AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Mar 25 Avr - 12:24


« Do ya' feel lucky, punk ? »

Raid à Jean Lafitte
featuring

Une main posée sur son épaule par celui qui semble avoir foi dans leur escorte, et elle réagit aussitôt, Moriah, se dégage d'un geste en le fusillant du regard, "Ne me touche pas" vicieux s'échappant de ses mâchoires crispées. Couverte ou non, elle ne veut pas de son toucher, ni de ses mots qui veulent la rassurer, l'apaiser, comme si elle n'était qu'une enfant au sortir d'un cauchemar. Elle l'a bien compris, ce qu'ils devaient trouver, ce qu'elle veut savoir, ce sont les détails, le plan. L'objectif est noble dans la théorie, mais la pratique, c'est ça qui l'intéresse. Lui n'a pas l'air de se rendre compte que le plan n'en est pas un, et elle tourne son regard vers Madsen quand il répond. Encore un qui n'apporte pas une vraie réponse, mais au moins il ne s'en cache pas, pâle sourire dirigé vers lui avant qu'elle remonte vers l'avant du groupe. Elle ne sait pas comment le traiter dans ce groupe, leurs interactions plus faciles quand ils sont seuls, quand il n'y a personne autour pour observer et juger et interpréter, sait encore moins comment réagir quand elle a toujours ses mots dans un recoin de son subconscient. Continuer à marcher à la place pour noyer les pensées, avancer, encore. La végétation se fait toujours plus dense, s'avance jusque sur la route dégradée qu'ils suivent, se recule, incertaine. Avant de les laisser face à un rempart de ronces, sa tête basculant en arrière pour l'observer dans son intégralité. C'est... haut.

Les yeux glissent vers le plus jeune d'entre eux, tête hochant son accord avec ses mots avant qu'elle s'approche de la barrière, doigts gantés se posant entre deux épines acérées. Elles sont épaisses et longues, prêtes à poignarder la chair, probablement trop souples malgré tout pour supporter leur poids, main se refermant malgré tout dessus, douleur jouant sur son visage pendant qu'elle tire, sans succès. "Si vous pensiez nous les faire arracher à la main, je doute que ce soit encore d'actualité..." Ils y laisseraient leurs mains. Difficile de ramener des provisions, sans. Elle tourne la tête, observe à la place. Un obstacle qu'ils ne peuvent pas franchir, et le bayou autour d'eux. Coup d’œil à leurs gardes, silencieux, impassibles. Ils ne sont pas ceux qui leur viendront en aide, décidément, ce n'est probablement pas dans leurs ordres, et une main passe dans ses cheveux, lasse d'avance. Ils ne peuvent pas passer au dessus ni détruire les ronces, ils n'ont pas l'option de passer dessous... "Je suppose qu'il n'y a rien pour tenter de les brûler ?" La voix peu convaincue par ses propres mots, la main de nouveau dans ses cheveux. Mais qu'est-ce qu'ils font dans cette galère...

Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 959
↳ Points : 243
↳ Arrivé depuis le : 31/03/2015
↳ Age : 22
↳ Avatar : Rachel McAdams
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Ergothérapeute
↳ Opinion Politique : Tout ce qu'elle veut c'est aider les autres
↳ Niveau de Compétences : Niveau 4 en optimisme
↳ Playlist : Turn on the lights ; Future | Maps ; Maroon 5 | We Found love ; Rihanna | Love in elevator ; Aerosmtih | Night of the Hunter ; 30STM | Kanye West ; Mercy | Radio GaGa ; Queen | California Love ; 2PAC | Stranger in a strange land ; 30STM | All over the watchtower ; Jimi Hendrix | Livin' on a prayer ; Bon Jovi | Smell like teen spirit ; Nirvana |
↳ Citation : Don't take my kindness as a weakness
↳ Multicomptes : Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : palevioletred



les petits papiers
↳ Copyright: Rivendell
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Jeu 27 Avr - 9:10

Rock in the road
event
Les autres continuèrent à se chamailler. Violet ne prêta pas attention aux pics lancés. Elle esquissa néanmoins un sourire lorsque l’inconnu qu’elle avait désigné lui accorda une révérence. Dans un  sens tout ceci était grotesque. Un groupe de civils, pour la plupart réfractaires ne serait peut-être pas utile pour trouver des vivres. Ou peut-être qu’on les avait envoyé la en repérage, histoire de dégager la voie. Violet soupira, chaque instant passé dans le grand dehors la faisait frémir. Elle aurait voulu retrouver ses 5 ans et se mettre en boule dans un coin. Qu’on ne l’oblige pas à avancer. Hélas elle s’avouait impuissante, forcée de suivre l’homme en uniforme qui ouvrait la marche. Malheureusement pour le petit groupe, un obstacle, un vrai, se dressa sur leur route, entravant leur avancée déjà hésitante. Pour cette fois, le jeune blond avait raison. Ce n’est pas avec leur langue qu’ils délireraient les ronces. La barrière végétale était immense, impressionnante, menaçante. S’y risquer n’était que pure folie. La brune qui les accompagnait eu une brillante idée.

« Ils n’ont pas ça eux ? Ca prendrait du temps de brûler tout ça mais qui sait ce qui nous attends si on doit passer par le bayou… » dit Violet en désignant les miliciens du menton.

Miliciens qui se concertaient, ne prêtant aucune attention aux civils râlant devant l’obstacle. C’est eux qui décideraient de leur sort. L’ergothérapeute se dit que son hypothèse était sûrement vraie. On les avait envoyé au charbon, à la découverte de l’inconnue, les éclaireurs de demain ayant pour but de dénicher les obstacles barrant la route. De la chair à canon. La jeune femme déglutit. Elle savait la ville juste derrière, elle ne voulait pas quitter la route principale pour les marécages dangereux. Une moue inquiète s’empara de ses traits sages. Elle n’était vraiment pas rassurée.  La mexicaine s’approcha des ronces mais contrairement à l’autre jeune femme, elle ne préféra pas y toucher. Sans protection cela s’apparentait à de l’auto-mutilation. Et Violet avait encore besoin de ses mains si elle voulait continuer exercer. Un soupire passa la barrière de ses lèvres.

« Y’a rien à faire avec ça, sauf si quelqu’un est candidat au suicide. » ajouta-t-elle, exaspérée.

Ses iris clairs s’égarèrent aux alentours, les militaires parlaient toujours entre eux. Ils auraient mieux fait d’agir plutôt que de déblatérer pendant des heures. Combien de temps allait durer cette mascarade ? Combien de temps allaient-ils rester plantés là impuissants et inefficaces ? Il y avait bien une route oui, un chemin qui se perdait un peu plus loin. Violet priait de toutes ses forces pour que les hommes en uniforme trouvent une solution. Tout sauf le bayou.



