AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 reassemble [rp express ; Tristan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Dim 1 Oct - 15:43



Tristan commençait à dessiner des motifs sur le sol. Bien que curieux de premier abord, Vaas feignit l’ignorance. Il était blessé, fatigué, il n’avait plus envie de se battre, autant physiquement que mentalement contre lui. Et l’atmosphère était devenu soudainement beaucoup trop lourde pour que ses batteries se rechargent sur place. Il fallait qu’il s’en aille.  

Et puis vint l’horreur. Le monstre vu de dos. Vaas tentant de se cacher de manière in-extremis. L’ouvrier voulait bouger les yeux afin de suivre Tristan qui l’avait rejoint à une vitesse impressionnante, mais il était paralysé. Il s’était levé. Il s’était forcément levé. Mais en restant ainsi plaqué contre ce mur, c’était comme si cette réalité n’allait jamais arrivée et qu’il était en sécurité tant qu’il ne le verrait pas, comme les enfants se cachant sous leurs couvertures afin d’échapper à leurs plus grandes peurs. Sans s’y attendre, Vaas sentit son cou lui serrer, dû à Tristan qui prit son col de manière particulièrement brutale. Vaas voltigea derrière lui. Il perdit l’équilibre et finit à terre. Il releva son regard la seconde d’après pour voir un Tristan comme habité par la rage, foncer droit sur la créature dégoulinante. « Tristan ! » Le monstre le jeta contre le mur. Son ami s’effondra sur le sol, mais le voir tenter de se relever soulagea un tantinet Vaas. Malgré son appel, le monstre fit toujours face à Tristan. Il ne put voir ce qui était en train de s’opérer, mais au vu de sa position, il semblait ouvrir sa gueule comme dans le projet d’engloutir le jeune homme. Incapable de réfléchir à quoique ce soit, prit de panique, Vaas se leva, voulant se jeter sur le monstre afin de donner du temps à Tristan pour fuir. Mais alors qu’il se dirigea vers Tristan, il l’aperçu se rapprocher de lui, hurlant qu’il devait s’échapper et que leurs capacités étaient inefficaces contre lui. Encore sous le choc, il en avait presque oublié qu’il possédait effectivement des capacités, les mêmes que Tristan. Ceux-là même qui l’avait poussé à tuer un homme.

La voix de Tristan possédait son habituel écho combattant mais il y avait un air fatigué derrière. Tristan, fatigué ? C’était au-delà du concevable pour Vaas. C’était bien pire. Il voulait lui laisser le temps de fuir afin de combattre seul la créature. Putain, tu rêves. Il le vit traverser le couloir pour prendre l’extincteur et d’un geste, l’ouvrit et laissa s’abattre sur le monstre la flopée blanchâtre de mousse aveuglant le visage sans yeux du monstre. « Ramène-toi ! » Vaas courra vers Tristan et le prit par l’épaule sans lui laisser le temps de réagir, avant que le monstre ne se remette de ses émotions. Ils galopèrent le long du couloir macabre. Sans même le prévenir, Vaas poussa Tristan d’un geste vif au premier détour qu’ils croisèrent. Il choisit la première porte qu’il vit, l’ouvrit d’un seul geste et jeta Tristan à l’intérieur. Une fois les deux hommes à l’abri, Vaas ferma la porte de manière un peu trop bruyante et regarda autour de lui. La respiration haletante, il chercha un moyen de coincer la porte ou de la bloquer avec un meuble. Par chance, plusieurs chaises étaient disposées dans la pièce. Il prit la plus proche et coinça la poignée de porte à l’aide du dossier de chaise. Une fois fait, il essaya d’analyser l’endroit où ils étaient. La pièce était plus grande que la loge où ils étaient auparavant. Une grande table se trouvait au centre de la pièce désordonnée. La moitié des chaises étaient par terre, les murs s’effritaient, des tableaux étaient déchirés un peu partout. L’air était toujours aussi lourd. Vaas reposa son regard sur Tristan avec des yeux qui trahissaient une panique fulgurante. « Putain de merde Tristan, c’était quoi ça ? » Il s’approcha de lui et posa ses deux mains sur ses épaules, l’observant d’un air des plus inquiet. « Eh ! T’es blessé ? » interrogea-t-il en se souvenant que le monstre l’avait propulsé contre le mur comme s’il n’était qu’un vulgaire oreiller.

