AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 reassemble [rp express ; Tristan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: reassemble [rp express ; Tristan]   Mer 26 Avr - 1:19


The surf's against us, are we able ?
Forgive our faults when they're shameful,
Let's be honest with ourselves.



Il y avait quelque chose d’inhabituel qui s’était développé chez Vaas depuis quelques temps. Quelque chose de surnaturel. Depuis qu’il en avait conscience, tout son for intérieur lui hurlait des sensations jusqu’ici inconnu. Il était tiraillé. Pas de la même manière qu’avant. Pas entre un mal qui le rendait fou et son besoin de rester « dans la norme ». C’était autre chose. Il était maintenant tiraillé entre ce qu’il a toujours abhorré depuis toujours et ce qu’il pensait être : entre le pouvoir et ses convictions. En lui se cachait une force insoupçonnée qui lui a été révélé grâce à un de ses coéquipiers de mission, Tristan. Sans lui, Vaas serait mort et oublié depuis un long moment. L’ouvrier lui doit la vie à plusieurs reprises, et pour cette raison, il aurait son respect et sa reconnaissance jusqu’au bout. Dernièrement, Tristan avait acquis une autre fonction que celle de partenaire sur le terrain. Celle de conseiller en surnaturel, et surtout guide en ce qui concernait sa nature récemment révélé. Vaas quémandait souvent ses conseils. Du point de vue de Tristan, l’ouvrier avait pleinement conscience de le faire chier plus qu’autre chose, n’ayons pas peur des mots. Mais il fallait qu’il contrôle ce qu’il était devenu. Dès le moment où il avait compris qu’il y avait un moyen de combattre ce mal en lui, de peut-être le transformer, il avait saisi sur l’occasion. Plutôt au sens figuré. Mais sentir de ne plus être seul au monde était le meilleur sentiment de soulagement possible.

Il n’était pas sûr de l’endroit où pouvait se trouver Tristan en ce moment. Il l’avait appelé plus tôt dans la soirée. Vaas avait dû en emprunter un téléphone à son voisin, n’en possédant pas un lui-même depuis l’apocalypse. C’était un des objets qui se faisaient assez rare. Pendant cet appel, Tristan lui avait dit qu’il travaillait avant de lui donner une brève horaire et le lieu où le trouver. Il ne lui en fallait pas plus.

Plus tôt dans l’après-midi, Vaas avait dépassé les limites. Il avait failli tuer un homme. Et sur le moment, il en avait exalté. C’était la sensation de trop pour le jeune homme. Faisant les cent pas devant la sortie des artistes du Masquerade, il se rappelait du moment. Du moment où ses doigts décidaient de la vie ou de la mort d’un collègue de chantier. Il n’avait pas été si méchant pourtant, ce collègue. Un regard de travers peut-être, une parole plus haut que l’autre, oui. Et cette arrogance. Ce côté hautain que Vaas ne supportait plus chez l'autre. Ça avait suffi à le rendre fou de rage. Il avait senti la température du sang de ce pauvre homme chauffé à mesure que les secondes passaient. Il pouvait littéralement le ressentir. Avant de se rendre compte de son abomination, de lâcher prise et de fuir sa propre horreur.

Ce fut les cent pas les plus épuisant de sa vie. Jusqu’au moment où une silhouette familière apparue à l’embrasure de la porte.

« Putain, mec, j’ai déconné… » Il n’avait pas le temps pour les politesses et les salutations. Il fallait que ce remord qui le faisait suer à grosses gouttes sorte une bonne fois pour toute. « J’ai fait une connerie. Une grosse connerie. Et t’sais quoi ? C’est à cause de… de moi ! » Il pointa sa propre poitrine de son index si fort qu’il en eut mal. « J’ai pas réussi à m’contrôler, j’y arrivais plus, et j’ai… » Ses mains se portèrent instinctivement à sa gorge, comme il l’avait fait sur ce pauvre homme, incapable de prononcer les mots qui illustreraient pourtant mieux son angoisse. Il fixa intensément Tristan, puis finit par faire retomber doucement ses bras le long de son corps. « C'était quoi ? Tristan ?... » Sa voix était à peine audible, mais elle semblait être assourdissante et alourdir encore plus son âme de questions sans réponses.

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 


Dernière édition par Vaas Milligan le Lun 1 Mai - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Lun 1 Mai - 20:35


« I'm so ugly, but that's okay, 'cause so are you. »

Vaas & Tristan
featuring

Lorsque Tristan apparut dans l'embrasure de la sortie des artistes, il portait toujours son costume de scène, si près du corps, qui rendait sa silhouette d'autant plus haute et fine. Le justaucorps en lycra noir et rouge était constellé de strass en cristal brillant. Il n'aimait guère cette tenue, trop criarde, mais ainsi en avait décidé le metteur en scène, déterminé à éblouir les spectateurs par les paillettes et les artifices. En apercevant Vaas occupé à faire nerveusement les cents pas sur le trottoir, Tristan resta silencieux. Il ne pourrait pas quitter le cabaret avant la fermeture et la soirée débutait à peine mais cette heure de pause était la bienvenue. Le téléphone était une denrée rare mais il était bénéfique de profiter de contacts dans le monde des mafieux. Tristan dissimulait l'objet dans son sac à dos et ne l'allumait que pour vérifier ses messages, aussi régulièrement que possible. Vaas avait paru très alarmé et lorsqu'il l'avait eu en ligne, le ton de sa voix avait été suffisant pour Tristan. Ainsi, sans lui poser la moindre question, il avait rapidement estimé qu'il valait la peine de lui offrir de son temps.

A présent qu'il voyait l'expression de son visage et que ses mots se déversaient en cascades nerveuses hors de sa bouche, l'angoisse de Vaas était encore plus perceptible. Ses gestes exprimaient ce qu'il ne parvenait pas à prononcer. Tristan fronça les sourcils dans un mouvement ambigu de contrariété ou d'expectative.

« Nous ferions mieux de ne pas parler dans la rue. Viens. »

Bien que personne ne soit visible aux alentours, les murs avaient des oreilles, parfois. Tristan attrapa doucement le bras de son ami et l'encouragea à le suivre à l'intérieur. Son ami. Ils étaient si rares ceux qui portaient ce statut mais Tristan s'était surpris à envisager les choses sous cet angle. Vaas était bien la seule personne à laquelle Tristan s'était un tant soit peu ouvert au sujet de sa malédiction. Une part de lui avait sincèrement envie de l'aider. Mais une autre part ne désirait que fouiller dans les abysses de son âme, par un pur attrait morbide et sans doute assez malsain. Qu'importait ces paradoxes, Tristan n'avait aucune envie de s’interroger sur ses propres ressentis.

Le couloir était sombre, seules de faibles lampes rouges l'éclairaient et offraient à l'endroit une aura de mystère et de discrétion. Les clients n'étaient pas autorisés à pénétrer dans le cabaret par cette entrée privée mais le gardien s'était éloigné et l'occasion était trop belle. Une curiosité insalubre luisait dans les yeux sombres de Tristan lorsqu'il observait Vaas à la dérobée, tout en le menant au travers des couloirs, silencieusement.

Enfin, ils parvinrent dans une loge qu'il partageait avec d'autres artistes mais qui était vide à cette heure. Poussant la porte, il invita Vaas à y entrer, s’effaçant pour lui céder le passage avant de la franchir à sa suite et refermant aussitôt derrière lui. La pièce n'était pas très grande, les murs étaient recouverts de miroirs et de photographies des spectacles. Une panoplie de produits de maquillage ornait la longue table sous le miroir et des tringles supportaient le poids de nombreux costumes de scène. Une fois certain d'être seul à seul, Tristan se plaça face à Vaas et l'interrogea du regard. Ses yeux brillaient d'une lueur trouble. Il ne souriait pas vraiment mais son regard le faisait mieux que ses lèvres. Il posa ses mains contre ses épaules de l'homme et articula dans un murmure.

« Qui as-tu tué, Vaas... ? »




_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Dim 7 Mai - 18:53



Vaas sentait ses jambes devenir faible à mesure que Tristan l’emmenait à l’écart. C’était comme s’il était redevenu un enfant et qu’il attendait la sentence terrifiante de son père s’abattre sur lui. Etrangement, lorsque les mains du jeune homme se posèrent sur ses épaules, il retrouva un semblant de réactivité. Sa respiration était saccadée, mais il était nécessaire de lui dire toute la vérité calmement afin qu’il l’aide à se contrôler. Mais c’était si dur. Utiliser des mots de la vie quotidienne pour exprimer un geste aussi inhumain, Vaas n’y arrivait pas, il se sentait sali.  

