AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Martyr of the free world |Riley|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 270
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Martyr of the free world |Riley|   Mar 26 Sep - 13:32



Martyr of the free world
You can not hide yourself behind a fairytale.



La nuit était tombée depuis quelques heures quand il s'engouffra hors de son appartement en urgence. Le biper résonnait toujours dans sa main, celui-là-même qui l'avait réveillé en sursaut. Orfeo n'aimait pas ça. Il n'aimait bien qu'on lui coupe ses rares heures de repos, ses rares moments où, les yeux fermés, il pouvait ne plus penser au monde qui l'entourait, à cette époque qu'il ne comprenait pas entièrement. D'ailleurs, c'était la raison pour laquelle il n'arrivait pas à stopper les cris stridents de l'engin. La fatigue accumulée des derniers jours, les blessures cicatrisant à peine, l'empêchaient d'assummer pleinement ses réflexes. Et même ce qu'il faisait tous les jours ne lui était pas naturel. C'était un fait, et il le savait bien. Voilà donc pourquoi il embarquait le biper avec lui, réveillant par la même occasion tous les appartements qu'il croisait. Ah, s'en rendait-il seulement compte ? La tête dans le gaz, certainement pas. Et d'un autre côté, il s'en moquait pas mal. Pourquoi les autres auraient-ils le droit de dormir si lui devait se bouger pour son boulot ? D'autant plus qu'aucune fumée ne s'élevait dans le ciel, il n'y avait pas d'incendie important à éteindre. Pourquoi l'avoir réveillé alors ? Il s'attendait à une raison merdique, une de ces excuses qui l'enflammait et lui donnait envie d'assommer son interlocuteur. Cette excuse, c'était un membre du Gouvernement qui les réclamait. Souvent pour des tâches "ingrates", qui auraient pu attendre mais comme les dirigeants voulaient montrer leur pouvoir sur la populace... Au moins une chose qui n'avait pas changé au fil des siècles.

Il ne lui fallut qu'une dizaine de minutes pour arriver jusqu'à la caserne, la Nouvelle-Orléans n'étant pas la plus grande ville au monde, et sa condition physique lui permettant de tenir une cadence assez importante sans trop de soucis. Finalement, il avait été médisant sur les raisons de l'appel. Une urgence, voilà pourquoi il l'avait appelé. Une disparition la semaine dernière, dont la personne semblait avoir réapparu il y a quelques minutes, quelques heures. Sauf que personne ne pouvait l'approcher, et elle ne parlait plus, perchée en haut d'un immeuble non loin de là. Orfeo ayant toujours réussi à éviter les suicides lorsqu'il était présent, on avait fini par l'appeler, un peu en désespoir de cause. Un soupir quitta ses lèvres alors qu'on le conduisit jusqu'à l'immeuble. Personne ne se doutait qu'il utilisait ses pouvoirs dans cette situation. Personne ne remarquait cela, ce qui l'arrangeait bien d'un côté. Il n'aimait pas avoir à dévoiler sa nature, même à ses collègues. Finalement, seul Callum y avait eu le droit, mais il avait aujourd'hui disparu.

Il grimpa les marches de l'escalier de secours quatre par quatre jusqu'à atterrir sur le toit où le vent soufflait fortement. Il se rapprocha, pas après pas, vers la silhouette qui se dessinait en bordure du toit. La fille se tourna dans sa direction, le regard effrayé, et il fut contraint de se stopper. Au vu de sa position, elle allait sauter. S'il avait eu le temps, il aurait choisi la voie de la discussion pour la raisonner, pour essayer d'en savoir plus et l'aider, mais ce n'était guère le moment. Le pouvoir se mit en place, au prix d'une concentration intense. Certes, ça lui venait plus facilement qu'au début mais il devait toujours y mettre une part de son énergie pour que le résultat soit celui qui veuille, d'autant plus que l'inconnue était proche du bord, et qu'une illusion mal placée la ferait certainement se précipiter dans le vide. Ce qu'il ne souhaitait pas. Elle fit un pas vers lui. Puis un deuxième, l'illusion faisant son effet, et elle finit par se retrouver dans ses bras. Les larmes coulèrent, laissant le sorcier de marbre. Il n'avait jamais été doué avec les femmes et leurs sentiments. Peut-être parce qu'il venait d'une toute autre époque, avec ses moeurs et ses coutumes, et qu'aujourd'hui, malgré cinq ans passés ici, il ne parvenait toujours pas à changer ce qu'il avait appris.

Les autres montèrent, et la jeune fille fut rapidement prise en charge par les personnes compétentes. Soupir profond alors qu'on le libérait de ses fonctions. Il pouvait maintenant rentrer chez lui, finir sa nuit. Parviendrait-il seulement à replonger dans le sommeil ? Certainement pas. Il se connaissait suffisamment pour cela, mais traîner dehors n'était pas conseillé à une heure aussi matinale. Les miliciens n'étaient pas connus pour leur douceur et leur bonté, ils vous présumeraient coupables et non innocents en vous croisant. Il reprit donc le chemin de chez lui, d'un pas qu'il souhaitait rapide. Mais il finit par être attiré par des éclats de voix. Hésitations d'intervenir. Ce n'était pas son combat. Pourtant, à la vision du corps battu par deux peacekeepers, il finit par s'interposer. Main arrêtant un ultime coup, sa gentillesse le perdra. Les deux hommes retournèrent le regard vers lui. Il n'était ni grand, ni impressionnant en stature, mais il n'en avait pas moins survécu pendant sept siècles à Darkness Falls. Les deux n'étaient pas grand-chose comparé à ce qu'il avait dû vivre. Le blessé fut d'ailleurs tiré par une jeune femme, que les miliciens n'aperçurent pas. Heureusement.

Les coups auraient pu pleuvoir sur lui, mais il prit de l'avance sur eux. Les illusions naquirent entre ses doigts. Courtes, mais suffisamment intenses pour que les peacekeepers amorcent un mouvement de recul. Quelques secondes, quelques minutes, avant qu'ils ne fuient, probablement effrayés par la vision d'horreur qui s'était imposée à eux. Un mince sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il détourna l'attention, reposant ses yeux bleus sur la personne attaquée, cachée dans une ruelle non loin. Il s'en rapprocha, capta quelques mots. Résistance ? Un sourcil se arqua tandis qu'il s'appuyait contre un mur et croisait les bras. Les mots sortirent, comme si de rien n'était.

"Pourquoi évoquer la Résistance ?"

Le regard tomba sur les blessures. Elles ne lui semblaient pas mortelles à vue d'oeil, mais il imaginait qu'emmener la personne à l'hôpital n'était pas réellement possible si elle était recherchée par les miliciens. De plus, certaines se résorbaient à vitesse grand V. La jeune femme ayant tiré le corps était-elle une sorcière ? Ou alors la personne blessée était un métamorphe, avec une capacité de régénération supérieure à celle d'un humain. Possibilités multiples, alors que les interrogations quittèrent ses lèvres :

"Les blessures semblent diminuer rapidement mais peut-être qu'il faudrait l'emmener à l'hôpital."

Une lumière légère vint éclairer le visage de l'inconnue en parfait état. Inconnue qui n'en était pas une. Il l'avait déjà croisée, dans l'un des bars où la mafia se rejoignait parfois. Pour l'alcool qu'il y avait, pour la discrétion aussi. Personne n'irait les chercher là-bas. Un soupir quitta ses lèvres. Décidément, il tombait toujours sur les problèmes...


