AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wild Animals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 677
↳ Points : 299
↳ Arrivé depuis le : 05/07/2017
↳ Age : 27
↳ Avatar : Lou de Laage
↳ Age du Personnage : 22 ans
↳ Métier : Voleuse, Joueuse, Traqueuse, Tueuse, Mercenaire
↳ Opinion Politique : L’insouciance des jeunes pousses, volage et indifférente. Mais dans l’inconscient, le code sacré du Minotaure.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 - Baby Monster
↳ Playlist : Between the bars - Elliott Smith ¦ Seven Nation Army - The White Stripes ¦ John and Jehn - Vampire ¦ Bashung - Madame Rêve ¦ Queen - Killer Queen ¦ Hubert Félix Thiéfaine - Les Dingues et les Paumés

↳ Citation : Madness is the emergency exit. You can just step outside, and close the door on all those dreadful things that happened. You can lock them away. Forever.
↳ Multicomptes : Unique
↳ Couleur RP : Blanche



les petits papiers
↳ Copyright: British Cookie
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Wild Animals   Mer 27 Sep - 15:33

Wild Animals

La feuille morte qu’épouse une brise amoureuse, d’énergie qui s’évapore, d’un corps qui se défait de son ombre, qui sombre, si profondément dans les abysses marbrés de la mort et qui s’élève à la fois, si léger, si vide, d’un néant qui s’étiole. La mort d’une petite proie, virevoltante dans l’air, énergie crépitante sous sa peau, qui l’élève, la grandie, le phœnix se nourrit de la nuit. La longue descente de la chevelure blonde, qui s’ouvre et se déploie, mille filins lumineux aux dernières du jour. La femme s’étiole, comme une fleur qui se meurt, les pétales ouverts, longues jambes pales qui gisent sur le sol, grands bras plein de bijoux qui s’arquent dans des angles étranges et inconfortables. Elle perd sa lumière, elle la lui offre, cette énergie vitale qui brule tout à l’intérieur de son plumage mirifique. Et sur son visage, son visage pale, glacé par une mort naissante, les lèvres rouges et indécentes, s’entrouvrent lentement alors que les joues se crispent d’un dernier émoi. Une malédiction vaine perle à sa bouche mais ses yeux se révulsent et la mort arrête les malencontreux mots d’amours. Kriss tend pourtant l’oreille, en sent les prémisses jusque dans son échine frissonnante. Comme elle aime la mort, elle n’en perd le moindre le détail. Et, du cadavre d’une femme, feuille morte d’Automne, le présent d’un dernier souffle l’enthousiaste et puis, soudainement, la mortifie.

Mal est fait. Celle qui fut autrefois, n’est plus que carcasse vide. Etendue sur le sol, pantin sans âme, plus rien de l’anime. Et si du bout du pied, de cette chaussure volée, Kriss ne bougeait lentement le corps pour l’éveiller, il serait plus immobile que le meuble contre lequel il est tombé. La jeune vampire d’âme soupire, voler l’énergie sans se laisser happer par l’envie incontrôlable de tuer lui est si difficile. Et puis, faut dire aussi, la jeune femme était toute faible qu’un rien n’eut suffi. Rien à faire, le corps asphyxié ne s’éveille guère. Sa commanditaire s’en mordra peut-être les doigts, mais elle n’avait d’ailleurs précisée qu’il lui était interdit de tuer. Et même si l’ordre était implicite, elle n’a – de vive voix –exprimé l’interdit. Kriss se soulage, de cette révérence qu’elle s’imagine déjà murmurer a l’oreille de celle qui caresse sa chevelure, son âme, de sa pointure professorale, de son posture de femme expérimentée. Qu’importe, la petite voleuse termine son méfait et récupère les documents, les lettres, les mets dans son sac et repart comme elle est venue. Par la fenêtre. Se jetant dans le vide pour mieux reprendre son envol.

Dehors le crépuscule brille de mille feux. Cette énergie qu’elle ressent et qui réchauffe son cœur, ce feu cristallin, qui ne pourrait lui être offert par ce soleil lointain et faiblissant mais uniquement par ce souffle, cette puissance, que porte les hommes, les femmes. Par la vie, la vie est un nectar si fort, si puissant. Ses paupières sont lourdes, à chaque battement de cils, elle se rappelle un souvenir, un souvenir qui fut le sien. Et dans cet engrenage de sensations, furtives métaphores, vague d’émotions, la jeune femme cherche un visage, une odeur bien particulière. Et dans la multitude d’images brèves, de couleurs, de bruits, enfin, elle retrouve la trace de la femme. Ce ne sont que des fragments, des embruns, sans doute ne se connaissaient-elles vraiment. Quelques traces éparses et pourtant ce même sentiment.

Elle, immobile et droite, le port altier, le visage taillé à la serpe par la certitude et une confiance en soi presque agressive. D’elle, Kriss n’obtient qu’un regard ou deux, dans les ombres mémorielles de la femme. Et les yeux, les yeux perçants de la femme ressuscitent dans sa propre mémoire, la rencontre qui fut leur autrefois. Elle y pense et crissent dans sa mémoire les chaussures élégantes. Elle y pense et pense, à cette femme qui murmure, blasphème doucereux, ce que le petit chat devrait chasser. Kriss n’aime qu’on lui dise que faire, que dire, mais elle aime la conspiration, ce vent outrageux qui souffle en silence. Et puis, aussi, qu’on comble son ennui de quelques jeux amusants, elle ne saurait dire nan. Sur le toit, elle s’éternise, et alors que les heures grises s’étiolent, rentre dans sa forteresse abandonnée, au fin fond de son antre, au secret de son âme, pour s’y endormir.

***

Le miroir brisé lui renvoie une image presque triste. Ses cheveux sont défaits et des cernes sombres strient sa peau tendre. A tant vivre la nuit, a tant vivre le jour, a ne dormir que quelques heures, l’enfant roi s’épuise. Elle se découvre alors une beauté étrange, sa peau est plus claire, ses yeux semblent plus intenses, et dans cette nouvelle métamorphose, la jeune femme se trouve plus belle encore. Kriss ne dépose aucune couleur sur sa peau fine qui viendrait briser les nuances translucides de son visage d’ange, mais sur le contour de ses yeux, où naissent ses cils longs, elle noircie son regard d’un crayon noir puis ensuite, vraie petite femme qui a tant espionné ses consœurs dans leurs souvenirs pour découvrir cet art tellement étrange qu’est celui des femmes, Kriss se met du mascara. Devant la glace, un sourire menace, Kriss se trouve toute féminine et se regarde alors que ses paupières ploient et se relèvent, petite femme qui s’apprend. Elle n’a, au fond de sa pupille, encore l’empreinte figée de son visage. C’est comme si elle se découvrait à chaque fois qu’elle se voit dans un reflet. Et qu’elle ne se reconnait pas.

Kriss secoue sa chevelure encore humide. La fraicheur de ses mèches qui cajolent sa peau, est si douce, si amoureuse, qu’elle ferme les yeux, savoure les caresses tendres de ses cheveux longs sur sa peau si fine. Songe, et si le jour jamais, ne faisait place à la nuit. Et si la femme, la bougresse si et tant féminine, n’était pas tant importante qu’elle ne se devait d’être belle et si elle pouvait juste y aller et dévorer son énergie, comme si elle faisait partie de la légion de petites proies, les inintéressantes. La chasseresse se conforte, elle s’imagine tendre les lèvres, et de ses baisers voler la vie. Oh comme elle aimerait posséder et comprendre, ce visage tranchant, ce charisme fort et cette assurance sans faille. Ainsi rugit en elle un plan simple. Et le sourire qui perle sur ses lèvres est l’expression de sa jubilation. Kriss s’habille ensuite, enfermant des jambes dans un cuir usé mais saillant, et son buste dans un haut simple et noir. Elle n’a, encore, vraiment l’habitude de ses robes vulgaires qu’elle possède et se préfère une allure garçonne, guerrière, quand il fait encore jour, ou qu’elle ne sait encore ce qui l’attend. Des chaussures confortables et la voilà toute prête à affronter la dame.

Tant plein de doutes, sur le chemin qui la mène à la femme qui ronge ses pensées, Kriss est hésitante. Obtenir d’Aritza ce qu’elle recherche en violant sa mémoire ou alors rester à ses côtés à la dévorer des yeux, à apprendre par mimétisme ce que toutes les femmes savent. La chasse ou une certaine forme d’abstinence ? L’esprit galope d’une question à l’autre, tournant encore et encore dans la tête de l’ingénue. Alors qu’elle arrive presque là où elle est attendue, aucune décision n’est encore prise. Se refusant d’entrer la première, à attendre le bon vouloir d’une autre, elle rejoint le petit immeuble oppose et en brusque la porte avec adresse. L’appartement était vide est pour quelques minutes, sa nouvelle demeure. Attendant sa proie en hauteur, Kriss se dissimule derrière le rideau d’une fenêtre. Elle regarde, immobile, les âmes lasses qui passent, et celles, plus joueuses qui s’arrêtent et qui entrent. Le Masquerade semble leur ouvrir grand leur bras et quand enfin sa porte se referme sur Aritza, les yeux de Kriss s’illuminent.