« Qui as-tu tué, Vaas... ? » Son regard devint affolé. Ses sourcils formèrent une vague d’incompréhension. Vaas secoua vivement la tête de droite à gauche par de petits mouvements brusques. Il ne voulait pas revivre ce moment. Il ne voulait pas y repenser. Il sentit sa gorge se nouer. Il ouvrit la bouche pour parler mais il n’en sortit qu’un hoquet sec et tremblant. Ses yeux se noyèrent devinrent flou et brumeux derrière un mur de larmes. « Je l’ai pas tué, j’ai… » Il mima le geste qu’il avait fait auparavant. Ses doigts se resserrèrent devant une silhouette invisible en face de lui. Son esprit reformait les traits de son malheureux collègue. « Je l’ai tué. » La confession lui délia la gorge. Le déni l’avait fait arriver jusqu’à Tristan intact. L’aveu le brisa. Une larme coulait le long de sa joue. « C’était un collègue, je… Je ne le connaissais à peine, j’ai… » Son esprit s’était joué de lui. Son subconscient avait façonné des souvenirs qu’il pourrait accepter plus facilement que la réalité. Il plongea son visage au creux de ses paumes. Ses mêmes paumes qui semblait nettoyer son visage en passant jusqu’à l’arrière de son crâne. Ça avait commencé simplement par un mot plus haut que l’autre. Une divergence d’opinion qui avait des antécédents mais jamais au point d’en venir physiquement. Jusqu’à aujourd’hui. Il tenta du mieux qu'il pouvait de contrôler sa voix à un niveau le plus bas possible. L'endroit où Tristan l'avait amené était désert pour le moment. Malgré ça, il ne put empêcher ses cordes vocales échapper un ton brisé à chacune de ses paroles prononcées.

« Comment ça s’fait que j’sois capable de faire ça, hein ? Comment est-ce que j’ai pu faire ça ? C’était incontrôlable, j’maitrisais plus rien et pourtant j’étais… »

Un blanc survint. En essayant de se souvenir, il n’y avait rien, uniquement des flashs blancs et noirs se succédant. Les sensations par contre, il se souvenait. La fureur de sa colère qui avait commencé à lui faire perdre la raison ; la rage de sa haine qui ne retenait plus aucun de ses gestes ; la puissance de sa souffrance et l’acte irréparable qu’il avait savouré du bout des doigts.

« J’ai fui. On était que tous les deux sur le chantier, et j’ai fui. Il a jamais eu du putain d’respect pour mon boulot, jamais. C’en était trop, j’ai… » Ses jambes eurent de plus en plus de difficulté à le soutenir. Il pouvait sentir son estomac se nouer, tout comme sa gorge qui recommença à hoqueter, hésitant sur ses propos. Des souvenirs troublés auxquels il n’avait aucune confiance. « Son sang coulait entre mes doigts. Quand j’ai retiré ma main, il s’est écroulé. J’me suis barré... » Est-ce que c’était putain d’réel ? L'ouvrier connaissait pourtant déjà la réponse à sa propre question. Il avait tout ressenti. C'était lui qui avait tenu la gorge de sa victime. Il pouvait encore sentir le sang sortir de ses pores et couler sur ses phalanges sous le regard désespéré de l'homme affolé. Il ne prévient jamais, l'instant où le subconscient craque. Ou après avoir encaissé pendant toutes ces années, son for intérieur hurle sa douleur. Ou après le millième reproche, ce même subconscient devient noir et perd le contrôle. Il ne prévient pas. Il ne reste plus rien. Uniquement le corps qui crache sa souffrance sans qu'aucune conscience ni principe ne puisse intervenir. Vaas prononça juron sur juron, se maudissant d’être parti comme un lâche, n’ayant pas su garder son calme. Son regard toujours flouté par le mur de larmes coincés sous ses paupières fixa Tristan avec peur. « C’est possible ça ? Faire ce que j’ai fait, comment ça peut être putain de possible ? »

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Mer 10 Mai - 14:33


« I'm so ugly, but that's okay, 'cause so are you. »

Vaas & Tristan
featuring

Les prunelles sombres de Tristan étincelèrent. Il se sentait envahi par une excitation malsaine, quelque chose au fond de lui frétillait d'enthousiasme à la simple évocation de la mort. L'envie de secouer Vaas pour qu'il libère les informations plus vite le taraudait. Ses yeux s'agrandirent face aux hésitations qui s'échappaient en paroles confuses de la bouche de l'ouvrier. Des éclats de rire sinistres résonnaient dans sa tête et une sensation de vertige s'empara de lui alors que les échos de ces rires se répercutaient, comme des balles bondissantes à l'intérieur de son crâne. Le contraste violent qui existaient entre ses ressentis et le visage si pâle de Vaas, devant lui, le heurta soudainement. Ses paupières ployèrent et doucement, ses bras retombèrent le long de son corps.

Il percevait l'affolement de l'autre, dans son regard vacillant, sa respiration trop rapide, son expression horrifiée, sa difficulté à parler intelligiblement. Et l'humidité dans ses yeux. Tristan l'observa avec attention, en silence. Jamais il n'avait vu Vaas pleurer. Il suivit des yeux la descente de cette larme qui dévalait sur la joue de l'homme. Il l'écouta sans l'interrompre, sa propre expression redevenue impassible. Vaas était adulte mais il le voyait comme un enfant perdu. Il secoua légèrement la tête. Parfois, Tristan ne savait plus ce qu'il ressentait et le vide brutal d'émotion le plomba un moment.

Les jambes de Vaas tremblaient. Tristan leva son bras pour le glisser sous le sien et le soutenir, jusqu'à le mener avec fermeté vers une chaise dans un sobre conseil. « Assied-toi. » Sans répondre immédiatement aux questionnements angoissés du meurtrier, Tristan prit le temps de soupeser les éléments de la situation. Tout en réfléchissant, il alla chercher une bouteille d'eau dans son casier, l'ouvrit et remplit posément un gobelet en plastique avant de revenir le donner à Vaas. Ce dernier était exposé à de réels ennuis et Tristan jugea bon de clarifier le plus urgent et se concentrer sur l'aspect pratique. Loin d'être alarmiste, son ton restait placide, sans doute un peu trop neutre. Il lui distribua chaque question posément.

« Est-ce que quelqu'un t'a vu ? Quand les faits se sont-ils déroulés ? Dis-moi si qui que ce soit à pu te voir avec du sang sur les mains. Il faut également penser aux vêtements, les tiens ont-ils été tachés de son sang ? »

Sans preuve, personne ne pourrait accuser Vaas mais s'il en existait, mieux valait s'en occuper le plus tôt possible, tant qu'il en était encore temps. Il ajouta quelques mots d'une voix moins froide, à la douceur réservée.

« Mieux vaut qu'il soit mort, mon ami. Les morts ne parlent pas. Du moins... pas aux humains. »

Tristan s'adossa à la tablette, posant sur Vaas un regard songeur. Il l'avait reçu chez lui à trois reprises, avant ce soir. Si au départ, l'homme avait été chamboulé par ses affirmations, il avait fini par admettre qu'il n'était pas seul à ressentir ces étranges phénomènes et qu'il n'était pas fou. On était souvent si prompts à juger ceux qui étaient différents, les taxant d'anormaux, de dégénérés, de tarés. Un infime sourire s'esquissa sur ses lèvres sans que Tristan ne cesse de scruter les yeux brillants de larmes. « Ce que tu as réussi à accomplir est prodigieux. Tu possèdes un pouvoir phénoménal. Sois fier de cela. » Tristan n'était jamais parvenu à ce niveau extrême de puissance. Bien qu'il réussisse à contrôler le flux sanguin et sa chaleur, il n'avait encore jamais réussi à l'extraire d'un corps.

Derrière son dos, contre le mur, se trouvait le large miroir destiné aux artistes. Si Vaas levait les yeux vers lui, il ne pourrait faire autrement que de voir son propre reflet le contempler en grimaçant. Tristan poursuivit, de cette même voix basse et douce. « Sans doute est-ce l'excès d'émotion qui t'a dépassé. Il faut que tu parviennes à les maîtriser. Vaas. Pour qui pleures-tu exactement ? »




_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Mer 24 Mai - 1:11


Vaas se laissa soulever par Tristan vers une chaise non loin d’eux. Comme hors du temps, il devint soudainement silencieux. Cependant, les voix en lui hurlèrent si fort que son visage se crispa, comme pour tenter d’atténuer ces bruits incessants. Il ne savait pas combien de temps s’était déroulé lorsque Tristan se mit à lui poser une multitude de questions. L’ouvrier n’arrivait pas à le regarder. Il n’arrivait pas à se concentrer suffisamment pour garder son regard fixe.« Non…C’était sur le chantier, on était seul, on… » Il regarda ses mains. Elles tremblaient. Elles étaient dorénavant des armes. Et il devrait vivre avec. Il pouvait encore y voir le sang de sa victime couler entre ses doigts. Du coin de l’œil, il aperçut quelques traces autour de son poignet. Dans la précipitation, il ne s’était pas bien nettoyé. Une force terrifiante lui nouait l’estomac à cette vue. La peur d’être accusé mêlée à l’horreur de son geste. Vaas se redressa sur sa chaise et cala son dos contre le dossier. Ce simple geste lui fit se rendre compte qu’il était courbé depuis trop longtemps. Il leva les yeux au plafond en se passant les mains sur son crâne.