_________________
Little by little
As your shadow crosses mine. What it takes to come alive. It's the way I'm feeling I just can't deni. But I've got to let it go. We found love in a hopeless place. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5553
↳ Points : 9008
↳ Arrivé depuis le : 28/11/2013
↳ Age : 28
↳ Avatar : Matthew McConaughey
↳ Age du Personnage : 42 ans
↳ Métier : Escroc, actuellement détective privé et pilleur de tombes, revendeur de sang humain pour la Falci'
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement pour des raisons qui lui sont propres.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 -1 en annihilation de la magie et 2 en cicatrisation
↳ Playlist : X Ambassadors - Renegades / Alt-J - Tessellate / The Neighbourhood - Sweater Weather / Daughter - No Care / The Kooks - Bad Habit ...
↳ Citation : " I represent to you all the sins you have never had the courage to commit. "
↳ Multicomptes : Aloy I. Mizrahi
↳ Couleur RP : #FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Ven 28 Avr - 0:00

La végétation égaie le parcours chaotique. Loin des décors bien trop familiers de la ville, l’escroc se sent pousser des ailes. La dynamique électrique qui s’est imposée entre les différents membres du groupe, entache cependant un peu de ce bonheur retrouvé. Un rappel sans cesse renouvelé du cadre infligé à cette expédition dont il se passerait bien. Comme pour répondre aux prédictions macabres du blondinet, le premier obstacle notable se dresse sur leur route et amène de nouveaux sujets de discorde très vite. Oswald jette un regard désintéressé au petit teigneux sans prendre la peine de lui répondre. Ses yeux se posent très rapidement sur Moriah plutôt alors qu’elle s’élance vers les épines. Le danois prend sur lui pour ne la tirer par les cheveux et l’éloigner du danger. Lui sait qu’il vaut mieux éviter les blessures à proximité de la milice et se tient, d’ailleurs, à bonne distance des ronces. Bien qu’elle n’ait pas le sang noir, elle dispose d’autres inconvénients propres à son espèce. Traces ébènes sur chair malmenée, un phénomène encore mal étudié mais tout de même alarmant. Une grimace lui échappe tandis que la brune va jusqu’à tenter de les retirer. En cherchant à détourner l’attention des paumes potentiellement écorchées de l’américaine, il rebondit très vite à la suggestion de la jolie blonde. Les prunelles tombent ainsi sur Milan alors que la voix s'élance avec la même indifférence. « Le petit nerveux est assez agacé pour servir de lance-flamme, non ? Je parie qu’il peut cracher du feu si on le titille encore un peu. » La langue claque contre le palais. Les épaules remontent, retombent.

Nonchalamment, il exécute un pas de côté, tente de se faire une idée des périls présents dans les marécages. « Perso’, j’ai pas spécialement envie de me la jouer Jésus sur sa croix en m’empalant les mimines sur ce truc. Surtout que je doute qu’on trouve quelqu’un pour nous vouer un culte en pleine cambrousse. C’est pas rentable. Trop de sang, même pas de vin et encore moins de fidèles. » Qu’il articule en tournant le dos au rempart naturel. « Faut se barrer, ouais. C’est le bayou ou on se lance dans le trip pique-nique-camping au pied de ce machin. La vue est moyenne, je lui donne même pas deux étoiles quoi dans un guide touristique. A moins qu’on ait réellement un kamikaze dans la salle… ? » Le cou se tord presque afin d’orienter l’allusion dédiée à Carter. Un soupir s'extrait de la gorge. Tout ce temps perdu à tergiverser alors qu’il y a tellement à explorer. Les yeux vissés aux possibilités, il agonise de stagner et d’attendre une injonction qui sera de toute façon, inutile de la part des hommes armés.

_________________
It's my own desire. It's my own remorse. Help me to decide. Help me make the most of freedom and of pleasure. Nothing ever lasts forever. Everybody wants to rule the world. There's a room where the light won't find you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4364-renegades-oswald http://www.mercy-in-darkness.org/t4682-ripped-at-every-edge-oswald#194428

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Ven 28 Avr - 8:41

Garder son calme en toutes circonstances, souffler jusqu'à ce que la tension s'apaise, puis redescende totalement, c'était l'une des grandes qualités que l'on associait à l'orphelin. Un visage inexpressif, une paire d'yeux impassibles, un sang bouillant intérieurement qu'il était le seul à pouvoir ressentir, c'était coutume. Une habitude jusqu'à ce que l'arnaqueur ne termine par entrer dans sa vie pour lui offrir un espoir mensonger, pour l'en priver trop rapidement et le dépouiller au passage. Jusqu'à ce qu'il ne décide en plus de délier sa langue provocatrice pour sa seule attention et que l'élan de rébellion ne puisse être d'avantage contenu dans les entrailles de l'indifférence. Le calcul s'évanouit, pour laisser place à la spontanéité. Le semblant de sérénité vola en éclats dans le bayou, sans plus aucune préoccupation pour le décor inhospitalier qui empêchait leur avancée et la problématique enfantée. Le reste du groupe et leur escorte n'existaient déjà plus quand le citadin se leva précipitamment de son tronc avec la colère pour portrait, tout droit dirigé vers Oswald sans oser trop se rapprocher, surveillé de trop près par les miliciens qui freinaient leurs ardeurs. « Je parie qu'il pourrait te cracher au visage bien plus que ça » lança t-il sans hausser le ton, mais d'une attitude agressive. « Si tu pouvais aussi éviter de te la jouer petit branleur en manque d'attention, ou qui a quelque chose à compenser, doublé du comique à deux balles, papi, et laisser cette attitude à ceux qui ont la moitié de ton âge, tu te donnerais un air vachement moins con. Ferme ta grande gueule, Madsen, si tant est que tu en sois capable ». Un adulte dans le corps d'un adolescent en pleine crise de révolte, insolent à souhait, en quête de la réputation du mauvais garçon au caractère de provocateur adulé par les greluches, en recherche constante d'attention, voilà l'image qu'Oswald lui renvoyait et ce n'était pas beau à voir. Exaspérant.

Il se détacha des ombres et se rapprocha à nouveau des civils désignés pour cette expédition de plus en plus ridicule. L'objectif, le peuple choisi pour l'atteindre, la destination, toute cette merde qui les cernait de toutes parts et que personne ne semblait en état de contrer, finalement à peine préparés. Elle était où la caméra cachée ? « Bon, on continue de perdre notre temps où on bouge de là ? Si on pouvait rentrer avant la nuit, je pense que ça arrangerait tout le monde ». La journée était déjà menaçante, il n'avait pas l'envie de se confronter à l'obscurité plus redoutable encore. Et plus vite ils seraient rentrés, plus vite il se détacherait de cette vision répugnante que lui offrait Madsen chaque fois qu'il posait les yeux sur sa vile silhouette. Quant aux autres, ils n'auraient plus à subir cette petite guerre interne qu'ils se livraient avec tant de puérilité. Milan était le premier à reconnaître la stupidité de leurs échanges chaotiques. Et ça ne lui ressemblait pas.

Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1290
↳ Points : 282
↳ Arrivé depuis le : 23/01/2017
↳ Age : 24
↳ Avatar : Tom Hardy
↳ Age du Personnage : 33 ans.
↳ Métier : Souteneur pour la Niflheim, au Little Darlings.
↳ Opinion Politique : Contre le gouvernement, vit de la transgression des règles.
↳ Niveau de Compétences : Niveau général, 2 - Sarcasme, 8
↳ Playlist : Marilyn Manson - Coma Black, A Place In The Dirt, The Fight Song *
Rammstein - Feuer Frei *
Korn - Freak On A Leash, Right Now, Punishment Time, Somebody Someone *
La Canaille, La Colère *
Imagine Dragons, Shot *
↳ Citation : « I am not loved. I am not a beautiful soul. I am not a good-natured, giving person. I am not anybody's savior. »
↳ Multicomptes : Aucun.
↳ Couleur RP : #996633



les petits papiers
↳ Copyright: Avatar : ellaenys / Code Signa : XynPapple
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Sam 29 Avr - 0:40