La femme est pareille à ses souvenirs, habillée d’une féminité presque agressive, dans une aura de confiance et de satisfaction. Un pas léger et sur, une âme qui jamais ne s’égare. Quand elle disparait dans le cabernet. Kriss retient son souffle. S’enfuir ou entrer à sa suite, c’est difficile, elle ne sait encore choisir. La curiosité qui la dévore a cependant raison d’elle, elle descend de son appartement et rejoint la porte du cabernet. Une dernière hésitation et la voilà qui entre, petite chatte de gouttière qui n’appartient encore au lieu et qui ressent presque la lourdeur de l’air autour, les quatre murs qui sont une attaque à ses sens. Et pourtant la voilà qui s’habille d’un sourire séducteur. Elle s’avance, le pas souple, éloigne le serveur qui tente de lui parler pour rejoindre la table de sa promise. Avançant dans son dos, elle vient murmurer à son oreille, annonçant son arrivée.

-Je l’ai tué.
Ce secret qu’elle murmure est de velours et d’amour. Nulle culpabilité ne blesse sa douceur. Nulle ombre n’avale sa joie. Ce petit méfait n’était pas tant un crime du cœur, qu’un plaisir de l’âme. Avec la souplesse toute féline des jeunes femmes désabusées, qu’habillent une rébellion presque sous-jacente et une séduction facile, non calculée, elle s’installe en face de la femme. Kriss la regarde quelque seconde, puis faussement soupire.

-Ce n’était même pas amusant.

Du bout des lèvres, elle provoque sa commanditaire. Qu’Aritza la gronde et elle mordra la main de son maitre. Et ses yeux grands ouverts sondent celle qui ordonne, dévorant les traits de son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4970-kriss-m-grimm http://www.mercy-in-darkness.org/t5133-time-to-time-ashes En ligne
avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1838
↳ Points : 317
↳ Arrivé depuis le : 06/09/2017
↳ Age : 32
↳ Avatar : Kate del Castillo
↳ Age du Personnage : 43 ans
↳ Métier : Chef de stockage - Gestion des ressources
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement pour la forme // Opportuniste dans l'ombre
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 partout
↳ Playlist : Tarja Turunen ~ Dark Star; In for a Kill; What lies beneath
Nightwish ~ Dead Boy's Poem
↳ Citation : Dragons eat horses & sheep alike
↳ Multicomptes : //
↳ Couleur RP : White



les petits papiers
↳ Copyright: CryingShame
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Wild Animals   Ven 29 Sep - 8:14

Dans ma caravane, aucun miroir ne demeure. Aucun reflet ne me fait plus face. Tout a été détruit. Emporté. Défenestré. Verbe doux et acerbe. Vouloir et avoir. Être et posséder. Mes phalanges me démangent. Il manque du brillant dans cette pièce. Pour frapper. Pour fracasser.

*Un œil s'ouvre sur l'au-delà. Une silhouette mi-bête mi-ombre approche. Doucement. Lentement. Elle longe les parois. Elle crée des dessins inanimés à même le sol. Elle observe. Elle reconnaît. Elle glousse. Elle ronronne.
Viens, petit chat.

La porte de l'unique garde-robe s'ouvre sous mon toucher de velours. Le bois grince. Non pas d'usure, mais bien d'impatience. J'ai pris tellement l'habitude de me vêtir selon les coutumes d'usage pour les basses besognes, que j'en suis venue à la négliger. L'oublier. Ses entrailles sont quasi vides. Même la poussière refuse de s'y déposer. Sanctuaire silencieux d'une divinité désabusée. Alors pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi maintenant ?
Un ersatz de sourire vienne chatouiller l'ourlet de mes lèvres. Mes traits s'adoucissent. L'image de l'enfant vient me chatouiller les méninges. Il me suffirait de fermer les yeux pour me rappeler des bribes de son parfum sauvage. Pour m'enivrer de la tendresse illicite qu'elle m'a inspirée ce jour-là. Recroquevillée sur sa proie. L’échine tendue. Le regard affamé. De tout. De rien. De ce corps amorphe qui ne réagit pas. Plus. Cruelle déception. Fracassante réalité. L'espoir, si friable. Il suffit d'un doigt à peine pour l'écraser. Et encore moins pour le ranimer. Caresse éphémère. Souffle factice. Facilité déconcertante. Demande incessante.

*Gargouillis.
Couinement.
Quémander.
Supplier.
Encore une fois.

Elle affectionne particulièrement les grandes dames. Celles qui se tiennent droit. Celles qui se tiennent fiers. Elle ne semble pourtant pas voir au-delà. Le corset les enserre. La noblesse les rend hautaines. Elles ne sont pas moi. Elles ne le seront jamais. Elles sont les nuisibles dont la société n'arrive à se débarrasser. De mauvaises herbes qui s'érigent d'un rien. Un peu d'eau croupie ou saumâtre. Une attention torve pour les faire onduler dans le sens du poil. Vulgaires catins qui s'autoproclament reine d'un trône de ferraille. Bâtisse ô combien sujette aux intempéries. Les rêves sont tellement beaux, tellement prometteurs – qu'elles en oublieraient presque leur irréalité. Alors elles tissent des mensonges. Elles se tordent et distordent selon les lois d'une jungle qu'elles ne connaissent même pas.
L'enfant les regarde. L'enfant les convoite. Je le vois. Je le sens. Ses doigts de velours se resserrent sur la main gantée que je lui tends. Elle se fourvoie dans un monde qui ne veut pas d'elle. Elle s'imagine une utopie. Elle désire une idylle. À défaut de pouvoir la lui offrir, je peux au moins faire l'effort d'enseigner.

*Contagion.
Contamination.
Parasite symbiotique.
Amniotique.

~ .. ~

Le tissu me colle à la peau. Enveloppe mes courbes dans toute leur splendeur. Fait ressortir des formes que j'ai pris l'habitude de cacher. De négliger. Mon anatomie tout entière semble comme respirer. Soupirer. Mes moindres mouvements sont à la fois stupeur et tremblements. Cela fait bien longtemps déjà que je n'ai plus donné libre court à ce genre de plaisir coupable. Des regards se tournent vers moi. Je suis loin de passer inaperçu. Les restrictions de l’État sont telles que la plupart préfère se tenir à carreau. Ils ont raison de le faire. Mais moi, moi je n'appartiens pas à ce monde. Je ne l'ai jamais habité. Ce n'est pas ce jour que je compte arrêter. Le tissu épouse mes hanches. Embrasse mes cuisses. Embrase mes genoux. On pourrait croire les mensurations calculées au millimètre près pour ne pas déchanter. Ils peuvent m'arrêter. Ils peuvent me lire mes droits. Je le connais par cœur entre-temps. Tout comme eux. Mon visage n'est plus inconnu aux listes des passeurs. Ma tenue, par contre, l'est assurément. Ils usent et abusent de leur position. Se font mousser devant les petits jeunes. Des bleus tout juste sortis de berceau. Accessoirement les jupons du Gouvernement. Ils se rincent l’œil. Ils ricanent. Ils se bousculent. Pourtant, d'aucun ne viendrait directement à m'accoster. Il laisse le sale boulot aux collègues de la Milice. Plus voraces. Moins enclins à partager.

*Grognement en sourdine.
Dents blanches.
Yeux rouges.
Iris fendillés en leur centre.
Reflet d'une mort lente et odorante. Promesse de souffrance.

J'avance sans jamais me presser. Je les sens sur moi. Je les sais. Je les devine. Audace. Colère. Incompréhension. Blasphème. Hérésie. Envie.
Ses millier de globes qui me remarquent. Qui font abstinence. Abstention. Convoitise. Regret. Remord. Et encore et toujours cette perpétuelle envie. Mais ce n'est pas moi qu'ils veulent. Ce n'est pas moi qu'ils désirent. Je ne suis jamais que la matérialisation d'un fantasme onirique. À bien y regarder, je ne suis pas celle qu'ils veulent que je sois. Je ne suis pas meilleur. Assurément pire. Mais j'ose. Planter le pieu en pleine poitrine. Le pied dans la fourmilière. Mais jamais sans talons. Et surtout pas aujourd'hui. En ce jour qui signera le début du reste de notre vie.
Si je suis impatiente ? Bien sûr que je le suis. Il serait mensonger et parfaitement inutile de le nier. Je suis et reste humblement humaine après tout. Cohabitent en moi les mêmes péchés qui animent l'incohérence des autres. Ils se disputent mes pensées. Ils me tambourinent l'intérieur du crâne. Ils grattent. Ils exigent. Et parfois même, ils gagnent.

*Oui.
Gagner.
Encore.

La différence entre eux et moi ? Je suis toujours debout. Je suis toujours fière. Je porte et transporte mon fardeau. Je transpire le vice au seul degré que je veux. Aujourd'hui plus que hier. Mais bien moins que demain.

J'arrive à destination. Façade noir et sang. Ambiance alarmante. Aguichante. Les patrouilles sont plus nombreuses par ici. Braves petits soldats qui s'évertuent à chercher la faille. Qui se font un point d'honneur à épingler les criminels. Pauvre chimère qui leur sert de repère. Une mascarade ... dans toute la beauté de sa définition.

