AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 dirty little blackmail • ft. carter (rp express)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Dim 24 Sep - 19:19


« dirty little blackmail »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

Une heure et demi du matin passée, le rideau allait bientôt tomber sur le Old Absinthe House. Avec l'aide d'Isaak, Riley avait réussi à mettre dehors cette ordure de Brooks, avant qu'il ne se mette à ronfler sur le comptoir ou ne vomisse dans ses tasses à café, comme cela en devenait une habitude. Tous les jeudis soirs, ce vieux poivrot venait faire la tournée des camés du French Quarter pour le compte de la Sakpata et tous les jeudis soirs, il finissait sa route dans l'établissement de Riley, qui n'avait d'autre choix que de le servir et me mettre ses verres d'alcool sur l'ardoise de son employeur. La Sakpata étaient des bons payeurs, elle n'avait rien à redire là-dessus. D'ailleurs, Riley n'avait rien à redire sur une grande partie de son existence. Si elle voulait survivre, elle devait s'accommoder de certaines choses qui révulsait sa morale. Depuis la mort de Martin, il lui était difficile de dire non aux mafieux qui entraient dans son bar et à toute la vermine vivant dans le coin, voire même sortant directement de Darkness Falls. Le fait d'être une femme d'un jeune âge ne facilitait pas non plus les choses, même si Riley profitait de la réputation qu'avait acquise son mari au fil des années. C'était un homme de confiance, une figure du quartier, respecté des mafieux comme des résistants. De ce fait, la jeune femme pouvait encore compter sur des alliés précieux pour protéger son établissement, car à présent elle en était la seule propriétaire et gestionnaire.

La brune éteignit la machine à expresso et débrancha les tireuses à sodas (dont certaines ne contenaient ni Canada Dry, ni Coca-Cola), puis donna son congés à Isaak lorsqu'il eût terminé de passer la serpillière dans les toilettes. Elle l'entendit sortir par la porte de derrière quelques instants plus tard, se retrouvant enfin seule, dans cet immense baraque à étage. Son regard croisa la photo de Martin encadrée au-dessus de l'antique caisse enregistreuse, lui arrachant un sourire tendre aux bords des lèvres. « Bonne nuit, chéri » dit-elle, en s’apprêtant à éteindre les néons du bar. La clochette de la porte d'entrée tinta derrière elle, la faisant se retourner. « La maison est fermée » lança-t-elle à voix haute à l'individu qui venait d'entrée. Riley tressaillit en reconnaissant l'uniforme de la milice. Pas un contrôle à cette heure-ci, pensa-t-elle en se préparant mentalement à faire usage de ses dons d'illusions.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.


Dernière édition par Riley J. Nott le Mer 1 Nov - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Mar 26 Sep - 15:24


La journée a été particulièrement longue. La paperasse s’est accumulée sur ton bureau, dossiers après dossiers. Le temps a même semblé s’interrompre plusieurs fois sur le gros cadran accroché au-dessus de la porte. Tu ne peux pas le nier, le terrain te manque. Sentir l’adrénaline couler dans tes veines à l’appréhension du danger, à son approche féline et fourbe, à son attitude désinvolte face à vous autres, simples êtres humains. Ces dernières semaines, l’obsession d’un seul et unique dossier portant un seul et unique nom te perturbe. Tu as jeté les dernières cartes, bouger la dernière pièce sur l’échiquier. Il t’est maintenant dangereux de déambuler dans les rues, vêtu de ton uniforme alors même que tu joues à l’agent double depuis le début de la semaine. Dangerosité. Tu prends des risques inutiles. Adrénaline pour laquelle tu te sens finalement vivant, dans ce monde plongé dans l’horreur. Pour le moment, tu as besoin de combler un tout autre manque. Un besoin vital. Une obsession. Tu te frottes les yeux du bout des doigts, alors que le tube de nicotine se consume avec une lenteur aberrante entre tes fines lèvres. Tu te délectes de ce goût qui te brûle la gorge, de ce goût qui se dépose sur ta langue et laisse une fine pellicule noire sur tes poumons. Le mégot termine son chemin sur le goudron, libérant quelques cendres et quelques poussières de tabac enflammé emportées par le vent. La semelle de ta chaussure vient l’écraser, faisant une tâche noir sur le trottoir. Tu renifles, passes ton pouce sur tes lèvres et pousses la porte du bar.

La maison est fermée. Un sourire naît sur ton visage jusqu’alors éteint. Tu t’approches de la jeune femme, avant de bifurquer sur un des sièges de bar. Tu t’installes. Tu te fiches des heures d’ouverture. Ton poste dans cette dictature t’offre des droits. Des droits desquels tu jouis sans la moindre gêne, la moindre honte. Tu la regardes avec insistance. « Bien. J’crois que j’vais devoir me servir seul. » dis-tu, arquant un sourcil, visiblement amusé par la situation. Tu te redresses sur tes pieds et contournes le comptoir. Tu te trouves un verre et commences à fouiller. Tu soupires en ne voyant que des boissons sans intérêt. Ton âme alcoolique ne peut pas se contenter de vulgaire soda. Elle veut de la liqueur, du venin, du feu liquide. Tes pupilles s’ancrent dans les siennes. « Je suis certain que vous avez autre chose à boire. » Ta voix ne trahit rien. Tu sais ce que tu es venu chercher. Et tu l’obtiendras. D’une manière ou d’une autre.