Les langues se délient, les esprits s'échauffent, mais les cerveaux ne bouillonnent pas. Le groupe multiplie piques et attitudes désagréables, compréhensibles et pourtant si crispantes. La lèvre se mord et se triture tandis que les observe sans mot. La poche remplie de mauvaises plaisanteries qui dérident, je demeure pourtant muet – piqué au vif par la perte de temps, par les médisances qui fourmillent et le chemin s'éternise sous nos yeux. Oui, cette équipe est mauvaise, inutile que je m'y attarde plus encore ou que je pleurniche sur l'obstacle qui nous barre la route. Les prunelles courent autour de nous, sans parvenir à se focaliser pourtant sur quoique ce soit, et mon regard déambule sans but au milieu de la nature.
La proposition de Moriah m'arrache une grimace – les brûler ? Je secoue la tête sans mot, sans m'exprimer pour autant, malgré un désaccord brusque. Bien sûr, Violet la rejoint – cette idée est mauvaise, tellement mauvaise qu'elle triture mes nerfs et m'arrache un grognement, à défaut de parler avec de vrais mots. Évidemment, qu'il faut se ruer dans le bayou – qu'il est facile de se jeter dans la gueule du loup lorsque l'on sait qu'il ne nous regardera même pas, me dis-je en serrant la veste sur ma chemise. Non, j'aurais eu tout autant d'entrain sans le morceau de tissu protecteur. Lorsque l'ergothérapeute demande un candidat au suicide, j'ai les mirettes qui s'affolent en direction du faux petit leader – diable, j'en ai un ! Mais la plaisanterie serait trop acide, trop inutile, et je ne partage le sourire moqueur qui étire mes lèvres qu'avec moi-même.

Madsen ne fait pas dans la dentelle et, irrité, je m'éloigne du groupe, laisse choir ce pauvre bâton que je tiens en mes doigts à bout de bras, le laisse traîner parmi les plus hautes herbes. Pourtant, je suis d'accord avec lui – inutile de s'abîmer les mains et d'égrainer les minutes là-dessus. Mi-agacé, mi-amusé, je ris avec amertume aux derniers mots qu'il prononce.
Le corps se tend tout entier lorsque le gamin se redresse – ah non, pas de ça, pitié. Lorsqu'il termine sa tirade, certainement justifiée pourtant, je roule ostensiblement des yeux. « S'il faut des querelles de bonne femme, je crois qu'on a déjà deux candidates, » dis-je en désignant les deux femmes du groupe, et reprends : « Inutile de s'y mettre, messieurs... » La voix est lasse, suivie d'un soupir. Pourtant, je les abandonne aussitôt et me glisse vers Moriah, attrape sans ménagement le poignet de Violet au passage et leur souffle à voix basse : « Si j'y passe, essayez de récupérer la chemise que je porte, l'une ou l'autre – elle vous protégera des morts qui rôdent dans le coin. » Si je meurs empalé sur un truc, ou que sais-je. Ç'aurait été cruel d'en choisir une, il fallait le dire aux deux. Les pauvres ont déjà bien du mal à imaginer devoir affronter les environs... Je fais la moue et pose une main sur l'épaule de chacune. « Haut les cœurs, partons fiers à l'abattoir !  » Je me tourne vers le reste du groupe et hausse le ton. « Bon, on fait l'tour ? On y sera plus vite qu'en foutant le feu à tout ce bazar, et on sera toujours plus discrets...  » Ma glorieuse arme de fortune rejoint le sol et je fais quelques pas en avant, fouille le chemin du regard.

_________________
LOVE IS EVIL
SIN IS SINCERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4257-joseph-townsend http://www.mercy-in-darkness.org/t4636-punishment-time

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 449
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 18
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Sam 29 Avr - 22:39



Rock in the road
Raid à Jean Lafitte


Tu les observes. Le peu de bonté dont tu as tenté de faire preuve à l’égard d’une des jeunes femmes t’est renvoyé en pleine tête, comme une chaussette sale finit sa vie dans la corbeille à linge. Tu lèves les yeux au ciel tandis qu’un soupir lourd s’échappe de tes lèvres : t’aimerais retrouver le calme de ton appartement, t’occuper de ton clébard, ou de cette enfant que tu as recueilli alors qu’elle se trouvait dans le besoin. Tu fermes les yeux un instant et te pinces l’arrête du nez. Les pensées s’emmêlent, les idées s’enchaînent. Ils te tapent sur le système. Tes poumons se remplissent de l’air qui caresse vos silhouettes avant de l’expirer une nouvelle fois. Les nerfs en pelote, tu enfonces tes mains dans les poches de ton pantalon, et les écoutes piailler comme des gosses en manque d’attention. Ces échanges sont parasités par l’immaturité et vos différences. Tu te mures dans le silence afin d’analyser toutes les alternatives à cette situation semblant impossibles. La première solution, celle qui s’est faufilé le plus rapidement à votre esprit, aurait été d’escalader cette haie impénétrable ou de la brûler, ou bien la seconde, la plus plausible, au vue de votre équipement et de la qualité de votre groupe, passer par le bayou. Tes pupilles vacillent sur le maigre paysage à la recherche d’une autre option, mais celle-ci semble bien être la seule.

La paume de tes mains coincées dans les poches de ton jean, ton regard se pose sur les miliciens qui entourent ce comité disparate d’individus. Ils semblent absents, attendant vos réactions comme si elles pouvaient leur dévoiler la vérité absolue. Comme si vos faits et gestes pouvaient constituer des schèmes desquelles ils pourraient se servir. Tu fronces les sourcils. Ne pas réfléchir à eux. Se focaliser sur l’essentiel. Tu t’approches de la rive. Pieds près du bord, tu te penches en avant et tournes la tête de chaque côté, à la recherche d’un passage. La boue habille le bout de tes chaussures, signe d’une pluie récente, et donc d’un point d’eau plus élevé pour chacun d’entre vous. L’eau, bien loin d’être claire comme de l’eau de source, devrait s’arrêter à mi-cuisses, pour les plus grands d’entre vous. Pour vérifier tes dires, tu attrapes une branche sur le sol et la plonges dans l’étendue humide. Tu la ressors et constates la distance. Bâton à côté de toi, ton estimation est certaine. « On devrait continuer par là. L’eau à mi-cuisse ne devrait pas être un problème pour quiconque. À moins que quelqu’un est une autre option ? » Tu lâches, sans prendre gare aux derniers échanges et dernières piques lancées. Tu arques un sourcil. Alors ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Sam 29 Avr - 23:51


« Do ya' feel lucky, punk ? »

Raid à Jean Lafitte
featuring

Regard dirigé vers l'autre femme, la sensation d'être seules à être saines d'esprit, alors que les tensions font foison dans leur groupe. Ils ne sont pas compatibles, de tempérament, d'opinion, de comportement, personnalités se frottant les unes aux autres et laissant la sensation d'une irritation montante et de plus en plus brutale. Ça va mal finir, ils vont mal finir. Ignorer (essayer d'ignorer) Madsen et le benjamin de leur groupe qui se mordent à la gueule, sentir la sueur froide se glisser dans son dos à l'idée de devoir avancer. Avancer, dans le bayou. Regard paniqué, machinalement lancé vers l'autre femme. Le bayou. Là où l'eau croupit et où l'air suinte, où le danger les cernera sans qu'ils puissent le voir venir, où les moustiques vrombiront dans l'air et transporteront leurs maladies, la boue, la vase, les sangsues, le chaos et l'absence de toute règle tangible. Un monde liquide, un monde qui la révulse, qui va la salir, la souiller, s'insinuer jusqu'à sa peau, la recouvrir, l'étouffer. L'idée est oppressante, est terrifiante. Son souffle qui se bloque dans sa poitrine. La voix de son Chevalier autour d'elle, brusque, basse. Elle la ramène à elle et à ce qui se passe autour d'eux, à ses dires. La main de son protecteur sur son épaule. Et ses sourcils à elle qui se froncent, butés, contrariés. Comme si elle allait faire ça. Comme si elle allait le laisser mourir, après tout ce temps passé à la protéger ce jour là, toutes ses blessures subies par sa faute. Hors de question. "Ou alors, on envoie notre escorte en éclaireurs, qu'ils servent à plus que nous empêcher de prendre la fuite..." Juste un murmure. Elle ne le pense pas moins. Leurs miliciens sont des plantes vertes, et ils l'irritent, comme la situation, comme la sueur sur sa peau couverte. Besoin de rentrer chez elle. En sécurité, au propre.

