AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Forbidden Snack • Matthias&Ayalone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1503
↳ Points : 337
↳ Arrivé depuis le : 20/07/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Holland Roden
↳ Age du Personnage : 32 en apparence & 654 réellement
↳ Métier : Prêteuse sur gage
↳ Opinion Politique : Peu importe leur quelques défaillances, Aya veut rejoindre leurs rangs quelqu'en soit le prix à payer !
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, niveau 3 concernant ses sens et l'annihilation de la magie.
↳ Playlist : These streets - Bastille.
↳ Citation : ‹‹ Building a castle made of lies and mistakes. ››
↳ Multicomptes : Persephone D. Wilson
↳ Couleur RP : #ff6633



les petits papiers
↳ Copyright: ©bazzart, ©tumblr, ©Nymou
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Lun 2 Oct - 21:33

eaten alive
Matthias & Ayalone



Une faim dévorante, brûlante, qui déchirait ses entrailles et usait ses muscles. Chaque mouvement était épuisant et chacune de ses pensées étaient tournée vers ce besoin tiraillant. Ayalone manquait d'énergie, elle manquait de force et d'une nourriture à se mettre sous la main. Comment pouvait-elle après tout ce temps avoir encore autant de problèmes à cause de sa nature ? Peut-être parce qu'elle ne l'avait jamais acceptée, et que pour contrôler quelque chose il fallait le posséder ou s'en laisser posséder. La belle rousse ne voulait pas de ça. Elle ne pouvait pas se laisser faire. Ses doigts se contractèrent autour de son plan de travail derrière lequel elle s'était perchée sur une chaise haute. Elle n'osait même plus bouger, restant là, en attendant que le prochain client se présente. Alors elle se nourrirait. Raisonnablement. Il ne fallait pas attirer l'attention plus que nécessaire, ses clients ne devaient se rendre compte de rien. Les yeux verts de la jeune femme se relevèrent vers une pomme brillante d'un rouge vif, profond. Il semblait que le regard de la Daybreaker défiait le fruit. Elle fini par s'en saisir, faisant un peu tournoyer l'aliment entre ses doigts. L'ancienne princesse se souvenait du goût que ça devait avoir, elle le croyait en tout cas... Difficile à dire après 600 ans sans avoir pu mordre avidement dans la chaire juteuse d'une malheureuse pomme. Puis Ayalone se décida, posant le fruit contre ses lèvres, elle ouvrit lentement la bouche, avant d'enfoncer ses crocs dans la peau. Le bruit était le même, celui d'une matière qui craque, se sépare et se déchire, la sensation était la même, celle d'une matière croquante et résistante sous la dent avant de fondre sur la langue... Mais le goût n'y était pas. Il était inexistant, c'était inutile, frustrant, irritant. Ayalone recula sa main dans un geste d'armement et lança le fruit de toutes ses forces. La pomme fini par exploser contre le mur opposé du magasin, pas vraiment brisée, juste transformée à moitié en une espèce de compote alors que le fruit lui-même avait fini sa course en retombant par terre et que des bouts de chaire venaient maintenant décorer le mur.
La jeune femme jura. Elle avait envie d'appeler des domestiques pour nettoyer tout ce cauchemar. Mais elle n'en avait pas. Elle n'en avait plus. Faute à qui ? Ayalone jura une deuxième fois.
Un peu tremblante, la prêteuse sur gage se laissa glisser de la chaise, contourna doucement le comptoir auquel elle vit s'adosser et se laissant baigner dans la lumière qui fuyait à travers la toute petit fenêtre, ses yeux se concentrèrent un moment sur son ombre. Non, Aya ne voulait pas de cet état, elle ne voulait pas de toute cette condition, il n'empêchait qu'il y avait quelques avantages à sa malédiction. Lentement, l'ombre se détacha de ses pieds, s'éloigna comme rampant sur le sol jusqu'à atteindre le mur d'en face. Soulever un objet était le plus difficile après le fait de contenir son ombre et de la diriger. Ce n'était pas non plus une des capacités que la Daybreaker utilisait le plus, mais au bout de quelques instants, elle réussit cependant à soulever la pomme. Et après plusieurs essais encore, à la laisser tomber dans la poubelle qui jouxtait la porte.
Surement son entrainement en pleine journée alors que n'importe qui pouvait entrer était-il risqué, d'autant plus que la jeune femme était déjà à bout de forces... Mais il n'était juste pas question qu'elle aille ramasser elle même cette pomme et encore moins qu'elle la laisse négligemment trainer dans sa boutique. Pour le mur et les dégâts qui le décoraient en revanche, elle verrait ça plus tard...
L'ombre fut récupérée mais la belle rousse n'eut pas le temps de retourner à sa caisse avant que la porte d’entrée du magasin s’ouvre dans un grincement qui rappela à la jeune femme qu’elle allait bientôt devoir faire changer la porte, ou au moins ses gonds. Elle tenta un regard désintéressé vers le nouvel arrivant mes ses yeux scrutaient malgré elle l’entrée avec une avidité frappante. Elle mourait de faim. Littéralement. 
Mais lorsque le visage comme taillé dans le marbre au milieu duquel brillaient des iris d’un bleu perçant, apparut de l’autre côté de la porte, l’estomac d’Ayalone se tordit douloureusement. Son orgueil ne lui permettait pas de se repaitre, pas de lui. Si la belle rousse supportait a peine ses paroles et sa fausse gueule d’ange, qu’en serait-il des souvenirs de Matthias ? L’idée même la rebuta et motivée par ce dégoût, la prêteuse sur gage réussit à se porter à sa place habituelle pour mettre un comptoir entre elle et le nouveau venu qu’elle considérait d’un air agacé, bien que ses lèvres se tordirent en un semblant de sourire. 

- Matthias, que me vaut le plaisir ? 

Elle grinça entre ses dents avec un regard profond et quelque peu assassin. Il fallait être professionnel tout de même. Ou faire semblant. Peu importe si c’était crédible ou non. Une fois de plus, la Daybreaker toisa l’homme alors que son ventre se tordait sous le poids de ce vide inévitable qui compressait ses entrailles. Il lui faudrait attendre le prochain client, Aya n’avait pas le choix. Et en patientant, il lui faudra servir correctement le blond sans céder à cette douloureuse tentation qui commençait doucement à prendre le pouvoir sur ses gestes et décisions...

made by black arrow

_________________

Yet so broken
So beautiful...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5138-ayalone-o-angry-bird#2089 http://www.mercy-in-darkness.org/t5169-ayalone-o-i-ve-had-the-time-of-my-life