Je pénètre l'antre du Diable. La porte se referme dans mon dos. Un homme en uniforme de serveur s'avance vers moi. J'ai réservé pour deux. Il s’épanche dans une révérence qui relève du burlesque. Ancienne habitude dont il peine à se séparer. La clientèle semble apprécier. Je ne relève pas l'information et me contente de le suivre. Je commande deux verres de lait. Il semble comme interloqué. Quelque peu amusé. Il va pour ouvrir la bouche. Pour rajouter sa touche personnelle. Il se ravise bien vite tandis que je l'abandonne dans mon sillage. Je prends place dans l'ombre. Dos à la porte. Ce jour mon attention n'est plus à prendre.
Il ne me reste plus qu'à attendre.

*Tic-tac. Tic-tac.
Rattraper le temps. L'avaler. Le régurgiter. Recommencer.

Une brise dans mon dos. Un souffle perfide qui vient me réchauffer la base de la nuque. Quelques mots. À peine plus de syllabes. Je devine autant que je perçois son sourire. Mon visage en fait de même. Un peu.
Elle prend place en face de moi. Je m'étonne quelque peu du fait qu'elle ne s'installe pas à l'image d'un animal. Qu'elle préfère suivre les conventions. Ce n'est pas pour autant déplaisant. Seulement ... décevant.
Je laisse les mots s'évaporer entre nous. Remplir le silence de leur souvenir. Avec lenteur et précision je commence à ôter mon gant droit. Doigt par doigt. Phalange par phalange. Je ne la regarde pas. Plus. Seul compte la minutie de ma propre gestuelle.

- « Oh, tu me vois bien navrée d'apprendre cela. »

Ce n'est pas un reproche. Du moins pas à son encontre à elle. Cela me peine réellement qu'elle n'ait guère éprouvé le sentiment recherché. J'espère que cela n'empiétera en rien sur notre alliance en naissance. Il m'est important de répondre à sa demande. Sans quoi il serait fort bien fâcheux de gâcher un tel potentiel latent.

- « Il va falloir que je me fasse pardonner. »

Je dépose le tissu retiré sur la table, dévoilant par la même occasion les stigmates de mes propres démons. Chair déchiqueté. Nécrose palpable. Pourquoi le lui cacher ? Je reporte, toujours avec autant de douceur – si pas de lenteur calculé, mon attention sur ses traits intrigués. Maquillés.
Je me rapproche d'elle en me penchant par-dessus le meuble qui nous sépare. Il est froid. Hostile. Indigne du moindre intérêt.
Sans demander mon reste, je glisse la paume de main libérée sur son si délicieux visage. Malgré le teint reflété, l'épiderme est tiède. Accueillant. Du pouce, je viens lui prodiguer l'expression physique de mes pensées. Du bout des ongles, je lui chatouille les sens en éveil.

- « Tu es bien jolie ainsi. »

L'encre a un peu dérapé. La ligne n'est pas équilibrée de la même façon des deux côtés. Est-ce vraiment important ? Les enfants aiment les compliments. Les animaux aiment quand on les caresse dans le sens du poil. Et je suis certaine qu'elle a déployé de grands efforts pour s'affairer de la sorte. Serait-ce là rien que pour moi ?
Notre moment de proximité est interrompu par l'arrivée impromptue du serveur. Je relâche mon emprise sur sa peau diaphane à travers une dernière promesse. Celle de revenir. Il n'y a toujours qu'à elle que je souris tandis que deux verres se posent entre nous. Barrière de protection. Retardement de l'inévitable implosion.

- « Il y a ici quelqu'un qui n'a pas été très gentil avec moi. »

Je ne demande même pas après les documents dont je sais pertinemment qu'elle me les a ramenés. Ses capacités à lire et déchiffrer m'effleurent l'esprit. A-t-elle péché ? Va-t-elle le faire ? A-t-elle seulement cessé un instant ? Ce n'est pas grave. C'était un test, somme toute banale. Je suis certaine qu'elle s'est appliquée à la tâche avec brio.

- « Si tu trouves de qui il s'agit. »

Je suis ses moindres faits et ses gestes. Ses plus infimes – infâmes – expressions. Je glisse à nouveau ma main dévêtue dans son manteau de cuir souple, avant de saisir le verre au contenu blanc.

- « Je te laisserai jouer avec lui. »

C'est court. Ça rime. C'est le rythme le plus accrocheur quand cela concerne les enfants.
Je viens tremper le bout de mes lèvres dans le lait frais. Cette boisson ne me procure pas plus de plaisir qu'à elle, il va sans dire. Mais elle est porteuse de souvenirs. Elle renvoie vers le passé. Vers ce qui un jour a été, mais désormais n'est plus. Et plus jamais ne sera.

*Porte grinçante.
Patte griffue.
Interstice.
Collision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5147-btch-pleaz-aritza-s-belmo

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 677
↳ Points : 299
↳ Arrivé depuis le : 05/07/2017
↳ Age : 27
↳ Avatar : Lou de Laage
↳ Age du Personnage : 22 ans
↳ Métier : Voleuse, Joueuse, Traqueuse, Tueuse, Mercenaire
↳ Opinion Politique : L’insouciance des jeunes pousses, volage et indifférente. Mais dans l’inconscient, le code sacré du Minotaure.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 - Baby Monster
↳ Playlist : Between the bars - Elliott Smith ¦ Seven Nation Army - The White Stripes ¦ John and Jehn - Vampire ¦ Bashung - Madame Rêve ¦ Queen - Killer Queen ¦ Hubert Félix Thiéfaine - Les Dingues et les Paumés

↳ Citation : Madness is the emergency exit. You can just step outside, and close the door on all those dreadful things that happened. You can lock them away. Forever.
↳ Multicomptes : Unique
↳ Couleur RP : Blanche



les petits papiers
↳ Copyright: British Cookie
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Wild Animals   Jeu 5 Oct - 16:01

L’excitation du petit chat est palpable et ses crocs, mignons petits diamants, n’attendent que de mordre la chair tendre de son commanditaire. Kriss attends, déployant trésor de petites patiences pour rester calme et sage. Les perles encres, ersatz de furie, roulent entre ses dents, la langue est prête à frapper d’une rhétorique cinglante.  Son corps est un ressort qui n’attend plus que de se détendre, de bondir. Et alors qu’elle se murmure des insanités, des pensées morbides glissent et passent dans l’océan vert de ses yeux maquillées. Les araignées dévorent leurs mères à leur naissance. Du Phoenix on parle souvent de renaissance mais rarement de sa prime jeunesse, de sa première histoire, de son premier plumage. Et le plumage de Kriss, qui frissonne, plumes qui s’emmêlent, échine qui trésaille, est un monstre d’insolence. Le tranchant des petites plumes d’acier que cachent le velours des plumes brillantes n’attend que la déconvenue d’une déception.

A cette excitation première, la reine mère ne murmure aucune blessure. A ce premier souffle, esquisse brutale d’une rencontre que Kriss voudrait rapide, si elle est ennuyante, la femme réponds de son flegme et offre à l’infant son premier présent. Oh comme elle est belle, chacun de ses gestes lents à l’assurance des grands. Elle se défeuille avec l’élégance des grandes dames. Cet art si précieux, si noble, qu’elle offre au regard, dans la connivence, à l’iris aimante d’une Kriss qu’enchante la féminité exacerbée, cet art fascinant qui fait plier échine à la jeunesse présomptueuse et insolente.  Cet art la fascine et l’abime dans une paix presque animale. Doigt par doigt, le velours et l’argent glissent alors que se déploie le fantôme du gant. Kriss voudrait lui résister mais la douceur lente a toujours ensorcelée ses pupilles palpitantes.

Fascinée par la mort, elle découvre les morsures de la nécrose. Cette main qui s’approche, amoureuse, et dans laquelle elle pose son visage. Nul dégout ne la taraude, nul mal ne traverse les embruns de son regard. Une paix douce, alors que la mortelle engeance la touche. Du fin fond de son cœur elle espère qu’une parcelle de ce diamant brute, cendré, s’incrustera dans sa chair, maquillera son visage de la brulure noire du mal ancien et démoniaque. Et qu’enfin ses deux visages se rencontrent dans une chimère d’alliance. Que son apparence témoigne de son âme. Alors que le doigt chasse la nuit et l’encre malhabile, sa joue glisse contre la peau et au creux de la paume, elle dépose un baiser. La peau fine de ses lèvres, érogène et sensible, découvre l’empreinte de la mort, cette chair délétère qui se défait, s’enfonce, se relève. Vagues immobiles et lentes qui défont le derme et dévore la vie.  Cette surface qui n’a plus ni le parfait pale des porcelaines, ni l’odieuse banalité des  peaux lisses. Et si pareille monstruosité se logeait dans son cœur. Et si une vague immense et lente la plongeait lentement dans la nuit. Sa mort peut-être serait encore plus belle.

Si elle pouvait ronronner, sans doute, le ferait-elle.
Mais elle n’a que le grenat de ses lèvres, et le faible vocabulaire qui est sien.


