AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 897
↳ Points : 140
↳ Arrivé depuis le : 24/07/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Rose Leslie
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Dresseuse d'animaux pour le Colosseum
↳ Opinion Politique : Neutre
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Regarder les filles pleurer - Saez
↳ Citation : "Ne cherchez plus mon coeur ; les bêtes l'ont mangé" - C. Beaudelaire
↳ Multicomptes : Zelyna J. Sawley
↳ Couleur RP : #009999



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Dim 30 Juil - 21:40


« J'vais prendre un coup sec derrière la nuque s'il vous plait ! »

Eliz'yan J. Sawley & Sigrid K. Laïn
featuring

C'est fou comme une situation tout à fait banale peut basculer du tout au tout. Au début ce n'était rien de plus qu'une simple balade, sur Bourbon Street, à la recherche d'un hot dog pour calmer mon estomac criant famine. Mais à mesure que la rue défilait sous mes pas, l'atmosphère se faisait de plus en plus pesante. De la sueur commençait à perler le long de ma colonne, réveillant au passage la douleur de ces cicatrices pourtant endormies depuis longtemps. Un sentiment de malaise commençait à m'envahir lentement, tel un serpent sinueux répandant insidieusement en moi son venin mortel. L'air venait à me manquer. Je n'allais pas tarder à suffoquer et à tomber à la renverse là, au milieu des passants. Pourtant, personne ne semblait se soucier de ce qui était en train de m'arriver. Ils passaient à ma gauche, à ma droite, indifférents à mon malheur. J'avais envie de hurler mais quelque chose me disait que c'était peine perdue. Le regard désespéré je cherchais une bonne âme qui aurait pitié de moi, qui saurait quoi faire pour m'aider à respirer sinon, au moins à m'apaiser et c'est alors que mes yeux rencontraient les siens. Ces petits yeux noirs et pervers, cernés et légèrement ridés, je les reconnaîtrais entre mille. Ils appartenaient à l'un de mes ravisseurs. Le pire d'entre-eux, même. Le responsable des cicatrices qui zébraient mon dos. Impossible de regarder ailleurs que ses pupilles sombres et dilatées, je ne remarquais pas que l'environnement se faisait plus lugubre. Une brume épaisse se répandait comme une traînée de poudre et recouvrait les façades des boutiques, des cafés, des restaurants, glaçant au passage mon sang et puis le sien. Le froid déchirait mes chairs telles des épines acérées et je ne pouvais même pas hurler. Et puis, le noir total. L'impression de mourir. Et la douleur sur mon front qui m'obligeait à ouvrir les yeux dans un sursaut familier. Encore un cauchemar. Un putain de cauchemar ! La douleur sur mon front était encore une fois due à la table de chevet que j'avais heurtée en m'agitant dans tous les sens jusqu'à tomber de mon lit. Un jour, je finirais par m'ouvrir le crâne avec ce meuble de malheur.

Je m'étirais doucement, jetant un œil sur l'écran de télé qui projetait une énième rediffusion de l'émission de Danny Clocker. Je ne pouvais plus dormir dans le noir complet depuis que je m'étais échappée du cirque ambulant alors je laissais la télé allumée constamment. Au départ, j'avais trouvé cette invention géniale ! Moi, la gamine élevée dans un environnement sans écran, s'émerveillait devant ce petit bijou de technologie. Mais après quelques semaines à découvrir toutes ces émissions ou ces pubs pro-gouvernement, j'avais vite déchanté. Je bossais déjà toute la journée pour le gouvernement, j'étais suffisamment endoctrinée non ?
Blasée et râleuse, j'attrapais en soupirant la petite carte que l'une de mes collègues de boulot m'avait donnée. C'était celle d'une boutique à l'ouest de la ville. Remarquant les cernes qui maquillaient mon regard, elle m'avait conseillé d'aller y faire un tour, précisant qu'ils pourraient m'aider à trouver un remède pour faciliter mon sommeil « apparemment délicat ». Qu'avais-je à perdre après tout ? Je n'allais quand même pas essayer de m'assommer toute seule tous les soirs ! D'autant que ce n'était pas très loin du travail, j'avais aisément le temps de faire un petit détour. Sautant dans mon jeans et grognant après m'être aperçue que je ne pouvais pas ré-enfiler mon T-shirt de la veille sous peine de sentir le fauve (au sens littéral du terme), j'en attrapais un propre et traînais des pieds en me mettant en route.

Il allait me falloir un café si je ne voulais pas garder ma mauvaise humeur, alors après un premier détour pour un gobelet à emporter, j'arrivais enfin devant la boutique conseillée et entrais sans l'ombre d'une hésitation. Je parcourais la pièce du regard mais ne m'attardais sur rien. J'étais bien trop perplexe. Il faut dire que rien que le fait de devoir faire des courses « normales » étaient encore quelque chose de nouveau pour moi, alors m'aventurer dans un endroit comme celui-ci, c'était le summum de la nouveauté. J'avançais de quelques pas au milieu des étals et remarquais un comptoir où il n'y avait personne. Après quelques secondes passées à taper du pied, je finissais par me faire remarquer, histoire de ne pas trop m'attarder dans le coin.

« Il y a quelqu'un ? Bonjour ? » tentais-je après un petit raclement de gorge parfaitement féminin.

Tandis que j'attendais que quelqu'un se manifeste, je remarquais une poupée dans le coin près de la caisse. Je ne saurais dire pourquoi mais elle m'attirait énormément. C'était bête mais je me demandais si moi aussi j'avais eu une poupée en étant enfant. Avant d'être enlevée bien sûr. Évidemment, je ne m'en souvenais pas. Et ne pas se souvenir, en plus d'être hyper frustrant, ça fait mal au crâne ! Heureusement, j'étais tirée de ma rêverie par l'arrivée d'une dame.

«  Ah bonjour ! Je suis à la recherche d'un truc pour dormir. Un truc qui aurai l'effet d'un coup sec derrière la nuque mais en moins douloureux. Et on m'a dit que vous pourriez m'aider. Vous avez ça ? » demandais-je, le plus naturellement du monde malgré ces explications quelque peu farfelues.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5008-sigrid-k-lain-terminee

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 430
↳ Points : 355
↳ Arrivé depuis le : 25/07/2017
↳ Age : 32
↳ Avatar : Kate Beckinsale.
↳ Age du Personnage : 444 ans (âge réel) ↯ 39 ans (en apparence).
↳ Métier : Propriétaire du Voodoo Museum.
↳ Opinion Politique : Opportuniste. ↯ Elle va où l'intérêt la porte.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (ensemble) ↯ Niveau 2 (manipulation des émotions) ↯ Niveau 3 (influence sanguine)
↳ Playlist : TWO STEPS FROM HELL ↯ new machine | PANIC ! AT THE DISCO ↯ house of memories | 30 SECONDS TO MARS ↯ end of all days | AFI ↯ miss murder | APOCALYPTICA ↯ en vie | BREAKING BENJAMIN ↯ dance with the devil | SIXX:A.M ↯ this is gonna hurt | SIXX:A.M ↯ prayers for the damned | THE FRAY ↯ heartless | HURTS ↯ somebody to die for | RED ↯ still alive | BREAKING BENJAMIN ↯ diary of jane.
↳ Citation : “ Give them pleasure. The same pleasure they have when they wake up from a nightmare. ” ↯ Alfred Hitchcock.
↳ Multicomptes : Moïra S. Everett.
↳ Couleur RP : crimson.



les petits papiers
↳ Copyright: ELLAENYS ↯ avatar & code signature.
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Mar 1 Aoû - 3:22

Un coup sec derrière la nuque..

ft. sigrid & eliz'yan  

Elle avait tout ce qui lui était nécessaire pour vivre un semblant d'existence paisible. Les apparences préservaient le regard vagabond des inconnus sur son existence. La déchéance de l'Enfer et de ses démons intérieurs n'étaient que trop peu perceptibles à la faveur des lueurs ensoleillées de la ville de la Nouvelle Orléans. Elle était, pour tous, la propriétaire plus jeune et plus fraiche du Voodoo Museum. Une pseudo héritière qui avait fait parler par son apparition trop soudaine. Et pourtant, derrière le rideau ordinaire d'une existence factice, Eliz'yan avait la sensation d'être parasitée. Parasitée par ce qu'elle était devenue, par la punition karmique qui lui avait été assenée.

