AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 for a few bottles more • (carter) | rp express

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: for a few bottles more • (carter) | rp express   Mer 1 Nov 2017 - 18:03


« for a few bottles more »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

Elle l'avait senti. Elle l'avait senti toute la journée. Le regard de Cristóbal se posant sur elle avec cette insistante inquiétude. Ces silences répétitifs entrecoupés de la même interrogation à laquelle la jeune femme ne pouvait pas répondre. Est-ce que tout allait bien ? Riley n'allait jamais bien. Elle était de ces êtres en constant conflit pour survivre. Elle n'avait plus de famille. Elle faisait partie d'un groupe de résistants activement recherchés. Elle vendait de l'alcool de contrebande en pleine prohibition gouvernementale. Quoi d'autre ? Ah oui. Elle était sous le coup d'un chantage honteux par un milicien orgueilleux. Son alcool contre la survie de son bar. En tout état de cause, Riley ne pouvait pas aller bien. Elle ne pouvait pas dormir sur ses deux oreilles, sachant que la visite du dit-milicien allait avoir lieu le jour-même et qu'elle n'était pas en possession des six bouteilles d'alcool qu'il lui réclamait. Elle n'arrivait pas à penser à autre chose qu'à la sentence qui allait potentiellement d'abattre sur elle, à l'heure où il passerait cette porte. Comment allait-elle lui expliquer ? Devait-elle lui dire la vérité ? Allait-il seulement la croire ? Le dernier chargement attendu par Riley avait été attaqué par un gang de la mafia. Le camion n'avait même pas eu le temps de voir les rues du French Quarter que les deux conducteurs s'étaient retrouvés avec une balle dans la tête. Cassidy l'avait prévenu avant même qu'il ne publie l'article dans son journal clandestin. La bande de motards avait raflé le butin, sans rien laisser derrière, à part deux corps gisants. Riley était à sec. Voilà deux semaines qu'elle n'avait plus reçu d'alcool. Pas une seule bouteille.

L'idée de remplir une vieille bouteille de vodka avec de l'eau lui traversa l'esprit. D'ailleurs c'est ce qu'elle fit dans sa salle de bain, à l'abri des regards. Elle prit soin de récupérer des bouteilles dont le bouchon n'avait pas été craquelé, pour les remplir d'un liquide à la robe proche de l'original. Deux bouteilles factices sur six. Avec un peu de chance, après avoir sifflé les quatre premières, il ne verrait pas la différence. Se rendant compte de l'absurdité de son raisonnement, Riley échappa la bouteille qu'elle tenait dans les mains. Bien sûr qu'il s'en rendrait compte. Et que ferait-il ensuite ? Il lui suffisait d'un appel sur sa radio pour qu'il vienne mettre le feu à son établissement avec toute la cavalerie à ses côtés. Si Riley ne périssait pas dans les flammes, elle n'aurait plus que ses yeux pour pleurer. Saisie d'un sanglot, la jeune femme s’agenouilla pour ramasser les bouts de verre jonchant le sol. Il ne lui restait plus que quelques heures pour trouver une solution. Laquelle ? Utiliser ses illusions ne lui serviraient à rien. Dès qu'il s'éloignerait de son bar, elles ne feraient plus effet. Lorsque le milicien fit son entrée au beau milieu de la nuit, Riley sentit un poids compresser sa poitrine. Derrière le bar attendait deux bouteilles de Bourbons, une de Gin, une de Tequila et une bouteille de Martini Blanc. Cinq sur six. C'était tout ce qu'elle avait réussi à trouver.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: for a few bottles more • (carter) | rp express   Lun 20 Nov 2017 - 19:11