« Mieux vaut qu'il soit mort, mon ami. Les morts ne parlent pas. Du moins... pas aux humains. » A cette phrase, Vaas le regarda comme s’il venait de prononcer le plus abominable des blasphèmes. Il ne comprit pas vraiment la signification de la dernière partie de sa phrase. Les morts parlaient maintenant ? Vaas n’avait jamais invité un zombie à prendre le thé chez lui afin de vérifier si ce type de mort pouvait communiquer ou non. Des esprits ? « Quoi ? Putain… » Il lui demandera plus tard ce qu’il avait en tête à ce moment. Il posa ses mains sur ses cuisses. Quelque chose dans cette phrase l'avait aidé à se ressaisir, même si ce ne fut que pour quelques secondes. Peut-être le qualificatif d'ami qui était rare chez quelqu'un de la trempe de Tristan. Ou ses élucubrations pour tenter de le rassurer sur les morts ne parlant pas. Il passa son regard d’un point à un autre à une vitesse déconcertante. « C'était... à l’est de la ville, un immeuble pas loin du Old Absinthe House. J’sais pas si y’avait du monde en sortant, j’ai pas fait gaffe… L'immeuble non, il est en chantier, on a interdit l'accès... »

Être fier ? De ce qu’il avait commis malgré lui ? C’était inconcevable. « Comment tu peux dire ça putain ? Je peux pas, Tristan, j’peux pas… » accepter c’que j’suis. Un tourbillon d’émotions le submergeait, son estomac lui faisait mal et un sentiment de dégoût semblait s’en émaner pour s’y loger au fond de sa gorge. Pour qui pleures-tu ? C’était étrange. Ces mots résonnaient en lui. Comme si à force de répéter cette question dans sa tête, la réponse finirait par arriver. Il aurait tant souhaité que ce soit le cas. Lorsqu'il leva les yeux vers Tristan, Vaas eut un mouvement de recul. Tristan s'était adossé contre un large miroir. Il n'avait de ce fait pas pu échapper à son reflet. Lorsqu'il n'était pas préparé à lui faire face, l'ouvrier s'en sentait troublé. Il le haïssait. Il se haïssait. Malgré les efforts de Tristan pour tenter de l'y habituer, il lui faudrait manifestement beaucoup plus de temps.

« A cause de moi. » Son regard passa subtilement de Tristan à son image déformée qui lui faisait face. Sa jambe fut prise de furieux spasmes. Il se leva brusquement, incapable de rester en place et de faire face à son reflet une seconde de plus. Malgré les conseils et les entrainements chez Tristan, il se sentait démuni. « Parce que rien n’a changé, j’suis toujours aussi faible putain ! » Ce ne fut plus des larmes de détresse. La colère avait pris sa place. Vaas en fut le premier étonné. Mais alors pourquoi n’était-il pas plus déchiré ? Il n’y a pas si longtemps, l’ouvrier aurait été rongé par la culpabilité. Bien sûr, il regrettait. Mais pas simplement d’avoir ôté la vie d’un homme. Il regrettait de ne pas avoir réussi à faire autrement. Alors qu’au fond de lui il savait qu’il en était capable. Ils avaient tant discuté et Vaas avait assimilé bien plus durant ces dernières semaines que depuis des années. Ce fut comme un échec. Et il s'en voulait atrocement. Car cela avait coûté la vie d'un homme.

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Mar 30 Mai - 18:36


« I'm so ugly, but that's okay, 'cause so are you. »

Vaas & Tristan
featuring

Les yeux sombres de Tristan cherchaient à capter le regard du possédé, sans succès. Les billes d'un bleu brillant s'éparpillaient avec une anxiété visible. Face à lui, Tristan demeurait impassible en réfléchissant à la situation, sans s'offusquer de la réaction choquée que son propre commentaire engendrait. Mieux valait que la victime n'ait pas survécu, c'était une évidence, et il haussa doucement les épaules. Selon les explications de Vaas, la scène s'était jouée à l'autre bout de la ville mais a priori, le cadavre ne devrait pas être découvert trop vite, si l'accès au chantier avait été interdit. Tristan se demandait s'il valait mieux prendre le risque d'y retourner pour effacer les preuves, au risque de se faire surprendre, ou bien laisser les choses telles quelles.  Mais au-delà de la prudence et de l'aspect pratique des choses, un intérêt macabre poussait Tristan à se rendre sur les lieux du crime, quelle qu'en soient les conséquences. Il garda ses pensées pour lui dans un premier temps, sans songer à les partager.

Cette curiosité sinistre brillait toujours dans le noir de ses iris tandis qu'il dévisageait Vaas, dans un sourire d'aspect insensible. Tristan n'était pourtant pas dénué de compassion, pas vraiment. Il se pinça doucement les lèvres en ayant la vague sensation d'avoir offensé son ami en parlant de fierté. Il désirait pourtant tenter de le comprendre et ne cessait de le fixer avec attention, le voyant soudainement tressaillir. Il le suivit des yeux lorsqu'il se redressa avec nervosité, pareil à une pile électrique. A ses mots, Tristan resta silencieux quelques secondes avant de se redresser doucement de la tablette contre laquelle il était adossé. Il aurait aimé comprendre la raison précise qui faisait pleurer Vaas et ses réponses le firent méditer un moment. La colère n'était-elle pas préférable à la peine ? Lui-même ne ressentait jamais ce genre de sentiment dévastateur et trop intense. Mais lorsqu'il était en colère, c'était uniquement contre lui-même, lorsqu'il se trouvait en position d'échec. Était-ce ce que ressentait Vaas en cet instant ? Tristan n'en était pas sûr. Pourtant, quelque chose dans son âme lui soufflait d'étranges envies. Celles de raviver davantage la fureur de Vaas, afin qu'elle nettoie toutes ses douleurs, comme un feu clair et purifiant. Il soupira profondément.

« Alors, il faut cesser d'être un faible. »

La douceur avait disparu de ses yeux et de sa voix. Ils étaient plus secs, plus durs. Il marcha vers Vaas et attrapa sa nuque de sa main aux longs doigts arachnéens. Le maintenant d'une poigne ferme, il le contraignit à se tourner à nouveau vers le grand miroir et à affronter son propre reflet, sans plus détourner le regard. Tristan les contempla lui-même sans broncher. Se voyant aux cotés de Vaas, il affronta sa propre monstruosité qui se reflétait dans la glace. Étrangement, il ne percevait pas celle de son compagnon, ne voyant se refléter que le visage d'un homme blond, au traits tirés par l'inquiétude et le stress. Un homme fragile en dépit de sa trentaine affichée, un homme dont les yeux clairs brillaient d'une rage contre lui-même. Un homme avec ses émotions et ses tourments, mais pas un monstre.

Tenaillé par une pulsion irréfléchie que lui inspira l'esprit parasite, il y céda immédiatement. Resserrant son étreinte contre la nuque de Vaas, Tristan altéra ses émotions, accroissant cette colère qui bouillait déjà en lui et qui brûlait ses yeux de larmes amères. Il se concentra pour influencer son humeur au maximum de ses capacités, dans le but de faire naître en lui une rage des plus fulminante. Tout en agissant, il lui parla, observant toujours leurs reflets dans le miroir. Le sien grimaçait un sourire mauvais, de ses mâchoires décharnées.

« Celui que tu as tué méritait la mort, il te manquait de respect. Tu n'es pas un faible qui se laisse marcher dessus. L'es-tu, Vaas ?  Regarde dans ce miroir. Est-ce que tu le vois encore, ce démon horrible qui masque tes traits ? »

Tristan observa le sien dans un élan de sado-masochisme troublant. Parfois, un pur cynisme le poussait à apprécier cette vision horrible, comme s'il observait un tableau de maître. Il s'effrayait lui-même lorsqu'il en venait à aimer sa difformité et il cilla légèrement avant de se contraindre à effacer cette vision. Il avait la force de le faire pendant près d'une heure désormais et souvent bien plus. Le visage de Tristan retrouva sa finesse et sa beauté juvénile et il s'accorda quelques secondes pour reprendre ses esprits. Relâchant Vaas pour le regarder en face, il retrouva un ton moins sévère, plus proche de sa douce indifférence habituelle.