Il le lâcha quelques secondes pour reposer son regard dans les alentours. « Qu’est c’qui s’est passé merde… » Vaas était troublé entre le fait qu’un monstre sanguinaire cherchait manifestement à les éliminer et que le lieu semblait abandonné. N’était-il pas encore au Masquerade il y avait quelques minutes ? Même s’il était rentré par la porte des artistes de manière discrète, Vaas avait dû faire face à quelques visages interrogateurs. La foule était censée être présente en ces lieux. Pourquoi l’ambiance semblait indiquer que toute trace de vie avait disparue depuis des années ? Vaas ramassa un bout de verre éparpillée avec d’autres débris à terre, dont il douta cependant de l’efficacité. Il se redirigea vers Tristan en chuchotant. « Vous avez bien une sortie d’secours dans l’coin non ? » Une carte du bâtiment n’aurait pas été de refus mais le Masquerade n’avait jamais eu besoin de travaux, l’ouvrier ne connaissait rien de l’architecture du bâtiment. Il ne pouvait se fier qu’à l’expérience de Tristan. Son instinct lui disait que le monstre n'allait avoir aucune difficulté à les repérer dans une pièce en piteux état, dont la sécurité du verrou laissait à désirer.

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Jeu 5 Oct - 14:41


«'m so ugly, but that's okay, 'cause so are you.»



Vaas & Tristan
featuring
Brutalement refroidi par le dioxyde de carbone à – 78°c, le monstre hurla sous la morsure du gel. Les yeux brillants de rage et les poings serrés, Tristan le contemplait, bien décidé à poursuivre le combat jusqu'au bout, quelle qu'en soit l'issue car c'était pour lui une question d'honneur. Pourtant, s'il pensait que Vaas s'enfuirait sans demander son reste, il se trompait lourdement. Sans qu'il s'y attende, il fut empoigné par son ami qui le contraignit à courir se mettre à l'abri loin du danger que représentait ce monstre gluant. « Laisse moi, je ne suis pas un lâche ! Je veux me battre ! » Tristan eut beau rugir de frustration, le choc qui l'avait envoyé valser contre le mur le faisait trop souffrir pour qu'il puisse vraiment lutter. Il fut donc emporté par Vaas jusqu'à la cafétéria des artistes où celui-ci les enferma rapidement.

Furieux d'avoir été arraché à son combat, l’orgueilleux guerrier ne lui offrit aucune aide et se contenta de le regarder bloquer la porte d'un air sombre. Son dos le faisait souffrir et il s'appuya sur la table, essayant de reprendre son souffle dans cette atmosphère insalubre. Lorsque Vaas revint vers lui, il lui renvoya un regard chargé de rancœur, sans répondre immédiatement. Pourtant, l'inquiétude de son ami semblait sincère et quand il posa ses mains sur ses épaules, Tristan n'eut pas le cœur à le repousser. « Je vais très bien. » Si son ton se voulait hautain, il ne put empêcher un léger tremblement dans sa voix.

