AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Echo du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 174
↳ Points : 73
↳ Arrivé depuis le : 17/10/2017
↳ Age : 28
↳ Avatar : Logan Browning
↳ Age du Personnage : 30 ans d'apparence, 932 en réalité.
↳ Métier : Éleveuse au sein de la communauté.
↳ Opinion Politique : Pro-pour la liberté et ce qui l'arrange.
↳ Niveau de Compétences : Elle est de niveau général 2, sauf pour les sens surdéveloppés et la transformation qui sont de niveau 3.
↳ Playlist : Allison & Vexento - Mango BreezeSleeping At Last - MarsPendentif - OndineTheFatRat - The Calling
↳ Citation : Le chien, c'est la vertu qui, ne pouvant se faire homme, s'est fait bête.
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : rosybrown



les petits papiers
↳ Copyright: BRITISH COOKIE
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Echo du passé    Jeu 19 Oct - 16:22

Echo du passé
Tyrell Aegirsson & Hazel Riannon
Son regard se perdait dans l'horizon que la fenêtre de sa chambre lui offrait, un paysage relativement grisonnant. Avait-elle seulement ressenti de l'excitation lors de sa première visite à la Nouvelle-Orléans ? De la curiosité sans doute, mais aussi une sensation d’oppression probablement causée par l'immensité de ses murs. Elle savait pourtant qu'elle pourrait y ressortir, grâce au pacte entre la Communauté et les puissants de la Nouvelle-Orléans. Bien qu'elle restait méfiante, ne sachant pas vraiment où cette histoire mènera avec le temps. Un soupir passa la barrière de ses lippes sous l'assaut de ses questions. Qu'est-ce qu'elle était en train de faire ? Lors de sa première visite, elle avait passé les cinq jours à le chercher. De manière maladroite, sans savoir à qui et où se rendre pour poser ses questions. Elle s'était d'ailleurs retrouvée à devoir répondre à des questions par moment indiscrètes. Et elle était repartie aux camps de la Communauté avec un goût amer. Le séjour n'avait pas été concluant, elle n'avait pas pu apprendre s'il était vivant ou non. Pourquoi maintenant ? Pourquoi avait-elle besoin absolument de savoir ? Ne devait-elle pas se contenter de sa totale liberté ? Ne devrait-elle pas être heureuse et soulagée ? Elle quitta la fenêtre pour se rendre dans la salle de bain, l'endroit était très rustique, mais relativement propre. Elle ne pouvait pas de toute façon se louer une chambre plus spacieuse pour le séjour. Et n'avait-elle pas connu pire ? Elle croisa son regard dans le miroir abîmé sur les angles, elle s'observa un instant. Devait-elle rencontrer cet homme qui l'avait contacté quelques heures après son arrivée en ville ? Il connaissait visiblement Tyrell, et il aurait une proposition à lui soumettre. Cependant, elle commençait à apprendre qu'il faut se méfier de tout le monde. Mais si c'était l’unique solution pour avoir les réponses à ses questions ? Elle irait le voir.


Elle s'était installée sur un banc, observant la foule qui se déplaçait comme des fourmis. Elle était rassurée de le rencontrer dans un lieu public, mais elle n'était pas pour autant totalement sereine. Comment allait-elle le reconnaître ? Il ne lui avait fourni que très peu de détail, une heure et un lieu. Elle attendit plusieurs longues minutes avant qu'un homme s'installa à côté d'elle. « Tu n'as pas été très discrète lors de ton premier passage en ville. » Elle avait braqué un instant son regard vers lui, observant son visage sans pour autant ne jamais croiser son regard. « Pourquoi le cherches-tu ? » Elle hésitait à lui répondre, elle n'aimait pas dévoilées certaines choses de son passé, particulièrement à des inconnus. « On se connaît, je veux simplement le revoir. » Il la jaugea un instant, avant qu'un sourire s'affichât sur ses lèvres, dévoilant une dentition jaunie. « Oh… Vraiment ? » Elle ne prit pas la peine de répondre, car elle avait l'impression qu'il se jouait d'elle et de la situation. « Pas très bavarde hein. Tu n'aimes pas qu'on te pose des questions, mais tu aimes bien en poser surtout quand il est question de Tyrell Aegirsson. » Il marqua une pause, où son regard se fit inquisiteur sans la moindre pudeur. « Il te propose une rencontre... » « A-t-il un tatouage sur le bras ? » Il éclata de rire, avant de poursuivre sans se vexer d'avoir été coupé dans sa phrase. « C'est qu'elle est méfiante en plus. Eh oui, il possède bien un tatouage sur le bras droit, à l'intérieur pour être plus précis. Je disais donc, il te propose une rencontre au Mary Rose demain soir à vingt-deux heures. » Il glissa l'une de ses mains dans la poche de sa veste pour y sortir un morceau de papier chiffonné qu'il lui tendit doucement, le regard amusé. « Voici le mot de passe pour entrer. » Il se leva et fit quelques pas avant de se retrouver vers elle. « Oh, j'allais oublié, tenue correcte exigée ! » Il lui lança un dernier regard sournois avant de disparaître dans la foule.


