AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la faveur des ombres. ↯ KENNETH&ELIZ'YAN.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 102
↳ Points : 160
↳ Arrivé depuis le : 25/07/2017
↳ Age : 31
↳ Avatar : Kate Beckinsale.
↳ Age du Personnage : 444 ans (âge réel) ↯ 39 ans (en apparence).
↳ Métier : Propriétaire du Voodoo Museum.
↳ Opinion Politique : Opportuniste. ↯ Elle va où l'intérêt la porte.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (ensemble) ↯ Niveau 2 (manipulation des émotions) ↯ Niveau 3 (influence sanguine)
↳ Playlist : TWO STEPS FROM HELL ↯ new machine | 30 SECONDS TO MARS ↯ attack | PANIC ! AT THE DISCO ↯ house of memories | 30 SECONDS TO MARS ↯ end of all days | AFI ↯ miss murder | APOCALYPTICA ↯ en vie | BREAKING BENJAMIN ↯ dance with the devil | SIXX:A.M ↯ this is gonna hurt | RED ↯ of these chains | SIXX:A.M ↯ prayers for the damned | THE FRAY ↯ heartless.
↳ Citation : “ Give them pleasure. The same pleasure they have when they wake up from a nightmare. ” ↯ Alfred Hitchcock.
↳ Multicomptes : Aucun.
↳ Couleur RP : crimson.



les petits papiers
↳ Copyright: ELLAENYS ↯ avatar & code signature.
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: A la faveur des ombres. ↯ KENNETH&ELIZ'YAN.   Dim 30 Juil - 2:37

A la faveur des ombres

ft. kenneth & eliz'yan  

Ombres dansantes sur les parois crasseuses du Metro, silence de mort créant suspicion et crainte dans son sillage. Le décor ainsi imposé aux sens d'Eliz'yan ne revêtait aucun charme. Et pourtant, ce n'était pas pire que Darkness Falls. Quand on avait connu l'antre du Diable, craindre une simple bouche de métro relevait de l'absurde. Ses talons claquant contre le sol élimé raisonnaient dans l'espace supposément vide. Elle était seule à une heure tardive, prête à rentrer chez elle après une soirée Ô combien ennuyeuse. Un soupir passait la barrière de ses lèvres tandis que ses émeraudes passaient çà et là sans véritablement s'arrêter sur un point précis.

La déchéance du monde raisonnait à ses oreilles telle une douce mélodie funèbre tandis que ses pensées s'entrechoquaient et qu’une vague électrique de satisfaction traversait l'ensemble de ses membres. La rancœur motivait son mépris, simplement parce que son esprit n'était pas parvenu à effacer les flammes de son passé. Jane se souvenait encore avec force du feu liquéfiant sa chair, de la chaleur réduisant en cendre son corps meurtri tandis que son âme criait au supplice. Tout cela au nom d'idéaux. Tout cela au nom d'une déité supposée miséricordieuse. Aujourd'hui, la situation était différente, et pourtant, la clé de voute demeurait la même. Tout n'était qu'une question d'idéaux, de points de vue et fondamentalement de pouvoir. Ils méritaient tous de bruler, comme elle avait pu bruler, elle.

Retenant un soupir, elle jetait un coup d'œil à sa montre. Il était trop tard, peut-être même qu'elle ne parviendrait pas à attraper un moyen de transport afin de rentrer chez elle. Le visage signait à la négative tandis qu'elle tournait les talons pour reprendre sa route dans le sens inverse afin d'atteindre la sortie de ce lugubre dédale. Mais voilà qu'une ombre s'arrachait au silence pour faire entendre ses pas. Rapidement, l'ombre devint silhouette et s'imposa à la vue d'Eliz'yan. Il avait une allure débraillée, crasseuse. Une longue œillade analytique permettait à Jane de constater que son futur interlocuteur n'était ni bienveillant, ni totalement clean. Ses mains tremblantes, son regard injecté de sang, son cœur au bord des lèvres trahissaient un état de manque qui ne trompait pas la Hellraiser. Elle plissait les yeux, sans se décider à ouvrir la bouche.

Les mains dans les poches de sa longue veste noire, elle attendait. Simplement.
Il agissait enfin en sortant d'une de ses poches un couteau, il l'agitait frénétiquement sous le nez de Jane, se voulant menaçant alors qu'elle reculait assez le menton pour ne pas se faire toucher. « Donne-moi ton sac. » Qu'il vociférait, au summum de l'agressivité, souhaitant surement provoquer peur et stupéfaction chez l'ancienne Nightkeeper.