Il faut avancer, à la place. Les bottes, qui s'enfoncent dans le sol humide, le bruit visqueux des pas, l'odeur humide. Avancer, jusqu'à atteindre une première étendue d'eau. De nouveau l'odeur, qui prend à la gorge, et la couleur... l'eau est sale. Il veut qu'ils s'enfoncent là-dedans, le chef auto-désigné de leur groupe ? Elle veut hurler, elle veut pleurer, fuir. Pas avancer. L'eau ne leur arrivera pas à mi-cuisses, à elles, aux femmes, ils ne savent pas non plus ce qu'elle recèle. Reptiles, sangsues, cadavres. Morts ou animés, les attendant sous la surface. Un pas en arrière, le corps entier qui se ferme en un refus de la situation. "Contourner ? Chercher un tronc ou un guet à traverser ? Tout le monde n'aura pas de l'eau à mi-cuisses, et personne ne sait ce qui nous attend là-dedans. Je ne sais pas pour vous, mais je ne tiens pas à irriter des serpents d'eau." Ou juste s'enfoncer dans cette eau qui va la contaminer, même si elle pressent qu'il n'y aura pas d'autres choix. Elle veut hurler. Rentrer. Qu'est-ce qu'ils ont fait pour mériter ça ?

Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 867
↳ Points : 287
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Dim 30 Avr - 18:10


« There will always be rocks in the road ahead of us. They will be stumbling blocks or stepping stones; it all depends on how you use them. »



TROISIEME TOUR



On leur avait dit que ce ne serait pas évident, mais ils ne pensaient pas que ce serait aussi ardu. L’équipe de bras cassés qu’on leur a collé sur le dos n’arrange rien et ne font que les ralentir. Il sent sa patience qui fout le camp face à ces imprévus qui se collent devant leur nez. Les nerfs de plus en plus effrités à mesure que l’expédition avance, il doit se faire violence pour se contenir lorsque l’une des jeunes femmes amenées fait subitement une crise de panique. La blonde tremble violemment, le souffle coupé, en proie à un terrible vertige. L’un des miliciens la rattrape de justesse avant qu’elle n’ait le temps de s’effondrer, lui renverse une partie de sa gourde d’eau sur la tête pour l’empêcher de tomber dans les pommes. « - Restez avec elle et ramenez-la dès que possible à la Nouvelle-Orléans avec l'une des voitures. » Il aboie presque l’injonction. Elle ne sera plus d’aucune utilité pour personne, les ordres étaient clairs, les inutiles retournent derrière les murs. Réduction forcée d’effectif qui fait serrer les dents au soldat, agite sa colère. La troupe n’attend pas, se remet en marche aussitôt sous l’impulsion de l’homme.

Une part de lui pensait que ce serait plus facile, marcher tout droit, faire le tour de ces ruines et rentrer. Au lieu de ça, il patauge dans la flotte, peine à avancer. Mais contourner l’étendue boueuse serait une perte de temps et il n’a plus l’envie, ni le luxe de perdre une minute de plus. Et les bavardages dans son dos n’arrangent rien à son état de nerfs. Il serre les dents et agrippe son arme en renfort, hésite entre se retourner et tirer dans le tas pour ne plus avoir à entendre les jérémiades et idées stupides pour leur faire perdre plus de temps. Ou se tenir encore un peu. A défaut il lève la main, impérieux pour intimer le silence.
« - Vous n’avez pas à donner les ordres ici. Contourner nous fera perdre un temps précieux. Si d’avoir de la flotte plus haut qu’au-dessus du genou peut permettre à certains de se la fermer, alors on continue. » Il dégueule ses ordres, accable chacun des participants de ce joyeux bordel d’un regard noir et fait signe à ses collègues de se remettre en route à sa suite.

L’avancée est pénible, un pas après l’autre. Lutter du pied pour le sortir de la vase et le poser devant l’autre, le sentir s’enfoncer à nouveau. Ça grouille contre les jambes, des horreurs qu’il préfère ignorer, lui qui reste stoïque et continue de tracer sa route. Il est pourtant difficile de les ignorer, ces choses qui traînent sous la surface et qui attaquent. Grignotent les vêtements avec frénésie jusqu’à atteindre la peau et la mordiller. Sangsues affamées. La surface verdâtre infâme sur laquelle viennent exploser des bulles de sang. Malgré lui, le milicien presse le pas. Difficilement, mais plus vite ils sortiront de là, mieux ce sera. Alors qu’il aperçoit enfin la berge, à quelques mètres droit devant, une sueur froide lui glisse dans les yeux et le fait pester. Crachat de haine recouvert par la voix d’une des femmes du groupe. Il ne sait pas laquelle c’est, il s’en fout mais se retourne quand même pour se rendre compte qu’elle est embourbée loin derrière le groupe.
« - Sortez-la de ce merdier. » L’ordre s’adresse à deux soldats fermant la marche. Il en a mal à la langue de dire ça, mais sous son commandement, personne n’y reste. Faire demi-tour dans la vase est un exercice affreux, l’effort les brise tous, au même titre que les bestioles qui ne font que revenir à la charge.

Alors que tout le groupe se remet en route péniblement pour essayer d’atteindre la berge au plus vite, des grognements emplissent l’air. La surface de l’eau se froisse et lentement, des silhouettes émergent. Décharnées, aussi puantes que la flotte. Une horde de zombies encercle la troupe.



Informations pratiques



↠ Le nombre de mots maximum est de 500 par post. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé. Merci en revanche de ne pas dépasser ce nombre.
Chacun d’entre vous devra lancer les dés une fois dans ce sujet. Vous obtiendrez un chiffre qui, additionné à ceux des autres, déterminera ce qui arrivera à votre groupe au prochain tour.
Pour les créatures surnaturelles, vous gardez vos pouvoirs. Néanmoins, n'oubliez pas que vous êtes entourés de miliciens. De plus une brèche ouverte non loin de là altère considérablement vos dons. N'oubliez pas de le prendre en compte.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici moins d'une semaine (le samedi 06/05 inclus) au moins une fois (plus si vous le pouvez), sinon votre personnage sera automatiquement éliminé. Le nombre de posts est illimité jusqu'à la date échéante, sans avoir besoin d'attendre que les autres participants aient tous posté avant vous
Violet a été éliminée de l'event, suite à une crise de panique. La femme prisonnière de la vase est donc Moriah.
↠ A l'issue de ce tour, le participant le moins actif sera éliminé.
↠ Pour éviter d'avoir à réécrire tout ou partie de votre rp parce qu'un autre participant aura posté juste quand vous vous apprêtiez à le faire, n'hésitez pas à prévenir dans ce sujet que vous êtes en train de rédiger votre rp, si vous êtes certain de poster dans les 2 heures
↠ Merci de mettre un petit résumé de votre post en spoiler à la fin de votre message s'il vous plait  


Raid à Jean Lafitte - participants


- Carter B. Hunters
- Joseph Townsend
- Milan Cohen
- Moriah N. Teke
- Oswald E. Madsen
- Violet C. Forester


Lancer de dés - Explications


Le lancer de dés vous fera obtenir un chiffre entre 1 et 6. Vous êtes 5 donc le nombre maximum que vous pourrez obtenir ensemble sera de 30. La moitié sera donc de 15. Une fois que tout le monde aura obtenu un chiffre, ces derniers seront additionnés. Attention, le résultat ne servira que pour le prochain tour. Vous avez jusqu'au 06/05 inclus pour lancer chacun le dé dans le sujet ici.

