AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Demon walks among us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Demon walks among us   Sam 13 Mai - 16:20

La silhouette serpente entre les corps amassés dans ce lieu de perdition.
Attentive, elle épie les conversations, scrute les moindres faiblesses, guette les failles dans lesquelles l'homme pourrait s'engouffrer. Il est patient. Déambule calmement parmi la foule, d'un pas presque trop lent pour l'agitation des lieux.

Sur ses épaules, un tee-shirt quelconque, surmontant un vieux jean délavé. Il ressemble à n'importe qui. Il est quelconque, inodore. Personne ne le remarque, ou alors l'oublie aussitôt. Aussi malin que discret, il joue aux anonymes et se mêle à la foule sans jamais lui appartenir. Il ne demeure pas longtemps au même endroit, veille à varier sa position, à ne jamais être vu plus de quelques minutes près des mêmes personnes. Même si son pas semble aléatoire, en réalité la trajectoire est étudiée. Il marche, parmi ces corps qui tanguent, parmi les combattants et les voyeurs, parmi la foule dégénérée. Il marche, entre les croyants et les désenchantés. Il marche sur la chance et sur les rêves.

Des paris sont beuglés par-dessus son épaule. Son œil vicieux est immanquablement attiré par le ring, la convergence de l'attention de tous ces clients aux idéaux fracassés. Le point de fuite du tableau. Il suffit d'analyser les trajectoires des regards pour comprendre comment se faufiler entre eux, comment passer inaperçu. Et le bougre l'a bien compris. Malgré sa curiosité malsaine pour l'affrontement bestial ayant lieu à l'épicentre, il s'en détache et poursuit ses pérégrinations.

Il ne commande qu'un verre, du bout des lèvres, une vodka, sans glace surtout, qu'il ingurgite d'un trait. Du revers de la main, il s'essuie les lèvres. Repart à l'assaut. Obsédé par le conflit en cette nuit orageuse, il ne songe qu'au mal qu'il pourrait disséminer parmi ces entrelacs humains. Trop humains. Depuis un certain temps (des mois, des années ? il ne sait plus), l'Etranger gratte sous son épiderme, lui réclame de semer le trouble. Des exigences que Darko parvient parfois à canaliser. Mais d'autres soirs, l'Autre en lui se montre plus fort, et assied alors sa dominance sur l'esprit humain.

Ces soirs-là, ses pas le dirigent alors dans de sombres endroits de la Nouvelle-Orléans, là où les méfaits pullulent, là où il aura toujours plus de chance de s'échapper, de s'extirper d'une situation trop périlleuse.
Ces soirs-là, ses pas le mènent parfois au Bones, lieu de perdition et d'abnégation de soi, et alors la fièvre le gagne, à l'instar de tous ces joueurs. Il devient joueur lui-même, sans miser, sans presque consommer, et surtout sans jamais monter sur le ring. Car si le démon s'amuse des éclats qu'il déclenche, il prend toujours soin de s'en tenir à l'écart. Ce qu'il aime, c'est être l'étincelle. Le feu aux poudres. Et ne pas se faire prendre. Ce qu'il aime, c'est déclencher la bagarre hors du ring. Briser les règles. Détruire les schémas préconçus. Créer l'instabilité dans un système régulé, malgré la décadence apparente. Tout microcosme possède des limites. Il aime penser qu'il est celui qui les repousse.

Cette nuit, c'est entre deux habitués qu'il s'immisce, passe et repasse sans en avoir l'air, avant de glaner quelques précieux éléments de leur conversation, de mesurer leur hargne et leur passion, la puissance de leur addiction. Parmi la sueur et les crachats, parmi la chair et le muscle, parmi la testostérone et les cris, il se fraye un passage, et répand dans son sillage les germes d'une colère inaltérable.
Les deux habitués des lieux, deux amis accros à l'adrénaline du Bones et aux paris sur les combats interdits, élèvent la voix sans en prendre conscience. En eux se développe une inexplicable agressivité, une violence dévastatrice à l'égard l'un de l'autre.