L'heure de vérité approchait à grands pas, et elle sentait les battements chaotiques de son cœur. Elle était arrivée à trouver une tenue correcte, bien plus propre que ses vêtements de voyage, même si cela lui avait coupé le reste de ses économies. Elle se présenta devant l'entrée de bar, marmonnant avec hésitation le mot de passe. Son comportement ne passa pas inaperçu au videur qui l'observa légèrement de travers. « J'ai rendez-vous avec monsieur Aegirsson. » Le videur resta plusieurs minutes immobile avant de s'écarter pour la laisser passer. Elle n’était encore jamais entrée dans ce genre d'endroit, se sentant soudainement pas vraiment à sa place. Elle s'avança dans la salle, tendant d'ignorer certains regards sur elle. Puis, elle le vit enfin au fond de la salle, un peu à l'écart. Elle s'était figée, ne devait-elle pas faire demi-tour ? N'avait-elle pas la réponse à sa question ? Il était vivant, elle n'avait pas besoin d'en savoir d'avantages. Pourquoi le lien avait disparu, s'il était encore de ce monde. Elle prit une longue inspirant avant de poursuivre son ascension vers lui, pour finalement s'arrêter devant sa table.
☾ anesidora

_________________
Nótt
Ce nom qu'il me fut attribué par lui, reflet de sa signification qu'est la nuit. ▬ Esclave aux souvenirs des chaînes du passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 741
↳ Points : 150
↳ Arrivé depuis le : 31/07/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : Ed Westwick
↳ Age du Personnage : 30 ans d'apparence, 937 en réalité.
↳ Métier : Avocat (du diable). Les dissensions modernes passent aussi par la joute verbale.
↳ Opinion Politique : Velléitaire et instable. Pro-Gouvernement lorsque cela l'arrange.
↳ Niveau de Compétences : Niveau Général 1
↳ Playlist : Eivør ~ TrøllabundinCamille Saint Saëns ~ Danse Macabre Marilyn Manson ~ Tainted Love Nancy Sinatra ~ Bang Bang, my baby shot me down Slipknot ~ Vermillion
↳ Citation : “I want excitement; and I don’t care what form it takes or what I pay for it, so long as it makes my heart beat.” — F. Scott Fitzgerald, The Adjuster
↳ Multicomptes : Aucun
↳ Couleur RP : #339966



les petits papiers
↳ Copyright: British Cookie & Frimelda
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Echo du passé    Ven 20 Oct - 15:25

Echo du passé
Tyrell Aegirsson & Hazel Riannon
« Elle dit qu'elle vous connaît. » L'informateur se tenait stoïque dans le bureau de l'avocat, lui tendant un morceau de papier fardé de quelques traits noirs. Tyrell vint y lire une adresse ainsi qu'un nom : Hazel Riannon. Quelques instants mutiques et le quidam ténébreux secoua la tête en signe de désapprobation. « Je ne connais pas de Hazel. » L'intrus opina mollement du chef puis, comme il s'en allait vers la porte, crut bon de se retourner afin de dégoiser quelques menus détails : « Elle a longuement fait référence à votre tatouage. Elle dit qu'il se nomme aeji... aegisla... » L'avocat porta derechef sa pupille sur son interlocuteur, interpellé par cette annonce. « Aegishjalmur. » « Oui voilà, c'est ça. »

~*~

Vingt-deux heures pile. Tyrell s'était étrangement hâté dans ses dossiers afin de ne pas arriver en retard au rendez-vous improvisé : non pas qu'il était d'une ponctualité à toute épreuve, mais cette rencontre soulevait en lui mille espoirs et questions. Il espérait secrètement que ce fut elle ; chacun de ses soupirs d'impatience, de ses doigts pianotant sur la table du Mary Rose, de ses regards furtifs, se noyaient sous l'aspiration de la revoir. Alors même que le sorcier qu'il était autrefois n'était guère parti à sa recherche, alors même qu'il la savait bien vivante. La quête du Valhalla lui avait semblé autrement plus importante, et, ainsi obsédé par sa mission sacrée, Tyrell en avait omis les autres recoins et sinuosités de sa vie d'antan. Aussi et lorsqu'il leva la tête, intrigué par une présence soudain ressentie, il put la reconnaître d'entre mille. Les fantômes du passé l'assaillirent de toute part, quoiqu'il ne sembla nullement déconfit par ce visage familier. « Nótt. »

