AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (F) Emilia Clarke - Break her heart, I'll break your neck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1364
↳ Points : 283
↳ Arrivé depuis le : 23/01/2017
↳ Age : 24
↳ Avatar : Tom Hardy
↳ Age du Personnage : 33 ans.
↳ Métier : Souteneur pour la Niflheim, au Little Darlings.
↳ Opinion Politique : Contre le gouvernement, vit de la transgression des règles.
↳ Niveau de Compétences : Niveau général, 2 - Sarcasme, 8
↳ Playlist : Marilyn Manson - Coma Black, A Place In The Dirt, The Fight Song *
Rammstein - Feuer Frei *
Korn - Freak On A Leash, Right Now, Punishment Time, Somebody Someone *
La Canaille, La Colère *
Imagine Dragons, Shot *
↳ Citation : « I am not loved. I am not a beautiful soul. I am not a good-natured, giving person. I am not anybody's savior. »
↳ Multicomptes : Aucun.
↳ Couleur RP : #996633



les petits papiers
↳ Copyright: Avatar : ellaenys / Code Signa : XynPapple
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: (F) Emilia Clarke - Break her heart, I'll break your neck   Ven 10 Mar - 15:12



« We're all just one step up from the beasts and one step down from the angels.  »


pris ; • libre ; réservé

Aimee Townsend

© Tumblr
30 ans ━ groupe
ft Emilia Clarke ━ Difficilement négociable


↳ Lieu de naissance :
Birmingham, Angleterre.
↳ Forme animale :
---
↳ Métier:
 ---
↳ Particularité :
De grandes perles bleues de mélancolie et de belles lèvres charnues, tordues en une moue empreinte de tristesse. Aimee peint sur son doux visage un chagrin latent, un chagrin qu'elle cultive depuis qu'elle est suffisamment grande pour l'assumer, mais encore trop petite pour en être digne. Elle fait partie de ces gens profondément mélancoliques, qui voient la tristesse dans chaque scène de vie. Un dîner de famille, un enfant assis sur un banc, un couple qui s'embrasse, un ventre rond dans lequel se niche un bambin, prêt à être propulsé dans ce monde. Le soleil, la pluie, le vent. L'hiver, l'été, l'automne. Tout est grignoté de tristesse au fond de son crâne, parce qu'à ses yeux, l'homme s'évertue à échapper à la misère d'une vie trop longue, et puis trop courte. L'homme s'évertue à combler le vide d'une existence. L'homme s'évertue à vivre, et ça la tue.
Pourtant, un sourire étire ses lèvres, un éclat de rire s'en échappe, elle vit et s'évertue tout autant que les autres. Le chagrin s'étale sur ses traits lorsqu'elle est seule, avec ses proches, avec elle-même. Parfois, un sourire trompeur efface la tristesse d'un regard. Elle ne fait pas exprès, elle déteste qu'on la sache si amère, elle n'aime pas attirer l'attention sur elle. Lorsqu'elle était enfant, elle faisait son possible pour s'effacer, passer entre le mur et la feuille de papier peint. Elle se cachait derrière ses frères, dans les jupes de sa mère. Une mère qu'elle a pris en modèle, bien malgré elle ; une femme effacée, soumise, abattue, coincée dans une relation destructrice et malsaine. Ce bain dans lequel les enfants ont barboté était glissant de violence, brûlant de coups et étouffant.

Elle grandit et voit ses frères tomber dans la spirale infernale à laquelle elle tente d'échapper depuis qu'elle en a conscience. Ça n'est pas normal, martèle-t-elle. Cette vie n'est pas normale, cette famille ne l'est pas davantage. Elle le sait pertinemment, chaque enfant de cette fratrie en prend lentement conscience. Mais elle semble être la seule à désirer ardemment s'en échapper – ses frères crachent dessus mais ne s'en sortent pas. Ils vivent dans la violence la plus tordue, la plus immonde qu'elle connaisse. Ils la tirent toujours en arrière, la ramènent perpétuellement aux vieux démons de la famille –  toujours défendue, flanquée de deux garçons au visage maussade, trop enclins à fusiller du regard quiconque s'approche de leur petite sœur. Ils ne font pas ça à mauvais escient, elle le sait ; mais elle leur en veut. Elle leur en veut terriblement de n'avoir jamais su gérer leurs émotions, d'avoir toujours été persuadés qu'en l'isolant ils la protégeaient.
Défendue de tout, défendue de rien, ses plus grands démons l'embrassent. Ils ne l'ont jamais vraiment protégée d'eux-mêmes.