_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 396
↳ Points : 278
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman ; CURTIS HARDING | wednesday morning atonement ; JORDA SMITH | i am
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Sam 30 Sep - 17:45

Bien plus encore depuis la mort de Martin, le Old Absinthe House était devenu un chef-lieu de la Résistance. C'était l'endroit où chaque membre se retrouvait pour échanger des informations sous-couvert de boire un café avant le travail ou de livrer des caisses de jus de fruits et autres boissons non-alcoolisées, que Riley proposaient désormais à la carte de l'établissement. Afin de ne pas éveiller les soupçons, les rendez-vous étaient irréguliers, quoique toujours prévus à l'avance. Justin, un petit génie de l'électronique, avait réussi à bidouiller une série de vieux bipeurs, pour en équiper les membres de la Résistance les plus actifs. Ceux-ci étaient différents de ceux fournis par le Gouvernement en cas d'urgence, ils n'avaient pas de système de localisation, ni n’émettaient de signal sonore. Ils possédaient simplement un cadrant numérique qui affichait un court message. Généralement, il s'agissait du nom de code l'émetteur, suivi d'une date et de la proposition d'un horaire de rencontre. Le destinataire répondait alors par "OK" ou "NEXT", selon les disponibilités. Ce jour-ci justement, c'était le dénommé Justin qui avait contacté Riley en fin de soirée. Il avait besoin d'un abris pour la nuit, ayant soi-disant égaré ses clefs d'appartement. La jeune femme avait flairé le bobard à cinquante mètres, mais n'en avait touché mot. Le garçon était un adolescent d'une quinzaine d'années vivant avec sa mère dans un quartier peu fréquentable de la Nouvelle-Orléans, où sévissait plusieurs gangs de la mafia. Riley le soupçonnait d'avoir voulu s'éloigner des problèmes pour une nuit, voire d'y avoir été contraint par un gang lui-même. Incapable de fermer sa porte à une personne dans le besoin, la jeune femme lui avait donc fait une place sur le lit pliant continuellement installé dans son bureau ces derniers temps. Ce n'était pas rare que la jeune femme s'y étende quelques instants entre deux services ou lorsque dormir seule dans le lit deux places de sa chambre lui rappelait trop l'absence de Martin.

S'étant réveillée aux aurores pour réceptionner une livraison de caisses d'eaux minérales (agrémentée de quelques bouteilles de vodka), Riley avait profité de la présence de Justin, pour lui demander un peu d'aide. Grossière erreur. La jeune femme, seconde d'une fratrie de cinq enfants, avait oublié ce qu'il en retournait comme conséquence de sortir un adolescent du lit. Celui-ci avait grogné, soupiré à n'en plus finir et avait passé son temps à se plaindre sur son "médiocre statut dans la Résistance", tandis qu'il descendait une à une les caisses à la réserve. Bien qu'exaspérée, la jeune femme s'était tue. Justin était encore jeune et naïf. Il avait soif d'action, d'aventure, comme elle, quelques années auparavant. Il rêvait de renverser le Gouvernement à lui tout seul, à coup de grands idéaux et d'une bonne dose de culot. L'adolescent ignorait tout de la peine, des désillusions et des souffrances du combat. De ce que Riley savait de lui, c'est qu'il habitait seul avec sa mère célibataire. Allant au lycée lorsque l'envie lui en prenait et passant le plus clair de son temps à jouer avec de vieux ordinateurs ou à réparer toute forme d’électronique qui lui tombait sous la main. En ce sens, Justin lui rappelait beaucoup son grand-frère Ashley, ingénieur de génie, disparu elle ne savait où à présent. Généralement, l'adolescent restait enfermé dans sa chambre, à craquer des lignes de codes ou souder des circuits imprimés, pour se donner l'impression de servir la cause de la Résistance ; ce qu'il faisait très bien, d'ailleurs. Pourtant, cloîtré chez lui, Justin était éloigné des embuscades, des attentats et des manifestations auxquels des adultes plus expérimentés participaient pour essayer faire avancer les choses. C'était mieux ainsi. Toute perte humaine pour la cause résistante était inconcevable pour Riley, malgré son extrémisme. Voir l'homme qu'elle aimait mourir sous les feux ennemis avait été pire que l'Apocalypse.

Après en avoir fini avec la livraison, la patronne profita encore un peu plus de la bonne volonté de Justin pour le charger d'aller emmener les bennes à ordure au coin de la rue, en prévision du passage du camion de ramassage dans quelques heures. Autant dire que la grimace qu'il afficha à l'entente de sa requête provoqua chez Riley un certain amusement qu'elle se cacha bien de montrer en dissimulant son sourire mesquin derrière les nœuds de sa tresse indienne. Toutefois, celui-ci s'estompa très rapidement lorsque le jeune femme se rendit compte que l'adolescent ne revenait pas. Elle ne le remarqua pas tout de suite, bien trop plongée dans sa comptabilité. Ce furent des éclats de voix et un son métallique qui l'interpellèrent. La jeune femme se précipita dans la rue pour apercevoir deux miliciens de dos en train de rouer de coup un corps allongé. Elle le reconnue à ses cris, c'était Justin. Un troisième homme vînt s'interposer et Riley en profita pour intervenir, traînant l'adolescent dans une ruelle adjacente. Que s'était-il passé ? Celui-ci braya quelques explications face auxquelles la jeune femme lui aurait bien retourné un raclée. Il avait voulu jouer au dur, en envoyant prêtre les deux miliciens qui lui avaient requis de décliner son identité. Quel imbécile, pensa Riley, dont l'esprit eu une pensée pour la mère de Justin. Il était dans un sale état. Allait-elle vraiment le lui rendre comme ceci ? Bien sûr que non. Elle focalisa son attention sur l'adolescent au corps mutilé. D'un geste, elle referma la plaie à son arcade sourcilière et stoppa le saignement de son nez par deux vers de latin. La peau resta violacée, au grand damne de la sorcière qui s'en voulait d'avoir perdu autant de capacités. Elle soupira. « Faire partie de la Résistance ne veut pas dire se battre avec les premiers miliciens venus ! » fâcha-t-elle Justin, en fronçant les sourcils. Une voix masculine derrière elle la fit sursauter. C'était le sauveteur de Justin. Il posa sur eux un regard interrogateur qui rendit Riley particulièrement mal à l'aise. Venait-il vraiment d'entendre ses paroles ? « Rien, rien. La sienne. Il a voulu la tester, n'est-ce pas Justin ? » se justifia-t-elle, en bafouillant légèrement. Elle ne savait pas si son jeu de mots avait un réel pouvoir de diversion. Elle avait manqué de discrétion sur ce coup-là. Il faut dire que Justin non plus n'avait pas été très réfléchit. L'inconnu s'enquit sur l'état de l'adolescent et proposa de l'emmener à l'hôpital. « Non ! » scanda Riley un peu trop fort, un peu trop rapidement. Qui était-il ? Que faisait-il ici ? Et pourquoi avait-il porté secours à un parfait inconnu ? Pour la première fois Riley leva franchement le regard vers lui pour le détailler. Il portait un uniforme de pompier et présentait une carrure adéquate à l'exercice de la fonction. Plusieurs fois, la jeune femme cligna des yeux en l'observant. Son visage lui semblait familier, mais elle n'arrivait pas à remettre une identité sur ces traits. « Arg, putain ma jambe ! Les salauds ! » siffla Justin, en se mordant la lèvre. Il se tenait le mollet gauche avec insistance, souffrant visiblement le martyr. Riley gardait des poches de glace dans son sous-sol. Dans son bar, elle aurait de quoi le soulager si sa jambe était trop touchée. « Tu peux marcher ? » lui demanda-t-elle, en agrippant son bras. Justin acquiesça vaillamment et tenta de se relever en prenant appui sur sa jambe. Il se mit à hurler. « Je crois pas en fait » dit-il en s'écroulant sur le sol. Il étouffa à nouveau une plainte entre ses lèvres. Elle devait être cassée. La sorcière n'était plus apte à ressouder des os depuis le décès de son mari. Ces pouvoirs étaient très affaiblis. Elle se retourna alors vers l'homme en uniforme de pompier toujours à leurs côtés. « Est-ce que vous pouvez m'aider à le porter s'il-vous-plaît ? Je peux le soigner chez moi. C'est juste au bout de la rue » demanda Riley, tout en espérant qu'elle ne faisait pas une erreur.

