AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Earth's bowels - Ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1421
↳ Points : 924
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Earth's bowels - Ambre   Mar 27 Fév 2018 - 21:54

The Earth's bowels
Ambre & Marcus

Elle n’avait pas laissé le temps de la réaction, quand elle avait évoqué toutes les possibilités. Elle s’était laissé porter par son esprit et ses réflexions. Elle avait suivi le fil, qu’il soit d’accord ou non, ce n’était pas important. Après tout, dans cette mission, Ambre était la supérieure. Alors, il n’avait qu’à suivre les ordres. C’était plus facile pour la gamine, de prendre ses responsabilités. Au moins, si elle devait mourir, elle le ferait en connaissance de cause, et parce qu’elle l’avait désiré. C’était ce qu’elle avait toujours voulu : choisir la date où la Faucheuse viendrait pour son ultime danse. Elle avait passé son existence à se dire que ce serait le seul moment de sa vie où elle pourrait actuellement choisir quoi faire. C’était triste. Mais la milicienne ne savait pas, jusqu’à il y a peu, qu’elle avait le droit au libre-arbitre. Il avait fallu attendre Dante, et ses putains de discours, pour qu’elle commence à se dire que quelque chose clochait. Et pour enclencher la première phase du changement. Un plan en plusieurs centaines d’étapes, donc elle avait le temps avant d’arriver au bout.

Y’eut le regard incrédule de Marcus qui se dirigea dans le sien. Attendait-il des réponses de sa part ? Ou des explications ? En tout cas, Ambre resta silencieuse, et immobile. Quelque chose la gênait, et elle ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Enfin, elle n’eut pas vraiment le temps de s’y attarder, comme Marcus décida de prendre une initiative et de rejoindre son supérieur. Foutu peacekeeper. Heureusement qu’elle n’était pas en état de l’assommer… Elle écouta la question, finalement curieuse d’en savoir plus, mais la réponse ne lui plut pas. Ils avaient attendu planté là comme des cons, et aucun avait pensé à tenter de prendre contact avec eux ? Son regard s’enflamma une seconde, et sa voix siffla : « Prendre des nouvelles aurait été possible vous savez ? Le Gouvernement ne vous a pas équipés de bippers pour faire figuration. » Si on leur avait dit de rebrousser chemin, après les attaques, Ambre l’aurait fait. Elle soutint le regard noir qu’on lui lança, car même diminuée, même épuisée, même en sang, elle restait une shadowhunter, et certainement l’une des femmes les plus haïes et craintes à la Milice. Elle le coupa avant même qu’il tente de se défendre : « Ne me dites pas que ça ne passait pas, je ne suis pas stupide. Les ondes radios étaient transmises. » Peut-être qu’on voulait l’éliminer. Ce n’était pas très sympathique.

Elle recula d’un pas, pour laisser Marcus gérer la situation. Il était plus à l’aise avec les relations sociales qu’elle ne l’avait jamais été. Et puis, maintenant, la douleur était à ajouter aussi chez Ambre. Non pas qu’elle la ressentait réellement, mais son cerveau en avait été atteint, c’était un fait. Elle réagissait au quart de tour, sur des sujets inutiles… Heureusement que ça n’avait pas été un de ses supérieurs face à elle. Ses yeux s’attardaient sur la taillade le long de son bras, et son poignet légèrement gonflé. Rien qui ne nécessiterait un passage obligatoire à l’hôpital, ou dans un quelconque centre médical. Oui, c’était son talon d’Achille, sa frayeur, aussi étrange que cela puisse paraître.

Elle écouta d’une oreille distraite les propos de Marcus, jusqu’à ce qu’il assène un dernier coup. Paroles directes, demande de départ immédiat. Pour éviter une attaque, la mort qui les attendait au tournant. L’étonnement et le sérieux chez l’autre auraient presque pu la faire rire, jusqu’à ce qu’il cherche chez elle une confirmation. Des deux miliciens, elle était celle dirigeant le groupe de par son statut. Et ça l’emmerdait, qu’il ne fasse pas confiance à Marcus, même si elle n’en avait pas franchement elle non plus. Alors, elle se contenta d’un regard glacial, et de traits figés, jusqu’à ce que le supérieur les délaisse, pour une réunion au sommet.

Et le silence, à nouveau. Silence pesant, éprouvant, mais nécessaire, pour faire le point, chacun de leur côté. Jusqu’à la phrase de Marcus. Entre ses dents serrées, elle lâcha : « C’est bon, je n’ai pas besoin de… » Perception accrue, elle sentait une présence derrière elle. Et son instinct lui hurlait de prendre la fuite. Mauvais signe… Un coup d’œil dans son dos, et un visage qu’elle n’avait pas envie de voir ici. Le médecin de la milice. Techniquement celui qui s’était occupé d’elle à chaque fois qu’elle s’était blessée. Et il avait encore ce foutu sourire en coin, alors qu’elle reculait d’un pas, avant de se souvenir que Marcus était juste derrière. Super. Magnifique. Magique.