Elle méritait son sort, elle en était certaine. Elle méritait que son cœur soit ainsi gangrené, à l'orée d'une survie passablement bancale. Bien souvent, elle n'en ressentait aucunement les méfaits, cela ne la touchait pas réellement. Et puis, il y avait ces instants où Jane s’échappait des entrailles nauséabondes du monstre qu'elle était devenue. Les cendres prenaient la forme d'un chagrin fugace, de regrets déchirants, se transmutant en une torture qu'elle n'était pas prête à assumer. Ainsi, elle préférait, le plus souvent, revenir à la violence salvatrice. Eliz'yan préférait revenir à cette brutalité sadique qui chassait sans ménagement sa mélancolie pour un retour hypothétique à la norme. La norme.. Cette norme assaisonnée de dépravation, justifiée par un lot de besoins anormaux.

Mais chacun avait ses faiblesses et ses vices ! C'était ainsi qu'elle se justifiait, qu'elle se rassurait. Le regard émeraude ainsi rivé sur les lignes noircies d'un livre, elle laissait ses prunelles dériver lentement mais surement jusqu'à la vitre qui constituait le comptoir. Son reflet brouillé lui parvenait, il était difforme, immonde. Elle ne l'aimait pas, elle ne s'aimait plus vraiment, tout en s’assumant de manière parfaitement paradoxale. Mais ce n'était qu'un reflet personnel, elle le savait. Elle avait conscience que chaque client qui passerait la porte de cette boutique n'y verrait que du feu. Installée dans un siège qui lui permettait d'être dissimulée à la vue de tous, tout en ayant vue sur l’entrée, elle tournait une page de son livre afin d'en reprendre sa lecture superficielle.

Eliz'yan avait toujours aimé s'instruire. Elle avait toujours aimé découvrir le monde qui l'entoure, le comprendre. Et elle avait la sensation que bien des choses étaient encore à rattraper depuis sa mort. L'univers tout entier avait continuer à tourner, à virer. Certes, le monde avait emprunté  des chemins noirs, mais cela n'en demeurait pas moins une évolution. A cette pensée, l'Hellraiser eu envie de soupirer mais également de sourire. Sa rancœur demeurait intacte et poignante en comparaison de ses états d'âme rivées sur courant alternatif.

La porte s'ouvrait, et Eliz'yan percevait un semblant de chevelure rousse. Une femme. Elle ne s'y intéressait pas vraiment, laissant la jeune femme faire ses recherches. Elle était surement assez débrouillarde pour ne pas avoir besoin d'elle. Croisant les jambes, elle dégageait une mèche de cheveux sur le côté en reportant son regard émeraude sur le nouveau chapitre qu'elle s'apprêtait à entamer.
Et puis une voix se faisait entendre. C'était la nouvelle arrivante.. Visiblement, elle semblait avoir besoin des lumières de la propriétaire. La principale concernée refermait son livre d'un geste sec avant de le glisser sur le comptoir. Ses jambes se décroisaient entrainant un claquement de talon contre le sol. Dépliant sa silhouette afin de s'extirper de sa cachette, elle lissait d'une main sa robe blanche afin d'effectuer quelques pas et de contourner le comptoir.

Reportant ses prunelles sur Sigrid, elle l'analysait de manière rapide, montrant à peine un intérêt poli jusqu'à ce que ce sentiment la frappe brutalement. En plein cœur. Son âme se recouvrait des cendres de son passé tandis que sur les traits de la rouquine, elle pouvait lire cette ressemblance frappante. L'expression d'Eliz'yan se transfigurait alors qu'elle entrouvrait les lèvres pour mieux les refermer en les pinçant. Diable qu'elle pouvait lui ressembler.. Avait-elle survécu, comme Jane avait pu le faire ? Avait-elle vécu dans le même enfer que son ainée ? Les questions tournaient et retournaient l'esprit de l'Hellraiser qui se retrouvait soudain submergée par une vague de remords et de douloureux regrets.

« Ellen.. » Qu'elle laissait échapper dans un murmure avant de finalement être coupée dans son élan et d'entendre la requête de son interlocutrice. Ah. Bon. Perplexe, elle ignorait si elle faisait fausse route ou si le destin faisait preuve d'une quelconque cruauté. Surement les deux. Très certainement.. Les deux. « Bonjour. » Articulait-elle finalement avec trop peu de conviction, encore secouée par les soubresauts de son passé.

C'était un cauchemar.
Ou peut-être une bénédiction.
Elle n'en savait rien.

Ce dont Jane était certaine, c'était qu'elle devait se ressaisir. Ainsi, elle analysait la requête de sa cliente en l'observant minutieusement. Son regard se plissait devant une incompréhension justifiée par le choc émotionnel. « Je suis réputée pour ma brutalité ? » Sa question trahissait le doute qui l'habitait alors qu'elle enchainait. « J'ignorais que les murmures se baladaient aussi rapidement au sein de la Nouvelle Orléans. » Elle ne niait même pas. Elle ne niait pas, alors que tout cela n'était qu'une histoire d'incompréhension. « Je peux vous aider, mais peut-être autrement. Qu'est-ce qui vous empêche de .. Dormir ? » Au moins, elle avait saisi le fond du problème. Enfin, plus ou moins.. Son problème à elle se situait à un autre nouveau. Cette jeune femme était-elle seulement sa sœur cadette ? Mh. Eliz’yan était perdue. Perdue pour la première fois depuis trop longtemps.



code réalisé par ellaenys // merci de ne pas réutiliser ♥

_________________
wicked mind
It lies in all of us. Sleeping, waiting, and though unwanted, unbidden, it will stir.. Open its jaws and howl. It speaks to us.. Guides us. Passion rules us all. And we obey. What other choice do we have ? Passion is the source of our finest moments. The joy of love, the clarity of hatred, the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. ↯ BTVS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5010-for-breaking-and-for-pain

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 897
↳ Points : 140
↳ Arrivé depuis le : 24/07/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Rose Leslie
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Dresseuse d'animaux pour le Colosseum
↳ Opinion Politique : Neutre
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Regarder les filles pleurer - Saez
↳ Citation : "Ne cherchez plus mon coeur ; les bêtes l'ont mangé" - C. Beaudelaire
↳ Multicomptes : Zelyna J. Sawley
↳ Couleur RP : #009999



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Jeu 3 Aoû - 18:04


« J'vais prendre un coup sec derrière la nuque s'il vous plait ! »

Eliz'yan J. Sawley & Sigrid K. Laïn
featuring

Trop obnubilée par le problème qui m'habitait, je ne remarquais pas vraiment le trouble de mon interlocutrice. Heureusement quelque part, car si j'avais entendu qu'elle soufflait un prénom qui n'était pourtant pas le mien, j'aurais bien été capable de répondre, tant je n'étais pas habituée à celui que je portais. Malgré cela, elle ne me semblait pas étrange, bien au contraire, juste un peu dans la lune, comme moi. Un peu, mais suffisamment en tout cas pour ne pas comprendre le sarcasme. Un léger sourire se dessinait sur mes lèvres lorsqu'elle évoquait sa réputation de brute. Non pas pour me moquer, mais parce que j'en connaissais un rayon sur la brutalité ! Et je ne savais que trop bien à quelle point il fallait se méfier de l'eau qui dort. Aussi la croyais-je volontiers sur parole, persuadée du bien fondé de sa réflexion. Cependant, j'osais espérer que ce n'était pas pour ça que l'on m'avait recommandé ce lieu. J'avais assez donné au niveau de la violence. Buvant une gorgée de café, je tentais de me justifier.

