AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Think I need a devil to help me || Zelyna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2157
↳ Points : 202
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : juan pablo raba
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : nettoyeur, il arrondit ses fins de mois avec des petits boulots divers en lien avec ses compétences
↳ Opinion Politique : anti-tout
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist : AC/DC thunderstruck / FOO FIGHTERS best of you / METALLICA nothing else matters / SKIN zola jesus / IRON MAIDEN the troopers / UTRB one way or another / TENACIOUS D tribute / GODSMACK voodoo
↳ Citation : « The rules of the game are what you can do to the enemy and what you can stop him from doing to you. I am your enemy from now on. » o.s.card
↳ Multicomptes : nope
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: sciencebiaatch (profil) - jiubilee et slamncram (fiches et sign) - Juice (vava) - shiya (liens)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Think I need a devil to help me || Zelyna   Dim 5 Nov - 22:05

Think I need a devil to help me

Pour une morte, Zelyna s’en sortait plutôt bien, dans la vie. Passée du statut de sorcière qui avait rôti sur un bûcher dans les souvenirs d’Eliz’yan à bonne femme bien vivante et tout aussi pénible que sa sœur, elle vivait désormais dans un palace. Quand bien même le quartier craignait un peu, et était bien trop dégagé pour les goûts d’Itzal. Et par là, il entendait que la proximité du fleuve, les marécages, l’absence de ruines et de bicoques collées les unes aux autres et empêchant de voir l’horizon le dérangeait passablement. Tout semblait plus vaste ici. N’importe qui pouvait le voir arriver, même si tout le monde se foutait bien qu’Itzal Macaro traîne sa carcasse dans le Bayou St. John. Lui-même n’aurait pas cru atterrir dans ce coin de la ville, qui semblait encore hésiter entre la déchéance et la résurrection par le crime, antre de gens discrets, qui vivaient dans les ombres et semblaient en permanence fomenter quelque complot pour assassiner le premier venu. Ça en disait long sur sa détermination. Depuis qu’il avait rencontré Zelyna dans un bar, il n’avait plus eu qu’une seule idée en tête : il savait, par Eliz’yan, que la sœurette était une sorcière. Et il ne pouvait s’ôter de l’esprit que c’était la magie qui saurait défaire ce lien insupportable qui le liait à Eliz’yan. Ce qui n’était qu’une tentative d’échange de bons procédés à la base s’était transformé en autre chose, pas vraiment une amitié mais un truc assez familier pour qu’il n’hésite pas à se pointer chez elle pour frapper à la porte de son manoir et lui demander de l’aide, une aide qu’il avait déjà formulée plusieurs fois mais jusqu’à présent, elle avait semblé plus intéressée par ce qu’il savait d’Eliz’yan et quels rapports ils entretenaient que par n’importe quoi d’autre.

Une fois devant la maison, donc, il se fit la réflexion que pour une morte, elle vivait plutôt bien. Ce n’était pas un château, mais ça restait une grosse baraque. Avec un jardin. Le genre de maison typique du coin, que tout le monde appelait « coloniale » quand bien même il en avait vu des tas, au Venezuela, des maisons coloniales, et qu’elles ne ressemblaient pas du tout à ça. Il grimpa les quelques marches en deux enjambées, passa entre deux colonnes et tapa directement du poing contre le battant, à en faire trembler les murs. Il ne l’avait pas prévenue de sa visite, et en même temps, comment l’aurait-il pu, avec un pigeon voyageur ou des signaux de fumée ? Elle ne lui avait même pas donné son adresse exacte, juste dit qu’elle habitait dans le Bayou St. John, et il avait dû secouer quelques pauvres hères pour obtenir plus de précisions. Quand il cogna une seconde fois à la porte, il décida qu’il valait mieux s’annoncer. Elle restait une sorcière, et une femme quelque peu imprévisible. « C’est moi, Zelyna ! Itzal ! » Il se retint d’ajouter un « ouvre, merde à la fin » impatient et malpoli. Même s’il n’avait pas vraiment grand-chose à lui prouver. Bon, peut-être qu’elle n’était pas là – décida-t-il après avoir attendu quatre secondes en tout. Avisant une balancelle sur la terrasse, il s’y vautra, jambes tendues devant lui. Et maintenant quoi ? Ce n’était pas qu’il s’attendait à être libéré de cet infâme bordel là, tout de suite, maintenant, mais quand même un peu. Quand bien même elle n’avait aucune idée de ce dont il avait essayé de lui parler. Peut-être qu’elle était allée trouver sa sœur.

Quand il lui avait donné quelques détails sur Eliz’yan, en croyant là faire le deal du siècle, il avait bien vu qu’elle avait mal pris la chose, et surtout le fait que sa sœur la prétende morte. Pour Itzal, il était clair qu’Eliz’yan ne mentait pas. Il avait vu les images, entendu les cris, il avait ressenti ce qu’Eliz’yan avait ressenti et ressentait encore, la nuit, dans ses cauchemars. Elle pensait sincèrement que Zelyna était morte des siècles plus tôt. Même si, avec Darkness Falls et tout le toutim, c’était un peu risqué de faire ce genre de pari. Lui aussi, sur la foi d’Eliz’yan, pensait que Zelyna était morte, c’était bien pour ça qu’il avait été stupéfait de la trouver un jour accoudé à un comptoir de bar en train de tout faire sauf enfiler des perles. Il n’avait pas pu s’empêcher d’aller la trouver, de lui parler, de la questionner. Et de voir en elle une lueur d’espoir. Oh, comme il avait été naïf. Après quelques rencontres infructueuses, il n’avait appris qu’une seule chose : difficile de départager les deux sœurs sur son échelle personnelle de l’agacement. Et il sentait bien que, s’il avait peut-être fait une erreur en allant trouver Eliz’yan, il en avait probablement fait une autre du même acabit en signalant son existence à Zelyna. Il s’était fourré dans un plan poissard et un de ces jours, il allait le regretter. Sauf si les deux sœurs s’entretuaient avant, ce qui arrangerait ses affaires, autant ne pas être faux-cul sur la question.

Quelques secondes à peine s’étaient écoulées pendant ses réflexions, et alors qu’il se balançait doucement sur la balancelle, il entendit la porte s’ouvrir. Eh bien voilà, il semblait qu’il ne soit pas venu pour rien, finalement. « Salut. Tu m’invites à entrer ? » Ils ne pouvaient pas vraiment papoter de ce qui l’amenait sur la terrasse, à la merci des oreilles indiscrètes.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

_________________

       
you make sense of the devil
You wanted to know what gave me such drive. It was you. You put me in that brothel. You cut me on the streets. I am here now, because of you. You created me. And for that, I bless you. arthur ©endlesslove.


Dernière édition par Itzal Macaro le Sam 11 Nov - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5190-itzal-macaro-been-there-d http://www.mercy-in-darkness.org/t5193-time-and-time-again-itzal#210897 En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 284
↳ Points : 13
↳ Arrivé depuis le : 20/10/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Margot Robbie
↳ Age du Personnage : 435 & 30 ans d'apparence
↳ Métier : Réceptionniste au R.S.H - Vendeuse pour la Menrva
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Beautiful girls - Sean Kingston
Femme fatale - The Velvet underground
Girl - The Beatles

↳ Citation : "Une femme est un être sans défense, jusqu'à ce que son vernis soit sec."
↳ Multicomptes : Sigrid K. Laïn
↳ Couleur RP : #ffffff



les petits papiers
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Sam 11 Nov - 19:59


« La plupart de nos affections repose sur des malentendus réciproques »



Zelyna J. Sawley & Itzal Macaro
featuring

Zelyna soupirait pour la troisième fois en moins de cinq minutes. Cela faisait des heures qu'elle s'entrainait à reproduire une potion en suivant consciencieusement la recette, étape par étape, mais à chaque fois il y avait un truc qui clochait. Et le pire, c'est qu'elle ne savait pas quoi. Ce qu'elle savait en revanche, c'est que le nectar ne devrait pas avoir cette couleur ci et encore moins cette texture là. Elle était vraiment dépitée. C'était pourtant simple de réaliser ce genre de mixture. Enfin, celle là précisément était un peu plus élaborée que ce qu'elle avait réussi à faire depuis sa sortie de Darkness Falls, mais il était un temps où elle aurait pu la réaliser les yeux fermés et ne plus y arriver aujourd'hui, la frustrait grandement. S'accroupissant pour mettre ses yeux au niveau de la table, elle laissait sa tête reposer dans sa main, la mine déconfite. La seule chose qui l'empêchait de tout envoyer valser au travers de la pièce, c'était l'idée de devoir nettoyer après sa crise de nerfs et la seule chose que Zelyna détestait plus que rater ses potions, c'était de faire le ménage.

Et tandis qu'elle luttait contre l'envie de pleurer de rage, elle entendait quelqu'un asséner de grands coups à la porte d'entrée, la faisant sursauter. Elle n'attendait personne et surtout, n'avait pas envie de voir qui que ce soit. Une chance pour elle qu'elle soit planquée dans sa cave, à l'abri des regards qui pouvaient aisément se glisser à travers les grandes fenêtres du rez de chaussée. Il lui était inutile de bouger, il suffisait d'attendre et l'intrus finirait par se lasser et s'en aller. C'était ce qu'elle pensait mais elle ignorait que le visiteur en question était du genre insistant. Il frappait une seconde fois, arrachant finalement un grognement à la sorcière qui, définitivement, n'aimait pas être dérangée en pleine création. Et alors qu'elle s'apprêtait à aller pester contre l'inconnu, une voix s'élevait,  annonçant l'identité de l'indésirable cognant à la porte. « Itzal ? » Répétait-elle en grimaçant, sourcils froncés en même temps que le nez se plissait. Mais que pouvait-il bien faire dans le coin ? Il ne connaissait pas son adresse. Aucun homme ne la connaissait d'ailleurs. Elle y mettait un point d'honneur. Du moins c'est ce qu'elle croyait. Elle hésitait mais après quelques secondes de réflexion, la jeune femme se disait qu'après tout, il était sans aucun doute la distraction dont elle avait besoin à ce moment précis. Enfin, tant qu'il ne lui parlait d'Eliz'yan.

Avant d'ouvrir la porte, elle réajustait sa robe et se passait la main dans les cheveux tout en vérifiant son reflet dans la vitre. Il fallait qu'elle soit à la hauteur de sa réputation, celle d'être toujours impeccable peu importe les circonstances, y compris lorsqu'un être indésirable s'invitait chez elle sans prévenir. Elle faisait quelques pas sur le perron avant de repérer Itzal confortablement installé sur sa balancelle. « Salut. » répétait-elle plus par mimétisme que réelle salutation et souriait avant de répondre à la requête de son visiteur. « Entrer ? Hm. D'habitude les hommes me paient un resto avant d'avoir droit à un tel privilège. » rétorquait-elle, non sans une pointe d'ironie. Puis, levant les yeux aux ciel, elle soupirait. « D'accord, c'est des salades ! Aucun homme n'est jamais venu ici. J'aurais trop peur de ne pas savoir comment m'en débarrasser. » ajoutait-elle, sourire en coin. « Mais puisque tu as décidé de t'imposer... Je t'en prie ! » capitulait-elle et, joignant le geste à la parole, elle lui faisait un signe de la main pour l'inviter à la suivre à l'intérieur.

Ses talons résonnaient sur le parquet à mesure qu'elle traversait la pièce et, arrivée près du comptoir qui séparait la cuisine du salon, elle faisait faisait volte face. N'importe qui de normalement constitué aurait proposé quelque chose à boire à son invité mais pas Zelyna. Non. Elle, elle était du genre à entrer directement dans le vif du sujet. Persuadée de deviner la raison de la visite d'Itzal, bras croisés sur la poitrine, elle soupirait doucement, tandis que ses lèvres teintées de rouge carmin s'étiraient en un sourire presque compatissant. « Écoute, je sais bien pourquoi tu es là. On s'est vus plusieurs fois et il faut être honnête, je suis une belle femme. » avouait-elle en haussant les épaules en guise d'innocence. C'est vrai après tout, elle n'y pouvait rien si les hommes la trouvaient irrésistible et succombaient à son charme sitôt qu'elle leur adressait un battement de cils. « Alors tu t'es dit qu'il pourrait y avoir un truc entre nous … Oh et, je ne dis pas que ce n'est pas possible hein, t'es pas mal non plus... Si on passe sur ton côté sans gêne. Mais... Ce n'est pas en débarquant chez moi que tu arriveras à me faire écarter les cuisses. J'ai quand même certains principes tu sais. » Oui, pas beaucoup, mais certains quand même. « Et se faire un peu courtiser n'a jamais fait de mal à personne, au contraire ! Donc si tu veux arriver à tes fins... Invite moi plutôt à boire un truc qui ne sorte pas tout droit de ma cuisine. » annonçait-elle, le plus sérieusement du monde.