Ce n’était pas tant qu’elle avait un problème avec lui, bien au contraire. Juste… Il était médecin. De guerre. Et il l’avait soigné tant de fois… Elle lui devait énormément, il est vrai. « Vous deux, vous montez dans le van médical, je m’occupe de vous. Maintenant. » Un regard envers Ambre, deux pupilles noirs qui la firent se taire, et celle-ci finit par obtempérer, en traînant des pieds.

La route fut prise, et le médecin l’ausculta. Elle retint un cri de douleur quand les doigts s’appuyèrent sur le poignet blessé. Elle se doutait, que c’était plus qu’une simple foulure. Mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il y aille aussi férocement. Un coton d’alcool pour nettoyer la plaie remontant le long du bras, et une question : « Que s’est-il passé ? » Une grimace sur le visage, et elle prit quelques secondes pour répondre. Un instant, elle pensa à s’enfermer dans le silence, avant de se rendre compte que ce serait stupide, parce qu’il aurait toujours une réponse. Alors, autant lui donner la sienne. « J’ai chuté après avoir mal marché sur une pierre. » Y’avait aucun mot plus ou moins haut que la moyenne. Et pourtant… « Et la vérité ? » La question ne lui était pas forcément posée à elle. D’ailleurs, elle avait détourné le regard, avait posé ses doigts sur l’entaille au niveau du trapèze. Rien de bien impressionnant, mais maintenant qu’une couche de vêtements et protections avait été retirée, elle pouvait encore mieux la percevoir. Foutue mission…

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2643
↳ Points : 1274
↳ Arrivé depuis le : 16/04/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Stephen James
↳ Age du Personnage : 27
↳ Métier : Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement, méfiant vis-à-vis de la Résistance
↳ Playlist : Woodkid - Conquest Of Spaces | Eivør - Into the Mist | Arctic Monkeys - Do I wanna know ? | Indochine - Le Grand Secret | Aviators - No More Heroes | Mc Solaar - La Belle et le Bad Boy | Matmatah - L'Apologie | Of Monsters And Men - Thousand Eyes | Mumford & Sons - Broken Crown | MISSIO - Anthem for the broken | Baha Men - Who Let The Dogs Out
↳ Citation : « L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #6666cc



les petits papiers
↳ Copyright: Thinkky ♥️ (vava) + Grey Wind (signa)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Earth's bowels - Ambre   Mer 28 Fév 2018 - 0:50

Sitôt qu’il quittait la mine pour de bon, l’adaptation à la luminosité se fit doucement. D’abord les yeux plissés, il détaillait ensuite de plus en plus ce qu’il se passait sous leurs yeux. Non-loin, ça discutait, ça se reposait, ça rangeait le matériel, ça se faisait soigner. Ça vivait, tranquillement, pendant qu’eux, craignaient de ne jamais revoir la lumière, ou du moins lui, et de se faire coincer comme des rats. Comme des rats, alors qu’ils étaient supposés être les gros chats de l’histoire. En un sens, une telle situation aurait été quelque peu risible. Il ne savait pas comment il aurait réagi, sur le coup. Avec Ambre blessée, et lui-même les nerfs commençant à fatiguer, ils auraient pu faire des gaffes, surtout lui. Mais ils y avaient échappé, fort heureusement. Qu’aurait-il fait autrement ? Sûrement un choix qu’il aurait ensuite regretté mais qui, au moins, leur aurait permis de vivre plus longtemps. Il chassa vite ces pensées de son esprit, il n’avait plus à se préoccuper de tout ça.

Un poids s’envolait alors de ses épaules, lui procurant un certain soulagement plus que bienvenu. C’était fini, enfin. Fini de cette obscurité dans laquelle il n’avait pas été à son aise, du début à la fin. Fini de cette dépendance aux sens de l’italienne tandis que les siens, ou plutôt son sens de l’orientation uniquement, avait laissé à désirer. Fini aussi de cette tension provoquée par leur trop longue isolation du reste du groupe. En revanche, c’était le début d’un peu de relâchement. Il n’en avait cure, des réponses de son supérieur, il n’y tiqua pas, ne se préoccupa pas du fait qu’ils auraient pu s’inquiéter un peu plus pour eux, alors qu’eux avaient craint qu’ils se soient tous faits piéger. Il n’attendait rien de ces types hormis l’autorisation explicite de rentrer, de quitter ce satané endroit, cette satanée mission. Et il pensait déjà à ce rapport qu’il devrait faire avec Ambre, pour rendre compte de leur exploration dans les moindres détails. Ça aussi, ce serait une sacrée épreuve. La connaissant, elle ne lui laisserait que peu de choix et s’imposerait encore comme leader. En un sens, ce ne serait pas si mal, si ça pouvait lui en faire faire plus que lui.

