AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My Therapy |Darko|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1217
↳ Points : 1195
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: My Therapy |Darko|   Mar 25 Avr - 1:15


My Therapy
It’s the chemical way to serenity, it’s faith versus science ••• Tic. L'aiguille avança d'un cran sur l'horloge accrochée au mur. Tac. Pensées embrouillées par un énième réveil en sursaut. Tic. Yeux vides accrochant le plafond plongé dans la pénombre. Tac. Une seconde supplémentaire pour se remettre des émotions. Tic. Qu'elle haïssait les cauchemars, ceux-là qui débarquaient sans prévenir, qui vous prenaient à la gorge, arrachaient vos entrailles. Tac. Ils étaient présents chaque nuit depuis les arènes, tournant en arrière-plan dès que les paupières se fermaient et Morphée venait la cueillir. Tic. Dans ces moments-là, Dante lui manquait. La présence qu'il apportait la détendait, chassait les images néfastes à son repos. Tac. Le corps se redressa, les yeux se posèrent sur l'horloge. Tic. La nuit était bien entamée, mais il restait bien quelques heures avant le lever du soleil, heure salvatrice puisqu'elle indiquait le moment où le travail reprenait. Tac. Elle aurait eu besoin de ce restant de sommeil. Elle en aurait fortement eu besoin. Tic. Les cernes allaient s'aggrandir, mais la décision fut prise d'arrêter le massacre ici. Tac. La solution, elle irait la chercher le lendemain. Tic. Ca ne lui plaisait pas de devoir dépendre de quelqu'un d'autre pour stopper les cauchemars, et son esprit cartésien ronchonnait en arrière-plan, mais elle n'avait plus le choix. Tac. Les draps furent repoussés, les pieds posés sur le sol froid. La nuit se terminait.

Elle tua le temps qu'il restait comme elle le pouvait. Des plans furent dessinés, des rapports furent écrits. Certains étaient pour Niklas, par rapport au passage en prison qu'il avait fait. Son infiltration auprès de la Niflheim se déroulait plutôt bien, quelques informations avaient été glanées, mais surtout, elle était parvenue à tuer quelques gros bras. Ceux-là seraient rapidement remplacés mais Ambre ne pouvait pas risquer de s'attaquer à plus gros pour le moment. Pas en étant sous couverture par ses propres moyens. En revanche, quand elle aurait appris les lieux où les trafiquants se rendaient pour vendre leurs drogues, elle pourrait les y attendre avec une équipe de peacekeepers. Ou alors en envoyer une, pour ne pas se faire repérer. Enfin, pour l'instant, elle n'en était pas là. Elle était une nouvelle, et surtout, une simple prostituée. Ou danseuse, puisque les mots semblaient avoir de l'importance dans ce milieu. Voilà une chose qu'Ambre ne comprenait pas, puisque pour elle, cela ne faisait aucune différence. Mais pour les autres, avoir un terme à consonnance positive était plus vendeur, plus agréable. Et puis, c'était supposé être honteux de vendre son corps. Encore une notion qui lui échappait.

Les pages noircies par l'encre finirent dans un classeur, caché dans un de ses multiples coffres. Ambre étant légèrement paranoïaque. Certes, elle vivait dans un coin relativement tranquille, à l'abri des cambriolages et autres joyeusetés, mais on n'était jamais trop prudent. Surtout lorsqu'on s'appelait Ambre et qu'on avait un cerveau qui était capable de prévoir des dizaines et des dizaines de scénarios possibles. Non, elle n'était pas le genre de personnes qu'on rêverait d'avoir dans son cercle d'amis. Elle serait capable de détruire l'ambiance en quelques secondes, pointant du doigt toutes les failles à une sortie ou un amusement. Il ne fallait pas lui en vouloir, l'éducation qu'elle avait reçue la poussait à adopter un tel comportement. Les doigts jouaient à présent avec le stylo, les yeux se glissèrent vers l'horloge. Une heure décente s'affichait. Et elle allait pouvoir contacter celui qui accaparait son cerveau en tâche de fond depuis quelques heures. Darko Vojnomir. Pour ses qualités de magnétiseur. Oui, elle en venait à aller voir ceux qu'elle considérait comme des charlatans. Cependant, les médecins du Gouvernement n'avaient rien pu faire pour elle, alors même que c'était de leur faute si elle était dans cet état. Donc, elle avait fini par écouter la petite voix dans sa tête qui lui disait qu'elle pourrait toujours essayer...