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1981
↳ Points : 659
↳ Arrivé depuis le : 04/06/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Garrett Hedlund
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Attaché à la propagande gouvernementale. Ex-pompier de la ville.
↳ Opinion Politique : Ancien vainqueur des jeux établis dès 2012, durant la seconde campagne, Matthias s'est vu embrigader de force dans la propagande du gouvernement.
↳ Niveau de Compétences : Un briquet capable d'aspirer les flammes environnantes. Feu de cheminée ou petits brasiers, une fois le chargeur rempli, les flammes peuvent être réutilisées comme le gaz d'un briquet classique. A recharger uniquement de cette manière, sinon il ne fonctionnera pas. / Une fiole de potion permettant de faire croire à toutes les personnes dans la pièce qu'on possède une autre apparence (celle de son choix), en la buvant entièrement. Dure le temps d'un topic, à usage unique.
↳ Playlist : Who by fire - Leonard Cohen ║ It must be done - Pete Townshend/Nathan Barr ║ Nothing to remember - Neko Case ║ Higher - The Naked and the Famous ║ Howlin' for you - The Black Keys ║ Hearts on fire - Gavin James
↳ Citation : “It is superstition," he admitted. "But it might be true.”
↳ Multicomptes : ras
↳ Couleur RP : tomato



les petits papiers
↳ Copyright: Xavier ♥ (ava) Rogers (sign) Casterlys (graph)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Sam 21 Oct - 17:36

   FEATURING Ayalone & Matthias
Le café avait baissé dans son bocal en verre et s’il avait le luxe d’un matelas confortable et adéquat, un simple coup d’œil à l’appartement spartiate qu’il occupait ne manquait pas de faire germer nombres d’idées made chez ses copains suédois. N’ayant aucune envie de faire un escape game grandeur nature chez l’Ikea local, Matthias avait repoussé le plus possible l’échéance laissant aimablement la porte du placard perdre un gond, puis la poignée du réfrigérateur lui rester dans les mains. A la fin du mois, une partie de son déjà maigre salaire avait fini par se volatiliser dans du matériel. Le gouvernement gardait un œil sur vos achats, où que vous soyez, qui que vous soyez. Une bombe était si rapidement construite après toute, des armes si rustiquement faciles à faire, la prudence était de mise disait-on, pour le bien de tous.
Matthias avait passé son samedi à remettre les portes des placards, à s’assurer de la tenue des poignées puis avait vogué à ses hobbies. Il avait croisé des oiseaux de fortune et pis d’autres de malheur, il avait touché du regard de la soie blonde et rit à s’en éclater les veines avec des visages bruns. Les feux allaient et venaient, des rumeurs circulaient dans la moiteur de la Nouvelle-Orléans et il s’était promis d’aider ceux qu’il croiserait dorénavant sur son chemin, un prix à payer – sobre – pour tout le sang des Jeux, celui qu’il avait fait couler et toute ses lueurs éteintes au fond des iris.

C’était la même lueur éteinte au fond des yeux de Solveigh. Il avait réfléchi à une solution puis dans un sourire plein de panache et une invitation encore plus spectaculaire dans l’établissement select du Mary Rose. Il n’avait pas été étonnant après ça, de voir Matthias se rendre dans l’est de la ville, vers la rue Bourbon. Il avait hésité devant le vendeur de hot-dogs puis en avait pris deux pour une modique somme avant de se faufiler dans une ruelle à la devanture tapageuse.

La mémoire d’un homme était toute sauf honnête et le jadis victorieux était persuadé que la rousse l’avait toujours beaucoup apprécié. Elle était celle qui refusait de se montrer avenante et lui opposait une mauvaise humeur dont il ne devinait pas vraiment la provenance.
Il n’avait revu Ayalone depuis son arrivée dans la Louisiane que très peu de fois. A son arrivée dans l'atmosphère marécageuse si différente de la mégalopole qu'était New York, il avait fallu tout reconstruire quand bien même la fatigue d’une marche et d’une émigration forcée vrillait encore les genoux,et qu'il n’avait pas encore vraiment su dans quelles eaux il pouvait nager sans qu’une bande de piranhas ne vienne lui croquer les mollets.

Le passé tout ça. Matthias n'avait que peu de mémoire après tout et il avait cette vague impression de visiter une amie qui connaissait ses secrets et dont il s'amusait à voir le rouge monter aux joues sous les agacements intempestifs. « Aya !!! » Fit-il en brandissant les sandwichs encore tout chaud et odorant. « - Matthias, que me vaut le plaisir ? » Certes, le regard était légèrement assassin mais il lui opposa un sourire solaire, inconscient des mauvaises ondes qu’elle pouvait li décocher en cet instant. Les prêteuses sur gages se méfiaient de tout et la rousse avait sa propre réputation. « C’est comme ça qu’on accueille un vieil ami ? L’éclairage est stylé ici dis-moi… » Il posa les hot-dogs sur le comptoir avant de regarder les spots. « On voit même pas que t’es rousse. » Le naturel avec lequel tout ceci avait été dit annonçait promptement la couleur et Matthias fit un clin d’œil suave avant de pointer la nourriture. « Je me suis dit tien, Aya est dans le secteur et si j’allais la voir ! Ma mère m’a toujours dit de ne pas passer visiter quelqu’un les mains vides. De la saucisse c’est toujours bien je trouve, c’est comme un pont gouteux de l’amitié, tu trouves pas ? Puis faut manger. A mon avis, c’est avec du rat mais c’est pas comme si on pouvait trop choisir la viande depuis les restrictions alimentaire. » Les mains se posèrent sur le comptoir, les bras ouverts et la mine amusée. Pour un peu, on aurait presque pu croire qu’il savait pertinemment ce qu’il faisait ici.
Matthias cilla tranquillement, et, comme une fleur : « Il me faut du cash figure-toi. »



_________________
Such wow. Much propaganda.


Dernière édition par Matthias Petersen le Mar 28 Nov - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4853-matthias-peterse http://www.mercy-in-darkness.org/t5433-matthias-petersen-the-blank-book#222751

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1503
↳ Points : 337
↳ Arrivé depuis le : 20/07/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Holland Roden
↳ Age du Personnage : 32 en apparence & 654 réellement
↳ Métier : Prêteuse sur gage
↳ Opinion Politique : Peu importe leur quelques défaillances, Aya veut rejoindre leurs rangs quelqu'en soit le prix à payer !
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, niveau 3 concernant ses sens et l'annihilation de la magie.
↳ Playlist : These streets - Bastille.
↳ Citation : ‹‹ Building a castle made of lies and mistakes. ››
↳ Multicomptes : Persephone D. Wilson
↳ Couleur RP : #ff6633



les petits papiers
↳ Copyright: ©bazzart, ©tumblr, ©Nymou
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Ven 27 Oct - 21:05

eaten alive
Matthias & Ayalone



Parfois plus encore que la colère, la rancoeur agitait Ayalone, elle s'accrochait à son corps, à son esprit tout entier, occupait son âme comme une ombre malfaisante qui, associée à sa haine, faisaient d'extraordinaires dégâts. Quant à dire qui de l'une ou de l'autre alimentait qui... Sûrement l'association destructrice s'entretenait-elle d'elle-même... Quoi qu'il en soit, une fois que cette rancoeur s'accrochait à quelqu'un, il était plus que difficile de s'en débarrasser. Et évidemment, Matthias était parfaitement concerné par ce problème là.
En effet, la belle rousse, après avoir côtoyé le jeune homme de par son métier de prêteuse du gage pendant quelques temps, avait fait le pari de lui faire confiance, de lui donner une information importante sur un pyromane qui sévissait, en demandant en échange au pompier de lui ramener ledit pyromane pour une information plus importante encore que la Daybreaker comptait bien sous tirer. Sauf que dans la manœuvre pour l'arrêter, le malfaiteur avait été tué et bien entendu, Ayalone n'ayant  personne d'autre à blâmer pour cet incident, ses foudres toutes entières étaient maintenant dirigées vers le charmant blond. Après tout c'était grâce à l'indication qu'elle lui avait donné qu'ils avaient retrouvé le pyromane et s'il avait su mettre les choses correctement en œuvre, ils n'en auraient certainement pas été là à présent.

