenu clément d'un claquement de doigts...

Il ne lui avait pas fallu tant de temps que cela pour trouver le lieu, caché derrière les riches maisons du Garden District. Une balade champêtre qui lui ferait le plus grand bien. Si ses pensées n'étaient pas embrouillées de questionnements. Qu'allait-elle dire ? Qu'allait-elle faire ? Elle se pointait comme ça, comme si de rien n'était, sans savoir comment se présenter, quoi dire à son sujet. Jusqu'où devait-elle se dévoiler ? Que devait-elle dévoiler de son entreprise, de ce qu'elle recherchait ? Les questions s'étaient glissées dans son esprit, alors que chaque pas qu'elle faisait la rapprochait de sa destination. De sa mort ? Peut-être... Ce n'était pas une chose qui la dérangeait. De plus, elle ne prêtait pas réellement attention aux rumeurs. Elle préférait se faire sa propre idée avant d'orienter son choix. Il lui fallut une dizaine de minutes de plus pour apercevoir une silhouette, qui semblait l'attendre. Sans montrer la moindre émotion, sans avoir l'air d'être perturbée par une telle constatation, elle avala les derniers mètres qui lui restait. Se plantant devant l'homme, qu'elle devinait sans souci être celui qu'elle recherchait.

« Bonjour, monsieur Báleygr, je ne vous dérange pas j'espère ? »


Oui, elle restait quand même polie, s'assurant qu'elle s'adressait à la bonne personne. Notamment parce qu'elle était armée jusqu'aux dents, donnant l'impression qu'elle pourrait le décapiter sans faire exprès. Alors que cela nécessitait une force certaine et en angle parfait mais bon, le commun des mortels n'était pas réellement au courant des détails... Elle laissa une attitude nonchalante prendre le dessus, malgré son regard toujours aussi froid et alerte. Ses yeux vairons ne lâchaient pas l'homme, alors qu'elle reprenait la parole.

« Je suis intéressée par les recherches que vous effectuez. »

Quelques mots, gravés dans ce manque d'émotions qui l'avait toujours caractérisée. Finalement, elle n'était pas là pour l'arrêter, bien au contraire. Ce qu'il voulait étudier faisait partie de ce dont elle avait besoin d'apprendre. Ce sur quoi elle avait besoin de lever le mystère. L'humaine qu'elle était ne pouvait pas combattre les créatures surnaturelles. Sauf si elle parvenait à avoir suffisamment d'informations à ce sujet pour créer ses stratégies... Oui, dans cette optique-là, elle s'en moquait pas mal de ce que pouvait être celui lui faisant face.
© Starseed

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: The moon falls from the sky || A M B R E   Dim 16 Avr - 15:37

We come from a world of oblivion, bad dreams.
But this game I'm in don't take no prisoners, Just casualties.
Åage ✧ Ambre
Ton regard fixe ce corps qui serpente aux abords de ton terrain, à proximité même de ta maison. Rien de ce que tu vois actuellement n’est capable de te remémorer quoi que ce soit, pourtant son emprunte presque musqué ne peut s’empêcher de venir caresser tes narines. De cela de tu t’en souviendrais à tout jamais. Le sourcil s’arque lorsque tu peux la déterminer encore mieux que ce que ta vue avait pu te permettre de percevoir. Ainsi donc tu ne t’étais pas trompé, elle se baladait avec une épée… Etrange, cela ne fait qu’attirer un peu plus ta curiosité à son égard. Dans un silence monotone, tu croises tes doigts les uns aux autres et laisse ton corps fin se renfoncer dans le creux de la chaise en osier abimé en la laissant s’approcher. Tu analyses son comportement, sa façon d’être admire un peu ses courbures et beaucoup ses coutures, iris s’arrêtant sur ce quelque chose d’épais sous ses affaires, dessin d’une lame se devinant subtilement pendant que ton ouïe perçoit le cliquetis d’autre chose que ta vue ne peut trouver ou deviner. Ta recherche est pourtant insistante, depuis quand venons-nous trouver quelqu’un en étant accoutré de cette manière-là ? Craignait-elle pour sa vie en passant par ici ?
Les interrogations fleurissent dans ton esprit et c’est ce timbre inconnu qui te sorti de tes pensées, regard venant retrouver celui de la femme. Elle te cherchait bien, toi, Åage. Peu de monde venait à ta rencontre, tu avais pour habitude que l’on t’évite plus qu’autre chose, mais pourquoi pas après tout, toutes choses peuvent être amenées à changer. Cependant, s’il s’agit de traquer la bête dans son repère, avouons que cela est assez inhabituel... Et pourtant, tu ne tardes pas à le savoir dès l’instant où elle rouvre la bouche, s’adressant encore une fois à toi.

