AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alice au pays des horreurs | Persephone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

« The forgiven warrior »

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 927
↳ Points : 506
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 354 ans en réalité
↳ Métier : Propriétaire du Mary Rose, styliste en freelance
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Ava S. Cohen
↳ Couleur RP : Grey



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Alice au pays des horreurs | Persephone    Jeu 3 Aoû - 13:00

Alice au pays des horreurs
Persephone&Esperanza
Ces derniers temps les locaux du Gouvernement n’avaient pas beaucoup attiré Esperanza. Elle avait dû se concentrer sur ses affaires, le business passait avant tout pour elle. Au diable les histoires de famine, des résistants qui se déguisent pour essayer de donner du poids à leurs actions miteuses. Pour elle tout ça n’était que du vent, une montagne de vent qu’elle chassait le plus souvent d’un soupire agacé. Néanmoins quelque chose continuait de l’empêcher de vivre sa vie pleinement. D’un point de vue extérieur elle n’avait pas à se plaindre, l’argent coulait à flot, son club marchait bien et elle ne manquait de rien quand certains crevaient de faim. Mais le mal qui lui empoisonnait la vie était tenace. Un parasite qui avait trouvé refuge jusqu’aux tréfonds de son âme, parasite qui l’avait privée de ses dons de sorcières. Cette maudite chose qu’elle n’avait jamais acceptée. Alors lorsqu’elle le pouvait Esperanza continuait d’arranger des entrevues avec Persephone Wilson. Une scientifique plutôt douée dans son domaine, sorcière de surcroît, avec laquelle elle tentait d’en apprendre plus sur ce mal qui la hantait. A force d’expériences l’ancienne sorcière avait découvert plusieurs de ses dons. Des nouveaux dons qui, elle ne pouvait pas le nier, s’avérèrent plutôt intéressants, mais pas assez selon elle pour ne pas regretter ceux qu’elle possédait avant. La métisse avait la tête dure, il était inutile de le préciser à ce stade. Mais ces rendez-vous ne la dérangeait pas alors elle se laissait volontiers faire, donnait parfois de son sang pour que Perséphone puisse l’analyser à sa guise. Car le mal restait largement inconnu. Tout ce qu’on savait c’était qu’il avait touché plusieurs personnes en ville sans qu’elles ne s’en soient rendu compte. Le parasite s’était fait discret pour s’insinuer au plus profond des gens. Un tour de force dont la source restait étrangère.

A l’horloge de la cathédrale St Louis sonna 21h. Esperanza se mit en route pour les grandes tours qui surplombaient le quartier des affaires. Comme d’habitude une chaleur moite imprégnait les rues, l’humidité saturait l’air, un temps classique pour la Nouvelle-Orléans. Une fois devant la porte, Esperanza se laissa contrôler, ses expériences n’étaient pas secrètes et puis la jeune femme était connue ici. Même si elle l’était en tant que styliste de Niklas Ivanov plus que pour servir de cobaye. Malgré l’heure tardive on la laissa passer. Esperanza se dépêcha de rejoindre le laboratoire dans lequel Perséphone devait sûrement l’attendre. Elle se demandait ce qui l’attendrait une fois dans la salle blanche. Esperanza pouvait d’ores et déjà sentir l’odeur particulière qui émanait de cette partie du bâtiment. Une odeur similaire à celle d’un bloc opératoire. La possédée se doutait qu’ici devait se dérouler toutes sortes d’expériences, des expériences sordides dont on ne sortait pas entier. Pour l’instant elle s’estimait chanceuse de ne pas avoir été la victime d’un savent fou. Perchée sur ses talons hauts, la métisse s’arrêta finalement devant une porte. On ne pouvait rien y voir à travers le hublot de verre opaque.  Pour entrer il fallait avoir une carte et les bonnes empreintes digitales, logique, le Gouvernement voulait sûrement écarter tout risque d’intrusion. Esperanza toqua à la porte.

« Perséphone c’est Esperanza. Peux-tu m’ouvrir s’il-te-plait ? »

A cette heure les laboratoires voisins s’avérèrent vides, c’était tant mieux car la tranquillité était de mise. Parfois Esperanza devait donner de sa personne en touchant des animaux par exemple. La première fois qu’elle avait vu une souris devenir nécrose sous ses doigts, l’ancienne pirate avait cru rêver. A force tout ceci n’était devenu qu’une habitude. Elle attendait le jour où elle pourrait enfin s’exercer sur des cobayes humains, hors des murs du laboratoire, ou peut-être à l’intérieur qui pouvait le savoir. La découverte de la nécrose par contact avait été une grande avancée pour leurs recherches communes, mais le but ultime était désormais de connaître tous les pans de cet éventail qu’offrait le parasite. Un chemin sinueux qu’avaient décidé d’emprunter les deux femmes lors de leurs expériences diverses.




_________________

Like the darkness is the light
It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster. . sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 872
↳ Points : 291
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Dim 6 Aoû - 12:19


« Darkness Falls Across The Land »


Deadnight Warriors




La rumeur qui grandit, qui enfle de plus en plus. Et finit par vous atteindre de plein fouet. Vous ne vous rendez pourtant compte de rien. Pas au début, tout du moins. L'endroit où vous vous trouvez semble tout à fait normal. Vous ne ressentez rien de particulier. Rien d'autre que la présence de votre interlocuteur. Rien qui ne laisse présager de ce qui vous attend. Aucun signe alarmant, aucun facteur particulier qui aurait pu vous rendre méfiant, encore moins vous mettre la puce à l'oreille. Que la tension palpable et caractéristique de l'endroit dans lequel vous évoluez. Vous n'en avez aucune idée mais pourtant, en quelques instants, quelques secondes à peine, vous basculez dans un autre univers.

  La transition se fait dans la plus grande douceur pour endormir les suspicions. La brèche que vous traversez est invisible, impalpable. Vous pénétrez dans l'autre monde sans le savoir et faites votre entrée dans les ténèbres sans vous en rendre compte. Pas dans l'immédiat. Le décor ne change presque pas et vous abandonnez le government building pour sa reproduction identique et apocalyptique située à Darkness Falls. Cette version des Enfers encore habitée par des créatures voraces, des monstres affamés qui n'aspirent qu'à vous dévorer les entrailles et vous détruire à petit feu. La promesse de longs moments de torture insupportable si vous vous laissez attraper. Elles vous attendent au tournant, les chimères dévastatrices. Atteindre une issue, une autre brèche vers le monde réel, reste votre meilleure chance de survie. Mais ces dernières se font rares et surtout très aléatoires. Alors, restez sur vos gardes si vous ne voulez pas rester piégés dans les limbes et y perdre bien plus que la raison.
 

