AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Lun 8 Mai - 9:34

Un petit sourire étira ses lèvres sous sa couche de crasse et de sang pourri lorsqu'il observa les autres l'imiter, soldats et civils. Si un jour il recroisait Saskia, il ne manquerait pas de la remercier ouvertement pour cette idée de génie qui leur permit à tous - ou presque - de sortir de ce bourbier. Pas à pas, lentement, en silence, aidé par la fuite du barbu carré qui aspira une grande partie de la horde et dont le sort n'inspira que de l'indifférence, le groupe en constante diminution parvint jusqu'à la berge. Milan souffla de soulagement pendant qu'il regardait les marécages de tous les dangers au travers le brouillard. Une menace venait d'être évitée mais elle n'était qu'une petite épine esquivée parmi un amas de rosiers.

Un cri retentit soudain, une fois la terre atteinte, déchirant. La douleur qu'il exprimait était intense, impossible à contenir malgré les risques de rameuter ceux qu'ils avaient eu la chance inespérée de tenir si facilement éloignés. Un piège s'était refermé sur une jambe et avait exposé les chairs et les os, totalement brisé un membre en une fraction de secondes. En réponse, une arme fut déposée sur la tempe du malheureux, bordel on allait l'achever comme un cheval estropié, au lieu de... « Bâillonnez le et sortez le de là au lieu de le buter comme une merde ! ». L'orphelin n'avait pas réfléchi, la voix avait osé s'élever contre la milice, s'indigner non pas du destin qu'elle réservait au soldat blessé mais de celui qu'elle pourrait leur offrir à tous s'ils se retrouvaient à leurs tours dans une situation similaire. La loi de la jungle était cruelle. Encore plus pour ceux qui n'étaient pas là de leur plein gré et qui n'avaient, de ce fait, jamais accepté les dures conditions d'une telle mission.

La question du milicien tonna, amenant avec elle quelques pas fureteurs qui terminèrent dans un second piège. Une nuée de fléchettes submergea la petite foule. D'un geste vif, le voleur d'énergie se plaqua contre le sol, les deux mains au dessus du sommet de son crâne, la face recouverte par la maigre armure de ses bras. Les sifflements cessèrent plus ou moins rapidement, le citadin se redressa aussitôt que ces derniers étaient retombés pour contempler l'étendue des dégâts. Rien de trop dramatique, si ce n'était un homme à priori gonflé d'assurance qui se retrouverait avec l'ego écorché, cette flèche dans le fessier était la touche grotesque de cette tragédie. Sans ne plus émettre le moindre mouvement, il fouilla les alentours de son regard attentif à la recherche d'une autre de ces conneries, tout en se demandant qui avait bien pu les poser par ici et, surtout, dans quel but ? Il n'avait pas franchement envie de le découvrir. Ses bras se croisèrent avec défiance sur sa poitrine. « Ne comptez pas sur moi pour être votre saleté de chair à canon ». Qu'ils sécurisent la zone ces fichus militaires déjà dépassés par les événements, c'était leur job paraissait-il...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Mer 10 Mai - 23:32


« Do ya' feel lucky, punk ? »

 
Raid à Jean Lafitte
featuring

Oswald qui l'extrait de la vase, horreur qui monte encore d'un cran de le savoir qui la touche, de savoir le sang qui couvre sa peau et s'infiltre à travers ses vêtements, prêt à tâcher et à souiller plus encore qu'ils ne le sont déjà. La voix est nouée dans sa gorge, muette alors même qu'elle se trouve couverte d'entrailles, les larmes ravalées avec difficulté, la voix perdue. Plus de conscience ni d'énergie, juste un pantin qui avance mécaniquement, personnalité annihilée derrière la chair morte le long de la sienne, pire qu'une nécrose, l'odeur répugnante qui s'infiltre dans les poumons et occulte le reste. Au moins la terre ferme, retrouver sa stabilité, main machinalement refermée sur le bras d'Oswald pour se raccrocher à quelque chose, constater l'absence de Joseph. Elle espère que son protecteur est en sécurité, n'y croit pas, met un pied devant l'autre, mécanique, suivre le mouvement, rester près d'Oswald, sans volonté, dernier refuge. Ils se rapprochent, les cadavres vivants se sont éparpillés, distraits en l'absence d'odeur, les choses semblent aller mieux. Sembler. Illusion.