« Je n'ai pas de sac.. » Qu'elle laissait échapper dans un murmure. Il s'excitait à cette réponse, prêt à la tailler en pièce. « Files-moi ton fric ! Magne ! J'te jure que j'vais te buter ! J'te jure que j'vais.. »

.. La tuer ? Surement. Attrapant le poignet du toxico d'une main, l'immobilisant à la gorge de l'autre, elle le forçait à lâcher son arme de fortune tandis qu'une véritable décharge d'adrénaline se déversait dans les veines de la Hellraiser. Une pulsion. Un besoin. Elle le ressentait. Elle avait envie de le tailler en pièce, de l'écorcher vif. La soif de violence d'Eliz'yan prenait vie dans ses prunelles alors qu'elle balançait le malheureux contre un pilier qui échouait finalement au sol tel une poupée de chair.

« N-n-n-non, ça va, j'déconnais.. Tu peux y aller. Ça va, c'est cool ! » Qu'il baragouinait à genoux en secouant les mains.
Elle venait lui asséner un coup de talon dans la mâchoire en guise de première réponse tandis qu'elle pliait ensuite les genoux pour le surplomber. Ses iris émeraudes détaillaient longuement ses traits nouvellement ensanglantés. « Non, ça ne va pas aller. Ce n'est pas cool. Pas cool.. Du tout. »

Elle avait envie de briser chaque os de son corps, de le réduire à l'état de débris humain, parce qu'il ne méritait rien de mieux selon elle. Se redressant lentement, elle venait finalement attraper l'arme blanche qu'il avait laissé tomber par mégarde mortelle. Elle analysait l'objet avant de redresser son regard sur le toxico qui rampait sur le sol crasseux de la station abandonnée. En guise de réaction, elle venait planter son talon aiguille à l'arrière de la cuisse du malheureux. Un cri lui échappait. Elle appuyait pour le faire beugler une fois de plus.

« Pitié.. Pitié. » Qu'il bafouillait en inhalant la poussière, prêt à lâcher une larme de désespoir. Elle souriait en enlevant son talon pour se pencher et l'attraper, de sa main libre par les cheveux. « Voilà une drôle de requête. M'aurais-tu accordé ta pitié si j'avais été une faible créature sans défense ? » Qu'elle murmurait à son oreille en tirant sur sa tignasse.

Et soudain,
Un claquement, un bruit.
Ils n'étaient plus seuls.

Lui aussi, il l'avait entendu. C'était sa chance.. Il se mettait à hurler à plein poumons alors qu'elle lui balançait la tête contre le sol sans ménagement, l'assommant par la même occasion. La lame était lancée plus loin alors qu'elle se redressait et lissait les plis de sa robe droite, courte et noire. Par la suite, elle glissait ses doigts dans ses cheveux en prenant la direction de la sortie du métro, l’air de rien.. Mais il était déjà trop tard.

Parce qu'il était là.
Et surement qu'il avait déjà tout vu.
Elle songeait déjà avoir affaire à une nouvelle ombre assassine.


code réalisé par ellaenys // merci de ne pas réutiliser ♥

_________________
bad influence
le sang et puis le coeur qui ne s'arrête pas. je serai avec toi.. soleil noir d'orage, de sagesse est la rage, a chacun de tes pas.. je serai avec toi. pour le mal que tu m'as fait ; pour le mal que je te ferai. ↯ comme une ombre | saez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5010-for-breaking-and-for-pain

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 426
↳ Points : 218
↳ Arrivé depuis le : 21/07/2016
↳ Age : 31
↳ Avatar : Colin O'Donoghue
↳ Age du Personnage : 40 ans en apparence / 71 ans en réalité.
↳ Métier : Shadowhunter.
↳ Opinion Politique : Je travaille pour le gouvernement tant que cela m'est profitable.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 Général / Lvl 9999 pour me foutre dans la merde.
↳ Playlist :
MIIA - DYNASTY
The Script - Superheroes
Arrows To Athens - Dust & Gold
Ella Heyre - We Don't Have To Take Our Clothes Off
↳ Citation : "A man unwilling to fight for what he wants deserves what he gets." - Killian Jones | | "A year like this passes so strangely, somewhere between sorrow and bliss." - Florence + The Machine
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #468dab



les petits papiers
↳ Copyright: Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: A la faveur des ombres. ↯ KENNETH&ELIZ'YAN.   Ven 4 Aoû - 9:39