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Mar 26 Sep - 21:40


« dirty little blackmail »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

La porte d'entrée avait claqué derrière elle alors que Riley était sur le point de fermer pour la nuit. Son sang s'était glacé dans ses veines en posant son regard sur la silhouette d'un homme en uniforme de milicien. Elle avait soupiré de lassitude. Que faisait-il ici à cette heure de la nuit ? S'installant d'abord au bar, l'individu avait ignoré sa remarque pour venir faire le tour du comptoir.  « Bien. J’crois que j’vais devoir me servir seul » lui dit-il en se saisissant alors d'un verre. La jeune femme ne cilla pas, le laissant chercher du regard ce qui pourrait étancher sa soif nocturne. Plus vite il boirait, plus vite il partirait. Mais le regard du milicien s'arrêta finalement sur elle, la pénétrant. « Je suis certain que vous avez autre chose à boire » lui demanda-t-il, d'une voix calme. La jeune femme avait parfaitement compris à quoi faisait référence le milicien, mais s'attendait-il réellement à ce qu'elle lui réponde par l'affirmative ? C'était un test. Il n'était pas le premier à le lui soumettre. Beaucoup d'autres avant lui étaient venus dans son bar avec leurs airs de cow-boys, pour faire claquer leurs semelles sur le parquet et inspecter les moindres recoins d'un œil affûté. Certains même n'avaient pas hésité à renverser les verres, démonter les banquettes et défoncer la porte d'un toilette hors-service pour s'assurer que rien n'y était dissimulé derrière. Comme si Riley était assez stupide pour cacher des bouteilles d'alcool dans les toilettes de sa clientèle... Évidemment, ils s'étaient tous cassés les dents les uns après les autres, floués par les illusions créées par la sorcière. Les caisses de spiritueux reposaient bien sagement dans le conduit de cheminée condamné un siècle plus tôt par les arrières grands-parents de son mari. A présent, celui-ci était recouvert par un mur de petites annonces amoncelées au fil des années par les locaux. « C'est tout ce qu'il me reste » dit-elle en désignant les bouteilles de sirops exotiques ornant les étagères du bar. S'il n'avait pas fait partie de la milice, elle aurait pu lui conseiller de se servir une menthe à l'eau. Chez Riley, celle-ci avait un arrière goût d'anis et pouvait provoquer quelques hallucinations. Néanmoins, sa tenue peu amicale la faisait bien se retenir d'un tel conseil. D'autant plus que la jeune femme trouvait son attitude bien trop désinvolte pour se sentir en confiance en sa présence. « Revenez demain, j'attends une livraison. Il y aura du café et des jus de fruits frais » ajouta-t-elle, en essayant de garder une contenance. Son faible sourire trahissait une certaine fatigue chez elle, doublé d'une vive tension provoquée dans son corps par l'irruption de l'homme de la milice. La journée avait été longue, beaucoup trop longue pour être rongée par la peur d'un contrôle à une heure aussi tardive. Riley espérait que l'intrus s'en irait rapidement.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Lun 9 Oct - 18:39


Tu es rentré dans ce bar en sachant pertinemment ce que tu pourrais y trouver. La dictature en place est bien naïve de croire que la population entière se plie au moindre de ses caprices, sans chercher à jouer d’elle. Les miliciens, les soldats que vous êtes, rien n’empêchera les citoyens de se moquer du Gouvernement. Ils mettent leur vie en danger pour un vice, un verre de whisky, une liberté de parole. Les expériences antérieures, l’Histoire avec un H majuscule à prouver par le passé qu’une dictature ne dure jamais longtemps si l’on se donne les moyens de l’abattre. Les premiers murmures d’une résistance ne sont pas loin, présents à chaque coin de rue, cachés derrière le moindre chat noir une fois la nuit tombée. Simple question de bon sens. Et un bar sans aucune trace d’alcool, quand bien même sous la supervision de la milice, c’est suspect. Pourquoi autant d’hommes et de femmes viendraient d’un bar miteux si ce n’est pas pour quelques lampées de liqueur ? Tu arques un sourcil, déposes ton verre vide sur le comptoir et t’approches de la jeune femme. Tu n’es pas ici pour boire un jus de fruits pressés ou expresso fade. Tu n’es pas là pour que l’on te prenne pour un abruti. Ton rire froid résonne dans la pièce vide pour atteindre ses oreilles. Tu acquiesces doucement à ses paroles que tu sais fausses. Tu sais parfaitement ce qu’il est advenu de son cher et tendre mari, autrefois gérant de l’Old Absinthe House.