De ce fait, toute impression négative de la jeune femme envers l'homme était amplifiée. Son humour agaçant et cette langue trop bien pendue... sûrement Ayalone aurait elle pu apprécier le jeune homme, quelques siècles plus tôt, si rien de semblable ne s'était passé et s’il n’avait été là que pour l’amuser, vêtu d’un costume ridicule à distiller des plaisanteries en jonglant avec des pommes... et encore.
Quoi qu’il en soit, dans l’état actuel des choses, tout chez le jeune homme horripilait la voleuse d’énergie. De son entrain disproportionné au sandwich à l’odeur douteuse qu’il tenait dans la main en passant  par son visage (beau, ceci dit... ce qui rendait le tout peut être plus révoltant encore...). Mais il allait falloir faire risette, la belle rousse ne pouvait se permettre de lâcher sa colère sur le premier venu et sa faim encore moins. 

‹‹  C’est comme ça qu’on accueille un vieil ami ? L’éclairage est stylé ici dis-moi… On voit même pas que t’es rousse.  »

Tu es saoul ou tu es juste stupide ?

Elle songea mais aucun son ne franchit ses lèvres, toute concentrée qu'Ayalone était maintenant à reconsidérer son avis selon lequel elle ne pouvait pas jeter sa faim sur n’importe qui. Soudain, la Daybreaker commença à se demander si le monde ne se serait pas mieux porté sans la présence de Matthias. Son monde à elle en tout cas. 
Fortement barricadée derrière sa caisse, la jeune femme tentait de ne pas lancer des regards assassins et à l’homme, et au hot dog qu’il agitait maintenant au dessus de son comptoir, manquant de venir coller des bouts de nourriture gluante à divers endroits. 

S'en suivit un long monologue que la belle rousse tenta d'écouter sans ciller, un sourire mécanique figé sur le visage, hésitant entre le professionnalisme et un passé privé agité qui pouvait risquer de lui faire perdre le contrôle sur elle et toute la situation... Mais se concentrer était bien compliqué dans de telles conditions de faim. Plus encore quand le jeune homme lui récitait le champ lexical entier de la nourriture.

- Moi aussi je suis ravie de te revoir comme tu peux l'imaginer. 

Il fallait qu'il abrège, qu'il sente qu'il n'était pas le bien venu et qu'il parte au plus vite ! Ayalone fut prise d’un frisson lorsqu’elle se rendit compte que l’odeur de l’homme lui était plus appétissante que celle d’une viande animale. La prêteuse sur gage n’arrivait simplement pas à s’y faire, malgré toutes ces années, plus encore depuis qu’elle était sortie des Enfers, c’était bien trop contre nature. 

‹‹   Il me faut du cash figure-toi.  »

- D'accord. Qu'as-tu à échanger ? 

Une réponse rapide. Plus sympathique et ouverte qu'elle ne l'aurait voulu. Peut-être aurait-il était mieux pensé de directement faire partir Matthias de sa boutique, au moment même où il en avait franchit le pas ? Mais non, il était trop buté, Ayalone s'en doutait et lui faire faire demi-tour aurait demandé bien plus d'énergie que ce que la prêteuse sur gage pouvait encore fournir. Alors il fallait faire vite et traiter cette histoire vite fait bien fait.

- Je te prierai de te dépêcher, je dois fermer tôt aujourd'hui. 

Sans se justifier davantage. Aya n'avait pas à le faire, il valait même mieux pour lui qu'elle n'ait pas à le faire...


made by black arrow

_________________

Yet so broken
So beautiful...


Dernière édition par Ayalone V. Hastings le Sam 18 Nov - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5138-ayalone-o-angry-bird#2089 http://www.mercy-in-darkness.org/t5169-ayalone-o-i-ve-had-the-time-of-my-life

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1981
↳ Points : 659
↳ Arrivé depuis le : 04/06/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Garrett Hedlund
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Attaché à la propagande gouvernementale. Ex-pompier de la ville.
↳ Opinion Politique : Ancien vainqueur des jeux établis dès 2012, durant la seconde campagne, Matthias s'est vu embrigader de force dans la propagande du gouvernement.
↳ Niveau de Compétences : Un briquet capable d'aspirer les flammes environnantes. Feu de cheminée ou petits brasiers, une fois le chargeur rempli, les flammes peuvent être réutilisées comme le gaz d'un briquet classique. A recharger uniquement de cette manière, sinon il ne fonctionnera pas. / Une fiole de potion permettant de faire croire à toutes les personnes dans la pièce qu'on possède une autre apparence (celle de son choix), en la buvant entièrement. Dure le temps d'un topic, à usage unique.
↳ Playlist : Who by fire - Leonard Cohen ║ It must be done - Pete Townshend/Nathan Barr ║ Nothing to remember - Neko Case ║ Higher - The Naked and the Famous ║ Howlin' for you - The Black Keys ║ Hearts on fire - Gavin James
↳ Citation : “It is superstition," he admitted. "But it might be true.”
↳ Multicomptes : ras
↳ Couleur RP : tomato



les petits papiers
↳ Copyright: Xavier ♥ (ava) Rogers (sign) Casterlys (graph)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Dim 12 Nov - 15:52

   FEATURING Ayalone & Matthias
Sur l’échelle de Babar à Hulk, Matthias était vraisemblablement très bien classé selon la rouquine incendiaire qui le couvait d’un œil féroce en cet instant. Elle proposait un échange de sa voix coupante, le vert Hollywood brillant comme un phare au fond des iris. Comment Ayalone avait-elle pu survivre dans le monde si violent des prêteurs sur gages dépassait l’entendement. Elle avait nécessairement une façon de contraindre et de faire peur et si Matthias jouait volontiers avec les règles, il savait pertinemment que la ville bénéficiait d’une strate invisible, sombre et putride au sein de ses bas-fonds. Pourtant, la délicate rousse s’en sortait et si le blond n’aurait jamais pu deviner l’engeance réellement démoniaque qu’il avait à quelques pas de lui, il aimait en prendre le parti de façon légère et inconsciente. « Un congrès satanique à présider ? » Fit-il tout sourire. Il devança le regard noir, s’accoudant au comptoir, se rapprochant insensiblement de la silhouette menue assise et impériale. « Je suis un gentleman, » Il leva la main comme pour l’arrêter avant qu’elle ne s’offusque, l’œil pétillant dans un rire amusé. « je dirais donc de quoi as-tu besoin ? »

Les prêteurs sur gage savaient toujours ce qui était nécessaire à la cité, le commerce au bout des doigts et à l’orée de leurs calculettes bon marché. Matthias croisa les bras s’appuyant dessus avec dextérité, les mèches tombant devant les yeux qu’il repoussa d’un souffle rapide. « Il doit bien y avoir quelque chose que j’ai ou que je peux trouver qui a cours en ce moment… » Il fronça les yeux et jeta un œil en arrière. « J'ai entendu dire que les gens recherchaient du sang. » Il ne comprenait pas d’ailleurs. Il y avait pénurie à l’hôpital mais pas plus que d’habitude. Le sang était vie et les rhésus étaient parfois rare. En tant que possesseur du sang AB-, Matthias n’avait pas nécessité de donner souvent, son sang trop rare et inutile en soi. Receveur universel en n’étant le représentant de moins d’un pour cent de la population, autant dire que le jackpot était complet. « Mais je ne vois pas pourquoi c’est utile en ce moment… » L’idée le révulsait. Le sang, ça restait à l’intérieur. Il en avait vu trop couler dans l’arène et sur les routes dangereuses de New York à la Louisiane.