A la faveur des ombres
Kenneth x Eliz'yan

Le renard était connu pour être un animal nocturne, la plupart du temps. Et ce trait de caractère déteignait sévèrement sur moi. Ainsi, j'enchaînais les shifts de nuit, bien plus confortables pour mon rythme biologique sans être vraiment sûr de tout comprendre. Je pouvais passer des heures à arpenter des rues vides, sombres, inquiétantes, patrouiller encore et encore sans m'en lasser. La majorité du temps, j'étais perdu dans mes pensées. Il arrivait parfois que les plus détraqués de la Nouvelle-Orléans qui sévissaient la nuit me donnent un peu de travail. J'imaginais parfois l'ancienne population de cette ville délabrée, avant l'apocalypse. L'insouciance, la sécurité, ou non. Je n'avais jamais aimé les Etats-Unis. J'avais toujours préféré la France. Toujours préféré ma région natale. Tranquille, paisible, perdue dans un recoin du pays où personne ne souhaitait habiter mais que tout le monde voulait visiter au moins une fois dans sa vie. Le déménagement de notre famille n'avait apporté que malheur : notre père était tombé droit dans le piège du rêve américain : pouvoir, argent, apathie. Une succession de mauvais choix. Puis j'avais tout perdu. Je me demandais si une ville en France, comme la Nouvelle-Orléans, avait survécu aussi bien que nous, ou mieux, à l'apocalypse. Je n'aurais sûrement jamais la réponse à cette question.

Depuis peu, je maîtrisais mieux mes sens. Ma vue, mon ouïe, mon odorat... Tout était davantage sur le qui-vive. Je ne savais pas si le roux prenait petit à petit un peu plus de pouvoir ; ou si c'était simplement moi qui savais mieux utiliser les atouts qu'il m'avait apporté sur un plateau d'argent. Néanmoins, je ne m'en plaignais pas. Cela me permit d'entendre les cris d'un homme. Des cris de souffrance, portés par le vent. En sous-sol. Je me tournais en direction du son : le métro ; avant de me figer un bref instant. Je ne captais plus rien mais j'étais approximativement sûr que le cri venait de là... Je n'avais rien à perdre à faire un petit détour durant ma patrouille, surtout si mes sens ne me trompaient pas. Je laissais alors mes pas et mon instinct me guider, descendais les marches puis passais banalement l'entrée du métro en sautant la barrière. De nouveaux cris et cette fois-ci j'étais sûr. Je ne me trompais pas et quelqu'un souffrait. Je me hâtais calmement, étrangement, si cela était possible. Je restais sur mes gardes. Cela aurait pu être un piège ou alors j'allais tomber sur un gang entier en train de torturer plus faible que soi. Ma main droite se posa automatiquement sur mon arme de service et je le dégainais spontanément. Les cris persistaient, me permettant sans difficulté aucune de suivre le bon chemin.

J'arrivais finalement à la station. La bonne, visiblement, puisqu'un femme assomma l'homme qui s'était égosillé jusqu'à maintenant, le faisant taire dans le processus et ceci pour plusieurs minutes je l'espérais. J'observais la brune se débarrasser de son arme blanche avant de faire quelques pas pour me montrer dans le peu de luminosité qu'il restait dans cette bouche de métro insalubre. Bien, au moins elle se désarmait toute seule et faisait la moitié de mon job. Je me contentais alors de la prendre calmement en joue et de m'approcher à pas légers et méfiants à la fois.

Je vais vous demander de vous agenouiller s'il vous plaît Mademoiselle. Les mains sur la tête et sans gestes brusques.

Mon regard dériva brièvement en direction de l'homme au sol. Il semblait faire un gros dodo, en espérant qu'il ne se mette pas à ronfler dans son coma. Je m'approchais de lui sans quitter des yeux la brunette face à moi.

Voilà le deal. Vous bougez votre joli minois d'une seule mèche de cheveu et je vous abats sur le champ trésor. C'est aussi simple que ça.

J'étais sérieux. Autant établir les règles dès le départ. J'avais besoin d'évaluer l'état général de cet homme et de passer un bilan. Néanmoins, l'aura que dégageait cette femme appelait à ma méfiance et mon instinct me trompait rarement. Je n'hésiterais pas une seule seconde à la descendre, elle était actuellement le cadet de mes soucis. Une criminelle de plus ou de moins dans la ville, personne ne m'en tiendrait rigueur. Je plissais à peine les yeux, la détaillant dans le processus. Les criminels n'avaient vraiment plus la même apparence qu'auparavant. On ne pouvait plus se fier à personne. Tout le monde, ici, dans cette petite ville survivante, était un potentiel fauteur de troubles qui rendait le quotidien plus compliqué encore qu'il ne l'était déjà.

J'avais abaissé mon arme mais je la gardais dans une main, prête à faire feu si la brunette jouait à la plus maline. Je m'accroupis près de l'homme pour l'observer de plus près. Une respiration calme sans difficulté apparente. Son pouls rapide, pulsatile, marqué, était pourtant régulier sans troubles au premier abord. Je soulevais rapidement ses paupières. Yeux injectés de sang. Pupilles dilatées réactives à la luminosité douteuse et faiblarde de la station de métro. Un drogué ? Ou alors cette femme avait tapé plus fort que je ne l'avais imaginé ; ce dont je doutais pourtant. La supposition de la drogue semblait être plus cohérente. La consommation d'alcool aussi. Cela expliquait son odeur et son allure d'homme délabré et massacré par la vie. Certains survivants terminaient mal. Visiblement il en faisait parti. Il avait probablement tout perdu avant de devenir un déchet de cette nouvelle société. Pauvre type. La pensée passa aussi vite qu'une quelconque émotion humaine. J'avais déjà saisi ma radio et appelais la centrale.