Oui, elle était intimement persuadée que s'il était venu jusqu'à elle, c'était uniquement pour la sauter. Quelle autre raison pourrait justifier sa présence sinon celle énoncée ? Jusqu'à présent, ils s'étaient rencontrés pour parler d'Eliz'yan, et de rien d'autre. Et maintenant que Zelyna avait obtenu les informations dont elle avait eu besoin pour pouvoir confronter sa sœur, elle estimait qu'elle n'avait plus de raison valable de côtoyer l'homme qui lui faisait face. Même si elle le trouvait sympa et qu'ils avaient passé de bonnes soirées ensemble, ils n'en étaient pas devenus amis pour autant alors...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5346-zelyna-j-sawley-ma-sorcie

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2157
↳ Points : 202
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : juan pablo raba
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : nettoyeur, il arrondit ses fins de mois avec des petits boulots divers en lien avec ses compétences
↳ Opinion Politique : anti-tout
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist : AC/DC thunderstruck / FOO FIGHTERS best of you / METALLICA nothing else matters / SKIN zola jesus / IRON MAIDEN the troopers / UTRB one way or another / TENACIOUS D tribute / GODSMACK voodoo
↳ Citation : « The rules of the game are what you can do to the enemy and what you can stop him from doing to you. I am your enemy from now on. » o.s.card
↳ Multicomptes : nope
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: sciencebiaatch (profil) - jiubilee et slamncram (fiches et sign) - Juice (vava) - shiya (liens)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Mar 14 Nov - 20:34

Think I need a devil to help me

S’il devait se lancer dans la liste des différences et des points communs entre Eliz’yan et Zelyna, il en aurait sûrement eu pour des semaines de prise de tête, surtout que tout en n’étant pas si différentes que ça, elles n’avaient quand même rien à voir l’une avec l’autre. Partant de ce constat, c’était la migraine garantie à qui tenterait de jouer à ce jeu-là, et encore heureux, ce n’était pas le genre d’Itzal. Bien sûr, il ne pouvait pas s’en empêcher, parfois, surtout quand elles réagissaient exactement pareil à certains de ses propos, ou au contraire de manière tout à fait différente. Tout ce qu’il avait fini par comprendre, et rapidement, c’était qu’il ne fallait emmerder ni l’une ni l’autre même s’il le faisait quand même parce qu’il ne pouvait pas s’en empêcher, et que, pour sa santé mentale et son intégrité physique, il avait tout intérêt à ne jamais se trouver dans la même pièce avec les deux sœurs en même temps. À part ça, les circonstances faisaient qu’il avait moins de difficulté à discuter et à fréquenter Zelyna. Il n’était pas certain que cela faisait de cette dernière une personne plus facile d’accès, cependant, sa relation avec Eliz’yan était unique en son genre. Si Itzal avait pu voir les cauchemars de Zelyna, celle-ci l’aurait probablement tenu à distance exactement comme le faisait sa sœur, et Itzal lui-même se sentirait moins entreprenant avec elle. Même s’il avait dans l’idée que le jour où il réussirait à couper ce lien encombrant avec Eliz’yan, tous deux n’en seraient pas plus meilleurs amis pour autant. Il avait failli la trucider après tout. Et elle, en retour, s’avérait être d’une influence assez sombre pour lui donner des envies de meurtre, alors que, qu’on le croit ou non, ça n’était son genre, pas tout le temps en tout cas.

Quoiqu’il en soit, à voir débarquer Zelyna sur la terrasse, avec son air presque accueillant quoique légèrement hypocrite, on aurait pu avoir du mal à faire le lien entre les deux sœurs. Décidé à ne pas se disperser, cette fois, alors que jusqu’à présent, il avait souvent été détourné de ses intentions par les propres quatre volontés de Zelyna, Itzal répondit à son salut par un regard fixe et une absence de réaction totale. Quoi, l’inviter au resto ? Avec quel argent, d’abord ? Heureusement, elle répondit elle-même à sa propre annonce et lui se contenta de hausser les épaules. « Tu lui demandes poliment de s’en aller, en général ça marche. Et sinon, tu prends le premier objet lourd à ta portée et tu le lui cales dans la gueule, voilà comment tu t’en débarrasses. » En sachant qu’il était venu ici lui-même pour avoir des réponses et que ni la politesse ni la violence ne feraient bouger d’ici avant qu’il en ait obtenues. Mais pas la peine de le lui dire. Il la suivit à son invitation et s’arrêta quelques secondes pour admirer les lieux. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas vu de maison aussi bien entretenue et aussi bien pourvue en tout. En fait, depuis qu’il avait cessé de travailler pour les riches huiles du gouvernement. C’était à se demander qui était vraiment cette fille et comment elle pouvait se payer tout ça. En admettant qu’elle ait payé pour l’avoir. Les actes de propriété n’étaient probablement plus à jour depuis longtemps, dans cette ville, et même le concept de propriété privée avait fait long feu. Il chercha un compliment à faire mais ne trouvant rien de mieux que « c’est une belle maison », décida de ne pas se lancer là-dedans, surtout que Zelyna elle-même semblait ne pas du tout attendre ça de sa part.

Au lieu de quoi, elle pivota sur ses talons pour lui faire face et annonça de but en blanc qu’elle savait pourquoi il était là, ce qui ne l’étonna pas outre mesure vu qu’il avait déjà plus d’une fois essayé de lui parler de son problème avec sa sœur. Faute de pouvoir aller au bout de sa tirade à chaque fois vu que ça mettait Zelyna en rage, il n’avait cependant jamais pu vraiment lui expliquer de quoi il retournait. Le moment était venu… Sauf que non. Le temps qu’il comprenne de quoi elle parlait, elle en était déjà à la moitié de son conte de fées, et lui se demandait à toute allure s’il devait lui couper la parole pour lui rire au nez ou essayer la subtilité, pour une fois. La dernière chose dont il avait besoin, c’était qu’elle se vexe et le foute dehors à coup d’objet lourd dans la gueule. Oui, la subtilité, pour éviter le coup de la femme humiliée, tout ça, ça lui disait vaguement quelque chose, mais plus elle parlait, et plus il sentait la colère lui monter au nez. Non mais elle le prenait pour un morceau de viande ou quoi ? Ça ne se faisait pas de traiter un homme comme ça, sur les préjugés, tout de suite, comme si la raison évidente de sa présence ici n’était que pour s’envoyer en l’air, alors qu’il avait une bonne raison, merde, et une âme sensible, tout ça. Incrédule, il réussit à se contenir jusqu’à ce qu’elle ait fini, avec l’impression d’assister impuissant à un déraillement de train, puis le silence se fit, et ce fut à lui de parler, et il hésitait encore entre se marrer ou répondre dignement.

« Mais… Je ne suis pas venu pour ça, tu m’as pris pour le plombier ou quoi ? Si j’avais voulu jouer à la bête à deux dos avec toi j’aurais essayé dès le premier soir, aucun mec est patient au point de se taper plusieurs soirées avec toi sans rien obtenir en retour. » Au lieu de quoi ils avaient parlé d’Eliz’yan, une première soirée violente et douloureuse pour son ego, sans parler du fait que coucher avec la sœur de l’une des rares femmes qui lui foutaient vraiment les jetons lui filait justement les jetons rien que d’y penser. Tu parles d’un tue-l’amour. Zelyna était certes une belle femme, il aurait fallu être aveugle pour ne pas le constater, mais franchir la moindre limite en ce sens avec elle aurait probablement réduit à néant ses chances d’obtenir son aide pour la véritable raison de sa présence ici. En parlant de ça, il sentit bien qu’il n’avait pas su se montrer aussi gentleman qu’il l’aurait fallu et tenta de rattraper le coup. « Tous les hommes ne sont pas… » Hmmm, non, il n’y avait aucune façon crédible de finir cette phrase. « Tu as raison sur un point, j’aurais pas dû me pointer ici les mains vides, cela dit, vu que je suis venu te demander de l’aide. Mais pas ce genre d’aide-là. C’est pas contre toi cela dit. » Il s’arrêta avant d’ajouter « c’est moi » histoire de ne pas tendre le bâton pour se faire violemment battre. Le problème des coucheries sans conséquences, c’était qu’une fois le forfait accompli, on faisait tout ce qu’on pouvait pour oublier l’existence de l’autre, et ce n’était pas du tout ça qu’il recherchait avec Zelyna. Surtout qu’elle avait l’air un peu perchée, elle aussi, et il sentait bien que ça lui aurait apporté plus d’ennuis qu’autre chose.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

_________________

       
you make sense of the devil
You wanted to know what gave me such drive. It was you. You put me in that brothel. You cut me on the streets. I am here now, because of you. You created me. And for that, I bless you. arthur ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5190-itzal-macaro-been-there-d http://www.mercy-in-darkness.org/t5193-time-and-time-again-itzal#210897 En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 284
↳ Points : 13
↳ Arrivé depuis le : 20/10/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Margot Robbie
↳ Age du Personnage : 435 & 30 ans d'apparence
↳ Métier : Réceptionniste au R.S.H - Vendeuse pour la Menrva
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Beautiful girls - Sean Kingston
Femme fatale - The Velvet underground
Girl - The Beatles

↳ Citation : "Une femme est un être sans défense, jusqu'à ce que son vernis soit sec."
↳ Multicomptes : Sigrid K. Laïn
↳ Couleur RP : #ffffff



les petits papiers
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Jeu 23 Nov - 20:25


« La plupart de nos affections repose sur des malentendus réciproques »



Zelyna J. Sawley & Itzal Macaro
featuring

Il n'était pas venu pour ça ? Quoi ?! Non, non, non, il se moquait d'elle là. Zelyna était choquée. La mâchoire lui en serait bien tombée d'ailleurs si elle avait osé croire un seul mot de ce qui sortait de la bouche d'Itzal mais ce n'était pas le cas. Pas venu pour ça, mon œil ouais. C'était un homme, ils ne pensaient tous qu'à ça ! Comme elle d'ailleurs. Peut-être avait-elle un côté masculin sur-développé. Enfin bon, ce n'était pas la question. Pour l'heure, elle lui aurait bien répondu que, contrairement aux histoires pourries et invraisemblables des films de boules des années passées, elle n'était pas du genre à s'abaisser à se faire un plombier vu où il mettait les mains, mais elle préférait se taire en attendant une justification qui tienne la route. Pour elle, il avait essayé dès le premier soir contrairement à ce qu'il disait. Ils avaient discuté, ri ensemble, et passé bien trop de temps à se voir pour qu'il n'ait pas une idée derrière la tête. L'amitié entre homme et femme, la sorcière n'y croyait pas, il y avait forcément une histoire de coucherie au milieu. Toujours. Sauf si l'un des deux était moche, dans ce cas, ça pouvait se comprendre mais vu que ce n'était pas leur cas... Il y avait baleine sous gravillons. Les bras toujours croisés sur la poitrine, elle fronçait les sourcils à mesure qu'il développait son discours. Elle n'était pas susceptible mais elle ne savait pas trop comment elle devait prendre ses paroles. C'était tout de même un peu vexant qu'il n'ait pas envie d'elle. Et elle n'aimait pas se sentir vexée, surtout quand il s'agissait de son pouvoir de séduction. A moins que ce ne soit un abstinent, le genre d'ancien drogué au sexe qui ne peut plus toucher une femme sous peine de devoir courir à une réunion d'anonymes pour confier ses états d'âmes en pleurant. Mais Itzal ne semblait pas de ce genre là. Cela dit, s'il ne voulait pas coucher avec elle, le problème venait forcément de lui, pas d'elle.