Et il a fait une erreur, en se perdant dans ses pensées. Il entendit vite la voix de la milicienne, cette voix qui le tira de toutes ses planifications. Un léger froncement de sourcil vint durcir ses traits, alors qu’il rattrapait la conversation. Qu’est-ce qu’elle racontait encore ? Les quelques bribes de phrase qu’il avait saisies et les regards emplis d’éclairs qui étaient échangés lui apprirent tout ce qu’il y avait à apprendre. Et elle rengaina, lui faisant lâcher un soupir. Elle ne pouvait vraiment pas s’en empêcher, c’était décidément plus fort qu’elle. Ambre, sans ses remarques piquantes, ne serait plus Ambre. Tout comme lui ne pouvait pas s’empêcher de poser clairement les limites, ou de tenter de les dépasser. En un sens, ils se ressemblaient. Tous deux n’aimaient pas particulièrement leurs collègues, mais pour des raisons sûrement bien différentes. La voyant prendre un léger recul, il l’incita à se faire discrète, glissant un bras devant elle pour la pousser délicatement à reculer davantage, qu’il puisse voir disparaître toutes ces mauvaises ondes. « Enfin, c’qu’elle veut dire c’est que nous, on s’est posé des questions en ne trouvant que des corps. »

Tentative hasardeuse de se rattraper, avant de reprendre de plus belle. « Dans tous les cas, nous ne sommes pas capables d’en faire davantage, ou alors ce sera un massacre, mais pas dans le sens souhaité. On peut se retirer ? » Et l’homme se débarrassait de lui d’un geste du revers de sa main, lui marmonnant l’autorisation tant souhaitée. Ils avaient mieux à faire que de perdre leur temps avec les deux derniers arrivés. Il avait lancé un regard satisfait à la jeune femme, avant de la traîner vers l’emplacement de soin, ne se préoccupant pas de ce qu’elle pouvait en dire. De toute manière, sur le coup, elle ne pourrait rien dire pour échapper à un œil expert. Marcus n’était pas totalement stupide et, à présent qu’ils avaient retrouvé le jour, il ne pouvait que s’inquiéter davantage de son état. Lui, excepté son nez amoché par le coup qu’il avait pris, mais ne saignant plus depuis un bon moment, ainsi que quelques égratignures, il s’en tirait bien. Très bien même, à sa plus grande surprise.

Il ignorait ce qu’elle pouvait avoir contre l’ordre médical, mais lorsqu’elle tenta de se soutirer au médecin, elle ne fit que se heurter à lui. Et oui, il était là, encore. Elle ne s’en tirerait pas d’une pirouette, elle pouvait en être assurée. Il avait beau ne pas la porter dans son cœur, il ne pouvait pas la laisser sans soins alors qu’il était responsable d’une partie de ses blessures. Mais une grande grimace lui échappa, alors qu’il se faisait lui aussi embarquer à bord du véhicule. Comment ça ? Ce n’était pas prévu, ça. « Non mais je n’ai que des plaies superficielles... » tenta-t-il de se justifier, alors que le médecin manifestait son désaccord. « Je vous prends tous les deux j’ai dit. » Face à l’ordre, et voyant l’obéissance d’Ambre, il ne put qu’obtempérer. Il s’installa vite dans un coin, avant que le moteur ne se mette en marche et qu’ils ne quittent enfin leur mission. Finalement, il avait peut-être bien fait, de monter, bien qu’il aurait plus naturellement rejoint la milicienne dans sa moue peu volontaire. Qui disait médecin, disait hôpital. Et qui disait hôpital, disait mauvais moment. Cette conclusion était moins charmante, malheureusement.

Silencieux, il se contenta d’observer la scène. À présent que le médecin avait dégagé la plaie, il devait admettre que ce n’était pas bien beau à voir. Elle ne s’était pas loupée. Ou du moins, il ne l’avait pas loupée non plus. Et s’il s’était attendu à la question du médecin, il ne s’était pas attendu à la réponse de son équipière. Il avait alors esquissé une moue perplexe. Que cherchait-elle ? Face au regard insistant du type, il ne put pas se questionner bien longtemps. « On a dû s’plaquer au sol en vitesse, je l’ai peut-être poussée un peu fort. » déclara-t-il alors. Pour une fois, il n’y avait pas de mal à dire la vérité. Dans tous les cas, ça restait une chute. Et au moins, l’homme sembla satisfait de sa réponse, puisqu’il reprit les soins d’Ambre.

