AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Soldier Side {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 724
↳ Points : 166
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2017
↳ Age : 28
↳ Avatar : Keira Knightley
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Recruteuse pour la milice
↳ Opinion Politique : Pro Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist : Travis ♪ Re-Offender
↳ Citation : "Le sens moral est plus important que l'intelligence. Quand il disparaît d'une nation, toute la structure sociale commence à s'ébranler"
↳ Multicomptes : Joshua Bates
↳ Couleur RP : #6cb288



les petits papiers
↳ Copyright: peculiar soldat & trumblr & okinnel
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Soldier Side {PV}   Mer 20 Sep - 16:49

Soldier Side.

Dead men lying on the bottom of the grave. Wondering when Savior comes. Is he gonna be saved. Maybe you're a sinner into your alternate life.
Prisonnière de son cauchemar, elle dévale les dizaines de marches qui la mènent vers la cave humide et miteuse. Joue à l’inquisitrice des lieux. Scrute les yeux froids de l’assassin, qui brillent dans la semi obscurité. Les odeurs répugnantes qui se faufilent dans ses narines lui donnent envie de regagner son appartement illico presto. Celles de la chair pourrie. Tout comme les fenêtres verrouillées et les lumières artificielles qui rendent la claustration encore plus pénible. Les hurlements de douleur font irruption dans sa tête. Avant de résonner dans la vaste pièce et de tyranniser sa psyché déjà malade. Les flammes courent à travers les tissus organiques de Calev. Glacée d’horreur, des larmes tendent à apparaître derrière ses paupières contractées. Elle essaye de Lui offrir une dernière étreinte, dans un élan désespéré. C’est trop tard. L’air qui s’infiltre dans ses poumons s’infecte de regrets et de culpabilité.

Une fois de plus, elle se réveille en sursaut. Retire sa chemise de nuit imbibée de transpiration et prend place dans la cabine de douche. Elle essaye de reprendre ses esprits, et cligne plusieurs fois des yeux. Se focalise sur le bruit de l’eau savonneuse qui s’écrase sur le sol carrelé et la rafraichit instantanément. Les sensations reviennent lentement dans ses membres encore endoloris. L’odeur apaisante de propreté lui extirpe plusieurs soupirs de soulagement. Mais la saleté qui s’est accumulée entre le cadre de la fenêtre et la vitre la renvoient tout de suite à son insuffisance. Elle attrape une éponge, commence à nettoyer, à frotter sur les tâches qui lui donnent du fil à retordre. Frénétiquement, comme si sa vie en dépendait. Ne songe pas aux heures qui sont en train de s’écouler. Elle marche sur des lignes temporelles instables et dérisoires. S’engouffre dans l’oubli. S’empêche de penser à ces scènes de massacre. La sonnerie du téléphone l’interrompt, et la panique commence à lui dévorer les entrailles. Le retard est un péché capital et pour la première fois depuis longtemps, elle ne s’est pas pliée aux exigences de ses supérieurs.

Elle envisage les pires scénarios possibles. Les reproches qui fusent. Le voile levé sur son incompétence. Une faute commise qui lui fait perdre tout le crédit accordé par ses supérieurs. Les nerfs tendus à l’extrême, elle attrape difficilement son verre d’eau et avale net les comprimés salvateurs. Elle réajuste sa chemise en soie bleu foncé et son tailleur, vérifie qu’aucune mèche de cheveux rebelle ne dépasse de sa coiffure impeccable. Cache ses cernes violacées sous une fine couche de maquillage. Se comporte comme une citoyenne modèle qui vit dans la capitale du luxe et de l’élégance. Arrivée à destination, elle s’assoit face à son bureau, jambes croisées. Consulte son agenda électronique d’un air agacé. La vie est un éternel recommencement. Certains se discutent le pouvoir, dotés d’une ambition démesurée. Ils visent et atteignent l’excellence. Se battent pour leurs convictions. Pour ce qui leur semble juste. D’autres individus respectables bousillent leur potentiel  et reproduisent systématiquement les mêmes erreurs, ce qui la fait bouillir de frustration. Elle pense à Rhys. Elle secoue la tête, alors qu’un signal retentit sur son écran d’ordinateur. Son rendez-vous est arrivé. Elle se retranche derrière sa carapace de froideur, arbore une moue de déception, en lui faisant signe de rentrer. « Je suppose qu’il est inutile de se lancer dans de longues tirades et de revenir sur les raisons de cette convocation ? ». Déclare-t-elle d’un ton résolu, en feuilletant machinalement son dossier.