*Aimee n'aime pas l'alcool, elle ne touche ni à la drogue, ni au tabac. Ce n'est pas par chasteté du corps ; elle estime seulement que l'aliénation que ces substances apportent est la pire chose que l'on puisse s'infliger.

* Si son caractère profond est fort, et qu'elle a appris à savoir ce qu'elle veut, Aimee n'est pas ce qu'on peut appeler une femme forte.

* Elle ne supporte pas la violence, mais n'a jamais vraiment su s'en détacher. Un goût de reviens-y, un goût terrible qui ne la quitte jamais.

* L'amour, c'est peut-être la seule chose qu'Aimee recherche réellement. Un amour idéalisé, fantasmé, trop rarement croisé.
↳ Avis sur le Gouvernement :  ---
©Emiliaclarke.net

Naïve ☦ Douce ☦ Affectueuse ☦ Mélancolique ☦ Résignée ☦ Sage ☦ Influençable ☦ Fataliste ☦ Paradoxalement idéaliste ☦ Droite, loyale ☦ Lâche ☦ Autodestructrice ☦ Précautionneuse, attentive ☦ À l'écoute ☦ Bonne poire ☦ Fière



la vie c'est comme une boite de chocolat


L'enfant est accroupie sur le lit, les petites mains aux ongles peints de bleu glissent lentement dans les longs cheveux blonds de sa mère. Elle aurait tellement aimé hériter de cette blondeur. Alors qu'elle dévisage tristement sa mère, elle s'imagine jouissant d'une chevelure d'or, rayonnant au soleil – les doigts de l'enfant courent sur la tempe de sa mère, dégagent son joli visage de quelques dernières mèches de cheveux. Recluses dans la chambre, elles fuient une nouvelle scène de ménage, une nouvelle bagarre, de nouveaux coups. Dans l'appartement, les cris des hommes de la maison, même si ses frères n'ont pas dix ans, pleuvent. Mais elle s'en fiche ; elle serait si jolie, blonde. Ses ongles ne seraient pas bleus, mais roses pâle, ou peut-être saumon. Elle serait si jolie. La douce mélopée qui se joue au fond de son crâne l'extirpe des cris et des sanglots calmes de sa mère. Aimee n'est qu'une enfant, mais elle est déjà lasse. La fatigue de son quotidien repose sur ses épaules, secret qu'elle enterre entre ses lèvres. Elle s'épuise à devoir la consoler, la guérir de baisers magiques qui s'évanouissent dans la haine. Trop faibles, trop petits. Intangibles et étranglés dans la misère.

Le déménagement, l'arrachement à l'Angleterre est une blessure à vif. Sa terre qu'elle aimait tant, ses racines – on l'extirpe à ce qui la retenait encore à un monde concret pour panser un couple déjà mort depuis longtemps, que des enfants n'ont pas réussi à guérir. Joseph et Nicholas sont idiots, parce qu'ils ne font que se battre, ils font exactement tout ce que leur père sait faire et qui les rend si malheureux. Elle sait qu'ils le sont – les garçons ne sont pas encore des hommes et les larmes roulent sur leurs joues roses, avec bien peu de honte. Elle a peur du jour où ils n'oseront plus s'afficher à elle, étaler leurs émotions devant elle. Alors elle s'empresse de sécher leur peau et d'y déposer un délicat baiser. Ce sont des idiots, mais elle les aime plus que tout, même s'ils ne savent s'exprimer qu'avec les poings. Aimee, elle, sait qu'une femme ne doit pas se battre. Une femme doit les regarder, et attendre que cela passe. Peut-être se recevra-t-elle une gifle dans l'agitation, mais elle ne doit pas répliquer ; elle doit patienter, elle peut se jeter sur le lit et verser toutes les larmes de son corps, guérir sa peau meurtrie, appliquer un peu de poudre sur un visage rougi. Mais personne ne peut guérir un cœur abîmé, alors il faut attendre qu'il cicatrise seul.
Avec les années, elle apprend qu'à force de triturer la même blessure, la cicatrisation ne vient jamais. Repoussée, reculée, retranchée dans la douleur, elle attend patiemment de pouvoir se refermer. Avec les années, Aimee apprend qu'il est parfois trop tard.

