AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lost in a Masquerade {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 8904
↳ Points : 1067
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 28
↳ Avatar : Evan Peters
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Rivka Avraham
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: old money. & trumblr & ZIGGY STARDUST
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Lost in a Masquerade {PV}   Dim 6 Aoû - 18:52

Lost in a Masquerade.

Both afraid to say we're just to far away. We tried to talk it over, But the words got in the way. We're lost inside this lonely game we play.
La partie saine de son esprit est prisonnière de la déraison. Il est dans l’incapacité de lutter contre ses tendances destructrices. D’écarter cette paranoïa délirante. Les images poussiéreuses de sa dernière rencontre avec la cousine folle alliée défilent à toute allure dans son esprit. Balayant la confiance que lui inspirait Stain d’un revers de main. Un juste retour à la case départ qui ne le réjouit pas vraiment. L’apocalypse avait débarqué avec perte et fracas et il s’était raccroché à une amitié fraternelle rassurante. Oubliant parfois le gouffre qui s’ouvrait sous ses pieds. « Regarde ce qu’il a fait ! Il n’est pas celui que tu crois. Les ténèbres ont englouti son âme toute entière. Il n’était alors qu’un enfant ». Des mots prononcés qui flottent toujours dans l’atmosphère, plusieurs années après la mort de la sorcière. Lui donnent envie de s’éclater le crâne contre le premier mur qui se présentera à lui, de façon à expulser les milliers de questions, le sentiment de trahison et de méfiance qui l’accablent. Il n’a pas conscience de l’absurdité de son jugement.

Se persuade qu’Il est l’unique démon qui pèse sur sa vie. Il sent également la peur de Vittoria lui tordre les boyaux. Trouve par la même occasion une échappatoire qui l’empêche de s’intéresser à son propre cas. Cacher son mal pour mieux l’ignorer. Stain a-t-il passé son temps à transcender les lois de la vie et de la mort ? Idolâtré par les membres du gouvernement, au sein de cette société barbare. La colère et la déception ne l’ont jamais quitté. La vérité qui lui a été servie a un suspicieux goût de mensonge. Des énigmes à s’en mordre les doigts. Les différentes scènes, les discours, se bousculent dans sa tête, et il en revient toujours à la même conclusion. Stain a disparu dans un flou étrange. Il aimerait trouver des réponses. Savoir si sa cruauté est réellement devenue sans limites. Que le passé réclame enfin son dû, coûte que coûte. Une quête vaine qui redonne quelques éclats à son existence ennuyeuse. Tout semble noir et sinistre autour de lui, et le crépuscule de la nuit n’a rien à voir là-dedans.

Il a l’impression d’entendre le rire de son ancien ami traverser les rues. Les idées foireuses s’accumulent. Encrouté dans une routine mortifère, il se lance à la poursuite de ce tyran, traînant derrière lui un bidon d’essence et des allumettes. S’enfonce dans les profondeurs de la forêt, l’emblème d’une nature de laquelle s’échappe une masse d’énergie lugubre. Il se faufile entre les branches. Affronte les rafales de vent qui tordent les arbres. La pluie qui frappe le sol. Croit percevoir au loin des jappements. Des grognements lourds qui retentissent et tendent à se rapprocher de lui. Les hululements des hiboux qui accompagnent le chant des cigales. Et puis, il y a un silence inquiétant qui s’installe. Rapidement brisé par ses protestations et par ses grincements de dents. « Elle est où, cette foutue baraque ? ». Il a mis la ruse au premier plan dans ses pensées. A élaboré un plan pour mettre à profit sa vengeance et capter enfin son attention.