_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5192-don-t-pity-the-dead-pity-

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 270
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Mer 8 Nov - 0:26



Martyr of the free world
You can not hide yourself behind a fairytale.



Quelques minutes pour les faire partir, mais le pompier se doutait bien qu’ils reviendraient avec des renforts. L’illusion de danger avait simplement créé une fuite d’une dizaine de minutes. De quoi mettre l’attaqué à l’abri, et de lui-même retrouver le chemin de son chez soi, niché dans un des multiples appartements du quartier. Enfin, ça c’était son envie. Mais les propos de la femme, qui était intervenue peu après lui, lui firent comprendre qu’il risquait de rester un peu plus. Un long soupir quitta ses lèvres. Il n’aimait pas se mêler à la Résistance, quelle qu’elle soit. Il avait longtemps cru qu’il se protégerait des foudres de son frère ainsi, qu’il le protégerait lui aussi. Avoir une personne de sa famille en lien avec l’Opposition, dans un régime dictatorial tel que celui qui s’était emparé de la Nouvelle-Orléans, serait mal vu, et mal venu. Comme son aîné comptait encore un peu dans le coeur d’Orfeo, bien plus qu’il ne lui avouerait jamais, il avait choisi de s’en moquer pour le moment. La majorité silencieuse, voilà ce dont il faisait partie. Pour combien de temps encore ? Il ne pouvait pas se mentir éternellement, lui que chaque acte du Gouvernement révulsait au plus haut point.

Finalement, ses actions inconscientes parlaient bien plus que ce qu’il affichait en permanence. Il avait sauvé le gamin qui se faisait rouer de coups, au détriment de sa propre survie. Heureusement que les ténèbres avaient empêché les miliciens de voir clairement son visage, sinon il n’aurait pas donné cher de sa survie. Enfin, ce qui était fait était fait. Désormais, ce qui l’inquiétait, c’était l’état du jeune homme. La violence des coups portés avait dû faire des dégâts mais d’où il était, l’italien ne pouvait pas s’en assurer, bien qu’il aperçut l’acte magique fait par la femme. Sorcière donc. C’était bien sa veine… Non, Orfeo n’aimait pas tomber sur ses comparses, parce qu’il connaissait leurs capacités mieux que quiconque. Celle-ci ne tarda d’ailleurs pas à réagir à ses propos. Et la réponse lui fit arquer un sourcil. Vraiment ? Un mensonge éhonté, qui l’emmerda. Après tout, il venait de sauver son… Protégé, fils, frère, qu’importait. La vérité aurait pu être plus sympathique à énoncer, par respect pour ce qu’il avait fait. Personne ne se mettrait à dos les miliciens pour un inconnu dans la rue, aussi jeune soit-il.

Deuxième question, réponse plus virulente cette fois-ci. Les yeux se levèrent au ciel, un soupir quitta ses lèvres. Cynique, il ne put s’empêcher de lâcher quelques mots à l’encontre de cette femme : « Vous semblez en contradiction dans vos réponses. Si vous n’aviez rien à vous reprocher, aller à l’hôpital ne devrait pas être un souci. » Elle pouvait jouer, mais Orfeo avait droit au roi des menteurs en tant que frère, tout le reste lui semblait dérisoire. D’autant plus qu’il était au courant des machinations de la femme, de ce bar qu’elle tenait, qui possédait tous les atouts d’un vrai. Penser à l’association avec la Résistance n’était qu’un pas de plus, que l’homme n’hésitait pas à franchir. « Et il n’aurait pas dû tester sa résistance face à des hommes aussi entraînés que les miliciens. Il a eu de la chance de tomber sur de simples peacekeepers. » Son regard bleu perçant détailla la silhouette de l’adolescent. Oui, face à des shadowhunters, il serait mort. Eux avaient le permis de tuer, droit de vie sur les citoyens de la ville. Désobéir était dans la majorité des cas fatal. Orfeo espérait que la leçon serait suffisante au gamin.

Tentative vaine de se relever, les cris poussèrent Orfeo à se rapprocher d’un pas. Un coup d’oeil sur la jambe lui permit de remarquer qu’en effet, elle se tordait dans un angle pas forcément naturel. Cassée certainement, ce ne serait pas étonnant au vu de la violence des miliciens. Une fois de plus, il avait de la chance de s’en être sorti le gamin… La main passa sur le visage, masque un léger sourire, mêlé à une inquiétude plus profonde. S’il n’allait pas à l’hôpital, il se pouvait que la mort l’embarque. Enfin… A l’instant où la jeune femme lui demanda de l’aide, Orfeo se déplaça. Il n’attendait que cela à vrai dire, ne supportant pas réellement la souffrance d’autrui. Un nouvel appui fut offert, l’adolescent n’étant pas réellement un poids. Quelques mètres pour arriver jusqu’à l’établissement, laisser le temps à la femme d’ouvrir la porte. Le gamin fut déposé sur l’une des chaises. Sans attendre, l’essence magique se concentra dans le creux de la main de l’italien, alors qu’il entreprenait de soulager la douleur dans le mollet de l’adolescent. Son pouvoir n’était pas assez puissant pour ressouder les os, pas totalement, mais il pouvait au moins l’empêcher de mourir de souffrance. Quoique, ça lui aurait peut-être un peu de plomb dans la tête.

« Alors, maintenant que nous sommes à l’abri des oreilles indiscrètes… Dites-en moi plus. Je ne suis pas dans la fervente admiration du Gouvernement non plus, vous devriez le savoir. »

Evidemment, comme la mafia venait ici. Avant que Marie ne disparaisse. Chose qui l’arrangeait bien, mais dont il évitait de parler. Autant ne pas attirer l’attention sur lui plus que cela. Son regard azur se heurta à celui de la jeune femme, qui semblait s’être affairée de son côté aussi.


_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 396
↳ Points : 278
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman ; CURTIS HARDING | wednesday morning atonement ; JORDA SMITH | i am
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Sam 11 Nov - 21:59

Pourquoi la jeune femme avait-elle cru qu'il serait si simple de demander à un adolescent de sortir les poubelles ? N'avait-elle rien retenu de sa propre expérience au sein d'une famille dysfonctionnelle, où la moindre requête de participation aux tâches ménagères auprès de ses cadets relevait de l'épreuve olympique ? A croire que non, effectivement. Comme toujours, il fallait que cela tourne au désastre, même si pour le coup, Riley aurait préféré avoir droit à une symphonie de soupirs. Se battre avec des miliciens. Qu'est-ce qui avait bien pu passer par la tête de Justin ? Si cet inconnu salvateur n'était pas intervenu, il serait probablement dans un bien pire état qu'il ne l'était déjà. Il avait eu beaucoup de chance cette fois-ci, mais il ne fallait pas que cela se reproduise. Riley ne serait pas toujours présente pour soigner ses plaies, comme elle le faisait en ce moment même. Ce n'était pas parce qu'elle pouvait le guérir en quelques secondes, qu'il pouvait se croire invisible, bien au contraire. Les pouvoirs de la sorcière étaient limités. Manque de bol pour lui, elle ne pouvait plus ressouder les os brisés. C'était une compétence qu'elle avait perdu en même temps que Martin. Si sa jambe était effectivement cassée, il lui faudrait un plâtre et du repos. Ne plus bouger ses fesses pendant quelques semaines, histoire de le faire réfléchir à ses actions.