~*~

La plèbe de Reykjavik était en liesse ; partout l'on chantait l'hyménée de leur jeune Jarl s'unissant ce soir à la première fille d'un autre chef de village islandais. L'on avait égayé pour l'occasion la plus grande des huttes, la drapant de mille parures, la couvrant d'or des pillages lointains et des peaux de bêtes les plus nobles. De longues tablées étaient dressées afin de recevoir tous les convives auxquels viendraient se mêler autant d'esclaves – serveuses ou filles de joie – promptes à leur servir victuailles, bières et hydromel. Le mariage ainsi célébré, une musique entraînante s'échappait du ventre de la hutte fumante. On y décelait, parmi les tambours battants, des chants glorifiant la virilité des hommes, nombre d'éclats de rires et des voix sourdes s'exclamant avec fureur. La discrétion ne fut jamais l'apanage de ces guerriers au ventre lourd d'alcool, tous levant leurs verres à l'encontre de leur Jarl, Tyrell Aegirsson. Ce dernier trônant fièrement sur une chaise finement travaillée (si l'on pouvait blâmer les vikings de leurs barbaries passagères, l'on ne pouvait nier leur finesse ni leur talent d'artisans) ; deux bois de cerfs immensément élancés encadraient le trône drapé de peaux de loups et d'ours. Le détenteur altier de cette belle assise étant lui-même vêtu de quelques oripeaux bestiaux ; cuir, peau, et acier pour les racines bien humaines. A ses côtés s'illustrait la majestueuse Vinny ; cette dernière avait un long cou de cygne qu'elle aimait à exhiber quand, levant le menton avec finesse, elle irradiait d'un mépris dûment contrôlé. Sa peau diaphane, presque transparente, jurait avec la blondeur de ses longs cheveux. D'aucuns affirmaient qu'elle était la plus belle femme ayant jamais foulé la terre islandaise.  Pour preuve de son illustre vénusté les conviés tonitruants se mirent à louer ses attributs féminins par quelques chants d'amour passionnés, tournant leurs cornes remplies de boisson ambrée vers leur nouvelle cheftaine. Vinny s'en gargarisa par quelques sourires approbateurs, riant de bon gré puis se lovant tout contre les bras de son jeune époux. Elle se figea soudain néanmoins, une raideur naissante au creux des lombaires lorsque le bleu de ses prunelles accrochèrent un valeureux soldat dont la mine solennelle fit taire le tumulte ambiant. « Jarl de Reykjavik. » L'homme semblait être taillé dans de la roche, les épaules puissantes et les bras musclés, il portait sur le faciès quelques cicatrices inspirant un peu plus à la crainte. Le quidam posa néanmoins genoux à terre, renouvelant ainsi ses vœux d'obéissance à son prince qui l'accueillit volontiers en un hochement de tête respectueux. « Nous avons un présent pour ce jour qui t'est favorable. Puisses-tu rendre ta femme et ton peuple heureux et prospères. Sois béni par Odin. » La foule entière se leva, frappant des pieds et des mains en guise d'acclamation. Et, lorsque l'homme imposant se redressa, il intima par ce simple geste un silence révérencieux. Le quidam déploya son long bras vers une jeune enfant sommée d'avancer dans l'allée ; une dizaine d'années tout au plus, une peau d'ébène appelant à ses malheureuses origines de serf, une silhouette famélique mais harmonieuse. « Nous l'avons trouvé parmi les plus vaillants enfants. Sois-en sûr, car du sang islandais coule dans ses veines ! » Tyrell dès lors s'était redressé, caressant sa joue râpeuse d'un intérêt non dissimulé. A ses côtés, son épouse affichait un faciès fermé et revendicateur de toutes les jalousies. Ses yeux d'un bleu vif assassinèrent l'infante avec la pleine ambition de lui faire vivre un enfer. « Approche. » La voix du Jarl s'était faite suave et étonnamment douce, un signe de la main invitant la jeune enfant à se déplacer jusqu'aux pieds du trône. L'heureux propriétaire l'observa à la dérobée comme l'on put jauger un objet que l'on s'approprie. « Quel âge a-t-elle ? » « Environ dix ans mon Jarl. » « Hmm. Elle est jeune. » Il plongea, solennel, dans ses pensées. Se demandant quelles tâches il pouvait attribuer à si jeune enfant, mais admettant l'idée que le temps lui sera bénéfique. Ainsi satisfait, Tyrell s'adossa avec fierté tout contre sa chaise. « Voyons, comment vais-je l'appeler ? » « Pourquoi pas Feignasse ? Ou Laideron. » La voix rogue de Vinny s'exclama avec aigreur, soulevant néanmoins les rires de l'assemblée. Car même dans les contrées du Nord, l'on pratiquait volontiers l'humiliation à l'encontre des malheureux esclaves en leur offrant de coutume des quolibets comme prénom. Tyrell cependant, gardait son regard ignescent vissé sur la petite. « Je te nommerai Nótt*.» Car sa couleur ébène, toujours, lui rappellera l'obscurité de la nuit.

Nullement réjouie de ce choix mais n'ayant guère son mot à dire, Vinny crispa sa mâchoire afin d'y renfermer toutes les colères qu'elle dut ainsi taire. Toisant alors son jeune mari se lever avec prestance, elle se jura de malmener la petite lorsqu'elle aperçut Tyrell lui tourner autour. Ses mains, ah ses mains si douces par le toucher mais rendues si rugueuses par le port de l'épée et de la hache, frôlaient ainsi l'enfant. Un effleurement qui ne fut guère lubrique mais seulement intrigué, rendu pourtant courroucé lorsque la pupille de Tyrell observa ce marquage au fer rouge ornant l'omoplate de l'enfant. Le ténébreux plissa son nez de désapprobation lorsqu'il put lire l'année chrétienne de son mariage sur la peau mate de  Nótt, muant son affabilité en une froideur soudaine. Tyrell se rembrunit et, se tournant vers l'un des siens, siffla ses ordres d'un telle inclémence que l'on ne put le contredire (mais qui donc, après tout, viendrait désavouer un propriétaire d'esclave) : « Marquez-la à nouveau. Je veux la rune du dieu Týr au creux de son poignet droit. Ainsi, chacun saura qu'elle m'appartient. » Car du prénom du Jarl découlait l'appellation prestigieuse du dieu nordique de la guerre juste.

L'approbation se fit d'abord silencieuse, ensuite festive. L'on traîna l'enfant au dehors afin de veiller à la bonne exécution de son nouveau maître, lequel regagna son trône sans une lueur de repentance dans la pupille. Lasse, Vinny lui murmura à l'oreille : « Elle est trop chétive pour abattre des arbres avec les autres esclaves. » « C'est pourquoi elle filera la laine, et s'occupera de nos futurs enfants. » A cette réponse clamée avec amour, Tyrell embrassa son épouse sur le front. Et de ce baiser comme de sa décision, scella le sort de sa femme qui, une fois encore, ne pouvait que se plier aux choix de son Jarl.