Un rendez-vous fut pris, dans l'après-midi. Cela lui laissait sa matinée de travail, avant de déserter comme si de rien n'était. Jamais on ne le lui avait reproché, elle qui sacrifiait beaucoup pour les dirigeants. Quand bien même ils auraient eu quelque chose à lui dire, elle les aurait simplement regardés dans les yeux et aurait attendu la fin de la remontance sans exprimer la moindre émotion. Le regret ne faisait pas partie de l'éventail de mots qu'elle connaissait, qui lui venait spontanément.

Le temps passait toujours vite dans l'esprit d'Ambre. Et ce fut le cas aujourd'hui aussi. Elle quitta les quartiers légèrement en avance, histoire de passer par chez elle pour changer de tenue. Non pas qu'apparaître en tant que shadowhunter la dérangeait en temps normal, mais le lieu de rendez-vous était un des bars où elle effectuait régulièrement des descentes. Autant dire que les employés et la propriétaire ne la portaient pas dans leur cœur. Ressenti dont l'italienne se moquait bien, mais comme elle irait aujourd'hui en tant que cliente, il lui fallait être plus discrète. Discrète ne voulant pas dire démunie. Ainsi, un pistolet fut glissé dans le dos, sous les vêtements, et un poignard dans la botte. De bien minces moyens de défense lorsqu'on était haï comme elle pouvait l'être. Suffisants pour elle.

Ses pas la guidèrent jusqu'au Old Absinthe House. Elle était en avance, préférant observer les lieux avant l'arrivée de l'homme. Elle ne lui faisait aucunement confiance, mais ce n'était pas une nouveauté ça.

© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: My Therapy |Darko|   Lun 1 Mai - 13:07

Discrète silhouette parmi la foule, anonyme parmi les anonymes, l'homme immobile observe la figure imperturbable d'Ambre.
Au fond de sa poche, ses doigts sont animés par un indétectable tic répétitif. Les phalanges du pouce et de l'index se pressent l'une contre l'autre, comme pour évacuer une forme étrange de tension inhabituelle.
Le tic-tac de la montre à son poignet s'harmonise aux battements mesurés de son cœur. L'homme se croit maître du Temps et de la situation.

Les gens sont nombreux en cet après-midi clémente. Il ne les regarde pas. Toute son attention converge vers ce visage féminin, non loin de la fenêtre ou tout du moins, du peu qu'il puisse en discerner. Elle est en avance, ce qui signifie qu'elle souhaitait s'approprier les lieux la première. Il est en retard, pour l'irriter peut-être, ou dans une absurde conviction de contrôle de la situation. Juste pour distiller le doute dans l'esprit de la Shadowhunter. Après tout, en cet instant, c'est elle qui dépendait de lui, et non l'inverse.

Tranquillement, il franchit l'entrée du café et fait mine de scruter les silhouettes déjà attablées, avant de feindre de reconnaître la jeune femme. Un hochement de tête appuyé camoufle le mensonge. Il ne l'a observée que durant deux ou trois minutes, du dehors, mais cela avait suffi à rassembler ses idées et à organiser ses pensées. Car sa démarche pouvait paraître risquée. Voire complètement dangereuse. Pourquoi avait-il accepté de révéler son don à celle qui ne lui inspirait qu'une bancale moitié de confiance ? Pourquoi avoir répondu à l'affirmative à la demande de rencontre, et ne pas avoir inventé un prétexte fallacieux afin de se dérober, comme il en a pourtant l'habitude ?
Le goût du risque, peut-être. Ou alors, simplement, le professionnalisme dont il a toujours fait preuve. Ambre avait souvent échoué dans son cabinet, pour des extractions de balles ou autres traitements plus ou moins urgents. Alors, pour atténuer la douleur de ses manipulations, un matin où elle avait débarqué salement amochée, il lui avait déjà parlé de ses talents de magnétiseur. Elle avait rechigné, et il avait perçu toute la méfiance dont elle faisait preuve à l'égard de ce genre d'aptitude. Il n'avait pas insisté.
Visiblement, elle s'en était souvenu.

Il tire lentement la chaise pour s'asseoir face à Ambre, et ses billes la scrutent presque avec défiance. Des secondes s'écoulent, s'étirent, dans un silence presque gênant, avant que le vouvoiement courtois ne le brise enfin.
« J'espère que vous ne m'attendez pas depuis trop longtemps. »
Une formule de politesse. Après tout, il n'est en retard que de quelques minutes. Et pourtant, il semble jauger la réaction de son interlocutrice avec la plus grande des curiosités.
« Vous ne buvez rien ? » Désignant la table vide entre eux, il feint de s'en étonner. En réalité il s'en moque bien. Qu'elle boive, qu'elle change d'avis, qu'elle l'ignore, tant qu'elle ne crie pas sur tous les toits que Darko Vojnomir, l'orthoprothésiste du quartier de Treme, est également pourvu de dons insoupçonnés.

L’œil froid, la voix plus glaciale encore, il penche lentement le buste vers elle, dans un mouvement d'une lenteur rectiligne parfaitement contrôlée.
« Bien entendu, officiellement, nous sommes de vagues connaissances, nous passons un bon moment dans un lieu convivial à bavasser, et lorsque nous irons dans mes locaux ensuite, ce sera au même titre que vos visites habituelles. Je suis orthoprothésiste, et uniquement cela. Je préfère insister. » Il sait que le risque est grand, surtout avec une personne aussi insondable que la jeune femme. Si le don en tant que tel ne représente aucun signal d'alarme quant à ses activités clandestines, il pourrait toutefois, dans l'esprit d'une personne trop curieuse, éveiller quelques soupçons malvenus. Dans celui d'Ambre, par exemple. Alors il doit baliser le terrain.

« Mais, si vous avez fait appel à moi… Je suppose que cela représentait pour vous un dernier recours. Dans mon souvenir, vous étiez plutôt… réticente à ce genre de méthode. Je me trompe ? » Il hausse un sourcil entendu. Son visage est de marbre lorsqu'il s'exprime, comme si d'invisibles ficelles se contentaient d'articuler les muscles nécessaires à l'acte de parole, sans superflu. Il la décortique des yeux, cherchant à surprendre la moindre réaction pouvant jouer en sa faveur, le moindre indice l'affaiblissant afin qu'il puisse prendre le dessus sur elle.
Il pose ses coudes sur la table et joint ses mains sous son menton, préférant la laisser s'exprimer plutôt que d'induire de fausses informations.
Revenir en haut Aller en bas

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1217
↳ Points : 1195
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: My Therapy |Darko|   Dim 21 Mai - 2:05


