AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 How far { Riley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: How far { Riley   Sam 8 Juil - 10:19

Y'a le soleil qui tape, la chaleur insupportable, moite et étouffante qui semble s'infiltrer à travers ton fin T-shirt (si usé que le noir originel est devenu anthracite), s'enfoncer dans ta peau. Mains enfoncées dans les poches de ton jeans, le regard cloué au sol, seule la lumière jaunâtre des lampadaires guide tes pas. Y'a les gens qui défilent et qui passent, des murmures plus ou moins intéressants, plus ou moins anodins dans leur sillage. Si tu relevais la tête, à cet instant, tu te ferais mitrailler par des caméras dotées de la dernière technologie de pointe en reconnaissance faciale. Fléau, surveillance abusive, contrôle de la population, tu sais parfaitement que tu es rentré dans le monde de Big Brother et que tu as contribué à le construire, que tu es un des engrenages dans la machine despotique. Tu justifies ton choix en te disant que si un visage parmi ces milliers stockés sur des banques de données, parmi ces milliers de citoyens enregistrés à leur insu, se révèle appartenir à un membre de ta famille...alors ça te suffit. Motivation bancale, excuse douteuse pour produire ce système que d'aucuns décrirait comme une atteinte au droit à la vie privée. Enfin, avant que la Tyrannie ne s'installe. Quand la démocratie avait encore ses droits, quand on choisissait son gouvernement plutôt qu'on ne le subissait.

Un soupir t'échappe, secoue ta carcasse doucement. Tu bifurques dans les rues autrefois animées de l'Est, le quartier historique et propre bien loin de la petite maison miteuse près du bayou de son enfance ou ton nouveau chez toi, véritable trésor de technologie et de modernité, dans la zone résidentielle du Bayou St John. Tes boucles brunes rendues indisciplinées par la moiteur étouffante te tombent dans les yeux et tu les écartes d'un geste distrait, ta main bientôt renfoncée dans les profondeurs de tes poches, serrée sur du vide.

Les ruelles sont passées, une par une. Tu aurais pu prendre le métro ou le tram, si tu avais voulu aller plus vite. Mais d'un côté, tu as besoin de cette marche, de ce temps luxueux que tu peux t'accorder à la réflexion. On aurait pu croire qu'après tant d'années, tu aurais voulu te dépêcher, mais non. Sept mois, plus d'une demi-année, depuis que tu as vu Riley sur ton moniteur en noir et blanc. L'image parasitée par le grain sur l'écran, les cheveux plus courts, mais le visage et la silhouette reconnaissables entre mille. Et oh la joie qui t'a saisi à cet instant, la joie d'avoir enfin retrouvé un pan de ta famille déchirée, un petit bout de ton âme. Mais la joie a été de courte durée en voyant la scène, les flammes et les débris alentours et ce corps sur lequel Riley était prostrée, de toute évidence, mort. Aujourd'hui encore, tu ne sais toujours pas de qui il s'agissait et ton imagination lui a greffé toutes sortes de noms et d'identités. Ami, amant, collègue, sympathisant, frère d'armes...tu ne sais pas, ne sais pas qui est cet individu qui avait de toute évidence de l'importance pour ta soeur. Tu ne sais pas qui est cet homme dont tu es indirectement responsable de la mort. Parce que c'est l'arme que tu as mis au point qui a décimé cette opération. Ton arme qui aurait pu tuer ta soeur, si elle avait été trop proche du point d'impact.

La culpabilité est comme de l'acide qui ronge ton coeur, du bitume dans ta gorge. Elle t'étouffe et tu sais que le sang sur tes mains ne sera jamais lavé, qu'importe à quel point tu peux essayer. Alors si tu ne peux effacer tes crimes, tu veux au moins essayer de...t'expliquer. Essayer de l'écarter de cette cause perdue qui pourrait lui coûter la vie. Et puis simplement, juste simplement lui parler. La revoir. La prendre dans tes bras, savoir qu'elle va bien, savoir qu'elle est en vie. Quatre ans sans revoir Riley ou tes autres frères et soeurs. C'est long, terriblement long. Et l'espoir t'a quitté, par moments, la douleur t'a emporté. Jusqu'à ce que tu t'acharnes à créer un nouvel outil qui t'aiderait, un nouvel appareil qui les trouverait. Et tu y es parvenu. Des années d'attente et puis des mois d'efforts, à traquer la silhouette de ta soeur. À quadriller son réseau, à te faire l'effet d'un dieu dépravé de la technologie, à chercher ta cadette comme on cherche une aiguille dans une botte de foin. Et tu l'as trouvée, Riley, dans ce petit café, si vieux que même toi tu t'en souviens, un de ces endroits qui ont toujours semblé faire partie du décor. Un endroit qui rappelle la vieille Nouvelle-Orléans, quand l'Apocalypse et la migration en masse n'étaient pas encore passés par là, quand ta famille était encore entière.

Quand tu pousses enfin les portes du lieu chargé d'histoire, tu n'es toujours pas foncièrement prêt. Mais tu ne le seras probablement jamais, alors tu fonces et tu aviseras bien le moment venu.

Ton regard se perd un instant sur le décor et l'odeur qui te rappellent de vieux souvenirs. Pas toujours bons, quand il fallait tirer la mère alcoolique loin de ses bouteilles et de ses amants éphémères, mais il y a quelque chose de familier, d'intouché par la catastrophe ici, qui te met presque du baume au coeur. Mais rapidement, tes yeux scrutent les gens, à la recherche de cette silhouette et ces traits caractéristiques, observés des heures durant sur des écrans tous ces derniers mois et vus pour la dernière fois au milieu de cette foule, trop dense, trop compacte, cette foule qui l'a avalée et qui l'a perdue.

Et le souffle se bloque dans ta gorge, et les larmes te montent presque aux yeux quand enfin, enfin, tu peux voir ta soeur en couleur, avec sa chevelure brune, et en chair et en os. C'est presque inconsciemment que tes pas te portent au bar et que tu rejoins le comptoir.

Ton coeur se serre devant son profil. Si proche. Tu as peur que ça ne soit qu'un rêve. Que l'illusion se brisera si tu bats les cils.

Ta voix s'étrangle sur son prénom :

« Riley ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

How far { Riley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Finale: Jemma Massey vs Cassia Riley
» Riley à l'ECW
» Riley Calleigh Meyers [ terminé ]
» Riley Logan Evans
» Halvard & Riley ◊ Our love is a lie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-