Le nombre total obtenu est inférieur à la moitié ou égal à celle-ci (⩽ 15), voici ce qui se passera : Vous réussissez à atteindre la route goudronnée. Le premier bâtiment dans lequel vous entrez semble avoir été exploité il y a peu.
Le nombre total obtenu est supérieur à la moitié (>15), voici ce qui se passera : Vous parvenez tous à sortir du bayou et tombez sur des pièges dangereux, construits par des hommes.  




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5553
↳ Points : 9008
↳ Arrivé depuis le : 28/11/2013
↳ Age : 28
↳ Avatar : Matthew McConaughey
↳ Age du Personnage : 42 ans
↳ Métier : Escroc, actuellement détective privé et pilleur de tombes, revendeur de sang humain pour la Falci'
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement pour des raisons qui lui sont propres.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 -1 en annihilation de la magie et 2 en cicatrisation
↳ Playlist : X Ambassadors - Renegades / Alt-J - Tessellate / The Neighbourhood - Sweater Weather / Daughter - No Care / The Kooks - Bad Habit ...
↳ Citation : " I represent to you all the sins you have never had the courage to commit. "
↳ Multicomptes : Aloy I. Mizrahi
↳ Couleur RP : #FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Lun 1 Mai - 2:08

Les carcasses se dispersent, les esprits se heurtent. Un beau chaos comme le danois les aime. De provocations en réactions, il savoure un peu de cette énergie négative qui circule librement. Tous plongés dans la même confusion, tous si désespérément attachés à leur précieuse insécurité. Oswald ne cherche pas à les comprendre, ni à les apprécier. Il n’est pas là pour ça. Les propos du blondinet rebondissent ainsi sur lui sans provoquer le moindre fracas. Seul l’amusement perce. Tellement facile de le sortir de ses gonds, ce jeune nerveux dont la répartie ne manque pas de saveur. Un sourire narquois et insolent se hisse sur la bouche du prétendu offensé. Comme si le jugement de cet homme l’intéressait. Néanmoins, de son discours acide, il ne retient qu’un seul élément. Sûrement quelqu’un qui a fait les frais de sa conduite irrespectueuse antérieure. Un revanchard à voir sa verve. Pas le premier, pas le dernier. « C’est que je l’ai vexé le gamin. Tu vas finir à deux de tension à ce train-là. » Sa réplique ne sert aucun objectif, seulement celui de combler le vide. Le temps qu’une décision soit prise. Il s’en moque bien du môme et de ses ordres. Le commentaire de Joseph s’insère dans ce non-sens, passe au-dessus de sa tête comme tout le reste. Tout ce qu’il sait, c’est qu’enfin, ils se mettent en route. Et que le petit soldat s’avère une fois de plus, pragmatique. Une qualité qu’il estime. On ne peut pas en dire autant des miliciens hagards.

L’anxiété de Moriah se propage très rapidement et la jolie blonde succombe à sa panique. Une crise qui laisse l’indifférent, perplexe. Il se contente de suivre la troupe et d’enhardir sa vigilance quand la vase ainsi que la faune locale, s’empressent de rendre leur progression hasardeuse. Pour ajouter au charme de cette ascension et des obligations beuglées par le chef de l’expédition, la fatalité. Un regard en arrière, il s’immobilise immédiatement et fixe ses prunelles sur la brune piégée. L’autorité se déploie pour la préserver. Et pourtant, il demeure figé. Même quand les râles lui confirment ce qu’il a craint depuis le début. Son regard passe des silhouettes décharnées à la captive. Un juron lui échappe alors que son pied se décolle et qu’il s’oriente en chemin inverse pour porter assistance à la trentenaire. Peut-être que la proximité des morts-vivants lui ramène un sale souvenir. De ceux qu’on ne veut jamais revivre. Difficile de la rejoindre, il doit lutter contre le bourbier tout en s’assurant qu’aucun macchabée ne vienne troubler son avancée, s’acharnant à ne pas crier pour ne pas attirer l’attention. Mais si les sangsues continuent à grignoter les chevilles, l’hémoglobine sombre qui accompagne les blessures, risquerait d’éveiller des soupçons. Il se jure de faire payer cette dette, un jour prochain, à celle qui a initié cet acte – qui sans être héroïque, est pourtant purement émotionnel. Et donc irrationnel. A quelques enjambées d'elle, il regrette de ne rien avoir sous la main et de ne pas oser hurler pour en réclamer.

Spoiler:
 

_________________
It's my own desire. It's my own remorse. Help me to decide. Help me make the most of freedom and of pleasure. Nothing ever lasts forever. Everybody wants to rule the world. There's a room where the light won't find you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4364-renegades-oswald http://www.mercy-in-darkness.org/t4682-ripped-at-every-edge-oswald#194428

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Lun 1 Mai - 9:22

Plus de temps pour les conneries, il fallait avancer, poussés aux fesses par les soldats qui commençaient à se lasser, mettaient un terme à cet échange houleux à deux doigts de métamorphoser le jeune voleur en une boule de nerfs qu'il n'était pourtant pas. Sans plus d'attention pour l'arnaqueur, Milan emboîta le pas pressé de la milice, sans la blondinette soudainement rapatriée. Alors il suffisait d'un peu d'élan de faiblesse pour se faire gentiment dégager de cet enfer ? Un instant, il hésita presque à simuler le malaise ou la torsion d'une cheville pour retrouver le confort relatif de son ridicule studio et s'épargner la vision d'Oswald, puis se rappela qu'il était un homme avec une artillerie bien en place. Madsen n'avait qu'à aller se faire voir.

La bayou était une torture pour les corps qu'il dépouillait de toutes leurs forces, plus encore pour ceux des femmes et des plus maigrichons. Lever un pied enlisé, pour le glisser à nouveau dans une vase qui collait tellement aux godasses qu'elle rendait l'avancée presque stagnante. Les efforts fournis étaient considérables pour se démener avec cette nature beaucoup trop sauvage. Le piège se referma sur la brunette qui devint la demoiselle en détresse à secourir pendant que lui ne se préoccupait plus que de ces sangsues qui menaçaient de dévoiler sa nature chèrement dissimulée. L'angoisse lui fila la boule au ventre, un sentiment de déjà vu beaucoup trop récent qui s'intensifia lorsque les cadavres laissèrent leurs grognements les atteindre. Les zombies les cernaient de leurs silhouettes décharnées, cheminaient péniblement jusqu'à eux, rampaient, bataillaient, prêts à combler coûte que coûte la distance qui les séparait de leurs proies. Ils étaient servis sur un plateau d'argent. Merde. Pas d'arme. Pas d'issu de secours. Impossible de courir pour sa vie dans ce satané bourbier. Et aucunement ravi de tous les avoir connus.