Leur amitié s'efface sous l'intrusion du démon, et leurs regards se détachent progressivement du combat central pour se cogner l'un à l'autre.
L'un insulte son compère.
L'autre réplique par un uppercut bien placé.
Le premier chancelle mais tient bon, assène un crochet d'une puissance décuplée par sa hargne, aussi absurde que solidement ancrée dans ses tripes.
Son ami se jette sur son camarade, cherchant à perturber son équilibre, et le projette contre un type fort comme un chêne, qui ne manque pas de s'insurger, et décide alors de briser la mâchoire du mécréant qui a osé le bousculer.

Effet papillon.
Quelques malentendus et gestes mal placés auront suffi à éveiller les pulsions violentes d'une demi-douzaine de personnes, qui commencent à s'agiter juste à côté du ring, et à déclencher une seconde bagarre, cette fois non-officielle. Un affrontement insensé, mais qui gagne la foule et échauffe les esprits ; il prend de l'ampleur, tant et si bien que les deux adversaires officiels finissent par baisser leur garde et tourner la tête vers le nouveau spectacle offert aux spectateurs avides. L'agressivité se répand comme une traînée de poudre et dans une joyeuse émulsion, la violence contagieuse déploie ses tentacules. Dans ce groupuscule, chacun en vient à éprouver une rancœur inexpliquée à l'égard de son voisin et cherche à le défigurer, à le projeter à terre, à le frapper, à l'atteindre physiquement peu importe la ruse employée. Certains sont francs et envoient à pleine puissance leurs poings dans le visage de leur vis-à-vis. D'autres, plus perfides, tentent de prendre leur voisin par surprise et de leur faire perdre l'équilibre pour mieux les dominer. Des corps chutent et sont piétinés. Des cheveux sont arrachés par poignées. Des cris bestiaux mettent définitivement fin au combat du ring.

A quelques mètres de là, Darko sourit, parfaitement immobile, les yeux rivés sur les prémisses d'une bataille qu'il vient d'engendrer. La lueur démente de ses prunelles trahit tant sa culpabilité que sa fascination pour ce déferlement de colère, ces affrontements entre des amis de vieille date ou de parfaits inconnus.
Sous les néons blafards du Bones, les dents du démon étincellent d'un plaisir malsain, celui d'engendrer les catastrophes parmi les hommes.
Revenir en haut Aller en bas

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1287
↳ Points : 330
↳ Arrivé depuis le : 20/07/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Jessica Chastain
↳ Age du Personnage : 35 en apparence & 90 réellement
↳ Métier : Officiellement libraire, officieusement propriétaire du Club Bones
↳ Opinion Politique : Totalement contre le système actuel, mais peu le savent
↳ Niveau de Compétences : Niveau Général 2 (3 en détection des mensonges)
↳ Playlist : Au revoir - One Republic. This is Gospel - Panic! At the Disco. Dark on Fire - Turin Brakes. Strong - London Grammar. In the Shadows - The Rasmus.
↳ Citation : ‹‹ And now I have finally seen the light ››
↳ Multicomptes : Persephone D. Wilson
↳ Couleur RP : #cc3300



les petits papiers
↳ Copyright: ©bazzart, ©tumblr, ©Nymou
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Demon walks among us   Mar 23 Mai - 22:22



" Time's up. "

