AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You and me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: You and me    Lun 10 Avr - 21:07

Quelques grains de poussière virevoltaient dans la pièce, tels des grains de lune dans une nuit sans âme. Quant au reste de celle-ci, elle recouvrait les meubles et les fenêtres d'une couverture bien duveteuse auquel on aurait presque désiré s'emmitoufler en son sein. Presque. Si on parvenait à oublier qu'il s'agissait de crasse et de résidus organiques à l'origine douteuse. Le charme singulier du Weapon Shop n'échappa guère à mon oeil, et je me permettais d’accueillir la scène d'un bref sourire. A croire qu'une personne baignant dans la violence était incapable du moindre effort ménager. Surprenant.

On aurait pu croire que j'accordais une visite au Weapon Shop de la New Orleans dans l'unique but de me fournir en armes pour un quelconque projet, or la raison de ma venue en ces lieux était bien plus profonde. Je ne souhaitais pas m'accaparer les armes de l'entrepôt mais plutôt l'aval de la personne qui régissait celui-ci, car il attirait l'intérêt de Windsor et donc par enchainement... le mien. Celui qui possédait le monopole du marché noir des armes en ville étouffait une grande partie des possibilités de rébellion ou d'assassinat, et l'histoire était parvenue jusqu'à mes oreilles, par le biais d'Amada.
L'occasion était juste trop belle pour être ignorée. Qui aurait pu espérer une aussi belle pomme empoisonnée à lui faire croquer?

Lentement, je m'approchais du comptoir où se cachait un homme affable, les bras en croix et la nuque lasse, comme saisi d'une torpeur indolente. Ses yeux, cependant, recelaient une lueur vive et attentive qui trahissait une fausse tranquillité. Son regard n'avait pas un instant décroché du mien depuis mon entrée dans le magasin:
"Z'êtes venus pour acheter? On aime pas bien les trainards dans le coin. Si vous êtes pas venus parler affaire, vous ferez mieux de décamper."
Un ton sec et explicite. Qui inséra même une halte dans mes pas. Non par peur, non. Par haine, douloureusement ravalée au fond de ma gorge. Que je sois encore méconnu en ville était une chose, être traité comme le premier bouseux du coin en était une autre.
"Cela tombe bien, je suis venu parler affaire. Mais pas avec vous. J'ai rendez-vous avec votre patron. Le nom est Jehan."

Les mots furent lâchés sur une froideur articulée. L'individu ne valait même pas la peine d'une boutade et demeurait complètement stoïque:
"Ça c'est votre nom. Pour valider la chose, va falloir me donner le nom du concerné. C'est qu'on est pas tout seul à tenir la boutique."
Ses propos me firent sourire. Le piège était si grand, il me prenait pour un demeuré. Alors que je notais dans un coin de ma tête de lui administrer une petite leçon de conduite lorsque tout sera fini, j'entrepris de répondre:
"Vous savez très bien qu'il n'y en a pas."

Et c'était vrai. La plus grande difficulté qui m'avait barré inlassablement le chemin fut de découvrir le gérant du réseau d'armes et son identité. Des mois de recherches consacrés à un fantôme qui n'avait ni passé, ni famille. Et tout cela pour découvrir qu'il n'existait tout simplement pas aux yeux du monde. On le nommait Nameless. Personne ne l'avait jamais vu auparavant. Et même maintenant, l'homme semblait se soustraire au regard des autres tel une ombre dans le désert.

L'employé ne se débina pas pour autant, plantant toujours davantage son regard dans le mien. Et il demeura encore et, tristement, immobile:
"Je lui ferais savoir que vous êtes venus. Le patron est absent, il m'a chargé de vous faire savoir que l'accord est toujours d'actualité. Nous procéderons comme il est convenu."
Un geste de la main droite envers la sortie et un de sa main gauche qui se posait sur une arme à l'allure incongrue.