Il essayait de défendre la gente masculine et un sourire moqueur se dessinait sur le visage de la blonde tandis qu'elle était suspendue aux lèvres du Vénézuélien. Tous les hommes n'étaient pas... Quoi ? Elle voulait savoir. Des porcs ? Des machos ? Des obsédés du cul ? Il n'y avait aucun moyen de finir cette phrase dans le bon sens et heureusement pour lui, il en avait conscience et préférait s'arrêter là, ce qui avait pour effet de faire rire Zelyna. Elle sentait que ça allait être long et laborieux, surtout s'il ne comptait pas la culbuter pour la divertir, alors elle prenait l'un des tabourets du comptoir et s'asseyait tandis qu'il continuait. Il avait besoin d'aide, et pas comme elle l'entendait. Elle soupirait bruyamment, en rajoutant peut-être un peu dans le cinéma.

« En fait, tu me trouves moche ? »
demandait-elle le plus naturellement du monde. Question piège, innocente en apparente mais qui ne l'était pas du tout. Il valait mieux pour lui ne pas répondre et elle lui donnait une porte de sortie en reprenant presque immédiatement. C'était aussi une manière pour elle d'éviter d'être blessée s'il venait à répondre positivement.
« Enfin, quoi qu'il en soit, si tu n'es pas là pour coucher avec moi, ce que je veux bien faire semblant de croire, le problème ne peut venir que de toi. T'es quoi ? Une sorte d'eunuque ou un truc du genre ? Ou alors tu préfères les hommes ? Ouais, non, finalement ne me dit rien. Peu importe ce que tu me répondrai, je trouverai que c'est du gâchis. » annonçait-elle, avec une mine désabusée.

Bien entendu, elle ne croyait pas réellement qu'il ne voulait pas d'elle. Elle se disait juste qu'il avait besoin d'aide et que son problème devait être vachement important au point de passer au-dessus son envie de la sauter. Une fois qu'il lui aurait expliqué et qu'elle l'aurait aidé, l'idée fera son apparition comme si de rien n'était, comme toujours.
Cela étant, si c'était aussi grave qu'elle l'imaginait, elle allait avoir besoin de prendre des forces. Aussi descendait-elle de son perchoir pour se diriger vers la cuisine et se servir une tasse de café. Oui, une seule, pour elle. Il était venu les mains vides, demandait son aide, s'était imposé sans prévenir, il aurait le droit de boire un truc quand il lui aura servi son baratin et qu'elle jugera qu'il mérite, ou non, le privilège de taper dans ses réserves. S'il ne le mérite pas évidemment, elle suivra ses conseils et lui demandera poliment de s'en aller, ou elle lui pétera la gueule. Il avait intérêt à être convaincant, du coup, s'il tenait à ses dents.

Elle buvait une gorgée avant de venir se réinstaller sur son tabouret, et lui désignait d'un signe de tête le canapé.
« Bon, puisque tu es là pour discuter, discutons. Installe-toi, va, j'ai le sentiment que ça risque d'être bien plus long qu'une partie de jambes en l'air. Et moins satisfaisant aussi. » ajoutait-elle, faussement déçue. Elle ne l'était absolument pas, bien entendu. Au fond d'elle, elle était même plutôt fière qu'il vienne lui demander de l'aide à elle et pas à sa sœur. Il avait rencontré Eliz'yan en premier après tout, il aurait très bien se tourner vers elle mais au lieu de ça, il lui avait préféré Zelyna. Ca lui donnait des points bonus aux yeux de la sorcière. Elle avait toujours aimé être la préférée.
Le dos bien droit, le menton haut et le sourire écarlate, elle semblait déjà victorieuse.

« Bien, tu dis avoir besoin de mon aide. Je t'écoute. En quoi puis-je t'être utile ? » l'interrogeait-elle, curieuse. Il faut dire qu'elle adorait être sollicitée, bien qu'elle ne soit pas vraiment du genre altruiste. Au contraire même. Zelyna ne faisait jamais rien pour rien. Elle avait toujours une idée derrière la tête, un intérêt qui pourrait la servir maintenant ou plus tard. En fait, s'allier à la sorcière, c'était un peu comme faire un pacte avec le diable, et le signer de son sang. Mais ça, Itzal n'avait pas besoin de le savoir. Il le découvrirait en temps voulu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5346-zelyna-j-sawley-ma-sorcie

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2157
↳ Points : 202
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : juan pablo raba
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : nettoyeur, il arrondit ses fins de mois avec des petits boulots divers en lien avec ses compétences
↳ Opinion Politique : anti-tout
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist : AC/DC thunderstruck / FOO FIGHTERS best of you / METALLICA nothing else matters / SKIN zola jesus / IRON MAIDEN the troopers / UTRB one way or another / TENACIOUS D tribute / GODSMACK voodoo
↳ Citation : « The rules of the game are what you can do to the enemy and what you can stop him from doing to you. I am your enemy from now on. » o.s.card
↳ Multicomptes : nope
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: sciencebiaatch (profil) - jiubilee et slamncram (fiches et sign) - Juice (vava) - shiya (liens)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Sam 25 Nov - 21:39

Think I need a devil to help me

Quand elle lui demanda s’il la trouvait moche, il se crut fini, terminé, adieu les heures à venir, qu’il allait perdre en débats stériles. Est-ce qu’ils allaient vraiment parler de ça et essayer de se mettre d’accord ? Est-ce que c’était vraiment important, qu’elle sache s’il la trouvait moche ou pas ? Il faillit répondre oui, « ouais, voilà, t’es moche comme un cul », sauf que, si ça aurait certainement mis un terme à ce débat, ça aurait aussi mis un terme à leur relation tout court, il le sentait venir, il lisait la folie dans ce regard glacial. Cela ne faisait pas longtemps qu’il les côtoyait mais il apprenait petit à petit à décrypter les regards Sawley. En plus, ça aurait été mentir, et il ne mentait pas parce qu’il n’en voyait pas l’utilité – sauf quand c’était utile. Mais pas là, pas ici et maintenant, et le temps qu’il se creuse la tête en jurant intérieurement pour trouver une porte de sortie à cette situation, Zelyna avait repris la parole. Soulagé, il garda chastement les lèvres closes et prit l’air le plus angélique possible pendant qu’elle lui servait un discours sur ses défaillances diverses tournant toutes autour de sa virilité, puisqu’il ne pouvait y avoir que ça comme explication. À l’opposé de sa réaction première – la traiter de moche pour la faire taire – il songea une fraction de seconde à lui donner ce qu’elle semblait attendre de lui, là, comme ça, par terre dans son salon, on avait connu pire comme nid d’amour, mais la fraction de seconde fut remplacée par le film de toutes les conséquences innommables que ça aurait ensuite et il avait définitivement trop à perdre dans l’histoire – pour une fois que c’était lui qui faisait son précieux ! En plus il sentait bien que s’il lui disait qu’il ne voulait pas lui grimper dessus en partie à cause de sa sœur, elle lui arracherait la peau. Il encaissa donc les coups en s’énervant petit à petit jusqu’à ce que l’explication la plus simple et, l’espérait-il, la plus satisfaisante pour Zelyna, s’impose dans son esprit. « Dans d’autres circonstances, ça aurait été avec plaisir, mais j’ai déjà quelqu’un. » Il faillit ajouter « dans ma vie » mais ne pouvait pas le dire. Dans ses pensées, à la limite. Et qui faisait plus office de parasite dans ses souvenirs qu’autre chose.

Il la suivit des yeux pendant qu’elle se servait un café, envisageant sérieusement d’aller boire de la flotte à son robinet comme un sauvage, mais là encore, ça aurait été entrer dans son jeu et ça ne l’aurait mené à rien d’autre que plus de colère, plus de frustration et pour finir, une sortie en trombe avec claquement de porte à l’appui – tout ça de sa part à lui, tandis qu’elle se serait contentée de le regarder partir d’un air narquois, et elle aurait eu ce qu’elle voulait (sauf lui) et pas lui. Incroyable les ressources de patience et de maturité qu’elle l’obligeait à puiser au fond de sa minuscule réserve de patience et de maturité. Quand elle clama que la raison de sa venue serait forcément moins satisfaisante qu’une partie de jambes en l’air, en revanche, il ne put s’empêcher de lâcher un rire bref. « Parle pour toi. En ce qui me concerne, si tu possèdes la solution à mon problème, je serai plus que satisfait. » Il ne savait pas vraiment comment présenter le problème, cela dit. En fait, maintenant qu’il se tenait face à elle, et alors qu’elle braquait sur lui ses iris bleus remplis de meurtre et d’un tas d’autre chose, il se demanda si c’était une bonne idée de lui parler de ce lien qui l’unissait à sa sœur. Des visions qu’il avait eues via Eliz’yan, de ce que celle-ci refusait de dire – le sujet de sa sœur étant un tabou absolu, il l’avait appris plus ou moins dans la douleur – et de ce que Zelyna elle-même avait pu balancer dans ses crises de colère quand ils avaient parlé d’Eliz’yan, Itzal n’avait pas vraiment pu établir le portrait-robot de la relation des deux sœurs. Il savait juste que c’était compliqué et qu’il aurait mieux fait de ne pas se laisser entraîner dans cette histoire. Peut-être aurait-il dû en parler à Eliz’yan d’abord, par exemple. Puis il se souvint qu’il avait essayé. Il lui avait fait remarquer que sa sœur était une sorcière et que peut-être elle pouvait les aider, et à ce moment-là de leur non-conversation, il avait cru qu’elle allait lui couper la tête et l’avait enjoint plus ou moins poliment à ne plus jamais évoquer sa petite sœur. Mais à sa décharge, elle croyait que Zelyna était morte.

Il en eut finalement marre de faire des ronds-de-jambes. C’était principalement son problème, c’était lui que ça affectait plus qu’Eliz’yan et surtout, il en avait ras le bol de prendre des pincettes pour faire attention aux susceptibilités des autres, dont il n’avait honnêtement rien à braire. Néanmoins, et justement pour ses propres intérêts, il n’avait pas forcément à tout balancer sans réfléchir. Il était plus ou moins curieux, également, de ce que cela voulait dire, être une sorcière, par les temps qui couraient, maintenant qu’il n’y avait plus de portes des enfers à ouvrir. « Qu’est-ce que tu sais des voleurs d’énergie ? Eliz’yan m’a dit qu’à l’origine, ils venaient de Darkness Falls, et maintenant on en a plein les rues. » Oups, peut-être qu’il n’aurait pas dû prononcer le nom de sa sœur à voix haute, lui rappeler, une fois de plus, qu’avant que Zelyna la retrouve, Itzal l’avait trouvée avant elle. « Il y a des rumeurs qui courent sur leur compte et sur la façon dont ils se nourrissent et je me demandais si par hasard, tu en savais un peu plus que ta sœur. » Il ne pouvait pas lui tendre de plus belle perche. L’occasion de battre sa sœur à quelque chose, quand bien même Eliz’yan semblait en fait en savoir beaucoup plus que ce qu’elle lui avait raconté. Il jouait probablement avec le feu, un genre de feu qu’il ne maîtrisait pas, mais ce qui était fait était fait.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

_________________

       
you make sense of the devil
You wanted to know what gave me such drive. It was you. You put me in that brothel. You cut me on the streets. I am here now, because of you. You created me. And for that, I bless you. arthur ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5190-itzal-macaro-been-there-d http://www.mercy-in-darkness.org/t5193-time-and-time-again-itzal#210897 En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 284
↳ Points : 13
↳ Arrivé depuis le : 20/10/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Margot Robbie
↳ Age du Personnage : 435 & 30 ans d'apparence
↳ Métier : Réceptionniste au R.S.H - Vendeuse pour la Menrva
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Beautiful girls - Sean Kingston
Femme fatale - The Velvet underground
Girl - The Beatles

↳ Citation : "Une femme est un être sans défense, jusqu'à ce que son vernis soit sec."
↳ Multicomptes : Sigrid K. Laïn
↳ Couleur RP : #ffffff



les petits papiers
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Dim 26 Nov - 19:00


« La plupart de nos affections repose sur des malentendus réciproques »



Zelyna J. Sawley & Itzal Macaro
featuring

Zelyna serrait les dents, essayant de garder un visage impassible. Et pourtant, au fond d'elle, elle avait envie d'arracher les yeux d'Itzal avec une petite cuillère et les exposer en guise de trophée juste là, au dessus de sa cheminée. Ou d'en faire des boucles d'oreilles, parce que c'est beau les boucles d'oreilles. Il faut dire qu'il était sacrément culotté comme mec! Non seulement, il venait lui réclamer de l'aide, sans même prendre la peine d'implorer à genoux mais en plus, il lui faisait subir une interro digne d'un maître d'école. Et le pire du pire, il osait citer le nom de sa sœur sous-entendant par là, qu'il lui avait déjà posé la question à elle et que là, il voulait juste savoir si Zelyna était mieux renseignée. Elle devrait lui découper la langue avec un couteau à beurre, en plus de lui arracher les yeux. La sorcière gardait le silence quelques instants, le temps pour elle de maîtriser le feu intérieur qui la consumait, puis arborait finalement un sourire des plus charmants comme si de rien n'était.