_________________
OPEN ARMS OF DAMNATION
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4888-rivka-perfect-symmetry

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3309
↳ Points : 562
↳ Arrivé depuis le : 26/09/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Cillian Murphy
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : Ancien militaire et archiviste ; Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
DAMIEN RICE - small crime | ROSS COPPERMAN - holding on and letting on | YEARS & YEARS - desire | KODALINE - honest | OF MONSTERS AND MEN - little talks | APOCALYPTICA - cold blood | NICK CAVE - red right hand | BEN NICHOLS - this old death | PHOSPHORESCENT - song for zula | RAG'N'BONE MAN - skin | MUMFORD AND SONS - thistles and weeds | LORD HURON - the night we met | DEAN LEWIS - waves

↳ Citation : "Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation."
↳ Multicomptes : Tobias Madsen
↳ Couleur RP : MediumTurquoise



les petits papiers
↳ Copyright: Tik Tok & ANESIDORA & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Soldier Side {PV}   Jeu 28 Sep - 13:27

L’agacement et l’appréhension fourmillent dans ses veines alors qu’il traverse les couloirs luxueux. S’il espérait passer entre les gouttes, son supérieur a pris un malin plaisir à faucher tous ses espoirs dès le retour de la milice. Encouragé par les regards noirs des autres soldats, lassés par ce qui ressemblait faussement à un énième caprice de sa part. Sans appel, la sentence l’oblige à retourner dans un bureau qu’il ne connait que trop bien. L’espace d’un instant, il a l’impression d’être à nouveau le gosse turbulent qu’on envoyait régulièrement chez le proviseur. Ne manque à ses côtés qu’Elias, son ancien compagnon des quatre-cent coups. Sauf qu’ils ne se dirigent plus jamais dans la même direction désormais, séparés par des différents irréconciliables. La douleur vive dans son abdomen le fait grimacer alors qu’il s’apprête à frapper à la porte, lui coupe littéralement le souffle. Il n’a pas eu le temps de vérifier la plaie, de s’assurer que le bandage tenait toujours. Une goutte de sang a traversé l’uniforme, menace de s’étendre dangereusement sur le tissu. Il referme scrupuleusement les pans de sa veste par-dessus, tente de cacher la misère comme il le peut. Il se fait violence pour reprendre ses esprits et s’annoncer.

L’accueil froid de Rivka ouvre les hostilités, l’irrite prodigieusement. L'islandais a beau être attaché à elle désormais, avoir percé sa carapace de dure à cuire, il ne supporte pas ses allures de petit chef. Réfractaire voire allergique à l’autorité, en dépit de toutes ses années de service. Elle a tout en main pour le mettre à pied, le contraindre à cuver son chagrin seul chez lui. Et pourtant, il ne parvient pas à empêcher l’ironie de jaillir de ses lèvres. A se retenir de la provoquer délibérément, avec l’inconscience qui lui est propre. « - Figure-toi que je n’en ai justement pas la moindre idée. Et puis je ne voudrais pas te priver du plaisir de me réciter un de ces sermons dont tu as le secret. Tu t’entraine tous les jours devant ta glace pour avoir cet air austère ou bien ça vient naturellement ? » Susurre-t-il, avant de s’asseoir avec un semblant de nonchalance sur le fauteuil. Le pauvre meuble porte presque la trace de son postérieur, tant il a souvent été amené à s’affaler dedans. Il se souvient sans aucune nostalgie de ces séances à s’affronter, à s’observer en chiens de faïence. Une part de lui a honte de s’être montré si fourbe avec elle par la suite.

Contre toute attente, l’israélienne fait finalement partie des rares personnes qu’il estime. Il faut dire que la plupart n’est plus en vie. Comme s’il attirait inexorablement la mort autour de lui. La profonde tristesse qui l’étreint à cette pensée est chassée par une raillerie effrontée. « - Tu sais, une mission ratée c’est un peu comme une mauvaise partie de jambes en l’air, on foire pas ça tout seul. » Enonce-t-il le plus sérieusement du monde, juste pour titiller les nerfs de la psychologue en herbe. Désireux de rester dans son rôle odieux, il pousse le vice jusqu’à sortir une cigarette de sa poche, scrute la jeune femme pour l'interroger. « - Tu t’en moques si je fume, n’est-ce-pas ? » Il le demande innocemment, quasiment certain de se faire rabrouer mais prêt à tenter pour obtenir sa dose d’arsenic. Tant qu’il lui fait perdre son temps avec ses digressions, ils n’abordent pas le véritable problème. C’est tout ce qu’il cherche.

_________________
The moon is bright in that treetop night. I see the shadows that we cast in the cold, clean light. My feet are gold. My heart is white. And I am racing out on the desert plains all night. I know love as a caging thing. Just a killer come to call from some awful dream. But my heart is wild. And my bones are steam. And I could kill you with my bare hands if I was free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2985-rhys-les-morsure http://www.mercy-in-darkness.org/t4707-rhys-changing-tides

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 724
↳ Points : 166
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2017
↳ Age : 28
↳ Avatar : Keira Knightley
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Recruteuse pour la milice
↳ Opinion Politique : Pro Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist : Travis ♪ Re-Offender
↳ Citation : "Le sens moral est plus important que l'intelligence. Quand il disparaît d'une nation, toute la structure sociale commence à s'ébranler"
↳ Multicomptes : Joshua Bates
↳ Couleur RP : #6cb288



les petits papiers
↳ Copyright: peculiar soldat & trumblr & okinnel
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Soldier Side {PV}   Dim 1 Oct - 17:26