Coucher avec Eamon fut loin d’être ta meilleure idée pour obtenir des informations de la part d’une cible du Gouvernement. En fait, ce fut même la pire. Ce dégoût et cette envie de vomir, tu les as attendu tandis que ta main touchait sa peau, lorsque tes lèvres se sont posées sur les siennes. Oh oui, tu les as espéré. Tu aurais aimé être si dégoûté que tu l’aurais repoussé avec violence, que tu aurais essuyé rageusement ta bouche avec le revers de ta manche, quitte à perdre cette couverture. Mais ce n’est pas ainsi que cela s’est passé. Les vêtements sont tombés sur le sol, les gestes étaient assurés, comme si la chorégraphie avait été répétée maintes et maintes fois. Rien ne s’est passé comme tu l’aurais espéré. Tu t’es laissé happé par l’appel du vice et de la luxure. Un manque outrageant qui ne cesse de se faire sentir en ces temps difficiles. Un comportement pourtant désapprouvé par votre dictature. Tu passes une main devant ton visage, après avoir apposé le point final sur l’un de tes rapports peuplant ton bureau. Les incidents sur le terrain, les décès, les altercations, les perquisitions. Tout y passe. Tout doit être rédigé pour tes supérieurs. Ils ne veulent pas perdre une miette de votre vie sur le terrain. Le moindre détail ne doit pas être omis. Tout doit être consigné dans ces énormes rapports qui peuplent chaque bureau. La plus minime des erreurs peut entraîner la plus grave des sentences.

Tu ranges tes documents pour former une pile bancale sur un coin de ta paillasse en bordel. L’organisation et toi font bel et bien deux. Cependant, c’est un bordel organisé. Tu sais où se trouve chaque document, et ce, même si parfois, tu passes une trentaine de minutes à mettre la main dessus. Un dernier coup d’œil t’indique qu’il est temps de rentrer. Alors, tu te dresses sur tes pieds, attrapes cette lourde veste que tu enfiles, cachant alors ton uniforme sous cette grande étoffe grise anthracite. La traversée du bâtiment semble interminable quand alors le vent vient caresser ta peau fatiguée lorsque tu pousses la lourde porte te menant à l’extérieur. À jour dans tes comptes-rendus, ce qui relève plus du miracle que de l’exploit, tu n’emportes aucun travail avec toi, laissant alors ta sacoche vide dans les locaux s’élevant derrière toi. Ce que tu cherches à cacher ne se trouve certainement pas là-bas. Tout se cache dans un coin de ta tête. Les informations toutes encodées d’une manière ou d’une autre. Il leur faudra te torturer s’ils souhaitent une quelconque information provenant de toi. Ce simple chemin de pensées t’emmène dans une autre dimension. Et s’ils savaient ce que tu caches ? Ce que tu fais quand ils ne regardent pas ?

Tu secoues la tête de gauche à droite tandis que tes pas te mènent dans des allées discrètes. L’angoisse te joue de mauvais tours, ces derniers temps. Tu n’es plus le même. Tu laisses les affres de tes émotions guider tes actes. Ta frustration se libère sur de pauvres innocents. Ta haine se déverse dans des mots que tu ne maîtrises plus. C’est pour cette raison qu’une fois encore, tu pousses la porte du bar, sans prononcer un seul mot. Tu sors les mains de tes poches et viens t’asseoir au comptoir, tes yeux ne lâchant pas la silhouette de Nott. « Bonsoir. » Froid. Sans la moindre expression. Tes pensées assombrissent encore ton humeur. « La soirée a été bonne ? »

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: for a few bottles more • (carter) | rp express   Mer 22 Nov 2017 - 22:15