« Retrouve ta propre image. Souviens toi de qui tu étais, avant. Redessine ton visage dans tes pensées, recompose tes traits comme si tu étais un sculpteur. »



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Dim 4 Juin - 19:10



« Cesser d’être un faible. » Tristan l’affirmait comme si c’était aussi facile que d’éteindre un feu en balançant un litre d’eau dessus. Mais il n’y avait pas de recette miracle. Uniquement de la volonté. Chose qui faisait cruellement défaut à l’ouvrier à cet instant précis. Généralement, quand ça touchait sa personne, il n’en n’avait aucune.

Vaas observa Tristan qui s’approchait de lui. Il resta immobile, s’attendant à une suite de sa leçon de morale. Mais ce fut mille fois pire. Il sentit les doigts de Tristan lui serrer sa nuque, si bien que le pauvre ouvrier ne put faire autrement que de le suivre. Ses pas trainèrent lorsqu’il se rendit compte que son ami le dirigeait vers le miroir duquel il avait détourné son regard quelques secondes auparavant. « A quoi tu joues putain… Arrête ! » Paroles inutiles lorsque contrairement à lui, la volonté de Tristan était infaillible. Les deux hommes se retrouvèrent face au miroir qui reflétait alors leur reflet. Vaas était forcé de regarder ce qui lui faisait office de miroitement depuis un temps qui lui semblait une éternité. Étrangement, le reflet de Tristan était intact. Aucune déformation, aucune horreur ne se reflétait face à lui. Pourquoi ? C’en était trop. C’était insurmontable. La colère fit place à la haine.
Et Vaas fulminait. Sa rage lui fit serrer les dents et crisper son front. Non, il n’était pas faible. Les autres le rendait coupable de ce qu’il était. Autrement, ce qu’il avait accompli était un exploit. Une habileté que peu possédait. Que la plupart redoutait et qu’une partie jalousait. Devrait-il se cacher jusqu’à la fin de ses jours ?

Tristan parlait à ses côtés, il avait lâché son emprise mais Vaas fixait toujours son reflet comme hypnotisé par l’horreur. Ses dents ne voulaient pas se décontracter. Le monstre en face semblait sourire, mais d’un sourire sans dents, sans lèvres, uniquement une ouverture vers les ombres qui s’étendait d’un coin à l’autre de son visage. « Souviens-toi de qui tu étais, avant. » Vaas, l’hackeur qui jubilait à faire chanter les grands de ce monde qui se pensait à l’abri et au-dessus des lois. Vaas, le jeune homme bon à rien qui n’était pas obnubilé par une maladie qui lui rongeait jusqu’aux entrailles. « Tu sais c’que j’vois vraiment, hein ? » Sans quitter le miroir des yeux, il s’y approcha de plus en plus, jusqu’à y poser ses paumes contre sa fraicheur réflectrice. Sa main droite se détacha brutalement pour former un poing vengeur et venir cogner à l’endroit où se trouvait son visage maudit. Habituellement, il lui aurait fallu une force considérable pour briser une glace à main nue. Mais ce ne fut pas lui qui la brisa. Ce fut sa haine. Des tâches rouges avaient laissé leur trace au milieu du spectre de la glace brisée. Quelques gouttes de sang perlèrent le long de ses doigts sans qu’il n’y prêtât attention. Le visage séché de toute larme, il posa son regard sur Tristan. Ses dents ne s’étaient pas détendues une seule seconde, et c’était la mâchoire serrée qu’il s’adressa à son ami en s’approchant dangereusement vers lui.

« J’suis pas un putain d’sculpteur. » Il était maintenant à moins d’un mètre de Tristan. « Tu crois qu’c’est facile ? » Il lui empoigna son col si bien qu’il lui crachait presque au visage. « Tu en parles comme si c’était évident… Mais tu sais quoi ? Y’a rien qui est facile, y’a rien qui est évident dans ce putain d’monde de merde à l’agonie ! » Sa voix était grave et rugissait un mépris malsain envers ce-dit monde. Vaas relâcha la pression et tourna le dos à Tristan. Son corps bouillonna de colère et de haine. Si ses yeux étaient humides, c’était dû à la rage qui l’habitait entièrement.

En lui tournant le dos, il refit face au miroir brisé. Vaas eut un hoquet de surprise face au miroitement en toile d’araignée enraillé par des ruissellements de sang. Il vit le visage d’un homme fatigué à la barbe garnie et aux cheveux négligés. Il avait l'impression d'avoir vieillit de dix ans. Cela ne dura que le temps d’un clignement de cil. Il se retourna alors furtivement vers Tristan les yeux hagards. « Je… J’ai vu… »  C’était comme si apercevoir ce qu’il était devenu lui avait fait perdre l’usage de la parole. Il serra son poing endolori si bien que ses ongles semblaient creuser des tranchées dans sa paume. Sa colère n’avait pas disparu pour autant. Ce furtif moment de lucidité lui ouvrit soudainement les portes de cette volonté qui lui faisait défaut. « J’dois retourner sur place. J’dois y retourner et… » Il n’était pas sûr de la suite des événements. Mais il était hors de question qu'il s’apitoie sur son sort une seconde de plus. Il devait agir. Et chose surprenante de la part du jeune Milligan, il osa espérer ne pas agir seul dans cette action. « J'ai besoin d'ton aide. »

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Jeu 22 Juin - 2:38


« I'm so ugly, but that's okay, 'cause so are you. »

Vaas & Tristan
featuring

Tristan n'aurait sans doute jamais pu être un bon professeur, ses compétences en communication n'étaient probablement pas assez habiles. Il savait comment les choses fonctionnaient mais il ignorait la manière dont les expliquer. A moins qu'il ne soit simplement pas assez accommodant pour se donner la peine de le faire. La colère de Vaas grondait dans les plus infimes particules de son corps, Tristan avait pu sentir la nervosité raidir sa nuque sous ses doigts. Bien-sûr, il savait ce que cet homme apercevait dans le miroir : la face effrayante de ses dons occultes. Et une fois que le regard s'y accrochait, il était difficile de s'arracher à cette vision funeste. Tristan était bien placé pour le savoir et se sentait d'autant plus curieux de voir ce que Vaas ferait, lorsqu'il serait confronté en face à face à ses propres tourments. Demeurant stoïque et silencieux, Tristan observa ainsi le courroux de sa victime se déchaîner dans un geste de rage, le miroir se brisant sous son poing furieux. Il défiait son reflet. La colère séchait ses larmes.

Lorsqu'il s'approcha de lui, le visage crispé par ses vives émotions, Tristan le regarda se rapprocher sans répondre. Il fronça les sourcil lorsque la main du colérique se referma sur son col mais ne bougea pas d'un cil. Vaas était trop proche, il n'aimait guère cela. Pas plus qu'il n'appréciait de sentir ses postillons sur ses joues pendant qu'il parlait. Il était néanmoins conscient que son ami avait besoin de d'exprimer et de libérer cette tonne de frustration et de ressentiment. Sans chercher à se défaire de sa poigne, il se contenta donc de l'écraser d'un regard dénué de la moindre pitié. « Si les choses étaient simples, il n'y aurait aucun mérite à vaincre. Croyais-tu que de tels pouvoirs puissent s'obtenir si aisément ?» La voix de Tristan était assez coupante. Et si Vaas faisait mine de chercher la bagarre, il lui serait plaisant de l'envoyer aussitôt au tapis. Cette idée habilla ses iris de cruauté. Néanmoins, le meurtrier se détournait déjà et Tristan esquissa une légère moue de déception. Qu'il ne compte pas sur lui pour le plaindre s'il baissait les bras aussi facilement.

Pourtant, en se retournant, Vaas tressaillit et un regain d'intérêt anima le danseur qui réajustait le col froissé de son costume de scène. Quelque chose semblait avoir changé dans la manière dont l'homme observait son reflet dans le miroir brisé et à ses paroles, Tristan haussa un sourcil, presque sceptique. Vaas semblait néanmoins tout à fait sincère, vu l'effarement qui se marquait sur son visage...  Tristan avait lui aussi mis du temps avant de découvrir autre chose qu'un monstre dans chaque surface réfléchissante. Et lorsqu'il avait enfin pu revoir ses véritables traits, près de deux ans plus tard, il s'était découvert changé, différent de l'adolescent qu'il était naguère. Il était certes difficile de se souvenir de qui on était. Encore aujourd'hui, Tristan n'était pas sûr de le savoir. Du coté de Vaas, il ignorait depuis combien de temps il avait été incapable de saisir sa réelle apparence mais sans doute avait-il dû ressentir un certain choc, même si cela n'avait pas duré longtemps. L'expression hautaine du danseur ressemblait presque à du dédain tandis qu'il contemplait le néophyte. Cependant, sa demande le fit ciller.