Bien que censée, Riley déclina rapidement la proposition de l'inconnu à le conduire Justin à l'hôpital. Elle n'aimait pas le ton que cet homme employait avec elle. Il n'y avait aucune contradiction dans ses paroles. Emmener l'adolescent se faire soigner les exposaient à bien plus de danger que cela ne leur ferait du bien. Comment expliquer à l'équipe médicale la nature de ses blessures ? Ni le contexte, ni la stupide témérité de Justin ne joueraient en leur faveur. « Les hôpitaux sont déjà bien assez remplis » commenta Riley, en tentant vainement de se justifier. Ils étaient surtout sous la coupe du Gouvernement, auquel elle ne faisait absolument pas confiance et auquel elle ne voulait pas avoir rien à faire. « Qu'est-ce qui t'a prit, bon sang ? » rouspéta-t-elle contre l'adolescent. Comme l'avait fait remarqué l'inconnu avec pertinence, il devait s'estimer heureux d'être tombé sur des miliciens et non leurs compères aux uniformes noirs. Cela aurait pu beaucoup plus mal finir qu'avec un mollet fracturé. Qu'aurait-elle été dire à la mère de Justin si cela était alors arrivé ? Que son fils avait été tué en sortant les poubelles ? Ce n'était pas acceptable. L'inconscience n'était pas une vertu très seyante chez les esprits rebelles, bien que Riley ne puisse pas réellement donner de leçon sur ce sujet-là. « L'un d'eux, il... » commença timidement Justin, avant de se mordre les lèvres de douleur. De la glace et vite. La sorcière transporta l'adolescent jusqu'à son bar avec l'aide de l'homme. Une fois à l'intérieur, ils le déposèrent doucement sur une chaise, puis Riley s'activa à aller chercher de quoi faire dégonfler la jambe de celui-ci. Mais lorsqu'elle revînt, avec des glaçons enroulés dans deux torchons, Justin semblait ne plus souffrir le martyr, bien que son mollet soit toujours anormalement tordu. L'os devait finalement être disloqué et non cassé, diagnostiqua la sorcière en palpant sa peau. La peste pour le choléra pour Justin, cela lui faisait une belle jambe et c'était le cas de le dire. Au moins, il pourrait éviter un plâtre et le troquer pour une simple atèle.

Lorsqu'elle releva les yeux vers son sauveur, Riley tiqua enfin sur l'identité de celui-ci. En ces lieux, avec ces propos et cette nonchalance, elle réalisa enfin qui il était. Elle l'avait déjà vu dans son bar. A de nombreuses reprises même. Elle ne manqua pas de montrer son étonnement d'un haussement de sourcil prononcé. Il n'avait pas l'habitude de traîner avec des enfants de chœur. « Je ne savais pas qu'on faisait dans l'humanitaire chez la Skapata » commenta-t-elle mine de rien, en désignant l'uniforme de pompier de l'homme. Aux dernières nouvelles, celle-ci excellait dans le trafic et la contrebande, semant quelques cadavres derrière elle lorsque les affaires s’avéraient infructueuses. La bairmaid avait joué de l'indiscrétion que lui imputait sa fonction pour laisser ses oreilles traîner lors de rendez-vous secrets du gang au sein de son établissement. Jamais elle n'avait usé des informations entendues, notamment par peur de représailles. Néanmoins, elle savait que la Skapata faisait rarement dans la charité. « Ça faisait un moment que je ne vous avais pas vu dans les parages. Non pas que je m'en plaigne » fit-elle remarquer avec cynisme. Dans d'autres circonstances, elle l'aurait sûrement déjà remercier pour son aide, mais sa curiosité la piquait trop au vif pour qu'elle se montre diplomate. D'ailleurs, c'était à Justin de présenter ses remerciements à l'homme. Riley ne faisait que prendre la suite de son sauvetage.

_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.


Dernière édition par Riley J. Nott le Mer 20 Déc - 17:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5192-don-t-pity-the-dead-pity-

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 270
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Dim 10 Déc - 1:04



Martyr of the free world
You can not hide yourself behind a fairytale.



Orfeo n’avait pas eu d’hésitation à jouer avec la jeune femme et ses propos. Il avait toujours été là pour aider, cependant, il n’aimait pas quand on se jouait de lui à cause de cela. Son regard azur se leva au ciel à l’excuse donnée par son vis-à-vis. Les hôpitaux, déjà assez bien remplis ? Oh, certes, ce n’était pas faux, ils étaient pris d’assaut, notamment avec la pénurie qui se faisait sentir. Les cas de dénutrition ou dépression en lien avec la situation grimpaient en flèche, et la plupart de ceux en souffrant cherchaient refuge à l’hôpital. Néanmoins, ils auraient pu y emmener l’adolescente, s’il n’y avait pas eu une histoire de résistance. Au début, ce n’était que quelques mots entendus à la volée. Désormais, c’était la réalité. Il n’était pas con l’italien, il était capable de lier des éléments entre eux et en ressortir avec une affirmation plus ou moins correcte. Pour le coup, il se doutait que les deux étaient en lien avec une résistance quelconque. Et vu comment le gamin s’était fait passer à tabac… Contre le Gouvernement ne serait pas très compliqué à deviner.

Néanmoins, Orfeo ne ramena pas le sujet sur le tapis. Il écouta simplement les mots qui s’échangeaient, un sourire aux lèvres. Juste observer était suffisant parfois, les gens se dévoilant bien plus au travers de leur langage corporelle que leurs mots. Le silence fut de mise le temps d’atteindre leur abri, et Riley disparut aussitôt le gamin assis sur une chaise. Bien… Aucun mot ne fut échangé entre l’italien et lui, pas même lorsque ses pouvoirs se mirent en marche, soulageant la douleur. Ce qui menait à deux hypothèses : soit l’adolescent avait déjà vu quelqu’un utiliser ce genre de dons… Soit il était complètement dans les vapes à cause de la souffrance. L’un comme l’autre était probable, mais il ne s’attarda pas à se pencher dessus, la jeune femme étant de retour. Il n’hésita pas à l’interroger dès lors, alors qu’elle s’inquiétait pour son… Employé certainement. Orfeo se décala d’ailleurs, croisant les bras tout en les détaillant. Il ne voulait pas s’immiscer entre eux… Ou juste un peu, pour savoir ce qui en retournait réellement.

La réaction de la femme le fit sourire à nouveau. Il haussa les épaules, ne prenant pas la peine pour le moment de plus parler de la Sakpata. Evidemment, il était nettoyeur pour cette mafia, avant qu’elle ne sombre du jour au lendemain. Bien loin de l’image sauveuse et glamour que les pompiers se trimbalaient, non ? S’il n’était pas encore un tueur, il n’en était pas loin, et était déjà passé maître dans l’art de cacher corps et preuves. La suite le laissa de marbre, mais il entreprit néanmoins de répondre à l’interrogation sous-jacente qu’il percevait. « Et vous ne me verrez plus en tant que membre de mafia, puisque celle-ci a… Sombré en quelque sorte. » Mort de leur tête pensante, qu’il aurait fini par vouloir éliminer lui-même. Quelqu’un d’autre s’en était chargé. Lui n’avait aucune idée de qui avait eu cette idée… Et il préférait rester dans l’ignorance. Les rares connaissances qu’il avait lui voudraient déjà la mort, pas la peine d’en rajouter. « Et je suis pompier avant d’être mafieux, voilà tout. » Ce choix ne lui avait jamais guère plus. Néanmoins, on ne sortait pas d’une organisation de ce type d’un claquement de doigts, il l’avait appris à ses dépends. C’était donc avec un certain soulagement qu’il avait appris la disparition de Marie. Il pourrait enfin revivre normalement. Même si son animosité à l’encontre du Gouvernement était toujours présente, et brûlante. Il trouverait une solution pour cela..