« Ce serait dommage de faire intervenir d’autres soldats pour qu’ils détruisent l’œuvre de votre défunt mari. Vraiment dommage. Je me trompe ? » commences-tu, d’une voix lente, calme et posée. L’avantage de bosser dans les bureaux ces dernières semaines, c’est que l’on peut découvrir beaucoup de détails en parcourant seulement quelques lignes écrites à la main. Des suspicions, des doutes, des informations essentielles. Ton pas est silencieux et te dirige vers elle. Jeune femme fatiguée par cette soirée, épuisée par ton entrée, éprouvée par la perte récente de son époux. Ton index glisse sous menton pour le relever, un sourire narquois naît alors sur tes lèvres. « Tout ce que je désire, c’est un verre de whisky. Il serait bête que ma seule possibilité d’obtenir ce trésor disparaisse sous mes yeux. En revanche, je n’aurais aucun remord à ce propos si un établissement inutile venait à être effacer, tout autant que sa gérante. » Ton regard se plante dans le sien, vérifiant que tes mots sont pris au sérieux, soient suffisamment clairs pour la jeune femme. « Whisky. » Tu recules et retournes t’installer au comptoir.

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Mar 10 Oct - 22:04


« dirty little blackmail »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

Bien sûr qu'il n'allait pas se contenter de la réponse que la brune lui avait donné, mais était-ce vraiment une raison pour ne pas la tenter ? Il fallait qu'elle mente. Il ne pouvait en être autrement pour la jeune femme. Sa vie entière, sa maison, son commerce, ses sentiments dépendaient de ce mensonge qu'elle entretenait si précieusement depuis la mort de son mari. Le Old Absinthe House était sa raison de vivre à présent. « Ce serait dommage de faire intervenir d’autres soldats pour qu’ils détruisent l’œuvre de votre défunt mari. Vraiment dommage. Je me trompe ? » vînt rajouter le milicien d'une voix lente. Le sang de la brune fit alors le tour de son organisme en quelques secondes. « Je vous interdis de parler de mon mari ! » s'insurgea immédiatement Riley en venant se dresser devant l'homme, la tête haute. Personne n'était autorisé à salir la mémoire de son mari sous son toit. Personne n'avait le droit de proférer des menaces dans son propre établissement. Peu importait l'uniforme face à elle. Peu importait de qui il tenait ses ordres, Gouvernement ou Résistance. Jamais Riley n'accepterait que le nom de Martin soit bafoué ou que son bar soit détruit. Elle le défendrait corps et âme, même si elle devait les laisser derrière elle dans la bataille. Le milicien profita de la promiscuité qu'elle venait de lui offrir par son coup de sang, pour venir effleurer son visage. « Espèce de... » siffla-t-elle entre ses dents, en repoussant sa main. Pour qui se prenait-il ? Pour un être tout-puissant à l'entendre rire. « Tout ce que je désire, c’est un verre de whisky. Il serait bête que ma seule possibilité d’obtenir ce trésor disparaisse sous mes yeux. En revanche, je n’aurais aucun remord à ce propos si un établissement inutile venait à être effacer, tout autant que sa gérante » reprit-il avant d'aller de nouveau s’asseoir de l'autre côté du comptoir. La jeune femme bouillonnait de l'intérieur. Les doigts de sa main se tendaient et se détendaient le long de ses flans, prêts à générer des illusions macabres qui pourraient faire fuir l'individu en courant. En était-elle seulement capable ? La fatigue, la colère, la peur aussi, étaient tout autant de facteurs émotionnels qui pouvaient jouer au défaveur de la sorcière. Depuis le décès de Martin, les pouvoirs de Riley s'étaient profondément affaiblis. Elle n'avait plus la même puissance que jadis, ni le même contrôle. Se trouver dans une situation stressante pouvait beaucoup influencer sa magie. Alors devait-elle prendre le risque de se dévoiler ou de mourir pour protéger son commerce ? Face à la pression de l'homme, la jeune femme pris la décision d'abdiquer. Elle apposa la main sur le miroir recouvrant le mur derrière le comptoir et se mit à marmonner quelques vers en latin, les yeux clos. Le miroir disparut peu à peu pour laisser place à une vitrine remplie de spiritueux. Riley se saisit alors d'une bouteille à l'allure cubique et à la robe ambrée. « Bourbon » dit-elle sèchement, en servant un verre au milicien qu'elle fit glisser jusqu'à lui, d'un coup de main. « On est bien informé dans la milice » renchérit-elle, ouvertement amère. Elle n'en revenait pas de ce qu'elle était en train de faire. D'ailleurs, pourquoi le faisait-elle ? Pourquoi baissait-elle sa garde aussi facilement ? Pourquoi son visage lui paraissait tellement familier ?


