AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'heureuse maladresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: L'heureuse maladresse   Dim 22 Oct - 19:15

L'heureuse maladresse
Milo Aldrin & Hazel Riannon
Elle s'était levée aux aurores, se perdant un instant dans l'observation silencieuse du paysage. Il était difficile de croire que ce monde était à la dérive. Que cette beauté n'était pas sans danger, et que celui-ci était bien plus présent qu'on pourrait le croire. Cependant, elle s'en était adaptée, malgré certaines choses qui l'ont dépassé totalement. Elle quitta enfin son banc de fortune pour se mettre au travail, il y avait toujours une tâche à faire au sein de la Communauté, et plus particulièrement dans son métier. Elle ne pouvait pas s'ennuyer, ni même se perdre dans ses pensées et ses souvenirs. Et elle s'élança d'un pas actif vers le petit hangar où une bergerie rustique avait été construire. Elle n'était pas des plus conventionnelle, ni des plus pratiques. Mais elle permettait de garder en sécurité le troupeau de moutons lors des jours de mauvais temps et la nuit principalement. À peine venait-elle d'ouvrir la porte, que de puissants bêlants envahissaient les lieux. La mélodie n'était pas des plus agréables à entendre, mais Hazel ne s'en lassait jamais, et un sourire ne tarda pas à s'afficher au bord de ses lippes.

Elle s'empressa de vérifier l'état du troupeau en effectuant une routine bien rodée, débutant pour la vérification du nombre d'individus. L'élevage était assez modeste, presque similaire à l'époque de sa jeunesse, une trentaine de têtes. Cependant, la période d'agnelage venait de commencer, et bientôt les naissances apporteraient le lot de nouvelles têtes. Elle avait déjà dû aider la veille l'une des brebis à mettre bas. Elle ne tarda pas à repérer l'agneau qui tétait vigoureusement sa mère. Au bout d'une heure, elle put enfin ouvrir les grandes portes afin de faire sortir le troupeau. Ils étaient principalement nourris à l'herbe, une ressource peu compliquée à trouver contrairement aux granulées. Le seul inconvénient était de devoir accompagner le troupeau sur les zones de pâturages en veillant à leur sécurité. Les prédateurs sont nombreux dans la nature, et la faim n'anime pas que les humains.

Aujourd'hui, elle allait devoir amener le troupeau dans un pâturage éloigné du camp qui se trouvait à plus d’une heure de marche. Une tâche qui pouvait être contraignante, mais qui lui plaisait énormément, même si cela signifiait qu'elle resterait la journée dehors à surveiller le troupeau. Elle siffla Sora, le chien de berger qu'elle avait dû dresser pour l'aider à diriger le troupeau. Les débuts avaient été chaotiques, malgré le talent presque inné de cette race de chien. Car des souvenirs de sa vie sous forme animale s'étaient mêlés à ses pensées à cette période-là. Elle réfléchit un instant au trajet qu'elle allait prendre aujourd'hui, car elle faisait attention à prendre des chemins différents pour ne pas marquer le sol d'empreintes du troupeau et ainsi dévoiler le camp. Elle aimait particulièrement prendre des petits ruisseaux pour brouiller plus facilement les pistes. Cette fois-ci, elle ne ferait pas trop de détours, le sol était jonché de feuilles mortes qui diminuaient grandement les empreintes dans la terre. Au bout d'une heure, elle soupira de soulagement quand elle vit les clôtures du pré qu'elle avait installé quelques jours auparavant. Elle allait pouvoir reprendre son souffle et se reposait un peu les jambes.

Elle referma derrière elle la clôture du pré provisoire qui l'aidait à contenir plus facilement le troupeau. Après une dernière vérification, elle s'installa sur un tronc d'arbre mort avant de s'enrouler un peu mieux dans son plaid chaud. Elle n'était pas forcément frileuse, mais elle aimait la douceur de cette couverture. Elle ne tarda pas à tirer de sa poche un morceau de pain ainsi qu'un bout de fromage, qu'elle savoura avec lenteur. Les minutes s'écoulèrent quand soudainement elle repéra une forme sombre tournoyante dans les airs. Elle fronça les sourcils avant de se lever pour s'approcher un peu plus dans la prairie. « On dirait un aigle… Mais j'en suis pas certaine vu sa hauteur. » Marmonna-t-elle pour elle-même. Cependant, elle n'aimait pas beaucoup les cercles qu'il décrivait toujours du troupeau. Elle n'était pas certaine qu'un rapace s'attaque à des moutons, mais elle n'oubliait pas la présence de l'agneau fragile. Et elle avait déjà subi l'attaque de chat errant, ainsi que de loup que maintenant elle se méfiait de tout. Son regard cherchait autour d'elle quelque chose qui pourrait l'aider à faire fuir l'aigle, ou du moins signalait sa présence pour le dissuader d'approcher de trop près. Elle trouva une petite pierre, sans avoir la prétention et l'espoir de toucher le rapace, car elle était très mauvaise. Et tout en criant, provoquant une agitation au sein du troupeau, elle lança le projectile en direction de l'aigle rôdeur.