Son regard se reposa sur l’adolescent, qui même s’il ne souffrait plus, gardait une jambe un peu tordue. Du coup… « J’ai pu le soigner, en revanche, je maintiens qu’un passage à l’hôpital serait nécessaire. Je n’ai ni le matériel, ni les compétences pour m’occuper correctement cette blessure. » Ses pupilles s’accrochèrent à celle de la tenancière. Voulait-elle réellement jouer avec la vie de son protégé ? Si oui, il se poserait de sérieuses questions sur sa raison. Et sinon… La magie naquit entre ses doigts, s’infiltra dans l’esprit de l’adolescent, plus malléable et facile à manipuler. L’illusion réveilla le désir de vengeance et de rébellion du garçon, masquant par la même occasion la présence de l’italien. Face à la jeune femme, le garnement parlait. « On devrait agir et s’en prendre à eux ! Y’en a assez que la résistance se terre sans rien faire... » Ah, la jeunesse… Toujours à vouloir aller trop vite. Sauf qu’Orfeo trouvait juste le garçon un peu trop jeune pour en faire partie. En réalité, lui-même évitait cette Résistance, trop instable à son goût. Ou peut-être qu’il était trop lâche pour s’y intégrer réellement..

Un soupir quitta ses lèvres alors qu’il s’installait sur l’un des tabourets du comptoir. Ses dents maltraitaient sa lippe inférieure. Avoir la confirmation n’aidait pas à mieux se sentir… En fait, il aurait aimé ne pas intervenir. Se mettre à dos le Gouvernement était une chose, se lier à la rébellion d’une manière ou d’une autre en était une autre. Avec l’effet domino, il pouvait d’ailleurs faire tomber son aîné, chose qu’il refusait malgré une certaine haine présente à son encontre.

« Vous devriez faire attention à lui. Avoir des idéaux est une bonne chose, s’il pouvait éviter de se faire tuer si jeune, c’en serait une meilleure. »

Mots adressés à la jeune femme, alors que les yeux se levaient au ciel. Il ne cachait pas le léger dégoût envers la Résistance, quand bien même elle pouvait être utile. Ses doigts massèrent ses tempes, comme si tout ce bordel lui donnait un mal de crâne.



Spoiler:
 

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 396
↳ Points : 278
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman ; CURTIS HARDING | wednesday morning atonement ; JORDA SMITH | i am
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Ven 22 Déc - 17:45

Justin était un adolescent profondément idéaliste, mais Riley ne le pensait pas capable d'une telle idiotie que celle de s'attaquer à des miliciens en plein jour, sans avoir une bonne raison. Il devait y avoir quelque chose d'autre là-dessous. Un détail qu'avait omis volontairement le jeune garçon et qui pourrait expliquer l'inconscience de son comportement. Ce n'était pas dans ses habitudes de monter au créneau à la première incartade, même s'il voulait faire croire le contraire. Certes, il était jeune et trapu de silhouette, mais il était également craintif et inexpérimenté. Il officiait davantage derrière un ordinateur, à l'abri dans sa chambre, que sur le terrain en première ligne. Aucun membre de la Résistance ne lui avait demandé de s'investir de cette façon. Trop de vies avaient déjà été perdues au fil des années. Riley avait été la première touchée par les drames humains. Elle avait perdu l'homme qu'elle aimait, aux prémisses de leur mariage, à l'aube de ses vingt cinq ans. Justin pouvait attendre encore quelques années avant de se lancer corps et âme dans la Résistance. Le plus tard serait le mieux pour ce pauvre gamin.

Le pompier répondit courtoisement aux insinuations piquantes de Riley. Faire le sale boulot pour la mafia et porter secours à des inconnus étaient rarement des occupations compatibles. Pourtant, la sorcière connaissait principalement le pompier pour ses accointances peu recommandables. Dès lors, elle accueillit ses déclarations avec un certain soulagement. « Voilà deux bonnes nouvelles en ce début de journée » se réjouit-elle avec sincérité. Une crapule de moins dans le paysage n'était pas pour lui déplaire vu le climat actuel. De plus, si la mafia dont il faisait parti avait réellement sombré comme il le déclarait, le commerce de Riley ne s'en porterait que mieux et la concurrence pour la vente d'alcool de contrebande serait moindre. Elle avait tout à y gagner, de même pour le pompier qu'elle savait de bonne composition. Elle n'avait jamais vraiment compris son allégeance à la Sakpata. Et le geste d'héroïsme dont il venait de faire preuve envers Justin ne faisait que confirmer la bonté de ses intentions. S'il voulait s'engager dans la Résistance, il ferait certainement un élément précieux, notamment en ce qui concernait le traitement des blessés. Riley était devenue l'infirmière officielle du groupe depuis que Martin l'avait présenté à Cassidy, mais elle n'avait aucune formation médicale. Tout le savoir qu'elle possédait aujourd'hui, elle l'avait acquis à force d'expérience, en glanant des informations ça et là. Elle avait appris beaucoup en présence de Livia, qui avait décidé de lui tourner le dos, pour rejoindre le Gouvernement. Elle tirait ses aptitudes curatives de la magie, principalement. « Je vais m'en occuper... » assura-t-elle au pompier, qui se montrait à nouveau insistant pour un passage à l'hôpital. Il en était hors de question. Riley s'activa à aller chercher de la glace dans l'arrière cuisine de son bar.

Lorsqu'elle revint quelques instants après,  avec une poche de caoutchouc bleue remplie de glaçons, elle fût stupéfaire de voir le pompier pratiquer de la magie sur Justin. Une main posée sur le front de l'adolescent, la sorcière ressentie le fluide se matérialiser au bout des doigts de l'homme. Elle resta un instant interdite à le regarder faire. C'était donc un sorcier lui aussi, ce qui expliquait sûrement comment il avait pu faire fuir les miliciens aussi facilement que par le simple fait de porter un uniforme. L'illusion pénétra peu à peu l'adolescent qui se mit à délirer sous l'influence de l'homme. Riley vînt s'interposer instantanément. « Arrêtez, ça suffit ! Je crois qu'il a compris la leçon » lui dit-elle en le fusillant du regard. Sa magie ne faisait qu'empirer les choses. Justin était un adolescent passablement impulsif et agir de la sorte ne ferait que le pousser dans ses idioties. La sorcière inspecta à nouveau la jambe du garçon et appliqua la glace sur son mollet qui commençait dangereusement à gonfler. Elle n'appréciait guère la façon dont il traitait Justin, même si elle savait qu'il voulait bien faire. Certes, l'adolescent était passablement tête à claque, mais au moins il cherchait à faire bouger les choses. Riley poussa un profond soupir en entendant sa dernière remarque. Elle était pertinemment consciente du risque qu'il encourait à se comporter de cette façon. Mais visiblement, elle avait l'esprit plus pédagogique. « Il faut bien que certain se bouge pour défendre leurs idéaux, quand d'autres sont trop lâches pour le faire » lui répondit-elle du tac-au-tac. Et vlan ! S'il voulait se la jouer donneur de leçon, elle en avait quelques unes à lui évoquer, comme celle de choisir un camp. Maintenant que la Sakpata avait disparu, qu'allait-il faire ? Puisqu'il aimait vraisemblablement se rendre utile, autant qu'il le fasse correctement. « Qu'est-ce qu'il vous faudrait comme matériel pour le remettre d'aplomb ? » lui demanda Riley, en croisant son regard. Justin n'avait pas besoin d'aller à l'hôpital, parce qu'elle possédait sa propre salle de soin dans son sous-sol, l'endroit où elle soignait les résistants à l'abri de tous les regards.