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Sam 14 Oct - 23:09


La réaction de la jeune femme te fait doucement rigoler. C’est si facile de faire sortir un être de ses gonds lorsque l’on connaît ses faiblesses et ses points sensibles. Il suffit de les titiller pour les voir imploser. Ton rire se propage dans la salle désormais vide du bar. Les chaises relevées sur les tables. Plus qu’une seule lumière éclairant la scène. La fatigue reste tout de même palpable chez elle autant que chez toi. La journée fut loin d’être amusante et revigorante. Ce fut même tout le contraire, à vrai dire. Pourtant, le déroulement des événements te plaît. Inattendu, mais plaisant. Tu abandonnes ton attitude calme et bienveillante que tu peux avoir, pour celle désinvolte, joueuse et provocatrice. Tu te moques de cette femme et de la récente perte de son mari. Tu te moques de ce qu’elle a pu avoir et qu’elle n’aurait plus, à présent. Tu te moques de ce qu’elle a pu posséder, et pas toi. Sa voix et sa posture défensive à ton encontre trahissent son dégoût de ta personne. Tu arques un sourcil, amusé. Encore une personne pour laquelle ton décès sera une bénédiction. « Espèce de con ? » demandes-tu, sans pour autant la lâcher du regard. Tu t’installes sur cette chaise de bar en observant chacun de ses gestes, comme si cela pouvait te donner la moindre indication quant à ses pensées. La petite brune semble affectée par les paroles s’échappant de tes lèvres, si bien qu’elle ne cherche plus à te défier. Tes pupilles azurs l’observent attentivement, bien que tes sourcils se froncent. Étrange magie… Tu penses rêver. C’est la fatigue. Très certainement. Tu secoues la tête et reprends ton observation.

Le liquide ambré se déverse dans le verre. De l’or liquide à tes yeux. Depuis la mise en place du Gouvernement, l’alcool est ce qui te manque le plus. La solitude, tu l’as fait devenir compagne bien avant que les restrictions ne pleuvent sur la population. Bien avant que d’étranges choses ne se libèrent dans votre monde. Alors, le simple fait qu’elle puisse t’offrir l’objet de tes désirs lui donne un certain charme. « Vos clients ne sont pas si discrets que vous le pensez, Nott. C’est étrange : les clients d’un bar ne vendant pas d’alcool mais qui en sortent puant la vinasse à plein nez. Vous devriez faire attention. » C’est un réel conseil, plus qu’une simple menace. Tu ne veux pas que le seul bar du quartier soit victime d’une descente de miliciens : tu ne pourras plus venir te sustenter de boissons acres et amères. Oui, tu comptes revenir. Plusieurs fois. Dès lors que ta dépendance à l’alcool resserrera son étau autour de ta gorge, tu pousseras la porte de cette enseigne. Tes yeux quittes la silhouette élancée de la demoiselle pour se poser sur ton trésor ambré. Une couleur claire offerte par le vieillissement du whisky et le fut dans lequel il a reposé. D’un geste circulaire du poignet, tu l’éventes. Le verre porté à tes lèvres, tu en savoures la saveur et l’arôme boisé. Le temps ne te presse pas. Les secondes s’écoulent lentement. « Que diriez-vous de me céder une caisse de ce bourbon à chacune de vos livraisons ? »

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Dim 15 Oct - 13:49


« dirty little blackmail »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

"Con" n'était pas exactement le terme venu à l'esprit de la jeune femme lorsque le milicien avait osé un geste déplacé à son égard. Le mot était bien trop faible pour décrire le dégoût que son attitude lui faisait éprouver. "Pourriture" s'accordait parfaitement au profit que pouvait faire de la plèbe les individus de son espèce, à savoir les miliciens. Il pouvait peut-être toucher à son alcool, mais égratigner la mémoire de son mari ou manquer de respect à sa personne étaient des choses dont ils n'avaient pas encore un droit total. « Vos clients ne sont pas si discrets que vous le pensez, Nott. C’est étrange : les clients d’un bar ne vendant pas d’alcool mais qui en sortent puant la vinasse à plein nez. Vous devriez faire attention » lui dit-il calmement, en buvant une gorgée du bourbon qu'elle venait de lui servir. Riley aurait souhaité qu'il s'étrangle avec son whisky. Par ailleurs, la jeune femme ne vendait pas de vinasse, seulement des alcools forts et ce, depuis un bon moment déjà. Les changements climatiques avaient détruit l'ensemble des vignobles du Comté de Napa, stoppant la production et l'importation des plus grands crus du pays. Les seules bouteilles de ce type qu'elle avait vu ces dernières années, étaient passées entre les mains de la mafia et non pas les siennes. « Le jus de raisin ça fermente très vite lorsqu'il fait chaud » se moqua-t-elle ouvertement. Le Gouvernement ne lui interdisait pas encore de vendre des jus extraient de fruits comme la pomme, l'orange ou même le raisin.