Un cri qui déchire l'air, d'un soldat à la cheville broyée par les mâchoires d'un piège. Le constat robotique alors que le chef des hommes semble prêt à achever le blessé et que l'un d'eux se pose en opposant, pas trébuchant qui la rapprochent de l'homme, la font tomber à genoux près de lui. Ausculter, des yeux et des doigts, manquant les fléchettes qui volent. L'homme pleure, hurle, un regard indifférent vers le blondinet qui défie l'autorité avant de retourner à sa tâche. Le piège plus fort qu'eux, mâchoires qui refusent de s'écarter, une branche qui cède quand elle tente malgré tout de les forcer. Se concentrer sur lui pour noyer le reste, le voile rouge qui commence devant ses yeux, le sang dans ses oreilles, la mort dans sa gorge, le monde environnant. "Est-ce qu'on a un kit médical ? Pouvoir au moins garroter ? Dans ces conditions, son pied est perdu dans tous les cas. Le piège est mobile, si une civière est fabriquée, peut-être l'emmener avec nous ? Ils doivent avoir de quoi chauffer assez une scie ou autre pour stériliser, faire une amputation de fortune."

La voix factuelle, morne, avant qu'un réflexe ne veuille humidifier ses lèvres desséchées. Goût qui se renouvelle de la chair morte, l'esprit qui comprend d'où il provient. Les entrailles le long de sa peau, la couvrant, mortes comme sa chair quand elle se blesse. La nausée l'agite, torse se tordant assez pour vomir aux pieds d'un soldat. Indifférente à ses protestations alors que son être se rebelle, qu'un second dégoût l'agite, un troisième, jusqu'à ne plus pouvoir que cracher et toussoter, larmes instinctives dévalant ses joues, mains qui commencent à se porter à son visage pour les essuyer avant de voir de nouveau leur état et les laisser retomber, défaites. Elle ne peut plus que se redresser, robotique, et reprendre l'avancée, que pleurer en silence. Si un piège frappe, il frappera. Quelle importance ?

Spoiler:
 
   

   
Revenir en haut Aller en bas

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5633
↳ Points : 9014
↳ Arrivé depuis le : 28/11/2013
↳ Age : 28
↳ Avatar : Matthew McConaughey
↳ Age du Personnage : 42 ans
↳ Métier : Escroc, actuellement détective privé et pilleur de tombes, revendeur de sang humain pour la Falci'
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement pour des raisons qui lui sont propres.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 -1 en annihilation de la magie et 2 en cicatrisation
↳ Playlist : X Ambassadors - Renegades / Alt-J - Tessellate / The Neighbourhood - Sweater Weather / Daughter - No Care / The Kooks - Bad Habit ...
↳ Citation : " I represent to you all the sins you have never had the courage to commit. "
↳ Multicomptes : Aloy I. Mizrahi
↳ Couleur RP : #FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: luxaeterna
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Ven 12 Mai - 1:01

La progression se fait toujours aussi hasardeuse, dangereuse et alimentée désormais d’enjeux que le danois aurait préféré éviter. La prise de Moriah sur son bras, se resserre ainsi pour le lui rappeler. Trop concentré sur l’objectif, s’assurant de l’amener en lieu sûr, rejoindre le reste du groupe pour poursuivre, il n’annote pas le comportement anxieux de sa comparse d’infortune. S’ils s’en tirent, il aura le loisir de se moquer d’elle. Soulagement fugace, Joseph disparu. Très prudemment, le voleur s’assure de planquer l’arme arrachée, la dissimulant derrière son dos. Il cherche à se faire discret pour ne pas éventrer son secret mais c’est chose ardue. Surtout quand le chaos reprend, que le soldat est piégé et le chef, totalement dépassé. Oswald fixe le blessé avec lassitude et répond à une question rhétorique sur leur emplacement. « Dans une télé-réalité, faut l’espérer. » Vu le taux de débilité et de maladresses enchainées. Pas de caméra pourtant. Mais s’il y a un piège, n’y a-t-il pas des hommes pour contempler ? Le regard fouille l’horizon vainement. Ça lui semble improbable.

