AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 don't look back in anger (ft. Zeke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 878
↳ Points : 354
↳ Arrivé depuis le : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée.
↳ Opinion Politique : Le gouvernement existe ou n'existe pas, la différence n'est pas visible pour elle.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : ☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



les petits papiers
↳ Copyright: lux aeterna, exordium
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: don't look back in anger (ft. Zeke)   Jeu 16 Mar - 19:26


En français.


J’observe chaque visage avec attention, me désespérant chaque seconde de ne pas le voir lui. Mes doigts manucurés claquent périodiquement sur le comptoir de l’accueil derrière lequel je me trouve. Le bruit agace mes employés qui me lancent de fréquents regards probablement effrayés à l’idée d’être responsables de mon courroux et la destination de ma colère qui bout lentement. Plus le temps s’écoule, plus je patiente et plus je sens la pression monter dans chaque fibre de mon corps. Je voudrais tellement que les échos que j’ai pu entendre soient faux, que mon ami et bras droit ne soit pas à l’image de cette taupe, un traitre à ma personne. Les propos ne trompent pourtant pas, tous les témoignages concordent, toutes les histoires sont semblables, l’hésitation n’est pas possible. Probablement devrais-je lui accorder le bénéfice du doute, à cause de mes nombreux sentiments pour lui, mais il m’est difficile de dénigrer chaque membre de mon personnel et plus encore de défendre les actes de mon protégé. C’est pour cette raison que je suis si agitée, si impatiente et presque curieuse d’entendre ses excuses. Dans mes oreilles résonnent encore la fureur de l’homme que j’avais assigné à la mission contre la traitre, cette peacekeeper que je n’ai jamais imaginé être contre moi. Tant attachée à elle que je tombe d’encore plus haut lorsqu’elle s’avère être infidèle à mon organisation. Finalement, les parjures vont peut être par deux, puisque j’attends Ezeckiel, sans voir la couleur de ses yeux se profiler.

Chaque minute de plus, l’appréhension de le perdre me prend aux tripes, si bien que je viens frapper du plat de la main sur le bureau, forçant le sursaut aux réceptionnistes et même quelques clients, qui se baladent dans le hall. J’attire les regards, mais ce n’est cette fois pas grâce à mes tenues parfaites ou mon déhanché. Saloperie ! Peu habitués à mes sautes d’humeur publiques, mes employés prennent peur et s’éloigne encore un peu plus de moi. Ils ressembleraient presque à des souris sous le joug d’un chat, si bien que le leur lance un regard noir, plein de ressentiment. « Reprenez vous ou prenez votre soirée si vous n’êtes pas capable d’être concentrés. » De nouveau ils sursautent et se remettent au travail au plus vite, non sans me jeter de fréquents coups d’œil, probablement toujours effrayés d’être la destination de mon aigreur.

La personne responsable de mon agitation se pointe finalement et mon cœur s’emballe subitement. A la colère s’ajoute le soulagement de le revoir ici, entre ces murs, si près de moi. Ma main droite se met à trembler de façon erratique, je la serre pour dissimuler cette faiblesse, qui montrerait bien trop l’intérêt que j’éprouve pour cette situation. Je me permets un soupir, puis une longue inspiration, comme pour me donner un peu de courage. Je n’en manque pas habituellement, mais j’ai si peur de découvrir cet ami si proche, traître, que je perds toute contenance, rien qu’en croisant l’azur parfait de ses yeux. Je force pourtant mes traits, pour qu’ils se durcissent et que je puisse donc retrouver la force de l’affronter. Enfin prête, je quitte l’abri relatif offert par la réception et de mes talons claquants, j’avance vers lui d’un pas vif. Je fonds sur lui, attrape sa main et sans lui jeter plus de regards, je l’attire dans le bureau fermé derrière l’accueil. Incapable de le laisser s’échapper, j’évite de lui laisser le moindre choix et le traîne sans me préoccuper de son avis. Ce n’est qu’à l’abri des murs que je le relâche finalement, pour rejoindre le côté opposé de la pièce et lui lancer un regard si noir qu’il ne l’a probablement jamais vu, même s’il me connaît bien. « Je déteste les rumeurs que j’ai pu entendre dans les dernières heures. » Ma voix sèche, tremble un peu et ruine tous les efforts que je mets pour sembler digne en face de lui. « Je dois les écouter ? » Incapable de supporter son regard plus longtemps, je me détourne et me force à regarder par la fenêtre, tout en sentant mon cœur battre la chamade. Je crains tant de le voir disparaître de ma vie que je n’ose même pas lui poser la question directement.