Son entêtement n’a d’égal que la soif de perfection qui brûle dans ses veines. Elle aimerait dégager une douce chaleur afin d’apaiser le cœur glacé de son ami. Le contaminer avec une joie de vivre, des sourires bienveillants toujours collés à ses lèvres. Remettre en questions ses convictions les plus profondes. C’est impossible. Dès son plus jeune âge, elle a développé le sens des valeurs et des responsabilités. Les discours pompeux interminables des Avraham tournoient encore dans son esprit, à une vitesse extraordinaire. C’est comme s’ils étaient parvenus à lui ingurgiter un poison qu’elle est incapable d’extraire. Circulant dans ses neurones, menaçant de la faire basculer plus profondément dans l’assiduité. Tout manquement à la règle entraîne des sanctions, ce qui lui fait l’effet d’un tsunami. Ses iris sont voilés par la culpabilité à chaque écart qu’elle commet, le corps secoué de tremblements. Elle est incapable de gérer un stress de cette ampleur.  Encaisse très mal chaque échec. Au bord de la crise de nerfs lorsqu’elle est sur le point de rendre un travail un peu médiocre. Elle relève des défis tous les jours. Teste sa force, son endurance, donne le maximum. Repousse ses limites dans l’espoir de mériter son titre. Abrutie de fatigue, après toutes ces années d’acharnement.

Les activités de loisirs passent au second plan. Les élans d’affection sont rarissimes. La colère fait office d’antidépresseur. Elle laisse la rage bouillir dans ses entrailles, au contact de cette fumisterie légendaire. Rhys retombe dans des vieilles habitudes. Affiche son air de je-m’en-foutiste sans s’inquiéter des retombées. Les criminels courent les rues. Les passants fixent les alentours d’un air alerte. De nouvelles flambées de violence peuvent resurgir à tout moment. Pendant ce temps-là, Rhys s’offre le luxe d’un bain de soleil. Exécute chaque mission avec une nonchalance ahurissante, les mains enfouies dans ses poches. Prend la manie d’adopter un air détaché quelques soient les circonstances.  S’adresse à elle avec une indifférence qui frôle le mépris. Elle pourrait user de son statut. Se débarrasser de cet élément devenu gênant. Les divergences d’opinions sont nombreuses. La hargne prend possession de son corps à chaque fois qu’il ouvre la bouche. Pourtant, elle est forcée de reconnaître qu’il inspire la compassion et le respect. Elle aimerait vraiment qu’il prenne l’initiative de réparer ses erreurs et reprenne son souffle. Perdu dans les méandres de ses tourments. Ils ont tellement de points communs. Elle le secoue comme un prunier, à défaut de lui offrir l’antidote capable de résoudre tous ses problèmes.

Il ne lui laisse pas le choix. Souffle sur les tisons de la désinvolture. « Je croyais qu’on avait dépassé ce stade mais… ». Les bras croisés et les sourcils suffisamment froncés, elle répond sèchement à ses questions. « Tu préférerais que j’adopte un langage grossier, en jurant à toutes les phrases, à la manière d’un individu qui a passé beaucoup trop de temps en bas de l’échelle et qui se complait dans la boue. Ce n’est pas mon style. Dans mon jargon, on appelle cela l’éloquence, et toute mon éducation revient à Lévi Avraham ».  Elle se racle la gorge pour masquer sa gêne, alors qu’il l’attaque avec des remarques plus que douteuses. « Qui essayes-tu de convaincre ? ». Loge une pointe d’ironie dans chacune de ses tirades. Mais la colère froide laisse rapidement place à des grondements de rage, lorsqu’il s’apprête à s’allumer une cigarette. Il exhibe l’une de ses nombreuses faiblesses. Le vice transpire par tous les pores de sa peau. Elle arbore une mine de dégout. Attrape l’objet du délit et l’écrase à mains nues. « J’espère que tu plaisantes. Il est hors de question de laisser l’odeur âcre du tabac empoisonner mes poumons et s’incruster dans chaque recoin. Rhys, l’heure est grave. Ce n’est pas le moment de flancher. J’aimerais savoir ce qui se passe ! ». Elle tape légèrement du pied, en signe d’impatience.

_________________
OPEN ARMS OF DAMNATION
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4888-rivka-perfect-symmetry

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3309
↳ Points : 562
↳ Arrivé depuis le : 26/09/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Cillian Murphy
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : Ancien militaire et archiviste ; Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
DAMIEN RICE - small crime | ROSS COPPERMAN - holding on and letting on | YEARS & YEARS - desire | KODALINE - honest | OF MONSTERS AND MEN - little talks | APOCALYPTICA - cold blood | NICK CAVE - red right hand | BEN NICHOLS - this old death | PHOSPHORESCENT - song for zula | RAG'N'BONE MAN - skin | MUMFORD AND SONS - thistles and weeds | LORD HURON - the night we met | DEAN LEWIS - waves

↳ Citation : "Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation."
↳ Multicomptes : Tobias Madsen
↳ Couleur RP : MediumTurquoise



les petits papiers
↳ Copyright: Tik Tok & ANESIDORA & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Soldier Side {PV}   Dim 15 Oct - 23:57