Les secondes passèrent tandis que Riley regardait en silence, l'homme se délecter du verre qu'elle lui avait accordé. Il le détaillait, le tournait dans un sens puis dans l'autre, comme s'il semblait y connaître quelque chose. Un bref instant, il lui rappela Alistair face à ses verres tentateurs, jouant avec l'alcool pour mieux le dompter. « Que diriez-vous de me céder une caisse de ce bourbon à chacune de vos livraisons ? » lui demanda soudain le milicien, l'air sérieux. Riley eût un temps d'absence avant de tiquer sur les paroles de l'homme. Elle manqua de s'étrangler de surprise, lâchant un rictus sonore. « Et puis quoi encore ? » soupira-t-elle, ébahie. « Qu'est-ce que vous croyez ? Je ne reçois pas des caisses de bourbon comme cela toutes les semaines » ajouta-t-elle, avec un rire mesquin. Finalement, la milice n'était peut-être pas si bien informée que cela. Le commerce de la jeune femme était bien trop illicite pour qu'elle ne puisse avoir le privilège d'être approvisionnée en alcool comme avant la prohibition. Les caisses qu'elle recevait par mois, elle pouvait les compter sur les doigts de la main. Il était hors de question qu'elle lui cède la moindre caisse, ni même la moindre bouteille. Elle était déjà assez avenante pour lui avoir servi un verre sachant le prix que ce bourbon lui avait coûté. « Le Kentucky, c'est pas la porte à côté » lui fit-elle remarqué, gentiment. C'était dans cet état des États-Unis qu'étaient situées les différents distilleries de whisky et de bourbon américain. Enfin, c'était autrefois, car l'Apocalypse était passée par-là depuis et les eaux-de-vie à base de maïs et de seigle se faisaient rares. Encore plus lorsque le Gouvernement mettait la main sur les chargements clandestins. Riley secoua la tête en signe de désapprobation, puis posa la main sur la bouteille de whisky, dans l’intention de la ranger dans sa vitrine.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Lun 23 Oct - 23:39


La chaleur du bourbon se diffuse lentement sur ton palais, et parcoure son long chemin dans le fond de ta gorge. Ce feu ardent, tu le sens glisser dans ton œsophage. Bordel. Cette sensation si douce t’avait terriblement manqué. Ton esprit ne pouvait plus passer une seule seconde sans t’imposer l’image d’une jolie bouteille au liquide ambré. Le manque creusait ton âme. Le manque te bouffait de l’intérieur. Le manque s’insinuait peu à peu dans ton être, pour t’étouffer. Lente agonie. Feu qui te consume encore, dont les brindilles attisent encore les flammes sans parvenir à l’éteindre. Ton poignet agite le verre de whisky, rotation parfaite et magnifiquement exécutée, répétée inlassablement. Ton nez savoure les saveurs fruitées de cet alcool désormais si précieux. À tes yeux, comme à ceux de la jolie jeune femme. En entendant sa moquerie, tu reposes ton trésor sur le comptoir et lèves les yeux vers sa fine silhouette. « Vous devrez être plus convaincante la prochaine fois qu’un de mes collègues viendra à votre rencontre. Des doutes planent autour de votre établissement. Une descente est prévue pour bientôt. » Tu arques un sourcil, toujours ce sourire malicieux à la commissure des lèvres. Sans doute que cette légère information te permettra d’obtenir une caisse tant désirée chaque mois. Tu mets toutes les chances de ton côté. Tu te fiches bien du camp dans lequel tu te trouves, du moment que tu peux servir tes intérêts. Le reste importe peu. Seul ton bénéfice compte, dans cette société apocalyptique. Seul ton alcoolisme parvient à te guider, en cette heure tardive.

Ta demande semble la surprendre plus qu’elle ne le devrait. Son tempérament sauvage te plaît davantage. Rares sont ceux qui osent te tenir tête. Rares sont ceux qui se moquent ouvertement du Gouvernement et de ses miliciens. Une nouvelle gorgée de cet alcool précieux brûle ta trachée sans le moindre mal, assouvissant ton envie, ton besoin de boisson. Sa réponse te fait arquer malgré toi un sourcil. Puis un nouveau sourire adoucit ton visage. « Je n’en doute pas. C’est pour cela que je suis prêt à mettre le prix qu’il faudra. » Ton addiction ne possède aucune limite. Et vaut-il mieux ne pas lui en imposer. Certains, auparavant, en avaient fait les frais. L’arôme du bourbon se diffuse dans ton estomac. Les différentes saveurs s’approprient chacune de tes papilles. « Vous ne voudriez pas vous fâcher avec un soldat, hn ? » Ce serait idiot de sa part. Véritablement idiot. « Cédez-moi une caisse de quelques bouteilles, et je supprimerais les soupçons sur votre enseigne. Un à un. » Cette proposition pouvait lui être alléchant, surtout en ces temps de répression. Ton verre ne tarde pas à être vidé de son contenu, t’arrachant alors un grognement animal. Le manque souffle à nouveau dans tes pensées. Ne te laissera-t-il jamais tranquille ? Tu sens encore le liquide doré se frayer un chemin dans ta gorge, mais cette sensation n’est plus suffisante. Ce vague souvenir doit être vécu une nouvelle fois. « Quelques bouteilles, et je saurais vous remercier comme il se doit. » Des mots pouvant sous-entendre tout, et n’importe quoi. Des sous-entendus souvent alliés de chacune de tes actions.