Le citadin tenta de se rapprocher des soldats, de se mettre sous le couvert de l'armement trimbalé. Chuta lentement dans l'amas vaseux pour s'en retrouver repeint de la tête aux pieds. Il se releva péniblement en pestant de manière inaudible, puis le souvenir de sa virée avec Saskia lui revint en mémoire lorsqu'il posa son regard sur ses membres dégueulasses. L'avis changea, le porta au plus près d'un mort-vivant allongé dans la boue, coincé comme une mouche dans une toile d'araignée. Les autres macchabées continuaient d'avancer, Milan ne leur accorda qu'un bref coup d'oeil, souffla d'écoeurement avant de plonger ses mains dans les entrailles déjà à découvert. Après un remerciement silencieux pour la sauvage qui lui avait légué cette astuce répugnante, il se revêtit du sang et des chairs fétides du zombie, déguisa ainsi son odeur traquée avec tant d'appétence par les rôdeurs. Ca avait marché une première fois dans les égouts, ça devrait encore fonctionner. « Opération camouflage les gars ! » lança t-il au groupe un peu plus loin. Puis, lentement, il s'éloigna du corps en décomposition à qui il avait dérobé les boyaux, son portrait et son odeur ressemblant presque trait pour trait à la pourriture en marche qui désirait les becter.

Spoiler:
 


Dernière édition par Milan Cohen le Mar 2 Mai - 22:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1290
↳ Points : 282
↳ Arrivé depuis le : 23/01/2017
↳ Age : 24
↳ Avatar : Tom Hardy
↳ Age du Personnage : 33 ans.
↳ Métier : Souteneur pour la Niflheim, au Little Darlings.
↳ Opinion Politique : Contre le gouvernement, vit de la transgression des règles.
↳ Niveau de Compétences : Niveau général, 2 - Sarcasme, 8
↳ Playlist : Marilyn Manson - Coma Black, A Place In The Dirt, The Fight Song *
Rammstein - Feuer Frei *
Korn - Freak On A Leash, Right Now, Punishment Time, Somebody Someone *
La Canaille, La Colère *
Imagine Dragons, Shot *
↳ Citation : « I am not loved. I am not a beautiful soul. I am not a good-natured, giving person. I am not anybody's savior. »
↳ Multicomptes : Aucun.
↳ Couleur RP : #996633



les petits papiers
↳ Copyright: Avatar : ellaenys / Code Signa : XynPapple
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Lun 1 Mai - 16:10

Un regard est lancé à Violet lorsque son corps se refuse à poursuivre – rien de grave, me convaincs-je. Peut-être même est-ce un bien. Mais le temps n'est pas au chagrin ni à la pitié. Les pieds déjà embourbés dans l'eau qui n'y ressemble plus, dense et visqueuse, l'esprit s'échappe et les paupières se referment. Elles protègent les mirettes de ce qu'il ne faut pas voir – mais une fois la vue amoindrie, les sens restants s'éveillent douloureusement et les sensations se décuplent. Les morsures me semblent être un millier de minuscules mâchoires acérées, se refermant sur ma peau déjà à nue – le tissu protecteur n'est plus et la chair est offerte aux bestioles qui grouillent là-dessous. Je déglutis posément, m'efforce de garder une respiration propre et mesurée, mais le dégoût grandit dans mes entrailles à chaque pas supplémentaire. Clos avec force, le rideau de chair se relève finalement et deux mirettes avides d'en savoir plus courent sur l'eau verdâtre, souillée de traînées écarlates. La volonté électrise tout mon corps et je presse le pas avec difficulté, m'arrache finalement à l'eau stagnante et enfonce mes semelles dans la vase épaisse. Les mains courent sur mes cuisses, arrachent les sangsues déjà gorgées de sang de mes tibias.

Et j'entends. Tourne le visage en arrière, si vite qu'un nerf se tend douloureusement – son épaisse tignasse brune, les traits de son visage tordus par le dégoût, la peur, l'inquiétude, que sais-je encore. Les mirettes volent jusqu'à Madsen qui fait demi-tour et s'approche d'elle, étonnante figure salvatrice s'il en est. S'attardent une seconde sur la traînée sombre qui le poursuit, loin du cramoisi, plus noire encore que pourpre. À peine ai-je le temps de plisser le nez de dégoût que mon esprit finalement est stimulé et mes sens s'alarment. Tout près, ils sont là, ils rôdent. Les morts, ceux que nous redoutions.
Le petit jeune glisse dans la boue et, spontanément muet, j'entrouvre les lèvres silencieusement – un peu surpris, un peu dégoûté, prêt à lui parler le langage des sourds s'il croisait mon regard. Mais il se débrouille et je me redresse lentement, grimace lorsque la peau abîmée de mes jambes se tend et que la douleur s'éveille. L'inquiétude se fait timide – la chemise me protège, elle n'a pas trempé dans l'eau, elle est neuve. Mais la confiance est tout aussi ténue. Le vêtement va peut-être me lâcher, s'épuiser sous mes yeux impuissants et m'envoyer au casse-pipe. La sueur glacée coule le long de ma colonne vertébrale, mais ai-je du temps à perdre ?

Du coin de l’œil je distingue le gamin s'habiller de tripes pourries et esquisse un sourire. Les conseils de Saskia me reviennent en mémoire et je me demande d'où il tient les siens. Longtemps immobile alors que les corps décharnés s'approchent, je m'écarte finalement d'eux et cherche à ne pas être dans leur champ de vision directe. Penché en avant, je m'empare avec lenteur d'une pierre conséquente, réunis toute la force dont je suis doté et l'envoie au loin – il faut qu'elle fasse du bruit, qu'elle rebondisse, qu'elle ne soit que la première d'une longue salve pour les divertir. Si seulement une poignée de morts était détournée des coéquipiers, me dis-je avec espoir, tout est bon à prendre.


Spoiler:
 

_________________
LOVE IS EVIL
SIN IS SINCERE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4257-joseph-townsend http://www.mercy-in-darkness.org/t4636-punishment-time

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Lun 1 Mai - 17:46


« Do ya' feel lucky, punk ? »

 
Raid à Jean Lafitte
featuring

Avancer. L'autre femme, si blonde et douce de visage, se prend à paniquer, et elle l'envie de sa terreur en la voyant emportée, loin de la crasse et du danger, vers la sécurité. Le chef des soldats commence à prendre le contrôle de leur groupe, trop tard, probablement. Ils ont déjà appris à fonctionner sans lui. Il refuse de contourner, et la première étincelle de terreur se glisse en elle, qui s'emplit tandis qu'il faut avancer dans la vase. La vase jusqu'aux hanches, les sangsues qui s'infiltrent dans le tissu qui la couvre et laissent des ovales nécrosés derrière elles quand elles ont fini de se gorger de sang, l'effort impossible pour avancer. Les hommes s'éloignent, lentement mais sûrement. Elle stagne, panique, mains s'enfermant autour de son corps pendant qu'elle avance -tente. Sans succès. Humidité qui s'infiltre à travers les étoffes, les maigres centimètres qu'elle grignotait se réduisant, jusqu'à faire du sur place. Son cœur bat trop fort, ses yeux brûlent, son souffle râle. Elle a la terreur qui danse au coin des yeux et la révulsion qui palpite dans sa gorge. Impossible d'avancer plus avant, impossible de reculer même, quand elle aurait préféré être abattue que rester piégée ici.