Unité 080690, Kenneth Zaran, pour signaler une confrontation dans le métro. Deux impliqués : une victime blessée et un agresseur en parfait état général. Le blessé est un homme d'une trentaine d'années, drogué, probablement alcoolisé et en manque. Ses blessures physiques sont superficielles, quelques contusions, mais il n'y a pas d'hémorragies externes ou de fractures apparentes. Seul son état neurologique paraît un peu plus inquiétant.

J'avais scellé le destin de cet homme en précisant qu'il était un drogué et un alcoolique. Il avait tout pour lui. Le Gouvernement n'avait aucune compassion pour les personnes qui ne respectaient pas la Prohibition. Et moi je n'avais aucune compassion pour la majorité des êtres humains arpentant cette ville. Je ne comptais pas mentir et j'étais uniquement là pour exposer les faits. La centrale n'enverrait jamais les secours pour un tel homme. Ils avaient sans aucun doute d'autres chats à fouetter. Les équipes de secours se faisaient de plus en plus rares et les problèmes de la jungle qu'était la Nouvelle-Orléans ne faisaient que se multiplier. Maintenant, on ne jugeait plus de l'état général d'un potentiel patient ; on jugeait de son utilité à la ville, sans aucun doute. Et sans surprise, le verdict tomba et fut sans appel : pas de mobilisation des secours pour cet homme. Qu'il crève étouffé dans l'alcool semi-digéré qu'il vomirait et qu'il serve d'exemple à ceux qui joueraient à défier les lois instaurées par le Gouvernement.

Entendu. J'ai également l'agresseur face à moi. Une femme. Je la ramène immédiatement.

Une fois mon bilan passé, je rangeais ma radio et me concentrais à nouveau sur la femme dont je venais de parler. Ce n'était peut-être pas le jour de chance de cet homme, mais ce ne serait pas celui de cette brunette non plus.

Vous allez devoir me suivre. Je détachais les menottes de ma ceinture avant de les agiter brièvement dans ma main libre à son attention. Et porter ces jolis bracelets. Je vous recommande vivement de coopérer.

Méfiance maximum alors qu'elle ne m'inspirait absolument aucune confiance. Je la dévisageais à nouveau tout en m'approchant davantage d'elle jusqu'à réduire à néant toute la distance qui nous avait séparés jusqu'à maintenant. C'était comme si je m'attendais à ce qu'elle me saute à la gorge à tout instant durant notre brève entrevue. Plus vite elle serait enfermée, mieux ce serait.



_________________
every step takes a year
I was born a fool on the run. I've broken hearts and lost at love. There's not one thing I would change or undo cause all my life's been a road to you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3775-behind-blue-eyes http://www.mercy-in-darkness.org/t4105-kenneth-zaran-behind-blue-eyes

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 824
↳ Points : 273
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: A la faveur des ombres. ↯ KENNETH&ELIZ'YAN.   Dim 6 Aoû - 12:20


« Darkness Falls Across The Land »


Deadnight Warriors




La rumeur qui grandit, qui enfle de plus en plus. Et finit par vous atteindre de plein fouet. Vous ne vous rendez pourtant compte de rien. Pas au début, tout du moins. L'endroit où vous vous trouvez semble tout à fait normal. Vous ne ressentez rien de particulier. Rien d'autre que la présence de votre interlocuteur. Rien qui ne laisse présager de ce qui vous attend. Aucun signe alarmant, aucun facteur particulier qui aurait pu vous rendre méfiant, encore moins vous mettre la puce à l'oreille. Que la tension palpable et caractéristique de l'endroit dans lequel vous évoluez. Vous n'en avez aucune idée mais pourtant, en quelques instants, quelques secondes à peine, vous basculez dans un autre univers.