_________________

GO TO HELL :  WHERE YOU BELONG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 278
↳ Points : 262
↳ Arrivé depuis le : 08/03/2017
↳ Age : 24
↳ Avatar : Rami Malek
↳ Age du Personnage : 34 ans
↳ Métier : Officiellement coursier, officieusement trafiquant de drogue, revendeur et bras droit de la Sakpata
↳ Opinion Politique : Contre le gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Sum 41 - With Me / Sum 41 - Best of me / Maryline Manson - They said that Hell's not hot / Radiohead - Karma Police / Muse - Madness / Stromae - Quand c'est ? / Green Day - Jesus of Suburbia / Twenty One Pilots - Car Radio / Years and Years - Without / Macklemore - Neon Cathedral
↳ Citation : You think you deserve that pain, but you don't
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #BDA44D



les petits papiers
↳ Copyright: Signa : Tumblr/Joan d'amour ♥ // Avatar : Moi-même
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: don't look back in anger (ft. Zeke)   Ven 17 Mar - 3:27


Je reviens de l’hôpital où j’y avais mené Joan quelques heures plus tôt. Il est temps de retourner au Royal Sonesta Hotel et d’assumer mes actes. Je passe la porte d’entrée, bien décidé à éviter le plus de monde possible. Car de bras droit et homme respecté je suis passé à paria, traitre. Tout ça car je cherchais à sauver la vie de ma sœur. J’ai bien senti le regard de nos hommes sur moi et bien qu’ils n’osaient ouvertement dire ce qu’ils pensaient, c’est comme si je les entendais dans leur tête. Rien que leurs yeux en disaient long, très long. Je n’aurais jamais dû agir comme je l’ai fait, jamais devant mes hommes, encore moins contre eux, mais ma nature avait pris le dessus encore une fois. Et il est dur d’aller contre sa nature.

Mes yeux se baladent sur le sol, n’osant affronter la dure réalité. Pourtant, j’ai le malheur de les lever une demi seconde et je la vois. Marie. Derrière l’accueil. A en juger par sa mine sévère, elle a eu vent de cette histoire. Elle a de quoi être en colère. Je l’ai trahie. Je me déteste parfois à ne pas réfléchir comme je le devrais. En tant que bras droit, j’aurais dû l’éliminer. J’aurais dû tirer sur ma sœur, l’effacer du tableau, terminer la mission. Mais en tant que frère, avais-je seulement le choix ? Aurais-je seulement eu le courage d’appuyer sur la gâchette ? Sachant que non seulement j’éliminais la personne qui comptait le plus à mes yeux mais qu’en plus, je me condamnais à une vie d’errance en serpent. Impossible. J’en étais tout bonnement incapable. Mais les conséquences de mes actes se trouvent à présent devant moi. Je dois assumer mon geste et l’expliquer à Marie. Comprendra-t-elle seulement ?

Mon regard se plonge dans le sien alors qu’elle s’avance vers moi. Son regard est si dur que j’en viens à douter qu’elle ne me gifle pas là, devant la réception. Mais Marie a toujours été professionnelle et n’oserais pas risquer un tel débordement. C’est pourquoi je ne suis pas surpris de la voir attraper ma main et m’attirer dans le bureau derrière l’accueil. Sa poigne est dure sur ma main, trahissant une fois de plus sa colère. Mais elle finit par me relâcher et file se terrer à l’autre bout de la pièce. C’est alors qu’elle me lance le regard le plus noir que je n’aie jamais vu. Mon sang se glace. J’appréhende la suite. Et elle parle. Mes yeux cherchent à nouveau le sol, signe de ma culpabilité. Mais sa voix tremble, me faisant lever à nouveau mon regard sur elle. C’est très léger mais suffisant pour que je le remarque. Je sais qu’elle tient énormément à moi, sûrement autant que je tiens à elle, mais je sais également que je l’ai blessée. Elle ne veut pas croire que j’aurais osé aller contre elle. Pourtant, elle ne connait pas la raison. Elle n’en a pas la moindre idée. Et elle me pose cette question qui lui brûle les lèvres et que je craignais. Doit-elle les écouter, effectivement ? Ces rumeurs sont-elles vraies ? Ai-je vraiment osé trahir Marie ? Son regard lâche le mien alors qu’elle détourne la tête.