Il prend note du moindre indice qui pourrait lui indiquer la bonne direction et perd toute notion du temps. Arrivé à bon port, il se perd dans la contemplation de la bâtisse faite de bois épais. En oublie les raisons de sa présence devant la demeure de Di Mercurio. Il laisse apparaître des sourires fractionnés. Asperge d’essence les herbes hautes, le mobilier, les quatre murs. Sort le briquet de sa poche de jean, l’ouvre, le manipule. Anticipe le moment où il se concentrera sur le spectacle de désastre offert à Stain. Se laisse gagner par une euphorie exubérante, voire même indécente. Trépigne d’impatience, les yeux pétillants d’excitation. « Considère cela comme un message ». Lance-t-il d’une voix déterminée. Le fil de ses pensées est interrompu par des bruits de pas précipités. Il se retourne brusquement dans un sursaut. L’angoisse tonne dans ses veines. Ils ne rateraient pas une occasion de le coffrer. Descendu sur le perron, il brandit son arme en direction des arbres qui encerclent le chalet. « Qui est là ? ». Prêt à écarter toute menace, toute personne qui voudra anéantir ses projets.

_________________
KING OF MADNESS
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 8695
↳ Points : 561
↳ Arrivé depuis le : 28/08/2012
↳ Age : 27
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : Personnage disparu
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Couleur RP : #1999b5



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Lost in a Masquerade {PV}   Ven 11 Aoû - 17:14


Envie fauve, cœur d’animal battant dans le poitrail, les pattes effleurent le sol au rythme de sa démarche. Griffes marquant la terre, parce qu’il n’a pas envie de se montrer discret. Le loup n’en a rien à foutre qu’on le repère, qu’on le traque. Lui qui a survécu à des familles entières, traversé le temps, coursé par des troupeaux entiers d’humains râleurs et assassins. Toujours, il a réussi à les éviter, leur échapper. Les rares fois où il a été asservi, c’est parce qu’il la bien voulu. Général allemand d’une armée de bonhommes passant leur temps à chasser l’air devant leur nez d’un bras tendu à s’en péter le coude, et petite gamine qui l’aura pris pour une peluche docile, gagnant au passage sa confiance et son amour de loup. Sa sorcière qui l’avait foutu dans sa poche dès le début, de sa vie de fauve et d’humain, les deux fonctionnant de concert lorsqu’il s’agissait d’Elle. Il ne pense pas, le loup, c’est là l’avantage de se glisser sous sa fourrure et pourtant, il couine. Jappe, et laisse s’échapper ce qui ressemble à un élan de peine. Les paupières se ferment sur ses yeux d’or, le temps pour lui de poser une patte devant l’autre et voilà qu’il repose son regard sur le décor. Troncs, herbe, tas de merde, petites traces de bestioles insignifiantes. Traces de pieds, odeur dégueulasse de ces bipèdes qui lui retourne le bide et le font saliver. Stain qui déteint sur son autre lui, ses envies de meurtres qui se couplent aux instincts du fauve. S’il affectionne tant sa forme animale, c’est pour la liberté qu’elle lui offre. Pas besoin de prétendre, de se prendre pour ce qu’il n’est pas, et lorsqu’il croise le reflet de sa gueule quelque part, il n’a pas automatiquement envie de se démolir la face à coup de cutter. La malédiction du bipède n’a pas touché le loup. L’animal qui reste splendide, plus encore maintenant que l’humain n’a plus sa belle gueule pour faire concurrence. Noblesse du fauve pour éclipser le reste.