Désintéressé, il reste longtemps en retrait avant que les flèches ne sifflent. Il les évite de justesse en se plaquant immédiatement au sol comme le blondinet. Il se relève ensuite encore plus blasé qu’auparavant, avise Moriah si empressée à soigner le mourant.  « C’est pas notre problème si certains sont pas foutus de vérifier où ils foutent leur pied. On a pas le temps pour ces conneries. De toute façon, vaut mieux la mort que l’infirmité. » Il s’écoute parler, sent son cœur se tordre. La lividité gagne brièvement le visage, chasse l’insolence. Il regrette immédiatement ses mots, les songes s’égarant vers Tobias et ce maudit accident. Un souvenir trop douloureux et le deuil si mal porté qu’il s’empêche d’ordinaire la moindre réminiscence. Ça le rend distrait, affreusement nerveux. Il s’agite ainsi, la semelle piétinant simplement le sol à quelques centimètres de sa position initiale. Un cliquetis l’alerte de son erreur, il n’ose plus relever le pied ayant compris la supercherie. L’ironie lui rit au nez. Ses propos résonnent avec vérité dans sa caboche, il pourrait en rire. « Je crois qu'on a un plus gros souci là. » conclut-il sans oser remuer. « Y a peut-être une mine sous ma godasse. Alors ouais, c’est peut-être pas notre… Enfin votre problème là non plus. Mais si c’est un truc qui explose, y a pas que moi qui vais y passer. Et ça va rameuter les macchabées. »  Une explication pleine de bon sens, déliée par une voix calme, relativement passive même. La panique ne s’infiltre pas réellement pour l’instant. S’il doit crever de cette façon, au moins, ça sera immédiat. Il ne compte pas se mettre à vomir comme l’infirmière ou à revendiquer son désir de ne pas participer à cette mission suicide à nouveau comme le petit hargneux. Non, il s’en tiendra aux faits pour s’accrocher au peu de dignité qu’il lui reste encore à mobiliser.

Spoiler:
 

_________________
We've gone way too fast for way too long. And we were never supposed to make it half this far. And I lived so much life, lived so much life. I think that God is gonna have to kill me twice. I did it again, I forgot what I was losing my mind about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4364-renegades-oswald http://www.mercy-in-darkness.org/t4682-ripped-at-every-edge-oswald#194428

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 18
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Ven 12 Mai - 22:11



Rock in the road
Raid à Jean Lafitte


Les éléments se déchaînent contre ce groupe de fortune, contre vous. La vase, les sangsues hargneuses, les cadavres errants à la recherche de viande fraîche à se foutre sous la dent. Les terres se vengent de méfaits qu’elles ont subi durant ses dernières années, à cause de ses êtres à l’apparence humaine. Ces mêmes êtres qui ont semé chaos et destruction dans votre monde. Apocalypse semblant sans fin aux yeux de beaucoup d’entre vous. Ici, dans ces terres où la nature a repris ses droits, tu avances avec les autres, sans plus d’informations que les autres. Ici, tu as repris ton statut de simple civil. Le sang coagulé, les entrailles en décomposition recouvrent ton visage. Tu es accompagné de cette odeur nauséabonde qui s’insinue dans tes narines. Tu concentres tous tes efforts pour refouler cette envie grandissante de vider ton estomac de sa bile. Un coup d’œil en arrière. La femme et l’homme, ce dernier s’étant dévoué à lui venir en aide, s’extirpent de cette étendue d’eau boueuse. Tu te hisses sur la berge et te redresses, un regard pour tes vêtements recouverts de cette substance visqueuse dans laquelle vous avez baigné. Nez retroussé, visage ampli de dégoût. Tu lèves la tête lorsque les cris retentissent. Les hurlements de douleur s’enchaînent, la colère et l’impuissance face à la situation suivent. Toi, tu ne peux t’empêcher d’observer les alentours, de peur que les zombies ne reviennent à l’assaut.

Tu déglutis. Le blessé est dans un mauvais état. Il ne te faut pas longtemps pour te rendre à l’évidence : sans le moindre équipement médical, il n’a aucune chance de survie. L’infection le rongera de l’intérieur, s’il reste dans cet état. La vase suinte déjà dans ses plaies et la terre se mêle aux cailloux d’hémoglobine. Sans prévenir, des flèches fendent l’air. Tu n’as pas le temps de te jeter à terre. Le tube se précipite à une vitesse fulgurante et la pointe se loge dans ton magnifique globe de choir, t’arrachant un grognement sourd. La douleur te propulse sur le sol, fraîchement invité à ne pas en recevoir d’autre. Tes doigts viennent se refermer sur l’arme ayant traversé tes chairs et l’arrachent d’un geste sec, vif. Ton autre main tape sur le sol, comme pour oublier cette sensation désagréable qui lance ta jambe. Tu grimaces et regardes l’objet dont tu as été victime avec attention. Le bout arrondi a limité les dégâts, mais en a causé suffisamment pour te faire boiter alors que tu te relèves difficilement, en tenant ferment le fessier.