Quelle ne fut pas son horreur en voyant le rapace, qui s'était fortement rapproché du sol, se prendra la pierre en pleine aile, entraînant ainsi sa perte d'équilibre. « Par les dieux… » S'exclama-t-elle avec panique avant de s'élancer dans la direction où elle avait vu chuter le rapace. Elle espérait que l'oiseau ne soit pas blessé, elle n'avait jamais voulu le toucher réellement juste le faire fuir. Soudainement, elle s'arrêta net quand son regard croisa le corps dénudé d'un homme dans l'herbe. La surprise se grava sur les traits de son visage avant de détourner le regard en marmonnant du bout des lèvres. « Pardonnez-moi, je vous ai pris pour un véritable aigle. Et je ne pensais pas vous… toucher. » Elle possédait un accent qui était accentué par une hésitation sur certains mots. Elle enleva son plaid sur ses épaules pour lui tendre poliment. « Êtes-vous blessé ? »
☾ anesidora


Dernière édition par Hazel Riannon le Mer 25 Oct - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ANIMAL I HAVE BECOME

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 405
↳ Points : 390
↳ Arrivé depuis le : 08/03/2017
↳ Age : 24
↳ Avatar : Frank Dillane
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Infirmier
↳ Opinion Politique : Pas en accord avec mais préfère fermer les yeux.
↳ Niveau de Compétences : Niveau général 2, niveau 3 en transformations et sens surdéveloppés
↳ Playlist : Water - Jack Garratt / Alive - Sia / Trees - Twenty One Pilot / What about us - Pink / Alibi - 30 Seconds to Mars / Hurricane - 30 Seconds to Mars / Drug dealer - Macklemore / Same love - Macklemore
↳ Citation : Fight the dead, fear the living
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #BD8D46



les petits papiers
↳ Copyright: Signa : Tumblr Vava : Ilyria
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: L'heureuse maladresse   Lun 23 Oct - 22:18


L’heureuse maladresse
La matinée était un peu avancée. Je m’étais tranquillement levé, profitant de ma journée de congé pour flâner à ma guise dans mon appartement. J’aimais ces journées calmes qui contrastaient tant avec les journées frénétiques de l’hôpital. Je n’avais d’ailleurs pas à y retourner avant le lendemain, me laissant ainsi assez de temps pour m’autoriser une petite escapade hors des murs. Je ne me risquais pas à le faire si je n’avais que quelques heures devant moi puisque dompter l’animal en moi n’était pas toujours des plus faciles. Je maîtrisais de mieux en mieux mes transformations mais revenir en humain me posait encore parfois quelques problèmes, sans parler de la douleur que me provoquait chaque changement. Pourtant, tous ces soucis ne surpasseraient jamais le plaisir que j’éprouvais à me promener en aigle. Et ce plaisir emballa à nouveau mon cœur. J’avais envie d’y aller. Je finis ce qu’il me restait à faire dans l’appartement avant de pouvoir partir puis allai m’installai dans le salon. Il me fallait parfois plusieurs heures pour réussir à me changer comme il me fallait parfois que quelques minutes. Tout dépendait de l’état dans lequel je me trouvais. Je sentais qu’aujourd’hui, les choses se feraient rapidement, la bête était dans un coin de ma tête, prête à prendre le pouvoir sur mon corps. Je pris une grande inspiration, conscient de la douleur qui m’attendait et me laissai submerger par mon instinct animal.

Les os craquelèrent, provoquant d’affreux gémissement de ma part. Les plumes ne demandaient qu’à sortir, piquant chaque point de mon épiderme. Ce n’était vraiment pas la première fois que je me transformais, mais je ne m’habituerai jamais à cette douleur. Chaque os de mon corps se brisait pour prendre la forme de celui de la bête en moi. Les larmes coulèrent alors que ma bouche se transformait en bec, que mes pieds rapetissaient pour devenir des serres acérées, que mes bras s’allongeaient pour devenir de puissantes ailes et que ma peau se fonçait pour prendre la couleur brune de mes plumes ; plumes qui ne tardèrent pas à finir leur travail et recouvrir mon corps entier. Les gémissements stoppèrent, cédant leurs places à de maladroits battements d’ailes, ma vue dut s’adapter à celui de la bête, bien différente de celle des humains. Mais très vite, les réflexes revinrent, l’aigle prenant le dessus sur moi, enfermant le petit Milo dans les abysses de l’esprit. J’avais pensé à ouvrir la fenêtre de mon appartement avant de me transformer pour que le rapace puisse sortir sans problème. Et c’est ce qu’il fit. D’un battement d’ailes, la vie humaine se retrouva derrière, laissant place à cette étendue de liberté. L’animal s’éleva très vite dans les cieux, jouant avec les différents courants d’air, profitant d’étendre ses ailes au maximum. Son instinct de chasse le guida loin du bitume de la Nouvelle-Orléans, dépassant ses murs et rejoignant la nature.