Vous l’êtes déjà.


Une fausse offense, un pardon sincère, l’insolente se complaît dans ses propres mensonges. Les yeux se ferment, elle respire l’odeur de celle qui la caresse, s’appropriant son essence. Le compliment la traverse et ses yeux s’ouvrent, et si les prunelles sont toujours tendres, le cœur ne ressent nulle chaleur qui ne soit l’œuvre d’une éphémère suite de mots sans sens. A chasser sans vergogne usant de sa beauté comme d’une arme incisive, un compliment se saurait bercer son âme mais éveiller au contraire, une méfiance. Kriss n’a pas la bassesse d’être aussi faible que ces femmes qui ne cessent de se regarder et qui sont si faciles à chasser tant la flatterie les adoucie. Kriss se décide cependant à l’accepter, ce compliment, comme celui de sa chasse et de ses armes. Alors qu’Aritza s’éloigne, un agacement passe dans son regard qu’elle vrille sur le serveur indélicat.  Comment ose-t-il la priver de tant d’attention ?

Oh comme con cœur gronde alors qu’Aritza lui évoque un désamour. Comme la curiosité l’affole, alors qu’elle l’invite à le découvrir. Et alors qu’elle prononce ces derniers mots, comme le cœur bondit dans sa cage thoracique. Un cadeau, une âme en pâture, une récompense, un jeu. Sans restriction, sans la moindre ombre d’une entrave, sans même le frisson d’une sagesse. Les battements sourds de son muscle cardiaque que son sang noir et visqueux rend plus fort, plus puissant,  martèlent son âme. Si fort, elle ne retient une expression de surprise sur son visage. Et le ravissement se déploie le long de ses cils. Son palpitant réveille un mal plus profond, un tiraillement au combien familier. Sa faim, les émanations même de ses passions. Elle le veut. ELLE LE VEUT. Et son énergie qu’affame le jour rayonne en elle, électricité magnétique qui se glisse sur les rides fines de son visage enfantin. Ses cheveux semblent plus légers, la malice brille dans ses iris.

Alors se déploient les lianes de son âme, ses sens en effroi. L’ensemble même de son attention explose quittant l’épicentre de la dame pour s’étendre en ondes circulaires. Et pourtant Kriss ne regarde encore nulle part. L’œil étranger ne saurait lire en elle la raison de tant de passions. Sa main se déploie et attrape la boisson offerte. Blanche, comme son âme pale, sans les travers de ses envies nocturnes. Epaisse comme son sang sombre. Et pourtant alors qu’elle se baisse et la respire, la boisson porte les embruns de temps révolus. Le phœnix se redresse, repousse l’offrande comme le passé en laissant son regard flotter dans la salle.

Les visages sont étrangers. Ceux-là parlent, ceux-là se séduisent, ceux-là travaillent. Il fait jour dehors et chacun s‘octroient à ses tâches quotidiennes. L’instant est plaisant, une main en touche une autre au loin. Il porte à ses lèvres un café chaud, sans doute trop, ses lèvres se blessent. L’inconnue s’ennuie, seule sur sa table. La prohibition a brûlé toute envie de jeu dans celui-là, paranoïaque, qui s’agace d’une boisson sans ivresse. La beauté de ce jeune homme attire soudain son regard, Kriss glisse le long de ses sourcils découvre ses yeux, s’amourache de ses pupilles. Puis s’éloigne. Son œil attentif cherche et analyse sans rien percevoir et une certaine tristesse s’empare de ses iris. Alors, cessant soudain de tendre son âme au vide, elle songe avec un peu plus de délicatesse. Et se cogne au regard de sa maîtresse.

Aritza est belle et outrageuse dans sa tenue des grands soirs, dans l’élégance des grandes dames. Qui donc pourrait bien lui témoigner quelque méchanceté. Pas juste une femme, pas juste un homme. Il faudrait peut-être une raison. Sur le tissu fin de sa robe, glissent les plis délicats d’une sensualité voluptueuse. Il lui prend l’envie de les toucher, de glisser dans les bas-fonds de la robe et pourtant sa main reste immobile. Aritza n’appelle pas à une séduction facile, un voile impérialiste se glisse entre l’idée et le geste. Malgré sa légèreté apparente, la femme n’est pas une femme légère et bien d’autres passions déchirent son bas ventre. Ses yeux rapaces, l’aiguisement de son visage comme d’une lame pour fendre le monde de sa langue juste. La façon dont elle avale le moindre des sensibleries qui passent sur le visage de Kriss, une calculatrice. Une femme de pouvoir.  La personne ne saurait être une simple gens ayant esquissé un mauvais regard au mauvais moment, cela n’aurait pas suffi, elle n’est pas si jalouse, pas si émotive, pas si fragile. L’anguille sous la roche est d’une autre histoire, peut-être plus complexe, sans doute plus ancienne. Alors il lui faudra être plus subtil dans sa recherche. Dans ses yeux revient l’allant et le gout du jeu. Et déjà passe dans ses yeux milles hypothèses.

Tu ne tournes jamais le dos à qui t’offense. Jamais.
Et jamais non plus tu ne quittes du regard le danger, si infime fut-il.

Pourtant Aritza ne semble souffrir d’aucun frémissement et son âme ne se tend dans nulle autre direction que la sienne. Un instant Kriss songe être la personne même qu’elle recherche. Aussi cherche-t-elle dans le fond de son regard la moindre parcelle de ressentiment.  En vain. Mais la réponse est bien en Aritza, quelque part. Aussi, elle se relève avec lenteur, et lentement fait le tour de la table. Avec une élégance toute féline, elle s’installe près de l’objet de toutes ses attentions. Et de ses yeux regardent les potentiels suspects, divisant par deux le champ infiniment grisant des possibles. Kriss ne lui fera pas l’offense de retirer le gant élégant et de reprendre la main, le présent est bien trop précieux pour être violé. Aussi, elle pose sa main sur le genou de la femme.

Personne ne saurait les voir, une fille et sa mère, mais quelle impudence ! Si le geste était considéré comme sexuel, peut-être même aurait-elle la chance de saluer les tigres somptueux du Colosseum. Le danger aiguise ses sens, l’enfant émotive se fait plus réceptive encore et lentement caresse la peau, juste au-dessous du tissu, de ses doigts tendres. Ses lèvres murmurent, nulle besoin de parler davantage, elles sont si près. Et parler trop fort briserait l’instant fragile, la légèreté furtive de ses sens. L’insolence exacerbe ses sens.


La femme blonde, une quarantaine d’années, sa fille. Ils pourraient nous ressembler mais regarde, le gris de leurs visages, trop de lumière sur leurs peaux.


Elle parle sans rien dire, juste, elle excite ses sens, cherche une faille dans les émotions d’Aritza. Depuis que le Phœnix est sorti de ses cendres, elle a la perception aigue de cette énergie dont elle se nourrie. La sentir si près, voltiger dans l’air, l’appeler, est son plus grand pouvoir. La faim, toujours, semble être son étendard.


L’homme brun. Un peu trop sage. Un peu trop grand. Sans doute cruel en couche.


La main glisse lentement, quittant le genou, s’amusant sur la cuisse, cette peau fine qu’elle imagine. Dans l’intérieur de ses longues jambes qui n’attendent que d’être caressées.  Kriss se sait pècheresse. Mais après tout, Aritza n’a érigé aucune règle. Et Kriss reste presque respectueuse, elle ne pousse le vice à posséder ce qui ne saurait être sien. Elle effleure juste l’indécence.


Comme elle est belle. Trop vieille peut-être pour jouer encore de tout son corps.  


La peau fourmille, ses sens brulent. Kriss glisse de visage en visage, imagine une histoire, murmure des détails, et tout ce qui lui passe par la tête.

Et enfin, enfin, alors même que ses sens sont au plus hauts, elle ressent un fourmillement différent dans l’énergie d’Aritza. Et avant même de décrire, une fausse histoire, de cerner un personnage, elle ne peut retenir un soupir d’excitation. Jubilant comme une petite enfant qui découvre ses présents au pied du sapin de Noel.


Oh je l’ai trouvé n’est-ce pas?


La main infâme, retombe lentement le long de la jambe, repose le tissu là où il était. Kriss n’a plus le besoin ni de toucher cette peau qui lui murmure mille secrets, ni d’exciter les émotions positives ou négatives de celle qui la commande. Elle sait.

Dis-moi donc quelle méchanceté mérite tant d’intérêt ?

Quel désamour mérite de livrer cette pauvre âme aux crocs de Kriss.
Dans ses yeux percent déjà la faim, ce désir puissant qui la traverse, la bouleverse et la laisse au bord même des lèvres si proches, affamée, alléchée, attendant une réponse. Palpitante. L’âme chasseresse peine à garder son calme. L’énergie est si terriblement tentante, garder les émanations de sa faim si difficile. Il suffirait juste qu’elle lâche prise pour en voler les fragments sucrés auprès même de celle qui, si proche, l’invite à chasser.