My Therapy
It’s the chemical way to serenity, it’s faith versus science ••• Les yeux s'accrochèrent à la pendule. Minutes défilant, sans que son médecin n'apparaisse. La patience dans de telles conditions ne faisaient guère partie de ses qualités, pour le peu qu'elle avait. Les doigts tapotaient contre l'accoudoir. Elle n'avait pas envie que ce rendez-vous s'ébruite. En fait, Ambre aimait contrôler son image, quand bien même sa réputation était des plus exécrables. Peu étaient ceux acceptant de faire équipe avec elle. Ou alors ils étaient juste fous. Qui irait consciemment se mettre aux côtés de celle qui n'hésiterait pas à sacrifier la vie de tous les membres de son équipe, y compris elle, si cela s'avérait nécessaire pour la réussite de la mission ? Personne. Personne de sensé en tout cas. Et d'un côté, l'italienne ne tenait pas à ce que cela change. Elle avait créé l'aura l'entourant sur ce point-là, sur cette crainte si on pouvait l'appeler ainsi. Et cela lui plaisait, lui permettait de ne pas avoir à discuter avec les autres. Ambre n'avait jamais aimé parler, elle considérait que ce n'était qu'une perte de temps, en plus d'une possibilité de faire des erreurs. Comme par exemple évoquer son passé, ce passé qui restait en travers de la gorge, ce passé qui pourrait certainement détruire sa vie actuelle. Des crimes par dizaines, et des ennemis par milliers, elle était de cette pourriture qu'elle disait combattre aujourd'hui. Un mensonge de plus dans son existence qui en était parsemée.

Nouvelle entrée dans le café, à laquelle elle ne prêta que peu d'attention. Pourtant, la personne se rapprocha rapidement d'elle. Tout du moins, le bruit des pas était dans sa direction, et c'est ce qu'elle en déduit. Les yeux se relevèrent enfin, billes noires accrochant celles de l'arrivant. Celui qu'elle attendait, avec quelques minutes de retard. Souhaitait-il lui imposer une certaine pression, se montrer en position de force ? Ambre entreprit de s'enfoncer dans son siège, cessant de tapoter de ses doigts le bois. Mieux valait ne pas montrer à quel point elle était agacée par le comportement de l'autre, et plus de ne pas être en position de contrôle aujourd'hui. C'était lui qu'il l'avait, et il devait le savoir. Elle le détailla, celui-là-même qui avait déjà eu l'occasion de la soigner, d'extraire les balles qu'elle se prenait régulièrement. Darko Vojnomir. Le nom s'était gravé dans son esprit, tout comme les mots qu'il avait prononcés une fois où les blessures avaient été plus importantes. Mots qui avaient induit une froideur d'autant plus forte de la part de la milicienne, dont le cerveau ne supportait pas ce genre d'allégations. Trop terre-à-terre pour y croire.

Elle laissa le silence s'étirer, attendit que l'autre prenne la parole. Elle avait le temps elle, elle avait déjà attendue plusieurs minutes sa venue. Un peu plus, un peu moins, elle n'était plus à ça près, et cela lui permettait, selon elle, de reprendre du contrôle sur la situation. Oui, elle en avait besoin pour son équilibre mental... La remarque de Darko ne lui arracha rien. Ni un sourire, ni un rire, ni le moindre changement sur les traits de son visage. Figée dans le marbre. Elle l'observait juste, détaillait chaque millimètre de sa peau. Et sa mémoire rangeait dans la case correspondante. Inoubliables images, qu'elle détesterait voir un jour. Les yeux se posèrent sur la table à la seconde remarque, avant de revenir sur l'homme. Non, elle ne buvait rien, puisqu'il n'y avait rien sur la table. C'était logique, tellement qu'elle se demandait s'il n'était pas en train de se moquer d'elle. Ou s'il ne cherchait pas quelque chose. A quoi s'attendait-il de sa part ? Devrait-elle mettre un masque aujourd'hui, jouer l'un des multiples rôles qu'elle avait dans sa besace ? Quand même pas... Le silence fut alors la seule réponse qu'elle offrit. Discuter, elle n'en avait pas envie. Elle souhaitait juste que les nausées disparaissent, et les cauchemars aussi. Quand Dante avait été là, ils avaient été moindre, rapidement contrôlés. Malheureusement, il avait fini par partir, continuer sa vie, et Ambre ne pouvait pas lui en vouloir. Elle avait juste reconstruit les barrières, fait comme si tout allait bien, même si ça n'avait jamais été le cas.