Ça, ce n'était pas prévu. Un claquement sonore de ma langue retentit dans la pièce. Le plan s'écartait dangereusement de ses rails. Ce qui était prévu, par le biais de nombreuses conversations entre intermédiaires de nos deux partis, c'était que le groupe associé au Weapon Shop tende un piège à Windsor afin d'affaiblir considérablement son groupe. Le gros de l'opération devait se dérouler durant une rencontre entre les deux groupes mais les détails demeuraient flous.
Et le rendez-vous d'aujourd'hui était censé les éclaircir.

Quelque chose m'échappait. Comptait-il me trahir? Je dus étouffer une brusque envie de saisir le commerçant à la gorge, pour lui extirper un morceau de vérité. Mais si j'agissais ainsi, je fusillais en un instant notre accord et la moindre possibilité de prendre une revanche sur Windsor.
L'idée de m'infiltrer à leur soirée fit brièvement un tour dans ma tête, avant de s'en extirper, étant trop risquée. Il me fallait percer le creux de ce brouillard et réfléchir de tout ceci à tête reposée.
Je me dirigeais ainsi vers la porte, fulminant d'une haine lancinente.
Puis la porte s'ouvrit pour laisser entrer un jeune garçon, la mine joyeuse, qui ne devait pas avoir plus d'une quinzaine d'années et s'élancer vers le vendeur.
"Que faisais-tu donc, je me suis fais un sang d'encre! Dépêche toi de rentrer à l'intérieur."
Le gamin s'exécuta et passa le palier de l'arrière-boutique.

Une pensée incongrue traversa alors mon esprit. Et si Nameless n'était autre que le gérant?
Un bref soupir vint rompre le silence.
Bien sur que non. Il faudrait être un parangon de stupidité pour être recherché et s'afficher ainsi aux yeux de tous.

Et sur ce, la tête pleine de pensées, je quittai l'échoppe.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: You and me    Dim 30 Avr - 16:59

Nameless. Ce nom qui résonne âprement dans les oreilles de Windsor. Ce type est un inconnu et son nom l’est tout autant pourtant, il existe. Il est réel et il s’immisce dans les affaires de Windsor. Qu’il en ait conscience ou non, n’en est pas moins un problème. Le Ministre veut asseoir son autorité et facilité son hégémonie pour cela, reprendre la main sur les trafics d’armes serait un plus. Il s’était décidé à ne pas interférer directement en son nom dans ces affaires puisque la ville s’était fondée sur les mafias – en déplaise au président -. Un nombre de celle-ci est assez conséquent pour la taille de la ville et c’est pourquoi les trafics illégaux ne sont pas à prendre à la légère et certainement pas à attaquer directement. Cependant, en coulisse, bien des choses peuvent être organisées ce qui n’est pas plus mal. Un jeu d’échec en 3D en deux faces. Un jeu qui amuse le Ministre dépourvu de son précédent jeu, à tort ou à raison, il n’en est pas encore certain. Mais qu’importe, tirer les ficelles pour trouver et détruire Nameless étaient une activité plutôt divertissante. D’autant plus que l’homme n’était pas un abruti et s’avéra progressivement plus compliqué à débusqué qu’il ne l’aurait escompté. Qu’importe là aussi, Windsor est adaptable. Le politicien s’étant rendu à une évidence : il devrait agir en son nom. Toutefois, traiter avec des trafiquants d’armes dans une période aussi explosives n’étaient pas chose à minimiser. Entre l’interférassions de la résistance dans cette affaire de manque alimentaire, les étranges altérations des pouvoirs ressentis dans la ville, les disparitions et les actions résistantes plus violentes encore, il n’était pas l’heure de s’attirer les foudres de la ville. Windsor misait depuis plus de deux ans sur l’appréciation du peuple dans ses méthodes, partant du principe qu’on obtient plus de loyauté en faisant un pas vers eux.