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Mar 24 Oct - 21:45


« dirty little blackmail »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

Tandis que le milicien jouissait du plaisir interdit de l'alcool remplissant sa gorge, Riley affûtait son sarcasme, doucement rongée par l'insolence dont faisait preuve son visiteur nocturne. Son ton, tout aussi suave soit-il, était une offense. Son sourire, tout aussi charmeur soit-il, n'était que provocation. Sa présence, toute aussi troublante soit-elle, était un poids. La jeune femme ne pouvait supporter, surtout pas à cette heure-ci de la journée, de voir un milicien jouer avec ce qu'elle de plus précieux au monde : son commerce. « Vous devrez être plus convaincante la prochaine fois qu’un de mes collègues viendra à votre rencontre. Des doutes planent autour de votre établissement. Une descente est prévue pour bientôt » lui dit-il en se mettant à nouveau à sourire du coin des lèvres. Riley aurait bien soupiré, si la mention d'une décente à venir ne l'avait pas fait tiquer. Son cœur s'accéléra quelque peu à cette révélation. Le stress serra sa gorge, mais elle fit tout pour garder la face, malgré l'inquiétude l'envahissant. « Je suis au courant » bluffa-t-elle, en lança un regard de défi au milicien. Elle n'avait aucune idée de quand allait se déroulait cette prochaine décente et c'était bien le plus gros problème de Riley. Elle ne s'éloignait jamais bien loin de son bar, par crainte de ne pouvoir être là lors d'un contrôle. Une partie de sa couverture tenait grâce à ses illusions. Même si ces caisses étaient bien cachées, une visite surprise lors d'un service du soir pouvait virer très vite à la catastrophe si Riley n'était pas là pour faire diversion.

Elle eût à son tour un sourire mesquin aux lèvres, lorsque l'homme osa lui demander de mettre la main sur des caisses de ses bourbons. Il en était hors que question, ni pour lui, ni pour que ce soit. Par ailleurs, la réserve de Riley était trop maigre pour qu'elle ne puisse se le permettre. Si on l'avait bien informé sur la présence d'alcool dans son bar, il se trompait sur la quantité. Dès lors, la jeune femme déclina l'offre outrancière. « Vous ne voudriez pas vous fâcher avec un soldat, hein ? » s'amusa alors le milicien. Fâcher non. Lui mettre son poing dans la figure était un souhait bien plus inspiré à l'instant précis. « Cédez-moi une caisse de quelques bouteilles, et je supprimerais les soupçons sur votre enseigne. Un à un » reprit-il en terminant son verre. Il avait l'air si sûr de lui, pour sûr il se voulait convaincant, mais la jeune femme n'était pas dupe. « Je ne vous crois pas » coupa-t-elle, immédiatement. Il ne pouvait pas avoir ce pouvoir là. A moins qu'il soit bien plus qu'un simple milicien, ce dont elle doutait fortement vu son manque de tenu et le fait qu'il soit seul. Non, c'était un loup solitaire qui profitait de son statut pour lui faire honteusement du chantage. « Quelques bouteilles, et je saurais vous remercier comme il se doit » lui dit-il, comme s'il lui faisait une faveur. Quel était ce jeu auquel il se livrait avec elle ? Riley n'arrivait pas à suivre sa logique. Elle venait déjà de répondre à ses exigences en lui offrant un verre et maintenant il voulait faire se montrer clément en protégeant son commerce ? « Alors, vous entrez dans mon bar, menacez de le brûler et maintenant je devrais vous céder mes bouteilles en remerciement ? » s'étonna faussement la brune. La brune croyait rêver. A vrai, elle aurait souhaiter plus que tout au monde que ce cauchemar constant dans lequel elle vivait soit un songe. Elle aurait aimé par-dessus tout ne pas avoir à vivre avec une épée de Damoclès constante et vacillante au-dessus de sa tête, chaque contrôle. Stopper sa vente illégale d'alcool mettrait un terme à sa souffrance, mais ne plus en vendre revenait à perdre toute sa clientèle, son bar, sa maison. Et cela, Riley ne pouvait s'y résoudre. « J'ai mieux comme marché. Vous dites à vos abrutis de copains en uniforme gris de ne plus bloquer la route des camions de ravitaillement pour se servir et peut-être que je pourrais faire quelque chose pour vous trouvez une bouteille de temps à autre » dit-elle finalement en venant planter son visage en face de celui de l'homme. Son bar, ses règles. Aux dernières nouvelles, la consommation d'alcool était aussi punie par la loi. Avec les trois verres qu'il venait de s'enfiler, elle pouvait aussi avoir son mots à dire dans les négociations.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.