« for a few bottles more »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

Le chantage que lui faisait subir le milicien avait poussé la sorcière à changer la manière dont elle organisait son trafic. Malgré la confiance qu'elle avait en ses employés, Riley avait attesté du jour au lendemain qu'elle serait la seule à gérer les stocks d'alcool. Dorénavant, elle seule assumerait les livraisons clandestines et elle seule aurait accès à la marchandise. Des lors, elle devenait la seule personne à savoir combien de bouteilles étaient dissimulées dans son établissement. Chaque soir, la jeune femme sortait diverses d'entre elles en donnant des consignes sur la vente et le débit. Les habitués des lieux avaient bien toussé au départ, mais bien trop contents de pouvoir boire une verre de spiritueux, ils s'étaient très vite soumis à ces nouvelles conditions. Après tout, c'était Riley qui commandait au Old Absinthe House. Si un beau matin elle décidait de ne plus vendre une goutte d'alcool en douce, personne ne pourrait l'en empêcher et sûrement pas le Gouvernement. De plus, avec sa nouvelle restriction, la sorcière faisait courir moins de risques à Elliot et Cristóbal, qui pouvaient ainsi se défaire de toutes responsabilités en cas de contrôle. En réalité, cela lui permettait de mettre plus facilement de côté les bouteilles exigées par le milicien. Si elle comptait huit bouteilles dans ses stocks, Riley pouvait prétendre qu'il ne lui en restait que deux, sans avoir à se justifier auprès de ses employés, qui ne pourraient pas comprendre la manœuvre et commencer à avoir des soupçons. Une part d'elle se sentait coupable de cacher autant de choses à des personnes lui ayant accordé leur confiance et vice-versa. Ce n'était pas comme si elle avait le choix.

Hunters – maintenant qu'elle connaissait son nom – était un problème qu'elle n'avait pas choisi. Entrer dans la Résistance. Vendre de l'alcool en temps de Prohibition. Cacher et soigner gratuitement des individus recherchés par la milice. Tels étaient les choix risqués qu'elle avait fait depuis longtemps, car ceux-ci lui semblaient justes. Se faire soutirer de l'alcool par un milicien, sous peine de se voir enfermer à vie, pour justement en posséder... Ça, c'était profondément injuste et machiavélique. Voilà plusieurs mois que son petit chantage la tenait en laisse, sans qu'elle puisse s'en défaire. Plusieurs fois, Riley avait songé en parler à quelqu'un, osant intérieurement penser que la solution apparaîtrait d'elle-même. Elle avait souhaité à en parler à Cassidy, dans l'espoir qu'il puisse trouver la moindre chose sur Hunters et le faire tomber, ou du moins qu'il puisse lui redonner l'avantage dans ce marché à sens unique. Il est vrai même, qu'elle avait imaginé l'empoisonner en parfumant son whisky au cyanure. Mais Riley n'était pas une meurtrière. Elle sauvait les gens. Elle ne leur ôtait pas la vie, qu'ils le méritent ou non.

Il entra comme un oiseau de mauvais augure, auquel la sorcière ne s'était toujours pas habituée. La jeune femme ne voulait pas l'admettre, mais dans d'autres circonstances, il aurait pu lui paraître attirant. Blond, grand, le regard électrique. C'était les mêmes attraits physiques qui l'avait conquis chez Martin lorsqu'elle l'avait rencontré. La principale différence avec ce dernier et son maître chanteur était la part d'humanité que l'un possédait et dont l'autre semblait être dénué. Lorsqu'il ouvrit la bouche pour s'annoncer, Riley fut parcourue d'un léger frisson. De peur ou d'autre chose, elle ne savait pas trop. Son accent était l'un des plus marqués qu'elle n'ait jamais entendu. Il n'était pas originaire de la Louisiane, comme elle. « La soirée a été bonne ? » lui dit-il avec froideur. Oui. Jusqu'à maintenant, pensa Riley. Parfois, elle espérait naïvement qu'il ne vienne pas, qu'il aurait peut-être oublié ou même qu'il aurait été retenu. Mais le milicien était bien trop porté sur l'alcool pour oublier de venir chercher sa douce eau-de-vie. « Tranquille. Les clients ne se bousculent pas en ce moment... » avoua la jeune femme à demi-mots. En effet, ceux-ci n'avaient pas été nombreux cette semaine. Beaucoup étaient venus boire leur lampée quotidienne et lorsqu'ils s'étaient cassés le nez une fois, elle ne les avait plus revu le lendemain. Ses stocks étaient vides. Alors, elle avait dû éconduire quelques clients, à son grand regret. Et tout cela pour quoi ? Pour lui. Riley enrageait. Non seulement il lui ponctionnait son alcool, mais il lui faisait également perdre ses clients. « Qu'est-ce que je vous sers, ce soir ? » lui demanda-t-elle, de façon détachée. Elle essayait de repousser le moment fatidique où il allait découvrir que son butin mensuel était incomplet.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUNNING TO STAND STILL