Je me retrouve dans le silence, à ne pas savoir comment tourner cette situation pour qu’elle paraisse le plus juste possible. D’accord il s’agit de ma sœur, mais la trahison reste la même. Je me risque à parler, d’une voix posée. - Oui Marie. Tu peux les croire. Car dire le contraire serait accuser à tort nos hommes. Je m’empresse cependant d’ajouter d’une voix plus sèche que je ne l’aurais voulu. - Mais j’avais mes raisons. Je ne peux évidemment pas la laisser languir là-dessus. « Avoir mes raisons » n’excuse rien. Ce n’est en aucun cas un motif valable. Cherchant mes mots, le silence se fait long. Je jurerais entendre nos cœurs battre à l’unisson tant la tension est palpable. Je ne veux pas la blesser, j’aimerais que les choses restent telles qu’elles sont c’est pourquoi je fais si long. Je tourne et retourne des phrases dans ma tête. Mais aucune ne semble aller à la situation. Je finis par me lancer. Autant se jeter à l’eau. Rien ne sert de faire dans le superflu, elle me connaît bien assez pour savoir ce que j’ai au fond de mon crâne. Je préfère y aller directement. Tourner autour du pot ne fera qu’allonger cette situation peu confortable. - Joan est ma soeur, Marie. Ma voix tremble un peu elle aussi. La tension en moi se manifeste ainsi. Ma main vient se perdre dans mes cheveux alors que mon regard cherche à nouveau un point loin de mon amie. - J’voulais y aller pour terminer le travail, comme tu l'avais demandé. Mais j’ai vu son visage, j’ai pas pu. Tu voulais que j’abatte ma sœur ? Tu sais très bien que j’aurais pas hésité sur quelqu’un d’autre. Ce qui est loin d’être faux. Je n’ai jamais hésité à ôter la vie de quelqu’un pour une mission. Car même si ça ne fait pas partie de mes fonctions, l’occasion se montre parfois et jusqu’à présent, je n’ai jamais hésité. Jamais.  C’est pourquoi je relève les yeux vers elle et assume enfin sa réaction. Je suis prêt à attendre ma sentence. Joan en valait la peine.





_________________

CONTROL IS AN ILLUSION • In my world, I'm constantly torn between killing myself or everyone around me  ©littlewildling


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4453-ezekiel-on-the-o

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 878
↳ Points : 354
↳ Arrivé depuis le : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée.
↳ Opinion Politique : Le gouvernement existe ou n'existe pas, la différence n'est pas visible pour elle.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : ☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



les petits papiers
↳ Copyright: lux aeterna, exordium
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: don't look back in anger (ft. Zeke)   Lun 27 Mar - 21:12


Mon cœur tambourine dans ma poitrine alors que mes yeux sont posés au dehors. Il n’y a plus de passants à observer, je ne peux réellement prétendre m’intéresser à ce qu’il se passe à l’extérieur, mais je suis incapable de poser mon regard sur lui. J’ai peur qu’il me mente… mais pire encore, j’ai peur de la vérité. Mes bras, croisés sur ma poitrine, m’empêche de trembler, autant de colère que de détresse face à ce qui se profile. Si les rumeurs sont effectives… Comment pourrais-je réagir ? Les hommes sont au courant, ils savent que Zeke est allé contre mes ordres, ils savent qu’il a aidé une taupe à s’en sortir. Ils savent… Et ils ne pourront tolérer mon pardon. Je ne pourrais tolérer mon pardon. Mon esprit gamberge, envisage mille scénarios quand aucun me semble satisfaisant. La seule solution logique, qui sera apprécié de tous, sera de faire un exemple de cet homme. Seulement je ne suis pas certaine d’être capable de mettre au pilori mon meilleur ami, mon pilier, mon roc et l’épine dans mon cul. Je le chéris autant que je le maudis à cet instant bien précis, parce qu’il me met dans l’embarras d’un côté et qu’il met à mal la confiance pourtant aveugle que j’éprouve pour lui.

Enfin il s’exprime et ses mots, loin de me rassurer, ont au moins le mérite d’être honnête. Il ne pousse pas le vice à chercher à se couvrir, à mentir. Si mon état d’esprit avait été différent, probablement aurais-je pu louer son comportement si exemplaire. Sauf que je suis furieuse après lui et que je ne peux pas ressentir la moindre fierté à l’idée de travailler avec lui aujourd’hui. Le coup qu’il vient de faire, va mettre à mal cette mafia et si je cherche déjà comment limiter la casse, je ne trouve toujours aucune réponse satisfaisante. Il se justifie, d’abord maladroitement, ce qui me fait claquer la langue contre le palais. Le reste de sa phrase par contre, si elle met du temps à venir, semble être la pièce de puzzle manquante. La raison. Le pourquoi. Vivement, je me retourne vers lui et plante mes billes noires dans l’azur si troublant de ses yeux. Ses mots de nouveau se font entendre, il se justifie, semble vouloir présenter une excuse, mais je m’en moque. Sa trahison, bien que compréhensible, reste ce qu’elle est. A savoir douloureuse et impossible à oublier. Moi je le pourrais. Je pourrais aisément me taire, garder pour moi ce qu’il a fait et dissimuler tout ça sous une couche énorme de faux semblants. Sauf que cet imbécile a trouvé le moyen de faire ça devant témoins. Ce qui m’oblige à prendre une décision, contre lui. Je n’ai pas le choix.

