AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I wanna be a thug. [Mikkel et Isak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Laugh like a jackal

avatar
Masculin
↳ Nombre de messages : 2465
↳ Points : 940
↳ Arrivé depuis le : 11/12/2015
↳ Age : 23
↳ Avatar : Finn Wittrock
↳ Age du Personnage : 28 ans (11/12/1988)
↳ Métier : Brancardier
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement en place mais surtout contre la Prohibition.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 général, Niveau 3 en sens développés
↳ Playlist : The Sex Pistols - NeverMind The Bollocks | System Of A Down - Chop Suey! | Nirvana - Smells Like Teen Spirit | Aerosmith - Pink | The Doors - Light My Fire | Bob Marley - Could you be loved | Bobby McFerrin - Don't Worry Be Happy | Carly Rae Jepsen - Call Me Maybe | Rihanna - Diamonds | Lady Gaga - Poker Face | Guesch Patti Etienne | Put The Lime In The Coconut - Harry Nilsson |
↳ Citation : Je ne sais pas ce que je veux mais je sais comment l'obtenir.
↳ Multicomptes : Tristan K. Bellamy & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darksalmon



les petits papiers
↳ Copyright: Opheodrys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: I wanna be a thug. [Mikkel et Isak]   Mer 18 Oct - 16:54


« You tell me it's a man's world, play the rules »



Isak & Mikkel
featuring

Il faisait chaud cette nuit là, extrêmement chaud. Mon corps entier était en sueur et un masque d'angoisse crispait mes traits dans mon sommeil. Parfois, des mots en russe s'échappaient de mes lèvres, des jurons, des exclamations d'horreur. Je voyais Lizzie, ma petite soeur, allongée sur le sol du salon dans une marre de sang, ses yeux ouverts sur une expression de stupeur. Sa gorge tranchée. A ses cotés, mon frère gémissait de douleur en se faisant battre à mort dans des explosions de rouge. Ce sang, tout ce sang. Et mon père... Roman, il allait bientôt arriver, il allait découvrir ce carnage et que ferait-il ? Il se jetterait sur le responsable mais il ne pourrait rien faire, rien et il s'exposerait juste à la vengeance cruelle des mafieux. « Laisse Roman tranquille, putain, laisse-le... » Je parlais toujours en russe en dormant mais pourtant, Isak ne comprenait pas cette langue. L'incongruité de ce détail me réveilla soudainement, alors que je me redressais sur le matelas, le cœur battant et le corps en nage. D'un geste, je m'essuyai le front en regardant tout autour de moi. J'étais seul dans le salon, couché en travers de mon matelas posé à même le sol. Il n'y avait pas de sang, pas de cadavre de membres de ma famille et aucun bruit en dehors de la télévision qui crachotait doucement. Ce rêve avait été si réaliste que je n'aurais pas été surpris de voir le regard cruel d'Isak me fixer, à la manière d'un serpent venimeux.

Foutu cauchemar, il m'avait filé la migraine dès le réveil, ainsi qu'une sale impression qui me collait au basques. Pendant toute ma journée de boulot à l'hopital, je n'avais pas réussi à me débarrasser de cette sensation d'angoisse lancinante. Ce rêve n'était pas si incohérent, malheureusement. Je ne me souvenais que trop bien du jour où mon dealer était venu me trouver dans l'appartement familial pour me menacer. Il connaissait mon adresse, il avait même croisé ma soeur et il ne s'était pas gêné pour me faire des menaces très claires à son sujet. Par la suite, on avait réussi à trouver un terrain d'entente et les choses s'étaient un peu tassées. Mais depuis quelques temps, j'entendais de drôles de trucs au sujet d'Isak. Des mecs m'avaient laissé comprendre qu'il me cherchait. A leur ton, je doutais fort que ce soit pour m'inviter à une partie de poker...

Après le travail, j'avais filé me plonger dans les bas-fonds de la ville, pressé de me noyer l'esprit à grand renfort de vodka. Je ne connaissais rien de mieux pour faire passer une putain de migraine. Les mains au fond des poches, le regard lourd, j'avais poussé d'un coup d'épaule la porte délabrée qui menait au bar clandestin que je fréquentais régulièrement. Retrouvant ma place au comptoir, j'avais humé l'air vicié de ce bouge avec soulagement et j'avais essayé de me détendre. Plusieurs verres avaient été nécessaires pour y réussir mais au bout d'une heure, je me sentais déjà rudement mieux. J'en avais presque oublié mon cauchemar, lorsque soudain, au détour d'une conversation avec quelques potes ivrognes, le nom fut prononcé. Isak Erikson. « Parait qu'il te cherche, Ievseï, tu savais ? » J'avais vidé le fond de mon verre, la gorge soudainement nouée et j'avais mimé un gros air blasé. « Ce sacré vieux filou, c'est vrai que ça fait un bail que je l'ai plus vu. Mais bon j'suis hyper occupé comme mec. Au fait, au sujet de notre affaire, t'es toujours ok pour partager les benef ? » Changeons de sujet, noyons le poisson. On était ainsi passé à autre chose et quelques temps après, je me retrouvais seul devant mon verre vide et ma tête remplie de questions.