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 464
↳ Points : 151
↳ Arrivé depuis le : 05/03/2017
↳ Age : 19
↳ Avatar : Boyd Holbrook.
↳ Age du Personnage : Tu as trente-cinq printemps. Ni plus, ni moins.
↳ Métier : Officiellement, peacekeeper à temps plein. Officieusement, informateur auprès des plus offrants.
↳ Opinion Politique : Pour être honnête, t'en as rien à foutre. La seule et unique chose qui importe à tes yeux, c'est de sauver ta peau. Tu es ni contre, ni pour. Tu te dis que cela pourrait être pire. Tu te dis être maître de tes choix. Personne ne peut avoir la prétention de te dompter. Tu joues double-jeu. L'autorité ne représente rien à tes yeux, tu ne t'y plies que pour les avantages que t'apporte ta position.
↳ Playlist : heathens ; twenty-one pilots » centuries ; fall out boys » animal i have become ; three days grace » paint it black ; rolling stones.
↳ Citation : « please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse »
↳ Multicomptes : none.
↳ Couleur RP : #33cc99



les petits papiers
↳ Copyright: kassie.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: for a few bottles more • (carter) | rp express   Sam 25 Nov 2017 - 1:49


Ton entrée dans le bar se fait dans le silence le plus complet. Les quelques clients et les habitués ont déjà disparu depuis longtemps, il y a de cela au moins une heure, ou peut-être même deux. Seules tes pensées t’accompagnent. Ton esprit est tiraillé de toutes parts. Les secrets qui doivent le rester, les arrangements et les accords tacites avec tes amants. La fraîcheur de la nuit s’invite au même titre que toi en ces lieux discrets. Tu te glisses à l’intérieur du bar. Bar où les entrechocs de verres pleins de bières, le bruit des glaçons que l’on tourne dans un verre de cognac, les rires et l’ambiance sont absents te ramène à ta vie d’autrefois. Tu écumais les bars à chacune de tes permissions pour oublier un peu ton existence, ne serait-ce qu’un instant. Pour t’oublier. Oublier les autres. Oublier cette vie que tu n’as pas eu et que tu n’auras sans aucun doute jamais. Juste t’oublier en te laissant enivrer par le doux parfum et la douce saveur du whisky. Au final, aujourd’hui n’est pas plus différent qu’un autre jour. Le but est le même : se noyer dans son verre pour disparaître quelques heures. C’est dans ces moments précis que tu perds toute notion du bien, et du mal. Tu les perds tout autant dans le manque qui revient te brûler la gorge comme un rappel de cette maladie qui te ronge et que l’on ne considère jamais comme telle : l’alcoolisme. Cette vie que tu mènes, personne n’en rêve. Certains ont l’audace de penser que revêtir l’uniforme de la milice est un privilège qui nous ouvre les portes à une vie meilleure que celles des simples citoyens. Le fait est que ce n’est qu’un mythe. Les miliciens se cachent, cachent leurs vices et se dissimulent derrière de faux semblants, de menaces, simplement pour se protéger des gens qu’ils servent aveuglément, sans revenir sur un seul ordre. On dit « oui », on baisse la tête et on s’acharne et se tue à la tâche pour que les choses soient faites comme elles ont été demandé. Pas plus. Pas moins. Ce quotidien que tu mènes n’a rien d’enviable. Ta vie entière se retrouve propulsé dans une complexité sans nom, au milieu de cette dictature que des hommes cachés dans l’ombre s’apprêtent à démanteler, pièce par pièce. Il faudrait être fou ou inconscient, pour ne pas s’en rendre compte. Chaque dictature est sujette à des guerres pour libérer son peuple, des guerres menées par le peuple lui-même. Tu risques ta peau sur le terrain pendant que d’autres sont confortablement installés à leurs bureaux. L’alcool n’est plus un passe-temps, non, mais un remède contre tous tes maux. Un remède contre l’envie d’abandonner, de baisser les bras une fois de plus.