Plusieurs secondes encore, je lui offre ce regard noir si inédit, avant de finalement soupirer de dépit. « Espèce d’imbécile. Cette femme travaille pour nous depuis des mois. Et tu ne comprends que maintenant qu’il s’agit de ta sœur ? » J’essaye de parler posément, d’exprimer ma rancœur le plus calmement possible, mais il ne me faut pas longtemps pour laisser exploser ma colère. « Bon sang Zeke mais qu’est ce qui t’as pris. T’opposer aux hommes comme tu l’as fait. Ils sont furieux. Ils pensent que tu es de mèche avec elle. Ils pensent que je suis moi aussi de mèche avec elle. Ils pensent qu’on travaille secrètement pour le gouvernement. Ils pensent un milliard de choses parce qu’ils laissent les rumeurs se prendre au peu de cerveau qu’ils ont. Je n’arrive pas à croire que t’ai pu être aussi stupide. » Je sens une bile âcre remonter le long de ma gorge, je déteste cette situation. Mon estomac déteste cette situation. Tout simplement parce que je ne peux pas laisser cet homme subir la moindre punition. Pas sans m’arracher une partie de moi. « Il y avait mille façon de la sauver sans t’opposer ainsi aux ordres. Tu sais mentir non ? » De nouveau je soupire, incapable d’exprimer ce que j’ai sur le cœur, au bord des lèvres. Je voudrais lui dire que tout ira bien… mais comment annoncer un aussi gros mensonge sans perdre totale crédibilité ?

_________________

GO TO HELL :  WHERE YOU BELONG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 278
↳ Points : 262
↳ Arrivé depuis le : 08/03/2017
↳ Age : 24
↳ Avatar : Rami Malek
↳ Age du Personnage : 34 ans
↳ Métier : Officiellement coursier, officieusement trafiquant de drogue, revendeur et bras droit de la Sakpata
↳ Opinion Politique : Contre le gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Sum 41 - With Me / Sum 41 - Best of me / Maryline Manson - They said that Hell's not hot / Radiohead - Karma Police / Muse - Madness / Stromae - Quand c'est ? / Green Day - Jesus of Suburbia / Twenty One Pilots - Car Radio / Years and Years - Without / Macklemore - Neon Cathedral
↳ Citation : You think you deserve that pain, but you don't
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #BDA44D



les petits papiers
↳ Copyright: Signa : Tumblr/Joan d'amour ♥ // Avatar : Moi-même
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: don't look back in anger (ft. Zeke)   Mer 29 Mar - 2:54


Ses yeux se plantent dans les miens à mon aveu, me laissant toujours avec ce regard noir. La voir ainsi me fait du mal. Je l’ai blessée si fort qu’elle en est venue à douter de moi. Moi, son meilleur ami, allié et bras droit. Je l’ai mise dans une posture qu’elle n’aurait jamais dû connaître. Comment se relever d’une telle trahison. Elle soupire, me lançant un nouveau coup à la poitrine. Ce soupire résume toute la situation. Et elle parle. Ma tête se penche légèrement sur le côté et mes yeux ne quittent les siens. - Je l’ai jamais croisée ici. Tu penses bien que si je l’avais su j’te l’aurais dit. Oh oui je lui aurais dit. Je lui aurais dit que Joan était ma sœur, je lui aurais dit qu’elle faisait partie de la milice, je lui aurais dit que je pouvais lui parler et essayer de comprendre ce qu’elle foutait là. Mais je ne l’ai jamais croisée. L’idée que ma sœur puisse un jour infiltrer notre mafia ne m’a jamais effleuré l’esprit. C’était logique pour moi que Joan ne viendrait pas fouiller dans mes affaires. Mais ce qu’il me manquait, c’est le fait que Joan n’était même pas au courant que je me trouvais dans la Sakpata. Tout mon résonnement s’applique donc aussi à elle. Nos jardins secrets nous ont porté préjudice une fois de plus. Ces murs interminables entre elle et moi nous pourrissent la vie continuellement. On ne peut pas simplement assumer nos sentiments, nos vies et se dire les choses en face ? Cette putain de fierté, cette peur qui nous tient à la gorge. Se confier c’est sauter dans le vide. Mais pourquoi ? Les choses seraient tellement plus simples.