Et tout se passe très vite. Un autre piège. « Ne bouges surtout pas. » dis-tu, comme si Oswald avait l’intention de se faire exploser la cervelle. Malgré la douleur lancinante, tu te penches sur le sol, à la recherche de la moindre ressource pouvant compenser le poids de l’homme. La sueur perle sur ton front et termine son chemin dans les viscères étalés en guise de crème hydratante pour la journée. Une lourde pierre sur les berges attire ton attention. Tu te diriges comme un éclopé vers cette dernière, la ramasse et t’allonges sur le sol, au niveau de la mine. Ton rythme cardiaque s’accélère. Le danger n’a jamais été aussi proche. Seulement quelques centimètres te sépare de lui. Tout le monde a perdu son sang froid. Tu prends une bouffée d’air. Tu es le seul ayant encore les idées en place pour lui venir en aide. « On va remplacer ton pied par cette pierre, ok ? Faut qu’on soit synchro, le moindre gramme que tu retires, j’vais devoir le compenser. » Tes lèvres s’assèchent. Il faut tenter le tout pour le tout, faire abstraction de la souffrance qui grandit en ton flanc.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 877
↳ Points : 294
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Dim 14 Mai - 18:04


« There will always be rocks in the road ahead of us. They will be stumbling blocks or stepping stones; it all depends on how you use them. »



DERNIER TOUR





La situation dégénère. Le milicien termine de vérifier la zone. Apparemment ce piège n’est qu’un avant-goût, un avertissement destiné à faire fuir les imprudents.
« - La zone est sécurisée. » Il ignore les remarques de l’impertinent blond tandis que ses doigts ramassent l’une des flèches qui trône sur le sol. Il l’examine, rapproche l’extrémité de ses narines. Ses yeux s’agrandissent, il connait cette odeur. Du poison. La situation est bel et bien critique. Il enrage, il n’a plus le choix. Éliminer son collègue pour abréger ses souffrances aurait été un acte de bonté selon lui. Mais tuer un civil empoisonné aurait des conséquences néfastes. L’homme se tourne dans un soupir, s’approche de la jeune femme et du soldat qui se vide de son sang. « - Les flèches étaient empoisonnées, toi... » Il interpelle Carter qui semble avoir trouvé l’idée parfaite pour éviter l’explosion d’une mine meurtrière. « - Viens, tu vas rester avec lui. Les renforts vont venir vous chercher. Essayez de pas crever. Les autres on se bouge. » Crache-t-il avant de s’emparer de son talkie-walkie pour prévenir la patrouille d’urgence véhiculée, restée en retrait. Elle viendra s’occuper des blessés pendant que le reste de l’équipe avance.

Enfin ils pénètrent dans la ville. Jean Lafitte a des airs de cité fantôme, une ville morte dévorée par une nature sauvage. A travers la brume, le premier bâtiment qui se devine attire l’attention des miliciens.
« - Par ici, allons-y. » Ordonne l’homme en s’avançant vers l’immense porte. Il s’agit d’un ancien lycée d’après la plaque rongée par la rouille qui habille l’entrée. Arme au poing, un autre homme du gouvernement défonce la porte dans une nuage de poussière. Il s’avance dans le vaste hall de l’établissement. Ce dernier donne sur un escalier. Après qu’il indique que la zone est clear, le groupe entre à son tour. Étrangement l’impression qu’ils ne sont pas les premiers à s’aventurer ici inquiète le chef de l’opération. Outre les murs délabrés qui tombent par endroit, les quelques casiers qui se trouvent là semblent avoir été forcés. Pourtant le silence n’indique la présence de personne à part eux. Les vitres entravées par la végétation peinent à laisser passer les faibles rayons du soleil. La visibilité est presque nulle, un des hommes sort une lampe de poche. « - Il faut trouver la cafétéria. C’est la priorité. Compris ? » Demande-t-il en se retournant vers ceux qui restent.