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t1-contexte

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1912
↳ Points : 456
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Lun 7 Aoû - 22:32


Esperanza&Perséphone
 




Le Gouvernement, la Falciferae, du soir au matin et du matin au soir il me semblait passer ma journée entre les sacs de congélation et les couteaux ensanglantés. Il n'y avait que l'odeur qui semblait changer vraiment, plus aseptisée dans les locaux du Gouvernement, plus... naturelle à l'extérieur. Mais en ce moment, me perdre dans mes métiers semblait être mon seul exutoire et il n'y avait plus grand monde à ma connaissance que j'avais envie de me risquer à croiser. En tête de liste : Jehan était à éviter. Ce terrible maître du contrôle dont la seule vue me faisait me sentir mal. En revanche, Javier aurait été une cible parfaite pour me délaisser quelque peu de toutes ces terribles tentions qui formaient ma drôle de vie. Malheureusement, il m'était impossible de mettre la main sur mon ourson depuis derniers jours. Peut-être avait-il de nouveau franchit le mur, peut-être était-ce pour de bon. J'espérais que non. Et je maudissait intérieurement peu importe qui était responsable de ça, de ne pas avoir intégré la fonction GPS au contrôle qui existait entre un métamorphe et son créateur. Soupirant, je terminai de remballer mon bout de cobaye mort que je lançai avec un peu de nonchalance dans mon frigidaire avant de me laisser tomber devant mon microscope. Il était rare que je sois animée de pensées sombres qui m'écrasaient au lieu de me faire éructer, mais aujourd'hui je sentais le poids de mes années peser sur mes épaules. Trente et un ans, tout de même... Si ce n'était pas l'éternité, qu'est-ce que c'était ? Ne sachant même pas quelle heure il était et n'ayant strictement aucune mission pour ce soir, j'avais prévu de finir au moins ce travail pour m'occuper jusqu'à peut-être tomber de fatigue dans mon propre laboratoire, quand un toquement décidé se fit entendre de l'autre côté de la porte.

« Perséphone c’est Esperanza. Peux-tu m’ouvrir s’il-te-plait ? »


- Bordel j'avais totalement oublié !

Hum. J'avais dit ça à voix haute, non ?
Le rendez vous avec la belle métisse aux allures de femme d'affaire à qui il arrivait de prêter sa chaire à mes expériences, m'était totalement sorti de la tête. Mais en tout cas, cet événement qui me sortirait de mon ennui était parfaitement bienvenue. Une chance pour elle et moi que j'avais décidé de me laisser prendre racine ce soir même !
Bondissant de ma chaise, je pris cependant le temps de traverser la pièce calmement et aussi lentement que me le permettaient les trois pauvres mètres me séparant de la porte. Puis ouvrant la porte, je servis à Esperanza un sourire sincèrement accueillant.

- Bonsoir. Entre, je t'en prie.

Tenant la porte grande ouverte, je m'écartai un peu pour laisser passer la jeune femme. Il était rare pour moi de rendre service , mais évidemment, aider Esperanza n'était pas sans avantage pour moi puisqu'elle s'avérait être un patient volontaire affecté par un sombre virus qui semblait affliger la ville depuis quelques temps déjà. Et bien entendu, ma curiosité scientifique à cette proposition n'avait sut résister bien longtemps. D'un geste de la main je désignai la table d'opérations immaculée mais cependant striée de quelques marques de combats par endroits.

- De nouvelles manifestations depuis notre dernière rencontre ? Quelque chose de différent ?

Après avoir refermé la porte qui ne pouvait s'ouvrir sans code que de l'intérieur si je n'en décidais pas autrement, je me dirigeai vers mon bureau pour en sortir d'un tiroir le dossier concernant peu importe ce par quoi la jeune femme avait été infectée, trop occupée par son cas pour remarquer l'étrange décomposition qui avait atteint mon bureau en un clin d'oeil à peine.
La détection des mensonges était une des premières choses qui avait été facile de remarquer chez la jeune femme, un pouvoir utile dont la belle métisse semblait pourtant vouloir se débarrasser au plus rapidement. Et là était le plus compliqué, car pour combattre un mal il fallait connaître son origine et nous étions là comme des moyenâgeux face à une maladie toute nouvelle et des moyens peut-être même pas adaptés. Quoi que...

- Et le reflet dans le miroir ? Je peux... ?

Rares étaient les patients que je traitais avec autant de politesse et de respect. Mais Esperanza n'était pas comme tous les autres, ce n'était pas un cobaye, c'était un cadeau.
Tirant une nouvelle fois mon tiroir vers moi tout en parlant, je cherchai mon miroir que je trouvai bizarrement fendu en son milieu. Sept ans de malheur, sérieusement ? Enfin pour ce que ça allait me changer... Il n'empêchait que je ne voyais absolument pas comment le verre avait pu se briser alors qu'il reposait tranquillement dans mon bureau immobile.

- Étrange.

Je laissai s'échapper à voix haute en observant encore un peu le miroir pour essayer de comprendre, avant de hausser les épaules et de tendre l'objet à la jeune femme.

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 



Dernière édition par Persephone D. Wilson le Sam 19 Aoû - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir En ligne

« The forgiven warrior »

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 927
↳ Points : 506
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 354 ans en réalité
↳ Métier : Propriétaire du Mary Rose, styliste en freelance
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Ava S. Cohen
↳ Couleur RP : Grey



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Sam 19 Aoû - 21:24

Alice au pays des horreurs
Persephone&Esperanza
Quelques secondes à peine s’écoulèrent avant que le visage angélique du Docteur Wilson n’apparaisse sous le regard las d’Esperanza. Ce n’était pas la jeune femme qui la rendait aussi blasée mais plutôt l’enlisement de son cas. Cette chose ne semblait décidément pas prête à s’en aller et Esperanza n’était pas plus prête à l’accepter. Un combat insupportable pour la métisse qui ne savait plus quel dieu prier. La seule foi qui lui restait elle la destinait à l’argent, la seule chose qu’elle pouvait contrôler en ces temps troubles. La styliste rendit son sourire sincère à la scientifique. Perséphone était une femme brillante de ce fait le côté féministe d’Esperanza l’avait poussée à réellement l’apprécier. De plus cette dernière connaissait les moindres détails de la condition nouvelle de l’ancienne pirate, il n’était donc pas bon de se la mettre à dos. Le gouvernement s’était mis à traquer les voleurs d’énergies avec ténacité, qu’en serait-il lorsque ce virus se dévoilerait aux yeux de tous ? Esperanza eut un bref frisson mais ne laissa rien paraitre.