Je soupire à mon tour avant que Marie ne m’explose sa colère à la tronche. Je l’écoute, attentif au moindre de ses gestes, au moindre mot choisi. Je sens la colère monter en moi aussi au fur et à mesure que son monologue avance. J’ai envie de lui crier que j’en ai rien à foutre, que seul Joan compte, mais je sais au fond de moi que ce n’est pas vrai. Marie compte autant à mes yeux, cette mafia, nos hommes, tout. Je ne peux pas toujours tout envoyer bouler à la moindre difficulté. De marbre, et sans détourner le regard, je lui réponds d’une voix sèche. - Tu sais très bien ce que ça fait quand on s’en prend à quelqu’un que t’aimes, Marie. Alors te fous pas d’ma gueule. Mon poing se serre légèrement. Je ne peux pas éclater comme ça, pas avec elle. Il s’agit de Marie. Je l’ai mise dans cette situation. Moi et moi seul. Elle ne l’a pas cherché, j’ai juste été con.

Mon regard se dérobe un instant, cherchant à revenir à la réalité. Je suis le fautif. Pas Marie, pas nos hommes. Stop ces conneries. Mais elle continue, ravivant ma colère. Mentir ? Comment peut-on penser à mentir quand on se rend compte que notre propre sœur se trouve sous les feux de notre équipe ? A quel moment peut-on avoir un instant de lucidité ? Mes sourcils se froncent alors que je retourne mon regard vers elle. - J’ai agi sur le coup de la colère, j’aurais pas dû, j’le sais très bien. Mais c’est fait. Et la question maintenant, c’est qu’est-ce que tu vas faire de moi hein ? Je mérite quelle sentence ? Je hausse la voix, je la provoque et je ne devrais pas. Je n’ai pas le droit de jouer ainsi avec ces sentiments. - J’ai joué au con, alors dis-moi ! Il faudra assumer les conséquences par ma faute. J’mérite quoi ?!

Ma respiration est saccadée. Je ne suis pas bien dans cette situation. Je n’aime pas ça. Marie se ramasse tous les dommages collatéraux, c’est pas juste. Mes yeux cherchent le sol alors que j’essaie de reprendre mes esprits. J’aimerais arranger les choses, lui sortir une solution sur un plateau, mais je sais que c’est impossible. Je ne sais pas ce qu’il serait bien de faire, de dire. J’suis paumé, comme toujours. C’est Marie qui trouve les solutions en général et la voir autant perdue que moi me déstabilise. Je reprends une voix plus calme et m’approche de quelques pas, une main effleurant ma tempe, le regard vide. - J’suis paumé Marie.





_________________

CONTROL IS AN ILLUSION • In my world, I'm constantly torn between killing myself or everyone around me  ©littlewildling


Spoiler:
 


Dernière édition par Ezekiel Valentine le Ven 19 Mai - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4453-ezekiel-on-the-o

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 878
↳ Points : 354
↳ Arrivé depuis le : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée.
↳ Opinion Politique : Le gouvernement existe ou n'existe pas, la différence n'est pas visible pour elle.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : ☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



les petits papiers
↳ Copyright: lux aeterna, exordium
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: don't look back in anger (ft. Zeke)   Lun 1 Mai - 20:14


Mon esprit se perd dans les solutions possible, toutes plus inutiles les unes que les autres. Je ne vois pas comment me sortir de cette situation détestable et inextricable. La seule chose que j’entrevois, est la disparition pure et dure de Zeke dans l’organisation. Je ne pense pas en être capable. C’est mon allié, le visage et le bras droit de cette mafia qui sort à peine de terre. Et il ne faudra pas plus que ce scandale pour l’envoyer dans sa tombe. Si je garde mon ami avec moi. Seulement m’en débarrasser est hors de propos, impossible. Pourtant la fureur inonde mon sang, mes gestes et mon regard toujours posé sur lui. Après avoir osé l’affronter, je me retrouve désormais incapable de me dégager de ses prunelles si claires. Ses mots pourtant, me font cligner des paupières. Une fois, deux fois, avant que je ne finisse par quitter ses yeux. L’attaque est fourbe, basse et je suis presque certaine qu’il ose amener le sujet Windsor sur le tapis. Lentement, mes poings se serrent, mes muscles tremblent sous la force du sentiment qui m’étreint soudain. C’est au-delà de la colère, au-delà de la rage. C’est l’abandon. Je me retrouve démunie une fois de plus. Schéma classique. Mon cœur ouvert, se prend à chaque fois un coup mortel et je me surprends à être encore debout. Ce sentiment qu’est l’amour me nourri autant qu’il me détruit et si c’est vrai avec mon époux, il semblerait que Zeke fasse partie du même lot. Sentiments différents pour un résultat identique. Sa voix s’élève encore, se teinte d’une provocation qui n’est pas utile dans ce contexte, sauf pour attiser encore les flammes de la trahison. Alors je laisse mon impulsivité se faire entendre. Dans un cri rageur, je me rue vers lui, attrape son col et vient le plaquer sur le mur le plus proche. L’une de mes lames quitte sa cachette, pour venir se ruer contre sa gorge, contre la jugulaire palpitante. Je me déteste pour la violence à son encontre. Je me bénis aussi d’avoir su la contrôler pour transformer une mise à mort en simple menace pour sa vie.

« La trahison mérite la mort espèce d’idiot ! » Ma voix n’est qu’un filet, un sifflement contre ses tempes, alors que ces derniers mots, entendus avant mon éclat, se frayent enfin un chemin dans mon esprit perturbé. Je serre les dents, m’empêche de jurer, avant de le relâcher, aussi bruquement que je l’ai attrapé. Incapable de rester près de lui, je m’éloigne au plus vite pour ne pas céder à l’envie trop intense de lui envoyer mon poing dans la figure. Au lieu de ça, je me force à respirer, plus intensément, pour calmer les battements erratiques de mon cœur trop sollicité. Il ne me faut que quelques secondes pour revenir près de lui et déposer mes deux mains sur son torse et mon front au milieu. Ce contact, j’en ai besoin, tout comme je désire le voir refermer ses bras autour de moi, sans être capable de le lui demander. Ma voix étouffée se fait finalement entendre dans le silence nouveau du bureau, saccadée par ma respiration hasardeuse. « Je sais ce que je dois faire de toi Zeke. Si ça avait été n’importe qui d’autre, je l’aurais tué sans aucune hésitation et tu le sais très bien. Bon sang si ça avait été n’importe qui d’autre, tu l’aurais toi aussi tué sans hésitation. Joan peut donner des information cruciales au gouvernement et elle va probablement le faire. En la laissant en vie, c’est la Sakpata entière qui va souffrir. Toi compris, ça j’en suis certaine. » Je finis par décoller mon front, pour venir reprendre son regard, le mien se trouvant soudain empli d’une mélancolie palpable. « Je ne sais pas quoi faire non plus. Je comprends pourquoi tu as fait ça. Je pourrais probablement te pardonner pour ton acte. Pas les autres. » Je lâche un long soupir dépité, mord ma lèvre inférieure et ferme les yeux finalement. « Je crois que c’est la première fois que je suis autant perdue, sur une décision à prendre. Tu ne te doutes pas une seconde du sentiment qui m’habite à l’instant. Je te déteste tellement de nous avoir mis dans cette situation. Si je devais te faire du mal à cause de ça. Je ne te le pardonnerais jamais ! » Et je ne me le pardonnerais jamais non plus…

_________________

GO TO HELL :  WHERE YOU BELONG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 278
↳ Points : 262
↳ Arrivé depuis le : 08/03/2017
↳ Age : 24
↳ Avatar : Rami Malek
↳ Age du Personnage : 34 ans
↳ Métier : Officiellement coursier, officieusement trafiquant de drogue, revendeur et bras droit de la Sakpata
↳ Opinion Politique : Contre le gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Sum 41 - With Me / Sum 41 - Best of me / Maryline Manson - They said that Hell's not hot / Radiohead - Karma Police / Muse - Madness / Stromae - Quand c'est ? / Green Day - Jesus of Suburbia / Twenty One Pilots - Car Radio / Years and Years - Without / Macklemore - Neon Cathedral
↳ Citation : You think you deserve that pain, but you don't
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #BDA44D



les petits papiers
↳ Copyright: Signa : Tumblr/Joan d'amour ♥ // Avatar : Moi-même
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: don't look back in anger (ft. Zeke)   Jeu 1 Juin - 22:37