Les nerfs sont si facilement atteints que pousser à bout la recruteuse en perd presque de son charme. Il sait parfaitement quelles ficelles tirer pour la faire sortir de ses gonds. Ce n’est pas comme s’il n’en avait jamais fait l’expérience avec elle, et avec d’autres bien avant. Quand il jette un regard en arrière pour examiner son parcours, il ne voit quasiment que ça. Des provocations, des rapports puérils de force, des élans suicidaires. S’amuser à réduire en cendres le flegme de ses supérieurs. Certains sont parvenus à s’attacher à lui en dépit du bon sens. D’autres se sont employés à le briser, à le mater avec plus ou moins de succès, de facilité. Il range plutôt Rivka dans la première catégorie, après tant de temps à se tirer mutuellement dans les pattes. Ils ont atteint un équilibre, qui leur permet de mieux se comprendre bien qu’il soit précaire. En cet instant, l’insolent prend pourtant un malin plaisir à replonger dans ses vieux travers. A détourner l’attention du vrai sujet. Il n’a pas la moindre envie de lui rendre des comptes, même s’il sait qu’il ne pourra pas y couper. Qu’il ferait mieux de montrer des regrets, de présenter des excuses, pour qu’elle le laisse partir au plus vite. Une part de lui a probablement besoin de se saboter. De chercher indirectement de l’aide, sans se l’avouer.

L’israélienne ne mâche pas ses mots, lui arrache un ricanement amer. « - Enfermer les gens dans des cases en fonction de ses préjugés. Il n’y a pas à dire, ils ne se sont vraiment pas trompé en t’octroyant toutes ces responsabilités, quelle bonne psy tu fais. Pleine d’empathie et d’humilité. » La réplique acide racle son palais, ronge ses nerfs. Il la supporte mal quand elle emprunte ce petit ton condescendant, se sent presque visé, lui qui est connu pour son langage fleuri. « - Je crois que tu confonds l’éloquence et le mépris. Pour ta gouverne, l’emploi d’un langage ordurier n’est pas réservé au bas de l’échelle, et tu serais sans doute plus appréciée de tes recrues si tu te montrais vulgaire plutôt qu’arrogante. » Il ne lui laisse certainement pas d’autre choix que de lui asséner une sanction, joue avec le feu. Les joutes verbales avec son épouse doivent lui manquer, pour qu’il envenime à ce point l’entretien. Le vide qu’a laissé la transformation de leur fille a été comblé avec du venin et de la haine, qu’ils distillaient à chaque confrontation. Il ne sait plus quoi faire de ce trop-plein de souffrance et de rancœur à présent qu’elle n’est plus là.

La tentative pour noircir ses poumons de nicotine échoue lamentablement. Elle détruit la cigarette comme il pouvait s’y attendre, rageusement. Un soupir agacé s’extirpe de ses lèvres, alors qu’il revient s’enfoncer dans son siège, les bras croisés. « - Tu m’en dois une. Tu devrais essayer de t’y mettre d’ailleurs, ça te détendrait. » Suggère-t-il, avant de hausser des épaules devant l’impatience évidente de la brune. « - Il ne se passe rien dont tu ne sois pas déjà au courant. » L’infidèle ment comme un arracheur de dents. Continue de s’abstenir de mentionner la blessure, pour ne pas déclencher une série de questions dérangeantes. Reste délibérément à la surface, sans lui laisser le loisir de creuser. « - Je ne vois pas pourquoi on m’oblige à te rendre des comptes, je suis moins performant que d’habitude en mission et alors ? J’en connais d’autres qui se reposent davantage sur leurs lauriers que moi et qui ne sont pas si souvent convoqués. » Réflexion digne d’un gamin rejetant la faute sur ses camarades. Il se fait honte. « - Sauf si tu inventes des prétextes pour me voir, et dans ce cas je ne peux pas t’en vouloir mais tu devrais savoir qu’une telle mise en scène n’était pas nécessaire. » Susurre-t-il, sur un ton plus espiègle que vindicatif. Une pointe d’affection s’y loge, maladroitement.

_________________
The moon is bright in that treetop night. I see the shadows that we cast in the cold, clean light. My feet are gold. My heart is white. And I am racing out on the desert plains all night. I know love as a caging thing. Just a killer come to call from some awful dream. But my heart is wild. And my bones are steam. And I could kill you with my bare hands if I was free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2985-rhys-les-morsure http://www.mercy-in-darkness.org/t4707-rhys-changing-tides

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 724
↳ Points : 166
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2017
↳ Age : 28
↳ Avatar : Keira Knightley
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Recruteuse pour la milice
↳ Opinion Politique : Pro Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist : Travis ♪ Re-Offender
↳ Citation : "Le sens moral est plus important que l'intelligence. Quand il disparaît d'une nation, toute la structure sociale commence à s'ébranler"
↳ Multicomptes : Joshua Bates
↳ Couleur RP : #6cb288



les petits papiers
↳ Copyright: peculiar soldat & trumblr & okinnel
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Soldier Side {PV}   Sam 21 Oct - 18:14

Rivka serre les lèvres, pour retenir de nouvelles répliques acerbes qui lui montent à la bouche. Toujours prête à retomber dans l’insouciance en la présence de Rhys. A adopter une attitude quasi infantile, qui ne colle pas du tout à l’image austère et conformiste qu’elle renvoie autant à ses recrues qu’à ses supérieurs. Il a la fâcheuse habitude de faire fondre la glace qui emprisonne son cœur. Elle qui s’enfonce quotidiennement dans des couloirs raisonnés et qui fait passer ses émotions en dernier. Elle sent l’agacement monter en elle comme la lave d’un volcan. Gribouille quelques notes sur son calepin pour dissimuler cet état de fait. Prend une profonde inspiration pour combattre le stress et s’empêcher de cracher une flopée d’injures vulgaires qui pourraient entacher sa réputation de Miss perfection. Ecartelée entre ces impulsions subites et la honte qui s’immisce en elle à chaque fois qu’un sourire narquois se suspend à ses lèvres, au cours de ces parties de ping pong verbales. Refusant de voir la vérité en face.