« Mon aide ? Hum.» Il réfléchit un moment, observant Vaas d'un regard déconcerté. Cet homme était différent de lui à de nombreux points de vue. Tristan n'aurait jamais réussi à demander l'aide de qui que ce soit, même s'il avait été en train d'agoniser. Il préférait en général souffrir en silence, se renfermer sur lui-même sans que jamais personne ne sache ce qui le rongeait. Pourtant, il se sentait confusément touché que Vaas lui témoigne assez de confiance pour venir le trouver et lui exposer ses problèmes. Aussi, ne mit-il pas longtemps pour prendre une décision et hocher la tête. « J'ai envie de voir à quoi ressemble ta victime. J'espère que son état vaut le déplacement, du moins. » Tristan baissa les yeux sur les doigts ensanglantés de l'homme et un sourire reptilien s'ébaucha sur ses lèvres. Oui, il aiderait Vaas. Et peu importait les risques qu'il encourrait, il s'en moquait éperdument. Son sourire énigmatique ne confirmait pourtant rien.

Tout en dévisageant Vaas qu'il observa de la tête aux pieds, Tristan songea qu'il vaudrait mieux qu'ils se fassent discrets. Selon l'adage, un coupable retourne toujours sur les lieux de son crime. Puisqu'ils se trouvaient dans les loges du cabaret, ils avaient à leur disposition tous les produits de maquillage et les costumes dédiés aux spectacles. Au fond de la pièce, s'accumulait des vêtements de toutes sortes ainsi que des couvres-chefs, des foulards, bandana et autres accessoires. Après quelques secondes de silence, il se décida à parler. « Il faut faire quelque chose pour ta barbe et tes cheveux. Ils sont affreux, comme tu as pu le constater. » Oh non, il n'allait pas le féliciter d'avoir réussi. Vaas devrait se contenter de cela. D'un geste, il lui désigna le nécessaire de toilette, juste à coté de l'évier qui jouxtait le miroir.

Dans un haussement d'épaules, Tristan se dirigea posément vers le paravent pour ôter son justaucorps et endosser des vêtements de ville plus passe-partout. Tout en se déshabillant, il lança quelques mots à Vaas, laissé à lui-même sur le sol jonché de bris de verres. « As-tu déjà essayé de te déguiser ? Comme nous l'avons fait pour la voiture de la milice. » Cette idée lui paru amusante tout à coup. Maquiller Vaas comme une voiture volée, voilà qui serait cocasse. Il jeta un coup d’œil nimbé d'une joie juvénile par dessus le paravent. « Tu as tout ce qu'il te faut dans cette pièce pour modifier ton apparence... Nous devrons être discrets.»



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Lun 3 Juil - 18:52



Sa colère ne voulait pas descendre. Au contraire, c’était comme si respiration renforçait son amertume. La voix de Tristan irritait ses oreilles, il trouvait cette sensation insupportable. Il voulait à tout prix que ça s’arrête. Qu’il arrête de parler. Qu’il se taise pour que ses oreilles cessent de brailler comme un moteur en feu. Son subconscient était comme déchiré entre son affection pour Tristan et son désir de le faire taire. Ces pouvoirs comme il le disait, ne faisait que le rendre davantage malheureux et hors de contrôle. Il essayait pourtant. Il écoutait les conseils avisés et professionnels de Tristan, mais il avait tant de mal à s’y faire, à les accepter. Il avait tout tenté. La pratique du lâcher prise, mais il fallait tout de même avoir un certain contrôle sur ces fameux pouvoirs. Au risque d’en venir à l’irrécupérable. A ce qu’il avait commis quelques heures plus tôt. La pratique de l’entraînement également. Mais Vaas l’avait compris très vite que toute une vie ne lui serait pas assez pour réaliser l’étendue de ses fameux pouvoirs. Il n’avait pas les capacités pour. Il était faible, depuis toujours. Et encore une fois, à ses yeux, cette situation le prouvait.

« T’appelles ça des pouvoirs ? » Sa voix rugissait plus qu’il ne l’aurait souhaité. Il trouvait le ton grinçant de la voix de Tristan particulièrement désagréable. Il se permettait de lui faire la morale. Une fois de plus. Vaas d’habitude enclin à l’écoute se retrouvait habité par une rage déstabilisante. « J’appelle ça une putain de malédiction ! » Il pointa du doigt le miroir brisé. Sa main droite lui faisait atrocement mal. Il serra son poing tremblant, les quelques entailles sur le dos de sa main se nécrosait furieusement. Il posa ses yeux sur la glace qu’il avait brisé. Plusieurs réflexions déformées et grisâtres semblaient se paître de la situation. Ils riaient. Sans bouger, il tourna la tête en direction de Tristan lorsqu’il exprima sa curiosité de voir dans quel état se trouvait le corps de la victime. Il le regarda disparaître derrière un paravent tout en lui donnant des conseils pour se camoufler. Ses cheveux ? Sa barbe ? Vaas plissa les yeux d’exaspération. « Mais putain de merdre… J’toucherai pas à mes tifs… On a aut’ chose à foutre… » Il se passa les mains sur son visage comme exaspéré par la légèreté des propos de son ami. Il se souvenait effectivement très bien de leur mission où ils avaient dû camoufler la plaque de la voiture afin de rentrer à leur planque sans se faire repérer. C’était cette nuit-là que Tristan avait révélé la vraie nature de ses visions, chose qu’il croyait dû à une folie génétique. Il lui devait beaucoup. C’était uniquement pour cette raison que l’ouvrier fit grincer ses dents afin de ne pas perdre patiente.

Vaas jeta un coup d’œil aux vêtements entreposés çà et là. Il n’avait pas envie de changer de vêtement non plus. Ses vêtements d’ouvrier – une salopette de travail blanche dont il avait enroulé les manches autour de sa taille – n’était certes pas propre dû aux heures passées sur les chantiers, mais discret dans les quartiers délabrés qu’ils s’apprêtaient à fréquenter si Tristan l’accompagnait dans son périple. Si seulement il voulait cesser ses enfantillages. Le prendre au sérieux. Simplement l’écouter.

La voix de son compagnon résistant était étouffée par un bourdonnement dont l’écho résonnait en lui comme s’il l’entendait des abysses. L’espace d’une seconde, peut-être deux, il avait la sensation de perdre pieds. Vaas n'avait aucune idée de ce qu'il s'était passé. Ignorant totalement les intentions de Tristan. Ignorant ce qu'il avait déclenché en lui. C'était cette force qui soudainement, lui fit contrôler ses pas. Il se dirigea de l’autre côté du paravent où Tristan semblait à peine avoir fini de se changer. Sa main toujours nécrosée s’attacha autour de son cou et le collèrent contre le mur. « Tu crois que c’est une putain d’blague ? » Pour une fois depuis le début de cette rencontre, la colère ne fit couler aucune larme. Elle le contrôlait entièrement. Il en avait pleinement conscience. « Le mec est mort Tristan. Il est mort. » Une sensation familière lui parcourut les doigts. La même sensation qu’il avait provoqué à son défunt collègue quelques heures plus tôt. « Pourquoi tu m’prends pas au sérieux, merde ! J’suis qu’un putain d’passe-temps pour toi, hein ? » La pression sanguine de Tristan accélérait peu à peu. Il en avait à la fois pleinement conscience tout en étant incapable de l'expliquer ni de le maîtriser. Sa voix était grave et sévère, comme un parent insistant sur son enfant sur l'importance majeure de la situation. Cette colère qui fut si soudaine il y a encore quelques minutes se retrouva mêlée à de l’incompréhension que la tristesse lui fit soulever du fin fond de ses entrailles. Il était déçu qu’il ne le prenne pas au sérieux. Triste même que pour cet homme qu’il considérait comme un allié -un ami-, ce ne soit qu’un jeu, un cadavre de plus à découvrir et à cacher. Vaas était meurtri par la situation. Ne le voyait-il donc pas ? N’était-il qu’un jouet pour lui ? Alors qu’il venait le voir, impuissant et démuni, lui ne faisait qu’en profiter pour assouvir sa curiosité ? Ses doigts se serrèrent. Oubliant qu’il s’agissait de Tristan. Oubliant son passé et son expérience. S’oubliant lui-même.

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Mar 25 Juil - 13:20


« I'm so ugly, but that's okay, 'cause so are you. »

Vaas & Tristan
featuring

La voix de Vaas s'élevait avec davantage de colère. Si des artistes ou autres employés du Masquerade passaient devant la loge en ces instants, ils risquaient fort d'entendre ces rugissements de rage. Pourtant, Tristan ne chercha aucunement à le faire taire, trop intéressé par ces émotions enfin libérées pour se soucier de ses collègues. Jamais encore il n'avait entendu Vaas s'exprimer avec autant de fureur et cette transformation dans son attitude était de plus en plus intéressante. Assurément, la suite de la soirée ne manquerait pas de l'être encore plus. Sans répondre aux protestations heurtées du maudit, Tristan se dévêtit posément, pliant avec soin son habit de scène sur le coté avant de choisir d'autres vêtements, plus commodes. Il enfila un pantalon de ville ainsi qu'un tea-shirt et chercha ce qui pourrait servir à camoufler son visage et ses cheveux longs. Une veste à capuche, peut-être...

« Crois-tu vraiment que je sortirais avec un épouvantail mal fagoté tel que toi ? Fais donc un effort, briseur de miroirs. »

Si le ton de Tristan était clairement narquois, il se rehaussait d'une condescendance placide. Ses yeux se plissèrent dans un sourire alors qu'il ramassait un chapeau léger de style panama garni d'un ruban sombre. Voilà qui compléterait sa tenue avec peut-être d'autres accessoires... Il l'avait à peine essayé qu'il se retourna en entendant les pas de Vaas le rejoindre derrière le paravent. Sous la surprise, son regard se troubla alors que la main nécrosée de son ami se plaquait contre sa gorge. Sous la force colérique, il fut repoussé rudement contre le mur derrière lui où son dos se heurta. Les sourcils froncés, il dévisagea l'homme aux joues brûlantes de fureur qui lui hurlait sa rage et sa déception au visage. Dans le même temps, un vague malaise envahit Tristan alors que son pouls augmentait et que sa respiration devenait subitement plus rapide. Ses yeux s'agrandirent légèrement alors qu'il comprenait ce qui se passait.

« Ce n'est pas une malédiction, garçon. C'est un pouvoir. »

Un pouvoir dont Vaas usait contre lui, par colère. La poigne de son ami comprimait sa trachée. Retrouvant les réflexes que ses années de combat avaient consolidé en lui, Tristan plongea ses bras en avant pour attraper le visage de son adversaire, lui enfonçant aussitôt ses pouces dans les yeux. Ni la puissance ni la force n'avaient d'importance dans cette posture, il s'agissait de rapidité à frapper, sans s'interrompre, ce que Tristan ne tarda pas à faire, sans laisser à son adversaire le temps de souffler. Relâchant son visage, il cassa la saisie adverse, le frappant de ses avants-bras au niveau de la pliure des coudes. Pour s'offrir l'opportunité d'une ouverture, il contre-attaqua aussitôt d'une frappe à la gorge d'un rapide mouvement de coude, simultanément avec une frappe dans le dos de son autre main. Dans le même temps, il lui infligea un violent coup de genoux au niveau de l'aine.

« Quelle importance peut avoir ce que je pense de toi ? Que tu sois un simple passe-temps ou autre chose, quelle importance ? »

Tant que Tristan était là pour l'aider à chaque fois qu'il en avait besoin, que ce soit pour le sortir des ennuis, pour l'accompagner dans cette stupide résistance ou faire disparaître les preuves de son homicide... Quelle importance ? Sous la brutalité de l'échange, le chapeau de Tristan s'était envolé un peu plus loin. Il recula d'un pas, toisant son adversaire alors que son souffle, encore court le faisait trembler. A moins qu'il ne s'agisse de frissons qui secouaient son corps sous la fièvre qui l'avait gagné. Vaas apprenait vite. Il sentait bien l'altération du flux de son sang, qui prouvait à quel point le pouvoir dans les mains de cet homme était puissant. Mais cela n'empêcha pas Tristan de balancer un nouveau coup de pied à son apprenti, sans pitié pour sa faiblesse. Si c'était la colère qui animait le pouvoir de Vaas, il n'avait qu'à le provoquer davantage pour le vérifier. Intéressante expérience que celle là.

«Tu n'es qu'une blague à toi tout seul. Qui pourrait prendre au sérieux un pleutre qui se lamente sur son sort au lieu de prendre conscience de sa formidable puissance. » Lui souffla-il avec sécheresse avant de le relâcher. Le cœur de Tristan battait trop vite.



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 877
↳ Points : 294
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Dim 6 Aoû - 12:22


« Darkness Falls Across The Land »


Deadnight Warriors




La rumeur qui grandit, qui enfle de plus en plus. Et finit par vous atteindre de plein fouet. Vous ne vous rendez pourtant compte de rien. Pas au début, tout du moins. L'endroit où vous vous trouvez semble tout à fait normal. Vous ne ressentez rien de particulier. Rien d'autre que la présence de votre interlocuteur. Rien qui ne laisse présager de ce qui vous attend. Aucun signe alarmant, aucun facteur particulier qui aurait pu vous rendre méfiant, encore moins vous mettre la puce à l'oreille. Que la tension palpable et caractéristique de l'endroit dans lequel vous évoluez. Vous n'en avez aucune idée mais pourtant, en quelques instants, quelques secondes à peine, vous basculez dans un autre univers.

La transition se fait dans la plus grande douceur pour endormir les suspicions. La brèche que vous traversez est invisible, impalpable. Vous pénétrez dans l'autre monde sans le savoir et faites votre entrée dans les ténèbres sans vous en rendre compte. Pas dans l'immédiat. Le décor ne change presque pas et vous abandonnez le Masquerade pour sa reproduction identique et apocalyptique située à Darkness Falls. Cette version des Enfers encore habitée par des créatures voraces, des monstres affamés qui n'aspirent qu'à vous dévorer les entrailles et vous détruire à petit feu. La promesse de longs moments de torture insupportable si vous vous laissez attraper. Elles vous attendent au tournant, les chimères dévastatrices. Atteindre une issue, une autre brèche vers le monde réel, reste votre meilleure chance de survie. Mais ces dernières se font rares et surtout très aléatoires. Alors, restez sur vos gardes si vous ne voulez pas rester piégés dans les limbes et y perdre bien plus que la raison.
 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Dim 6 Aoû - 22:38


Sa poigne se pressait contre sa gorge de plus en plus. Vaas avait la sensation de sentir ses doigts passer à travers la peau de Tristan et de contrôler son flux sanguin à volonté. C’était effrayant. C’était addictif. Alors que l’ouvrier était incapable de contrôler sa volonté, une violente douleur au creux de ses orbites le poussa à retirer sa main de la gorge de Tristan. Il poussa un cri de tourment face à cette mauvaise surprise et recula de plusieurs pas en arrière. S’en suivit plusieurs coups successifs à la gorge et à l’aine en passant par son dos. Si bien que Vaas finit par se retrouver genoux à terre, se tenant le bas du ventre à l’aide d’un de ses bras, tandis que l’autre, paume contre le sol, l’empêchait de s’effondrer totalement. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il voyait flou et son corps en entier semblait crier son agonie. « Que tu sois un simple passe-temps ou autre chose, quelle importance ? » « T’es qu’une putain d’pourriture Tristan… et un putain de profiteur… » Sa colère le contrôlait dorénavant totalement. Le jeune homme lui offrit un nouveau coup de pied alors que Vaas était encore à terre, tentant d’apaisant sa souffrance physique et psychique, mais rien n’y faisait. Tristan le provoquait toujours davantage. Et lui, n’y voyait rien. Il ne voyait rien à part sa haine. Rien n’avait plus d’importance sauf sa rage qui devait exploser.