Mes paroles sont de trop. Je le sens, je le vois. Marie fuse, bouillonne et comme un con, j’attise sa colère, je l’alimente. Elle va exploser, je le sais et pourtant, mes paroles se déversent encore et toujours. Je lui dégueule ces atrocités dans le seul but de lui faire du mal. J’en suis conscient et je me répugne. Pourquoi suis-je obligé de la chercher comme ça ? Mais l’éclat de sa part ne se fait pas attendre. Un cri transperce la pièce et je la vois se ruer vers moi, m’attraper et me projeter vers le mur. Mon dos en pâtit, mais je l’ai cherché. Une légère crainte m’envahit tout de même en voyant une de ses lames se glisser sous ma gorge. Elle s’arrête à temps pour ne pas m’ôter ma misérable vie. Mon regard plongé dans le sien, je reste sûr de moi, la mort pourtant si proche. Vas-y Marie, tranches-moi la gorge, résolvons tous les problèmes avec ce geste. Ôte-moi la vie, qu’on en finisse ! Mais le coup ne vient pas. Et elle parle. Oui la trahison mérite la mort. Qu’attend-elle dans ce cas ? Sa respiration si proche de la mienne, je sais qu’elle serait incapable de terminer son geste autant que j’en serais incapable si la situation était inversée. Et c’est pour ça que la réponse à toutes ses questions et si difficiles à trouver. Elle devrait m’éliminer, elle le sait, je le sais, mais elle n’y arrive pas.

Son couteau se sépare de ma peau et retrouve sa place initiale alors que Marie me relâche et s’éloigne. Je la sens cette tension, son tiraillement. Des mots s’échappent encore de ma bouche alors que mes yeux suivent la brune. - J’aurais dû la buter alors ? C’est ça que t’essaie de me faire comprendre ? Que la mafia compte plus que ma sœur ? Je connais la réponse. Pourtant, je me sens obligé de le lui demander. Par provocation ? Par confirmation ? Ou simplement le besoin de dire quelque chose ? Pourtant, ces paroles sont inutiles. Ce n’est que raviver ce feu qui se consume entre nous deux. Mais Marie n’attend pas longtemps avant de revenir vers moi. Habitué à la voir en furie, je m’attends au pire. Mais il n’en est rien. Ses mains se reposent sur mon torse, provoquant un léger sursaut à leurs contacts et sa tête se loge entre les deux. Stupide devant cette situation, je reste les bras ballants jusqu’à ce que la métamorphe ne reprenne la parole. Sa voix m’indique que l’émotion est là et je l’écoute attentivement, respectueux. Son long discours m’emporte à des années lumières de là. Je n’arrive plus à réfléchir. Oui Joan pourrait balancer de précieuses infos, oui elle pourrait tous nous mettre en danger. Et la connaissant, je suis sûr qu’elle le ferait. Mais je ne peux pas. Je ne peux pas tuer ma sœur. Je la sens décoller sa tête et poser ses yeux sur moi. Mon regard s’accroche au sien alors que la douceur se répand gentiment dans la pièce. Sa voix reprend une nouvelle fois et je sens un poids me libérer les épaules. Elle comprend. La moitié du chemin est fait. Mais j’ai beau avoir sa compréhension, nos hommes ne seront pas de cet avis. Je soupire moi aussi et alors que je la vois fermer ses yeux, elle reprend une dernière fois la parole. Mon regard cherche le sol pendant que ses mots se promènent dans ma tête. Me sentant coupable, je me décide enfin à faire quelque chose de mes bras et l’entoure avec. Une de mes mains vient se poser sur l’arrière de sa tête et je l’attire à nouveau contre mon torse. Mon menton vient s’appuyer sur son crâne et un nouveau soupire me prend. - Je peux lui parler. C’est tout ce que je trouve à lui répondre. Je pourrais continuer mes excuses et mes tirades, mais ça ne mènerait nulle part. Marie m’a partagé ce qu’elle en pense, je me dois de respecter ça. Et elle a raison. Je ne peux pas toujours aller contre elle. Cherchant à la rassurer, mes lèvres se posent doucement contre son crâne pour y déposer un baiser. Ce geste si doux et si peu commun entre nous fait tellement contraste avec la violence d’il y a quelques minutes. Mais je sens qu’elle doit être rassurée, et même si je n’ai pas les mots, j’aimerais au moins lui montrer que je suis avec elle. Ma voix rompt donc encore ce silence. - Je nous ai foutu dans cette merde, à moi de nous en sortir cette fois.