Dernière édition par Riley J. Nott le Mer 25 Oct - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Mer 25 Oct - 17:09

Le mensonge ne t’effraie plus. Tu joues avec une réalité faussée comme tu le ferais avec une simple pièce que tu ferais tourner entre tes doigts : d’une facilité déconcertante. Avec le temps, avec la répression en place, tu as appris à manier cet art si particulier. Rien ne te trompe. Ni tes mains, ni tes yeux, ni ta posture. Rien ne te trahit. La dernière goutte de bourbon présente dans le fond de ton verre t’amuse. Ton poignet s’amuse toujours à faire tournoyer ce liquide précieux, suivant à la perfection les contours lisses de son contenant. Ce dernier se retrouve finalement abandonné sur le comptoir, rejoignant alors une triste solitude. La sensation de brûlure dans ta gorge disparaît au fil des secondes, chaque mot s’échappant de ta bouche emporte avec lui une trace de cet alcool délectable. À vrai dire, à cet instant précis, n’importe quelle boisson alcoolisée aurait pu être dans l’ambroisie sur ta langue. Sa pauvre remarque t’arrache un ricanement. « Au courant, vraiment ? » tu secoues la tête d’un côté puis d’un autre, et termines cette mimique en levant les yeux au ciel. « Bien essayé. » admets-tu. Bien essayé, oui, mais savoir dominer la situation n’est pas si simple que cela. Tu as tenu la carotte, et la brune s’est empressée de croquer dedans.

Ce soir, tu ne pensais pas faire face à autant d’amusement. C’est grisant. En revanche, ton petit manège ne semble pas prendre pour cette fois. Tu as du pouvoir, mais pas au point de faire abandonner une mission, une descente à ton escadron. L’enjeu est bien trop important pour le Gouvernement. Pour cette dictature. Ton attitude provocatrice est futile pour nuire à la réputation de la milice. Elle se salit déjà suffisamment elle-même. Ce comportement, chez toi, est presque nouveau. Le chantage ne fait pas parti de ta personnalité. Les rares où tu en as fait usage, tu n’étais encore qu’un enfant que l’on avait abandonné sur les marches d’une église. Désormais, tu es un adulte, mais le manque est trop fort. Le besoin de t’imbiber pour oublier vos conditions est bien trop puissant. Grimes. Del Nero. Deux noms qui chamboulent ton esprit. Deux noms qui te sont coûter de prononcer, mais qui t’obsèdent tant ils prennent de l’importance au fil des jours. L’un satisfait des besoins primaires, quand bien même tu le trahis pour garder ton job, et l’autre se dit d’être du même sang que toi en agitant des tests ADN sous ton nez.

La simple évocation de ses deux ordures te fait vriller. Tu te lèves d’un bond pour venir te poster face à la barmaid, menaçant. « Huit bouteilles sur chaque livraison. Ou tu n’auras que tes yeux pour pleurer le souvenir de ton mari et celui de ton bar. » Au diable le tutoiement, au diable les sourires et autres mimiques agréables. « Et mes abrutis de copains, comme tu dis, se feront une joie de mettre un terme à ton trafic. » Bourbon, simple whisky, ou même vodka. Peu importe, du moment que tu peux foutre ton esprit en l’air le temps de quelques heures, ou de quelques jours. Retourner à ta vie avant cette apocalypse. Et si elle s’amuse à te faire tomber, elle tombera aussi. Tu peux encore t’en sortir. Mais elle, elle sera vouer à un sort douloureux. Bien plus que le tien. « Ce serait dommage que l’on abîme ce si beau visage. » lâches-tu alors que ton pouce vient caresser sa joue.

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Mer 25 Oct - 21:44


« dirty little blackmail »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

Il n'était pas idiot. Malheureusement pour Riley, son bluff ne marcha pas sur le milicien, qui prit de plus en plus l'avantage dans ces négociations. La jeune femme tenta de faire bonne figure, mais son corps commençait à trahir les émotions la prenant : la fatigue, la peur, la résilience. Son caractère rebelle lui sommait de résister. Elle ne pouvait pas se laisser manipuler d'une telle façon. Elle ne pouvait pas céder face à l'ennemi la pressant déjà de toutes parts. Son bar était tout ce qu'elle avait. C'était tout ce qu'il lui restait. Sans lui, elle perdait la dernière part de Martin en elle. Elle perdait son job, son toit, sa raison de vivre. Son mari n'aurait jamais accepté un tel chantage, mais son mari n'était plus là. Elle était une simple femme au corps frêle, debout derrière un bar. Depuis sa naissance, elle savait qu'elle n'aurait jamais le droit au respect offert à un homme par le simple fait d'avoir une paire de testicules. Même si elle avait appris à se défendre avec les années. Même si ses illusions pouvaient effrayer des hommes, elle était consciente du danger qu'elle encourait d'être une jeune femme seule. Une proie facile, ayant fait l'erreur de laisser le loup entrer dans la bergerie. « Huit bouteilles sur chaque livraison. Ou tu n’auras que tes yeux pour pleurer le souvenir de ton mari et celui de ton bar » hurla soudain le milicien, en bondissant vers elle. Riley sursauta, se reculant d’instinct. Il était plus grand qu'elle, beaucoup plus grand. Si en premier lieu sa stature lui avait paru séduisante, elle lui était maintenant trop imposante. Pendant un bref instant qu'elle ne put contrôler, la jeune femme ferma les yeux, s'attendant à se voir empoigner. Mais le milicien n'en fit rien. Elle ne sentit que son haleine chargée près de son visage. « Et mes abrutis de copains, comme tu dis, se feront une joie de mettre un terme à ton trafic » lui dit-il, toujours aussi menaçant. Riley rouvrit les yeux et releva péniblement le visage, pour soutenir le regard de l'homme. Ce qu'il lui demandait était impossible. C'était beaucoup trop. Beaucoup trop pour un seul milicien. « Quatre bouteilles. Je ne peux pas plus, sinon je ferme mon commerce. Je dois en garder pour mes clients » avoua-t-elle difficilement. Son commerce allait bon train grâce au trafic auquel elle s'adonnait. Si elle ne pouvait plus satisfaire ses clients en alcool, elle mettrait très vite la clef sous la porte. Dans son intérêt, comme dans celui du milicien, elle devait continuer ses affaires. Dans d'autres cas, elle ne pourrait même plus le servir. « Ce serait dommage que l’on abîme ce si beau visage » lâcha-t-il, en venant caresser sa joue de son pouce. Riley ravala une larme qui menaçait de rouler le long de sa pommette, tellement elle se sentait humiliée. Il n'avait pas le droit de la toucher ainsi, pas sans son consentement. « Finissez votre verre et allez-vous-en » lui instigua-t-elle, en repoussant une fois de plus sa main. La jeune lui tourna le dos, faignant d'essuyer le bar pour cacher son visage fébrile. Elle priait pour qu'il parte aussi vite qu'il était venu.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   Sam 28 Oct - 18:28