L’apocalypse a tout détruit sur son passage, et ces allusions enfantines apaisent ses brûlures. Ces échanges houleux apportent une forme de chaleur et de réconfort. L’empêchent de plonger dans sa léthargie mi consciente, mi inconsciente. Interrompent un bref instant ses ruminations. Pour autant, ces relents de légèreté ridicules lui hérissent le poil. Font crisser ses dents dans sa mâchoire. Ressentant une vive anxiété à la perspective de perdre le contrôle, sous peine de mort imminente. « Je n’ai aucune remarque à recevoir de la part d’un paresseux qui s’octroie le droit d’un congé sabbatique en pleine période de crise ». Répond-elle d’une voix digne, qui dissimule une pointe de vexation. Une atteinte préjudiciable à son honneur. Elle est convaincue que la chance se mérite. Qu’un dur travail, une volonté de fer, forcent le respect et l’admiration. Toutefois, elle a déjà tendu la main aux plus démunis. Elle sent l’afflux de la bienveillance et de l’honnêteté courir dans ses veines. L’infâme peste jette un regard distrait à sa montre, ses capacités de concentration en prenant un sacré coup.

Les phrases de Rhys tournent en boucle dans sa tête, et elle est sur le point d’exploser de frustration, sous le poids de tous ces non-dits. « Je tiens quand même à te préciser que je me suis toujours battue pour apporter la paix dans le monde, et que je n’ai jamais refusé de tendre la main à un individu dans le besoin, peu importe sa catégorie sociale. Je ne perçois plus cette détermination chez toi, et je suis inquiète ».  Sa gêne prend aussitôt le dessus, sous le poids de cette révélation. Elle se désinfecte les mains avec un gel bactéricide. Elle pousse le vice un peu plus loin et tend le flacon à Rhys, par pure provocation. Sachant pertinemment que ses tendances obsessionnelles ne sont pas au goût de tout le monde.  « Je te conseille de ne pas trop en abuser. Tu pourrais finir par éliminer le microbe que tu as décidé d’incarner aujourd’hui. Je suis confuse. J’ai encore fait preuve de délicatesse, dans l’utilisation de mon vocabulaire. Je manque encore d’entraînement ». Une boutade qui martèle ses propres tympans.

Cette défiance est tenace. Son visage se ferme encore plus, au contact de cette fourberie légendaire. Elle a envie de hurler, et de détruire ce besoin qui l’étouffe. Le besoin de reconnaissance. « Je t’ai quand même épargné le test d’urine souvent recommandé par les médecins ainsi que par mes supérieurs. Je pense que nous sommes quittes ». Elle souffle d’exaspération. Il a toujours le mot pour rire, mais elle préfère corriger le problème et envisager toutes les solutions possibles. « Je n’ai pas de temps à perdre avec ces enfantillages. Rhys, tu n’es plus toi-même, ces derniers temps. J’ai l’impression de revenir plusieurs années en arrière, et je ne voudrais pas en venir à une mise à pieds. Je suis prête à t’accorder une pause, si c’est nécessaire.  Tu as peut-être besoin de te ressourcer, pour agir efficacement ensuite. J’ai besoin que tu me parles, Rhys. Tu es mon meilleur élément ». Ses traits retrouvent un peu de chaleur. Son regard est empreint de compassion. Elle sait pertinemment qu’endosser le rôle de la tortionnaire autoritaire ne l'arrêtera pas dans sa lancée.

_________________
OPEN ARMS OF DAMNATION
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4888-rivka-perfect-symmetry

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3309
↳ Points : 562
↳ Arrivé depuis le : 26/09/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Cillian Murphy
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : Ancien militaire et archiviste ; Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
DAMIEN RICE - small crime | ROSS COPPERMAN - holding on and letting on | YEARS & YEARS - desire | KODALINE - honest | OF MONSTERS AND MEN - little talks | APOCALYPTICA - cold blood | NICK CAVE - red right hand | BEN NICHOLS - this old death | PHOSPHORESCENT - song for zula | RAG'N'BONE MAN - skin | MUMFORD AND SONS - thistles and weeds | LORD HURON - the night we met | DEAN LEWIS - waves

↳ Citation : "Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation."
↳ Multicomptes : Tobias Madsen
↳ Couleur RP : MediumTurquoise



les petits papiers
↳ Copyright: Tik Tok & ANESIDORA & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Soldier Side {PV}   Lun 20 Nov - 2:42

La recruteuse lui rend coup pour coup. C’est ce qu’il préfère chez elle. C’est ce qui l’horripile le plus. Il ne sait pas s’il devrait chercher à se justifier. Elle semble avoir des préjugés bien établis sur lui, il ressent le fait de les contrer comme une prodigieuse perte de temps. Il ne peut pas s’en empêcher pourtant. L’orgueil le mène à la baguette, l’empêche de lui laisser avoir le dernier mot. « - Battue pour apporter la paix dans le monde ? » Un rire nerveux s’échappe de ses lèvres, impossible à réfréner. L’absurdité de la chose lui tord le ventre, aggrave son hilarité. Il lui faut plusieurs minutes pour retrouver son calme. Il sait que Rivka pense sincèrement œuvrer pour le bien commun, qu’elle ne fait en aucun cas semblant. Il n’arrive pas à saisir comment il est possible d’être si aveugle. S’il est lui aussi l’un des pions du Gouvernement, il ne se leurre en aucun cas. Ils contribuent tous autant qu’ils sont à propager la terreur, en prétendant maintenir la sécurité publique. Ils seraient le seul rempart contre la dépravation et le chaos. Ils sont parfois un moindre mal, mais ils ne représentent souvent que l’horreur dans sa forme la plus abjecte.

