AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 let down my guard ▬ (eamon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: let down my guard ▬ (eamon)   Sam 9 Déc - 16:09


Les mots filent sans que je ne cherche à les retenir. Ce n’est que Carter. Le type qui a aussi eu des ennuis avec la justice. Probablement est-ce la raison pour laquelle il m’est si facile de lui parler de ça. Même sans nommer mes actions ou la personne que je dois retrouver, il ne cherchera probablement pas la petite bête, celle qui pourrait amener des soupçons sur mes actes. Alors je m’épanche, je bouge sans arrêt, incapable de me fixer dans une position. Etre loin de lui me déplaît, parce que j’aime la chaleur de ses étreintes. Etre prêt de lui m’effraie, parce que je crains de m’attacher. Souffrir encore… Et rester sur le carreau. Alors je vais et je viens, je m’empêche de me fixer pour ne garder que l’azur de ses yeux dans les miens. Je sens d’ailleurs un fin sourire pointer sur mes lèvres, alors que le soulagement vient prendre possession de mes entrailles. Avec moi c’est différent… Je suis tellement heureux d’entendre ce type de phrase, que je n’ai pas conscience de leur facilité. Je suis à des lieux de croire qu’il pourrait se jouer de moi en prononçant ces mots. Je ne veux que me perdre dans ces promesses non formulées qu’il esquisse. Probablement parce que je n’attends que ça. Etre différent pour quelqu’un. Sentir une importance qui n’existe pas dans les yeux des autres personnes que je connais. Je veux être différent. Et le fait que Carter m’en offre la possibilité me ravi.

Je perds contenance bien vite pourtant. Il veut rester. Et pendant quelques secondes j’ouvre de grands yeux d’incompréhension. Je prends conscience soudain qu’il n’a pas compris de quoi je voulais parler réellement. Je ne veux pas qu’il parte de ma vie. Mais il ne peut rester aujourd’hui. Isak m’attend déjà depuis plusieurs heures. Et s’il est dans un mauvais jour, il pourrait bien se montrer odieux à mon encontre. Ou pire encore. Il pourrait me priver de ma dose quotidienne de plaisir en poudre. Et plus que toutes les punitions, ça serait la plus cruelle. Et je suis persuadé qu’il le sait. Je secoue la tête finalement en terminant de me rhabiller. « Pas aujourd’hui. J’dois partir. » Je ne prends conscience de l’ambiguité de mes paroles, que lorsqu’il me parle d’une relation que je pourrais avoir. Mes sourcils se froncent alors que je ramène mon regard dans le sien et dans une impulsion je lâche finalement. « Quoi ? Non. J’suis avec personne. Enfin j’veux dire… C’est que… C’pas mon mec quoi. »

L’homme se fait des films, me croit impliqué avec quelqu’un d’autre. Et après ces espoirs ressentis, je prends peur face à ses questions. « Chez moi ? Tu veux dire… Là où j’habite ? Non tu peux pas aller là bas. J’veux pas que t’aille là bas. » Une lueur de panique s’allume doucement dans mes yeux alors que je l’imagine se pointer au Little Darlings pour me voir. Je le vois déjà, me voir défoncé comme jamais, en train de mater des danseuses sans honte… S’il y a bien une chose que je refuse, c’est le voir lui, au courant de ma déchéance plus que totale. S’il représente l’espoir, il est hors de question de le mettre au courant de ma noirceur. Tout simplement parce que je crains que sa lumière ne s’affaiblisse, s’il est au courant. Douce idéalisation, que je ne perçois pas une seconde, alors que je soupire finalement. « On peut s’voir qu’ici. J’sais pas comment faire mais… c’est la seule idée que j’vois. Parce que tu peux pas t’pointer là bas. » Je m’enfonce dans les remarques à double sens. Et L’euphorie s’évade, pour laisser place à une panique qui doucement s’installe. Je vais le faire douter. Je vais le faire fuir. Tout ça parce que je suis incapable de la fermer plus de 15 secondes à l’affilée. Sauf quand il s’approche. Sauf quand il dépose ses lèvres abimées contre ma peau qui frémit sous le contact. Ma main vient de nouveau contre sa nuque, qu’elle agrippe avec une force étrange. Pleine de désespoir et de douceur mélangés. Je ne veux pas qu’il s’en aille en me croyant impliqué avec quelqu’un d’autre. Même si mon être appartient à Isak, le blond ne peut être au courant. Et ça n’a, à mes yeux, aucune importance de toute façon. Parce que je sais que mon cœur bat pour lui. Si je n’en étais pas certain auparavant, l’évidence frappe comme une massure. Je saurais jouer sur les deux tableaux, mais les deux hommes ne peuvent ni ne doivent se rencontrer. Pour le bien de Carter… mais aussi le notre finalement.
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 502
↳ Points : 174
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: hershelves.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: let down my guard ▬ (eamon)   Sam 13 Jan - 22:49