Ca cicatrise pourtant, bien plus rapidement qu’il ne le pensait. Et il se retrouve à devoir ruser pour garder sa place chez les illuminés du grand froid. L’exercice devient difficile, il devrait doubler les doses d’argent, s’en injecter à en crever dans les veines jusqu’à ce que son sang vire gris métallique. Rien à foutre pourtant, il a laissé tomber l’idée, préfère, et de loin, de retrouver le charme de l’étalon italien plutôt que de continuer à reluquer le sol devant les nerfs inconstants de l’aîné Eriksson. Il lui fera bouffer ses dents avec ou sans sale tronche, le résultat sera le même. Le loupiot se marre et laisse s’échapper un nouveau jappement. Trottine avec allégresse sous l’averse qui la bat le dos, ça tapote contre ses os mais il aime ça. Il n’hésite pas parce qu’il sait où il se rend, connait la route sur le bout des coussinets. Son sanctuaire, son repère de douceur et de malheur, la maison de bois dans laquelle il vient s’échouer, humain ou loup, pour panser les plaies qui pourrissent sur son cœur. Il y a pourtant quelque chose qui le dérange alors qu’il approche de la bâtisse. L’odeur n’est pas la même. Au milieu de celle de la terre imbibée de flotte, il perçoit des relents de gasoil, la puanteur de l’homme. Un, puis un second. Trois en tout, un dont le fumet semble plus feutré, et les autres qui se rapprochent dangereusement du fauve. Sous le couvert des arbres, le prédateur pose son cul sur le sol et darde ses prunelles sur la demeure. Juste à temps pour voir en sortir un bonhomme à l’allure d’épouvantail aliéné. Loup qui penche la tête et agite les oreilles, juste au moment où des pas lui caressent les tympans. Un type qui surgit juste derrière lui. Rejoint par un second. L’animal comprend, que l’épouvantail est là pour foutre la merde et que les deux bonhommes en gris ont l’intention de l’arrêter. Il pourrait laisser faire mais cette odeur d’essence lui retourne le ventre.

Alors il agit. Sort de son immobilisme en un bond, et s’élance toute griffes dehors. Claque de la mâchoire contre le jarret d’un des types qui hurle à s’en péter la gorge. Excite l’animal qui joue du museau, l’agite en tous sens pour faire craquer les os et déchirer les muscles. Ca gueule plus fort et lui grogne pour couvrir les plaintes. Lâche la jambe mutilée, les babines retroussées sur ses crocs maculés de sang, le fauve change de proie. Mord jusqu’au sang le bras tendu de l’autre, spasme qui envoie le revolver à terre et fait taire les invectives ridicules. Collègues ou pas, il s'en moque. S’acharne contre le bras jusqu’à sentir l’humain à l’autre bout flancher. Il s’écroule piteusement à terre, libéré de l’emprise du loup, inconscient. L’autre type dans un état plus ou moins semblable, il se cherche une nouvelle cible et toutes pattes dehors, se rapproche de la maisonnette. Mutation qui s’enclenche à quelques pas de l’épouvantail, l’animal grogne, hurle sa douleur. Laisse les os craquer et lui démolir le crâne pour se relever sur ses deux jambes dans une impulsion brute. Stain qui reprend le contrôle et s’agrippe avec violence à la gorge de cet épouvantail dont le nom lui revient enfin. Casey. Sans douceur, le milicien plaque le débraillé contre le mur de bois.

« - Qu’est-ce que tu fous là le déplumé ?! Comment t’es entré ? » Ca se crache, la voix tendue par la haine. Il n’y peut rien, il ne supporte pas qu’on s’approche de trop près de l’ancienne demeure de sa cousine. Semi sale gueule et à poil comme un ver sous la pluie, il frissonne malgré lui mais n'y prête pas plus attention que ça. La noirceur de ses pupilles encore étincelantes du massacre qu’il a commis quelques mètres plus loin, accrochée à celles du gamin suicidaire. Il va entendre ses explications, mais pour le simple fait d’avoir foulé le plancher, de l’avoir souillé, parce qu’il est certain que l’odeur d’essence n’est pas étrangère à la présence du bonhomme, il va le payer.