----------------


Dakota est arrivé depuis deux heures. Il a fouillé l’établissement de fond en comble. Par chance, il a trouvé l’infirmerie et en a vidé les dernières réserves. Mais le lycée est immense, il faudra revenir à plusieurs. Ça lui apprendra à partir seul. Il râle et fourre quelques compresses dans son sac avant de retourner dans le couloir. On y voit à peine. C’est à ce moment qu’il se bénit d’être un de ces voleurs d’énergie aux sens sur-développés. D’ailleurs il perçoit quelque chose. On défonce la porte. On entre en bas. Près de l’escalier, Dakota se penche au dessus de la rambarde. Des étrangers. Ils ne sont pas des siens alors ils sont forcément ennemis. C’est ce que la prudence du médecin lui indique. Sans perdre une seconde, l’américain se saisit de son arc, l’arme d’une flèche, tend la corde et pointe vers le rez-de-chaussée. Il faut les faire partir d’ici avant qu’ils ne pillent les dernières réserves. Dakota vise, la flèche fend l’air jusqu’à frôler l’oreille d’un jeune homme blond. Espérons qu’ils comprendront le message, car la prochaine fois, le médecin ne ratera pas sa cible.

Informations pratiques




↠ Le nombre de mots maximum est de 500 par post. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé. Merci en revanche de ne pas dépasser ce nombre.
Aucun ordre de passage, le nombre de posts est illimité jusqu'à dans moins de deux semaines (le vendredi 26/05 inclus), sans avoir besoin d'attendre que les autres participants aient tous posté avant vous
Pour les créatures surnaturelles, vous gardez vos pouvoirs. Néanmoins, n'oubliez pas que vous êtes entourés de miliciens. De plus une brèche ouverte non loin de là altère considérablement vos dons. N'oubliez pas de le prendre en compte.
Carter est éliminé de l'event, resté en arrière avec les blessés.
Dakota, membre de la Communauté, rejoint l'event. Il vient de tirer sur vos personnages avec son arc, la flèche a frôlé l'oreille de Milan.
↠ Vous avez le droit de faire agir les miliciens en PNJ.
↠ Vous avez carte blanche pour la suite des évènements.
↠ Pour éviter d'avoir à réécrire tout ou partie de votre rp parce qu'un autre participant aura posté juste quand vous vous apprêtiez à le faire, n'hésitez pas à prévenir dans ce sujet que vous êtes en train de rédiger votre rp, si vous êtes certain de poster dans les 2 heures
↠ Merci de mettre un petit résumé de votre post en spoiler à la fin de votre message s'il vous plait  


Raid à Jean Lafitte - participants


- Carter B. Hunters
- Milan Cohen
- Moriah N. Teke
- Oswald E. Madsen
- Dakota Dixon


Lancer de dés - Explications

Pas de lancer de dés ce tour-ci


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Mar 16 Mai - 8:36

Le groupe continuait de s'attirer les pires ennuis - et il n'y avait qu'Oswald pour mettre le pied sur cette fichue mine, cette saleté d'arnaqueur qui ne cessait plus de lui faire rouler des yeux au ciel -. L'attroupement déjà trop minime réduisait encore, ne comptait plus qu'une petite pincée d'hommes et de femme alors qu'il n'avait même pas encore atteint la ville. La mission était de plus en plus compromise, pourtant la résolution du commandant ne faiblissait pas, les poussant inlassablement à continuer malgré les risques et les preuves fournies qu'ils n'étaient pas réellement de taille à les affronter. Néanmoins, un ordre était un ordre et il fallait s'y plier, se fondre une nouvelle fois dans l'ombre de la milice avec un pessimisme grandissant et un ras le bol intenable, qui faiblit légèrement lorsqu'enfin la ville fut atteinte.

De près, elle était aussi sauvage que de loin. Une jungle urbaine qui n'était plus métaphorique mais complètement réaliste. C'était magnifique. C'était terrifiant. Ce monde ne leur appartenait plus, quand l'Homme avait tant pensé pouvoir se vanter d'en être le grand roi. Aujourd'hui, cette poignée d'aventuriers n'était qu'une intrusion dans l'immense forteresse d'une nature qui avait retrouvé la place qu'on lui avait injustement dérobée. Hostile elle la menaçait, dans l'ombre le danger devait rôder. N'importe quoi aurait pu surgir de n'importe où, n'importe quand... Alors le jeune regard restait vif dans la pénombre, utilisant ses dons pour percer le soupçon de luminosité avant qu'une lampe ne s'allume et ne se pose sur des casiers déjà forcés. Qu'avaient-ils cru ces uniformes bien pensants ? Qu'ils étaient les premiers à avoir eu cette brillante idée d'explorer les villes à la recherche de précieuses vivres ? Ou les seuls survivants de l'apocalypse ? Foutaises.