Couvrant les cris de l'enfant que l'on martyrisa d'un fer chauffé à blanc au-dehors, la musique entraînante reprit à nouveau sous les rires enjoués des badauds.

~*~

Elle n'avait guère changé et pourtant, lorsqu'il se remémorait ses souvenirs millénaires, Tyrell ne percevait que quelques visages flous. Ah, comme il était étrange de la voir vêtue des apparâts modernes. Et comme il l'était encore plus, de la voir ainsi debout face à lui. « Talar þú enn íslensku? » La concernée acquiesça et, de ce simple chef qui opine, souleva en Tyrell un soupir discret de réjouissance. Comme son pays lui manquait ! Que ne donnerait-il pas pour converser à nouveau en islandais... Diablement satisfait, Tyrell eut alors pour réflexe ce geste patenté que seuls ses proches lui connaissaient lorsqu'il se retrouvait des plus réjouis : il se pinça la lèvre. Invitant derechef la jeune femme à prendre place face à lui. « Je les vois tu sais parfois. Dans mes rêves. » Le mutisme imposé invoqua sa difficulté à se livrer. Preuve néanmoins que Nótt était encore la seule personne à qui il put confier ses états d'âme. Même après des millénaires d'absence. « Vinny. Eydis. Freyr. Je vois leurs visages mais ils demeurent toujours flous. » Eydis et Freyr, ses enfants dont il ignorait quelle fut leur destinée après sa mort violente. Ses enfants dont jamais il ne fit allusion depuis qu'il eut foulé la terre de ce nouveau monde. Jamais, mis à part ce soir face à celle qui n'eut d'autre choix que de s'improviser sa confidente depuis qu'elle eut atteint l'âge de la maturité. « Ton visage aussi, était flou. C'est une joie de te revoir. » Il l'observe à la dérobée, avec l'impolitesse des indiscrets insistants. Sans doute a-t-il toujours ancrée en lui cette suffisance lui intimant que Nótt lui appartient encore. « Que deviens-tu, qu'as-tu traversé ? » Autant de questions qui ne furent pas tant altruistes, mais bien promptes à nourrir sa curiosité presque attendrie par ces retrouvailles impromptues.

__________________________________
* Nótt = nuit, en islandais
Les phrases en italiques sont parlées en langue islandaise


☾ anesidora

_________________
❝ Óst min, kyss mik ❞
❝ My love, kiss me  ❞ I will be wild, I will be brutal, I will be inevitable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5042-tyrell-the-helm-of-awe http://www.mercy-in-darkness.org/t5377-a-sword-age-a-wind-age-a-wolf-age-no-longer-is-there-mercy-among-men

WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 174
↳ Points : 73
↳ Arrivé depuis le : 17/10/2017
↳ Age : 28
↳ Avatar : Logan Browning
↳ Age du Personnage : 30 ans d'apparence, 932 en réalité.
↳ Métier : Éleveuse au sein de la communauté.
↳ Opinion Politique : Pro-pour la liberté et ce qui l'arrange.
↳ Niveau de Compétences : Elle est de niveau général 2, sauf pour les sens surdéveloppés et la transformation qui sont de niveau 3.
↳ Playlist : Allison & Vexento - Mango BreezeSleeping At Last - MarsPendentif - OndineTheFatRat - The Calling
↳ Citation : Le chien, c'est la vertu qui, ne pouvant se faire homme, s'est fait bête.
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : rosybrown



les petits papiers
↳ Copyright: BRITISH COOKIE
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Echo du passé    Mar 24 Oct - 14:41

Echo du passé
Tyrell Aegirsson & Hazel Riannon
Elle avait l'impression que les gens l'observaient, qu'ils pouvaient entendre l'affolement de son cœur. L'entendait-il lui aussi ? Avaient-ils que ses mains qui tremblaient derrière son dos ? Elle ne s'était pas attendue à cette vague d'émotions, à ce tourbillon de souvenirs qui menait à mal son contrôle. Elle mourrait d'envie de l'observer, mais son regard restait obstinément figé sur le dossier de la chaise en face d'elle. Que craignait-elle ? Elle n'était plus son esclave. Et les coutumes de cette drôle d'époque était bien différentes, rien ne l'interdisait de le regarder. La sonorité de la langue l'Islandaise illumina brièvement ses pupilles, se surprenant elle-même de sa réaction. Qu'il avait été compliqué pour elle d'apprendre une nouvelle langue dont elle ne maîtrisait pas encore parfaitement ni l'écriture ni la lecture. Elle s'empressa de s'installer sur la chaise à la demande muette de Tyrell, posant ses mains sur ses genoux pour masquer son léger tremblement. « Je les vois tu sais parfois. Dans mes rêves. » Elle l'écouta dans le plus grand des silences, le regard fixant un point invisible sur la table. « Vinny. Eydis. Freyr. Je vois leurs visages mais ils demeurent toujours flous. » Elle hocha faiblement la tête plus pour elle-même que pour lui. Les souvenirs avaient été nombreux à jaillir dans son esprit, avec une intensité douloureuse et une précision violente pour certains. Étrangement, tous n'avaient pas la légèreté d'un rêve, mais plutôt la dureté d'un cauchemar. Mais avait-il réellement de souvenirs joyeux de cette époque ? « Ton visage aussi, était flou. C'est une joie de te revoir. » Devait-elle répondre à son tour ? Elle n'était même pas certaine de sa propre réponse. Elle ne pouvait pas nier l'agitation qui pulsait à cet instant dans ses veines. Cependant, elle n'arrivait pas à déterminer la nature exacte de celle-ci. Et puis, ne l'avait-elle pas cherché à le revoir ? Le silence resta posé sur ses lèvres.