Désemparé, il suivit Vaas du regard pendait que celui-ci fouillait le sol jonché de débris. Comme les couloirs, la cafétéria était en ruine et ses collègues avaient tous disparus. Plongé dans d'obscures réflexions, Tristan finit par murmurer d'une voix atone. « La sortie est au fond à gauche mais... je ne pense pas que l'issue de secours nous sortira de ce cauchemar. » Quand il retrouva le regard de Vaas, les épaules de Tristan étaient affaissées, son regard voilé par l'égarement et une expression accablée marquait son visage pâle. « Je crois qu'on est en enfer, mon ami... c'est là que j'étais avant, tu sais. Je fais partie des damnés. » La voix de Tristan se brisa. Il n'avait jamais parlé de son passé à Vaas mais c'était pourtant vrai, cet endroit ressemblait en bien des aspects à Darkness Fall, cet enfer dont il s'était échappé, cet enfer qu'il cherchait désespérément à rejoindre par ses actes suicidaires, cet enfer où il croyait rejoindre Helix. Il poursuivit, de ce même ton troublé. « Cet air chargé de toxines, l'absence de pouvoirs, la présence de monstres... tout cela coïncide. Je croyais qu'on ne pouvait retourner en enfer qu'en mourant... » Mais ils n'avaient pas pu mourir tous les deux en se fracassant contre cette porte. Tristan se tut, habité par ses souvenirs traumatisants, le regard égaré.

Ce fut à ce moment que des coups ébranlèrent la porte. Bloquée par la chaise, celle-ci résista mais grinça douloureusement sur ses gonds. Le monstre les avait suivit et tentait à présent de l'enfoncer en poussant des cris à glacer le sang. Tristan se redressa aussitôt et se plaça aux cotés de Vaas, ramassant précipitamment un pied de chaise brisé en guise d'arme. Les coups se répétaient et, sans que ses avertissements soient de bon augure, il confia à son ami ses sinistres pensées.  « Prend garde, ces monstres ont une force surnaturelle. Là où j'étais, on ne pouvait pas mourir, nos membres tranchés repoussaient dès le lendemain... Mais cette fois, j'ignore totalement ce qui nous attend. Si un portail existe pour sortir de cet enfer... il nous faut le trouver. »

Tout à coup, le monstre cessa de s'acharner contre la porte et un silence de mort s'installa. Une poignée de secondes plus tard, il fut brisé par un nouveau rugissement, plus guttural et sans doute encore plus terrifiant. Une autre créature venait de faire irruption dans le couloir qui résonna bientôt sous ses cris démoniaques, jusqu'à ce que les murs en tremblent. Des bruits de combat brutaux laissèrent deviner que le nouveau monstre s'était jeté sur le premier et Tristan lança un regard vers Vaas. C'était le moment d'en profiter pour sortir de la pièce et essayer de fuir !

Mais avant que les deux hommes ne puissent tenter quoique ce soit, la porte explosa dans un bruit sourd et les deux monstres aux gueules béantes surgirent dans la pièce. La deuxième créature était plus grosse, plus trapue et sa tête au crâne démesuré comportait des yeux où brillait une lueur de vive intelligence. Elle arracha la tête de la première qu'elle tenait entre ses bras et la jeta sur le sol. Tristan attrapa le bras de Vaas et ils reculèrent, dos au mur et leurs armes en main pour dépasser le monstre qui ne bougeait pas et qui les fixait de ses yeux glauques. Sans faire de mouvements brusques, Tristan poussa doucement son ami vers le couloir avant de le suivre à reculons.

Ce fut à ce moment que la bête cracha. Sa morve gluante atteignit Tristan au niveau de la gorge et ce fluide visqueux lui brûla la peau comme un acide. Il gémit sous la douleur avant de se retourner pour hurler. « Cours ! » Portant sa main à sa blessure, il se mit lui-même à courir alors qu'une sensation étrange le parcourait, comme un frisson désagréable dans sa colonne vertébrale. « A droite, Vaas... vite ! » Dit-il d'une voix étranglée. Le monstre sembla les poursuivre un moment mais les ténèbres dans lequel le Masquerade était plongé les engloutirent et à nouveau le silence se fit.

Brusquement, Tristan s'arrêta de courir. Des pensées confuses envahissaient son esprit. Ils étaient à l'opposé de la sortie de secours et du couloir où était sa loge. Cette direction était celle de la grande salle de spectacle. Des lianes et des plantes étranges avaient poussé sur tous les murs, donnant la sensation déconcertante de se trouver dans une ruine très ancienne. Il n'y avait pas de monstres à première vue mais pas de sortie non plus, la porte d'entrée principale étant totalement bloquée par la végétation. Pourquoi étaient-ils venus se perdre par ici ? Tristan n'en savait absolument rien.