« Bonsoir Perséphone. » dit-elle en se dirigeant rapidement vers la table sur laquelle elle s’assit.

Ces rendez-vous s’étaient plusieurs fois avérés utiles et d’ailleurs, ce fut par ce biais qu’Esperanza en avait appris un rayon concernant sa nouvelle nature. Cette nature qui lui collait à la peau et qui l’affublait de dons nouveaux. Des dons intéressants qui ne venaient pas gratuitement. La métisse redressa la tête vers Perséphone, un air pensif s’empara de ses traits. Du changement ? Pas vraiment. Ces derniers temps elle s’était plus occupé de son business plutôt que de ce fichu parasite. Elle secoua négativement la tête.

« Je ne crois pas, non. » répondit-elle en haussant ensuite les épaules.

Finalement la question la plus épineuse sortit du placard. Le reflet du miroir…. Ce fichu reflet qui aurait dû être agréable à regarder aussi loin qu’Esperanza pouvait s’en souvenir. Les seules fois où elle pouvait encore s’apprécier étaient lorsqu’elle regardait d’anciennes photos d’elle. Des portraits précieusement gardés par son vieux mari aujourd’hui décédé. La seule chose utile qu’il ait pu faire ce pauvre vieillard, en plus de la rendre riche, cela allait de soit. Alors qu’elle se reconcentrait, Esperanza eut une drôle d’expression. Il n’y avait rien à regarder ici alors tout naturellement son regard s’était porté sur la scientifique. Mais cette dernière semblait troublée. Troublée par l’objet qu’elle venait de prendre dans sa main. Esperanza tendit le cou pour essayer d’en voir plus mais il sembla que quelque chose attira son attention. En effet du coin de l’oeil elle crut apercevoir quelque chose sur l’un des murs blancs. Aussitôt elle tourna la tête pour en apprécier la nature. A vrai dire le mur fut soudain transpercé d’une fissure. Fissure qui n’était pas là il y a quelques minutes dans l’esprit d’Esperanza, de plus, la fissure suintait d’un drôle de liquide qui se répandait au sol, rendant ce dernier tout gluant. On aurait dit la bave d’un monstre gigantesque. Esperanza eut un haut-le-coeur et sursauta lorsque Perséphone lui tendit le miroir. La métisse le saisit de ses doigts, l’air peu rassuré.

« En fait Perséphone il y a du nouveau. Je crois que j’ai des hallucinations elle rigola légèrement comme pour ne pas paraitre inquiète de voir un nouveau symptôme l’atteindre c’est ridicule mais tu vois ce mur ? Je le vois fissuré avec un drôle de truc qui coule. J’espère que ça ne va pas durer. »

Esperanza sentit une drôle de chaleur l’envahir, pourtant dans le laboratoire une atmosphère étrange s’empara de l’air. Il devint presque épais comme si la pièce était soudainement plongée dans le brouillard. Soupirant, la métisse releva le miroir brisé et aperçut comme à son habitude un reflet d’elle complètement déformé. Un monstre horrible dont la peau semblait en décomposition. Un démon. La jeune femme le rabaissa aussitôt, désespérée. Elle était persuadée d’être la victime d’hallucinations. Persuadée que Perséphone la prendrait pour une folle et pourtant elle tenta de faire bonne figure. C’était sans compter sur le liquide écoeurant qui s’écoulait presque jusqu’aux pieds du Docteur Wilson désormais. D’un coup ce ne fut plus la chaleur qui envahit Esperanza mais l’effroi. Une sensation de déjà vu qu’elle eut du mal à croire. Ce n’était simplement pas possible…



_________________

Like the darkness is the light
It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster. . sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1912
↳ Points : 456
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Ven 25 Aoû - 13:19


Esperanza&Perséphone
 




Rien de nouveau. Bien. Il allait peut-être falloir expérimenter autre chose alors... Jusqu'à là nous n'avions utilisé que ses pouvoirs et des moyens scientifiques... ou bien des moyens du bord pour étudier la condition d'Esperanza. À présent, utiliser une sorcellerie contre une autre me paraissait être une idée qui valait le coup d'être exploitée.
Après tout, ma condition de sorcière n'avait jamais été un secret dans l'enceinte du Gouvernement, où mes pouvoirs leur avaient servis plus d'une fois.

- Nous allons tester quelque chose de nouveau aujourd'hui.

J'annonçai un peu distraite alors que mes mains s'affairaient à  ouvrir mon tiroir pour y chercher le miroir et que mon cerveau s'étonnait de trouver ce dernier dans un état pareil.
Mais avant tout je voulais voir son reflet encore une fois. Peut-être aurait-il empiré depuis la dernière fois sans même qu'elle le remarque, peut-être la créature qui s'y reflétait se révélerait enfin clairement... ou que nous pourrions la faire se révéler grâce à notre séance d'aujourd'hui.
Mais en réalité tout cela ne devait pas avoir lieu puisque soudain, la belle métisse attira mon attention en évoquant quelque vision.
Je suivis le regard de la jeune femme et dans un moment d'effroi, il me sembla sentir mon visage se décomposer à l'image du mur qui nous faisait face. Il me fallut un petit moment pour réussir à détacher mes yeux de cette faille sortie de nulle part qui trouait maintenant mon laboratoire et dont un liquide dégoutant semblait ramper.

-Je le vois aussi.

Je répondis dans un souffle alors que mes pas reculaient pour éviter la substance qui continuait à s'étendre avec une vitesse inquiétante. Et du fait d'avoir reculé, je pu avoir bientôt une meilleure vue d'ensemble de mon bureau qui semblait avoir prit un millénaire en l'espace seulement d'une ouverture de tiroir.

-Je...

Tournant sur moi même, je constatai l'étendue des dégâts dans une atmosphère assombrie par l'absence soudaine de lumière directe. Les murs étaient décrépits, le bureau n'était plus que l'ombre de ce qu'il avait été, une sorte de moisissure venait recouvrir la plupart des surfaces encore existantes et quelque chose dans l'air semblait soudain m'étouffer comme si j'avais été propulsée au plein cœur d'un terrible hammam. Il me fallut un moment pour retrouver une respiration plus ou moins normale avant de me retourner quelque peu sous le choc vers Esperanza.

-C'est toi qui fais ça ?

Peut-être était-ce un nouvel aspect du pouvoir ? Ou une hallucination magique. L'oeuvre de Jehan ? Il était capable de faire ce genre de choses... Mais pour quelle raison ? En général il préférait me torturer lorsque j'étais seule, pour ne laisser aucune trace apparente de ses méfaits.
L'idée que la modifications morbide du décor puisse venir des capacités de la jeune femme était totalement probable et avait complètement ma préférence. L'avantage étant que si c'était de son ressort, nous ne risquions sûrement pas grand chose, l'inconvénient, c'était qu'à priori, ni elle ni moi ne savions comment faire face à cette situation et donc comment y mettre fin.

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir En ligne

« The forgiven warrior »

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 927
↳ Points : 506
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 354 ans en réalité
↳ Métier : Propriétaire du Mary Rose, styliste en freelance
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Ava S. Cohen
↳ Couleur RP : Grey



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Ven 1 Sep - 12:05

Alice au pays des horreurs
Persephone&Esperanza
Alors que ses deux iris fixaient Perséphone, Esperanza fut surprise de voir le visage de cette dernière se décomposer. La métisse ne mit pas longtemps à comprendre : la scientifique le voyait aussi. Le liquide dégoutant qui s’écoulait des murs soudain en piteux état n’était pas fictif mais bien réel. Esperanza eut un mauvais pressentiment qui lui tordit l’estomac. Ses muscles se crispèrent alors que le dégoût marquait ses traits. Bientôt la sorcière admit voir la chose en question, le doute n’était plus permis.

« Mais qu’est-ce que c’est que ce truc… » demanda l’ancienne pirate sans vraiment attendre de réponse.

Tandis que Perséphone se reculait pour ne pas être atteinte, Esperanza descendit de son perchoir pour en faire de même. Par reflex elle observa à son tour l’étendu de la pièce qui prenait peu à peu des allures lugubres, des allures de ténèbres. Alors que le regard interloqué d’Esperanza se posa sur la porte cabossée et rouillée par cette chose étrange, Perséphone lui demanda si elle était la source de ce changement d’atmosphère. L’ancienne pirate qui cherchait péniblement son air secoua immédiatement la tête en reportant son attention sur sa comparse scientifique.

« Mais non ! Je pensais que tu faisais peut-être un tour, une illusion comme savent le faire les sorciers… Je pense qu’on devrait sortir d’ici car tout ça ne me dit rien qui vaille et me rappelle d’affreux souvenirs si tu vois ce que je veux dire… » avoua Esperanza.

Par mauvais souvenirs la métisse entendait son séjour et ses multiples aventures en enfer. Chose qu’elle n’avait pas pensé revivre de sitôt. Alors avait-elle été bien naïve de croire que les ténèbres ne la suivraient pas jusque là ? Peut-être. En attendant elle continuait de croire que tout ceci n’était qu’un mauvais tour, une mascarade, une illusion créée par un sorcier farceur. En tout cas si sorcier il y avait derrière tout cela, il avait un sens de l’humour plus que douteux. Esperanza ne semblait pas du tout amusée tout comme Perséphone qui scrutait la pièce à côté d’elle. Mais plus elles attendaient plus le liquide tapissait le sol qui ne serait bientôt plus qu’un tapis gluant et un piège mortel.

Esperanza s’approcha de la porte qui sembla branlante et en toucha la poignée dans le but de nécroser le système à l’aide de ses dons mais elle se rendit compte qu’elle n’avait plus aucune magie en elle. Elle grogna. « Perséphone mes dons ne fonctionnent plus ! » cette annonce pétrifia un peu plus Esperanza. Un sorcier était capable d’illusions grandioses, mais comment aurait-il pu faire en sorte que la métisse n’ait plus de dons ? Encore aurait-il fallut être au courant de son pouvoir de nécrose. La seule responsable aurait pu être la scientifique… Pourtant à en croire sa réaction, Perséphone ne semblait concernée en rien. Esperanza fonça donc dans la porte qui s’écrasa de l’autre côté. Elle ne fut bientôt plus qu’un tas de rouille rongé par cette drôle d’atmosphère qui habitait les couloirs. « Viens ! » sans plus attendre Esperanza s’aventura dans les couloirs plongés dans une obscurité angoissante. L’air n’était pas plus respirable ici et le mal semblait s’être étalé en dehors du laboratoire de Perséphone.

« Tu crois que c’est un sale coup des résistants ? Dis moi que c’est un sale coup des résistants. » dit-elle alors qu’elle se retournait vers sa comparse, ne sachant pas vraiment où aller.

A vrai dire Esperanza commençait à comprendre mais elle refusait de voir la réalité en face. Il était tellement plus facile de se voiler la face en rejetant la faute sur autrui… Elle espéra qu’une fois dans la rue, une fois sortie de ce bâtiment de l’enfer, les choses seraient tout à fait normales. Encore aurait-il fallut pouvoir la trouver cette sortie car étrangement, la jeune femme eut le mauvais pressentiment qu’elles n’étaient pas seules dans les alentours.



_________________

Like the darkness is the light
It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster. . sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1912
↳ Points : 456
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Dim 10 Sep - 16:40


Esperanza&Perséphone




L'hypothèse que je devenais folle fut la première chose qui me frappa... Avant que je ne me rappelle que j'étais déjà folle. Enfin à ma connaissance, Esperanza, elle, ne l'était pas, alors si nous voyons la même chose, c'était que c'était forcément la réalité. Une sorte de réalité en tout cas. Alors si la métisse n'était pas responsable de ce bazar, c'était certainement qu'elles étaient dans la merde jusqu'au cou voir au delà...

‹‹ Mais non ! Je pensais que tu faisais peut-être un tour, une illusion comme savent le faire les sorciers… Je pense qu’on devrait sortir d’ici car tout ça ne me dit rien qui vaille et me rappelle d’affreux souvenirs si tu vois ce que je veux dire… »

Et effectivement ça ne venait apparemment pas d'Esperanza. Si j'en croyais ses dires en tout cas. Car la parole d'un sujet ne valait rien, peu de paroles valaient quelque chose à vrai dire... Car qui pouvait savoir si tout cela ne venait pas de son inconscient ? C'était peut être un mécanisme de défense de cette chose qui semblait l'habiter. Peut être que cela signifiait que nous étions plus proches que jamais de réussir à trouver ce que c'était et comment le faire disparaître... 
Je relevais à peine sa réflexion étrange concernant des souvenirs. J'aurais sûrement du, ça m'aurait assurément rappelé quelque chose à moi aussi... Ou alors c'était juste que je ne voulais pas me rappeler. Non ça ne m'intéressait pas. Mon passé proche ne m'intéressait pas. Jehan en était déjà une réminiscence trop insistante. 

- Je suis d'accord : il vaudrait mieux sortir et vite. 

Je dis en observant la substance ragoûtante qui progressait de plus en plus rapidement vers nous. 

« Perséphone mes dons ne fonctionnent plus ! »


Mince. Ça commençait quand même vraiment à sonner une cloche. L'autre Perséphone avait comprit depuis longtemps, elle savait. Mais moi j'étais celle qui faisait ce qu'elle voulait et là, je ne voulais voir que ce qui m'arrangeait... et à vrai dire il y avait déjà pas mal de choses autour de moi qui ne m'arrangeaient pas beaucoup. 
Je tentais une illusion, un petit rien du tout, un crocodile sur le parquet. Mais rien. 

- Je n'ai plus aucun pouvoir non plus. 

Mais il ne fallait pas paniquer. 

- Il ne faut pas paniquer. 

Voilà, c'était ça. 

- Esperanza, tu n'as jamais réussis à inhiber un pouvoir ou créer une illusion de la sorte ? Réfléchis bien. 

Mais la belle métisse était déjà entrain de tenter d'ouvrir la porte par la force alors qu'en bonne scientifique que j'étais, la raison - malgré toute la magie que j'avais pu rencontrer - essayait encore de se frayer un chemin. Mais la magie était une forme incroyable de science, juste plus difficilement contrôlable que les autres. Il devait y avoir une logique à tout. En un instant, ma porte avait été enfoncée par mon cobaye du jour. 

- Ma porte... 

Bon, peut être avait-elle raison et mieux valait il poursuivre tout cela bien loin de toute cette dangereuse matière gluante. 
Nous avancions à présent à travers les couloirs version Famille Adams du Gouvernement. L'impression d'urgence se faisait moins vive mais tout de même, je ne voulais pas rester ici longtemps. J'avais un rendez vous. Avec un lapin blanc. À l'autre bout de la ville. Et j'étais déjà en retard. 

‹‹ Tu crois que c’est un sale coup des résistants ? Dis moi que c’est un sale coup des résistants. »

- Je ne les ai jamais vu faire quelque chose de semblable... mais ce ne serait pas impossible... 

Quand je repensais à la jeune Enya que j'avais croisé un jour ici et aux regards chargés de haine que j'avais pu recevoir, je ne doutais plu de la force qu'ils pouvaient utiliser pour faire tomber le bâtiment tout entier et ses membres avec... de préférence. Honnêtement, ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient ces résistants tant que je ne me trouvais pas dans le même panier au même moment ! 

- Je n'arrive pas à penser à une personne unique qui puisse avoir le pouvoir de faire tout ça. 

Car maintenant que je voyais l'état du bâtiment tout entier, il était impensable que ce soit l'œuvre d'un seul sorcier. C'était dommage, j'aurais tant souhaité que ce soir l'œuvre de ma comparse ! 
Je gardais tout de même l'hypothèse dans un coin de ma tête mais elle était trop peu probable pour être encore envisageable pour le moment. 

- Juste pour le sortir d'une hypothèse, tu connais un homme du nom de Jehan ? 

Demandé sur un ton curieux sans être trop appuyé pour éviter qu'elle pense que la question avait trop d'importance. Puis soudain arrivée au bout d'un autre couloir désert je montrais d'un coup de tête une bifurcation. 

- Allons par là. Je veux voir à quoi ressemble l'extérieur. 

Juste par curiosité, pour une autre théorie et parce que j'étais quasiment certaine que rien ne nous retenait plus ici. Il ne servait à rien de rester dans ce bâtiment vide et décrépie comme une coquille inhabitée. 
Arrivée à l'entrée, je poussais moi même les battants qui semblaient pouvoir s'effriter entre mes mains comme du papier brûlé. Je n'avais aucune envie de voir un désert de feu, ravagée par ce qui semblait être des milliard d'années et des créatures innommables. Je n'avais pas envie des ruines faussement inhabitées dans un décor digne de Résident Evil. Je n'avais pas envie de voir la Nouvelle Orléans mais de l'autre côté du miroir... La porte s'ouvrit, je vis tout ça. 

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 152
↳ Points : 39
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2017
↳ Age : 22
↳ Avatar : Lindsey Stirling
↳ Age du Personnage : 334 ans (28 en apparence)
↳ Métier : Violoniste, compositrice au service du Gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouvernement
↳ Niveau de Compétences : niv 1 (illusion + potion niv 2)
↳ Playlist : Arena - LINDSEY STIRLING
Lost on you - LP
Seven days to the wolves - NIGHWISH
Land of Immortals - RHAPSODY OF FIRE
↳ Citation : "Ressemble à l’innocente fleur, mais sois le serpent qu’elle cache."
↳ Multicomptes : Aucun
↳ Couleur RP : slateblue



les petits papiers
↳ Copyright: Ambre ♥︎
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Sam 23 Sep - 16:36

Spoiler:
 

Le monde était… différent.

Il lui rappelait tant les rêves cauchemardesques qui parfois peuplaient ses nuits, peignant des couleurs de l’Enfer cette nouvelle réalité où elle était arrivé. C’était comme si l’illusion devenait vérité, comme si les songes prenaient vie, juste devant elle. Et il ne suffisait plus de fermer les yeux et prier à un réveil imminent, car rien ne changeait. Sous ses yeux, le monde désertique habités des plus terribles horreurs, des monstres les plus dangereux. Le reflet parfait de la Nouvelle Orléans, dans son image la plus diabolique. Disloquée, pourrissante comme la chair morte, il régnait dans l’air cette vicieuse odeur qui brulait ses poumons. Respirer n’était pas simple, mais se déplacer l’était moins encore. Car chaque pas esquissé sur ce sol craquelé qui évoquait le temps passé avec fatalité était synonyme de danger. Ca ne faisait guère longtemps qu’elle s’était vu propulser à Darkness Falls. En représentation au Mary Rose, c’est en quittant la scène que son monde avait changé, devenant tout de suite plus sombre, tout de suite plus horrible.

Le rêve n’avait pas pris fin.

Alors elle s’était enfuit dans les rues vidées de vie, échappant comme autrefois aux regards perçants et vivaces des créatures qui peuplaient ces lieux. Tout avait bien changé, tout était différent, même vis à vis de ses souvenirs. Le monde maudit qu’elle avait autrefois connu dans la mort ne s’était manifesté que sous la forme d’une terre désolée, immense à l’infinie, un désert de solitude et de mort. L’ambiance et l’air restaient le même cela dit, ce qui, peu à peu, avait murmuré à Kate la vérité qu’elle refusait pourtant de reconnaître. Elle ne voulait pas être renvoyé en Enfer. Elle ne le méritait pas.

Peut-être devenait-elle folle ?

Après tout, était-ce possible que quelque chose puisse les ramener à Darkness Falls ? Elle n’avait jamais entendu parler d’une telle chose, aussi, comment y croire sincèrement ? Mais l’illusion, même née de la folie, était bien trop réelle, à tel point que son cœur en souffrait à chaque battement, rappelant des choses qu’il lui valait mieux oublier. La fuite était sa seule option désormais, dans cette ville fantôme, miroir de toutes les réalités. Si elle avait réussi à venir, alors peut-être existait-il d’autres entrées ? Après tout, elle était déjà parvenue à sortir une fois des Enfers… les failles qui s’étaient ouvertes à l’époque existaient certainement encore… n’est-ce pas ? C’était là en réalité le seul espoir qui demeurait en elle, mais de là à savoir où les trouver… Elle était vulnérable, solitaire comme à l’époque. Elle aurait pu être accompagné du camarade d’infortune qui comme elle avait traversé une faille, mais la fuite face à quelques sales créatures les avaient séparés. La ville demeurait grande, trop pour se permettre de s’afficher en pleine rue. Pourtant, elle n’aurait pas dit non à une nouvelle rencontre. Car s’il y avait des changements dans le décor, peut-être y en avait-il aussi dans les dangers qui régnaient ici bas. Elle avait vite compris qu’être seul signifiait la mort en Enfer. Même si dans ces conditions, on ne pouvait se fier à personne réellement.

Kate n’avait pas l’impression que ça faisait longtemps qu’elle était sur place, bien qu’à ces yeux, le calvaire était déjà bien trop long. Ce qu’elle identifia, dans la brume sordide qui brouillait les rues, comme le quartier riche de la Nouvelle Orléans semblait tout aussi misérable et glauque que le reste de la cité. Pourtant, un couple de voix brisa le silence et capta son attention. Elle s’était tant bien que mal fondue dans les endroits sombres, mais elle cassa le refuge de sa cachette en reconnaissant dans la silhouette d’une des malheureuses victimes. Esperanza. C’était aussi inattendu que salvateur. Sur les milliers de personnes qui peuplaient la ville, elle avait la chance de tomber sur une connaissance et ce qui se rapprochait plus ou moins d’une amie. Courant à leur rencontre, le bruit de ses talons résonna sur le sol poussiéreux et craquelé des rues avant de rejoindre les deux femmes à l’entrée du building. A le regarder, la hauteur du bâtiment inspirait très largement la peur. Son ombre cachait avec froideur le ciel typique de Darkness Falls.

« Esperanza ! » Appela-t-elle un soulagement palpable dans la voix. « Bon sang je croyais être seule ici, dans cet Enfer. » Elle avait croisé si peu de gens, pour ne pas dire personne. Il était rassurant, en effet, de voir qu’elle n’était pas seule à subir cette galère au goût acre et amère. « Nous ne devrions pas rester aussi visible ! Des monstres rodent dans le coin. » Avait-elle ajouté, tout de suite plus effrayé dans sa voix, consciente que si ça faisait quelques temps qu’elle n’en avait pas vu, ça ne voulait pas dire que ces créatures hideuses ne se montreraient pas.

Spoiler:
 

_________________


Moonlight sonata
"Par deux fois, j'ai écouté le son de mon coeur :  sa symphonie nouvelle et son tempo renversant, vibrant d'une intensité délicieuse ; son requiem funèbre, sa fugue et l'assonance ratée d'une existence entière, amère. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« The forgiven warrior »

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 927
↳ Points : 506
↳ Arrivé depuis le : 23/07/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : R. Rihanna Fenty
↳ Age du Personnage : 28 ans d'apparence, 354 ans en réalité
↳ Métier : Propriétaire du Mary Rose, styliste en freelance
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist : Goodies ; Ciara | Slut like you ; P!nk | Needed me ; Rihanna | Rag Doll ; Aerosmtih | Guillotine; 30STM | Tom Ford ; Jay Z | Poison ; Alice Cooper | Changes ; 2PAC | Hurricane ; 30STM | Anyway you want it ; Journey
↳ Citation : « La faim justifie les moyens »
↳ Multicomptes : Violet C. Forester & Ava S. Cohen
↳ Couleur RP : Grey



les petits papiers
↳ Copyright: Minako
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Mar 26 Sep - 10:16

Alice au pays des horreurs
Persephone, Kate&Esperanza
La solution s’avéra claire comme de l’eau de roche. Esperanza n’eut nul besoin d’insister pour que Perséphone rejoigne sa cause : il fallait sortir d’ici et vite. La métisse infectée s’attardait sur le porte quand la scientifique avoua à son tour avoir perdu ses dons. Leur magie leur avait été volée, aspirée par une force dont elles ne savaient rien. La question de Perséphone s’éleva dans l’air en même temps qu’Esperanza se tournait vers elle, un air pensif déformant ses traits. Bien qu’elle y pensa durant quelques secondes, la métisse dût se rendre à l’évidence, elle n’était pas capable d’une telle prouesse. Elle secoua négativement la tête. « Non, j’aimerais bien être aussi douée mais je n’y suis pour rien dans cette galère. » elle se retourna vers la porte et la défonça sans aucun mal.