« Que deviens-tu, qu'as-tu traversé ? » Son regard croisa futilement le sien avant de contempler les reflets dansants de la lumière sur la table. Elle aurait probablement esquivé la question si la personne en face était un inconnu ou une vague connaissance. Elle avait beaucoup de mal à se livrer, craignant peut-être de dévoiler une faiblesse. Elle avait conscience de n’être pas faite pour ce monde, qu'elle était trop douce pour faire face aux horreurs peuplant la surface de cette terre. Et qu'un jour sa chance risquerait de lui faire défaut. Elle prit une légère inspiration avant de laisser s'échapper ses premiers mots. « À votre mort, je me suis retrouvée piégée sous ma forme animale. Et j'ai fui pendant des jours, des semaines pour finalement me faufiler dans la cale d'un bateau. Ma conscience commençait à s'envoler, l'animal prenait de plus en plus les rênes. » Elle avait toujours fait preuve de loyauté, mais pas au point de mourir pour son maître ni de l'accompagner vers le Valhalla. « J'ai erré des siècles sans m'en rendre compte. J'ai été tantôt chien de compagnie, chien de chasse, chien errant. J'ai croisé la route d'humains aimants et d'autres mauvais. J'ai traversé les pays. » Elle marqua une pause. Au fond, elle n'avait pas mal vécu ses siècles piégés, probablement parce qu'elle n'avait plus aucune pensée humaine qui aurait parasité sa vie de chien. Elle en gardait autant de vagues souvenirs agréables que moins joyeux. Mais sous le regard animal, la vie lui avait semblé plus facile. « Et à la brèche de 2012, j'ai retrouvé mon corps. » Ainsi que le lien. Devait-elle poursuivre ? N'en avait-elle pas dit suffisamment ? Elle se mordilla la langue discrètement en levant légèrement les yeux vers lui, évitant soigneusement de ne pas croiser le sien.

« Je ne me trouvais pas en ville à ce moment, mon instinct animal me poussait à fuir régulièrement afin de ne pas éveiller les soupçons de ma longue longévité. Le hasard a fait que je suis tombée sur un homme de la Communauté. » Il devait forcément en avoir entendu parler. Avait-il un avis à ce sujet ? Elle ne s'était jamais intéressée à la politique, ne sachant finalement assez peu en dehors des règles de la Nouvelle-Orléans. Cependant, elle ne pouvait pas ignorer les conflits de pouvoir qui régnait. « Je suis éleveuse, principalement des moutons bien que j'ai quelques poules, vaches et chèvres. » Il lui arrivait de filer la laine comme elle avait appris dans sa jeunesse. Ses quelques connaissances rudimentaires l'avaient beaucoup aidé à se trouver une place dans la Communauté. « Vous n'êtes plus sorcier. » Finit-elle par murmurer du bout des lippes.

__________________________________
Les phrases en italiques sont parlées en langue islandaise

☾ anesidora

_________________
Nótt
Ce nom qu'il me fut attribué par lui, reflet de sa signification qu'est la nuit. ▬ Esclave aux souvenirs des chaînes du passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 741
↳ Points : 150
↳ Arrivé depuis le : 31/07/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : Ed Westwick
↳ Age du Personnage : 30 ans d'apparence, 937 en réalité.
↳ Métier : Avocat (du diable). Les dissensions modernes passent aussi par la joute verbale.
↳ Opinion Politique : Velléitaire et instable. Pro-Gouvernement lorsque cela l'arrange.
↳ Niveau de Compétences : Niveau Général 1
↳ Playlist : Eivør ~ TrøllabundinCamille Saint Saëns ~ Danse Macabre Marilyn Manson ~ Tainted Love Nancy Sinatra ~ Bang Bang, my baby shot me down Slipknot ~ Vermillion
↳ Citation : “I want excitement; and I don’t care what form it takes or what I pay for it, so long as it makes my heart beat.” — F. Scott Fitzgerald, The Adjuster
↳ Multicomptes : Aucun
↳ Couleur RP : #339966



les petits papiers
↳ Copyright: British Cookie & Frimelda
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Echo du passé    Jeu 26 Oct - 16:16

Echo du passé
Tyrell Aegirsson & Hazel Riannon
Ce visage si familier lui rappela les embruns d'antan et le parfum salin des côtes. Un afflux de souvenirs mêlant les drakkars aux faciès vaporeux dont la netteté lui échappait entre les doigts. Il avait cette nostalgie ancrée dans la peau, presque maladive, lui rongeant le cœur au point de ne trouver que peu d'attaches dans ce monde qu'il parjurait. Nótt incarnait son dernier espoir de se raccrocher aux bribes de sa mémoire fondue et, lorsqu'il humait profondément son parfum, demeurait convaincu d'y respirer des effluves d'un autre siècle. Tyrell ainsi plongea ses yeux dans les siens, quoique ceux de l'ancienne esclave furent fuyants – par crainte ou par un respect jamais consumé malgré le temps les disloquant – il ne lui en tint pas rigueur ni même ne chercha à provoquer avec un peu trop d'insistance la rencontre. Le ténébreux l'écouta tel un prosélyte, quoiqu'il ne lui octroya jamais quelconque flagornerie du fait du statut précaire de la concernée, mais dévora avec grand intérêt les dires de son vis-à-vis. Quels délices à ses sens que d'entendre parler islandais à nouveau ; fait assez rare pour se trouver miraculeux, Tyrell sentit même son palpitant bondir à chacune des syllabes détachées de sa bouche, formant là des mots à la sonorité gutturale mais ô combien grisante pour l'islandais de souche. Si l'avocat avait connu Proust, sans doute aurait-il vu référence à la proverbiale madeleine.