Le regard azur se releva vers le visage de poupée d’Ayalone. Elle savait forcément quelque chose mais il ne creusa pas sur le moment. « Tu m’en veux encore ? » La voix avait été un peu plus grave, le velouté rocailleux caressant à regret l’air entre eux. Il n’y pouvait rien si le marché avait été quelque peu déséquilibré. « Je me ferais pardonner. » Matthias cilla gravement, la réflexion intense derrière l’écran trop clair de ses pupilles. « Si tu as besoin d’un garde du corps ou d’un chauffeur… » Il se souvenait parfaitement -contrairement à beaucoup d’autre - de comment conduire. Les voitures – les transports – étaient une denrée rare, symbole d’opulence et de pouvoir. Seul une poignée d’habitants dans la Nouvelle-Orléans possédait de quoi se déplacer de cette façon, le reste des véhicules appartenaient évidemment au gouvernement. La milice en usait avec facilité, les pompiers avaient deux camions uniques, légèrement endommagés mais encore performants.
Matthias agita ses longs doigts sous le nez de la rousse. « Tu peux fermer ça ne me gêne pas. » L’espièglerie en étendard, l’homme allongea sa silhouette en se redressant, cherchant des yeux un endroit où s’asseoir avant de rester finalement debout, toisant la jeune femme plus que de raison. « A moins que tu aies un rencard. Ça fait des lustres qu’on ne s’est pas vu. C’est un peu de ma faute, je viens, je parle direct affaires…. Tu vas bien ? La boutique a l’air de bien tourner. »



_________________
Such wow. Much propaganda.


Dernière édition par Matthias Petersen le Mar 28 Nov - 16:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4853-matthias-peterse http://www.mercy-in-darkness.org/t5433-matthias-petersen-the-blank-book#222751

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1503
↳ Points : 337
↳ Arrivé depuis le : 20/07/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Holland Roden
↳ Age du Personnage : 32 en apparence & 654 réellement
↳ Métier : Prêteuse sur gage
↳ Opinion Politique : Peu importe leur quelques défaillances, Aya veut rejoindre leurs rangs quelqu'en soit le prix à payer !
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, niveau 3 concernant ses sens et l'annihilation de la magie.
↳ Playlist : These streets - Bastille.
↳ Citation : ‹‹ Building a castle made of lies and mistakes. ››
↳ Multicomptes : Persephone D. Wilson
↳ Couleur RP : #ff6633



les petits papiers
↳ Copyright: ©bazzart, ©tumblr, ©Nymou
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Dim 19 Nov - 13:08

eaten alive
Matthias & Ayalone



Une énième réflexion sur la couleur de ses cheveux, aussi détournée soit elle. A force de le fréquenter, Ayalone avait bien compris que Matthias avait une sainte horreur des rousses – une chose bien évidente à remarquer d'ailleurs puisque pour le jeune homme chaque phrase semblait être une nouvelle occasion d'aborder le sujet. A se demander s'il n'avait pas vécu à l'époque où les guérisseuses et autres accusées étaient brûlées vives sur des bûchers pour sorcellerie. Un voile plus évident encore d'agacement vint couvrir le visage de la jeune femme qui, pour parer l'affront, ne recula même pas quand le visage du blond se rapprocha du sien.

‹‹  Je suis un gentleman, je dirais donc de quoi as-tu besoin ?  »

- J'ai besoin que tu partes au plus vite. 

Les mots étaient sortis tout seuls de la bouche de la voleuse d'énergie, rapidement. La pression était de plus en plus intense. Faisant mine de chercher quelque chose dans un tiroir sur la droite, la belle rousse en profita pour s'écarter quelque peu du jeune homme qui prenait beaucoup trop de place dans son espace personnel. Elle fini par tirer un chiffon du bazar ordonné qui emplissait le rectangle en bois et le frotta vigoureusement sur le plateau qui faisait son comptoir pour en enlever toutes les miettes, réelles ou imaginaires.

‹‹ Il doit bien y avoir quelque chose que j’ai ou que je peux trouver qui a cours en ce moment…J'ai entendu dire que les gens recherchaient du sang.  »

La prêteuse sur gages ne releva même pas les yeux de sa prenante tâche, mais sa voix elle était beaucoup plus impliquée qu'avant.

- D'informations, c'est d'informations dont j'ai besoin. Et ça tu ne peux pas m'en donner. 

Terriblement rancunière, Matthias n'avait peut-être pas été prévenu de ce trait de caractère chez Ayalone, mais à n'en pas douter, il n'était maintenant plus dans l'ignorance. La jeune femme n'était pas du genre à donner de deuxième chance. Pas qu'elle en ait souvent eu l'occasion d'ailleurs. Sans qu'elle ne sache réellement pourquoi, la pensée fugace de Duncan traversa l'esprit d'Aya. Cela ne fit que l'agacer davantage.

‹‹  Tu m’en veux encore ?  »

Le regard de la jeune femme fut assurément suffisant comme réponse. Même si elle n'avait pas du réduire ses paroles pour économiser ses forces, Ayalone n'aurait certainement rien dit de plus à ce moment là. Mieux valait pour le jeune homme que la Daybreaker laisse un couvercle sur son eau bouillonnante.

‹‹  Si tu as besoin d’un garde du corps ou d’un chauffeur…  »

Cette fois-ci, la jeune femme releva ses yeux verts meurtriers l'espace d'un instant avant de replonger dans son travail de nettoyage.

- Je te l'ai déjà dit : je veux seulement que tu t'en ailles. Reviens un autre jour, ce n'est pas le bon moment. 

Comment pouvait-elle être plus claire ? Pourtant l'homme n'arrêtait pas. Il ne s'en allait pas. Un vrai moulin à paroles qui ne cessait plus de fonctionner. Il parlait, il s'agitait devant elle comme on aurait remué de la chaire fraiche sous les yeux et le nez d'un affamé. Au sens littéral bientôt puisque le blond vint bientôt gesticuler ses mains juste sous le visage de la voleuse d'énergie. La jeune femme n'entendait plus ses paroles, elle ne voyait plus que lui, sa peau, sa main juste à porté. Elle aurait pu l'attraper, poser ses doigts sur les siens et aspirer son énergie, rien qu'une bouffée. Ne plus entendre le bourdonnement de sa voix, ne plus sentir ce creux qui la dévorait. Les doigts de la rousse se serrèrent comme une griffe autour de son chiffon.

- Matthias. Va-t-en. Pars ! TOUT DE SUITE ! 