Bien trop ahurie pour relever la discrète plainte de la scientifique, Esperanza se mit à maudire les résistants. Son orgueil ne l’aurait d’habitude pas poussée à surestimer ces parasites, mais la situation urgente l’amenait à n’écarter aucune hypothèse. Perséphone qui marchait derrière elle ne semblait pas apte à éclaircir les choses. L’ancienne pirate ne put la blâmer. Elle se demanda même s’il était possible de créer une illusion aussi vaste sans s’épuiser après quelques secondes. Son cerveau bouillonnait. Les deux femmes approchaient de la sortie à travers les couloirs délabrés du Government Building. Les questions fusaient, l’esprit d’Esperanza s’embrumait. Elle avait du mal à réfléchir, l’air épais devenait de plus en plus irrespirable. Finalement la métisse s’afféra à répondre à sa comparse « Non ce nom me dit rien du tout… Et puis tu as raison je pense qu’une seule personne n’aurait jamais pu faire ça. Il faudrait même une armée ! » assura-t-elle tandis qu’elle emboîtait le pas de la sorcière qui fonçait vers une sortie. Durant un instant Esperanza crut que seul le bâtiment était touché. Après tout s’il s’agissait d’un acte contre les dirigeants, contre le système, cela aurait pu s’avérer logique. Malheureusement lorsqu’elles eurent traversé le hall gigantesque, une drôle d’impression envahit la métisse. Son estomac était entrain de se tordre. Cela devint pire lorsqu’elles furent libérer de leur prison.

Le paysage était ravagé, apocalyptique. Esperanza devint pâle. Cette fois ci il n’y avait aucun doute. L’illusion n’était plus une option envisageable. Cette ambiance, les bâtisses qui s’effondrent, l’air épais, le ciel sombre sans soleil. Le doute n’était plus permis. Mais tandis qu’Esperanza entrouvrait les lèvres, une voix familière l’interpella. Une silhouette se découpa un peu plus loin et l’ancienne pirate reconnut Kate.

« Kate… Mais… elle n’y comprenait plus rien jusqu’à ce que la notion d’enfer lui revienne oui, tu n’es pas la seule à avoir atterri en enfer. C’est bien là que nous sommes elle se tourna vers la scientifique à ses côtés Perséphone voici Kate, une musicienne de talent. Voilà pour les présentations, je pense qu’on devrait s’éloigner oui. »

Si cet enfer était bien celui qu’elle avait connu alors Kate avait raison. Des créatures abjectes devaient se terrer dans les recoins les plus sombres. Les trois jeunes étaient à découvert, le risque était d’autant plus grand qu’elles semblaient être les seules êtres vivants consommables des alentours. Alors que son regard clair cherchait la meilleure direction, un inquiétant grincement lui fit relever la tête. Le sommet des deux tours disparaissait dans une brume épaisse. Pourtant en y regardant de plus prêt il n’était pas si difficile de les distinguer. Esperanza comprit d’où venait le bruit inquiétant. L’une des tours gémissait, elle s’était même mise à tanguer dangereusement. Elle sembla alors à deux doigts de s’effondrer. Il ne manquait plus que ça. Après avoir survécu à l’enfer une fois, voilà qu’elle terminerait écraser sous des décombres là où personne ne retrouverait jamais sa dépouille. Il n’en était pas question. « Mille sabords ! Cette tour va tomber, vite. » sans savoir où elle allait ni même si les autres suivaient, la jeune femme se mit à détaler. Même en enfer il fallait s’accrocher à la vie.  




_________________

Like the darkness is the light
It can creep up inside you and consume you. A disease of the mind it can control you. I feel like a monster. . sign by Solosand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1912
↳ Points : 456
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Blake Lively
↳ Age du Personnage : 30 ans
↳ Métier : Chercheuse pour le Gouvernement, membre de la Falciferae
↳ Opinion Politique : A l'intérieur du Gouvernement il fait bien chaud, c'est cool
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Heaven Knows - The Pretty Reckless ◊ Do I Wanna Know - Arctic Monkeys ◊ Bad Blood - Bastille ◊ Lose Your Soul - Dead Man's Bones ◊ Born Again Teen - Lucius
↳ Citation : ‹‹ Le seul moyen d'éclore est d'abord de passer sous terre. ››
↳ Multicomptes : Ayalone V. Hastings
↳ Couleur RP : #00ffcc



les petits papiers
↳ Copyright: ©Tumblr, ©Bazzart, ©Miki.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Dim 1 Oct - 16:15


Esperanza&Perséphone




Esperanza n'était pas responsable et elle ne connaissait pas Jehan. Mes théories s'effondraient pour le meilleur et pour le pire. Comme j'aurais souhaité qu'elle soit responsable. Et comme j'étais rassurée qu'il y ait moins de chance que Jehan soit impliqué là dedans. L'idée d'une armée de Jehan me fit cependant frissonner. Je les imaginais comme des centaines de M Smith, le visage barré de lunettes sombres. Secouant la tête, je m'avançai d'un air léger comme si ça pouvait balayer l'horrible paysage qui nous entourait maintenant. Je regardais la terre brûlée, je regardais les murs décrépits et les bâtiments vieillit et effondrés... Mais je ne les voyais pas. Parce que je n'en avais pas envie. Technique de l'autruche.

Puis soudain une voix interrompis mon ignorance volontaire. Une jeune femme apparu au détour d'une ruelle. Quelqu'un qui semblait connaître Esperanza vu son enthousiasme et l'utilisation évidente des prénoms de chacune d'entre elle... Puis aussi vu que la belle métisse fini par me la présenter. Kate donc. Je tendis la main pour clore les présentations. Après tout, on savait bien ce qu'on disait sur les amis de ses amis, tout ça...

- Enchantée !