Tes pas te guident instantanément vers le comptoir où tu as proféré des menaces, lors de ta dernière visite. Tu t’installes sur un siège haut, comme s’il t’appartenait, comme si ton nom y était gravé au fer rouge. Ton regard croise alors celui de la jeune femme, tandis que ta question se répercute contre les murs de l’enseigne. Véritable question, sans ironie, sans arrière-pensée. Une simple interrogation pour engager une conversation. Une interaction sociale qui te manque énormément, ces derniers temps. Tu dois bien admettre que sa réponse te fait quelque chose. Comme si tu espérais qu’il se soit passé quelque chose de particulier, et qu’elle se serait empêché de te raconter cet épisode anecdotique, comme elle l’aurait fait avec un ami de longue date. La solitude est devenue une prison dans laquelle tu t’es enfermé trop longuement. Les sentiments et les émotions d’autrui te sont étrangères. Tu ne sais plus comment les appréhender, comment composer avec ou bien même comment les comprendre. Ces temps difficiles t’ont amputé de cette faculté si précieuse. Nott se montre aussi froide qu’à l’accoutumée. Son visage est tiraillé par la crainte et la fatigue, cependant. Tu n’as aucun mal à discerner les poches creusées sous yeux noisettes. « Comme d’habitude. Un whisky. Merci. » réponds-tu, en fixant tes mains nouées sur le bois du bar. Le premier remerciement que tu lui offres depuis le début de votre petit manège. Le premier remerciement que tu offres à qui que ce soit depuis bien longtemps, d’ailleurs. Tu l’observes verser le liquide ambré dans un verre propre, sans aucune trace de doigts gras. Tu l’observes attentivement avant qu’une autre interrogation ne franchisse le seuil de tes lèvres. « Pourquoi restez-vous ici toute seule ? » demandes-tu. Le temps ne presse pas. Les bouteilles peuvent attendre, elles ne vont pas s’envoler et quitter la pièce. Tu veux saisir l’instant présent. Quand bien même les conditions ne sont pas les meilleures : un maître chanteur et sa proie. Idée saugrenue.

_________________

GET OUT OF MY HEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t4432-please-don-t-mak

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 229
↳ Points : 124
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 25
↳ Avatar : Emma Watson
↳ Age du Personnage : Vingt-sept ans
↳ Métier : Gérante du "Old Absinthe House"
↳ Opinion Politique : Résistante engagée et enragée par le deuil
↳ Niveau de Compétences : Redescendu au niveau 2, depuis la mort de son mari
↳ Playlist : COLDPLAY | paradise ; FRANK SINATRA | my way ; BRUNO MARS | when i was your man ; RAY CHARLES | georgia on my mind ; JANELLE MONAE | tightrope ; FETTY WAP | trap queen ; JOHN LEGEND | all of me ; BILL WITHERS | ain't no sunshine ; MELODY GARDOT | preacherman
↳ Citation : “Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.” S. Freud
↳ Multicomptes : William Addington
↳ Couleur RP : DarkSeaGreen



les petits papiers
↳ Copyright: alaska
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: for a few bottles more • (carter) | rp express   Sam 25 Nov 2017 - 21:44


« for a few bottles more »