Je porterais à mes lèvres, le fiel et le miel.
Les présents et les promesses.
Ta peau douce et noire que la nuit avale.
Jusqu’à ce que ne se meurent mes rêves d’ascension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4970-kriss-m-grimm http://www.mercy-in-darkness.org/t5133-time-to-time-ashes En ligne
avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1838
↳ Points : 317
↳ Arrivé depuis le : 06/09/2017
↳ Age : 32
↳ Avatar : Kate del Castillo
↳ Age du Personnage : 43 ans
↳ Métier : Chef de stockage - Gestion des ressources
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement pour la forme // Opportuniste dans l'ombre
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 partout
↳ Playlist : Tarja Turunen ~ Dark Star; In for a Kill; What lies beneath
Nightwish ~ Dead Boy's Poem
↳ Citation : Dragons eat horses & sheep alike
↳ Multicomptes : //
↳ Couleur RP : White



les petits papiers
↳ Copyright: CryingShame
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Wild Animals   Ven 27 Oct - 19:31

La pulpe de mes lèvres sans couleur rencontre la texture à peine fraîche. Le liquide trop épais que pour être considéré comme tel, mais bien trop que pour échapper à sa nomination. Mes sens me picorent. Ma bouche quémande plus. Mon palet aspire à s'en gorger. Ma gorge n'est que puits sans fond au bord d'une déshydratation. Cette boisson ne vaut assurément pas un tel intérêt. Ni la moindre rémunération quelconque. En d'autres circonstances et d'autres lieux, il n'en aurait été rien. Aucun. Jamais. Pure spéculation quant aux impératifs de survie. Mais les circonstances et les lieux ne sont nuls autre que ici et maintenant. Tout comme l'est la présence que j'ai choisi pour être mienne, le temps d'un soir. Le temps d'une trêve.

*Dans l'Ombre, la bête penche légèrement la tête vers le côté.
Ses babines se retroussent à l'instar d'un ersatz de rictus.
Eclat de canines.
Carmin éclatant.

Ses sens sont en plein émoi. Elle peine à contenir cette maelström d'excitation qui lui traverse le réseau veineux. Qui vient lui court-circuiter les connexions nerveuses. Qui vient lui fracasser le crâne de l'intérieur. Il n'est pas question d'émotions. Ni même de sentiments. Cela est purement instinctif. Action et réaction. Ressort qui se resserre encore et encore et encore et encore. Puis vient l'instant. Le moment. Celui juste avant l'implosion. Celui du non-retour. Celui qui aimerait patienter davantage, mais qui - simultanément - sait que cette abjecte décision relèverait du péché suprême. Alors il grogne. Il gronde. Il tourne en rond tel un fauve dans sa cage dorée. La clé de sa porte se trouve autour de mon cou. Artefact invisible qui se balance lentement au bout du chaînon manquant. Brinquebalant dans son sillage le rythme du temps. Effleurant mon épiderme. Léchant des plaies infectées dont elle est seule responsable. Je laisse faire sans aucunement m'y opposer. La douleur fait partie de notre lien privilégié. J'ai le pouvoir de la libérer. Mais est-ce seulement pour autant que je suis prête à la lui accorder?

*Privilège sacré.
Bafoué.
Enfermé.
Précieuse chasse gardée.


Son corps se met à réagir comme indépendamment du reste de son psyché. C'est un appel à la réalité. Une tentative de ramener son hôte dans le présent en allant le récupérer dans l'avenir. J'observe la scène avec intérêt. Une pointe de curiosité. Il en va de soi que rien de cela ne transperce depuis ma carapace maternelle. Elle repousse la vulgarité de la première offrande. Ce n'est que juste retour des choses. Le lait appâte les chats. Il réveille en eux des souvenirs si lointain qu'il est à se demander s'ils leurs appartiennent bien. Mais ce n'est pas pour autant que l'anatomie adulte ne peut l'apprécier à sa juste valeur.

*Intoxication.
Vulgarisation.
Provocation facile.
Péché de gourmandise.

Elle se redresse. Scrute les environs. Semble passer le tout au rayon X. Elle observe. Elle absorbe. Elle encaisse. Elle analyse. Elle cherche plus fervemment encore. Et moi ... moi j'en fais de même. Mais uniquement à son attention. Je dépose le verre de breuvage infect là où je l'ai épluché. Je ne le regarde pas. Jamais. Seul compte sa présence. Son omniprésence. Elle rayonne dans le noir. Elle ronronne dans les Ténèbres. Elle s'impatiente. Elle se crispe. Elle se montre si peu raisonnable du présent que je lui tends. Cela en deviendrait presque attendrissant. PRESQUE. Il est là un adjectif qui ne me sied guère. Il est empreint de tel faux-semblant. D'une telle hypocrisie latente. Et je ne suis guère du genre à passer sous couverture mes réelles intentions. Je ne suis bien moins fourbe que la plupart. Et en aucun cas menteuse invétérée. Je m'intéresse à ce qui me plait. Je prends ce que j'estime être moins. Et je laisse à l'autrui le soin de mon indifférence. L'enfant dépasse de loin cette catégorie. Sans quoi je n'aurais pris la peine de me déplacer pour elle. Moins encore de m'accoutrer ainsi d'une tenue qui pourrait me valoir procès, si pas pire tout du moins équitable, au dernier subi. Pourtant, je ne lui en tiens en rien rigueur. On pourrait même en déduire que j'en retire un certain amusement. Un amusement certain. Ce qui explique la légère courbure de mes lèvres tandis que son regard finit par – enfin – retrouver le mien.

*Saut dans le temps.
Petite éternité.
Forget me not.

Le contact s’instaure. Se crée. S’ancre dans une réalité à laquelle il sait pourtant pertinemment ne pas appartenir. Impertinent. Il l’est. L’a toujours été. À jamais le restera. Il ne peut en être ainsi. Ce sera un blasphème en soit de rompre aussi brutalement une si frêle existence. Si jamais il venait à se rompre d’une quelconque manière, cela en serait fini entre nous. Il serait bien là un triste sort réservé à une si grandiose éphéméride. Bien que, n’est-ce pas ainsi que naissent et meurent les plus secrets de mythes et légendes ? Dans la discrétion la plus totale avant de se faire fourvoyer par le petit peuple.
Ils nous regardent. Ils nous observent. De partout et de nulle part. Ils ne comprennent pas. Ce que quelqu’un comme moi fait ici. Ce que quelqu’un comme toi fait à ses côtés. Tu sembles deviner cette fraction de pensée car déjà tu te redresses. Avec lenteur. Avec précision. Tes moindres faits et gestes frémissent à même l’air qui nous sépare encore. Ton corps, bien plus encore que ton esprit, n’aspire qu’à retrouver ce que tu lui as volontairement refusé. Vilaine, vilaine petite fille que tu fais.

*Approcher.
Contaminer.
Enivrer.
Recommencer.
Encore.
Plus.
Vite.

Tu t’installes tandis que mon regard ne quitte pas pour autant ton précédent emplacement. Je te laisse languir de plus. Je le devine. Je le sens. Moi aussi je le veux. Mais ne cédons point à cette pacotille de facilité aberrante, veux-tu.
Une caresse. Un effleurement à peine. Le geste transpire à la fois l’innocence incarnée et l’audace la plus coupable. Mes sens réagissent au quart de tour. Tout comme les siens. Certes pour d’autres raisons, mais est-ce seulement important de le préciser ? Je prends sur moi. J’avale l’insulte déguisée. J’accepte l’invitation. J’encourage sa dépravation. Ma silhouette reste pourtant immobile. Impassible. Statue de glace à la chaleur irradiante. L’enfant se voit félicitée pour le crime commis. Un instant de doute. Une seconde de friction temporelle. Elle aimerait plus. Ou peut-être pas. Ou peut-être est-ce moi ? Ou pas non plus. Tellement de questions. Je ne concède pourtant aucune réponse. Le manque est présent, si pas omniprésent. Il pèse. Il griffe. Il mord. Il hurle. Et parfois, il gémit.

*Non.
Oui.
Stop.
Continue.
Jamais.
Encore.
CRACK.

Des mots à peine murmurés. Rupture nette d’un silence bercé par le rythme de la respiration. La mienne. La sienne. La nôtre commune. Des syllabes accrochées fébrilement l’une à l’autre. Une histoire. Une constatation. Une supposition. Une danse aérienne qui trouve rapidement la mort. Cruel manque d’intérêt.
Information banale. Incandescente. Bruissement ininterrompu pour empêcher la fatalité de s’abattre telle une tapette à nuisibles. Ils le sont tous. À un degré différent. Insuffisant que pour attirer l’œil du prédateur. Quantité négligeable. Dommages collatéraux. Qu’ils savourent donc leurs derniers moments de gloire avant que ne s’abatte sur eux le Châtiment Divin. Que Dieu ait pitié de leurs pauvres âmes dépravées. Et, accessoirement, de l’absence des nôtres.