« Je dois dire que j'ai beaucoup de mal à croire que tu sois avec quelqu'un, étant donné la maladresse dont tu fais preuve avec les femmes. Aucune ne supporterait ça. Sérieusement, tu m'as pris pour une bibliothèque ou quoi ? » demandait-elle tandis qu'elle reprenait une gorgée de café. Elle reposait sa tasse sur le comptoir, visiblement hésitante. Il avait joué subtilement mais il avait tapé dans le mille. Bien entendu qu'elle avait envie de montrer qu'elle en savait plus que sa sœur sur le sujet ! Et elle était persuadée que c'était bien le cas d'ailleurs, car elle savait beaucoup de choses sur les voleurs d'énergie, même s'il lui était impossible de tout savoir.
Elle en savait autant pour la bonne et simple raison qu'elle les avait observés pendant des siècles en enfer mais aussi, et surtout, parce qu'elle en avait côtoyé quelques-uns depuis sa sortie de Darkness Falls et un, plus particulièrement : l'ancien propriétaire de cette maison. Zelyna obtenait toujours ce qu'elle voulait, peu importe les moyens, et elle avait l'habitude de se servir des hommes pour ça. Et un jour, elle avait voulu une maison. La cohabitation du couple s'était assez bien déroulée au début, mais avait tourné au drame au bout de quelques semaines à peine. Et tandis que la blonde était encore bel et bien en vie, l'autre pourrissait six pieds sous terre au fond du jardin. Ca n'avait pas été facile, elle ne s'était pas attendue à ce que l'homme ne soit pas un humain lambda. Elle l'avait soupçonné d'être une sorte de vampire comme l'on trouve dans les légendes, le temps de quelques jours, puis s'était rendue compte que son hypothèse ne tenait pas la route. Cependant, elle n'avait pas imaginé ce qu'il était, persuadée que ces êtres infâmes étaient restés enfermés en enfer. Et puis, elle avait compris, juste avant de lui faire rendre son dernier souffle tandis qu'il se confessait à elle.
Oh bien sûr, elle avait pris soin de couvrir ses arrières avec la complicité de John, son beau-frère, et ne se souciait donc pas des représailles mais de là à se confier au Vénézuélien, en qui elle n'avait qu'une confiance limitée, il ne fallait pas abuser. Ce serait céder trop facilement. Se mettre en avant la première sans garantie d'obtenir quoi que ce soit en retour. Et ce n'était pas son genre, elle manipulait la rétention d'informations depuis trop d'années pour se laisser avoir comme une débutante. Et puis, il fallait bien que quelqu'un se décide enfin à apprendre les bonnes manières à ce goujat d'Itzal.

« Tu débarques ici en me demandant mon aide, et plutôt que m'expliquer en quoi tu as besoin de moi, tu me fais subir un interrogatoire digne d'un pauvre couillon de la Milice ? Et le pire, c'est que tu crois vraiment que je vais te balancer tout ce que je sais, comme ça, d'un claquement de doigts ? Je ne sais pas si tu as remarqué mais, je suis pas une putain d'encyclopédie ! » rétorquait-elle d'un ton légèrement abrupte. Cela étant, une fois son venin craché, elle se sentait légèrement mieux et soupirait pour environ la dix-huitième fois de la journée. Décidément, l'univers semblait avoir décidé de bien l'emmerder aujourd'hui.

« Mais bon, vu que tu t'es déjà rencardé sur le sujet auprès de ma chère sœur... » cédait-elle finalement, non sans reproche, «... je confirme, ils viennent de l'enfer et volent l'énergie des humains. Enfin, de tout ce qui respire en réalité. Et oui, ils grouillent partout dans les rues maintenant. Il n'ont aucune difficulté à se faire passer pour de simples humains, on ne peut plus se fier à personne de nos jours. » annonçait-elle, froidement.
Elle avait soigneusement choisi ses dernières paroles, et ce n'était pas pour rien. Itzal n'avait aucune raison de s'en douter, mais la sorcière soupçonnait grandement que sa sœur ait été contaminée par l'un de ces monstres. Ceux—ci ou d'autres d'ailleurs, vu tout ce qu'elle avait vu à Darkness Falls c'était sans importance, mais pour elle, il y avait forcément un truc. Elle avait longuement observé Eliz'yan basculer dans le sadisme et la barbarie sans raison apparente et elle se disait que c'était la seule explication plausible. Alors elle avait essayé de se renseigner, comme le faisait Itzal aujourd'hui, sur ces créatures infernales et n'excluait pas de tenter prochainement un exorcisme sur son aînée, comme ça, juste pour tenter de la guérir. Si ça ne fonctionnait pas, elle en conclurait simplement que l'enfer l'avait rendue cinglée, mais au moins elle aurait essayé quelque chose. Enfin, ce n'était pas encore à l'ordre du jour, dans la mesure où Zelyna n'avait plus autant de pouvoir qu'autrefois, mais elle y songeait. Fortement.

« Qu'est ce qu'elle t'a dit d'autre ? Ou plutôt, vu qu'on n'est pas là pour enfiler des perles, sois précis et dis moi carrément ce que tu veux savoir. Très exactement. Avant que la migraine ne me gagne et que je ne te foute dehors à grands coups de tisonnier dans le cul. » ordonnait-elle presque. Sans doute la mention d'Eliz'yan l'avait rendue moins patiente.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5346-zelyna-j-sawley-ma-sorcie

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2157
↳ Points : 202
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : juan pablo raba
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : nettoyeur, il arrondit ses fins de mois avec des petits boulots divers en lien avec ses compétences
↳ Opinion Politique : anti-tout
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist : AC/DC thunderstruck / FOO FIGHTERS best of you / METALLICA nothing else matters / SKIN zola jesus / IRON MAIDEN the troopers / UTRB one way or another / TENACIOUS D tribute / GODSMACK voodoo
↳ Citation : « The rules of the game are what you can do to the enemy and what you can stop him from doing to you. I am your enemy from now on. » o.s.card
↳ Multicomptes : nope
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: sciencebiaatch (profil) - jiubilee et slamncram (fiches et sign) - Juice (vava) - shiya (liens)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Mer 29 Nov - 22:32

Think I need a devil to help me

À ce stade de la longue et difficile conversation qui s’annonçait – sauf si Zelyna décidait en une seconde de le jeter dehors ou de le jeter dans sa cave, c’était au choix –, tout ce à quoi pouvait penser Itzal, là, tout de suite, c’était qu’il avait envie d’un café, lui aussi, et après avoir balancé les vraies raisons de sa présence ici, à défaut de lui donner ce qu’elle avait cru qu’il était venu lui donner, il fixait la main de son hôtesse, qui portait le précieux breuvage à ses lèvres d’un geste distrait. Putain, elle aurait pu lui en proposer une tasse, tout de même. Mais sa fixette s’évapora comme Zelyna l’accusait soudain d’être « maladroit » avec les femmes. « Tu dis ça parce que j’ai pas voulu jouer à la bête à deux dos avec toi ? Mes plans-culs fonctionnent très bien, merci, et quant à l’autre truc… » Le truc qu’on ne nommait pas, qui commençait par un A et qui était plus chiant et coercitif que la milice elle-même… « Peut-être bien qu’elle est encore plus chiante que moi et que c’est pour ça que ça aurait pu fonctionner. » Et pourquoi, par pitié, pourquoi est-ce qu’il se retrouvait à faire une thérapie avec cette cinglée ? Il fallait qu’il se reprenne, ou dans pas longtemps ils seraient assis par terre sur des coussins à boire du thé en se racontant leur vie. De toute façon il ne lui demandait pas de la croire ou pas, et cette vraie-fausse raison était juste tellement minable qu’il se disait que ça suffirait à lui faire lâcher l’affaire. Il était bien plus préoccupé par le fait que sa question sur les voleurs d’énergie ne semblait pas vraiment lui parler, ce qui tendrait à prouver qu’elle n’en savait pas beaucoup sur le sujet. Il s’en doutait un peu. Zelyna était peut-être une vieille bique, et donc expérimentée, les voleurs d’énergie n’existaient dans les faits que depuis l’ouverture des portes de Darkness Falls. Du moins dans ce monde. De sorte que, vieux ou pas, sagesse du monde ou pas, tout le monde était logé à la même enseigne. Sauf que… Eliz’yan lui avait appris que les voleurs d’énergie venaient des enfers. Où ils existaient peut-être depuis toujours.

En attendant, Zelyna se faisait prier. Il avait l’impression d’être un valet en train de faire le pied de grue pendant que sa maîtresse finissait de faire un caprice. Mais nom de Dieu, ces frangines étaient vraiment invivables ! Mais sa patience angélique fut récompensée quand enfin, la sorcière cracha le morceau. Effectivement, elle en avait croisés en enfer. Enfin, ce n’est pas comme ça qu’elle le formula, mais c’était du pareil au même. La fin de sa tirade, en revanche, faisait moins rêver. Ils « grouillaient », ah ouais… Il faisait partie des statistiques, donc, mais bon, elle n’en savait rien – pas encore. « Mais ceux des enfers devaient être vachement désinhibés, non ? Ça devait être la fête pour eux, comparé à ici où il faut qu’ils se planquent comme des rats. Tu ne les as jamais vus faire des trucs louches ? » Oui, hein ? Pendant son séjour en enfer ? Chose qu’elle ne lui avait pas dit. Il savait parce qu’il l’avait vue brûler sur un bûcher. Pas sûr qu’elle possède cette information. Vu qu’il ne lui avait encore rien dit du lien qui l’unissait à sa sœur. Et il savait où allaient les sorcières, à l’époque, après leur mort. Droit en enfer – avec le reste de l’humanité, pour ce que ça valait. Bon, la confiance n’était pas au rendez-vous. Elle lui demandait c’était quoi le bordel avec sa sœur et il avait peu de chance de se tirer de cette conversation en mentant ou en se barrant en courant, surtout qu’il n’avait encore rien appris d’intéressant. Il décida de botter en touche pour le sujet « Eliz’yan ». « T’as raison, on peut se fier à personne de nos jours. » Il retroussa sa manche, dévoilant la marque de morsure du zombie grâce auquel il était devenu ce qu’il était. Un risque calculé au regard du bénéfice qu’il pouvait en tirer – sans qu’il se doute une seule seconde des pensées de Zelyna concernant les voleurs d’énergie.