L’alcool te fait cracher ta bile contre la jeune femme. Les boissons ambrées ont toujours eu cet effet là sur toi, à forte dose. Ce doux poison, tuant ton foie au fil des années et des cuites durement vécues, fait sortir ta rage, ta frustration et ta souffrance jusqu’à t’en faire perdre le contrôle. Ta voix s’élève, soulevant la poussière du comptoir et des tables. Le son rauque de ta voix se perd sur le visage de la poupée te tenant tête, amenant avec lui les effluves de ce savoureux bourbon. Besoin de dominer, ne serait-ce qu’une fois, pour ne pas perdre pied dans cette putain de vie de merde. Lutter chaque jour pour garder sa place. Lutter chaque jour pour réprimer ce que l’on est. Lutter chaque jour pour ne pas se foutre en l’air. Lutter chaque jour contre ce besoin irrépressible de whisky. Cette vie est devenue trop difficile, même pour un soldat tel que toi, ayant connu les affres de la solitude, les abysses du manque, et l’obscurité des déceptions. Le temps s’avance puis se fige sans jamais prévenir. Pourtant, désormais, ça fait bien trop longtemps que le temps ne s’est pas émietter. Il refuse de faire bouger la moindre aiguille sur le cadran. Il se contente d’accumuler les remords, les regrets, les problèmes dans chaque vie. Il se contente d’empiler les cadavres dans le placard. Et cette ambroisie liquide est la seule solution pouvant guérir tes maux pour quelques petites heures.

Ton corps bondit face au sien, te fichant bien de l’image que tu peux donner à cette femme, te fichant bien de l’image que l’on peut avoir de toi, pour une fois. Tu exiges huit bouteilles de ce bourbon parfait. Huit bouteilles contre une menace qui fait son petit effet. Les yeux de la demoiselle la trahissent. Et ce malgré, le fait que l’alcool altère lentement ton jugement. Des menaces qui se verront mises à exécution si tu parviens à te montrer suffisamment convaincant auprès de ton escadron. Des menaces pour lui faire peur, pour qu’elle te cède ce que tu lui demandes. « Six. » Tes yeux ne trahissent aucune émotion. Tu auras six bouteilles, pas une seule de moins. Tes pupilles dilatées l’observent se retourner vers son comptoir tandis que tes doigts se resserrent autour de ton verre. Tu avales les dernières gouttes de cet élixir de vie et viens à nouveau te poster face à elle. Ta main lui lègue son précieux verre, pendant que tu te penches à son oreille, comme si un quelconque individu pouvait vous entendre, quand bien même vous êtes seuls dans la pièce. « Je viendrais les chercher à la fin de la semaine. » Ton souffle chargé s’abat encore sur son doux visage, puis tu t’écartes. Tu la fixes un instant. Elle ne se jouera pas de toi. Elle n’a certainement pas intérêt. Tu attrapes ta veste et tes pas te guident jusqu’à la porte que tu fais claquer derrière toi. De grandes enjambées pour fuir les rues désertes jusqu’à ton appartement, regrettant dores et déjà cette action nocturne dictée par la boisson.

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: dirty little blackmail • ft. carter (rp express)   

Revenir en haut Aller en bas
 

dirty little blackmail • ft. carter (rp express)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Isabella Eloïse Carter {OK}
» PEKIN EXPRESS 2009
» 2.07 : Dirty Money
» Maison de Carter (-18 ans)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: Old Absinthe House-