Un grincement quasi imperceptible vient s’immiscer dans notre douce rêverie. Sa langue de vipère vient me lécher la colonne vertébrale. S’incruste là où je ne l’ai guère invitée. Elle insiste. Prend si peu en compte mon propre ressenti. Mes sens se braquent à l’unisson sur son parfum imberbe. Sur le relent de bile acide que je m’efforce de ravaler. Autant j’arrive à contrôler mon image et ses apparences, autant je sais avec certitude que cela n’est point passé inaperçu auprès de la principale concernée. Elle jubile. Elle frétille. Son comedia del arte est assurément moins convaincant que le mien. Il y a matière à travailler. Bien, cela nous donnera une occasion de se revoir. Si après cette nuit qui s’annonce torride, elle le souhaite bien sûr. Et moi de même.
Elle tient à peine en place. Le contact physique se rompt néanmoins à travers une délicatesse exemplaire. Elle vient reposer le tissu là où elle l’avait contourné. Emprunt délicieux aux intérêts exponentiellement grandissants. Mais laissons cela à plus tard. Son excitation n’arrivera bientôt plus à se contenir dans un aussi étroit récipient. Il serait dommageable qu’il implose en présence de témoins gênants.

*Noir.
Rouge.
Vermeil.
Écarlate.

Lentement, probablement bien trop à son goût mais tellement nécessaire à maintenir cette indéniable besoin, je tourne mon attention vers elle. Ses iris crient famine. Son essence couine et grogne après l’ordre tant attendu. Son être tout entier se déchaîne à l’intérieur de cette prison de chair infantile.
Et pourtant … pourtant tu ne sais encore ce qu’il m’a fait. Ce bien ô combien précieux qu’il m’a pris. Es-tu seulement prête à encaisser la vérité ? Sauras-tu te contenir ? Quand un chien solitaire s’abat sur un présumé chasseur, la communauté ne réfléchit guère – elle l’abat. Aucun procès. Aucun jugement. L’ordalie par exécution.
Mais toi tu n’es pas un canidé … n’est-ce pas ?

Je me penche vers elle. A nouveau. Au ralenti. Nous nous effleurons sans jamais nous toucher. Je contourne son visage comme au ralenti. Mes lèvres dénuées de couleur artificielle viennent se déposer à proximité de son oreille droite.

- « Dis-moi donc quel est le bien le plus précieux d’une mère ? »

Il fait partie de la milice. Il porte son uniforme fièrement et clame à qui veut l’entendre qu’il fait la Loi. À ceux qui rechignent à plier le genou, il l’enfonce sans vergogne là où ça fait le plus mal. Je n’échappe pas à la règle. J’ai été bafouée. Malmenée. Humiliée. Mais j’ai l’habitude. Ce genre de comportement préhistorique ne m’atteint plus depuis bien longtemps. Peu importe ce qu’il pense m’imposer, jamais n’arrivera-t-il à la cheville de feu mon mari.

*Grince, grince. Gratte, griffe, frotte.
Souvenirs d’un fantôme translucide.
La mâchoire claque.
Le temps se tord.

Mais il a osé s’en prendre à mes enfants. A ces membres de la Communauté qui bravent les interdits pour retrouver leurs proches. Qui paient de leurs efforts quotidiens pour un vulgaire droit de passage. Il les menace. Il les arnaque. Il les insulte. Un coup part. Impossible de riposter. On s’attribue le mérite de leur butin. On les offre en pâture à quelque bête docile. On lance les paris. Cela ne les amuse plus. On les laisse pour mort.
C’est à moi de panser les plaies. C’est à moi de bercer les traumatismes. De chasser les cauchemars. Certains ne reviennent jamais. Ce sont parfois les plus chanceux. Il prend bien soin de garder une preuve de chacun de leur méfait. De leur couardise. Un trophée qu’il m’exhibe avec délectation. Qu’il me fourre là où il juge bon de le faire. Il s’octroie le droit de vie et de mort. De perdition et de prohibition. Il clame pour lui un rôle déjà occupé par un Autre.
Pauvre fou.

- « As-tu déjà entendu un cœur pleurer ? »

*Infection.
Gangrène.
Nécrose.
Fin.

Je me retire avec précaution de mon perchoir. Sur mon passage, je viens déposer un baiser éphémère à même sa pommette droite. Je m’y attarde un instant. Probablement trop longtemps que pour passer inaperçu. Probablement en aucun cas assez que pour satisfaire la demande. C’est minutieusement calculé. Si elle en veut davantage, elle se devra de le mériter.

Je retrouve ma position d’origine. Mon regard se porte naturellement sur la table qui abrite notre pécheur et sa cour de pigeons. Ma présence n’a pu l’échapper. Je le sais. Il sait que je le sais. Il se joue de moi. Encore une fois.
Mais il oublie que je ne suis pas seule ce soir. Ou plutôt, il néglige celle qui m’accompagne. Celle qui avale mes paroles. Celle qui s’abreuve de mon chagrin. Cruelle erreur de stratégie.
Tout dépend du point de vue.

- « Il te faut impérativement faire durer le plaisir. »

*Maintenant ?
Non.
Maintenant?
Non!
Maintenant!
CLACK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5147-btch-pleaz-aritza-s-belmo

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 677
↳ Points : 299
↳ Arrivé depuis le : 05/07/2017
↳ Age : 27
↳ Avatar : Lou de Laage
↳ Age du Personnage : 22 ans
↳ Métier : Voleuse, Joueuse, Traqueuse, Tueuse, Mercenaire
↳ Opinion Politique : L’insouciance des jeunes pousses, volage et indifférente. Mais dans l’inconscient, le code sacré du Minotaure.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 - Baby Monster
↳ Playlist : Between the bars - Elliott Smith ¦ Seven Nation Army - The White Stripes ¦ John and Jehn - Vampire ¦ Bashung - Madame Rêve ¦ Queen - Killer Queen ¦ Hubert Félix Thiéfaine - Les Dingues et les Paumés

↳ Citation : Madness is the emergency exit. You can just step outside, and close the door on all those dreadful things that happened. You can lock them away. Forever.
↳ Multicomptes : Unique
↳ Couleur RP : Blanche



les petits papiers
↳ Copyright: British Cookie
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Wild Animals   Jeu 30 Nov - 13:50

Elle s’approche. La sensible. Et les sens exacerbés de la nuit, la nuit noire et tumultueuse, furieuse silencieuse aux velours des plus cruels, qu’enlacent et corrompent  l’essence même de Kriss, palpitent et louvoient. Vers Elle. La sensible. Qui caresse l’orée de son être sans la toucher. Vers Elle. La sensible. Qui ploie son attention, la caresse et la soumet de ses gestes lents qui affament les sauvageries les plus animales. Les sidèrent. Et la laissent, immobile, statufiée.  Le souffle léger, aérien, si difficile dans ses poumons. Les muscles immobiles, brulant d’envie de bondir. Et ses lèvres, ses lèvres qui ne rêvent que de feuler, de laisser passer ses crocs qui ne désirent que de mordre. Comme on l’a mordu elle. Comme on lui a offert la mort, la renaissance. La fureur et la faim se mélangent dans une exquise envie de se laisser appartenir. Quelques instants. Peut-être. Juste un petit peu. Puisque ce n’est pas seulement sa fureur qui couve en son sein, puisqu’à celle innée du Phoenix se mêle celle d’Aritza. La fureur. Celle de vivre. Celle de tuer. L’envie terrible de s’associer aux noirceurs les plus profondes de celle qui se saisit d’elle.

Sa délicate commanditaire la contourne, lente et sinueuse. Serpent dont les écailles fines brillent d’un feu multicolore, brillant et hypnotique, qui s’incruste dans les iris frêles de celle si jeune encore. Aritza la possède. Sans la tenir en cage. Sans l’avoir vraiment. Sans même la toucher. Mais alors qu’elle s’avance, la femme a toute son attention, tous ses désirs, toute sa personne, pendue à ses lèvres, suspendue à son fil. A cette réalité éphémère et différente, qui n’est pas dans de plumes et de crocs, mais de langues fourchues et de politiques viciées. Ses yeux la suivent. Ses sens la perçoivent même alors que ses cils ploient sous le poids de cette retenue terrifiante. Crisse le long de ses os, l’envie de se jeter sur cette chair offerte, d’apaiser sa faim en dévorant l’énergie bouillonnante qui la fascine. Mais les lèvres nues parlent, murmurent, susurrent, cajolent ses envies orphelines, ses craintes solitaires et appellent plus encore à sa colère. Aritza la possède dans sa poésie dramatique, ces syllabes qui roulent dans sa bouche, qu’elle accouche avec légèreté, comme pour mieux l’appâter.  Kriss réponds, du même souffle, sans même réfléchir.

Ses enfants.