Sa voix ne s'élevait que rarement, la Daybreaker n'en avait pas besoin avec son visage expressif, mais dans l'urgence de la situation, la hauteur de sa voix lui avait échappé. L'homme avait intérêt à obtempérer. Et vite.

made by black arrow

_________________

Yet so broken
So beautiful...


Dernière édition par Ayalone V. Hastings le Dim 17 Déc - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5138-ayalone-o-angry-bird#2089 http://www.mercy-in-darkness.org/t5169-ayalone-o-i-ve-had-the-time-of-my-life

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1981
↳ Points : 659
↳ Arrivé depuis le : 04/06/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Garrett Hedlund
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Attaché à la propagande gouvernementale. Ex-pompier de la ville.
↳ Opinion Politique : Ancien vainqueur des jeux établis dès 2012, durant la seconde campagne, Matthias s'est vu embrigader de force dans la propagande du gouvernement.
↳ Niveau de Compétences : Un briquet capable d'aspirer les flammes environnantes. Feu de cheminée ou petits brasiers, une fois le chargeur rempli, les flammes peuvent être réutilisées comme le gaz d'un briquet classique. A recharger uniquement de cette manière, sinon il ne fonctionnera pas. / Une fiole de potion permettant de faire croire à toutes les personnes dans la pièce qu'on possède une autre apparence (celle de son choix), en la buvant entièrement. Dure le temps d'un topic, à usage unique.
↳ Playlist : Who by fire - Leonard Cohen ║ It must be done - Pete Townshend/Nathan Barr ║ Nothing to remember - Neko Case ║ Higher - The Naked and the Famous ║ Howlin' for you - The Black Keys ║ Hearts on fire - Gavin James
↳ Citation : “It is superstition," he admitted. "But it might be true.”
↳ Multicomptes : ras
↳ Couleur RP : tomato



les petits papiers
↳ Copyright: Xavier ♥ (ava) Rogers (sign) Casterlys (graph)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Dim 26 Nov - 14:32

   FEATURING Ayalone & Matthias
De sa lointaine Salem, il perçoit encore les embruns du printemps.

Ici, en Louisiane, l’été semble éternel. Lové dans les entrailles, la boutique cachée d’Ayalone Hastings n’a de l’extérieur qu’un mince filet de lumière. Plus loin, la forêt se fait dense, pleine d’ombres, le monde se déchire, la bataille légendaire entre vie et mort ayant trouvé un nouveau terrain de jeu. On se côtoie avec tant de facilités dans ce dernier bastion de l’humanité : les démons et les humains aux joues creuses, les malades et les nourrissons braillant leurs énergies du désespoir, vivantes insultes aux spectres environnants, ceux qui désirent et ceux qui rejettent. Le cycle est imperturbable.

Matthias accuse le coup. Elle semble en granit, porte close, pas de sésame pour l’ouvrir, pas de sourires qui ne tiennent. Ils avaient été proches pourtant. Fut un temps. Il est si mauvais pour tenir le rythme, n’a jamais su faire perdurer au-delà de l’incandescente flamme qu’il aime à contempler. « Ayaaaa. » Il se plaint, le surnom en buée sur une fenêtre glacée. Cette histoire d’information tournoie encore et toujours et il secoue la tête. Ils ont des yeux, ils ont des oreilles, ne le sait-elle pas ? Non bien sur que non, le peuple est parfois naïf, la mafia est parfois crédule. On pense pouvoir être plus malin qu’un gouvernement tout puissant dont les yeux et les lèvres peuvent surgir de n’importe quel cauchemar, mais il sait lui, il a vu durant ses années de flirt combien ils savaient s’engouffrer dans n’importe quelle brèche.  « Je suis pompier, rien de plus. » Il ne veut être rien de plus. Le sang c’est trop sale et ça ne part pas au lavage, il y a toujours cette tâche rose délavée sur l’âme, toujours cette odeur poisseuse entêtante. Il ne désire plus y avoir accès, c’est le temps de la rédemption, il veut y croire. On l’oubliera -on l’oublie déjà- le profil conquérant des posters de l’époque se sont enroulés pour finir au placard, et il profite d’un calme silencieux pour renaître dans une petite vie tranquille, misérable et sans aucun intérêt. Il y a une forme d’extase à se tasser vers le bas, un chemin de croix dans la quiétude d’un ordinaire calibré. Il a goûté aux champagnes à New York, mais le bourbon âpre de la Nouvelle Orléans lui plait finalement bien plus.

« Je te l'ai déjà dit : je veux seulement que tu t'en ailles. Reviens un autre jour, ce n'est pas le bon moment. »

Il cille. Matthias n’a jamais aimé ni les ordres ni les directions imposées. « Aujourd’hui c’est hier et c’est demain. Le temps est élastique, fais semblant. » Réponse à tout, l’œil qui étincelle sous l’obscurité d’un cobalt mesuré. Il y a d’autres façons d’obtenir de l’argent, il connait tout ça mais Ayalone est presque la plus légale et les combines ont une odeur de soufre en Louisiane. Un peu comme l’or qui balaye les iris de la jeune femme. Le temps s’arrête quelques secondes, l’iris se défait. Elle a du mal à le regarder tout à coup mais ça ne vient plus de l’ennui d’il y a quelques minutes, c’est autre chose. Il cherche à capter son attention, amorce une énième blague qui finit par s’échouer tel un cachalot sur le bout de sa langue. « Aya ? » Le ton change, virevolte, passe de la plainte à l’inquiétude. Elle est toujours sure d’elle, fait claquer ses talons aiguilles sur le sol avec l’implacable volonté non-caché de vous les planter dans la gorge alors pourquoi ce sentiment d’angoisse soudain ?

Il s’approche, veut faire le tour du comptoir pour la rejoindre. En vain. « Ça va pas ? » Non ça ne va pas, c’est visible. « Matthias. Va-t-en. Pars ! TOUT DE SUITE ! » Il hésite presque sous le timbre, les cloches du danger sonnent sans commune mesure. Il a toujours eu un sens de la survie développé, sait quand il faut plaisanter jusqu’à ne plus le pouvoir. Tout sourire s’effondre et il s’arrête, la main sur l’endroit qu’elle vient de frotter nerveusement. « Tu as des soucis ? » Il est simple, Matthias, il voit la rédemption dans sa réponse, il voit aussi l’opportunité à saisir. Il vient de lui proposer un garde du corps et voilà qu’elle a peur. Pas de lui, cela fait bien longtemps qu’elle sait l’amadouer mais elle a peur de quelque chose. Il regarde autour, scrute les coins au plafond -on y trouve tant et tant de caméras- puis revient sur le visage fébrile de la rousse. Tout ne prend que quelques secondes mais déjà, il lit autre chose dans le vert de gris des pupilles, un désir presque opaque et tangible. « Aya, qu’est-ce qui ne va pas ? » Il assène son surnom, lui rappelle qui elle est, vient couvrir sa main de la sienne.

L’erreur fatal.