_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5192-don-t-pity-the-dead-pity-

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 270
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Lun 15 Jan - 0:16



Martyr of the free world
You can not hide yourself behind a fairytale.



Il y avait un sourire sur les lèvres du sorcier, alors que l’illusion se dessinait avec de plus en plus de précision, faisant divaguer le jeune homme. Il avait perçu, la remarque de la jeune femme concernant la fin de la Sakpata, et aussi le fait qu’il soit pompier avant le reste. Etait-ce vrai ? Il s’était évertué à faire le bien autant que possible, qu’importait les sacrifices de lui-même. Et pourtant… Petit à petit, le bon samaritain s’effritait, laissant place à quelqu’un de plus noir, plus enclin à manipuler les autres pour parvenir à ses fins. La malédiction de la famille qui pesait sur ses épaules. Il aurait dû faire comme son frère, tirer une croix là-dessus, changer de nom de famille, d’identité. Enfin, il était trop tard pour cela. Juste, le fait qu’il soit pompier, être annoncé comme une bonne nouvelle… A quel point les gens étaient stupides pour croire qu’un métier définissait une personne ? Il aurait bien eu envie de lui faire remarquer cela, de jouer un peu avec les bons sentiments de la femme. La part sombre toujours présente, mais surtout toujours contenue au fond d’un coeur entouré de béton. Combien de temps encore, avant que l’esprit ne vacille sous le poids du passé ? La fin finirait par justifier les moyens utilisés...

Il avait compris la leçon, vraiment ? Son sourire resta bloqué sur les lèvres, l’innocence en berne. Il n’y croyait pas Orfeo. Et puis, il tenait seulement à s’assurer de la véracité de ses hypothèses. Et il avait raison, pour une choix. La magie se dissipa en quelques secondes, et les doigts s’enfoncèrent dans ses poches. La panique dans le regard du gamin aurait dû lui faire regretter son acte, mais ce n’était plus le moment. Il lui fallait pleinement assumer ses actes, maintenant que la rédemption ne faisait plus partie des possibilités. Il s’enfonçait un peu plus chaque jour, dans les ténèbres qui l’entouraient, sans un regard en arrière, pour tous ceux qui l’avaient porté. Il finirait par les tuer, à n’en pas douter. On ne pouvait pas fuir ce qu’on était réellement éternellement. « J’espère qu’il évitera de recommencer alors. » Parce qu’il allait finir par être sur la liste noire des miliciens. Et il ne s’en sortirait pas vivant. Peut-être qu’il ne mourrait pas, mais parfois, la Faucheuse serait préférable… Certaines méthodes utilisaient rester gravées à jamais dans la peau des victimes.

La remarque de la jeune femme le fit rire. Elle n’avait pas tort après. Orfeo était lâche, mais pour des raisons qui lui étaient personnelles. « Et vous pensez réellement que c’est en fonçant dans le tas que vous parviendrez à renverser le Gouvernement ? Ils ont toutes les forces de leur côté pour le moment. Argent et tueurs à leurs soldes, vous ne pouvez rien faire en y allant frontalement. » L’italien n’était pas des plus intelligents, et il savait parfaitement que sa vision stratégique était loin d’être la meilleure. Cependant, il avait appris à faire attention aux détails, et à se rendre compte quand il avait plus fort que lui en face. Les shadowhunters étaient des tueurs sur-entraînés, et les peacekeepers pouvaient faire face à bon nombre de citoyens ou résistants sans problème. Bref, mieux valait jouer dans l’ombre, et trouver les failles… « Quant à mes choix personnels, appeler ça de la lâcheté ne serait pas faux. Mais il s’agit surtout d’éviter des morts inutiles dans la Résistance. » Si son aîné apprenait son implication dans la Résistance, il le traquerait lui-même, et tuerait tous ceux se mettant dans son passage. Il n’était qu’un danger pour ceux souhaitant la fin de la tyrannie. Parce qu’on n’échappait pas à Rafael Morienval.

Qu’est-ce qu’il lui faudrait ? Elle allait donc à l’encontre des propositions d’un professionnel, aussi nul soit-il. Elle était têtue. Plus que lui. Un soupir quitta les lèvres du pompier. « Soit. De la morphine, de quoi maintenir sa jambe en place, et de quoi le recoudre. On se débrouillera avec ça. » De toute façon, le gamin allait tourner de l’oeil sous peu. Pas la peine de gaspiller une quelconque anesthésie. « Néanmoins, je maintiens qu’il ne s’agit pas là d’une bonne idée. Mais vous êtes suffisamment têtue pour que j’accède à votre demande. Laissons tomber l’hôpital. » Pour l’instant. Orfeo n’était pas un médecin, juste un petit pompier qui était revenu de plus de sept siècles d’errance. Mais il s’en chargerait, puisqu’il n’avait guère le choix.

[/i]

_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 396
↳ Points : 278
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman ; CURTIS HARDING | wednesday morning atonement ; JORDA SMITH | i am
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Jeu 1 Mar - 17:02

L'hôpital, l'hôpital... Il n'avait que ce mot à la bouche. Sans aucun doute, il voulait bien faire. Riley comprenait son tracas. Elle n'en attendait pas moins de la part d'un pompier. Il en aurait fait un piètre, s'il n'avait pas décidé de lui venir en aide. Néanmoins, son offre était inenvisageable. Pour le bien de Justin et de sa propre personne, un passage à l'hôpital était hors de propos. Trop exposé. Trop militarisé. La jeune femme ne faisait plus confiance aux administrations gérées par le Gouvernement depuis belle lurette. Les rares résistants ayant eu l'idée de se rendre à l'hôpital ou dans un centre pour faire soigner leurs blessures – que celles-ci soient innocentes ou non – avaient été arrêtés sur le champ. Les drones sillonnaient la ville de long en large. Chaque visage était inspecté. Riley le savait. Quelque part, dans les archives de surveillance du Gouvernement, un dossier portait son nom, ainsi que des photos d'elle prises au détour d'une ruelle. Voilà, pourquoi elle ne sortait pas souvent. Elle ne souhaitait pas donner plus de matière pour la coffrer, aux uniformes gris et noir, qu'ils n'en avaient déjà. Jusqu'ici, elle avait réussi à ne pas trop éveiller les soupçons, bien qu'elle ait déjà pu passer quelques nuits dans une cellule. Son casier avait été ouvert à l'aube de ses quatorze ans, lorsque sa toxico de mère l'avait envoyé chercher sa dose de drogue dans une piaule de Treme, à la sortie de l'école. Son grand-frère Ashley était venu la récupérer au poste de police, le lendemain. Pendant la nuit, Riley avait passé son temps à tenter d'expliquer d'où provenait le ballotin de billets verts dissimulé dans ses chaussettes de sport. Elle aurait bien souhaité avouer qu'il s'agissait de son argent de poche ou encore de la monnaie confié pour aller faire les courses, mais aucun de ces mensonges n'auraient fonctionné. La police l'avait laissé tranquille ce jour-là, grâce à son frère Ashley qui avait payé la caution. Mais cet événement m'avait été que le premier d'une longue série de problèmes pour une gamine pauvre de la banlieue nord de la Nouvelle-Orléans.