HRP:
 

_________________
We dream, we wake on a cold hillside, we pursue the dream again. In the beginning was the dream, and the work of disenchantment never ends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4679-do-you-wanna-know-me En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1421
↳ Points : 924
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Earth's bowels - Ambre   Mer 28 Fév 2018 - 23:32

The Earth's bowels
Ambre & Marcus

Elle aurait dû se taire. Maintenant qu’elle y repensait, dans le calme du van, elle aurait certainement dû se la fermer face au supérieur de Marcus. Certes, normalement, ce n’était pas le sien, à elle, et elle était donc plutôt safe de ce point de vue-là. Et au vu de la mission que le duo avait porté, personne ne viendrait leur taper sur les doigts. En tout cas, si quelqu’un essayait, Ambre grimperait sur ses grands chevaux, elle qui habituellement se pliait aux ordres et à l’autorité. Parce que les dirigeants savaient mieux qu’elle ce qui était bien ou non, pour la population et pour eux-mêmes. Alors, la gamine, elle courbait l’échine. Sauf aujourd’hui. Parce qu’elle avait les nerfs à vif, parce que la douleur devait embrouiller son esprit aussi. Elle avait perdu quelques cases en chemin, avec la pression. Elle avait beau dire qu’elle excellait, qu’elle gérait, il y avait toujours un point de rupture. Même sans les sentiments et la conscience, elle restait humaine, et il y avait toujours ce quelque chose qui l’empêcherait d’être ce robot insensible. Cette corde, cette ligne, qui une fois franchie, la ferait se plier à l’impulsivité, et la colère. Comme aujourd’hui.

Elle n’aimait pas, que Marcus soit ici, avec elle. Elle n’aimait pas quand ses faiblesses étaient exposées. C’était franchement ce qui lui foutait le plus la trouille. Et pourtant… Elle n’avait rien dit. Parce que l’autre homme était médecin, et aussi… Il imposait le respect à la gamine. Et Ambre, dans ces moments-là, elle ne faisait pas la maline. Elle obtempérait, point. S’il avait dit que les deux montaient dans le van, ils le faisaient. Aucun refus ne serait accepté, même si Marcus avait tenté de se dégager. Elle aurait pu rire la milicienne, si ça avait été son genre. Il ne savait pas à qui il avait fait à faire, mais comprendrait bien vite de quoi il en ressortait. Ils avaient été installés, elle soignée en première. L’alcool engourdissait les surfaces qu’il touchait, ce bras qui avait si souvent porté ses armes. Si elle devait le perdre… Elle pourrait dire adieu à sa carrière, certainement. C’était pour cela que le docteur était important pour Ambre, malgré son aversion certaine au domaine médical. Et puis… Il n’y avait pas que cela.

Marcus répondit à la question, à sa place, et elle ne put que grimacer et se planquer un peu plus le visage dans son bras valide, posé sur la table. Au moins, le médecin était satisfait. Ambre, un peu moins. « T’étais pas obligé de le dire. » Léger rire qu’elle perçut, alors que la douleur s’envolait progressivement de son poignet. Magie utilisée, légère, pour ressouder les os. Et un bandage serré contre la peau, pour maintenir le tout en place, pour éviter que ça se fasse la malle. Elle récupéra le bras, courbaturé, le serra contre elle. Puis il changea de cible, se chargea de réparer Marcus. Ah, lui qui pensait certainement passer au travers… Mince sourire aux lèvres, alors qu’elle tentait de gérer les battements d’un cœur erratique. Quelques minutes durant lesquelles elle se détacha de son environnement, l’esprit s’envola. Micro-sieste pour revenir plus en forme qu’elle ne l’était.

Elle réintégra le corps au bon moment, quand le docteur eut fini de discuter avec Marcus. Les doigts frottèrent les paupières, la bouche s’ouvrit dans un bâillement. Et elle tomba des nues. « Je n’ai rien pu faire contre ça, alors vos supérieurs respectifs attendent un rapport pour demain, à 8h tapantes. Vous feriez mieux de vous trouver un endroit où vous posez. Je vous épargne l’hôpital. » Et il sortit une cigarette, se la coinça dans le bec. Fumée toxique, enchanteresse. Mais le soulagement était perceptible, quand on lui annonça que le passage à l’hôpital avait été zappé. De toute manière, si elle y avait atterri, jamais le rapport n’aurait été rendu dans les temps, car elle aurait passé des heures endormie de force. Sinon, l’hôpital aurait fini dans un bazar monstre… Il n’y avait qu’à voir la dernière fois, avec Kenneth. S’il n’avait pas utilisé la force, elle aurait tout détruit, avant de sauter par la fenêtre…

« Tu veux qu’on aille où du coup ? » Ambre, elle s’adaptait. Tout ce qu’elle voulait, c’était boucler ce foutu rapport, où elle mentirait certainement. Il y avait toujours quelque chose qui clochait pour elle, et elle avait peur que dans un sens, le Gouvernement soit mêlé à… L’échec. Ou alors qu’il y ait des traîtres dans leur rang. C’était peut-être ça qui était à remarquer. « Un bar ou un café ? Ca sera peut-être mieux de quitter le carcan de la Milice pour aujourd’hui… » Vu la pression qu’ils s’étaient tapé durant la mission, s’exiler aurait peut-être du bon… Ses doigts se glissèrent dans ses cheveux, une réflexion sur le bout de la langue. Et la lâcha. « Je suis… désolée Marcus. De ce que j’ai pu dire. » Oui, définitivement, elle devait être épuisée…