* Adolescence
Les joues sont fardées, les cils allongés. Sa belle tignasse brune et souple est ramenée en arrière, et elle applique délicatement un peu de rose sur ses lèvres. Son reflet lui renvoie un joli minois, elle est satisfaite de tout ce temps passé à se faire jolie. Joseph lui dira qu'elle ressemble à une pouf, pour ne pas dire autre chose, Nicholas lui demandera gentiment mais fermement d'ôter le maquillage dont elle se pare, mais elle s'en fiche. Elle ne le fera pas. Ce soir, elle sera jolie, se dit-elle en lançant un dernier regard finalement peu assuré au miroir. Dans son reflet, les yeux bleus et tristes de la famille. Ces lèvres charnues et pleines qu'elle partage avec ses frères. Elle déteste cet héritage, parce qu'elle a quinze ans et qu'elle ne comprend pas – ses racines ne sont pas là, elle se cherche et ne se trouve pas. Alors Aimee expérimente, et pour l'instant, ce sont eux qu'elle déteste.
Nicholas peut-être moins que les autres. Il sait être doux, il sait l'écouter comme elle lui prête son oreille lorsqu'il en a besoin. Ils savent regarder la ville qui dort sans un mot. Ils n'ont jamais vraiment eu besoin de parler, et elle se dit que si elle avait eu un jumeau, ç'aurait été lui. Une brèche dans sa vie, une brise d'air frais, parfois glacé. Il l'inquiète, parce qu'il est trop souvent ailleurs. Parfois, elle lui tient la main, simplement pour se souvenir qu'il est là, avec elle. Il a les pieds sur terre, mais son esprit s'envole, et elle le jalouse ; elle voudrait s'envoler, elle aussi, même s'il fallait en souffrir.

Mais elle rit à gorge déployée, à grands éclats, elle sourit et elle s'échappe de cette maison infernale. Elle ne veut pas être malheureuse ; d'ailleurs, elle ne le sera pas, écrit-elle dans son journal. Et lorsqu'elle aura trente ou trente-cinq ans, elle relira ces quelques mots, cette liste, ces souvenirs, entourée de ses proches, d'une belle famille, d'un mari aimant, de beaux enfants, et elle rira. Elle veut en rire, parce qu'aujourd'hui, elle a seulement envie d'en pleurer.

* Adulte
Ils n'ont rien. Ne représentent rien. Mais ils sont libres. Ce jour-là, elle a aimé ses frères si fort que son cœur aurait pu exploser. Ils s'enfuient à tout jamais de cette maison, de la grotte des larmes et du désespoir. Elle ferme la porte sur ce merdier, sur tout ce qu'elle déteste, et elle embrasse le soleil.
La liberté l'enlace comme un tourbillon terrible, et ils prennent tous les trois les pires décisions, font les plus grosses erreurs. Ils sont perdus, lâchés dans la nature comme des chiens cloîtrés dans un garage durant des années.
Aimee s'attache aux hommes malsains qui lui font du mal et ravivent le chagrin qu'elle voulait tant oublier. Ils lui promettent des relations tortueuses dans lesquelles elle se plonge corps et âme, et en ressort abîmée, fatiguée.

Elle n'a pas vu son frère Joseph depuis des années, mais est restée très proche de Nicholas.




les copains d'abord

 
↳ Townsend Joseph ;
ft Tom Hardy
The Beast Within

Tu n'as pas peur de lui, tu n'as jamais été effrayée par sa violence. C'est ton frère, tu as soigné sa peau meurtrie tant de fois que tes doigts ne s'en souviennent même plus. Ton sang, la chair de ta chair. Lorsque ses yeux assombris par la colère plongent dans les tiens, tu peux être inquiète, mais tu n'as pas peur. Tu sais qu'il compte dessus, tu sais qu'il déteste sentir la frayeur dans le regard des femmes qui gravitent autour de lui, alors tu ne faiblis pas. Tu as soigné son cœur fatigué et son esprit malade, et pleuré tant de fois contre son épaule que tu ne peux plus vraiment avoir peur. Ses paroles sont dures, il n'est pas toujours tendre avec toi, il a gâché absolument toutes les relations intimes que tu aurais pu mener à bien lorsqu'il faisait encore partie de ta vie, mais tu l'aimes, et tu sais qu'il t'aime aussi. Tu crois profondément en l'amour, il prétend presque que c'est une création de l'esprit. Vous ne vous comprenez pas, mais vous avez vécu bien trop de saloperies ensemble pour ne pas ressentir cette infatigable et tendre affection l'un envers l'autre. Tu essaies de le guérir de son âme viciée ; tu as essayé pendant des années, mais ça n'a jamais porté ses fruits. Tu as déjà senti ses doigts se refermer sur ton bras, sa main pousser ton corps gracile contre un mur, mais tu ne lui en veux plus. Peut-être parce que l'eau a passé sous les ponts, peut-être cette rancoeur rejaillira-t-elle comme le sang de la blessure lorsque tu le reverras.

Comme Nicholas, et comme toi, il souffre. Tu sais que tu es trop bonne avec lui, trop compréhensive, mais tu n'y peux rien. Parfois, tu le hais si profondément que tu lui hurles ta rage au visage ; il sait encaisser, alors tu te lâches. Tu déverses ta bile, tu le frappes, tu vomis ton dégoût. Puis vous passez la nuit l'un contre l'autre, à engloutir le silence.
Lorsque vous étiez enfant, vous ne partagiez pas grand-chose, si ce n'est la difficulté de votre quotidien. Vous avez basé votre relation sur quelque chose de trop fébrile, de fragile, et elle ne cesse de s'écrouler. Alors, il faut tout reconstruire du début éternellement.
Joseph, tu l'as toujours appelé La Bête et, romantique, tu attends qu'il rencontre sa Belle. Il effraie tes conquêtes, tu essaies de retenir les siennes. Vous cherchez mutuellement votre bonheur l'un pour l'autre, sans l'envisager sous le bon angle. Depuis que vous ne vous voyez plus, tu ne sais pas vraiment à quel point tu es malheureuse. Il y a moins d'embûches dans ta vie depuis qu'il n'est plus là, mais il te manque un morceau de toi-même. Tu sais ne sais pas ; au fond, tout est plus simple sans lui.

 
↳ Townsend Nicholas ;
ft Charlie Hunnam (scenario)
 The Only Shining Star in this Damned World

Nicholas, c'est toi, c'est ton autre. Ce serait ton jumeau caché que tu ne n'en serais pas surprise. Même si les années vous séparent lentement l'un de l'autre – tu grandis, tu mûris, et tu n'as pas l'impression qu'il l'accepte. Au fond, ça ne change rien à votre relation. Tu aimerais encore être une enfant, une vraie enfant – celle qui joue dans l'herbe et met les vêtements de sa mère. Mais tu aimerais aussi qu'il reconnaisse, parfois, que tu es une femme. Lorsque tu poses tes mains sur son visage, tu plonges tes yeux dans les siens, et tu y vois cette étincelle étrange que tu aimes tant. Tu aimes lorsqu'il est à côté de la plaque, lorsqu'il en fait trop, lorsqu'il dit des choses saugrenues. Tu ne supportes pas de le voir violent, bouffé par la haine, ça te prend aux tripes mais tu n'y peux rien. Il a cette folie douce et rassurante que tu caresses du bout des doigts, que tu presses contre ton cœur lorsque tout va mal.
Entre vous, il y a néanmoins cette drôle de pudeur ; tu ne te préoccupes pas de ses histoires les plus intimes, et il en fait de même. Tu n'essaies jamais de l'influencer, parce que tu es certaine qu'il prendra les bonnes décisions, même si elles semblent farfelues. La confiance que tu lui portes est presque sans borne, et c'est bien le problème. Mais Nicholas t'as toujours fait te sentir bien, il a toujours prêté une oreille plus ou moins attentive à tes maux, il a toujours été là pour toi, tu le sais pertinemment et tu lui en es reconnaissante.