« C’est ça mon problème. Pas ce que je suis, mais les conséquences collatérales, on va dire. Tu sais comment ils… on se nourrit, non ? » Elle avait bien dû en voir faire. Et peut-être remarquer un truc suspect. Peut-être croisé un vieux sage Daybreaker en enfer qui lui aurait raconté, assis sous une cascade, comment faire pour couper un lien créé par un voleur d’énergie avec une de ses victimes… Il marqua une pause, tout de même, le temps de voir comment elle réagissait. Si elle appelait direct la milice… eh bien il n’en aurait rien à faire, son cas était déjà désespéré.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

_________________

       
you make sense of the devil
You wanted to know what gave me such drive. It was you. You put me in that brothel. You cut me on the streets. I am here now, because of you. You created me. And for that, I bless you. arthur ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5190-itzal-macaro-been-there-d http://www.mercy-in-darkness.org/t5193-time-and-time-again-itzal#210897 En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 284
↳ Points : 13
↳ Arrivé depuis le : 20/10/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Margot Robbie
↳ Age du Personnage : 435 & 30 ans d'apparence
↳ Métier : Réceptionniste au R.S.H - Vendeuse pour la Menrva
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Beautiful girls - Sean Kingston
Femme fatale - The Velvet underground
Girl - The Beatles

↳ Citation : "Une femme est un être sans défense, jusqu'à ce que son vernis soit sec."
↳ Multicomptes : Sigrid K. Laïn
↳ Couleur RP : #ffffff



les petits papiers
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Lun 4 Déc - 20:16


« La plupart de nos affections repose sur des malentendus réciproques »



Zelyna J. Sawley & Itzal Macaro
featuring

Il avait beau être maladroit avec les femmes, il fallait le reconnaître, sa tentative de diversion fonctionnait tout de même plutôt bien. Depuis qu'il lui avait parlé d'Eliz'yan et des voleurs d'énergie, Zelyna ne songeait plus une seule seconde à écarter les cuisses. Voilà pourquoi elle avait souri bêtement à sa réponse sur le sujet, sans insister, préférant se concentrer sur ce qui l'amenait chez elle et sur l'aide dont il avait besoin.
Il reprenait ses questions, définitivement très curieux sur l'espèce infernale, et la sorcière tiquait légèrement. Des trucs louches ? Mon pauvre Itzal, si tu savais tout ce qui se passait de louche dans les enfers, tu repartirais la mâchoire béante en promettant de devenir croyant et de prier tous les soirs pour ne jamais finir dans un tel endroit. Et tandis qu'elle s'apprêtait à répliquer avec humour et irrévérence comme elle savait si bien le faire, elle marquait un temps d'arrêt. Elle ne lui avait jamais dit qu'elle-même venait de l'enfer. Il savait qu'elle n'était pas humaine et qu'elle vivait depuis plus de quatre siècles oui, grâce à sa sœur qui lui avait même dit qu'elle la pensait morte, mais justement, c'était ça le hic, elle n'avait pu faire que des suppositions. Alors comment lui, ce pauvre Vénézuélien sorti de nulle part, pouvait être aussi sûr que la blonde connaissait les dédales infernaux ? Déjà qu'elle n'avait qu'une confiance limité en lui, elle devenait encore plus suspicieuse, sur la réserve, presque. En guise de réponse elle secouait la tête dans une moue boudeuse. Genre je-ne-sais-pas-je-n'ai-rien-vu-je-n'étais-pas-là. Et il avait fallu en arriver aux menaces de le virer violemment de la baraque pour qu'enfin, il crache le morceau. Enfin, tout était relatif. Il relevait sa manche, plus précisément et Zelyna observait alors attentivement la cicatrice qu'il affichait.

« Oh pu-tain. » soufflait-elle dans un murmure à peine audible, incapable de refermer entièrement la bouche. Ses yeux allaient de la cicatrice au regard d'Itzal puis revenait sur la cicatrice. C'était un voleur d'énergie. Lui aussi. Décidément, elle les attirait comme la bouse de vache attirait les mouches. Elle se levait et se dirigeait vers lui d'un pas décidé, lui attrapant le bras d'une poigne de fer et le remuant légèrement pour voir les reflets de sa blessure briller selon l'angle de la lumière. Il n'y avait pas de doute, c'était une vraie. Une vraie morsure. Causée par l'un de ces êtres abjectes dont elle s'était cachée pendant quatre cents ans.

« Wouah. Je suis bien contente de ne pas avoir gâché une tasse de café pour toi, tiens !»
lâchait-elle finalement, en reprenant son habituelle désinvolture. Elle savait parfaitement que la seule chose qui les nourrissait ceux-là, c'était l'énergie des autres et que tout le reste n'était que superflu. Ses prunelles azur fixaient intensément le Vénézuélien, comme pour sonder son âme et soudain, le puzzle se mettait en place. « Tu t'es nourrie d'elle ! C'est comme ça que... Tu as vu des choses. » des choses comme trois filles brûler sur un bûcher par exemple, dont deux sont revenues d'entre les morts sans explications. Il savait aussi sans doute ce qu'elles avaient fait de mal pour finir en enfer. Le reste n'était que de la déduction, même un chimpanzé aurait été capable de déduire qu'une sorcière morte sur le bûcher n'allait pas finir ailleurs qu'à Darkness Falls.
Mais bon, il avait posé une question et vu qu'il avait fait un pas vers la franchise, elle se disait qu'elle pouvait bien lui concéder une réponse. « Je sais comment ils … Enfin, vous, comment vous vous nourrissez. Vous prenez l'énergie vitale des autres et leurs souvenirs, d'un simple contact … Peau... contre... peau. » répondait-elle, lentement, arrondissant chacun des derniers dans sa bouche tout en faisant glisser son index le long du bras d'Itzal.
Cette histoire semblait amuser la belle et pour cause, elle venait de comprendre qu'il était entré dans la tête de sa sœur et que de fait, il en savait sûrement beaucoup plus que tout ce qu'il avait pu lui dire jusqu'à présent. Et ça, ça l'intéressait énormément.

Elle se laissait tomber sur le canapé et commençait machinalement à enrouler une mèche de ses cheveux autour de son doigt. Geste qui annonçait, généralement, un flots de paroles ininterrompues en approche.
« J'en ai connu un une fois, un comme toi je veux dire, et j'ai appris pas mal de choses sur vous à son contact. » Ouais enfin, à son contact, il valait mieux dire au moment où il a essayé de la bouffer et qu'entre deux coups de genoux mal placés il s'est laissé aller à quelques confidences. « Je sais que  la nourriture n'a plus aucune saveur pour vous et que quand vous avez faim, vous êtes plutôt du genre... Irritable ? Ouais, on va dire ça comme ça. Pour le reste... Je l'ai appris en vous fuyant comme la peste pendant quatre siècles.» avouait-elle alors. De toutes manières, cela ne servirait à rien de nier plus longtemps son séjour démoniaque, il était au courant, c'était certain.

« Il suffit d'une simple griffure ou d'une morsure pour devenir comme vous et ça, c'est si on y survit. Mais... je sais aussi que votre sang, bien qu'il soit plus épais et moins rouge, peut couler aussi bien que celui d'un banal humain. Vous n'êtes pas immortels. » Traduction : ne me la fais pas à l'envers, ou je te zigouille à coups de hachoir.

« Cela dit, je ne vois pas quel peut être ton problème. D'accord, tu peux crever et la bouffe n'a plus de goût et... Oui, c'est vrai, c'est un drame ! Mais vu le rationnement en ce moment, tu devrais plutôt voir ça comme une chance non ? Parce que crois-moi, c'est vraiment pas cool de crever la dalle et de devoir aller fricoter avec des mecs dégueu pour obtenir un p'tit bout de viande dur comme la semelle d'une vieille godasse !» râlait-elle. Et le pire, c'est qu'elle était vraiment sérieuse.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5346-zelyna-j-sawley-ma-sorcie

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2157
↳ Points : 202
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : juan pablo raba
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : nettoyeur, il arrondit ses fins de mois avec des petits boulots divers en lien avec ses compétences
↳ Opinion Politique : anti-tout
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist : AC/DC thunderstruck / FOO FIGHTERS best of you / METALLICA nothing else matters / SKIN zola jesus / IRON MAIDEN the troopers / UTRB one way or another / TENACIOUS D tribute / GODSMACK voodoo
↳ Citation : « The rules of the game are what you can do to the enemy and what you can stop him from doing to you. I am your enemy from now on. » o.s.card
↳ Multicomptes : nope
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: sciencebiaatch (profil) - jiubilee et slamncram (fiches et sign) - Juice (vava) - shiya (liens)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Sam 9 Déc - 13:17

Think I need a devil to help me

Elle allait le forcer à la supplier, c’était clair. Autant y aller en force. Itzal ne savait pas vraiment à quoi s’attendre, avec elle, sur quelque sujet que ce soit. Il avait l’impression que ça aurait été tout aussi risqué de lui causer du cours de la bourse en Norvège ou de la fashion police des derniers Hunter’s Games, parce tout était sujet à des réactions disproportionnées de sa part. Mais surtout quand on lui parlait de sa sœur. Et partant de là, les sujets de discussion devenaient tout de suite beaucoup plus limités – et plus centrés sur les deux sœurs, avec lui dans le rôle clou entre le marteau et l’enclume. Lui avouer qu’il était lui-même un voleur d’énergie, il ne l’avait pas prévu en venant ainsi. Totale impro. Il ne pouvait pas non plus anticiper sa réaction. Elle pouvait se marrer, n’en avoir rien à foutre, lui dire qu’elle l’avait déjà deviné, appeler les flics, sortir un flingue de son soutif et lui coller une balle entre les deux yeux ou lui jeter un sort et le transformer en grenouille, si c’était encore un truc à la mode chez les sorcières. Dans tout ça, il n’y avait pas grand-chose qui le dérangeait – à part peut-être le coup de la grenouille. C’était l’avantage de s’être déjà fait choper par la milice et marqué comme un chien par le Gouvernement. Il n’avait plus à  se cacher, juste à rester discret. Ce n’était pas parce que des génies du Gouvernement avaient eu la géniale idée d’exploiter les daybrakers comme des esclaves que le reste du monde était prêt à leur ouvrir les bras. Ils restaient des trucs dégueulasses dans l’imaginaire des gens, des abominations, des zombies, même, pour ceux qui ne faisaient pas vraiment la différence. L’avis des autres, Itzal s’en foutait. Il ne faisait déjà pas l’unanimité du temps où il était humain. À part peut-être l’avis de celle qui l’avait chassé de chez elle d’un air horrifié, quelques mois plus tôt. Et, aujourd’hui, l’avis de Zelyna, parce qu’il avait besoin de son aide, pas d’une crise de panique, de rage ou de nerfs.

Évidemment, Zeyna étant Zelyna, elle n’opta pour aucun de ces choix. Non, en fait, elle réagit d’une façon qui lui rappela vaguement une certaine scientifique cinglée qui s’était fait un plaisir de lui planter des aiguilles dans la peau et de lui injecter des trucs et des bidules, « pour voir », et il dut se retenir d’arracher son bras à la poigne de la sorcière quand celle-ci s’en empara pour observer sa cicatrice. Bien sûr qu’elle ne paniquait pas. Bien sûr qu’elle n’avait pas peur. Non, il n’en attendait pas moins de cette nana qui avait l’air au contraire complètement dans le coup. Et même totalement fascinée. Et il ne lui fallut pas longtemps pour additionner deux et deux et comprendre pourquoi il en savait plus sur elle que ce qu’il lui en avait dit. Quand elle prononça les mots, il ne put s’empêcher de frissonner. Il savait que la première chose que Zelyna irait faire une fois qu’il serait parti de chez elle, c’était aller trouver sa sœur pour lui parler de cette histoire. Il ne savait pas vraiment si Eliz’yan serait ravie de savoir qu’il avait craché le morceau, encore qu’il n’avait pas expliqué exactement ce que son agression avait eu comme conséquence – ce lien entre Eliz’yan et lui. Dans l’idéal, il n’aurait pas dû avoir à s’occuper de ce que pensait l’une ou l’autre des sœurs,  ménager les sensibilités, etc. Il fallait qu’il s’occupe de son problème. Sauf que la situation n’avait rien d’ordinaire et qu’avec ces deux sœurs il fallait qu’il fasse attention à ce qu’il disait, il n’avait pas le choix – ce qui l’énervait au plus haut point. « Ouais, peau contre peau, comme tu dis. C’est exactement ça, je me suis nourrie d’elle. » Deux fois. Mais la seconde, c’était un test. La première fois, ça n’avait rien eu à voir avec la description un peu salace qu’en faisait Zelyna. Il errait dans les rues, la nuit, mort de faim, incapable de comprendre ce qui lui arrivait, il avait vu une silhouette solitaire et s’était jetée sur elle. Ça avait été violent, brutal, et quand il l’avait lâchée, il l’avait crue morte, tout simplement. Voilà pour le film d’horreur. Peau contre peau, mais bien sûr. Même si depuis il avait eu le temps de découvrir qu’il y avait des moyens beaucoup plus tranquilles de faire ça.