La transition se fait dans la plus grande douceur pour endormir les suspicions. La brèche que vous traversez est invisible, impalpable. Vous pénétrez dans l'autre monde sans le savoir et faites votre entrée dans les ténèbres sans vous en rendre compte. Pas dans l'immédiat. Le décor ne change presque pas et vous abandonnez le metro light rail pour sa reproduction identique et apocalyptique située à Darkness Falls. Cette version des Enfers encore habitée par des créatures voraces, des monstres affamés qui n'aspirent qu'à vous dévorer les entrailles et vous détruire à petit feu. La promesse de longs moments de torture insupportable si vous vous laissez attraper. Elles vous attendent au tournant, les chimères dévastatrices. Atteindre une issue, une autre brèche vers le monde réel, reste votre meilleure chance de survie. Mais ces dernières se font rares et surtout très aléatoires. Alors, restez sur vos gardes si vous ne voulez pas rester piégés dans les limbes et y perdre bien plus que la raison.
 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 102
↳ Points : 160
↳ Arrivé depuis le : 25/07/2017
↳ Age : 31
↳ Avatar : Kate Beckinsale.
↳ Age du Personnage : 444 ans (âge réel) ↯ 39 ans (en apparence).
↳ Métier : Propriétaire du Voodoo Museum.
↳ Opinion Politique : Opportuniste. ↯ Elle va où l'intérêt la porte.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (ensemble) ↯ Niveau 2 (manipulation des émotions) ↯ Niveau 3 (influence sanguine)
↳ Playlist : TWO STEPS FROM HELL ↯ new machine | 30 SECONDS TO MARS ↯ attack | PANIC ! AT THE DISCO ↯ house of memories | 30 SECONDS TO MARS ↯ end of all days | AFI ↯ miss murder | APOCALYPTICA ↯ en vie | BREAKING BENJAMIN ↯ dance with the devil | SIXX:A.M ↯ this is gonna hurt | RED ↯ of these chains | SIXX:A.M ↯ prayers for the damned | THE FRAY ↯ heartless.
↳ Citation : “ Give them pleasure. The same pleasure they have when they wake up from a nightmare. ” ↯ Alfred Hitchcock.
↳ Multicomptes : Aucun.
↳ Couleur RP : crimson.



les petits papiers
↳ Copyright: ELLAENYS ↯ avatar & code signature.
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: A la faveur des ombres. ↯ KENNETH&ELIZ'YAN.   Mer 9 Aoû - 16:56

A la faveur des ombres

ft. kenneth & eliz'yan  

Il n'était pas une ombre assassine. La silhouette de Kenneth se dessinant parmi la pénombre forçait Eliz'yan à plisser le regard afin d'en deviner les contours. Rapidement, elle venait à discerner ses traits, son allure et aussitôt, elle comprit qu'elle n'avait pas affaire à un nouveau junkie. Arrêtant ses pas, elle avisait l'arme à feu pointée sur elle et fronçait les sourcils. Perplexe, bien plus qu'effrayée ou en colère, elle gardait les lèvres closes lorsqu'il lui adressait la parole. Ses mains se levaient lentement, montrant Ô combien l'Ancienne Sorcière était innocente et loin de lancer l'offensive.

Ses prunelles émeraudes suivirent le regard de son interlocuteur lorsqu'elle observa longuement la loque humaine qui gisait au sol, telle une poupée de chair. Il ne valait rien aux yeux de la société mais également au regard de la Brune. Elle n'aimait pas les faibles, elle n'aimait que trop peu ce monde et ceux qui le peuplaient. A bien y réfléchir, depuis son séjour en Enfer, elle n'aimait plus grand chose. Elle n'était plus qu'un simulacre de Jane, vivant avec ce goût perpétuel de mépris et de cendre sur la langue. Retenant ainsi une moue, elle redressait le regard vers Kenneth avant de finalement hausser un sourcil. Trésor ? Elle n'aimait pas les petits mots doux. Encore moins quand ces derniers avaient pour objectif peu louable de la rabaisser d'une quelconque manière.
Prête à laisser échapper un commentaire que sa langue aiguisée aurait pu offrir sur un plateau d'argent au Shadowhunter, elle se retenait.. Parce que sa raison gagnait à prendre le dessus sur son orgueil mal placé. Elle préférait vivre et garder rancune, plutôt que de mourir et obtenir satisfaction. Eliz'yan avait déjà terminée pendant quatre cent longues années à Darkness Falls, elle n'avait pas besoin d'y retourner dans l'immédiat. Si seulement elle savait ce qui l'attendait..

« Légitime défense. » Etaient les deux seuls mots qu'elle laissait échapper d'entre ses lèvres alors qu'elle se retenait de soupirer en observant les mouvements de Kenneth. Alors même qu'il analysait sa loque humaine, elle se décidait à reprendre la parole. « Il a tenté de m'agresser et de me voler mon argent pour s'acheter - surement - un fix ou une bouteille. Je n'ai fait que le désarmer et l'assommer pour reprendre mon chemin. » Dans le fond, cela n'était que la stricte vérité. « Qu'auriez-vous fait à ma place ? Mh ? »
A cette question, elle n'attendait pas vraiment de réponse, parce qu'elle avait pleinement conscience que ce gouvernement et ses collaborateurs ne percevaient que ce qui pouvaient les arranger. Et dans la situation d'Eliz'yan, rien ne devait arranger Kenneth, surtout pas sa version des faits. D'ailleurs, cela se justifiait tandis qu'il appelait ses unités et ses collaborateurs. Au fil de ses paroles entendues, Kenneth éveillait finalement la fibre curieuse de l'Hellraiser.