Et. Les miliciens qui reviennent vers elle, Oswald qui se dirige lui aussi vers elle, le plus jeune qui tombe et s'enfonce sous la vase, des râles qui gonflent dans l'air. Des cadavres animés, qui les encerclent. Elle vacille, pâlit. La voix de leur benjamin arrive comme de loin, regard enregistrant son apparence, peau se faisant plus cendreuse encore. Non. Pas ça. Elle est déjà assez sale comme ça. Pas de rôdeur assez près pour lui donner ses entrailles de toutes façons, sa main gantée se glissant sous ses vêtements pour arracher une sangsue à sa peau à la place, cuir s'y enfonçant et tentant de crever sa peau gluante, spongieuse, sans réel succès. Tant pis. Elle la lance quand même, aussi loin qu'elle le peut, une autre encore, avant de tourner la tête vers l'une de leurs escortes. C'est dur. De rester calme, de ne pas juste céder à la rage et à la terreur et se perdre dans le besoin de détruire, de les détruire. La vase aide, paradoxalement Froide et gluante et sale contre elle, une prison sans issue.

"T'as un couteau ? Un truc utile, à part ta gueule et ton uniforme ? Ces saloperies sont pleines de sang, si on les crève et qu'on leur balance, ça les distraira peut-être."
Mots courts, hachés, vulgaires, agressifs. Elle panique, s'irrite, pupilles dilatées et blanc des yeux trop visible, l'air d'un animal aux abois alors qu'elle continue d'essayer de reculer dans sa prison de vase et ne fait que s'enliser davantage. "Ils ont intérêt à nous payer des cercueils en or massif, parce que j'pense pas qu'ils aient grand chose à mettre dedans. Ou au moins nous coller une balle en platine dans le crane quand on viendra les bouffer."

Résumé:
 
   

   
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 449
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 18
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Mar 2 Mai - 22:10



Rock in the road
Raid à Jean Lafitte


Il faut continuer. Vous n’avez pas d’autres choix. Refuser de faire un pas de plus, serait risquer de se prendre une balle entre les deux yeux pour motiver le reste du groupe, les motiver à obéir s’ils tiennent un minimum à leurs vies. Pourtant, perdre un membre de groupe imparfait à tout point de vue ne semble atteindre personne. Personne ne montre la moindre émotion lorsque la petite blonde se fait embarquer. Il n’y a pas de temps pour ça, visiblement. Chacun songe à sa survie, au moyen d’avancer dans cette mare qui emprisonne les membres, ses sangsues qui creusent la chair, à travers les vêtements que t’imagines lambeaux à présent, pour atteindre ce liquide carmin dont vous avez tant besoin. Tu serres les dents et lâches un grognement alors que leurs dents s’enfoncent toujours plus profondément dans ton épiderme. L’eau pèse sur le tissu, le rend lourd, agace tes nerfs déjà à vif. L’effort est difficile. Le plus petit pas demande une force colossale. Malgré ta carrure, tu sais que tu ne pourras pas continuer très longtemps : la fatigue pèsera sur les autres comme elle pèsera sur toi. Tu tentes de te soulager en arrachant les bêtes qui laissent leurs traces sur tes mollets, tes cuisses. Tu pousses un soupir et en profites pour jeter un coup d’œil aux alentours. Tu aurais préféré t’abstenir. Tu aurais préféré, oui.

La brune est pétrifiée, bloquée. Les muscles de ta mâchoire se contractent. Tu es trop loin devant pour faire demi-tour, alors tu regardes les miliciens fermant la marche s’en approcher. Gardes la tête froide. Il est inutile de tous lui venir en aide, et ceux qu’importe les émotions passant sur son visage en sueur. Ton attention est attirée par autre chose. Danger. Danger, c’est ce que te crie ton instinct. Un regard vers les autres. Eux aussi, le sentent. Un son. Une brindille qui craque. Une feuille morte que l’on émiette. Ils sont là. Les cadavres animés. La scène se déroule sous tes yeux. Tu en oublierais presque la vase, le sang de tes jambes qui se déversent dans l’eau. Tu déglutis difficilement. La vision du plus jeune t’écœure. La vue de l’autre barbu te donne un maigre espoir. Tu ne parviens pas à détacher tes pupilles du spectacle morbide. Tu déglutis encore. Bordel. La berge est trop loin pour rejoindre le plus vieux, les autres trop en retrait pour leur venir en aide, le groupe de morts-vivants bien trop proche pour que tu puisses les contourner. Et merde. Plus qu’une seule solution : imiter le blondinet.

Le bout de tes doigts creusent les viscères de ce cadavre qui ne sera jamais en paix, même dans le trépas, pour en extraire la visqueuse substance, susceptible de te sauver la peau. Tu en recouvres ton visage avec une moue de dégoût. L’odeur est pestilentielle. Ça donnerait la gerbe à n’importe quel être humain normalement constitué et comment cette idée a pu germer dans son esprit, tu ne tiens pas à le savoir. Mais, instinct de survie ou que sais-je, tu t’extirpes de cette rivière infâme avec le souhait de ne pas finir en casse-croûte pour zombies.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5553
↳ Points : 9008
↳ Arrivé depuis le : 28/11/2013
↳ Age : 28
↳ Avatar : Matthew McConaughey
↳ Age du Personnage : 42 ans
↳ Métier : Escroc, actuellement détective privé et pilleur de tombes, revendeur de sang humain pour la Falci'
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement pour des raisons qui lui sont propres.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 -1 en annihilation de la magie et 2 en cicatrisation
↳ Playlist : X Ambassadors - Renegades / Alt-J - Tessellate / The Neighbourhood - Sweater Weather / Daughter - No Care / The Kooks - Bad Habit ...
↳ Citation : " I represent to you all the sins you have never had the courage to commit. "
↳ Multicomptes : Aloy I. Mizrahi
↳ Couleur RP : #FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Sam 6 Mai - 13:04

Les ombres filent autour de lui. A chaque pas, son instinct lui dit de saisir l’opportunité pour s’éloigner de tout ce bazar. Partir en solitaire dans son coin. Et puis quoi ? Vivre en paria par-delà le mur ? Pas son objectif. Il n’aurait eu qu’à se faire exiler avant cette expédition. De toute manière, le regard rivé sur la brune, il ne se sent pas capable de tourner les talons et de l’abandonner à ce sort peu enviable. Des dettes qu’il doit à des fantômes, sans nul doute. Ou une amitié étrange qu’il ne s’avoue pas. Peu importe. En éjectant toujours plus la boue qui s’agglutine aux jambes, il progresse, atteint le trio. Sans réellement considérer la présence des autorités, il se penche prudemment vers la captive. Avant de procéder à son extraction, il murmure rapidement et sèchement. « Tu te la fermes et tu me laisses faire. » avant qu’elle ne commente son acte et lui donne ainsi l’irrépressible envie de se barrer. Les avant-bras passent sous les aisselles de la piégée. Pas bien lourde mais bien embourbée. Tout en ignorant les douleurs provoquées par les sangsues et les possibles injonctions des deux miliciens, l’escroc la tire, modifie sa prise au fur et à mesure pour mieux la sortir du bourbier. Il finit par la soulever et la porter pour l’éloigner de sa prison de terre. Avec prudence, il la repose au sol quelques mètres plus loin, tout en maintenant sa prise autour de ses épaules - sans savoir si elle risque ou non, à nouveau de s’enfoncer.