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2643
↳ Points : 1274
↳ Arrivé depuis le : 16/04/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Stephen James
↳ Age du Personnage : 27
↳ Métier : Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement, méfiant vis-à-vis de la Résistance
↳ Playlist : Woodkid - Conquest Of Spaces | Eivør - Into the Mist | Arctic Monkeys - Do I wanna know ? | Indochine - Le Grand Secret | Aviators - No More Heroes | Mc Solaar - La Belle et le Bad Boy | Matmatah - L'Apologie | Of Monsters And Men - Thousand Eyes | Mumford & Sons - Broken Crown | MISSIO - Anthem for the broken | Baha Men - Who Let The Dogs Out
↳ Citation : « L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #6666cc



les petits papiers
↳ Copyright: Thinkky ♥️ (vava) + Grey Wind (signa)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Earth's bowels - Ambre   Jeu 1 Mar 2018 - 23:29

C’était drôlement étroit, le van médical. Entre tout le matériel, ils n’étaient pas si confortablement installés qu’ils pouvaient le paraître. Du moins, Marcus ne l’était pas. C’était comme s’il venait de quitter les étroits tunnels dénués de lumière pour passer dans une petit boîte beaucoup trop lumineuse, elle. Le contraste ne lui plaisait pas, tout autant que ce qu’il voyait. Enfin, de ce qu’il avait vu. Le médical, ça l’agaçait vite, trop vite. Il ne leur faisait pas confiance, à ces types reconnaissables à leur blouse immaculée. À part les mener à l’hôpital et marquer quelques broutilles sur leurs dossiers,  ils ne faisaient pas grand-chose. Mais si ça pouvait lui éviter de traîner plus longtemps sur place, il devait bien reconnaître que ça pouvait avoir son utilité. Et s’il était bien indifférent à la vue du sang et de la plaie, il aimait moins de voir le médecin soigner le bras blessé. Il en avait mal pour Ambre, surtout qu’il était en grande partie responsable de sa blessure. Il avait peut-être réagi un peu trop brutalement sur le coup, c’était même une certitude. Mais ses nerfs ne le poussaient que rarement à contrôler ses choix. Trop impulsif, il avait ses défauts.

Les yeux rivés vers le sol, il s’était contenté de les relever pour répondre à la question, avant de les détourner bien vite une nouvelle fois. Toujours pour ne pas avoir à voir tout ce qu’il se passait. Dans le fond, il y avait peut-être une forme de respect. Respect pour la femme qui avait ignoré la douleur pour ne pas être un fardeau, alors que lui ne s’était pas gêné pour en être un du moment qu’il n’avait pas eu à commencer à se faire un sérieux soucis pour ses fesses. Et, lorsqu’elle lui reprocha d’avoir osé avouer ce qu’il s’était réellement passé, il haussa les épaules. Certes, il aurait pu acquiescer, et dire qu’elle était effectivement tombée toute seule en trébuchant sur une vulgaire pierre, elle, la shadowhunter souvent trop sérieuse et performante, quitte à ternir un peu son image. Mais il n’avait pas caché la vérité, jugeant inutile de le faire. Ainsi que par esprit de franchise, franchise qui lui jouait trop souvent des tours, hélas, mais pas cette fois-ci. Ils n’y avaient gagné qu’un léger amusement de la part du professionnel, qui ne tarda pas à en finir avec son premier cas, sans que l’italien n’ait vraiment le temps de s’ennuyer.

Et, lorsqu’il put sentir le poids de son regard, il se décida à s’intéresser à nouveau à ses semblables. « Et vous, qu’est-ce que vous avez à déclarer ? » Un soupir lui échappa. Sérieusement, il fallait absolument qu’il y passe aussi ? Voyant que l’homme ne semblait pas prêt à passer outre de son cas et le laisser s’en tirer ainsi, il décida de ne pas laisser traîner davantage les choses. « Ça se voit pas ? J’ai pris un pain dans l’nez. » Juste un léger pain, bien entendu. La première chose qui fut donc faite fut de lui rincer un coup le visage, à coup d’eau froide qui le raviva. Puis le médecin s’assura qu’il n’ait rien de cassé, avant d’afficher une moue presque déçue. Effectivement, il n’y avait rien. Mais il y eut ensuite ce coup d’œil vers cet uniforme gris tâché de sang par endroit le long de ses bras. « Et ça ? » Un regard glacial de l’italien, en guise de première réponse. Puis un nouveau soupir, face à l’insistance. « C’est pas le mien. J’ai juste quelques égratignures. » Mais il fallut voir lesdites égratignures, au cas-où. C’était plus une perte de temps qu’autre chose, mais le tatoué y consentit, après maintes protestations.