« - J’ignorais qu’ils avaient prévu de remettre les concours de reines de beauté au goût du jour. T’es en train de répéter un morceau de ton futur discours de Miss ? Je pense que tu auras du mal à persuader les foules, mais on ne peut pas dire que tu n’as pas l’air convaincue par les âneries que tu débites, il faut au moins t’accorder ça. » Susurre-t-il une fois calmé, railleur à en crever. Il ne peut pas s’empêcher d’imaginer comment Elias aurait réagi à un tel discours. Son beau-frère perdait certainement de merveilleuses occasions de se lancer dans des joutes verbales sans fin avec l’israélienne. Tous les deux certains d’agir en faveur de leurs idéaux, afin de préserver l'humanité. Chacun avec des méthodes radicalement opposées. « - Je n’ai jamais eu pour ambition de sauver le monde contrairement à toi. Navré de te décevoir mais j’aurais choisi un autre métier si tel avait été le cas. » Il ne serait jamais engagé dans l’armée pour commencer. Il n’aurait pas choisi d’apprendre à tuer. « - Tu crois vraiment que c’est ça notre boulot ? Aider les gens dans le besoin ? T’as pas l’impression que le but est plutôt de les écraser pour les rendre parfaitement dociles ? » Il sait qu’il joue avec le feu en critiquant ouvertement le régime devant l’une de ses plus ferventes adoratrices. Il peut de moins en moins s’empêcher de dévoiler sa pensée. L’amitié qui s’est tissée entre eux lui permet toutefois d’espérer qu’elle ne l’envoie pas directement à l’échafaud. Le gel antibactérien est attrapé machinalement, reposé sur la table sans avoir été utilisé. « - Je vais éviter tout risque alors, puisque le sort du microbe t’inquiète tant. »

Une grimace déforme ses traits à l’entente de la plaisanterie suivante. Il ne saurait dire qui d’elle ou de lui tend le bâton pour se faire battre. « - Moi qui me faisait une joie d’aller pisser dans un bocal, quelle déception. Dire que je m’étais réservé pour cette occasion spéciale. » Ricane-t-il, en mimant une réelle déception. Avec tout l’alcool qui migre dans ses veines, il ne peut qu’espérer qu’elle ne le prenne pas au mot. « - Ton meilleur élément ? Etrange que je ne sois pas plus haut gradé après toutes ces années en service… Evite de me servir tes flatteries Rivka, surtout lorsqu’elles sont aussi peu crédibles que ça. » Il manque bien trop de discipline pour gérer correctement une équipe, en dépit de ses années d’expériences. Il reste indigne de confiance, imprévisible jusque sur le terrain. « - Qui te dis que je n’étais pas moi-même plusieurs années en arrière ?  Je n’ai pas besoin d’une pause. Tourner comme un lion en cage chez moi aggraverait seulement les choses. C’était… juste un moment de faiblesse. Je vais me reprendre. Tu sais que ma situation n’est pas évidente en ce moment, je ne crois pas que j’ai besoin de te faire un dessin à ce sujet. » Il se refuse à mettre des mots plus concrets sur les drames qui jonchent son existence. Il est toujours aussi douloureux d’en parler, de se confronter à l’horrible vérité. L’idée même de ne plus jamais revoir sa femme lui semble terriblement absurde. Autant que songer à sa fille prisonnière à jamais de sa condition de zombie. « - Qu’est-ce que tu veux entendre pour qu’on en reste là de notre entrevue ? » Finit-il par soupirer, ses sphères d’acier plongées dans celles de la brune. Le masque moqueur enfin retiré. Il est prêt à faire preuve de bonne volonté pourvu qu’elle lui permette de s’en aller. Sans doute un peu trop tard.  

_________________
The moon is bright in that treetop night. I see the shadows that we cast in the cold, clean light. My feet are gold. My heart is white. And I am racing out on the desert plains all night. I know love as a caging thing. Just a killer come to call from some awful dream. But my heart is wild. And my bones are steam. And I could kill you with my bare hands if I was free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2985-rhys-les-morsure http://www.mercy-in-darkness.org/t4707-rhys-changing-tides

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 724
↳ Points : 166
↳ Arrivé depuis le : 11/06/2017
↳ Age : 28
↳ Avatar : Keira Knightley
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Recruteuse pour la milice
↳ Opinion Politique : Pro Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist : Travis ♪ Re-Offender
↳ Citation : "Le sens moral est plus important que l'intelligence. Quand il disparaît d'une nation, toute la structure sociale commence à s'ébranler"
↳ Multicomptes : Joshua Bates
↳ Couleur RP : #6cb288



les petits papiers
↳ Copyright: peculiar soldat & trumblr & okinnel
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Soldier Side {PV}   Mer 29 Nov - 19:41