Cela la traverse et la balaie de tout le reste autour. L’énergie bouleversée de Kriss se confond à celle si puissante d’Aritza. Ses envies disparaissent pour ne plus être que les émanations lucides de celle qui lui ordonne. Un instant, l’espionne perd sa personnalité, son identité, pour ne plus être que cet ordre qui résonne tout à l’intérieur, qu’Aritza ne susurre encore mais qui ne saurait tarder à venir. Dans une fusion avec son énergie électrique, elle s’octroie les mêmes variations de son histoire à peine dite. Ce mépris, soudain si grand, pour celui qui appartient au gouvernement. Cette tristesse, rythmant en sourdine leur conversation presque anodine. Cette tendresse qui bruisse contre ses os, la tendresse pour les enfants, et aussi, l’instinct mordant de survie de ceux qui sont encore envie. Sous le voile d’une manipulation affective, la jeunesse naïve de Kriss s’habille d’une souffrance qui n’est sienne, et à laquelle pourtant elle répond, du bout des lèvres, comme offertes. Dévoilant alors là les plus grands maux qui la rongent et la dévorent de l’intérieur, cette tristesse sauvage qui se déploie sous ses pupilles animales, ce malheur profond qui l’empêche de dormir et fait naitre dans ses rêves les ombres cornues du Minotaure. Cette douleur qui emplie ses yeux verts du bleu pâle de la mélancolie. Qui fait sombrer son âme dans les travers acides de la nostalgie. Son cœur qui manque un battement alors qu’il se noie dans les abysses d’une déperdition volontaire.

Oui.

C’est un soupir. Un gémissement. Si peu de bruit et tant de tourments. Puisqu’elle retrouve dans les cris du cœur d’Aritza, les échos de ses propres souffrances. La peine immense, volcan de sentiments destructeurs, quand naissait un nouveau labyrinthe. Combien de fois son cœur n’a-t-il volé en éclat, alors que l’on déchirait son âme, encore et encore ? Kriss connait les douleurs intimes des blessures profondes qui jamais ne saignent, jamais ne se referment. Brulures vives et incendiaires quand vient la colère. Béante, quand vient la revanche, vengeance douce-amère. Car quand  se meurt les désirs de riposte, ne reste que le vide, violent, et la douleur que rien ne répare. Qui paiera pour les années passées dans les illusions ? Qui paiera pour sa sœur, brulée vive au feu de son indifférence ? Le cœur pleura et les yeux restèrent secs. Le soupir se meurt entre ses lèvres soudain sèches.

Le visage de Kriss se ferme, dans la métaphore impénétrable d’un tourment qui s’éteint, d’une faim qui se calme. Une paix, alors même qu’elle a baissé sa garde. Ce cadeau du néant à ceux qui ne désirent plus exister. Elle brille. La nuit dévore ses pupilles. Sa peau satine reflète les lueurs du jour.  Kriss brille, éteinte, alors que nait déjà ce monstre qui se noie dans ses désordres imaginaires. Un plan. Cruel. Dur. Pour celui qui osa blesser Aritza. Quand les lèvres l’embrassent, le visage se tend vers elles comme happé. Et s’il y avait une larme sans doute Aritza gouterait au sel de ses émois orphelins. Mais rien. Kriss ferme ses yeux, se laisse offrir une proie comme une douceur. Puis les rouvre, pleine d’une détermination presque froide. C’est qu’elle chante avec les oiseaux et tue les petites filles, c’est qu’elle navigue entre une monstruosité maladive et une innocence presque chétive. C’est qu’elle garde, comme un présent, les violences soufflées de la Dame qui parle et s’imagine déjà lui offrir ce qu’elle désire. Cette pulsion noire qui couvre sa peau électrique, qui la ravage de l’intérieur et l’apaise tout autant. Puisque sa faim sait que bientôt Kriss mettra fin à ses tourments.

La sensible s’éloigne. Le froid revient, comme le gel sur les marches des églises quand vient l’hiver.  Ou peut-être est-ce juste ce sentiment de soudaine absence. L’énergie est distante, la fusion ressentie évaporée. Un frisson secoue l’échine de la petite carnassière. Elle se repose sur le cuir de la banquette et une fatigue crisse sur son visage. Résonne déjà au loin les chants mortuaires. L’ordre est silencieux avant d’être oral. C’est la première fois qu’Aritza l’invite à la mort. C’est la première fois qu’on l’invite dans une danse qui lui est souvent solitaire. Un pas des deux avec une ombre. Avec la Milice. Avec le gouvernement. Kriss se soucie peu des lois. Kriss se soucie peu de la résistance. Kriss ne se soucie de rien, du moins, elle aimerait bien. D’ailleurs elle ne s’autorise guère à quelconque acte dans un sens ou dans un autre. Les lambeaux de révolte qui brulent en elle, sont des braises dont elle n’attise la chaleur, de peur qu’elles se réveillent. Mais ce n’est pas elle, vraiment. Ce n’est pas elle qui choisit la mort et le cadavre. Ce n’est pas elle, donc ce n’est pas grave. Et tant pis si l’acte s’apparente à de la résistance, ce n’est pas elle qui résiste. Elle n’est que l’incarnation maléfique d’Aritza, son ombre, porteuse de mort. Sa marionnette, son jouet. Son doigt se pose sur la surface pale du lait et tourne, comme tournent les idées dans l’esprit de Kriss.

Alors dis-moi. Je peux m’emparer de sa vie avec lenteur. C’est que je possède quelques armes cruelles et lentes. Des poisons aussi.

Il lui faudra apprendre la patience et la lenteur. C’est que, le petit chat se jette à la gorge sans réfléchir, souvent. Mais elle n’est pas aux commandes. Elle est la dague, l’épée, et elle attend que la main qui l’enserre l’invite à s’abattre.

Ou alors.

Ses yeux brillent alors que luit une nouvelle idée dans ses pupilles.

Les autres, tous les autres.
Ceux qui sont autour de lui, ceux qui le protègent.

Ceux qu’elle ne regarde pas.

Je peux les tuer un à un. Qu’il me sente venir.
Qu’il m’attende.

Elle murmure alors les ombres chinoises qui glissent sur ses murs et insidieuses effraient son petit cœur sauvage.

L’imagination est une lame bien plus cruelle.
Il s’imaginera mourir tant de fois et de tant de manières.
De celles qui lui font le plus peur, il éveillera ses propres cauchemars.

Un sourire glisse sur ses lèvres funestes.

Ce sera lent, ce sera douloureux, ce sera cruel.

Les lettres voltigent comme des lueurs dans ses iris froides. Kriss est lointaine quelques secondes, puis elle s’en revient.  Se retournant vers celle qui la commande, la jeune femme sort enfin les lettres qu’elle dépose devant Aritza, commandements passés à l’amer gout du travail mal fait.  Kriss marque une pause, puis glisse une fausse insolence, avouant à demi-mots la difficulté qu’elle a à contrôler ses propres désirs, et surtout, ces pulsions noires qui l’avilissent.

Et cette fois ci je serais sage.

Une moue caresse ses lèvres, l’ombrage d’une indécision soudaine. Elle lève ses yeux plein de doutes vers la marionnettiste, puis murmure, incertaine.

Quoique tu demandes Aritza, ta volonté sera faite.

_________________



The mad ones, the ones who are mad to live, mad to talk, mad to be saved, desirous of everything at the same time, the ones who never yawn or say a commonplace thing, but burn, burn, burn. J. Kerouac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4970-kriss-m-grimm http://www.mercy-in-darkness.org/t5133-time-to-time-ashes En ligne
avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1838
↳ Points : 317
↳ Arrivé depuis le : 06/09/2017
↳ Age : 32
↳ Avatar : Kate del Castillo
↳ Age du Personnage : 43 ans
↳ Métier : Chef de stockage - Gestion des ressources
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement pour la forme // Opportuniste dans l'ombre
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1 partout
↳ Playlist : Tarja Turunen ~ Dark Star; In for a Kill; What lies beneath
Nightwish ~ Dead Boy's Poem
↳ Citation : Dragons eat horses & sheep alike
↳ Multicomptes : //
↳ Couleur RP : White



les petits papiers
↳ Copyright: CryingShame
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Wild Animals   Jeu 7 Déc - 11:49

Le temps ploie. Se déploie. Vague et divague aux grés d’envies que nous ne sommes guère innocentes à produire. Nous sommes. Nous avons. Nous voulons, non seulement avoir, mais plus encore être. Ou serait-ce plutôt l’inverse ? La réponse idéale, existe-t-elle vraiment ? Son goût est-il plus prononcé que celui de la vérité ? Quelqu’un s’en préoccupe-t-il ? Y’a-t-il véritablement une place pour un tel acte de rébellion dans une réalité qui n’aspire en aucun cas être rattrapée ?

Les pensées fusent. Les impressions résonnent. Tour à tour nous évoluons dans une parallèlité infecte. Infâme. Difforme. Obligatoire. Dans un monde autre que celui où se trouve notre complément d’objet indirect. Notre ancrage à ce qui est, ce qui n’est plus jamais et ce qui jamais ne sera. Nous échangeons nos positions. Nous nous croisons. Nous nous effleurons. Jamais nous ne passons à l’action. Une brise indéfinissable. Un souffle qui respire et transpire l’interdit. L’illicite. Nous évoluons dans un tourbillon émotionnel. Dans un trou noir dans lequel il est si tentant de s’engouffrer et si facile de se perdre. Ce que nous refusons ostensiblement. Moi plus qu’elle, il va sans dire. Mais je lui pardonne. Je lui accorde bien volontiers cette petite escapade nuptiale. Ce minuscule écart de conduite. Je l’observe en silence. Je m’abreuve de ses moindres faits et gestes. Je devine plus que je sais là où elle dérive exactement. C’est science ne m’appartient guère. Elle ne m’intéresse point plus. Chacune ses moments d’égarements. Chacune ses jardins secrets qu’il est beau d’entretenir sans jamais penser à les souiller. Car même si elle m’invitait à y pénétrer, il serait de mon devoir de refuser.