« Non, mais en fait ce n'est pas... » m'arrêtais-je, coupée dans mon élan par le regard de la poupée vaudou rivé sur moi. D'un geste ferme, je m'employais à la coucher dans l'autre sens pour ne plus sentir ses yeux étranges me dévisager. Oui, cela pouvait paraître bête néanmoins cette chose avait tendance à me mettre mal à l'aise et je préférais la savoir fixer le comptoir plutôt que moi.
« Ouais, bon, laissez tomber ! » achevais-je finalement, ayant perdu le fil de ma pensée.
Et tandis que je m'aventurais parmi les étals, la propriétaire des lieux me proposait son aide, ce qui était bienvenue de sa part étant donné que j'étais là pour ça. Seulement voilà, pour ce faire, elle me demandait également ce qui m'empêchait de dormir et à vrai dire, je ne m'étais pas préparée à cette question. Mais alors, pas du tout même ! Comment lui dire que j'étais hantée par le visage aux yeux pervers d'un scélérat qui m'a retenue captive quasiment toute ma vie entière et m'a torturée pour son bon plaisir tous les jours ou presque jusqu'à il y a trois mois, sans pour autant lui dire tout ceci précisément ? C'était plutôt compliqué. C'était pour ainsi dire le genre de choses dont je ne parlais jamais et ce n'était pas maintenant, ni ici que ça allait commencer. Du moins, à priori, puisqu'il fallait tout de même bien que je lui donne des précisions, surtout si je voulais une quelconque aide de sa part.

« A vrai dire... Je n'ai pas vraiment de problème pour dormir. Enfin, pour m'endormir, en fait. J'y arrive même très bien ! » commençais-je, tout en me saisissant d'un crâne sur l'une des étagères pour le regarder sous toutes les coutures. Ce n'était sans doute pas poli de toucher à ce genre de choses, d'autant plus dans ce genre d'endroit, mais il fallait bien que je trouve un truc sur lequel focaliser ma nervosité, autre que la propriétaire des lieux. Et puis j'aimais bien le crâne, bien plus que la poupée en tout cas, allez savoir pourquoi.

« C'est après que ça se corse. Une fois que je dors. Je vous dirais bien que je fais des cauchemars, mais ce n'est pas vraiment ça non plus. En réalité, je ne sais pas comment l'on pourrait qualifier ça. » poursuivais-je, la gorge de plus en plus sèche. Reposant sagement le crâne, après l'avoir fait sauté plusieurs fois dans la paume de ma main, je refixais toute mon attention sur Eliz'yan.

« Une fois que je dors, je revois une figure de mon passé. Quelqu'un que je préférerais oublier. Mais c'est tellement intense, réel presque, que ça m'empêche de respirer et je me réveille généralement en sueurs, une fois que ma tête a rencontré la table de chevet. » balançais-je, d'un trait, et assez froidement au final.
C'était toujours mieux de se détacher de ses émotions pour parler de ce genre de choses. Énoncer les faits, et uniquement les faits, c'était suffisant. La logique voudrait sans doute qu'elle trouve étrange, comme toute personne normale, tant de détachement mais quelque chose me disait qu'elle n'allait pas s'en formaliser. Car, maintenant que je la fixais pour voir sa réaction, la vérité me frappait enfin ! Ou alors, peut-être était-ce la caféine qui coulait abondamment dans mes veines qui me ramenait un peu à la raison. Mais quoi qu'il en soit, mon interlocutrice aux yeux émeraudes avait l'air d'être pas mal préoccupée. Et de toutes évidences, c'était par autre chose de plus profond que mon petit problème de crises d'angoisse cauchemardesque. Ainsi, elle n'était donc pas seulement dans la lune comme je le pensais à mon arrivée.

Finissant d'un trait le reste de mon café comme si cela allait m'aider à deviner ses pensées, j'hésitais quelques secondes. Nous étions censées n'avoir qu'un rapport de commerçante à cliente mais, et même si je n'étais pas entrée dans les détails, je lui avais tout même confié une partie de ma vie. Ou de mon subconscient. Une chose personnelle quoi. J'estimais donc que nous avions déjà quelque peu dépassé la limite que je fixais avec la plupart des autres êtres sur cette terre et pouvais me risquer à m'intéresser un minimum à sa personne.

« Est-ce que tout va bien ? » demandais-je en fronçant légèrement les sourcils pour analyser sa réaction à ma question.
« Non parce qu'on dirait que vous avez vu un fantôme il y a peu... »  concluais-je pour détendre l'atmosphère et sans n'avoir aucune idée d'à quel cela était maladroit et peu risible en réalité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5008-sigrid-k-lain-terminee

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 430
↳ Points : 355
↳ Arrivé depuis le : 25/07/2017
↳ Age : 32
↳ Avatar : Kate Beckinsale.
↳ Age du Personnage : 444 ans (âge réel) ↯ 39 ans (en apparence).
↳ Métier : Propriétaire du Voodoo Museum.
↳ Opinion Politique : Opportuniste. ↯ Elle va où l'intérêt la porte.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (ensemble) ↯ Niveau 2 (manipulation des émotions) ↯ Niveau 3 (influence sanguine)
↳ Playlist : TWO STEPS FROM HELL ↯ new machine | PANIC ! AT THE DISCO ↯ house of memories | 30 SECONDS TO MARS ↯ end of all days | AFI ↯ miss murder | APOCALYPTICA ↯ en vie | BREAKING BENJAMIN ↯ dance with the devil | SIXX:A.M ↯ this is gonna hurt | SIXX:A.M ↯ prayers for the damned | THE FRAY ↯ heartless | HURTS ↯ somebody to die for | RED ↯ still alive | BREAKING BENJAMIN ↯ diary of jane.
↳ Citation : “ Give them pleasure. The same pleasure they have when they wake up from a nightmare. ” ↯ Alfred Hitchcock.
↳ Multicomptes : Moïra S. Everett.
↳ Couleur RP : crimson.



les petits papiers
↳ Copyright: ELLAENYS ↯ avatar & code signature.
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Lun 14 Aoû - 23:06

Un coup sec derrière la nuque..

ft. sigrid & eliz'yan  

Au comble du trouble, Eliz'yan était ramenée brutalement en arrière. Happée par ses souvenirs, Jane relisait sur les traits de Sigrid sa propre histoire. Elle se souvenait combien ses sœurs avaient comptées pour elle. Elle se remémorait cette influence malsaine qu'elle avait eu sur leurs pauvres existences et surtout.. Elle se rendait compte qu'elle n'avait pas été en mesure d'oublier l'abandon qu'elle leur avait imposé. Elle avait abandonné l'une et l'autre, et Ellen était très certainement celle qui en avait le plus souffert sur ce bûcher. L'ancienne sorcière se souvenait encore des cris déchirants qui étaient parvenus à son oreille alors que la chair de sa chair et le sang de son sang se consumait entre les flammes des fanatiques.

Fermant les yeux un instant, la Brune chassait au mieux ces souvenirs, ces sons qui remuaient ses entrailles, afin de se focaliser sur l'instant présent. Ses prunelles observaient longuement Sigrid, comme pour trouver mille et une différences avec sa cadette. Elle en avait besoin, elle avait besoin de percevoir autre chose en son vis-à-vis qu'un souvenir outrageusement intime. La Rouquine ne pouvait pas être Ellen, elle n'était personne dans son nouvel univers dégénéré. Oui, c'était ainsi que son esprit se devait de fonctionner, laissant la Sainte Raison prendre le pas sur l’immonde étincelle sentimentale qui tentait de prendre le contrôle de la maitresse des lieux.
Plissant les yeux, Eliz'yan se ressaisissait brièvement en suivant du regard l'avancée de Sigrid. Le geste avec la poupée, le jeu avec le crâne, et finalement ses propos étaient assimilés tandis qu'elle se gardait de tout commentaire concernant un élément ou un autre. Jane tentait avant tout de saisir le fin mot de l'histoire, la source du trouble de son interlocutrice. Et finalement, au bout de longues minutes, elle finit par acquiescer en croisant les bras sous la poitrine. « Des réminiscences d'un passé indésirable.. Je dirais qu'il s'agit de cela. Peut-être même de terreurs nocturnes. » Qu'elle lâchait finalement avec une tranquillité égale à la placidité de Sigrid. Elle ne jugeait pas son mal, ni ne se l'appropriait d'une quelconque manière.