Mrs Nott & Mr Hunters
featuring

« Comme d’habitude. Un whisky. Merci » répondit-il simplement. Riley accusa un temps de surprise, relevant lentement son regard vers le milicien. Venait-elle d'entendre correctement ? Elle inspecta le visage de son interlocuteur avec minutie, s'attendant à percevoir un sourire narquois au creux de ses lèvres. Il ne pouvait s'agir que d'une provocation, pour chercher à la déstabiliser. Seules froideur et menace avaient jusqu'à présent constituée sa conduite envers elle. Une telle marque de politesse ne faisait guère partie du credo des miliciens. Ceux-ci n'avaient pas à se formaliser d'un quelconque respect manifeste à avoir auprès de la population, qu'ils étaient pourtant censés "protéger". Au cours de sa courte vie, Riley avait pu constater que ordre et morale étaient deux concepts disjoints, ayant du mal à fonctionner de concert. Le Gouvernement tentait de faire régner l'ordre parfait en justifiant ses actions par le respect de la morale, mais celle-ci n'avait réellement de sens, que si elle était partagée par l'ensemble de la population. Or, cela n'était pas le cas. La violence des uniformes gris et noirs ne répondait à aucune règle d'éthique commune, si ce n'était les dictâtes politiques d'un gouvernement autoritaire. Hunters n'avait rien a gagné en s'appliquant de la sorte avec elle, puisqu'il possédait déjà toutes les cartes du jeu sinistre auquel il l'avait convié.

Riley chassa l'air soupçonneux de son visage, dans un battement de cils. Comme demandé, elle servit au milicien son verre habituel. Un whisky distillé dans les états voisins, à la robe ocre et brillante. Elle se permit d'ouvrir une des bouteilles lui étant destinée, mais ne lui en toucha mot. L'alcool restait le même après tout. Étrangement, le blond ne s'en empara pas de suite. Il ouvrit une fois de plus les lèvres, pour prononcer des mots qui n'en finir pas de prendre Riley au dépourvu. « Pourquoi restez-vous ici toute seule ? » lui demanda-t-il, en la regardant. Que voulait-il insinuer par-là ? Il ne s'était jamais montré aussi bavard. Devait-elle y voir une approche amicale ou un signe d'une nouvelle manipulation ? Les mains de la jeune femme devinrent de plus en plus moites à force d'interrogation. Elle n'avait qu'une envie, c'était qu'il parte avec ses bouteilles sans faire d'histoire. Elle se rattraperait la prochaine fois, en lui en rajoutant une de plus (si elle pouvait s'en procurer à nouveau). Il n'avait que faire d'elle, il ne voulait que son alcool. « Parce que j'habite ici » lui dit-elle simplement. Ce n'était un secret pour personne. Riley avait emménagé ici à la mort de Martin et vivait à l'étage supérieur, autrefois ouvert au public. « Et si je suis seule, c'est parce que l'homme qui partageait ma vie est décédé » ajouta-t-elle avec sécheresse. Pour les autorités, il avait été tué lors d'un règlement de compte entre deux mafias, ici devant le bar. Il était sorti dehors au mauvais moment et avait péri dans la fusillade. Dans les faits, il avait été tué par un membre du Gouvernement lors d'une opération militaire. Une balle lui avait traversé l'arrière de la boite crânienne et s'était logée au niveau du cervelet. En quelques minutes, il avait perdu tout contrôle de ses fonctions motrices et s'était vidé de son sang. Voilà pourquoi Riley restait seule ici. Si Martin avait toujours été en vie, ils n'auraient certainement pas eu cette conversation. « Je n'ai rien demandé de tout cela. J'ai hérité de cet endroit. Je ne peux pas le quitter » avoua-t-elle avec une certaine lassitude. Qu'en avait-il cure de sa solitude ou de sa situation personnelle ? Il n'était là que pour le profil. De son côté, Riley avait beaucoup d'autres problèmes à se préoccuper.


_________________

there is never a perfect answer in this messy, emotional world. perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. in every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: for a few bottles more • (carter) | rp express   

Revenir en haut Aller en bas
 

for a few bottles more • (carter) | rp express

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Isabella Eloïse Carter {OK}
» PEKIN EXPRESS 2009
» Maison de Carter (-18 ans)
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: Old Absinthe House-