C'est en apprenant de ces erreurs que Riley avait réussi à survivre (et par la constance vigilance de son frangin). Elle savait donc se montrer magnanime envers la jeune génération. Des gosses casse-cou comme Justin, elle en avait côtoyé des dizaines. Ils n'étaient pas tous terre-à-terre et manquaient de maturité, mais laisser un enfant à la rue était le meilleur moyen de ne jamais l'en faire sortir. La sorcière avait une certaine philosophie lorsqu'il s'agissait d’interagir avec les individus. Se montrer compréhensible avec les enfants et intraitable avec les adultes. Car eux seuls pouvaient être responsables de leurs actes. « Puisque vous semblez tout savoir mieux que personne, rejoignez la Résistance et faites-nous part de vos stratégies lumineuses » lâcha-t-elle, profondément énervée par les remarques du pompier. Ce n'était ni le moment, ni le lieu adéquat pour parler d'affaire de ce genre. S'il voulait que Justin s'enlève son idée stupide d'attaquer seul la milice au nom de la Résistance, il devait se taire sur le champ. Mais visiblement, l'homme n'en avait pas décidé ainsi. « Imbécile... » siffla Riley entre ses dents, le dos tourné pour ne pas qu'il entende. Qu'en savait-il des morts de la Résistance ? S'était-il seulement battu une seule fois pour décréter qu'ils étaient inutiles ? Le regard de la jeune femme croisa la photographie encadrée de Martin au-dessus du bar. Un pincement lui pressa le cœur. Non, elle ne pouvait accepter l'idée que la mort de son fiancé avait été inutile.

« Très bien. Ne bougez pas » instigua-t-elle au pompier, avant de prendre la direction du sous-sol. Riley vérifia que l'homme ne la suivait pas, puis pénétra dans la salle de soin qu'elle avait aménagé dans l'ancienne cave de son bar. Avec la Prohibition, elle avait dû faire une croix sur la vente de certain produit. Elle avait donc récupéré de la place pour transformer la pièce en véritable petit hôpital, où venait se faire soigner de nombreux membres de la Résistance, mais aussi des habitants lambda aux moyens financiers très restreints. La jeune femme n'était pas médecin, ni chirurgienne. Elle avait appris à prodiguer des soins élémentaires à force de pratique et de lecture. Combiné à sa magie, il lui arrivait parfois de réaliser des merveilles. Mais depuis la mort de son fiancé, ses pouvoirs avaient régressé et elle avait dû se tourner davantage vers le tangible, plutôt que le mystique. Elle revînt quelques minutes plus tard, les bras chargés de tout ce qu'elle avait pu trouvé. Il lui manquait une attelle pour immobilier la jambe de Justin, mais la sorcière ne comptait pas le quitter des yeux avant un certain temps. Alors, elle pourrait peut-être demander à l'un de ses compagnons d'armes de lui en procurer une. « Fil. Aiguille. Gazes. Alcool à désinfecter. Gants » énuméra-t-elle, en posant l'un après l'autre les outils sur la table, devant le pompier. Elle sentait déjà venir les questions sur la provenance de ce matériel et y répondre l'enchantait autant que de devoir servir un verre à Carter. « Et je n'ai pas de morphine, il ne me reste que de la méthadone » lui dit-elle en montrant un flacon de méthadone en sirop. La jeune femme eût un léger sourire narquois. Il était devenu plus légal de posséder des opiacés, que de posséder du sang humain. L'hémoglobine était la nouvelle drogue en vogue. Si ses parents étaient encore en vie, ils se la seraient sûrement arrachée. « Je vais le calmer pendant que vous vous occupez de lui » assura-t-elle, en le regardant dans les yeux. Elle lui tiendrait la main, c'est certain et tenterait de le soulager autant qu'elle peut avec ses illusions. Le reste du travail, c'était au pompier de le faire.

_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.


Dernière édition par Riley J. Nott le Dim 8 Avr - 15:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5192-don-t-pity-the-dead-pity-

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 270
↳ Points : 225
↳ Arrivé depuis le : 01/10/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 30 ans en apparence & 785 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier;
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2, création d'illusions et guérison 3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain / Innocence ~ Tarja / Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica / We are murderrs ~ Xandria / Wings of Madness ~ Serenity
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



les petits papiers
↳ Copyright: Killer from a gang ♥
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Mer 14 Mar - 1:03



Martyr of the free world
You can not hide yourself behind a fairytale.



Il avait trop parlé. Ou pas assez. Mais y’avait cette colère qui étreignait son cœur, qu’il peinait à contenir. On envoyait des gamins à l’abattoir, sous prétexte de défense d’idéaux et de chasser la dictature. Pourtant, celui sous ses yeux, quel âge avait-il ? Quinze, seize ans ? Même pas majeur… Et il crèverait certainement dans moins d’un an. C’était un fait, une vérité. Il avait vu passer tant de corps sous ses doigts, tant d’enfants qui auraient pu vivre un peu plus, si quelqu’un n’avait pas eu la folie de les pousser dans la Résistance. C’était peut-être d’avoir vu tant de corps décharnés, déchiquetés, criblés de balles, qui le rendaient aussi insensible, aussi froid. S’il pouvait éviter que d’autres finissent ainsi… Il le ferait. Il y mettrait son âme, son cœur. Il savait, avec ses années en enfer, que c’était peine perdue, d’attaquer de front. Cependant, il n’était pas militaire, n’avait jamais reçu d’éducation dans ce sens-là. Ce n’était que du bon sens, qu’un instinct développé pour sa survie. La dictature aujourd’hui n’était pas si différente de celle qu’il avait connue. Les plus puissants au sommet, et enfin, personne ne pouvait les atteindre. Mais l’autre, elle préférait sacrifier. C’était ce qui l’empêchait de franchir le pas de la Résistance jusque-là. Trop d’êtres qui périssaient, et pour quelles raisons ? Pour quelle cause ? Alors que les têtes pensantes de la Rébellion restaient bien au chaud, bien à l’abri…

Une lueur folle se glissa dans son regard, aux propos de la femme. Les êtres humains pouvaient être abjects, quand la situation n’allait pas dans leur sens. Que ce soit elle, ou lui. Il n’était pas si différent, et ce n’était pas son expérience qui le rendrait plus mature. Non… Il se redressa, et son timbre, glacial, emplit l’air : « Rejoindre la Résistance ? J’ai un frère membre du Gouvernement, ce serait du suicide pour votre cause. Et vu le nombre de morts instigués des deux côtés… » Il serra les dents, s’obligea à respirer profondément. Mais les mots continuaient à se déverser. « Tu sais combien j’en ai vu passer, des gamins comme ça, morts ? La Résistance est une bien belle cause ouais, mais vous n’avez pas à regarder vos pertes en face. » Il se tut, termina. « Y’a pas de stratégie miracle. Mais le menu-fretin se fera toujours bouffé par le requin, tu peux le voir de toi-même. » Comment pouvait-on envoyer les siens mourir ? Comment pouvait-on… « Je rêvais de faire partie de la Résistance à mon retour. » A son retour. Une horreur, pour en gagner une autre.

Elle finit par partir, et il resta seul en face-à-face avec l’adolescent. Il n’avait pas l’attention de la suivre, de découvrir ce qui se tramait en ces lieux. Et il se rendait compte seulement maintenant qu’il avait fini par la tutoyer. Super. Bon, tant pis. Quelques mots furent prononcés à l’intention de l’adolescent. Ne fais plus le con. Fais ce qui est bon selon toi, sans aller te tuer pour rien. Vivre, c’était important, pour ceux qui restaient, ceux qui tenaient à lui. Contrairement à Orfeo, qui n’avait plus personne. Il aurait été plus à même de s’investir et mourir pour la cause. Plus de capacité aussi… Putain, elle lui avait foutu le doute l’autre andouille… Orfeo, grand sauveur, grand connard, grand naïf. Il s’briserait, à vouloir sans cesse aider les autres… c’était déjà un miracle qu’il soit encore en vie, et en liberté. De nombreuses infractions avaient été commises dans les dernières mois, années. Et pourtant… Il était toujours ici. Un peu de chance, un peu d’aide aussi, de la part de Rafael.