Derrière le jeu des apparences, Eliz'yan devinait presque la nervosité de son vis-à-vis. Elle lisait dans son regard, dans ses manies, une douleur justifiée par son passé, et elle se refusait d’en jouer. Bien que sadique en toute circonstance, quelque chose chez Sigrid en appelait à l'empathie quasi-trépassée de l'Hellraiser. Cela venait surement de cette maudite ressemblance qui la déstabilisait mais peu importait ! Peu importait.. Elle était là, elle parlait d'elle, alors qu'elle aurait pu et surement, aurait dû s'abstenir. Alors, Jane l'écoutait. Mais finalement, l'instant des confidences était terminé au profit d'un silence qui succédait à son revirement d'attention.
Alors même que Sigrid prenait conscience de l’attitude étrange de la Propriétaire des lieux, cette dernière restait silencieuse pendant un moment en observant les alentours. Un fantôme. Que c'était ironique.. Elle aurait pu prendre cela pour une moquerie et se braquer, mais à la place de cela, elle ne faisait qu'hausser les épaules en mesurant leur degré de solitude. Il n'y avait qu'elles dans la boutique, là, tout de suite. Cela était surement plus rassurant pour Eliz’yan que pour Sigrid.. Même si Sigrid n’avait pas grand souci à se faire, normalement.

Glissant son regard jusqu'à celui de la Rousse, elle se décidait à lui offrir une réponse au bout d'une minute ou deux. « Tout va bien, oui. » Ce n'était pas crédible, et elle en avait conscience, mais cela pouvait aisément passer pour une réponse polie. Pinçant les lèvres, elle enchainait dans un soupir. « Un fantôme, c'est un peu cela. Mais je présume que vous n'y êtes pour rien. » Ce n'était pas plus clair.. Eliz'yan s'en rendait bien compte alors qu'elle faisait quelques pas dans la boutique en observant les articles autour d'elle. Finalement, ses pas la menaient jusqu'au comptoir tandis qu'elle attrapait un des vieux grimoires dissimulés dans une étagère qui lui était strictement réservée.

Ouvrant l'ancien ouvrage, elle en parcourait les pages longuement, comme à la recherche d'une information précise. Et surement que cela était un peu le cas, tandis qu'elle brisait son silence tout en continuant sa prospection. « Vous ressemblez à une personne que j'ai jadis connue. J'ai été troublée.. Je n'aime pas être troublée. » Ces derniers mots, elle les avait lâché dans un murmure clairement mécontent alors que finalement, sa recherche semblait avoir aboutie. « Il existe une multitude de breuvages, à base d'herbes ou d'huiles essentielles afin de favoriser le sommeil. Mais ce n'est pas là que se situe votre problème. Vous avez besoin de faire taire votre subconscient afin qu'il ne vienne pas vous hanter durant vos nuits. Je peux vous proposer une concoction, mais ce ne sera qu'une solution temporaire. » Elle avait enchainé d'un sujet à un autre, oubliant ou faisant oublier son propre trouble. Son menton se redressait afin qu'elle puisse porter son attention sur Sigrid. « La vraie clé de votre repos serait de faire face au traumatisme qui a causé votre trouble.. Et potentiellement de l’éradiquer. » Au moins, elle ne lui envoyait pas dire les choses alors qu'elle se remettait en marche dans la boutique jusqu'à s'arrêter près d'une étagère. Réflexion faites, ce n’était surement pas le meilleur des conseils, que d’inciter au meurtre.. Enfin. « C'est surement plus facile à dire qu'à faire. » Ça, elle n'en doutait pas une seule seconde. Pour avoir été un véritable bourreau, créatrice de maux, elle savait que certaines traces ne s'effaçaient pas, même avec la meilleure volonté du monde. D'ailleurs, elle s'attendait à voir Sigrid paniquer ou se braquer. Cela aurait été une réaction naturelle et compréhensible.

« Le subconscient a besoin de s'exprimer pour libérer votre conscient du trop-plein d'informations, émotions et névroses accumulées. Et généralement, il le fait pendant la nuit.. Enfin, vous voyez. » Qu'elle concluait en se rendant compte qu'elle n'aurait peut-être pas dû insister sur le sujet. Son empathie était clairement rouillée, elle n'était plus aussi douée dans le domaine que jadis.




code réalisé par ellaenys // merci de ne pas réutiliser ♥

_________________
wicked mind
It lies in all of us. Sleeping, waiting, and though unwanted, unbidden, it will stir.. Open its jaws and howl. It speaks to us.. Guides us. Passion rules us all. And we obey. What other choice do we have ? Passion is the source of our finest moments. The joy of love, the clarity of hatred, the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. ↯ BTVS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5010-for-breaking-and-for-pain

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 897
↳ Points : 140
↳ Arrivé depuis le : 24/07/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Rose Leslie
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Dresseuse d'animaux pour le Colosseum
↳ Opinion Politique : Neutre
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Regarder les filles pleurer - Saez
↳ Citation : "Ne cherchez plus mon coeur ; les bêtes l'ont mangé" - C. Beaudelaire
↳ Multicomptes : Zelyna J. Sawley
↳ Couleur RP : #009999



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Sam 26 Aoû - 19:04


« J'vais prendre un coup sec derrière la nuque s'il vous plait ! »

Eliz'yan J. Sawley & Sigrid K. Laïn
featuring

Un passé indésirable, oui, c'était bien de cela qu'il s'agissait, elle n'aurait d'ailleurs sans doute pas pu trouver meilleure formule. Et concernant les terreurs nocturnes ce n'était pas seulement « peut-être » c'était complètement avéré, c'était le diagnostic qu'avaient établit les psychiatres de l'asile quelques mois plus tôt si je me souvenais bien. De toutes évidences, elle avait l'air de bien cerner mon problème et je me sentais alors plus en confiance qu'à mon arrivée. Il fallait dire que je n'avais jamais vu un endroit pareil, plus habituée aux endroits aseptisés peuplés de personnel en blanc, et au départ, je m'étais demandé où j'avais bien pu mettre les pieds. Cela étant, à mesure que la discussion avançait, la propriétaire des lieux ne me semblait pas être la sorcière un peu loufoque que je m'étais imaginée rencontrer à peine la porte passée, bien au contraire. Car, même si sa réponse concernant le fantôme me paraissait légèrement étrange et incompréhensible, elle ne tardait pas à m'avouer la vérité. Le fantôme en question, c'était moi. Enfin, pas au sens strict du terme bien entendu mais quand même. Et à ce moment là, j'avais l'impression que mon cœur s'arrêtait de battre. Je lui rappelais quelqu'un qu'elle avait connu... Etait-il possible que ce soit vraiment moi ? Je ne me souvenais de rien concernant mon enfance, tout au plus que j'avais un petit frère, mais peut-être avais-je également une sœur ? Je n'avais jamais rien trouvé de tel dans les coupures de presse de l'époque mais c'était tout à fait possible ! Une lueur d'espoir commençait à m'envahir tandis qu'elle semblait avoir trouvé quelque chose dans le vieux bouquin qu'elle parcourait. Mais je n'écoutais pas. J'entendais oui, mais les mots ne parvenaient pas à trouver un sens dans mon esprit embrumé. J'avais peut-être devant moi un membre de ma vraie famille, celle que je cherchais désespérément à reformer sans savoir par où commencer. Toutefois, je ne pouvais décemment lui demander de but en blanc si elle pensait être ma sœur, elle allait définitivement me prendre pour une cinglée, ou réellement un fantôme, et me jeter hors de sa boutique à grands coups de pieds aux fesses.
Il fallait que je me secoue et que je revienne à la réalité, néanmoins sans me défaire de l'espoir qui m'habitait.

Je comprenais « temporaire » et j'en déduisais qu'elle parlait de la solution. Alors je hochais machinalement la tête pour approuver parce qu'en réalité, mes terreurs nocturnes -comme elle les appelait- me passaient loin au dessus de la tête pour l'instant. Ce n'est que lorsqu'elle évoquait l'éradication que je pouvais retrouver un comportement normal, si tant est qu'il l'ait été un jour. L'idée de me venger se faisait de plus en plus forte au fil du temps, allant jusqu'à me mordiller les entrailles dès que j'y pensais, et je ne demandais presque plus que ça, me retrouver face à l'un de mes bourreaux pour lui rendre la monnaie de sa pièce et le regarder agoniser pendant des lustres, me suppliant de lui octroyer le droit de mourir et le lui refuser. Je n'étais pas encore prête à cela, la peur prenant encore trop de place en moi vis à vis de la vengeance, mais cette pensée faisait tranquillement son chemin et bientôt, je n'aurais plus peur. Je le savais. Ainsi, je ne pouvais m'empêcher de sourire en réponse à ses paroles.