_________________

damage people are the worst because they know they can survive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 8904
↳ Points : 1067
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 28
↳ Avatar : Evan Peters
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Rivka Avraham
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: old money. & trumblr & ZIGGY STARDUST
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Lost in a Masquerade {PV}   Ven 18 Aoû - 15:06

Il n’est qu’un simple être humain qui mène une existence banale, dénuée de sens. Encrouté dans une routine assommante, il tourne en rond depuis plusieurs jours. Une vie toute tracée. Il partage son temps entre la préparation de mauvais coups et les sinistres soirées de beuverie. Se distingue probablement des autres mortels grâce à une prédisposition prononcée pour l’ennui. Une tendance à bailler à s’en décrocher la mâchoire. Une irritation qui s’empare quotidiennement de son être, s’immisce dans la moindre parcelle de son épiderme. Le refus de passer ses journées à tenter d’éviter l’inévitable. De courir après un bonheur impossible. Le désespoir l’envahit comme un raz de marée. Il l’entoure comme une aura depuis qu’il a rejoint cet antre de désolation. Cet établissement psychiatrique. Incapable de surmonter les traumatismes qui en découlent, il ne peut retenir ses soupirs silencieux. S’engouffre dans la folie. Se ferme régulièrement au monde qui l’entoure.  Réduit au néant, sans aucune raison de vivre réellement. Excepté cette fascination morbide déroutante qu’il éprouve pour l’horreur et les faux semblants. Le sentiment d’injustice qui coule dans ses veines comme un poison mortel. Une rébellion impossible à étouffer.

Lui, le grand défenseur de la justice et de l’égalité pour tous. Les cris d’aigreur qui grondent dans son ventre. Les intentions macabres qui engendrent de nouvelles crises de violence. Il n’est pas un animal affamé, assoiffé de sang, qui ne désire qu’une seule chose. Contenter son estomac. Qui tourne autour de ses proies comme un prédateur. Il est forcé d’admettre sa responsabilité dans ses actes, sans se cacher derrière des fausses excuses qui ne riment à rien. Il n’y parvient pas. C’est trop difficile. Il cherche des pauvres âmes coupables à martyriser. Jusqu’à ce que la dette soit payée. C’est plus facile de porter des accusations sur Stain, plutôt que de se précipiter sur son propre linge sale et de le fourrer rapidement dans la machine. Il se comporte comme un esprit vengeur qui rejette constamment les fautes du passé sur la nouvelle génération. Brûlant ses dernières réserves dans sa propre défense. Laissant ses erreurs et ses zones d’ombres sombrer dans l’inadvenu et dans l’oubli. A croire que la génétique est entièrement mobilisée contre lui. Et que la crasse recouvre la totalité de son cerveau. L’empêchant de fonctionner correctement.

‘La réussite des soins est variable. Casey reste bloqué dans ses raisonnements et obnubilé par ses actes’. Il est encore choqué par la tournure des entretiens médicaux. Considéré comme le malade mental aux revenus aisés qu’on se devait de réhabiliter le plus rapidement possible. Il aimerait trouver un remède qui lui permettrait de s’oublier dans des rêves merveilleux. Loin de cette pièce minuscule qui lui a servie de demeure. C’est impossible. Il rejoint la cause d’Azzura. Pressent le danger qu’ils vont tous courir par la faute du cousin. Le mettre hors état de nuire devient l’un des buts ultimes de sa vie. Descendu sur le perron, des hurlements d’horreur lui écorchent les oreilles, autant que le vent qui souffle une sonate assourdissante. La peur lui noue les entrailles. Les ombres de la nuit dansent dans l’immense végétation, et il anticipe la tournure des évènements. Les yeux injectés de sang, l’animal est probablement déjà en train de se faufiler entre les branches. La respiration haletante, il resserre sa prise autour de son arme à feu. Prêt à la braquer sur la tête de l’ennemi, à entrer en conflit ouvert et à se dédouaner de ses propres excès.