« Alors ouais, je t’ai vue plus d’une fois te tortiller sur le bûcher. J’espère que ça en valait la peine. » Il avait déjà eu cette conversation-là avec la principale intéressée et depuis des mois qu’il rêvait des gosses d’Eliz’yan en train de passer à la marmite, en gros, il avait eu le temps d’être horrifié, puis agacé, puis blasé, et à présent, autant le dire, il n’en avait plus rien à faire. En plus ça n’avait pas fonctionné, clairement, et il faillit le faire remarquer, mais sentit que ce n’était pas trop le moment pour se foutre de la gueule de Zelyna. Et au fond, hein, qui savait ? Eliz’yan était sûre que son homme était mort, de la même façon qu’elle était sûre que sa sœur était morte, alors Itzal s’attendait plus ou moins à voir poper l’autre de nulle part, et Eliz’yan aussi aurait dû s’y préparer. Clairement, l’enfer, c’était pas si difficile de s’en tirer, vu le nombre de cinglés qui y avaient séjourné et qui se baladaient désormais tranquillement dans les rues de la ville. Mais tout ça n’était pas son problème. Il suivit Zelyna des yeux et alla s’appuyer contre le dossier d’un fauteuil pour l’écouter.

Elle lui faisait le résumé de sa « vie de voleur d’énergie », comme s’ils s’apprêtaient à tourner la suite d’une émission sur le sujet. Bon, eh bien huit mois plus tôt il n’aurait pas craché sur de telles explications. Tout ça, il avait dû l’apprendre seul. Il sourit et balaya ses menaces d’un geste. Il n’avait jamais été immortel avant, ça ne lui manquait pas aujourd’hui. Et elle ne lui faisait pas peur. Surtout quand elle lui avouait à peu près tripoter des types pour avoir un bout de viande ? Il regarda autour de lui ostensiblement pour lui faire comprendre qu’il ne voyait pas pourquoi une femme ayant accès visiblement à de tels moyens avait du mal à trouver de quoi bouffer. « Peut-être que tu ne grimpes pas sur les bonnes personnes. En tout cas, ça t’a quand même permis d’obtenir du café alors tu pourrais être plus reconnaissante. » Envers qui, il n’en savait rien. Surtout qu’elle n’était pas partageuse, alors il ne risquait pas de compatir à ses malheurs, sur ce coup. C’était pas parce que plus rien n’avait de goût qu’il n’appréciait pas de se nourrir de temps en temps. Bon soit, ce n’était pas vraiment, il n’avait plus rien à foutre de tout ça, à part l’alcool, il insistait toujours là-dessus. C’était tout aussi dégueulasse que le reste, mais en forçant, il pouvait quand même réussir à se saouler un peu. Tout n’allait pas si mal. « Tu l’as dit, quand je me nourris, je vois des trucs chez mes victimes. C’est comme ça que je t’ai vue, toi, et ta famille timbrée. Et ça m’intéresserait si tu connaissais un moyen de ne pas subir ce genre de vision intrusive pendant le processus. » C’était un peu vrai, mais pas complètement. Il avait appris à faire avec ça. Non, les vraies visions dont il voulait se passer c’étaient celles d’après, celles qui restaient, à cause de ce foutu lien à la con qui se créait parfois – heureusement, une seule fois pour lui depuis qu’il avait été transformé. Zelyna n’avait pas abordé ce point pendant ses explications, ce qui pouvait vouloir dire qu’elle ignorait l’existence d’un tel lien potentiel.

« Je m’en fous de ce que je suis. Ça me va même très bien, je ne vais pas cracher sur les avantages. Mais s’il n’y avait pas ces visions, à titre d’exemple, j’aurais totalement pu éviter de croiser ta route. Ça n’aurait pas été super, ça ? » Dans le fond, probablement pas. Il ne la détestait pas et elle ne le détestait pas, il le savait. Elle avait juste, des fois, l’air de vouloir l’enfermer dans sa cave, mais enfin c’était peu cher payé pour avoir des discussions aussi animées. « Tu dis que t’as connu un voleur d’énergie. Tu l’as laissé se nourrir sur toi ? Je sais que la réciproque n’est pas vraie, que tu n’as pas eu de visions le concernant. Tu ne connaîtrais pas un moyen de faire en sorte que l’inverse soit vrai ? » Oh, allez, il n’allait pas la supplier, tout de même. Et franchement, elle aussi cachait son jeu. Alors comme ça, elle avait laissé un voleur d’énergie poser ses sales pattes sur elle ? D’ailleurs, s’il lui avait avoué sa nature tout de suite, lui, peut-être qu’elle ne lui aurait même pas proposé d’aller à l’étage, tiens.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

_________________

       
you make sense of the devil
You wanted to know what gave me such drive. It was you. You put me in that brothel. You cut me on the streets. I am here now, because of you. You created me. And for that, I bless you. arthur ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5190-itzal-macaro-been-there-d http://www.mercy-in-darkness.org/t5193-time-and-time-again-itzal#210897 En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 284
↳ Points : 13
↳ Arrivé depuis le : 20/10/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Margot Robbie
↳ Age du Personnage : 435 & 30 ans d'apparence
↳ Métier : Réceptionniste au R.S.H - Vendeuse pour la Menrva
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Beautiful girls - Sean Kingston
Femme fatale - The Velvet underground
Girl - The Beatles

↳ Citation : "Une femme est un être sans défense, jusqu'à ce que son vernis soit sec."
↳ Multicomptes : Sigrid K. Laïn
↳ Couleur RP : #ffffff



les petits papiers
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Sam 16 Déc - 20:41


« La plupart de nos affections repose sur des malentendus réciproques »



Zelyna J. Sawley & Itzal Macaro
featuring

Elle n'avait pas relevé mais elle n'avait guère apprécié sa remarque sur le bûcher. S'il l'avait vue plusieurs fois, cela voulait dire qu'il s'était nourri plusieurs fois de sa sœur. Avec ou sans son consentement, elle n'en savait rien, mais pour elle, ça revenait au même. On ne s'en prenait pas à sa sœur ! Oui, c'était con au vu de leurs relations actuelles, et oui, elle lui mettrait bien la tête dans le four comme une dinde de Noël mais personne d'autre qu'elle n'avait le droit de toucher à Eliz'yan. C'était comme ça. Un truc de sœurs sans doute. Mais qu'importe, elle aurait tout le loisir de le lui faire remarquer plus tard. Au bon moment. Tout était toujours une question de timing, et il fallait savoir se montrer patient et ménager ses effets. Zelyna adorait ça.

A sa remarque sur le café, elle répondait en levant les yeux au plafond. Elle savait pertinemment   sur qui grimper pour avoir ce qu'elle voulait, et contrairement à ce qu'il avait l'air de penser, elle était regardante sur le choix de ses partenaires. Elle n'était pas une pute. Elle aimait juste profiter de ce que la vie avait à offrir. Et puis, qui était-il pour parler de reconnaissance ? Il était reconnaissant envers ceux à qui il volait de l'énergie, lui? Elle en doutait fortement.

« Sache que ce café a été acheté de manière parfaitement légale. Et.... Je doute que lorsque tu te sers volontairement de l'énergie des autres, tu leur files un ticket de rationnement ou un paquet de billets en guise de dédommagement. Alors tes putains de leçons de morale sur la reconnaissance... Tu ferais mieux de te les foutre au cul.» répliquait-elle, un sourire éclatant sur les lèvres qui contrastait grandement avec la froideur de sa voix.
Ce n'était pas comme ça qu'il arriverait à obtenir son aide, il allait vraiment finir par devoir se mettre à genoux et supplier s'il continuait sur cette lancée.

Il lui demandait un « remède » pour ne plus être assailli de visions lorsqu'il se nourrissait, ce qui faisait froncer les sourcils à la sorcière. Elle ne comprenait pas. Voir les souvenirs des gens, elle estimait que c'était un don ! C'était même quelque chose de génial. Entrer dans la tête des autres, voir des choses qu'ils n'avoueraient jamais même sous la torture, et s'en servir pour obtenir d'autres choses en retour. Comment Itzal pouvait envisager de se priver d'un tel avantage ? Il fallait être cinglé. Ou trop gentil, innocent... Ouais, non, elle refusait de se dire qu'il était moins pourri qu'elle, ce n'était pas envisageable. Cela dit, ça la laissait perplexe.

« Bien entendu que j'ai le moyen ! Tu me prends pour qui ? » répondait-elle, sérieusement. « Évite de voler l'énergie des autres ! » concluait-elle, dans un sourire moqueur.
Il ne pouvait pas lui reprocher d'avoir tort sur ce coup-là, c'était le moyen le plus radical d'éviter ce genre de désagrément. Peut-être un peu trop radical sans doute, et comme malgré tout, elle aimait bien Itzal, elle concédait à reprendre, un peu plus gentiment.

« Je ne comprends pas pourquoi tu voudrais perdre un avantage pareil. Ca pourrait t'être tellement utile dans certaines circonstances.» Traduction, il suffisait de faire comme elle et de choisir les bonnes personnes. Mais en guise de réponse, il avançait un argument de choc qu'elle ne pouvait pas laisser passer sans rétorquer : s'il n'avait pas ces visions, ils ne se seraient jamais rencontrés !
«Tu marques un point ! » plaisantait-elle.
On ne refaisait pas le passé. Elle le savait mieux que quiconque. Et puis, au final, ce n'était pas si terrible que ça de le connaître. Elle aimait bien sa compagnie, même si elle ne l'avouerait sans doute jamais. Il avait de la répartie et il avait réussi à l'amuser à chacune de leur rencontre, ce qui était assez rare pour être souligné. Et surtout, il lui avait parlé d'Eliz'yan et lui avait donné les informations dont elle avait besoin pour aller au devant de sa sœur. Elle aurait d'ailleurs pu se sentir redevable envers lui, mais ce n'était pas le cas. Il savait depuis le début qui elle était, il venait de l'avouer et maintenant qu'il lui confiait avoir besoin de son aide, elle commençait à se dire que leur rencontre n'était probablement pas due au hasard. Alors ne pas lui en vouloir c'était déjà amplement suffisant.

Ses questions suivantes la faisait hésiter. Elle n'était pas du genre à baisser la garde et elle ne se sentait pas redevable, certes, mais elle commençait à envisager une relation nouvelle entre eux et pour cela, ils devraient accepter de se faire mutuellement un peu plus confiance que ce qu'ils en avaient été capables jusqu'ici. Et la confiance, ça se gagne. Par des gestes et par des mots, des confidences. Alors elle soupirait en se levant. Et tandis qu'elle se dirigeait vers la cuisine pour enfin lui offrir une tasse de café, uniquement dans le but de l'amadouer évidemment, elle se décidait à lui avouer certaines choses à son tour.

« Je ne l'ai pas laissé se nourrir sur moi. La seule fois où il a essayé, il ne s'en est pas relevé. » confessait-elle, en lui tendant la tasse. « Je ne sais pas si tu as remarqué mais je ne suis pas très partageuse, ce qui est à moi, est à moi. Y compris mon énergie. Et je n'ai pas vu ce qu'il était avant cet... épisode fâcheux. Je ne pensais jamais en recroiser un, persuadée qu'ils étaient tous restés en enfer. Alors, non, je n'ai pas eu de vision mais lui non plus, et je ne connais pas le moyen de filtrer ce genre d'image ou de les rendre réciproques d'ailleurs. » avouait-elle en buvant une gorgée, avant d'ajouter bien vite : « Pour l'instant en tout cas. »

Les yeux rivés à ceux d'Itzal, elle esquissait un sourire en coin, qui laissait entendre qu'elle avait une idée derrière la tête. Une idée un peu folle, pour ne pas dire complètement loufoque, et elle n'était pas sûre d'arriver à le convaincre mais elle voulait essayer. Qui ne tente rien n'a rien après tout.

« Tu sais, ces quatre siècles passés en enfer c'était horrible je ne vais te dire le contraire, mais ce n'était rien en comparaison de ce que je vis actuellement. Mon p'tit séjour là bas m'a légèrement affaiblie, je n'ai plus autant de pouvoirs qu'avant. Et je les regrette tellement, tu n'imagines pas à quel point ! J'ai l'impression d'avoir perdu une partie de moi. Je ne suis pas du genre à m'apitoyer ou à vouloir changer le passé mais ça, si je pouvais, je le changerais instantanément. Peu importe la contrepartie parce que...C'est sans doute le plus gros regret de ma vie. » soupirait-elle.