« L'éradiquer. Oui. J'y travaille mais... En effet, pour l'instant, c'est plus facile à dire qu'à faire. » répondais-je, sourire en coin. Je n'étais ni paniquée ni choquée par la solution, certes radicale, qu'elle me proposait. Peut-être aurais-je dû ? Je ne savais pas comment la plupart des gens aurait réagi face à cela mais moi, j'étais complètement d'accord aussi le prenais-je plutôt bien, limite détachée comme à mon habitude.
En revanche, je fronçais les sourcils alors qu'elle insistait sur le sujet. Non pas que cela me gênait qu'elle insiste, non ce n'était pas ça, mais son histoire de subconscient m'amenait à une autre idée. Un peu saugrenue et farfelue mais qui méritait qu'on s'y intéresse tout de même.

« Je vois, oui mais du coup, ça me fait penser à quelque chose. » répondais-je, hésitante. Il fallait que je trouve le moyen d'être claire sans pour autant lui balancer toute mon histoire en pleine tête et la tâche s'avérait plutôt compliquée.
« Est-ce que vous pensez que l'inverse est aussi possible ? Enfin, pas exactement l'inverse mais... Je veux dire, vous auriez une décoction ou un truc, qui puisse faire travailler le subconscient sur des très vieux souvenirs, informations ou émotions oubliés ? » demandais-je, doucement, comme une gamine de nouveau pleine d'espoir.

J'étais prête à tenter n'importe quoi ou presque pour retrouver ma famille et si c'était aussi facile que boire une tisane, je serais bien stupide de m'en priver. Jusqu'à présent, j'avais suivi l'avis des médecins qui me disaient qu'une thérapie m'aiderait et que même si ce n'était pas le cas, il ne fallait pas brusquer les choses au risque de se créer de faux souvenirs. Seulement voilà, c'était long et je n'étais plus patiente. J'en avais ras le bol d'attendre et de passer mon temps à essayer de retrouver un peu de mémoire sans faire débloquer mon cerveau. Je ne demandais pas grand chose, juste des petits détails me suffiraient, comme savoir si ma mère me cuisinait de la tarte aux pommes, si mon père me lisait une histoire le soir, si mon petit frère me volait mon doudou ou si... j'avais une sœur qui était potentiellement en face de moi, là, maintenant, dans cette boutique aux airs mystiques. D'ailleurs je ne tenais plus, il fallait que je sache. Aussi reprenais-je rapidement avant même qu'elle ne puisse réfléchir à une réponse à me donner :

« Si c'est le cas, ça m'arrangerait vachement parce que... il faut que... Je veux pouvoir me souvenir de certaines choses. » soufflais-je, gagnée par le stress et l'émotion. J'étais en passe de me dégonfler alors je prenais une grande inspiration avant de poursuivre, les yeux brillants d'un espoir que je n'avais ressenti qu'une seule fois auparavant.

« Je sais que vous n'aimez pas être troublée et moi non plus alors, je suis désolée d'avance de la question qui va suivre et qui va sans doute vous sembler la plus étrange au monde mais... Vous avez dit que je ressemblais à quelqu'un que vous avez connu, est-il possible que je sois réellement cette personne et que vous me connaissiez vraiment ? » questionnais-je, la voix tremblante et étonnamment faible.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5008-sigrid-k-lain-terminee

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 430
↳ Points : 355
↳ Arrivé depuis le : 25/07/2017
↳ Age : 32
↳ Avatar : Kate Beckinsale.
↳ Age du Personnage : 444 ans (âge réel) ↯ 39 ans (en apparence).
↳ Métier : Propriétaire du Voodoo Museum.
↳ Opinion Politique : Opportuniste. ↯ Elle va où l'intérêt la porte.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (ensemble) ↯ Niveau 2 (manipulation des émotions) ↯ Niveau 3 (influence sanguine)
↳ Playlist : TWO STEPS FROM HELL ↯ new machine | PANIC ! AT THE DISCO ↯ house of memories | 30 SECONDS TO MARS ↯ end of all days | AFI ↯ miss murder | APOCALYPTICA ↯ en vie | BREAKING BENJAMIN ↯ dance with the devil | SIXX:A.M ↯ this is gonna hurt | SIXX:A.M ↯ prayers for the damned | THE FRAY ↯ heartless | HURTS ↯ somebody to die for | RED ↯ still alive | BREAKING BENJAMIN ↯ diary of jane.
↳ Citation : “ Give them pleasure. The same pleasure they have when they wake up from a nightmare. ” ↯ Alfred Hitchcock.
↳ Multicomptes : Moïra S. Everett.
↳ Couleur RP : crimson.



les petits papiers
↳ Copyright: ELLAENYS ↯ avatar & code signature.
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Lun 11 Sep - 2:42

Un coup sec derrière la nuque..

ft. sigrid & eliz'yan  

Eliz'yan s'était rapidement habituée au fait de répondre aux demandes les plus farfelues des clients passant le seuil du Voodoo Museum. De la devanture au contenu des rayonnages, tout appelait à la bizarrerie. Parce qu'il fallait avouer que malgré les siècles passant, la magie avait toujours rimé avec insolite dans l'esprit des non-initiés. Certes, beaucoup de choses passaient de l'impossible au possible grâce à l'éclat surnaturel, mais il n'en demeurait pas moins que l'inévitable l'était souvent, quel que soit le monde que l'on côtoyait.

Dans le cas présent, il n'y avait pas réellement d'irrémédiable, ni d'impossible selon Jane. Elle ressentait, de manière bien étrange, le trouble de son vis-à-vis au travers de sa sincérité à peine voilée. La détresse savamment cachée était là, tel un phare, attendant d'être remarqué. Parce que les blessures avaient été trop profondes, trop ancrées. Sans nul doute, Eliz'yan savait reconnaitre les stigmates d'un passé difficile. Trop souvent, elle avait été l'instigatrice de ces plaies psychologiques, après les avoir elle-même endurée, en premier lieu. De ce fait, elle prenait le parti de ne pas juger, ni de pointer du doigt. Elle aurait pu s'amuser du mal qui rongeait la Rouquine, et pourtant, elle y renonçait sans l'ombre d'un doute.. Simplement parce qu’elle lui rappelait Ellen. Si simplement, parce qu'elle lui rappelait Ellen.

Tentant de chasser au mieux de son esprit le souvenir de sa cadette, Jane se rendit compte bien rapidement que la tâche était ardue dans la mesure où son reflet s'animait face à elle. Inspirant alors profondément, la Possédée s'était focalisée sur le problème présenté et s'était plongé dans ce dernier. Demeurant détachée, à sa manière, elle ne s'était pas montrée pour autant totalement désintéressée. Loin de là. Les solutions qu'elle lui avait proposées passaient de la plus brutale à la plus logique. Et lorsque la plus brutale ne fit pas siller Sigrid, l'Anglaise ne put réprimer un haussement de sourcil interloqué tandis qu'elle écoutait sereinement les propos de son vis-à-vis. Ah oui ? Elle y travaillait ? Pensait-elle en laissant passer ses prunelles émeraudes sur la silhouette féminine avant de revenir se focaliser sur son regard. Une impulsion sadique appelait Eliz'yan à tendre la main, par simple besoin égoïste, à Sigrid. Pourtant, elle se retenait, se mordant la lèvre inférieure.

S'abimant dans ses réflexions teintées d'une tentative de contrôle quasi-inédite, l'Anglaise finissait par être arrachée à ses pensées lorsque la Rouquine revenait l'interpeler. Elle avait une autre idée ? Mh ? Un petit meurtre discret, à l'abri des regards peut-être ? Une séance de torture ? Les idées fusaient et étaient balayées instantanément afin de ne pas laisser l'imagination trop fertile de l'Hellraiser faire son chemin.