Elle s’efforce de sourire, sous l’œil suspicieux de Rhys qui pousse les questionnements toujours plus loin. Fait resurgir des souvenirs sinistres dans un fracas tonitruant. Ils traversent sa vie comme un éclair qui lui laisse un arrière-goût de tristesse. Son corps frêle s’alourdit sous le poids de la frustration et de l’humiliation. L’étiquette de l’accusée, jugée avec froideur dans l’enceinte austère du tribunal, lui colle à la peau. Un sentiment d’injustice déferle en elle tel une vague dévastatrice ravageant tout sur son passage. Un tourbillon d’émotions entremêlées en symbiose, toutes plus désagréables les unes que les autres. Le froid traverse ses membres un à un. Saisit chaque parcelle de sa peau mais ne peut prendre le dessus sur les lampées de feu  qui la dévorent de l’intérieur. Elle serre frénétiquement le bureau. Cherche une alternative du regard, le visage loin d’être serein. Se retient de l’étriper comme un lapin qui a eu le malheur d’entrer en opposition avec elle.

Refuse de lui accorder trop d’importance. Qu’il soit aux premières loges de sa défaite. Ne serait-ce que pour sauver son enviable réputation de dame haut placée au sein de ce gouvernement exemplaire. Celle qui donne toujours des opinions très tranchées qui viennent à s’élever. Celle qui parvient à affirmer ses idées clairement, et à remettre ses recrues sur le droit chemin. Rhys est imperméable à ses discours moralisateurs. Prêt à la descendre en flèches et à observer son travail d’un œil critique. La politique est complexe, et pourtant elle argumente encore, envers et contre tous. Convaincue d’œuvrer pour la bonne cause. « Tu te montres un peu trop critique, à mon goût. Hostile envers un grand nombre de personnes qui t’ont tendu la main. Je tiens quand même à te préciser que sans ces dirigeants, tu serais dans une situation très précaire. Eleveur de bétail, aux côtés de tous ces idéalistes et de tous ces anarchistes. En train de croupir dans une cellule. Peut-être même en train de giser dans un caniveau. Je ne donnerais pas cher de ma peau non plus. Un peu de reconnaissance serait bienvenue ». Un souffle libérateur s’échappe involontairement de sa gorge.

Rivka est persuadée de pouvoir évoluer dans ce monde apocalyptique avec plus de sécurité, grâce aux mesures prises par les dirigeants. L’assassin de Calev lui a permis d’ouvrir les yeux sur la cruauté des hommes. Capable de faire subir les pires tortures qui puissent exister sans posséder de pouvoirs surnaturels. Malgré les lois mises en place, visant à protéger l’intégrité physique et psychologique des citoyens. Ils recherchent la simplicité, et convoitent sans cesse la liberté. Désireux de se débarrasser de ce macabre fardeau évoqué par Rhys. L’anarchie laisserait la place à une vie de violence et de sauvagerie gratuite. Le tueur s’emparerait de sa victime sans craindre des représailles. Et ses prunelles s’assombriraient de jour en jour. Une vague de colère la prend à la gorge, lorsqu’elle se perd dans ses yeux luisants de sournoiserie et de flexibilité. A croire qu’il a la fâcheuse faculté de lécher les bottes du gouvernement lorsque certaines situations l’exigent, et de faire valoir d’autres idéaux la seconde suivante. Ses attaques ne cessent pas.

Il continue de lui faire part de ses idées saugrenues. Ahurie, elle halète difficilement. « Combien de vies avons-nous sauvé ? ». Elle déteste son petit rire suffisant. Il a l’art de la prendre pour une imbécile. Et pourtant, elle le contemple avec une évidente affection. Est forcée de reconnaître qu’elle apprécie  ces joutes verbales qui ponctuent son quotidien depuis plusieurs mois. Tous les deux dotés de cet entêtement légendaire source de complications diverses. Partager des confidences, quelques espérances, entre deux propos désinvoltes. Un éclat de lumière qui perce la pénombre. Elle laisse maintenant les relents de légèreté flotter dans l’air. Elle pouffe de rire à son tour. Secoue machinalement la tête en réalisant l’absurdité de ces échanges. « Tu pourrais prétendre à un grade supérieur, si tu arrêtais d’endosser ce rôle d’adolescent pré-pubère instable, grincheux et capricieux ». Le sourire narquois suspendu à ses lèvres s’efface en un claquement de doigt. Elle sent une vive douleur lui transpercer l’estomac, ses allusions se propageant à grande vitesse de son esprit. « Je te laisse une dernière chance, pour te témoigner mon respect et ma gratitude. Ne me déçois plus ». Marmonne-t-elle, dans un éclair de compréhension insoupçonné.