C’est comme une décharge électrique qui manque de le mettre à terre. Les doigts effleurent à peine avant de s’écarter. « Ah … ça arrive parfois… » Il n’est pas vraiment convaincu mais c’est sans importance. Son regard reste sur la poupée de perle. « Drogue ? » L’incompréhension se fait dentelle sur son visage : de ça non plus il n’est pas convaincu. Il n’a jamais eu vent que la prêteuse sur gages se soit adonné à ce genre d’addictions malsaines. « T’as tout fermé bon sang, laisse moi te sortir de là ! » Le sanctuaire de derrière la caisse est infranchissable, elle a fait en sorte que rien n’y personne ne pénètre dans sa tour. « Oh Rapunzel, fait tomber ta chevelure ? » plaisante-t-il une dernière fois.
Il cherche un autre moyen et s’éloigne, les yeux mobiles sur les environs. « Dis-moi au moins que tu vas bien, sinon j’appelle les secours ! » Les secours, c’est lui. Sauver ou Périr. Si innocent. Il revient et saute sur le comptoir. Ah! maintenant, elle n’a plus le choix.

Il ne sait pas qu’il se jette dans la gueule du loup et que le petit chaperon rouge en a revêtu la pelisse sombre.




_________________
Such wow. Much propaganda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4853-matthias-peterse http://www.mercy-in-darkness.org/t5433-matthias-petersen-the-blank-book#222751

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1503
↳ Points : 337
↳ Arrivé depuis le : 20/07/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Holland Roden
↳ Age du Personnage : 32 en apparence & 654 réellement
↳ Métier : Prêteuse sur gage
↳ Opinion Politique : Peu importe leur quelques défaillances, Aya veut rejoindre leurs rangs quelqu'en soit le prix à payer !
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, niveau 3 concernant ses sens et l'annihilation de la magie.
↳ Playlist : These streets - Bastille.
↳ Citation : ‹‹ Building a castle made of lies and mistakes. ››
↳ Multicomptes : Persephone D. Wilson
↳ Couleur RP : #ff6633



les petits papiers
↳ Copyright: ©bazzart, ©tumblr, ©Nymou
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Dim 17 Déc - 18:14

eaten alive
Matthias & Ayalone



Elle était toujours là, cachée quelque part, la raison, allant de paire avec la conscience, mais au fil du temps, au fil des paroles de l'homme elle perdait son pouvoir. L'urgence de faire sortir Matthias d'ici se faisait de plus en plus vive et pourtant, chaque tentative d'Aya semblait se solder en échec et la conversation sur le passé tirait toujours plus en longueur...

‹‹   Je suis pompier, rien de plus.   »

Oui et la jeune femme n'aurait pas du lui demander quelque chose sortant de cette capacité là. Elle le savait à présent et ne risquait pas de refaire la même erreur. Ce quelle exprima par un haussement de sourcils dédaigneux sans pour autant relever le regard vers l'homme. Il fallait que la prêteuse se gage le chasse une bonne fois pour toutes.

‹‹   Aujourd’hui c’est hier et c’est demain. Le temps est élastique, fais semblant.   »

Nouvel essai avorté. Nouvelle perte d'énergie inutile alors que la Daybreaker sentait ses dernières résistances s'effondrer. Les mots de l'homme perdaient de plus en plus de leur sens. Les mots s'entrechoquaient, puis ne l'atteignaient même plus. Ayalone était sourde à tout bruit extérieur tellement sa faim prenait de place dans son esprit.
Alors dans un dernier effort elle hurla sur le blond, un cri d'urgence, aussi clair qu'elle pouvait l'être. Si Matthias ne partait pas maintenant, la belle rousse ne pourrait plus rien pour lui. Elle n'était même pas certaine qu'elle ne lui courrait pas encore après pour l'atteindre avant même qu'il n'ait pu rejoindre la porte...
Il n'allait pas partir. Ayalone le vit dans son regard clair, vit que ses lèvres ne cessaient toujours pas de se mouvoir en des phrases silencieuses et elle abandonna. Elle abandonna tout parce qu'elle avait tenté de le sauver, qu'il n'ait pas saisit sa chance était de son ressors.
A présent, la jeune femme sur laquelle la bête affamée avait prit le dessus,  savait ce qui allait se passer. Elle s'en délectait d'avance, observant sa proie qui serait prise au piège avant même de s'en rendre compte. Et elle le voyait se déplacer sans aucune envie évidente de lui échapper, noyée dans le bonheur de la perspective de céder à la tentation. En se laissant glisser dans les griffes de sa gloutonnerie, il lui sembla regagner une once d'énergie, surement vivifiée par l'expectation. Enfin l'homme cessa de se mouvoir en venant se placer juste devant elle sur son comptoir, se livrant sans le savoir sur un plateau d'argent. La voleuse d'énergie allait se haïr, elle allait détester cette condition dans laquelle elle s'était de nouveau laissé tomber, mais pour l'instant il n'y avait que cette délicieuse impatience malsaine qui l'habitait et dans ses yeux brûlants qui n'avaient cessé de suivre le blond, brillait une lueur monstrueuse.

Avançant seulement d'un pas, ce fut sur la gorge de l'homme que les mains de la Daybreaker se refermèrent. Au moment même où leurs peaux entrèrent en contact, ce fut comme une déferlante d'eau dans un corps asséché. Une oasis en plein désert. Ayalone avait comme été sur le point de mourir de faim et à présent elle revivait enfin. Les yeux fermés, elle se délectait de cette énergie qui animait à nouveau son corps, libérait son esprit de cette brume opaque et qui lui rendait peu à peu son contrôle sur elle, en même temps qu'elle distillait un tas d'informations sur l'homme, des images, des visions dont elle se fichait mais qui n'atténuaient pas le délice du moment.
Jusqu'à ce qu'elle réalise, jusqu'à ce qu'elle se rappelle que pour sauver sa vie elle en détruisait une autre. Pas quelque chose qui aurait dérangé la prêteuse sur gage habituellement, mais tuer de cette manière pouvait lui attirer des ennuis mortels... Alors ses doigts se desserrèrent. Peut-être trop lentement. Etait-il déjà mort ? Il valait mieux pour elle que non.

made by black arrow

_________________

Yet so broken
So beautiful...


Dernière édition par Ayalone V. Hastings le Mar 2 Jan - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5138-ayalone-o-angry-bird#2089 http://www.mercy-in-darkness.org/t5169-ayalone-o-i-ve-had-the-time-of-my-life

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1981
↳ Points : 659
↳ Arrivé depuis le : 04/06/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Garrett Hedlund
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Attaché à la propagande gouvernementale. Ex-pompier de la ville.
↳ Opinion Politique : Ancien vainqueur des jeux établis dès 2012, durant la seconde campagne, Matthias s'est vu embrigader de force dans la propagande du gouvernement.
↳ Niveau de Compétences : Un briquet capable d'aspirer les flammes environnantes. Feu de cheminée ou petits brasiers, une fois le chargeur rempli, les flammes peuvent être réutilisées comme le gaz d'un briquet classique. A recharger uniquement de cette manière, sinon il ne fonctionnera pas. / Une fiole de potion permettant de faire croire à toutes les personnes dans la pièce qu'on possède une autre apparence (celle de son choix), en la buvant entièrement. Dure le temps d'un topic, à usage unique.
↳ Playlist : Who by fire - Leonard Cohen ║ It must be done - Pete Townshend/Nathan Barr ║ Nothing to remember - Neko Case ║ Higher - The Naked and the Famous ║ Howlin' for you - The Black Keys ║ Hearts on fire - Gavin James
↳ Citation : “It is superstition," he admitted. "But it might be true.”
↳ Multicomptes : ras
↳ Couleur RP : tomato



les petits papiers
↳ Copyright: Xavier ♥ (ava) Rogers (sign) Casterlys (graph)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Sam 23 Déc - 13:01

   FEATURING Ayalone & Matthias
Que cela ne soit pas oublié : comme tant d’autres choses, ceci débuta dans l’orgueil – cette idée qu’il pouvait sauver n’importe qui, en miroir égal au fait qu’il avait pu tuer n’importe qui également.