Il plana ainsi de longues minutes, si ce n’était plus, à la recherche de la moindre proie. Le bayou avait été passé, même si celui-ci continuait sur le côté et la verdure avait enfin pris sa place. Le rapace scannait le sol, faisant confiance à sa vue quasiment parfaite, mais pour l’instant, il ne semblait pas y avoir le moindre signe de vie en-dessous de lui. Il trouva toutefois de petits rongeurs et les attrapa grâce à ses rapides descentes vers le sol. Une fois de retour en vol, l’aigle repéra un troupeau de moutons à environ un kilomètre sur sa gauche. Son intérêt se porta sur un tout jeune agneau, assez petit pour qu’il puisse l’attraper. Un mouton aurait quand même été trop grand pour lui. Mais l’agneau était parfait. Il modifia sa trajectoire et fila droit vers le troupeau. Une fois au-dessus, il entreprit de faire des cercles dans le ciel, ne lâchant pas sa proie du regard, calculant sa vitesse de descente et sa trajectoire pour être le plus efficace.

Mais tout fut chamboulé lorsqu’il entendit des cris sur la droite du troupeau. Une humaine se trouvait-là et son raffut agita les animaux. L’aigle abaissa quelque peu son altitude, cherchant une meilleure position d’attaque et ce fut à ce moment qu’il perdit l’équilibre. Une douleur dans l’aile le figea et le sol se rapprocha dangereusement. La chute fut brutale, poussant mon esprit à revenir en première place. La bête retrouva sa seconde place et la douleur ne s’arrêta pas, au contraire. La transformation se faisait. Les os se brisèrent une seconde fois, les plumes se rangèrent à l’intérieur de ma peau, les serres cédèrent leur place à mes jambes et je me retrouvai assez rapidement nu comme un ver dans l’herbe.

Il me fallut quelques secondes pour me remettre de mes émotions et comprendre ce qu’il venait de se passer. La bête brouillait mon esprit et retrouver mon corps d’homme provoquait la même sensation qu’un réveil en plein milieu d’un rêve. Les images sont là mais floues, irréelles, partielles. Je regardai autour de moi, cherchant à situer où je me trouvai mais en vain. J’étais en dehors des murs, ça je pouvais en être sûr, mais de là à savoir exactement où, c’était une autre histoire.

Ma réflexion fut vite coupée en entendant des pas dans mon dos, puis une voix, celle d’une femme. Ma tête se tourna et je réalisai dans quel état je me trouvai en la voyant détourner son regard. Merde, j’étais nu. J’oubliais toujours ce détail assez gênant. Comme j’avais l’habitude de rentrer directement chez moi après mes petites séances de chasse, je n’avais pas besoin de réfléchir à ça. Mais l’inconnue me tendit son plaid que j’attrapai avec plaisir et m’enroulai dedans. La demoiselle me demanda si j’étais blessé. Encore chamboulé par toute cette mésaventure, il me fallut quelques secondes pour lui répondre. -Je crois pas. J’aurai sûrement quelques courbatures à cause de la chute, mais c’est rien. Comparées aux douleur de la transformations… Je regardai enfin l’étrangère dans les yeux, tentant un sourire timide. Je n’étais pas quelqu’un de réservé habituellement, mais la situation me mettait tout de même mal à l’aise. - C’est à moi de m’excuser… Je ne contrôle pas vraiment… l’aigle… Je n’aurais jamais attaqué votre troupeau sinon. Je pris enfin le temps de me relever, grimaçant légèrement. J’avais quand-même une forte douleur dans le dos et je sentais déjà que j’aurais un hématome sur le bras à cause du projectile de la demoiselle. Je savais cependant qu’en me transformant pour retourner à mon appartement, mes pouvoirs de régénération feraient des miracles. - Vous avez dû avoir peur pour vos bêtes… Je suis vraiment navré ! Et je réalisai soudain mon impolitesse face à elle. - Merci pour la plaid d’ailleurs ! Si je pouvais emporter des habits avec moi, ce genre de…d’accidents n’arriveraient pas. Nouveau sourire timide de ma part. - Je m’appelle Milo au fait.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
If I look back I'm lost
I don’t know if what I saw came from the powder. That’s the thing. I don’t - and if it didn’t come from the powder, then it came out of me. My mind. And if that came out of me, then I’m insane. Yeah. Insane. I really don’t want to be insane. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5274-milo-i-don-t-want-control