Vaas trouva suffisamment de force issus d’une poussée haineuse qui l’aida à se relever. Chaque mot de Tristan résonnait dans ses oreilles comme un calvaire infernal. Il devait le faire taire. Sa voix sifflait comme si une vipère lui crachait son venin. Lorsqu’il lui parla de sa formidable puissance, Vaas ria amèrement. « Putain de merde Tristan, ma formidable puissance ?! » Il s’approcha dangereusement de lui, son visage ne riait plus. Ses yeux étaient grave et les traits de son front imperturbable. Seul sa mâchoire serrée trahissait une colère qu’il était impossible de refaire descendre désormais. Sans qu'il en montre le signe, Vaas lui asséna alors d’un coup de poing magistral. Son dos le faisait particulièrement souffrir et devant ses yeux semblaient voltiger des moucherons parasites. Mais peu importait le bruit, peu importait les cris. Vaas extériorisait sa colère. Sans lui laisser le temps de se remettre, il lui empoigna le col si bien qu’encore une fois, leur nez se frôlèrent « Tu veux savoir c’est quoi la blague ? C’est toi me faisant une putain de morale à la con ! »

Sa haine lui fournissant une force inhabituelle. Il l'empoigna toujours fermement mais il sentit que Tristan ne se laissait pas faire. Il avait de l'expérience dans le sang. Vaas en faisait les frais. La force du grand brun faillit lui fit perdre l'équilibre, mais Vaas le tenant fermement, il s'accrocha avec toujours plus de férocité à son col. Une de ses mains se colla une nouvelle fois contre sa gorge, cherchant à lui montrer toute l'ampleur de sa fameuse puissance. Il tenta de le cogner contre le mur, mais sans succès car il se retrouva une fois de plus à terre. Habité par une lueur dévastatrice, Vaas se leva en poussant un cri vengeur. Il prit Tristan par la taille et tous les deux valsèrent contre la porte qui se fracassa sous leur poids. Elle se brisa dans un vacarme assourdissant, les deux hommes ayant fini leur course au sol, sous des débris insalubres.

Vaas gémit de douleur. Sa rage lui avait voilé sa vision, et il n’avait pas remarqué qu’ils se dirigeaient vers la porte. Lorsqu'il rouvrit les yeux, tous ses muscles hurlaient de douleur. Quelque chose lui titilla les oreilles, une sorte de grognement lointain dont il ne fit pas attention de premier abord. Car la première chose qu’il remarqua, ce fut le désordre qu’ils avaient provoqué en fracassant la porte. « Eh merde… » chuchota-t-il toujours à terre. Il posa alors son regard sur Tristan allongé à ses côtés. Les dégâts sur le sol étaient conséquents. Vaas pensa un instant qu'ils avaient peut-être brisé un autre meuble en tombant dessus, voire plusieurs. Le sol était inhabituellement jonché de gravas, mais il mettait ça sur le coup du désordre du Masquerade et de ses coulisses. Soudainement, c’était comme si la haine qu’il ressentait envers Tristan s’était atténuée. Il mit un genou à terre en passant une main sur l'épaule de son ami. Sa voix avait retrouvé son ton habituel, un mélange d'inquiétude perpétuelle et de douleur face à cette bataille qui était tout d'un coup devenu complètement insensée. « Putain Tristan, je… ça va aller ? »

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Ven 18 Aoû - 16:25


«'m so ugly, but that's okay, 'cause so are you.»



Vaas & Tristan
featuring
La porte s'était fracassée dans un vacarme de tous les diables sous le poids des deux assaillants qui échouèrent rudement dans le couloir. Sonné par le choc, Tristan vit des taches noires voltiger devant ses yeux et ferma les paupières une seconde, le cœur battant à tout rompre. Allongé sur le sol, la sueur froide coulait encore dans sa nuque et il profita de la fraîcheur bienfaisante du carrelage contre sa joue, rouge et brûlante de fièvre. Sonder les pouvoirs du maudit l’intéressait bien plus que le reste, au point de se moquer de sa propre sécurité. Lorsqu'il sentit la main contre son épaule et qu'il entendit la voix de Vaas, un sourire furtif s'afficha sur ses lèvres, fendues sous le coup de poing magistral. Il ne songeait absolument pas à l'endroit où il se trouvait, seul ce combat l'intéressait. Et il n'avait pas décidé qu'il était terminé. Brusquement, il se cabra, tournant souplement sur lui-même pour repousser son adversaire en arrière, lui faisant perdre l'équilibre. Sans attendre, il l'écrasa de son poids, le chevauchant en attrapant ses poignets fermement et les plaquant au sol. L'ayant ainsi dominé, il abaissa sur lui ses prunelles brillantes, le souffle encore court.

« Ne baisse jamais ta garde, nigaud. » En dépit du mépris de son ton, un certain enthousiasme brillait nettement dans ses yeux, tandis qu'il dévisageait son ami. « Alors comme ça, tu n'apprécies pas qu'on te fasse la morale ? Tu as pourtant encore bien des progrès à faire et pas uniquement en matière de combat, jeune sot que tu es. » Il reconnaissait en son fort intérieur que Vaas avait réussi à lui infliger de sérieux dommages, même si déjà, la fièvre semblait le quitter. Les battements de son cœur redevenaient réguliers et le malaise s'en était allé mais pourtant, quelque chose n'allait pas. Quelque chose qui n'avait rien à voir avec cette bagarre ni avec Vaas. Tristan s'humecta les lèvres imprégnées de son propre sang et fronça légèrement les sourcils, quittant le regard inquiet de l'homme pour jeter un œil autour d'eux. « Je reconnais que tu es doué pour enfoncer les portes... » Était-ce lui qui avait causé tout ces dégâts ? Le couloir était désert mais bien abîmé, le sol était jonché de gravats mais il ne s'agissait pas uniquement des fragments de la porte brisée par leur chute.

Tristan relâcha les poignets qu'il bloquait et se redressa doucement, retrouvant à nouveau les yeux de Vaas qu'il sonda un moment. L'envie de poursuivre leur conversation se mêlait à ses interrogations sur cette ambiance étrange qui les entourait. Serait-ce possible qu'un tremblement de terre ait eu lieu, causant ces fissures dans les murs sans qu'ils n'y prennent garde ? Certains séismes pouvaient être assez infimes pour passer inaperçu, d'autant que les deux hommes étaient concentrés dans leur duel... Tristan brossa ses épaules endolories avec nonchalance, les lèvres pincées. « Très bien, que fait-on maintenant ? N'oublie pas que si je t'assiste, c'est uniquement pour m'amuser. Je ne suis qu'un profiteur après tout. Alors, je suppose que tu n'as plus envie de recevoir l'aide d'une pourriture dans mon genre.» Si les propos de Tristan était clairement sarcastiques, il refusait d'admettre que les insultes de Vaas l'avaient heurté.

Balayant son trouble d'un haussement de sourcil hautain, il se détourna, captivé par l'étrangeté des murs. Une substance visqueuse et sombre semblait en suinter alors que l'air autour d'eux lui semblait plus lourd. Il ignorait totalement ce qui pouvait bien se passer, si une substance toxique s'était répandue dans l'air ou si les lieux étaient hantés mais tout ceci n'était pas normal... Renvoyant vers Vaas un regard interrogatif, il se décida à avancer dans le couloir mais lorsqu'il passa devant les autres loges aux portes ouvertes, ils s'aperçu qu'elles étaient désertes. A cette heure, les artistes devaient être en train de se préparer pour la suite de la soirée, il aurait du croiser ses collègues et pourtant, il n'y avait personne. Au dessus de lui, le plafond commença à se craqueler doucement tandis que l'atmosphère s'encombrait par des particules de poussières et d'un genre de brouillard sombre. On n'entendait même pas la musique qui aurait dû s'échapper de la grande salle. Au loin, un grondement étrange se fit entendre et Tristan se figea. A nouveau, il chercha le regard de Vaas, le sien étant marqué par l'incompréhension. Avait-il entendu ces grondements lui aussi ?



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Dim 3 Sep - 12:27



Vaas se sentit impuissant face à la persévérance de Tristan. Il ne baissait jamais la garde. Et il n’aurait pas dû non plus. Très vite, Tristan lui fit perdre l’équilibre et il se retrouva dos au sol, à la merci de son adversaire. Tristan réagissait comme un soldat. Non, un guerrier, toujours à l’affut. « Je t’emmerde… » Las de la situation, il sentit toute la tension qui l’avait habité le quitter comme si elle s’évaporait de son corps. Mais son agacement était toujours présent, si bien que ses dents grinçaient leur mécontentement. Il lui tenait les poignets si fort contre le sol qu’il lui était impossible de s’en défaire. Et il n’avait plus la force de répondre à Tristan, ni de répondre à ses coups s’il venait à envisager un deuxième round. Il ne nota même pas sa remarque au sujet de la porte enfoncée et se contenta de regarder autour de lui. De sa position, il remarqua que le haut des murs et le plafond était fortement délabrés, si ce n’était en ruine. Et il y avait autre chose. Il y avait cette atmosphère. Elle n’était pas habituelle. Quelque chose flottait dans l’air, Vaas n’arrivait pas à savoir quoi. Mais c’était presque palpable. Lorsque Tristan finit par le relâcher, il se releva en titubant et en massant ses poignets comme si on venait de lui retirer des menottes.