« Si une potion ou un breuvage de la sorte existait, je pense que beaucoup d'amnésiques viendraient frapper à ma porte. » C'était une simple vérité qu'elle énonçait d'une voix élimée par ses réflexions intérieures. « Après, sur certaines personnes, l'hypnose permet de faire sortir de l'ombre les souvenirs oubliés. Cela peut-être une option, ou alors.. » C'était une idée comme une autre. Elle s'apprêtait à poursuivre avant d'être coupée dans son élan par la suite de la tirade de son vis-à-vis.

Se souvenir de certaines choses. Au regard de l'Ancienne Sorcière, Sigrid ressemblait de plus en plus à un puzzle dispersé au vent. C'était bien étrange comme impression. Mais ce n'était rien en comparaison de ce que provoquait les mots de la Rouquine sur la Possédée. Elle se figeait pendant de longues secondes en observant fixement son interlocutrice. Cette faiblesse dans la voix, cette réaction à fleur de peau, cette demande.. Un rien aurait suffi pour qu'Eliz'yan retire un certain plaisir à piétiner cette maigre espérance dans l'optique de s'adonner à un petit jeu mental teinté de sadisme.

Mais non, elle ne faisait rien. Ses lèvres se scellaient alors que son esprit se mettait à tourner à toute allure. Bien au contraire, Jane se sentait touchée par cette question, comme elle ne l’était pas souvent. Ebranlée par ce regard qui se fixait sur elle, mais également par l’espoir faiblard de revoir une de ses sœurs, elle laissait sa psyché tourner et retourner le problème afin de trouver un semblant de réponse à offrir à Sigrid, mais également à elle-même.
Ainsi, sa réflexion se tissait au fur et à mesure des secondes, en une toile qui ne demandait qu’à avoir un schéma. Après tout.. Jane était revenue d'être les morts, alors était-il envisageable que sa sœur en ait fait tout autant ? Elle doutait, et néanmoins, se surprenait à espérer. « Je l'ignore.. » Quelle soufflait, bien trop prise au dépourvue pour se montrer simplement de marbre. Dans toute cette histoire, une seule rengaine lui revenait pourtant : Il lui fallait une preuve, il leur fallait une preuve.. Elles en avaient besoin pour se sortir de ce bourbier. « Quand êtes-vous née ? »

Cette question innocente, posée de la sorte, allait surement éclairer la lanterne de l'Anglaise, parce qu'elle ne pouvait se permettre de lui demander aussi simplement si elle était revenue d'entre les morts, ou si elle avait plus de 400 ans. Non. C'était impossible, même si leur conversation portait déjà le sceau de la bizarrerie. « Je suis anglaise.. L'êtes-vous ? » Cette autre interrogation, tout autant innocente lui permettait d'avoir une vue claire sur les racines de Sigrid, et encore une fois, c'était toujours mieux que de lui demander si elle avait connu l'ère de la chasse aux sorcières dans un petit comté perdu dans le fin fond de l’Angleterre.




code réalisé par ellaenys // merci de ne pas réutiliser ♥

_________________
wicked mind
It lies in all of us. Sleeping, waiting, and though unwanted, unbidden, it will stir.. Open its jaws and howl. It speaks to us.. Guides us. Passion rules us all. And we obey. What other choice do we have ? Passion is the source of our finest moments. The joy of love, the clarity of hatred, the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. ↯ BTVS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5010-for-breaking-and-for-pain

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 897
↳ Points : 140
↳ Arrivé depuis le : 24/07/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Rose Leslie
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Dresseuse d'animaux pour le Colosseum
↳ Opinion Politique : Neutre
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Regarder les filles pleurer - Saez
↳ Citation : "Ne cherchez plus mon coeur ; les bêtes l'ont mangé" - C. Beaudelaire
↳ Multicomptes : Zelyna J. Sawley
↳ Couleur RP : #009999



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Jeu 21 Sep - 20:19


« J'vais prendre un coup sec derrière la nuque s'il vous plait ! »

Eliz'yan J. Sawley & Sigrid K. Laïn
featuring

Évidemment, qu'un breuvage ne pouvait pas m'aider à retrouver la mémoire. Cela aurait été trop facile et elle avait raison, si c'était le cas, il n'y aurait plus aucun amnésique au monde. J'étais déçue. Cette perspective m'avait, au moins l'espace de quelques secondes, nourrie d'un espoir que j'attendais depuis tellement longtemps tandis que sa réponse me ramenait sur Terre, en chute libre. Dans le genre ascenseur émotionnel, on ne pouvait guère faire plus violent. Mais je n'en voulais pas à mon interlocutrice, au moins elle était honnête avec moi. Elle aurait très bien pu m'arnaquer tel un marabout peu scrupuleux et me faire miroiter des choses qui n'arriveraient jamais. Au lieu de ça, elle avait usé de franchise et c'était tout à son honneur. Un peu brutal, certes, mais appréciable tout de même. C'était sans doute cette franchise à mon égard qui m'avait d'ailleurs insufflé la dernière dose de courage dont j'avais besoin pour lui poser la question qui me brûlait tant les lèvres et m'asphyxiait le cerveau. Bon, j'avais été un peu moins cash qu'elle, mais ce qui importait avant tout, c'était l'essence de l'interrogation. Cependant, malgré la diplomatie dont j'avais fait preuve, il me semblait que j'avais réussi à la troubler. Alors qu'elle me suggérait d'avoir recours à l'hypnose, ma question l'arrêtait net dans son élan et elle marquait une pause. Une longue pause. Très longue. Qui me semblait interminable d'ailleurs.

J'attendais patiemment, ne pipant mot, mais intérieurement j'avais envie de hurler. Ou de l'attraper et de la secouer comme un enfant secouerait un jouet cassé avec le désir que cette manœuvre désespérée l'aide à fonctionner de nouveau. Et puis, enfin, ses lèvres soufflait l'ignorance. C'était donc possible. A ces paroles, tout mon corps se contractait au point que plus rien n'était capable d'en sortir, ni air, ni larmes, ni mots. Il fallait que je me reprenne sans quoi j'allais finir par tomber à la renverse dans une crise d'apoplexie. Heureusement, et bien qu'elle soit également troublée, la propriétaire des lieux arrivait encore à articuler, elle, et m'interrogeait afin de déterminer si la possibilité était en réalité une vérité. Cela me permettait de sortir de ma léthargie mais elle n'avait cependant pas choisi la meilleure approche. C'est pourquoi, avant de lui répondre, je ne pouvais réprimer un sourire.

« Malheureusement, je ne crois pas que cette information soit très indicative... » répondais-je, ironique. En effet, je ne connaissais pas ma véritable date de naissance. A travers les coupures de journaux que j'avais récupérées avant ma fuite du cirque, j'avais pu lire que j'étais née en 1988 et que j'avais fêté mon anniversaire peu avant mon enlèvement. J'en avais donc déduis que j'avais vu le jour durant les trois premiers mois de l'année mais j'ignorais tout du jour ou du mois exact. C'était Lucrezia, du temps de mon internement, qui m'avait conseillé de choisir une date à laquelle je fêterai le jour de ma naissance et spontanément, j'avais dit que ce serait le premier février. Peut-être était juste, peut-être pas, mais du coup, cela n'avait aucune valeur pour la preuve dont nous avions besoin actuellement.

« Une autre idée ? » lui demandais-je, étant donné que son cerveau avait l'air de fonctionner mieux que le mien. Je ne savais que si peu de choses me concernant qu'il m'était difficile d'imaginer un détail qui pourrait nous aider. Elle me demandait alors d'où je venais, précisant par là même qu'elle était anglaise. Tout l'espoir qui m'habitait jusqu'à lors s'évanouissait d'un coup et j'expirais en fermant les yeux tandis que je ne pouvais plus retenir mes larmes. On faisait difficilement plus dépitée que moi en ce moment. J'avais beau ne pas savoir grand chose de mes origines, je savais tout de même que je venais d'un autre pays que l'Angleterre. La Norvège plus précisément. Alors bien entendu, celle qui me faisait face n'était pas bien vieille selon moi mais il était très peu probable qu'elle soit plus jeune que moi. Et si elle ne l'était pas, forcément, elle devrait venir -comme moi- du grand froid, ma famille y étant installée depuis des lustres d'après ce que j'en savais.