L’objectif était d’ailleurs foncièrement liée à cela. Dans le cas où la rencontre se passerait bien, Windsor entamerait le processus de disparition de Nameless afin de récolter les lauriers mais feraient, dans l’ombre, place à une petite milice personnelle. Ayant le pouvoir sur une partie du trafic d’armes, il pourrait ainsi mieux contrôler les agissements de certains groupes et façonner quelques situations officiellement indépendantes de sa volonté. Après tout n’aurait pas tout fait pour supprimer l’une des mafias ? Que pouvait-il faire si une autre prenait sa place ? N’est-ce pas ? Alors il avait pris ses dispositions tout en respectant les demandes faites par Nameless. Son fidèle chauffeur l’accompagnant, le ministre passa le pas de la porte de ce long couloir. Les voila en haut d’un bâtiment qu’il avait lui-même demandé la rénovation pour une réaffectation en logements et école. De son œil avisé, il prit le temps de noter les avancées des travaux tout en profitant pour noter les zones d’ombres et donc potentiellement dangereuses. Le ministre avait misé sur ses capacités surnaturelles notamment en masquant la présence d’un autre agent. A ce stade celui-ci n’était pas encore entrée dans la pièce mais ne tarderait pas à faire son entrée, remarquée ou pas. Nameless, si c’était lui, était entouré de 2 hommes et une femme. Un simple regard permit au ministre de comprendre l’ordre qui allait suivre. « J’ose espérer que vous n’auriez pas la prétention si ce n’est bêtise de demander à vos hommes de nous fouiller ? Nous ne sommes pas là pour jouer mais pour affaire. Vous êtes armés, je suis armé, nous voila sur un pied d’égalité. Maintenant si nous procédions à la suite. » Le ministre tape dans ses mains. Il décèle d’ores et déjà, un petit effet sur le groupe en face de lui. La nonchalance et l’autorité naturelle pouvaient faire cet effet, il avait compris cela bien avant sa mort et en fut convaincu en suivant Bal en enfer. Une sorte d’imposition d’une confiance malsaine. « Vous avez ce que nous voulons ? » Cette question couplée à l’absence de mouvement des membres de son équipe, confirma au Ministre l’absence de fouille. Parfait. « Bien entendu, nous sommes là pour faire affaire. » Bien entendu, windsor n’avait pas tout à fait apporté ce qui était convenu mais qu’importe, ceci ferait l’affaire. Le ministre s’avance et observe le contenu des caisses. Ce n’était pas le premier objectif de cette rencontre, non. L’objectif était de déterminer qui était Nameless et pour cela il fallait une situation et un visage. Hors, il n’était pas certains que l’homme en face de lui soit le bon. Un sourire, un hochement de tête et le chauffeur s’approche des autres caisses pour vérifier leur contenu et surtout se positionner non loin de d’un des deux hommes. Plusieurs minutes passent sans un mot. Le silence n’a jamais été un problème pour le ministre encore moins dans ce genre de situation car il pouvait révéler bien des choses sur les attitudes des autres. Le silence peut augmenter le stress et trahir d’une absence d’habitude ou d’une situation différente. L’agitation de l’index d’un des hommes trahissait ainsi une situation peu banale tandis que le rictus forcé du dit « nameless » ne laissait pas non plus envisager grand-chose de bon. De plus sa pupille semblait vouloir fuir le regard persistant de Ministre. Une seconde d’inattention et la voici qui se dirige vers la jeune femme restée de marbre jusque là.

Son chauffeur lui indiqua que tout semblait réglo. Le ministre sourit. Par-fait. Parfaitement parfait. Il afficha un vrai sourire, ouvrit sa veste pour glisser sa main dans la poche intérieure. Il en ressorti une carte magnétique et un bout de papier soigneusement plié et collé sur la carte. « Voici ce que vous vouliez… évitez de briser la sculpture de l’entrée… elle a 300 ans. » Le ministre s’avance tend le bras vers le dit « Nameless ». « Au plaisir de refaire affaire avec vous… Nameless » et il se détourne de l’homme pour tendre le document à la femme. Bin..

Un coup de feu retenti, si bien que Windsor perd de sa concentration et brise l’illusion installée depuis son entrée. Son chauffeur glisse sur le sol, une plaie souillant déjà ses habits. Son regard se porte alors sur la jeune femme étendant un large sourire. Le visage de se durcit alors qu’il est projeté sur le sol derrière un pilier par son second milicien.

« Ravi de te rencontrer... »
Revenir en haut Aller en bas
 

You and me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-