Une flèche tirée de nulle part se planta à quelques centimètres de sa maigre silhouette, lui frôlant le cartilage de l'oreille au passage. Par réflexe, Milan recula jusqu'au mur contre lequel il se plaqua, puis couvrit l'éraflure de sa main pour que personne ne s'aperçoive de cette couleur trop sombre que portait son sang. Il rabattit sa chevelure sur l'écorchure pour la camoufler et balaya les alentours de sa vision nyctalope comme une biche affolée. Ancra ses prunelles hargneuses dans celles du meneur. « Je crois que le message est clair non ? Nous avons des hôtes et ils ne nous souhaiteront pas la bienvenue ». L'orphelin laissa l'arrière de son crâne épouser le pan contre lequel son corps était adossé, blasé mais non moins déterminé. « Je ne ferai pas un pas de plus sans que tout le monde ne soit armé, nous sommes trop exposés et vous trop peu nombreux pour nous couvrir ou vous trouver sur tous les fronts. Puis qui sait combien de personnes qui se prennent pour Robin des Bois se promènent incognitos dans les couloirs... ».. La crainte se mêlait au courage pendant qu'il observait la réaction du reste de la troupe, plongée dans un inconnu menaçant qui n'aurait pas sa peau si facilement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 5633
↳ Points : 9014
↳ Arrivé depuis le : 28/11/2013
↳ Age : 28
↳ Avatar : Matthew McConaughey
↳ Age du Personnage : 42 ans
↳ Métier : Escroc, actuellement détective privé et pilleur de tombes, revendeur de sang humain pour la Falci'
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement pour des raisons qui lui sont propres.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 -1 en annihilation de la magie et 2 en cicatrisation
↳ Playlist : X Ambassadors - Renegades / Alt-J - Tessellate / The Neighbourhood - Sweater Weather / Daughter - No Care / The Kooks - Bad Habit ...
↳ Citation : " I represent to you all the sins you have never had the courage to commit. "
↳ Multicomptes : Aloy I. Mizrahi
↳ Couleur RP : #FFFFFF



les petits papiers
↳ Copyright: luxaeterna
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Ven 19 Mai - 1:37

Le souffle pesant éparpille un peu d’impatience. Alors qu’il se résigne doucement à son sort, regrettant simplement de ne pouvoir se griller une dernière cigarette, l’arnaqueur accuse l’arrivée inopinée d’un sauveur incongru. Il le détaille avec perplexité durant une poignée de secondes avant de coopérer très prudemment et de réussir ainsi à échapper au danger. « Pas mal pour un mec qui a la fesse empoisonnée. » souligne-t-il avant de suivre le petit groupe. Ce qui pourrait se rapprocher d’un remerciement. De nouveaux alliés qui leur filent aussi rapidement entre les doigts mais l’ascension se poursuit. Les chances de s’en tirer à bon compte s’amenuisent, Oswald en a doublement conscience désormais. Néanmoins, ça n’enlève toujours rien à la fascination maladive qu’il éprouve pour les paysages étrangers rencontrés. Quitte à crever aujourd’hui, autant être emporté par ce sentiment d’émerveillement. La mélancolie du lieu investi fond sur lui d’une manière particulière. Cette nature qui s’insurge contre des édifices parasites, a de quoi charmer l’œil, il est vrai. Pourtant, la racine de cette nostalgie se terre dans la mémoire. Il se réinvente une toute autre atmosphère à chaque pas, se propulsant un peu plus dans le passé esquissé. Les ravages s’absentent le temps que les chimères se mettent en place. Des rires d’adolescents trainent le long des couloirs, le rendent captifs d’une hallucination qu’il a presque lui-même provoquée. Il croit La voir, sa chevelure battant la mesure entre ses omoplates. Captivé, il la suit du regard et en oublie volontairement sa réalité. Un sourire mutin flotte sur Ses lèvres, elle l’invite à se rapprocher. Il exécute le mouvement au moment où la flèche siffle, file droit devant ses yeux pour se planter à proximité du blondinet. Désorienté par le mirage évanoui, il demeure, quelques instants, figé sur sa parcelle de plancher, hagard.