Elle part. Elle s’égare. Elle perd le nord. Elle manque de tomber. De chuter. D’abandonner. De M’abandonner. Je ne suis prête à lui accorder une telle sottise. Pas encore. Pas ce soir. Elle m’a appâtée. Elle m’a envoûtée. La promesse faite se doit d’être respectée sous peine de lourdes sanctions. Elle n’est sans l’ignorer. Alors je me permets. Alors je récolte les dommages et intérêts. Le contact. L’ombre d’un baiser. L’ersatz d’un rêve brisé. Je l’aspire à moi. Je la ramène à la vie. J’exige et saurai exiger qu’elle reste à mes côtés. Je suis être. Je suis avoir. Je suis vouloir. Et à travers elle, je serai pouvoir.

*Envie de plus.
Besoin de tout.
Création de manque.
Désir de combler les failles.
Rupture temporelle.
Et les ombres ricanent de plus belles.

Je me retire de l’avant de la scène. Je retrouve la douceur confortable du décor. De la figuration. Elle n’est pas bon public. Elle n’a d’autre aspiration que celle de me retrouver. De m’attraper. De me ramener. Ce n’est pas son rôle. Ce n’est pas dans ses attributions. Je refuse de céder à la vulgarité d’une telle facilité.
Le froid s’invite. S’installe. Ronronne tout contre nos deux échines. Lèche nos chevilles. S’enroule autour de nos mollets et débute sa lente et divine ascension. À l’image du serpent de l’Eden, elle s’engouffre. Elle enserre. Elle est chaude malgré son appellation. De gluant il n’y a que son apparence révoltante. Elle sait pourtant choisir ses proies. Plus encore ses alliées. Elle est enchantement. Elle est frisson. Elle est vertige. Et au plus elle s’enserre autour de notre anatomie, au plus elle s’imprègne jusqu’à l’essence même de notre péché suprême.

*Twinkle, twinkle.
Virgin star.
Makes no difference which poison you are.

Le temps reprend le cours de son histoire. Il aimerait se vouloir plus capricieux. Nous faire payer le crime d’une telle aberration. À moi plus qu’à quiconque. Mais il me connaît. Nous nous côtoyons depuis tellement longtemps déjà. Il sait que je ne céderai aucunement à quelconque forme de chantage qu’il pourrait me proposer. Ou m’imposer. C’est selon. Alors il grogne et ronchonne. Il boude. Il se détourne de moi. Il s’éloigne. Il va flirter avec l’interdit d’une autre table. Mais jamais sans totalement me relâcher du regard. Jamais en baissant sa garde. Jamais en me délaissant complètement de toute attention qu’il serait si fâcheux à gaspiller. Lui aussi n’est que le fruit d’une enfance bafouée. N’est autre que le rêve éveillé d’un attrait autre. Il cherche non pas à m’impressionner, mais seulement à m’inviter. À partager la danse. À contempler ensemble quelques bribes de cette illusion d’éternité.

Des mots viennent se glisser dans la conversation. Je la laisse parler. S’exprimer. Goutter à tous ces prémisses qui se lient et se délient au fur et à mesure qu’on dévoile des pans de leurs visages. La première approche est quelque peu vulgaire. Facile. Indigne d’intérêt. Je laisse couler. Petite erreur de débutant. Que je ne l’y reprenne point.
La seconde proposition n’est en rien comparable. Elle attise la braise. Elle réveille les cendres. Le monstre qui se tapisse dans l’ombre n’y est pas insensible. Je le sens qui bouge. Qui ondule. Qui susurre de sa langue aux deux extrémités quelque insanité qu’il me serait bien inapproprié de répéter. Alors je lui laisse la parole. À elle. Et l’imagination aussi. Subtil mélange de désir et de besoin. De reconnaissance. D’attention. De plus.
Ce que je peux sans nul doute lui procurer.
Pour autant lui faut-il encore le mériter.

*Gratte, gratte.
Brèche.
Crevasse.
Fissure.
Portail vers le néant.

Sa bouche exprime avec une complaisance non-feinte ce que son esprit lui inspire. Lui présage comme avenir radieux et incontournable. J’apprécie le spectacle, il va sans dire. Certes un peu brouillon, trop rudimentaire que pour être acceptable. Mais cela se travaille. Cela se peaufine. Au fur et à mesure des promesses. Au fur et à mesure des cauchemars que cela inspirera à celui qui ignore bien ce qui se fomente dans l’abjecte sillage de son propre égo démesuré. Il paraît que Dieu bénit les ignorants.
Il paraît tellement de choses à la fois.

Une pause. Un instant d’intense réflexion. Un saut dans le futur anticipé. Quelle impertinence. Quelle impatience. La fougue d’une jeunesse mal dosée. Jamais véritablement exploitée. Une pierre précieuse à l’état brut. Non-travaillée. Ou si mal qu’on ne peut que s’y blesser. Quelle aubaine pour elle que je n’ai aucune crainte à moi-même me blesser.

Elle finit par me tendre l’objet de notre premier délit. Celui nécessaire à déverrouiller la porte. À faire grincer le cadenas. Celui qui lui apporte au moins autant de questions que de réponses. Elle avoue par elle-même le péché commis. Le purgatoire se voit allégé d’une âme au moins. Je l’entends qui soupire. Qui couine. Il aimerait plus. Il aimerait autre chose. Dommage pour lui, car je ne consens toujours pas à partager. Pas ici. Pas ce soir. Lui non plus n’a pas été très sage …

- « Qui te dit que je préfère les enfants sages ? »

Je lui concède un nouveau caprice. Une infime torsion des lèvres. Un murmure visuel. Rien que pour elle. J’attarde mes prunelles encore un instant profondément ancrées dans les siennes. Une fraction de seconde. Un éclair foudroyant qui confirme ce qu’il n’y a lieu d’avouer à voix haute. Ce serait là rompre une partie de la magie. Et il serait cruel de ma part d’ainsi l’en priver. N’est-ce pas ce qui fait languir les enfants ?

Les documents m’importent bien peu. Elle s’en est peut-être doutée. Ou point du tout. Peu importe au final. Du bout de mes doigts gantés j’effleure l’enveloppe. Je caresse le tissu. Je connais déjà le contenu de ces rapports dérobés. Et toi petite fille … as-tu seulement osé les renifler ?

- « Ton impatience ne me laisse guère indifférente. »

Je finirai par t’enseigner comment la gérer. Comment l’amadouer. Comment la dompter. Du moins … si c’est ce que tu désires apprendre. Je peux aussi te montrer comment la contourner. Comment la faire plier. Comment la détromper. Je peux te rendre maîtresse de ces envies, de ces lubies, de ces folies. Je peux t’en dévoiler bien d’autres dont tu ignores actuellement jusqu’à l’existence.
Je peux tout.
Je ne peux rien.
À toi de déterminer quel guide tu aimerais me voir incarner.

*La paroi se fait grignoter.
La falaise est en train de s’effriter.
Les vagues frappent. Brisent. Cassent.
Il est temps d’agir.

- « Un premier se doit de s’éteindre ce soir. »

Mourir. Souffrir. Blêmir.
Tant de verbes qu’il convient d’utiliser, de malaxer, d’abuser ou encore de maltraiter. Mais ici-bas les murs ont des oreilles et sous les tables passent de si jolis pots de vin. Autrefois la sentence exigeait que l’on coupe la main du voleur. Puis le précepte a été abandonné. Trop de manchots ne peuvent décemment constituer une Grande Assemblée.

- « Il te revient de droit de choisir ta proie. »

Le premier est un présent. Une offrande. De qui à l’encontre de qui … là aussi le choix t’appartient. Je me suis d’humeur généreuse ce soir. Tu devrais en profiter. Les temps changent. La marée monte toujours avant de se retirer. Dans les tracées de son passage, il est coutume de trouver quelques cadavres. Exquis croquis.

- « Ici ou ailleurs. »

Je sais me montrer aussi magnanime qu’exigeante. Je sais ce que je veux. Je sais comment l’atteindre. Comment l’obtenir. Je t’accorde l’enivrance de la chasse partagée. De la danse à deux. Il ne te reste plus qu’à déterminer qui tu souhaites voir mener.

- « Sache uniquement que je t’observerai. »

Tes moindres faits et gestes.
Tes plus subtiles arabesques.
Tes secrets les plus inavoués.
Si tu veux être mienne, il y aura forcément un prix à payer.

*Les pas crissent dans la neige.
Le lac roucoule sous la frivolité de l’acte.
L’eau bouillonne d’impatience.
La gangrène se répand.

- « Surprends-moi. »

*Promesse d’absolution.
Prémisse d’abandon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5147-btch-pleaz-aritza-s-belmo

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Wild Animals   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wild Animals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Baptême de Wild Cloud
» Sarah Wild
» alignement wild du minnesota saison 10
» 07. Girls running wild
» Minnesota Wild

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Masquerade-