Pourtant, tout au fond de ton crâne sommeille ce que tu n'oses pas souvent formuler : votre relation est étrange. Un peu malsaine, étrangement tourmentée. Il y a trop d'éléments que vous taisez, entre vous, sous couvert de la belle pureté de vos sentiments. Alors tu t'aveugles ; tu sais pertinemment qu'il doit prendre ses médicaments, que tu peux le convaincre, mais tu ne parviens jamais à t'y résoudre. Lorsqu'il relève ce regard vers ton visage, tu ne réussis pas à te tordre l'âme, tu ne réussis pas à lui faire entendre raison. Peut-être parce que tu jalouses sa case en moins, ou au contraire que tu la chéris, parce qu'elle lui permet de s'échapper un peu. C'est ce que tu penses, en tous les cas, tu en es même certaine. Et c'est bien ce qui rend votre relation si malsaine.
 

_________________
LOVE IS EVIL
SIN IS SINCERE


Dernière édition par Joseph Townsend le Lun 3 Avr - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4257-joseph-townsend http://www.mercy-in-darkness.org/t4636-punishment-time

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1364
↳ Points : 283
↳ Arrivé depuis le : 23/01/2017
↳ Age : 24
↳ Avatar : Tom Hardy
↳ Age du Personnage : 33 ans.
↳ Métier : Souteneur pour la Niflheim, au Little Darlings.
↳ Opinion Politique : Contre le gouvernement, vit de la transgression des règles.
↳ Niveau de Compétences : Niveau général, 2 - Sarcasme, 8
↳ Playlist : Marilyn Manson - Coma Black, A Place In The Dirt, The Fight Song *
Rammstein - Feuer Frei *
Korn - Freak On A Leash, Right Now, Punishment Time, Somebody Someone *
La Canaille, La Colère *
Imagine Dragons, Shot *
↳ Citation : « I am not loved. I am not a beautiful soul. I am not a good-natured, giving person. I am not anybody's savior. »
↳ Multicomptes : Aucun.
↳ Couleur RP : #996633



les petits papiers
↳ Copyright: Avatar : ellaenys / Code Signa : XynPapple
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (F) Emilia Clarke - Break her heart, I'll break your neck   Ven 10 Mar - 15:41


les souhaits et exigences


Coucou, toi
Tout d'abord, je te remercie d'avoir lu jusqu'ici , et j'espère que tu vas craquer pour ma petite sœur d'amour . Comme tu l'as sûrement vu, la fratrie est complétée par Nicholas, qui est également un scenario
Enfin, je ne m'étale pas davantage et te laisse poursuivre ; mes exigences ne sont pas excessives, de nombreux points sont adaptables à la vision que tu peux te faire d'Aimee, je ne suis pas bien rigide

✔️ L'AVATAR : L'avatar est modifiable si tu n'aimes vraiment pas Emilia Clarke. J'admets malgré tout avoir un petit coup de cœur pour elle - elle réunit les quelques critères physiques que je recherche, c'est-à-dire un visage doux, de beaux yeux bleus, et de jolies lèvres bien remplies , mais on peut également imaginer Kaya Scodelario ou Alexandra Daddario par exemple. Ou une autre, tant que les traits ne sont pas trop fins, les yeux bleus, tout ça

✔️ PRÉNOM : Le prénom est modifiable, j'aimerais quelque chose de doux et à consonance anglaise, c'est tout .