En sortant du bar, j'étais un peu bourré mais pas assez pour ne pas avoir les idées claires. La rumeur selon laquelle Isak me cherchait devenait un peu trop importante pour ne pas la prendre au sérieux. Evidemment, j'avais de quoi flipper. Parce que si jamais le mafieux avait eu vent de ce qui s'était passé au Bones, j'étais dans la merde jusqu'au cou. Pourtant, j'avais beau réfléchir, je ne voyais pas comment il aurait pu apprendre que j'avais aidé Moïra à éliminer ses deux hommes. J'avais encore froid dans le dos en repensant à cette horrible nuit, où on avait emmené ces types dans la cave du Bones, pour les faire bouffer par des zombies. Je grimaçai, tout en marchant dans les rues sales de Storyville. En dehors des zombies, on était seuls dans cette cave, Moïra et moi, il n'y avait pas eu d'autre témoins directs à cette boucherie. Et je ne voyais aucune raison qui aurait poussé la rouquine à me vendre auprès d'Isak. Il ne pouvait pas être au courant, merde ! Alors qu'est-ce qu'il me voulait ? Peut-être juste me foutre la trouille... Les images de mon rêve me revinrent en tête et je soupirai. Il avait déjà réussi, si c'était son but.

Tout en marchant, je m'aperçus que je m'étais dirigé dans la direction du Little Darling, presque inconsciemment. Je me mordillai les lèvres, restant immobile dans l'obscurité lugubre de la rue et je fixai la façade décrépie du bordel clandestin. J'ignorais si Isak serait capable de débarquer à l'improviste dans l'appartement de mon père et tout saccager pour me dénicher. Est-ce qu'il ferait du mal à ma famille ? Non, quand même pas... Merde. De toute façon, rien que l'idée que mon père tombe nez à nez avec ce connard me tordait les boyaux. Pas question de mêler Roman à mes histoires, j'avais aucune envie qu'il me fasse chier par la suite et qu'il me pose des questions emmerdantes. Ça me saoulait rien qu'à y penser. Et puis, ouais, peut-être que je m'inquiétais un peu pour lui, aussi. « Bon. » Ma voix résonna étrangement dans la rue puante alors que je décidai d'avancer, dans une impulsion subite. J'étais pas du genre à réfléchir pendant cent sept ans non plus. D'une démarche assurée, je traversai la rue pour rejoindre l'entrée secrète qui permettait de pénétrer dans la boite de strip-tease. Moins d'une minute plus tard, j'étais dans la place, une salle envahie par une musique inaudible du dehors où des filles à poil dansaient, sous une lumière tamisée.

Penchant la tête sur le coté, je fit craquer ma nuque avant de me composer un sourire de chacal vicelard. Ma grande spécialité. J'avais pas la trouille, j'étais dans mon élément, j'étais le mec le plus cool que ces enfoirés avaient jamais vu de leur vie ! Le comité d’accueil ne tarda pas à venir à moi : un malabar avec une tête de brontosaure, qui devait faire au moins deux fois mon poids. Je l’accueillis d'une œillade complaisante. « Jurrasic Park, mon vieux pote ! T'as pas changé, toujours la gueule de travers hein ! » Pour toute réponse, le mec m'attrapa la figure dans sa grosse pince et me fixa de ses yeux exorbités. Je me dégageai d'un mouvement ample en le repoussant et redressant la tête, tout en luttant contre la trouille qui m'envahissait. « J'te l'ai dit ou pas qu'on avait pas élevé les vélociraptors ensemble ? Touche moi pas, gros lard. J'suis venu voir ton boss, alors tu me l'ramènes fissa. » Sans attendre sa réponse, je me détournai pour filer entre les tables, plus agile qu'une anguille, pour échapper ainsi au malabar et rejoindre la scène. Ils n'allaient pas me casser la gueule en public tout de même ? Avec tous les clients du Little Darling venus pour se rincer l’œil sur les belles de nuit, ça aurait fait tâche, niveau standing. Je me posai donc à coté d'un groupe de clients, près d'un podium où une donzelle se déhanchait, et j'attendis, espérant que le maître des lieux daigne venir m’accueillir en personne...



_________________
teenage wasteland



©️ proserpina


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t3157-mikkel-georg-iev http://www.mercy-in-darkness.org/t3758-we-find-ourselves-welcoming-the-jackal-and-his-plight
 

I wanna be a thug. [Mikkel et Isak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!
» CBS wanna trade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Little Darlings-