_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1542
↳ Points : 737
↳ Arrivé depuis le : 01/07/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Aaron Paul
↳ Age du Personnage : 32
↳ Métier : Ouvrier
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (niveau max en tâches et théorie du complot)
↳ Playlist : ADTR - Paranoia ; C!NCC - Bipolar Mind ; Dionysos - Mon ombre est personne ; Eddie Vedder - Society ; Enter Shikari - Destabilise ; Linkin Park - The Catalyst ; Papa Roach - Help ; The Used - The Bird and The Worm ; Woodkid - Run Boy Run
↳ Citation : « Too late it was, for him, for them, the evil curse had won. The anger and the anguish overwhelmed his fragile soul, and caused a wicked tantrum that he never could control. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #C79F4B



les petits papiers
↳ Copyright: 2981 12289 0 + .nyx
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Jeu 16 Nov - 0:05


Le ton de Tristan laissait entendre qu’il semblait presque déçu que Vaas l’ait arraché à son combat mortel face au monstre. Lors de leur course, il l’avait entendu rugir quelque chose comme quoi il n’était pas un lâche et qu’il voulait continuer à se battre, mais Vaas avait été trop occupé à chercher un endroit où se mettre à l’abri pour lui répondre. En cherchant une arme de seconde main parmi les débris, Tristan lui indiqua la sortie de secours mais son pessimisme fit écho et Vaas se retourna le regard interrogatif. « Quoi ? Qu’est c’que tu veux dire ? » Le regard brumeux de son ami le rendait nerveux. Tristan confessa alors. Selon lui, ils étaient en enfer. Un enfer qu’il avait connu. Que Vaas lui, n’avait jamais pris le temps d’imaginer, trop occupé à survivre à son propre enfer sur terre. L’ouvrier ne connaissait pas le passé de Tristan. Il ne lui avait jamais posé la question. Il n’avait pas besoin de le connaître. Vaas ne jugeait pas les gens par leur passé. Ce sont leurs actions dans le présent qui importait pour lui. Il avait déjà connu cette situation… Vaas sentit son corps et son âme happé par un gouffre d’incompréhension et de frayeur paralysante. Ils seraient donc en enfer ? L’enfer décrit dans les livres saints ? L’enfer qui recueillait les âmes jugées pécheresses sur terre et envoyées en ce lieu afin de les punir de leur oisiveté de leur vivant ? Sa respiration devint saccadée. Ils n’étaient pas morts, ils ne pouvaient être en enfer, c’était inconcevable. Il ne fit pas attention au ton de sa voix qui augmentait d’une octave à chaque mot « Attends… Quoi ?! Mais tu l’as dit toi-même, on est pas mort ! On a pas pu mourir en pétant une putain d’porte ou… j’en sais rien mais merde, c’est pas possible… »

La porte fut ébranlée de coup d’une manière frénétique. Son cœur sembla déchirer sa poitrine, mais Vaas se tenait en position de défense. Tout en écoutant les conseils de Tristan, il ne lâcha pas la porte des yeux. Il ne put empêcher un hoquet de surprise lorsqu’il fit mention de membres tranchés qui repoussaient le lendemain, de la manière la plus naturelle qui soit. Vaas préféra se concentrer sur la fin de sa réflexion, en l’occurrence, un portail qui permettrait de les sortir de cet enfer manifeste. « Est-ce qu’on devrait retourner là où on était ? Ça a commencé quand on a défoncé la porte non ? » Idée plus ou moins suicidaire que de retourner à l’endroit où le changement d’atmosphère avait commencé, mais dans l’incompréhension totale, ce fut tout ce qui lui venait.