« Je ne suis pas Anglaise, non. Je suis Norvégienne. » répondais-je, en secouant la tête, meurtrie. C'était donc ça la désillusion ? On m'avait prévenue que partir en quête de ma famille allait en mettre un paquet sur mon chemin, mais je n'avais jamais imaginé ce que ça me ferait. Et ça ne faisait pas du bien.
« C'est dommage. J'ai vraiment cru un instant que vous pourriez être ma sœur. Et je pense que, j'aurais bien aimé avoir une sœur comme vous. » ajoutais-je, d'une sincérité déconcertante. Je ne la connaissais pas mais elle m'avait inspiré confiance et j'appréciais son côté franc qui ne prend pas de pincettes, un peu comme moi, en pire. Si nous avions été sœurs, nul doute que nous nous serions bien entendues.

« Au point où on en est, je pense qu'on pourrait au moins faire des présentations en bonne et due forme. Je m'appelle Sigrid, je souffre d'insomnies et je cherche une sœur, enchantée ! » plaisantais-je, en lui tendant la main.

Après quoi, j'estimais que j'avais eu ma dose d'émotions pour la journée aussi préférais-je en revenir à la conversation initiale.
« Et maintenant à moins que vous ne m'invitiez à prendre le thé et les petits gâteaux, peut-être devrions-nous en revenir à la décoction, pour qu'au moins je puisse dormir... Et que je vous laisse tranquillement oublier la cliente complètement cinglée que je suis et qui se cherche une sœur qui n'existe probablement pas. » concluais-je, comme si rien ne s'était passé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5008-sigrid-k-lain-terminee

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 430
↳ Points : 355
↳ Arrivé depuis le : 25/07/2017
↳ Age : 32
↳ Avatar : Kate Beckinsale.
↳ Age du Personnage : 444 ans (âge réel) ↯ 39 ans (en apparence).
↳ Métier : Propriétaire du Voodoo Museum.
↳ Opinion Politique : Opportuniste. ↯ Elle va où l'intérêt la porte.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 (ensemble) ↯ Niveau 2 (manipulation des émotions) ↯ Niveau 3 (influence sanguine)
↳ Playlist : TWO STEPS FROM HELL ↯ new machine | PANIC ! AT THE DISCO ↯ house of memories | 30 SECONDS TO MARS ↯ end of all days | AFI ↯ miss murder | APOCALYPTICA ↯ en vie | BREAKING BENJAMIN ↯ dance with the devil | SIXX:A.M ↯ this is gonna hurt | SIXX:A.M ↯ prayers for the damned | THE FRAY ↯ heartless | HURTS ↯ somebody to die for | RED ↯ still alive | BREAKING BENJAMIN ↯ diary of jane.
↳ Citation : “ Give them pleasure. The same pleasure they have when they wake up from a nightmare. ” ↯ Alfred Hitchcock.
↳ Multicomptes : Moïra S. Everett.
↳ Couleur RP : crimson.



les petits papiers
↳ Copyright: ELLAENYS ↯ avatar & code signature.
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Lun 9 Oct - 1:20

Un coup sec derrière la nuque..

ft. sigrid & eliz'yan  

L'espoir bâtard de pouvoir revoir Ellen avait mis à mal la détermination de l'Anglaise. Acharnée du contrôle et spécialiste des équations relationnelles à but lucratif, Eliz'yan n'aimait pas voir ses convictions ébranlées par une question, par un regard, par un soupçon d'espoir trop brulant pour être vrai. L'Ancienne sorcière avait vu sa cadette bruler sur le bûcher, et encore aujourd'hui, elle était en mesure d'entendre son cri d'agonie. Au creux de certaines nuits d'horreur, il raisonnait encore à son oreille, lui rappelant le bon souvenir des jours de misère. En trop peu de temps, Jane avait tout perdu, son cœur et son âme, sa chair et son sang. Et fondamentalement, Sigrid lui rappelait cette immonde perte.
Gardant néanmoins ses prunelles émeraudes fixées sur les traits de son vis-à-vis, Eliz'yan attendait une réaction, une réponse. Une réaction, oui, c'était tout ce qu'elle espérait. Le monstre logé dans ses veines voulait réduire en cendre cet espoir naissant, alors que la Jane intérieure trouvait dans l'évènement un regain de vitalité. Lorsque finalement, l'information de l'âge ne s'avéra pas vraiment indicative au regard de Sigrid, intérieurement, l'Anglaise recommença à faire le deuil de sa sœur disparue. Parce qu'au contraire, pour elle.. Cette information avait été vitale. Traverser les âges avait été un fléau pour l'Ancienne Sorcière, et c'était une information non-négligeable selon elle.

Dans le confort de ses réflexions, Jane se surprit à ressentir un certain soulagement alors que la situation n'était pas totalement désamorcée. Si Sigrid n'était pas sa sœur, alors cela signifiait qu'elle reposait en paix, qu'elle n'avait pas traversé le même enfer que son ainée. Et surtout.. Surtout, cela signifiait qu'elle n'aurait pas le loisir de découvrir le no man's land qu'était devenue sa sœur. Ravagée par son propre mal, par ses démons intérieurs, l'Anglaise se savait désormais bien loin de cet icone familial qu'elle avait incarnée jadis. Elle n'était plus vraiment Jane. Plus vraiment.
Retenant son souffle, son regard s'accrocha à nouveau à la réalité pour voir les larmes couler sur les joues de la Rouquine. Même si cette dernière n'était pas Ellen, elle n'en demeurait pas moins le reflet lointain, et la voir baigner dans un tel chagrin lacéra le cœur de la Possédée qui se surprit à lever une main, presque machinalement vers la joue de son vis-à-vis. Combien de fois avait-elle effacé les larmes des joues de sa petite sœur ? Combien de fois l'avait-elle consolé avec un sourire ou une parole juste ? Tant de fois.. Tellement de fois que cela en était devenu machinal, même après des siècles de silence. Pourtant, son geste s'arrêtait et dans la mécanique inverse, ouvertement hésitante, elle laissait sa main retomber le long de son corps avec une lenteur toute trouvée.

Lorsque finalement la confirmation tombait, là, tel un couperet, Eliz'yan ne pouvait que prolonger son moment de silence. Comme pour laisser à l'une et à l'autre le temps de digérer l'information. Les yeux se fermaient un instant alors qu'elle expirait lentement avant de finalement reporter son regard vert sur les traits de Sigrid. « Tant pis. » Finit-elle par articuler presque trop tranquillement, comme pour retrouver une distance polie après ce moment d'intimité.
Mais finalement, la Rouquine les ramenait vers cet instant, attirant la Jane au cœur de la discussion. Elle aurait aimé avoir une sœur comme elle. Mensonge ! Elle ne savait pas qui était Eliz'yan, elle ignorait quel monstre se dissimulait sous la surface. Elle n'avait pas conscience de l'immonde vérité. Elle ne pouvait pas lâcher une telle bombe. « Je ne pense pas avoir été la meilleure des sœurs. Je vous souhaite de trouver mieux que moi. » Cruellement lucide, l'Anglaise avait pleinement conscience du mal qu'elle avait fait à ses cadettes. Si Jennet était capable de la blâmer, même au travers de la mort, pour son égoïsme ; elle se doutait qu'à contrario, Ellen lui aurait pardonné au nom du cœur. Une peste et un ange, Jane avait eu de la chance dans son malheur et pendant une seconde, elle regretta l'absence de ses deux sœurs. Elles lui manquaient cruellement.

Le visage signant à la négative après de trop longues minutes de réflexion, Eliz'yan retrouvait le chemin de la raison et de la sérénité toute fabriquée. Elle esquissait même un semblant de sourire en venant serrer la main de Sigrid après ses présentations. « Enchantée Sigrid. Je m'appelle.. » Jane. Elle aurait pu le sortir, ce prénom qui lui écorchait désormais la langue et lacérait sa conscience. « Eliz'yan. Je dors plutôt bien et.. » Ses deux sœurs étaient mortes ? Tout à coup, la blague ne lui sembla pas si drôle que cela, alors elle la ravala simplement. « Pas grand-chose d'autre, je crois. » Qu'elle achevait en relâchant la main d son vis-à-vis.