Quelle idée, de tester les réflexes d’un simple mortel aussi vif qu’un vieux grincheux souffrant d’arthrose. Les yeux grands ouverts, figés dans une expression de stupeur. L’ambivalence règne en maître. Il est content de le savoir en vie. Soucieux de voir son sadisme prospérer. La douleur éclate. Un faible hurlement rauque sort de sa gorge malmenée. Il explose d’un rire narquois, un air de défi s’imprimant sur ses traits. « Je suis passé par la porte. T’en as d’autres, des questions ? ». Particulièrement attaché à son cynisme, il ne peut retenir des remarques acerbes. « Stain, mon pote ! Si j’avais su que tu ferais ton apparition, j’aurais dévalisé les stocks de croquettes au poulet ! Je suis impardonnable. Pour me rattraper, je peux te faire profiter pleinement d’un feu d’artifice que je vais tirer personnellement ! Ça sera mon cadeau de bienvenue ». Casey franchit le seuil de la maison inhabitée. S’avachit avec nonchalance contre le dossier du premier fauteuil vide qu’il croise sur sa route. « Pourquoi cet élan de sentimentalisme ? Cette maison appartient désormais aux rats qui rongent la moquette ». Il se félicite mentalement de sa provocation. Fouille dans la poche intérieure de sa veste. Prêt à tout faire cramer sous la flamme de son briquet. D’un instant à l’autre.

_________________
KING OF MADNESS
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 8695
↳ Points : 561
↳ Arrivé depuis le : 28/08/2012
↳ Age : 27
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : Personnage disparu
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Couleur RP : #1999b5



les petits papiers
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Lost in a Masquerade {PV}   Mar 29 Aoû - 20:01


Rigole le bonhomme, son air de benêt narquois sur sa trogne refaite à la serpe. L'ensemble agite les instincts du loup, lui donne envie de cogner dans ce tableau raté pour lui remettre les os et les neurones en place. Petit con qui lui colle au cul comme une vieille merde toute sèche qui refuse de se détacher. Ca l’agace le milicien, de le trouver là. De sentir cette odeur de gasoil dans l’air, et de se dire que le petit merdeux a de quoi tout embraser dans ses poches. Il en a le cœur qui tabasse contre ses côtes, la peur au bide, le petit louveteau qui ne supporte toujours pas le vue de flammes autres que celle de son propre briquet quand il décide de s’en griller  une. Maudit père et ses idées à la con, sa main morte ne cesse de lui rappeler combien le feu, c’est dangereux. A quel point il peut le détester, tétanisé devant un gentil feu de cheminée tout ronflant. Dans un grognement étouffé, le fauve relâche le petit brin de paille qui n’en perd pas une pour se faufiler à l’intérieur. Invitation malvenue mais qu’il accepte malgré lui, peu enclin à rester sous la pluie à se geler le cul. Le pincement au cœur est là pourtant. Celui qui le prend tout entier à chaque fois qu’il entre dans la maison de bois. Il y a de la poussière dans tous les coins, mais l’italien s’échine à la voir telle qu’elle pouvait être. Avant que tout se casse la gueule. Même maintenant, elle reste un sanctuaire pour lui. Un refuge quand son propre appartement n’existe plus vraiment. Quand on est mort, on a pas besoin de coin où loger, c’est logique mais ça lui fait mal.

« - Tu devrais le garder pour toi, ton stock. T’as vu ta gueule ? On dirait un Picasso foiré. Bouffer un peu ça te ferait pas de mal face de fouine. »
Qu’il crache en lui jetant un regard noir avant de quitter la pièce. Traîner ses pieds trempés sur le parquet pour récupérer dans l’armoire des fringues à se mettre sur le dos. Dressing personnel pour éviter d’avoir à se balader les fesses à l’air dans toute la forêt quand la fourrure décide de se tirer. Il soupire en refermant la porte du meuble, et admire les tâches qu’il a laissées par terre. Anna me boufferait pour ça. Sourire triste sur sa sale gueule, il se recompose dans une profonde inspiration et revient dans le salon pour trouver le bonhomme tranquillement installé dans un fauteuil. « - C’est pour ça que tu prends tes aises ? Parce que tes potes traînent dans le coin, tu te crois chez toi ? » Piqué au vif, l’italien se retient de le secouer comme le vulgaire tas de paille qu’il peut être. Le foutre dehors à grands coups de pied dans son derrière inexistant. Il n’y en a pas, de rats, il s’en assure. Les bouffes quand il les voit traîner et passer d’un peu trop près de ses crocs. Prédateur qui a une préférence pour les écureuils, mais qui s’autorise des écarts pour maintenir de l’ordre dans la maison de poupée poussiéreuse.