✔️ L'HISTOIRE : L'enfance et l'adolescence ne sont pas vraiment modifiables, puisqu'elles participent de l'évolution et de la construction d'Aimee. J'ai laissé un grand flou au niveau de sa vie d'adulte tout simplement pour que tu parviennes à te l'approprier, je te fais entièrement confiance là-dessus. N'hésite pas à lui créer des pré-liens, des souvenirs importants, des individus qui lui sont chers... Une vie, quoi .

✔️ LE GROUPE : Ici encore, le champ est libre. Joseph et Aimee ne se sont pas vus depuis des années (huit-dix ans), je n'ai donc rien à imaginer de la Aimee actuelle, je te laisse décider ce que tu préfères tant que tout est cohérent avec son caractère.

PRÉSENCE : Forcément, j'aimerais quelqu'un de présent, qui n'a pas peur d'affronter tous ces midiens un peu fous qui peuplent le forum . N'hésite pas à venir en chatbox, en flood, et à t'étaler si tu es nouveau , tout le monde ici est adorable et très accueillant .

MÉTIER : Je n'ai aucune indication à ce sujet, seulement qu'il faudrait éviter de lui donner un emploi qui nécessite beaucoup d'études, je ne pense sincèrement pas qu'elle ait pu en faire de très longues

LE RP : Enfin, sache que je n'attends réellement de toi que tu t'appropries ce personnage, que tu la construises à partir des quelques informations que j'ai données, et que tu prennes plaisir à l'interpréter. Construis son passé, imagine son futur, pense à ce qu'elle aime, à ce qu'elle n'aime pas... Si c'est mon scenario, ce sera surtout ton personnage à toi


Je pense avoir terminé, j'espère très sincèrement qu'Aimee te plaît et que tu vas jeter ton dévolu sur elle. Si tel est le cas, n'hésite pas à poster en invité avant inscription, ou à t'inscrire et à m'envoyer des tas de mps, j'adore ça et je suis plutôt présente, tu n'auras pas à attendre très longtemps



© Lustuu


_________________
LOVE IS EVIL
SIN IS SINCERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4257-joseph-townsend http://www.mercy-in-darkness.org/t4636-punishment-time

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3102
↳ Points : 544
↳ Arrivé depuis le : 26/09/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Cillian Murphy
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : Ancien militaire et archiviste ; Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
DAMIEN RICE - small crime | ROSS COPPERMAN - holding on and letting on | YEARS & YEARS - desire | KODALINE - honest | OF MONSTERS AND MEN - little talks | APOCALYPTICA - cold blood | NICK CAVE - red right hand | BEN NICHOLS - this old death | PHOSPHORESCENT - song for zula | RAG'N'BONE MAN - skin | MUMFORD AND SONS - thistles and weeds | LORD HURON - the night we met | DEAN LEWIS - waves

↳ Citation : "Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation."
↳ Multicomptes : Tobias Madsen
↳ Couleur RP : MediumTurquoise



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic & ANESIDORA & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (F) Emilia Clarke - Break her heart, I'll break your neck   Jeu 18 Mai - 21:15

SCENARIO PRIS, je déplace

_________________
Just a young gun with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind. Not a yes sir, not a follower. Fit the box, fit the mold, Have a seat in the foyer, take a number. I was lightning before the thunder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2985-rhys-les-morsure http://www.mercy-in-darkness.org/t4707-rhys-changing-tides

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: (F) Emilia Clarke - Break her heart, I'll break your neck   

Revenir en haut Aller en bas
 

(F) Emilia Clarke - Break her heart, I'll break your neck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» how to break a heart (avery)
» ELLY HEMINGWAY ► Emilia Clarke
» Emilia Clarke avatars 200x320 pixels
» Milo Ventimiglia et Emilia Clarke Crackships
» Danielle Campbell & Emilia Clarke crackship

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Second Chapter :: The Reaping :: Scénarios :: Scénarios Pris-