« A l'occasion peut-être. » Pour le thé et les gâteaux. C'était une petite touche d'humour lâchée non sans calme, ce qui avait de quoi tromper sur l'intention première de Jane. Elle tournait d'ailleurs les talons pour se mettre à la recherche de cette fameuse décoction. « J'ai déjà croisé bien plus cinglé que vous. Vouloir retrouver sa famille est une quête noble et compréhensible dans un monde où aucune attache n'a réellement d'importance. Seul le sang compte dans le fond, alors je vous souhaite de la trouver.. Votre sœur. Et surtout, j'espère qu'elle ne vous décevra jamais. » Son laïus était lâché alors qu'elle passait au travers des rayons pour revenir avec trois fioles. Elle les posait sur le comptoir non loin et commençait à lui désigner chacune. « Une goutte de chaque dans une boisson chaude, vous laissez infuser pendant cinq minutes et vous buvez. » Pensive pendant quelques secondes, elle attrapait finalement un sachet et le posait à côté des fioles. « Avec cette boisson, ce sera parfait. Le goût risque de vous surprendre au début, mais je pense que vous pouvez rapidement vous y faire. » Au moins, Sigrid avait toute la panoplie avec ce que lui proposait l'Anglaise.




code réalisé par ellaenys // merci de ne pas réutiliser ♥️

_________________
wicked mind
It lies in all of us. Sleeping, waiting, and though unwanted, unbidden, it will stir.. Open its jaws and howl. It speaks to us.. Guides us. Passion rules us all. And we obey. What other choice do we have ? Passion is the source of our finest moments. The joy of love, the clarity of hatred, the ecstasy of grief. It hurts sometimes more than we can bear. ↯ BTVS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5010-for-breaking-and-for-pain

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 897
↳ Points : 140
↳ Arrivé depuis le : 24/07/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Rose Leslie
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Dresseuse d'animaux pour le Colosseum
↳ Opinion Politique : Neutre
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist : Regarder les filles pleurer - Saez
↳ Citation : "Ne cherchez plus mon coeur ; les bêtes l'ont mangé" - C. Beaudelaire
↳ Multicomptes : Zelyna J. Sawley
↳ Couleur RP : #009999



les petits papiers
↳ Copyright: Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   Ven 13 Oct - 16:59


« J'vais prendre un coup sec derrière la nuque s'il vous plait ! »

Eliz'yan J. Sawley & Sigrid K. Laïn
featuring

Elle disait ne pas avoir été la meilleure des sœurs mais je ne la croyais pas. J'avais vu son geste, je l'avais vue lever la main pour sécher mes larmes et même si quelque chose l'avait retenue, la nouveauté de la rencontre sûrement, je me doutais qu'elle avait dû le faire maintes et maintes fois pour sa propre sœur. C'était quelque chose que je trouvais honorable et qui me faisait dire qu'elle ne pouvait donc pas être si mauvaise. Et puis, l'on se dit toujours qu'on aurait pu être meilleur que ce que l'on est réellement, que l'on ne donne pas assez, qu'on ne fait pas les choses bien mais au final, être présent pour l'autre est la plupart du temps juste suffisant. Et c'était le cas. Personnellement, je savais que n'avais pas été présente pour mon petit frère. Du moins, pas suffisamment longtemps pour qu'il se souvienne de moi aujourd'hui. J'avais été arrachée si tôt à ma famille que je n'avais pas pu m'occuper de lui comme une aînée était censée le faire. J'aurais tant aimé pouvoir le consoler de son premier chagrin d'amour ou lui donner des conseils avec les filles, le soutenir dans ses choix, m'engueuler avec lui pour des divergences d'opinions futiles et tant d'autres choses encore que sont supposés faire les enfants d'une même fratrie entre eux. Mais je n'avais pas pu et même si ce n'était pas de ma faute, je me culpabilisais. J'aurais dû être là. Pour lui. Pour moi. Et aujourd'hui, je ne serais pas là en train de me questionner à propos de l'existence éventuelle d'une petite sœur. Eliz'yan se pensait être mauvaise en tant que sœur, mais que dire de celle qui ne souvient même pas si elle en a effectivement une ? On pouvait difficilement faire pire selon moi.

En tous cas, même si elle n'était pas l'hypothétique sœur que je pouvais avoir quelque part, elle avait était gentille avec moi et elle n'avait pas jugé ma folie apparente et rien que pour ça, j'aurais pu lui dire merci. Bon, ce n'était pas mon genre, je ne savais pas vraiment faire des remerciements ou des compliments, mais j'aurais pu. Je le faisais, intérieurement au moins, c'était déjà pas mal.
Après les présentations d'usage, elle ne m'invitait pas à prendre le thé. Cela ne faisait rien, ce n'était pas une proposition sérieuse, c'était juste une façon de parler. Aussi ne m'en formalisais-je pas et la regardais tourner les talons sans piper mot. Elle profitait de ses recherches pour reprendre la parole et quelques-uns de ses mots attiraient mon attention. Elle faisait allusion à la déception. Bien qu'il était aisé de deviner à travers ces mots le poids d'une querelle familiale, savoir laquelle avait déçue l'autre ne me regardait pas. Cela ne devait pas être une histoire simple, de toutes manières avec la famille, ça ne l'était jamais. Aussi préférais-je me contenter d'esquisser un léger sourire en guise de réponse. Nous avions, sans nul doute l'une et l'autre, eu notre dose d'émotions pour la journée, ou même la semaine, et il était vraiment préférable de revenir à la raison première de ma venue.

Elle en revenait donc à mon problème d'insomnies et, après avoir fouillé dans ses rayons, me ramenait trois fioles. Chacune d'elles avait une couleur différente et, il fallait l'avouer, ne donnait pas du tout envie d'être consommée. Elle m'indiquait comment procéder et j'écoutais attentivement. Après un court instant de réflexion, elle se hâtait d'ajouter un sachet qui me servirait de boisson chaude dans laquelle déposer les gouttes. C'était peut-être dû à ma mine dubitative ou alors, elle avait sans doute cerné le personnage que j'étais et avait deviné que j'étais capable de glisser le remède anti-insomnie dans une grande tasse de café. C'aurait bien été mon genre, ouais. D'autant que je ne devais pas avoir grand chose d'autre qui se consommait chaud dans les placards de ma cuisine.
J'attrapais tous les ingrédients et les rangeais délicatement dans mon sac avant de payer pour tout ça.

« Eh bien, merci. Beaucoup. Pour tout ça et... Pour votre gentillesse à mon égard. Je repasserai vous dire si ça a marché. » concluais-je dans un sourire, avant de sortir de la boutique bien plus apaisée qu'en y étant entrée.

Prenant le chemin du Colosseum je m'arrêtais un instant devant une poubelle. Je fouillais dans mon sac pour y dénicher une petite boite de pilules dont l'étiquette portait mon nom ainsi que celui de mon tortionnaire comme médecin prescripteur. J'ouvrais le couvercle et vidait entièrement son contenu dans la poubelle. Ah la tienne Joshua ! Je n'avais jamais pris ce traitement, c'était ce que l'on me donnait à l'hôpital et déjà là bas, ça n'avait pas marché. Et puis, je soupçonnais l'interne en médecine de me donner un truc totalement inefficace juste pour que je revienne dans son service. Alors la place de ces pilules n'étaient nulle part ailleurs qu'à la poubelle. Bien entendu, rien ne disait que le remède d'Eliz'yan serait plus efficace que celui-ci mais il fallait tenter. Et puis, rien que par le fait de m'en débarrasser, j'étais soulagée alors ç'aurait été bête de s'en priver.


** RP TERMINE **




_________________


Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. # Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5008-sigrid-k-lain-terminee

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je vais prendre un coup sec derrière la nuque, s'il vous plait ! | Ft. Eliz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Attends-toi à te prendre un coup de pied invisible dans le cul.
» Un étrange rêve, les ailes du Phoenix ~ [Entraînement]
» [Quête] Prendre un coup de vieux [Solo]
» [Quête - Prendre un coup de vieux] Une potion de jeunesse?
» It's been a long day without you my friend :: feat Maloe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Voodoo Museum-