La menace devient évidente quand les voix émergent. Il reste à découvert cependant, ayant réagi bien trop tardivement pour oser remuer sans craindre l’assaut suivant. Les mains s'élèvent vainement un instant en signe de paix. « Ok. Donc on a atterri au milieu d’un Pow Wow et les peaux-rouges sont déterminées à nous chasser de leurs terres sacrées. A quel moment ils ont envie de montrer leur tronche, qu’on puisse causer rituels, animaux totem, tout ça, tout ça ? » déclare-t-il en prenant soin de faire porter sa voix. « A moins qu’ils soient trop lâches pour ça ? C’est vrai que balancer des petites flèches en restant hors de portée, c’est tout à fait respectable. Tu parles d’un accueil. » Provoquer l’ennemi est rarement une bonne idée. Les trois impacts de balle sur son flanc peuvent en témoigner. Une des paumes retombent contre la cuisse. Il s’assure de la garder à proximité du flingue qu’il a dérobé bien qu’il doute pouvoir tirer sur une ombre qu’il ne peut discerner. A défaut, il se tient prêt à se laisser tomber au sol pour esquiver tout projectile projeté.

Spoiler:
 

_________________
We've gone way too fast for way too long. And we were never supposed to make it half this far. And I lived so much life, lived so much life. I think that God is gonna have to kill me twice. I did it again, I forgot what I was losing my mind about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4364-renegades-oswald http://www.mercy-in-darkness.org/t4682-ripped-at-every-edge-oswald#194428

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Ven 19 Mai - 15:17


« Do ya' feel lucky, punk ? »

 
Raid à Jean Lafitte
featuring

Encore une personne dans leur trop petit groupe forcée à rester en arrière, la fléchette dans son postérieur empoisonnée. Oswald libéré de la mine, le soldat condamné à la mort par le simple fait de devoir attendre. Elle souhaiterait pouvoir rester avec eux, préférerait encore la menace des zombies et des pièges à l'avancée aveugle et à l'incertitude de ce qui les attend. Quel obstacle pour la prochaine étape ? Lequel d'entre eux qui va devoir rester en arrière, inutile et abandonné sans un regard en arrière ? Elle a le gout de la mort dans la bouche et les nerfs qui font frémir sa peau d'électricité haineuse, les gens autour d'elle trop près, tous, les sons trop forts, des agressions permanentes le long de ses sens, les jeux de lumière à travers les branchages qui l'aveuglent, un étau autour de la tête qui presse et qui pulse et qui broie, impossible à échapper. Avancer. Noyer le reste et avancer, jusqu'à enfin pénétrer dans la ville, avancer encore. Un lycée. Ils doivent être aussi désespérés qu'elle de rentrer, pour se contenter de ça.

Avancer encore, elle laisse ses yeux s'accrocher à la haute silhouette d'Oswald, repère et souci mêlés sans se l'avouer, qui la font s'en rapprocher en dépit de la sensation physique de dégoût à l'idée de pouvoir être touchée, de juste sentir sa présence près d'elle, aimants aux champs opposés. Elle repousse le monde entier. Pas la flèche qui siffle à travers l'espace et frôle l'un d'eux, qui la fait se recroqueviller dans l'obscurité, dissimulée par un soldat. Ils parlent et s'agitent, le blond et Oswald parlent et s'agitent, un qui s'en prend aux soldats, l'autre à ceux dans l'ombre pendant qu'elle reste là, inutile. Ils ne restent qu'à la tendre davantage, les voix comme des morceaux de craie le long de ses tympans, les gestes et les attitudes des épingles qui s'enfoncent dans ses nerfs et font crisser ses dents, la migraine qui redouble du besoin de se contenir. Elle n'en peut plus, attise sans trop sans rendre compte la négativité ambiante, la peur et la colère jusqu'à en rendre l'air poisseux et s'en couper le souffle. Tous au bord de l'explosion, elle-même qui finit par allumer sa mèche et rejoindre les rangs de ceux dont le calme n'existe plus, regard qui se plante dans un soldat, le corps qui bouge pour pouvoir planter ses yeux dans les siens. "Il y a une ville entière à notre disposition, laissez-leur l'école, y'a d'autres lieux à explorer ! Ou vous tenez vraiment à nous faire crever pour des conserves ?"  