Mes recherches…

Ton sourire se dessine au coin de ta bouche, ton corps se redressant et se levant dans toute sa grandeur pour finir par t’avancer dans sa direction. Descendu de ta terrasse tu restes à un mètre ou deux d’elle, regarde d’un coup d’œil la luminosité extérieure, ton regard précisant rapidement et avec plus de profondeur le terrain sur lequel vous vous rencontrez. Si la peur ne sait s’emparer de toi, l’intellect qui évolue en ton être n’est pas assez suicidaire pour te faire avancer en toute confiance face à ce genre d’énergumène. Tu gardes donc une certaine distance, quelque chose respectant le cercle d’intimité de chacun.

J’aurais peut-être dû rester assit finalement afin de prévenir votre sterno-cléido-mastoïdien d’un quelconque mal.

Un sourire moqueur étire tes traits. Comparativement à toi, elle te semble tellement minuscule, le haut de son crâne n’arrivant même pas à atteindre ton épaule. Est-ce toi qui est trop grand ou est-ce la faute de sa mère qui ne l’a pas assez nourri à la soupe ? Tes dents blanches se dévoilent alors que tu te décides enfin à lui tendre la main pour la saluer.

Bonjour, je suppose qu’il m’est inutile de me présenter à vous n’est-ce pas ? Mais votre nom m’échappe, vous êtes ?... Tu patientes quelques secondes avant de reprendre la parole. Vous me dérangez autant que vous n’êtes pas spécialement la bienvenue ici mais à présent que vous êtes là, faisons comme-ci je n’avais rien prévu de faire durant cette matinée et que j’ai une envie soudaine de vous accueillir avec un plaisir probablement dissimulé ! Alors expliquez-moi donc, pour quelles raisons vous vous présentez à mon domicile affublé de cette façon ? Dois-je me sentir en danger ? Ou peut-être est-ce vous ? … Egalement, j’aurais besoin de savoir qu’elles sont vos motivations vis-à-vis de mes recherches ?

Que peut-elle te vouloir Åage, qu’attend-elle de toi et de tes pratiques. Que sait-elle aussi de ce qu’il se passe chez toi ? Scientifique tu l’es, expérimentaliste avec de grandes connaissances en biologie aussi mais pas à outre mesure face au commun des mortels. Serais-tu espionné ? Impossible, ton odorat aurait bien trop aisément détecté le fait que quelqu’un ait pu mettre un pied dans tes caves aménagées. Cette explication n’est donc pas possible, aurait-elle donc ouïe de tes résultats lorsque les entreprises ont pu faire appels à tes services ? Elle serait donc loin de ta propre réalité, de qui tu es. De plus, chaque personne qui a mis un pied dans tes souterrains n’en est encore jamais sortie, il ne peut donc y avoir de fuite à ce niveau-là non plus.
Tu réfléchis encore en ne laissant rien paraitre, après tout, qu’elle soit au courant de ce qu’il se passe chez toi ne te gêne pas tant que cela car si elle vient en connaissance de cause c’est qu’elle espère peut-être que tu continues à exercer dans ce sens mais à son nom. Peut-être. Peut-être pas. Qu’importe tu saurais bien assez tôt ce qui l’amène ici-bas, c’est seulement la curiosité qui pique ton cerveau. Que sait-elle et comment le sait-elle.
Lui tournant le dos, tu laisses ton ouïe envelopper tout ce qui t’entoure, elle ne t’abandonnerait pas et au moindre mouvement suspect, tu lui ferais regretter d’avoir voulu agir. Ça se jouera contre la montre, à celui ou celle qui sera le plus rapide mais quoi que le futur puisse vous réserver, tu la quittes pour retourner sur ta terrasse, tirant une seconde chaise jusqu’à la table ou tu étais afin d’inviter la femme à s’assoir à son tour si elle le souhaite. Toi, de ton côté en tout cas, tu ne t’en prives pas.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1127
↳ Points : 1172
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Electric Soul ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The moon falls from the sky || A M B R E   Mer 10 Mai - 0:12