Son corps souffrait le martyr, absolument tous ses muscles hurlaient de douleur. Et ce n’était pas la mimique éprouvante de Vaas qui pouvait dire le contraire. Lorsque Tristan brisa le silence, l’ouvrier se sentit désabusé. Il avait toujours besoin de son aide. Mais l’avouer dans cette situation, c’était avouer sa faiblesse. Hors de question. « Va t’faire foutre. J’ai besoin d’personne… » Il se retourna, évitant son regard, à la recherche de n’importe quelle autre vision qui le détournerait du grand brun. Malheureusement ou heureusement pour lui, son désir fut exaucé presque instantanément. Le mur qui lui faisait face était couvert de fissure. Une substance visqueuse recouvrait une partie de sa surface. L’air était lourd, Vaas avait l’impression qu’il respirait difficilement. Le lieu semblait avoir été soumis à un changement radical d’atmosphère en quelques minutes. Il n’avait que peu posé son regard sur les murs à son arrivée, mais il était persuadé que les alentours n’étaient pas autant en ruine. Et ce plafond qui souffrait de multiples brèches menaçant de s’effondrer à n’importe quel moment...

« Tristan, il s’passe quoi au Masquerade, c’est… » Vaas croisa le regard de Tristan alors qu’il se trouvait à l’autre bout du couloir. Un grondement grave et rauque venait de résonner comme un écho affreusement proche. « … pas normal. » Il s’approcha petit à petit, ses pas firent craquer les débris qui se trouvait sur son chemin. Cette sensation d’atmosphère lourde lui donnait l’impression d’avoir constamment un voile sous les yeux. C’était désagréable et inquiétant. Tout était inquiétant. Les murs, le sol, même le putain d’oxygène qu’ils respiraient. Quelque chose n’allait pas. Le regard de Tristan avait changé. Il ne le regardait plus avec dédain. Lui aussi se posait des questions. A mesure qu’il s’approchait de lui, son regard se posait sur chaque millimètre carré de surface délabré, c’est-à-dire partout. Il s’arrêta en face de lui et finit par se passer lentement les mains sur son visage. Il était épuisé, physiquement et mentalement. Mais son angoisse permanente l’empêchait ne serait-ce que d'imaginer prendre du repos. « Écoute… j’sais pas c’qui s’passe, c’que vous êtes en train d’faire là… Oublie c’que j’suis venu te dire, j’me casse, ça vaut mieux. » Innocemment, Vaas pensait à des trucages. Des décors, du faux. Tout ça c’était faux. Des décors de théâtre, le Masquerade était bien un cabaret, une salle de spectacle, ils avaient sûrement l’habitude de tout redécorer… Pourquoi Vaas n’y croyait pas ?

Il contourna Tristan, et s’apprêta à prendre le prochain couloir sur son chemin. Puis soudainement, il fit face à une scène qui lui retourna le cœur et changea l’expression de son visage en dégoût suprême. A une vingtaine de mètres devant lui, une masse noire et gluante lui tournait le dos. Elle possédait une silhouette qu’il pensait avoir reconnue comme étant humaine. Elle était agglutinée devant Vaas-ne-savait-quoi, et semblait manger. Elle se nourrissait. D’une manière animale, sauvage, barbare. Mais de quoi ? « Qu’est-c’que… Hein ? » La silhouette leva la tête. Sans trop savoir pourquoi, Vaas se mit à couvert en faisant trois pas en arrière pour revenir au couloir où il avait laissé Tristan derrière lui. Les sourcils froncés à l’extrême par l’incompréhension et l’angoisse, il lui fallut une force de titan pour respirer convenablement. Il chercha Tristan avec des yeux qui commençait à trahir une sorte de panique.

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Dim 10 Sep - 19:44


«'m so ugly, but that's okay, 'cause so are you.»



Vaas & Tristan
featuring
Le couloir ressemblait désormais à un boyau obscur dont l'ambiance oppressante rappelait à Tristan une étrange sensation de familiarité. A l'autre bout du corridor, il croisa le regard de Vaas. L'inquiétude était visible sur son visage mais Tristan n'avait aucune réponse pertinente à lui offrir. Il resta donc sur la réserve, le fixant songeusement au travers du voile de toxines qui flottait entre eux. Des grondements sourds résonnaient autour d'eux sans qu'il soit réellement possible d'en deviner la provenance. Ils semblaient émerger des murs, devenus noirs et visqueux. Tandis que son ami se rapprochait avec incertitude, Tristan tenta de rassembler sa sombre magie. Si le Masquerade était la proie d'un fantôme maléfique, il devrait lui être possible d'en prendre le contrôle. Ne l'avait-il pas déjà fait avec succès dans ce manoir hanté ? Un instinct mystérieux lui dictait les bases du rituel. Il s'agenouilla en silence et commença à dessiner des symboles ésotériques, les traçant du bout de son index sur la poussière du sol.

Debout à ses cotés, Vaas l'accabla de reproches insolites et Tristan fronça les sourcils avec incrédulité. « Ce que nous sommes en train de faire ? » Alors donc, il le pensait responsable ? Plutôt que d'en être blessé, Tristan préféra se construire un masque de dédain. « Ma foi. Adieu donc, Vaas l'hérétique. Et bonne chance.» Il lui adressa un rictus mauvais en le regardant partir avant de se pencher à nouveau sur son pentacle, sans aucunement chercher à le retenir.

Mais alors qu'il tentait en pure perte de se concentrer sur son pouvoir, Tristan entendit à nouveau d'infâmes grondements, suivis d'une exclamation horrifiée. C'était la voix de son ami. Il se redressa vivement, voyant aussitôt Vaas revenir sur ses pas, les traits déformés par l'horreur. Sans attendre, Tristan se dépêcha de le rejoindre en quelques pas, pressé de faire face au danger pour savoir au moins à quoi s'en tenir. Il vit alors une créature émerger du couloir emprunté par Vaas et qui se dressait à présent juste derrière lui. C'était un monstre humanoïde, couvert de moisissure humide, dont les longs bras aux mains griffues se dressaient lentement. A ses cotés, échoués sur le sol, gisaient les restes sanguinolents de la proie dont se repaissait la hideuse créature. Sous le choc de cette apparition, Tristan serra les dents et attrapa le col de Vaas d'un geste vif pour le ramener à l'abri derrière lui. Dans ces circonstances effroyables, il était impossible de prendre le temps de réfléchir et les premiers réflexes du guerrier furent d'affronter cet ennemi menaçant.

Le cœur battant sous l'injection d'adrénaline, il se jeta sur le monstre qu'il frappa violemment, cherchant à le neutraliser avec hargne. Pourtant, les mains maudites du damné n'infligeaient aucun dommage à cette peau si résistante qui semblait être revêtue d'un liquide noirâtre. Non seulement la magie de Tristan ne fonctionnait pas mais la créature possédait une force extraordinaire et ses coups ne l'ébranlèrent pas. Elle repoussa son assaillant qui fut propulsé durement contre un mur, comme un fétu de paille. Retombant au sol, Tristan accusa le choc, le visage blême, et happa l'air irrespirable avec difficulté. En dehors des zombies, il n'avait plus jamais croisé de monstre depuis sa sortie de Darkness Fall... Cette perte de pouvoirs le ramenait également à cette époque où il errait dans les plaines infernales. Comment cela pouvait-il être possible ? Il ne pouvait être revenu au sein des enfers...

La tête du monstre, dépourvu de traits faciaux, s'ouvrit comme une fleur pour ne révéler qu'une gueule béante pourvue de crocs. Il poussa un hurlement effroyable avant de se diriger vers Vaas d'un pas lourd et menaçant. Tristan serra les poings, pétrifié à l'idée de le voir périr. « Échappe toi, Vaas ! Notre magie est inopérante sur lui ! » La voix rauque de Tristan, affaibli par cet air trop dense, s'éleva avec assez de force pour avertir son ami. Difficilement, il se redressa, négligeant son dos douloureux pour tenter de trouver une arme. Les objets présents dans le couloir s'y trouvaient toujours et il chercha à atteindre l'extincteur placé à l'angle du couloir. C'était le seul outil à sa disposition. Fébrilement, il le détacha, le coinça sous son bras pour dégoupiller et presser la poignée.

La décharge de dioxyde de carbone s'abattit sur l'échine du monstre alors que Tristan se concentrait sur sa respiration, le souffle court. « Laisse-le et reviens te battre avec moi, maudit... » Il désirait distraire l'attention du monstre pour permettre à Vaas de fuir. Mais à la fois, c'était aussi son orgueil qui le poussait à terminer le combat, aussi inégal soit-il. Et de vaincre ou mourir.




_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

reassemble [rp express ; Tristan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» PEKIN EXPRESS 2009
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full
» Inscriptions Express 68 : Fairy Tail
» Partie 68 Express

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Masquerade-