Zaran.. Elle connaissait ce nom. A bien y réfléchir, le prénom également ne lui était pas inconnu. Prenant le temps de réfléchir, longuement, elle détaillait sans vergogne son vis-à-vis : Ce regard bleu, cette chevelure de jais, ces traits fins et au charme que même sa mauvaise foi ne pouvait nier. Tout cela, elle aurait pu le remarquer si la pénombre ne s'était pas jouée d'elle. Elle aurait pu s'intéresser d'avantage à ce frère dont elle avait déjà entendu parler si.. Si seulement il ne s'était pas empressé de la traiter en criminelle. Esquissant finalement un sourire alors qu'il revenait porter son regard sur Elle, elle semblait soudainement presque ravie. Juste ravie. Presque charmante. Juste charmante.

« Je présume qu'il n'existe pas beaucoup de Zaran en ce monde. » Elle le laissait approcher, lui et ses menottes alors qu'elle penchait le visage sur le côté. « Je n'ai jamais apprécié les bracelets, un peu comme Sophia.. » Elle laissait sa phrase en suspens, afin d'observer les traits de Kenneth. Ses iris émeraudes scrutaient les traits de son interlocuteur, allant jusqu'à le détailler trop longuement. « Je suis prête à parier que ce prénom ne vous ait pas inconnu. » Elle en était certaine, autrement.. La coïncidence aurait été trop belle. Esquissant un nouveau sourire, elle reprenait finalement en gardant son regard accroché aux traits masculins. « Ce regard, j’aurais pu le reconnaitre si je ne m'étais pas focalisée sur votre arme. »
Soudain, la situation gagnait en intérêt pour l'Hellraiser qui ne regrettait presque plus son interpellation. La soirée prenait un tournant inattendu. Et c'était peu dire dans la mesure où finalement, elle ressentait ce frisson, ce basculement.

Ce n’était pas possible.
Non.
Elle refusait que cela soit possible.

Cette sensation, elle ne l'avait expérimentée qu'une fois.. Lorsqu'elle s'était échappée de son Enfer personnel. Mais c'était impossible. Instinctivement, Eliz'yan partait à la recherche d'une blessure mortelle, laissant ses mains cavaler sur son corps. Sa peau était passée au crible tandis que son regard détaillait sa robe intacte. Rien. Elle allait bien. Elle était en vie. Elle n’était pas passée de vie à trépas.. Pas cette fois.
Et pourtant, en redressant le regard, elle découvrait avec horreur que son univers venait de basculer.. Une fois encore. Darkness Falls. Elle reconnaissait ces lieux pour les avoir foulés pendant un siècle. Le sourire d'Eliz'yan perdait de sa superbe tandis qu'elle se focalisait sur les alentours. Ses prunelles scrutaient ce cauchemar redevenu réalité jusqu'à s'arrêter sur Kenneth. « Qu'est-ce que vous avez fait ? » Ouvertement accusatrice, elle se rapprochait d'un pas en le pointant de l'index avant d'entendre un bruit qui ne venait ni de Lui, ni d'Elle.

« Il ne faut pas rester ici. » C'était instinctif. Le besoin de survie d'Eliz'yan surpassait tout autre sensation alors qu'elle se remettait en marche pour trouver un abri, éviter de se faire dévorer. Une œillade était coulée en direction de Kenneth. « Votre arme, vous devriez la garder pour les créatures qui chercheront à dévorer vos entrailles. Je ne suis plus votre plus grand danger, croyez-moi. » Oh oui, il pouvait la croire. Quelque chose dans le timbre de l'Hellraiser gagnait en sincérité et en sérieux. Elle savait de quoi elle parlait.


code réalisé par ellaenys // merci de ne pas réutiliser ♥

_________________
bad influence
le sang et puis le coeur qui ne s'arrête pas. je serai avec toi.. soleil noir d'orage, de sagesse est la rage, a chacun de tes pas.. je serai avec toi. pour le mal que tu m'as fait ; pour le mal que je te ferai. ↯ comme une ombre | saez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5010-for-breaking-and-for-pain

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 426
↳ Points : 218
↳ Arrivé depuis le : 21/07/2016
↳ Age : 31
↳ Avatar : Colin O'Donoghue
↳ Age du Personnage : 40 ans en apparence / 71 ans en réalité.
↳ Métier : Shadowhunter.
↳ Opinion Politique : Je travaille pour le gouvernement tant que cela m'est profitable.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3 Général / Lvl 9999 pour me foutre dans la merde.
↳ Playlist :
MIIA - DYNASTY
The Script - Superheroes
Arrows To Athens - Dust & Gold
Ella Heyre - We Don't Have To Take Our Clothes Off
↳ Citation : "A man unwilling to fight for what he wants deserves what he gets." - Killian Jones | | "A year like this passes so strangely, somewhere between sorrow and bliss." - Florence + The Machine
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #468dab



les petits papiers
↳ Copyright: Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: A la faveur des ombres. ↯ KENNETH&ELIZ'YAN.   Sam 19 Aoû - 12:18





A la faveur des ombres
Kenneth x Eliz'yan

« Légitime défense. » Cela aurait pu m'amuser une brève seconde si la situation n'était pas aussi sérieuse. Je n'étais pas persuadé qu'il était utile d'aller aussi loin avec un tel dépravé, mais je pouvais me tromper. J'écoutais les mots de la jeune femme d'une oreille distraite alors que je recueillais les informations dont j'avais besoin pour passer mon bilan. A sa question, à sa place, je relevais les yeux sur elle pour lui accorder un peu plus d'attention.