« - C’est une tradition de chez toi de foutre un bordel pareil ? Où tu te crois pour venir asperger la baraque de quelqu’un d’essence ?! » La voix se casse sur les notes de sa colère. Tremble sous les assauts de la rage qu’il contient du mieux qu’il peut. Possessif à en crever, le cousin éploré qui ne supporte pas que l’on puisse venir salir la mémoire de celle qu’il a aimé. Il a pourtant été le premier à le faire, mais dans sa logique cassée il refuse qu’un autre continue dans la lignée de ses conneries. « - Lève ton cul de là, tu vas éponger la merde que t’as foutue par terre. » Il glisse des notes de menace dans ses paroles, dévoile ses jolies quenottes tout en venant s’installer face au visiteur. L’épaule contre la charpente et les bras croisés sur son torse. Position relâchée qui contient avec peine l’orage qui est en train de gueuler sous la peau. Il se fait violence, se retient de laisser parler la tension qui lui bousille les nerfs. Massacre commencé avec les soldats au dehors, le goût du sang encore sur sa langue, Stain en veut encore. Ca se lit dans l’éclat assassin de ses pupilles sombres. Ce regard de prédateur qu’il pose sur Casey, dans le rictus carnassier accroché à ses lippes.

« - M’oblige pas à me servir de toi comme serpillère. » Radoucir le ton comme on pourrait le faire devant un gamin peureux. Se montrer aimable quand on a plutôt envie d’arracher des yeux et de les piétiner façon éléphant enragé. Il papillonne presque des cils pour montrer sa bonne foi, tente au mieux de décontracter ses muscles tendus à l’excès.

_________________

damage people are the worst because they know they can survive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 8904
↳ Points : 1067
↳ Arrivé depuis le : 27/08/2012
↳ Age : 28
↳ Avatar : Evan Peters
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : Désintéressé
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 général/Niveau 3 en manipulation des émotions/Niveau 2 en détection de mensonges
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Rivka Avraham
↳ Couleur RP : #DC3B3B



les petits papiers
↳ Copyright: old money. & trumblr & ZIGGY STARDUST
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Lost in a Masquerade {PV}   Ven 8 Sep - 14:48

Il essaye, en vain, de contrôler le tremblement incessant de ses membres. Ne ressent que l’horrible douleur qui lui ronge le cœur. Entend ces voix insupportables qui cognent dans sa tête, lui brûlent les poumons et l’amènent à suffoquer. Des appels à la raison qui résonnent en lui comme une symphonie mortifère, mais qui ne font pas taire les parcelles d’hésitations. Si tu veux essayer de te racheter, tu devras mettre Stain hors état de nuire. Des murmures qui lui donnent envie d’honorer la confiance qu’ils ont mis sur lui, pour une fois. Des souvenirs qui reviennent assaillir son esprit. Si seulement il pouvait voir l’ombre de ses parents s’enfoncer dans ce chalet sordide. Le teint livide, il les regarderait d’un air désolé. Leur ferait part des séances de torture qu’il s’inflige lui-même. Des regrets qui mangent son âme et l’empêchent d’avancer sereinement. Il serre discrètement les poings sur ses genoux, comme pour éviter de s’enfoncer une nouvelle fois dans sa torpeur et de passer pour un parfait fêlé auprès de Stain. Il serait également malvenu de faire naître chez lui une pointe de satisfaction en pleurant sur son propre sort et en se plaignant de cette situation incommodante. Des morceaux d’amitié impossibles à recoller. Stain ne manquerait aucune miette de la scène d’humiliation qui se jouerait devant lui.