Les alentours, l'atmosphère, la musique satinée comme les lumières douces étaient devenus vaporeux. Autant de fantômes glissant sur sa peau et errant avec la légèreté brumeuse de spectres lointains. Seule Nótt lui semblait nette et ostensible ; Tyrell caressa l'idée très brève de la toucher. Sentir sa peau sous la sienne, sa chaleur, la finesse osseuse de ses poignets. S'assurer de sa pleine réalité. Mais il suffisait de tendre l'oreille et se remémorer des modulations de sa voix, sa seule voix qu'il put entendre ce soir, pour se convaincre de sa nature sensible et concrète. Ainsi l'écoutait-il patiemment, opinant du chef de temps à autres sans pour autant éprouver de regrets quant à sa condition de bête. Il était, après tout, l'instigateur et le créateur de la condition qu'elle lui eut dépeint. Pour autant Tyrell considérait encore que Nótt lui devait la vie ; c'était à travers lui qu'elle avait pu vivre si longuement. En dépit des mésaventures qu'elle dut traverser. « Vous n'êtes plus sorcier. » La réflexion de la jeune femme piqua sa léthargie active qui s'envola telle une bulle. Le regard luisant d'intérêt de Tyrell se stria dès lors d'un éclair de sérieux, étreint d'une certaine frustration. Il s'adossa, tacite, contre sa chaise. Caressa brièvement sa joue et, comme il s'était abreuvé de la beauté de Nótt à trop l'observer, finit enfin par dévier le regard afin de se plonger dans ses songes. « Et tu n'as pas brûlé avec moi comme tu aurais dû. » Cette remarque cruellement réprobatrice fut sifflée sans agressivité malgré l'amertume de sa voix. Car la coutume barbare de leurs ancêtres exigeait que tout prince, chef, ou digniraire de haut-rang, fut brûlé lors de sa mort dans le ventre d'un drakkar en compagnie de ses esclaves. Bien vivants pour ces derniers.

Un soupir (ou un grognement, il eut été difficile de le déceler tant Tyrell semblait se rembrunir) puis il accepta enfin de se livrer : « En effet je ne le suis plus. J'ai longuement pensé que la déesse Hel* avait pris possession de moi pour quelques raisons obscures mais... » Sans bouger sa tête alors figée, Tyrell leva vers elle ses prunelles ignescentes. « Je doute de tout, à présent. Je suis possédé par quelque chose et j'ignore ce que c'est. Ce que je sais seulement, c'est que cette « chose » m'a accordé d'autres pouvoirs. » Passant une langue rapide sur sa lippe, l'islandais se plongea dans une réflexion toute passagère quoique intense. « Des pouvoirs des géhennes. Et cela ne me plaît pas. » Mâchoire contrite, le quidam plongea dans un mutisme probablement oppressif pour l'ancienne esclave, tant cela présageait quelques courroux bouillant en son sein. Néanmoins il argua encore, embrassant brièvement les lieux d'une oeillade de mépris. « Et il y a bien d'autres choses qui me déplaisent dans ce nouveau monde. Soit. »

De nouveau le silence. Cette fois teinté d'une sérénité recouvrée. Le péril se lovait à présent dans l'alcôve de son regard brun, un regard affamé dont les pupilles dévoraient la silhouette féminine. Ni lubricité ni stupre en ses iris, mais la volonté assourdissante de la posséder à nouveau. Comme l'on possède un vase, une voiture, une montre. « Tu as conscience à présent que je ne te laisserai pas repartir si aisément. » Lui qui pourtant, n'avait pas daigné la retrouver lorsqu'il sentit ce lien sacré les unir une fois réchappé de Darkness Falls. Mais la possessivité du maître semblait refaire surface.
__________________________________
* Déesse du Royaume des Morts

☾ anesidora

_________________
❝ Óst min, kyss mik ❞
❝ My love, kiss me  ❞ I will be wild, I will be brutal, I will be inevitable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5042-tyrell-the-helm-of-awe http://www.mercy-in-darkness.org/t5377-a-sword-age-a-wind-age-a-wolf-age-no-longer-is-there-mercy-among-men

WILDHUNTER

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 174
↳ Points : 73
↳ Arrivé depuis le : 17/10/2017
↳ Age : 28
↳ Avatar : Logan Browning
↳ Age du Personnage : 30 ans d'apparence, 932 en réalité.
↳ Métier : Éleveuse au sein de la communauté.
↳ Opinion Politique : Pro-pour la liberté et ce qui l'arrange.
↳ Niveau de Compétences : Elle est de niveau général 2, sauf pour les sens surdéveloppés et la transformation qui sont de niveau 3.
↳ Playlist : Allison & Vexento - Mango BreezeSleeping At Last - MarsPendentif - OndineTheFatRat - The Calling
↳ Citation : Le chien, c'est la vertu qui, ne pouvant se faire homme, s'est fait bête.
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : rosybrown



les petits papiers
↳ Copyright: BRITISH COOKIE
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Echo du passé    Mer 1 Nov - 10:52