« Aya ! » Peine perdue. La jolie rousse eut le regard obscurcit par une pulsion d’outre-tombe et Matthias se raidit, sentant la bordure du comptoir à travers le tissu rêche de son jean. Ayalone était petite, bien plus que lui et si les centimètres formaient un gouffre entre leurs visages respectifs, l’ancien gagnant des jeux de la Faim regarda avec une surprise béate la main diaphane de la jeune femme se diriger vers sa gorge et y planter ses ongles soignés. « Euh… je m’appelle pas Christian Grey ! » La sensation des doigts en étau lui raviva le cœur, un battement plus fort, un autre plus sourd. Tout commença à s'éparpiller, désordonné et désagréable, et peut-être qu'en tant que survivants, c’est ce qui rend la mémoire et ses souvenirs si difficiles à apparaître avec précision. Il était désespérément vain  cet espoir d'imaginer qu’un ordre quelconque puisse être prescrit à tout ceci, et les histoires se répandront toujours au hasard, en petits éclats houleux sans vision claire, illégitimement formulée.

Il n’avait rien pour stopper le flux d’images, rien, pas même la simple compréhension de ce qui était en train de lui arriver.

**

La route est longue et il voit pour la première fois la Nouvelle Orléans se peaufiner à l’horizon, paysage cruel et exotique de fenêtres brisées et de pavés poussiéreux où la chaleur étrangle et l’humidité étouffe.
Une fille blonde à l’uniforme de la milice lui lance un regard sévère.
Des montagnes brillantes au bord d’un lac, un beau jour de soleil. Il court derrière une femme aux cheveux bouclés, la vision au sol, le dandinement propre aux bambins. Elle lui tend les bras.
Il y a le visage boursouflé d’un homme sous les débris d’un pont qui semble hurler à la rage. Il a mal, évidemment qu’il a mal sous les planches et la poussière et l’eau qui le frappe par-dessous. Le bras de Matthias se lève et une gerbe de sang éclate.  Au moins il n’a plus mal maintenant.
Les caméras tournent tout autour, les lumières sont puissants et il plisse un peu les yeux. Un verre d’eau, des gens qui semblent parler. Lumière rouge. Lumière verte. Applaudissements sans son et il voit son propre reflet sur un écran-prompteur. Tout sourire. Toujours.

**

L’air lui brûla les poumons et il s’extirpa violemment de l’emprise d’Ayalone. Ou peut-être l’avait-t’elle lâché, il n’en su franchement trop rien, trop occupé à avaler l’air ambiant, la vision trouble et les veines saillantes. Ce fut comme un bourdonnement aigu qui manqua de le faire défaillir et il s’accrocha au comptoir avant d’ouvrir la porte et de se précipiter en dehors du périmètre de la jeune femme. Respirer. Respirer. C’était le seul mot d’ordre, la présence des doigts encore fantomatique sur sa gorge qu’il massa péniblement. Le corps courbé, Matthias se retint à un meuble un peu plus loin. Le regard mobile il chercha quoi prendre dans ses mains, l’adrénaline encore ténébreuse, son énergie en tourment ne sachant trop que faire. Il empoigna une chaise, encore haletant, encore fébrile. Il darda un regard devenu sombre sur la silhouette de la rousse qui ne souffrait d’aucun pli, la pupille uniquement brillante d’une gourmandise assouvie. « Qu’est-ce que… t’es quoi exactement ? » Le petit chaperon rouge avait bien le droit de demander des comptes au loup.



_________________
Such wow. Much propaganda.


Dernière édition par Matthias Petersen le Lun 15 Jan - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4853-matthias-peterse http://www.mercy-in-darkness.org/t5433-matthias-petersen-the-blank-book#222751

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 1503
↳ Points : 337
↳ Arrivé depuis le : 20/07/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Holland Roden
↳ Age du Personnage : 32 en apparence & 654 réellement
↳ Métier : Prêteuse sur gage
↳ Opinion Politique : Peu importe leur quelques défaillances, Aya veut rejoindre leurs rangs quelqu'en soit le prix à payer !
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, niveau 3 concernant ses sens et l'annihilation de la magie.
↳ Playlist : These streets - Bastille.
↳ Citation : ‹‹ Building a castle made of lies and mistakes. ››
↳ Multicomptes : Persephone D. Wilson
↳ Couleur RP : #ff6633



les petits papiers
↳ Copyright: ©bazzart, ©tumblr, ©Nymou
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Jeu 4 Jan - 22:42

eaten alive
Matthias & Ayalone



Dans certains cas, le vol d’énergie avait apprit de belles choses à Ayalone. Elle qui tirait son pouvoir de l’information et dédiait une grande partie de sa vie à en obtenir... A croire qu’il n’y avait pas que des points négatifs à sa condition... Enfin pour le moment, de ce qu’elle avait été obligée de voir de Matthias, la prêteuse sur gage ne voyait pas grand chose qui pouvait servir ses intérêts. De ce qu’elle avait compris, le blond avait un passé sombre, fait de souffrances et de pertes... Comme à peu près tous ceux qui restaient en ce bas monde, à vrai dire.
Quand un calme tout relatif, lié à la satiété, revint en la voleuse d’énergie, elle constata, avec une pointe de soulagement égoïste, que Matthias était toujours vivant.Vivant et apeuré, mais vivant tout de même. Bientôt elle le vit prendre de la distance comme prêt à s’enfuir, puis saisir une chaise et la tenir, menaçant, au dessus de sa tête. Cela rappela à Ayalone une image qu’elle venait juste de voir dans ses souvenirs. Elle ne releva pas. 

‹‹   Qu’est-ce que… t’es quoi exactement ?   »

La belle rousse lança un regard noir à l’homme. Qu'étaient-ce que ces expressions sur le visage du blond ? De la colère, de la peur, de la rancoeur, de l'étonnement ou tout en même temps ? Sur les traits d'Ayalone en tout cas, il était clair que ce n'était que rage et pour toute réponse, elle laissa filer entre ses lèvres : 

- Je t’avais dit de partir !  

La jeune femme était en colère (quelque part, elle l’était toujours). En colère parce qu’il ne l’avait pas écouté alors qu’il était le plus conscient et en mesure de réagir d’eux deux. En colère parce qu'avec son insistance il l'avait presque obligé à le dévorer. Pourtant ce n’était pas comme si Aya n’avait pas clairement insisté pour qu'il débarrasse le plancher dans les plus brefs délais !
Mais il savait quelque chose maintenant, ou tout du moins pouvait il s’en douter. Et tous ceux qui connaissaient sa nature, étaient un nouvelle menace pour la belle rousse. Un instant, elle regretta de ne pas avoir achevé Matthias. Un cadavre était plus facile à faire taire. Maintenant, elle allait devoir faire avec un bipède trop bavard. La jeune femme soupira, les mains de nouveau accrochées au comptoir, pour soutenir sa lassitude cette fois. 