C’est comme s’ils avaient tous les deux avalé le sérum de l’oubli. Celui qui efface les souvenirs positifs, les confidences qui ont rythmé une partie de sa vie. Alimente la rancœur et les font camper sur leur position. Leur effronterie est devenue sans égal. Les picotements sans toujours là. Ils le rappellent à l’ordre. L’empêchent de sceller la malédiction qui pèse sur son être. L’obligeant à cracher sur ses valeurs idéalistes, de donner le bénéfice du doute à son ancien ami. La colère sourde qui grimpe quotidiennement dans sa poitrine. Celle qui prend racine dans un sentiment d’injustice. C’est comme si un voile épais recouvrait ses yeux. L’obligeant à regarder le monde en faisant face aux plus grosses incohérences. Incapable de se raisonner, il observe longuement son suspect numéro 1, étudie toutes les possibilités qui s’offrent à lui dans le but de calmer sa soif de vengeance. Refuse de suivre Ezio dans ses méfaits. Perd ses repères et se noie dans des doutes obsessionnels. L’ambivalence régnant en maître dans son esprit. S’il vous plait, aidez-moi à trouver la bonne direction. Des prières absurdes qui persistent dans ses pensées. Lui qui n’est pas croyant pour deux sous. Malheureusement, personne ne prend l’initiative de lui envoyer des messages d’espoir et de vie.

Ne lui dicte de faire front avec toute la droiture dont il est capable. Il opte donc pour l’attitude qui est la plus naturelle à ses yeux. Encaisse les dernières attaques et accepte que l’adrénaline se déverse dans son système sanguin. Laisse la tension morose se répandre dans l’air et supplanter la hargne ayant pris possession de son corps. « Je te remercie pour tes précieux conseils. J’imagine qu’un loup à la Provençale me ferait gagner quelques grammes supplémentaires. Avec un cheesecake en dessert. J’en salive d’avance ». Un peu nauséeux à l’image mentale qu’il vient d’avoir, il pouffe avant de lever les yeux au ciel. Finit par mettre ses pieds sur la table comme un mal éduqué, avec toujours la même nonchalance. A croire qu’il ne vit désormais que pour défier ses adversaires. Qu’il a passé des heures à s’entraîner à titiller des nœuds de nerfs et qu’il ne lui reste que des légendaires joutes verbales. Et voilà qu’il l’assomme à coups d’allusions douteuses. Une mine surprise s’ancre sur son visage. « Je crois que le poison a complètement attaqué ton cerveau de détraqué. Tu te trompes de coupable. C’est toi le toutou du gouvernement qui multiplie les sourires et les courbettes ! ». Coincé dans ce monde apocalyptique atrocement fade, il vaque à ses occupations.

Met sa main sur sa bouche pour s’empêcher d’éclater une nouvelle fois d’un rire narquois. S’adresse à lui avec un ton indifférent qui frôle le mépris. « Stain, calme-toi ! Souffle un peu ! Je connais des médicaments préconisés pour diminuer l’irritabilité ! ». Il lui jette un regard torve. Appuie délibérément sur des points sensibles. Crachant sur la faculté qu’il a de lécher les bottes des membres du gouvernement. Lui rappelant quel sentiment de trahison a pu détériorer son monde intérieur. « Dis…tu nous servirais pas un verre d’alcool fort ? J’ai la gorge sèche ! Ne me dis pas que ta copine était une parfaite sainte nitouche qui ne commettait jamais aucun excès. Je ne te croirais pas ». Il ajoute un clin d’œil très appuyé. Les menaces incessantes lui passent au-dessus de la tête. Du moins, c’est l’air qu’il se donne. Il fait mine de bailler, à s’en décrocher la mâchoire. « Promis, je ferai le grand ménage tout à l’heure ». Encore en train de se fourrer dans une drôle de situation.

_________________
KING OF MADNESS
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5232-joshua-all-the-crazy-figh

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Lost in a Masquerade {PV}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lost in a Masquerade {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LOST LE RPG
» Chronique Vampire Masquerade : "White Nights" (4)
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-