We come from a world of oblivion, bad dreams.
But this game I'm in don't take no prisoners, Just casualties.
Åage ✧ Ambre
Elle observait la silhouette enfoncée dans le fauteuil. La pénombre, le recoin dans lequel il se trouvait ne lui permettait pas de s'assurer que l'autre n'était pas armé, mais finalement, elle avait suffisamment confiance en ses capacités et en la rapidité de sa réaction pour se défendre. Et descendre son interlocuteur. Sa voix avait été la première à briser le silence, alors que l'autre se contentait de la détailler. Espérait-il trouver quelque chose dans les courbes de son corps ? Ses sens étaient-ils assez développés pour capter les différentes armes recouvertes par ses vêtements ? Possible. Néanmoins, Ambre n'avait eu aucun comportement violent pour le moment. Malgré son accoutrement, elle venait dans une optique plutôt pacifique. Dans un premier temps en fait. Tout dépendait de la réaction de l'autre par la suite. Si l'italienne se sentait en danger, elle n'hésiterait pas à le descendre. Sans états d'âme, puisqu'il était dans tous les cas un ennemi du Gouvernement. D'ailleurs, certainement qu'elle s'occupera de son cas une fois les informations voulues récolées. Elle n'avait pas encore réellement décidé sur ce point-là. Un flou qui ne la dérangeait pas tant que cela, puisqu'elle se savait capable de prendre des décisions rapides, même lorsqu'elles avaient pour sujet la mort d'une tierce personne. Ambre ne s'était jamais embarrassée de sentiments.

Il finit par arrêter son inspection, aurait-il par hasard trouvé ce qu'il souhaitait ? La milicienne resta silencieuse, attendant une invitation, ou le cas échéant, un refus. Ce fut à son tour de détailler l'homme qui s'était levé. Grand, bien plus qu'elle, si bien qu'elle fut obligée d'appuyer sur sa nuque pour s'attarder sur les traits du visage. Pas désagréable à regarder, pour le peu qu'elle en avait à faire. Les yeux reprirent leur chemin, vérifièrent qu'il n'était pas armé, que sa carrure n'était pas un souci. Finalement, il était plus haut que large, ce qui était un inconvénient pour elle, puisque possédant plus de détente sans être ralenti par un poids excessif. Enfin, de son côté, elle avait les armes. Et surtout, elle savait s'en servir. Cela suffirait-il à contrer l'avantage physique de l'autre, et certainement la puissance qu'il avait ? Elle osait le croire. C'était faux, s'en rendrait-elle seulement compte ? Peut-être pas. Il lui faudrait de la chance pour l'emporter en cas de combat. Déstabiliser l'autre avec un tir ou un coup bien placé pour l'empêcher de prendre le dessus. Car une fois qu'il l'aurait, elle ne pourrait plus rien faire. Condamnée.

La remarque lui passa au-dessus de la tête, littéralement certes, mais surtout puisqu'elle ne s'y attarda pas. Elle y avait le droit tous les jours, plusieurs fois dans la journée souvent. De plus, la jeune fille avait appris que sa petite taille pouvait être un avantage. L'autre pouvait se moquer autant qu'il le souhaitait, il n'avait pas trouvé le bon adversaire pour cela. Tout ce qu'il pourrait tirer d'Ambre avec de tels mots était un silence et un regard encore plus vide. D'instinct, elle répondit à la première question, durant les quelques secondes laissées à sa guise.

« Je m'appelle Ambre. »