Echo du passé
Tyrell Aegirsson & Hazel Riannon
« Et tu n'as pas brûlé avec moi comme tu aurais dû. » Elle ne fut pas surprise de ses mots ni de l'intonation de sa voix qui provoqua cependant un léger frisson le long de l'échine. Se revoyait-elle à cette époque ? L'avait-elle réellement quitté ? Elle avait été sa vie, l'unique chose qu'elle avait connue, et ses dernières années de liberté dans ce nouveau monde ne semblaient pas effacer ses vestiges du passé. Elle se souvenait de chaque coutume, de chaque rituel, de chaque légende, de chaque chanson qu'elle avait apprise. Elle était née sous le regard de leurs dieux, qu'elle s'était souvent posé la question de savoir s'ils étaient aussi devenus les siens ? Elle était qu'une esclave, mais elle n'avait connu que l’Islande.  

Elle s'était perdue dans ses pensées, sans oublier sa présence dont sa voix balaya ses bribes de souvenirs pour se reconnecter avec la réalité. Elle évita de justesse qu'un sourire ne se grave sur ses lèvres à l'évocation de la déesse Hel. Elle ne se moquait pas de lui, du fait d'avoir cru être possédée par une divinité. Car si dans sa tendre jeunesse elle avait pu en douter, de par sa condition actuelle et les tourments de ce monde, il n'y avait plus de doute possible à avoir sur le surnaturel qui vibrait dans l'air. Elle réagissait simplement à ses paroles qui lui ressemblaient tant avec vivacité, il était bien le Tyrell qu'elle avait connu. « Et il y a bien d'autres choses qui me déplaisent dans ce nouveau monde. Soit. » Elle hocha vaguement la tête sans se rendre compte de son geste. Elle se sentait dépassée par ce mode de vie, encore un peu troublée par la langue. Elle ne pouvait pas dire que sa vie d'avant était plus agréable, mais elle connaissait les codes, les règles afin de s'adapter aux circonstances. Ici, elle devait déployer des ressources encore plus importantes pour comprendre les nouvelles règles. Et ce malgré cette liberté salutaire.

« Tu as conscience à présent que je ne te laisserai pas repartir si aisément. » Elle braqua son regard dans le sien, l'iris brillant d'une violente angoisse. Et il lui fallut quelques instants pour retrouver un calme apparent, ainsi qu'une respiration moins agitée. Pourquoi était-elle surprise ? Ne le connaissait-elle pas suffisamment pour avoir déjà expérimenté sa possessivité. Une caractéristique d'un grand nombre de maîtres envers leurs esclaves, leurs possessions. Ses chaînes avaient été présentes bien avant le lien formé à sa transformation, et la disparition de ce lien ne brisait pas la totalité de celles-ci. « Je fais partie de la Communauté, grâce au pacte avec le gouvernement mon laissez-passer ne m'autorise que cinq jours d'affilée dans l'enceinte de la ville, auquel je dois laisser s'écouler autant de jours avant de pouvoir revenir. »  Il connaissait probablement cette loi, et elle n'était pas certaine qu'il en est grand-chose à y faire. Cependant, elle avait la nécessité de le lui rappeler, comme si celle-ci lui donna la force de poursuivre. « Si j'enfreins cette règle, je ne serais pas uniquement puni par le Gouvernement, mais la Communauté pourrait penser à une désertion de ma part. » Elle marqua une pause, où elle se mordilla la langue un instant. Devait-elle dévoiler cette information ? Était-elle connue en dehors de la Communauté ? Risquait-elle quelque chose en la dévoilant ? « On ne quitte pas la Communauté. » Le ton de sa voix s'était transformé en murmure, mais le sens de ses mots était bien vibrant. Et il n'était pas difficile de comprendre le sens. Soudainement, elle détourna le regard vers ses mains qui reposaient toujours sur ses genoux. « Vous ne pouvez pas me retenir. » Est-ce que cela aurait été différent s'il avait cherché à la retrouver lorsque le lien était encore établi entre eux ? Elle avait du mal à le dire… Comme elle avait du mal à comprendre l'agitation de ses émotions. Ne devait-elle pas se réjouir de sa liberté ? Était-elle réellement nostalgique de sa vie à ses côtés ? Que désirait-elle réellement ?
☾ anesidora

_________________
Nótt
Ce nom qu'il me fut attribué par lui, reflet de sa signification qu'est la nuit. ▬ Esclave aux souvenirs des chaînes du passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SYMPATHY FOR THE DEVIL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 741
↳ Points : 150
↳ Arrivé depuis le : 31/07/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : Ed Westwick
↳ Age du Personnage : 30 ans d'apparence, 937 en réalité.
↳ Métier : Avocat (du diable). Les dissensions modernes passent aussi par la joute verbale.
↳ Opinion Politique : Velléitaire et instable. Pro-Gouvernement lorsque cela l'arrange.
↳ Niveau de Compétences : Niveau Général 1
↳ Playlist : Eivør ~ TrøllabundinCamille Saint Saëns ~ Danse Macabre Marilyn Manson ~ Tainted Love Nancy Sinatra ~ Bang Bang, my baby shot me down Slipknot ~ Vermillion
↳ Citation : “I want excitement; and I don’t care what form it takes or what I pay for it, so long as it makes my heart beat.” — F. Scott Fitzgerald, The Adjuster
↳ Multicomptes : Aucun
↳ Couleur RP : #339966



les petits papiers
↳ Copyright: British Cookie & Frimelda
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Echo du passé    Ven 3 Nov - 10:19