J'aurais commencé par neutraliser ses cordes vocales, lançais-je presque naïvement.

Si je n'avais pas eu d'aussi bons sens, elle aurait pu finir ce qu'elle avait commencé. Dommage qu'elle l'ait laissé hurler à la mort comme un chiot blessé. Ridicule. Maintenant, elle devait dealer avec les conséquences de ses actes.

Vous saurez que, dans cette ville, vous pouvez faire un tas de choses, mais seulement si vous ne vous faites pas attraper.

Je pensais avoir bien résumé l'esprit de la Nouvelle-Orléans actuelle. Tout était possible : drogue, alcool, sexe, jeux, meurtres, agressions... Tout. Tant que vous étiez assez discrets. Néanmoins, à la moindre interpellation, vous passiez un mauvais quart d'heure. Je pensais que cette règle était claire pour tout le monde, mais je m'étais visiblement trompé.

J'avais arrêté notre échange là pour passer mon bilan. Je croisais brièvement le regard de la brune qui me dévisageait de haut en bas comme si elle avait vu un fantôme. Cela eut le don de me faire redresser un sourcil, perplexe. J'espérais au moins qu'elle appréciait ce qu'elle voyait. Je me tournais sur le côté, spontanément, pour échapper à son radar et l'effacer de mon propre champ de vision quelques secondes dans le processus. J'étais toujours sur le qui-vive mais j'avais un doute sur le fait qu'elle puisse courir plus vite que mes balles ou qu'un renard. Je n'aimais pas être sondé, et ceci dans tous les sens du terme. Néanmoins, à la fin de mon appel, je lui refis face et constatais que son regard avait changé. Qu'avait-elle vu et qu'avait-elle en tête ? Je m'approchais à nouveau de la brunette avec prudence, prêt à faire face à une attaque ou un mauvais coup de sa part. Je l'avais assez prévenue et si elle tentait quoi que ce soit, je ne perdrais pas mon temps à l'épargner ou à faire un quelconque compromis.

J'écoutais attentivement chacun de ses mots, comme si cela aurait pu m'aider à prévoir ses prochaines actions. Et lorsqu'elle prononça son prénom, je me figeais. Ses prunelles croisèrent les miennes et je tentais au mieux de ne rien laisser apparaître sur les traits de mon visage, restant impassible, bien que mon immobilité soudaine me trahissait bien mieux que n'importe quelle émotion que j'aurais pu laisser transparaître. C'était la dernière chose à laquelle je m'étais attendu venant de cette jolie brune. Elle connaissait ma sœur. Elle me connaissait moi aussi, possiblement, ou alors avait-elle fait une simple déduction logique en entendant mon nom de famille. Je laissais mes yeux détailler ses lèvres un bref instant alors qu'elle souriait. Elle semblait fière de son coup. Puis ils se focalisaient à nouveau sur ses yeux. Est-ce que cela changeait quelque chose ? Voilà que ma curiosité se mettait sur mon chemin. Je devais avouer qu'une partie de moi était quelque peu bouleversée par cette situation. Et puis, spontanément, sans réfléchir davantage à ce que j'étais en train de faire, je passais un nouveau bilan.

Unité 080690, Kenneth Zaran, j'ai perdu la suspecte. Je suis à sa poursuite.

Lorsqu'un bien reçu unité 080690 résonna à mon oreille, je coupais la communication immédiatement. Nous avions visiblement des choses à nous dire, elle et moi. Je n'avais pas changé d'avis quant à son arrestation ; ou tout du moins pas encore. Il faudrait désormais que je sois encore plus prudent afin de ne pas me faire mener en bateau. Je rangeais mes menottes à ma ceinture. Pour le moment, je n'en aurais pas besoin ; du moins je l'espérais, et d'un mouvement, sûr et sans appel, je la redressais sur ses pieds pour qu'elle soit debout à nouveau face à moi. Elle n'allait sûrement pas parler les genoux au sol.