_________________
OPEN ARMS OF DAMNATION
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4888-rivka-perfect-symmetry

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 3309
↳ Points : 562
↳ Arrivé depuis le : 26/09/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Cillian Murphy
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : Ancien militaire et archiviste ; Peacekeeper
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
DAMIEN RICE - small crime | ROSS COPPERMAN - holding on and letting on | YEARS & YEARS - desire | KODALINE - honest | OF MONSTERS AND MEN - little talks | APOCALYPTICA - cold blood | NICK CAVE - red right hand | BEN NICHOLS - this old death | PHOSPHORESCENT - song for zula | RAG'N'BONE MAN - skin | MUMFORD AND SONS - thistles and weeds | LORD HURON - the night we met | DEAN LEWIS - waves

↳ Citation : "Sometimes there is absolutely no difference at all between salvation and damnation."
↳ Multicomptes : Tobias Madsen
↳ Couleur RP : MediumTurquoise



les petits papiers
↳ Copyright: Tik Tok & ANESIDORA & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Soldier Side {PV}   Ven 22 Déc - 17:53

La recruteuse a certainement raison. La milice lui a offert une qualité de vie qu’il ne peut pas nier. Il ne peut pas s’empêcher de se demander s’il aurait si mal tourné néanmoins. Il aurait pu canaliser son énergie autrement, servir une cause plus noble. A l’époque il avait toutefois encore une famille à protéger. Il ne pouvait pas prendre le risque de sortir des rangs. De changer de camp. A présent que sa femme est morte et que sa fille n’est plus vraiment là, il ne peut s’empêcher de remettre en question ses choix toutefois. Suivre aveuglément les ordres lui pèse de plus en plus. Renier ses valeurs profondes tout autant. Il s’est pris un tesson de verre dans l’abdomen autrefois, pour avoir riposté à de vulgaires railleries sur son orientation sexuelle. A présent, il fait partie de ceux qui les coffrent et les enferment. Comme s’ils étaient atteints d’une maladie mortelle et contagieuse. Comme s’ils commettaient un véritable crime. Alors même que des membres hauts placés de la dictature ne se gênent pas pour se vautrer dans l’indécence. Goûtant sans vergogne au fruit défendu. Le soldat abhorre toute cette hypocrisie autour des règles rigides de la Prohibition. Honteux de participer à leur système ignoble. La loi du silence qui règne et permet les pires injustices. Il serait surement mort, ou réduit au rang de misérable paysan s’il n’avait pas réintégré l’armée. Mais il pourrait au moins se regarder dans une glace sans ciller. S’il n’est pas non plus pour le chaos, l’anarchie prônée par les rebelles les plus extrêmes, une part de lui reste convaincue qu’ils auraient pu faire mieux. Ne pas annihiler toutes les libertés au nom du maintien de l’ordre. Ils ne font que reproduire les erreurs du passé, encore et encore. L’Histoire ne leur a pas servi de leçon. Les dirigeants continuent de semer la terreur arbitrairement à la moindre occasion.

Combien de vies avons-nous sauvé ? Ont-ils vraiment sauvé celles qui comptaient ? On dit que les meilleurs partent en premier. Ceux qui restent ne sont encore en vie que par accident ou par acharnement. En dépit du gouvernement tyrannique. Pas grâce à lui. L’islandais se mord la langue pour ne pas épancher davantage sa vision critique, peu désireux de finir écroué pour blasphème. Il n’a confiance en Rivka qu’à dose homéopathique. Il sait qu’elle est la plus fervente admiratrice des bourreaux au pouvoir et qu’elle ne les représente pas à merveille par hasard. Trop aveuglée par le peu qu’ils lui ont donné pour s’offusquer de tout le mal qu’ils infligent aux autres. La milicienne se détend toutefois sensiblement, reprend l’échange avec une pointe de désinvolture. Un tel revirement aurait été purement impensable des mois auparavant. Ils se seraient écharpés violemment, comme deux bêtes férocement attirées par l’odeur du sang. « - Oh tu me connais, j’ai renoncé à toute ambition de ce genre. C’est bien plus amusant de désobéir aux ordres que d’en aboyer. » Ironise-t-il, conscient de ne pas avoir vraiment gagné en maturité avec les années. La délivrance arrive enfin sous la forme d’un simulacre de pardon, et il se relève avec une précipitation légèrement suspecte dès la fin de la tirade. De peur qu’elle ne se rétracte. Trop vite, puisque une vive douleur lui lacère aussitôt le torse, se rappelant à son bon souvenir. Une grimace lacère son visage l’espace d’une seconde, aussitôt chassée par l’habituel flegme de façade. « - Je te remercie pour ton indulgence. Je tâcherai de ne pas l’oublier. » Souffle-t-il en hochant la tête, avant de se diriger vers la porte. « - Prends soin de toi Rivka. » Il lui jette un dernier regard avant de la franchir, une reconnaissance sincère au creux des prunelles, avant de s’éloigner dans les couloirs froids du bâtiment.


| TOPIC TERMINE


_________________
The moon is bright in that treetop night. I see the shadows that we cast in the cold, clean light. My feet are gold. My heart is white. And I am racing out on the desert plains all night. I know love as a caging thing. Just a killer come to call from some awful dream. But my heart is wild. And my bones are steam. And I could kill you with my bare hands if I was free.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t2985-rhys-les-morsure http://www.mercy-in-darkness.org/t4707-rhys-changing-tides

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Soldier Side {PV}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Soldier Side {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» Soldier vs Cop or not
» Le Projet Soldier
» Soldier Front
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-