Avec un grand sourire. Aussi enchantée qu'on pouvait l'être dans un paysage de feu surement gorgé de monstres tout disposés à nous dévorer le corps et le cœur.
Une musicienne, une scientifique tarée et une possédée en Enfer. Si on n'était pas bien là, on ne le serait jamais nulle part ailleurs !
Mes yeux se mirent à trainer aux alentours, imaginant des petites guirlandes de ballons pour redécorer les endroits un peu trop sombres. Surement qu'un pot de fleur géant égaierait le tout. Un tableau aussi pour cacher les fissures. Un gros tableau alors. Comme il y en avait un au Louvre. A l'époque. Dans la même salle que la Mona Lisa. Un tableau énorme. Tellement gigantesque que je me demandais pourquoi les gens s'amassaient autour d'une dame à l'air triste au lieu de détailler ce chef d'oeuvre imposant aux mille détails. Et puis soudain l'alerte d'Esperanza sonna comme un réveil. Une partie de bâtiment était entrain de s’effondrer et comme par hasard nous étions en plein dans le chemin de la catastrophe. Démarrant sur les traces de la belle métisse je me mit à fuir moi aussi.

- S'il y a une porte d'entrée il doit y avoir une sortie.

Je plaçai entre deux souffles rapides.

- Kate, vous vous souvenez d'où vous êtes arrivée ?

Lorsque le boucan derrière nous se tut, je me permis un regard en arrière pour vous que la tour avait terminé de nous effondrer et que nous étions saufs. Moi je l'étais en tout cas. Car sans même détourner les yeux des décombres je continuais à parler, ne cherchant même pas à voir si mes compagnes de mauvaise fortune étaient bien là avec moi.

- Ou peut-être que les sorties apparaissent au hasard, quoi qu'il en soit je doute qu'on puisse rester sur place et attendre tranquillement que la solution vienne à nous.

Et peut-être aussi que nous allions rester là pendant des décennies à ne même pas réussir à se décrépir à l'image du paysage, bien conservées dans ce monde meurtrier.

_________________


Craziness is a Cure.
©️ by Sun  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3677-persephone-o-a-l http://www.mercy-in-darkness.org/t3754-persephone-o-ce-qui-est-mort-ne-saurait-mourir En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 152
↳ Points : 39
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2017
↳ Age : 22
↳ Avatar : Lindsey Stirling
↳ Age du Personnage : 334 ans (28 en apparence)
↳ Métier : Violoniste, compositrice au service du Gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouvernement
↳ Niveau de Compétences : niv 1 (illusion + potion niv 2)
↳ Playlist : Arena - LINDSEY STIRLING
Lost on you - LP
Seven days to the wolves - NIGHWISH
Land of Immortals - RHAPSODY OF FIRE
↳ Citation : "Ressemble à l’innocente fleur, mais sois le serpent qu’elle cache."
↳ Multicomptes : Aucun
↳ Couleur RP : slateblue



les petits papiers
↳ Copyright: Ambre ♥︎
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Alice au pays des horreurs | Persephone    Mar 24 Oct - 16:38

“Enchantée de même.” C’était contentée de souffler Kate dans un murmure, alors qu’Esperanza achevait les présentation. Elle ne fut pas particulièrement réceptive au sourire que lui renvoya la dénommée Perséphone mais tenta d’y répondre malgré tout.

Quelle chance avait-elle de tomber sur deux personnes dans les profondeurs les plus sombres de ce nouvel enfer ? Le souffle est rude dans les poumons de Kate et il lui est difficile de masquer entièrement le soulagement qui la prend à cet instant, de se retrouver face à une amie et pas simplement à des inconnues. Elle ne savait pas qui était l’autre jeune femme mais peu importait, trois vies au lieu d’une valait mieux. A trois, elles avaient bien plus de chance de sortir de cet endroit maudit. Si bien sûr… il existait un moyen de s’échapper. Si elles avaient pu passer par le plus grand des hasards d’un côté du tableau, alors il y avait certainement moyen d’opérer à l’inverse. Mais depuis qu’elle était ici, la musicienne n’avait pas vu la moindre anomalie dans le décor. Pas un froissement dans l’air, pas d’odeurs saines dans ce brouillard informe et étouffant. Rien.

Rien et toujours ce chaos palpable qui finissait toujours par leur revenir en pleine figure.

Pas une seconde pour se reposer. Kate était persuadée que des créatures des Enfers rodaient dans les parages, mais ce n’était pas la seule chose qui recelait de danger ici. Tout était dangereux en fin de compte, mais en cet instant, c’était surtout et particulièrement la tour d’immeuble non loin d’elles qui était sur le point de s’effondrer. Esperanza parvint avec sa voix à faire sortir Kate de sa contemplation morbide et inquiète de la chute imminente, et à la suite des deux autres, elle s’engagea dans une course fuyarde. Même si le souffle vient vite à lui manquer - elle n’était pourtant pas mauvaise sportive, mais l’air vicié de Darkness Falls envahissait ses poumons de manière bien trop agressive. D’un souffle court, elle répondit à Perséphone, courant juste derrière elle :

“Je suis de votre avis ! J’ai cherché d’autres entrées mais je n’ai rien vu ! J’étais au Mary Rose lorsque j’ai traversé… je ne sais pas… une brèche invisible ? Quelque chose qui m’a sans prévenir mené ici. Etait-ce identique pour vous ?”

Si c’était le cas, alors ses soupçons risquaient d’être avérés : les failles qui les avaient mené ici était parfaitement invisibles et il ne tenait qu’à la chance ou au hasard de trouver un point de sortie. Le chaos s’était achevé dans un soulèvement lourd et presque opaque de poussière. L’air était déjà bien assez irrespirable, si en plus d’autres particules immondes venaient s’ajouter… La musicienne toussa dans sa course : “Je pense aussi qu’elles sont hasardeuses et ne restent que peu de temps. J’ai vainement tenté de repasser exactement là où il m’a semblé traverser une brèche au Mary Rose, sans succès. Par ailleurs, je n’ai pas l’impression qu’elles soient particulièrement nombreuses à s’ouvrir. Je… je n’ai presque croisé personne !”

Spoiler:
 

_________________


Moonlight sonata
"Par deux fois, j'ai écouté le son de mon coeur :  sa symphonie nouvelle et son tempo renversant, vibrant d'une intensité délicieuse ; son requiem funèbre, sa fugue et l'assonance ratée d'une existence entière, amère. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Alice au pays des horreurs | Persephone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Alice aux pays des merveilles / La traversée du Miroir
» La folie d'Alice aux pays des merveilles [Pv: Miku Takyo]
» Humpty Dumpty (Alice au Pays des Merveilles) [LIBRE]
» Alice (Alice au Pays des Merveilles) [RÉSERVÉ]
» Le Lièvre de Mars (Alice au Pays des Merveilles) [Réservé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Government Building-