Juste un prénom. Le vrai, en l'occurrence. Mais elle n'aimait pas donner le nom de famille. Il était déjà trop simple de la retrouver ainsi, pas besoin d'offrir encore plus de facilité à l'autre. D'ailleurs, comment réagirait-il lorsqu'il prendrait connaissance de son métier ? La craindrait-il ? Trouverait-il la coïncidence amusante ? Le cerner en si peu de temps était compliqué à vrai dire. Il apparaissait néanmoins comme bien différent que tous ceux qu'elle avait pu croiser de par le passé. Dans sa manière de se mouvoir, dans celle de parler aussi. Tout était plus profond, plus... Intense si tel était le mot. Aussi, il était honnête dans ce qu'il disait, dans la façon de tourner ses phrases. Peut-être qu'elle aurait pu sourire, amusée par son franc-parler et ses propos. Ca aurait été une chose plutôt logique à faire, avec s'énerver. Sauf qu'Ambre n'était pas non plus la personne la plus normale du monde. Alors, elle le fixait juste. Deux billes noirs, entourées de vert pour l'une, et de marron pour l'autre. Deux billes vides, agaçantes aussi, beaucoup appliquant l'adage les yeux sont le miroir de l'âme. Nombreux étaient ceux se servant des yeux pour en déduire l'état d'esprit d'une personne. Si elle mentait, si elle était heureuse, si elle manipulait, si elle jouait, si elle était honnête. Chez Ambre, il n'y avait rien.

Les questions s'enchaînaient, questions auxquelles l'italienne n'offrait que le silence en réponse. Peut-être parce qu'elle-même n'en était pas réellement sûre de tout ce qu'elle recherchait. Et surtout si elle le trouverait ici. Elle avait suivi des rumeurs, des bruits de couloir. Peut-être qu'elle s'était trompée sur toute la ligne ? Si tel était le cas, elle n'aurait qu'à l'éliminer pour assurer ses arrières. Simple et efficace. L'homme finit par se détourner, se détacher. Il lui présenta son dos. Si sûr de lui... Ca aurait été le moment parfait pour l'attaquer, mais il n'avait pas l'air d'être stupide. Aussi, Ambre retira cette idée de son esprit. Elle attendrait d'en savoir plus, pour sa survie, c'était le mieux. Une deuxième chaise fut tirée, une invitation à le rejoindre ? Dans tous les cas, la milicienne le prit comme tel, se glissant sur la terrasse et posant ses fesses dans le fauteuil, une fois l'épée détachée et posée en équilibre contre l'accoudoir.

« J'ai préféré prendre des précautions. Dans le monde actuel, on ne sait jamais sur qui on peut tomber dans la rue. Ce n'est pas par rapport à vous, et je ne pense pas que vous devez craindre pour votre vie. Tant que vous n'essayez pas de vous en prendre à moi, bien que vous n'ayez aucune raison pour cela. Sait-on jamais. »
Un léger sourire se glissa sur ses lèvres. Imitation de comportements déjà observés, sans que les yeux ne suivent. « Juste un moyen de défense dont vous n'avez absolument rien à craindre. »

Murmure alors que ses mains se croisèrent devant elle. Son regard quitta quelques secondes l'homme, pour aller vagabonder sur les environs. Ils étaient loin de tout ici, elle se mettait très clairement en danger. Avait-elle peur pour autant ? Non. La peur avait été inventée par des lâches, pour se donner une excuse. Ambre ne cherchait jamais à se défiler. Toujours prête à tout sacrifier, même sa propre vie, pour satisfaire un ordre. Mais pas pour autre chose. L'objectif en ligne de mire, et rien d'autre. Les dommages collatéraux, c'était dommage, mais elle ne crèverait pas pour eux. Sauf si cela était explicitement demandé par ses supérieurs. Plutôt rare, mais c'était déjà arrivé.

« Mes motivations... L'amour pour la connaissance ne serait-pas une réponse suffisante j'imagine ? Alors, disons plutôt que mon métier m'amenant à éliminer humains mais aussi êtres surnaturels, j'ai besoin de plus de détails sur ses dernières pour mieux me préparer. Leurs capacités et leur résistance m'ont plus d'une fois étonnée. »

Elle ne mentait pas. Et pourtant, toute la vérité n'était pas dite. Elle n'évoquerait pas son métier officiel pour une fois. Shadowhunter... De quoi effrayer bien des gens. Tueuse à gages aussi, mais cela lui donnait une image de rébellion envers le Gouvernement, qui même si elle ne lui seyait pas, était plutôt utile pour se mêler à des citoyens souvent contre les dirigeants actuels. Ils ne savaient pas la chance qu'ils avaient, voilà tout...

Les yeux vairons se reposèrent sur l'interlocuteur, le transperçant de leur froideur.
© Starseed

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

The moon falls from the sky || A M B R E

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon
» armée bad moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-