Insondable, voilà ce qu'elle était. Même quand Darko se mit en position de faiblesse par lui-même, tout en cherchant à être en force. Elle le sentait, dans tout le contrôle qu'il déployait. Tentait-il de lui faire peur ? Ou était-il lui-même effrayé de ce qu'elle pourrait dire et faire avec cette information qu'elle avait entre les mains, et en laquelle elle ne croyait pas. Et pourtant elle était ici, face à Darko. Il fallait qu'elle soit réellement désespérée, qu'elle ait tout testé avant. Néanmoins, les mots titillèrent la curiosité de la jeune femme. Qui prendrait la peine d'une telle évocation, s'il n'avait pas peur de quelque chose ? Que cachait-il ? Déjà qu'Ambre partait du principe que tout le monde était en tort, méfiance absolue, mais là, l'homme venait de passer dans le top de ses priorités. Sans que son comportement ne le fasse remarquer. Des années d'entraînement, des émotions supprimées, cachées, un comportement calculé, réfléchi. Contrôlé. Néanmoins, les dernières paroles laissèrent un léger sourire s'échapper. Si seulement ses yeux pouvaient afficher autre chose que leur vide habituel.

« Et je suis toujours sceptique par rapport à ce genre de méthodes en effet. Cependant, je n'ai pas d'autres choix que de tester si je veux... Supprimer les problèmes que j'ai en ce moment. Ce n'est pas quelque chose de dangereux, je peux donc me permettre de venir vous voir pour utiliser vos... Talents. »

Ce n'était peut-être pas la meilleure expression à utiliser, mais elle n'en avait pas d'autres pour le moment. Et s'il souhaitait que ce soit prononcé autrement, il n'avait qu'à lui en faire part. Elle modifierait. Ou pas. Tout dépendrait de son envie du moment. Elle croisa ses jambes, se rappela qu'elle avait tout de même un poignard dans ses bottes. Non, elle n'était pas capable de ne pas sortir armée. Voilà une idée que son cerveau ne pourrait jamais cautionner. Être vulnérable, sans défense. Même si elle s'y connaissait en arts de combat et techniques de défense, elle préférait la présence réconfortante d'une lame ou d'un pistolet.

« Non, je n'ai pas forcément soif, mais rien ne vous empêche de commander si vous en avez besoin. Et cela ne faisait que quelques minutes que j'étais installée. L'endroit est confortable, ce n'était pas dérangeant. »


Elle avait quand même répondu, et de façon plutôt polie alors qu'elle aurait juste pu lui enfoncer un poignard dans la main en guise de bienvenue. Néanmoins, la jeune fille se retint. Elle avait encore besoin de l'autre, et un acte de violence gratuit envers une personne travaillant plus ou moins pour le Gouvernement... Ce n'était pas une bonne idée, d'autant plus qu'elle était ici en tant que civile, et non milicienne.

« De quoi avez-vous peur ? Le gouvernement n'a jamais empêché ce genre de pratiques, vous n'êtes donc pas en tort. Ou alors vous craignez pour votre réputation ? Un peu puéril donc, ne pensez-vous donc pas ? »

Que risquait-il, à part perdre un peu de renommée dans son domaine ? Ambre n'avait jamais réellement accorder de l'importance à ce genre de choses, tout en refusant de se montrer dans un état de faiblesse au monde. Paradoxale, elle l'était assurément. Les doigts reprirent leur musique sur l'accoudoir. Légère, terriblement ennuyante aussi. Les yeux restèrent accroché à ceux de Darko, alors que les mots sortaient à nouveau.

« Vous auriez pu refuser ma demande si cela vous dérangeait. »


Puisque bon, Ambre était juste là pour tester la dernière solution à ses problèmes, outre les somnifères qui embrouilleraient à coups sûrs son esprit. Néanmoins, elle n'aurait pas obligé l'autre à accepter s'il ne l'avait pas voulu. Il était juste son dernier espoir, qu'elle le veuille ou non.

© 2981 12289 0

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

My Therapy |Darko|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Näyak Therapy - RPG
» (M) Darko Marloes - Élève à Pozhar {Feat Jordan Henrion}
» VOLTAIRINE | Smile, it's free therapy.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-