Finalement, à peine débarrassé de cette corvée, Marcus n’était pas au bout de ses peines. Ambre émergeait de sa sieste, ce qui leur permit d’avoir la joie de passer à la suite. Las, il colla sa tête contre la paroi du véhicule, en fixant le plafond. Il était perplexe. L’hôpital était évité, bien heureusement, mais en revanche, ils allaient devoir rendre un rapport dans les plus brefs délais. Ça ne lui plaisait pas, et ce n’était pas peu dire. L’aspect rébarbatif de l’administratif d’une part, se voyait ajouté à la fatigue. À peine tirés d’affaire, il fallait encore travailler. Il fallait encore montrer un peu de bonne volonté, ou du moins le tenter, avant de pouvoir goûter à une bonne nuit de sommeil. Vu son état, il ne se faisait même pas l’illusion de bénéficier d’un jour de repos. Ce serait bien trop généreux. D’un coup d’œil, il tenta de voir ce que la milicienne pensait de cette déclaration. Et puis il y eut ses questions, auxquelles il haussa les épaules, n’en ayant cure. « Du moment que j’rentre chez moi à un moment, on va ou tu veux. Si tu veux un bar, va pour un bar. » Ça lui était égal, même le quartier général de la Milice lui conviendrait, du moment que cette affaire serait vite bouclée.

Mais la suite ne lui plut pas autant. Nettement moins, même. Il fronça les sourcils, méfiant. Que racontait-elle ? Mais surtout, que faisait-elle ? C’était étrange, il ne savait pas comment le prendre. Des excuses, il avait bien entendu ? Oui, il ne pouvait qu’avoir bien entendu. Mais des excuses venant de la bouche de l’italienne, il peinait à y croire. « T’es fatiguée, c’est tout. » lâcha-t-il. Ouais, c’était sûrement la fatigue. Et puis, il ne savait pas exactement de ce sur quoi se portaient ses excuses. Les propos premiers le traitant de fardeau ? La déclaration étrange qu’elle lui avait faite ensuite ? Les paroles tout autant curieuses sur ses encrages qui avaient suivi ? Ou même ce mensonge, d’avoir dissimulé sa blessure quitte à compromettre leur efficacité ? Il y avait trop de choses, beaucoup trop. Il ne savait pas exactement de ce dont elle voulait parler, peut-être même de tout, mais il n’avait pas non plus envie de lui donner plus de détails. Elle était sûrement fatiguée, point. Lui aussi racontait n’importe quoi, et pas seulement sous l’emprise de l’usure.

_________________
We dream, we wake on a cold hillside, we pursue the dream again. In the beginning was the dream, and the work of disenchantment never ends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4679-do-you-wanna-know-me En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1421
↳ Points : 924
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Lux Aeterna ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Earth's bowels - Ambre   Lun 19 Mar 2018 - 10:50

The Earth's bowels
Ambre & Marcus

Ses doigts effleuraient la cicatrice déjà quasiment disparue. Parfois, elle appréciait avoir à faire à un sorcier pour soigner ses blessures. Déjà, parce que c’était plus rapide, et cela permettait de ne pas avoir à traîner des séquelles trop longtemps. Et ensuite… Il y avait nettement moins de douleur. Ambre avait beau faire la belle, essayer de l’ignorer, elle la ressentait quand même. Apparaître comme faible était cependant plus désagréable que la souffrance alors, le plus souvent, elle se la fermait, serrait les dents, et prier pour ne pas que ça ne le soit pas « trop ». Marcus ne pourrait pas comprendre. Lui, il était encore humain, franche, naïf. Il vivait dans cette illusion qu’il pourrait choisir, mais la réalité était bien plus dure, froide. Soit il se pliait au Gouvernement, aux ordres, et se perdait. Soit il mourrait. Elle, elle était si rationnelle, si conditionnée. Et elle n’avait pas le droit à l’erreur, pas le droit à une seconde chance. Parce qu’on l’attendait au tournant, parce qu’elle était une tueuse, une shadowhunter. Et vaciller signifiait mourir. Elle avait été éduquée ainsi, et jamais elle n’était parvenue à se débattre de cela. Même après les arènes, alors même que Dante avait essayé de lui ouvrir les yeux.