Question stupide. Elle tremble, poings crispés, regard embrasé, continue d'attiser la négativité ambiante alors même qu'il faut résister à l'envie de voler l'arme d'Oswald pour leur mettre à tous une balle dans le crâne ou à celle d'ôter ses gants et plaquer ses mains le long du cou de leur leader jusqu'à sentir sa trachée céder sous ses doigts. L'instinct de survie peine à la retenir. Elle enrage.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 722
↳ Points : 391
↳ Arrivé depuis le : 07/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Deepika Padukone
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Responsable événementiel pour le Gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Whatever
↳ Playlist : Elastic Heart ; Sia | Dance on the moon ; Travis Scott | Take Shelter ; Years&Years | Buddha for Mary ; 30STM | The Morning ; The Weeknd
↳ Citation : « Wanted to fight this war without weapons »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Esperanza O'Connell
↳ Couleur RP : Beige



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   Lun 22 Mai - 9:17

Rock in the road
raid à jean lafitte
La flèche s’écrase au sol, Dakota baisse son arme, il attend. De ce qu’il a pu apercevoir, de ce qui lui parvient aux oreilles, ils ne sont pas beaucoup. Qui sont ces fous abandonnés à leur sort au dehors des murs ? Car l’américain le devine, ces gens font partis de ceux qui ont choisi la captivité, le confort au service des tyrans. La curiosité qui l’anime lui fait écouter ce qui se passe en bas. Sa cible râle, réclame des armes. Une autre voix s’élève, tout aussi mécontente que la précédente. L’homme le provoque, Dakota sourit.

«Oui en parlant d'animaux... Vous n’avez plus assez d’or dans votre cage pour venir jusqu’ici ? » dit-il en riant presque.

Peut-être devrait-il tenir sa langue mais Dakota n’apprécie pas la situation. Elle l’agace. La vie dehors est dure, de plus en plus depuis que les réserves s’amenuisent. Il n’y a pas besoin que d’autres s’y mettent. Une voix féminine s’ajoute à la conversation mais un de ceux qui leur sert de garde pointe sa lampe vers l’assaillant. Dakota est aveuglé, il recule et évite de justesse une balle qui frôle son épaule. Le projectile lui a brûlé la peau et arraché un grognement. Son sac lui échappe des mains. L’américain sert les dents. Il n’est pas venu là pour mourir. Il est temps de rebrousser chemin, il reviendra plus tard avec d’autres. Il faut prévenir le reste de la Communauté, leur dire que les captifs sont envoyés au-delà des murs. La situation intérieure doit être bien plus critique qu’il ne pouvait l’imaginer. Accroupi Dakota tend son bras gauche pour attraper son sac de fortune. Il attend le bon moment pour se redresser. La lampe lèche le mur au dessus de lui. Il se doute qu’au moment même où il se relèvera, une autre balle viendra percer l’air. Il va falloir faire vite, quelques gouttes de sang noir poissent déjà le tissu de son tee-shirt.

Dans un geste vif Dakota se lève, il bondit presque. Il sortira par où il est entré. Les autres ne pourront pas le rattraper, il les sèmera dans le dédale de couloir poussiéreux. L’américain aurait pu tuer, se débarrasser de l’ennemi si seulement il avait été sûr que cela ne remette en cause les projets de la communauté. Une fois de plus il devra courber l’échine devant ceux qui ont choisi les murs. Il doit fuir. Lorsqu’il commence à courir, une autre balle l’effleure mais le rate cette fois ci. Finalement le jeune homme n’est plus à portée du faisceau lumineux. On entend plus que ses talons qui martèlent le sol dans un drôle d’écho. Son sac fermement tenu, l’arc dans son dos, l’américain n’a plus qu’un objectif : sortir d’ici vivant. Car si ces gens ne sont pas un grand danger, on ne sait jamais ce qui rôde au dehors.

De ce qu’il parvient encore à entendre à mesure qu’il s’éloigne, les voix s’élèvent de nouveau. « Arrête de gâcher tes balles abruti, tu vois bien qu’il est parti. Maintenant on s’active, y’en a peut-être d’autres. » Dakota est soulagé, ils ne lui colleront pas aux basques. Ce qui en soit leur aurait permis de lui voler ses trouvailles du jour et qui sait, de le forcer à parler. Mais les miliciens savent que, autant que lui n’a pas pu les tuer, sa place dans la Communauté l’immunise pour un temps.


Spoiler:
 

_________________

I will rise again
Can you even see what you're fighting for ? Blood lust in a holy war. In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear. Fist up in the firing line, times are changing. sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rock In The Road }. Raid à Jean Lafitte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Event Spécial }. Rock In The Road
» Jean Claude Duvalier retournera-t-il en Haiti ?
» Une interview de Jean Raspail
» Commentaires sur Wyclef Jean
» WOUYYYYYY SENATÈ JEAN HECTOR ANACASSIS DEKLARE L SE YON BANDI YON LWIJANBOJE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-