La porte cessa son gamelan incessant. Le silence qui s’en suivit fut insupportable. L’un comme l’autre savait qu’il s’agissait du fameux calme avant la tempête. Quelques secondes plus tard, un cri terrifiant retentit à travers les murs. Une autre créature venait de faire son apparition. Il comprit rapidement que les deux monstres se battaient. Le regard qu’il échangea avec Tristan fut très clair : profiter de cette querelle pour fuir. Mais alors même qu’ils ne firent qu’un pas, un fracas assourdissant brisa la porte. Une créature encore plus abominable que celle qu’ils avaient vu auparavant apparut dans la pièce, se battant comme un démon contre son opposant. Ce dernier finit la tête arrachée, donnant un haut le cœur monstrueux à Vaas. Il sentit Tristan le pousser doucement vers le couloir. Le dos contre le mur, il observa sans cligner des yeux les faits et gestes de la créature toujours debout. Cette dernière était totalement immobile en les suivant de ses immenses yeux. Soudainement, le monstre cracha un liquide gluant qui atterrit sur Tristan au niveau de sa gorge. En entendant Tristan gémir, Vaas crispa son visage d’inquiétude, craignant qu’il se soit brulé, ou glacé, ou encore empoisonné. Il n’eut pas le temps de dire quoique ce soit que Tristan lui hurla de courir. Ni une ni deux, l’ouvrier prit les jambes à son cou, suivant machinalement le chemin que Tristan lui indiqua.

Pas une seule fois il avait regardé en arrière. Ce ne fut que lorsqu’ils arrivèrent dans une gigantesque salle que Vaas s’autorisa à souffler. Ils étaient dans ce qui semblait être une salle de spectacle. Comme ce qu’ils avaient vu jusque-là, tout était en ruine. La végétation avait repris ses droits, si c’était bien de la végétation. Des plantes que Vaas n’avait jamais vu auparavant s’engouffraient dans les murs et enlaçaient dangereusement les poutres. « Tristan, où est-c’qu’on est ? C’est pas la sortie d’secours ça… » Son cerveau analysa la pièce comme étant la salle de spectacle du Masquerade, au vu des sièges et de la large scène devant eux. Il avança vers la porte. Impossible de passer outre, elle était encombrée par cette étrange végétation surnaturelle. « Qu’est c’qu’on fout là ? » Les paumes vers le ciel en signe d’incompréhension, il observa son ami qui semblait étrangement calme. Vaas s’approcha de lui en plissant les sourcils. Son regard loucha vers l’endroit où le monstre avait craché sur Tristan au niveau de sa gorge. « Tristan ?... » Il l’observa longuement avec perplexité. Il n’arrivait pas à savoir si son air soudainement sinistre venait de son habituel nonchalance ou si c’était la situation qui le rendait anxieux. Il opta pour la première option et fit un signe du menton à Tristan vers la porte. « Viens… aide-moi à couper ces lianes. » Vaas ramassa son arme de fortune en bois qu’il avait négligemment posé à terre. Il donna alors de violent coup aux branchages dans l’espoir de parvenir à les couper. Lorsqu’il les vit bouger d’elle-même comme abasourdie par ses coups, Vaas recula d’abord d’un pas, puis finalement encouragé par ce résultat, il continua de couper les branches qui leurs barraient le chemin. Il sentit un léger agacement monter en lui en constatant qu’il était toujours seul à lutter pour sa survie. « Tristan putain, grouille ! »

_________________
We swim against the rising waves and crash against the shore. The body bends until it breaks, the early morning sings no more.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2888-fell-down-a-hole

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1443
↳ Points : 380
↳ Arrivé depuis le : 15/03/2016
↳ Age : 23
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 216 ans & 23 ans. (15 mars 1801)
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Yodelice - Insanity | Adam Naas - Fading Away | Elephant Man Main Theme | Фолькнери - Карчата / Folknery - Karchata | Mademoiselle Noir | Cheshire Kitten - SJ Tucker
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   Ven 24 Nov - 14:51


«'m so ugly, but that's okay, 'cause so are you.»