L’autre revint, avec tout le matériel nécessaire. Et l’italien n’attendait pas, enfilant déjà les gants en latex sur ses doigts. Il n’était pas médecin. Il n’avait pas de réelles formations, autres que celle offerte par le Gouvernement. Il ferait de son mieux. « Occupez-vous-en donc. » Le vouvoiement était revenu, mais il se décrocha bien vite, se concentrant sur la blessure. Si l’os avait été en partie ressoudé, il fallait maintenant s’occuper de la blessure ouverte dont le sang s’écoulait toujours par endroit. Oui, il manquait de pouvoir. Mais il avait fait de son mieux. Et il continuait, alors que la gaze imbibée d’alcool essuyait les traces de sang, dégageait la vue pour qu’il puisse recoudre. Si l’adolescent avait crié, à cause de la douleur, il ne l’aurait même pas perçu. Tout ce à quoi il pensait, c’était faire en sorte que tout se referme correctement. Et cela demandait une concentration maximale.

Et de longues minutes plus tard, il eut terminé son œuvre. Il se recula légèrement, passa sa manche sur son front. Il tremblerait presque, avec tout ce bordel… « Voilà… Il faudrait quand même éviter qu’il bouge trop pour les semaines à venir. Je ne suis pas faiseur de miracles, donc prenez des précautions. » Il retira les gants ensanglantés, reprit sa respiration, malgré l’odeur métallique qui flottait dans les airs. L’alcool ne suffisait pas à tout supprimer…  


_________________
+Danse Macabre+
Look at what he can do. Let him show the world how powerful we can be. Because those with the greatest power protect those without. 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 396
↳ Points : 278
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman ; CURTIS HARDING | wednesday morning atonement ; JORDA SMITH | i am
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   Dim 8 Avr - 16:57

Elle chercherait. Après. De longues minutes plus tard, les raisons de son excès de zèle envers la Résistance. Justin avait l'âge d'être un membre de sa fratrie, toute aussi dysfonctionnelle soit-elle, jamais la sorcière n'avait vu l'un de ses frères et sœurs s'exposer à de telles imprudences de façon délibérée. Il devait y avoir autre chose. Riley savait qu'il y avait autre chose dans l'équation. Une inconnue qu'elle découvrirait plus tard, lorsque l'intéressé sortirait de sa torpeur artificielle. L'heure était au bandage des plaies. Celles ouvertes et bien visibles, comme sur la jambe de Justin et celles invisibles que les deux adultes semblaient dissimuler dans leur poitrine. Alors que Riley s'était déjà insurgée maintes fois des propos accusateurs de l'homme, celui-ci fini par s'énerver à son tour, visiblement piqué au vif. Dès lors, sa langue se délia avec plus amplitude que la sorcière n'en aurait jamais espéré. Elle tiqua à la mention d'un frère au sein du Gouvernement et à l'évocation d'un suicide collectif. Il ne lui fallut pas longtemps pour voir le rapport entre ces révélations et son soudain manque de self-control. Avec un membre de sa famille dans le Gouvernement, rejoindre la Résistance équivalait à signer son arrêt de mort. Le suicide serait le sien. S'il choisissait de défendre ses valeurs, il ne vaudrait pas mieux que les résistants kamikazes dont il abhorrait les manœuvres. Mais en restant en retrait de la bataille, il ne défendait aucune valeur, même pas les siennes. Riley comprenait à présent mieux son point de vue, ou plus précisément son conflit intérieur. Il n'était ni sot, ni courageux. Si elle venait de le comprendre, ce n'était pas pour autant qu'elle le cautionnait. « Alors ce sera toujours la loi du plus fort » conclut-elle en faisant tomber lourdement ses bras le long du corps, en signe de fatalité. A raisonner ainsi, rien ne changerait jamais dans leur misérable quotidien. Le Gouvernement continuerait de les détruire à petit feu. De les faire suffoquer derrière l'écran de fumée bienveillant qu'il tentait de disperser devant leurs yeux pour leur soutenir que vivre ainsi était pour le mieux. Riley ne croyait plus depuis longtemps à ces couplets totalitaristes et quelque chose dans le regard de l'homme lui faisait croire que lui non plus n'en portait pas grand crédit.

Sur ces mots, elle le laissait seul afin d'aller chercher de quoi remettre Justin en bon état. Elle rapporta tout ce qu'elle pût trouver répondant à sa demande. Elle avait du stock, quoique celui-ci s'amenuisait ces derniers temps. Posant un à un le matériel sur la table, elle proposa au pompier de s'occuper de contrôler la douleur et les réactions de l'adolescent pendant qu'il lui procurait les soins. Sans plus rechigner, le brun acquiesça et se mit à la tache. Ses aptitudes médicales n'étaient pas beaucoup plus pointues que Riley, qui fût ravie de constater que sa pratique avait donné du bon. En ce qui concernait la pratique de la magie, c'était autre chose. Le pompier était considérablement plus puissant qu'elle. La plaie ouverte de Justin se referma avec une facilité déconcertante. Il n'en gardait presque aucune trace, à part une nébuleuse violette marbrant sa peau. Si elle avait été seule, jamais elle n'aurait pu réaliser un tel prodige. « Il ne bougera pas d'ici » lui assura-t-elle d'une voix ferme qui sonnait comme un ordre adressé à l'adolescent dans les vapes. L'air autour d'eux s'était réchauffé. Sans pour autant le montrer, Riley était impressionnée par l'ouvrage de l'homme. Il serait définitivement un bon élément s'il se décidait à rejoindre la Résistance. Ainsi, il pourrait constater de visu que les blessés soignés n'étaient pas que des activistes. Beaucoup d'entre eux étaient simplement des gens normaux. Des victimes singulières de violences innommables commis par la milice. Peu d'entre eux allaient au front. Peu d'entre eux étaient de vrais rebelles. « Merci » lui dit-elle en rangeant lentement le matériel d'un air distrait. Le silence s'était installé dans le bar avec pour seul parasite le bruit lourd de la respiration haletante du pompier. La sorcière rassembla dans un sac les gants et les carrés de gazes ensanglantés, destinés à être jetés plus tard. La petite salle de soin clandestine que Riley avait aménagé dans son sous-sol n'était pas une mince affaire à dissimuler, bien qu'elle soit devenue maîtresse dans cet art. Elle gardait tous ses déchets dans un sac que Cassidy venait chercher de temps en temps pour le filer à un résistant bossant de nuit à l'hôpital. Parfois, lorsque l'odeur était trop insupportable, elle l'enterrait dans le jardin derrière son bar, sous le compost. « C'est un adolescent. Il ne dira jamais merci, même s'il le pense » reprit-elle en désignant Justin d'un signe du menton. Ce n'était pas pour rien que cette période spécifique de la vie d'un être humain était considérée comme "ingrate". Sans plus de mots, elle alla préparer un verre d'eau fraîche citronnée au pompier et lui concéda une pomme de sa réserve. Juste de quoi lui rendre un peu de vitalité et le remercier modestement pour son aide.  

_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5192-don-t-pity-the-dead-pity-

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Martyr of the free world |Riley|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Martyr of the free world |Riley|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ed Free Versus The World
» FIFA World - Free to play
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans-