AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Ultraviolence |Dante & Isak| [RP express]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1127
↳ Points : 1172
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage, Victory / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons / Queen ~ Bohemian Rhapsody
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



les petits papiers
↳ Copyright: Electric Soul ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Ultraviolence |Dante & Isak| [RP express]   Dim 30 Avr - 23:04


Ultraviolence
I cannot stop this sickness taking over. It takes control and drags me into nowhere. I need your help, I can't fight this forever. I know you're watching, I can feel you out there ••• Reflet renvoyé par ce miroir qu'elle haïssait tant, encore plus aujourd'hui où il ne servait qu'à observer les modifications appliquées sur son visage, sur son corps. Les cheveux châtains clairs étaient devenus platines, le teint maquillé, destiné à modifier autant que possible le visuel de ses traits. Ce soir, elle se rendait au Little. Son plan n'était pas encore terminé, et tant qu'elle n'était pas découverte, elle ne s'arrêterait pas. Voilà donc pourquoi elle s'affublait d'une telle décoration, à son grand dégoût. Enfin, si dégoût il y avait. Elle avait fini engourdi au fil des années, et laisser des mains se balader sur son corps ne la dérangeait plus.

Malgré tout, elle y risquait beaucoup dans cette petite entreprise. Des miliciens se rendaient dans ce club de strip-tease, elle y avait aussi rencontré un ancien associé de son géniteur, pas dans son accoutrement de prostituée à vrai dire. Prudence était de mise. Finalement, la seule chose qui ne bougeait pas était ses yeux vairons, si caractéristiques de sa personne. Vert et marron. Heureusement que l'établissement était plongé dans la pénombre. Enfin, elle se doutait bien qu'aucun des miliciens ne la connaissait suffisamment pour faire le rapprochement. Et dans le pire des cas, ils la penseront en mission d'infiltration. Ce qui lui éviterait de se faire découvrir directement. Un laps de temps important pour prendre la fuite, et construire sa défense. La mafia ne restera pas sans rien faire si cela s'apprenait.

Fin d'après-midi tombant, ses pieds la menèrent jusque dans les quartiers nord. Chaque pas alors serra un peu plus ses entrailles. Ressentiment violent dont elle faisait pourtant fi. Se rendre compte de l'horreur et du dégoût que cette mascarade lui inspirait n'était pas encore possible pour elle. Trop complexe, puisque ces sentiments remettaient en cause une bonne partie de son passé. Pour le moment, mieux valait qu'elle garde une distance par rapport à tout cela, attende d'être prête. Le serait-elle seulement un jour ?

**

Lumière tamisée, pénombre réclamée par l'heure très tardive. Une conscience à deux vitesses qui se mettait en place, filtre installée avec plus d'importance qu'habituellement. Elle se détachait de son propre corps, de sa propre image. Un moyen d'éviter de perdre les pédales au moindre contact. De toute façon, dans sa tenue – si seulement on pouvait l'appeler ainsi... –, elle n'était qu'un bout de viande, qu'un objet dont la valeur humaine approchait du néant. On s'en foutait de ses émotions, de ses souhaits. Heureusement qu'elle n'en avait pas vraiment finalement.

La danse avait été calquée sur celle de ses consoeurs. Elle était incapable de créer quoi que ce soit par elle-même en dehors du domaine stratégique militaire. Alors, elle avait copié, laissant son cerveau faire les assemblages les plus judicieux. Maintenant, elle restituait, écoutant la vague bande-son qu'on leur mettait. Le tout sans prêter attention aux entrées et sorties. Avec les quelques mains qui cherchaient déjà leur place sur elle, elle n'avait pas à se faire du reste.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
+ In the ruins of Madness +
She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 502
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 05/12/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Josh Beech
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Musicien et chanteur au Masquerade ; récolteur d'informations & photographe pour le BlackBird
↳ Opinion Politique : Résistance modérée (BlackBird)
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Cities in Dust - The Everlove | World on Fire - Les Friction | Sotto Falso Nome - Ludovico Einaudi | Blackbird - The Beatles | No Easy Way - Digital Daggers | Underneath - Kidneythieves | Daze - Poets of the Fall | Waking Up - PVRIS | Keep The Faith (It's Only You and Me) - of Verona | Bird Set Free - Sia | We Don't Celebrate Sundays - Hardcore Superstar | Human - Of Monsters and Men | Lover to Lover - Florence and the Machine
↳ Citation : “Certains attendent que le temps change, d'autres le saisissent avec force et agissent.” (Dante Alighieri)
↳ Multicomptes : Ashley Nott
↳ Couleur RP : Chocolate



les petits papiers
↳ Copyright: Avengedinchains & tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Ultraviolence |Dante & Isak| [RP express]   Mar 23 Mai - 18:21

Certains jours, tu hais ce que tu es devenu.

Ça fait quatre ans que ton sang est devenu plus sombre, quatre ans que t'as l'impression du vide en toi, quatre ans depuis que t'as troqué ton humanité pour autre chose dont t'as jamais voulu. Et ouais, peut-être que certains pensent que les pouvoirs, c'est cool. Et tu peux pas nier que ça pourrait être enivrant, si tu les craignais pas, en grande partie, même si tu fais désormais des efforts pour les maîtriser plutôt que les réprimer. Mais toi ? Putain, si tu le pouvais, tu les rendrais ces pouvoirs de merde, pour retrouver ta bonne vieille humanité ; blessures, sens affaiblis et tout ce qui vient avec. Parce qu'alors, t'aurais peut-être pas le sentiment, certains jours, d'être à moitié mort.

La plupart du temps, tu peux en faire abstraction, parfois même en rire. Tu vis avec, tu peux pas changer la situation, ça, tu l'as bien pigé, alors autant mordre sur ta chique et accepter. T'as l'expérience de ton côté et tu vides plus le pauvre malheureux qui croise ta route quand tu crèves la dalle. Mais t'as toujours cet abîme en toi, cette faim quasi perpétuelle, et certains jours, t'as envie d'aller dégommer quelqu'un pour extérioriser ta haine, juste parce le cadavre ambulant qui t'a réduit à ça a probablement déjà pourri, depuis le temps.

Les sensations ont disparu. Oui, tu guéris quand tu te blesses. Non, tu n'as plus besoin de bouffer. Mais bordel, tu prendrais mille fois les saloperies au goût industriel plutôt que le goût de cendres permanent qui envahit ta bouche dès que t'avales quelque chose. Tu prendrais mille fois cette pure hérésie qu'est le Pizza Hut plutôt devoir voler l'énergie ou les rêves d'un étranger. Avec cette nature, t'as l'impression qu'on t'a volé ta liberté de choix, qu'on t'a enfermé dans une cage. Et ça te tue. Ça te tue.

L'ivresse, l'oubli temporaire, t'en étais déjà adepte avant. Les paradis artificiels, t'y as goûté sans jamais être accro, pour le fun, pour l'adrénaline. Maintenant ? C'est un moyen de te rappeler que t'es vivant. Que tu peux encore ressentir quelque chose. Même si c'est de façon plus faible, déformée. Comme entendre de la musique sous l'eau.

Et dans tes humeurs plus sombres, tu te tournes vers le Little Darlings. T'envoies chier la Prohibition. Qu'on essaie de te choper en flagrant délit : le danger ne sera qu'une autre piqûre d'épinéphrine dans tes veines, un autre shoot, une autre drogue dont t'es adepte. Que la milice te chope et tu riras, putain, tu riras. Peut-être que tu crèveras un jour, à force de courtiser les périls les plus divers, mais putain, ce sera avec un sourire moqueur sur les lèvres, ouais.

Tu te fies pas aux fenêtres closes et barricadées, tu connais l'entrée. Et quand tu plonges dans l'univers particulier, y'a une partie du mal qui disparaît, en anticipation. Trouver Isak, payer ton rappel d'humanité, peut-être échanger avec le dealer/connaissance/pote/tu-sais-pas-trop-comment-le-définir. Ça fait un moment que t'es pas venu et vous avez certainement pas mal de choses à rattraper. T'imagines que la vie d'Eriksson a pas été de tout repos, ça va avec le milieu.

Le spectacle, t'y prêtes attention assez distraitement. C'est pas ton but premier et t'as jamais été friand de la frontière floue entre spectacle et prostitution, cette dernière pratique étant un peu trop contraire à tes valeurs morales.

Tu ne sais pas vraiment pourquoi ton regard est attiré par une danseuse en particulier, tandis que t'attends l'apparition d'Isak. Ça pourrait aller de la danse à la musique à la plastique de la danseuse elle-même, t'en sais rien. Inconsciemment, tu t'approches. Et tandis que ton regard suit les mouvements, y'a de plus en plus une impression de déjà vu qui s'empare de toi, une sensation de malaise aussi. Y'a la lumière qui frappe à un certain angle le visage de la danseuse et c'est comme si dans ton cerveau, le mécanisme s'était rouillé. Tu mets un moment avant de réaliser pourquoi tu bloques, pourquoi la vue des mains – étrangères, grossières, sales – qui cherchent à la saisir t'emplit de dégoût et de rage. La couleur de cheveux n'est pas la bonne et le maquillage rend difficile la reconnaissance des traits, mais putain, tu le connais trop bien ce visage, tu le connais depuis trop longtemps. Ta voix est faible, blanche, quand le nom t'échappe, à moitié en proie à l'incrédulité – non, t'hallucines, c'est pas possible – à moitié en proie à la nausée.

« Ambre ? »

_________________

CHILDREN OF THE GREAT EMPIRE
This is a fight to the death, Our holy war, A new romance, A trojan whore We will, we will, we will rise again This is a fight for the day, Night, Black and white A victory dance, A burning riot Oh say a prayer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4154-dante-your-forme http://www.mercy-in-darkness.org/t4611-dante-set-the-world-on-fire
 

Ultraviolence |Dante & Isak| [RP express]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» PEKIN EXPRESS 2009
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full
» Inscriptions Express 68 : Fairy Tail
» Partie 68 Express

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Little Darlings-