Invité
Invité

avatar





MessageSujet: Re: L'heureuse maladresse   Lun 30 Oct - 12:53

L'heureuse maladresse
Milo Aldrin & Hazel Riannon
« Je crois pas. J’aurai sûrement quelques courbatures à cause de la chute, mais c’est rien. » Elle était légèrement essoufflée par la course soudaine qu'elle avait dû faire, mais aussi par l'émotion qui pulsait dans ses veines. Elle commençait à sentir la morsure de la culpabilité, bien qu'une lueur de soulagement avait teinté l'iris de son regard à ses paroles. « Vous avez fait une sacrée chute, vous êtes sûr de n’avoir rien de casser ? » Elle n'arrivait pas à déterminer la hauteur de sa chute, il lui avait paru être assez près d'elle, mais finalement elle avait mis plusieurs minutes à le rejoindre en courant. Le terrain de cette plaine était assez vallonné, faussant ainsi les mesures à l’œil nu. Cependant, elle voulait être certaine qu'il ne se soit pas gravement blessé. « C’est à moi de m’excuser… Je ne contrôle pas vraiment… l’aigle… Je n’aurais jamais attaqué votre troupeau sinon. » Elle comprenait parfaitement ce qu'il avait ressenti sous sa forme animale. L'instinct de celui-ci pulsant dans les veines, rendant les pensées moins claires. Elle ne pouvait pas lui tenir rigueur de son acte, il était si tentant de se laisser happer par l'animal. « Vous avez dû avoir peur pour vos bêtes… Je suis vraiment navré ! » Elle tourna légèrement la tête vers le troupeau, le calme semblait être revenu et ils avaient repris le doux repas sous le regard vigilant du chien. « Les attaques ont été nombreuses ses derniers jours, que maintenant j'ai tendance à réagir sans attendre. Mais je ne vous en veux pas, surtout qu'il n'y a finalement rien eu. » La perte d'une bête était une véritable tragédie, surtout quand celle-ci est une brebis. Et il n'était pas facile de remplacer les animaux morts. Il restait dans ce monde assez peu de bétails, du moins à sa connaissance.

« Merci pour la plaid d’ailleurs ! Si je pouvais emporter des habits avec moi, ce genre de…d’accidents n’arriveraient pas. » Elle hocha doucement la tête, en laissant apparaître un sourire au bord de ses lippes. Elle était assez coutumière de ce genre de situation, qu'elle avait un peu dissimulé quelques vêtements à travers la forêt. Bien qu'elle ne soit pas très pudique envers elle-même. Elle avait appris dans le passé à accepter le regard des autres sur son corps, un regard pas toujours agréable à subir. Cependant, elle avait moins l'habitude d'observer la nudité de quelqu'un, surtout un parfait inconnu. « De rien. C'est quand même moins gênant à l'extérieur que dans la ville. » Dit-elle avec une pointe d'amusement, elle ne se moquait pas de lui, mais la situation était assez cocasse quand même. Devait-elle lui dire qu'elle avait aussi cette particularité de posséder une forme animale ?

« Je m’appelle Milo au fait. » Elle hésita un instant, sentant une légère inquiétude avant de se raisonner. Elle était loin du camp, il avait très peu de chance pour qu'il retrouve une piste. Ce n'était qu'une simple rencontre hasardeuse, une simple discussion de rencontre sans information importante. « Hazel » Dit-elle en lui adressant un regard. « Cela ne vous dérange pas si on s'approche un peu du troupeau afin que je puisse les avoir tous en visuel ? » Cette prairie était très riche en herbe, mais elle n'était pas des plus évidente à surveiller par ses dénivelés. Et elle sentait le besoin de recompter son troupeau, en plus de vérifier qu'aucune brebis dans l'affolement ne s'était blessée. « Il vous arrive souvent de venir vous promener par ici ? » Elle était méfiante, car il était difficile de faire confiance. Et cela même si son instinct lui indiquait que ce Milo ne semblait pas être quelqu'un de mauvais. Elle craignait toujours qu'avec le mouvement de son troupeau on puisse remonter jusqu'au camp. « Cela fait longtemps que vous êtes un… métamorphe ? » Elle était assez curieuse, de nombreuses questions envahissaient régulièrement ses pensées face à sa condition. Et elle avait rarement l’occasion de pouvoir en discuter avec quelqu'un.

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: L'heureuse maladresse   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'heureuse maladresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06- La maladresse ça fait mal !
» Maladresse [ouverte à une personne]
» La maladresse d’une gaffeuse professionnelle (TERMINÉ)
» Maladresse et boules de gommes (PV Nodox)
» Macaria, Déesse de la Mort Heureuse [Finish']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Fifth Chapter :: Memories-