« Avant, j'aurais pu te réduire en cendres là, comme ça, d'un claquement de doigts ! Et même dégager les restes sans passer le balai... » reprenait-elle, songeuse.
Bien entendu, ce n'était pas vrai, mais il n'avait pas besoin de le savoir. Il n'avait pas non plus besoin de savoir que ses pouvoirs étaient bien plus que « légèrement » diminués, au contraire, il fallait qu'il la pense encore suffisamment puissante pour accepter ce qu'elle comptait lui proposer. Etre suffisamment honnête pour instaurer de la confiance, mais pas trop pour éviter de tout gâcher. Il fallait doser, comme pour une recette de potion.

« Mais maintenant, ce n'est plus pareil. Je me sens aussi désespérée que toi. Enfin, presque. Parce que là, franchement t'es pas loin de me faire pitié. » Zelyna ou la force de persuasion, dans toute sa splendeur.
« Enfin bref ! Actuellement, je ne peux pas régler ton problème c'est vrai mais... Selon ce que tu es prêt à endurer, je pense qu'on pourrait s'aider mutuellement. J'ai besoin de m'entrainer pour retrouver toute la force de mes pouvoirs et pour ça, j'ai également besoin d'un cobaye. En échange, mon entrainement je le consacre à régler ton problème. »

En apparence, cela semblait être un deal honnête. Enfin, plus ou moins, car avec la sorcière il fallait s'attendre à tout. Sachant très bien que dans le cas où elle n'arriverait pas à l'aider, elle songeait déjà que séparer sa tête du reste de son corps réglerait son soucis de visions une bonne fois pour toutes.

« Alors Itzal, jusqu'où es-tu prêt à aller ? » demandait-elle, sur un ton de défi.





Dernière édition par Zelyna J. Sawley le Mar 2 Jan - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5346-zelyna-j-sawley-ma-sorcie

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2157
↳ Points : 202
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : juan pablo raba
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : nettoyeur, il arrondit ses fins de mois avec des petits boulots divers en lien avec ses compétences
↳ Opinion Politique : anti-tout
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist : AC/DC thunderstruck / FOO FIGHTERS best of you / METALLICA nothing else matters / SKIN zola jesus / IRON MAIDEN the troopers / UTRB one way or another / TENACIOUS D tribute / GODSMACK voodoo
↳ Citation : « The rules of the game are what you can do to the enemy and what you can stop him from doing to you. I am your enemy from now on. » o.s.card
↳ Multicomptes : nope
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: sciencebiaatch (profil) - jiubilee et slamncram (fiches et sign) - Juice (vava) - shiya (liens)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Dim 17 Déc - 21:52

Think I need a devil to help me

Il ne savait pas si c’était elle, ou si c’étaient les femmes ; en fait il pensait sincèrement que c’était l’humanité tout entière : discuter, c’était putain de chiant. Il détestait les blablas inutiles, les ronds-de-jambes, les intros, les transitions, les conclusions, tout ce qui l’empêchait d’aller droit au but et tout ce sur quoi ses interlocuteurs s’appuyaient pour perdre du temps, changer de sujet, digresser, parler de leur vie qui n’intéressait pas Itzal ou lui demander des trucs sur sa vie dont il ne voulait pas parler, bref, la plaie. C’était pour ça qu’il n’aimait pas ça, c’était bien parce qu’il n’aimait pas ça qu’il évitait au maximum les grands discours et c’était bien parce qu’il évitait tout ça qu’il n’était pas doué à ça quand venait l’inévitable moment de se lancer dans ce genre de débats. Là, par exemple, il ne savait pas pourquoi, mais apparemment ils en étaient venus à parler de la vie sexuelle de Zelyna, autant dire un sujet de conversation qu’il aurait classé dans son top trois personnel des topics dont il n’avait rien à braire, et voilà qu’il devenait l’archétype de l’homme des cavernes des années 2000. S’il commença par lever les yeux au ciel, il leva très vite les bras aussi, en guise de réponse à la réprimande de maman qu’elle lui balança sur une soi-disant leçon de morale qu’il aurait tenté de lui inculquer, alors que lui tout ce qu’il avait compris à cette histoire c’était qu’elle s’envoyait en l’air et avait du café, ce qui faisait une chose de plus que lui dont il aurait pu se vanter – ça faisait longtemps qu’il n’avait plus bu de café. « Oh, pitié, je me fous complètement de ce que tu fais et avec qui tout le fais, et encore plus pour quoi tu le fais. Et pour le reste, tu n’as qu’à te porter volontaire, et tu verras si je sais me montrer reconnaissant ou pas avec ceux qui me laissent me nourrir d’eux. » Une proposition qu’il regretta dans la micro-seconde d’avoir balancée, vu qu’elle aurait été capable de dire oui. Il avait essayé une fois de se nourrir régulièrement de la même personne. Il avait cru l’aider, il avait cru pouvoir prendre soin d’elle, et au final elle était devenue tellement accro qu’elle avait failli se laisser crever quand il avait fini par ne plus lui donner ce qu’elle voulait. Un grand moment de bravoure, quoi, qu’il n’avait absolument pas envie de partager avec qui que ce soit, ami, ennemi, ou, donc, Zelyna, laquelle ne se classait dans aucune catégorie.

Heureusement, on en revint au sujet le plus important du moment, c’est-à-dire lui. Oui, lui, nom de Dieu. Il se redressa quand elle claironna qu’elle avait la solution, avant de regretter amèrement de s’être laissé envahir par l’espoir. Cette « solution » ne méritait qu’un regard noir, ce qu’il s’appliqua à lui envoyer. « En tes nombreuses années de vie, tu as dû voir ce que ça donnait, un voleur d’énergie affamé. » Même s’il l’avait voulu, il n’aurait pas pu faire une chose pareille. Il avait résisté au maximum, la toute première fois, et finalement, le corps avait pris le pas sur l’esprit, il avait violemment attaqué une femme et l’avait laissée pour morte, et puisqu’il s’agissait d’Elyz’yan, il garda cet adorable histoire pour lui. Et bien sûr qu’elle ne comprenait pas. Elle ne pourrait pas comprendre tant qu’il ne lui avait pas dit la vraie raison de sa venue ici et il n’arrivait pas à la lui avouer, autant dire que la situation était bloquée. Les visions en elles-mêmes, il n’en raffolait pas. Personne de sain d’esprit sur cette Terre n’était assez sympa pour apprécier de connaître la vie personnelle de toutes les personnes qu’il croisait, tout de même, la sainteté avait des limites. Et lui était loin d’être un saint. Et puis utile, utile pour quoi ? Faire chanter les gens ? Rien à foutre ! Leur parler de leur grand-papy cher à leur cœur ? RIEN À FOUTRE ! Mais, il s’y était habitué, à ça. Et à bien y réfléchir, heureusement que quelqu’un comme Zelyna n’avait pas accès à ce genre de pouvoir. Il voyait d’ici le genre de business qu’elle aurait pu monter avec lui, tiens, si elle l’avait voulu, à l’envoyer zoner dans la tête d’inconnus pour qu’elle en retire un quelconque avantage.

Il en était là de ses grognements intérieurs quand il vit que Zelyna s’était levée et même, lui avait versé une tasse de café, qu’elle lui tendait. Cela eut pour effet de le calmer aussitôt et il s’empara du breuvage avec déférence et un peu de curiosité. En vérité, il ne croyait pas avoir bu du café depuis sa transformation. Et il savait qu’il n’y avait aucune raison pour que le précieux nectar échappe à la règle, malgré tout il se permit d’espérer un peu, pour le sport, avant de porter le breuvage à ses lèvres. Bouillant, qui lui réchauffa les tripes. Au goût de cendres. Pfffff… Néanmoins calmé, il écoutait désormais sagement ce que Zelyna lui racontait. Il ne savait pas exactement ce qu’elle entendait par « il ne s’en était pas relevé », il ne pouvait qu’imaginer ce qui était arriver, et probablement qu’il se tromperait, aussi n’essaya-t-il même pas et se contenta-t-il d’avoir une pensée pour le pauvre bougre. Il semblait y avoir plus là-dessous que les quelques bribes qu’elle lui lâchait, mais il respecta religieusement sa volonté de ne pas lui en dire plus, surtout que la conclusion tomba, comme un couperet : elle ne savait pas.

Pas encore.

Itzal s’agita légèrement contre son dossier de fauteuil, un peu mal à l’aise par ses propos. Et son regard, aussi. Tout d’un coup, il n’était plus venu pour l’interroger, c’était lui qui se trouvait sous un spotlight sans même savoir comment c’était arrivé. Il se força à avaler une seconde gorgée de café, sentant bien que s’il parlait maintenant, il aurait toute sa vie pour le regretter. Surtout qu’elle lui parlait désormais avec plus de sérieux. Il pouvait imaginer ce qu’elle ressentait, mais l’imaginer seulement. Lui-même avait perdu des choses, mais il en avait gagné en retour, et il n’était pas certain qu’elle puisse en dire autant. En tout cas, jamais il n’aurait parlé avec autant de regret dans la voix. Des remords, à la limite… Mais là n’était pas la question. Ce qui était fait était fait, passé, fini, envolé, nul n’avait de contrôle sur le passé. Il émit un « ah ah » grinçant quand elle évoqua le bon vieux temps et comment elle aurait pu l’annihiler d’un claquement des doigts. Eh ben il attendait de voir ça, hein ! – pensa-t-il très fort. Là-dessus, elle en vint à là où elle voulait en arriver et Itzal se redressa, le bec ouvert, l’air outré, sa tasse de café à la main comme une bourgeoise qui viendrait de voir son caniche passer sous la tondeuse du petit personnel dans le jardin. « Alors là, jamais de la vie ! J’ai déjà donné, merci, je suis passé par les labos du gouvernement et je peux t’épargner des heures de recherches en t’annonçant que je n’ai rien de spécial. » À part les divers pouvoirs, le sang sombre et épais, les capacités de régénération, le besoin d’énergie vitale, oh bon, trois fois rien. Il se mit à faire les cent pas dans le salon.

Jusqu’où était-il prêt à aller ? Quelques heures auparavant, il aurait répondu sans hésiter : pas aussi loin. Mais cela faisait plusieurs fois qu’il échouait désormais à tenter d’obtenir une réponse et il commençait à penser que ce qui lui arrivait était irréversible, une idée qui le déprimait profondément. Ce tête à tête avec Zelyna avait un goût de dernière chance et il semblait bien que celle-ci venait de s’envoler. Il s’immobilisa pour faire face à la sorcière. Il avait refusé son offre et continuerait de la refuser. « Ça consisterait en quoi, exactement, ton entraînement ? » Mais ça ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas se renseigner.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

_________________

       
you make sense of the devil
You wanted to know what gave me such drive. It was you. You put me in that brothel. You cut me on the streets. I am here now, because of you. You created me. And for that, I bless you. arthur ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5190-itzal-macaro-been-there-d http://www.mercy-in-darkness.org/t5193-time-and-time-again-itzal#210897 En ligne

MASTER OF ILLUSIONS

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 284
↳ Points : 13
↳ Arrivé depuis le : 20/10/2017
↳ Age : 30
↳ Avatar : Margot Robbie
↳ Age du Personnage : 435 & 30 ans d'apparence
↳ Métier : Réceptionniste au R.S.H - Vendeuse pour la Menrva
↳ Opinion Politique : Anti-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Beautiful girls - Sean Kingston
Femme fatale - The Velvet underground
Girl - The Beatles

↳ Citation : "Une femme est un être sans défense, jusqu'à ce que son vernis soit sec."
↳ Multicomptes : Sigrid K. Laïn
↳ Couleur RP : #ffffff



les petits papiers
↳ Copyright: Ellaenys
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Mar 9 Jan - 15:36


« La plupart de nos affections repose sur des malentendus réciproques »