_________________

CONTROL IS AN ILLUSION • In my world, I'm constantly torn between killing myself or everyone around me  ©littlewildling


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4453-ezekiel-on-the-o

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 878
↳ Points : 354
↳ Arrivé depuis le : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée.
↳ Opinion Politique : Le gouvernement existe ou n'existe pas, la différence n'est pas visible pour elle.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : ☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



les petits papiers
↳ Copyright: lux aeterna, exordium
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: don't look back in anger (ft. Zeke)   Dim 2 Juil - 17:28


Mes sentiments s’emmêlent et se retrouvent incapables de trouver une réponse dans les yeux de mon acolyte. Je sais qu’il ne me voulait pas de mal et qu’il n’avait aucune intention maligne à l’égard de la mafia. Ce n’était qu’un frère qui protégeait sa sœur. Je comprends ce sentiment, ce besoin d’être là pour ceux qu’on aime. Seulement ça ne suffit pas. Ma compréhension ne fait pas s’enfuir ma douleur. Pire encore, elle me pousse à me poser d’autres questions. Sur lui, sur nous. Ce n’est pas que la mafia, qu’il a jeté sans un regard. C’est moi aussi. Il m’agace, à me prêter des paroles qui ne sont pas miennes. Alors je claque la langue, en une représentation évidente de mon dédain à l’égard de ses déductions. Je ne compte pas plus que sa famille. La mafia ne compte pas plus que sa famille. C’est ce que je devrais répondre. Seulement en mon fort intérieur, j’ai envie de lui crier que nous sommes sa famille. Je m’abstiens, en partie parce qu’il se calme, parce qu’il m’attire contre lui et parce qu’il me serre contre lui. C’est idiot. C’est une simple étreinte, banale en un sens. Qui ne l’est en rien à cette seconde, parce qu’il s’agit de nous et qu’il n’est pas monnaie courante de nous voir aussi proches. Nous le sommes, à bien des égards, mais il est rare de nous voir le manifester. En un autre moment, cela aurait pu m’agacer. Pas cette fois, pas maintenant.

Les mots qui suivent ravivent, non pas ma colère, mais mon inquiétude à son égard. Lui parler… C’est son frère, probablement sera-t-il le plus à même pour arriver à l’approcher sans encombre. Seulement la simple idée de le savoir seul avec cette femme me retourne le cœur. Son baiser, si doux, accentue encore plus ce sentiment désagréable de malaise. Je ne peux pas le laisser faire ça. Rien qu’à l’idée, je sens déjà mon palpitant s’emballer désagréablement. « C’est une très mauvaise idée. Tu vas te jeter dans la gueule du loup et tout ça pour quoi ? Pour me prouver que tu es toujours de mon côté ? Tu n’as pas besoin de ça. Je sais que tu me respectes bien trop pour me trahir sciemment. Tu n’avais pas le choix. Tu n’as donc rien à réparer. » Je soupire finalement, parce que mes mots suivent vont lui faire du mal… De ça je suis certaine. « Ezeckiel… Je ne donnerais pas l’ordre de la tuer de nouveau mais… » Mon souffle se bloque une seconde dans ma poitrine. Ce mais n’augure rien de bon entre mes lèvres, aussi je me force à délaisser son étreinte, juste assez pour lui offrir mon regard, compatissant, mais en même temps très sérieux. « … mais je n’empêcherais personne de le faire, je ne la protègerais pas. » Il m’est difficile de conserver ma présence si près de lui en prononçant ces mots, alors je m’éloigne, je recule de plusieurs pas, avant de finalement conclure d’un ton las. « «Je suppose que c’est ce que tu vas faire toi… La protéger. Même si je ne suis pas certaine qu’elle en ait besoin. Tu sais, elle est forte ta sœur. C’est pour cette raison que je l’avais engagé en premier lieu. » Les vannes de la discussion sont ouvertes, j’ai l’impression de devoir lui parler, pour ne pas le voir s’éloigner de moi, définitivement. « Tu as ta place ici… Je t’en prie garde là. J’ai besoin de toi ici. J’ai besoin que tu sois dans le coin. On est une paire. Et une reine ne peut fonctionner sans son roi. J’ai besoin de toi, alors reviens. Va lui parler si t’en as besoin… mais reviens. » Ca sonne presque comme une supplique. Ce n’est absolument pas ce que j’avais en tête en ouvrant la bouche. Ces mots sont mes plus sincères depuis bien longtemps. Et j’espère qu’il les croit…

_________________

GO TO HELL :  WHERE YOU BELONG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

don't look back in anger (ft. Zeke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: Royal Sonesta Hotel-