Vaas & Tristan
featuring
  « Nous sommes dans la grande salle de spectacle. »

Tristan répondit à Vaas d'une voix douce et détachée, son regard coulant sur les murs envahis de cette végétation dense. Comme il ignorait tout autant que son ami ce qu'ils faisaient là, il conserva le silence. Un mal de tête diffus envahissait son crâne et il resta là, immobile en plein milieu du couloir, dans cette atmosphère grise où des spores flottaient dans l'air. Il était de retour à Darkness Fall. Bien que cette idée tournait en boucle dans son esprit, il ne parvenait pas à y associer la moindre émotion. Comme souvent, il sombrait dans la dépersonnalisation, cette impression d'être irréel et détaché de lui-même, de se sentir comme un observateur de sa propre vie.

Lorsque Vaas s'approcha de lui, manifestement plongé dans le désarroi, le danseur redressa le menton et épousseta son épaule, d'un geste guindé, ignorant royalement la présence de son ami face à lui. Soudain gêné par sa proximité, il se contenta de reculer d'un pas, un voile morbide accroché à ses prunelles. Pourquoi s'étaient-ils retrouvés à l'opposé de la sortie de secours, alors qu'ils auraient logiquement dû explorer le couloir des loges ? Il n'en avait pas la moindre idée. Pourtant, alors que son regard se perdait au travers des vitres fumées, il s'imagina les traverser pour s'échapper du Masquerade et courir vers les plaines dévastées de l'enfer. Y retrouverait-il ses amis défunts ?

Sans écouter ce que disait Vaas, il sentait sa conscience décliner pour plonger dans un rêve éveillé où il se sentait ailleurs, tout en percevant malgré tout la réalité qui l'entourait. Refoulant ses ressentis physiques et émotionnels, plus rien ne semblait revêtir la moindre importance dans son regard froid. Il vit son ami ramasser son arme, il entendit le choc de ses coups contre les lianes et les branches enchevêtrées, il perçut la contrariété dans sa voix quand il le houspilla. Mais il n'y opposa que son inertie et son inaffectivité.

Quand il éleva la voix, ce fut pour articuler lentement, d'un ton monocorde et sourd.  « Je n'ai pas de nom. Es-tu vraiment mon ami... ? Un crocodile m'a mangé le cœur et j'ai tous les âges. Je sais que vous voulez me disloquer avec vos horribles becs, comme les esprits qui hurlent dans le silence, mais vous ne m'aurez pas... » Sa pensée se désorganisait, et s'il en était vaguement conscient, il se sentait glisser peu à peu dans le néant, jusqu'à se liquéfier dans l'air, comme ces milliers de particules flottantes...

Soudain, il s'élança. Le corps de Tristan se tendit, les poings serrés et il fondit sur le dos de Vaas comme un démon, rapide et agile. Son regard avait perdu toute humanité et la violence la plus extrême le dominait, offrant à ses gestes une démesure brutale. Il avait arraché l'homme à ses lianes pour meurtrir son visage de ses ongles, essayant de tirer sa tête en arrière pour lui briser la nuque. La force lui manquait néanmoins, à cause du manque d'oxygène et également de cette douleur qui courbaturait son dos, depuis qu'il avait été projeté contre le mur. Tristan chancela légèrement, ce qui permit à Vaas de se libérer et de lui faire face. Un coup de poing meurtrit aussitôt son visage alors que le bras du maudit s'était vivement détendu, l'agressant sans répit, malgré son souffle court. Le visage déformé par une rage féroce, il ne ressemblait plus en rien à Tristan mais à une bête sauvage, prête à mordre, griffer, déchirer sa proie, les yeux agrandis et brillant d'un éclat agressif. Les mains de l'agresseur se refermèrent sur la gorge de Vaas et se mirent à le serrer, de plus en plus fort, ses pouces comprimant sa trachée.




_________________
not broken just bent
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3412-tristan-k-bellam http://www.mercy-in-darkness.org/t3954-ce-qu-il-voit-son-histoire-voile-et-ses-tenebres-sont-etoiles

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: reassemble [rp express ; Tristan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

reassemble [rp express ; Tristan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» PEKIN EXPRESS 2009
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full
» Inscriptions Express 68 : Fairy Tail
» Partie 68 Express

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Masquerade-