- Tu peux te calmer, je ne te ferais plus rien...  

Sa voix s’était faite plus douce. 

- Et tu ferais mieux de t’asseoir, tu vas manquer de forces. 

Posant ses coudes sur la surface plane devant elle, la belle rousse passa ses mains sur son visage, les immobilisa sur ses yeux pour n'être plus entourée que par les ténèbres, le néant. Dans quel nouveau pétrin s'était elle fourrée ? La prêteuse sur gage était perdue. Que faire ? Menacer ? Passer un marché ? Elle était repu mais las. Tellement las... Si elle pouvait rester immobile comme ça, jusqu'à ce que tout se règle enfin.


made by black arrow

_________________

Yet so broken
So beautiful...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5138-ayalone-o-angry-bird#2089 http://www.mercy-in-darkness.org/t5169-ayalone-o-i-ve-had-the-time-of-my-life

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 1981
↳ Points : 659
↳ Arrivé depuis le : 04/06/2017
↳ Age : 26
↳ Avatar : Garrett Hedlund
↳ Age du Personnage : 32 ans
↳ Métier : Attaché à la propagande gouvernementale. Ex-pompier de la ville.
↳ Opinion Politique : Ancien vainqueur des jeux établis dès 2012, durant la seconde campagne, Matthias s'est vu embrigader de force dans la propagande du gouvernement.
↳ Niveau de Compétences : Un briquet capable d'aspirer les flammes environnantes. Feu de cheminée ou petits brasiers, une fois le chargeur rempli, les flammes peuvent être réutilisées comme le gaz d'un briquet classique. A recharger uniquement de cette manière, sinon il ne fonctionnera pas. / Une fiole de potion permettant de faire croire à toutes les personnes dans la pièce qu'on possède une autre apparence (celle de son choix), en la buvant entièrement. Dure le temps d'un topic, à usage unique.
↳ Playlist : Who by fire - Leonard Cohen ║ It must be done - Pete Townshend/Nathan Barr ║ Nothing to remember - Neko Case ║ Higher - The Naked and the Famous ║ Howlin' for you - The Black Keys ║ Hearts on fire - Gavin James
↳ Citation : “It is superstition," he admitted. "But it might be true.”
↳ Multicomptes : ras
↳ Couleur RP : tomato



les petits papiers
↳ Copyright: Xavier ♥ (ava) Rogers (sign) Casterlys (graph)
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   Mar 16 Jan - 12:29

   FEATURING Ayalone & Matthias
« - Je t’avais dit de partir ! »

La surprise fit ciller Matthias. Elle… Elle l’engueulait ? « Ecoute carotte, j’ai dit ce matin que je voulais mon café noir, on m’a rajouté du lait en poudre dégueulasse dedans alors newsflash, on n’a pas toujours ce qu’on veut. » La chaise retomba au sol et lui s’effondra dessus, l’adrénaline pulsant encore sous la peau. Il était épuisé, les muscles sourds aux mouvements, la carcasse lente maintenant qu’il avait abaissé sa garde. Elle lui avait fait quelque chose, de ça il en était certain. Le regard quitta le bout de ses rangers élimés pour venir enflammer Ayalone et son air légèrement confus. Si son torse s’emplissait d’air à débit chaotique, il reconnaissait également que la jolie rousse semblait en plein tourments intérieurs. Les coudes sur les cuisses, Matthias enfonça sa tête dans ses larges mains, frottant au loin la détresse passagère. Il lui fallait s’allonger et il aurait presque pu le faire à même le sol, la tête tombant doucement sur le revêtement en bois mais montrer ici une quelconque vulnérabilité n’était pas ce qu’il y avait de mieux. « Ok ok… calmons-nous. » Une longue expiration et il s’appuya en arrière sur le dossier de la chaise branlante, contemplant plus tranquillement la démone sur pattes.

Il y avait des légendes sur la Louisiane. Il y en avait toujours eu même avant l’Apocalypse. La région était faite de brumes et d’anciens rituels, elle baignait dans la sorcellerie et le vaudou. Il avait tiqué en allant vers le sud, en quittant la relative sécurité d’un New York qu’il connaissait bien. Le Nord était plus enclin à la prudence et aux amitiés partagées autour de boissons chaudes et même si la métropolis avait eu ses propres travers, on pouvait les affronter. Ici… ici tout était souterrain, les fantômes vous entouraient sans que vous ne puissiez les voir et les malédictions revêtaient vos corps sans que vous ne vous en aperceviez.

Matthias avait peur de peu de chose en vérité, l’arène l’avait bien assez prouvé. Il ne ressentait pas le besoin inhérent de faire jouer ses muscles ni même de se faire mousser verbalement mais il connaissait ses limites et ce qui venait de se passer en était. L’angoisse vibra un instant au fond de l’estomac et il passa sa langue sur ses lèvres dans un semblant de regain de conscience. « Tu ne m’as pas tué. » Il cilla comme si la vérité ne demandait pas à être une question ici. Il avait senti une immense lassitude contre le corps menu d’Ayalone et il aurait pu s’effondrer. « Et tu m’as prévenu. Ce qui m’amène à te reposer la question : c’était quoi tout ça ? » Il secoua son visage, les mèches légèrement trempées d’une sueur neutre, les yeux cherchant les siens. Elle n’allait rien lui dire, n’est-ce pas ? Pire, elle luttait contre autre chose sur lequel il ne parvenait pas à mettre le doigt. « Je crois que j’irai demander un prêt ailleurs… » Il se releva, le corps parcouru d’un flash d’ivresse, l’esprit encore dans le cirage. « Si tu veux en parler… je sais que j'ai du sex-appel mais on va pas se mentir c'était pas de cet ordre là. » Il n’était pas bon pour tout ça, les confidences, les secrets autour d’un verre de vin et les bons conseils de papy Petersen. Ce n’était pas dans ses veines à proprement parler, on vivait un jour à la fois, on survivait quand on pouvait, on vivait pleinement quand on en voyait l’occasion. Aya s'était murée dans un mutisme dangereux qu'il préféra ne pas crever de suite.

Il chercha du regard sa veste avant de laisser tomber et de venir près du comptoir à nouveau, les doigts prudents dans leurs recherches de papier et stylo. « Mon adresse. Si tu veux passer et m’expliquer ton bordel. » Là même si elle le lui disait, il n’y entendrait pas grand-chose. Les paupières devenaient trop lourdes, le corps trop frémissant, il avait envie de dormir, il voulait dormir.

Poussant le bloc vers la silhouette rousse, il vola un dernier regard, la respiration bloquée dans la trachée. Il n’était venu que pour un prêt et il se retrouvait avec milles questions en vrombissements au seuil des lèvres. Silencieusement, il quitta les lieux dans l’espoir d’atteindre sa chambre sans s’être effondré de fatigue d’ici là.




_________________
Such wow. Much propaganda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4853-matthias-peterse http://www.mercy-in-darkness.org/t5433-matthias-petersen-the-blank-book#222751

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Forbidden Snack • Matthias&Ayalone   

Revenir en haut Aller en bas
 

Forbidden Snack • Matthias&Ayalone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-