Zelyna J. Sawley & Itzal Macaro
featuring

Face à la réaction d'Itzal, Zelyna ne pouvait s'empêcher de lever les yeux au plafond. Il se montrait aussi courageux qu'une gamine de six ans sur ce coup-là, ce qui avait le don d'énerver la belle. Elle était sorcière, pas scientifique. Elle n'aimait pas la science d'ailleurs, c'était trop sérieux et prise de tête. Et ça donnait des rides. Elle soupirait. « Oh je t'en prie, arrête de jouer les pucelles effarouchées ! Est-ce que j'ai l'air d'être une putain de scientifique qui ne rêve que de te t'enfiler des tubes dans le cul pour voir si tu chies des paillettes ? J'en ai rien à foutre de savoir ce que tu as de spécial, je le sais déjà ! » rétorquait-elle, en haussant les épaules. Et c'est justement parce qu'elle le savait qu'elle lui avait proposé ça, à lui.
Elle se disait que si elle le blessait et que ses potions de soins étaient inefficaces, il guérirait quand même, sans son aide. Elle avait donc moins de risque de le tuer que n'importe quel autre volontaire qui accepterait sa demande uniquement pour ses beaux yeux et qui ne serait qu'un vulgaire humain. Oui, bon, elle n'allait tout de même pas lui présenter les choses de cette manière, ça n'aurait pour effet que de le faire fuir. C'est vrai qu'il y avait mieux comme argument pour convaincre quelqu'un que de lui balancer tout à coup « Hey, je veux juste de transpercer la main au couteau pour voir si ma potion de soins est efficace ». Et puis la main, le pied, le cœur... Tout cela n'était que détails insignifiants après tout, autant ne pas s'attarder dessus.
Et puis, il avait eu beau se montrer d'emblée hyper réfractaire, il voulait néanmoins en savoir plus. C'était donc que quelque part au fond de lui, il devait quand même se sentir chatouillé par l'envie d'accepter. Il était maintenant temps pour elle de se montrer plus convaincante que jamais et que pouvait-il y avoir de plus convaincant qu'une démonstration ? Rien, bien sûr. La sorcière esquissait alors un léger sourire et prenait une profonde inspiration avant de concentrer son regard sur la tasse à café que tenait son invité. Au bout de quelques secondes à peine, une légère fumée commençait à s'en échapper et, à mesure que son regard s'intensifiait, son illusion prenait de l'ampleur. Le liquide devenait de plus en plus brûlant, allant jusqu'à bouillonner à grosses bulles, à tel point qu'Itzal ne tardait pas à ressentir les effets d'une intense brûlure au troisième degré. La magie s'estompait en même temps que les yeux de Zelyna rencontraient ceux du Vénézuélien. Ce n'était vraiment pas grand chose et ça n'avait pas duré longtemps mais suffisamment, du moins l'espérait-elle, pour capter toute l'attention de son interlocuteur le temps pour elle de lui servir quelques explications parfaitement légitimes.

« C'est ce qu'on appelle une illusion. Et évidemment, ça demande de la concentration. Plus l'illusion est grande, plus la concentration doit être importante et... C'est là que tu interviendrais. Je pense même que ça pourrait te plaire ! » annonçait-elle dans un grand sourire. Elle s'imaginait déjà ce qu'elle pourrait lui faire subir et était certaine qu'elle arriverait à lui foutre une trouille d'enfer, même s'il savait d'avance que ce n'était que de la magie. Ce serait tellement jouissif ! Du moins pour elle. « J'ai besoin de gagner en rapidité et surtout, de m'entrainer à les faire durer plus longtemps. Vraiment plus longtemps. Je pourrais te mettre en situation et toi, tu essaierais de me déconcentrer par tous les moyens possibles. Ca m'aiderait vachement. Et ce serait drôle pour toi, je crois. Tu vois, rien de bien méchant au final. » Présenté ainsi, non en effet, ce n'était pas bien méchant. D'autant que ça avait l'air plutôt marrant même ! Elle lui proposait carrément de pouvoir l'emmerder en toute impunité. Ce serait vraiment très con de laisser passer une occasion pareille. Mais le meilleur restait à venir car bien évidemment, ce n'était pas uniquement sur sa concentration qu'elle devait travailler. Aussi reprenait-elle, toujours sur le même ton innocent, malgré les pensées violentes qui lui traversaient l'esprit.

« Bon, évidemment tu te doutes que mes pouvoirs ne se limitent pas à ça et il faudrait que je bosse un peu tout si je veux récupérer toute la puissance que j'avais avant, tu vois ? Mais tu pourrais m'aider pour tout ! Me filer un coup de main pour trouver les ingrédients dont j'ai besoin, ou... me dire si mes potions ont un goût dégueulasse. Hey t'imagine ? Je te donne la possibilité de me faire des misères et me critiquer sans avoir peur que je ne t'arrache la tête, c'est pas donné à tout le monde ça ! » ajoutait-elle, avec un regard qui avait l'air de laisser penser qu'elle lui faisait la plus grande faveur du monde. Et c'était un peu le cas en fait. Il devait bien le comprendre. Cela dit, malgré ça, Zelyna doutait encore quelque peu de sa force de conviction. Il faut dire qu'elle n'avait pas à faire à n'importe qui avec Itzal. Son pouvoir de séduction, pourtant dévastateur et légendaire, ne fonctionnait aucunement sur le bonhomme et le convaincre n'était pas chose aisée pour elle vu que généralement, elle obtenait tout ce qu'elle voulait en battant des cils et gonflant sa poitrine. Elle commençait sérieusement à être à court d'arguments inoffensifs aussi décidait-elle d'abattre sa dernière carte en revenant à son problème à lui.

« Et en contrepartie, je t'aiderais de mon mieux à trouver une solution à ton problème. Je pourrais te faire tester des potions jusqu'à trouver celle qui fonctionne et me rencarder auprès de mes contacts pour savoir s'ils en savent plus que moi sur le sujet... »

Voilà, tout était dit. Ou presque. Elle reprenait sa tasse et buvait une gorgée comme si de rien n'était mais en réalité, son regard ne quittait pas les lèvres d'Itzal, en quête d'une réponse qui, elle l'espérait nerveusement, serait positive.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5346-zelyna-j-sawley-ma-sorcie

SUCKER FOR PAIN

avatar
Féminin
↳ Nombre de messages : 2157
↳ Points : 202
↳ Arrivé depuis le : 18/09/2017
↳ Age : 99
↳ Avatar : juan pablo raba
↳ Age du Personnage : 36 ans
↳ Métier : nettoyeur, il arrondit ses fins de mois avec des petits boulots divers en lien avec ses compétences
↳ Opinion Politique : anti-tout
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist : AC/DC thunderstruck / FOO FIGHTERS best of you / METALLICA nothing else matters / SKIN zola jesus / IRON MAIDEN the troopers / UTRB one way or another / TENACIOUS D tribute / GODSMACK voodoo
↳ Citation : « The rules of the game are what you can do to the enemy and what you can stop him from doing to you. I am your enemy from now on. » o.s.card
↳ Multicomptes : nope
↳ Couleur RP : indianred



les petits papiers
↳ Copyright: sciencebiaatch (profil) - jiubilee et slamncram (fiches et sign) - Juice (vava) - shiya (liens)
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   Mar 16 Jan - 22:25

Think I need a devil to help me

Il semblait que les deux sœurs avaient ça en commun qu'il était impossible de discuter avec elles sans avoir envie de les étrangler. À ceci près que si Eliz'yan savait exactement que dire pour taper là où ça faisait mal, Zelyna, elle, en appelait plus au tempérament d'Itzal lui-même qu'à ses émotions, en cela qu'elle pouvait parfois lui donner tout ce que le Vénézuélien détestait dans une conversation. Il n y avait rien de plus épuisant à ses yeux que le ping-pong verbal où le fond des propos était dilué dans la compétition, et pour commencer, elle était loin de tout savoir, même si lui, en toute objectivité, aurait préféré que ce soit le cas, puisqu'elle ne savait pas la connerie qu'il avait commise avec sa sœur. Dit comme ça, ça avait l'air coquin, alors que pas du tout. La sorcière savait-elle seulement que les voleurs d'énergie pouvaient se lier ainsi à leur victime, ad vitam eternam qui plus est ? Ah , le cauchemar, si seulement les gens n'étaient pas dotés de la parole, la vie serait beaucoup plus calme. En attendant, il avait parfaitement conscience du confort que pourrait représenter un cobaye daybreaker, vu qu’il était désormais par nature plus résistant, qu’il guérissait mieux et plus vite, et qu’il était relativement immunisé contre certains trucs, et pour commencer contre les zombies eux-mêmes. Et peut-être que si elle lui avait promis la bouche en cœur qu’elle cherchait un remède contre une maladie incurable, il aurait pu y réfléchir, sans pour autant accepter, mais il savait bien que ses intentions n’étaient pas aussi charitables. Rien qu’à la regarder, à voir son regard s’allumer quand il lui demanda des précisions, il crut reconnaître une connaissance à lui, cinglée des pieds à la tête et jusqu’au trognon, qui lui avait déjà fait le coup de l’exaltation scientifique au nom de la recherche.

Il suivit son regard alors qu’elle fixait sa tasse de café comme si elle tentait de la faire exploser par la penser. Au lieu de quoi, le liquide commença à bouillonner et à fumer et Itzal fut à deux doigts de lâcher le mug quand tout redevint normal d’un coup. Il releva les yeux sur elle. Il mourrait d’envie de lui dire qu’il reconnaissait bien là une sœur Sawley, mais il sentait que la baffe qu’il se mangerait en réponse n’aurait rien d’une illusion. Soudain, Zelyna s’était transformée en VRP de la sorcellerie, et il avait du mal à croire qu’elle pensait vraiment ce qu’elle disait, ou du moins que les choses seraient aussi drôles et roses et choupinettes qu’elle le prétendait. « Ça me fait pas rêver du tout ton affaire. J’ai horreur de ces trucs d’illusions, ça revient à me foutre le cerveau à l’envers. » Et à ne plus être à la barre de son existence. Rien que son truc du café suffisait à le convaincre qu’il n’apprécierait pas du tout la suite des opérations. Il avait bien conscience que contre ça, il n’avait aucune défense, une idée assez peu réjouissante. En plus, il semblait qu’elle voulait aussi qu’il fasse des extras. « C’est d’un esclave dont tu as besoin… Me faire goûter tes trucs et tester tes potions… Je crois pas qu’on soit assez en confiance tous les deux pour que je te laisse me faire ça. » Il regrettait déjà d’avoir bu le café qu’elle avait servi et le regardait désormais avec méfiance. Et pourtant, la contrepartie était attirante, évidemment. Elle lui proposait enfin ce qu’il était venu chercher, de l’aide, et pour l’heure, elle était bien la seule à l’avoir fait. Et pourtant, il n’était pas prêt à vendre son âme au diable, il ne l’avait jamais fait jusque-là et en avait subi les conséquences, et il semblait que l’histoire allait une fois de plus se répéter.

« Je suis venu tenter de régler le problème que j’ai avec ta sœur, pas m’en attirer d’autres avec toi. Je ne suis pas sûr de pouvoir supporter de subir la dinguerie de deux Sawley en même temps. » « Pas sûr », ce n’était pas un non catégorique. Il ne savait pas vraiment s’il tentait de ne pas fermer complètement la porte qu’il avait réussi à entrouvrir avec Zelyna ou s’il réfléchissait sérieusement à sa proposition. Mais non, c’était une idée complètement folle. « Je peux te fournir d’autres choses, des armes, des zombies, de la dope et même du sang si tu veux, mais pas ma propre personne, ça me paraît pas méga raisonnable. Et si ça veut dire que tu ne veux pas m’aider, je comprendrais, et même, je trouve ça plus sain, j’ai horreur d’être redevable à quelqu’un. Jamais je n’avalerai quoi que ce soit qui ne soit pas sorti de ta cafetière sous mes yeux. Et quant à ton truc des illusions… Honnêtement, je n’en sais rien, je ne crois pas qu’on se connaisse assez pour que j’accepte. Pas tout de suite, en tout cas. » Il n’allait quand même pas s’excuser. Il alla jusqu’au comptoir pour poser sa tasse de café, aussi refroidie que lui après le petit tour de Zelyna. Qu’au moins, il conserve avec elle une relation sans chaîne et sans boulet, contrairement à l’enfer qu’était son lien avec Eliz’yan.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

_________________

       
you make sense of the devil
You wanted to know what gave me such drive. It was you. You put me in that brothel. You cut me on the streets. I am here now, because of you. You created me. And for that, I bless you. arthur ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mercy-in-darkness.org/t5190-itzal-macaro-been-there-d http://www.mercy-in-darkness.org/t5193-time-and-time-again-itzal#210897 En ligne

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Think I need a devil to help me || Zelyna   

Revenir en haut Aller en bas
 

Think I need a devil to help me || Zelyna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» Supernatural;; Sympathy For The Devil
» [Defense Devil] Présentation
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MERCY IN DARKNESS .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Bayou St. John-