Son regard détaillait le visage de Marcus, désormais soigné. Ca enlevait un poids, de se dire qu’elle n’était pas responsable de quelque chose de grave. Ca apaisait sa conscience, celle-là-même qu’elle n’avait jamais vraiment écouté. Elle revenait, se glissait dans son esprit, dans ses failles, dans ses doutes. Et elle s’y installait, impossible à déloger. Elle tentait Ambre, de s’en débarrasser, de l’oublier, comme elle l’avait si souvent fait. Néanmoins, il y avait trop de piqûres de rappel, trop de situations qui lui demandaient presque d’agir avec empathie. C’était quotidien. Et une fois que la porte était ouverte, la tempête s’y engouffrait. Alors, quand on ne parvenait pas à refermer la porte, comme la gamine, on se construisait un abri plus loin, pour faire face, pour continuer à s’enfoncer dans l’ignorance. C’était facile, bien plus facile. Et la milicienne, elle ne voulait pas se poser de questions. Elle ne voulait pas se rendre compte de tous les soucis, de toutes ses erreurs. Alors, elle se bandait les yeux. Jusqu’à un certain point. C’était peut-être pour cela que les excuses étaient sorties. Parce qu’elle avait atteint cette limite, à cause de la fatigue, de la pression, de cette foutue mission.

« Je suis surtout désolée. » Et elle revenait à la charge. Elle en deviendrait presque agressive d’ailleurs. Mais c’était agaçant, de le voir se comporter ainsi, plutôt que d’accepter les quelques mots qu’elle présentait. Ce n’était pas souvent qu’ils étaient prononcés, qu’elle les offrait. Et ça la coupait de le faire à nouveau dans l’avenir. « Et je suis peut-être un monstre, mais j’ai le droit d’exprimer des remords, même si ça t’emmerde. » Elle perdait presque l’accent anglais quand elle rentrait dans cet état. Aussi, la gamine pouvait sentir le soupir du médecin dans son dos, et elle détourna le regard. Définitivement, elle n’était pas faite pour les relations sociales dans leur ensemble. Il faudrait du temps, beaucoup de temps pour arriver à quelque chose. Et en avait-elle réellement envie ? Finalement, la jeune femme avait côtoyé la solitude tout au long de sa vie, dans cette prison dorée que d’autres lui avaient envié. Elle se frotta les paupières, croisa les bras sur sa poitrine. La cicatrice à côté de son cou la ferait presque souffrir, avec ses mouvements brusques. Tant pis.

Un regard par la fenêtre, pour savoir où ils se trouvaient dans la ville. Les quartier Est… « Arrêtez-vous dans la prochaine rue à droite. » Elle connaissait les lieux. Ils étaient chez elle, non loin de l’appartement sans prétention qu’elle habitait. Parfois, la milicienne se disait qu’acheter une maison dans le Garden District serait une meilleure idée. Plus de calme, un petit jardin même… Peut-être que ça lui rappellerait certains souvenirs heureux. S’il y en avait. Tout était toujours trop neutre, trop fade dans sa mémoire. Elle se souvenait de tout, et ça finissait par perdre de sa saveur, le peu de couleurs que cela avait. Elle se laissa glisser hors de la camionnette, ignora le « Ne mourrez pas. » lancé par le médecin, et s’étira simplement. Les doigts se fourrèrent dans les poches arrières de son pantalon, et elle laissa le vent glisser sur sa peau, ébouriffer ses cheveux. « Tu n’es pas obligé de rester. Je veux dire, si tu préfères rentrer chez toi et te reposer, j’t’en voudrais pas. » L’obliger à remplir le dossier n’était pas une bonne idée, s’il préférait claquer la porte et rentrer chez lui. Ambre avait l’habitude de boucler ce genre de trucs toute seule.

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2643
↳ Points : 1274
↳ Arrivé depuis le : 16/04/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Stephen James
↳ Age du Personnage : 27
↳ Métier : Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement, méfiant vis-à-vis de la Résistance
↳ Playlist : Woodkid - Conquest Of Spaces | Eivør - Into the Mist | Arctic Monkeys - Do I wanna know ? | Indochine - Le Grand Secret | Aviators - No More Heroes | Mc Solaar - La Belle et le Bad Boy | Matmatah - L'Apologie | Of Monsters And Men - Thousand Eyes | Mumford & Sons - Broken Crown | MISSIO - Anthem for the broken | Baha Men - Who Let The Dogs Out
↳ Citation : « L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre. »
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #6666cc



les petits papiers
↳ Copyright: Thinkky ♥️ (vava) + Grey Wind (signa)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Earth's bowels - Ambre   Lun 16 Avr 2018 - 18:49