Darko & Moïra




Depuis plusieurs semaine, une agitation inhabituelle venait régulièrement faire basculer l'équilibre précaire de l'ambiance du Bones. Evidemment, dans un lieu alimenté par la violence et l'alcool il n'était pas étonnant que des conflits éclatent, mais des bagarres impliquant autant de monde aussi régulièrement et soudainement n'était pas normal. D'autant plus que la plupart du temps, les personnes qui avaient initié l'attaque - s'ils en ressortaient vivants - témoignaient d'une certaine hébétude voir d'une incompréhension totale. La jolie rousse avait vu des habitués plutôt calmes se mettre dans des colères noires et des gens complètement sains et sobres agir comme la plus folle des créatures sauvages. 
La première pensée de la Hellraiser s'était portée vers Isak et la sécurité et la vigilance de tous avaient été remarquablement accrue. Malgré tout il n'y avait eu aucune amélioration dans la situation. 
D'autant plus que les phénomènes se déroulaient à intervalles totalement irrégulières. Ce qui n'arrangeait pas vraiment les recherches de la jolie rousse. Quoi qu'il en soit, il y avait une chose dont elle était certaine : quelqu'un était responsable de tout cela.
Les jours et les incidents s'étaient enchainés, Moïra avait déjà eu l'occasion d'interroger quelques personnes suspectes mais sans aucun résultat satisfaisant et malgré les échecs et le manque évident de pistes, la jeune femme était entièrement décidée à ne pas s'arrêter tant qu'elle n'aurait pas mit la main sur l'agitateur. Et la soirée lui présenta une nouvelle occasion d'arriver enfin à résoudre de manière définitive ce malheureux mystère. Alors que tout avait commencé dans une agitation des plus normale pour le Bones, une bagarre avait soudain éclaté alors que Moïra était entrain de servir quelques clients assoifés au bar. S'excusant auprès de ces derniers, la propriétaire du Bones se déplaça agilement à travers la foule excitée pour venir graviter autour de l'agitation. Les visages défilaient sous ses yeux attentifs, écartant de son esprit les traits connus et les airs trop communs. La joie, la peur, l'inquiétude, la colère, autant de personnes que d'expressions différentes. Et les coups qui partaient de touts les côtés, semblant se propager comme une infection, se propageant toujours plus de cellule en cellule. En même temps que la jolie rousse dévisageait ses clients, elle faisait attention à rester tout de même à une distance raisonnable de la cohue. Chaque personne était suspectée, au moins l'espace d'un instant. Les pas de la jeune femme était lents, elle prenait tout son temps, comme un prédateur tournant autour de sa proie, flairant ses points faibles, repérant une éventuelle blessure qui pourrait lui être fatale. Comme il fallait choisir le gibier le plus fragile, là au contraire, Moïra essayait de repérer celui qui se croyait le plus fort. Le dominant, celui qui avait la situation en main. Un sourire, un air de fierté, une délectation toute particulière comme celle qui s'affichait sur le visage même de la Hellraiser lorsque ses yeux se baladaient sur l'espace de son Club. Le corps tout entier de la belle rousse s'immobilisa. Il était là, un peu à l'écart du combat, son nouveau suspect. Un blond que Moïra ne connaissait pas, qu'elle avait peut-être croisé sans le remarquer davantage.
La jeune femme se remit en marche, se dirigeant de la même allure contrôlée vers le jeune homme. D'un air nonchalant elle vint se poster à côté de lui sans lâcher du regard le combat en cours.

- Une sacrée agitation ce soir n'est-ce pas ? 

Les coups étaient toujours assénés mais l'ambiance commençait lentement à être apaisée par les gardes du corps qui s'étaient précipités dans la mêlée pour calmer de toute les façons possibles l'agitation. Et ce n'était certainement pas Moïra qui allait les restreindre de quelque manière qui soit.

- Vous appréciez le spectacle, monsieur... ?

Sur ce ton doux un peu supérieur que la belle rousse savait si bien emprunter. Avec un peu de chance, le blond ne savait même pas qui elle était. Cela ne lui ferait qu'un avantage de plus dans ce nouveau combat que la Hellraiser venait tout juste d'engager...


Code by Sleepy

_________________

You're gonna lose your soul, tonight.
I get up in the morning To the beat of the drum. I get up to this feeling Keeps me on the run. I get up in the morning Put my dreams away. ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3769-moira-o-fighting http://www.mercy-in-darkness.org/t3799-moira-o-its-about-time-you-re-back-in-my-life
 

Demon walks among us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le trone du seigneur demon!
» Le Demon Du Rire
» Plein de demon du chaos a vendre
» Golden Demon: Games Day
» Projet Golden Demon Allemand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-