Du bout des doigts, tu essuies une perle de sueur roulant sur les imperfections de ta peau, sans jamais quitter l’autre homme du regard. Tu ne peux te défaire de son regard, pour une raison qui t’échappe. Sa fragilité, sa douceur, et sa tendresse, cette sensibilité que tu ne soupçonnais pas avant de coucher avec lui, dans ses draps, entre ses bras. Sentir le contact brûlant de ses mains sur ta peau, de son souffle sur ton visage, de ses lèvres dans ton cou, ce sentiment d’exister pour quelqu’un, à un instant précis, apaise tes tourments, tes craintes et tes angoisses de solitude. Cette même solitude qui te pousse à agir ainsi avec un homme duquel tu dois obtenir des informations précieuses, duquel tu es prêt à briser la vie, et son existence toute entière. Juste en coup de rein, juste en un mot s’échappant de ta bouche sans même que tu puisses t’en rendre compte, en un simple soupir. Le brun s’éloigne pour mieux se rapprocher de toi. Il te fait perdre le fil. Tu peines à comprendre son comportement, comme s’il était en plein combat avec lui-même, une dualité de l’esprit que tu ne t’expliques pas. Ses yeux se figent dans tes pupilles mornes, il essaye de te sonder, comme s’il cherchait à happer ton esprit, tes souvenirs, ton énergie par le simple fait d’échanger un regard. Il te perturbe. Il te trouble. Ses paroles sans queue ni tête n’aident pas, ne plaident pas en ta cause. Que cherche-t-il à fuir ? Ta présence, ce lieu, ses responsabilités, tout ça à la fois ? Tu joues un rôle qui devient déplaisant. Tu deviens l’amant, et l’inspecteur. Un double jeu qui perd de son charme au fil des secondes. Malgré toi, tu fronces les sourcils. Tu ne le suis plus. Tu ne sais pas où il veut en venir. Il touche à toutes les pièces de ton échiquier, soigneusement mis en place. Il ne respecte pas le script de ta plus grande œuvre théâtrale. Putain.

Eamon refuse catégoriquement que tu restes à ses côtés. Il balbutie lorsque tu évoques un potentiel compagnon de vie dont tu ignores l’existence. Il panique à l’idée que tu puisses l’accompagner où il doit aller, pour des raisons que tu ignores encore. En l’espace de quelques minutes, tu viens de comprendre qu’il cache, à toi et au Gouvernement, une vie que tu ne peux même pas imaginer. Une vie dangereuse qu’il te dissimule consciemment. Tu prendras le temps qu’il faudra pour la découvrir. « On tente de cacher un cadavre dans le placard, hein ? » soupires-tu, lasse. Dire que cet homme est une cible du Gouvernement. Il semble prêt à cracher le morceau au premier inconnu qu’il rencontre, avant de se rappeler que ça causerait sa perte. « Je vois... » Tu feins une attitude peinée, avant de poser tes lèvres dans son cou. Le seul moyen que tu trouves pour le retenir quelques minutes de plus. Pour obtenir des informations supplémentaires. Pour profiter d’un contact, d’une chaleur humaine. Mais le silence s’installe lourdement dans la pièce. Tu recules, brises votre étreinte. Tu ouvres la bouche pour t’engouffrer dans une faille, ouverte juste pour toi. « J’te laisse retourner chez ton mec, avec tes secrets. On s’verra la prochaine fois qu’t’auras des ennuis avec les collabos. » Quitte ou double. Tu finis de t’habiller, et jette un coup d’œil dans la pièce, t’assurant de n’avoir rien oublié.