Echo du passé
Tyrell Aegirsson & Hazel Riannon
Elle déblatérait ses histoires dans l'espoir vain, sans doute, que son interlocuteur ne se sente désarmé. Face à son récit d'un déterminisme encore hésitant, Tyrell pourtant ne s'affaissait guère ; au contraire son menton se leva, un rictus fin ourla le coin de sa lippe et, en guise de provocation, leva brièvement la main afin d'interpeller au loin une serveuse. Lorsque Nótt  eut achevé son soliloque (lequel était mené, fallait-il l'avouer, par une hardiesse que l'ancien viking ne lui connaissait guère), le ténébreux se contenta de souffler : « Te rends-tu compte qu'ils ont l'interdiction de consommer bière et hydromel ? » Il avait cette voix empreinte d'une suavité trop charmeuse pour être sincère. C'est que le quidam dissimulait quelque autre cruauté sous le couvert de sa réflexion déplacée, comme put en témoigner la tirade qu'il souffla derechef en une moue insolente. Rire aussi léger qu'un souffle, regard qui se lève vers le plafond, une main dont la paume vint frapper sciemment un front légèrement marqué – déjà – par les plis de la réflexion à trop s'épancher sur sa condition. « Ah, suis-je bête. Autrefois tu n'y avais guère droit non plus. » L'inclémence de sa réaction ne pouvait être imputée à une inhumanité latente ; en dépit de sa froideur à l'encontre de Nótt, Tyrell appréciait réellement cette dernière. Quoiqu'il ait pu acter ou faire de sa condition d'ancienne esclave, le maître avait considéré son bien comme une personne. Fait assez rare à l'ère des barbares pour être relevé. Sa seule hostilité en cet instant puisait ses racines dans ce courroux qu'elle eut provoqué en lui, bien que encore tiède pour être contrôlé. Vexé par son refus, il eut préféré mille fois la forcer à rester à ses côtés plutôt que de la voir partir. Quitte à malmener sa liberté et susciter une illusion de l'attachement au sein de la jeune femme, Tyrell souffrait de la peur terrible de l'abandon. A présent qu'il l'eut retrouvée, même la cruauté put faire office de chaîne.

Il souffla quelques mots à la serveuse avant de s'adosser à sa chaise, son regard d'ébène perçant les iris de son vis-à-vis. Son sérieux menaçant recouvré, le visage de Tyrell s'était soudain rembruni malgré le ton affable de sa voix chaude et basse. « Je sais tout ça, Nótt. Mais que crois-tu que je suis devenu ? » Les doigts du quidam pianotant la table traduisirent un sentiment de puissance manifeste comme un état de fébrilité dû à son irascibilité soudaine. Le caractère impétueux du viking ne s'était guère émoussé malgré les siècles passés. « Certes je ne suis plus un Jarl, et encore moins un prince. Je n'ai plus le droit, comme avant, d'énucléer quelques chrétiens sodomites et d'arracher leurs têtes pour mieux recueillir leur sang en coupelles. » Divertissements d'antan lorsque, les guerriers vikings eurent entendu ces étranges affabulations d'un Graal idolâtré, survint l'idée démente en leurs esprits guerrier de transformer le corps de leurs ennemis en 'récipient sacré'. « Mais je suis toujours proche des sphères du pouvoir. Ils paient pour m'avoir à leurs côtés, Nótt. Pour que leurs secrets soient bien gardés. Sache qu'il y a deux choses qui ont toujours tenu le monde. » Pause sournoise alors que la serveuse amena les deux breuvages fades, son regard incisif ne se délogeant pas des pupilles féminines. Il reprit dans un murmure qui se voulait plus nébuleux que discret : « L'argent et l'influence. J'ai les deux. Et si je désire te séquestrer chez moi ce soir, alors prends mon désir pour acquis. Comme au bon vieux temps. » Le quidam dévisagea la jeune femme, recueillant sur son faciès familier autant de souvenirs embrasant une nostalgie encore froide. Puis soudain, le sombre visage du viking s'illumina ; il eut un bref sourire qui put faire passer ses avertissements pour une simple boutade. « Mais pour ce soir, je serai sage. Admet-le, il ne te reste plus que moi. » La spéculation de Tyrell était pour autant dépourvue d'arrogance, pour simple raison qu'il eut ressenti la même chose. Ainsi ne se laissa-t-il guère démonter par ses sentiments, et avoua en retour : « Il ne me reste plus que toi. » Car en dépit des liens postiches qu'ils purent créer durant toutes ces années, ils demeuraient les derniers survivants d'un monde qui n'existait plus. Levant son verre à l'égard de sa convive, l'homme se fit affable, ourlant sa lippe d'un large sourire mordant : « Cheers. »
☾ anesidora

_________________
❝ Óst min, kyss mik ❞
❝ My love, kiss me  ❞ I will be wild, I will be brutal, I will be inevitable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5042-tyrell-the-helm-of-awe http://www.mercy-in-darkness.org/t5377-a-sword-age-a-wind-age-a-wolf-age-no-longer-is-there-mercy-among-men
 

Echo du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Mary Rose-