Puis soudainement, je reculais d'un pas lorsque la brunette sursauta pour laisser ses mains courir sur son propre corps. J'affichais ma confusion, l'observant faire. Croyait-elle que j'avais mis un micro sur elle ou quelque chose du genre ? Je laissais ma tête tomber sur mon épaule, cherchant à comprendre ce qu'elle voyait que je ne voyais pas. En un claquement de doigt, le comportement de la jeune femme venait encore de changer. Son regard se fixa au mien une nouvelle fois et je haussais un sourcil. Ce que j'avais fait ? Elle semblait prise entre terreur et panique. Elle avait été alertée par quelque chose mais quoi ? Je n'appréciais pas son index accusateur et je le repoussais lentement avec ma main.

De quoi est-ce que vous parlez ? Me contentais-je de demander avec calme et contrôle.

Encore une folle ? Oh bon sang, aurais-je dû la descendre avant de savoir qu'elle connaissait Sophia ? Peut-être. Maintenant, je ne pouvais plus me débarrasser aussi facilement d'elle ; pas sans satisfaire ma curiosité avant en tout cas. Un bruit étrange résonna et alerta les oreilles de mon compagnon roux. Un bruit que je n'avais jamais entendu auparavant de mes propres oreilles mais dont j'avais cru entendre parler par le passé. Je détournais légèrement les yeux pour me concentrer sur mon ouïe. Puis une sensation désagréable sur mon épiderme me permit de comprendre que quelque chose ne tournait effectivement peut-être pas rond. Je n'y avais juste pas prêté suffisamment attention jusqu'à maintenant, trop concentré sur la jolie brune et le fait qu'elle puisse connaître Sophia d'une quelconque façon. Je comprenais bien que quelque chose n'allait pas. Mais quoi ?

J'écoutais les alertes verbales de la brunette avec attention. S'il y avait quelque chose de sûr, c'était qu'elle disait la vérité, je pouvais lire la sincérité sur son visage, l'entendre dans sa voix, et cela me permit de prendre la situation au sérieux. Des créatures ? Sans rire ? Nous étions dans un film d'horreur ou était-ce une métaphore quelconque que je ne comprenais pas ? Je la suivis de près, sans réfléchir davantage. Elle semblait savoir ce qui était en train de se passer alors que, de mon côté, je n'en avais pas la moindre idée, ou du moins c'était flou. Je ressentais cette sensation de danger dans l'air, tout mon corps et tout mon psyché étaient en alerte, mais je n'arrivais pas à cerner exactement pourquoi. J'attrapais spontanément son avant-bras, l'empêchant d'avancer davantage.

Vous allez droit en direction du bruit, l'arrêtais-je dans le mouvement.

Si je pouvais faire quoi que ce soit, c'était la guider avec mes sens. Ils ne me trompaient jamais, et ceci même si j'étais dans le noir ou totalement perdu dans la situation. Nous pouvions compter sur eux. Faudrait-il encore que cette femme me fasse un minimum confiance. Je hochais la tête, pour réaffirmer mes propres paroles, alors que je l'entraînais dans une différente branche souterraine du métro, à l'opposé du bruit que nous avions entendu. Quand je fus persuadé que ce fut plus silencieux autour de nous ou que nous avions suffisamment d'avance sur je-ne-sais-pas-quoi, je me tournais vers la jolie brune. Si je pouvais la distinguer nettement, je n'étais pas sûr que la réciproque soit vraie. Diable que ce métro était sombre. Peut-être davantage sombre que d'habitude d'ailleurs. En y pensant, tout semblait bien plus étrange. Qu'est-ce qui se passait bon sang ? Je murmurais sans vraiment réfléchir à la raison pour laquelle je contrôlais la puissance de ma voix :

Il va falloir m'expliquer car si je peux ressentir votre terreur et que je perçois le danger, je ne le comprends pas et ce n'est pas confortable.

Je ne serais que plus performant si je comprenais ce que je faisais et pourquoi je le faisais.

De quelles créatures est-ce que vous parlez ? Il n'y a pas de créature à la Nouvelle-Orléans. Elles ne peuvent pas passer le mur.

J'en étais persuadé, et dans le cas contraire, j'aurais été immédiatement rappelé en renfort pour contrôler l'invasion. Mais c'était impossible. Cela n'était pas prêt d'arriver... Du moins, j'en étais approximativement sûr. Je laissais mes yeux et mes oreilles rousses surveiller les alentours, prévenant, attentif. S'il y avait bien quelque chose que je voulais éviter aujourd'hui, c'était que mes entrailles gisent sur le sol.



_________________
every step takes a year
I was born a fool on the run. I've broken hearts and lost at love. There's not one thing I would change or undo cause all my life's been a road to you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3775-behind-blue-eyes http://www.mercy-in-darkness.org/t4105-kenneth-zaran-behind-blue-eyes
 

A la faveur des ombres. ↯ KENNETH&ELIZ'YAN.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Ombres
» Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle... {Victoire}
» Le clan des Ombres
» Duel d'Ombres. [Hamaÿeb]
» L'Europe des ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Metro Light Rail-