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: let down my guard ▬ (eamon)   Dim 28 Jan - 16:59


Il m’est tellement difficile, à cet instant, de rester entre ses bras, de le laisser prendre soin de moi comme je le voudrais au fond. Tout simplement parce que je sais qu’il souffrira de ma présence près de lui. Ce n’est qu’un énième film de plus, une énième paranoïa de ce que je crois représenter pour lui. Et pourtant cette fois, je me laisse griser par cette envie sous jacente de tout laisser tomber, de récupérer mes enfants et de me cacher avec lui quelque part. Une option qu’il n’a même pas proposée. Un besoin qui n’est pas réciproque. Il n’a pas besoin de moi. Pas comme j’ai besoin de lui. Cette constatation m’effraie tellement que j’en bégaie lorsqu’il me parle d’Isak. Je me perds dans des phrases ridicules et probablement peu crédibles. J’essaie tellement d’être vierge de tous soupçons, que j’en deviens suspect. Je le vois dans son regard. Mes remarques, mes explications, tombent dans l’oreille d’un sourd et je sais, à cet instant, que je ne le reverrais jamais après ça. Parce qu’il me croit impliqué avec quelqu’un d’autre. Parce qu’il sait que je lui cache des choses. Je perds le fil de mes pensées lorsque ses lèvres se déposent de nouveau dans mon cou. Dans ce frisson qui me prend, je vois l’espoir qui se faufile, même s’il s’évade bien vite. Ses mots contredisent ses gestes et mon plaisir se transforme vite en effroi. D’autant plus lorsqu’il brise notre étreinte dans l’optique évidente de s’en aller.

J’en grogne légèrement, avant de détourner le regard vers la fenêtre dans un soupir dépité. Je l’ai encore fait. Une fois de plus, j’ai laissé mes doutes prendre le pas sur ma raison. Et une fois de plus, je gâche tout ce qui peut être heureux pour moi, en me cachant derrière des raisons qui n’en sont pas. D’une voix lointaine, un peu rauque de l’émotion qui s’est glissée sous ma peau sournoisement. « J’ai pas à m’justifier d’vant toi. T’es pas mon mec… » Je soupire de nouveau avant de reposer mes prunelles dans les siennes, un peu peiné face à mes propres mots. « Ceci étant dit… C’pas mon mec. C’mon patron. Et si j’veux pas qu’tu t’pointes là bas, c’est pour pas qu’il sache que t’existe dans ma vie. C’pas qu’j’ai honte ou j’sais pas mais… J’peux pas t’mettre en danger. » Cruelle hypocrisie, quand on sait que j’ai jeté mes mômes entre ses pattes sales. Je tiens à eux plus qu’à Carter. Et pourtant je parviens à mieux le protéger qu’eux. Quel genre de père suis-je donc ? Celui que tu as toujours su être. Un incapable. Sournoise voix qui prend l’intonation de celle de ma grand-mère, qui assombrit un peu mon visage ainsi que mon regard, alors que je reprends, plus désespéré. « J’veux t’revoir Carter. J’veux pas qu’tu crois l’contraire, parce que c’est l’cas. Mais. C’compliqué d’accord ? »

Je m’approche de lui finalement. Comble la distance qu’il a imposée entre nous pour déposer ma main sur son torse. Juste une seconde avant que je ne lui vole un baiser. Peut être le dernier, peut être le premier d’une nouvelle histoire. Je n’en sais rien et me sais incapable de me poser la question d’un futur. Quel avenir pour un paumé dans mon genre, dans un décor aussi pourri ? Probablement aucun pour être honnête. Seulement je ne peux m’empêcher un espoir, alors que je m’éloigne de nouveau, pour terminer de m’habiller et attraper le sac que j’étais en train de préparer à son arrivée. « J’dois dégager d’ici au plus vite. J’me pointerai la s’maine prochaine, j’sais pas disons jeudi vers 16h. Pointe toi si ça t’dis… » Mon cœur bat à tout rompre alors que je tente de capter son regard une dernière fois… Avant de finalement attraper la poignée de la porte pour m’engouffrer dans le couloir froid et désert. Mon souffle est rapide alors que mon palpitant peine à se calmer, mais ça ne m’empêche pas de dévaler les escaliers, comme pour mettre le plus de distance possible entre lui et moi. Alors que je meurs pourtant d’envie de me ruer dans ses bras. Etrange paradoxe, qui me laisse pantois…
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 502
↳ Points : 174
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: hershelves.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: let down my guard ▬ (eamon)   Lun 29 Jan - 16:23