Et elle revenait à la charge, encore. Une nouvelle fois, elle l’assommait de ses excuses, ces excuses qu’il ne pensait pas mériter, qu’il ne voulait pas mériter. Parce qu’il est plus simple d’avoir le monde contre soi que d’en sentir de quelconques signes apaisants. Parce qu’il n’était pas prêt à recevoir autre chose que des reproches, que son habitude le poussait plutôt à s’attendre constamment à chercher l’opposition. Mais cette fois-ci, il ne la cherchait pas, non. En revanche, elle, si. Un soupir lui échappait, avant qu’il ne plonge son regard en sa direction, las. Il a bien compris qu’il ne servira à rien de s’obstiner davantage, que ça ne résoudra rien sinon que de les pousser à hausser le ton pour se donner en spectacle. Et ça, il n’en avait pas envie, pas vraiment. Ce retour au calme avait tout de même quelque chose d’apaisant qu’il ne voulait pas voir s’envoler aussitôt. « Message reçu, c’est bon. » lâchait-il alors qu’elle insistait, qu’elle lui rentrait encore dedans, laissant ressurgir la fameuse impulsivité italienne. Il s’était calmé, lui, bien qu’il n’en avait cure de ce qu’elle pouvait s’acharner à s’excuser. Il n’estimait pas mériter ses remords, il en aurait déjà assez à supporter avec les siens.

Pour sûr, elle avait bien raison. Le brun était largement emmerdé par l’idée de la voir sortir de sa monstrueuse case dans laquelle il l’avait rangée. Il était tellement plus aisé de ne pas se poser de questions, de se contenter des choses telles qu’elles semblaient toujours avoir été. Et il n’ajoutait rien, laissant la vue défiler sans qu’il ne s’en préoccupe. Parce que ça le faisait bien chier, de voir tout le temps qui s’était écoulé. La lumière artificielle du véhicule le contentait mieux. Il la préférait, pour la simple raison qu’elle lui donnait l’impression de figer le temps, de ne plus laisser les secondes filer. Ainsi, il pouvait être à l’abri, encore pris dans son humeur, cette humeur à se contrarier d’un rien, à rager d’un tout. C’était plus simple que de commencer à réaliser qu’il avait encore joué un sale rôle dans cette histoire, qu’il avait encore préféré sauver sa peau que de laisser faire la vermine. Il leur aurait volontiers cédé la mine, si ça n’avait tenu qu’à lui. Lui importait fort peu le sort du Gouvernement, le tenterait bien de voir jusqu’où pourraient aller ces prétendus vendeurs de liberté. Mais il ne l’avait pas fait, préférant penser d’abord à son propre intérêt.

D’un haussement de sourcil, il se tournait finalement vers sa partenaire d’ébène. Il ne s’attendait pas à les voir s’arrêter de sitôt. Enfin, il se permettait d’accepter de jeter un œil dehors, de se faire une idée de leur localisation avant de faire deux brefs va-et-vient entre l’italienne et le médecin, qu’il fusillait davantage qu’il ne le dévisageait. Ne mourrez pas ? Quelle idée, à présent qu’ils étaient de retour en ville. Ambre semblait de cet avis, se glissant hors du véhicule sans plus se préoccuper de l’homme en blanc. Face à son relâchement visible, Marcus se traînait dehors avec moins d’enthousiasme. S’éloigner de la mine et de sa tension ne le détendait pas pour autant. S’il avait retrouvé plus ou moins de calme, il restait encore sur la défensive, prévoyant d’avance son humeur maussade de plus belle. Il ne s’étirait pas, lui, ne profitait pas de l’air retrouvé. Il se contentait d’observer les bâtiments autour d’eux, se demandant lequel pouvait habiter la shadowhunter, puisque l’idée du bar semblait abandonnée. Dommage, bien qu’ils n’auraient eu que peu de succès en tenue de service.

Et il s’approchait d’elle, finalement, avant de marmonner quelques mots. « Non c’est bon, j’vais quand même faire le mien. » Parce qu’il ne voulait pas s’estimer devoir lui être redevable de quoi que ce soit. Et ça vaudrait mieux, si l’on venait aussi à lui poser quelques questions le lendemain. Tout autant qu’il ne dormirait pas non plus, pas avant un bon moment. Autant s’occuper des rapports, tuer un peu le temps, se prendre la tête une dernière fois, avant de pouvoir s’écrouler de fatigue pour de bon. Il la suivit ainsi à son domicile, pour rédiger ces dits rapports, profiter d’avoir deux cerveaux pour mentionner ce qui doit l’être et omettre ce qui peut l’être. Faire simple et efficace, tout en s’accordant, pour s’éviter des prises de tête inutiles dès leur retour à la Milice. Et puis, continuer de réfléchir, tenter de se débarrasser de ses démons en les posant sur papier avant qu’ils ne viennent l’importuner dans son sommeil.

_________________
We dream, we wake on a cold hillside, we pursue the dream again. In the beginning was the dream, and the work of disenchantment never ends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4679-do-you-wanna-know-me En ligne

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: The Earth's bowels - Ambre   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Earth's bowels - Ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Please, forgive me ♣ Ambre
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» ~ Avouer ses fautes, poser une question ~ # Pv : Etoile d'Ambre #
» Google Earth: Des images fraîches d'Haïti !
» Ambre Nocis(Serdaigle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-