Le regard du danois balaie la situation rapidement. Joseph jetant des cailloux sur les zombies. Le blondinet et le pragmatique barbouillés de sang de macchabées. Oswald ne craint pas la morsure, il est déjà infecté de toute manière. Ses quelques expériences au Bones lui ont octroyé la certitude de ne plus pouvoir en crever. Néanmoins, l’idée de se faire dévorer totalement ne lui plait pas particulièrement. Puis, il y a Moriah. Un grognement lui échappe alors qu’il avise les deux soldats et la progression inquiétante des morts-vivants. « Pas le temps pour ton plan avec les sangsues. » Il relâche l’infirmière pour faire un bond en avant. «  Et pas le temps pour les pirouettes. » Son poing s’abat sur le premier militaire à sa portée. De force, il lui arrache son arme à la suite et le pointe sur le zombie le plus proche. Mais le bruit risque de tous les précipiter sur eux. La tentative de diversion du damné risquerait de ne servir à rien. Il baisse le canon, ça devrait être leur dernier recours. En attendant, il peut cogner ces saletés avec la crosse de l’arme. Mieux que rien. « Faut qu’on traverse tout ce bordel, tu devrais imiter les deux guignols là-bas. » Il n’a plus qu’à espérer que les miliciens ne survivent pas. Et qu’ils n’aient pas le temps de le flinguer ou de l’arrêter, trop submergés par la menace principale.

Spoiler:
 

_________________
It's my own desire. It's my own remorse. Help me to decide. Help me make the most of freedom and of pleasure. Nothing ever lasts forever. Everybody wants to rule the world. There's a room where the light won't find you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4364-renegades-oswald http://www.mercy-in-darkness.org/t4682-ripped-at-every-edge-oswald#194428

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 867
↳ Points : 287
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Dim 7 Mai - 20:09


« There will always be rocks in the road ahead of us. They will be stumbling blocks or stepping stones; it all depends on how you use them. »



QUATRIEME TOUR




Entre un guignol qui balance des cailloux et une autre qui s’improvise lanceuse de sangsues à la face des zombies, il ne sait plus vraiment ce qu’il fout là. Tous sortis de la vase et en train de se barbouiller la gueule de morceaux de zombies, non sans avoir eu l’idée de cogner l’un des siens, le militaire serre les dents. Aide le soldat sonné à s’extirper de la fange et se résigne à suivre l’instinct de mômes des autres. Récupérer les viscères d’un zombie à moitié enseveli dans la boue pour s’en tartiner son uniforme et celle des deux soldats qui lui collent aux basques. Tirer dans les cadavres ambulants ne servirait qu'à en faire rappliquer un nombre encore plus important. Attirées par le lanceur de cailloux, les créatures bifurquent toutes dans sa direction. Nouvelle cible des zombies, Joseph se retrouve pris à son propre jeu et se voit alors contraint de fuir pour éviter la horde. Le soldat soupire, un de moins. « - Laissez-le, on s’en occupera plus tard. » Aller en ligne droite n’est plus une option et devoir faire un détour lui brise franchement les nerfs, mais qu’importe, il fera avec. Sans un regard en direction de son équipe de bras cassés, le soldat se remet en route. Épuisé par l’effort, il est malhabile sur ses pattes mais s’efforce de faire au mieux pour ne pas le montrer. Loin de se douter qu’un des civils est à présent armé.

L’allure fragile les rapproche lentement de leur objectif, la ville qui se  dessine au-travers de la brume qui se lève des berges du bayou. Il en frissonne, pris à la gorge par un mauvais pressentiment. Qui se vérifie quand quelqu’un dans son dos hurle à en crever le silence.
« - Putain, mais fermez là ! » Il crache et fait volte-face, revient sur ses pas. L’un des deux soldats encore en lice s’est effondré par terre devant la carcasse d’un vieil arrêt de bus. Il hurle et pleurniche à en rameuter toute une armée de zombie en se tenant la cuisse. La cheville prise dans les montants de ce qui ressemble fortement à un piège à loup. C’est moche, ça saigne à n’en plus finir et le morceau d’os qui pointe son nez sous l’uniforme ne prédit rien de bon. Dans les options qui se profilent devant lui, l’issue est la même. Il tend alors le bras, pointe le canon de l’arme en direction de la tête du malheureux, prêt à donner sa sentence. « - On est où là bordel ? » La question pour l’un des empotés qui l’accompagne, pour être certain que Jean Lafitte est bien ce qui se dresse devant eux et pas une autre ville dont il n’a rien à foutre.

L’un des hommes du groupe se rapproche alors de l’abri de bus recouvert par la végétation et la rouille. Ça lui traverse l’esprit en un éclair et il n’a pas le temps de gueuler un nouvel ordre pour l’arrêter. Le pied du bonhomme effleure le filin tendu entre les montants de l’abri, déclenche le piège qui souffle une poignée de fléchettes en tous sens. Elles se fichent dans le sol et l’une d’elles atteint Carter dans la fesse.
« - Ne bougez plus, la zone est piégée… » Il a de la panique dans la voix, regarde le sol pour tenter de discerner d’autres filins. Ils ne sont jamais venus aussi loin, comment ces putains de pièges ont fait pour arriver là ?


Informations pratiques




↠ Le nombre de mots maximum est de 500 par post. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé. Merci en revanche de ne pas dépasser ce nombre.
Chacun d’entre vous devra lancer les dés une fois dans ce sujet. Vous obtiendrez un chiffre qui, additionné à ceux des autres, déterminera ce qui arrivera à votre groupe au prochain tour.
Pour les créatures surnaturelles, vous gardez vos pouvoirs. Néanmoins, n'oubliez pas que vous êtes entourés de miliciens. De plus une brèche ouverte non loin de là altère considérablement vos dons. N'oubliez pas de le prendre en compte.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici une semaine (le samedi 13/05 inclus) au moins une fois (plus si vous le pouvez), sinon votre personnage sera automatiquement éliminé. Le nombre de posts est illimité jusqu'à la date échéante, sans avoir besoin d'attendre que les autres participants aient tous posté avant vous
Joseph est éliminé de l'event, contraint de fuir pour éviter la horde de zombies qui l'a pris pour cible.
↠ Un nouveau personnage sera probablement éliminé au prochain tour.
↠ Pour éviter d'avoir à réécrire tout ou partie de votre rp parce qu'un autre participant aura posté juste quand vous vous apprêtiez à le faire, n'hésitez pas à prévenir dans ce sujet que vous êtes en train de rédiger votre rp, si vous êtes certain de poster dans les 2 heures
↠ Merci de mettre un petit résumé de votre post en spoiler à la fin de votre message s'il vous plait  


Raid à Jean Lafitte - participants


- Carter B. Hunters
- Joseph Townsend
- Milan Cohen
- Moriah N. Teke
- Oswald E. Madsen


Lancer de dés - Explications


Le lancer de dés vous fera obtenir un chiffre entre 1 et 6. Vous êtes 4 donc le nombre maximum que vous pourrez obtenir ensemble sera de 24. La moitié sera donc de 12. Une fois que tout le monde aura obtenu un chiffre, ces derniers seront additionnés. Attention, le résultat ne servira que pour le prochain tour. Vous avez jusqu'au 13/05 pour lancer chacun le dé dans le sujet ici.

Le nombre total obtenu est inférieur à la moitié ou égal à celle-ci (⩽ 12), voici ce qui se passera : Une mine explose non loin de vous.
Le nombre total obtenu est supérieur à la moitié (>12), voici ce qui se passera : Vous réussissez à atteindre la ville. Le premier bâtiment dans lequel vous entrez semble avoir été exploité il y a peu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte
 

Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Event Spécial }. Rock In The Road
» Jean Claude Duvalier retournera-t-il en Haiti ?
» Une interview de Jean Raspail
» Commentaires sur Wyclef Jean
» WOUYYYYYY SENATÈ JEAN HECTOR ANACASSIS DEKLARE L SE YON BANDI YON LWIJANBOJE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-