Jouer la comédie te semble si facile face à ce spectateur si naïf. Il s’accroche à cette image que tu peux lui renvoyer, comme si rien d’autre ne pouvait compter à ses yeux. Il est une proie avec laquelle il est si simple de mentir. Il se perd dans tes bras avec l’envie de s’en évader, autant qu’il s’en évade avec le besoin d’y retourner. Sans jamais perdre la face, tu le laisses se perdre dans ses excuses et dans ses explications, plus incompréhensibles les unes que les autres. Il s’agace, bégaie, craint de te voir partir avant qu’il ne puisse le faire. Alors, tu joues. Tu t’amuses. Tu rentres dans la peau d’un personnage, pourtant pas si éloigné de ta propre personnalité. Les deux se confondent pour n’être plus qu’une seule et même entité. Tu mens, tu feins une jalousie maladive, mais tu aimes sentir ses mains sur ta peau, son souffle dans ton cou. Tu aimes le voir se perdre dans les méandres et les dédales que sont ses pensées. Vil serpent, tu t’insinues et te glisses dans son esprit pour créer un chaos qu’il ne peut pas contrôlé. Eamon ignore ce que tu peux lui faire endurer. Il ne se rend compte de rien ou bien peut-être ne veut-il pas le voir. Ce n’est pas l’important, ici, ce soir. Vêtements sur le dos, tu tournes pour lui faire face. Prêt à partir. À moins qu’il ne te retienne un peu plus longtemps.

Tu le fuis, il te suit. Il te suit, tu le fuis. Ce jeu n’a que trop duré, et pourtant, ça ne semble pas suffisant pour cet homme. Ce dernier cherche la confrontation. Le ton se lève face à ton silence froid. Tu glisses tes mains dans tes poches, tandis que tes yeux s’ancrent dans ses pupilles tristes. Ses mots te repoussent. Son corps t’appelle. Tout en lui n’est que dualité, conflit interne. Il s’énerve, s’inquiète, t’interdit de le retrouver, s’énerve encore. Tu perds le fil. « Certes, je ne suis pas ton mec. J’ai bien compris, ouais. C’est compliqué, hn ? » Tu pousses un soupir. C’est compliqué. C’était ton excuse favorite, avant que tout ce merdier ne te tombe sur le coin de la gueule. Tu pouvais la sortir pour n’importe quelle occasion. Une ancienne aventure un peu trop collante, un coup de soir qui souhaite te revoir, ou bien qui tombe amoureux de toi sans que cela soit réciproque. Maintenant, tout a changé. « J’ai envie de te revoir, moi aussi... »

Un sourire se pose sur tes lèvres alors qu’il s’approche de toi. Gagné. Sa main sur ton torse, ses lèvres contre les tiennes pour un baiser furtif que tu cherches à approfondir sans justification. Tes doigts se déposent docilement sur sa joue pâle, dans une tendre caresse qu’il rompt rapidement. Tu l’observes enfiler ses vêtements un à un, couvrir cette nudité qui jusqu’alors pouvait te dégoûter et dont, désormais, tu apprécies chaque courbe que peut t’offrir sa silhouette. Regards croisés. Il attrape son sac et franchit le seuil de la porte en te laissant seul dans le petit salon désormais vide. Jeudi. Seize heures.

Du regard, tu cherches ta veste dans la pièce avant de filer. Veste introuvable dans tout l’appartement. Putain. « Et merde... » La conclusion s’impose rapidement à ton esprit : tu ne retrouveras ton manteau que jeudi. Que si tu le retrouves ici. Que si tu le revois. Que si ton manège recommence, continue. Tu fouilles dans le placard et attrapes ce qui semble être un vieux pull à lui, l’enfiles et dégages dans les rues froides, sous le vent glacial de la nuit. Jeudi. Seize heures.

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: let down my guard ▬ (eamon)   

Revenir en haut Aller en bas
 

let down my guard ▬ (eamon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-